<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00660
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: July 1, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00660

Full Text




Ann6*, N. 676


MoaT-Au-amNCZ (Ram


C


Jeudi, In Jullet 1909.


- -


j


OUOTIDIEN


Abonflomeflts:


I45I-PRINcU


Uw MmL. .
Taos Mor.
UK Mass.
TaOs Ma..
Tuess Mass.


. G.
* (
*


2.00
6.00
2.20
6.00
8.00


DIRECTEUR-FONDATEUR

Cl6ment Magloire

ADMuIISTRATaUi, Arthur Isidore


LE N UVIRO 15 ENTIUES

Lo m.UaeUI~ Iamw mI me usin ma
DIRECTION-MD&CION-ANAMIWISTIISATIU
45. 3,3 U10Vx, 45




voiiuns et des passants. Et come ellts pour la rassurer je lui criai que c'dtait
cousait pour vivre, je lui faisais des r0- moi... Elle n'a paj voulu tout d'abord
clames adroites, et jamais, Dieu merci, le croire.. et je I'entendis parler & quel-
elle n'a manqud dle l'ouvrage. Bient5 qiu'un dans sa chambre .* Je vis rou-
les voisins se mirent a commenter me- ge. et quand elle s'apvrcut que j'aliais
visits; en gentilhomme corrct, je Ie enfoncer la port. elle vint ouvrir.
suspendis immddiatement. Toutefois j Qu'est-ce qu'il i a, lui demandai-
n'avais pasrenoncerAla voir.Ias'agissai ji. en la voyant pile come un cadavre
de trouver un moyen. Apr s avoir bien Pourquoi toute cette frayeur "
cherchi, je m'arrAtai A la combination Jai per...
suivante:cefut d'allerala messe d' qa 'a-
tre heures tous les dimanches a I. Je vous ai entendu parler A q'iel-
Cathddrale. Et en effet, ld, je pus tout A qu'un tout A l'heure, psndant que j'6-
mon aise contempler Th6rese. Si mo- tai- dehors.
deste que je sois. je m'apercavais bien Oui.. oni...mais...
dela lueur debonheur qui delairait so Comnme je faisais mine de p6ndtrer
visage lorsqu'elle tournait ses regird. lans la chimbre, elle me retint, di-
de mon c6td...Cela dura trois ans .. Je sant :
me rendis compete que cela pourrait do Oui..,oui...il y a IA*dedans quel-
rer vingt ans. Alors je pris une r6so qu'un.
lution hdroique : un beau dimanche
bien noir, sous Ie scintillement bdniu QUI P tonnai-je.
des muettes dtoiles, j'abordai Thdrese Elle suffoquait, balbutiant :
au sortir de I'Eglise et dans un ddbor C'est...c'est un Firministe .. un
dement lyrique, je lui ddclarai mon1 pauvre june homme qu'on persdcute
amour.Elle tremblait comnne une feuil At que j'ai cachb ici.
le, r6p4tant d'une voix 6tranglde : Oh Les bras me tomnbrent lo long da
Talma .. Oh Talma. .* corps et je me sentis A mon tour tout
Nous poufflions. 4mu.
Au coin de la Phirmacie Bayard, Vienis m'embrasser, Th4r6se, lui
continue sans s'dmouvoii aranville, j li-je, tuo s un noble cueur de femme.
lui pris le bras Pt gardai sa m in lo- AprAs quoi j'entrai dans la chambre...
tele d ins ma mai .. Au coin de laP i r- "
teled ons mra ai-l. Au cin de la PhSu r- ie trouvai le Firministe qui s'habillait.
macie Centrale, j-s la pre-sai sur me JV lai parlai. .lui donnai des conseils...
nus le goit de sepo a vrei. Orh fo Ta'11 merpgardait d'un airtout drdle...Jelui
na... ledisait-elle, oh A TalmO... jI montrai ceque I'exil ade pAnible, enfin
croyis iqu'telle llait se troaver ji" I'assrati que par mes relations, j'6-
croyis qu'elle allaitt sI'emportor pe tais A mdmi de lui obtenir un paper
dans mes bras ..je dus I'erporter pres- I'autorisant A circuler librement. Dd-
que chsz elle ol je pria hardiment ce march qtue je fito lelendemain m6me
que sans doute elle tIe r'aurait j imais t vec d'antant plus de succ6s que l'on
offer spontan4metit... E. d.pui lor-, ilavaic d'anhat plus de succsment rien
yaquatre ans,chaque dim inche aprAsl reprochavat, A re jee habomeoqt queon
messed dquatre heu rje suis 'hom nrepro ar t je uae ommeetl quste. on
le plus heureux de la R4publique,j'ose no tat acne ite.
le dire. Nous fixions tons le plancher,en mor-
Osez, brave Baranville, oiez, dii ,dat jIesqu'au sang nos e vres. pour no
gaiement Paul H las. M Si A propo, a" clater i rire.
est-elle belle, Thdr6se ? Au bout d'un instant, Rerasdin qui
Si elle est belle I bon lit Baranvil- u'dtait ressaisi, s'6cria:
le, certainement qu'elle est belle I D'a- Dii doanc, Baranville, quand dpou-
bord sa couleur...uae jolie cooler de ses-to ta bien-aimA ? Les choses soot
sirop brl16...des yeux bien fenJui avec en matutitA, to sal4.
des pronelles d'un noir brilliant et doe
cils trAs longs. Le ne u'.A assur6ment Baranville r6pondit avec is plus gran-
rien de grec, rsis los narinea soot bien do tranquillity.
ouvertes et toujours frdmissantes... IW JJi .suis l cidd A 6pouser Thidrse
tailed e.st un pen rode et les branches fn Mai de I'annAe prochaine Mais com-
plut6t bombdes, mais c'est ainsi que ), me je gagne tro p.i, pour fair de ad-
comprends la fuemme : gras-ouillette I1 rieuses economies, e me suis arranged
puia gentile avec ;, pa. exig.rnte, ir- avec un personn-iga lueat qui sit in-
mais une allusion au madr ge I Elle n' a treu6 I me trouver une boone place
qu'une faiblesse : Ia goerruan lije, C an douane de mritid. On m' voO Ai
,iu'elie est gourmande I Q an al ja. veua Saint-Marc poor Ia prochaine r6colte.
ni fiire oune prdvenance, je loi apporte... .
nu j mboi...nn saucisson,..des conser Pauvre Braranle
ves. Jamais de flours, par exemple, e, --- Ah I m,a cber, j, me mets dans
la vebe. A part Il petit d6faut que j1 la note.rai rmnarqu6 qne c'et one du-
viens de vous signa'er, elle West que ,perie quedtre hon6teo hommer dans ce
bootd, teodresqe et .16vousimet. Tenez, pays,
endset lee dv6nements d e c temp. __e I Lys Mat"eu ,
eornhers i personuo r'n oosit oe S.gse mdme aqi parleepr ta
cher chaezsoi, un soir, nersa oe dix heb at at.iau
re, je me sAie randel chez ot e t ns
a propv r,.. Je rfnppai Iea portw et mas*e m HBBE RT.


I


I I I I I I C


CONTEST DU JEUDI

AMOURS HIATIrNNE.K. LUS INDISCRETIONS DE CES MESSIEURS

Le "FIRMINISTE"
A SEYMOUR PRADEL.

l-oi, messieurs, d4clara Baran- tout en ne bougeant pas, parce que je
a'ai pas a me plaiodre, j'ai no le puis pas fault d'argent pour
amour en notre Port-au-Prince parlor comme P.nurge.
tmar pur, noble, Il6sinthress6. En pdlitiqu,, Biranville 6tait conti-
-Uaban en L'honneur de notre ex nilment gouvernemental-par peur des
"Baranville, s'6cria P.ul Hyl.as. Gouvernements. Jamais on ne la en-
eItdlit des questions A Baranville: teudu prononcer une parole d6favora-
a-c.? -.-Jolie,? -Brune?-Noire? ble sur les divers grands citoyens qui
S ?- Chabine? Pr6sentez- qui successivement out assume la lour-
mCerai., de charge de fair entrer d6finitive-
e lot de plaisanteries, Talma Ba- meant Haiti dans la voie du progr6s et
oposa un sourirs o& ii y avait de la civilization. Et meme quand il
Sti'idit6, de la douceur et de la lui arrival d'en rencontrer un sur son
chemin, ii obliquait soit A droite soit
B-araville,s'6cria Renaudin, nous A gauche sans doute pour ne pas
suspendui A tes l1vres ver- 6tre ibloui Tel o tait Baranville don't
le plus grand ddfaut dtait une quality:
Reme les ltvros ie Baranville ii croyait sincArement que les autres
par une moustache et une Ataient aussi honnAtes et aussi buns que
qui se joignaieut impund- lIi.
1dmearaient toujours invisible,
de Renaudin eut pour cons6- Ainsi, BArarviele, vous avez trou-
imamliate de fire renaltre de v6 I'oiseau rare, dit Paul Hyla.-. Mais
taquineries A L'adresse d. parlea, cher ami, parlez... vous nous
atimable camarade. faites trop languir.
uimions tous Biranville A cau- Baranville se leva, alla A la feeAtre
Me bon caractrae et de son na- qui donne au midi et envoya u, long re-
hligsnt. Comptable depai seize guard au Fort Jacques, qui n'avait ab
l an petit magasin du Bord d4- solument rien A voir dans la question,
jmatis il e ch-rcha A 6tre un -Messieurs,dit il, de sa voix tralnan-
dans i'Etat---bien que bon te et monotone, vous me connailsez...
es amis pasysrent aux af- je ne sais pas un don Joan... j'ai tou-
-l l~t vrai que ceux-ci ne a'ia- ours v6cu une vie saine, loin des crda-
ltgre deluiayant A& 'o-cuper tares des rues cela non par ert,
So. Eq tout ca,, cela parais- mais par pour des maladies incurables.
Sgal A B rativille pour qui la Aussi dis mon d6but dans le monde,
re semblait pleine d'attraits. ma premiere id6e fut le mariage.. Je
coame tant dautres, one 6ra- rencontrai une agrdable jeune ille...
de qainii6me main puise dans elle n'6tait peut-6tre pa de 'aristocra-
t quan-I it tait de bon- tie... En tout cas, elle voulait bien de
c'6ta merveille de I'en- mol, mais faulted d'argent, je dos rester
nSeioer sur les auteurs qu'll cor la reserve en lui expliquant la si-
Slos et v ticiner sur lee toation, et alle Apousa un d6puot poi
*'&eitjamai vas. Coinme it trinaire qui mourot peu apr6s. Or, Ji
i rire se ros i of o-' navais jamais cores d'aimer cette per-
Svtitait par IA l ridicule. sonn...nous I'appelleroas Thdrbse si
illurs. J'i trols lues vous le voulez blen et elle habit uue
de dire Biranville, lo un petite maisoul b sse aue luii 16gua son
S ax Andnale donot la lee mari...mettons dansa a Grand'Rue.
on eOsprit; 2o un aboane-i Comme Renaudin faisait on goste
r usa cause du supp6 d'impatience.
illoatr6, ce qui me per- Ah I mou cher, s'ioterrompit B i-
Sdo Pr,-au-Prince Atant, ranville, je ns pais pourtant pas citer
Sd'un tas do pieces losa noms...j'ai a puaseur de mJs sen
que bien faitee; 3j timenits, moi... Ja wons disals don11 q
ographe PathM don't je 'avais j Amais coas6 d'aim Ir Thkr,
annde sl repertoire se. QOanu elle devint vauve, ma pas
aq morceaux- .rAce sion augment, si je puis le dire.
tends quand ir me Vous pouvez le dire, acquiesd,
sij'6taia a I'Opdra, lea Paul Hylas de I'air le plse arrieux do
de Guillaume Tell,de monde.
LCar.,, de LakM4, do J'allais voir Tadrbse to is los di
Ssans computer des manches aprs-mili, reprit Bar.invill.
Styles chooses. Voila Et chaque fois, ell me rerwea, ait
,?- i do mon milieu, d6cence os sa Ia la rk, I la vee doe









LA TNCIEN


Presideli d'Gali

Q~ ,Jt'.Y ea wsbnt di igles
.:,, w.I i 1, 1, ne j p I ie de la
p1r:'St' ~izlienne'
Anciv;rition d(-,, conspiration
pout Ljpl ndrfz 1r pouvoir
eri~coI el
Iittr~~ i t \\ Ij.i* 'tin r'cprt sentatnt u lu .(lea-
nvi u a Iv .11 d i ii .\Itxis ldotitne uf (&Mien-
(i fu1ni1 0 I I it(Ilic invteiit&e contre Iui.

Lc vc:n:ableL tx-prlsident d'Ilaiti, le
G-' A!cxis quz~e mic:lt i ci itins un tranquille
rtpos,, a t' '(!t cs attaqics
d'une partic di. It pprcs: ii..irienne qui L'ac-
case decon,. e our ieprctihre letpouvoir.
I overte-
1111C I. .I hst i: Iirdes
Au in: 'h i. G~u

pAr tId.:. idni i i,,t sIl
aVAi Vt l'ar 1 1' [:pnpr ir.
OwUJ~', !&C p 11m-1i j i. Ft Ilissez-
mot V01 1 .0 ;S. ,t It to v fintai-
Ssise a (-(T '- i iisl hit de jeter fe la
cc:I1t 11t .. ic e C '
pattial'' r Iui- .n:nc r~vul 1io- r ike, an
des j1h f r' : dc 11 c-use tde
I SO:1t tUx qui cons
pifeut VIc ) :VL 1-11C11".
oiuicavec moi quelques
I rill~riti t ', di)tlcn I -'ssurance sur
111 ;i": 'G I in) 1l'oitiL.U r, que je n ai
aucun ri diTea A r neoclrlfr au p,)u'oir. Mon
ianardan t c Ilr&,idi~tit pir.tit le r1 Mat et
d'apr~s L.i Cotin t.: ion, l e w pourrais tre
fligble vt-t pr con c01:1cnt r&elu qu'apres
Un in:crvalic iJc qt-cltjtc' .nnfcs.
Cotnnlle v..s 1c savtz, le me suIs
rendu ict. u Uttllle un e absolument re-
tirde. Trout m ccu ij- dirc c'est die vivre
en paix t tr icnquil i e ain dce pouvmir ar-
tanger Ath s .s .avanmt ,ia:oait.~
.41It '. o LJ di. en lIe ii qe j'envoie
une dame av- (. : d cslM:r::sadJrsscesA tnt-s amis
datis Ic i 'u. .'- mctivcrvr le gouvernement.
'roures Ics cL(trei 'C jCeOVO:C el IIit6ti soot
adtes,6s A in-:s avoc.ts cLirges de me d&
fendiv c. r I'. ddtf-rcfwts atssignations
qui out i t Lue l tce. C O It I -,In
N1 Sedan %'i I.j, in: qui vcnan ict por-
teur dc communications de mnes avocats,
a t6 !1 U1iaun Ac1 d tiussces nouvrlles pu
bliees,.trrlte 'A Poui-au Priace Pour vous
le prouver. )e vous prie d-- lire c,:ci (Can
cien president init enire les mains du r6-
prtseua .tA Ai Glcl' r' u ae no:e' de la
Colonial Brlk lui deai inldant une revise
d: i.ooo dollars)


apras les annoes de tomu!tes qu'il a pas-
s&es IA-bas.
L'indomptable caracttre de cet homme
est toujours ferme. Mais avec son age, ii
desire saulement vivre en paix et le repos
attendact'la fin de ses lours.
The Gleaner, de Kingston


-- r


REN 8EIQGNTEMENTS
M2:TLOROLOGIQUE
Ol>,ov-xatoire
S~ !iN1 2 D COLLG St-JL
S h I jj R5I COLLh~h St-a ftrItAL


MERCREDI 30 JUIN 1909
Baro:ntrc midi 7
I


r63 /-Iz


t rr m" ni- : a a 3 7
Temperature' V 23 7
(maximum 32,?
M.,v r ~<:rue de la tea rc.ure 78,5
CI~I ci le :e a ini, nuageux i'aptJs mi-
li Brie de m:r faoble. O..,ge aux envi-
rors 1 2h. ct 'A h. H 1t)iz )r erbrumin.
B .remetre en hausse.
J SCHI-RERi
A la Prison.
I a d'c pro-dl' hir p .: ; G l Canal,
.hargL du pore feuille de l'lntrieur, a
'ins lmo i d :. Gal Sim'on Ch;quel au
,oste dt DiecetLi de la Prison des hom-
mes.
Assistaient A cette form.di administra-
t.ve le comin-i dant. de Il Place et i'Ins-
pectcur de la Police.
Noavet u w Irf
Uie partle da nouveau warf de Port-
i--Pri-'ce arrivera prochiinement par le
Sibiriai
No.us avons vu les pl ins de ce-,t im-por-
tinte con'.i.uc:;on donr les travaux mar-
cheront active ment.
Tribunal de Cass.ation
SEciOSN CIVIL
4udien e du mnardi 29 j4i:,t 1909'
Le Triban"', sous la presidcdnce de Mr
le President H. Lechiud prend siege a dix
he-ares et dimie du main et pronocce les
arruts suivants :
Celui qui rejctie commune mal fondC le
p.jurvoi ext.rce par Mr Paul Prraud contre
le jugcmeut du Tribunal civil du Cap-
[Haitieni du 6 mai 1908, rcudu contre lui
au profit dc S. G Mgr Ke-s zin, es qu1a.
liit, condamne Paul Perr.ud aux dhpens.
Cel-i qui rt.jtte comme mil fond6
le poutvout .xece par Mr Paul Perraud con-
tre le jugemvnt du Tribanil civil du Cap-
Hi itien, du i juin 1908 rcndu contradic-
toirement entire lai et S G. Mg Kersuzan
e,-qualit ; condamme Fa-1 Perraud aux
A"-


aJffaires mendues :
Les consorts Toussaint centre Pold-
moo Pongnon.
Augustin Gustave contre Dame Ca-
mille Jeanton.
O. Brice contre les consorts Dorsain-
vil ( DWfaut )
Alphonse Jean-Joseph centre Augus
te Darosier ( D6faut )
Ve Chrispin Jeune et consorts contre
St LUger For in ( Defiut )
-B. LLreboJts con.re B. Fourreau (Dh-
fant)
-H. Doucet contre les consorts Badare
( D:fait )
V. Credy c mire B. Stvere.
Petit f.ere CCsaire centre les consorts
Frtmi)nr.
Lo siege est lev6.
Entre confr 6res
Nois avons publ 6 hier le billet suivan:
re, de M. Rocher Oson :
4 Mardi 29 luin 1909.
e Mon cher Magloire,
a Je vo's saurais infinimntt gR s s
dans la n.te que vous devez publier au-
jourd hui. vous voulitz 6tre plus precis
que 1 LtoLuvelliste, parce que je trouve sa
note un p. u 3 double sens ; sorrout poor
ccux qli ;giorent co'np' ement !e fair.
Avec mes remerciements et mes civi-
litis.- R OssoN. a
Le 'Nouvelliste s'en trouva-,' formalisd,
A qui crov:z-vons qu'il s'en prend ?
A M. Osson. pab'eu. I ..
-Non, au MCatin Lisez son entrefilet
d'hier...
NoLre DoyLn dcvient irascible.
D6c6s
Les funerailles de Madame CUsar Pierre-
Louis, d6ecede hier soir auront lieu cet
aprts-midi, i 3 heures. 1.L convoi partira
de la matson mortuaire,sise Rue d.s Fronts
Forts no 84 pour se rendre a la Cath6-
drale.
Nos condoleances A la famille de la re-
grett6e d6funte,
Correspondance
Poit-au-Prince, le ier juillet 9go9.
Mon cher Directeur,
Vous avtz et4 victim d'nne mystifica-
tion qu'il est de mon devoir de vous si-
gnaler,afin que les audacieux p'agiaires sa-
chent que leur jeu est surveilld et leurs
trucs decouverts.
Je lis dans le Matin on article signed Jo-
s ph Timinmr, intitula R Revue politique a
< t co:rneniint ainsi : t Depu;s qu'il s'est
f.it libre et ind6pcndant, le people h.,i ien,
c est bien tiistc A dire, n'a pas encore trou-
ve le chemin, le vrai chemen qui conduit
au prrogrs. Loin de !a, on I'a vu, i routes
hs epoques de son existence,... etc. 9
Et je lis dans le Pays, no do mercrcdi
5 fyvrier 1890 un article igalement inti-
tr ,i a Rev noliti ue e f* rmmrnerrnt


L'ddteur A l"'lnparial" Mr F. epens. de.' -- -.i
Frdrique et c chi par caiis;iration. Clui qui casse et innule le juge- ainsi : Depuis qu il s'est fait libre et in-
irmiadiste esn 92. cht dpr.t on que j'aii mnt du Tribunal civil de Port-au-Prince d6pendant, le people haitien c'est bien
combiitue et vaincue continue le Gal en date du 25 uin 2j juin 19o8, rendu triste a dire- n'a pas encore trouvd le
ord. II en est cetainement A son vieux contradctoiremnt entire Ics steurs Jh. Ri- chmin, le vrai chemin qni conduit a pro
eu, et 'histoirt: de ma pretende conspi- boul et C- J. B. W. Francis et Fernand gres. Loin de 1,, on la vu a tootes les
ration esL ftite dans le but d de turner KRboul r.nvoi: ,'a.aiie dcvant le Tribunal epoques de son existence... etc.
'attention de lui. ciil d,. Jac lt ; dt que present arret Vous voycz bien que M. Timmcr n'a
Voici une dame, Mme Carida Charles es: coru!nun i Fernand Riboul qui regu. ren invent.
qui est ici venant de Port-au-Prince. Elle lieremen: appeal n'a pas pr )duait ,- con- Veiilt z agr6er, etc.
est venue me dire de la part d'Alexandre damne le dit Ferand Riboul et J. B. W. PIERRE ALEmNDRe.
Nelson qui e6ait un de mes aides-de camp Fraucis aux depcns. En remercient notre correspondent
sollicitant mon tlnoignage pour sa dd Emend ensuite l'aftaire de d son avertissement, nous rappelons que
fense, come ii Lst en ce moment sous P. Inbert contre Aristide Alfred Im- Iarticle a paru tous la rubrique a Tribone
le coup de 'a Justice. Elle est venue iei bert. du Matin & et que le ridicule de Ia situa-
sans le sou et me demand secours. Je Le juge Laraque lt son rapport. tion s'attache A celui qui a sign cette*Re-
n'ai pas d'argent, mais je lui ai doann one Me Martin Dvot est entendo en ses vue a do 'Pays, en l'accomodant la lsau-
lettre pour quelqu'an en Haiti qui dot observations. ce actuelle
me payer une va'eur. Le dernier consul Le ministire public, Elie Curiel, conclut Tibunal Correotionnel
d'Haiti efust de viser son passepon, bien au reet du pouavoi. TNbunal Corejou lesi
qu'il :soit sign par le Ministre de 'lntrieur Le sige est Icvy. Noos avons relat I'autre jour les irci-
et endosse par le chef de la Police. Le r6- Tribunal Civil dents qul manquerent I audience ao cours
sultat est que cetre femme ne pent pas re- audience civil du ard 2 uiqueede l' affaie de -o
touner dans son pays et s trove ci sans 9 Juin questration illale de cochons.
erdns son pys et s toe ic sn Le Tribunal sous la p.e.idence do u ge Le jge D. aignan a rendu avant-hicr
regent Pouiol,assistC du Minis're public A. Thi- un jugement qui renvoie le general HEraaz
i* -i p nt.e tbault prend siCge et rend les jugements P;erre, exccommandant de la Place de Mi-
I'arcien president semble 6tre tnrs en- suivants : nbalais de la prevention ponde coatre lui.
nnye de toutes ces tiuses nouvelles qui Celai qui done ddiaut centre la
out circle en Haiti son regard ; et it d- dame Veave Albert Duchatellier qui n's Nouveau Journal
meant aves force l'idee de consp.rer contre point compare quoique regaliCrement ap- Notre ami M. Camille Nhrd Nama faith
le government. pelke ni aucun avocat pour elle et poor le reparaltreA I'mpri..erie Amblard son jour
Comme de faith, le Gal Nord Alegis vii profit joint la cause de la difaillante a cells' toa 'De B9 Seu doot on as rappellt le sc-
tranquillement dans une came villa-cottage des parties qui ont constitud avocat, poor 'ces on 897.
suburbaiue et e sort que par occasion. tre statue A lear regard par an seal et; Coat avec plaisir que noms voyOms oo-
L'ex-prhidcLet est content cettent. Comment 'huiur Ci- tre cofre repre sa bose pl pour
et de ce came qni regent autour de lui, s Laortune pour la signification. contiaetr se coTraueus luai ea Ive


des principles qci font Ia force
nemnertsAN
Nous souhaitons bo roe
gue vie au 'Biu Sens.
ibra irie et Sp6oall Iil
callS d'Raiti
Mardi 29 .plun vers les
soir, Monseigreur J Ch Poelh
de la Cathedrj'e, ssisd de14kI
les abb~s Guillas et Lancua,
ceuvre dont limportante utility,
ours fait sentir en notre Pays, d
sique occupe une place des plan
bless.
Nors aVvuns noti do c6: do
N4. Murat Claude, Ministre de
tion Pub;iqsie et de- RReacaiommtm s
P. Paulin, Pisijent do SAtw
Desrosiers, President de Ia
Sonareurs lulien Duveck et
bancourt, dep,it Joseph S~via.
Pr'sident de Ia Chambre. Edmal%
chki de la maison Oito Beber& .
yard Chenct. Dirtc~cur de 1'i4
Ni e Ricteieine k inC
d- Ia Chimbre des Comp'e Douh~
Gui:tau et Felix Chenct, Ms Nis
noit et Co 1d-in! in Djmertv
Du c6- d s matraines
nies
Ma' W'~r~v6 [~~j irdines et
Viard, MI s RUgina DenicRsik
bourg, Luc c et Francine Chene',Ii
Claire G -ite ev, a N !a P io
-il re Durti _. Franzine B:noir, Lce
catuel, Ai'tBi Bsselninn Sy!vilS(
ker, Cectie SIgido, Fr:ncine L 4
Anna Amand.
Avint bi -C1 i~on, Mgr Poepl i
un d co,,rs de circonstanci a fla
iir tout e ur--6 die ceate cr~atio,
aps Ics r.:tfiaichissernents Mize
de si voix :ne'Voile:se, a 'charmi
stance din- ,e hint du Credo
Jeante afArc
La nu1: a.ir'ir les plus
sont retires, tandisque les zutrtraw
tes A !'amuscr jusqu'a 9 heares.
En fa:sant nos meilleurs
I M. Benoit ct Emmanuel A
nistratcur et propriertair de I&
no"is formL r- ', ,vceux les plus
pour Ii pcil e prospFrit6 de It
UN
Hit3a. erciements
M- e V-R !!Rad Hyppolite e
ans, M. Fra"; i) sIlyppolie, Ike
Prudent, Ada ri, Mo! ire et H
mercient bien sinncrtmenCtntoU m
I I'oc*.c),d :a o inort de leaf
RENAUD IHPFOILTE, leur ont
pr, tivts nonn c+,iPoqu es de sym
I~ it! croire ~ l



CHAMBRE

SM ice ii .uMecrrdi 30 J bi
A li -tmc ITbier la
t~r \~r: L 0:1 pl'~tC 1 OCpOC
tei~u ~ ~ I.~ u jour posrf
tie a U, Juli I
ts i'Etait de 1'11lrlbtfuctjolj
dk oi.,r J-1i.X proj-t3 de 10i.
Le r;rinier' a t"Adat
iton de Ia 3Miion CentrAdIS
j-t doloi, a it le Uiiitdn
4onshqueIice u rappoitdel
siOil Bo1le Idfo-Torcbon, tc.-
mission dtoit de sigrialer au
m &nt les abus qui g(111 Be cOI
cot important tbisIA
En vfrtu .du projet I
Muisuon Ce~ilraIO saer
Coirhl3t i cads Mioi~t5 O 5P
do l'Iruxt' uction publiq0, 0
Sgne ment Profe-sioDelI redh
pat tem~,xt do 'I'ot~ri~ r
mont clas~~iqlre de celI b
tion Publiq ue.
Lo 2e p rujet dep0s6 PV
oat uno demafldd do TOOK
quar ante gourdes 1
tultrices suivautOS qD' ~
Ia reiraite, vo Iesr Agoq
dames D~and, Viipii
yard ot MIt .lul WUhe
IA IA Pr~sidODt do r
me acts au ManisilO dSA
deux projects m
Comitis aPP~L 0O


On trepremui
sa5&h Mr U e. baaU


111 1 II --


- -.-.w -.. -. ..- -







o 'ordre d jour rested interverti 6tel Bellevue
o il puisse dposer an project do Le miux situ
I r- de et combattue. Le mieup situa, le plus ,'on
C;oi~ge Laurent cqi fat obser vr fortable.- Champ-de-M.,r .-
I derDi^re s ceoon n'a pas don- "'. no ronomm-.-- Vue sur l, nret
c-a-r" de. 1 correspondence de la
tbrs qui doit contenir certaines Do
-,,ications importantes. II fautteur R. Ewald
jr la proposition du d6pult Beau- Chirurgien Dentistn
mal Jon.FranIi; s, dit i,autrement la
I so i8vera come la fois derni6- Annonce a public et A sos clients
Ss e lQ lecture de la coirespon- en patticulier qu'il sera de retoeir de
s oit faite. Apris une r6plique du Jr mie dans les premiers jours de
ld Beaubarnais Jc-Franiois, et une Juillet
oe.roplique de J. B. Laurent, la Port-au-Prin e, l 17juin 1909.
tuition du ler mise aux voix et est
M par l'Assembl.&-2
ordre du jour est repris et les se- Meubles a vendre
ins do Buieau depouillett la cor- Chambr A cuchr, salle A maiger,
0odance. salon etaccessoir e i' mcublement,pour
lUi leI pieces importantes qui s'y atre laisss A trs bn zm umarchd.
nient, il y a lieu de retenir une SupcrLe occW,,ios otieite.
s de Monsieur G G6 don, ancient S'adLessr :, Ici.reju ,lu Jourhial
Itaire d'Etat, ous le gouvernement
i. Sam, demandant A la Chambre .. ,
ii eccord,-r (16charge pour sa ges-
Salettre est envoy AI'dtuedo M ada m e Serre
emission des Comptes-Gne6raux.
dEpute Bouchereau,rapporteur du r Paris
itd des Relations Exterieures, dont AiX Us de PariS
d6ident est M Morpeau. done -
re d'un rapport de ce Comit6 con- FLANELLE par- line irrd.r4cissable
it la dPrr'ara Convention sigrnc POur gilat.- COBsBILLE pour pvon-
l-s Etats-Uvis d'Amdrique et Vteau-11-us -t d.s-ous-plats en osier;
A propose de I'arbitrage. MOUSSEULIN soi de toutes c "uleurs.
parole est accord au dtput S Argen'Peie. COUTELLERIE.- LIVRBS
i donne lecture d'un ial'l ol CL4881&QU.;,AHIERS D'ECOLIER PORTE
dqui d.eCue PLUMES e PLUMES.--REGISTREs de com.
,mitt des Cultes.
ut6 ds Gouulees. me cl a merc et d'act s. PAPIER, A colier, A
idpot Gourluer.i romme ce" .i MiristreT, A leltres, tonfs formats, a
riv d'ja a la Merniere sanc s mballage. superieur, a impression.
tribune, mais Mr Jeannot fait re- EIIVLOPPES de tous formats. ENCRB'
ict que la Chambre est en mino- O et copier.
NoDei et o copier.
Tous ARTICLES militaires.
president de I'Assembl~ e fait fnir e


Fet comme on est reelermeiit en
itd, ii Ive Ia seance.

ULIEN FLOflUS
&er 1Z1ve dee la 146 Cormr ',"ai~
vvrsvi +V8rW:rie ( Luriz )
iOUL AIa disposition du ptiblii
tus travaux do ]PORIR, et
in, de RAPARATJON Je eotlre.
tC. etc. A de bunnus cOIditi~ir .
Rue de Ia Rtivolutirn NN 19
4-via do la ChamiPbre IdI fI-pu


-M-0 L. Verret
T a ilie u i v rc nd
Dourne avis a ~ bjilnvsi';l-Ati clijc-:
tWe* que sa rnaison No N7, Rite 'ravr-r
sire est to!JjouW- bien pourvne d'uue
varlth d'ettffos de la haute nor-
veaut6 parisionne.
QUALfrt SUP RIIVRS C O.U ILrt*GAUTZ
TRAVAIL SOIGN*i- ExUcum PEBCMP?3-
PI.,r WsL rddmiis I


Antoine Labastille
AUX (C YES
Derniers articles recus


MOULINS
OUtLINS
OULI:, S


Mais
CafA
',i n c


Madame Justin Barau
36, Hua Courbe
A.- iellne Maisun Mtrov6e Pierre
O -w-


SUCCFSIOoN


H



,1-


C)
H


'L


Ll-L

0i~







r '5


Kola de Kin!lslon


fortifiant
tonique


de la Charley's ae-ated water factory
En veate chez Catinat V'ouchia.d
RUE I)1 ( ENT'I( E



Entreprise


D'EAUX GAZEUSES

D:E 1PO ^T-r- TC-P IT V C: TD


Fond6e en 1899


21, Rue F6rou, 21.
er Kola
Kola-Champagne
Soda-Water
Siphous
Sirops
Liqueurs
Bitters


MASSILLON COICOU


II sera procede le lundi 28 juin
courant et les jours suivants i dix
lihurus du matin, au Petit-TA!rtre sim
en celtt ville, rue du Centre, No 171,
par I'huissier Louis Clitandre Pongnor
A la contitation de la vented aux en-
chores pub iques de tous les objets et
Seffets inubiliets. d6pendant de la suc-
ecession dte Ms-illoii Coicou, notam-
inesti des ouvrage-s d,- la bibliothbque
Amica, d'u, appareil typographique
( pTesse, c:4sse, caracteres).
La dite vonte s pursuit en vertu
ile I'ordonnaiw c d1 Monsieur le
D)oven du Tr biiaal civil de ce resort
6 n date du vingt liuit not't de I'annee
ilerniere, enregistr'.e.
SA la requel de .M-seieur Georges
1 aroche, lutpur datif, des mineurs
iiaturels, Elvire, Vi \iassillon (:oi,'ou iet di' Monsieur le
S"nateur Philipple Curil, tuteur datif
des miners l.onie, Ars6ne et Da-
riel Massillon (:oiconi, res derniers,
hiiitiers Igiitimcs de Massilloa Coi-
cou, les dits tuteurs proprietaires,
itdmeurant et domicilibs A Port-au-
Prii ce, assists hia sieur Edmond
Montas, leur suloge-tuteur, ayant
tous pour avoc;,t consiitue M" L6once
Viard, avec 61ection de domicile au
cabinet du dit avocait, sis en cette
ville, 124, rue du :enrtre.
Pour plus ainples tenseignements
s'adresser A I'avocat souasigne.
Port-au-Prince, le 2t juin 190).
LiONCe VIARD.
Atvocal.


SOn irotiaera : Kola


de Kingston, Crmre Soda


ltLa iIcItoj)OI


MASON JULES LAVILLE,
93, RUE DL V A(AsN w: ['GINADE
Vi- Ii'. Iift 1'alt i ivi--cpar les deiri i ors Vapeu. d ons ~ Imrilc Ietir fi aldhiur -
A dc 1i1i x d ti:i-. t oute concurronce Jes artcleS SlIlVtaIll
Ast i-os de I.o ( V Iran Sauvfsw:#-,s 1 x #.I Cambridgcts
Aspti W s ,I" II ( a Il-s at6-S de foire wa.,'
IPvllt.- oi.- rills Sa dines Arnimex ft t're%
Tiipus A la MIud, de Caern
Olivi Aichlois i I Iluile


Saucissons


tie Lyon


Fromage de pAte grasse hollandaise
Beurre de Bretel Firers de Normandie
en flacons de une Livre et dermi-l.ivr-
Vermicelle ':acaroni et Nouill.--.
B;Bre frangaise, brune Marque Atlawiitu.e
Biscuits Olibet Petit Heurre et assorti,
Champagne Vve A. Devaux --- Epe, nay
Le champagne le meilleur et le moins cher
St.s trois maiques :
Cuv6e Special* Grand illery Grand Crn6ent.


t-Champagne
i-brew


I z !adame V" I. B. Dehoux
i', 1 IAU: 1)1" l .NTli"N


IP-- - r-~


~ t
1)' '~LU~,Ch~










leImangeiplu dle poillI NESTOR FELIU
L'excellent tailleur avantageasemeno
'il n'estfaitaveo la "Pillsbury's conna de toute la R6publique vient
Best." de rouvrir son atelier Rae F6rou,
SB Rue des Mircles ) No 61, prbs de Me
La meilleure farine du mond Le or Cauvin,
Celle qui done le meilleur pain Sa nombreuse clientele trouvera
Qui produit le plus de pain comme toujours toute satisfaction
Le pain le plusblanc pour les travaux qui lui seront con
T L I i I6s.


LOe pain le plus leger.
Pour tous renseignements s'a
dresser A :
Ernest Castera
repr6sentant de la PILSBUBY'S WASH-
SURn FLOUR MILES Co MINI;BAPOLI8
BILS

Chapcllerie
ACCOUREZ CIIEZ


.lUIl TESTAIH
Le chlapelier remaraquable, avan-
tagoussrenit connu,fait savoir au pu-
blic en grndral et A sa nombreuse
clientele qu'il vient de transferer sa
FABRIQUE DE CHAPEAUX
(I'ANCIENNE MASON DU LOUVRE )
O~ ILA I'LACE GFPFRARD A LA
RI.\AND UE ()OU llI'PUBLICA.NE
No 149. En face de la Poste
I e novel 6tablissement est ou-
vwrt sous le nom de la fleur de
1'Amarique
II promet soin et promptitude
come toujours.


Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours on d6p6t
un grand stock, pour la venta en
gros et en detail, de chaussures on
tous genres pour
HOMES, FEMMES, EMFAJTs
Les commands des commergants
de I'int6rieur pourront 6tre "ex6cut6es
dans une semaine A pen pr6s.
'23, Rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PRINCE ( HAITI )


I


Chez App. Cipolin


155 Rue Rdpublicaine en
E. Robelir
Vienuent d'arriver par
pear :


fawc de
dernier


va


Pate de foie gras. Saucisses truffles
Pigeon aux pois. Tapioca. Choucroute
Asperges etc. Fruits cristalises par li
vre et par flacon. Prune d'entes. Vin
rouge et blanc. Oporto. Malaga. Ver
mouth. Cognac. Champagne.


*


Chapeaux t
Chapeaux t
Chapeaux 11
PAILLE 9I PORT*-RICS
ACCOUREZ CHEZ
Feliberto Gonzales
ET

JOSE SAN MILLAN
FABRIQUE DI CIAPIAUX
PLACE GEFFRARD
Salon do Coiffure d Lewvre
Pour toun lea gotka et pour toutem
lea bolures.


2


I


A L'tLGANMCE
QORDONNERIE.

42, Rue des Fronts-Fort,.
CRAUSSUR mN DtP6T,POU3 LA vrtB
Promptitude et soin aux comman-
des tent ici qu'en province.
Chaussures de Dame former et tra-
vail toojours tout eo qu'il y a de plus
nouveaux.
Former am6ricaine et frangase pour
Messieurs ; 616gantes et commndes.
Pour lea enfants le plua& l'aise.
Travail solide eozout6 aveO
des peaux de premi remarque.
Asaurause de grand rabals.
PAtes, OCrages et Ltquide


I


I


PHOTOGRAPHIC
JH. M. DUPLESSY
Grand atelier de luxe
120 Run DU CnMTRs
Travaux de toutes sortes et d
touted grandeur.
RqprodoctiUon-AgrandisBments


Ie


I


Jodosaline

En vente aux Pharmacies Buch et


a


au



at
l'(


Cordonnerie Nouvelle


G. B. PETOIA
143, GRAND'RUE, 148
PORT-AU-PRINCE
CAUSSURES WN TOUI GesXRU
EM DIt6T, POUR LA VENT
N eOROse T DiwAIL.
x6toutton prompts ds
commander, tant lot qu'ea
Provinoe.
Former i homes ; 616gantes et re-
tionnelles.
Chaussures de dames ( Dernire me-
de de Paris ) et le plus commode :
chaussures pour enfants confection-
n6ea avec des Peaux de toutes nuance
d'une s6eection et dur6e irr6prosha-
bles, a des prix avantageux.
Cirages, pAtes t Uquidoe
Pewr seauwwrsus 9de etueg auwes.


S- *-


Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirig.e par

L. HODELIN
An cien mmsbre de i SedeUtd Philen-
thropique des umatres taillers de Pars
Vient de receroir an grand choix d'd
toffee diagonals, casimir alpaca, chevio.
to, cheviote por deuil, etc, Recomman-
do particulirement e sa elienthle un
bell collection de couple deo aidir,
do gilts do fantaisie ot do piqt6 d
touat lbaut6.
Sp6oallt6 do Costumes de no-
oes.- Coupes FranaLbae Angiai et
Aimdrirai de la 4rnief la.
La maion confoetionno auiM o-
tum m--- ir-, habits broad
dolmas, tualq-, habits oare
rds. eot eto. da ou cera e;


___ -mI-


E6tel.-testaor mazm 0
ST-JOSEPH
ANGLDZ8e RUE ROUX rT DU MAGA
SIN DR L'TrAT.
Service bien organis6.- Repas
& la oarte.- oiiv&ia ecelleente
PRorPaI*rAu : JosuPH DESRIVISRE


U


Tibbre Z6phirin Bell
Fabricant de chaussures
Rue Tiremasse, facade Nord de
la Place de la Croix-des-Bosales.
SPEPCIALUT M
PANIToVrsalS MULUS


PREPARATION DE TOUTES
SEES ET INJECTABLES.


AMPOULES M DICAMKN


Ampoules d'Eau de m6r Isotoniques solo


LI

D
au


a 6te soigneusemeni
faisons remarquer
laboratoirea 6trang<


- L'Eau de mer injectable doit 6tre de fabrication r6cente pour a
pri6t6s thdrapeutiques. De nombreuses attetqstions nons permet
nos products ont -donn6 tous lea rdsultats esp6r6s. *

Specialit6: Serum nevrosth6nique.
Ce SBrumn r6gularise les changes ptutritifs, 11 a 6t6 eo
cs dans la neurasth6nie, la tuberculose, etc.


2m ~m=Ik -% -- 1w- -- u


B


de la Paix


et

d(


Jodosalina

Cristalii Jodati Itelia ni deVeto


Pr6sente en m6me temps lea avantages de I'iode t 1
trbs utile dana toutes lee former raleoties doe i'dob
que- ob6sit6, oxalurie, Uthiae, otc- et gen6ralemo t
dans la onstipation habituole t ltlee infoecti inteSt
La JODMOSUA oonstitue an remade tres efflcaOe, mi6
oe maladies du foie et des reins. ile set aOcept& san a
ajoate & son action laxative colle do rtablir leacod

D6p6t: ohes A. do Matt


Place


Execution prompted et soign6e des ordonnances.
Analyses scientiflques et techniques.
Analyses des minerals d'or, argent, cuivre et autres
m6thode amdricaine ( fire essay .
Fabrication d'Eaux gazeuses, sirops
Champagne a P. 6 la douzaine.
Droguerie en gros et en


Propriftaire: :N.


Buch


.Pharmacien dipl6m6 allemand
D6pbt de Kola-ChampagnE
Aux Gonaives: Madame P. Laraque
A Saint-Marc : Madame E. Martelly
A Petit-GoAve : Hermann Reimbold & 4


Grand Rabais!

JAMESTOWN TERCENTENNIAL EXPOSITION
HAS CONFERED A


I


upon


Pharmacie W


Gold Medal


Tannerie Contine
DE PORT-AU-PRINCE
CHA USSURBS
CHarMAU GLAC*, pour brommes et dames P. 10 E
VRMIs CUP.sC 12
COULmUR LOTUS W a 1
Pour 1a vento en gros 5 oio d'


low


- -- __ s I


-_-___


rzt __ I __


I


L'eau de mer que nous employons
Sdel& de 1'Ile de la Gonave. Nous
observationn judicieuse que font les


Laboratoire Sejot


ca


'I


p


w


a


d


I