<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00638
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: June 4, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00638

Full Text


SAnn6e, No 654


PORT-AU-PRINCE ( HAMr


Vendredi, 4 Juin 1909.


J


OUOTIDIEN


Abonnements: DIRECTEUR-FONDATEUR LE NUMRO NTIMS
Uw Mass. G. 2.00 L
oanm To. Meom. 5.oo0 Cl6ment Magloire -
XTU M ou. 2.20 -o Lmamuscrln ius ro ou aso mn earne tpmr l a enU
Tio. Moe a. 6. 0 ADMInISTRATUR, Arthur Isidore DIREC'ION- iEDkCTIOM-ADINI4STRATION
Ii M.o.....s TMM Mo. 8.00
rj ; :JB~rl 4 :


Histoire d'Haiti
A L'USAGE DES ADULTS
LIVRE III
Violences et repr6sailles

XXXIII


tiens. Ce furent : le general Dufresne
secr6taire d'Etat de la guerre et de I;
marine; le citoymn VAvtI, secret d'Etat de l'int6rieur ; le citoyeu Ft an
ciq ue, secrdtaire d'Etat db la justice
Iel' instruction publique et des culies
le citoyen Salomon jeune, sucretair
d'Etat des finances, du commii-rce e
des relations ext6rieures.


aril 1848, la population port- le president essay de ne le fair ad- Inutile de dire qie personnel ne s'a
Iaoe,encore touted boulevers4e mettre" qu'en faveur des femmes et des visa, a cette journ6e du 17, de se li*,ror
emets de la veille, se r6veilla enfants. Quant au jeune home re- aux affairs courantes ; les mag.asans
t lointain des d6charges di figid dans le con.ulat anglais, Soulou- les boutiques et I s maisons privee:
irle: ce sont les ex6culiopi que, qui persistait a rclacer qu'i fTit restirent do c term&,. Tou" au plus, st
"qai commencaient ou plut6t remis,finit par nemaintenir sonexigen- hasardait-on, de temps en temps, a re
Ieaient. "Les victims, ecrit ce"que dansle cas oi ce sernit le pro garder, par le trou des serrures ou
iporain de cette dpoque de fesseur Normil Brou2rd," I'un des sus- mema e en enlrubaillt, dis.critemnitt ui
iJat de prufesseurs du lycde, pcts les plus convoitds. Mais Belle- battant de port, ce qui se passait au
Hmnds, des medecins, etc., ar- garde avait mis d'avance et a leur insu dehors, lorsque qualque rurueur appe-
dant la nuit, les uns parce les deux parties d'accord: le suspect en lait I'attention.
Sblesures les avaient emp- question ltait dejA fusill6. "Les rues d6sertes n'et.iieil p.trou-
fair, les autres parce qu ils rues que par des pdtrouilles, pir d. 4
WrE pouvoir se dispenser de Les consuls proliterent de cette entre- soldats isolds, le pistolet ou I-- sabre
sat pris aucune part aux eve vue pour co:isacrer le respect dio non- au poing, et quellues EuropBeni A qui
d la voille." seulement aux consulate, mais encore leur peau teiniit lie. dle ca to dte urt-t*..
In victims les plus interes- audomicile et aux propridtde des 6tran- On eutenJait proclaination s sur lpocla-
le plus regrettdes de ce jour, gers, et M. Raybaud prevent les secre- nations commeri C ut Ipa ces miots :
:tear Merlet,remarquable par taires d'Etat que, dans la crainte de Qaicoieque, +t finissant iiv.,i .blmrn. nt
nrbilit6 et son instruction quelque mdprise, les residents franq;is par ceux-ci : sera f/silld."
bIhs, il ess yait de gagner allaient ,tre autorises par lui A suspen- Un proclamation de Soulouque, pu-
Sde Suade et arrive jusqu'A dre a I'une des fe dtres de leurs mai- bli6e ca jour, con acra A ce qui s'elait
mais celle-ci se trouvait mal sons une cornetle tricolore; ce A quoi passed la vei;le les braves lignes sui-
bent fermee et le docteur fut le president cornentit sans trop de dif- vantes :
mr ie seuil. La porte fut criblie ficultds. Les nMaisons habitues par les ,
Steel point qu' un domes- Francais devinrent ainsi par le fait au- Litiens, depuis lungtemps une
nsuelqui setrouvait derriere, tant de rnouveaux lieux .I asile. conspiralion s'ourdissait centre le gou-
Sade plusieurs coups de fe. vernement. Les factieux se sont trom-
h home, don't nous no re-i C'est A partir de cette epoque que, au pds sur la longanirmi' d(i Chef de I'E
m le oom, poursuivi par la signal des moindres e6vnements poli- tat, puisqu'ils ont os6 hier, au sein
Mde, avait rdussi A se jeter tiques, tout mortal habitant Haiti et mrme de la capital. lever I'Atendard
Cda co nulat anglais, lors- ayant la chance de n'dtre pas ne a l'om- de la revolte Le people At 'armee in-
Il4 Wvoulareut ex cuter I'or- bre du glorieux drapeau sorti de l'epo- ilignas erl out fait justice !
id' enter de vive force peJ national de 180t, hisse a la de- C(toyens, soyez calmes I
ScOr. IM. Ussher dut, ac- venture de sa maison, palais ou bico- government salt sa force, et
do is"acol6ue deFrance, se que, le morceau de tole multicolore sera toujours pret a cormprimer touted
s national pour informer qui, en son language muet, dit aux jours tentative qui tendrait trouble I'or-
t dCe r fale t obtenir qu'il de aturnalos A nos agents de ordre tirepublic Ayez conflt nce dans le
Sd r0noncer a one tell public: No tusz ni n ptllez ici, on0 Chef quo oals avez libroment choisi !
ISolque mur dans sem n't pa Haitiens. Autan il aura did sevre contie les
Us OelCusa dd ne pouvoir II serait injuste d'attribuer A Sou ou- coupabls., autant il saura dtende sa
t etuPl et e8 fit remplacer que seul le mA ite de cotte trite inno- protection ur les citoyens paisibles.
Il r 'ocrtairem d'Etat. nation et la posterit6 doit associer A r R1s6arez-voum doe at criez avoc
mie conversation s'eoga- son nom ceux des secr6taires d'Etat RVssures-vous done at criE t avoc
r girce aux allies et qui par les allies et venues entire moi: Viveat la Lbertd et 'Egtlitd! Vive
L" miuistroe, entire lui lui et les consuls out ndgocid, le 17 la HRpublique I
avril 1848, cat abailsement official du Donnd au Palais national du Port-
- I-t Vivoment le droit drapean haltien et I'estimation A leur au-Prince, le 17 avril 1818 an 45e de
e pavillone conaulaires, just valour de la vie et des bieos hai- I'ind6pendance. SOULOUQLUE.


, Malgrd eette proclamatior,ou A cause
a d'elle, la torrcur coiniinua A planer sur
le I'ort-au-Ptiice. Elle I'ut tell que, vero
- les qsai te heures hlu moir, une panique
, extraorfliii:ire out lieu ; les rumours
, l' plus t rribles venaient 'pouvanter
et Ia popultli.)n, el le consul de France
t lui-mweme crut prudent, en vue des
scenes scandaleuses qu'on annonCait
et que la crddulit*, publique accueillait
- avec empressement, dIo faire mettre on
r' :-'iett e:t e transporter sur la corvette
Sla Danaide it.. de ts en numdraire de
s la chancellerie.
Et les ne6bres de la nuit vinrent re-
Snouveler I'effroi de chicun.
AU(vUSTIE MAGLOIRE
l-

GRAINS ,- POUSSIERE

Parlons sans detours, Monsieur Syllat,
et n'esavoas pas de donoer le change.
Ai fair, qui &6es vous ? Personnel ne vows
conn.it datis la maison, et voila que, sans
critr gare, vos encombrez le journal de
chroniques mondaines. Voyez vous, je
n'aime pas beaucoup les gens qui solvent
comme vous Ie faites, les questions les
plus irritantes et qui se blottissent sos
leurs preudonymes.
Tcnez moi, j'agis a visiere lev6e. Vu
la gravity des prob!tmes politiques et so-
ciaux que je discute 'ci devant le tribunal
de l'opinion publique. j- suis oblige d'eo
prendre la responsabilite p!eine et entire
en signant mes articles de mon vrai nom
qui est Nix O,:up:z vous, Monsieur, d'6-
tablir votre identity avant de nous parlor
-le vo; succe; mondains et decertaine veve
qui a pris la vilaine habitude de vous re-
garder et de sourire ddlicieusement...
Eacusez moi, Monsieur, j'avais ,a sur
I'cstomac...
Apr6s avoir constant la peaurie de ma-
riages port-au-princiens, vous avancez que
si Ies jeunes files proprement dites ne so
marient pas beaucoup, elles doivect s'en
prendre aux fillette., a ce que oyas appelez
hs Jup!s courses et chapeaux rounds. "
Pauvres fillttes, come voos les arrange !
Mais ce n'est pas exact, Monsieur, ce
que vous ditcs. Si cela Ctait, croyez-vous
qu'on se generait pour epouser les fillettes,
puisqu'en some c'est la meme chose. Or,


,3dfia~









on n'Cpouse personnel, ni ces jeunes filles'contre le jugement dn Tribunal civil de
proprement dites, ni les fillettes. La situa- Petit-Golve, en date du a2 mars 1907 ;
lion deplorable qui pirait vous pr6occuper rendo contre lui et au profit de la dame
a done une antre cause.Cette cause, vous la Lorina Pinchino, du notaire Henry Ho-
connaissez bien et vous ne l'avez pas dite. garth et de 1'Erat.
Cela, Monsieur, est fort mal. La Section civil ordinaire reprend siege
La vCrit6, dans cette affaire, est qu'on et prononce les arr6-s suivants :
n'a pas le sou ct que les temps sont durs. Celui qui rejette comme mal fond6,
Quand il y en a pour un, avouent cyni- le pourvoi du sieur Ezra Benjamin contre
quement ces Messieurs, ii n y en a pas pour le jugement en date do 12 Mai 19o6, ren-
deux. Et Ca peut durer... du par le Tribunal de Commerce de Jerc-
Alors, quoi ?... mie contradictoirement entire lui et ladame
Nx. Alphonsine Mayas ; condamne Benjamin
aux dpens ,
Celai qui copdamne P. F. Paulin et
i g A consorts A une amended de Sept gourdes, d t
11XTI'UT3i jlue l'affaire ne sera entendueL e sur lI vu
le la quittance do Receveur le 1'Enregis-.
trement charge de percevoir cette amende.
R NSIOBNIGNEM NT8 Entend ensuite les affairs de :
MI TiOROLOGIQUUg A. J Tl66marque contre Artimise
France.
bse rvn uatoair Le juge Baron lit son rapport.-
DU Me Solon Minos est entendu en ses ob-
SEMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL servations.
Le minister public, Lac Dominiqne,
J.uD JuIN 199 c3nclut an re et do pouroi.
D 3 JUIN 1909 Sylvio Rocourt centre la liquidation
Baromitre A midi 762, "/'$ Ssnsaricq.
a I un Le rapporteur, Mr Ic juge Baron, donne
Temp6ratur nia un 2 lecture de son rapport.-
emnaxiimum 33 ,o Le Ministere Public, Luc Dominique,
Moyenne diurne de la temperature 27,5 conclut an rejet du pourvoi.
Ciel clair dans la matinee, nn pen nna- Romulus Cornet, contre Petit f ere
geux dans I'apres midi. Orage au S W a aymond
2h. 6c'airs au N E A 7h. du soir. Bonne Mr le juge Baron a la parole et prisente
brise de terre touwe It jou-ne. Baromtre port.
16grement en hausse. Me L.ger Cauvin est entendo en ses ob-
Le temps a d favorable pour l'observa- eratnis Public, Dominiq
Le Ministere Public, Luc Dominique,
tion de l'eclipse de Lune. L'instant pr6cis onclut an rcje u do pourvc i
du commencement de l'eclipse partielle, Vonclut arejet du pourvo;
n'a ptt etre observ6e cause d'un peit Vu re av~a ie siege est ev6.
nuage qui a cache le bord oi I'immersion T"bDanal de Commerce
devait avoir lieu. COro,,epcement et fin .Audince du Jeudi 3 Juin 1909.
de 1' !ps c totale ont eu:lieu aux moments Prisidence de M. le juge Dr Saint-LIger
indiqu~s. La fin de I'eclipse partielle a pu Perrier ayant pour assesseers les juges Th.
etre note. Le b3rd de l'ombre a t6 iri- Dossous et Jh. Gira.
td avec predominance du rouge. Le Tribunal prend s.ege A 5 heures et
J. SCHERER demise do soir reserve les affairs de Mes
Fermeture de la malle Valembran et Latorte ; fixe A la prochaine
Lea d chess pour Kingston New audience l'affaire Mme Chavineau Durocher
a dpour Kingston N centre Mme Bloncourt ; entend celle de
York et I'Europe. ( vi. Kingston ) par le Mine Kosanna Jn Philippe, demanderesse
steamer 4du courant 2 heur~s pr~cises de l'apres- sur opposition contre Jules Schama
4 do courant A 2 heurLs praises de Iapres- Me Leo Aklis pour la demanderesse a
mridi. u les conclusions d, son opposition n er,
Por:-au-Prnce, 3 juin 1909. Me F. D. Casinsir r pond par celles n* 2.
Tribunal civ 1 Me Alexis requiert la communication des
,Audience civil du Jeudi 3 juin 19o9. conclusions de Me Casimir; ce uui a et&
Le Tribunal sous la prisidence do ijge accordC par le Tribunal.
H. Mondcstin, assisted du Ministere public Mes. Lespinasse, Ethiart et Alexis ont
Alirtd Thibault,enend les affaires suivan- obtenu la reserve de leurs affairs.
M Me Luc Thhard pour Antoine Audain
J. B W. Francis centre Guillaume contre Valenton, represented par Me Eraes:
Vaillant ( Defaut ). Antoine, a donn6 lecture de ses conclu-
Petit Mai Maim6 centre Choleau Jean sions et a requis defaut contre parties et
Toussaint ( Difaut). avocat; mars sur one observation de Me
Les consorts Scipion contre les con- W. Francis et d'accord avec Me Thbard, e '
sorts Poto Jean Baptiste ( contradictoire ) tribunal redvoie I'affaire A one autre au-
Lon Audain contre les consorts Po- dience.
to Jean Baptiste ( contradictoire. ) Me W.Francis poor Henri Brisson contre
Tribunal de Cassation Mme Alexandre Deffray a lu ses conclu-
SECTION CIV.E sions et a requis d6faut contre la d6fen-
S Cderesse. Le tribunal en a faith droit.
.Audience du Jeudi 3 Juin 1909. L'affaire Picciotto conore Eugene Lafon-
Dix heores et demie du matin.Le Tribu- tant est fix&e i one audience ulterieure.
nal sons la presidence do juge C. DCjean Me L. Viard pocr Cr6idy frares et Me
prend siege et prononce l'arret qui case Michel-Oreste pour Joseph et Salim Ma-
et annule eI jogement do Tribunal civil klouff out 6chang6 lears conclusions N" I,
de Petit-GoAve, en date do 5 Fivrier 1907 2, 3 et 4, roulant sur une exception de
rendu entire Montino Manass6 et consorts communication de pieces proposee par I'a-
et Sidoine Fieffe ; renvoie I'affaire an Tri- vocat de Maklouff et combattue par les
banal civil de Port-au-Prince ; Creidy. Les avocats des parties ont d6ve- ,
Les Sections-reunies entrent en si&ge loppd leurs conclusions respective pendant
sons la pr6sidence de Mr le President H. pres d'une here et le tribunal a ordonne
Laechaud et prononcent I'arrft qui rejetre le dp6t des pieces.
parement et implement come mal food. V. I' h:re avancte, le sitge est level A 7
Spourroi do citoyen Thiers Alphousel heure et demie.


Rec; fiction
D.n, an i i- co.m,,te-renlu de la stance
de mardi dernier du Sneat, notre reporter
a, pas errcur, relate que la Resolution en
faveur des sinistrrs qui se trouvait devant
le Grand Corps avait 6te present A Ia Chamn-
bre par le ddput6 Jn-Francois.
C'est notre ami J. M. Br6dy, d6put6
de Port-au Prn:e, qui a'eu a prendre cette
initiative.


VENTE D'OR

ornfo 'mmnentauxios-
tructions de M. le Se-
cretaire d'Etat des Fi-
nances et dui Commer-
ce, le Bureau central
de la Recette et de la
Depense mettra en ven-
te sainedi 5 juin Douzz
MILLE DOLL IRS (12.000)
pour le service du Re-
trait des Billets de 5
gourdes.
-- .-- --: --
J ULIEN COURTOIS

Voice; qut la mort vient de nous enlever
Julien Courtois. Julien Courtois etait l'un
de c.s rares hafiiens don't notre malheureux
pays a dediigne de s'enorgueillir.Il possidait
tout ce q'-'il fant pour reussir dins one
democratic et pour ant il a constamment
v6g6t6 din i ne si uaion medioa'e, d&-
p'orant t'inu ilite de qualias qui partout
aille' rs l'acr.ient place au premier rang.
Ap:cs avoir faith des etudes sanctionneds
par les succ: s les plus brillants, il s'6,ait
allegrement lanc6 dans le monde, l'oeil fixl
sur qutelqne noble ideal qu'il s'g;ssait de
realiser. Idlas I'am&re experience n'avait
point :ard6 A e dtsillusionner. I s'tiait
apaiiu q e e progrcs tst impossible dans
une s c -' oa intelligence, I'instruction
tt la itnue morale ne sont point en hon-
neur tt ccite crt elle ddcep ion I'avai mar-
qu6 d'une inetbitble empreinte.Q.toi qu'il
en soit, vou!ait rester independent, il s&'-
tait resolu A ne devoir le pain de sa famille
qu'a son travail. Ainsi l'ai-je toujours con-
nu.
En vain, sous I'empire de l'emotion, je
cherche des mots pour peindre le siduisant
compatriote que je m'6tais accoutum6 ai-
mer. C'est que j'6tais anime A son regard de
sentiments que ni I'd'oignement, ni les
vicissitudes ne pouvaient altirer.
Ce fut lui qui on',aseigna la musiq e.
Aussi sa i hysionorie sympathique fot-
elle fmmiliere pour ainsi dire A toute ma
premiere jeunesse. Par uu tendre soir de
Nce', A un rtveillon qui nous reanissait, je
le revois semi'l.int, gai, pleinement heu-
reux de vivre. Comme il nous transportait
d'aise alors par sa conversation 6Clgante,
spirituelle et fine !
Dans le salon de reception, avec ses ma-
nitres engageantes et gracieuses, son esprit
remarquablement vif et pr&t A iclater, il
6veillait tout de suite one bienveillate at-
tention. Puis j- le revois encore en des
circonstances penibles : la mort de ma
mere, celle de mon frere.
On aorait dit que Courtois recharchait
ce que cette vie si mauvaise a pourant


'parfois de boa pour s'mpressr de
voorer. C'Etait, quoiqu'il s'en ddh
po6te. II avait do pocte le spoaM
thousitsme, les aspirations largest e
reses. Personnel de ceox qui Ioat
quenti ne resistaient i l'aimer et r
mer de cette estime spdciale que fait gZ
la consideration do courage chi,~
bone homeur. Car ce vaillant luttea
les difficulties, les obstacles d aienti
sants i dbtanler avait ne indisctl
lear. Elle se plaisait, par one cqu.t
charmante, A se drrober aux sollicii.
d'une curlosite trop importune. Elilesl
nif-stait cependant sur on terrain q- y
tait propre, c'est i-dire an Lyce, d
cette chair de philosophic qu'il oc~
Son course Etait on veritable r6gal, onS
de intelligence. Je n'y nsisterai pm
vansge. Cependant la vraie originaih
Couorois ne se trouvait point IA. C'tal
musique qui Etait son domain d'AC d%
Jamais homme en effect n'entrora mla
que d'une si complIte et si absolue ar,
ration. Non scu'ement la musique, .
chose divine, le ppnCtrait souverhinmi
mais el'e faisiit parzie de son etre. )J1]
vonait on culte.
Lorsque sa libre fantaisi, interprdg
quelques-ons de ces morceaux tels quI
"Himac" de Ly ber ou la Rapsode, vl
d'Edmond Saintonge, puissant compoia
trop tt: disparv, c trait un dlice. Alakb
melodie ei6gan-e ou superbe me trosiA
delicieusement, tandis que je songeas a
vers melancolique de Sully Prodhomw:
.'La musique apiise, erchante et dblied
chosess d'ici-ba.
C'est que Corr ois savait merveillwio
meant faite chanter le piano.
Oh I le me rappelle le p'aisir relekrl
j'eprouvai, on jour que Courtois me
gratfitit d'une audition de Chopin, ,
Chopin qu'on ne se lasse point d'lia
come ayant exprimb dans la lao Wis
mortelle des sons les infinies tristemau s
ne existence qui devait si rapidemesbt
chever. Qui aurait pu pr6voir.que celle i
mon ami aurait une fin pareille ? D4,
depuis quclque temps, il se sentit p
fondiment atteint. Chaque fois qoe p i
rencontrais, je I'adjurais de se 131i0
de se soigner. Mais le poovait-il, it'
charge come ,il 1 tait d'une nouLnh
famille ? II me savait gr6 de ma solltcid
inquiete. Ah si ma bourse .n'0t l
plussouventpaleine d'arraignes,c sit ~
cc que q 'aurais fair pot r ILi. Courtoiss
ttignait peu A peu. Ai si cet imntitU
eminent qui avait conwacre rant d'1ru
. I' .nstignemtnr, qui s'y 'tait dl4
sans measure, arrivait au terme de
vie, pauvrc, d6couragC, meurtri, 'sI
rtu nul prix de son admirable tffot.
Lardpub'ique n'apoint daignite lnd
main secourable A ce paifait servirct
s'est ceptndant prod gui pour elle.
la r publique, comme Saturne, d&e
meilleurs entrants.
Jolien Courtois ne sera point
Son souvenir harmonieux se
dans les cceurs aussi loogtemws q-'
haitienne fremira au spectacle d" I
tinction morale. MAUI



C1" & Transa

Le paquebot MONTIPfJ
attend Dimanche matin 6
partira probablement Londi 'it
heurea pour Petit-Goave, St-- M
Gooaives.
L'AoIMT
E. OBS*I


_ __ __ __~~_ _____ __









Sdoli Matin chacun emportait le regret de ces heures'
I o ain lexquises et trop braves Ile souvenir de ce
-u ,bal unique dans nos annales mot d ine-.
obo0 d'Aquin et I 'esprance de se retrouver plus s,,ve.lt
SOUVENIR DE BAL dans ces salons si pleins de charmed.
C'eIst n oste raison que ce soir du Ti \4t
ir do man restera ioubliable sera inoubliable pour nous.
a~e Svenir. II a po no A. SYSTA NT.
tne final de cette d6sesprante SYSTA
qui afIligesit si longtemps no- ---
SAu brillantes maniestations pi- Avis Commercial
do matin, aux discourse pompeax,
id'Aqliv e vot r olep g raDaPO Le public et le commerce sont avi-
dsAqsio die oire notre auguste s6s qu'A partir du ler Juin la maison
al, ii nots atit rnserve uu r -tg C. Bien Aim6e & Cie est dissoute.d
d b! de pt de 'ineMonsieur C. Bien-Aim prend la
es.de aotre locait-- Ce- mc-s suite des affaires avec I'actif et le
i'Club mondain nous l'avaient passif. 9 .
es onionss crore. Port-de Paix, 29 Mai 1909. c
gllOS n'osio0S croire.
a wlezz-vous ? -C'est un caractCre -
sx mortels d'6tre sceptiques Avis
*lar rts a-til depass nos esprac ir
sirmi a oiii de ceu o qi toer C Le souspi gn, Paul Barthe, donne P
oipul que tout de realhenr out avis au public qu'il a des droits rdels fl
Sque our la propridot,:sise rue Bonne-Foi. oc- -
is hb inatgu al a &t6 un veritable cupee pour la Pliarmacie A. Bob rts
t mondain. De longtemp nous, (dite Pharmacie Nouvelle ) et qu'il
',,g va dployer tant d'clat chtz noas 'oppose ou s'opposera A toute ac-
mtsufrprise avait tt6 bien agr6able de tion qui pourrait tre entreprise con-
trouver dans des salons coquettement cernant 1;a proprtlte au prejudice de
de Mi et Mmc P. Arnoux, an mi- se. droils.
Sd'n loxe inroui, cii de jolis visages arise, '21 mai 1309
ians toute leur frecheur de pr.n- PAUL BARTHE
ct l gice de leur parure, ajor- -- --- -
h labeoaut de ce fe',ique panorama .
Sices mesieurs du stxc 'aid, impec-
"idads leur tenue, gr.v sedans leur s
ddi, promenant ou se tenant en petits ou
Ls, i attendent fievreasement que Le steamer a Westerwald a ve-
rwsmence. Mais blent6t, notre sym- naii de JAm;e et Petit-GoAve est at-
ise,,idnt dh nant de JdAmie et Petit-Goave e-t at-
qgia, l D .abjuse,Fridenc dhon- tendu ici le 5juin. re
i do Club mondain sannonce. -,
lamw presider cette fete do n6e en Il repartira probablement 1i m-
aMe de sou Excell.nce. et partager me jour pour St Mare, Gonaives, Port- 10
iire joie de pouvoir offrir un just de-Paix. Cap-Haitien, Moqite-C, rist .,
h d'fdmiration er de reconnaissance A Puerto-Plata. Sanchlz, Samarina, :St- j1
S.vYdtrd Chef d'E at. Thomas, Le HAvre et Hambourg.
Lasuique et es braves 1'acclamenr, Les person nes desireuses de vova-
It'eM osl impuls:on de cette joie quc ger pour I'Europe trouve ront A board
Illident du Cticle,Mr Leonce Maignan de ce steamer routes les corn odit6s
liabite a o envenue, et rem rcie tous modernes.
artpondu a I'aimible invitation da Pt au-Prince 31 Mi 1909.
".- Pus Mr Justin Berger, dins n Iot au nce 1 10
lcboisi, pla ce q'elqLies mats heu- 0G. KEIT;L E c Co
"pour le bonhur et Il pr so ritC du A "S.
uoomdain do:.t i es' le Vice Pr-' .
hkd'honlner, et ro s incte i trivail
'a pogrts Et c'esit Ie general D.rbou
did 14r la te dei: J irs ennuas n e l lus
khm l'en:ente, se bsan t stir cette dc- i 1p
Rm: L'union fiit la f ce ". Des
c"ments prolongs se frnt enaen- S'il n'estfait avec la "Pillsbury'u s
Scbahmpagne s rvi et dc~I le clav.- I Best"
I.lnaDt sous les do gts agiles de nos
pisistes' La meilleure farine du monde
co--,olation de Pouvoir oublier un .
das letoulb lon d'une vase to Cellqu done le miller pain
peMites ch:trrres de la vie quoti- Qui product le plus de pain con
. Quelles douceurs infin'es d'A:re Le pain le plus blanc
lm, speciacle de cavaliers et da- Le pain le plus 16ger. I
Slvrant avec enivrement aux plai- Pour tous renseignements s'a-
SI9 danse, d'entendre lear rire foo t d r t :
S3 Propos, d'Lprouver route la sen- de A
d bonheur sans mdlarge dans le Ernest Castera la
ir apieux des fleurs :t des corages,
h.a avidement aux senteurs de nuit reprsentant de la PILL.sUHY's WASH-
S. joier6ait en souveraine deans *t FLOUR MIt Co MUnBAPOLIS L
"o-de d'invitCs si avides de di- ILS
etits. ra mnsique cntratnan e et --- -- -- -- tout
it s tes gaies dan la e Tib re Z6phirvn Bell est
Sediabo I. Ce. si cLoyeCe,t I, d3m
l olD..,p, ro alors une arc- Fabricant de chaussurea
sr- me chor r eroa i. Rue Tiremasse, facade Nord de
a uc .fu*, lee ati, pt- l Plac de la Croix-des-Bossales.
e 9a l chlie do macn 'Ies SPECIALTrI :
mirdt si ddlicines, o6 PANTOUFLES M7 LES


Kol7 ae Kiniston
hola tie Kinq stoni


Kola-Champagne
Iron-brew


fortifiant
tonique


de !-i Ch -'.-v's .se.at d water factory


1:1


%, 4 1hI11( -


eClh1z (Cttinat Fouchard


RUE DU)1 CENTRE


NESTOR FELiU
x *t'I viti i;
le rouviir' sont atot I(I" 1 tSri'L,
Rue deq Mitacles ) N pr s i& do M-
Atger Cauvin,
Sa tiOuve'ra
'Oomwo~ tOUjOllT'S ttc)Llff -,tt",factiou
?our les trayvu xi i 1..! -eiolit coD-
ds.a


t'F C. L. Verret
Taiileur-Marchand
Dornne avis A sa bienveillante clien-
kel. qua sa maison No.7, Rue Traver-
.itie est toujours bieu pourvue d'une
vari6te d'6toffes de la haute mou-
veaat6 parisienne.
(UALIT* SUPARIBURC. COUPSB i*ArNT
TRAVAIL SignN. ExBCUTION PROMPTE-
Prix tr rduits I


VoillczZ-v uus hoi re
DU

VERITABLE KOLA?
C 1< 1I a W t Iicfit< Ac. iai too*l ..11ic
lVi lel-a Wra tei's Cox pan y dle
Kingston ( Jamaica )
DU K).\ \\!NE ( \NVi 1 K Rola )
DU IRON BHE\V KOL..A rL-NIC )
coninlll llls 'r it's ,-i l,. s ni'tleciins de la Jamaiq(le.
Vein. z cli' z M 1 idarn .A~i'Ar liionetil ot' vous eni trouve/, par baul de
donzarnes,--par dou /iii. de bouteilles; et par bouteille.
R i1 Fi:.;finai;so, 8 ( Sai; t-.1oseph ) presqu'a I'Angle do la G(rnd'Rue.


Pr ilU s ,jiie l lqueL ur la Toilehe
1, M f at m df ft 40w I IS
S mmcras6 poor u
CR9M hgME n MADocN
POUDRE VBOouTaR 2I
: R SAIVON ftIS"- td *
j. SIXON. 9, raJaboir St-autia. PAMIS f 41. f6Ctr 16 jmlitatIoU

adoucit lepletrnme auquel elle
LA I donne une souplesse et un ve-
loutd incomparable en lai com-
^^m^J~aB^ ~muniquant son d61icieux par-
i. Elle conserve 1'eclat et la fratcheur du teint, car elle est souveraine
itre le hAle, les piqfIrvs d'insectes et les eruptions de la pean.
sans bismuth, invisible, adh6-
LA UL|iTu lli 1 ll rurente, impalpable, pr4par6e
I J llll 19 ] I U k 1 sp6cialement pour les person-
m M nes qui veulent avoir un teint
prochable ; son parfumn d6licat, son veloute out contribu4 & fire d'elle,
Favorite des Poudres de Toilette.
A base de Cr6me Simon,
Sl ll 1 prpare selon leos principle
"=E JoisJl.e l I l u I le us scrupuleux del'hyginB
possede A un certain dgrd
es les qualit6s bienfaisantes et pr6servatrices de la Cr6me Simon ; il
particuli6rement recommande pour la Toilette des enfants et pour Ie,
es don't la peau est dAlicate.
Agence G6n6rale et D6p6t pour Haiti
.A. la MVLtropAIole
MAISON JULES LAVILL3
98, R e d" Magosin as I'Sast, 93








Chapeaux I
Chapeaux 1
Chapeaux t
PAILLI DI PSORT-RICO
ACCOUREZ CHEZ
Feliberto Gonzales
ET
JOSE SAN MILLAN
FABRIQOU DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon de Ciffwr du Leovre
Pour toua les gotta et pour totes
lee bourses.
.m
Chapellerie
ACCOUREZ CIIEZ

JAIME" TESTAR
Le clapelier remarquable, avan-
tageusement connu,fait savoir au pu-
blic en gen6ral et A sa nombreuse
clientele qu'il vient de transf6rer sa
FABRIQUE DE CHAPEAUX
(L'ANCIENNE MAISON DU LOUVRE)
DE LA PLACE GFFFRAItD A LA
(iRANDI)'UE ()U Il::I UBLICAINE
No 149. En face de la Poste
Le nouvel Mtablissement est ou-
vert sous le nom de la fleur de
1'Am6rique
II promet soin et promptitude
comme toujours.

Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en d6p6
un grand stock, pour la vents or
gros et en detail, de chaussures ev
tons genres pour
HOMMxS, FEMMES, ENFANTS
Les commands des commercants
de l'int6rieur pourront Atre executess
dans une semaine a pea prbs.
23, Rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PRINC ( HAITI )


Chez App. Cipolin
155 R.ue Rdpublicaine en face de
E. Robelin


Mr


Viennent d'arriver par dernier va-
peur :
Pate de foie gras. Saucisses troufies.
Pigeon aux pois. Tapioca. Choucroute.
Asperges etc. Fruits cristalis6s par li-
vre et par flacon. Prune d'entes. Vins
rouge et blanc. Oporto. Malaga. Ver-
mouth. Cognac. Champagne.

Vient d'etre 6ditde et mise en Vent
Une nouvelle Valse lente suggestive de
Ludovic Lamothe.
PAPILtLONS NOIRS "
L'exemplaire P 3.
S'adresser toujours A M. V. Mango-
nes.
Chez J. Laville, 93, Rue du Magasin
de I'Etat.
Port-au- Prince.


Grand Rabais I

JAMESTOWN TERCENTENNIAL EXPOSITION ( t907 )
HAS CONFERED A


Gold


Medal upon


Tannerie Continentale

DE PORT-AU-PRINCE
CH AUSSURES
CHRVREAU GLACO, pour homes et dames P. 10. Enfanis P. 8
VERNIS CLIPS a 12 a 10
COULBUR LOTUS a 12 2 10
Pour la vente en gros 5 olo d'escompte.
i _. .


GRAND PRIX


HOURS CONCOURSE


Rhum Barbancourt
L6dailles d'or, Mention honorable, Membre du Jury, Grand
prix, Hors oonoours dans toutes lea Expositions depuis
1881 jusqu'a 1907. ( Anoien et Nouveau Continents)
Madame Veuve BARBANCOURT, seule d6posi-
taire de la marque Rhum Barbancourt et seule propri6-
taire des formulas qui out fait obtenir au Rhum Barban-
COurt les m6daillc~ d'r de toutes les Expositions, a pris la suite
les affaires de feu son mar, et se tient a la m6mehalle, sise 7, Rue
des C6sars, a la disposition de sa nombreuse clientele,
don't les commander seront ex6cutees avec le mAme soin que par
le pass.


Pharmacie W. Buch


Place


de la Paix


Execution prompt et soign6e des ordonnances.
Analyses scientifiques et techniques.
Analyses des minerals d'or, argent, ruivre et autres metaux d'apres la
m6thode americaine ( fire essay ).


Fabrication d'Eaux gazeuses,
Champagne a P. 6 la douzaine
Droguerie en gros
Proprietaire : :W.


sirops et veritable Kola
e.


et


en detail


Buch


Pharmacien dipl6m6 allemand
D6p6t de Kola-Champagne:
Aux Gonaives : Madame P. Laraque
A Saint-Marc : Matdame E. Martelly
a Petit-GoAve : Hermann Reimbold & Co


A 'Ange Gardien

98, Rue du Reservoir, 98


A VISITER :
Derni)res nouveaut6s
FORCES DE CHAPEAUX RUBANS IMPRIMiS
DIRECTOIRE COURONNES Di MARIfE, etc.


Articles de lre


rescues ce mois
SUR CHAINE CEINTURES.


Communion: AUMONIkRES GANTS-


MiDAILLES CHAPLETS IMAGES CORSETS POUR PILLETTB8 CHAUSSrTTUS
rr BAs Tissus POUR ROBES, etc.
Sp6oailit6 de deuil: CHAPEAU de crbpe dernibre mode- SAu-
Toas BRASSARDS- COUmRONWm MORTUAIRtS, etc


__~_ ___


Maiso F. BRIJi
U45 tURAND I g 1i
'; ri'9" Par

Lo HODELIN

Vient do rec.,oir Rn raa
teder diagonal,% oa~ir Ulm rali
lt, Cheviot. Pour deulio etc,
4. pafticailromae.&t a etcl,
bel*e couiction do c u*$ do
do sa ilets 40 flat'Uris at do ~
Wtout boaut,6.
slpaclallt6 4. COU12am"
o0ss COUP.. Fraugalse APj
Amfricaan* do Id ae
LF AMaion Confecttfir D artmj
tLUM. failitaf~rox habits
r4". eta stagdo. a*

Cordoin, ri. Nowy


B. B. PETOIA
t43, GRA. N D'RU N 1U
PORT-AU-PRINCE
CEAUSSUPES IN TOUI 0XM
N DtP6T, POUR LA Y3313
3 BGROS XT DtTAIL.
RX&CutUo aprompk d
oOnmaindx.. tant qa q
Provlnoo.
Former A bomme. ; 6dg4ulep
tiofneljes.
Chaussuireb 't dares( Dwibe
de La Paris ) et le )11s co8nCon
-rIs ur eJ '~:
a~Sd i"- I 'it- ii. d~ gW.~
4'906 sdiv'cion et dures
bl.'u, I 'j.s Ai rvantageux.
Ctra j x pa --ea t IlquM~
i'-- .. & &


A LotLtGAE0
Q00RDQDON NERIE.
3M. EMECUPEISB
42. Rue des Fronts-Foils
CHAUSSURNR EN Di16T,PouR IA
Promptitude et soin aux
des taut ici qu'en proviale.
Chaussures de Dame fore *
vail toujour. tout ce qu'il Y a
SOUveaux.
Forms am6ricaine at fra3QdP
Messieurs ; 6lgantes at
Pour les enfants 1 pjusr rlw
Travail solide exdOu*
&e. paux do premi
Assuaamc do gr ndr aba
atwo, Cirgmes et Ltqd"

PHoT(C~RGBA
Jei. DUPLESI
Grand atelier do
12() Ru3 DU CEPtU
Travau do touts"a
toutes grandeurs. -
Rleproduc~tlOflsAVrn1~