<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00634
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: May 31, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00634

Full Text




.i AnnEt, N. 650


PORT-AU-P1NCE (HAITI


Lundi, 31 Mat 1909..


B -


j


I a


OUOTIDIEN


AboMneonts: DIRECTEUR-FONDATEUR LE NUMeRO 15 CENTIMES ,
o hl ML G. 2.00
r' t -m i TwOU.. .00o C16ment Magloire
.Uw Moss... 2.20 I|e -nsen n e t- eee men a se rea etmOr e
i Tao Mos e 6.00. ADMINISTRATTUR, Arthur Isidore DIRECTION- RDACTION-ADMINISTRATION
mak ..-... TMo Mos. 8.00 45, a eo, 45

j III I IIN


SIQUE


Chapeaux ronds

Pour DAMOCLUS VIEUX


I'aime beuaccp les femmes d'esprit et J'etais chez elle, ces jours-ci. Comme
oguies; Jels aime d'autant plus qu'il tooiours, vers qaatre ou cinq heures du
m'arive ps too s es ours d'en ren- soir, je la trouvai assise sous la tonne!le
trer une. Je trove dans lear language situde A l'est de sa grande maison b.isse et
umver ren te, on charme tout parti- non loin de ses chores fleurs don't elle
,que ja cherche encore chez les plus prend autant de soin que si elle craignain
M s causrns doot j'aie admire le ta- de les voir sooff-ir. C'est la qu'elle s'ou-
josqu'ici. Assourment, il n'y a per- blie durant deux ou trois heures A lire
rBe qui pisse lear tre compare dans tant6t des journaux de France, tanit: les
rings, qaed il s'agit de fire valoir, tragedies de Corneille et de Racine, rare-
on rfcit, par example, la simplici'r ment enfin quelques romans en vogue.
It iil'C1Cpce de l'expression, Ie na- De I'auteur du Cid, nous avons lu ense'n-
et surot cette fine leur de la grAce ble les pieces de debut ; mais, a part 1l>
It parfo noos entire jusqu'au coeur qatre grades oeuvres de genie qui tont
ems captive. Je Corneille le tragique toujours 4 jeune
lais biea que les 616ments dapprpcia- de eg'oire et d'immor.ali 6 ,, elle prlefre
tieont pItlesmemes dans les dcoxca; lire les p dec-s d: dclii, tel es que P-yche,
M tinad que les qualitis d'un horn- S-irena, oi Coraeille se retrouve peintre
fts sd.isentD e s imposeni A otre de I'am ur-pissiona limitation et sous
Fion pce quo'lles sont relles, le l'influencc de la po6tique racinienne.
atot ntre pour beaucoup, j'imagine Precisment, sur la chase place A ses
Ctst A soo avantage-- d ns le joge- p:eds,un livre tiait ouvert don't la brise tour-
qoa now poraons bar one f mme nait l ollement les pages dans nn sens el
I t tCarb dans l'autre, et qui contenait Its dernieres
lobjetuAl tout nous devient almable. tragedies de Corneille.
Mais je vous prie, cher lecteur, ou le pris le livre et je tombai sur ce pas-
6t, chkre lectrice, de ne pas prcn- sage do ballet de Psyche ou I'un des per-
ceci trop i I lettre : n'alez pas croire soUnages change ces petits vers doux et
"it quelque sentiment poor la deli- delicats :
Veuve iA melle re aonge en ctri- Est-on sage
Cs ignes. t le est bele : son ma- Dans le bel age,
qula l, t deux as A peine, ne me Est-on sage
s las Ii voir enleve la prime fral- De n'aimer pas ?
de ia pniertC ; elle est simple dans Que sans cesse
a ires ;le, Ccrit bien ; mais 'sime L'on se press
S :euxson llaugage que son style. De goater les plaisirs ici-bas
cnultive les fcurs don't elle respire le La sagesse
P jusquau trouble et A l'enivrement; De la jeunesse,
ae Itla cre, Ia mus ique ett la dase, C'est de savoir jouir de ses appas.,
Pe de M. Frangeul, qui, A son v i Allez-vous parfois an bal, monsieur,
illent n pe trop s partenaire A terrompit-elle, en levant sur moi ses yeux
4 pl u fort p rop es part naires ; a te rro mn p i te n is
plus forte reason, c qc ue vs ap oambrges de longs sourcils noirs ?
aw0 step, qui n'et atqe cose q_ UOn peu srpris de cette question pose
.e enragee. J'admire donc m A brle-pourpoint je dus dire toute la v-
tor le:pto m de distinction qoi se ri.
t d 1; mis je ne coi pa Mon Die I Madme, le n'aime pas
dsre, .je e ls p que I'amour. A op ce sportn.l. J' rais et heoreux de
,puvO r y igarer souvent pour admirer


Ile grices de nos danseuses ; mais n'ayant
pas le godt de la danse, je ne veux pas
S:re ridicule en me prdsentant au bal pour
ne ne pas m'amuser comme les autrcs.
Et dans les reunions publiques ? oui,
n'est-ce pas ?
Qielquefois.
Je me rappelle vous avoir vu un soir
sur la place de la Paix assistant A un con-
cert donn6 par la musique du palais. En
janvier dernier, vous etiez aux courses do
Champ de Mars Vous vous rappelez,mon-
sieur, vous etes vnu m'offrir votre volture
A cause de la pluie qni s'&ait mise de la
parties.
Vojs avez bonne m6moire, Madame,
je le vois ; miis pourquoi dites-vous tout
cela ?
Mme X me regard et sourit dlicieu-
s-mrent. Je devinat tout d,- suite qu'elle
voulait, selon son hibitude, meitre ma cu-
cli)sit6 en eveil par une pause voulue. En
ftTft, sensibement intrigue, j1- renouvelai
na question sous une forme pressaine.
Eh beri, fit-elle, en trainant an peu sur
_Is mo s, com'ne si I'expression n'6tait pia
i e, je voulais fire avec vous cette re-
marque qu>z les jeunes files e surtout les
ti!'ettes d aujourd'hui, se mmn rent (c sages
i Ia mode de Psych e : elles inettent lear
conduite d'accord avec les conseils conte-
nus dans les vers que vous venez de lire,
in point qu'on pourrait croire qu'elles eu
tf):t connme une regle de vie.
Ah oui, et j'en sais de belles sur
ie comp:e de quelques unes. II est possi-
ble qu'elles n'aient pas lu Psyche, pierce
que les dernieres productions de Corneille
sont tres rares ; mais elles ont lu sans au-
cun doute, dans les anthologies classi-
ques, quelques strophes de ronsard a Casa-
sandre, A propos d'une rose qui avaitl vC-
cu l'espace d'un martin. Ecoutez la der-
nitre :
Done, si vous me croyez, mignonnt,
Taunds qne votre Age uleuronne
ihn sa plus verte oouveautk.
Cueillez, cueillez votre jeunesse.
Comme a ceste fleur, la vieillesse
Fera ternir votre beout6. *
Les deux grands points oat exprime la
mtme idle. Cela veut dire en terms semi
prosaiques : la jeane fille ne doit avoir
ricn de plus press que de cueillir les ro-
ses de la vie. Ma foi I qaand j'y songe,
j'approave sa coadaite, car,quel part pren-
dre en dehors de celoi-lA ?
-Entendez moi bisopmonsiear,ce n'est
pas i conduite de la euane ille que je


trouve b'imable ; je n'en suis pas IA. Car,
il serait absurde de vouloir que la jeune fil-
le de dix huit ans, c'est-a-dire. bonne i
rechercher les plaisirs du monde, sacrifice
ces plaisirs A des exercices continues de
devotion ;qu'elle pisse toute sa vie A 6gre-
ner son chipelet et A courier A I'Eglise.Ce-
la manerait nos jeunes filles A un beau r&-
sultat : coifer Sainte Catherine, comme on
dit : mais j'aimerais autant qn'elles pren-
nent levoile et qu'elles apprennent ou bien
A soigner les pauvres, ou bie.i A diriger I'a-
sile d'alilnds don't la construction est en
course avance.
Non, la jeune title a sa place an bal,
dans les reunions pub'iques ou privees,
dans les blanches alle6s du champ de Mars,
dans les concerts qui se donnent sur la
place de la Paix, sur la place da Paatheon,
partout enfin ou elle peut se montrer de-
cenmment et faire valoir, dans les limited
permises, sa bcaute, ses graces ou ses char-
mes, aux yeux captives de nos damerets.
Mais, la fillette, monsieur,la tillette por-
tain j',ge court et chapeau ond le mot
est d'un abbe. je crois vous conviendrez
.avrc moi qte sa p!ac:est plut6t A 1'cole...
1.cn. Or. dans les reunions publiques on
privies, au concert, au bal et surtout au
bil travesti les, assauts de galanterie se li-
vrent plus aux fillettes de quatorze A dix
sept ans qu'A leurs devancieres. C'est an-
tour d'elles que s'erapressent volontiers les
i'unes vandales ", parce qu'ils arrivent
plus vite, de ce c6C: 1-, au triomphe de la
bonne issue, comms dit Stinte-Beuve, et
que, d'ailleurs, cela n'engage a rien on
presque rien. La fillette est la reine, la
deesse digne de tons les honneurs, de tou-
tes les libations : je crains b-aucouq qu'el-
lI ne finisse par detr6ner ses ain~es I
C'est A peine s'il y a eu 160 marriages d'oc-
tobre 1907 A septembre 90o8,oous dit Pan-
nuaire statisti ue de Vincent. D'un autre
c6te, M. Magloire, qui pursuit ses eta-
des sociologiques avec une tonnante saga-
ctte, a enumere les causes ou les faits qai
donnent lieu A cette inquietante faillite de
unions consacrees par Dieu. J'ajoute, moi,
que si les jeunes filles proprement dites oe
se marient pas beaucoup, elles doivent s'eo
ptendre an pen aux fillettes,aux japes coar-
tes : lears petites scours, leurs cousines,
leurs amies, lears ennemies.Lesj eunes"van-
dales "... attedent plot6 les fillettes, et
celles-ci esparent, confiantes en learn at
traits riutaniers ; tandis que lee vraie
jeoes filles, cells don't I1 pubern psy-


CHROI


Jupes courts


et


- -~~~------- ---- --_ ; --- --L-- ---


C--









chique n'est pas trap en aeance snr la phy
siologique ", attendant et se dsespcrent !

Quoique charrc des esp4'cgleries dt
ma spirtueelle interl.c trice, je regard!
I'heure : sept heures et demie ; je regard'
le ciel : ide gro; nuages noirs s'accuinu-
laient derri ele l Fort National, d'ou ils
menacaient de crcver sur la ville en unt
cinglante averse. Je pris cong6 sans avoil
presented Ii dfilnse de nos fi letters Ai-j+
besoin de lc d re ? je ne soI s ras de mem
avis que lur- accusaurice. L s fiilettes son'
des apprenties : elles doivent done s'tx:r
cer, fire leur stage. Voil. pourquoi, 6
ces tillettes portant jupes courts et cha-
peaux ronds, trotteuses" et canotier "
je recommanderai toujour d e rc '" sagts
U la mode de Psych, "- le mot est joli,
o'est-ce pas ? j leIur dirai, surtout, en
prenan(A leur girgd une p. ite lcence,..pc6
tique : "
... Si \)tis me crovcz,* mignonnes "
'Lan'alis que votre age tleurtonne
In a plSuIis verte nouveaute
(:ueillez cueille/ 'ostre jicunesse
... .. a viellesse
Fera ternir votre beautW. *,
SYLLAT.


GRAINS D POUSSIERE

La critique parl6e est dans nos murs.
Elle est arrive par le d* rnier bateau, et
c'est M. Emile Prdzeau, l'un de nos plus
notoires cortemporains, qui lui a fait der-
nierement les honneurs de la mason.
On ne parlait pis de critique, on n'y
pensait meme pas et voici qne. tout A
coup,'A I'Alliance frangaise. qui a deja tant
fait pour I'enchantement de nos oreilles
la critique est parl6e, elle aussi. Tant
mieux! Puisque nous n'avons oas de the-
atre. c'est encore une veine de pouvoir
se payer un peu de critique de temps en
temps. II est normal d'ailleurs que, dans
cc pays, la critique precede le theatre.
C'est dans la logique ordinaire de toutes
nos affaires et la literature se ferait remar-
quer, si elle faisait exception A la regle.
M. Emile Prezeau a done travaille, de-
vant an auditoire de jeunes filles charman-
tes, la these plut6t scabreuse du Lys, la
nouvelle piece parisienne de M. M. Pierre
Wolf et Gaston Leroux.
Ces demoiselles de a I'alliance v savent
ddij comment on fait un hommne. C'est M.
Dantes Bellegarge, tres expert en la matie-
re, qui leur en a donned la recette. En ve-
nant proclamer leur droit a l'amour et a
la maternity, M. Emile Prizeau complete
lear education.
Voila done des lys b;en prdparees. Et
lorsque l'amour fera toc-toc A leurs petits
course, elles pourront s'en aller ais6ment
vers les pays de r6ve, vers les planetes d'i-
vresse et de volupt6, d'ou I'on revient avec
des gosses sur les bras.....
Nix.

Department
DE8


Travaux publics et
1'Agriculture


de


R6ponses
aux demands de
Renseignements
Pour eviter tout retard dans les tra-
vaux A ex6cuter, et des sorties par.
tielles de fonds, le d6partement des
Travauxpublics et de I'agriculture a eu,


en sa possession, sur sa dem
valeu's auivantes que le Tr6s
torise de lui computer.
D6peche du 28 Ddcembre 1
Secrdtairerie d'Etat des finance
mero 738 P. 3000
D6peche du 20 Janv.
1909de la S'.cr6tairerie
d'Etat au No 1109 400O
-- I
Ces sorli.,s dle fonds et lea
sont j'lstilils par les ordonna
apres.
ETAT
des Ordonnances de depense emi
veur de divers pour certain tra
cuts, lesquelles doivent couvrir le
payes sur r C as par le Dipart
fina-ces pour comp e de celui de
publics,
ClI. SECT.
3-'2. Ordonnance No 152 fa
mosU:hutes Pi ice & titro d'avalo
riatarations lu Calvaire doe
cet',; ville
S' ) Orlonnance N 128
faveur Alild Bjnnefil, pour
I .s i6parations de la maison-
nelte qui sert de local au
roste militaire de la Croix-
,*lts- Misionr s
OLdonnance No 131
faveur Pierre Dextra pour
les reparations du post de
police situ6 A l'extr6mitd de
la rue du Centre pres de la
garoe Iu Nord
Ordonnance N 125
faveur C. Soon pour les r1-
paraliois et ameiagement
A Ilhotel du Minist6re des
Travaux publics
6" "Orlonnance No95 fa-
vetur Vertulie Cavalier A va-
I,ir sur les reparations exe--
cutes au post de police du
mar, lie de la Cathddrale
4" Ordonnance No 86
faveur Normil Blain A valoir
sur les repar tions de la fon-
taine situ6e pr6s du poste de
police A i'encoignure du che-
min de Lalue el du post
MarchInd
Ordonnance N*92 fa-
veur Thermitis Vido a valoir
sur les reparations du poste
dlu point Rouge
Ordonnance No 99
faveur J. Gassin Blain a va-
loir sur les reparations du
poste d, police du march
St.-Louis ...
Ordonnance No 122
faveur Gessin Blain, pour
sold des reparations du
poste de police du march
St -Louis
Ordonnance No 82 fa-
veur Charles Bonny, A titre
d'avaloir sur les reparations
et la peinture de la fontaine
sise rue du Peuple dite Mme
Colo "
"* Ordonnance N* 85
faveur Charles B nny pour
sold des travaux de pein-
ture de la fontaine Colo "
4. 3. Ordonnance N 175
faveur J.Chancy pour la cons
truction A l'Ecole secondaire
de eette ville d'un hangar
destine a abriter le matderel
de la parties technique
Ordonnanc3 No 84
faveur Supdrieure des seurs
Ide Pt.-de-Plix, pour subside


anide, les aux r6parat;,ns de la maison
>r fut au- servant de loal A son dta-
blisemeit scolairo
008 de Iji 5.-1.Ordonnance No. 132
as au Nu- faveur gal. L. Bouchette 2e
a valoir sur les travaux de
construction en mnconnerie
d'un point a i'intersection
( des rues Ferou et Egalit6
P. 7000 c6t6 Nord
Ordonnancf No. 129 fa-
ir emploi veur L Bouchette A valoir
ances ci- sur les travaux de construc-
tion en maConnerie d'un
pout A I'intersection des rues
Fdtrou et Eglit6 cO Nord
ises eo f- Ordonnance No. 127 fa-
vauI eCx- veur Moncey Th6zin A valoir
es P. 7000 sur les travaux de construc-
ement des tion en magonnerie d'un
s Travaux point a Bizoton
Ordonnance No. 154 fa-
veur L6iio Fontaine a valoir
avour D&- sur les travaux en masorine-
,ir sur le rie excu:'6s A la rigole Des-
ruis-eaux entire les rues de
PI. 350. I'Egalit6 et du M-ntalais
Ordonnan" N). 173 fa-
veur L6lio l'ontaine pour
deux'6me a va'oir sui Its tra-
vaux en ma;onnerie ex6cu-
t6s 5 la rigole Desruisseaux
345.97 Ordonnance No. 93 favour
Thermitis Vido A valoir sur
les reparations du pont a
proximity du pont Rouge
Ordonnance No. 87 favour
Alexandre Baucicault, pour
'515.30 les reparations du point si-
tud pres le post de police a
1'encoignure du chemist de
Lalue et du post Marchand
Ordonnance No. 101 fa-
100. veii, Atnacius Jean A valoir
sur les travaux de construc-
lion c:i magonnerie d'un
pout au coin des rues des
Casernes et du Migasin de
300. I'Et it
0.lon.anice No. 126 fa-
vour Annacius Jean pour
-olile des travaux de cons-
truition en magonnerie d'un
jvont sis ai l'angle des rues
ics (:asernes et du Maga-in
127,10 Jd 1 IEtat
Ordonnance No. 171 fa-
veur Cicedon Saint-Cyr pour
dleuxieme A valoir sur la
206.17 construction d'un pont en
mur A l'intersection des rues
Ie6publicaine et Tiremasse
rigole c6t6 Nord-est partant
des rails du tramway jus-
323.87 4tu'a la rigole transversale
Ordonnance No. 89 faveur
Luxembourg et C. Solon
pour sole des reparations
du point sis au Nord Est du
647.76 Ialais National de la Capi-
tale


Construction de deux ca.
nots devant desservir la Pas-
314. .e Juampas faveur gal. B.
R6my, Commandant de I'ar-
rondlssement de Lascahobas
Pour les reparations des
100.70 tmurs de la prison des fem-
mes faveur gal. 0. St-Clair


199.10


200. 1b





200




300



328.35




'269.50



300


100




100





261.80





Y2360







1 i8.78




134

P. 6.635




200

200


P. 7.035
Certifid sincere le present Etat.
Port-au-Prince, 28 Mai 1900.
S. MI r-IrN,
A doWst Papsw.


Ferme-6cole de Turgeg
La fvr nse-6.ol- d-3 T'urgtau n,'a
6(d ni frine ii wsu1,endae lo ua 4
rappt Icr quo le oCattn avUIL I 'eUbIj,4
le temp, U' ID appoit quoel
meant de I'agricultur+- avait rtf 'I
recfelir dO cet LibIisgeet.A Lad*
du 5 du present moiQ, le h ere P..i
zupfrarie'wr Lrinci.alI d la Cbngrdpt
des Ft res avec qui INsd ipi
ments de I'Insiruction publique cil
I'agricul'ure avait passd un country pf
la crt-&ttou tie la rme expltimef
do T'igeau, vint lui-mfm e dam&*
aux dap-n tements de r6siier lecof
C.- qui fut accept de part et d'uk
L-, 10 Mai un inventaire compai t
fiti e t M. Lovis Emnile Elie fut Chud
riovi-oiremenLt de Ia direction de I'b;
!i-soe~cia. Note jeune compatrigo
posS8dJ toutes les conditions "
SaieA t itit au poiIt d(t ove prazim
quo Ili oriqu'* tour diriger cett ec=
U'inveiaire Litt A 'i'urgeau prouve1
Id ft I-e 'Odiieleutou s Aait trouv6 imp*,
sanit A g.inter [,-s 4 t~Ves qui '6vabailt
sans ce-s. -t et Ie ce u est pas pars*g
que d fnlij'a il'-i S'o t .t rttir,
le dep tenneL a i ojvu dansIdC'Wi
de 1"ecuuCe lts vabdu.. ci-:Ipru5: P. 1.30
gourde, rfl'bi ie vationale et P.AJW,
or .am. Traiet hiim i d bourniers 6v&*d
L'46tabli~~sen --w, fmcclionn,, acla&,i
triel A A I-tg a-:d- satlisfacticzi dadw
d~part ments.
Ferme Ecole de
8t-Michel de Latalaye
moasei~gra'ur 1K. r,,iz iii a louj)oursto 1
fusd le coticours et le contr5ie du*l
partemeni I)our cot tabliihement im:
quel it tenait A conierver son ciractia
jpriv4O. Par cons.qtaent, cette(ferWi
tLolo Il'l .jamaki eu 5 rteceuir la so
verIwion voli~e pour olle.
AucUne or lounance W'a jamais #
6niise dde ce chef. Li valetir menfi I
ii"P au buJget roste encore Ia caiiW

Mr Archer ( KtatN- rnis).
Li nature ens engazerntn-, co wfh'
atvec Nr Archer ( Ethts-Uii ) p0'
-ouvot.rtaemernt d6clih, a seal Jeterisi
Iti P'ou'c:~ir acitt~l I igiuer avec litk
contrat mo~lifL& conc ritaar! le bWsS
1411ii tourobriVi Id
Mr ArCher, pour ob ti uneclia
Ju conitra$, a Vvt! une valew b
v. 5.000 or conime c iution, i la BAP
Nationrale dc'Ia1ti.
L- (z-Jv. rtnelueiit a p[Ainl ColIU
dan.ti o concecsgioznaire pour II
tion dlu contract.

Tribune du "Matin'

Au D ,ecreut du jouroal lArrl
En ville.
Monsieur le Directeur,
DAns votre journal du 28 M.i
on !it ce qui suit:
Le conltrt qui concede IiGuW
des b31 iens de mauvaise foi, deviev
nul, puisqu'iI a & vioi par Its
qui en ont consomrfi Is c'0s0@
droit ni qualird ... Au surplus "11
example sri et centre le fotr
npass& iacte de cession. et cotrt k
"cde l.Essreistrceme vst qui 181 1
la ici a: tie kilt pas, par oZut~
"~ i-re de, acles contrasres kr lao5uUI~5
les termes de cci insrelrt
d'ane erreur si niani(~se ct d'aae St
:pI~te ignorance de Ia loi urn'
meat qu'ii y inthnt POUf md


I 1?1 II I C -- -- "LsCIII


1 I.t








de DiWrec da service, de metro
pi de -000 fdlcu te e tete
loit &18 8e8 :
ft. s. aL tCceveurs no peuven
Arxt. ,. ier I'earegistre aeno
rasdont dle t tti payds iao
t q itb is par ia prdste Loi.
St. 94 L ecOvers omat tenu de
A .Commnuiei do Gouvemremen
I fTbomol- ciils les actes dvidemr
oares j k morale publique insi
W ifscalIe oaUm0Ument a la Io
ra donc pc poor Ie moins &rmage
Sa pr-odre a Bureau de I'Euregs-
Sous prdete. q'uil aurat en-
*des actes coftrares i la Constitu-
*?
Lauigie, Mr It Diecteor, nest pas on
; il ne li income pas de aer
incdt, ni r mame de la Idgaliti e
qu'on presented i ses goichets. Sa mis-
mrd'enregistrer touoes les pieces qu'on
i oemt. sous la condition de signaler
VoirCompetent cells qui porteraient
Smax bones acmes.
Ore quoi, un simple acted de session de
consentie par un haitien uone par-
f.dle 6trangrem, peat-il constituer an
it I morale publique ?
Ca observations suffiront, je I'esptre, A
Mrer quel point le redacteur s'est
et si, come il pense, it y a on
ample sCrieux i tracer, on pent luii
adiqaer un qui est le meilleur en I'oc-
c: c'est d'apprendre la loi avant de
ro de l'invoquer.
tends de votre loyautd que vous don-
publicit A c-tte lettre dans votre jour-
et vos envoie, Mr le Directeur, mrs
unions distingudes
C. F. CARVALHO
'Diratenr principdi de rnregistrement.
WP
Public m6ditez !

oiis letture que j aie re e ce martin de
kitit Directelr de "l'I partial"et la
Sqe je lui aaifaite.-


I Port-au-Prince, le 31 Mai 1909.
A
Monsieur PmIBm FRADARIQUE
o avcat
Monsieur,
Je viens de rec-voir A l'instant votre phi
da 30 courant par lequel vous me deman-
dez d avosr e courage de priciser quelles sont
ls alliours de won article a Les aboiements
de Ia meute qni sont a votre adrerfe.
VoMs m'avez m6me some de le f ire
dams les 24 heures.
Eh bien, i'ai le courage de vous declarer
que mon article fourmille en effect d'allu-
slons I'endroit de certain individas.
Je n'ai pas cependant cite l~ no-n de qui
que ce soit, pas plus le v6tre qa'un autre.
Je regretterais toutefois que beaucoup ne
s reconn.ssent dans les traits que j'ai
lances.
Je vous salute, Monisieur.
CHRISTIAN RIGU US,
Directear-Fondatear de la a Voix du
Tuplk. a




P EN8EIGNEMENTS
b ETiOROLOGIQUIVF
C.b a rvat oire
DU
SIMINAIRr COLLEGE St-MARTIAL


DIMANCHE 29 MAI 19,19


Datomitro A midi
TemprraturnimYr)
"m)MIS:'M


7' 2,


Moyenne diurne de la temperature 27 9,
' Ciel assez clair pendant la journ6e.
Brise reguliere. Temperature de la nuit
au-dessus de la normal. Pluie au Sud.
Eclairs. Barometre constant.
J. SCHFRER
Une important proposition
de Loi


C'est an vote tacitement donned A cette loi.
Esphrons que la Chambre des ddputds
qui 'a jamais marchande ses delib6ratious
lans tout ce qui se tit au nom et pour
." people, n'h sitra "pas A se prononcer
\',r l'heureux sort de cette proposition de
ii qui mettra les dtux importantes com-
munes- front iers inddre ndantes de I'Arron-
dissement dr Fort-.iberte, et si l'on veut
mettre en tigitd le pen de d'pensts que
cette trinsfor:nation t,(rritori lie pourrait
,ccasionqer d'avec les immenses bienfaits
qui en rtsulteront A tous les points de vue,
on ne balanctrait pas votercette loi.
Les considerations que comporte l'expo-
s6 des motifs qui a &tC l u n Snat, suf-
fi6ent d'autant plus pour idifier les d6pu-
tes qui ne connaissent pas ces point's im-
portauts de notre frontiere.
Exequatur
Son Excellence le President d'Haiti, A la
date du 24 rmai courant, a accord Exequa-
tur a Monsieur Nelvil St Cyr.comnme Con-
sul des Etats Unis di Ven ~zala A la r6si-
derce de Port au-Pr'nce.
Administration Postale
Letlres recomimandcls en souffrance
Tassy ain6, Pierre Pdlissier, Xavier Se-
vcre, Marius Laurent, Jishme Nomdus, Vve
Camille Fiotte. Mme Vve Gene, Alphonse
Nacis, Elvares Riva, Antoine Policard, H.
Ganot, Sephora Baptiste, Henry A. Martin,
Georges Nicolas, Cscile Dorvale, Joseph
B.'stte, Thimot6 Rolland, Darius Michel,
R. C-maut, Vve Horace Mond'sir, Agnes
Prat, Gaston Jn-P.'ul, l'offic er Jean Jn-
Paul.
Port-au-Prince ai Mal ioa.a


-.--.. "-Aa -.


Journal Officiel


Outre la suite du Rapport relatif A I'em-
p'ant ', c Fcs 5o.ooo ooo, le Coniteur
content la premiere parties de la relation
Sde la tournee presdentielle dans les com-
munes de la Croix-des-Bouquets, de l'Ar-
cahaie et de St Marc. Cette relation faite
d'une plume alert et autorisee est de Mr
Jules Rosemond ; elle est A lire et c'est un
plaisir pour nous de la recommander.
i 5


t-1t-Prince, le 10 Mai 1909 Le S dnat de la Ripublipue, dans sa sean- ie TTnmin
Ioosienr Christian Rigu'us ce do a8 Mai, a 6L4 saisi d'une proposi-
tion de loi presented par un de .es men-
E. V. bres, laquelle tend A detacher les commu-
Monsieur, nes de Ouanaminthe et de Lassale Mont- --
IfjSr.s-idio *'. fat Organis&, do vaste arrondissement de Fort- Le steamer a Wisterwald a ve-
ts de la M. u tit lire re Libertd, poor en fare nne Ligne-Militaire nant de J .r.mie et Peiit-Guove est at-
assimil v aux arrondissements de 4ernet 8juin
Sarticle C ote, adre de e au arrondissements de 4eme tendu ici le 8ijuin.
pert._, opon, i .I dresse de di- ilss..
pt-il, des allusions que je ne Tel tut le cas de Saltrou-Grand-Gosier I repartira probablement leme-
ps encore. qoi tasient incorpors dans I arrondisse- nie jour pour St Marc, Gonaives, Port-
pr Centenaire et oe je sis prti e do Gnral Salomon a fait une ligne-m" Puerto Plata. Sancher, Panama, Le
ilr ou j0 1pas plusde 6 litaire. IIvre et Hambourg.
1itc deMr aleu set Iprvalu d'une L'idoe ;de I'auteur decette important 1 Les personnel desireuses de voya-
Sait de quelques ours que sa proposition est des plus prdvoyantes, des ger pour I'Euiope trouveront a bord
Ifat allua o AIa soea r, comme Iplus patriotiques et il fautaugrer que cctte de ce steamer toutes les commodites
e' de ceoiox s vertn des femmes proposition de loi qui ne pourra pas ren- modernes.
Sd demanded d ot jal e contrer d'objectons de la part de I'Exd- Iort au-Prince, 31 Mai 1909.
UllS -e -- courage cutif,-tant lest vrai que le Chef ac-T
SfdksownI l a U siom & vo* t r i du Goovernement est trop disreux 0. KEITEL & 0*,
Isota i de -rcfaire d dj progrsp do pays de se acrifier por ACENTS.
oas inform e da' ans le 24 tout ce qui peat contribuer A tire le on-
, votru tc aace quo e hoe ubr do people et A garantir la sdcurit6
C1.om--e ms ? per mot Ipbliqo -aurait votee par le Grand
S me a cofiotioa do, Crp(puisqu'lle est appuyde par pls de Avis Commercial
!a sono-mb tdans votre dit dixs4 sdnateurs,) si 'initiative des lois
( i )9 io dqls 4tls s'eo nt trait A des sorties de fonJ, n'dait
tar ler rleP noet pas qe'o vse qf la Cbhabre des commune.: Le public et le commerce sont avi-
I l-.a r gle- t* A- 'I Snas tot endfaisant I'accueil que, s6s qu'A partir du ter Juin la mason
SM oner orieA juste raison une proposition de C. Bien AimA & Cie est dissoute.
P' PIDtiau loi de cette importance, ]'a envoye A Monsieur C. Blen-Aim6 prend la
la Chambre, la prism avec recommanda- suite des affairs avec i'actif et le
9 Ve tio, d'en preadre Iinitiative. passif.
Cent. b- ; s te do Sdatet trs significatlf. Port-do-Palx, 29 Mal 1909.


Avis
Ies crtanciers de la faillite H. Pape
et (:o sont invites A se presenter dans
le ddlai de quarante jours A partir de
la date du present avis au greffe do
Tribunal de Commerce de ce resort
pour Atre, sous la piesidence de Mon-
sieur J. Thiers Lapierre, juge Commis-
saire provisoire de la dite faillite, pro-
cede a la verification et A i'affirmation
de leurs crdances conformement auo
dispositions des articles 495, 496 et
suivants du code de commerce. Lee
tires de crdances doivent Wtre enre-
gistrrs et appuyds de pieces justifica-
tives.
Jacmel, le 28 mai 1909.


Le Juge Commtssaire provisoire do La
dite faillite,- J. THIERs LAPIERRE.
La ayndic provisoire de la faillite.
L. A.VIAU.


A. do Natt6is & Co


A. de Matt6is & Co
Maison fond6e en 1888.


Derniers rctiles re s
Parf acneie Houbigant; Ro-
yal Houbigant; Fougre Royal; Par-
um Id6al; Savon, oudre ; etc. ete.
Coffrets de parfumerie tris 641gants.
Parfum renomm4 Astri ; Loon, TWa -
c ampes, Fouets et Chamnois
pour buggy et bus.
&rgenterie do luxe, Bibdot,
Moustlquaire, Brosses, Pipes F
cigarettes, Crvates, Maroqierie do
toutsg qualitde.
La Maison a toujoura n grand ase
sortiment de B&iouetri, dArgendee,
de Diawmcn, A la disposition do pable
en g6n6ral et A la port6e de totes
les boursee.
Ateliers d'oorlogerie et do
Bijouterie: Gravurw, Cofeetioa
sor commando.
Achak doe M or *ft vis rgei ,-
dMsamUa im perms prdMlt dis p

AcaT D'ACAI4Unsr s CUar


Prz ezooptiolnoa


A vendre
Un phonograph Edison, avec 40o or*
ceaux et deux pavilions.
S'adresser anx bureau do journal.
-- l. --
Magnifiques Panamas
Pour Hommes et pour Dames chez
M"'L LIONIDIB tESmS 22, Rue des Fronts
Forts.
Accourez tons I I

Jodosalina
(Cristalli Jodatiltaliati de Vetor PisanS)
Prtsente en mnme temps les avan-
tages de I'io-le et les alcalins. Elle et
tres utile dans touted les former ra-
lenties de I'6change materiel orga-
nique,- obdsite, ozalurie, lithise,
etc- et g6ndralement dans Paarth-
ritisme, dans la constipation habi-
tuelle et les infections intestinales.
La JODOSALINA constitue un remed@
tirs e'ficace, m6me merveilleux, cona
tre les maladies du foie et des reins.
Elle est a'ceptee sans aucun d6goAt
et elle ajouteAson action laxative:celle
de retab:ir les conditions de la circu-
lation intrapelvique.
En vente che: A. de Matteis.
4M -... ..


=I
22 21


-- -








Propri6t6 Litt6raire
ou Artistique
Photog raphie- Reproduction,
Contrefaqon.( Rtp.,No propri6-
t6 litteraire et artistique, n. 175
et s., 218 et a., Pand. R6p. no
Propriteas litteraire, artistique
et industrielle n, 222 et s. 631
et s.).
La photographic, qui, par Ia pose don-
nee au mod le, par Ia disposition des ac-
cessoires qui 'entourent,par l'aspect qu'elle
pr6seute dans son ensemble,se distingue do
portrait ordinaire, et constitute one oeu-
vre intellectuelle, est une vEritable produc-
tion de l'esprit, prot6gde par les disposi-
tions de la loi des 19,24 Joillet 1793 ( I )
( id. 19-24 Juillet 1793, arc eir.
En consequence, A defaut de conventions
contraires, et sons reserve do droit pour
le photograph qui est l'auteur de cette
photographic, ses reprdsentants sont
seals en droit d'en fire des reproductions
destinies a etre mises en vente ou pu-
bliCs ( 2 ) ( id )
ft imported peu que les eprenves aient
etc remises gratuitement au module, oil
qu'il les ait paydes au prisx ordidaire ou I
on prix de faveur dans l'un et l'autre
cas le module ne pent en fire fAire des re-
productions d.stindes a ctre vendues on
publides ( 3 / (id. )
Par suite, comment le delit de contrefa-
,on l'imprimeur qui reproduit on portrait
pho'ographique ayant le carract6re t t'une
aeuvre artistique sans se preoccuper de sa-
voir si la personnel qui lui a remis one
Cpreuve de son portrait, et don't il pretend
sans d'ailleurs l'etablir, s'etre borne a ex-
cuter la command, avait le droit de fire
reproduire la photographic qu'elle lui re-
mettait ( 4 ) ( id /.
Code penal, art. 347-
Toute edition d'crits, de compositions
musicales, de dessin, de lithographic, d'
peinture, ou de toute autre production
imprimee ou grave en entier on en parties,
au m6pris des lois et r6glements relatifs i
la proprie6t des anteurs, est one contrefa-
qon,et toute cootrefacon est on ddlit.
-- A bon entendeur, salt !
Ed. G. MEWS & Co
Photographs.
Port-au-Prince ( Haiti )


ie mangez plus de pain!
8'it n'estfaitavec -a "Pi1lsbury's
Best.'
La ineilleure farine du monde
Celle qui donne le meilleur pain
Qui product le plus de pain
Le pain le plus blanc
Le pain le plus 16ger.
Pour tous renseignements s'.
dreser a :
Ernest Castera
repr6sentant de la PILLSUnY'S WASH-
nutn FLoua MiLs Co MINuIlPous
BILe
.-- m-.- -
PHOTOGRAPHIE
JH. l. DUPLESSY
Grand atelier de luxe
t120o RUE DU CmrTRE
Travaux do totes sortes et do
touted grandears.
Reproductions.Agrandismento


Chapeaux I
Chapeapx a1
Chapeaux 1!
PAILLI Dl PORWT-ISCO
ACCOURKZ CHEZ
Feliberto Gonzales
ET

JOSE SAN MILLAN
YABRIQUtl DI CIAPKAUX
PLACE ujirMAkRD
SaleR d Coefde d Liw
Pour tones I gotte et pear tout
lea bourese.
A -
Chapellerie
ACCOUREZ CHEZ

JAIME TESTAR
Le chapelier remarquable, avan-
tageosement connu,fait savoir an pu-
blic en ge6nral et & sa nombreuse
clientele qu'il vient de transf6rer sa
FABRIQUE DE CH4PEkUX
(L'ANCIENNE MAISON DU LOUVRE )
DE LA PLACE GEFFRARD A LA
GRAND'RUE OU RIPUBLICAINE
No 149. En fac4 de la P.slte
Le nouvel 6tablissement est ou-
vert sons le nom de la flour de
l'Amerique
II promet soin et promptitude
comme toujours.

Francisco DESUSE
Fabrioant de ohaussures
La Manutacture a tonjours eo d6p6o
un grand stock, pour la vente eL
gros et en detail, de chaussurn eor
tons genres poor
Howum, Fwanas. ExvAuw
Los commandos des commargants
de I'int6rieur pourront tre *ezcut6ot
dans one asmaine & pen press.
23, Rue des Fronts-Forts, 23
?ORT-AU-PINCE (R KAI )
'L .__ s i i


Chez App. Cipolin
155 Rue Rplicai een face de Mr
E. Rob lif
Viennent d'arriver par dernier va-
peur
Pat6 de foie gras. Saucisses trufl es.
Pigeon aux pois. Tapioca. Choncroute.
Asperges ste. Fruits cristalisse par li-
vre et par flacon. Prune d'entes. Vina
rouge et blanc. Oporto. Malaga. Ver-
mouth. Cognac. Champagne.

Vient d'61re 6dit6e et mise enVeote.
Une nouvelle Valse lente suggestivode
Ludovio Lamothe.
PAPILLONS NOIRS "
L'exemplaire P 3.
S'adreaer toujoars a V. Mango-
nbs.
Chez J. Laville, 93, Rae du MYg da
de raM.
Porh-ea-Pris.


Kola-Chstvvipagne
Iron-brew


NESTOR FELIU I
L'excellent tailleur avantagensemen1
connu de toute la R4publique vient
de rouvrir son atelier Rue F6rou,
SRue des Miraces ) No 61, pros de MW
Loger Cauvin,
a nombreuse clientele trouvera
comme toujours touted satisfaction
9our lea travaax qui lai seront con-
86s.


fortiflaut
tonique


NGo C. L. Verqe
Tai11eur-Marxhwj
Donne ovia i A abienvgdf clis.
tale quo ma ai ason No.7,RE* n~;
sibro est toujours bleon P o f t"4
vari6t6 d'toffes de o abe&%
veauti plrtaigun..
QUAUT* SUPRUzIIrE. CoUWN
TRAVAIL SoIQN*. ExkceyjK op&
Priz x*a rdduitu I


Voulez-vous boire
DU

VERITABLE KOLA ?
de la West InXdia .Aerated anda
Mineral 7~Taters Cozmapaniy de
Kingston (Jamaica)
DU KOLA WINE ( Vin de Kola )
DU IRON BREW (KOLA TONIC )
recommaad6s par les c6lbres mddecins de la Jamaique.
Venez chez Madame Arthur Bonnefil o& vous en Irouvez par batl
10 douzaines,-par douzaine de bouteilles et par bouteille.
81, Rue Tiremassse, 81 ( Saint-Joseph ) presqu'A 1'Angle de la GCmd'bm


Prodits lygioem qui s pour la Toilet


gr -- U -- -- I!


W

0
16
'u


aw


[i


adoucit I'6pidersn
LA r done une soupln eto
lout6 incompa r Gibe0 l
muniquant son
fum. Ell* conserve 1'clat et la fratcheor da tot, car elle st It
centre I hbAl, Ios piqfres d'insotts et leadrptions do Is pa.m
sans bismuth, i.ld
il il J U [oi l- lui TSUI
L& ~ reate, impal
spdolalemont po
iTrrprochable son parftm d6licat, Son veloat out contriba6
la Favorite dAs Pondres de Toilette.
& base de Cr Gr
par6 slon 10
L A SPIIMLs ecrupul e"
'outea le ualit6s bienfaisantea t prb prices de la
eat particulrement recommandd pour la Toilette des efaat---
dames don't la pean eat delicate.
Agenoe G6onrale t D6p6t pour Hit
A la A46tzropole
MAI3SON JULZS6 LAVILLS
98, RuJM i Maiin do rloe, 93


Kola de Kingston


de la Charley's aerated water factory


En vente chez Catioat Fouchard
RUE DU CENTRE


w


; POUD ~VELOUlTE
S"VOa w 4.- a m
.1 KP S msug3.mog i 4d~ s6gi


2----___


I ~- -


-- --


Ir


F n I r- N ,' 171V I f"N I t*"N I r"N tolN el"N I rwqN I fol% I rN r-,A


-0 '