<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00625
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: May 19, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00625

Full Text

,olsilme Ann6e, No 641


PORT-AU-PRINCI; (HAITI


Mercredi, 19 Mai 1909.


a -


J


-agour Isidore,
ADUIISISRAUR


OUOTIDIEN


Camille N6r6 Numa
R*DACTrUR M Cur


Abonnemonts: DIRECTEUR-FONDATEUR IC NUM9RO CKNTIMES
IN.AU-PRINCE UMo is. C. .2.oo C16ment Magloire
Tkois Mois. a 5.00 Clment agloir
U ITEMNTS UN Mois. 2.20 Lcs aonBcAesnts patent du i *t da I do shaqLu
Toris Mois ( 6.00 DIRECTION-RiDACTION-ADMINISTRATION moils t *set payables d'a~Sr
MIIMGER....... Tiaoi Mois. a 8.00 45, Ils nROX, 45. La.Bousrtt mOrit e Ur n, M sMU OI pmO Mmes


C-ment Pin rd, Gros Pinard,D6putd
pslsernemental, se trouva en 189..,
-inph dans une affaire dite des
et, de ce chef, eut A com--
tredevant une Commission mili
-,-ce qui faillit lui fire perdre,
smelement son i-ilg a a la Chambre.
mi encore sa propte vi,, c'est e
M i collg6gui s ldo I'dpoque ne pou-
4a tbre se rendrAe ompnt Pinrd.


politique. Mais, pourquoi s6vir centre
es adversaires, quand ils ne peuverit
plus nuire ? 'Voil onze ans qu'il faisait
profession de singer, consdcutivement
et paisiblement, A la Chambre des De-
putes. N'est-ce pas 1A une preuve ii -
contestible que sa facon d'cnvisager Is
chooses, on jtolitiqiue, n'dtaient pas A b :a-
mer ? Ce in tait done pas sur ce ter-
rain-Ili ill'il avait di4 rii r os a inv.e1 i-


'cependant, r'osait sourire. Le greffier comme voua..., on no puet pas leI
ayant ramass, sa plume et mis de 1'en- romper. Aussi, je vais vous dire touts
cre dans son ercrier : I v6ritd, et rien quo la v6rit6. Exco.
Ecriv, z, lui comrnanlda lePrdsi lhnt. s. z-moi d'avoir tardda le fire. Maio,
Et il dicta : vous comprenez, c'itait si ddlicat I..
Attendu que le sieurGriosPinard... Allons pas de phrase, 'interrom-
S'adressant A l'inculp : pit le Prsdident. Parlez sans ambages.
C'est bicn vote nom ?... G',o Pi- Eh bien, voici, commenga Pinard:
nard ? .. j'attendais une femme...
Oui, mon .. Monsieur le. le r6- Le Pr6sident, interloqud, questionn.
sident, ctst. c'est... mon norm: Gros. Hein ?... Use femme ?...
Gros Pinard, Jo... Joseph Gros Pinard, Oui,one femme, murmur Pinard.


pour vous servir.
S- Je n'cn ai pas besoin.
Et le Pr6>ident continue :
' Atteadu que le sieur Joseph
Gros Pinard, ex-dtputd ..
J U membre de la Commission hisar-


a -- 9 W A I K, A ICA I %A I J 4A % I I ca V La I t Li gI I-
-I-g~, avait dCclare et constammrent gations.
ellua ne lien savoir de cette afftire, Et,il aborda l'ordre- plus intime- Pardon. Mais, il me semble qu'il
AlUmernt rien... de sa \ie privee. est encore deput6...
-Oai, avait grommel6 le Pr6side 1 (: .C t vrai, songea Pinard, j'aime 'a Jam is de la vie I .. cria le Prsi-
blCommission, home irascible et femme, les petites femmes... qui n'ap- dent. Un ennerni da Gownvirnement !...
It dopreit A faire du z6Al d6s qu'il partieient A p- r oone, d'ailleurs, poi- Un home qaui est surprise ai lx lheu-
sst de ces sorts d'afl res, oui, A vait apArIteinir tout le monde. Mai., res du soir, A mettre des pl.tcard, Ird-
WW de tous ceux qui comrnparasse t coinslcencieusement, quel est celui qui volutionn mires...
4tlla Justice, 'ous 4tes blantc come peut me jeter la premiere pierre ?.. Ah!i Sur ces dernitces et corubiet in-
Ir, 'st- ce pas 9... c'eilt etd autre chose, si j'6tais de ceux quittantes paroles,Pinard j g-4a priudnt
Sfait ext que Piriarl dlisait vrai : ii qui d6bainhent les femmes mtui6es d'intervenir. II le fit, sins bigayer,cette
UlMtit rien de l'atlire des placards. qui s6duisent les jeunes files, les veu- fois.
Sflavait bien entendu, quelques jo-irs yes et ls orphelines... I- Monsieur le Pr6-ident, je vous jure
tton arrestation, parler de placar., Et, come des minutes s'ecoulaiient quo je ne mettais pas de placards.
t qui au'aient dt po-as, ii ne sans amener une r6ponse de 1Pinar, A Et qu'est-ce que vous f siit sous
r -a que disaient ces placArds, la derninre question du Prdsident de la catte galorie ? .. A cette hbure induL*
orait dgalement, qt"oique d6pult Commission,celui-ci le lui rappela, sans de l.a nuit ?... Dians cette obscurit ?...
P o ernmental... management : Pinard ne trouv. rien ai r"pondre.
Toujours est-il, avait observe 1, Dites done ?... Vous avez I'air dlej Done, vou ructliz lon, que vout avez l6 asurp, is, vous imagine que noussommes ici pour coiclutle Pr6sident, pArenaptoirement.
L couvie feu, stationn.,nt plci;-' vous reg:rder fair I'imbdcile, cormo Pourtaint, osa ob-erv r Pinarl, on
sons la gtlerie Ie la rnai-on oI, A la Ch.ubre .. n'a sai.i aucun pl.car I entire mes
tveille, la police avait trouv1 des 11 'y avail pJs A dire : cet home en mains.
t sysubversifs de l'ordie te choses voulait A IA vie de Pinard C'dtait clair. 0 n'A saii aucun placard entire
Acu. Mlis, Monsieur le President... vos mains ?... vocif-ra le Prdaident.
Soccer Pinard, Gro Pinard, d- II n'y a pas de mais, tonna ce C'st que, ddja, vous les aviz avalds,
go I0uvernemental, d'afficher ds A personnage.Voil unebonne demi-heure coquin I ..
t d itioeu, anti-gouvernemen- que nous sommes a vous interroger; Pinard en fat attdr#. S'apercevant
C'.. talt par trop no pas le con- et, ju-qu'ici, apprenez le, vous n'av.a ue so sytbrne de defense menaig ut
C *6tait ede la mauvaise foi. Non fait aucune rrponse sitisftisante. d preneire une tournur, compromet-
e lcit tout implement lui fir Mon...on..on... Monsieur le Presi- tante, ii chargea alors attitude :
AM* Avirille dette. Voilb la v4 dent, b4gaya le malheureux. I- M-ssieurs, fit-il, jo vais vous dire
tmIe, qlel propose alors ?. Slenre I hurla le Prdsident, en la vdrint...
*saMt, il examina sa conscience. frappant un tel coup de poing sur la Touts la Commission exclama, triom-
Sry* i.: pourtant jimais rien fail a table autour do laqu.lle on travaillit, phante :
it a* devait done pas avoir qu'il reuv rsa un encrier et fit sauter la -Ah ... Voyez .. Voyez i.. II ne di-
. a "'es e'- que,raisonnable- plume avec laquelle le greffler al hoc salt pas la v6rit I.. II le reconnatt lai-
h i a uL du Gouvernement pou- consignait p6niblement |es rdponses de m6me... 11 essay it done de nous trom-
N Ull Iu reprocher ?... La b6ni- I'inculpd. pr... Mas des homes comme nous..
Pl4tMS, qu'ii apportalt dans la La saance tournait au cpmique. Nul, K edfet, Messieurs, des homes


Ici, ii y 'ut un movement do rive
attention parmi les membres de la
Commission. A ce mot,-qu'il attendait
une femme, Pinard leor avait paru un
peu plus int6resast. II avait veoil6
our curiosity.
Vous dites bien : "une femme"?..
s'assura le President.
Oui, Monsieur le Pr6sident, une
femme.
Le President rfl6chitan instant. Puis:
Son nom ?.. Le nom do cette fem-
me ?.- d-manda-t-il.
Mon...Mon...Monsieur le..le...le
Pr6,ident, je no..pets. .peux pas Iq
dire.
Ce scrupule gAta tout. II indisposa
le President, et touted la Cr&nmrusion
avec lui, contrele mathoureux Pinard.
Vous no pouvez p le dire, pare
que ce a'est pas vrai. Voil tout.
Je...je vousjuce qe oc'est tral,
Dites son nom alors.
C'oet une femme mari6e...
Qu'importe ?.. ra no vous dispe.
so pas do la fair conoaltre, vote i-
me maride. Yaillours, si c' st vrai, l
faut qu'elle soit entendoe.
Mail, Monsieur le Presidet..., e4
son maria ?..
Eh bion, on onteadra aussi son
mari, parblou I
-C'est que,Monsioer Ie Prsiddet...,
son mari..., c'et un consul...
Tonte Is Commission delata do rin.
Un Consul ?... Voes I.. ElUe ..
Vous series en relations de cette o .
tare-li avec la femme d'oa Consl ..
Taites-vous : voos voal e iMo s .
Et le Prdsidoat, go toarmnant
I'homae qui tonait la plume :
Greflor, ~rives:
Alors, avec use conviction u
permettait plus rpdU, i
un prooes verbal q f1 ie"


CONTEST DU JEUDI



LE DEPUTE PINARD
-- A FRANCOIS MATIION


~





II


q'ua acte d'accusation, de nature--
fare acheminer celui qu'il viait 4 -
rectement devant le cimetibre. '.
Heureusement pour Pinard, uri ami
"trea bien dans le Gouvernement', et
qui arrivait de la province, ayant ap-,
pzGk son cas, s'empressa d'intervenir
*a ta favour auprAs du Chef die I'Et:,
personnellement. 11 fit comprendre a 1
Hiut Magistrat, son ami, que le Gou-
v rnement no saurait, sans s'expfFer a
un veritable ridicule, lai'ser condan-
aer A moit un homnie de la nulle'im-
portance politique de Pinard;, que,
d'ilieura, I'bistoire de femme ra.qp4e
par ce dernier devant la Cimmizsidn
itait absplument vraie...
-Allons done !:. protesta Son Ex-
CdeNice. Voyez-vous d'ici *Pinard, Gros
Pinard, attendant, soqs une galerie, A
cette beure, dans cette pbscuAitt,- la
fmme d'un Consul ?.,. "
D'un Consul ?.. s'dtonna I'interve:-
nant, Qui a dit que c'Otay, la female
d'un Conpul?.. ."
Lui-m4me, Pinard.
L'interlocuteur *du Chef de I'Etat ne
put retenir son plus large Cclat de rire.
Pardon, Pr6sident... Miis, cette
femme qu'attendait Pinard, je la con-
nais. ., nous la connaissons. J'ai eu oc-
casion de lire le bleuu" jque lui avaiko
Kdress6 notre D6putd, pour lui fixer
un repdez-vous... Peut-Atre m6me, y
aurait-elle rdpondu, et, de la sorte, pre-
venu toute cette affaire, si, inattendu-
ment, elle n'avait dtd oblige de nous
accompagner, ma femme et moi,4dans
le voyage que nous venons de faire, au
Petit-Trou : cette femme, Pr6sident...,
c'est ma cuisini6re !... Viergina I..
Viergina ?
---Viergina, President I...
Le President en rit aux larmes, et
Pinard fut mis on liberty.
.. RYONS.

-GRANS.EOUSS -- RE
GRAINS DE POUSSIERE


laava U~almaa
ALEN #IGNBMENTS



DU
SIminail RCCOLLIGI St-MAURTIAL


M)ti 18 MI g1909
Baromatre A ni'di


761. 1/2a


Tenmpbrat t inomum 2' ,9
(maximum 32 ,5
Moyenne durne de la temperature 27 ,4
Ciel tries nuieux toute la journee.
Arc-en-cicl -6 h. Eclairs.
Bri e de mer mod&r6e.-Processions des
Mfpillons blafis.
, Barometre lgeremenm en hausse.
.t J. SCHARER
Ascension
d'Cest demain que l'Eglie c lRbre par des
'slennjrts Eclatantes l'ascension de N. S.
Jsus-Ckrist. Lz grandeur du symbol at-
lire toujours une foule considerable qui se
press dans nos dAff6rents lieux saints pour
implorer les kices c6lestes.
ech6mage est general, les bureau
publics, les magasins, etc sont fermes.
C'est pour cela qae notre Conte du Jeudi
parath aujourd'hui.


S-.


Nomination


Nous enregistrons avec plaisir la no-
mination-e notre ami Marceau Lecorps
comme Substitut 04 Commissaire du Gou-
#ernement ppzs le tribunal civil du Cap-
Haltien. C'est un choix des plus heureux
qui a dt6 approuvr par tous ceux qui con-
naissent le jeune avocat don't les qualitis
sont incontestables.
A la prestation de serment, Me Lecorps
a prononc6 un discours o0i il s'est princi-
palement tendu sur a les forces sociales
en march, a
Tribunal de Cassati'n


L'amour exagerd des plus inutiles tradi- SECTIONS-REUNIEs
tions allih A un goit excessif pour, les plus audience du Lundi, 17 Mai 1909
d6cevantes nouveaut6s, me parait etre un Le Tribunal prend siege A dix heures et
des aspects les plus vidcnts do tempera- demic du matin sol s la prisidence de Mr
ment national. Nos vieux usages ne sont le Prisiden H. Lechaud et pronounce les
pas preis de disparattre, et nous accueillons s ivant
encore notre cher Pr6sidant, de retour dans a ts qian'.
sa bonne Capitale, selog les memes rites foui qui declare Occide Jeanty non
qui m aqurent les enthousiasmes des epo- recevaby n son pourvoi qu'il a ex-rcC
ques aboliqs. centre etr ugement do Tribunal civil de
--- ". Jacmele date d Dcembre 1907,
La semaine derniere, toute une florai- Jacmel en te do 13 D embre 1907
-. rendu centre lui et L breos LOS Charles
son d'arcs de triomphe, festonnes de per- etr lu Lb s Los harles
caline rouge et bleue, astragals d'oriflam- etc. -
dlelul qui casse et annule le juge-
mes et de palmes iucohhrents, a surgi d ins cendu par l e -t annule Pai sec-
les cairfprs et sur les places par ou de meant rend par le Trabunal de Palx. sec-
s ca rt sur es paepspq oh P e. tion Sud de la ,Capitale en date du .7
vast er la cavalcade pr6sidentelle, tan- d ap e en date du 27
dis que des bananiers, de jeunes paliste;sAvl 19 entre Francois Jean-Charles et
dracines, des branches debamboo, maquil- Aug. A: Hraux ct au fond, condamne le
lIs de petits drapeaux en paper, bordaient demandeur i payer a:dfodeur, some
des reso pl6 des quarts de rues d'- de So dollars pour ses honoraires dans les
e manie ui disait cs qarts de res, d diff6reates affairs qu'il a reglies, et rejette
neurs pomn re s dus sit mpeprs syds dco- les dommages-int6rets demands par le dit
rter poor s pls simple symtri. Me Aug. A. Heraux contre Francois Jean-
Le moment nest pas encore enou de no- Charles et compense les d6pens.
ter one evolution quelconque de esthOti- Ordonne imm diatement la continua-
oea haltienne, et il vaut micux, n'est-ce tion de l'affaire Thiers Alphonse centre
pIs ? ne pas insisted sur la mistre d'iiven- Lorina Pinchino et Hogarth ;
tioa que t6moig ent les architectures de ces Me Camille St Remy obtient la parole
belles entrees eph6mrres, oui, heureu- et produit ses defenses.
sement... Le Minist&re Public "conclut an rejet do
C'eCt poorquoi, cette grande bringue de pourvoi et au fond declaree que l'Etat n'a
mr perform que s'6tale IA-bas au Pont Ro- pas i ntervenir dans l'instance pendante
bmai entreee de la belle all6e de Drouil- entire Lorina Piochino, Thiers Alphonse
lard, m&rite qu'on lui dise enfia son fait, et le notaire Henry Hogarth, le mettre hours
'e~ti-dire qu on la declare pr6tentieus: et de caue en distant qu'il ne saurait ttre
lde,- et une douloureuse obsession condam iA fournir des espces mtalliques
Vour n r6tines afligdes... en espes sonnantes de la Banque Na-


Nix


sionale
'
dHalti so lies at place des valears'


en billets de caisse consigns par Thiers
Alphonse au Greffe du Tribunal civil de
Port-ao-Prince ; condamne Thiers Alphon-
se a verser dans un dilai que Ie Tribunal
impartira dans l'aTrrt a intervenir as-mains
du notaire Hogarth, le montant principal
de l'obligation, le condamne en outre A
des dommages-interts cet aux dLpens ;
El onore St Louis centre Lysius Las-
case Jr6 me et consorts(Continuation)
Me Michel Ortste est entendu en ses
observations.
Le Ministre Public, Elie Curiel, dans
ses conclusions dcmande d'agrser eI second
moyen du pourvoi, la cessation et l'annu-
lation du jugement attaque ; au fond, d-
clarer Lysius ,Lascase Jr&6me et consorts
non-recevables en leurs fins et conclusions
en tout cas, d6clarer Inul, pour fausset6 et
,imulation, I'acte de vente sous seeing
prive du 2 Septembre 1864 ; sinon ad
.nettre la Iprescription invoqude par ECo-
nore S-Louis ; dire qu'elle est propri6taire
exclusive de 55 carreaux de terre et des
reserves de Ihabitation Simon" et con-
damner ses adversaires -i des dommages-
inserets et aux dipens.
L: siege est levC.

SECTION CIVIL
Audience du nmrdi iS Xai 1909
La composition du jour entire 'n siege
sous la prejidence de Mr le President H.
Lechaud et prononce les arr6ts suivants :
Celui qui casse et 'annule le iuge-
ment du Tribunal civil de Port-au-Prince,
en date du 19 Dicembre 1906, rendu
entire Daniel Milfort'Josaphat et les consorts
Milfort Josaphat; renvoie l'affaire devant le
Tribunal civil de Jacmel; condamne Da-
niel Milfort Josaphat aux depens.
Celui qui declare non-avenu le pon-
voi exerc6 pir le sieur Josaphat centre le
jugement du Tribunal civil de Port-au-
Priace, en date du 22 Aoutt 1907, rendu
contradictoirement entire lui et la Veuve
et les heritiers Milfort losaphat, le dit ju-
gement du 22 AoiAt 1907 6tant la suite
et:l'exAcution du jugement do 0o decem-
bre I906 don't la cassation est prononc6e
par le present arret ;
Celui qui condamne Lupry Char-
mant A une amende de trois gourdes cin-
quante centimes,dit que l'affaire ne sera con-
tinuee que sur le va de la ;quittance de
percevoir cette amende, et ce, suivant les
dispositions de l'art. 1"r de la \loi du 20
juillet 1909.
Celui qui condamne Chermedin An-
dr6 et consorts A une amended de Troirgour-
dr.cinquante centimes ; dit que l'affaire ne
sera continaee que sur le vu de la quit-
tance du Receveur de l'Enregistrement
charge de percevoir cette amende.
Celui qi case et annule, mais sans
renvoi le jugement du Tribunal civil du
Cap-Haitien, en date ,du 7 juillet 90o8,
rendu contradictoirement entire les 6poux
Arthur Petit et la Veuve Edmond Mary,
seulement au chef aelatif A la condamna-
tion1aux dommages-interets par lui pronon-
cde, maintient le dit jugement dans toutes
ses autres parties ; condamne la dame Ar-
thur Petit aux depens.
Puis entend les affairs de :
Ezra Benjamin contre Alphonsine
Mayas.
Joseph Btesch centre Marius Lespi-
rance.
Le sitge est levi.
Tribunal Civil
Audience civil du Landi i7Mai 1909.
Le tribunal prend siege A dix hours do
martin sons la prdsidence do juge-Doyen
A. Champagne, assist de Monsieur L.
Contard, Commissaire da Goovernement.
Affairs entendues.
- Pinganeau Imbert centre Congo Pierre.


Alexandre Ciillet contre Rob"
( DnfAuw .)Cht
Les siLiri Nltr ct C6e o nm L
gnier et Co.
Vu 1'heume .v11ic&, Ic tr-batkd
Ia continua-ion de cette affaite j
prochain.-
.AuJience correclionnele du Lm" 17 3k
1909.
Le tribunil prcnrd si&ge I dia
do matin sous It presidence do
yen D. Nfaigrin, si. s de Mc
Lavnrtvi, S.ib ti't-l d ICourmiamjg
G ou vt rn tilt t ,i
- Co!..ii::ation dC &I fire Frddnt..&a
sar con-ro Cyria~j 2e C~stin,
et co~ns(,rts.
hie Nlathoi potr F, Csar a d"Wl*
ture d -e coPc flo, i cu r~po
Mr LAgcr Cauvin pour et an ams!
accu-sc -l!uar de la cornmunicatinA *
conCl C iUrS.ttIn ictI rt .i del'affaitieih
taine Le tribiin-J a f, t droit i u
Pius 1 sig. e- 4 V I

,4udie'i:ce ci.vi.IIe Ju i S Jfai it"o.
Le tiib:n cii ]0s ige i dix huow&-
ml~un, sous i clid.t duJigeNo
A. P( -,; ', .1-1 ;,,6 ",!,):-,eur Aa *
SubstEut fU C-)111 adi GoukVW
ment.
Atff.1r, n ,n-'as.
1 i. I. 1)CuOluC View,
G. Mak'o f
2 0 1) !2 pi ) !1*,,@ Vertuli.Fh"
lRobe-t. S.r it Jttnlr.1e d- MeLyiml,'
se, 'e tribinal rLn. la coitiuuuiog1
I'aff.iirc A iialtn. -i crniitnmicuioajm
dernierc Co: c:guC
A Me Lespinase.
I. vn u IL! r'.
Celui q;.ji tix I auh-en.c d.-iz4b
I p si :On du dlvrc,;e 1ei 6pooZiU
Gaspaid.
Viu i'heure uvati.x.-e, Ie S Cle Iau
:- n -,,t
Ii d hr a S!nat n's O
trop c ir,: -. Ap i& 1., ecture de Is
pornd I. C-et .i2 -, ini de lIWO,
jo Ir. Ic SLi. ;:clu Di. -hin a PdIi
d tcuirc ai 1' st.c d2 'InterieurpOV
d, ; exp.c ,"o ;r li1aliti de
Archer (d.1 F .-Um :a diudw
I xp1) o It ; :o I C G i A ; ,e ilm
q iune s %Jo" dI contrat, 05
cclcessiuu;lalrs a..c Etathaltici, i
tcute c. .Son vec dtgL
L .\slernlbl a d~ciki qile le miSIS3
ri.t in-ut A s-- prcnAr.TI, t'll 03$1d
f).rIrIr 1s tu,,Incfluefl nts nkelmiO
Piu l. i 1i11'cst er:end'1,lIad
leve:.
Les 61ections S~natori&I
LIe S-n3itf-,ia pis dena nc Is
CX s! ll t T1S o I Stii:l. par le flit de I
uwi.wI'fd~c Mr Ciii., au poStcd6sl
tal-e d'E. it ds T*-.-, ri publics etdI1
g- cilturc et d,: II inortidu siltC .
Iamnin, s:I t di ia bilIc d
A-Veau, orzd cs dcrniers C
St d.
Ces dcux vacavsc,,, d~ionrcS Is
pcurrait 1 s coinbl r tn ce
elle a certains loisirs que luo I0
travaux prliuminiirr- aulquLlS
sts differc~n~s corn



Ligle loian


Le sps PRLN3~~ WILL M1
tira ce soir pour P.,tit Ga0&V,
Cayes Jacm3I et Cjrac~ao.
Port- au-PriflCO, 10 10 M3
GERLLCii &~ QOAA





S Ma-tin" frimats d'Europe et d'Amrrique, un rie documented fit ressortir I'atilite .0s,. Avis important
0 i 3so pen rigoureux pour I'homme dps tro- Pocietes pour arriver A fair orr.al'reS
piques, ont raviv6 ses rhum ti-mes 1 I < grand services qie Ia (. r',a'i< .- O. .signb, claret avoir rovu
I ~ at-a-PriDcS. i6 Mai 90o9 ot nous avons dil le soutenir nii o,) .- *-t appelde A render la procur tion que j'avais donnd i l
S.irecteuretFondateur pour qu'il gravity 1'escalier cond, i-a' M n.ouhe c i IONCEY MA.AHn A I'efet de. ndr *
A pi ea la salle de reception, oln I'attir.daitr D1 prtemnt lin istrcr me. terres de lHincto.
SuE. v. en oute intimi, quelques ad..id par son minisro,. day *:. IPoi t-au-Prince, le II Mai 190M
Monsieur, teurs et amis u Maitre, parmi lts choisi dit cornhbije II D ,t,I Ei. ORIOL
quels des jeunes filles admirab'es A I Jutic Pt li pperrcnel *n t -.7t Il -
Lrementrs Monsikir, MAtre leur four, dans la prime fraich .ur d- r,ssent I l'<,vre de ;i1 clnr: : :.i- ESTOR
eSiairesintime de minis- la toitette.
'P L'affire Bally." S'iI Nous no savons pas si le dislirigu Succ'usivement ot pari. fr V- I l FEL
dire qele jourialiste est dfenseur de la Banque nous apporte lin, 41^gn di di d tiri 'o I, I* i- l excellent tailleuravantageuseam
i re 'op in ion publiqne it le succfs des ertreprises don't il 4tait trement, Mr Ed. Mo tas. :n ron i ( c, ~ ounu do touto la RKpublique vi s
Ssas pein de constaer charge aupres du S ee social. C ui Noue te ", Me sir, : rn du do nr son ateler Rue Pro
I..de otre valeur, vous ayez nous tient le plus au cirur, c'est de journal La Pioche" ; ch:wun ox;i, imaU ( fliR de. miracleses ) No 61, prbs do W
da l'absurde. Lisez et re- savoir que Me Bonamy a reci tout par un mot aimable son aimiration :i L.",er Cauvin,
gmtfns C. 'est le Dipet Bailly l'accueil dl A son mdrite extra rdi la socitd don't le noble uit im6ito Sa I ninbreuso clientele trouev
agee oov! ses bga 1 I'an naire: sa competence indiscutable au d'etre encourage et ai laijlielle ils pro- co nme. tonjours toute satisafacie
IJlooes ( e n'en ai pas )et travail, I'agrmment de sa parole, sa mettent tout leur concourse. poor lts travaiu qui lui seront ob-
s orte faix de les transporter maniere de pur civilise, ont suit, je Lee Prdsident repon lit i o.tos -. li.- ti-:.
LT utL DY/I Bailly Vou nar- devrais dire enthousiasm6, le liaut course, remercia chacun en p:irti-cuiir _-"__L'.-v-.. ,
i .~s Voas m ttez un point i personnel du siege social, a preuve de leur presence, de leur. loInnIs ptro- M L( erre t
et que concluez-vous, I: les lettres flattiuses pu'a re;ues le les d 'encouragiementd et lvumt T llr cIa l
altre, Po&te et tutti quanti Directeur de la Banque, Mr Santallier. ii pria ces messieurs d'aller' fiirle la Tallarcand
: NaS"lJent il yukt contestation II n'en saurait tre autrement. Milire propa~,nde et de dire ce qu'i!s ont v, onne avis A s. bant
e miAqtu i B Vout ps npe Poiamy e t peut eroe le seul haitien ce qu'ils ont entendu. Done avis a s. bieveillante alle
k"iu qxi we youtPalpay i We que a mai. on No 7, Rue Traver*
Ialb petinequi, voulut trepaff. don't les qualit6s hautement appre- Nous ue devons pas per-ire ,le vu'' st'e est toujours bien pourvue d'sam
SI s mde l/nbomme de remelttre les ci&-s A I'Mtranger ne le soot pas moiris ajoute-t-il que c'e't Vgr a I t. ix ,i' v.,tt d'4toffT. de la haute nfex.
kr kwrfou illes avait pris, Bailly' dans notre pays. rPgne dans le pays griae ,mnx g- r uti' -, eut6 risen
Cr 0psde fe. Son tlls .Mr Finelon,est rentr6 aus-i offortes aux citovers par l (;Inv-lrn I l1 S *iA.
rVien, Maitre Jounaliste, en. pour dtei..x m ,i, I 'assure t-on. C'est ment actuel qiu- nu. i on,4 o; p' o AIL OGN. ExCUTION PRO
im ticle, saurez vousque, qoi- tout i:l ionumme aujourd'hui : beau. rdunir aujourl'hui poir ic, imrn.i-r Prx itr r dwitIa
tre esprit est vieui ? t'n ne v;ail;ant. g nrtil et poll, il a vraiment cet anniversaire.
sts avez pu tirer vos dJ~uctidns de q.i tenir. Nous leur envoyons a L'on sp sqpara jovelnx :.'x ,'i 1,. I- -
birs :Naturellement. to0,sd.ux des compliments de cordiale Vive I'dvolution do la Cori oi.'i,,r 6tel Bellev e -
Ms Vis trop june dans I'art d'- bienvenue 1- lieux situ6, le plus ~o*
elaiase renseigne, A la vraie source CHARLES DOMNIOUE Vive le Prdsident ,le 1t H u1 ..!i portable. Champ-de-Mars..
hpia serait tu I M is, il lui Asi-r \ Cuisine rewrmm6e.-- Vue aur la t
e "* Naturllement i son article.
Sile dorestique de Me Bail- Corporation des Ar-- -
NOm da Peop!e, s' &a:t permis de
t, P ixle: prixonvena r" penteurs-GBomntres LIGNE HQ LL ANDSE
t( et cest ici que le mot a sa -
mdtre) atur ellenent I le domes- Vendredi 14 MIi, la Corporation ls Pour I'Eur pe' irar viie de New-York
uaitcontraint par.Me Blilly A payer Arpenteuis-Gdomtres, en mdme temp-t,
p.fizix le prix convene. ?'tusrelle- quelle inaugirait offlciellement sa sec- PROCHAINS D PARTS:
.cpme dit le Pee, Maitre en 1'i'r tion technique, corum6morait le 7,. dan-
e 'cst le doiresti ue qui ayanl niversaiie de sa fondation.- Qjelqiues )irn cle, 23 Mai--- s. rir lr N, lrrile" capt. van der Goo)
ltromper le porte fix en neluitre invitss,jparmi lesquels se distinguaieni, lie, Maiss. r
jula valear convenue. 'N.,at- senateurs, crdputes, magistrats et avo- 6 Juii --- ss. Prrins \Villin IV capt. Konriigstein )
cst ledometique qui, s'l essayait- cats, assistlaent A cztte petite ftet crn-
pmadei Me Bailly srait r~voq'i-' preinte de la plus franche cordia it(. 2 --- ss. Prins \Villoin III ( capt. Aarents )
et oasite s'il usait de violence, S ce6s couple', auituel contribia ga
et non le porte fix innocent. -cieuscmtrnt la I infare ditigde pir !- juillet --- ss. '"Pri'i i- '.I F r'i I [,ilirik (capt. Nieman)
avant d'crire, Mai re, Monsieur mar1 -a o Aslr& j-une.
idela "Pioch'"! Vos sept dir- On en juger. par le petit coaltLe- Ces bateaux qui sont IoWta'tonnent. Vcuilhlz remaqter -rendu suivant: d'excellentes commo(dits )pour lpass.:ers : grandes cabinets, simple 1
eMis, mes parents et les conf.eres C'est d'abor 1 M~ Aug D.Archer,pr-,i- doubles ; cabines corres ,onr lnt.l; Ipour farnilles, toutes avec lits noa
Ige mnappellent Builly. It suis dent de la corporation, qui pronor.ta superposas,
e ~atrf Me Bailly, Monsieur BI:,- le discourse d'ouverture. Ensuite Me Lu-
iLpar Bailly. ders Moise, membre du conseil priuci- M61ecin et stewardess (fernmmr d- chambre).-
Wt terms de la loi sur la pal d administration, dans une remar Excellente cuisine fracQaise.
ACm publicity ~1 la pres-nte que quable causerie parla, de I'ciuvre 1i0-
1ieiins6er dans d'autres journaux iale de la corporation. E (;LAC H & Co, Agents.
Wr mcs salutations. Aprbs quelques minutes de rTcrda-___ __ .
BAILLYI iol, le prdident, par une allocut.on
t6ute symp ,hi ipe, piroceda A l'irstal- T
tDipu da people, avocat ltion des mne.ibres de la section t cli- o l l Z-V01 S )lOIP
-i, -.... nrque. Me G. B, uno, alministrateur d.-
a-- BON M f dite section clats un discours a-s z D
gAUgUSte BONAMY. Eloquent, en d nontra I'utilit6. Me E. DU
-1Dfloupoux, tant qu'en son nom person-
drl qu'en celui de ses confieres. M VTA K
th s eu le plaisir de revoir Valembrun et Rimpel presents, remcr- A ?
r Anuguste Bonamy, rentr ci' le Conseil d'administrat:on d'av,.iri
twbrd du Hollandais qui st t6e l'objet de sa haute attention, il finit de la V'_7est Ixrdiac A.er ated and
l, ,anne,je crois, du c6'6 de er-promettant tout son concourse a lLirier l L7 ters Cor -par y de
6 A .e"t1.0 .Centenaire qui I'a l'Association.
Smee, al.si que tous les au- Inteime e de 20 minutes durant les Kingston ( Jamaica )
Lire m quelles la fanfare execute quelques Dv KOLA \INE ( Vin de Kola )
i la.e n past hang : c'est beaux morceaux de son repeitoire et
Scjmej simplicity un peu 'dda toasts furent portes au Irogbes de DU IRon BREW (KOLA TONIC )
ltravaill grce l'614anu e I'oeivre. recommandes par les clebres indlecins de la Jamrnaique.
.ItI l y", par une main sa J s6ance reprise, Me G. Vilmenay, recommends pan.
S1tOJlOrW ia rnAme cordia- dans on language spiiituel, retraa le' Ventz chcz Madams Arthur |Ionnefil oft vous ei trouvez par baril i.
S* sourireo do perp4tuelle butL4 la C.rporation en mettant en lu- 10 douzaines,-par douzaine de bodteilles et par bouteille.
S[I S jole d'accueillir les mi'e I, 8 progabs rsali ds-. Me Em. La-
alr*. Mel. les derlniers mute lui succ6le et dans une cause- 81, Rue Tiremassse, 81 ( Saint-Joseph ) presqu'A l'Angle do Ia Grand'R .






Grand Rabais I

JAMESTOWN TERCENTEINIAL EXPOSITION


( 1907 )


HAS CON FERED A


Gold Medal upon

Tannerie Continentale
DE PORT-AU-PRINCE
CHAUSSURES
CHQlavr U GLACt, pour homes et dames P. 10. Enfants P. 8
VamxIs CLIPs a C 12 a 10
COULKUR LOTUS 4 1 12 4 10
Pour la vente en gros 5 oIo d'escompte.
Ii- --


GRAND PRIX


d


HOURS CONCOURS


Rhum Barbancourt
Medailles d'or, Mention honorable, Membre du Jury, Grand
prix, Hors oonoours dans toutes les Expositions depuis
1881 jusqu'A 1907. ( Jnoien et Nouveau Continents)
SMadnme Veuve BARBANCOURT, seule d6posi-
'i&re de la marque Rhum Barbancourt et seule propri6
lAire des formulas qui ont fait obtenir au Rhum Barban-
OOUrt les m6dailles d'or de toutes les Expositions, a pris la suite
i..affaires de feu son mari,et se tient A la mamehalle, sise 7, Rue
4ML C6sars, a la disposition de sa nombreuse clientele,
dent les commandos seront ezxcutecs avec le mmme soin quo par
le pass


Pharmacie W


Place


Buch


de la Paix


execution prompt et soign4e des ordonnances.
Analyses scientifiques et techniques.
Analyses des minerals d'or, argent, cuivre et autres m6tanx d aprbs la
p5dthode am6ricaine ( fire essay .


Fabrication d'Eaux gazeuses, sil
.'halrnpagne a P. 6 la douzaine.
Droguerie en gros et
Propri6taire : W. B


rops et veritable Kola


en detail
ach


Pharmacien dipl6m6 allemand
D6p6t de Kola-Champagne :
Aux Gonaives: Madame P. Laraque
A Saint-Marc : Madame E. Martelly
A Petit-GoAve : Hermann Reimbold & Co


A L'tLGANCE
QORDONNERIE.
E3. S3P3Em
42, Rue des Frons-Forts.
CHAUSURsS mN DJt6Tr,POUR LA TVIT
Promptitude et soin aux comman-
der tant ici qu'en province.
Chaussures de Dame former et tra-
vail tonjours tout ce qa'il y a de plus
nouveau.
Former amricaine et franchise pour
Messieurs ; 616gantes et commodes
Pour le enfants le plusA 'aise.
Travail solid ex6out aveo
des peaux de premi6reparque.
Assurance de grand rabals.
PAtes, 0drages t tiquld-e


A 1'Ange Gardien
98, Rue du RBservoir, 98


A VISITER :
Dernitres nouvcautes
FORMER Di CHAPEAUX RUBANS IMPRIMIS
DIRoCTOIRK COURONNES DR MARItE, etc.


Articles de 1Ire


revues ce mois
SUR CHANGE CETiTRES.


Communion : AUMONIRES GANTs -


MltAn ."s- CHAPLWTS IMAGES CORSETS POUR FILLETTES CHAUSSBTTES
It BAS TISSus POUR ROBES, etc.
*'8phoialit6 do deul : CHAPEAU de crbpe deroibre mode-- SA-
TOtas Ba1AsnAa- COURONNo S MORTUAKIRS, etC


t
I
I


I


a


Cordonnerie Nouvelle


G. B. PETOIA
t43, GRAND'RUI,, 14
PORT-AU-PRINCE
CAUSSURIUS Es TOUs ellUa
M DtP6r, POUR LA VENTS
Mn eROs Tt DorAIL.
xooeution proapt ades
commander, tant aot qn'em
Provlnoe.
Formes & hommes ; 66lgantes t ra-
tionnelles.
ChauAsures de dames ( Der.ire moe
de de Paris ) et le plus commode :
chaussures poor enfants confection-
n6es avec des Peaux de toue es emn
d'une election et dur6ee irrproeha-
bL.as, I das prix avantageux.
Cirages, pAtes et liquid
Pow hssuhLQ vdu S iute SMu wun .


I































U


Co


Maison fondue en 1888.

Derniers articles regis
Parfameite Houbigant; Ro-
yal Houbigant; Fougere Royal ; Par-
fum Ideal; Savon, Poudre ; etc. etc.
Coffrets de parfumerie tres 461gants.
Parfum renomm6 Astri ; Lotion, Tri-
copherous.
Lamps, Fouets et Chamois
pour buggy et buss.
Argenterie de luxe, Bibelots,
Moustiquaires, Brosses Pipes Fumes-
cigarettes, Cravats, Maroquinerie de
toutes qualites.
La Maison a toujours n grand as-
sortiment de Bijouterf, d'rg.,ter,
de Diamant, a la disposition da public
en g6n6ral et A la port6e de tou
lea bourses.
Ateliers d' orlogerle et de
Bijouterie: Graures, Confetion


I


sur commands.
JchAW do ,wlWor *I t ..wgeal,-
dimus ng a piarm prddsa "p rix
AcRAT D'*AczLL 3DuCaaum
Prix moaptkmonzw


vient do rewvo it nilu
ctag* diagonals, casIm1
Is, chevidto jpear dean, to
AS aclltroment i *a '
=G cHton do coape "
do Webt do fantajaje e4,
outs besuth.
SP601alit& do Costaig
Cs.- Coupes Fran
ladalsalne do I&ldwa ke
La jaison confectuonn" "#
tuMOSe Militalrex. b& Is
dolmans. tiunii", babg0
rTs. OtO eto, do Iess ,
PHOTOGRApat


'C
4


JH. M. DUPLESI
Grand atelier de h
120 RUE DU CIRN
Travaux de toutes sort
)utes grandeurs.
Reproductions Agrandimom

Francisco DESI
Fabricant da chaus


La Manufacture a touj)om
on grand strk. pour b11
gross et en detail, de dib
touP Wenras pour
HouMMs, Fnuums.
Les commander des a
de l'intArieur pourront iti
dans nue pen'aie A pea 1
23. Pne des FrontasK
PORT-AU-P3IIC (I

Chez App. Oi


f55 Rue RipuhliedainrM
E. Rob.s
Viennent d'arriver per I
pear :
Pat6 de foi gras.
Pigeon aux pois. Tapioc.
Asperges eF, Fruits
vre et par flacon. Prui
rouge et blanc. Oporto.
mouth. Cognac ChamPw



8'1 n'est faith avec la
La meilleure fafri
Celle qui done l1
Qui produit le 0pow
Le pain le plus bI
Le pain le plu"js
Pour tousre -n
dresser A :


zrineat
reprentfnt de Is 1
stkE FLOUR KMUM
Su I


* *


-- ----- ---


I- I


412=== ---- I ---- -


A. de


Matt6is &


I


I


lIaison F.,BIRv
1% G~RA ND Nov in
D- rigg0 a


L. HOsdEs
eWt epiquur du~ M4~L~ o~l. r


I