<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00622
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: May 14, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00622

Full Text

Lflh6,


No 638


PORT-AU-PRINCE ( HAIT


Vendredi, 14 Mal 1909.


E


i


rtbur Isidore,


OUOTIDIEN


AISoItrorATUUR


Camille N6r6 Numa
RADACTRUR RN CrIB


Abonnamelnts: DIRECTEUR-FONDATEUR LK NMYPRO CigNTIMES
puAU.PRINCuTMois Mt. .. G. 2.00 C vment Magloir.
TII ~ ois Monou or. 9 .00 c paseet uetd-etoIschv
SUhIjETMNTS UI Mt. 2.20 -- -xM---os Lea 220mots Sntg parreni d x*a le do :l do aha
Tiois Mais 6.00 DIRECTION-atDACTION-ADMINI STlkIN mois ci son? payab~es d'KATIcO
0AIGER....... ToiosMols. a 8.00 45, VI OWX, 4S. Lee mauluartl i lusmrsa ou sone sosresltps wos$m


C


f5 MAI 909)


Remain est I'anniver-


re de la date


consli-


0tonnelle de l'Entree
Fonctionsde S. E. le
Psident Simon.
eette occasion le MA-


i pr6sente ses Vw(UX
iSon Ex. le President
a la Republique, afin
qe s'acheve, pendant
n septennat, la reali-
otiOnl di vast nr-


amminede progrns, de
Mtiee et de liberty que


ppis son
ife affirme
(loyaute 4
rtion.


avenement
avec tant


et de


cone-


idpies a nos principles,
Ssoutiendrons le
Pvernement dans l'ex6-
i0on des projects qu'il
atreprendra pour le
uheur de la R6publi-
r e.


Je iW'ai pas encore eu le bonehur de
lire la plaquette publi6e par M Emile
Pierre,et intitulde: Rapport au S6nal
our lea competes gendraux de la RKpu
blique, ( Exercice 1884 1885. )"
Je n'ai lu que les quelques mots d'ap-
preciation euthoupiaste que cette pu
blication a arraches au Nouvellist (t.u-
mdro du 10 Mai ) et don't nous citoni-
seulement le passage suivant:
Nous avons note, entr'autres, I-
budget des depenses qui alors I o 1
1'anaoe sE'levait A moins de 4 mi lion,
et demi: ce qu on ddpensjit 20 ans plu-
tard on 2 o'i 3 mois
Que le 86nat rtfusait dVcharge aux
Minisres pour des d6penses extra bud-
g6taires de moins d'un million p ur
tosU le departments, tandis qu'en cus
temps derni rs des credits tupplemen-
tairqs plus klev6s etaient dem, ndde.
pour un soul minister .
Que les virements de fondA taieidt
consurts come des monstruosit.s, et
nue lea membres de la Chambre ile-
Comptes Etaient d6noncds comme con-
coaaionnaires pour n'avoir pas sig a;6
lea ill6galit6s administ atives... "
Et I'on conclut, avec raison d'ailleitrs:
Nous avons progress depuis, mai-
d rebours I "
Le angage du Nouvelliste paralt fon-
de, ain.l que son enthousiasme et son,
admiration, en comparant A cell d au-
jourd'bui notre situation administrative
et fnancibre de 1881. Mais pour bien
examiner cette dernibre, il faut aussi
eonsiddrer notre situation anterieure
meant 1884. L* Nouvelliste n'a eu guard.
de le fairs, paroe quo, au lieu d eire
admiratif A I#gard de nos gouvtr-
ieats de 1881, il eat det forced de deve-
air sev6re. Or, il paralt qu'il no le failail
p.sa
Cepeodant, si nous voulons fair de
.rhiatoire,il faut avoir le sentiment sdtr
vdridique et complete, c'est seulement
das oes conditions quo nous pourron'
du pmt6 dgage r de pricieusts le-
ons pour le prtenst. "
Lo budget de 'ezercice 1884-1885 s'd-
leanet por i dpoamos A 4 millions
1t demi, consldde OOmme n progress,


est, au contraire, 1 manifestation d'un
esprit de coupable pro ligalitA inconnu
'ous les adminiAtrations de Nissage et
de Boisrond Canal.
Le prdsi lent de la Chambre des R -
prdsentnt,at la a ance du 15 Juin 1871,
reproch-it amerement & M. Simbour,
S-trtaire d'E'at dos finances, d'avoir
pr4sent6 un project de bullet dans le-
uel les ddpenses s'dlevaient a .......
P. 2 900 (00 ( moins de 3 millions. )
Notre budget de ddpenses de 1870-
1871 s'dlevait a P. 2 408.962.19 c ; celui
de 1877-78, -e chiffrait a P. 2 772 013.
01 c. ; celui de 1878 70, le dernier qui
a prdede SlIomon, 6tait de P. 2.971.
K)90. i3 centimes.
Oi le voit, les budg-ts <1- 3 millions
dtaieint plus que dlei -' mo.istruositds ";
ils et'ient del impo-st-biLuit&', avant
Salomon Q le I'un juget alo s -i un bul-
get de 4 millions et demt survenu sur
c s en:refaites constitue un progres ou
un recul !
II y a plus : cette evaluation 6tait
ab.olument fausse, en ce sens que les
*lepenses exr.,-budg,taires venaient a-
jou'er A ce chilTre I millio-. et demi en-
viron de dpenses rouvelles.
II n'y a rien d 6tonnant en ce que le
Nouvellist. I'ignore, I -s pieces officielle-,
p:aS plut que Ii raapports dtes Chambres
16gis!atives n'ont fait etat.
Voici ce qlue dit sur c snjet I'6minent
I inancier lhaiien. A Thoby (Le rtgle-
'ment da budget ou la loi des complex ):
1" Durant tout le sep'ennat du Pi6si-
dent S domon, le Pouvoir ex6cutif n'a
jamais demanded de citddits uppltmen-
taires ou extraordinaiires, ni duranit la
period d'ex cution d'un bu Iget, ni au
moment de la cl6ture d" 1'exercice, ni
meme apres cette cl6turr. ( 1 )
Pour jeter di la poudre aux yeux,
le journal official a pub iW de temps A
autre une loi ouvrant un credit soil
supplementaire,soit extraordinaire,pour
certaines d6penses dout la necessit6
1 Vodl pourquoi le candide contrsre pout
dire qu'on c refusalt d6eharge Iaux mlnistres
poor des ddaese extra-budgtaires de
molas d'un mU .... *


n'e.-t par contestable. Mais pour les six
exfrcices budgytaires de 1879 a 1885, ces
ouvertures de credits ne s'6elvent pasen
to'alit6 K300.000 pistrec, tandis que
It a excedlents de ddpenses effectudes sur
les receltes s ELVE.NT A I'LUS DE 9 MIL-
LIONS DE PIASFHES ( soit 1 million et
demi par exercise )
On voit bien que les Chambres
n'ont jamais exdcut6 I'article 173 de la
Constitution, lequel prescrit qu'elles
do;vent "cbaque ann6e arreter le comp*
te des recettes et des djpenses de l'an-
nee ou des annaes prdcedentes."
En ce qui concern le contr6le des
compete, administratifs, tant par la
Chambre des Comptes que par le Corps
14gisldtif, laissons encore a parole a
Thoby :
'' De cinq rapports adresses par la
Ctambre des Comptes au Corps 16gis-
latif -ur les exercises 1S79-1880, 1880-
1881, 1881-1882. 1882-1883, 1883-1884,
et ,lui peuvent former, chacun, la ma-
tic.e d'un volume, il est sorti un tout
ptit Dd ret que I'on pouvait lire dana
le journal official du 7 novembre 1885.
"Ce Ddcret, qui eat tout le Rdgle-
ment des cinq budgets, du ler octobre
1879 au 30 septembre 1884, restera
camme un chef-d'wouvre de laconisme."
I: eat on trois articles: le ler, d6char-
go, pour I'exercice 1881-1882, les ex-
secrdtaires d'Etat F. D. L6gitime, H.
Piquant, C. Madiou, 0. Cameau et E.
Pinckombe Le 2%, pour lea exercices
1882 1883 et 1883.1884, les ex-ecrdtai-
res d'Etat C. Fouchard, B S *Victor, B.
Proph6te, Francois Manigat et Innocent
Michel Pierre. Le 3e, pour les exerci-
ces 1879-1880, 1880-1881, la ex-secr6-
taires d'itat C. Lafo'esterie, C. Archin,
E. Laroch et T. Lafootant.
"Pas un chiffre 'lA oa lea chiffres
seuls doivent renseigner ; l comptS
g6ndral de l'administration des finan-
ces eat pour le president Salomon, ins.
pirateur du Ddcret, ,une arithmdtique
d'ou lea nombrei soot bannis. Les se-
crdtaires d'Etat sont de s de ciaq
budgets, sans que ce bud so eSt
rig/ls, sans que nous aachiona pour
chaque exercise A combien s'616vont lee
depensea, A combien It deficit non plus
le deficit d6crite do budget do prvi-
sion, mais le deficit do budget esoicu,
de Pexercice cdos....
"La mAme comedie do d6ehargo mi.
niktdrielle a 6 jode encore A propose


~o~t~A


I


I


D


VERITES FINANCIERS


J


l


I


!


I


I






des comptes g6ndravx de I'exrrcice
1884-1885. (C'est precis6ment cut exer-
cice don't le rapport provoque les ap-
plaudissements du Nouvelliste.) Le jour-
nal official du 11 dIcembre 1886 a pu-
blid le proc6s-verbd de la seance du 17
aoit de la C(tambre des Reprseentants,
lequel content le rapport d'une comi-
mission special nommee pour la vei'i-
fication de t s competes.
"().) v lit que les Rocettes de l'exer-
cice 1884 188I s soent 6lev\es an cliif-
fre lde P 6.131.7 9(5i...,,ans dire que
de ce chii're, ... ii y avait A deduire,
2.108 8"j) piastres de recettes pour ,de-
penses spdciales et qu'il ne restait plus
pour les d6penses ordinaires, puiir la
caisse des services courants, que 4.028.
865 piastres de recettes, chitTre qui
rtait au-destous des d6penses votes de
552.017 piastres et au dessous des ddpen-
ses effeces et A effectuer, de 861.36i
piastres.
Nulle pirt dans le Itlpport, on ne
volt le montant total des l4penses fi-
gurer A c6td des recettes correspon-
dantes. Comme le Pouvoir ex6cutif,
comnme la Chambre des Comptes, la
Chambre des I1eprsentants
Imite de (:onrart le silence prudent
sur les rect ttes et les d6penses dle la
caisse d'amortissement. Et cela s'est
a)ppel, cela s'appelle encore: vdrifier
les comptes-gnedraux de la R6publi-
que, regler un Budget..."
Mais peut-,tre que la plaquette de
I'honorable NI Enile Pierre, queje
n'ai pas encore luie,- comble les lacu-
nes importintes signal6es par Thoby ;
peut-tije dit-elle des choses suscepti-
bles de reviser le jugement du remar-
quable publiciste.
Du moins, je l'espere du fond du
C(pur.
Lux.
-~ ----- -
L'Arriv6e du

President Simon

Le Prdsilent Simon est arrive hier
martin a Port-au-Prince, revenue de sa
tournee dans les Communes de la
Croix-di s Bouquets, Arcahaie et Stint-
Marc oi il requt un accuel des plus
chaleureux.
Contrairement A l'attente de la capi-
tale qui l'attendait par terre et qui
avait tout prdpar6 grandiosement pour
le recevoir sur tout son parcours, avec
fleurs, discours, du Pont Robeit A la
Cath6.Irale ; le Gal. Simon nous est
venu par mer sur le Nord Alexi,. A dix
heures et demie, le President entourd
de ses Ministres effectuait sa descent,
salue par l'artilleiie du bord el celle dn
Verti4re, tirant chacune une salve de
vingt et un coup de canon.
Au bureau du port oi le Pi6sident
Simon est regu par une foule nombreu-
te qui I'a acclam6, Mr I.iautaud, Magis-
trat Communal de Port-au-Prince, sous
un 61egant arc-de triomphe, dressed par
les soins de l'ac.if Chef des Mouve-
ments du port, le gdn6ral Eug6ne Fer-
dinand, lui adressa le discours suivant :
President,
Le Conseil Communal, organe auto-
rise de la population de Port-au-Prince,
vient vous exprimer, A I'occasion de
votre heureux retour A la Capitale, toute
la joie qu'Elle ressent de vous revoir en
bonne et paifaite sante.
Votre absence, quoique de court du-
ree, a produit parmi nous qui avons
pris l'habitude de vous voir presque
cbaque jour, dans lea diff6rents quar-


tier de la ville, tant6t en voiture, tant6t
cheval, iuspectant les divers services
Spublics, a produit, dis-j, parmi nous
Sun vide que notre affection pour Votre
Excellence auait bate de voir cesser.
(ependant, en citoyens raisonnables,
nous avons aussi bien comprise qu'en
Votre qu:lite de bon pbre de famille,
vous vous deviez dgalement, sans pre-
ference aucune, A tous vos enfants et
que c'dtait sous I'empire de ces senti-
ments que Vo'ro Excellence avail decile
la tournie qu'E le vient d entreprendre.
Elle a voulu, en elfet, se rendre compete
par Elle-meme des besoins et des aspi-
ratiols des laborieuses populations de
la Cr ix-des Bouquets, de I'Arcahaie et
'Ie IA vaillacint cite de St-Marc, se con
formant ainsi au principle d'examen de
proprio visu qu'Elle a convtamment ap-
pliqud A tuutes les branches de 'adlmi-
nistration locale depuis qu'au mois de
Dbcembre dernier 1'Assembl6e natio-
nals I'a appelde A Ia Premibre .Magistra-
ture de l'Etat.
Vous avtz dui constater, durant Votre
tournde, Prdsident, que toutes ces po-
pulations, A l'instar de clld de Port-
au-Piince qui vous a acclame lors de
votre entre triomphale A la Capitale,
que toutes ces populations sont a la
paix et vous avez dti entendre alors
fredonner A vo. oreilles les refrains de
la douce cihnson du Travail.
Suivant les recommendations que vous
lui avez faites A votre depart, la ville de
l'ort-au-Prince toujours digne, toujours
tire, a tenu pendant votre absence,une
conduite marqude au sceau de li plus
grande sagesse, car vous estimaiit A un
haut degrd, Vous aimant comme son
Liberateur, elle fera les plus grands sa-
crifices pour marcher toujours d'accord
avec les iddes progressistes de Votre
gouvernement.
Ainsi, par la joie qui rayonne sur les
visages de cette foule reunie ici pour
vous renouveler I'expression de sa gra-
titu le et tie ses sentiments atrcftueux,
Vous devez remarquer,non sanis un le-
gitime orgueil et une satisfaction indi-
cible, combien les port-au-princiens
sont attach6s a Votre personnel et avec
luel pIlaisir ils saluent Votre retour.
En toute quietude d'esprit, en toute
sdcurit6, Vous pouvez rentrer, Prsilent,
dans Votre Capitale, toujours dispose
a entendre Vos reconfortantes paroles
de paix et de travail qui font le th6me
des entretiens quolidiens que Vous avez
avec elle.
Aus-i le Cunseil communal, s'inspi-
rant des sentiments que protease pour
Votre Excellence cette intdressante po-
pulation, convie tous ceux qui l'entou-
rent, en cette solennelle occasion, de
s'dciier avec lui
Vive le Prdsident Antoine Simon !
Vivent la Paix et l'Union de la Famille
IIaitienne
Vive le Travail
Le President Simon tr6s 6mu repon-
dit comme suit:
Monsieur le Magistrat,
J'emporte, avec moi, la meilleure im-
pression de ma visit dans les Corn
munes de la Croix-des-Bouquets, Arca-
haie et St Marc oi j'ai rencontr6 des
populations laborieuses, entibrement
paisibles. J'ai dte partout acclamd,mais
je n'ai pas oublie que Port-au-Prince a
et6 la premiere Ville de la R6publique
a acclamer mon aveneme-t A la pr6si-
dence. Comme je l'ai teujours dit, vous
etes la tate, le bon example doit partir
de vous. Je tenais a eprouver votre dd-
vouement a mon gouvernement; pour
le faire j'ai entrepris cette tournee que


Sje viens de fair. Eh bien, votre noble
conduit me prove qu'il n'y a abqolu-
ment rien, que les esprits sont tout A
faith rassur6s, confiints dans le gouver-
nement. 11 y a eu, Messieurs quelques
petits malentendus bien vite dissipds.
Au BUREAU DU PORT
Se President Simon reCot au bureau
du Port les felicitations du GdndralEug.
Ferdinand, de son personnel et de
nombreux amis qui s'y dtaient empres-
sds d'aller Lui presenter ies compli-
ments de bienvenue.
M dame Simon, particulierement fut
I'objet des marques de sympathie et
d'attention de quelques dames alleges A
sa rencontre et de la part de tous ceux
presents qui tenaient a lui presser la
main.
11 heure-, Le Prdsident Simon laisse
le bureau ilu Port l:our les autres arcs-
,le-triomphe oh: le- delegations des au-
tres corps (le I'Etat I'attendent ...





RENSEIGNIEMNTS
MVTEIOROLOGIQUEI8
Obs3ervratoire
DU
SEMINAIRE COLLEGE St-IARTI&L

JE'DI 12 MAI 1909


Barometre midi


76r, /1'6


r oap6rature minimum 21,5
maximum 33 ,o
Movenne diarne de la temperature 26.,9
C'el trs nuageux depuis 9 h. du martin.
Pluie sur la chain du Sad depuis midi.
Vent faible Eclairs au S W.
Forte pluie A 9h 20 m du soir mar-
quant 28,7 millimetres. Barometre en
baisse.
J. SCHMRBR
L'affaire de ]a rue Montalais


Tribunal dq Casg .
SECTION CIVIL
Audience du Jeudi 13 Mai iM.
A dx heures et demi-a dpo.
banal prend siege sous hr -isl
Juge C. D'jean et pronos a
rejette le pourvoi exercd par I
renne Mchaud centre le S
dos par le Tribunal civil de
I'un p r dffaur, le ier Mars 97
sur opposition, le 26 juillet d
annee ; mais case par voie de
mtnt et par consequent sa
jugement sor opposition da 26 iSa'
en ce qui concern l'excUo-64
vie sans caution qui y a dt o -j
Le siege est Ikve.
Tribunal civil
.Aud'ence correctionnelle ds Mi
12 Mai 1909.
Le Tribunal pread sige i loA
nmatn sous la presidence du o pfl
A. Vieux assis'! de Mr. le Coa-
du G"uvernement.
Affaire entendue
R6le du Miinisitre public con~~,reI
Thorras, prCvenue "d'avoir doaW
souff.ts A Malame A ndile Nic ia,
Apres I'inrcrrogatoire oral de ha Ia
nue, Me Luc Thdrd, avccat de I
nue a demandA A ce q'l'elle so.t m
de la prdventton pore contre elle.
Le Minis &re public declare seiug
I la jusice, qu'il n'y a pas de pre~su
fisantes pour lui permettre de sodirak
cusation.
Dip6: des pieces est ord nri et .Jl
meant rendu audience tenanie, qi
que-les charges porees cootre la pt
ne sont pas suffisantes et ordoamud
eu libertC,si elle n'est retenoepaow
case,
Sur la requisition du Ministice hi
elle a tC revenue pour autre cem
Puis le se'ge est lev6.
*


.Audience civil td uaili 1O ;Ms tX o
Le Tribunal prnJ s;ege A dix Im
do martin sous la pr4silence dI j -'Pl
H. Mondestin, assisted du jug4 L Str
Nicolas, remp'issint les fnc'ioodi


Hier, des coups de teu parties dans les nist&re Pub'ic,
environs du Lyc6e National mettaient en Jugements prononc6t
tmoi ce quarterr d'ordinaire si paisible. -Ce'i qui cogd mne le sief
Les vosins accourus trouverent le dpatut Li payr sans terme ami
Billy et sa famille, en face d'un cadavre Lucien A payr sans tcere si
encore chaud, celui d'un porte-faix qui sieur Alexandre Bien aine la sM
venait d'tre tue, apr& un- rixe violent. trois cent cinquante gourdes a Il
En arrivant sur les lieux nous trouv nes bon souScrit Ie 23 Novembre I 7,
Enarrivantsurlesheux nous trouv nes condamne A cinquiate goordes dr
le juge d'instruction Valm6. le com- ondamne A cinquante gourdes d
missaire L. Coutard et d'autres autorits .ges-n r s et en outre aux fra;st
judiciaires qui vrbalisaient. Les G6ndraux Celui qui adnet Ia dermade i
Chery Augustin et EustacheSt Lo6,inspec- vorce pro uire par le sieur MedNi
teur et sous inspecteur en ch:f de la poli- taud con re son pose, nMe Nct
ce, assists de quellues agents assuraient oizan; condamne le sieur Merlin t
avec correction le service d'ordre. Le ca- so pouse une provision ad litel
davre tdait dans la second piece do rez de tre cents gourdes pour frais de n
chaassde pros de I'escalier,- A ses c6'6s se hooraires de ss avocalse t o ds
trouvant une malette noire. Nous e ames limentaire de quane gonrdes p
les renseignements suivants : Le Dpu'6 partir de ma date de lordo et ufoa
Billy, revenait de 1a tournie avec S. E. le d permetant d cter et r
President Simon 6tiit chez lui quand il denl istancc;d que ia dtchez sa
entendit un bruit de lutte. C'atait sa fern- ouera toojours a rider cae. s I
me que bousculut un home de forte cor lle reside depuis sa reraiti. DP0
pulence, on audacieux voleur,nous dit-on, serv l le sit
qni voulait sortir avec une malette enle- Faute de Ministlee Pb ick
v6e chez le Deputo. Une lutte s'engagea levn. Grand Concert
dans laquelle l'inconna reCut trois bales. G
La mort s'ensuivit. Le Magistrat Communal de
La justice a fait le nicessaire.Vers les 5 Prince announce au Public qa'A
heares 45, le d6pute Bailly a 6tC ddpos6 de I'anniversaire de l'entr6e e
en prison, eu attendant la d6cisiou lCgale. de Son Excellence le G nda "I
Nous croyons savoir qu'A la seance d'au- Simon, comme President d'Ha ti,
jourd'hui, le Secritaires d'Etat de la Jas- and Concert sur la Place do 9
tice, fera A la Chambre des Dputts, one Mars, Dimanche, 16 Mai C 'a
dEclaration J propose de cette afaire. hears do soir.


I I I man








MrArbhurBonnefil Tribune du Matin "
,wow r ve Ivc plaisir notre esti-
Lgafs Anihor Bonnefirrrriv hier,
Joqdn sjrour de quelq ePort-au-Prince to Mai o199-
(S oloi ouhaitons la bienvenue. Monsieur Clment Magloire, D., -
OWAt&o ie pdu journal LE MATIN
. rivag6 et D part 9 En ses bu:iC. x
- t arrive le steamer "Queb- Monsieur ,le D rccteur,
p, oaw ers suivant venant de Relax6 des cachots ou mes e. nis
r M Jose Morenom connus et irconnus m'avaient rtnti 'nds
ibbet, A.r Mcufax Stie, D. Josepm, pndant trent neuf jours, j'at eu le de*r iusir
ib b s iot, N cGufarie, RY. o de lire dans votre journal le Matin du
Clos Miot. Lan edonck,H 27 M irs dernier, No 600 un ar:icle in ,tue
A.lyCae. aurent M e Dirius, .Mr. ',. San aire dans Iquel ar-
C. LaurStphen F, Mile Bru ticle i est relate de quell-e faon je fus re-
ilae, nMM p Msard, Mile ir lev6 de mes functions d'Admiinistrae r
ijNo, le HeTriette Louis, Mie des finances de Miragolne, e c, trc.
W A.aHiliPP Mes Citince, AdMe Cet article porte que les investigations
l aP.Pa n-philipoe, eme Vve faires tant A Miragoine,; port d'embarque
LotMvaa J A- e ombrune ve ment de la contrebande d6noncee qu'a
*iM. P. Mieouardy, I. E'-tranger, ont donn6 assez de preuves de
Ftre A fred, B. Bouriolly, Vi culpabili'e centre ce heut fonctionnaite .c-
tuelltment sous le coup de a justice. --
II a kt6 de plus relat6 : Mr Sindaire, qui
S* a- est en ce moment en prison, est un an-
t reparti avec les passagprs sui- cien Senateur de la Republique, un ami
S.Mpor :i personnel du General Simon, aux c,')'
$t lcr.-Mr Siciliano, Mr et imne duquel il cut I iouer un ro'e plus ou
iSt lacar, Flif e Mio, Esma- moins signaled lors du movement protts-
bhilbe, Aifred, outs d Espi- tataire du Sud, l'an dernier Pris en fiu'L,
iaoeCnnstanlin Du.il 1 (F I- pensant trouver un refuge 1 Port-au-Prince,
ih*aC. Voigt et ;: eiltitls Mr Sandaire s'cst emprtss d'y ac-ourir et
llTemrr'. MM. M miu. e Riob., s'est heurtd A l'inditfrenc : di P *d nt
Lbegue. Simon qui veut &tre impartii!, qui tieit .
Amau. Evaniigine Smith et tre aussi severe envers les sins ii'ecnvers
uI tous les autres fonc ionnaires de i'E'at.
pl8aitn. Mr Chajles Pierre, L'auteur a ainsi conclu :- ): l i on
Tlblia Valle, Mr et Mime Peloux, refus de toute protection A I'ancie. aini-
i"lbrun Guillanim, Pa-t-ur Al- n strateor, en confirm t .e p'us cette ma-
Tamanuel, A llaide Mathieu, xime qui lui est chore : Qui aime bicn
Td6maque St Cl-ir et '2 enfants, chatie bien !!!"
Wpltieone Chiy, Jh. Pierre, Jo A cet article dict5 ou par la maltdilarce
imimonuel, Miria llyppolite, M ou par l'ignorance de mon innocnc; cit
orMoncy, Iddlia Samson et en- de mon caractre d'hommne de princ.pL tt
Met Mlrtoi, Cmn.;'linia Dumor- de bien, i'oppose l'ordonnancc rendue ci
it enfant, F. A igtin, EIlouard ma fvcur par la chimbre du Conseii Ic
E liua Btesb, Mne Elida Pro- instruction criminelle de l'Anse .1 Ve iu.
r Victo iiie, lHaul I'iuio", cn date du trois Mai courant. le vus
r Auguste, 1B tph.c! Verne, saurai bien grd de l'insdeer A la u,.t- dJ.
R. Castillo, MInc( Gorg'-s Pio- hI pi6sente lettre.
l eofant, BIloinont 1 liz ire, H I e suis au service de mon pay. I p is
ime Chouta Ci- i 1868 ( mars ) Jige de lP.x de Pt-. Pi:in ct d
Paix. Mr et Mmn Htenri- de 1876 A 88, Cont'nindint d-: arrin V
Aiphonse He-niiii.z, MI tr Ti- diss- ment de Tburon en 1is9, un J.,
lim James Taoma-i, Elmina, auteurs de la Cons i uiion qui regit ;l- l'.,
Adiger, Lmi oer;--Y-rnnnd P- depuis 1889 A ce jour. ho.:nie JE i i
kRoy, Lalannes, C tharlem.- Jage de Pax de .PtA-Pmcnt de 189 A
Ifw Srrep, H1(uri L/ab-asillr, 896 et S-nateur d: la R pub ique pn .la iat
MUe Vve 1. D5,-ir. s x ans, de 1902 A 19,)8; : ces drivers f"-..-
'vdue. ir .MonI't; Auguste, tons c) j'ai pads, j: nais je n'ai dI nird n ,
ixClil Vaval Mile Vaval, B. de mon payi et desGoavernemnen s t '
Hr. r6mN, M'le Ilgina Jean- srvis.


ins Willemn I' venant
T*k~tSt Mac it attenlu
i dons la m inlle. II conti-
SSuite pour Petit-G Ave, ren-
Iche mr tin & Port- tu P in-
losoir6e it pariira pour J&-
Jaeme, J(Curaqao.
GERL&LA &C Co
AGENTS

vi important
s 4 clare avoir revoqii
I quue jav 'is dr ,it., a Mi
lrI'efft de gcrer et
0._1, ces dle Hincbe.
le 1 Mai 1939
ED ORIOL


Home prive, c mmeirmnt, i',i roiu ; r
s'i, par mon trivail tt une conduite h: >-
r ble, don't j ai tenn A laisser It bo i txce:n
pie A ma nomb'e'se f rnille, inetiter l
gairds et les co.sid&ra ions.
I'ai do'c le dro:t d: dire qire .non p-"s
,e mon p e.ent sont sans :ich-.- Et il .
fillu qni'cn r~co npen;e d- mon divoic-
!m nt on tenta de me de hInorer poiir
Saoir e6t seu'lenesi en peu d- them's Ad-
m n strae r des Fi 'ance, de Mr:g, ine. -
Je comprendrais, et Its esprirs rt'tl1ch s qni
savent quellue Ichose des aiftires dte Do :1
Sne, comprendraient ega'emnent q A Adm'nis-
trateur des finances de Pi-a--Prince, aux
Cayes, au Cap, A Jer6mie ou Gonaives, je
passe me livrer A qnelqie chose d'illicite
I di 29 dcernbre ou j'ai eti instalie an 14
' janvir ou j'ii d4c denonc6, si j'etais as tz
pen scrupuleux de moo honneur a sauv,--
garder, du respec- q.ie je me dois A mri-
mime, que j- dois a ma fimille tt la
collectivlti comme ancient homnme d'Etit.
SMais A Mi-agoane ou n'arrive qa'un s;ea-
mer par mois, .Miragoaae condamnrte.-
voir passer son cafe !A d'autres pirts, que


pourrais-.e avoir voli du 29 decembre au'4e Maignan Brouard, ie Lelio Bourraine,
It anvi1.r 1909? Fort heureusement 6- I. seph Liroche et 7e general Delsouin,
. rdonnance rendue le 3 Mii est venue ce dirnicr, commandant de la commune
c firmerr ma defense tn date des 1o et I1 de MiragoAne et les quatre presidents,
t vrier dernier, portnte sr les journaux le fonctionnires de la douane et de 1'Admi-
N Martin et 'e No've'liste et pro'i- n traction financiere de Mirago.ine, tout
ver une ifois e plus que mal e les inv.-s s ;tr. prevenus soit come auteurs, soit
tgitions de la j stic ,a 'cun s .ha-g's ultfi c-mine complices d'avoir frustr6 les droits
sv tes n'ont e ~ releve.s contr moi e' qu' de I'Etat.
I' y a Iceu par c mnseq ient de me me ire Vu les conclusions writess du Ministere
liors d- c.use ". p.b'ic de ce resort, dac:es du ter de ce
L'opinion pub'ique iinpartiite et bien nll i-, au no 4-i, requerant la Clambre
editi.e lira sur Its fails et gest s de chcun,, du Conseil de d'clarer qu'il n'y a pis lieu
appr6ciera et j ger.!... A suivre centre les dits pr6venus. Consi-
Pour mioi, n'dtant point un Ministre terat.t que malgr6 les investigations de la
covert sans doute, dJc I'ie-rsponsabiliti, en jus'ice, charges suttiian:es n'ont t6t rele-
e;,pit de la Constitution, je conprend; bien vdes centre les dits preK'cnus et qu'll v a
que I'autur de l'article di 26 mars m'air lieu, pr consiquent,de les mettre hors de
app ique la maxime : qui aime bien chatie cause.
bien. ,, 'article i du code d'Instruction
C'est pour moi ;I'occasion de m 'crier crminellc.
come Mirabtau. : Dans tous les
Pays, dins tous les Age:, les grands ont im- Nous d~'i'arons qu'il n' a plS lieu A
pi-oyablement poursui.i les amis du peu. suivre centre les n vinn. to N. Sindaire,
ple ; et je ne sais par quelle comb'naison 23 Cmstilon KRinch,.re, ;- Albert Saurel,
de la for:ane, il ,'en est elevc quelqu'un de *P Maignan BRouar.!. ,) Lc:lio Bourraine,
leur sein, c'est celui I: surout qu'ils ont 6- Jose'ph I.troche et 70 Delsouin, tout
frappd, avides qu'ils traient d inspire la se:,t derneuran' et domicilids .A Miragolne.
teriur par le choix de la Vici-ne." Ordonnons (n consequence, qu'ils soient
Agrecz, Monsieur le D recteur, mes renvoyds hors de cause
meilleures salutitions. D-lnne A 1i Chambre du Conseil du Tri-
N. S-ND.\ IRE. b-minal civil du resort d N'ppts. ce Mai
\ I .\909 an ioe Aino, s' nd Hvacinthe,
1*, Clihisos-h(i ne Franc A ind, R. Delmas et
LI-TAri: E(,.%\ITi FK.~ATri: ;Ri Char her P.Mdnardv. Dans la minute deux
RI(IPUBLIQUE n'HAI r rcnvois en :nar.e paraphes bons et deux
i ..... ........, ots rav\ s nuls.


.1 Ill 11) i T '
(i :t


NI PPLS

An e A Veau, 1- 4 Mii 1909,in io6me-
de I'Iiddpendince
Le Co ninissair i du Gauver-
nement
P,'s le Tribunal Cit:il de .Vipp's
Cert ti: q 'e le sie-ir N Sandair-, ex
Admniti.tratcur des fi iances,a et m;s h) rs
I- citu-c, par ordon'ince d la Cha'nore
SCons:il d u T'ribinal civil de I'Anse.A-

En cons, ~ ience, i lui e:t loi,ibl: de re-
r.igt r la Capitale.
L-;s in r, mois et an que dessus.
G. FERRARI.


Extraitni du lle~iistre
d',jrdonpninces du Ti i*
hu tii -I'. i .1,J7sr ort de
Nippes.


Ordonnance
Qui nr zvit' hors ti' cause les nonmmis:
SN. San.ii' e, Castill,, Rinchdre, Albert
Sau'el, Maignan Brounird, IAlij Bhurraine,
JoIspb L z'ohe et le grdnral Delsouin.
AU N'OM DE LA-REPUBLIQUE
Li Chambre du Conseil du Tribunal ci-
vil du resort de Nippes, conpetemment
rvunie au Palais de Justice de I'Anse-1-
Vcau, composer de Messieurs Hyacinthe,
juge d Instruction, Chrysot6me Franc Ai-
ne, jPge. R. Delmas,suppleant juge, assis-
tes de Monsieur Charlier P. Menardy,
comnis-grtffier du siege, a rendu I'ordon-
nance s'lavante :
Mon-ieur G. Frrari, Commissaire du
Gouvernement du resort de Nippes, ap:ts
avoir deposit son r6quisitoire sur le bureau,
se rctira ainsi que le commis-grcffier ; vu
Iprocedure suivie co.ire les nommis ; re
N. Sandaire ex-Alministra'eur des finance s
de Miragoane, 2: Cistilion RinchbCe, ex-
D.recte'ir de la doUAne, 3e A bert Saurel,


Dans
Piour
lion Jc


c:t le copie un mot r iynu !.
copie confor:ne et un- prolonga-
ligne bonne, Cd/ltin/&.
CIlARL!I:R P. MI' NARDY.


Pti1)1ic impartial, c'e.-it A voui ( qe
je ni'adro N-\1 cause Atdflt pI.iid6e.
c'es A Wll 10m.11101
ii lie ifl- it-~;tou'A i'la,-or la re-;pon-
ceiix di(4u1, ja (i(a ( tdos (W-p- (it)e (V
nor)(iath~, lpar ctinpl1;isatice, iinsitf-
fij:islice '(tutor itt. e,' c d's de pomuvoir
ou lnIilveltlme, nimordoblig.s .Apas-
-;Pr t ijttc life it, aux caich ts de
1.1 jgsoi te cott" viII. y'ikS"
prflip~ent A s au moent
,~)1111401111. --on I()nalia ut'est finllt I&
,,6 dt comm rence r le leur.
N. SA\NDAIRF.

.10 Hf ,..adier 'I)ffic (lei
hti t ijr.'. A h Pos te, dt~cI are dvoir1per-
i ut ii, buillet'iDSi de .dinoit['s de
juilldt dol I'mol dernii~ro aux iowsu
Il'!) 1\oidiisit' (1' 1.,)et JotsephI iMon-
i~er(P.)(), niontauit u1--,deux
;utres tiers A r~partir.
(es ret'us sotit riiuls et noni avdius
duidicata devant ottre dVlivrds.
Port-au Prince le, 1-2 Mil 199.


VERITABLE KOLA
DE KINGSTON
Et le Vin de Kola ( Ko'a Wine ) de
la West India Aeratel et Mineral
Waters Company.
liecommand4s par les ce16bres
ne6decins de la Jamaique. En vente
.chez Madame Arthur Bonnefil par ba-
rnl de 10 d( par dz et qar bouteille.
81 Rue Tiremasse 81 (St-loseph)
Presque d l'angle de la Grand'lRue


__~~___ ~_










JAMESTOWN


TERCENTENNIAL


EXPOSITION


(1907 )


Grand Rabais!


HAS CON FERED A


Gold


Medal


upon


Tannerie Continentale
DE PORT-AU-PRINCE
CHAUSSURES


CamRrAU OLAct, pour hommes et dames
VatMIS CLIPS
COULIUR LOTUS *


P. 10. Enfants P. 8
12 a 10


Pour la vente en gros 5 olo d'esoompte.


GRAND


PRIX


HOsS CONCOUBS


I


idi


d


Rhum Barbancourt
M6dailles d'or, Mention honorable, Membre du Jury, Grand
prix, Hors oonoours dans toutes les Expositions depuis
1881 lusqu'A 1907. ( Anoien et Nouveau Continents )
Madame Veuve BARBANCOURT, soule d6posi-
aire de la marque Rhum Barbancourt et soule proprie
Lire des formulas qui ont fait obtenir au Rhum Barban-
oourt les m6dailles d'or de toutes les Expositions, a pris la suite
los affaires de feu son mari, et se tient & la mmiehalle, sise 7, Rue
des C6sars, & la disposition de sa nombreuse cliemtle,
dent les commander seront ex6cut6es avec le m6me soin qu par
1e pass6.


Hlc rA BELLE VUE
Place i u Chmpm-de-Mwrs
PORT-AU-PRINCE (EAITI)
M"a Hermanee ALFRED, diretricee
APPARTEMENTS POUR FAMILLI
DINERS-LUNGOS.
IustdlaUton mo4dere t eOwforai Lwrse a mer. TIFp@eorf
ee Il rfwgure. L. Tramways dhssrvent I'BHlb-BeAl ies lea Is 7 Minrss,
PROPRIMTt SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES


m


PROXZNAL3DR5 JARIDINS
SaUse ArsC repMes.-Pow.-- Greupho.w.
RowYmrIo fllectrlqUe


Table d'H6to


Tibhre Z6phirin Bell
Fabricant de chaussures
Rue Tiremasse, facade Nord de
la Place de la Croix-des-Bossales.
SPgCIALUri:
PANTOMUFLES MtLES
Etude
DE
Ig Charles MILLER
Notaire public
a n&-. oA. Dt a0I


geman la owrals, d. mEdo am & 2 w,
4748 hemr duBO


JULIEN FLORUS
Ancien imv& dIe s S* Co&epqsm
dtoweriwr ftrhmru ( L ord
So tient la disposition du pd
pour toa s traa do om On, t
JUTArrO, do MFA OTwow do 0o
forts etc. t. A de boenne conditf
Rue do la Rvolation N* t
r"i-..va s is Chimbr. 4r D 4
Bs *i Buwggy A loner par hI
pour course on villUe, prommn
n champagne a Pton-V lle.
Sadoeerw as No 156 Rue dn N
sin deo rEate hn f do la GOad


Lbfic
Or.
dbl*



Etc


I


A L'etLEGACE
OORDONNERIE.

42, Roe des Fronts-Forts.
CaAUSSURNS mN DIP6T,POUR LA VIMT
Promptitude et soin aux commas-
des tant ici qu'en province.
Chaussures de Dame forme et tra-
vail toujours tout ce qu'il y a de plus
SouTeaUx.
Formes am6ricaine et franaise pour
Messieurs ; 616gantes et comment
Pour lea enfants le plas&k 'aie.
Travail solid ex6cut aveo
des peaux de premi6reimarque.
Assurance de grand rabais.
PAte, irages et Lioqulde


to


4
4

t
d:
I


Cordonnerie Nouvelle


G. B. PETO1A
14,3, GRAND'RUE, 143
PORT-AU-PRINCE
CRAUSSURISs N TOUS GeONK
sr3 DIP6T, POUR LA VXNTU
en BRO rrT DETAIL.
Execution prompts des
commands, tant ioi qu'ea
Province.
Former a hommes ; 616gantes t ra-
tionneiles.
Chaussures de dames( Derniremeo-
de do Paris ) et le plus commode :
chaussures pour enfants confection-
n6es avec des Peaux de touted mnumei
d'une s61ection ut dur6e irr6proehba
blWs, i dtes prix avantageux.
Cirages, pAtes et liquldes
Pe*M akussures is teis rmunoew.


A. de


I





B

k

.1


Matteis &


Co


Maison fondue en 1888.

ernlmers aftic1es regs
Parftne ie Ho-obigant; Ro-
yal Houbigant; FougAre Royal; Par-
rm IdBal; Savon, Poudre ; etc. etc.
Coffrets de parfumerie tris 6l4gants.
Parfum renomm6 Astris; Lotion, Tri-
wheroues.
Iamxpes, Fouets t Chamois
pour buggy et buss.
Argenterie de luxe, Bibelots,
Moustiquaires, Brosses, Pipes, Fumes-
cigarettes, Cravates, Maroquinerie do
touted qualitis.
La Maison a toujours un grand as
' ortiment de Bijouterfe, d'Argestw~ ,
de Dirman, la disposition du publr
on g6n6ral et A la port6e do toutse
les bourses.
Ateliers d'Korlogerie et .d
BiJouterie : Gravur, Coafeotio
sAr c mmande.
AI Pi de viI or St vea u wyo-.
ddafa at e porrM prdeAww A de& pr
ACMAT D'cA*nA.l Da CAQum
I Prix mxosptiozel


Vient do receaoir uf Pad
ibs diagonal, crai r. lp ca
m, cheviote, Our dejil, etc:
14paticuliii A i %&ea
ekcollection4 do coupe do
1 4gHts4 do fantais S et do
out k~aut6.
Sp60ialit& do Coximes do
Mo.- Coupes Fran*".md
S6ricalne do I& derti4'
L matson confectionn. s dg
umes militaires, baits
Lolmauc. tuaiquea, kabi
r-. *to eta, do tons "of
PHOTOGRapHlto


10o







1
t

I
I


JH. M. DUPLESSY
Grand atelier de lan
120 RUE DU CENTRE
Travaux de toutes sorts a t
utes grandeurs.
Reproductions Agrandissemul
-- -- ---- "' I


Francisco


DESUSI


Fabricant de chausMsw


La Manufacture a toujo
n grand stnck, pour
ros et en detail, de ct


la


)uq QpnrAs pour
HOmmuS, FammzS. EwmU
L~t r'cimmoan' dedesco-
le F'int6rieur pourcontktro
ians une emaine pen pr*
2 '3 Pup dtqs FrontsFofb,0
PORT-LU-PRINCI U(WA


Chez App: Cip-
155 Pue R.puhlirain en fa
E. Robelis
Viennent d'arriver par
penr:
Pat6 de foie gras. Saucidr
Pigeon aux pois.Tapioca._
Asperges e'e Fruits cri
vre et par flacon. Prune
rouge et blanc. Oporto.
mouth. Cognac. ChampaJ


re manez pplis
S'il n'estfait aver. "rf
Best."
La meilleure farine b
Celle qui donne le
Qui produit le plus
Le pain le plus blanco
Le pain le plus le6gr
Pour tous.renS i
dresser :
Ernest
repr6sentant de la
BURN FLOUR Muo CO
BILS


Mason F. BRUCN
195 GRAND'RUp la
Dirig6e p&r

L. HODELII
Aueis maembrei d4r. Slao
IArfpique des matre tailw., dP 4e


I C- -


___ __


le~


I


I'










t(


|


I


I


!