<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00620
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: May 12, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00620

Full Text

Ann6e,* No 637
] lt--~mD


Jeudi, 13 Mai 1909.


a i


'.


m .


J


liu~r Idore,


OUOTIDIEN


Camille N6r6 Numa
REDACTEUR N CHMB


Abonnements: I DIRECTEUR-FONDATEUR .
On Mn e. .. G. 2.00t a ir
Tao w MoSs Mo Clment Magloire
U MOs. a 2.20 ----- Let s eL.. t -J Is d chAqua
TIosMoIs a 6.00 DIRECTION-REDACTION-ADMINIST RATION I. c ae
n '....... TaO MB. a 8.00 45, W ROX, 45. L, Oea -.-' .: .ut .a r e


CONTES DU JEUDI Oh I Messieurs, protest Paul Paul Hlylai. (Or, A na moment-la, je vo-
Hylas. y.,is tou. I.* jours (Granfond que j'avais
Oih! xclama R. naulin, la gr andle ,tr- I vente dle mvnr terrain
AmousS HAiTIINNES.-- INDISCRngTIO's DE CeS NMESS.EURS
OUS HAITINNES.- DISCRETIO D CES ESS URfaire ici-bas est e mang-r.r q fi .e tro ive d i;.s la zone de la if&-
Je crois que nous nUous ; c rton, m.i use l ilt'e iuu u vous save allaire
L' CI Dt V. de lA question, reprit Matleux. Je desi- quil a I,)spor 1 It Ido 'or i tout 1i, monde
L'A C CID ET rerais savoir si vraiment o'j peut cause et ; moi iqui ie,.- d6sagrdments.
avec Madame Odarere. C(:i on riaonte Mthprux s-rra fortement la main do
pas mal d'histoires sur son compte- Paul Ilyli; e4t dit :
~tecbhAr bonne Hati peut, Ajuste dame en toilette de ville precde histoires que je cois fausses par la C'est notre veino A nous autres I
M pourle pays Is plus divis6 d'une bonne portant un bdeb, se diri- raison que Madiame OJar! e a tres-bien mis ile grtic, elier ami, n'ouvrez plus
tant d'individus, autant geait vers 1'6glise pour un bapteme Et 61ev6 ses enfants ( ce qui est rare en de parcnthi;se.
0o pluait de prdjugds. Tou- tout cola, la place, les gens, les ruonu- Haiti ) et qu'ell, adore son mari. C'ttait ncessaire Un apuis-midi,
ly a des points sur lesquels tout ments, le morne bombed et sterile d'en Dou Iou,fit Paul Hylas avec onction a la tombn ,e la nuit, j'6tais cliez Her-
M' accord. II set entendu,par face, tout cola decelait I'ennui le plus Qui ;a, Doudou ? mugene (iirnfonl en train de lui expli-
qe P6tion-Ville est un lieu profound. C'est ainsi que Ma l.me ) lar6re quer Ipour ia milli;ime fois mon affair*,
et que son ciel est troublant. appelle OJarbre. ('est d'un ten'Ire! Et quandl 1ii bltus s'arrdta levant la bar-
Son'avons pas pour mission Tout d'un coup, une femme d6bou- puis,elle a une thaolie: c't..St quo dans ri;rie Gratiflo, qui etait ilebout et avait
a ser les formulas arret6es, nous cha de la route A droite de I'6glise. la lutte pour la vie, urie femrne qui vu par I; ftentre ouverte qui 6tait des-
aemejt que les nuits, en cet Tiens I Madame Odartre, dit quel- comprend les cho-;es doit aider son cindu 1duI Ius-, pd~it soudain et me dit
I, mseat tralches. qu'un parmi nous. maria. Vous e:es des i ljities trop aver- Avec une inconvenance parfaite, tous, tis, Messieurs, ajjuta Paul IHylas pour ici."
Sprt6-midi de Juillet de I'annde nous nous mimes a fixer la belle per- ne pas comprenl le sns profond dfe Et if p:tssa au saint. Aprt'-s qu'il fat
qelques Port-au-Princiens qui sonne qui s'avanCait de notre c6td. ce mot aider, plans tin mi i!1i coinnr lae t Iti, j.- pespclhi la thle horse de la fe-
n t dans ce nouveauP.aradis C'dtait une femme grande et souple, entire oft la politique otte rndi ro re je vi une femme voilbe,.,vbet
tl, itaient rdunis aux abords lu vetue de batiste mauve mousse le den- chose deformej conoame tlwt qii t'l'et'll'uI smbre qui gravissait les mar-
arnaavoisinant l'Eglise-- cette tell blanc et admirablement chaussee touchent nos concitoyezi oi l.t po- ; h s dli peiron. Je Icconnus Mme
S toit re rouge, affaissee sur de petits souliers blancs. Elle ne pa- litique tient la premiere pl ice. 0 l1 irr&..
Iw, et qui semble vouloir en- raissait nullement gende de nos regards Ainsi, griman nr terre an lieu de se dresser indiscrets et quand elle passa devant Maheux, elle aide .-on in i. -- N inerrouptk z pas le narrateur I
"I le ciel, come une pribre. nous, elle inclina gracieusement la tlte -Pat fitement, (a du inis elle t' exclarni avec autorite Lys Matheux.
b uamis runs IA paraissaient en souriint. Nos chapeaux se so'uevA- aidd. Et c'e.st A elle qu'O larger doit -.. TGranfond ouvrit lui-mtma A la
t melancoliques et la rent cemme d'eux-memes. son contract contri lequel ii a eu pas vi-iieuse et ilt u'avait pas plutot refermd
.t sea concavit 4 et ses con- C'est pas I'embarras, dit Lys Ma- final de tires six. I est vrai quo c'esit i, poije i,,i'l so mit a marcher avec f&
uste, ses bribes de ghzon theux en la regardant s'l6oigner avec aus-i a elle qa'O laIere est redev able biflit6 dlans Ie salon, en criant comMn
d'ussiettes cassges, de vieilles des d6tachements onduleux que nec s .i'avoir per-lu sa bone place A I'Admi- une autorite militaire en mal d'arre-
troaues, de pelures d'orange sitait la monte de la pente c'es pas nibtration de...qu'il pleure encore. Nation.
S de mango, pour ne citel I'embarras,. cette femne-lA ferait jol- Ricontez nos a 11 rproclait a M e Odarre d'avoi
o.s honn4tes, n'6tait pas de ment mon allaire. J conlais d'iia uit mieux cette man-ju a trois rendez vous successifas
readre moins mdlancoliques A q i ne ferait-elle pas l'afftire 'lerni6re all tire que j' ati td q(uel- qu'lle li'avait joud ; que lui, il etait Io-
IE camps aux abords du rp'ia Potion Rqenaudin tque peu victim, d ce I at que J, me yal, qu'il avait teuu ses processes, qu
lW. Et ce nest as la con- n enau. suis trouv6 involort.ir meant temoin O larere Ltait nomma depuis plus d'ua
-.--.- Et, nst pas Ia con- -aissue-rtotasa conleur, reports ...i et
d dI'antel de la Patrie don't ~.aime rot. t a coulear.. re.r1 une scene fort penibli et qui me fait mois et ile celui-ci faisait grassemeot
blel Mr Ly atheur. E'le nest pas blanche', ol cha sue fois qu'il m.'arrive d'y pen- ses atrfires tandis qu'elle le tenait 6e
L houterrain ir ui ourrait ell nest pa jaune, elle n'est pas nolr.. ser. see, lui, liermogene 1 Elle repliqua A
a triAtesse que fait eprouver Elle a la temto de certain de nos fruits. i Nous avions tous I',a l a bouche. voix ba-se qu'elle ne pouvait pas re
mI trtue iprouvear Quelque chose come le raisin, Eh bien ?... tourner a I'endioit infdme ofi ilt **'
n. tprop habill s fai Non, plt6t la sapotille une sa- caporal et tandis que chlcun roulait pouvait non plus le recevoir chez oj
*rter des si bes, d'autreo potille qui serait Iustree. une cigarette. Paul Hylas uarla ainsi : i cause do ses erfants et encore moian
Sbonne volont s'asseyent II est certain, dit Paul Iiyla, que Ea Octobre dernier, O lale iar- veirir chez iti. Vous y venez'bis
S c t possible. Et desi allmeurs l'on compare gfnerasleent vint A se fire envoyrir comme aimi- aujourd hui I -- C'est que le moume
S~ c" o ntooraient i t les fmes blanches a des leurs. nou nistrateur en province. Vous savez tous est grave, je viens d'apprendre qu
propPoe glanta i fair pouons bien comparer lese e cela Ceque vous no savez pas et que "' mon marl e4- sur le point d'tre 4-
de glf riiont. Des fois, un n eays aux fr terror j'ignoraii moi-meme, c'est que OJarere voqu6.:- Sur le point I Vous voule
t Ug alo la place, par J'avoue, rdpliqua Lys MWtheux,que devait sa charge B I'influence du sieur dire qu'il eat rdvoqu6; je I'ai fa
M lttusia idiffirem ent; je pr6f6re les fruits aux fleurs. Hermo6une Granfond. ," r4voquer cot apri-m idi m6me. J
l aw*i* 0 Monsieur on Nous auuss. dit Renaudin. Oa ne Ce... "a 'ai isc r do l. feoo quo o
SPSetalonI bdac, Iamanopau lee leur. Oi, mais no Ie dite pas, coupL no va pau s'arrtr'lJ. oe vais Io iit.


POR~T-AU-PRINCE ( HAITI












JAMESTOWN TERCENIFi'diA1L LXPOSITf0N


( 1907 )


IiAV (' ,: I) .I-EF A
Gold .I Medal ..up 311


Tannerie ( CoHinlenlale

DIE PORT-AU-PRINCE
CH A USSURES
(;HaVRKAU LACE, ,poUI tlhu rns e' ct drtie- P. 1U. Eifants P. 8
VERNIS ECLIPS t V 12 10
COULEUR LOTUS o 12 4 10


Pour la vente en gros-; 5 oIo d'escompte.
S-1 1 --- ii -- a


GRAND PRIX


HOURS CONCOURS


Rhliuin Barlancourt


prix, Hor:; ~oocour ~; w~-~
r: i o a n c or


'd"A-ibre du Jury, Grand
'c,: Exp( Aitions depuis
Ti a-ve s Continents)


Madame Veuve BA. Ul APICOUHT, seule d6posi-
tairu de la marnvic Rlhui x c.r)ri ncourt et seule proprie-
taire des formul-'s qui outi o u, .a" Rhum Barban-
court les incdailles d'or fo t s Exposiii. ', a pris la suite
les affairs do fou son :-.ari, '. ~: ip:t : la imehalle, sise 7,Rue
des C6sars I, iad t. itoA sda ombreuse clientele,
dent ies commanldos .sero it .' :, i .;ve.W" Iti m6rue soin que par


le pass.


A eLr. -.~. .c -*. ~.~ LI


iLAEVUE


* I ~


p I -h.C


a,

.dh U..J IQr, ~ UL I J
Mf ue~


*.~ ~'PrHA.ITI)
.I T~,4 n directrice
W,'? 'I- uv7MiLLE
~ 'N t'7 i*s
i ~'.** ,w ect 1''mda Mrb w


I P'PC 1 11 %i I N '-.IJR9 .UX R D &S


s: c*
5-cr '* i


--CJ- %Vophqnf.


~~i~oYj C ~ : i. p:a


Table J'Hl:t

Tibbre Z6phirii BHell
Fabricant de c'.-.au-ss, .--
Rue Tiremasse, facade Norl de
la Place de la Croix-des-Bossales.
SPECIALITI:
PANTOUFLES MT.-T, zf;

Etude
DE
M* Charles MILLER
Notaire public
53, Rue du Port, 53.


-.W!'d I t A fures,
? ;oi


JUI.EIN FLORUS
I ,Alye d- l 960 Compagnie
lir~r d'rArtillerie ( Lornt )
Sti..rt A la disposition du public
,.-ur tous travaux de FORGe, et d'A-
J3 s AGE. de RiPARATION de coffre
fot, "tc. etc. A de bones conditions.
Bne de la R evolution No 19
Vis-a-vis de la Chambre ds Ddputl
Buss et Buggy A louer par here
pour courses en ville, promenade A
la champagne a P6tion-Ville. etc.
S'adcesser au No 156 Rue da Maga-
sin de 1'Etat en face de la Glalre.


A ILtLtGANCE

Q ORDON4 NERIE.

41A I. ." %C- ,. ti-Forts.
Cfiii ',-,1,KX S X Pt TPOU LA V ITB
U14C~ c.' 'iJ ."in aux commas-
Iti oafr.4! fol~ao at tf a-
vaii tuujours tout ce oqu l y a do plus
Fornaes amdricaiuo et frangaise pour
Messieurs ; 6l6gantes et commodes
Pourics eufants 1. plusk I'aise.
Travail solide ex6cutA avec
de.- peaux do preomiereoarque.
AssuraaC do grand rabaim.
PQ16-es, CirageL t 4t 161quiAd


Maison F. BR




I
I
(
I
(


Cordonneroe Nouvelle


A,2 BR PETOIA
rl 1:) R a 1w~R fi, -1 4I
t- T-AC-P-',-NC;E

14 i. F LA VENTS
9. GAO6 ST D*rt.IL.
4-1. 1 o~ ~y n P3 p to do&
i- r~idr taut oi quW'
Provlinea.
,i...s A timmes ; Al4gantes st n-
ticr.r2%.L,!s.
*1 ty- qde dames ( Dernihre mo-
d. i- ') e! le plus commode :
rid .-a pour enfants confection-
a 4t dirA Peatx de foutes nuance
d -,4ztion et dureeirr6prooha-
bi it. p~irix vantageux.
Cirp.'Isj* -A~e' at iql[WId
!,ell VI?! ?a i'crOcs 441u(ewI


A. de


Mattis &


Co


Maison fondue cn 1888.


Derni rs articles renus
Pi rfr e ie Hoiibigant; Ro-
yal Houbigant; Fougere Royal; Par-
fum ItNial; Savon, Poudre ; etc. etc.
Coffruts de parfumerie trbs dlegants.
Parfum renommd Astris ; Lotion, Tri-
copher'ous.
La npes, Fouets et Chamois
pour buggy et buss.
Arconterie de luxe, Bibelots,
Mous: iquaires, Brosses, Pipes, Fames-
cigarettes, Cravates, Maroquinerie de
toutes qualit6s.
La Maison a tonjours un grand as-
sortiment de Bijouterie, d'Argateri,
de Diamatt, la disposition du public
en g6ndral et A la portbe de touts
les bourses.
Atel.ers d'Horlogerie et de
Bijoutoriz : Gravures, Confection
sur command.
Achat de viil or et vied argent,--
diamant et pierres prdcimsea A d prix
avantageux.
ACHAT D'*CA.ILaL. D CRaU
Prix oeptionnel


Dirigl6 per

L. HODELIN
Anoef n UI mAbtis d ea soti m
1hvopqts des mattras ia,;4%fS
Vient do rcce',ci. u grand ej
toffos diagonal., c?. iMir alp '
I, cheviote .oar clktc, tc,
oi p iticulibremet S s- cliaf
o cll o lectl ou dJ t el do
dI Kints do fantaisi, et do
tcute )beaat
a Co- Cpes Franac;E !
Am~ic.Irede 12 s1am;r rs
La maixon vom~fo&,on-,t k (gpk j4d
trne Imom I I-. ic!-'
d0IMOP nX, tU- Ikalft~Mt
rV6. eto *to, C. Wag su.,

PH OTOGRA.?PHIR
JH. M. DUPLESSY
Grand atelier de I=e
120 RITE DU CNTRE
Travaux de toutes sortu d
)outes grandeurs.
Reproductions Agrandissemau

Francisco o'ESUU
Fabricant di chauSuu

La Nianuiaeture2 a toujo ur$
an grand stock. pour la
grnR Pt en dtstail, 0 J ch
toioa w~nrl~ix our
HommiMR. Fmvw:,.-EMAMI
de I'i n t Mew, Poul ii t
Los c o ra Ma f 11'ie. 0s
dans uno -err-Pine A peL prA.
23, Rno d.;s Frorits-Forf9
PORT-hT!-PR!NC! (lbi


Chez App. Cipol
155 Rue Rdpublicain en fL
E. Robelin
Viennent d'arriver par d-
peur :
Pate de foie gras. SaucisaM
Pigeon aux pois. Tapioca.
Asperges etc. Fruits cristlilk
vro et par flacon. Pruoe d' .
rouge et blanc. Oporto. MibP
mouth. Cognac. Champ&ge



Ie mangez plus dt
S'il n'est faitre ." -Pl-;C
Best."
La meilleure farine tJ
Celle qui donne le M
Qui produit le plus do
Le pain le plus blane
Le pain le plus l ger.
Pour tous renseigl
dresser A :
Ernest Ca
reprsentant de la
SBU FLOtU MML Co
Mlse


_ C _


Embomw


~F Lb~-- I


I I % *


N r