<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00614
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: May 5, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00614

Full Text



Troisitse Annde, No 630


P(;RT-AU-PRINCE( HAITI


Mercredi, 5 Mai 1909.


a -


'p


Arthur Isidore,
ADMINISTRATRUR


OUOTIDIEN


r-amille N6r6 Numa
RADACTEUR EN CUEV


Abonnomelits: DIRECTEUR-FON DATEUR
p~?A.RNEUm Mois... G. 2.00 IETUFODER LE NUMIRO CENTIMES
I 4 TaoiMois. i. 5.00 Cl6ment Magloir.
DpVA.RTEMENTS UW Mois. .2O Le's arsmeiuents partent da 10 c9dt d u 4d ocbm
Taois Mon. 'x6.QO DIRECTION-RtKDACTfo "i-A1)MNIST ATION to'l ct &out payab!-s doavas
lIWNGER........I Tis Mois. ( 8.00 45., RwN !Ux, 45- Los maamorits l agfts ouson me so mrIomt Nagm


Les Victime


11 ) a encore, paralt-il, des gens qui
attenieiit quelque changement heureux
at quelque amelioration soudaine rien
qae des pdriodes (-:latantes don't il -
at retentir leurs articles ou leurs dis-
cours crdux et sonores. Vous avez beau
les raisonner ; vous av( z beau leur de-
montrcr que leurs grimaces ne s-wnt
pas dei trouvailles, que l-urs prtern-
dus rt-' politiques les plus violent,
pronimit;urs de realisations, les plus ap-
parem':ent detinitives sont condarnur s
ne pa; avoir te lend. mains esp&rbs,
rien :,'v faith. Leur esprit s'dchauffe ;au
miroitenent d'evdnements qu'ils croient
prochainr~ et qui nous apporteront le
rgne dt toutes les belles choses id6ale
ui cairambolent d(ins leurs cerveaux
d'exalt's.
Le mirage des mots les etourdit ,it.
de bonne foi peut-etre en dies apoic,-
vance- lumineuses, la republique loin-
taine doint ik brtilent d'titre les ciefs
leur apparait forte accordant aux ci.
toyens tOus les avantages d'une civi i-
ration paifaite.
Cepenilant I'un d'eux m'affirrnait der-
nieremnuit quedes listed de proscriptio Is
et d'exezution avaisnt ete dresses A I'a-
vance pour satisfaire i tous les capri-
:es des tragiques chevaliers de repre-
lailles sanglantes, disposes A accoim-
plir les ammes faits reproch6s aux au-
tres.
Une chose donnait aulrefois aux
Wniements un certain cachet de gran-
ltur et le majesty : c'est que nos dra-
s d alors, si rouges fussent-ils,avai-
it les M~mes acteurs, que du temps
I l'Epopde.
Toussaint-Louverture, Deasalines,Pe-
bn, Christophe, Boyer, qu'importent
urs faiblessea ; et indulgence pour
10rs erreurs, car leurs luttes 6taient
tort cells de Titans, car personnel
do taille i les d6savouer. S'ils
*mpromettaient inconsciemment, cer-
r, les r6salt.t de leur euvre, au
Mais its a'avaient di ces r4sultats A
'0une; irs les devaient A leur seule
eild sotil nl'avieut pas encore
t deICemsftnts.
Tot cela n'est plus. La revolution
"vwerat Boyer nous aAnarn nat nll


P8 dtu M irage tron, oblige de pourvoir aux n4c44ssit&s
Sd M 9 Itage de chacun et de contenter tous les ins-
tincts mnme les plus difticiles. Alors
par une consequence naturelle des
passe. Lt Iradition qui voulait que Ie 'hoses qu'Auguste Magloire expliquait
pouvoir revint succebsivement aux plu. ,ieriterement a cette mme place, ie
ilu.itre.s ,-el ouvriers de l'Independan- people s'est habitue, toujo-irs sous I'n-
,e fat b usquement abandonn6e sous flue ice de l'esprit rdvolutionnair,, a
I'empire des funestes doctrines venuesrendre les chefs d'Etat responsables,
d'outre-mer. autant de tous les maux qui laccablent
Joasque sous Boyer, le souffle de I'in- que de tout le bi.n entrevu sans 4tre
d6pendance inspira tellement les he- compl6tement rdalis6.
ros-aministrateurs, leur puissante au- Aucune voix autorise ne s'61eve pour
toiit6 s'incarnait tellement l'intrdi lui die que ce n'est pas dans un
.litt de leurs personnel qu'on ne a .,;.t'e, si prepare soit-il, qu'il trouve-
leur arrachait qu'avec la vie. FrtIderic le bonheur tant recherch6, mais
Marcelii nous I'a rappeld quelque part lamentt en lui-mdme en ss sul
Squat il lit qu'on ne renversait pas eflfots,en ses seules %ertus. En pensant
Dessalines: qlu'on i'abAttait ; ni Pdtion: ;trement,il se constitute le jouet d'in-
qu'il se lissait mourir, ni Christophe : trigants qui le conduisent sa perte,
qu'il se tiait lui-m6me. en 1 poussant aux pires aventures et
qu ilsitfasant sacrifier inutilern ut s es
Mlais de farouches rdvolutionnaires e faiant sacrilier inutiiem nt se
strangers a I'luvre des ancktres,la tWte meilleurs Ills, cependant qu'on tdecla-
chaude d' tranges theories puis6ee dans e, en des poses extrava.antes, sur
le sources les plus fausses du patrio- lei bienfaits lun regime futiur.
tles sour-cs los plus fa du lati L'Histoire det Giroitdins, -insi (i-'
tisme frangais, tirent irruption dans le L'Histoire der Giroadios, ;in-i ,!st
pays, en 1843, trouvArent absurd et fa- autres granilouee his s de
tigant qu'un pouvoir puisse durer tout la Revolution franiltise oat ftit assez
un quit tde .i6:le, proclamrent le .ie mal A ce pays. Qu'oi etnteqde main-
tenant i,* chanson da Travail afi'1 ,ie
people haitien en ldtbargie. Le pays tenatit la chaison da Tavail afin deo
,levait dIsormais manifester s: vitali- rendre la Pat, ie plus belle, par unL ap
td en se convulsonnanttous les quatre pel de tous les efforts tendus vers le
a cinq ans. lus chassbrent du pouvoir le moyens puissants et pratilues quo
lernier des hbros qui s'y trouvait, et nous offrent les Ciilisss...
depuis firent succeder au pouvoir des CLaMENT MAGLOIRE.
chefs, plus ou moims bons, plus ou
noins mauvais, mais don't I'avnement
interrompit franchement la prestigieuse IA 'Iq
lign6e des premiers chefs. J
Et depuis, les rdvolutionnaires ne
discontinu6rent pas de r6pandre dans RENSKIGNEMENTS
la society haitienne, lea fatales doc- E ftO L GI
trines de revendications tueuses de' METoOROLO IQUl8
pauvres gens. O b er vato I x' r
Sous le court et l'dclat de vocables DU
retentissaDts de liberty et d'6galitd, i
ils saturrent de prdoccupations politi- SEIRAIR COLLEGE St-ARTIAL
ques ce bon peuple d'autant plus 61oi- --
gne du travai et de sa vertu 6ducative MARDI 4 MI 1909
qie le travail lui 6tait d6s I'abord appa- Barom.tre A midi 763, 0/"2
ru sous sa forme la plus d6gradante. nirium t,2
Or, voyez le resultat : on a fini par TeemnpratumrnIsum 2
fire deux terms antagonistes de ces maximuna 29 .6
deux d3l6ents sociant essentiellemet Moyenne diarne de Ia temperature a5 ,6
bienfaisants : ibert el travel. Trop' Cielclair le mating subitement covert
peu pr'par6 A se passer do patronage, verse les i h. pluie siuvaot Ie Mome de
on a toujours incline i accueillir chl- '.Hopital.- Barometre en baisse.
cun des chefs common an universe pa- J. SCHERER


Tribunal de Cassation
SECTION CIVILu
Audience du Mardi, 4 Mai 1ro9.
Dix heures et demie du martin. Le Tri-
bunal prend siLge sous la presidence de
Mr le Pr6sident Il. Lechaud et pronooce
les arruts suivants :
Celui qui case et annule le juge-
ment du Tribunrl civil de Port-au-Prince,
rendu le 27 D cembre 1907 centre le Dr
LUon Shjourn6 au profit du sieur Robert
Gerlach renvoie I'affaire devant le Tribunal
civil de lacmel, condamne Gerlach aux
depens ;
-- Celui ui casse ctt annule le jage-
ment du Tribunal de Commerce de Jer6-
mie, en date du to Avril r9o8, rendo
contradictoirement entire Roberts Dotton
et Co et L. Edward JYr6me ; renvoic
l'affaire devant le Tribanal de Commerce
des Cayes, condamne le ddfendeur aux dd-
pens ;
Celli qui casse et annule le juge-
inent du Tribunal civil de Jacmel rendu
contradictoirement entire la dame Tresaie
B ursiquot etle sieur Charles Subran Doo-
g le 26 Avril, renvoie I'aflaire devant le
Tribunal civ:l de Port-au-Prince, con-
damne le defendeur aux depens ;
Puis entend les affaires de :
Les consorts Milfort Josaphat centre
Joseph Daniel Milfort Josaphat.
Mr le juge Baron lit son rapport.
Mes Michel :Oreste et C. CCsar, avo-
cats des parties sont entendus en leurs
observations.
Le Ministere Public, Elie Curiel, con-
cluot la cassation do jugement ddnonc6.
Joseph Daniel Milfort Josaphat centree
la Veuve et les autrcs hrritiers de Milfon
Josaphat.
Le rapporteur, Mr le juge Laraque ,ta
son rapport
Le Ministre Pablic, Elie Curiel, co-
clut A la cassation do jgement critique
apres les plaidoiries de Me Cduar et Mir
Oreste.
Le siege est lev6.
Tribunal Civil
JAudience civil du mardi 4 Cai 1909s .
Le tribunal prend siege A dix heures da
martin sons la prsidence do Juge-Doyea
Poujol, assist de Monsieur Thibault,
Substitut do Commiisaire do Gove:.e-
nent.
Akaires entendues :
to. Annacius Desravines, centre Bristeaa
Ch6ry.


1

/


d:


f








20. Mme Vve Hermann' Pierre Mathe-
her, contre V'e J 1. V:ard.
3o. Mme Vve Hermann Pierre Mathe-
lier, centre Me Leonce Viard.
40. Maric Chri;pin contre Lylia Moise.
Nouvdlle Composition
PrCsicence D. Maignan, Ministere Public
A. Thibault.
Affair delini:ivnment entendue :
Mme Pasquet, contre Dame Mesmin La-
vaud.
Puis lesiege est level.
Nominations militaires
Oat etc uommes par commissions de S.
E. le President de la Republique :
Giniraux Th6mistocle Louis et Alexan-
dre Joseph, adjoints du bureau de I'arrorn-
disseroent.
Promotions
Le Commandant Dales Jn-Louis est pro-
mu chtf du 2e bataillon du 2e regiment
d'infanteric de ligne,- le commandant
Beaubrun Simon, chef du 2me bataillon
du rer regiment,- et le capitaine I icolas
Joachim, adjudant-major du 2e bataillon
du se regiment.
A rpenteurs- G 6ometres
Le Conseil principal d'Administration
est convcqu6 le jeudi six du courant a 9
heures du martin.
ORDRE DU JOUR
t1 Sanction du dernier procts-verbal du
Conbeil.
2" Lecture de la Correspondance.
3Y Communication du pr6sident-
4o Divers.
L SI-'rdtaiirc, Louis OSSELIN
Assemble Nationale
Nous croyons savoir que les deux bran-
ches du Corps l6islaif se reuniront en
Assemble Natic.nale, au plus tard, ven
dredi, pour reccvo'r!re 1'Excutif I'expos6 de
la situation .t les comptes g6ndraux de la
R6publique. Le budget et les projects du
gouvernemcnt scront dteposes au course de
la semaine prochairn. -- Quoique tout
soit prct, le Cabn et tii nt A accorder un
dernier cxamcn A des documents si im-
portants.
Den~ande d'emploi
r Un pharmacien dip:mrn de tire classes
demande la garance d'une pharmacie soit
a Port-au-Prince ou en Province.
Pour touts Its conditions, s'adrcsser .au
Bureau du DCatin.
Marriage
C'est demain que sera c6elbr6 en 1'Eglise
Saint Joseph, le marriage de Mile TERTU-
LIA MICHEL avec Mr EMMANUEL LYNCiEE Du
ROIEAU.
Nos compliments aux jeunes 6poux.
Bolte aux lettres
Port-au-Prince,)le 4 Mat 1909.
Monsieur CLiLMENT MAGLOIRE,
Directeur-Fondateur du journal *Le Matins
En Ville.
Monsieur le Directeur,
Dans le compte-rendu des audiences des
tribunaux paru dans le nnmiro du mardi
quatre mai courant de votre journal, je
Is ceci : a Le tribunal a entamh one as-
sez grande affaire;iussi la salle affected aux
audiences correctionnelles Ctait remplie
d'assistants : il s'agit de l'affaire Fr6diri-
que C6sar contre Cyriaque CClestin, Fre-
dric Marcelin, Trasybule Lalean, Lean-
dre Larencul, Joseph B'anchard, Edgard
Pailltre,etc. etc.Les prevenus sont accuses
de vol, de tortures corporelles, enprison-
nement illegal. *
Votre reporter s'est trompe dins I'enu-
mdration de ces diferents chefs de prd-
vention. Monsieur Frederique Cesar qui


avait e61 condimni par le tribunal special assurent la prospdriti des nations et les
trilitir, de l'arrondissement de Port-au- reels progress, nous ne faisons que nous di-
Prince sous le government du g6enral viser, dedaignex de 1'Emb!'me de a l'U-
Nord Alexis a cit6 en police correction- union qvi constituait chez les Romains le
ntlle que'ques min;slres de cc gnuverne- symbole de la toute-puissance. Aussi, tra-
ment, les juges qui l'avaient condamn6 et cassds par une ambition demesur6e, Cner-
d'autres personnag.s aux fins de les ren- ves par la folie des grandeurs vaines et
dre respon-ables de son emprisonnement pas~ageres, tournicntes du mal de parvenir
et de sa 'ondramnaiion.Sans appricier ici la quand mcme aux plus hautes dignitcs de
valeur juridique de cette action, je tiens A I'Etat, fut-ce au detriment des interests su-
relever cc fait, que la citation de Monsieur perieurs de la iPatre en pieurs, nous n'he-
F-redrique Ces- r aux prevenus ne compor- sitons pas A etmpioyer les uns centre les
te pis !i t rtvention d vol. le vous prie de autres, ma'gr6 les cris dc notre conscience
bien vou oir pub icr la presence dans le idr.igne, ls armes les plus peifides et les
prochiin n .miro de votre journal. plu. deIoyales : I'Intrigue et la calomnie
Agr&z. Monsieur le Directeur, mes armes qui cnt tant aft.bli notre pauvre
trri!' ures mutationss, i Pays en atneignant les foyers de ia Famille
VALEMBRUN, avocat. Haitienne
I-,- -Oh Qu'ils sent vraiment plus heureux
Sjque nous autres citadins, ceux-li qui, en ce
L E 7 T AT i moment, entourent 1 autel de la Patrie et
L I 1 .qui sont !es factcurs de li production, les
noLrriciers de l'humanit !
Dans leur coeur n'ont jamais fermented
En cuviant sa s ance d'hier, le Senat a ies levains d: la Discorde, et chaque jour,
sanctions le process verbal ayant trait a par leur admirable conduite, its nous don-
la formation de son bureau, a donr lec- nent l'exemple de la Fraternit6 et de la
ture de la correspondence ct requ le Cabi- franche union.
net qui s'etait presented au complete pour
donner communication de la declaration Qui de nous. en ffet, n'a pas pris plai-
ministerieuil prcedemment lue a la tribu- sir A assis:er a cu ,;nt6ressantes reunions
ne de Ia Chambre et publi6e hier dans nos pour l'excut ion d'u travel champatre ou
olonnes. ;es voisins en grard nombre convies au
labeur, aident courageusement, sans arriere
Le document d6pos& sur les bureau pensl sans crainte des fatigues, leurs
du grand Corps, le President de l'asscm- r s kurs f r. dfricher, a sarcler,
blde, Mr Paulin, r6pondit en ces terms : labourer leurs champs !
"Messieurs les Secr6taires d'Etat, Quelle belle icon de confraternit6 et de
"Le Serat prend bonne note de la dicla- solidarity social
rathcn que voits vencz de liu fiire. Atim6 Revenons done A la terre et inspirons-
d'in d6sir ardent de voir la RKpublique nous des nobles sentiments que nous a
sortir de l'etat d4sastreux ou elle se trouve mr;ntes tois deji communiques le nou-
il p'ene que le Cabinet dispose d'une force ve-.u President de la R publique, Son
vive sur laqsuele s'appuie un patriotisire Excellence le G6ndral Antoiie Simon,dont
sincere et &laire. nious connaissons la sollicitude toute par-
Le S6nat espkie fire bon menage avec ticuli~re pour leis ravaiieurs en general et
les membres du pouvoir Exdcutif pendant tiotamment pour !es agriculteurs, et qui
que durera ia session afti que de cette en- t stime q la force et la grandeur d'un ci
tente, il rbsulte le plus grand bien pour ,oyen re-ident moins dans l'exer;cc- d'tune
le pavs. ,, function pub!iq,'e si l6evce qu'elle soit,
Mr le Ministre de IInterieur demand que d.in; 1L :-.itaire et magnifique trav il
A prendre corg- de I'assemb' e en promet- des champs ou I honnne se trouve en quel-
tant que l' x;,os4 de la situation et le i iue sorte en relation directed avec son
competes gdiraux de laRepublique seront crdteur p r la con emplation de son m I.
depoz-; dans le delai constitutional. vre en,, 'ar-' et grndiose. Et ni no c,
(.it-il F.s, .out:: ''l ne e s n. jtenaia,
-'- ---- p lus hL -rte; : 1' p ors.iu: laiv:annt 1';-. ni.s-
F InC' r i lur phere s;rcinv ;. de la vice, il se :rouve
dans ses vas' s champs de la plaine des
SCayes aa milieu de ces braves cultivarcurs
don't i'atiLc-;.:, tru'e faite de filiai re -
connaissance c t tondee sur Ic travail qu'il
Nous avonls public deni~reinet lear procure.
le dli-cours dn Miaistre de I'Agricul- Aussi quand en novembre dernier, la
ture. Atljourd'hui nous donnons celui measure bruta!e, injuste fut prise contre lui
du Magistrat Communal. toute la l b ,rijusj population des Cayes se
Monsieur le President, leva pour protester centre la rivcca:ion de
Messieurs les Secrtaires d'Etat, l'homme qui comp:it le mieux son rd!e
de Dl6gud ',milituire et fit de la plane
Messieurs, d:s Cayes un dts centres agricoles les plus
SLe premier Mai, apoque printanikre du tiches du 'ays. Dieu bdait leur cause et
reveil de la balle nature et des plantations 1l G~dara! Srnon tut plac6 au fauteuil pr6-
fructueuses ; poque odor;f&rante des fleurs sidentiel qui ,a lui permettre de rialistr
au lieu d'etre oaur nous Haitiens, come pour tout: la R-publique ce qu'il fit pour
partout zillhurs, un jour de joie, de r6crea- le Depar:%. 'rc11 du Sud.
tion, de fete national ou s'6panchent et N'encombrons done plus les avenues
s'dpanouissent les clears ; le premier Mai, qui mnc~nt au fonc ionnarisme; cherchons
dis-je, devrait etre plut6t pour nous antres tous un lopin de 'etre et mettons-nous a
un jour de recueillement, de protonde m-. le travaillcr ; peut-6tre au premier abord
dilation. En effect, oublieux de notre on- nous nous en occuperons avec indiff&ren-
gine de people essentiellement agricole, c-, avec insouciance m6me, mais le godt
nous avons, depuis lontgemps, abandonnd, d: la chose vcnatn petit A petit, lentement,
dlaisse completement les champs ou ne tralgr6 nous meme le travail champetre
trouve notre veritable force, notre v6rita- est si captivant- qui sait si an beau ma-
ble fortune, notre vraie grader pour ti., une vraic repulsion pour les charges
nous adonner a la d6cevante politique auo publiques don't la pr&carit6 "est one cause
entrailles de fer. Et meme sur c e terrain de constante inquietude et "de perptouelle
combien brtlant, combien scabreux de la preoccupation ne nous porters pas a les
politique, loin de nous unir pour teacher abandonner pour nous livrer entibrement
de marcher A l'avant-garde des idles qui i la noble profession d'agriculteur qu i ga-


rantir I'inddpenl
me de conserve
Sur de tells I
vement sssurte d
fortes sommes qi
le Gouvernemen
ront e:re alors ei
si qu'a la r6fectic
I'6tablissement d
A la construction
indispensable au
culture.
Le Gonvernen
st da spectre de
au Corps L-gis'a
des crimes d'enc<
de lois sur la reti
reaction de I'eoftt
un mot, de touted
soc;ale qui sont I
nations c:-viisdes
Je vous convi
jour solennel et n
sentiments patri(
Vivent I'Agric
Vivent 1t Pai
Vive le PriC

Port-au-Pri


Le Magis
de
Invite tous
cinploy6s pul
tie d'aucune
s'inscrire,al' I
la formation
garde nation
form6ment at
loi.
Un d.lai d
accord a cel
Les citoyenw
ront pas a ce
Irappes des
la dite loi:
Fait a iHot
no1is et ans ,


Jifelii

Derni6i

PARIS icr.--
La journey dt
jusqu'a present :
que la soir6e se
Les formalit6s
jeune princess
vil eurent lieu
p incesse recut 1
Emma-Marie-W
MADRID ter -
ouvriere a eu I
rues de cette vil
de desordrcs.
L\ HAYE 30.-
ment que la pri
sera nommie J
thelmina.
PARIS 30.- L
interdisant touted
les rues pendant
Les chefs do
repudient toute
une revolution I







Grand Rabais I


TERCENTEM N IAL


( 1907 )


HAS CONFERED A


Gold


Medal upon


Tannerie Coitlinientale
DE PORT-AU-PRINCE
CHAUSSU4 F S


CHEVREAU GLACI, pour hlomuies et d:mes P. 10
VIRNIS CLIPS s )
COULEUR LOTUS ( 12


Pour la vente en gros 5 ot-o


-Enfants P. 8


d'esco npte.


GRAND PRIX


Rhum Barbancourt
MOdailles d'or, Mention honorable, Zernbre du Jury, Graund
prix, Hors concours dans toutes lep Ex positions depuic
1881 jusqu'A 1907. ( Anoien et Nouvua u Continu'. )
Madame Veuve BARBAN COURT, sec:il d6posi-
tairede la marque Rhulm Barbancourt et se.le propriA-
taire des formulas qui out faitobtenir vi t hunm P :.1 -"J
oourt les m6dailles d'or de touts les uixpositions, a p is Ia suite
les affairs de feu son mari, et se tient A li miue halle, sise 7, Rui.
des C6sars, i la disposition de sa nombreuse clientele,
dent les commands seront ex6cut6es asec lo meme soin que par
le pass.


~Iw~t~


ET
WTKS URANT

Pics du ChampsF- :l-qs
PORT-AU-PRINGm W rI
Mm. Hermance RT'ALFR: t, -i r L eie
Mmis Hfermrance ALFNJ-,"'Tb, dir~ct:-*~


APPARTEMENTS


tP 4 ILL E


D I NERS--LU U C 2 Or.
Installation moderne rt 'rttorftibla 'ls ^ ad e. To pr ur^
deIoe ea rdgulire.-Le Tramuways dsser'.ent I'e e ec.; 6ilsUJ* s U:s 7 j' 4i .,
PROPRIUTM SPACIEUSE, S'OUVRA T .SUR DEUX RUES
PROMBN.AIZE3 ..N ; r.
Salle de rdepton.-Piano.-Grnaiw phone.
Sonneries Electriqu's
i-a tow Is jour, r s m4; d v 2herss,
Table d 'HOte 74 kA 7 r, es As4 i ir
--~ -
Che Ap Ciolin JUTT 'fN rFLORUS
Chez App. Cipolin A n'en ie de la 26a Compagnie
d',.,vriers d'Artillerie (Lortent)
ANW RM RdpbUcaine on face de Mr Se tient A la disposition du public
E. Rebi pour tous travaux de FORGn, et d'A-
JUSTAGS, de R*PARATION de coffre-
nnet d'arrivr par dernier va- forts el etc. A de bones conditions.
Vienent darriver par dernier va la Rvolution No 19
pr" Vi,- .-vis d. la Chambre d es Ddputd
Pat6 do foie gras. Saucis.es troflles. -- ---- ;-
Pinon aux pois. Tapioca. Choucroute. ( Btass e Buggy a louer par heure
Aspwrgs etc. Fruits cristalis6s par li-' pour courses en ville, promenade A
e at par flacon. Prune d'entes. Vins la champagne A P6tion-Ville. etc.
l e s t blanc. Oporto. Malaga. Ver- S'adcesser au No 156 Rue du Maga-
-mt. Cognac. Champagne. isin de I'Etat en face de la Glacibre.


I'


JAMESTOWN


A. de


Matt6is &


Co


Maison foudde en 1888.


Derniers articles recus
Part ime~ s Houbigant; Ro-
yal Hcurigant ; Fougbre Royal ; Par-
fum I!d'i; Savon, Poudre; etc. etc.
Coffro:s de parfumerie tres 6l1gants.
Parfum renomm4 Astris; Lotion, Tri-
oph ero us.
LaZ- res, Fouets et Ch oia
pour bu gy et buss.
Arg.enterie de luxe, Bibelots,
Moustiquaires, Brosses, Pipes, Fumee-
cigarettes, Cravates, Maroquinerie de
toutes q ialites.
La M; ison a toujours un grand as-
sortiment de Bijouterie, d'Argestie,
de Diamznt, A la disposition du public
en gnd-al et A la portde de touted
les Donuses.
Atel-srs d'~orlogreia et de
Bijout >rie : Gra vw, Confection
nor coimrande.
Achaui de doi r t t4e* r argent
iamanof ft p.fvrr pridei es A ds prix
avantag -UXr.
ACJA.T D'iCAJLLRB DB C&Ar
Prix exoeptionnel


EXPOSTION


A L'OEIGANCE
QOR-DO NNERIE,

:. t&n: des Frornt-Fozni.
CRAUR-ST1979 UM Dk.reT P,)U3 La -'IXT
Prorrnpt tuiAe w soi, xaux comman- I
fl'- vir:C hA qI2"!! proviai-M.
II aS~t1,zu rd Dizxe8 AOTrt' a Jt tra-
Tail tocLyurs terii Ca qd' i1 V a40plus
nouveaux.
Forces amdrivaine et franeaiso pour
Messieurs; 6ldgantetw et commodes.
Pour lea siefants le plns& l'aiso.
Travail soli-e. xrcu t6 avoe
des paaux do Priaihrevm.qrque.
ksnuranP e d! ,.and rabaim.


Co r t) U : an I* exNouvelle


Wv' B. PETOIA

J R ~T-MU i-P 1, 7*4t'-A*

x,,, r rniviR %A -i,~ lY 719
I ?x N i413UDU rrom-

og~rnJ~saud. tDan !ci qa'~n

Fornrfs & h'flwrne~q ; AIdgant'3s et ra-
tionnellfhs.
CI&U'F411nrfs deU a ( Derntg re ma-
da s1, PJr ~ t le p us e~oriimode :
C1v 'i;.` 't~ fool eufantt curifaCtiofl-
GOt siE _S9.: ie'4u/ xP det ouftt'* ?Uan
d'z~ 'e r;c'Q ft dtur.e rr~procha-
ble, os ctiI Pi awaotlaaui.
Cirp -",R 'r- A to* at liquide
rim.- AIi~~*J~ ~,d3 ~rrr


Maison F. BRUNr
i65 GRAND'MOpl t a
DirigQ* per

L. HODELIN
Ancds !w breis i&S eci pcp
threpiqwsu sia{Lres tillrf de 4
Vient d- r"c.,woir un ngrnd cboiJ
toffes diwPonl~r, casimir aica, .
to, chevioie nour deuil, qtc, it
de particflirement i sa client ,i
b collection de coupse d
de giet. o fantaiuie et da o)nI
toate boear
Sp*oi&alt6 do Costumoe gdoI
Oa.- Con,0-.t FrRtiuv < Antilw (
Amdriiamn a J a dernii rIreis
La maiscit coniectionne asi de. s
tuo se ni.,:itnirms. 'haIi hrbl
doolaaus, tanlquea, k-Abits o
r. etOe ta d4 tome. #44.

Avis commercial
Nous avons l'honneur d'informer
commerce et le public en gond
que nous avons admis nos collah
rateurs, Messieurs Ado'f Stroh*
Maurice Fontaine et Destainvillelb
tineau fils come associ4s dansa
maisons tables Port-au-Prince,
remie, Cayes, Aquin.
Port-au-Prince, ,le 30 Avril 190
ROBERTS DUTTON & CO
S.-. -. -..... -
PHOTOGRAPHIE
JH. M. DUPLESSY
Grand atelier de oIn
120 RUE DU CmENRE
Travaux de toutes sortest
routes grandeurs.
Reproductions-Agrandissemeos

Mr Louis Em. EUl
Ancien 616ve de 1'Ecole pratiqe d'A
de Bayeux
Agriculteur brivt
24, Place Ste Anne, 24,
SPICIALITI : Cultures tropic
Caoutchouc, Cacaoyer, VanilliWr
tonnier, etc,

Francisco DISUS
Fabrigant doe o bU
La Manuiacture a touahPrs
an grand stock, poor ia
gros et en d6tail, d eab
tons enres pour
OMuam, Fu=unXs. Dsr
Los commandos des
do l'int6rieur pourront es
dan. ne eniev j pa pi.e i
S2, Rue dee Fronts-l F-
PORTeA-U-PrrIaW (5A l)

Tibmre Z6pidn
FPabricant de obsa

la Place de la
SPTCIA0TU:F
I JLTO7FLES M


_ low


___ __


;AS CONM;L.;-Fi


sCljty~t 711C;I --'llO~U