<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00611
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: April 30, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00611

Full Text


Troislime AnnAe, No 627


PORT-AU-PRINCE (kLHAr,


Vendredi, 30 Avril 1909.


ili


Arthur Isidore,
ADMINISTRATRUR


0


J


OUOTIDIEN


Camille N6r6 Numa
RBDACTUUR EN CHE


Abonnemon@fts:


poftT-AU-PRINCEI
DIPART9MENTS
CMNncti..k .....


Um Mols.
Toios Moab
UN Mois.
Tio's Mon-
Taois Mois.


.0c.
C
41
a


2 O0
5.00
U.20
6.00
8.C00


DIRECTEUR-FONDATEU R


Cl6men;


DIRECTION-aTr) CTo '4-Aj p "kT"IT i'.:. 'ALT"
45, 1vii 'Z;Wzs4)-


MUCF() 15 C!NTIMIMS

i CL"~a eC r 13:lrt-'t. r *1; -t da vs do (hYm
a. w t ..r- pav2&)ie d%4 ance
"a fL~aL-..its I ssg on ona mA eas ) i smto


*ryYr C


FANTAIS ES DE R I 'mandant "le l'arrondissement dlu Cap, et Hi Pltion hi rosee hi salop I
don't vous verrez le tombcau sur le \oil., un Potion fatras, tonnere m'4cra-
Champ-de Mi, s, au. rs dp l'autel d la -e "
patrie, -ous I, palmier de la libei I:'. '" Henry ler entendit ces impr6ca-
Monsieur le Directeur, point que je mettrai Pel relief un de ce Capitaine, dit le ro i I 'offi'ier tions, et, s'arrctant, lit signed au ca-
jouis, si vous me prtez votre hospita- Iqui ,'6tait lev6 A son entire. vous :vez brouetier d'approcher.
Le bon accueil que vous avez fait A lit. refuse 'les munitions au colonel Am -" Ah tu a:,pelles ton bwuf P6-
mon rdcit de 1'autre jour a I'rgaid En attendant, arrivons au r6cit de broise ? tion, et pouriuoi ? dlemande-t-il.
d'une des royales fantasies que sav..'i; Karuns Guurgu e. Comment, sire? mai c'esl faux. -- El sire, r6pondit celui-ci, sa-
m paer Christophe, m'encourage a Que voird MajestA veuille..." tisfait d'avance de l'efet qu'allait pro-
vous envover les trois autres r cits ci- Le fait suivant vous prouvera 'Et, on prononc-nt ces mots, le ci- duire sa rdponse, c'est parce que Pa-
dessousque rsue l tu du Matin li .il (Christophe ) faisait aussi tuer pitaine alla vers la table sur lalquelle lion est un mauvais mulatre, qui fait
rnt, sans nul doute, avec le mme gs s rands ndi etaient ss deux pistolets. Henry ler I izerre Votre Majestd. Aussi, lors-
t certaines de culabilit. II pensait et crut qu'il voulait faire usage ,d ss q4e ji' dloinr der coups A mon bOeuf,,il
X... aisit me Tibre. armes : me semble que je frappe votre enae-
.;agipsait comme TibWre. Baionnettez cette canaille or- mi.
Beaucoup de particularit6s que je Vainqueur des troupes du Sud i o a-iez cee cana lln !on q i u disable canaille! ecl le
mis du gouvernement de Christophe, Sibert, le ler Jlnvier 1807, il rnrcha 'admetait pa s's solatun ton. ui, "-stA si qi e tu manques de rama
erit Monsieur Fintin dans son livre incontinent sur le Port-au-Prince. avet n'adetit pa d'hsitatiori. ferri, c' st ainsi qicom e tu m es
M. Roosevelt, presdew des Ealas-UInis son armie. Lei; g6nrauz Pdtion,liay"ou. Ah ma p3uvro feirne ", ex- pe, A mou comp: re !.,."
I-. Roosevelt, prdsdent des Etats-Umi son armd. Lees .nraux Petion,~ you cllarm le capitaine Desruclies ; et il "Et il ajouta : "Qu'on fouette A mort
id laipubliqued'Haiti, page 317,m'ont Lys et Caneaux s'enfermrent dans la toba presque aussit6t large de co-ps. cet insolent!..."
6d transmises d'abord par feu Numa ville et organis6rent la defense, d- tell I ,f resar'ire du roi,t ler officer, qui ordre fut exct letre. Tan-
Desroches, ancient page du roi. Son pre sorte que le roi, qui croyait pouvoi Srcompagirirent d ri, ess or.fti er I .s 'ordue le fbt excuteio a et son compa-
avait etd I'homme de conflance de ce-ls'en emparer sans tirer un coup eto inane, C 'iCvient airessr r iot, ,ai:. s jue le bJogpoursuiva ent so a lear
li-ci. canon, se trouva rdduit A I'assi6ger dan au capitane. En ouvrlantie l i i, leC s ,lie leur che j min vos I'habitation A
t Lors du siege de Port-an-Prince, ei les former. II tablit son quartier-gte-a piremacres pieces sur lesqvle Iis i,- s i.uele lur apparent ve, le abrittion
1812, c'est a lui que furent confines les ral sur le champ de bataille, dlont ii ,remintres min ces ur leq .,lls i1 I- ti e, pele is apparueitieait, ev cabrou d
athnt ai i mai dtai.it le i 'icj'(o tie:', pa.-sd aux velages, crevait dlang le
clefs des magasins aux poudres d(. 6tait rest maitre, et de Ia dirigea les nel Arnbroise, reu que le roi i'.vait fo.sse cnmme ue chin. Ainsi 'avalt
rarme roy.de. Une nuit, ii eut la n- operations militaires. pas laise ;au capitaiie le tle tnp. .- lui urloui n Ia justice du roi !"
ligence d'en laisser les portes ouverte Un jior, ii envoie le colonel Am- iioter, et une le'tre do st femm luii
Bien que le roi ne le soupponnit broise hombarder la ville.*Celui-ci va .*nnon;nt la naissaice de son troi.-i- SOltint du the;itre acheve en qua*
p~nt de trahison, son cas fut consi- prendre au magasin d'artillerie, confie me enfant ;rante jours, quoiqu'on eut 6td obliged
4r" come un crime militaire par un la garden du capitaine Stanislas Des- Hlenry ler, revenue d'I son emnpor- d- refaire la charpente, le roi rentrait
eonseil de guerre qui le condamna A roches, lea munitions doot ii avait be- ieminit, may's trop tard, prit sons .a m Sns-Souci vers minuit.
mort. Christophe le fit exdcuter sans soin. Le capitaine livre naturel!emenit Ia irotection l s t roio eanfants qu'il veait *'Pendatnt le spectacle, la pluie 6tait
rrciller, pour en fire un example quantity demranitee et tire un r n reu. I faire orphelin si injiste nent. 11 les tombe en abundance. ie cortege r-
terrible et maintenir la discipline. Malheureu dans son attaque, ou pla; aA I'ecole Royale. institute A Milot, yal trouva un lleuve imp6tueux dans la
"Mais ii adopta sea enfanls dent ii inhabile, le colonel fat repousse par Lt ue dirigeait alors M. Hippolyte Gd- ravine qu'il avait facilement traverse
it soigner Idducation ; et I'and, Numa les assiegds, et, forced d'abandonner sej lin, ,ui, envoyd on France avec pl dleux heures auparavant. Savez-voum
roaches, t plus tard l m batteries, il rentra au camp avec ses urs autres jeunes creoles par le com- comment le roi s'y prit pour passer ?
u pages ou aidede-cam pr artilleurs en ddsordre. missaire civil Roame, en 1793, avail "- Ma foi, non.
Sp" Le ri l'accuille avec un de ces fait ses 6tudes au college de Lian- "-C'est tout simple. 11 fit descemdre
A ce reci; d, M. Firmin, qu'il est reproches qui souffl6tent lourdement la court." dans la ravine un escadron de cavalrie,
e qui rompit et divisa le co torat d
Sheureusernet impossible de contra- face d'uii soldat. qui rompit et divi I court
,hr auteur no refrant colonel. voUs tes un lache, et Finiso.is .apidement p r mes deux so.to quo sa voiture roula i march
M gnage aujourd'hui disparu, il est vous allez 6tre fasill6. autres rei r ts. rec.
h d'opposer celui que lit M. Kairis Sira, ce nest pas M faute: je er se rendt a C en-
. ue M i. Edgar La Selve et que manquais de munitions. tour des gran oficera le sa cour et Prir d'aviser 'adminitra-
Sd-ci rappte dans son livre. La R- II fallait on avoir. ivi de ses gardens. ct t tion de la moindre irrdgulari-
SHaii, pages 33 et suivantes Sire, le garde-magasin dartille- "Un cabrouetier, son cabrou t t seleserve du
r*4u Ma~rte SanesneivrerLa 1i4-Ic snto dauiI a service du a t rem 6
sai beaucoup de raisons pour preL f- rie a refused le m'en livrer. bu ufs, vei aient en sens contraire. 1 in qd'il y soit de suite reano
Iceote detnire version cqi a I'avin- Sur cette r4ponse, qui involuat G'dtait A I' poque oi le roi avait rompu d .
d'avoir te transmise laa post6rite les cironstances att6naantes, le roi, avec Pdtion. Le cabrou6tier, oti la
at aune preoccupation politique et transported d'u Le granlo colbre, se read I dtlerie, qui est le propre de ourln MATIN -
or de la pensde, visible chez M. au magasin. a vst-erie forme ses aboan6s qu'ils no dolvent
Ihri danl tout le .ours do son livre Le capitaine Stanialas Desoches, cabrouetier, afo de se rendre agreable riepayer, abonnaoment ou autr
uig rlhistoire dan en d e ssi da son b a ur ooti, t tranquil- a Sa Majest6, se mit A pester centre aquo oontre regus imprim6s et por-
:ttst politiques personnels. lament aux dames avoc udo a co anmis, I'n de ms bouts, mquel I avait donade tat tor- da J a
t" Monsieur le Directeur. un Ia caDitaine Etdonae Lo, mort com-,le .nom do Pdtio. Arthur ISIDOaR


.Magloiro


~ L I


___


- 394494m-








OlVerure


des CIambres

ilier, 10 h eures lu martin, a eu lieu
l'ouvertiire solennelle de la 2me session
de la 2Gma Lgislature.
Assista;ient ai ette cer,'monie impor-
tante, Son Ex. le President de la Riepu-
blique et les membres ,le son Cabinut,
le Corps diplomatique et consulaire, lo
clergy catholique, le clergy prot!tau.t
la Magistrature, la Presse, la P.L S., ic
Conseil communal, l! IJarreau, le Corps
medical, etc. La musique du Palais et
celle de la M iriiie executaient les airs
les plus vat is.
M. Paulirn, prAident de 1'Assernblde
rationale, avait a sa droite Son E,. le
President de la itepublique et a sa gau-
che, le vice-prdsident de I'Assemblee,
le ddputd Joseph Svere.
C'est d'une voix grave et convaincue
que le senatlvur I'.mlin pirnino,, i le lis-
cours suivautt ,ui fut tc-outt avec bea.u-
coup Il'atteinlion pour les foites v6ritds
qui v sent exprIimre- :
I'Prsident,
Messieurs les Sdnateurs,
Messieurs les Ddputes,
L'Assemblee Nationale est heureuse de
possdder dans son sein Votre Excellence
pour solenniser avec elle l'ouverture de la
2e session de la 26e l'g.slature. El:e croit
augurer des esptranccs ttii certaincs pour
le Pays don't I''volution se repose sur un
important problcme A resoudre.
En effect, Monsieur le Prdsident. s'il fal-
lait en penser autrement, ii y aurait lieu
pour nous, mandataires du l'euple, de dd
sesperer du salut de la Rdpublique.
Haiti en s'atfr.:aclhissant du ijoi dcrasant
de ses oppresseurs, a acquis cette indepcn-
dance don't elle est tire. Sans nous airc-
ter aux causes diverscs qui ont constam-
ment paralvsd son essor -crs les hautnts
destinCes des peuples civilisds, il nous est
cependant trts utile de savoir l'usag, que
nous avons faith de cette Independance si
chtrement obtenue. En avons-nous pris
faith et cause d'une fa;or. sdrieuse, come
people disposant A'une certain force vita;e
pour marcher vers l'avant ? "J'en donte et
I)en laisse la rdponse A 1'Histoire, f'imp-:-
tiale Histoire, chargee de dresser le bilan
des different homrnes d'Etat qui ont eu
en rains les destindes de ce pays." Main-
tzuant que nous sommnes b;en convaincus
de notre situation tant A lirtcricer qu'.'
I',xztrieur, maintenant que nous n'avons
plus le droit de nous en faire aucune illu-
sion, ne conviendr.it-il pas de provoquer
un prompt retour en nous-mcmes et de
nous dire. en presence de nos places so-
ciales. "Q'i'avons-nous fait depuis que le
souffle de la liberty vivifie note Esprit."
II ne nous est pas possible de retarder une
minute pour r6pondre unanimement que le
r6sultat est entierement negatit.
L'heure est solennel'e, elle convie, sans
distinction aucune, a la fusion la plus inti-
me, au respect le plus absolu des libertis
publiques, A l'observance strict des lois et
de la Constitution que nous nous sommes
octroy6es pour attester a nos ainds que nous
sommes on people digne de la liberty.
Soovent il nous arrive de nous adresser des
reproches bien amers, lorsque nous jetons
les yeox autour de nous et que nous vo-
yons que les Republiques voisines evo
uent, tandis que la n6tre se debat encore
dan les direintes d'une affreuse routine.
Malfgrd iS prip6tles in'clculables aux-,


qA:l'cs ,wtrr pay; est regulibrement en
!ui:, ..,us ,oturnes encore arms de ce
mrrlc courage qui nous permit de pousser
ce cri don't la nature est de ranimer nos
torcts b-isccs: Tout n'est pas perdu."
Certes, en b-a'es stoiciens, la rdflexion est
exacte. It est encore temps, par une habile
direction, de sauver du nautrage ce navire
p:ecieux qui porte dans ses fincs 1'Esp6-
rance des generations futures.
li nous reportant un instant sur le
prorarmme eleogcux et patrio'ique que
vot., ,voi;s &es ir.ic6, apr6s avoir acccpt6
la dCl:ca.e mission don't !'Assemb':te Na-
tion:!e vo:s a invest, nous avons, Pr6si
di:.:, ia d.diiante consolation que I'excu-
r:-a i Ile de ce programme doit indubi-
a';'-t ,oiuer une amelioration extra
sensible dans la march 6conomique et fi-
nanci&re du Pays.
L'Assemblde Nationale, mue par ces
sen:;nents de haut patriotism, renouvelle
A Votre Excellence et au Pays entier son
ddv.,ie:innt le plus absolu A la chose pu-
blique. Eile accordera un just temps i
l'examen approfondf des projects que le
Got v.:nement soumrn tra ,im.:o A ~s de-
lib3rations.
De son cCo&, elle ne restera pas dans
I'inaction, ellK aura pour devoir de cher-
cher, de chercher sans cesse le remede vrai
don't une reaction dnergique dans notre
sy~tinme si ddftctueux.
L'hartnonic existant entire les pouvoirs
publics sera l'objet d'un r tat de choses si-
tisfai.ant don't le bndftice se rpa.ndra sur le
Pays entier.
L'appel des capitaux, A quelque nationali-
e6 qu ilspuissent appartenir, dcvient A l'heu-
re c:telle une nect:itc uigA.tc. Ci.. capi
taux, Venus pour stir de Puissances amies,
s' in ressantt a advancement de note Repu-
b'.ique, :.uront pour principal objectif de dd-
ve!op,:r no:re agriculture qui est encore
A I'i:at cinbryonnaire. Ils serviront en ou-
tre, trhabhlr des routes ou passeront des
voILt' trrdes, si utiles au transport prompt
de ,no. produits sur nos differcntes places.
I'.,i toiissement de la fortune publique dit
n1c-.',.saircnment arnener laisance au iovIr
domns':ique. Lorsque le Pays sera outilll,
ii e r. f ici'e de computer sur un avenir
bri';l:;i qui lui p.-rmettra d'assurer sur des
bas., '.;ides son cdrdit moral et iiateriel.
La solu t1( dt prob:8me pose exige done
eC c,.-,ur. tnempesd de routes !es volon-
tc quciLs qu e ls soient. La paix drant
lag~,L' principal du progits est indispen-
sable A cc b>au movement qui dolt s'op6
rer d.it;s ui t:nmps rtativement court.
.e mcIInent est propice adresuons des
\V.x a.11 Iaot-?ouissant, pourqu'Il daigne
VOjs .rder, Pr[sident, a maintenir cette
paix si nt'le au Pays. Oai, il en a soil
( tranclir de cette hideuse misere ..qui la
torture depuis de longues ann6es.
SII est reseived Vo:re Excellence de con-
cerN avLc Ie Corps LUgislatif une bicn douce
Natist.ction, President : celle de poser en-
semb!e d,.s ilons sur lesquels do:t se dres-
ser une administration ;honntte qui sera la
rdsultante de scs nobles aspirations vers un
ideal de gloire et de prosperity que Vous
avez :'):jour. rev' pour no:re patrte.
Dans cette communion d'id6es qui est
('expression de la collectivit6 haitienne,
crions,


Vive
Vive
Vive
Vive
Vive


H iti une indivisible !
la Constitution !
la Paix !
l'Union dans la famille haitienne !
le President de la R6publique !


Apres le di-cours du Prdsident de la
Rdpublique, on passa A I'dtage supe-
rieur oii le champagne fut servi. Des
toasts furent portes par le senateur
Paulin, le ministry Murat Claude et M.


Furniss, ministry americain. Le PrBsi-
dent Simon dit q;elques bones paroles
aflirmant son d6sir de travailler au bon-
heur du pays, par une politique de pair,
(te travail et de probit6.



A top ire *



;."J *i.. E-' atO ]elt IT T


r 1>
i;?::?JIE.E COLLEGE St-MARTIAL

JEL'DI 29 AVRIL 939
JEUDI 29 AvRIL.1939


tmidi


763, */!2


( ,c.."t~. m,.mrnnum 23. 5
rImxinum 30 ,8
Moyenne diurne de la temperature 27 ,3
Ciel trie nuageux A plusieurs reprises.
Brise de mer niuinale et fraiche.
Vent de terre ase~x chaud. Horizon em-
brumt. BaromCtre en blisse.
Agitation microsismique frequente.
J. SCHIRER
Arrivage
Ce mitin est entr le sis jAlleghnny avec
,es pissagers suivan- venant de :
Inqgue : Mr C. C'iralin, E Elie.
Cap -Haitien : Mr I G ifie, E. Bastian,
Mr Bizin.
Port-dc-'Paix : A. Henriq ez, E. Tiphli-
ne. S Wiliam, A. J. Pierre, Do=teur
Roy, Cir. Chirlermgne, E. S.rre, L. La-
miserre, M. Phimphile, S. B. Theophile,
S. Moreau, Mr Phirisien. F. D-'lb.au.
Gonai',s : Mr A. Germ.aii, E. Seiour-
i:-, Mr Rich-rd-on. E. St-Nova. J. Mosth
I. Carbonel, Mr I. David A. David, A
B. Dtirand, Mt Biussan, F. Birbot, E
(Cinbcrt, Ch. Binbot, Mr J. Montas.
i~enl i rci ments
Li fniil: Charles Ireddric Carvalho est
profo i3C.ninit : ,e'oii'e i1 II g,'ande mini-
f:stUiot ic sv:ii,.).nit do i elle a eta
U Ojci a! 2 n;s .~ A'occasi.):i de
i\ rt, .i i cgrtttee Marie Joscpb Jeanne
Carzvalb,. e1'c dresse un souvenir parti-
c lier anx chores Soears de lacongregation
dS i.S .:' J 1 -;i !e C'l t v a':a-i q ,aux x.lev:s
a ci. c. cai i:ip'es d: 11 chIt rere dis-
pirue, .: o.blicr tou, les amis qui
p.ir leurs attentions ont soulagi ses
angoi,,ec. Eile itrde une reconnaissance
since i i'ami dc.'ou., le Dicteur Dintms
Des'ouches et envoie s's plus affectueux
remerciemnnts A to as ceux qui compatis
sent A si cruelle d >uleur.
Port-au-Prtnce, 30 Avril 1909.
Pour Saltrou
Le Gendral B. Bastien, Commandant
d. ce Arrondissement est parti vendredi
dernier pour S.ltrou, ou il est all instal-
I'r le General Esope Milfort, nomm6 Com-
mandant de cet important Arrondissement
mili aire par commission de S. E. le Presi-
dent de la Republique, en remplacement
du General Paul Auguste Pascal, d6c6d6.
IF nous est revenue hier soir.
'La R6forme
Ont ete nomm6s;
Mr A. D. Chancy, officer de l'Etat Ci-
vil de Jacmel.
Mr Dumont Balthazar, juge de Paix de
Grand-Gosier.
Mr Dupuy Sannon, Officier de l'Euat
Civil de Marigot.
L'.4bill J


Biz >ton-lea-Bait ,
Sur la dtcr,,ide des personae
eu le plaisir d'aSstiser la
donn6e A Bizoton-les-Biins, alr
rius avtc un group d'amateaon
tamilles un apr&s-midi rCcrdatif'
artistque,le 2 Mai.
La'E ablissement, offrant tooteil
garanties au public, esp6re quo I*,
de families ne manquerontr pu l
de cette occasion pour accorder
fanss quelques instants de usainm
lions.
F6te de 1'Agrioulture
Dm ain sera c6lbrde en grande
la t*tc national de d'Agriculture. 0
nair le ceremonial habituel qua cM
en discours, Te Drum, salves d'itt
reception a l'H6tel Communal,etc.
II y a deux ans de cela le Consaw
munal que presidait M. St&io Vir
avait orginise une Exposition agrizol*
ir.djstrielle qui eut le plus grand sa
La iuoe pittoresque. de cette heounre
tiative ainsi que la p-ns6e qui l'ayn
tionree furentt -pp'ci3es come il g
nait On se croy.it en droit d'espc
des transformations prochaines quiNA
tiont raiCnt au fir et A mesuec In e
rent.; points c ra:nement defectueui a
d6b-r d- cetre xm(,sition origiaale. li
n'en a dre ric n. L'an:-de suivante, Lke
gistrat Vincent ne put que pronooerl
discours ba6d sur les idees nouvellescd
au Matin, discourse qui eut un grand -
tisscnent et.... ce uft tout. L'agricdm
fut fc de au milieu du m6me protocok i
nal ct bruyant.
Demairt cc Teria a irme chose SOIe
tons que '.innqee prochaine le gon%
inert qui a A Fa there on agricultuar di
hien au courant des miseres de tr'1
sans arrive A apporter un peu de bieN0
(t d', rcouragement A la vie si difficile
ccs humbles q'i supportent seals klep
de ,"s plus lourds imp6's.
Uni vicille 'raditin -veat que dem
le cl;o:nag: soj, gdral.



;i, ill- i s trang r


Dernieres D6p6ohU

CO(N-TA\T&NOLE 27.- Un Cdit ddShi
xuli J.an autorisant Ie deir6oneMt I
Sultan parvint au parle:nent a to h tl
rmain. Cinq minutes plus tard, I'a0
blde ddposair Abdul iHamid et inviuit
ha'ned Reschad Effendi A succ6dert 1
firre -- Le nouveau Sultan a t4 pvdw
sois ie tire de Mahomed V. Le Ip
S'h h Eddini, neveu de lex-Soltan, a
ftinile ont etd fIits prisoners.
Le bruit court qi'un regirmet l
mandP par des officers du pard 'ti "
Turcs est entr6 hier au so5r s oilM'
fit prisonair Abdul Himid, qui
duit A Chraghan, sur le Bospb0*
hamned V a ,Lri6 Ahmed Riza de
un nouveau cabinet, qui sera aintD 00
se : Hilma Pacha, ministre de l1
IIuhein Djahi, ministry de l'1
publique ; Djavid Bey, ministry
-es, Alfaat Pacha, ministre da
Etrangres ; Murad Uaghian, ant
Travaux publics.
Quaranie officers tores oat 6 1
Etzerum par leurs soldats et *-y
escorted A Trezabonde. On ciUl
ne soit 1 Ic commencement cd.i
des troupes provinciales coontfln.,
do pari leunes Turcs", d
BEYROUTH 3.- Ue a
contr. Adan. Ath reofi s i r


IIIII I -- ~C r


-x,






es, e pldsieu personnel ont iti
D'prs les derriires nouvelles
1ci, dil :Ile personnel prdirent
Ion des premiers massacres a Adana.
2c w.- A son retour de
I prtident Falli res a ret u la visit
i Lopold qui est en ce moment )
I. Dan shoir6e M. Fallieves a
n basnqet en l'honneur du roi
et do prince de Monaco.
27. Jue explosion s'est pro-
&ajourd'hui A bord du sous-marin
": 9 homes ont 6t tud s et
blesses.' L'explosion a at< cause
la benzine Afin d'6viter de nou-
eplosions, le Foca a ~ t could.
27. On annonce officielle-
qu Ile nombre des corpi retires des
de cetre ville est de plus de 3.
On estime 45,000ooo le nombre de
ncore ensevelis.
27 soir. A la suite do trem-
t de terre, 12.00ooo personnel se
ent sans abri: elles sont campees dans
pagne ct umalgre ies efforts des au-
ble minque de vivres commence
fire scotir.


Avis eomnercidi
s avons i'holnnelo r o' formermr tle
erce et le public ciie .dntral
nous avons admits no; collabo-
ors. Blesirrs A Iif Strolirm,
rice Fontaine et I)sta;inville Mar-
a fils comnme associ6s dans nos
ns~tablies Ai 'ort-au-Prince, Jts-
e, Caves, Aquin.
brt-au-Prince, .le 30 Avii -1909.
ROBERTS DUTTON & CO

Ir Louis Em. Elie
iOCl~ve del'Ecolce pratique d'.\griculture
(ie I \'cu\
Agriculteuir brhvctd
21, Piace Ste Anre, 2'1,


Ligne Hoiianaise
.e an.' P,ris Wil Frni V
IaCAt d Nvw Y' k et Ei, St M'Arc.
'a i' i s;i-t' d- ,i in ii m Un
Siltrieaj lit, i l sni d part ip)ur
S,,d.
brt-au Prince 'o 3,) \vril 1 .0.t
GERL CH & Co
AGENTS


Gal Transailanlglle

CmA npagn,; t, aleTransatlan-
t a nl'onur d adviser 1-. Coinmmr-
et le Public qu'ell'o a nomm6
8ieur E. Robelin, agent A Port-ac-
it, a partir du ler Mai 1909.
Port-au-Prince, le 30 Avril 190')
-.-
s8ined Glace
DE
PORT-AU-PRIN OE
L ~aoneur d'annoncer a sa Clien-
ob &Partir du ic ,Maii la ferme-
,s e D4bit est fix6e a sIX IU
d toir- la dimanches et lee
40 Ike.-I


lptcIAL1TB
aoutcho ;c,
wer, etc,


4 acioyv ;',


tropic tls.
V i i!c, (Co-


e mangez lus de pain!
S'il n'estfatitaveo la "Pillsbury

La meilleure farine du monde
Celle qui donne le meilleur pain
Qui produit le plus de pain
Le pain le plus blanc
Le pain le plus 16ger.
Pour tous renseignements s'a-
dr;.ser A :
Ernest Castera
rojprsentant de la PILLSBUI:Y's WASH-
BURN FLOUR MILES Co Mi.-.N APOLIS
BIL~

M" C. L. Verret
Tailleur-Marha nAd
,' ,r., avi sa bienveillante clien-
tA.] q.:.~ sa maison No:7, Rue Traver-
;'tra est toujours bien pourvue d'une
varit. d'6toffes de la haute non-
reaute parisienne.
Q.iALLI' ft SUFItRIIUR1. COUP] i"LiGANT
'.sVAIL SOIt, NB. EI kCLTION PROMPTU-
rraWL S r dclitx I


NEl$ OR ELil
I,' ,I veilnt tailleur avaiitageusemeni
connu de touted la R6publique vient
de rouvrir son atelier Rue F6rou,
( / ies Miracles ) No 61, pr6s de M*
Legt-r Cauvin,
Sa nomnbiouse clientele trouvera
cornme toujours toute satisfaction
pour les travaux qui lui seront con-
ftis.


VEt4TE D4* BIEf


M DE MINERS


On tait savoir A tous ceux qu'il ap-
pal tielira qu'en vertu d'un jugement
dlu tribain civil de Po t-au-Priilce en
date ti~d vingt et uti Avril courant,
hololo,,,.if ',ae ldelib ration du con-
sei! de t ,i,.. ,I, s iii .ui.-, L ifontynt
et I).,i, s Zil t ,' .LV L SOI O'a presi-
lIe la (:ipit i--, ei *i .te .i I i' Avril
courant LIII' L~,.-',e il t'a p t oen
I'etude t t..i le ii: i -tj i e d-i M. La-
raq ue Ci r'iest s il i y, In)tii. :'i Port.
au-1l''im i ..- Iuiic u o; t, ItiIniis A
cet effl'i, It lunli (qu~ l'onzi : tm tera
trois Mdai ptuch 'i:i a dix i iires du
nmain, a l. voit au plus utl' allt et
lItiniOLr enchtiiisnt ur d'ur ttr rainl >itud
eni cette vilie, Ai 'algle des hues des
Ctesars et des P'iaelles, au lBel-air, ain-
que la petite iuaiwso construite dessus,
leq'iel terrain inelisure trente-deux pieds
et ,lemni sur la Rlie des Cesais, autant
du c6t6 Si I et Vingt six pieds sur la
Rue des Pucelles att it du cote Oaest
et born savoi : au uoril par la dite
Rue des Ce,'ar, ;au Sud par les hAri-
tiers llciritiette Ce~n tus, ;'I Est par la
dite Rue des Pacelles et a I'Ou s par
R ise Pdtion, sar la rise a prix de
Quatre cent gourdes, fixde pir i'expert,
outre les de I'e ichra. .ci P.400.
A la requet:e de Monsieur Rither
Bisile. propri6taire, demeurant et do-
mici!ie exn ette ville, agi;sant en sa
quality de tuteur datif des dits miners
et en piraence du subrog tuteur des
sus dits minenis
Pour plus samples renseignements,
s adresqer au notaire commis, diposi-
Port-au Prince, le 30 Avril 1909.
RITER BAZILE


LINE HOLLANDAISE
Pour I',irr pe par voie de New-York
PROCHAIN DEPARTS:


Vendredi,


" Prin s M1:1 its ( capt. van der Est


21 -- ss. "Prins Ier N'erlanden" (capt. van der Goot
A" 4 Jui --- ss. Priins \Willem IV (capt. KOningstein)
Ces bateaux qiui sont dlos pluIs ,mol ees le notre flotille, possedent
d'excellentes commodity p oui p:i:ss:t.rrs; rrailes cabines, simples et
doubles; cabines correspolnlanttes pour families, toutes avec lits non
superposes,
M6decin et stewardess (femme de chambre).-
Excellente cuisine franqaise.
GERLACII & Co, Agents.
-- -7 t I
GRANDE


PHARMACIE INTERfATION&LE


Rue du Mr

P'roprie taie


agasin de

i [;NECK


1'Etat

& Co.


La Grande PriAR 'TA IE INTERNATIONAL
a I'honneni d'avi r i e I p i, i, ., :,,;l,: eilx ( i nls, qu'elle vient de re-
cevoir un ig';iaii i'ovis). t,;:;,t '- dro eri et spo cialitds pliharmaceu-
tiques tant d'Ei:i,: ie lu I *'* e ti. it t lA uir disposition &
des prix exce,- v in ti t ;itv: ..;s ,...


-~ -~


PfrJdiit dyiiie3 pour la Toildlette
A -


adoucit l'epiderme auquel olle
A done une souplesse et un ve-
LA loute incomparable en lui com-
ruuniquant son delicieux par-
fum. Elle conserve i'... et la traicheur du teint, car elle est souveraine
centre le hale, les piqure. d'nmsectes et les eruptions de la peau.
sans bismuth, invisible, adh6-
LA If Lll 1 rente, impalpable, pr6parAe
SIIsp#cialement pour les person-
nes qui veulent avoir un teint
irdprochable; son pai turn dlicat, son velouto ont contribute faire d'elle,
a Favorite des Poudres de Toilette.
& base de Cr6me Simon,
SII pr6par6 selon les prinips
L les plus scrupuleux de R nhyorn
poss6de a un certain dgr6
toutes les qualihs i:-,i ii.t .;itets e' pr.e:rvatrices de la Cr6me Simon ; i
est particui',re.:iit r, ,.ii'nde pour !a Toilette des enfants et pour leI,
dames doit U pou ea ; : J3,-:t:,tj.
Agence Gdnerale et D6p6t pour Haiti
A. la 'Iet-rCoT )ol e


MAISON JULES LAVILLE
0S. Rue d4 Malgsw de rftEt. 93


Afal --- Ss.


CTCoi C c xx.


Itc~


- -~------ ---~-.um
--






Grand Itabais !

JAMESTOWN TERCENTENNIAL EXPOSITION (1907 )
HAS CONFERED A


Gold Medal


upon


Tannerie Conliinentale

DE PORT-AU-PRINCE
CHAUSSURES
CHEVREAU CLACK:, pour liommes et damies P. 10. Enfants P. 8


VERNIS FCI.iPS
COULEUR LOTUS
Pour la vente


i 10


en gr'os' 5 o[ d'escompte.


GRAND PRIX


Rhum Barbalicourt


M&JA iles fdor, Moertion h-ncna!Ael-, "A- ob di Jary, Grand
prix, Hor-e: coL-mir'; d. tc u1 e's '~ xo itions depui7
.~t1 ju;qrll2). :J37. ( Ar -i?-. -,t Mmvc C owiants)
Madame Veu-ve BAA.3ANCQ UHT, seule d6posi-
taire do la m iartp1w urn SarbabCnc;.",.-.irt et seule propri6-
taire des fortmiles pi i mitL fait oYtri r Ait B-huin Barban-
court Ves w.fdaiii c'for de s ;'. .i iuite
los affaires de Ielu sountalr.-l, et Se tLL iaJI if rn me halle, sise 7. Rue
des C~sars, 14A It.i vuatwareuse clientele,
dont ies commandes sont ere(Pt a- : IA soin que par
le passe.
__ -- ~~b 7er -~- ~Y.-MtlY


17irZ
V1
a.
!IL A, UXIANRiT


" 4j


YL~


i'VUE


Pla-It du ic'As-px- i oavs
A.E )P k r.FW .r 1)

Mme olr au C IY ii, Iirectrice



lwjtalla Pior. N TOm '3Y. ---9I4 '.. sr ."'. >'mpAIr!Llt U
deo.ca at rla6iol4r-. .. t :'.:. 'I I iz L ioutcs 7 Minuites
P IOPRirkr) OI 'At. .U8I. LJ UiM 2.iiXRUES

s~a:2a ~- rIPio. -P.-ltrvqupeos .
2~~~E Qft~O ectrciqusr


Jew Z -' i abr-, r' It' d
17 POr-' -e 4f% In rd


Mr


E. Robelin
Viennent d'arriver par dernier va-
peur :
Pat6 de foie gras. Saucisses trofides.
Pigeon aux pois. Tapioca. Choucroute.
Asperges etc. Fruits cristalises par li-
vre et par flacon. Prune d'entes. Vins
rouge et blanc. Oporto. Malaga. Ver-
mouth. Cognac. Champagne. I


i JULIEN FLORUS
A o 'i" de la 26* Compagnie
S d'ouvriers d'Artillerie ( Loriet)
Se tient A la disposition du public
pour tous travaux de FORGO, et d'A-
JUSTAGE, de RIPAuRATION de coffre-
forts etc. etc. A de bonnes conditions.
Rue de la R6volution No 19
Fis-a-vit da la Chaombre des Dipu.
Buss et Buggy A louer par here
pour courses en ville, promenade A
la champagne & Pdtion-Ville. etc.
S'adcesser au No 156 Rue du Maga-
sin de 1'Etat en face de la Glacibre.


A L'~LfGAi CE

C*R D N R I E


CHjA'
Pe.
de!
Tail

NI, -.




3n-

t -W *
CA


p,.T,?noU?.LA VWNT3


'1' do plus
7 2 c';nCse pour
* 5r;2 cornuode6

~-.j:.cu r VeC
1 L~qO


s.- ~ ~ ICS~~~~
-,.. 11.~rl


4-,
r S.. ;


9iA


4.'. e
LrtU CU


w`'?r. )cn


rc.
C:
bi'


A. ,.. Matt6is &


Co


:.I ..,.n foind e n 1888.


Derniers arlipp!es reus
-" f ,. .a : H :u ant Ro-
yal I;'.!;,,t ; Fo, ,:. [ 1u7va : Par-
furn i; Iavo i, ;' ; :,-. etc.
Cofi*t 'rs de pa:fu:en on tres d!Sgants.
Parfa:-i ,reno'nmO A.sxtris ; Lotion, Tri-
coph er 9 .
Lai'px r Fuis '-. t Ohamois
pour br,"g'y et bus.s,
Arrione-tie de LuxP, Bibelots,
Mou.s:'quairn-s, Broases. Pipes, Fumes-
cigaretr~e<, (<:avateo. Maroquinerie de
toutes qucT'is.
La M-'soti a 'oujour: an grand as-
sortirnet C1 'i):ic, d'Argenterie
de Diamn.,1;. A :, disposition du public
en gku, ral et A la por6ee de toutes
les bour.es.
Atei.ors d'Horlogerie et de
Bijoi~ eri : Gravures, Confection
sur command.
Achat de vieil or et viesl argent,-
diamant et pterves precieuxes h des prt
avantageux.
ACHAT D'IiCAILUT DR CARI T
Prix exoeptionnel


__


Ma'iison F. BuN
l.f. :? r 'lD'NtUP I't
5irigtos par

L. fOOELII


A
thrn


t'i*J!ra"rres fvzir a
-a iiagonah'. -a~in a
-c chbeviete pour deil ::,
i'j particulibremelr t I d
b' 116cclleciiou de co c
*t~oe j4zui6.
.-,pecia'A6t do GG um
cqr,.--- CcO w Fmcl
Ammnc.-nm LjA da.s,'4/n
La etisi_,mn c-onfctievi.-~C~
tumaxes Ualutalrr :!O*bit
ra.Olma *s tua graIs' b


H


Table d'Iftpa


Chez App. Cipolin

155 Rue Rdpublicaine en face de


a L- --~ -


--


pm


I `


Des yeux elior

Pour ltidificationde s'onIb
lades de ces organs. -l
sOuS donne le.;;no nsd
)'e)X 0t des, roille9s A
avant;-eusenif-rl de I'.d de
I i k- t11 E A-lr tf-H Pt fe n ricque
loll do'I'Elect A
(I'le et "Ippart-'ils qwcEk
tout autri) ffWvenf t h1rahumiQu
mfsdication locale par ,esC
lavage, irrigation) PO1mad
cauttrisation aux sels frgen
rificalion et autre opfttion
gl1ante.
Des yeux : Conjonctivle
granulationn ), ConjonctlWeC.
que,kystes et autres turmlls dft
tric(hia';e partieD jar
ment, r6trcissement 4dW
spasme ( tic ) posis, Opiruit6
corn6e lip l Ia eqr1
milt'renes Aiselertsritel~c
ta iai-e molh ', I't4inite, Dhurork
hIpi6i rest .- i'e tc!inienne, %'rn
o1)tifIU.~ ii~ !!*i ocliah~e j-
oot ifil cr siijiP d'op~ratia: c
c:..e. del.(!' m' d QcornmodU 3 ;.
amnblyopie, "-p'-
m'w;'eiite, a1rflam-1c~~, glauccl:;e C:.
h L1 e.
Do orel-1 Surditi a,

polype!,hypoi n ,,iiphie et ceirrhe
de: nqo ~s11ril(.etlses.et du ty
r. trcissenicilt. des tubusid'E
O .113(uno do. csw rconditioi'po
L -UT hit 1 011(", elle-ci tst Ca
! .a !Id I d c ridI'.,icns le So;i. S
I i V(c 1! Cqui fail Su4e
11 1it (I i d:',l~ ~typholde, ck
* i e I~ i je~hb.
*.( in.-t II 'Pctc! rothdrap:e d,
tt.ur C. GAVUT*
NMjjCcin et C1. rurli'n de oIun't
Harvard
1,28 Rue du Cer'e.
CONSULTATIONS, THAITNTSM
mrod~r~s.
do 7 A 10A. M.
e 6), 4 P. M.


H~R~ ~~~t~GOL'ffS


--- ,s at ra-


r