<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00607
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: April 26, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00607

Full Text




TrOisi1TlO Annhe. No 623


rORT-.kU-PRfNCE ( H iTI


Lundi, 26 Avril 1909.


- -,.--- --.-. __________________________________________________________________________________aaea~ra Ir s ~ xr ~---


Arthur Isidore,
ADMINISTKATEUR


OUOTIDIEN


Camille Ndr6 Num,"stl
RADACTRnUR RN CHUP


pORT-AU-PRINC.

DtPARThMEMNTS

RabNGER----


U IS.

UioitssMolI.,


(e


2.00


5.00
.?.E2


DIRECTEUR-FONDATEUR

Cidment Magloiro

DIREGTIoN-Ren'J~~kCTVW45, DMREN ST Y4r?
4$, ItWE PoTJZ. 4(~


i Ulf- o --V.-i ".i --'r' CE TIME
:A2P N~~' o rC~~\L


Les putetcun ikgtt d* x-, rt do iS de chuqarr
imoij et sont payablc d'ayan,;
3Lac mart-rlit tgs 6ris ou non me sereal pas weudas


Histoire d'HaIti

A L'USAGE DES ADULTS
LIVRE III

Violence et repr6sailles
xvI


En 181.1, rapport I'liistoi.e, le gou-
irnement fiangais exp"dia en ILtii
ois agents avec mission de d',b itre
ec les aulorit&s lihtienness les condi-
ma dans lesquellefs le pays poutra't4
Tremis sous la suj]6ion de la France.
6taient: Dauxion LI,.vavysse, chi a-ig le
ener les ndgociations aupir& de Pd -
)n; Dravermann, ddliege aupres tde
)rgella (qne I'on croyail toujours g.-
ral en chef du Sud ); et Franco d'
Wdina, d6putV dnms le mnme but au-
is de Chrislophe.
1 n'entre pas dans no!re sujet de
nter l'histoire de cette triple mis-
,autremmnt que pour dire comment
fin celle de Franco de Mddina.
isonsssuccintemenit quo Dauxion La-
ysse fut regu A Port ;u-Prince par Pe-
n.et que ses proposi'ionis furent ex;.-
Bd-s pour la forme par les autoritis
tiennes de 1'Ouest t courtoisement
sites; et que Dravermaun, ayant 6te
rr6, lors du sejour de la mission A
gston, que la sc-sioun tdu Sud avai
fin et quo, par cons4queit, B1r-
a n'y exergait pla.s aucuii comman-
ent, retourna en France.
tant A Franco de Mddina, il se ren-
de Kingston .a APorto-Piata, d'ou il
voir ses parents a Santo Domingo,
.ille natale, et revint A Saint-Yague.
igine esp'gnole, il avail, lors de
iupation franCaise, command, cette
Ssous les ordres du general Fer-
let, A l vacationn de Santo-Do-
S en 1809, i avait suivi les Fran-
11 se trouvait done A Saint-Yagie
tablee pays de connaissances
ristophe, qui avait hbte de le voir
er au Cap, ayant d e dtjiA irforunr
mission par une lertre de Dauxion
~se accompagnoe d'une copie d-
que cet agent avait adress4e a
a,- prevenu an nu're directement
ranco de M din.t lui-mame qui lui
our lui donner avis de sa mis-
Christophe lui fit dire qu'il 'at.


les sentences de mort de la faCon qui'
Ini p!aisait, 1t l'on salt i q(l- point
ktait 'er'ile, ur ce suje I'i rn gination
(du l1oi.
Voici co1mmen1 t il mit a exOcutioi la1
sentence fatale qui fut re (due contre
Franco te Mdina.
Re6ditant, pour la circonstance, les
fagons de Roch unbeain, it fit orner
d'une tetur e de deuil I'dglise du C ip,
et fit placer leTconlamnn A mort sur


tendait, et qu'il pouvait venir (en toute une estrade elevee et di.sposee de tell"'
sureldo, en joignaalt a ces assurances le sort't qu'll pIit de partout "tre vii par
souvenir des ancienres relations qui la iou le illnonbrnil)bb oi t ;:e,-i-tants.
avaient exists 6lejaj entre eux. Corneile Brelle, din d+ ['A.nsce, que,
Franco de MTidina prit done en toute dJ- sa rproprt autoritV il av -it fait elevei
assurance la route du territoire haitien, a ia dligritie rci 1 p-c cpale, chanta
et, airiv6 a Lixavot il y rencontra d'abord uii Te 'Deuwn, puis une messe
mnme c une escorted de cavalerie qui de Requi m.
!ui rendit les bonneurs militaires, Toas les appries funtbr,-, :svaient etc
et le commandant le complime.ita au d'ailleurs disposes fans !'Ygise pour
nom de S. M. le Roi d1'Haiti, en lui di- cette dt ii'rge circonstauice ; un cen:neil
sant que cette ascorte 6tait envoyde par av;it etd placed eAto (! condimnd,
les ordres a- Cap IHenry. b culture ; mais on va voir ( q'ii ;i'eti f'it
Ce n'est que quand it fut arrive. A rien.
O:anaminthe, cue l'officier de cavalerie En dehors d'uine foule irnriens-, ;as
tit comprendre a missionnaire poli- bitait a ceite ce nemonie :i relii u
tique frangris qu'ii tait sous la miin se, mii thltrale : le Ro -i, Reino, !
mis de dl'auntorit haitienne en q ialit6 L tmilli royale, touto !i noble s.e d u o-
d'a espion frangais. Arrivd au C Gp, on yaume aiwi'i que ii fIrunii; s g',t rIs,
lui fit prendre le chemin de la prison ot les fonctiontiires publics t enli les
il fut mis aux fors. t:oupes.
Le d6pouillenrent de ses ellets mit Corneille 13relle lit itn .ermon, apies
centre les mains de Christophe toutes 1 quel "it lut au people leo instructions
les pieces qui lIi Btaient necessaires idu ministry franais ( trouvees sutr et
pour org miser le proce. qu'il projetait missionnaire), en les; accompagnant de
de faire au <( missionnaire-espion. s remintrques propres d l'aclairer. Puis
Un conseil special militaire fut effec- "le chIvaer Prezeiu i o rapport du
tivement formed, corpos6 de sept meom- conseil,... et le bawron Vas~ey, une r6fu-
bres sous la ,prisidence du g6ndral Ri- station tde a ieltre de Duxion Lavaysse
chard, due de la 1Maramelade et gouver- au roi et des passages d''u aancien ciit
neur du Cap. dle Malouet sur St-Domijgue.
L'interrogatoire, commence le 17 no- Vastey mit a s'acqutter de cetto par-
vembre, prit fin le 24. 11 n'y eut d'ail- tie de son Icle une violence et une vi-
leut's qe deux interrogatoires qui ou- rulence telies que bientot, comm.r par
rent lieu A ch-tcane do ces deux dates; I'effet d'une raise en e et d'un
mais durant la setiaine qui s'dcoula coup de theatre savamm:int combines,
entire elles, tous los sujets du Roi tous ceux qui portaient une arme se
,1Iaili eurent Ia fault d'aller voir mirent a la brandir en furor, et Fran-
l'epion fraeueni et de l'interroger A le-r co de M6din:i, A un moment donned, ne
tour. C'dfait, dit in historian, une vd- vit plus devant ses yeux alters qu'une
ritable torture morale infligde i ce multitude de sabres don't le cliquetis se.
maleureux. nmlait aux gestes de menaces et aux
Le conseil special 'militaire Ie con- rmuimuIs de violence ..
damna ensure pia ort. Le malbeureux ne put y tenir plus
Les condamnations a mort rendues longtemps : le vertigo te gagna et il per
sous Christophe avaient cela de terri- dit connaissance. Cette circonstance
,ble que le souverain faisait exdcuter inmpr6vue mit probablement fin A la fu.


nibre comdlie et le condamnn fut de
nouveau remis aux geuliers qui le por-
tcrent en prison.
On n'a plus que des conjectures sur
tO' qui a I'u arriver dans la suite a
Franco de Medina. Une version veut
qu'il eOit apres cela pdri (d'inanition dans
les cachots ; une autre, sans rien avan-
cer de positif, veut que jusqu'en 1815
il fCit encore vivant.
Une troisieme enfin,-et c'est A notre
sens la plus probab'e,- veut qu'il n'ait
pas longtemps survdcu a la scene im-
pressionnante organisde en son hon-
nrur et qu'il mourfit dos suites de son
indisposition, accrues sans doute des
mauvais traitements rdservds par le
souverain du Nord A ceux qui avaient
le malheur d'encourir son royal res-
sentiment.
AUGUSTE MAGLOIRE.


---- -a




RERS I GIaMlISENT
MIETIOROLOGIQUE8
Ob -vattoire
DU
SEIINAIRE COLLEGE St-MARTIAL

DIMANCHE 25 AVRIL 1909


iie ere ~ A mi,


763, 'n/w9


I enpra turej 'mn:imum 20,9
maximum 33 ,3
Moyenne diurne de la temperature 26 ,9
Ciel un peu nuageux dans I'apres-midi.
Gouttes de pluie vers les 8 h. Brise de
iner en retard.-- Barometre constant.
J. SCHiRER
Le Reverend P6re Benoit
Le Pare Benoit prie les parents des Ele-
ves et les amis du Petit Sdminaire Colle-
ge Saint-Martial de l'excuser de n'avoir
pu les saluer tous et chacun en particu-
tier avant son depart pour 1'Europe.
IL leurexprime a tous ses plus sinceres
regrets de les quitter.
Port-au-Prince, 24 Avril 19o9.


_____ ~a -- -lw-9~111PB~-~C~4Cb' ~ I -~I~L.- -~--~Z~*B~C~DQBIIICZ~-9RB~\~ ~-s~---- sl~-nrr~r~l-----~r~larraL11aeC-gl I~ ~p-llar~IIIIIIYsllsss[L


"1 I"---CI ~L-CII~---YI


Abounwalents,-,Ilei~ss










Audience Pr6-identielle
Une contraridtd imprbvue nous a emp6-
chds d'etre A temps au palais oh le Prd-
sident Simon deevait donner audience.-
Nous sommnes arrives presqu'A la derniere
minute pour noter les quelqucs paroles de
la fin.
Conmme toujo irs le I'i- idcnt a cxpri-
mi la grande :atisfacion qu'il 6prouve
dans la coirfince qu'a en son gouverne-
mnent 1c commerce qui est un puissant ele-
ment de !rosd6rit pour un pays et don't
le d6veloppement contribee a. tendre de
bonnes relations ,t les maintenir.
Le G6ndral Simon accentre son opinion
qui est celle ci que le commerce est A un
pays ce que le sang est au corps Je sais,
dit-il, pouvoir computer sur le Commerce
qui in'offrc son franc concours et qui se
tient A mn disposition au point de vue des
capitaux. Come nous sommes en me-
sure de irpondre a nos obligations par
nos prc pres resources, je les ai plus d'une
fois prids de croire que mon gouvernement
s'adressera A leurs bons offices d'es que le
besoin se tera sentir."
Le president Simon a fait appel aux par-
tis leur demandant, come une fAveur a
accorder a la Repubiique I'oubli du passe
et l'effaccment des baines afir que par le
concours de tous, ii arrive s donner une
direction autre au pays.
L'organisation du travail, I'entente entire
tous les haitiens en repoussant cette absur-
de prejued de couleur sur lequel on sp&-
cule tant ont eu une part important dans
I'audience du Pr6sidcnt qui fut plus d'une
fois applaudi. Si, en some, on veuille,
plus ou moins, tire bons haitiens, se d6-
pouiiier des vilaines et mesquines passions,
avec !cs tend.ncts et les nobles intentions
du president Simon, on pourra bien arri-
ver A. chauger les choses haitiennes.
Publications
Nous avons rcqu le rapport annuel de la
Soci6td frans.aise de Secours Mntuels et de
Bienfaisance, fondue A Port-au-Prince le 2
Juin 1878. ayant actuellement pour Pr6si-
dent Mr F. Cheriez,-ainsi que le Bulletin
officiel du department de i Instruction pu-
blique ( fascicule de Fdvrier et Mars. )
Nous recommandons la lecture de ces
deux publications A nos lecteurs et amis;
ellcs sent des plus intrressantes.
Exercises de tir
Ce martin les troupes de la Girde ont
6td au champ de tir A la Saline : on a fut
l'essai d'un nouveau canon de campigne,
systeme moderne.
Tel6grarmn e funb ce
P-: depcche -st arrive la nouvelle de
la mort, A S:-Thomas, de M. MAXI LAhI-
BERT,ancien consul d'Haii 3 Monte-Christ.
Condoldances a sa fimille.
Nomination
Par commission de S. Ex. le Prdsident
d'Haiti,Mr S-Firmin Chavanne a 6te nom-
mt Officer de l'etat civil de Limonade.
Nos compliments.
Revue des Journaux
( LA PIOCHE )
Soyons du cJtd du ^3Canche
It nous faut aujourd'hui &tre du c6td du
manche. La lecon d'hier doit nous etre


profitable. On peut servir un gouverne-
ment sans s'avilir.
Haiti est un petit pays tres curieux, tres
strange, tres dro'e, un pays oi les plus
habiles ccrasent les moins intelligent s ou
les moins adroits
C'est un pays of l'honnktet6 n'est qu'un
mot de parade que l'on prononce tout en
n'y croyant pas. Ceux qui ont attache
quelqu'importance A ce mot ont vu hdlas I


bomber autour d'eux tous ceux qui en
avaitnt la bouche pleine.
Aussi nous avons vu dans notre longue
carrere de journalikte bearcoup d'hommes
qui se posaient en ap6tre's, fire defection,
devenir des transfuges dangereux, accusant
avec impudeur, les cnvoyant b la mort,
mncsne cec x de leurs collaborateurs qui
avaient commis la beiise de croire en leur
sinc&ritd.
En Haiti il est des homes qui sont de
la chair a canon. Its n'ont pis de protec-
teur, ils ne doivent pas en avoir.
Its doivent se laisser briser, assassiner,
sans mot dire.
Tandisqu'ils garden cette attitude resi-
g ice etlpassive, les autres, les extra-purs, ne
m nacqnent pis de glisser ; car ils glissent
toupjurs, ces fi's d: la couleuvre.
Et un beau jour..... les voilA de l'autre
c6-6.... se moquant de votre credulitY.
Mais vous qui vous drapiez dans votre
fiertd de grand pa:riote honnate et intran-
sigeant, quand on ne vous claqaemure
pas, quand on ne vous envoie pas loger
sous six pieds de terre du co'6 de Gaillard,
sur le navire qui long la c6te lointaine
et terrible ot la misere vous attend, on
vous jette avec co!lre et l'on vous dit:
allez vous en !
Et alors... toute la chaine des misares
indnarrab!es, des deceptions, des trahi-
sons, des insultes, des avanies.....
Nos b-ns amis d'hier ramassent les miet-
tes et sucent les os que leur jette le pou-
voir.
UIs vous ont oubli6. Votre femme, vos
enfants Oh n'en parlez jamais. Ils se
compromettraient s'ils osiient un jour....
par curiosit6.... demander de vos nou-
velles.
L'exil est la grande cole.
Maitenant si, revenue au foyer, un ami
vous protege et dit : c'en est assez les
mecnes qui, hier se salissaientavec les autres
voudront trouver dr6le que vous ayez pu
avoir, vous aussi, de slides et hautes ami-
ti6s.
Alors ils commencent centre vous des
attaques sourdes, profondes et mortelles ;
la calornnie fait son chemin.
An fond ils ne vous pardonnent pas d'a-
voir su, pour empecher ce simpiternel
voyage vers la terre L.rangTre, conserver
'arniti6 des puissants du jour.
Vous avez tort : vous aurez du garder
votre attitude et vous fire dcrabouiller.
Qi'itnporte chers amis, soyons do c6.6
du manche
Is. V.
D6pa: ts
Hier est parti le steamer ePrins Willem I
avec ies passagers suivants a destination de:
St A-Carc : Leonce Chauvel, Mile Emilie
Cha',vel,Victor Duchatellier, Benoit Biron,
Board, Balthazar ,Noel, Elias Nahoume,
Jhon, Joseph Jean,Charles L0onard,Mlle E.
Leonard, Mile Catherine Add, Philippe
Narcisse, loseph Dbrivibre.
'New-York : Pere Paul Benoit, Georges
Besson, Mile Eva Besson, W. Pohlmann,
Pare Franqois Benier, W. Hepple, Antoi-
ne Nicoly, Fr6d.6ic Kraff, Marc Kraff,
E. Maurice.
**
Hier aussi est parti le steamer SARNIA
avec les passagers suivants A destination de:
Kingston : Mr et Mme C. Lyon Hall et
deux enfants J. I Desvernin, A. Matard,
J. Matard, Mile E. Thbard, Edw. A. Blan-
ton, A. Harren, Edg. Canis, Mr et Mine
Moraille et enfant.

H6tel Bellevue -
Le mieux situ6, le plus con-
fortable.- Champ-de-Mars.-
Cuisine renomm6e.- Vue sur la mer.


t
C
11
d
d


s
I


f
a



1


1 ,p C-~ I~LI-~ ~k ---CII 1 -31


- -r, -- I I C


POLIO IOQUE Rpiv CM i

Le President Sitmn n'est pas sorti du D L
hdme habituel de ses audiences. C'est en-E L
:ore aux crcurs haitiens, a leurs senti- Maison Haag F'rr
nents patriotiques qu'il s'est adress6, leur DTU A v
lemandant l'oubli du passe, l'abnegation R
les hlines que les violentes passions politi-
jues ont eu a susciter entire eux. It com- le 30 Mars 1909.
prend qu'il n'arrivera pas ficiiement a re- ^af D eo ate
liser ses r&ves sans les grandes conces- le a.rch -e cete date u23c
;ions necessaires qu'il ne cesse de recla- le marcs le mn tre emst rest pu
mer de partout vans l m6lheur arasme, quelater
Nous voudrious bien since.ement qu'il dvonsma heurenuseent related tos
Fat compris, que l'on n'allAt pas plus en pi viron i semaies.
avant dans la voice des dissensions et des tait mAne encore plus absolui
divisions nuisibles. A entendre plus d'un, re grave pdes P. T. T. ( poes
on voudrait croire que les grands pouvoirs graphqs et tWlphone) g6n4ralei
de lEtat sont entr6s dans un conflict irre- et partielle au Havre 11 faut esti
parrable et que tout accord 6tait absolu- 15 0/0 e ce qui a :ieu en tewrps
ment impossible entire ceUx qui ont ac- naire, e ouv t des lettre
tuellemcnt en mains les renes des affaires. le.rammes regus et exp6dibs,ete
Eh bien, non rien de la sorte n'existe. produisait-il des retards cons
Le cabinet n'a pas encore pris contact, bles dans I'acheminement decette
d'une facon positive avec le Parlement correspondence. Pendant queldqes
don't l'ouvertuie officielle n'a pas encore nous avon d !8 polarainsi direiso
lieu. Or done, l'tat de guerre que l'on reste d monle, et ii enest rOu
nous signal n'est pas; ce cri d'alarme conplet des afres
pousse si intempestivement est done de etal de choses lampntable, la qu
mauvais ton des Balkans, devenait de plusen
mauvais ton.
II eit ete plus sage d'attendre que le Ca- critique et a un moment donna ,os
binet tt le Parlement fussent en presence lait non seulement d 'une guerre
se tiraillant, dans le sens du bien, ou du table en re 1'Autriche et laSerbie,.
mal, avant de se prononcer sus le devoue- encore d une confl ration poss
ment de 'un et sur la mauvaise foi de enme probable en Europe. Dep'
l'autre. changement a eu lieu. Lattitd
C'eft Lt6 de l'impartialite hors de tout Anergique du gouvernement dell
doute. publiq'ie, qui a rcpous 4 les dew'
CAMILLE NdRt NUMA exagerfes des grpvis'es, a eu co
resultat que les P.T T. out repri
Tribune d in travail come d'habitude le 23c
Tribune du "1Matin" et ii est A csparer aujourd'huiqie,
Pour la P. C. S. au bon sens des grades puissa,
Enc nvisageant l'imperfectrbilit6 des choses danger d'une guerre sera ~Bart,
humaines, on est tent6 de ne jamais tarir les complications eventuelles
en compliments envers toute ceuvre d'uti- nef.tstes pour toite I'Europe, et
iit6 publique. Aussi n'hsirons-nous pas a 'our le monde entier. On
placer une note dans le concert de louan- cornme a peu pr6s certain mai
ges qui se faith autour de la P. C. S. C'est que le .i ltren-t austro-serbe sera
;u'ell- fait son chemin en depit des criail- pad-itlem-nt.
series des gens A courte-vue. sous la direc- Avec la confiancoe enaisoate,
-ion de l'acrif et intelligent Ing6nieur Tip- fairs de sP"ulation ont repri
entha .uer. ait et neous iscriivo.s comal
En tout point cette companies compose aujour't'hil
d'administrateurs de bonne fi, s'est cxcu Mi lM 4(0. -. Juiilt fI550, S.
t6e. bre fr 43 75 ) D^c.rnmbre fr 40
Martissant, Bizoton, Cirrefour, grice pri- tile une iiae hussede fr1,
elle, foit parties de la villi. Btenw6-, nous I d 'rtires cotes donnes.
poue:rns en moins de d.ux heures acre a l disponible est toujours-bin
LUogane ; 1 scra le rendcz-vous de plus n airellempnt en gande pa
de cinquante jeunes gens et pares de fa- 1', If.t du depart, car la conS
mille 6clairds. Is s'y rencontreront pour fu- uloit acheter sur la base ia p1
lionner au nom du progres, par I'Indus- t- dire sur celle do id 1
trie, dans la latte pour l'existence. Sur la 'l1! espeire toujours que eela
tigne dc L0ogane come partout oi la P. et cons:equemmr nt elle n'ac
C. S. s'affirme, se rencontrent des intelli- qu' lui fiut absolumenti.
fences de marque qui ont milit6 dans di- )our les cafs d'u li, apl t
vers camps poltiques et qui maintenant rests les crimes;, m Ais n con
n'ont e: ne peuvent avoir en vue que le In peu plus facilemren eLamCOt
bien-etre general. 1ion s'est port6e naturellem
N'est-ce pas que c'est par I'Industrie que calds bien soignes et p0ipr.es
i'on doit commencer pour faire taire les d'nvers nous eciven quil
passions et chasser chez plus d'un toute tater uno.meilleure dlisp0osii
vell6ite de foiles entreprises ? achoteurs Nous continou0n
En avant done, P. C. S. que la derande deviendra A
VERITAS. le letr Juillet, car a partirde
SRT-r-a rwasaB s- les grande rr-cttes a S1 l"l
Batreau central de la Recette inevitables,intflencceront C
et denla DQpense les course. ,a
Coton.-- Depuis noted
AVIS culaire, les prix pour le
D'ordre du chef du Departement des baiss et en mome testP
Finances le Bureau central de la Re- assez importantes de cotpW
cette et de la D~pense met en vente sent arrivdee. Malheureat8s
12.000 dollars pour le service du Re- coincidaient avec les fc
trait des Billets de 5 gourdes. constances politiques in r
Port-au-Prince 23 Avril 1909 terieures dont nous parlofl
J. G. PRESSOIR. et de ce tait, elles ont t.


I


L-







I- U-.mmww


6 pludtt mou. Aprs avoir trait quel-
aes petits lots- Saint-Marc A fr 62 -
a ,vendu un bloc de Gonaives eni
iponibIe et A livrer A fr 60 et en der.
r liedes qulantitBs considerable d,"
Siut-Mare et/ou G onaivrs a fr 01, dg.,-
sment en disponible et A liver Po,,r
9s autres provenances, il fut avoir
Sde moins, car a tort ou A raison,
I deux provenances ci-dessus jouissent
rane meilleure renommee que les an-
trs,en temps que merchandise A livrer.
SLiverpool on ne pale actuellement
irame pas la parity de fr 59.
Cuirs Importations : 113 Jdrdmie
c et avec appret; 57 Port-au-Prince
aC; 142 Cayes sees ; 100 Haiti sees
K sales sees.
Vente nulle.
Stock: 142 Cayes sees; 100 Hii i sees
talis sees; 304 Jdrdmie sees et avec
1et; 57 Port-au-Prince sees; 109
chez sees.
Tendance : Tr6s calme.
Camp6che. -- La demand s'amu-
ore un peu, mais les grands acheteurs
Snotre place ue sont pas encore dar;s
march. On nous demand des of-
Spour de la bonne merchandise,
prd et d'une forte raie, embarqiie-
nt Xvril/Mai, buches et racines.Nous
ulignons qu'il s';agit surlout de la
ualitd de la merchandise, et on nous
it prdvoir que I'un paierait des prix
; coos6quenc., e'est-A due fi 5,25 i
r5,40 Bfiches Poit-tle-Paix.
Miel. Les artivages trouvent
omptement acqu reurs entire fr 45 et
60, suivant la quailitd, fo t variable
i ce moment
Cacaos. Soutennis, mome fermes
per les types de quality supe~ieure ;
es qualiies basses sont retees inchian-
|6es.
Les course s''tablis-;ent selon merite :
Plantation, f, 63 it i6;Extra choix, fr 61
i62; B-aux choix, Ir 57,50 a ,9; Ordi-
naires, fr 53,50 ai 51.
Ventes totales eva'uhecs un miller
desacs.
Cire.- 168 Venies 16 '. A fr 1 6S.
Graine de coton. 13/15. Calme.


Dernibres D6p6ches

PARIS 22. Li conf6diratio g1 idra'e du
vail a incit6 tous les syn ic: s officials
Fr. e I f ( r lI tr Mai pir uie gr've
lgncraLe de 24 hcu`cs.
BRLIs 22. U:, dp5eihel de S.t!oniqu
it qte 15oo soldvrs Albinis tcrroristent
Idistrc d M :;. q.i'ls ont ud I ur
0lonel, !e ,nair:- de Il vIl!e et un grard
ombre d effiicrs apparta nant au parti''Jeu-
IT TrC "
D:s avis d'U-kublcca.lo:a'it6 si:ude A o I
tiles de S-loniq ie, dissent q e i dvolu-
11 se propag. d-ns d oute la partie nord
h Ma o:ne; que 8 000 Albanaiirar-
onurt surpris les petits corps d! trojpes
aeurant di s le pays et que les chrd:iens
V. fent ns !es consulars de G'ce et
See. Le conit6 Jeu2e Turc or
rase Corps de 'o.000 volontaires pour
62SSc I Insurrection.
CGN"TANTINOPLE 220 Le cabinet a si6
er pendat 4 heur s ; ils'estout spA-
"It e occap des n gociations engagees
Kts e u comme reprsentants du sultant
es mbres da co nii' de Union
trogr.eo
a dlaIsprincipales du Snitan sont:
'- intend sur le true come Sou-


'verain constitutionnel avec tousles pouvoirs
spirituels du Califat, une liste civil con-
venable et un certain nombre de g ranties
don't I'accord ne peut rencontrer .ancune
diffilcult6. De son c6t6, le comit d- I' 'U
nion et Progrs demand que Ic S-!tman
se soumctre sans conditions.
La Chambre d:s D: putes a examine hier
A huis close I'opportunit6 de son transfer i
San Stfino ; la majority s'y est mon're
disposee. On croit que la Chambre s'y r6u-
nira domain.
Les dquipages des navires de guerre ont
pr6t6 le serment de fid6lit6e la Constitu-
tion, r6clame par l'armee d'investissement.
La marine a maintenant recu I'ordre d'al-
ler fire des manoeuvres dans la Mediter-
ranie.
BEYROUTH ( Syrie ) 22.- Li situation
est critique A Alexandrie,ou des miliers de
personnel se sont refugiees. Les marines du
croise ir anglais Diantf font des patrouil-
les dans les rues. Le cuirass6 d'escadre an-
glais < Triumph a a remont6 la c6te jus-
qu'A Azss.
A Beilan, pres d'Alexandretta, la situa-
tion est desesperde ; Iladjin est menacee,
mais elle resiste encore. Les fanatiques
menacent aussi Marasch, mais il est diffi-
cile d'obtenir dcs nouvelles de cette ville.
MOMRAAIA (C6 e Oriental Affrique)22,-
Le p q'-itbo, ti'A'niral a bord duquel
se trouve Mr Theodore Roosevelt, est ar-
rive hi:r dins ce part. M. Roosevelt reste-
r.i deux jours A Mon.bits comme h6te du
gouverneur, M. Jackion.


Communique


Usine a Glace
DE
PORT-AU-PRINCE

L Ad'ministraiiion de 1 Usine A Glace
soucieuse tt des inlitits du Public,
et de ceux do son Etublissement, est
sur le point de presenter au Conseil
des S, criaires d Eta', tn project qui
rtguemeaiteria un f;s pour toutes le
prix de I Ia ,; o
Si It (:I),,.--ii Si ;': Itair s d E1at
jppiotJ i t;' | lpj' '. ii 'e omne1 Ira A
AuIeS no i I i .I 4 b;. Lle n'biler-
vena nl', alite to :lp!:a soinine de
bo-in- vo-o t .' o i d ',p' e de paI t et
d'auii o, I U-,rie sc vi rait dans la p&-
nibie nicessi 6 Jdartele' sa fabrica-
tton.

Avis commercial
Le public et le commerce soit avi-
s6s qu pendant I''absence de notre
sieur II C. Staude, Messieurs W.
Ilir-ch et E l1,mko sont charges con-
jointernent de notr, procuration.
Port an Prince 10 Avtil 1909
G. KEITEL'

Monopole de la vente
des compositions du
d6licat artiste
Ludovic Lamothe


Sa delicieuse vals lente Ang6le
Son gracieux pas des patineurs
Caprice.
Chaque exemplaire : P. 3
S'adresser a Mr Victor Mangones
Maison Jules Laville
93, Rue du Magasin de 1'Etat.
Port-au-Prince.


Avis C.ommercial


Mr Michel


ILJOV 1 I ER.
Prie sss 'm i bi -i iviilor!.
der leur-s uwi~iite-. ,rv antit rII
%d au 7 maii )C(oClI:ti:i
~ .~., % ~ ~ *Jb.. ) ~-
FranuA.- iselc
Fabricant d- .h~ '- '


La Manufacture
un grand stock,
gros el oiu dtaii,
tous g"ures po:lt


Ii


a toulaurs en itopci
* poiir 1 t, -!


HOmmES, FEUmES. ENAiENATS
Los conrntiides ieci 'vrulne!i~ a
de I'irterievr ptilr.,ont :ro ext.-utt.-us
dans une sea~aiul, A peu pa &
2-3, Rue dos F-a ots PcAt'I.
PORT- 4- PR~INCE ( HAITIl


Ferrari


GRANDE

PHIARMACIE INTERNATIONAL


Rue du


Magasin de


1'Etat

& Co.


GCi c C3UL.


La Grande PHAR ACIE INTERNATIONAL
a l'honneni It ':visetr e pul)'ic et ses,; nom imeux c ii qu'elle vient de re-
cevoil un grand ,ppr'ovisio,,r imel*e!it e (I drgueri,, et spcialites phartnaceu-
tique.i tant d'Etir' O,, que (l; 1i als- nis, qu'elle tient a leur disposition a
des prix excess: eriim-its avatitageux.



Pranls yaQlli ai es pour la Toil tte


Su, mo Reo-mm-nd6s pour t




1. SIxON, 69, rabo t St-mCYr AsPA ftm g uePfu6r le 6 litatlonm S6

adoacit I'lD)idermIe auquel elle
LA done une souplesse et un ve-

fum. Elle conserve l'6clat et la fratcheur du teint, car elle est souveraine
centre le hale, les piqQres d'insectes et les eruptions de la peau.
sans bismuth, invisible, adh6-
LA rente, impalpable, prparde
sp6cialement pour les person-
nos qui veulent avoir un telnt
trdprochable; son parfum dl6icat, son veloutd ont contribute A fair d'ello,
a Favorite des Poudres de Toilette.
A base do Crmne Simon,
Sprpar selon les princi
LE les plus scrupuleux de lhygi
poss6de A un certain dogr6
toutes lessqAis bic!i tai.ntes et prdservatrices do la Cr6me Simon ; il
est particaiieren-'nt recornmuande pour la Toilette des eofants et poor les,
dames doni la peau est delicate.
A.gence G6n6rale et D6p6t pour Haiti

A la IMetxropole
MASON JULES LAVILLI
93, RwB du Magi "d PMrtes, 98


ML C. L. Verret
Tailleur-Marchand
Donne avis A sa bienveillante clien-
tele que sa maison Noj7, Rue Traver-
si6re est toujours bien pourvue d'une
vari6t6 d'6toffes de la haute non-
ve.tute parisienne.
Q:_ALITt SUPIRIBURR COUPi ALiGANTU
TI'AVAIL SOIGNi. EXtCUTION PROMPTE-
Prix iris rdduits I
I t- r -II
PHOTOGRAPHIC
JH. M. DUPLESSY

Grand atelier de luxe
120 RUE DU CENTRE
Travaux de toutes sortes et de
toutes grandeur.
Reproductions-Agrandissements


!-rojri'taire IHiNECK


dwwwwww--


I


DIRDTF-1711 IHcl









Grand Rabais !

JAMESTOWN TERCENTE NIAL EXPOSITION (1907 )
HAS CONFER.P D A


Gold


Medal


-.p o#


Tannerie Conitinentale
DE PORT-AU-PRINCE
CHAUSSURES
CHEVREAU GLAC1E, pour hommes et dames P. 40. Enfants P. 8
VERNIS ECLIPSE L I 412 ( 10


COULEUR LOTUS
Pour la vente


GRAND PRIX


en gros 5 olo d'escompte.


HORS CONCOURSE


Rhum Barbancourt
Madailles d'or, Mention honorable, Membre du Jury, Grand
prix, Hors ooncours dans toutes les Expositions depuis
1881 jusqu'a 1907. ( Ancien et Nouveau Continents)
Madame Veuve BARBANCOURT, seule d6posi-
taire de la marque Rh3um Barbancourt et seule propri6-
taire des formulas qui ont fait obtenir au Rhuin Barban-
court les m6dailles d'or de tout[s les Expositions, a pris la suite
les affaires de feu son mari, et se tient la mnmehalle, sise 7, Rue
des C6sars, a la disposition de sa nombreuse clientele,
don't les commands seront ex6cutees avec la m6me soin que par
le pass.

J UHA -g -.---


Placf du Champ -de-Mars
P I RT-AU-PRIN C ( HAITI)
MIe Hermanee ALFRED, directrice
APPARTEMENTS PO R FAMILLE
DINEPRS--LU NC S.
Installation modernr st conforL.b!l --- B'ue sur la me.r. T~rmpraiur.,
Louce at r gulibre. Les Tragys d Ys I? I'-.Bies ioutes ks 7 Minute,
PROPRIT_ SPACIEUSE, S'OUV..A.NT SUR DEUX RUES
PROMlNADES JMRDIHS
Sacl s rd prison -Piuano.-G'ramopione.
Soj-mnries Electriques3


Table d'H ote


i~w "i :~ 4 2~~~sP~ k4T14r~9 ~


Chez Ap. Cipolin JULIEN FLORUS
z App. Cipoli Anctiern ve de la 26e Compagnie
d'ouvriers d'Artillerie( Lorient )
155 Rue Rdpublicaine en face de Mr Se tient A la disposition du public
E. Robelin pour tous travaux de FORGE, et d'A-
JUSTAGE, de REPARATION de coffre-
Viennent d'arriver par dernier va- forts etc. etc. A de bonnes conditions.
Rue de la R6volution No 19
peur: Vis-a-vis de la Chambre des Dtputis
Pate de foie gras. Saucisses trufides.===
Pigeon aux pois. Tapioca. Choucroute. Buss et Buggy A louer par heure
Asperges etc. Fruits cristalises par li- pour courses on ville, promenade A
vre et par flacon. Prune d'entes. Vins la champagne A P6tion-Ville. etc.
rouge et blanc. Oporto. Malaga. Ver- S'adcesser au No 156 Rue du Maga-
mouth. Cognac. Champagne. I sin de l'Etat en face de la Glacilre.


A VELE-GANCE
CORDOINNLRIE

41, P 'eC des Fronts-Forts.
CHAussURES. N pkP(,T,POTUR LA VENTI
Promptitude et soin aux comman-
des, trart ici queon proviiitco
CGh:..ssmros d* Dara rr tl -e at tra-
yri1 o ttors tout c&- quYii y X de plus
loU UYCZ:. %
Former am6ricai no et iran~aise pour
Messieurs ; 16gantes et commodes
Pourles onfants le plusA l'aise.
Travail solide exrcut6 avec
das pea-am de premi~sreamarque.
Axsurkance d grand rabals.
FAtti zCiraqwo et Lf*~dq~ui&s

Cord onuerie Nouvelle


L I. PETOIA
'Ua3, GRAND'RJ%. 143
PDORT-AU-PRINCE
GaAUSSBURA YIN TOUS GININS
S; Di' 6', POUR LAY VURNTI
M.W Q ROU tT DiTAIL.
VXxcut1on pronaptG dex
i t~rnt Iot qul'en
Province,.
Formes A hommas ; lt4gantes ot ra-
tionnefles.
Cbhaus!v:nes de .darws ( De3rni~re mo-
dr e.Pc,,-A-is ) et Le plus commode
chdrucsuras pour anfants confection-
nuos av esr FPeaux de outer nuances
d'pza s;olcti-o-n et dur6e irrgprocha.
bles, 5 cs prix apr vantagoux.
Clrages, $p.tLe et liquldes
g~b~ d~r~*B~4SA 0* ~bSd2N W~CaOft


A. de


Matt6is &


Co


Maison fondue en 1888.


Derniers articles re is
Parfarneie Houbigant; Ro-
yal Houbigant; Fougbre Royal ; Par-
fum Ideal; Savon, Poudre ; etc. etc.
Coffrets de parfumerie tres 61egants.
Parfum renomm6 Astris; Lotion, Tri-
copherous.
Lampes, Fouets et Chamois
pour buggy et buss.
Argenterie de luxe, Bibelots
Moustiquaires, Brosses, Pipes, Fumes-
cigarettes, Cravates, Maroquinerie de
toutes qualit6s.
La Maison a toujours un grand as-
sortiment de Bijouterie, d'Argenterie,
de Diamant, A la disposition du public
en g6n6ral et a la port6e de toutes
les bourses.
Ateliers d'Horlogerie et de
Bijouterie : Gravures, Confection
sur command.
Achat de vieil or et viet argent,-
diamant et pierres prdcieuses des prix
avantageux.
ACHAT D'ACAILL.S DI CRIT
Prix exoeptionnel


Des g8lx et des ore

Pour l'dification des personnel
lades de ces organs. la listed
sons donne les noms des affectionsn
yeux et des oreilles, traitdes
avantageusement, de i'avis desa
cialistes mo lernes les plus en
norn en Europe et on Amdrique
I'application de l'Electricit6 (tec
que et appareils sp6ciaux) que
tout autre moyen therapeutiques
medication locale par des colhi
lavage, irrigation, pommade,
cauterisation aux sels d'argents
rification et autre operation as
glante.
Des yeux : Conjonctivite granun
( granulation ), Conjonctivite chrm
que,kystes et autres tumeurs dese
pibres, trichiase partielle, larmw
ment, r6trecissement des canal
spasme ( tic ) ptosis, opacit6 de
corn6e, ulc6res de la cornke,iri.
adherences, 4pisclerite, k6ratite,a
taracte molle, retinite, neurorA
hyperesthb&ie retinienne, h6morrh4
r6tinienne r6cente, atrophie duw
optique, n6vralgie oculaire, doull
oculaire suite d'op6ration chiru
cale, d6faut d'accommodationvisd
( asth6nopie, amblyopie, presbyi
rdcente, amaurose, glaucomechlr
bue.
Des oreilles : Surdit6 cause
inflammation chronique de 'ord
moyenne, adherences des osseld
polypes,hypertrophie et catarrhe'6l
nique des muqueuses, et du tymn
retr6cissements des tubes d'Eusta
Chacune de ces conditions pou
Scauser la surdite, celle-ci est cet
Squad ces conditions le sont. Surd
* nerveuse, et. celle qui fait suite
Maladies, fievre typho'de, cdrO
* spinale, et dipht.rie.


Cabinet d'Electrothlrapie du D
teur C. GAVEAU
Mddecin et Chirurgien de 'Univeri
Harvard
128 Rue du Centre.
CONSULTATIONS, TRAITEMENTS, j
moddr6s.


de 7 a 10A
( 2 u 4P


M.il
M.


Maison F. BRUNOS
195 GRAND'JKUE 19
Dirigibe par

La. H8~ueL
Animct wwmbr s ;a SfI6I P'
threpique dax toazi lvr-vs j 47I
Vient do recevoir un grand chQI
tcffes diagonale, casimir alpaca, t
to, cheviote pour de-iI -tCc, ROO
JOe particuliremlet sai lI
eflfe collection do cOWps do
Je gilets do fantlisiO ,t ddoP
touto beaut6,
Sp60iaAit6 de -00t8tiuesM
cog.- Coupes Fransgessy
Amiricaino do is dernibre
La maison confectiOl ausId'll
tums meto ilitairess 12mb
dolmanszn, tuWiqLeq, e bl,
r"e. Gta *to) do tow 91,Y


C-1IP sUlllgI~-~aCIIL~YI~"IB~J~L~'L~ 1 L I)