<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00600
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: April 17, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00600

Full Text




Troisilme Anndes Nn 616


PORT-AU-PRINCE ( HAITI


Somedi, 17 Avril 1909.


j


Arthur Isidore,
ADMINISTRATBUR


J


OUOTIDIEN


Camille Ndr6 Numa
RkDACTIUR IN CHa


Aboflemelts:


poRT-AU-PRINCF

DtPARTEMENTS

STRAMER .......


Uw MOIS.
TRois Movt
Ux Mois.
Txois Mois
Taois Moix.


G.


CL


DIRECTEUR-FONDATEUR


2.00
5.00


8.00
8.OO


C16ment Magloiro

DIRECTION-REP DACTION-ADMJNISTRA.TI-fON
45o R]ta xroI, 4S.


Lea almancimezt pait~- iJ iJ aret dU 15 dg chaqus
moi- ct wrao payrbies d'A-Aru
Lok-i a:6ii 4 i x:O on non nasl uretpaa iresadu


-..... Roam._ -. 1 --


Histoire d'Haiti

A L'USAGE DES ADULTS
LIVRE III
Violence et repr6sailles
XI
Dans la nuit qui suivit les ravages que ,, disait, elle aussi: Soldats,..
pue n us avons vu commettre a Port- ne vous 6cartez jamais, durant cette
le-Paix, Rebecca se trouvait sur l'ha- champagne, des principles de subordi-
3itation Paillet, A deux lieues du nation et de discipline qui constituent
rrois-Pavillons, et 1A il fut attaqu6 par le vrai militaire : respec'ez les pro-
les forces superieures sous les ordres pri6t6s des cultivateurs, respected
le Remain. cells de tons les citoyens, de tous
II reQoit pendant 'action une balle vos freres : les propridtds de Christo-
klacuisse et tombe parmi les morts, phe seront lhs v6tres.... )
andis que le rest de sa petite troupe C'est ver cette 6poque of nout
se save dans les mo-tagnes. sommes, mai 1807, qu'il faut placer
a d le meurtre d'un de ses officerss de
Romain ordonne de le chercher au service par Christophe Quoique ce
0ombre des victims, afin, eut-6tre, nmeurtre fuit involontaire, it met en re-
le se payer la gloire d'oflrir A Chris- lief'le genre de violence qui carace-
Dphe une si important capture. I1 risait le temperament de Christophe
at trouv6 par Toussaint Boufflet et Bazai venait d'enlever Gonaives
vo'duit, ou plut6t train devant Ro- Bazelais venait d'enleer aGns les
nain. a Magny, qui dft se refugitr dans Ies
environs avec sa troupe, et qui s'em-
11 invectiva celui-ci avec la plus press de notifier la malheureuse
irandev6h6mence,sans manager dans nouvelle au president du Nord.
0on language la personnel de Christo- Christophe etait malade, quand un
e. Roain ordonn sa mise A mort Chrisophe iait malade, uad n
oet blRemai ordonne sa mise a mort, aide-de-camp de Magny entra dans sa
ut b!ess6 qu'il est, et sa lte est chamber, introduit par Saint Georges,
ranch6e par un sapeur, qui l'apporte chamber, introduit par Saint Georges
main. Ceuiciun sapexp, qui 'apporte officer de service; en apprenant !a
phe, qui la fait planter ade bout d'une rise des Gonaives, ii saisit un de sds
eque et exposer triomphalement ane pistolets et le d6charga dans 1linten-
Pavill ns. omhalemen tion da tuer l'aide de-camp ; la ball
atteignit Saint-Georges qui mourut
N P peu apr6s. C 6tait notifier cruellement
Nous avons vu saccager Pt-de-Paix Mag l'ordre de reprendre cette
suant par les troupes de Rebecca Ma orrvie.nyorrepend cee
"epar cellEs de Christophe ; les en- Ville.
Irons nefurent pas plus 6pargn(s. a On raconte que quelques jours
run ordre de Christophe d'aller A ensuite de cet assassinate, il appeia
a Rabel et au M61e avec ses trou- Saint-Georges; personne n'osa lui dire
es rallier de gr6 ou de force los po qu'il I'avait tu: force de s'avouer .
ulations 6parses Roemain saccagea lui-m6me ce crime odieux, il feigit de
Sales leux par ol il pass, tandis plaindre le sort de cet oficier auquel
uie de leur c6tl, Toussaint Br ve et it avait paru ti6-attach.
samial Besse en fhisaient autant dans Gonaives fut d'ailleur reprise par,
oustiques. Magny, car los soldats de la Rlpub!i-,
ZCt ps sl que de l'Ojest nrgligerent d'employet'
Christophe ne ft pas seu a exciter leur ardeur contre les forces du
Ode ase soldats par la promesse Nord en la conservant toute pour ra-
SPlage des propr.i6s enemies : liser les processes de pillage conte-1
S1roclamatio de P6tion, du 22 nues dans la proclamation de Pdtior,.
tird U, 6 mise a pour enflammer En effet, dit Ardouin: il cait sans
ear des troupes de la R6publi- doute difficile de d6fendre la ville des


Gonaives ouverte du c6t6 do la terre;
it eut fallut improviser des ouvfages
qu'un ingenieur elt traces, dars la
prevoyance que les forces du Norui ;r-
riveraient incessamment pour I atta
quer ; mais c'est ce don't o:n .s'oc.c"pe I
moins.
Les magasins de l'Etat 'tannt rem-
plis de coton et de caf6, les soli;ts
fureat plut6t employs A les porter a.
bord des batiments qu'a consttuire
des fortifications. R. Sutherland (1)
payait largement ce travail, les cli :f
l'ordonnaient pour leur propire compete
chacun, a leur exemp'e, officers, sol-
dats, matelots. tAchait de faire son loL
Des maisons avaient -td alban-
donndes par d s habitants qui s'-'nfui-
rent dans Ia campaign ; leurs' obl:-tts
mobiliers furent enleve6., d-3 mei&e
que les denr6es trouvdes dais le
magasins particuliers : cc fut ua, wrai
pillage. "
C'est dans ces circoan.-ances qlut
mardame Dessalines, qui habitat j is-
que 'a G(onaives alla r6sider au (>p.
Au moment de l'dvacuation de la viil.
par Magoy, celui-ci i'en av.it fait s) -
iir et accompagner au Ctp. Lois du
pillage, ses meubles furent enleves :
on eat la presence d esprif de lez; t:1:
nmettre a Pot't-au-Prinlce P6tion, qui
" ordonna qu'ils fussent places dans
la maison de o llndpendance o 'i
" on les conserve longtemps, dans
t'espoir que cette respectable femme
eot pu en jouir.
AUGUSTE MAG LOIRFI


De 1'Etiologie et de
1'6volution de la Tu-
berculose pulmonaire


a -


pint de vue de 1'H-ygi-ne


Le milt'arismne 'autre part, qu,{
nous visons plus spe.ia!enent dan's
cette etu.de, fojrnit soa con'inge;it d e
tuberculeux. L'on se dlemanlo co'n-
1 ment un m4tier aussi actif, a,.-i
q sain,exigeant des exercises phy:siqu;a,
I) Negociant anglais qui avait accepted .Ba-
zelais a bord du a Lord Duneau ,, navire a
sa consignation qu'il avait mis A la disposi-
de Pdtion.


, :onIinuel.s pout-il favoriser la tuber-
colose.eo
ic'.st surt ,uit a la caserne, o't l'on
ignore l-s p.:cceptes de 1'hygiene que
I: tLuberctilose faith Jdo rapides progress.
L', le mililaire est privd de soins ; ce
n'est pas :ommne chez lui, oCi il a les
sOins (!e framille, oil il se nourrit d'ali-
mients saiins et substantiels, oCt il trou-
ve un habitat propre et commode. Le
maiYs dessdch., boucan6, la vulgaire
c:issave, quelques ncmuds de canne A
sru;i, tels sont ordinairement les pro-
duits alinintiaies don't il fait usage
ipeinla.lt le- longs mois de sa garnison.
A.joutcz a cela que par sos habitudes
(tdr:giies, cc n'est jamais a une heure
fix~e qc'ii s'alimeite. I prend de pr6f6-
ItIeCe, Idu matin an Poir, ses coups
dl':bsilth:l rciouvelds qui l'affaiblis-
seni. saits; qu'il s'en doute.C'est ici l'oc-
c isioIn (l, lire qu'il est temps que le
serviteur de la Patrie apprenne A firee
sa inarmn:te i l des heuros ddtermindes,
hi;in, !a casernoe meme, cornme cela se
pr;itiiue l dans les pays civilises.
li proiet. du corps ot la lessive
;es vttemieits da soldat sont tris ne-
gi"es-. L'antisepsie des appartements
,qu'il habite cst nulle.
Nq vous e-t il jamais arrived de pdn6-
tier (idan.s e -C ctlamlbrdes dtroites, od
1'o1 vit unre agglomdration d'hommes
mral vctu, ucochEis sur des haillons
en loes; ou S ti dos nattes malpro-
prcs. (jaand on y p6entre, on se sent
subitemnict 6eitufler par I'odeur empes-
te- quii s'y d16g:ge. I.es fenetres de ces
logemients sot rtgulierement fermdes,
d, s;orto que l';ir e~it loujours confine
et conltamrnment vicie.
(Conrmint vent-on que nos soldats
r'espJr fet co(venablement? Tous ceO
jholrnles aolt condamnes indubitable-
nent a s'ernmoisonner par las produits
impurs d'exct:tion pulmonaire en
respirant ce qu'ils ont expire.
I e Dr Ch. Sabourin, de Paris, nous
dclaire A ce point de vue : a Entrez.
Sdit-il, le mating dans la chambre 4
a coucher la plus vaste et la plus lu-
Sxucuse; la miieux entretenue ofi deux
p a.poux ont pss6 la nuit, les portes et
Sles fenretres fetrnmes, ce seront si Ion
a veut les personnel les plus soigneu-
a sos de leur corps, vous serez tout de
a suite itcommolo par l'odeur sp6ciale
" dite de renferme, odeur un pen pu-
" tride pour une narine exercee."


---- IL I I II I 1 C I~ 'r -~--- -C ----- I 1 IIII -L~T.-~C-LIIIPI-~Ps~LiL YI-e~- --~I


~~~~ysps- bllliT-~81(4-~s121!


~Ri~BJDh~r-C~r~













VoilA la question envisag6e A un
point :de vue, exaininons-la sous un
autre.
*
Le soldat lhaitien a besoin ('un peu
plus d'attention de ses chefs. II lui
taut connaitre l'llygi6ne, et c'est A ses
superieurs a la lui apprendre et a la
lui fire observer. Lorsque revonu d'-
iiue longue course, la carabine sur l'd-
paule, it rentre A son caitonnezient, il
doit se per;ntlnir i,:iitcre les causes pr6-
lisposatites aux maladies inlihrentes a
son metier.
Durant ses ennuy;'uses heurcs do
faction "pour le qui vive", le3 militaire
est exposeaux intemp6ries de la saison.
Au jour de fete ou de parade, lorsqu'il
a achev- -a tournde en ville, son) un
soleil bruilant, ii ronmp'a'l e son dolmrin
do gros drap, ou de colon epais et
chaud, par une veste d'6toffe 14g6re,
souvent en latnbeaux. Fatigu6, tiarasse,
it s'6tendt sur la terrc froide A l'ombre
d'un arbre, ou sous une galrie ; il sur
vient alors, ou une bronchite, ou une
pneumonlie, ou une pleurdsie qui sont
aut;init dte causes dians uit organisme af-
faibli, f',vi!itant l'6tabl.seine ent de 'in-
fection tiberculeuse. Qua de fois ne
nous a-t-il dudiit de constater que,
A peine a-t-il pris une bouch6e, au
sortir d'uu enterremetit, qu'il lui est
commander dce sortiir pour la rondo de
nuit, merchant tete decouverte, pieds
nus, en corps de chemise par un
temps frais et A travers les rues humi-
des apr6s la pluie ?
Le mode d'habillement de 1'Armee
Haitienne est d6fectueux sous tous les
rapports ; il est bas6 sur un systhme
tr6s contiaire a l'h\,giene et par conse-
quent mauvais. Les costumes lourds et
chauds ne convienrient guere aux tro-
picaux, et si nous considerons qu'il est
dangereux pour les bo.lrgeois de s'en
servir A pius forte raison ces v6tements
nt peuvent pas conrvenir aux soldats qui
restent des heures enti6res sous les ar-
ues. Ensuite les costumes militaires
n'ont pus do numrro d'ordre.
Dipuis quelques annees ii existe un
d6p6t de 'costuines militaires speciale-
ment dostin6s aux troupes qui viennent
en ga:rnison A la capital.
Les medecins de 1'Armde n'ignorent
pas que ces v6tements 6toffds sont em-
ball6s, tout humides de sueurs, et d6-
pos6s au magasin de la caserne. Cepen-
dant ne vaudrait-il pas mieux les sou-
mettro a action asptiique de notre so-
leil tropical, ce qui est deji un bon
mI yel d'abssai aisse ment.
*
Ce que nous venons de dire pour la
caserne, nous ponvons le dire aussi
pour la prison. Entrons un peu dans
les cachots tristes et sombres de nos
maisons d'arret : nous les trouvons hu-
mides, mal a6r6s, non ensoleillds.C'est
par une petite fenatre grille qu'un peu
d'air y pdnetre.
Le pauvre soldat qu'on envoie dans
ces cellules ddgoutantes est vite oublid ;
il ne trouve personnel pour lui apporter
un morceau de pain, souvent il reste
des jours sans ration, sans nourriture,
vivant dans une atmosphere corrompue
ou des milliers de phtisiques ont du
subir la punition militaire.
Le militaire devenu tuberculeux est
une source de contagion pour ses amis.
II les hacillisera en se servant des
memes couverts, mangeant ensemble
dans le meme plat,buvant dans le meme
gobelet, fumant la mmee pipe, se cou-
chant dans la meme chambrette.


c~~~~~ ~ ~ 1 --1- -ILI~-~T -


Ce ser lorsque la maladie n'arrivera
qu'A sa p6riode ultime que le phtisique
sentira la n6cessit6 de se rendre A
l'h6pital, pour y mourir certainement,
apr6s avoir empoisonn6 ses amis des
products de ses poumons.
Ses chefs hidrarchiques qui trop sou-
vent le garden sous les drapeaux, mal-
gr6 ses souffrances ne songeront a 1'en-
voyer A l'h6pital ou le re!ourner dans
sa famille que lorsque la maladie aura
atteint sa phase la plus grave.
A 1'h6pital militaire Saint-Alexis.tous
les tuberculenx internAs A lasalle D4sert
sont vous a la mort. IUs n'auront ja-
mais de sonlagement pour la bonne
raison qa'ils n'ont pas une nourriture
subtantielle et rdparatrice, et en olus,
par le defaut de moyens prophyllac-
tiques.
La nolurriture de ces tristes mori-
bonds consist le martin en une soupe
blanche, le midi en une assiett6e de pois
rouges, de bananes, de mais; le soir
ils prennent le Ith comme les anglais,
et dire que la bonne suralimentation
comprend d'autres mets plus nutritifs,
non encore en usage A l'h6nital Saint-
Alexis, malgrd les sacrifices de l'Etat.
Dr JUSTIN VIARD.


LA CHAMBRE

Comme nous l'avions pr6vu, la reunion
d'hier, a la chambre des deput&s, n'a pas
eu de resuhlat.
Le ddpat~ Mombeleur, A son fauteuil de
President provisoire, ayant ses deux secrd-
taires a ses c6tes, Ernst Ewald et Pierre
Pinede fait procdder a l'appel nominal qui
n'accuse qu'une presence de 55 dput6s
dans l'enceinte. On est oblige encore de
se separer, faute de majority avec espoir
toutefois de travailler lundi prochain.
On compete beaucoup sur l'arrivie pro-
chaine d'un navire du gouvernement ac-
tuellement dans le Nord, qui nous amene-
rait quelques d6putes en retard.
II va sans dire que l'on est plus ou moins
impatient de voir les chambres se consti-
tuer en presence des grands projects que
l'on aura A y discuter dans 1'interet de la
Republique. On est cependant convain-
cu que la semaine prochaine sera la der-
niere semaine de l'attente, de l'ind6cision.
REPORTER.





RENSKEIGNEMENTS
MTEOROLOGIQUES
ObseTrvatoire
DU
SEMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL


VENDREDI 16 AVRIL 1909


Baromatre a midi


763, m=/mX


Temperature minimum 21,8
maximum 32 ,6
Moyenne diurne de la temperature 26 ,9
Ciel clair dans la matinee et assez nua-
geux dans l'apres midi. Brise de mer rd-
guli.re. Eclairs A 9 h. du soir. Barometre
constant.
J. SCHIRERR


Tournee a-inspecLuo.wi
M M. Charles Dehoux et Chavineau
Durocher, ing6nieors-agronomes, paitent
en tournee d'inspection,le premier, pour
le'departement de 'Artibonite, le second
pour l'arrondissemenrde L6ogTae.
Ils sont envoys par le DIp rcrmenV' de
1'Agriculture, qui veut se rendre compete
de l'ktat des jardins, routes et chimps.I
D6partem6nt des Finances
Prenant en just consideration l'opinion
-il: -.. cfti;., 1 n.Dn-rtvrnent des


co que le remboursement alt
dans une p6riode variant entree
cinq et trente arns.
11 y a lieu den reparler lundi.
CAMILLE NtRt NUml


Tribune du atgia

Appel patriotique aux d6pu
M,:s chers Col1 gues,


ise par t, ------
Finances vient de passer des instructions D'apis la Cosits'ution et n
an Directeur general des Postes l'invitant mtnts ineriieurs, nous .urionsda
A fixer la vente des timbres pour lemtrcs A coris'iAuer le icr t:indi d'Avril afinde
l'exterieur aux taux de 3oo o0 mer 1'Assemb.6e national.
II nous a suffi de s;gnaler une anoma- iMaiheureusement, i'absencedeque
lie prejudiciable aux inteiets des contri- deputts A la capita!e nous avait em
buables pourqu- satstaction nous soit ac- de former notre bureau pour tntamtf
cordds. travaux prdliminaires. Cependant, le
I est de notre devoir de rcmercier le tre d'injCiipionu colripore 66 depuih
Departement des Finances, au nom du qui cci:itue .a nri:jortie cette e r.
commerce, au nom do public. Q.u't t ce docc qui vous retient?
M-iriages de la ngligence ? -- Ce n'est pasp
ble, ie vt. u c.:n:.,is trop patriots, I
Nous enregistrons avec plaisir le maa- grands int6rejs ,iI pays sont en prk!
riage de notre excellent a'ni Mr I)ENNERY et i ci.La t av c linpatitr.ce dcssoli"
DijOIE avec Mine CiLINE POMMAYRAC. juscs t qitib.s-s d: vos sages d6l
tions.
**
Mr OLIVIER ST CLOUD, secr6taire de Le G.ou'rn,, cn. a basoin assidei
la Ligation d'Hai.i A Paris, au moment de pricictux corco r: :; r I'aider dans a
prendre cong6 nous a fait part de son ma- che conbic1- diIfi'ile. Vous le savtztm
riage avec Mme EUGi'.E DAMAS. MLossic-uiS.
Nos compliments. J- vomus p- rcrais dontc, chers coUigu
I ne ::1- n.:i r,inpr ;, vitre nnc, lunndimv


POL1TIQUE


t~LI~ I-%LUlrIC I UILC IYUYI Y"
foruuia-ion de no!rc bureau definitif,
A la patrie.


Le dcoyen d'ag.-


MOMBoLUi.,


Concoit-on qu'un gouvernement -
puisse etre stable, solid, en dehors .
d'une administration honnete, rtsgu-
ierue ; d'institution de ci6dit inispirant A"l|'i? iDfllM
confinnce et appel6e A etre un puis-
sant auxiliaire pour 1'E'at, au moment
des grandes crises possibles ? v--. ., Dches
Non Le gouvernement actuel corn- -. l-.r p
prend qu'il doit, pour t!re'sfic de sa -
stabilit6, r6organiser administration! CONTANTIOPLE 13 (oi )r- Li oi
publiquit,reprcndre lesrelations inter-d d ~ d ordres a 6 un ordre donwn
compues entire la Banque et l'E'atha- sold s d'avoir A obeir a leurs office
tien avec, naturellement, une revision ute crccostarce, meme s'ils sonti
du (ontrat amenant, pour les d.ux I1s A tirer sur leurs correligionno
parties contractantes, de nouvelles Tou d'bord les mutins ont fails
obligations qui ne 16seraient en rien t rs tous orficrs faisant pan10
leurs intre6ts; et, donner une garantie commit d-e 'Uniou et Progr ; seals
rdelle a notre circulation monataire, qu s diachcnien1s de troupes o0ot
la mettant hours des preuves du i prs par a ia manifestation .-Cesd
change,. ments qui apper:iennet a la cavaleit,
Nous pouvons dire que ces points 6ti ,mases an minist&re de la gucarr
essentiels du programme finaini'ier on.: rcc i'or(,re de tirer sur toute
du gouvernement ne serort Ias ab uil- SOMUe a ,prcha: t do minist&re et o I
donn es, quils resteront l'objet des ou bless un certain nombre de pe
constants efforts de tous ceux qui tra- au covers de la journee.
vaillent actuellemeut A sauver la R6- Les d'us t o 6L escorts all
publique. bre afin qu'lls puisset voter satire
D'ailleurs, il y a lieu de remarquer tion de ia formation du nouveau
combien la confiance est revenue et et procedar a l'edection d'on
combien les affaires semblent pren- president ; mais etant donn les ft
dre de nouvelles impulsions. E-les le PAques, il a etd itpossibe de f
)rendront davantage avec la baisse quorum. ,
du change qui s',ccentue de jour ec Le brit court queRefik lch a,
jour et que pir:ipiteront, d'une faco- de la miurine est b'ess~, et que le
definitive, les measures du gouverne- de la guerre a d'e f.it prisonairI'
ment qui va aviser au moyen de re- mutins.
traiter, dans un laps de temps plus Le cabinet s'est rduni ce matift,
on moins court, le paper monnaie en une oongure discussion, les tini~
circulation : C'est lea ddsir personnel, envoy leur ddmission.
un reve cher au president de la R6- Au palais on p.ocede ce soir I
puplique. tion d'un nouveau minister.
Quant A la conversion de la Dette TOULON I(Soir).-- CDe
publique A laquelle le Ministre des fi- Parlement qui font parties de la
nuances accord un intdret capital, sion d'enquece, ont visit cet SP
qu'il vent croire avoir scrupuleuse- l'arsenal. .-,ie
ment 6tudide, elle se fera de fagon & MADRID 13.- Le Cabinet a











iivelent, que la flotte espagnole sera
rcconstruite C'est aux chantiers angles
qe osera oi e soin de construire l-s
bavires espagnols. Mon
ARICA(Chili) 3- M. Pedro Monhier
president du Chili, est arrrvO ici hier ~
board do croiser-cuirass Ohiggans "
srordt do croiseur" Blanco Encalad,"-
~sprtsident est accompagne d'une suite
'environ o personnel, don't hs memb es
,n Cabinet, des d6putes et des snae:urs
te president a dlbarq"a 6 midi. Les chi
liens et les rangers demeurant dans Icrtse
ille, lui ont faith une magnifique r6ccp-
iil6. 11 est ensuite part pour Taona.
CONTANTINOPLE 14-- L'61 6ent con-
rateur et religieux des Vieux Turcs pa-
nitavoir prisla direction du Gouvere-
ient. Le comity Union et Progrns" du
)Iti feunes Turcs" est sans autorit6 et
lasieurs de ses membres ont disparu de
1 sdoe.
ene R;zia, le president de la chambre
rt plusieurs autres membres proe minents
da part des Jeunes Turcs" se sont
enfuis
,onf-irm6 ent aux demiandes des re-
eIle, Ismnael Kemal a eat t lu president
e la Chambre ; mais seulement 6o dtp,;-
?etaient presents A la stance. Yaver Pa-
:ha a t nomm6 au commandement doz
premier corps d'arm6e. en r emn 'ct mn n t
EMad Pacha, qui a t6 ieuvoye.
Les membres du cabinet ont pris la di-
ection de leur nministres respectits apites
oelecture fat faite d'une proclamation
Iperiale prescrivant I'observ..tion des lois
hen et Lespar de la Constitution.
BERLIN. 14.- Le correspondent A Cons-
otinople du Vossische Zeitung" t"16-
raphie que les garnisons dans I'Al!bneni
0t trs surrexitees et que des complots
at i dicouverts A A'ep, Darnas, U-k b
t DDbra.
LONDRE 14-- Des t'!lgrammes de sou:-
t prive annoncent que I'ordre a 6et reta-
li a Constantinople.
PARIS 15. Rente : 97 50.
A la sui e d'un mot d'ordre donned par
ds membres de la conftddration generale
u travail, tous, les ouvriers de Meru font
ijourd'hui greve g6&arale de 24 heures.
MEXICO 14.- De graves disordres se
nt prodaits samiedi dernier dans un
fp de mineurs A Coahuila. Oa pritrnd
'ils ont etd suscites par le p re !Ramon
'alenzuela, qui est en ce moment A i'ho-
ital morel ement bless?. Quatorze mneu-
trs ont et6 6xecu:-s et un grand nombre
fauwres emplisonn6s.


Avis Commercial


. Mr Michel Ferrari
BLJOUTIER.





ianquenatonae d'aili

Conformrment aux instructions du
ecrntaire d'Etat des Finances, la
ranqe Nationaleo 'fiii a l'honneur
informer les p rteurs de Bons d Em-
Iunts du Gouvernement d'Haiti
iprs Peuvntr A partir de ce jour,
epresenter 4 ses guichets pour Lou
her une 23a r partition p
ai 6/o 0 int du Gouvernemant
r M 31 Mars 1909. d F6-
Bond runtsdu Gouvernement


d'Haiti, 3o/o-1/2o/o- intdrets du ler Fd-
vrier au 31 Mars 1909.
Contre recu et sur presentation des
bons.
Avis
ASS EMBLEM E GC NnIERALE ORDINAIRE
I.M.M le acti : naires sont coivo-
q'ues en a-sernh Ie G6n6rale Ordi-
naire por'. le 7 Juin pro-hain a 3
heaures d,( relev6e, au SiBgq Social,
66, rue l1- la Chauss4e d'Antin, A
Paris ( art 35 des statuss)
L'Assetnb'e GAnerale se compose
de tous les Actionnaires pr6priitaires
de 10 Actions au moins"( art 33 des
status ). Conformnment t l'article 33
des status, les titres deviont etre de-
pos6s trente jours, au moins, avant
la'date de la reunion, A la Societe
G6enrale de Ccedit Industriel et Com-
mercial, 66, rue de la Victoire, A Paris
et a la Banque A Port-au Prince.
Contre le 'ddp6t de leurs titres, MM.
les actionnaires recevront une carte
d'admission a l'Assemblee.
Port-au-Prince, le 10 Avril 1909"

Chez App. Cipolin
155 Ru, Rdfptblicaine en face de Mr
E. Robelin
Vieneno~ii d'arriver par dernier va-
p*-ur :
Ia!6 dte foie gras. Saucisses trufiees.
Pigcon aux pois. Tapioca. Choucroute.
Asperges eic. Fruits cristalis6s par li-
vre et par flacon. Prune d'entes. Vins
rouge et blanc. Oporto. Malaga. Ver-
mouth. Cognac. Champagne.
.. .. .......... .n.... .. _uns~a~


Fran ci sco


DESUSE


F'~tbn.Lkn d-,cf chaussurws
T.3 Mn&cue a toujours en ddp6t
ii3 grand stcck, pour la venta en
~Zr~S en9 d~,taid, de chaussures en
Lous ge-rms pour-
flomsmlx, F-t4IX-vES, ENFALNTS
h-~s com Oau es des coiniinorcants
Ic ~iunt.4rieur p.-urnoat Lre 'extcuteos
daris ine savapic A pou pri~s.
23, Rue d-.s Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PaiNCZ (HAITI)

Verret


tUJe quo
si!re 6
ytaricite


Ta iller-March-andc
ie avis A s. bienveillante cliet-
e sa maieon No 7, Rue Tray-r-
st toujours bien pourvue d'une
d'6toffes de la haute nou-


veaute par'isirr- e.
QuAnTLiA SurioamRi:Rs COUPs *L GAMAc
TRAVAIL SOIoNi. Ex CUTION PRORFTO
Prix Wtrs ridv-its I

IPHOTOGIRAPHIE
JH. MI. DUPLESSY
Grand atelier de luxe
120 RUE DU CENTRE
Travaux de toutes sorts et de
toutes grandeur.
Reproductions-Agranididsements

Avis commercial
Le public et le commerce sont avi-
ses que pendant l'absence de notrf
sieur H. C. Staude, Messieurs W.
Hirsch et E. Ltnmke soet charges con-
jointement de notre procuration.
Port-au-Prince 10 Avril 1909
G. KEITEL


Proaluis lygieliques pour la Toiletle


Recommnd6s pour '.'
V8LIRG RfOUT lR

8kB V N N I peau du visage et dso& main s
-4. SIMON, 69, FSubourg ZttPARIS Ift e a1reu6er 1e6 Imltatlon6


r0
pl


adoucit l'dpiderme auquel elle
LA donne une souplesse et un ve-
lout6 incomparable en lui com-
muniquant son d6licieux par-
fum. Elle conserve l'6clat et la fralcheur du teint, car elle est souveraine
centre le hile, les piqires d'insectes et les eruptions de la peau.
sans bismuth, invisible, adhe-
LA m rented, impalpable, prepare
specialement pour les person-
S nes qui veulent avoir un teint
,irdprochable; son parfum delicat, son velout6 ont contribu6 A fair d'elle,
la Favorite des Poudres de Taile~ie.
~A base de Cr6me Simon,
LE pr6par6 selon les principles
les plus scrupuleux de l'hygiene
posside A un certain degr6
toutes les qualitLs 6iienfaisaaLtes et pre~ervatrices de la Crdme Simon ; il
est particulihr.teinenit recomnrande pour ia Toilette des enfants et pour lea,
dames don't la peau est delicate.
Agency G-r6nra.e et D6p6t pour Haiti

MAI2SOJ JTULE8 LA.VILLF
98, Ruia du Magc.in ir VKEa, 93


Andre Faubert
38, HUE ROUX, 38
Port-au-Prince
Vient de recevoir par dernier vapeur :


Vin rouge
Vin blanc
Vins fins en caisses
Vin de Porto
Vin de Jerez
Vin de Madere


Champagne
Eau de Vichy Cdlestri s
Sardines A l'huile extra
VinaigrL extra d'Orl6ans
Huile d'olives au gallon,
en bouteilles et en bidons.


Parfurneri:-c extra-fine Mr Dav&r


Cravates,


M~oiitres


VENTE EN GROS, 1/2 GCROS, ET DETAIL
Livraison a domicile partir de 12 bouteilles


C te


LIGNE HOLLANI0A1SE

Pour 1'Eur-pe par voie de New-York
PRO HAINS DEPARTS:

Vendredi, 23 Avril --- ss. Prins willem I (capt. Nyboer)


<" 7 Mai --- ss. Prins Maurits ( capt. van der Est
S 21 --- ss. "Prins der Nederlanden" (capt. van der Goot)
( 4 Juin --- ss. Prins Willem IV (capt. KOningstein)
Ces bateaux qui sont des plus modernes de notre flotille, possedent
d'excellentes commodities pour passagers; grades cabines, simple et
doubles; cabines correspondantes pour families, toutes avec lits non
superposes,
M6decin et stewardess (fmrnms de chambre).-
Excellente cuisine frangaise.
GERLACH & Co, Agents.


I, I~~I'-- II I I- II gl --


I


~ -~------~n IAC-~ 6IYIWt~L~-fBT-~-.~~iUTI -. I -~ ---CI ~I


1


---- -
e


---~--


23"


_mmm w


o0,


S
at


Expp~dition A~ la








Pharmacie W


Place


Buch


de la Paix


E edcution prompts et soignee des ordonnances.
Analyses scientifiques et techniques.
Analyses des minerals d'or, argent, cuivre et autres metaux d'apts la
mIthode am6ricaine ( fire essay 1.
Fihrication d'Eaux gazeuses, sirops et veritable Kola
Champagne A P. 6 la douzaine.
Droguerie en gros et en detail


Propri~taire : ~AI


Buch


Pharmacien dipl6m6 allemand

DMp6t de Kola-Champagne :

Aux Gonaives: Madame P. Laraqae
A Saint-Marc : Madame E. Martelly
A Petit-Godve : Hermann Reimbold &c Co


A. de Matt6is &
Maison fondue en 1888.


Co


Derliers articles reous
Parfume ie Houbigant; Ro
yal Houbigant; Foug6re Royal; Par-
fum Ideal; Savon, Poudre ; etc. etc.
Coffrets de parfumerie tres elegants.
Parfum renomm6 Astris ; Lotion, Tri-
copherous.
Lamps, Fouets et Chamois
pour buggy et buss.
Argenterie de luxe, Bibelots,
Moustiquaires, Brosses, Pipes, Fumes-
cigarettes, Cravates, Maroquinerie de
toutes qualities.
La Maison a toujours un grand as-
sortiment de Bijouterle, d'Arqenterie,
de Diamant, A la disposition du public
en general et A la portee de toutes
les bourses.
Ateliers d'Horlogerie at de
Bijouterie : Gravures, Confection
sur command.
Achat de vieil or et vietl argent,-
diamant et pierres prdcieuses a des prix
avantageux.
ACHAT D'ACAILLES DR CART
Prix exceptionnel


VIENT DE PARAITRE
L'Erreur
R6volutionnaire
ET
NOTRE ETAT SOCIAL,
PAR
AUGUSTE MAGLOIRE.
UJN VOLUME broch6 de pres de 300
pages, en vente A 1'Imprimerie du Ma-
tin. au prix de Deux Gourdes l'exem-
plaire.
Nous engageons nos lecteurs a lire
le volume qui, par la faeon don't il
rectifie de t[rs intAressants points de
vue sur la periode colonial et les
premiers temps de notre histoire,
constitute, selon l'expression employee
par I'anteur dans son Avant-propos,
a la preface obligde o de i'Histoire
d'Haiti d l'usage des adults, don't nous
avons mis la premiere parties sous
press, sur la demand g6ndrale, et
qui parattra aussi tres prochainement.


Mason F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirig"e par


Ancient membre d~ la Socieii Philan-
thropique des maPiirs taille rs de Parh
Vient de recevoir un grand choix d'6.
toffes diagonale, casimir alpac-, chevio-
to, cheviotepour deuil, etc, Recomman-
de particulibrement A sa clientele an*
Ielae collection de coupes de sasimir
de gilets de fantaisie at do piqu6 de
toute beaut6.
Sp6cialit6 de Costumes do no-
oes.- Coupes FranCaise, Anglaise et
Am6ricaine de la derniire perfection.
La maison confectzonne aussi des Cos-
tu.mLXs militairuaa, bhab its brodr
dolalianx, tuaiqu-3, habits car-
rAs- atat eto, d so -,- a -gr
- --I-~~~~-- -------~


Cordonnerie Nouvelle


Bi. B. PETOIA
143, GRAND'RUSE,
PORT-AU-PRINCE
CHAUJSSURS IN ToUS G NRXs
NYb DIP6T, POUR LA VIKNTR
N BGROS IT DiTAJIL.
Kxo4utlon prompted ds
ocrnamardoss, taAt lti qu'en
Province,
Formes A hommes ; edlgantes et ra-
tionnelles.
Chaussures de dames ( Dernigre mo-
de de Paris ) et le plus commode :
chaussures pour enfants confection.
nees avec des Peaux de routes nuances
d'une selection et duree irrdprocha-
blas, A des prix avantageux.
Cirages, pAtos et liquids
Pour h-Msras d. Loiss t

Tibere Z6phirin Bell
Fabricant de chaussures
Rue Tiremasse, facade Nord de
la Place de la Croix-des-Bossales.
SPfCIALIT :
PANTOUFLES MULES


HORS COCOOUI


GRAND PRIX


Rhum Barbancourt
Medailles d'or, Mention honorable, Mermbne du Jury, Grasnd
prix, Hors concours dans toutes les Expositions depuis
1881 jusqu'd 1907. ( Ancien et Nouveau Continents)
Madame Veuve BARBANCOURT, seule d4
taire de la marque Rhum Barbancourt et seule pro
taire des formulas qui ont fait obtenir au Rhum Barb
court los m6dailles d'or de toutes los Expositions, a pris lai
les affaires de feu son mari, et se tient a la mmmehalle, sise 7,A
des C6sars, a la disposition de sa nombreuse cli
don't ies commands seront ex6cutees avec le meme soin a,


le pass.


L'excellont tailleur avantageusemeni
connu de toute la Rpublique vient
de rouvrir son atelier Rue F6rou,
SRue des Miracles ) No 61, pres da M"
eger Cauvin,
Sa nombreuse clientele trouvera
come toujours toute satisfaction
pour les travaux qui lui seront con-
fids.


A L EL'IYAC
C 4O 0 FD-0- 1-. 1 ,1
GORDON N RIE

4L, Rue des Fronts-Forts.
CHAUsssuAs SRN DAP6T,POUR LA VBW'rT
Promptitude et soin aux command.
des tant ici qu'en Urovin.ce,.
._Chauure a DmA borl et taa-
vaii to0joors touC cr; q'i y da plus
nouv.1urT.
Formes a.bricain e t ffr-nca.ise pour
Me-s-io. ; eg9auntes et conQmmodes
Pour les ,nfaats le plusA Paise.
Travilzsolid3 osrxdu-t& ave<
d44 peaux de proccioria torqes
T. d a.V6
;j, z- % E-1
P at as, Cir.-si 8? *U ig -; s

6tel Bellevue -
Le mieux situ6, le plus con-
fortable.- Champ-de-Mars.-
Cuisine renommde.-- Vu s.r la me'r.


*-I


e mangez plus i$
S'il n'estfait avco sa "Pillsht"
Best."
La meilleure farine du ma
Celle qui donne le meilleuri
Qui product le plus de pain
Le pain le plus blanco
Le pain le plus 16ger.
Pour tons renseignemerit
dresser A :
Ernest Castera
representant de la PILLSBUTY's~
BURN FLOUR MILS CO MNl
BILS
M. et Mime Laporte-LAF
(NAE ARCHER)
60 Avenuedes Gobelins, 60,P
SOffrent leurs services au C
et aux families, tant de Port-an.
que de-; utres villes d'Haiti,
toutes commander de march
vins, articles de toilettes, de
de bijouterie, etc.
On peut expedier les com
Sl'adresso ci-dessus et pourtou
seignements s'adresser au b
journal.

Etude
DE
,lYe Charles MIL
Notaire public
53, Rue du Port, 53.


Grand Rabais !

JAMESTOWN TERCENTENNIAL EXPOSITION ( 1907)
HAS CONFERRED A


Gold


Medal upon


Tannerie Continentall

DE PORT-AU PRINCE
CHAUSSURES


C


IIEVREAU GLACI, pour hommes et dames P. 10 Enfants P. 8
VERNIS ECLIPSE 12 1 0
COULEUR LOTUS ( 12 10
Pour la vente en gros 5 oio d'escomp


-- p 1 --I p I 1~ 4 C-r ~-r ---- Ipr r I __ -- C~ --


~YI~e~LBIB~e9~S~s~ r---=_;-~-~P~car~s~-a~r -- ~--b---------~w~---~e~ r -..._.~


l