<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00593
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: April 7, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00593

Full Text


rroisibn a Ann6r No 609


FORT-AU-PRINCE (HAITI


Mercredi, 7 Avril 1909.


I


I


Arthur Isidore,
ADMINISTRATOR


OUOTIDe EN


Cainillie Ndr6 Numsa
RJ'DACTKUR IN GnU?


T-2~~ IPr l-~~Y- .--~~L~-Z~~ :r I B=~ L~ ~~ C~-UIPI~-


Abounnments:

QIVT-AU-PRINCEj UMois. .G.
Titois Moi#., t
*PWARTEUENTS UN MOI-
Tnr: Macr:., .
:~JUHGRT-ois Vois tr:


2.oo
5.00
2.20
6.00
800


DIRECTEUR-FONDATEUR

Cldment Magloire

DIRECTION- .Cr. TIO'-AD T ATIO
.0 a.WQn naQc 4\


Le slay


6 s gbI 1 f?


ipremibre revolution haltienne ne
istingua guere, helas par la g6-
iitd; ni la mort de Dessalines, ni
Bic s commis sur ses restes, n'a-
brent la fureur des represailles.
to d'instants apris la mort d.-
hDines, on tua, duns la prison de
tau-Prince, le general Germain
e qui y etait detenu et don't nous
Isvu dans la nuit precedente unc
station de cultivateurs rdclamer la
t, inspires ueut-6tre en cela par
tils chefs de ia revolution.
anmI1a les actions de graces aux
les de meurtre: le lendemain de ce
ge, le 18 Octobre, un Te Deum
antee (pour c6l6brer ce te md-
biejourn6e e, dit la Relation de la
Ggne, sans pour cela que le devoir
leux mit fin aux violence advolu-
laires.
leffet, on s'dtonna de voir on
0e liberty des aides de-camp de-
alines et il ne plut pas au nouvel
;de choses de toldrer que, apres
Rort du "tyran, la libertI pit
r-pour tout le monde.
lelest,d'ailleurs et depuis, le pou-
~itien qui ait jamais entendu que
ertd existAt pour ses ennemis ?
Oque, de tout temps, la just e,
it, a tolerance, dans la concep-
Sltlunne des moeurs publiques,
pas Nt6 des avantages reserves
,ls amis du pouvoir et n'est-il
rai que les autres ont toujours
N as en dehors de ces choses
s?" AprBs chaque revolution,
ettons nous pas hours la loi ceux
iat nous avons & sevir, avec
de coeur et une inconscience
B les ?
8 de tels sentiments qu'obei-
51-li doute, des officers, par
trs distinguds, comme Fau-
isque, Lys, David-Troy, Bor-
Staire, L6que, Bauregard et
loeDaCrs, orsque, au course
rDa qui eut lieu dans les envi-


rons de Port-au-Prince et que prde,'da
ane partie de bain, ils d6ciderent
que des gens comme Boisrond-Ton-
nerre et Mentor n'Mtaient pas dignes
de circuler ouvertement par les ru.sS
Ces deux ai.ies-de-camp de DoS-O
iiues furent do c arretes en p'.-iin :
et d6poss en prison. Cdtte detenti:jn
ne devait pas 6tre de longue dure :
dans la nuit mrme, ils furent ti A dans
la prison.
Voulant pres rver Bedouet, ..tenu
en prison, d'un sort pareil, Ptii-.n dot
le fire chercher par un de ses aides-
de-cam,, et le garder chez lui jus--
qu'au loidem in, oft il l'autori a A re-
gagner sa demeure. Mais quelques
jours apris, on alla une nuit envahir
sa mason pour I'arr6ter de nouveau;
il dut se sauver et se cacher pour
6chapper A une mort certain.
Les arrestations se poursuivirent
centre les aides de-camp et iei auxi-
liaires de Dessalnes : Roux d:t pren-
dre la fuite A cheval et aller se rdfu-
gier sur tine habitation de ia plain ,
Dupuy dur. se rendre dans le Nort. re-
clamner ses droits A la reconnaissance
de Christophe.
Mais la revolution, don't on se plai-
sait A dire qu'elle avait dte faite sans
effut ion de sang, n'ensanglanta pas
seulement les Cayes par le meurtre de
Lafleur, de Moreau et de taut d'autres,
ni seulement Port-au-Prince par le
meartre de Dessalines, de Germain
Frere, de Boisrond Toanerre, de Men-
tor et de plusieurs autres : les rdvo-
lutionnaires de J6ermie n'eurent garde
de montrer moins de zele pour la
cause sainte de la liberty.
Fdrou, sur la place d'armes de cette
ville, fit proceder A I'arrestation de Ba-
zile, colonel de la 18e demi-brigade, et
le fit consigner an bureau de I'arron-
dissement. Le chef de bataillon Rene,
le capitaine Figaro furent egalement
arret8s et consignas au mime endroit.


Puis, `: sous pi'riexW de le-
a;.ix Cay~s, on les exJ..uta. e,,
lioux.


cond(uircI
diffire n/s


BOITE AUX LETTRES

Port-au-Prince, le 5 Avril 1909.


Dans 1i- Nord, la revo!ution ne fit
p is arcueillie avec moins d- sa'-g, e' Monsieur CLKMENT MACLOIRE,
ChL-istophe profit d, l'ard'ur rpvo'u- Directeur du /ourntal Le Matin
tionnair, don't I'Acho s fai-ait en-, En ville.
tenure dans snn commandmrnFn,, po'.i Monisieur i e Directeur
fire disparaiire ]a p'upar! de ceux qni
lui parai-saiont etr- autant d'obsiacl-es Avant (I ataqu a, vtra journal,
A son acheminement au pouvoir. ,i e cloit c y Ipu!lier ma r pose. Je
v. I'ennvoie ci-inicluse pour ,Stre iris-
La premiere do c s victims fat l'ho- e la i ,voite nume6o de remain.
riqueCpois-la-Mo~ l Son d. voaomlntn Ag-, jvous pnrie me.- salutations
a Des-alines fut i ,,ntCe tbife ; il sriat ;-, j rie,
'irst, E i'avois dj.' vu, i(.s-- Ee R 7 CAUVIN(
T A S i! ) -r
ter A un ord'e de cli d'a trER CAUVIN.
Ciristoph- ; nais lte ochf dul d6part( :- o
meit du Nord devai: i'oubji'r. Port-au-Princ, 5 Avil 1909.
Des qul'il eut appris la nrort de Des- A MM. CAMILLE BRU.o et ALEX. LILAVOIS.
s lines, ii en avisa Ca'pois qu(i ae tw-ou-
vnit en tonrn'ie du cti' de O na- Messieurs,
mt in h1, et I'-nng-ge-a a venir se joindre Pirce que, A propose da verdict d'acquit-
i lui pour, disait-il, allie venger c:t tenant prononce 12 25 Mars dernicr par le
attentat. E:- mm tiemp, il envya icy P de Port-au-Prince, le journal La
Remain et Dartiguenave, a la. tte d'in Dscipin.e vous a di: quelqcres vdritds
detachement de dragons et dle guides; Jc agreables, vous avcz cru fort habile de
nombretx, lui ten-ire ne n embusoa 1, iA c niettrc en cat:.s, san:s qle je vous ate
au Foss6-de-Limonade. jimais anaques.
Quand C:ipois y fut arrive: avoc Cunilie Bruno ne m'a pas nomme, parce
ses guides et ses aides-de-crmnpB )tex, q 'ii se reservait de dire, si je me frche,
Placid, L--brun et Belair, il vii RHo i.a'i, ne p ,sait pas A moi, en faisant allu-
main et Dartiguenave a pied. sur la 1stn au>x g.ns qua out contribud a l'avene-
route, et ne so doutant pas do leur m niit d. gneral Nord. Cette facon de
mission, il s'arr6ta pour s'informer nli're sais en porter la responsabilit6 ne
d'eux des circonstan'?es de la mort de dol geuLL, m'tcenntr dc la part d'un in-
i'empereur. Rom iin e' Diirligivr-lave div:d.: qui, ayat joui sciemment de 1'ar-
eurent I'air de s y pr6etr de bonne gent dz Canuet, veut laisser a son pare
grace, et Capois descendit de chbval. tout I'odieux d'un assassinate don't lui-meme
a Alors, A un signal de Romain, sa a profit.
tronpe part, en mme temps que S'il tait bon d'aplprendre t la ginration
I'adjudant-gandral G jrard saisiss it le actuelle qai,peut-itre ne vous connait pas, quel
sabre de Capois. C -lui-ci reconnut vous dies et quel vous a'vc toujours d&I, ii ne
I'inutilitd da la resistance, mais it dit suffisai pas d'6num6rer les functions publi-
a Romain que Christophe dtait hen- q.es par of vous avez pass. Que ne lui
reux de lui avoir tendu ce piege; car il avez-vous montrd le revers de votre md-
lui aurait fait sentir la vigueur de son daille ? Que n'avez vous confess en mcme
bras. temps, pout erre bien connu, toutes les ac-
SRomain ordonna sa mort, et on le tions occultes qui vous ont mdrit6, mr:se
iua a coup de pistolets et de ?abres....... parmi les votres, la rdputatiou d'etre et de
Telle fut la fin do h6sos de Vi.rtiires I rester un home ndfaste ? Je passe sur le


AUGUSTE MAGLOIRE

Pri6re d'avisexr I'admlini:tita-
tion de la moindre irrdgulari-
t6 dans leservice du K MATIN ,
afin qu'il y soit de suite reme-
dit


lycee, sur la lChambre des Comptes. Kings-
ton n'a pas oubh6 Mr's Bruno French Col-
ilge Mais Kingston n'a vu que l'extdrieur
de votre coiige. Eh bien je connais un
haltien qui, de Colon oi il 6tait exil6, vous
avaii confie ses deux fils: il payait lear
nourriture et leur education ; il payait, en
'vos mains, sur vos friquentes aemandes,


Histoire d'lHaiti

A L'USAGE DES ADULTS
LIVRE III
Violence et repr6sailles
VIII


L~ ~QH~~g- I -RI Il I ~I~e9 ~~h IIC ~ II P~s~PI ~E~~ --
-


- IIIIC~C+J(BL~OCII~F~~~


- -.P -I I P I RT rrpC -j ---l~i~n~i~L~b~BIIIP~---~~~*b'~R~- WI L~-~TI-~UG~i~j~ C~WI~LEQC~I~.~X~^L?~rt; -C71~-~7;O)V ~-=~LaPCirrr~:a7?9tRSiCE~*21P~'~h~Ba~lC
I-- -_~-~_~L=_T~-_7^_1~-~=-- --------- --;----:;:-'---- ;-------- -; -------- -- -


<*--


~-~b1 L~~








leurs chai.ssures et leurs vi,.ements. Un
Jour, il arrival chez vous : ses deux fils
&aicici pr.sque r:u-p edU, en gucnilles et
dans un tel tcat qu'lL iui filiut insisted
longtemps pour se tes faire repr6senwer.
Q 'aviez-vous fail de son argent ?
Ah dix annees d'exil on. et lia rdcom-
pense de vos services common prufesseur,
co :une directeur da lycee de P,-au Prince,
omlnme P:cidcnt de la Chunbre des
CLipte, 0Non, vicux menteur. N'tics-
vo ; p.s [rti .1 la s-:i.e des cv6nemen:s
dut ;oi ji i 1i879 ? Q ie fais'c-z-vous, ce
jou -JA, irue Pavwe ? N'C:cs vous pas de
crux q'li ena:]giautu ent la capittle durani
quai is jo .; ? N'ctes-vous pas de c-:ux qui
pous.'cricn Bt3oycr Baiziais a ,e inettre en
arms c:-.:t!le Ic gouvcrnemen. de Boisrond
Can.al, vous figurant que, to..:t ayant c.:
long .ic ,r prcpir.., ii :; y avai qu'un
pa.-, un g.:.te A1i ti.. p r 'vOda, emp.r-cr dul
pouvoir, n -Lgr lia niaj:;it2 d ,-ormnaia uhs-
tile dc I'Assx:rnble nationiuu ?
) in. c:s mailieurcuses joura6es de 1879,
bea:'conrp du jeunts hoinmnes, enzrAioad par
votre exemi,;e oa sdduits par Vys poc,
so.t tomnb.b. victtines de leur egarcmren:
ils avaien:- rcu ie coup motel les uns a i.
lace, les autres en pitine poitrinc, tous par
dev.int ; m is, .pr&s ia ddba.:.i, on vaus
retrouva b.o ti dans un c'Jn.vu;a, un.e blle
aux fisess.
C'cst votre ami i, pL:r Baze'.us qui vous
inpruvisa chef Af bo. de l'Eider en 1883 !
,;. :; te ani.- vote foUie de dvouc .
int:-i fui prudci.tc a I'cxccas et,t.ndis que
B:z: ais vsnan, c e baisae,se jter d.-ns te
pieg", de Mir.ig.a eC, vous r'Cstiez t-n arrmere.
Vous accourui--,, de la Ja.nitique, q'iand,
d'ap:,ss les no Iv'. es rces'es d H i.i, ia pir
tic vous part belle et presque gagn6e.
Chef improvise de l'Eider, est-ce seriense-
ment que vous firts une demonstration
pour detlvrer Miragoane ? J'en doute, par-
ce que je vous connais. Je crois sivoir
que vous n'avcz nimis et6 qu'un f uutcur
de discoides par.-i les homines d'opinions
diverse, qni s'c ailn: rdenis en 1883 pour
renverser Si(o-)ion ; je suis persuade que
voure imnallra// am1itid voula. fusi er sonm-
nmarn-;n.t, ...ux C6:zs d.'-Fcr queql'Ciui
de ims -ni.s C:uc sa folic de d6voueminene
avait en'.li.:i ia:; i i insurrection, m iis qui
ne par.issali pa:; a-S z fmin:iqie d- B.z--
lais. Si, a eulice d un panigyrique, v;ous
avi. z I'MciiOiuionl d otlrr Al i g -e-.ti ac-
tbe'ie, unic confession sir.c re et complex
de v\iie passs, voiiA assurement des choses
qu'il f.lait racon:er.
Apics tout, vous n ites plus qu'une
p..vc. Ap.es soixan'e eti o0az ans voius
atc,, a 11 veitle de rendre compete de vos
pcifilies a quelqu'un que vous ne trom-
perez pas Je vous laisse done sous la
main de Dieu.
A vous maintenant, Lilavois. C'est de
ma plume, avez vous dit, qu est sortie la
premiere proclamation di Prdsident Nurd,
apres le I7 dceimbre 1902 ; c'est en re-
tour de -! s services qu',! me nomma Se-
cr6taire d Etat de l'Intdrieur. Vous poai-
viez ajouter que je l'aid i A p:o-i'ncer la
formule de son serment, et que c'est moi
qui lus, A sa place, sa rdponse au Pr6si-
dent de l'Assembl6e Na-onale. Mais si, le
17 d6cembrc 1902 est un crime, qu'avez
vous fail pour l'empechihr, vous qui n'ave
jamais Jailli d accomplssement d'un devoir
Aptriotique Que n'avez-vous crid, vous; si
ionnete et si brave A votre dire, quelque
protestation counageuse, comme cell -; que
nous avons entendues a la tribune de i'As-
semblee national ? Vo"i,; e:s seulement
rest dans votre repa;re de Petionville, ne
voulant prendre aucune part h ce qui venait
de se passer a Port-au-Prince. MCais, apres la
ratification officielle des mandataires autorists,
quand toute crainte 6tait dissip&e et qu'on
pouvait desormais se fier a l'6toile du gd-


nAral N-)rd que le succs enfii etait con-
sicr6 et assure, qu'avez-vous flit ?
Voi;s tes accouru iui port i vos servi-
ces ; il y avait quelque chose A prendre,
vcs avtz teidu la main,vous avez prisdelui
tout ce que vous avez pu. Ainmi les miu-
vais chIens suivent de loin la chasse, A
i'abii d:s cro.-s du sanglier ; mii-, a-ssit6t
que la bate css more, ils viennent ; ils
vitnnent do: tous c6:6;, les premiers a la
curde e: Ies pl:i vorac.-. Ecoutez bien :
Si, comIinc vous I'insinotz, "e"'?7 decembrte
c; c"ndim-ulble, ii peut avoir i& absous
,,plit':qucnmnt par nn voe de circonstance,
naia, devar-i les champions de !i morale,
il doit rester inn mauviir coup Comment
n'ayant pa; couru les risques, vous avez
et- aux profit s,er vos mains seraient imma-
culees. Oii, si c'est un attentat qui a dan-
n, le pouvoir an g enri:'- Nord, l'argent
q.i'ii diszi,,i'ui air our de lui sortait de 1A.
V ;,s S:.o-iz ce'a et v'-s main' imm- rccdees,
ia lieu d i Ic r' tt-e'r :avec horr.-ur, l'ont re-
qu, acce,'d, :oilicidt. lites-mo., co nbien
vous a-t-il dCoiin d. I\ main a li main,
con'm a 'anrt d'autrces ? Combien de !nois
.vtrz-v,,::s Pp a. gira,:: i nli, Trois c-:nts
goOtirLdc d,: 1ail-r: a commission d'en-
qe ii_. i o ? Cornbi-n voas
a t-:: :.t ,i 5 0/0 -t 10 0/0, sous
so,-, prn c.1 : liquid-r le procks de la
consoliiati~r,, vor'. tache ayant consists
u'iq:mleineit, j aples Camille, th consentir
avrc em presse'ment aux reductions des charges
encourus p.ir les condamnis ? N est-ce pas
enfii a A a fivetr dout vous jouissiez au-
pres de lui que vous devez cette conces-
si.'t d.d 3 octob.e 1904, qui vot.s attri-
bil-, i r nuf ann6es, ies ilcs CCAycaittes,
la presqu'i e du Grand-Boucan, Eau-Basse,
Pointe du Bec, ei tous les terrains du do-
maine national depuis le Petit-Trou de
Nippes jusqu'A la pointe des Gravois, sur
une profondeur A l'interieur de quinz: ki-
llmel res ?
Vo:: ;s ttcs n honnate homme, ,vps.
;i.ins sont inmm:cuile-s. Voyons. Un jour,
dins un de ces conciliabuies que vous te-
rF. z chez Camille B .'.:o et oui vous do-
nmii..z on se laissa aller A des reflexions
dJ :obl-g:an:es sir deux de mes confreres
q' on s'atterdair A voir figure au banc de
1i defense, dans le futur process de la con-
,o'ida ion. Qiant A mtoi, fut-il dir, on
r, d:birras.erait aisdment en me conpro-
miuttaint dans la premnire affaire politique.
Cela me fut riv6el trois mois avant I'affaire
dc Maxi Monplaisir. C.:a s'est fidliement
rdalis6. Au mois de janvier 1904, en effet,
ij'eais tout A coup traqud de retraite en re-
tra t2, j'avais fui au Consulat des Etats-
Unis.et je partais poar I'6tranger. Jefus m6
Sme condacnnd a mort. Est-ce vous qui avez
s.Iggdre un ancena sib;:itut d'aioater un
*Jaux renvoi A l'interrogatoirc de Chbrazade
3B il-oJT, pour avoir des charges con-re
I i0e et pour me conpromcttre drns la pre-
tnire affaire politique, come vous l'aviez
d!ihbbr6 ? Si ce n''si' toi, c'est doan quel-
q;.'un des Liens.
Au revoir done
SLGER CAUVIN



PLe Uemin lde Fer
ET


Voici le texte d'une Cnvention qui,
parait-il, aurait 6t6 soutnise au Con-
seil des Secretaires d'Etat. l.ss pas-
sages important oat 6td soulignes par
nous en attendant que nous y reve-
nions.


Art. I L'Etat s'engage a co-stituer A la lgne sur chaque obligation pa
Compagnie Nationale de; chemins de fer ddl6gu6 du Secretaire d'Etat des Fi-
d Haiti pour chaque obligation A 6mettre de la R6publique d'Haiti.
sfir les deux chemius de fer, l'nn des Go- La forme de cette garantie sera la i
I':ives A Hinche avec embranchement sur vante :
Gros-Morne et I'autre du Cap-Haitien A Cette obligation appartient i ne t
Porr-au-Prince avec embranchement sur d'obligations que la Republique d'Hb
1 Arcahaie. une g-irantie de 60/,0 Fan du autoris6 la Compagnie Nationale des
coit Kilomr.ttlique a fixed 15.000 dol- mins de fer A emettre en vertu des con
lars par KilomItre, en or americain sins et de leurs lois de sanction tit
do u-e actiel come poids et titre tives pour la construction des chemitit
Ar-. I : [!'Erat s'gaige gae:nnt A '.-r du Cap Haitien A Port-au-Prince tc
con-tituer 9 une pareille garantie sur Gonaives A Hinche, avec leur enbrancl.
dieux millio,-; de do!l'rs or ainricain ment telles qu'elles ont 6t6 modifi6s
valdur no-ninale, d'obligations A 6mettre Ia lot votee le 1909et promalP
en paien.rn: des ateliers, fonderies, sta- e .. par arret6 du president de lk
tons, .:rmir~a es, 6quipemnnt. et materiel publique..
roul .-t des deaix lignes, don't le montant En consideration de l'entreprise &kl
est co'iven,, e re deux millions de dollars. construction des dites chemins de fir, s
1L I guanlt'e d'interts sur toutes les leurs enbranchements, stations, termiW
obligations sus-di:c. secontinuera jusqu'A et de la furniture de 1'6quipement
ce qu'ell!es soient toutes remboursPes. cesslire, la Republique d Haiti glm'
Les dtcs obligations devront c.re amor- a la"Compagnie Nationale des chemilu
ties dans un ddlai de 50 ann6es A par- for d'Haiti et au porter de la pritsn
.ir de li date des pr6sentes. ,obligation, le paiement des intir6tsdec
I.e f, >t d'amortissement ci-apre; stipu- obligation et de tons versements i f
'6 sern a;,Iiq id ious I-s cinq ans au rem par la Compagnie Nitionale des chaig
bourse:ue:. i ; ,:bl:g rions par voice de t dede fr d'Haiti au fonds d'amortisse
rage an sort, r6duisant ainsi proportion- cre6 pour ces obligations,:jusqu'a cequ'dk
nellernent les intrerts A payer. soient effectivement rembours&e et c
Art. II.-- Li Comnpagni- Nvionale des obligation soit payee et remboursde."
chemins d,. f-r d'Hiiti s'engage A consti- Un acte de nantissement condition
;uer nn fends d'amortissement pour le rem- rel par la Cie Nationale deschemii
boursement de tou-es les dites obligations leur "chdince et elle s'engige A parrir du ment sope ial de dp66ts et consiu
ter 4vril 1914, et chique ann6e subs&- iions dit Trust Company" debao
quente A r6partir une some gale A I0/0 reputation et de credit solid aux Edt
Itu montair to:al nominal des dites obli- Unis d'Amorique. Cette Trust Ci
nations 6mises commie ci-dessus, pour la pany', dit fidei-commissaire en droitnl
constructions des chemius d. fcr, des ate- ricain sera le mandataire general des
liers, for.deri2z, installations terminrles, gataires et pourra agir pour euxet en
equipem.-tts ec materiel roulant comme noms dans toutes les questions
c'est dir ci-dessus. nant ce Inantissement conditional
Les versements du fonis damror- dessus.
ti.sem,~nt. seront fairs par la Compa- I a R6publique d'Haiti paiera lahdi'
,aii N..tionale des Chemins de fer d'Hiiti Trust Company" toutes valeurs qui
c.i les prelevant sur ses rccettes apres vent &6re payables en vertu de la
acquitement de ses d6penses couran- d'interets et du fond d'amortis
les d'exploitation d enretien et autres stipul6e en faveur des obligations.
d6penses A l'exception des int6rts sur les Art:IV;La dureedesdeuXConesi
obligations qui seront pr6leves sur les b6- des chemins de fer de Gonaives i
nefices nets. che et du Cap-Haitien a Port-au-Pi
L'Etat s'engage a constituer en fa- avec embranchements respectifs fixdc
veur de la Compagaie des chemins de ans- par 1'article I de chacun des co
f-r et de chaque obligataire A partir du de concessions est augnent6e de 2
paiement du ier Avril 1914 inclusivement d sorte que maintenant la durke
et pendant chaque ann6e subs6quente, jus- de chaque concession est portW|e
qu'A ce que le fonds d'amortissement soit ans A partir de la date de la proma
suffisant pour rembourser toates les obli- de la lot de sanction de la present
gtions 6e;ises et jusqu'A ce qu'elles soient vention.
effectivement remboursdes une garantie Les dits chemins de for
de tous les versements A fire A la construits par les routes les plans
caisse d'amortissement et il fera sous tiques et les mieux appropri6~
pavement A la'caisse d'amortissement avant les points termini ci- essus desig,
au rer Septembre de chaque ann&e, si !a Les articles II, VII; er. XVIIIdo
compagnie des chemins de fer 6tait dans des charges de la concession Go
l'impossibiiit6 de le faire ou ne le faisait Hinche sont modifies comme suitla
pas par suite de l'insuffisance de ses re- ties omises tant supprimees:
cettes apr&s l'acquittement des d6penses ci- Art : Le chemin de fer i voie
dessus 6nonc6es. partira de la ville'des Gonaives poor
Tous versements a la caisse d'amortisse- tir a Hinche, avec embrachement e
trrent seront d'abord ports en eompte avant Gros-Mocne,parla route la plus P
de determiner les b6ndfices en vue de fire et la mieux approprie."
f ce au paiement des int&rEts et de la part Art : La Compagnie des chemidiia
bdn6ficiaire revenant A l'Etat dans les be- construira un warfdans le port d9e
nefices conformement A l'article 3 des con- ives pour 1'usage exclsif do ce.
treats de concession fer et elle dtab ira aussi une foda
Toutes stipulations dedj faites dans les atelier dans la ville des Gonaive
acres de concession pour assurer la garan atelier a Hinche."
atelier s AHinc e. oto
tie d inter&ts par des recettes de douanes Tons les points seront poor
et, lorsque celles-ci sont insuftisantes, par clusif du chemin de for."
hls voies et moyens ordinaires de la Repu- Et tous ces travail seront
blique, et notatnmment da-as les articles 5 conformement aux r6gles de l'rut.
des deux contracts de concession, s'6ten- Article XVII[. Le transl .
dront et s'aopliqueront a la garantie don- poste sur les lignes se fer'
nCe au fonds d'amortissements par les pr- aux soins de 1'Etat, par a
senses. chemins de fer qui n'encncooff1ga
La garantie d'interets et du fonds que, ni aucune respond "--
d'amortissement Isera endossee et si- 'chef,"


-~- -qy LYLJ~B~ --~CIIPI~IMIIYIIIYilllllllli9sl ~











'Le president de la R6publiqge, les nelles. Le pere Vidal-conclut, ique pour Qn. Av
Stairs d'Etat, les membres da Corps bien depeindre 1'enfer il faudrait nn C lle-AVIS
r!taif et les officers de la police judi- damn6, et 1'enfer ne remet jamais ,rlIui
e oyageront gratuitement en premiere qu'il prend.- Pensez-y Messieurs. 1 .: N
re star totes les lines des chemins de est temps p6cheurs, revenez an Si. L. s dames Fillette, Philomn&ne,Tersi-
,Fe sr ogneur.-- A 6 heures 1/2 ce soir la qua- il Desroulennx et ArdIise B ron, ayant
Les articles II, III et X[II do cahier trieme conference. pomu avocet Me J. B. N. VIi.~mbrun,
charges de la concession du chemin id'une part e le- si.-u.r et .DArnos Chs.
D -c~s d'utne part pi le-; si-ur et (dI il CGIS
r Cap Port-au-Prince, avec son em-s Os. Eenne, iron Vl Baiine
Dchement seront modifies come suit, Mr le Dr Farniss, ministre plinioo, et Adl!alde V3alli, ',:t ro,,r avocet
p artie s p rais es d ta n t su p p rim d e s ; ,e ; 1 6 a v o c a t.
parties omises etant supprimees; tentiai'e des Efats-Unis et Mmt Fur- Mo S.:int-'ElrIe iMalion~.i d 'autr pat,1,
A icle II. Le chemm de ter de Ca ns, viennent d'etre cruellement fprou- fonl savor a s:os ctux qu'il! a,.paien-
nique partira de la ville du Cap- v par la mort die leur enfant HE "RY dra qu'en !eur 'iU:1lide 'hdriiers de fen
'tie pour aboutir A Port-au-Prince par TERRES FURNISS, dcdd4 ce martin a Dr sulm di' Dolor ils ont falt
"de Hinche et pir la route la plus Diquini I'age d'un an. choi de Me Klbel Villmenay com
tique et la mieux appropriate Le Matin, partageant la douleur des notaire charge de liquider la sncces-
'Article VII. La Cie des chemins de 6poux Furniss, les prie de recevoir I'ex- sion du defunt.
6tabliraet maintiendra de ses propres pression de ses sinceres condol6ances. En consequence les debiteurs g6ne-e
sle long de la voie ferree des fosses .- ralement quelconques, locataires ou au-
rigoles pour l'dcoulement des eaux et Lettre ouverte trees, de la (iite succession sont avertis
sachement de la voie partout oi la n6- Habitation Fouju, 6 Avril 1909. quils ne doivent versr dsormas leu s
siti se fera sentir." redevances qu'en l'detude du notaire
Elle &ablira dans les ports du Cap- Monsieur Alexandre Lilavois, choisi, seul habile a dlonn .r quittance.
tien et de Port-au-Prince(ou dans deux En ville. Faute par eux de se conformer au
resTports plus praiiques et mieux ap- present avis, tout pavement qu'ils
pris) des wharfs pour le service spe- Mon cher Alexandre, pourront fire en d'autres m:tins qu'en
du chemin de fer, de mnme qu'elle I v a quelque temps depuis que je cells du dit notaire, scrui nul et is
construire les ateliers et fooderies ne- me tiens a la champagne, me fortifiant, seront astraints a payor deux fois
saires a son exploitation.,' pour pouvoir subir une tre6 delicate Port-au-Prince le 6 Avril l103.
'Tois les points constraits seront operation. C'est pourquoi j'ai pris corm-
r l'usage exclusif du chemin de fer." munication nn pen tard. dp votre lettre J. B. N. VALEMBRUN, -Avocat
'Et tous ces tr.avux scront executs nnvPrtf in arge d.(ns Ie Matin du 31 SAINT-ELME MATHIEU, -A ocat.
)n les rgles de l'art. Mars, dans laquelle vous avez fait figu- _
(La fin d samedi.) rer mon nom sur la listed des Jures qui
out pris pait au Proces de la Consoli- U he OuxC- 4 *C
nation J'en faisais rdellement parties, -
comme lOm0 Jur4 ; mais en vertu d'une
decision du doyen Dyer et du Commis- Viennent d'arriver :
"2 airp du Gouvernement PascherLespis,
-- j'ai dt6 renvoye et remplace par un des Saumon, mq-iaeraux, '.a g!les de
RENS]IGWNE ]ENTS jur6s suppl6mentaires et, coinicdence more, more desossde en paquet
Sdrrle, pour le meme mal que n6cessite do une livre.
METEOR1OLOGtIQUrS aujourd'hui mon operation en question. Conserv.s : Sardines, maqueraux et
-- Je vous serre bien cordialement la thon a l'liuile, asperges, saumon, ho-
OtC r ai .- t-r-- .V% main mard, buitres, capres au nature, cai


DU
IRINAIRE COLLEGE St-MARTIAL


MARDI 6 AVRIL 1909
mimtre i mid;


AUG. O. ARCHER
Correspondance
Port-au-Prince, le 7 Avril 1909
Monsieur le Directeur du journal
T elf _- .-


.--76 5. -i'" Le Mnatitn
22i En ville.
p6rature, 22 Mon cher Di'ecteur,
nazimum 3 3 3 Dans la liste de souscription en fa-
0oyenne diurne de la tempdrature-26,7 veur d&,- pauvres de l'hospice St-Vincent
iel clair toute la jo:rnde, horizon' d Paul, je ne vois pas figure le norn
cement enbrume. Brise de mer rdguli6re de Mr Nort qui a souscrit pour P. 10;
fatche. je vous prie de bien vouloir reparer
hromktre constant. cette omission dans le plus prochain
J. SCHERER No de votre journal.
Semaine Sainte Cordialement
es jours sont consacrds au recueille- M. N. BENOIT
ilet l la pietW. Demain et vendredi avo -at
h6Mmage sera general, les ateliers,
magasins, les marches ferm6s. Charmbe de Commerce
e conformant a ce vieil usage le Frangaise en Haiti
lin ne paraitra pas ces deux jours. CONVOCATION

Car6me Messieurs les Membres de la Chambre
ier soir la Cath6drale pouvait a pei- de Commerce franqaise en Haiti sont con-
ontenir les homnmes, venus de tous voques en Assembl6e g6ndrale le mercredi
.Piuts de la ville pour entendre la 14 Avril A 5 heures tres precises de l'apres-
Save parole chrdtienne, cette parole midi, au local de la Chambre de Com-
ave la plus grande distinction, merce, 4 Rue du Fort-Per.
Plus grand cachet de perfection. ORDRE DU JOUR
- routes du lieu saint rdsonnent ORDRE DOJOUR
re de la magistrate pr6diationt a Lecture et sanction du proces-verbil de
to communicative qui secoue l'Assemble G6nerale du 15 Novembre
thie et l'indiff6rence des uns et 1908.
autres et appelle le rdveil et I'dner- Rapport da President.
los ceurs. Rapport du tr6sorier.
fisonne a deouter le noir ta- Modifications aux articles 4 et 13 des
Sui a 6t fail de l'enfer, que status et 13 et 47 da Rdglement intdrieur.
a le talent du pr6dicateur n'a Port-au-
et exag6rd. Peture f Port-au-Prince, le 5 Avril 1909
.ruest exag dr d. Pe ultlt re t'i -1le et Le Pr isident
du s6jour rdservd au supplice L PrUsident
n ou le Speines sont 6ter- PAUL SANTALL.R


pres, cornichons champignons, olives
ct olives farcies, lentils. petits pois
cass6s, anchois, oignoius blanks, mou-
tarde, picallili, vermicelle et macaro-
ni Groult, ponirnes de t. rre et oi-
gnons par livre.
Huile : Duret r-t d'Aix.
Sauisson 'de Lyon et d'Arles Jam
bon Ferris et Swift ; langues fumes.
Fro.aqres : pate gra' s-, gruyere et
Tete de mante.
Liqueur Lufaurie .t Marie Bizard,
Vin fin rouge et blanc.
Challapagne ; Vve Cliquot, Victor Cli-
quot, Moet et Ch ndo:i, Bouzy
Biere Paillette Beurre de table
Masclet et beurre Bruun.
Huile extra fine par gallon et par
litre.
Vinaigre fin de table par galon et
par litre.

FranIisco DESUS
Fab-ricant. de ,c-ha-asszures

L.a ~rMan'.fIcture a cnjOirs e. dpt
ru. grard s:;ck, pour veu;,te e (
gros 0t en detail, de chau-i uris esn
tons ganres pour
HOMES, F'MMES. ENPANTS
Lgs commnaiddes des commeiiQarnts
de i'interieur poarcort 4tre "exicuttes
dan, une seemaine A peu !proi .
23, uue d F. Frots F,%.ts,: 23
F:oIT-ATJ-PRINCE ( HUITI )

H6tel Bellevue
Le mieux situd, le plus con
fortable.- Champ-de-Mars. -
Cuisiqe renommde.- Vue sur la mer.


-/ ,. .f "


Des yeux ef des oreiles

Pour 1'6dificationdes personnel ma-
l,:rl s de ces organes, la liste ci-des-
sons donne lesnoms des affections des
yV-ox ct des orcilles, traitdes plus
av\;ntagousement, de l'avis des sp6-
cilt-i.es modernes les plus en re-
o om en Europe et en AmCrique, par
applicationin de l'Electricit6 (techni-
que f.t apparei!s sp6ciaux ) que par
tout autr' minnen thdrapeutique soit
mdic;atio, n loc!e pualr dts collyre,
lavage, irri'gition, pommade, ou
cauterisation aux seis d'argent, sca-
rifica'ion et autri' operation san-
g'ante.
Des yeux : Conjonctivite granulaire
( granulation ) Conjonctivi!e chroni-
que kystos ct auires tumeiurs des pau-
pie.'es., Irichia-e partiellb, larmoie-
menit, rd6ticissement des canaux,
spawme ( tie ) ptosis, opacit6 de la
cor nte, ulh(',, (s de la cornee, iritis,
adherences, epi -cl^ ite, k6ratite, ca-
laracte mole, r6tinite, neuror6tinite,
hiypit'rest6-ie relinienne, h6morrhagie
r(ti.ienne rpr:c rie, alrophie du nerf
<,i0li1 l l, 'E: i tc: lairie, douleur
(cui.'ire suile i ()trationi chirurgi-
cale, d6faut d'accoiijiimod-ition visuelle
( astlarnopi.:, ainblyopio, pr csbytie )
t ecO:te, atnaiio)s2, glaucorne chroni-
bule.
De!; orei1:; : Sut,1iti cause par
intlramm ation li tonique de l'oreille
tiloy lenn'. audli' -ces d( s osselets,
po,(ype -,hypLri ophioe et catarrhechro-
niql'e des mnqiueuses, et du tympan,
r treci-ssemcnts des tubles d'Eustache.
C(hacune de ces conditions pouvant
c:iu er la urdilnt, celle-ci est carable
quad jA- s conaliions le sunt. Surdit6
nere iu;sC et c-\!,-e (ljui fait suite aux
ml ladies, fi,'v t1. typhjide, c6rdbro-
spii):,le, et diphiterie.
C:;binet d'Eiectrothl(rapie du Doc-
tour (:. GAVEAU
Mcdecin et Chirurgien de l' IUniversitd. de
HIarva rd
128 Rue du Centre.
CONSULT T -TIONS, TKAITEMENTS, Aprix
moderds.
d7 7 A 10A M.
2 41'. M.


AICI' X Verret

,T. 1i :: r-. :Charchand,
D-ro .c. :i- A bi,.nveillaute clien-
i :No 7, Rue Traver-
si.e .. t ,i.t1cio:. nhju pourvue d'une
vari4t6 d'eto-es ,de la haute non-
veaute parisianire.
QLALITrE .UU' P:RE Co'.. UP LAGANWT
TRAVAIL SOIGNA. ExtCUTION FROMPTE-
Prix ir,, r,'.u'ds I


Chez App. Cipolin
155 Rue R4publicaine en face de Mr
E. Robelin
Conserves fraiches arrives par der-
nier vapeur.
Assorlimeut complete d'huile (l'olive
pure, p~r gallon domi gallon et par ,
litre.
Vin de Bordeaux : rouge et blanc,
vinaigres, maddre.
Grand assortment complete de ii*
queurs.


'i













Cio 6a'e Trans?;a j.t


I'3~~jd jler lo rVO *11
v e (I I S
hU c~i II(i 4LCf,' 1 '. -,


rt.i c
(;;i~ 511
; S- l L


Muaiswq Cenirale

lA~ ~in! e...I:cu, ayant 6i6autoris6 par
Xil.- Oix piour. ceni ( 0i( LI/U ") '' ie
W; nff; t C'Ill p i ol ;i.' tIlXe kC l'6
dwiJs I'Ethi1iis5 Tue ii i[Olr (1*7s patti-
cidieis, linee au ublK-, quI vv-les
It.11i1 A Cl Ii .. I L iV en t


SI AI;A 1(1!5 I I


-P T dn I'er:registremenI el 1a Lite d. -Ia
T, Cie rerinse.
I'ort.a-i-uIince le 5 Avri! 1909.



Provisloi p. -Gonalves
et mkrnL aIn e s Dirig6e. par 7drond MePnus
Pour le,; fC'k"e--; dt. i;, (,S' nin m XA l'hoi~neur d'anrofl-ocer sa bonne
S urnon s, I vix ,a (!t nombreuse cliontU1e qu'elie vient
Lan:gues (h ml fili -'! 11(r Lie rHeecevoir I l'occasion de Ia Semtiaine
d'so w ei pi ju LvI S~iinv ui- assortiimp.A cornp!et de
Ii C l'.I 1 'ie n V F 'O;j jI U-A 1 o? x 1
A~o rl s 'l vr; : ra Hr_;:d- Fte' sr~t c
tres, ;,I i 1 NIvi 1. 'iik, Saouaiu a~ ai.lMaquereaux A
Aspeiges trariua j o;- *ii H iflOS, hvllni SIrd nrns Arnieux fr'res, Thon
Thon A hl '> H i iiS;.au natural,
poi>i h la t' )Udo 4 Al!in eA- orges ;n m ?twn-1,Huitres Anchois,
A I'ilujlo, R-4iF5 H 11 Hia'turel, Frorniage Ci :0yeL'& 1Kito gyra.3se ameri-
Saindoix frar:Hii I IL -j; *4 hollaidais1 Beurre de table
kiioA i2. .1i5 II t .u; :i' IYH ia's 1hrtois 1 sb saucisson, Pon-mes de
au viinait -o, ( hve Ti- tirre.tis frajehes. lI'-ile A'olive les
cho:j, .\1(10 8`t '1iai m rnlleures inarques, Pickles, nouvel-
Moutarde pu6P li ). -- s *- ct i-)C- 1 rieent arriv&s. Olives d e.Ia Reine Ma-
tites ledIti ll.' rOr Ii Vermriceile, Vin-v'g'oe blarc,
Vin blanc, Vin roiu', Lait condense
I I l.;' NistI1, Fri-its au.jus. Corfl-nres.Bis-
d'A ix, Hu-1i exto ji t J ionC' cuitset Bonbons assrc-utis, Bire, Por-
par litre. ter,Vermouth, etc.
jLam'ur( fumn Iat:on i'rix XCePPctiO ilZl,-,men anflOcti euwcl
i V7c-z voirl
Saucis-)HjS n. i AlK .* !Ve,2!ZViT!!
p. 7cC.P F i. WEI 'A IlD


L-Ait condens


G e 1.1 r ilk.
iParti p0' J
:I) IS= ro1VIUHu'Pe 1sa no rnbr
11 cq ser-a de r.3tour da


IM W V -I ..m. B-^
, i'honoeur
eus clientele
us deux mois.
2 Marl 1909


COMPfjGi N E P Lon

Avis

A i'o-. *:.sio des ti!-, de La loi di", le Veadredi 9 du couraat, le Pablic
est avis6 que les d'paiis des trains auront lieu aux heures suivantes:


D6part de la Gau1't! Iv N(! r


A. M. .30
7.30
8.30
9.30
10.30
11.
P.M. '1.30
2.30
330
4.30
530
6.30


tni ir.
C'


.v: I~~V~aiI I0l


c ~gie eui tai re
siui p ifl en t aire


" e4 gle ent' aire
" supplemnentaire

S facultatif


D6pait de la Croix-des-Missiorns


A NM. 8
S05
9
40
12
P. M. 12 45

3
5h.
5.05
6h.
7


I u (


suppl4mern taire


riglementaire


suppl6mientaire
supplementaire

rgglementaire
supplementaire
facultatif


En cas de pluie on do mauvais temps le dernier train laissant la Gare du
Nord A 6.30 et Croix-de.-Missio;,. a 7 heur.', sera supprime. Tous les trains
partent de la Gare iu Nord et s'y arretei:t.
Pour Croix des-Mi- N,: s on ne delivrera que des billets aller-retour au
prix de:
.prix de1r classes aller-retour P. 0.70
2 me ( fourgon ) 0.35


LA DIRECTION.


LINE HOLLANDAISE

Pour 1'Europe par voice de New-York
PROCHAINS DE PARTS:


Vendredi,


9 Avril --- ss. Prins Willem V


23


--- ss. Prins willem I "


7 Mai --- ss. Prias Maurits"


( capt. Metus)
(capt. Nyboer)
( capt. van der Est


21 --- ss. "Prins der Nederlanden" (capt. van derGoo
Ces bateaux qui sont des plus modernes de notre flotille, poss8d
d'excellentes commodities pour passagers; grades cabinets, sinimD
doubles; cabines correspondantes pour families, toutes avec lits noa
superposes,
M6decin et stewardess (femme de chambre).-
Excellente cuisine fra.Q-ais..
GERLACH & Co, Agents.


Maison Jules Laville


93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT,
.A la M6tr3Copole


Pour la Semaine Sainte
Viennent d'arriver par les derniers vapeurs les articles suivants dans toot
leur fraicheur et A des prix exceptionnels.
Thon marine Caviar
Sardines A l'huile marques Saumon an natural
Amieux, Amazone et Texier Anchois A l'huile
Maquereaux A l'huile Escargots A la bordelaise
au natural, Huitres
More sans os tr8s fraiche, en paquets de 1 et 2 Limv
Fromages de Munster- tries frais
PETITS FROMAGES DE CAMEMBERT, BRIE & NEUFCHATEL
delicieux en terrines et potits ferblancs
Beurre de Normandie Macque Br6tel fr6res
en ferblancs de 5, 1 liv. et 1/2 liv.
Le Beurre le plus appr6ci6 du Monde
Huile d'Olive surfine. Vinaigre
Pommes de Terre fraiches Avoine concassee ( Clatmcal).
Biscuits fins,Olibet Macaroni
Bibre frangaise Vermicelle
L6gumes divers flageolets fins, petits pois.
Saucissons deLyon et d'Arles
Prixe M1ode6rgs


LE BON MARCH PAR LA QUALITY


Andre Faubert
38, RUE ROUX, 38
Port-au-Prince
Vient de recevoir par dernier vapeur:


Yin rouge
Vin blanc
Vins fins en caisses
Vin de Porto
Vin de Jdrez
Vin de Maddre


Champagne
Eau de Vichy CBlestins
Sardines l'huile extra
Vinaigre extra d'Orleans
Huile d'olives au gallon,
en bouteilles et en bidons.


Parfumerie extra-fine Mr Daver
Cravates, Montres
VENTE EN GROS, 1/2 GROS, ET DETAIL
Livraison & domicile a partir de 12 bouteilles
Expedition la C6te


~-~rlU,~-.~rrsraznra~r~~~L~~L~-~"ie- y~-Y-YC ~LAICPq----~C---iL


I I