<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00590
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: April 3, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00590

Full Text








-~u -.F-Y ~ -YIP)E- I--T--7- ---: -~1j-7 -.





)


Arthur Isidore,
ADMINISTRATOR


OUOTIDIEN


Camille MNr6 Numa
RiDACTRR I gN CuIE


Abonnements: DIRECTEUR-FONDATEUR LE NUMeRO 1 5 CENTIMIS
UK Mo,.. G. 2.00 GlC ment ILagloir-
PORT-AU-PRINCE TU Moi. .* G 2.00
Txori MaOs. a 5.00 C1..me .ag i Les abonnemen.s partcnt du r' cdt a x h*
DIPA.RTEMENTS U Mols... 2 2.20 -- Le alonnements partedui"ct da x 5 ds a
TETSo Mois 6.00 DIRECTION- EDACTION-ADMINISTRATION moist et sant payables d'avan'
tTRANGER....... Taos Mois. 8.00 45, RUE nRox, 45. Los manuseris. ias6r6s ou non us soreIt as rmiala


Histoire d'Hazti
A L'USAGE DES ADULTS
LIVRE III
Violence et repr6sailles


VI
Avant de voir Dessalines tomber du joug de celui ci et qu'il avait pris
dans I'embuscade du Pont Rouge, rap- les armes centre sa tyrannie. "
elons un incident qui resume fid[le- Done plus de meurtre, plus de sang,
mentsesvues et sa doctrinepolitiques. plus d'arbitraire, plus d'abu- de la
'Se trouvant a.acme!, il y vit arri- force La crouvelle puissance publi-
ver I'Espagnol Miranda, natif de Ca- que aura dd ormais le respect de la
"acas, qui avait organism une expedi- vie humaine, car le regne des vio-
ionen Angleterre et qui arrivait alors lences irrdfl chies est pass.
les Etats-Unis pour se porter A Car- Or, voici quels furent les premiers
hagene d'of ii esperait soulever con-'actes des revolutionnaires du Sud.
rel'Espagne toutelaC6te-Ferme com- Un inspecteur des cultures,qui avait
arenant la Nouvelle-Grenade et le ete trs attache A Dessalines, fut un
6adzuela, son pays natal. soir hach coups de sabre par les
"Presentd A 1'Empereur, Miranda dragons de Wagnac," un des chefs in-
nfut bien accueilli ; et quand it lui surges; sa bonne 6toile seule voulut
t dit que son dessein 6tait de pro- qu'il ne mourlt pas des suites ce ces
lamer 'ind6pendance de ces ( on- blessures.
es, de meme qu'il l'avait fait pouri
aiti, Dessalines lui demand quels A chacune de nos revolutions, nous
oyens il emploierait pour reussir entendons faire le procks sanglant des
ans UQ si vaste project. auxiliaires de administration dechne.
"Miranda lui repondit qu'il reuni- On dresse des listes funebres: A l'a-
t d'abord les notables du pays en vance, on condamne, au gr6 des res-
sembl6e populaire, et qu'il procla- sentiments des chefs, celui-ci g la
erait l'ind6pendance par un acte, un proscription, celui IA & l'emprisonne-
anifeste qui reunirait tous les habi- ment, cet autre A la mort, ce dernier
t dans an m me esprit. toutsimplement & Atreconfisqu6 deses
"A ces mots, Dessalines agita et biens.
a sa tabatiere entire ses mains, prit C'est probablement pour ob6ir A de
tabac et dit A Miranda, en creole: telles tendances revolutionnaires que
"Eh bien, Monsieur, je vous vois le commandant Racolier, un des chefs
i ftsilld ou pendu: vous n'62hap- de l'armee du Sud, posa A ses amis
ez pas A ce sort. Comment I vous cette terrible question rapportee par
le faire une revolution (ontre un l'histoire : Et que terons-nous d'In-
vernement 4tabli depuis des sie- ginac et d'Almanjor T Sans les effects
dans votre pays; vous allez pour d'une sollicitude particulibre,ces deux
leverser la situation des grands fonctionnaires de Dessalines,t eussent
p ritaires d'une foule de gens, et p6ri, dit Ardouin, dans ces moments
Sparlez d'mployer A votre oeuvre de furevr populaire.a
table du paper et de l'encre !
*he, Monsieur, que pour opdrer Un secretaire du general Yayou, du
r6volution, pour y r6ussir, il n'y nom de Henri, eut la tote couple; et
i deui hoses A faire: coupd i~ies, cette t6te, au dire de Madiou, fut por-
Seazes. t6e A la pointe d'un sabre et montree
iqe 'ob A Inginac, A qui il fut dit: w:Ton tour
Mt!se l'obscur jugede paix dePort- viendra bientdt.
atisseroux, eut inaugur6 dans
tefdi~stO llaer lution qui deva t Un conseil des generaux rbvolution-
-DeBalijes, il se disait '" las naires tena aux Cayes, le 16 octobre


'1806, eut


A d6liberer sur le sort de


deux g(ndraux de Dessalines, fits
prisonniers : Guillaume Lafleur, corm-
mandant de I'arrondissement d'Aquin,
et Moreau, .commandant de celui des
Cayes. On arreta leur mort, sans autre
jugement.
Je rapporte les circonstances dans
lesquelles eut lien I'execution de ces
setnences, afin de bien 6difier le ler-
teur sur les causes loin'aines et pro
fondes de l'esprit de violence don't,
jusque naguere encore, nous eimes A
deplorer les eflets.
Racolier, charge de I', xecution ltes
deux generaux, r~ notifia A L-leur
l'ordre qu'il avait r#QQu, disait-il, de le
conduire aa camp G6rard. Lafleur
obeit en montant A cheval au milieu
des dragons qui l'escortalent. Arrive
au carrefour Fonfrede. Racolier cria:
Halte! L'infortune Lafleur vit que son
heure supreme avait sonne : conser-
vant un rayon d'esperance, .. 6peron-
nant son chfval, ii le lardQt au grand
galop. Mais Racolier ordonna una
charge centre lui ; atteint par les dra-
gons devant 1'habitation L-ibarr~re, i
fut ma sacr6 d coups de sobre.
(c Tandis que Racolier se di:igeait
avec sa troupe au camp Gerard, la
m6re de Lafleur, A un Age ddjA avan-
ce, qui I'avait suivi, arriva et vit Io ca-
davre de son fi s giant sur !a route...
Rassemblant ses forces dans sa dou-
leur maternelle, et aide de quelques
cultivateurs, elle lui donna la sepul-
ture sur les lieux memes. *


Pui-, on passa A Moreau.
a II 6tait A table, quand il entendit
le son de la trompette ; il s'iriforme
de ce que cela peut tre, et on lui re-
pond : Ce sont les dragons des
Cayes., Allons, mes amis, dit il,
c'en est fait de moi!e II se leve et
s'liabi:le promptiment. Racolier entire
Idans la chambre ou i l tait, et lui dit
qu'il avait ordre de le conduire aux
Cayes. aAllons-y, mon camarade, re-
pondit-il : je suis prkt,.
cOn le fit monster A cheval, et, pla-
ce au milieu des dragons, quand il
arrival au Carrefour Touya, il dit avec
sans-froid : Eh bien ne sommes-
nous pas convenablement ici? -"Non,
general, un peu plus loin," lui repon-
dit-on Racolier fit faire halte vers
I'habitation Pamerle.


Aussitt Morean descendit de che-
val et demand un crayon pour 6crire
quelques lines sur ses affaires d'in-
tertt; il donna cette note au capitaine
Moulite Tuffet, en le priant de la re-
mettre A sa femme... Sur le point de
recevoir la mort, il pria qu'on lui per-
mit de conflpr encore .quelques paro-
les au mmeo officer pour etre rap-
port6es a sa femme.
Quand 11 eut satisfait ce desir, ii
dit : Mes amis, tirez maintenant. "
Les officers des dragons dechargerent
leurs pis'olets sur lui, a deux pas : il
tomba mort. Racolier et son escadron
reprirent alors la route des Cayes,lais-
le ca'favre a terre."
Sait-on A qui ce cadavre dut la se-
pulture ? A ia vcuve de GeTrrard, qu'-
on accusa Dessalines d'avoir empoi-
sonn6. Cet acte d(e gh4nerosit6 est peut-
(tre un indice de l'innocence de Des-
salines A I'dgard de la disparition de
Geflrard.
AuG;USTE MAGLOIRE.





RENSSIGNREMNTS
MfTEOROLOGIQU8ES

Observatoi r
DU
SIMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL


VENDREDI 2 AVRII. 1909


Barom~tre A midi

Temp6raturej i r .um


763, "/"2
23,0


[maximum 34 ,5
Moyenne diurne de la temperature 27 ,9
Ciel clair jusqu'a x i Brise de mer a
2 h. 30 m, assez faible. Baromkrre en
hausse.
Depuis 2 h. de l'apris-midi 1'atmosphere
s'est charge d'une couche 6paisse de
brouillard sec, qui faisait paraitre la lu-
miere du soleil jauntire.Le courant est ve-
nu de 1'Est. et la brise de mer n'a pas
change sa direction. Le ciel est redevenu
net vers les 5 h. L'anglais designe ce ph6-
nomrue sons le nom de smoke, l'allemand
'Hoehenranch ce qui rapelle bien la na-


TroisibIre Ani6e, No,-606


Samedi, 3 Avril 1909.


FOR 1 -AU-PRNruCE ( HAM







ture du pheuomcne c'est-A-dire fumde, en
en francais on a gard6 le mot brouillard
sec.
It est probable que les cultivateurs prd-
parent actuellement les jirdins par de
grands boucans et que le lien d'origine
n'est pa loin.
J. SCHERER
Echo de Hinche
Le dernier courier nous a appjrtti la
bonne nouvelle d; l'arrivee a Port-au-Prin-
ce des principaux capitalistes strangers qui
competent relier sans retard notre arrondis
segment, hdlas si priv6 de moyen de trans-
port, par une voie fcrr6e avec la Caoitale
d'une part et Goniives de l'autre. Qielle
bonne nouvelle En effLt, ceux qui en ont
etd au courant, poor ne pas dire toute la
population ont eu ddjA A s'en rdjouir. Dieu
vraiment, avait rectve un sauveur pour c-'
pauvre pays dans la perso'nc de Son Ex-
cellence le G6ndral Simon. -- Comment? il
fut un temps oul l'tranger ne cessait de rd-
peter aux concessionnaires haitiens ; des
capitaux, nous en avons, mais nous ne
pouvons nous d6cider A les utiliser dans
votre pays, vu le peu de security qu'il nous
nous offre. Qie de'contrats, votes, pro-
mulgues sont res es inexecutes pour cette
raison ? Le pays depuis a rderogradd et la
mis&re s'est fait sentir dans tous les foyers.
Aujourd'hui, quel changement le nou-
veau gouvernement inspire confidence. Des
capitalistes de bonne toi viennent eux-
mcmes exposer sans crainte leurs fonds au
rel&vement du pays. Cette occasion to.;tc
favorable, devons-nous la perdre ? -Jamais,
Jamais
Le Gouvern.ment du G6ndral Simon
saura largement en profiter et ce, pour le
grand bien du pays. Pour nous de l'arron-
dissement de Hinche, d'ores et ddji, nous
le remercions et souhaitons que I'execu-
tion de si importants travaux ait lieu sans
retard dans I'int6e&t de la nation entire.
Vox.
Nouvelles Brochures
Nous avons recu de Mr Camille Bruno
I'honmmag-, dot:t nous le remnercions, de
sa brochure a L'4Agriculture et t' lBudget P.
Nous ne manquerons pas d'examiner avec
attention les vues exposees par l'auteur sur
un sujet qui nous est cher en raison de son
extreme importance.
Nous remercions egilement de l'envoi
gracieux de sa brochure en vers, M. Isnar-
in Vieux, qui rend ainsi hommage a la
memoire de l'infortund Killick.
Nominations
Mr le Gal. Louis Cambac6rss St-Just6
vient d'itre nonmm Chef de l'E:at-major
general de l'armee.
Mr le Colonel Victor Glaudin, est
nomme Juge de Paix de la Petite-Riviere
de l'Artibonite.
Tribunal de Cassation
SECTION CIVIL
.Audience civil du jeudi ier .Avrril 909o
A dix heures et demie du matin le Tri-
bunal prend siege sous la pr6sidence de
Mr le Vice-president Ernest Bonhomme, et
recoit la prestation de serment de Me J.
L. VWrite, nommd juge au Tribunal de
Cassation en replacement de Mr Georges
Sylvain, appel6 a d'autre tonction.-
La composition du jour entire en siege
sous la pr6sidence e Mr le juge C. D-
jean et prononce les arrets suivants :
-- Celui qui declare les consorts Mar-
celin irrecevables en leur pourvoi centre
les consorts Fils Durd.
Celui qui rejette comme mal fond
le moyen unique du pourvoi centre le iu-
gem ent du Tribunalde Commercedu Cip-
raitien du 17 Novembre 1908, rendu en-


tre Iabib E'ias et Schama Dicosta et Co
condamne le demandeur aux d6pens.
Le siege est lcv6.
Fiangailles
On nous fait part de L0ogane des fiir.-
;uilles de Mile Anchise Dautant avec notre
sympathique ami Pcrceval Simtbtrt.
Meilleurs compliments aux futures 6poux.
Revue d.a March6
Cette sem.iine a c-td pirticuli&r&ment in-
teressante
0 a ftit de nombreuses transactions.
Tout d'abord il a fllu liquider les af-
faires sur fin M.rs. Les rgglemen-s ont 6td
fits dans les meilleures conditions pour
ceox qui avaient vendu au taux de s.to,
560, 55o et 540 o o -- avec la baisse ils
ont pu achcrer A 490, 480 o/o et mme
jusqu'A 440 n/o pour se couvrir.
D'auLre part on n fait de nombreuses
trinsactionq sur le terre. On a vendu jus-
qu' 4.20 010 Sur fin juin.
Dans le courant de la semaine prochaine
nous verrons probablemenr le taux de
400 o/o.
Aujond'hui A overtureue nous sommes
a 440 o/0.
Les affaires enr traites ont 6td lourdes :
cn a fait A 2 oo 1/2 o/o pour le Ham-
bourg-Paris.
Les Cheques sur Paris ont trouv6 pre-
neurs A 2 3/4 j o/o de ptime. Les che-
ques sur New-York A i o/o-
II est arrivJ un miller de sacs de caf6
de Province. Les acheteurs n'offrent que
37 A 39 co tre billets 1-2.
Les derni.res nouvelles accusent un re-
cul de Frs 3.- pour le cacio qui est A
Frs 55 mais par centre le cafi cst A Frs
52/53.
Le ni kel esL A 6 o/o escomp.e pour le
cash et 5 5 1/2 pour le liv pay.
Port-au-Prince, le 3 Avril 1909



POLITIQUE

Nous voila, avec l'ouverture de ce
rois, dans la pdrio ie lEgislative, puis-
que le vcea constitutionnel est que les
chirnbres s'ouvrent au ler lundi d'a-
vril ; mais ii va filloir foreiment que
tous ayons dies vacances en raison des
fetes de lq semaine et celles des pre-
miers jourside P&ques. Cependant il
faut admettre qu'upr&s cela les manda-
taires de la Nation ne laisseront pas
6couter tout ce long mois sans venir
reoccuper' leur siege, parfaire les tra-
vaux prelinminaires de la session alin
d'aboutir a l'ouverture officielle et de
rentrer en contact, d'une tacon r6elle
avec un ministere sur le compete du-
quel on veut fonder quelques espdran-
ces et le voir A I'cOuvre par 'action, par
dles actes.- Ceux qui d6sirent cette
epreuve pat, iotique ont quelque peu
raison ; car on a eu tant de beaux mi-
nisteres de deceptions.
D'autre part, la conception t1i devoir
n'est pas chose ignore des membres
du Corps legislatif ; ils savent tou tr,,
bien dans quelles conditions ils ont
lai-sd le pays apres qu'ils eussent 6lu
le President de la Republique, sans
munir le nouveau pouvoir, qu'ils ve-
naient de crder, de decisions P1gales,
lii permettant de repondre aux obli-
gations de l'Etat. Its le comprendroait,
nous en sommes stirs et voudront bien
se hater d'etre A leur poste a temps.
CAILLE NeRa- NUMA


A PROPOS
DE
L'erreur
R6volutionnaire


NOTRE


ETAT SOC AL


Nous avons re<:a de M. SAlon ME-
nos, Docleur en droit de la Fazult6
d3 I'aris,la lettre ci dessous qae nous
rmettons sous les yeux de nos lecteurs,
rooins a cause de ce qu'elle content
d( p)erlsojnnllemenlt flatteur, que com-
ile un t6mrnoignogt nouveau et des
plus distingu6s de la consecration de
nos ides par I'6lite notionale intel-
lectuelle.
Port-au-Prince, le 30 Mars 1909.
Monsieur Auguste Magloire
En ville
Mon cher Magloi.e,
En vous remerciant de l'envoi de votre
volume sur l'Erreur rivolutionnaire et notre
edat social, j'ai grand plaisir A vous f1liciter
de ces etudes si int6ressantes oh votre es-
prit clair et positif allie on ne peut plus heu-
reusement la stiret& de la methode A la
precision de l'observation.
Cet ouvrage mdrite d'etre lu et relu par
tous ceux qui d6sirent autrement qu'en
parole le progres du pays.
Bien cordialement a vous
SOLON MtNO;



Al Lycee national

Hier selon la coutume etablie depuis la
Direction actuelle, le lycee de Port-au-
Prince a commemor6 dans la plus strict
inimit6 le souvenir de sa foundation et la
mdmoire de son illustre fondateur, A'ex-
andre Petion. Des le matin les el6ves ac-
compagn6s de messieurs -re Directeur et
ils surveillants g6ndraux firent visit A son
Excellence le president de la Republique.
Au course de la reception qui fut cordial
autant qu'ils pouvaient le d6sirer, l'61eve
Cuvilly de la classes de philosophie, au
nom de ses condisciples, exprima au pr6-
silent de la Republique les sentiments des
dleves du lyc6e et les espoirs qu'ils fon-
daient en lui.
La petite fete commenqa au lyc6e dans
l'apres-midi, des l'arriv6e du ministry de
l'Instruction publique vers les quatre
heures, par l'exdcudion au piano et au vio
Ion de l'hymne national haitien et quel-
ques uns des plus beaux morceaux du rd-
pertoire musical classique.
L'6elve Pierre Agnant, de la classes de
philosophies adressa le compliment de bien-
venue A Mr le ministry de l'Instruction
publique. Les elves S. Milord, de la classes
de Rh6torique et C. Pressoir, de la phi-
losophie firent l'6loge d'Alexandre P6tion.
Entre les deux discours, et apres celui de
l'eleve Pressoir, les l6eves F. Narcisse de
la classes de troisieme, G. Augustin, de la
classe de quatri6me, Ldon Laleau, A. Guil-
laume, D6brosse, Pierre Agnant, de la
classes de philosophies, debitdrent des mo-
nologues et des posies.
De nombreux applaudissements de l'as-
si:tance tmmoignerent du plaisir qu'elle
prenait A ces manifestations artistiques.
Intre temps, la musique dirigee par MM.
Astr6e et Duroseau continue A charmer le
petit nombre des privilegids invites.
On pass ensuite aux jeux sportifs, et
les jeunes lyc6ens ex6cuterent les exercices
de gymnastique les plus difficiles avec ai-
sance et habilet6.


Le ministry leur en exprima sa satic.
tion. II affirma la bonne impressionqil
avait rescue et I'espece de surprise agribr
qu il avait 6prouv6e, constata en termies.
brands les excellent rdsultats obtenus
la Direction actuelle et en fit son comply?
ment au Directeur. Celui-ci profit de cn
tinuer A mettre tout son d6vouement an
service de l'oeuvre que, selon l'expressjo
du ministry, il a si bien menee. Passion
prit le champagne et l'on se sdpara encha
t6s les uns des autres.
Remarqud dans I'assistance: Mr l'In.
pecteur des 6coles Th. Martin, Justin Ba.
reau, chef de division au Dbpartement de
i'lnstruction publique, Rodolphe Bam,
sous-inspecteur des dcoles de la circonscss
tion de Port-au-Prince, Hermann Hiram,
ancien professeur.
Ce martin, les e16ves ont t6 rcasPu
le directeur.


BOITE AUX LETTRES

Aux Cayes, le 30 Mars 1939
A Monsieur ClIment Magloire,
Directeur du Matin
Port-au-Prince
Mon cher Directeur et ami,
Sans enter dans les coteries, sans
chleicher A savoir si le Dl4dgu6 Jean.
Gilles que je tiens pour un gentilhomme
est coupable ou non des fits qu'on li
reproche, je dois dans I'inte6rt delav4.
iit6 et pour la dignity de la ville de
Cayes,relever une erreur commisefaute;
(de renseignements sans doute par I'ae
teur de l'article intitul6 a ,e GW6r
Turenne Jean Gilles, paru dans k
Martin du 16 courant et of j'ai lu avr
etonnement la phrase suivante: tAlla,
fouillez dans les archives de 1902 dell
Chambre des d6putds vous trouverezl
une petition de la population des Caye
portant des accusations autrement gra
ves que les v6t.res centre le D61~gi
Antoine Simon. Cependant,le voiliaa-
jourd'hui Chef supreme de la Nation,
et loin de se venger de ceux qui l'*
c iblaient hier, il les embrasse, il leir
donne des functions 61evees, i les ap
pelle A ses c6tes, il les protege. *
11 est inexact, mon cher Directef,
de dire que le ID)lgud Antoine Simodn
a Otd d6nonce auGouvernement enItl
par la population des Cayes. Cettepop0i
nation qui l'aime profond6ment et f
1'a toujours vdnerde cause de sa noall
conduit etde ses bienfaits incalculable]
est trop soucieuse de sa dignity 0t d
son bon renom pour s'oublier jusqO'
signer centre lui une petition quiOa
contiendrait que des insanitds.
Si vrai que le G6n6ral Simon est rto
p3ctd, choyd et aim6 de tous, Cayenls
strangers, qu'il parcourait jourano
merit la ville et la champagne sans M
escorted de guides et de soldats arf~
ne relevant sur son parcours quo
sdluts et des poig des de main.
D'ailleurs, le dernier movement -
pulaire qui L'a amend au Pouvoir t.
)reuve la plus Bloquente qu'0onP
jfIlrir A ceux qui en pensent dia
ment.
Aujourd'hui, President de la
b ique, II a raison de dire, qoa't
& re pour Port-au-Prince et pour
la R6publique ce qu'Il fut aux Cla70s
ville natale, pendant 20 ans: uf
pere de famille, aimant touts se
d'an 4gal amour. _
II a plu peut-4tre en 1902 A
ti ois compatriotes excites par '
sion et la utte des parties politiga







d digger ue soi-disant petition PARIs 31.- Discutant le trait franco-
p, de roreger noble Del6gu6, en t6te canadien au Senat aujourd'hui Mr Cuppi,
Itreote otr onorat d probablement ministry du commerce, a insisted sur le
laqe:opulation des Cayes. Mais une po nt que tout pays riche dans le mon Ie
birel:alepico ne doit pas engager la devait ktre un client de la France, et f,-
ablableil ela population devant sant allusion aux Etats-Unis, il a qual fi |
ponsabihtde a p le d6veloqement de ce pays comme le plus
istoire. poique du dere
SGist ral Simon, vous le savez peut- grand ev6nement poltique du derner
a n chera Directeur, mais faut-il siecle. En ce qui touche le Canada, ii a
ie le redise, resectueux des lois et dit que ce pays ne pouvait manquer d.
aje fltutionne n'a jamais fait eouler s d6velopper et qu'il restait deux choses
eonstit ou iustement le sang de au S6nat l'adoption d'un trait de comr- ;
cniteme as Au contraire,c'est grace merce ou une guerre de tarifs Le iminis:ie
con patriotism et ses vertus chr6. croit que l'adoption du trait d: commerce p
nie, qu'il existed mAinttment dans le franco-canadien serait sins aucun doute
'ne iadede jeunes homes in- d'un grand bdnefice pour la France.
ssants capable dr rendre au hesoin LONDRES 30 Les suffiag-ttes ont tent6 v
grandsservices au Pays. nouveau de p6entrer dins ola Chm'bre p
'euillez donner publicity a la pr6- des Communes ; elles en out 6te ermp- c,
te et recevoir, mon cher Directeur ch6es par la police qui a proc6de A des p
m!, l'expression de mes meilleurs arrestations. a
timents. THtERAN 30.- Douze nationalistes fu- d
Ji. DURINVILLE JEAN, rent tu6s et vingt bless6s A Shamghagen, a'
au course d'un engagement avec les trou- p
avocat pes r6gulieres ; ces dern;6res eurent seize q
-..4, tnu s.
BELGRADE 30.-- La formule adoptee par
Gles Puissances en vue du reglement du dif-
ferend Austro-Serbe, a 6t6 pr6sent6e au-
t11ra11r jourd'hui au Gouvernernent Serbe par les d
ministries de France, d'Ang'eterre, de Rus- q
sie, d'All magne et d'Italie.
erni res D6p6ches Le roi Pitrre ,a promulgue un dbcret
chirpeant les pr6noms de ses fils : Geor-
s-- ePP vinr A vexndlre et Alexandrle Geor-


OSDRES 30.- 01 a eu tout lieu de ges. Cet.e decision a et prise pour conser-
re que l'amiral lord Charles Beresford ver le prdnom de Georges a l'hdrtier de
mmediatement attiser la lutte politique la Couronne.
ujet da programme naval, pour assu-
asupr6matie de I'Angletterre sur s -- --s
es Puissance.s Lord Bere, ford qui rd-
ment a te relev6 de son commande-
it de l'escadre de la Manche, a decla-
Quemment A ses amis qu'il fcrait tout
on pouvoir pour que :I'Angleterre ait
marin de guerre plus forte len unites Le steamer Pr:ns Frederik
ussi plus formidable A tous les points Hendrik venant. de New York et
ru, I nde St-M .rc, sera ici dimanche ma-
toeLBo^ .'-Les pionniers de la tin le 4 courant; il partira dans la
prince d" IXatoria et de la N.,uvell- soiree pour Petit-Coave, Jrnmi'-,
e dS l ont offer au Gouverne- Cayes, Jacnel, et Ciracao.
it imp~lr, ~t,. nom de cts provinces, Port-au-Prince le 2 Avri! 1909.
)mme hncessaire pour la construction GGRLACH & Co
" Dreadnought "'.
ette offre a ;16 faite A la suite de nd- AGENTS
nations mntrles deux provinces
SSouscrip oins pour ce "Dreadnought" A vendre chez
at publiqucs. La nouvelle Gille du en re
,d'aprns sa population, doit fournir Mine. Ph. Kieffer & C
Ssa part 3 millions de dollars ; et la*
iiuce de Victoria, 3 millions. RUE DES CISARS
ST PETERSB)'URG 30.- La Douma a Vin rouge et b'anc en gr'os et. C1
aujourd'hui le budget de li marine d [tail.
ute some de 2.242 oo dollars qui Vin de messe par dame-jeanne et l/2
fire depensde imm~ddatement pour bariques.
adre de la Baltique. Une some de Haile olive surfine par gallon, pat
00 lHuile olive sur riie par gallon, pat'
0 00o dollars pour la inise en chan- litre et 1/2 litres
d'un nouveau cuirass6, a |6te refuse
aDouma, qui se 'basesur le fait que la Port-au-Prince, le 22 Mars 1909.
pnisationjde I'amiraut6 est incomplied. '---'".*c.., *** -"-"^.' -
S30o.- Le chancellier de Bulow a Pharmnacie
0nc6 aujourd'hui au Reichstag un
ant discours sur la politique intbrieure A o
SLechancellier a deuontr que sa A ROB E RTS 8
fon continuait d'Xtre forte et qu'il a
and en maItre aux attaques de ses PORT AU-PRINCE, HAITI
'SBASTIIEN 30.- Le roi Alphoise Sernencespotagbres, bienfraiches.
redu en automobile A Biarritz pour' 0,20 ts le paquet
re viSite au roi Edouard Les souve EXPADITION EN PROVINCE
idijeuneront demain ensemble.
~~pE31 .- La situasion en Serbie est Port-au-Prince, le 23 Mars 1909
I' icd avec anxitd. On craint que --- --- -
e des Karageorgeovitchs pour- Huile d' ve
bien tre renvers~e et on craint queI iI0.Iv T
andes serbes ne soient desarm~es sans SUPEHIEURE
s desordres 6clatent en consqence 5 LE LITRE
ritthe a dsid de maintenir des for-
ttportantes A la frontiare serbe. I Chez A. de Matteis


.1


11
ii

c'i
n
I ';


VIENT DE PARAITRE
E rreur
R6volutionnaire
ET
NOTRE ETA v SOTCAL,
PAR
AUGUST MAGLOIR ,E.
UN VOLTrME broelhi de pn-- de 3(00
ag'-s, en venteo a l'limprlmri, 'iu MAa-
n. au prix de Deux Gourdes l'exem-
laire.
Nous engageons nos lecteurs A lire
Svolumne qui, par la faQon dont il
ectifie de tre& iinteressants points de
ue sur la p6riode colonial et les
remiers temps de notre hiisloire,
onstitue, slon l'expression employee
ar I'auteur dans son Avant-propos,
la preface oblige ,, de l'fistoire
'Haiti d l'usage der adulte.z don't nous
vons mis la premiere parties sous
resse, sur la demand gen6rale, et
ui paraitra aussi tres prochainement

)octeur R. R. EWALD
Parti pour J6r6mie, a l'honneur
'annoncer A sa nombreuse clientele
u'il sera de r-tour dans deux mois.
Port-au-Prince, 12 M;Ir 1909
----- ----- -- ----- --

]es yeux et aes oreilles

Pour 1'6dificatiot des personnes ma-
ides de ces organes, la lisep ci-des-
ous done les nomrs des affections des
eux et. des oreilles, trait6es plus
vantag-usement, de I'avis de. sp6-
ialistes mot'ernes les pIus er re-
om en Europe et en Aminrique, patr
application de l'Elec'ricit6 (teclni-


que et appareils sp6ciaux ) que par
tout autre moyen therapeutique soit
medication locale par des collyre,
lavage, irrigation, pommade, ou
cauterisation aux sels d'argent, sca-
rifi'ation et autre operation san-
g ante.
Des yeux :Conjonctivite granulaire
( granulation ), Conjonctivi!e chroni-
que kvstes et autres tumeurs des pau-
pieres, trichiase partielle, larmoie-
ment, r6tr6cissement des canaux,
spasme ( tic ) ptosis, opacite de la
cornie, ulc6res de la coirne, iritis,
adhirences, 6pisclerite, keratite, ca-
taracte rnolle, ritinite, neuror6tinite,
hyperesthesie retinienne, hbmorrhagie
retinienne rAcente, atrophie du nert
optique, n6vrialgie oculaire, douleur
oculaire suite d'op6ration chirurgi-
cale, defaut d'accommodation visuelle
( astlienopie, amblyopie, presbytie )
r4cente, atnaurose, glaucome chroni-
bue.
Des oreilles : Surdite cause par
illammation chronique de l'oreille
moyenne, adli6rences des osselets,
polypes,hypertrophie et catarrhechro-
nique des muqueuses, et du tympan,
retrecissements des tubes d'Eustache.
C:hacune de ces conditions pouvant
'auser la surdit6, celle-ci est curable
quand ces conditions le sont. Surdite
ierveuse, et ce!!e qui fait suite aux
maladies, fievre typlhoide, c6r6bro-
spinale, et diplit6rie.
Cabinet d'Electrotlhrapie du Doc-
t.eur (. GAVEAU
iMddecin el Chirurgien de l'Universiti. de
Harvard
128 Rue du Centre.
CONSULTATIONS, TRAITEMENTS, A prix
mnod6ris.
de 7 10A. M.
(( 2 ( 4 P. M.


Maison Jules Laville
93, HRUE D1U MAGASIN DE L'ETAT,
AP la. SMtetropole

Pour la Semaine Sainte


Vienne ,t d'av(ariv par lIes dernrierst vtj irs les artic :c suivants dantr
leur fraiclieur et A des prix exceptioncEls


Thon marines
Sardines A Tl'huiie niarques
Amieux, Amazone et Texicr
Maquereaux A l'huile
c" au nature


Caviar
Saurmon au nature
Anchois5 I'huile
Escargots : la board
Huitres


toute


Ielaise


Morue sans os tr6s fralche, en paquets de I et 2
FIromages tie Munster tries frais


Livres


PETITS FROMAGES DE CAMEMBERT, BRUE & NEUFCHATEL
ddlicieux en terrines et petits fctib'ancs


Beurre


de Normandie Marque Bretel fo.res
en ferblrncs de 5, 1 liv. et 1/2 liv.
Le Beurre le plus appr6ci6 du Monde


Huile d'Olive surfine. Vinaigre


Pommes de Terre fraiches
Biscuits fins Olibet
BiMre franCaise


Avoine concassee ( Clatmcal).
Macaroni
Vermicelle


Legumes divers flageolets fins, petits pois.
Saucissons de Lyon et d'Arles
EPrix JM1odlres
LE BON MARCH PAR LA QUALITY


-r --- ~~~L dl_~--~T








GRAND PRIX HOURS CONCOURSE


Rhum Barbancourt
MAl.-ailles d'or, Mention honorable, Menrbre du Jury, Grand
prix, Hors concourse dans toutes le ; Expositions depuis
1881 jusqu'"3 1907. ( Ancion et Nouveau Coatinents)
Madame Veuve BAR_-BA.NI OURT, seule d6posi-
taire de la m.r-que Rhum Barbancourt et seule propri6-
liire d.s formnules qui ont fail obtrunir a. Rhumr Barban-
court les m6dailltes d'or doe outies les Expositions, a pris la suite
les affaires de feu son mari, et se tient a la mwmehalle, sise 7, Rue
des Cesars, a la disposition de sa nombreuse clientele,
don't les commander seront executees avec le m eme soin que par


le pass.

A Vendre

Une propriedt, sise rue du C(entre,
en face de I'ancienne maison de Dros-
saint Lilavois.
Pour les ren:seignements s'adresser
A M. ii. Batraville.

H6tel Bellevue
Le mrieux situ6, le plus con-
fortable.-- Champ-de-Mars.--
Cuisire ,ranommre.-- Vue sur la mer.


Gu~rison de M. SOUILLARD
atteint de tu)'erculvee p'loaunowrre
PAt I.'EJIXIR DUPEYROUt
m1. A ( w r I -,I ) I iI ,!..-kI 1W, 4T' ;I- rle ) re en t aioi~ot ogrra-
;ic 4rIc 'l'rin uge,
1a B' cI.i II CVi (Seilne-et-
( ~t9 1 ii'a ioruims
j..ti pbieh r soni cas
.3 ilie a :es seiimbla-
,Iu11ef~c. 1 viiiat inia
c !"is4 I I aIi ll It- V Ic 7
iv\ril i)o7. 11 t-tait
RC at;cde depis le 5
I]I 44(..it s Ii 'Ia 9.11iclit
cr t iiii iugc lie
cia' lt,'c~,9 il99 tI'o~l cii'41j l'~; ie
Je ~ ~ ~ ~ ~ ~~~r I niaii nA-v'j.iuln IIiialaCdLXf
t,~t.I itilti'a xie'it uiil!1I ;1 nitil, ()uI a ietc det
Lk(c l, I c*l'~ ikotS;11 delu tici ait. crachait. b
\tt 1) r. I; Jivai O
t9 Sq UllI'c del 3e1 1 9'I i i 5. I'ri
o ccUtil 14 iui l le 'ie l ld uI t il .i' s l scr uit i
litl Jill 1 11.4-cl 1 v 1s mon lraitf' niciil a ba!,e, (.III( L Xl. R

to jielillct 1"'17 it viall. glit:)ll~fl(.l l. f 't es
5, Squarec dc NivsBille, 5, Paris.5

.~jirtjjr Ix. Lu Ill. il dclti 199. 1. .itui ,, de la uethide du
tialiLmout de la tubiircu:ouI.4 9 par' le':a le JL)OCLeur Dupcyroux,
.a& *a voin chx lMime (di. waId, phl' Alrinl, Port-0a-Prince.


HNe manezP ilus de pain!
S'il n'estfait t .'.:- i "Pllsbury's

La meilleure farine du monde
Celle qui done le meilleur pain
Qui produit le plus de pain
Le pain le plus blanc
Le pain le plus leger.
Pour tous renseignements s'a-
dresser A :
Ernest Castera
e*tr^-:onti nrit d.e :la PILLSBURY'S WASH-
BL'U: Loun MIL.S (o M IN-iAPOL1S
tna I'


^*vfv^.^f^^s.wr,. w sw -,......-- .
M. et Mmne LAporte-LAFFITE
(NIE ARCHER)
60 A' n. nuede( Gobelins, 60, (Paris)
O()Trent leurs services au commPrrce
'-t aux families, tant de Port-au-Prince
que des autrts villes d'Haiti, pour
toutes commander de marchandises,
,in., articles de toilettes, de mode et
e e bijojit't ie, etc.
On peut expedier les commander
; I'adresse ci-dissus et pour tous ren-
iimmrne:nts s'adresser au bureau do
iournal.

Etude
DE
fe Charles MILLERY
Notaire public
53, Rue du Port, 53.


Grand d Rabbais !


JAMESTOWN TERCENTF F-NIAL EXPOSITION


t 1907 )


HAS COIN FERED A
Gold Medal upon



Tail- erie Coitilnentale

DE PORT-AU-PRINCE
CHAUSSURES


(tCEVREAU GLAC(:i, pour homes et dames P. 10
VERNIS ECLIPS ( 12
(OULEUR LOTUS a 12


Enfants P. 8


Pour la vente en gros 5 olo d'escompte.


Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirig6e par

L HODELIN
Ancisn membrs de la Socisd Philat-
thropique dsz matres taille-rs de Paris
Vient de recevoir un grand choix d'd.
toffes digonaie, casimir alpaca, chevio-
te, cheviote pour deuil, etc, Recomman-
de paiticuliBrement A sa clientele ant
belle collection de coupes de casimir,
d.e gilotr, de fantaisie et do piqa de
tcte biiau.ts.
Spcialitd de Costumes de no-
c.s.- Coupes Frangaise, Anglaise et
Am6ricaine de la derni6re perfection.
La mason confectionne aussi des Cos-
tur.oa mnilitaires, habits brod6a
lo-%a.- "tuniqums, habits oar-
?0. 1,0 -2, da SIos gradiB


Chapeaux!

h Chapeaux !
Chapeaurl !
PAILLE DI PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ

S SN MILLAN
L. coiffeur ar!iste, qui vient avec le
concours d'un chapelier remarquable.
I J ..s TESTAR. d'installer one
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Sa'o de Coiifurr du Low4r*
Pa1 r too)s 5ss goftxs at pour tttutun
Ie. PoursTes.
* -- -
Corsdomerie Nouvelle


;Sa PE I UEB
143, GRAND'RUE, 143
PORT-AU-PRINCE
CHAUSSURnS IN TOUS GXNRzs
Bw D*P6T, POUR LA VENTM
M GROS IT DiTAIL.
Ex6cutlon prompted des
commandos, tant ici qu'en
Province.
Formes A hommes ; le6gantes et ra-
tionuelles.
Chaussures de dames ( Derniare mo-
de de Paris ) et le plus commode :
chaussures pour infants confection-
ndes avec des Peaux de routes nuances
d'une sBlection at duree irr6procha-
bles, A des prix avantageux.
Cirages, pAtes et liquides
Pear 4 scv.vsr de ie*ts MnamesN .

DEMANDED
L'Annuaire de Ldgis-
lation Haitienne, par Me
Etienne 'Mathon, contenant les lois,
decrets, contracts, arretds de 1'Aln-
n6e 1908, au prix de DEUX
GOURDES, chez M. Verrollot, im-
rimeur, rue Bonne-foi et Chez M*
tienne Mathon, 87, Rue du Centre.


JULIEN FLORUS
Ancien dglve de la 26* Compa,
d'ouvriers d'drtillerie (LoPtW
Se tient A la disposition dn pA
pour tous travaux de FORGO, et
JUSTAGB, de REPARATION de oCO
forts etc. etc. A de bones cond-i
Rue de la Rdvolution Ny19l
Vis-d-vis de la Chambre des


NESTOR lELI
L'excellent tailleur avantageuseq
connu de toute la Rdpublique teo
de rouvrir son atelier Rue Firok
(Rue des Miracles ) No 61, pros do
L6ger Cauvin,
Sa nombreuse clientele trouvn
comme toujours toute satisfact
pour les travaux qui lui seront c
fies.

Francisco DESUSE
Fabricant de chaussurg
La Manufacture a toujours en do
un grand stock, pour la venti
gros et en detail, de chaussures.
tous genres pour
HOMES, FRMMES, EFANmTS
Les commands des commerce
de l'int6rieur pourront 6tre "ex4ou
dans une semaine A peu pr6s,
23, Rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PRpNCl (AIAnl)


AL LLEGANCI
OORDONNERIE.
tS. J=ssj S
42. Rac des Fronts-Frts,
CHAUSSURUS IN DA*P6!L 9U i
Promptitude et soin ,
des tant ici qu'en proving .
Chaussures de Dame fi- t at
vail toujours tout ce re.l y a dp
nouveaux. I
Formes americaine et franOaise
Messieurs ; 6legantes et comMil
Pour les enfants le plus I''ai' i
Travail solide execut aj
des peaux de premieremaIZl
Assurance do grand rabai'.
PAtes, Cirage"* t Liqu41d

Chez App. Cipolin
155 Rue Rdpublicaine en face de
E. Robelin
Conserves fraiches arrives parf
nier vapeur.
Assortiment complete d'huile d'
pure, par gallon demi gallon ell
litre.
Vin de Bordeaux : rouge et b
vinaigres, madere.
Grand assortment complete
queurs.

M' C.. V
Tailleur-Marohba8ud
Donne avis a sa bienveillant
tele que sa maison No,7,RU
siere est toujours bien poU0-f1
varite d'6toffes de laI
veant6 parisienne.
QUALITr SUPaRINURB CouPs
TRAVAIL SOIGNi. EIACUTIOrJ
Prtix trJ rydditi