<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00588
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: March 31, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00588

Full Text


~eux~me Annte, No 603


PORT-AU-PRINCE ( HAIT


Mercredi, 31 Mars 1909.


MR


J


Arthur Isidore,


OUOTIDIEN


ADMINISTRATEUR


Camille N6r6 Numa
RIDACTRUR RN C IP


Abonnements: DIRECTEUR-FONDATEUR LE NUMERO 5' CENTIMES

Po- U Mois. G. 5.00 Cl6ment Magloire
DPARTEMENT Un Mois. 2.20 Les aiounements parent du i* et dua I di chaql
TDois Mois 86.00 DIRECTION- RDACTION-ADMINISTRATION mii it : sot payables d'nav~n
fTRANGER...... Tors Morl. ( 8.00 45$, al Iowx, 45. Lesmanuscrits is6r6s ou non a* mrelt pla syVu


BOITE AUX LETTRES

Port-au-Prince, 29 Mars I909.
Monsieur Clement Magloire
Directeur du journal t Le Matin
En ville
Mon cher Directeur,
Veuillez je vous prie, ins6rer au plus
prochain numrno de votre journal, !a lettre
ouverte ci-jointe que j'adresse A monsieur
Cauvin ain6 directeur du journal La Dis-
cipline.
Bien A vous.
ALEXANDI : LILAVOIS

Port-au-Prince, 29 Mars 1909
LETTRE OUVERTE
A Monsieur CAUVIN AINE,
Directeur-Proprittai e du journal


Monsieur,


a La Discipline v.


Dans le numrno extraordinaire ( No 8 )
du 27 Mars courani de votre journal,je lis,
sons la rubrique Audience crimineile du
jeudi 25 marsP, une longue diatribe oU0
des injures qui ne pourront jamnais
m'atteindre sont prof&eres contre Mon-
Sieur C. Bruno et moi.
le ne me serais pis donnI la peine d'y
accorder mon attention si elle ne contenait
pas le paragraphe suivant:
'Les t6moins cites par l'accusaion taint
M1. Alexandre Lilavois et Camille Bruno,
deux des metteurs en scene de ce process
qui fait la honte de ces hommnes sans foi
ni dignity, qui l'ont provoqu6. D
le veux que le public sache que la cita-
on qui m'a &et signifiee, a la requ&te du
iminissaire du Gouvernement pres le
tribunal civil de ce ressort, ne m'est par-
aeue la suite de 'oute une combi-
Son dqloyale A Petionville, dans ma
mere, que le 25 ACars courant, A sept
eres d al soir. Mon beau fr&re, Monsieur!
fst Nidal fils, qui me I'a remise a
'heue que je viens d'indmquer peut l'a-
,s, t l'appui de son attestation it est
measure d'invoquer le 6imoigoage d'un
?me de bien i qui it a eu a la commu-
tioe svir la route de Port-au-Puince a
tionville.


Je n'ai done pas pu reculer devant l'obli-
g.tionq',i nm'tait fiite,par la citation de me
presenter A l'audience du 25 mars du Tri-
bunal criminal de ce resort.
La comedie qu'on a jouoe devant le
Tribunal, en demandant que l'affaire des
contumax F. L. Cauvin, E. Defly et Ber-
nardin fut renvoyee sa la queue de la ses
sion )) n'est que burlesque.
Ici, j'ai une veritd s rappeler; car ii faut
que Mr L. Coutard, chef du Parquet de la
apitale, n'oiblie pas que le aReprisentant
de la Loi n'a pas le droit come du
reste cela est vrai pour tous les fonction-
naires publics de se soustraire aux obli-
gations de sa charge. II a manque A ses de-
voirs quand la citation ne m'a pas Ct si-
gnifibe au moins dans les 24 heures qui ont
preced6 l'audience criminelle du 25.
Et ne pourrai-je pas profiter de l'occasion
pour lui demander des explications sur les
faits suivants ?
Tandis que, dans l'iner&t de la Loi, il
avait mis justement de I'empressement-
ce don't ;e le felicite- a faire descendre
d'un steamer allemand, un citoyen prevenu
d'un crime de droit commun (ou d'exicu-
tion militaire pour me servir de l'expression
de F. Marcelin) pourquoi a-t-il laiss6 ou
laisse-t-i'encore,- lui,1'homme de la Loi, -
circuler librement par nos rues des contu-
max, c'est-A-dire des condamnes en rebel-
lion contre la Loi ?
Est-il necessaire je desire le savoir-
qu'il ait des instructions spciales du Secre
taire d'Etat de la Justice, Mr Magny, ancien
membre de la Comniission d'Enqukte, an-
cien S:cretaire d'Etat de la Justice du Gou-
vernement du Geaeral Nord jusqu'au mois
de Janvier 1905 ?
Maintenant passons aux faits indmniables,
irrefutables.
Laissez que je vous dise, Monsieur, ce
que serait ma deposition au Tribunal si on
avait agi de fagon A m'y amener.
Ma deposition aurait 6te tr6s-simple et
tres-veridique ; j'aurais expose a Messieurs
les"Jures, A Messieurs les Juges, A Mes-
sieurs les avocats de la defense et aux
membres du Parquet, ce qui suit:
SJ'etais tranquillement a P6tion Ville
quand les ( merteurs en scene a du coup
d' tat du 17 Decembre 1902 firent procla
mer par 1'armte et par le people (c'est cc
que je lis dans la proclamation du 18 D6-
cembre 1902, insdree an c Moniteur a du
20 du meme mois, et sortie, dit-on, de la
plume d'un futur ministry de l'Intirieur du


General Nord ) le Gn&ral Nord Alexis, Genral B61iard me fit l'honneur d'une vi-
pr6sidenr de la Rtpublique.On etait press, site A Pitionvillte,-acco npagn6 de son fils,
si press, qu'avant la ratification officielle mort depuis, de Monsieur Frdderic Le-
des mandataires autorisis de la Nation on corps et de mon jeune fr&re Drossaint Lila-
faisait deja figure en t&te de cette Procla- vois.
mation ; Au course de l'entretien que j'eus avec
"' Nord Alexis lui, en presence de ces messieurs, "je lui
President de la RIpublique rep6tai ce que je lui avais dit la veille, en
Au PEULaT A L'At.joutant: que l'on fasse elire constitu-
Au PEUPLE ET A L'ARMEE, etc. tionnellement le Gen6ral Nord par I'As-
Personne ne voudra oublier qu'a la sembl6e Nationale et je n'h6siterai pas une
seance de l'Assemblee Nationale du 21 De- minute a me mettre A la disposition de
cembre 1902 A l'heure solennelle ou i1 son Gouvernement pour l'aider A sortir
fallait regulariser ce qui avait 6t6 consom- notre Pays de I'orniere oh il se debat de-
me le 17 Monsieur Luxembourg Cau puis trop longtemps ddja par le fait de la
vin, s6nateur de la R6publique prononyi coupable politique de nos gouvernants.
les paroles suivantes: Je n'ai done aucune participation a1
Messieurs, au moment o0 il va 6tre l'arrivee au Pouvoir du General Nord
proced A l'dlection d'un President de la Alexis, et comment peut-on autourd'hui
Republique, je tiens A ce que l'A'ss:mb'ec me rendre responsible de fautes qui in-
Nationale, les troupes et les citoyens qui combent A d'autres? Comment peut-on
ont fait l'acclamation don't on vient de vouloir m'accuser de satisfaction de
parler et le pays tout enter sachent que je haines poiitiques' alois qu'A ce moment
deposerai dans l'urne un bulletin blanc, je n'ai voulu m'attacher A aucune candi-
en signed de ma protestation contre l'at- dature. A ce propos je fais ici appel
tentat du 17 Decembre que je rdp-otve et A la loyaute de Monsieur Luxembourg
don't je condamne les fauteurs et les ac Cauvin, je lui demanderai si au course
ieu-s. de l'annl e 1902 et A la priode dlectorale
"Personne ne voudra oub'i.r qee It il ne s'6tait pas prseutt chez moi, rue
General Nord Alexis p ur rdcompenser de la Reunion. accompagne de Messieurs
Monsieur Leger Cauvin des stcivccs qu'll Delinois et Horelle Monplaisir pour me
Lui avait rendus a propos de son avAne- proposer Jd'tre l'un des candidates, A la d6-
ment A la premiere Magistratire de i'Etat putation national du group auquel ils
le nomma dans le rer Cabinet qu'i! for- appartenaient ; mais sous la condition de
ma Ministre de l'Int&rieur et de la Po- me sdparer de mon ami, Mr H. Baussan,
lice, c'est-A-dire Dircc'eur supreme et res- avec qui j'avais fait la champagne electoral
ponsable de la Politique G&enrale du Gou- de 1901. Je ne pouvais pas souscrire A une
vernement,devant les Chambres legislatives parcille proposi ion que je considerais-ai-
et la nation entire. je dit A mes visiteurs-comme un acte d6-
'" L'honorable General B4'iard qui 6tait loyal susceptible de porter atteinte a ma
en ce moment A Port-au Prince, en pre- dignity.
sence de la situation pr-squ'incx:.ricab'e a Malgr6 le language persuasif de ces
qui 6tait faite au Pays par I'acte que Mr messieurs, je maintains mon opinion et on
le SSnateur L. Cauvin qualifit "d'attentat" nouveau rendezvous me fut assign par
me fit appeler, le 17 D6cembre au soir, au eux pour le lendemain au local du Minis-
telephone, de Port-au-Prince (j drais, je le there de l'Instruction publique oC M. Baussan
repate a P6tionvillc) pour me demander lui-m6me devait-etre convoqu6.
de me readre en ville ou je pourrais l'ai- a A heree mdiquee, nous nous trou-
der dans la measure de mes forces A vames tous presents: MM. H. Monplaisir,
sortir de l'impasse oA l'on se trouvait. L. Cauvin, Ddlinois, Baussan et mol.
"Malgre toure mon amitie, tout mon, a On demand A M. Baussan de retire
respect pour le General Beliard, un amni de sa candidature et on ajouta qu'on lui garan-
mon pere, je refusal de r6pondre A so. ap- tissait un fauteuil au Senat de laRdpublique.
pel en lui disant A l'entendement de Au bout de la discussion tres courtoise, mais
Messieurs J. T. Muzac, Camille Fils ai- un peu animde, je fis la proposition sui-
m e.t d'autres personnel prdsentes que vante:
je ne voulais prendre aucune part A ce qui a M. Baussan ne croyant pas devoir reti-
venait de se passer A Port-au-Prince. rer sa candidature, je vous demand, Mes-
".Le lendemain, 18 Decembre 1902, le sieurs, dans l'int&ret do Bien public, Il'une


_rC








union franche, sincere et loyale, de former Monsieur F. L. Cauvin de prouver con- 337, 44, 45, 46, Io0, 50o du Code
le groupe conime ie va;is vou s 'irdiqn;r: trairement ce qu'a afli-m Monsieur Faine Penal.
a je reti, tia c.tndal;urr' c' i :, ets, !ins sa dcepche confidentielle du 28 Avril Sur la requisition faite A Monsieur Br6-
sur l'htoneulr, d oe dnmer ot mon concurs 9o00 -queC amais le Conseil des Secr6taires dy, greffier en chef du Tribunal civil de
u MM. Diinois, I1. Moplaisir .t Baussan T'E1at n'a eu A s'occuper de cetre grave Port-au-Prince, ppWplusieurs des prevenus
pour leur ouvrir Ics porous l. la C ianbr- quesuon, Monsieur F. L. Cauvin ayant 6t6 represents reguli&rament par Mes Lespi-
pdes Dputr s. ,ecretaire d'Erat de l'Instrucrion publique r.asse Michel Oreste et Pradel, il se
es 'n c qui concern Mr L. CV iin, il 't du la Justice, du 17 Ace: 1899 au 9 No- transport i la conciergerie dela prison des
est convene quon se groupera pour l'en- vembre i9oo, date a laq elle Mr G Gedeon hommes de la capitale/,- recevoir leur
vyetr anu Sna;quaont Arnoi, a p ;ui a succedd a cette h te function. declaration de pourvoi centre l'ordonnance
vootier s a rester dans la vie p: aicc. n Messieurs Bernardtn et Defly ayant 6tC rendue par Messieurs les iuges Leon Nau,
a Messieurs DelinoiF, Cauvin. Mon.dlaisir aussi porters P- Jh. Janvier et Emile Dovet le Ier Juil-
et Bausan reusnt La comb.nais 'I Nou LU premier du Bon no 576 de 6 ooo dollars, let 1904-
nous sdparms sans avoir ritn ar: i dernir no 574 6.oo0 dollars, Le Pourvoi librement et longuement
Apr ce, l, pe t on in-'accusc A,.i h l 'urs aussi avec pieces a 'appui est piaids devant le Tribunal de Cassa ion.
de psins I 4 1:poliii a vrit des fdts rapports A leur i e Tribunal supreme- Monsieur Ed. Dau-
Cauvin onu -de ,ui q 'e cc suit .? iLs 1Lou- ug vd par !an Commission d Enqunte. phin, cornmissaire doa gouvernement prs
notes genis r up0r)-on rot, No!r. Toelle ert, Moisieur Cauvin ain6, la d6- ce Tribunal entendu-- rendit l'arr6t du
r o.iiion furme et vridique que j'aurais fate 14 Sp':emb:e 1904 qui finit par les parra-
Ceci din, je coinuerais ma dpsition i.dence criminelle du 25 Mars courant. graphes:ci-apres
comnim suit: Avant de former cette lettre, permettez- ... . .
a Jc vais rnainteall :: vo1 d*r. I r euts moi de fi :, !1s r, L xtsns suivantes : a Par ces motifs, le Tribunal, apres en
du Tribunal, cc que jc s.is de l' ul r. Ji .1 Ne pensez vous pas, Monsieur, que le avoir delibdrm, declare qu'T bon droit la
Consolidation co.c.r;;a::-t "ir L. C D.... cr c d'cclsa:io: n 'aurait pas tdC pris Chambre du Conseil du Tribunal civil de
est dtabli par des dJc O nct ;C: s par : Sic:at :on'rc Monsieur F. L. Cauvin, Port-au-Prince s'est declare comp6tente
mands de la B.n.i -: Natiorn.ic do- c,:Ionf r.rflcn,: alu J:ss'i;r fourni par l'en- pour connaitre des poursuites dirig6s centre
cutilenlts C1' q1i0 11' SOU"lis dan-s 1 c-..:" 0 : Cumire a M
cuments qn on: s S dns cor :e i !e au Minisire de la Justice, Is anciens secrtaires d'Etat ; que les
de l'ins'ruC'ionpL plant les annes 1903 et si Mr F. L. Cauvin ava:t r6pondu aux deux faits dcicares constatns par la Chambre du
1904, que Mr L. Cauvinr a ce- en ,a ,os- I;TT rCs No 283 et 287 de la Commission Conseil ont ei lgalement qualifies ; en
session., ds 'e mois, de Mai 190I, i. B, ns d' Enuie, pir les exp icatnois qui, d'aprss consequence rejette les demands en nulli-
consolides 12 o()o, N' 59 L (a). s ..;.:;- c- co: ;ia tc rapport l, ont ttd fournies td etcondamne les demmndeurs aux d6pens.
chlacun a !a so.nine U ,r k 00 o.oo~~;~o I AaudiLnce par ies accuses ou leurs avocats.
ensemble P. 20.000 Ce i- est irrdC.i e- EI memnt a:i: e par les let.res N- 3 36 t -37 Ciuvin, I3Be:rarJin ct Ddfly ont pu etablir pUssant les fonctions de President, C. D-
de la Banque Nationale d'll 1:i adrI.! ;u de. an(n e jury q',ils ont bendficie d'un lean, Edmond IHraux, L. Denis et Jdrd-
Coinmissaire d Gouverneumnen: pI'C c dt :dau qui !eur a (':td fait par 'ex-Prsident mie, iuges, en audience publique du 14
etablisscment Ce fit ,es irr1voc:lh. _nc:i Smu ; qui'ils ne pouvaicnt pas demander Septembre 1904, a Port-au-Prince, en pr6-
etabli par les lives de ia dite B nqvi.e oli ce drernier, ant donnee la haute si- sence de Monsieur Stenio Vincent, subs-
chacun pcut constater que Mr Lux.Nmb.; rg i _iWo: quii occupiit, la provenance des titut du commissaire du Gouvernement
Cauvin a encass; les inecr2:s ct a:no:tisse- "tie's _pb'ics en question ; qu'ils n'cn: et assist de M. C. S. Benjamin, commis-
ments sur les duts Bons: pour le Bon No en nuilemcnt connaisance des circons- greffier.
599, de la rcre 3A la 12c ripartition, c'cst-.- tar:ncs dans lesquelles leur Amission a te II est ordoni h6 tous huissiers sur ce re-
dire du rer Mars 1900 oa 31 Mai 1901; pour flioe quis, de mettre !e present arret A exucu-
le B13n No 6oo, de 1 rdire : c la rep'rti- Ne pensez-vous pas, Monsieur Cauvin tion ; aux officers du ninistre public
tion, representant les int.rets et .aiornise- ain6, qi';l ~ i: :f facile A ces messieurs pres les Tribunaux civilsd'y tenir la main;
ments du icr Mars au 3 jnil,.:. roO qui viennent d'e re lib6rds d'agir come : tous commandints et autres officers de
4 A la suite de ces fits rivelds dans le Ue viLns de I'indiquer et d'dviter, par ainsi !a force publique dy preter main forte,
course de I'enqu1te, ,l C, n;mi.:on :idr. ss.ia nm.l I jugeenin t du 25 mars courant. iorsqu'ils seront 16galement requis.
A Mr F. L. CaVin, us 1.: dtCs 1dcs 26 et Un d::rier mo: pour finir : En foi de quoi, la minute du present
28 Octobre 1903 s i N' 283 e 287 .st os Monsieur, qui etes domi- arrat a r6d sign des juges :
pout le prier d iii irt de qau ii avaiz eun- qui&dom -
lpoule prir do ii o ire de U n avar eu : ,r a passion c'est encore vous, Mon- A Andrd, juge rempliss;nt des fonc-
les deux ictrns r rcintsans ci doress pas s r, qui venez die donner la preuve de ions de president ; C. Djean, Edmond
daCs sondeux lreire cnt sans re iponsecs, :mas t!"tlens haincux dans i'article de votre Hdraux, L. Denis, Jermie et du commis
dans son rapport au Minitre d.s finances, qul e rponds. En effet, une reffier C S. Benjamin .
la Corl1mission consigns la note suil-t,: l1tt'a' aqu je r1pods. En cffet, une rfr C. ............
la Commission consigna l noe co't mi.s-ion d'enqucte form6e, sur une dd- En vertu de cet arret du Tribunal de
au bas de la retire Ne 27 noiciiuon inotiveC du commissariat du Cassation et des ordonnances de la cham-
aq Cett s lettre, d'siet reel porant le oN 23, aou neiment pr!s ia Banque, a eu A bre d'instruction caiminelle du tribunal ci-
'quorqul ues tpar lC dtinati selon ar is xai. ie, cornfo.n.rment A l'Arrt6i prdsi- vil de Port-au-Prince, un acte d'accusa-
reception remis i la Commirsion par ldmi- ie:iel ii I'ans .itue, les operations de t:on est dressed.
ist ration dr:s Postes, sont rts a connsoidation gdenrale 1900. Cet acte d'accusation est soutenu par
a Je pourrais aiouter A na deposition que D.ns le course de son enqute, elle re- tous les officers du Farquet : messieurs P.
ces Bons consolides ont d enms cn fraud .e des faits graves A la charge de certain Lespes, Innocent Michel Pierre, O. Sd-
des conventions des 27 Novembre 1899 et lfnctionnaires. Ces faits sont consigns j urn6 et R. Domond.
26 Janvier 19i00, 'onvtions sanctionnees a grand jour dans les rapports qu'elle
par la Loi du 26 ,Avril ro o; que la dpdes finances Les ddbats durent un mois environ.
cher confidntile de Mr aine, autoris.,., 2n o avoenz que les hiboux n'ont p.s Les representants des grades puissan-
vertu d'une decision dt.- Conseil des S-cr+- .ou,_ avo':erz que
tresu d'uEtat, daffirson de C sei des c- td inds par elle) et qui soot publics ces assistant r6gulirement aux audiences
tires d76at, afme cars de dtens cone, mis- u journal office el de ia Republique. ninsi que que le Directeur de la Banque
sion de 376,00 do'lrs de Bns cuonsoidr Un juge d'instruction est charged, sui- Nationale d'Haiti, M. Van Wick, assisted de
12 o/o parn lesquels tgurent cu pr.an it la volontC de nos lois criminelles Monsieur Allem, avocat d6elgu6 par le sie-
les Nos 599 et boo, polite la date du 2S L v ticr, de contrr6er et d'apprdcier les ge social pour suivre toutes les phases du
JAvril i oo; .fi:s ddnonces. A la suite d'une savante Proces.
a Que a un moment ou les Cham L t cop'euse instruction, le juge d'instruc- Les avocats,messieurs Mathon,Pierre Hu-
bres Legislatives dtaient en session, i lion ap:s le requisiroire du Parquet sou- dicourt,Arrault jeune representant parties .
ne pourrait choir au Conseil des Secrd- met en conformit: de P'article Io9 du code civiled6fendent les droits de leurs clients
taires d'Etat d'autoriscr- avec la compli- d instruction criminelle son travai lala chami- soutenant l'accusation.
cit6 du haut personnel de la Banque Na- bre d'instruction criminelle composdedesju- t
tionale d'Haiti- ce qui a te irrdvocablemen: gps P. Jh. Javier, Lon Nau/juge d'instruc- Le jury compose des honorables cito-
fix6 par le jugement du 24 Dbcembre 1904 t on)Emile Duvet, assist de Mr Th. Cassis yens :
do Tribunal criminal de Porz-au-Prince, commis greffier. La Chambre de mise en Io L-martini&re Gourgues,pr6sident
l'dmission, en fraude de la Convention du accusation, saisie ainsi du rapport de 20 C. Stanisl.s Maignan ;
26 Janvicr 1900 et de la Loi du 26 Avril Monsieur le juge d'instruction, renvoie 30 lustin Ddvot;
suivant, de la some fabuleuse de or pardevant le Tribunal criminal de ce res- 40 Th. Lucius Desroches ;
P. 376.000 de Bons consolides 12 o/o ; sort, pour y &tre juges, les fonctionnaires 5o Leon Frdre ;
a Que le Corps Lgis'atif, seul apte a do gouvernement et ceux de la Banque 60 Massillon John Lynch ;
consentir cette emission ce qai n'tait compromise dans cette malheureuse affaire 70 Scandron Constant ;
pas possible, puisque cette operation etait coniormement A l'article 16 de la Loi sur 80 Victor Bouchereau ;
injustifiable n'en a point eit inform; la Responsabidit6 des fonctionnaires, aux 90 Massillon Desages
Qu'il est du devoir le plus strict de articles o109, 130, 131, i33, 324, 330, Zoo Auguste Oscar Archer ;


r I11 Justin Saurel ;
12 Anajou Fortune Matiche,
rdpond affirmativement sur les questij
poses par le Tribunal concernanttonu6
accuses, moins Lys Duvignaud, 'H.
et Pyrrhus Agnan don't le doyen ordon
ne la mise en liberty.
Et sur la declaration du jury, le tribune
criminal compose de messieurs les ju
A. Dyer, doyen, Eug. Dcatrel,L. St)Jn
Nicolas, assist de M. E. Anglade, co
greffier rend son jugement, condamnanti
des peines diverse, les autres accuses pr&.
sents a 1'audience.
Et c'est apr&s tout cela, monsieur CaG.
vin ain6, que je suis unipassionne. Taxt
de fonctionnaires et nersonnages, y com.
oris le Senat de la'Rpublique,ont eui
Drononcer dans ce m6morables procds et
c'est monsieur C. Bruno, c'est monsieut
Alexandre Lilavois que vous prenez i pa.
tie ?
Non, monsieur. vous ne pouvez avoir
I'approbation des honneies geq; dans hi
couduite que vous tenez a notre 6gard.
Q'iand a ce qui a trait aux gros mots,
aux injures don't est tissue vo're diatribe,
apprenez, monsieur, qu'ils n'arriveront ia.
mais a la hauteur de mon m6pris.
Ie suis un honn&te homme, c'est incon.
testable. J'ai le droit de porter la tte hau.
te et firemen; savez-vous pourquoi?
C'est parceque, apr6s plus de 32 ans con
sacr6s aux affaires administartives et finan.
ci&re' de mon pauvre et malheureux pays
si indignement pille, j'ai encore les mains
irnmacule'es.
I'ai la conscience de n'avoir amais failli
a l'accomplissement d'un devoir patriori-
tique. Cela me suffit; je vous jette le difi,
a vous et A tousjes contempteurs, jaloou
d'une conduit honorable, de faire laprten
ve du concraire.
Je vous salue
ALEXANDRE LILAVOIS
--r- -




R:SN SEIGNEMENTS
MIETtOROLOGIQUI8

Observatoire
DU
SEMINAIRE COLLEGE St-MABTIAL


MARDI 30 MARS 1909


Baromntre A midi


7


6r, "/l


Ternpn rature minimum 2I,
fmaximumna 33,i
Movenne diurne de la temperarnre 27Ii
Ciel clair toute la journey. Brise di
mer, vers les I h. tres faible. B:ume.
Barom&tre A peu pros constant.
Agitation microsismique ce mati en,
6h. et 7h.
J. SCHERBR |
Tribunal de Cassation
SECTOIN CIVIL
Audience du Mardi, 30 Marc 1909
A dix heures et demie du martin le T&
bural prend siege sous la prsidel
Juge C. Dbjean et entend les afctarin
Olubris Gabriel et consorts cO0t
Francois Demosthene Aubin.
Le juge Dejean donne lecture de
rapport.
Le Minist&re Public Luc Do liqi
Sconclut au rejet dq pourvoi.
Les consorts Leonard Marceln
les consorts Fils Duve.


now&







Mr le ijuge Dejcan,li
,e Rapporteur, Mr e ean
rapportc, Luc r Dominique,
Sistre Public,
clut lirrecevabilitd du pourvoi.
SHabid Elias centre Schama Dacosta
Monsortsre blic, Eug. D6catrel,
:lot au rejet du pourVOi apr.s lecture
apport du juge L. Denis.
s rien le siege est lev6.
Message Evangelique
tte utile publication continue vail-
ent son oeuvre de relavement mo-
ar ia propagation d'iddes saines et
Ss. Le dernier fascicule content
tressantes matires que nous re-
mandons i nos lecteurs.
us remercions l'airpable directeur,
Jackson qui nous a fait l'envoi
avures et d'almanachs offers gra-
sement par la Societ6 biblique et
ivres religieux d'Haiti.
Ddc6s
us avons requ, des Cayes, la nou-
de la mort de Mmne Vve DESRUIS-
Sne Eucharis Th6art.
s fanrailles de la regrettde dd-
auront lieu anjourd'h:i.
as prions la famille Pprouvee d'a-
nos siincres condoldances.
Omission
us les impre sions de voyage, il
jouter que le soir il y eut grande
illante reception chez Mne Tho-
en l'honneur du bapteme de Mau-
ourjolly. Mine la Prdsidente y as-
t On dansa avec entrain fort
dans la nuit.
Assises Crim'nelles
accuses, A. Celcis et Ch. Sdjour
lejugement se poursuiva't hier
t6 mis en liberty, le jury ayant
das ngativement aux diverse
ions qui lui ont etd posees.
A 'H6tel Communal
osante manifestation a l'H6tel Com-
oi se reunissait un important grou-
griculteurs dans le but de nommer
seil d'administration de l'VAssociation
iculteurs de l'arrondissement de Port-
nce.
suffrages se sont portes ainsi :
or Prophete, president ; T. Augus-
e-prsident; Charles C. Gentil. treso-
SProphete,bibliot hcaire-archiviste.
Snommes conseillers : A. G. Boco,
Daumec, Chavineau Durocher et
ant Cassagnol.
nt de se s6parer l'assemblee a d6ci-
aomination d'une commission char-
reviser ses Statuts. Oat 6t6 desi-
MM. Charles M. Dupuy, Jules B.
L Barbancourt, D. Delinois et
SFrancis. Une delegation de qua-
bres du Comit6 fera parties de cette
SSion,
ermeture de li malle
dpiches pour Inague, New-York
rope par le steamer a Prins Eitel
ck D
lles pour Petit-Golve, Miragoine et
par le steamer a A'tai seront
des.ain, Ier Avril,:' 4 heures prd-
Port-au-Prince, 31 Mars 1909
agnifiques Panamas
Hnimnes et pour Dames, chez
SSOLAGES, 22, Rue des Fronts-
rez tons lt


Tribune du Matin "

Port-au-Prince, le 30 Mars 1909
Me Edmond Bailly,
Ddputd au Corps Ldgislatif
Port-au-Prince
Cher parent et ami,
II me parvient que hier, dlectrise par
une sainte indignation, vous n'aviez pu
vous empdcher de reliever avec vehe-
mence les carts de la"gage de Me Ho-
race Saint-Surin. Je vous en sais grd.
Cependant avec un peu plus de sang
froid vous vous series dispetise de re-
pondre A ce miserable.
Car si, comme l'a judicieusement rap-
pel6 une fois M* Pierre Freddrique dans
un de ses ecrits sur le duel, le code
d'honneur permet A un gentilhomme
d'6lever jusqu'A lui un voyou pour le
punir de son impertinence, ii existe
pourtant des 6tres a qui l'on est force-
ment oblige de refuser cet honneur.
Monsieur Horace Saint-Surin qui n'a
conserve de l'homme que la forme,
n'est-il pas classes la m6me lignde que
certain cat6gorie de quadrupede A qui
l'on refu-e la faveur d'un coup de pied ?
a La",,gt perfide, plams mdchan e D. -
Moisi ur Saint-Surii qui s'est servi de
ces termes a mon endroit A l'occasion
du process du General Celcis, mon ami,
connaiL-il vraiment la valeur des mots'?
Lui qui vit corps et Ame dans la fange
et l'ignominie, peut-il dtablir aucune
differences entire la virtue et le vice ?
Ce n'est plus a discuter, tout le monde
le salt.
C'est pourquoi, mon cher Bailly, tout
en vous remerciant de votre bienveil-
lante intervention, je vous conjure de
ne plus a l'avenir vous arrkter aux pro-
pos de Me Horace Saint-Suiin.- Vous
vous rendez je l'espere, d'auiant plus
facilement a rues prieres quand vous
saurez que pour eviier tout contact avec
ce Monsieur dilficile A qualifier, j'ai
mieux aim6 lui abandonner le dernier
pret de cinq piastres.
En vous protestant de mon invariable
amitie, je demeure, mou cher Bailly
tout votre.
A. MONTASSE

Avis
Messieurs Nemours Thomas, ingo-
ciat et Nemours Thomas, Docteur en
Mddecine, annoncent a la poste, au
Commerce et au public len g6enral,
qu'en vue d'6viter des erreurs prejfi-
diciables A l'un et A l'autre, signent et
ont toujours sign6,lepremier Nemours
Thomas, ndgociant le second Docteur
Thomas tout court.
Port au-Prince, 30 Mars 1909.
NEMOURS THOMAS, Dr THOMAS.
Ndgociant.


PHOTOGRAPHIC
JH. M. DUPLESSY
Grand atelier de luxe
120 RUE DU CENTRE
Travaux de toutes sortes et de
toutes grandeur.
Reproductions-Agrandissements

Huile d'Olive
SUPE RIEURE
P. 5 LE LITRE
Chez A. de Matteis


Maison Jules


Laville


93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT,
-A le M]VE6tro pole

Pour la Semaine Sainte
Vienneit d'arriver par les derniers vapours les articles suivants dans touted
leur fraicheur et A des prix exceptionnels.


Thon marine
Sardines T'huile marques
Amieux, Amazone et Texier
Maquereaux A l'huile
au natural
Morue sans os trds


Caviar
Saumon au natural
Anchois A l'huile
Escargots A la bordelaise
Huitres
fraiche, en paquets de 1 et 2 Livres


Fromages de Munster tries frais
PETITS FROMAGES DE CAMEMBERT, BRIE & NEUFCHATEL
ddlicieux en terrines et petits ferblancs


Beurre



Huil
Pommes de Terr
Biscuits fins Oli


Bibre fran


icaise


de Normandie Marque Bretel fr6res
en ferblancs de 5, 1 liv. et 1/2 liv.
Le Beurre le plus apprdci6 du Monde
.e d'Olive surfine. Vinaigre
e fraiches Avoine concass6e ( Clatmcal).
bet Macaroni
Vermicelle


Legumes divers flageolets fins, petits pois.
Saucissons de Lyon et d'Arles
Prix Votocibrebs
LE BON MARCH PAR LA QUALITY


Andre Faubert
38, RUE ROUX, 38
Port-au-Prince
Vient de recevoir par dernier vapeur :


Vin rouge
Vin blanc
Vins fins en c issues
Vin de Porto
Vin de Jerez
Vin de Madere


Champagne
Eau de Vichy Cdlestins
Sardines A l'huile extra
Viraigre extra d'(Urleans
Huile d'olives au gallon,
en bouteilles et en bidons.


Parfumerie extra-fine Mr Daver
Cravates, Montres
VENTE EN GROS, 1/2 GROS, ET DETAIL
Livraisop a domicile A partir de 12 bouteiles


Expedition A la


A vendre chez
Mme. Ph. Kieffer & Co
RUE DES C8SARS
Vin rouge et blanc en gros et on
,detail.
Vin de messe par dame-jeanne etl/'2
barriques.
Huile d'olive surfine par gallon, par
litre et 1/2 litres.
Port- au-Prince, le 22 Mars 1909.


Doeteur R. R. EWALD
Parti pour Jdermie, a l'honneur
d'annoncer A sa nombreuse clientele
qu'il sera de rdtour dans deux mois.
* Port-au-Prince, 12 Mars 1909


C6te


Pharmacie


A. ROBERTS 8f Co
PORT AU-PRINCE, HAITI

Semencespotagbres, bienfratches.
0,20 cts le paquet
EXPEDITION EN PROVINCE
Port-au-Prince, le 23 Mars 1909
-I- -
Buss et Buggy A louer par here
pour courses en ville, promenade A
la champagne A Pdtion-Ville. etc.
S'adcesser au No 156 Rue du Maga-
sin de 1'Etat en face de la Glaci re.


- --- -I I I Cn I ,, I I L --~


~-lb-~-c I ~ C C L --- -- -- ~~ ~~






'Ifcinfl..~ ".;~ -~~"Y ---C1 rr-rnrfl .r-' r I1--


Pharmacie W


Place


Buch


de la Paix


Execution prompt et soigne des ordonnances.
Analyses scientifiques et techniques.
Analyses des minerals d'or, argent, ruivre et autres m6taux d'apres la
m6thode amiricaine ( fire essay ).
Fabrication d'Eaux gazeuses, sirops et veritable Kola
Champagne A P. 6 la douzaine.
Droguerie en gros et en detail


Proprietaire : VAJ


Buch


Pharmacien dipl6m6 allemand
D6p6t de Kola-Champagne :
Aux Gonaives: Madame P. Laraque
A Saint-Marc : Madame E. Martelly
a Petit-GoAve : Hermann Reimbold & Co
-- s~-Ill I I I II I I b I ~ arls I I III .


GRAND PRIX


HOURS CONCOURSE


,Rhum Barbancourt
M8cdailles d'or, Mention honorable, Membre du Jury, Grand
prix, Hors concours dans toutes les Expositions depuis
1881 Jusqu'& 1907. ( Ancien et Nouveau Continents)
Madame Veuve BARBANCOURT, seule d6posi-
taire de la marque Rhum Barbancourt et seule propri6-
taire des formules qui ont fait obtenir au Rhuma Barban-
court les m6dailles d'or de toutes les Expositions, a pris la suite
les affaires de feu son mari, et se tient a la m6mehalle, sise 7, Rue
des C6sars, a la disposition de sa nombreuse clientele,
don't les commands seront ex6cut6es avec le m6me soin que par
le passe.
./-" a Illa~-- r~~r I I II I --e


A Vendre

Line propriWt, sise rue du Centre,
en face de 1'ancienne maison de Dros-
saint Lilavois.
Pour les renseignements s'adresser
A M. H. Ilatraville.
Wi


uJ6tel Bellevue


1Jj Le mieux situ6, le plus con-
fortable.- Champ-de-Mars.-
Cuisine renomm6e.- Vue sur la mer.

Gu6rison de M. SOUILLARD
atteinlt ie tuberculo.se ipulonaire
PAu ELIXIR DUPEYROUX
M. Leon SOLUILLA.RD, que represent la photogra-
riire ci-contre. est ne a Touquin (Seine-ct Maine) en
i 8-o el haliite 36,
S : alice de 'Ernitiage,
au Raincv (Scirie-et-
Oise). 1 i=i'a er1Uis
de publier soun cas
dans le but d'tre







occupant tout le tiers sip rieur du poumion Ilrnit.
s utile a ses dsemL a-
DUPE X. blables. tIovinit jaur
i iavril 1(-. II esait


pouvait plus respi-
5rer d n lesin ger, ni
mearcier. IaI vinis-
aitP.-S. m 'i Elixi lmi'Pyroa si t a i.s. i c asu frai t .de
lIa titC et ettait aneatiti. I touussait. crachait beaucoit p





ir?, iode, aiin el glyctroil nsline re rux. ni aai g pro-
et avait beauicoup maigri. Je lui trouvai i F'auetilta-
tiolu ine leasion tuberculieuse du deuxienle degre,
DUPEYROUX. II se trouva mieux aii troisietlioe iur
de cc tr'aitement. Ses voinissemiients s'arrtceur ut rt e
io jitillet 19o7 il Ctait completefhent giuri. Ce tcas est
iparticulire''nmcnt brilliant, cair -Ia gttirison a Otc obte-
nue en deux uois et demi dh trai lemient.
ID I)UPEYROUX,
5, Square de Messine, 5, Paris.
P.-S. ,'Elixi ilpuuit-yrou% ct a i,;,s, tie crc,-nolt vraie di,
.re, iode, LIIIItai et giyc6rophlosIphatei de ch'tux. 11 ai:it eai piu-
vocluailL I&urmalion d'alntitoxines tuberculcusesc dils d le rumf
iaiguin. Le flacon d'Elixir Dtupeyroux entuure de l lasnethiode du
.ruitemeni de Ia tuberculost eloyi par le L)Docleur Dupeyrog,
eit on miet ches Min CGh. Ewald, pht Alertinl, i Petrt-au.-rtnes.


N manuez plus de pain!
S'il n'estfaitavoc a ;Pillsbury's
Best."
La meilleure farine du monde
Celle qui donne le meilleur pain
Qui produit le plus de pain
Le pain le plus blanc
Le pain le plus 16ger.
Pour tous renseignements s'a-
dresser A :
Ernest Castera
repr6sentant de la PILLSBURY'S WASH-
BURN FLOUR MILES Co MINNEAPOLIS
BILLS


M. et Mine Laporte-LAFFITE
(NIE ARCHER)
60 Avenuedes Gobelins, 60, [Paris)
Offrent leurs services au commerce
et aux families, tant de Port-au-Prince
que des autres villes d'Haiti, pour
toutes commands de marchandises,
vins, articles de toilettes, de mode et
de bijouterie, etc.
On peut expedier les commander
6 l'adresse ci-dessus et pour tous ren-
seignements s'adresser au bureau du
journal.

Etude
DE
Me Chrles MILLER
Notaire public
53, Rue du Port, 53.


Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirigae par

L. HODELIN
Anceif mmbre do la Socistd Philax-
thropique des maitres taillsurs de Paris
Vient de recevoir un grand choix d'd.
toffes diagonal, casimix aipaca, chavio-
to cheviote pour deuil, etc, Recommanm
de particulibrement A sa clientele .anD
belle collection de coupes de ca&simir
de gilets de fantaisie et de piqab de
touted beauty.
Sp6cialita de Costumes do no-
oes.- Coupes Frangaise, Anglaise e
Adricaine de la dernire perfetion.
La mason confectionne aussi da Co s-
tumes militaires, habits brod6s
dolmans, tuniques, habits oar-
rs. eto eto, de tofs grates

Chapeaux I c
Chapeaux I

Chapeaux t!
PAILLI DI PORTS-RICO
ACCOUREZ CHEZ

JOSe SAN MILLAN
Le coiffeur artiste, qui vient avec le
concours d'un chapelier remarquable,
M. JAIm TESTAR, d'installer une
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon do Ceiffure du Louvre
Pour tous lea goAes et pour toates
le bouares.

Cordonnerie Nouvelle


G. B. PETOIA
143, GRANWD'RTUI:, 143
PORT-AU-PRINCE
CEAUSSURES EN TOUS GINR8S
IM D*P6T, POUR LA VMENTE
IEN ROS XT DETAIL.


Bx6outlon prompted
oorpmanddez, tant loi
Province.


des
qu'len


Formes A hommes ; lgantes et ra-
tioonelles.
Chaussures de dames ( Dernire mo-
de de Paris ) et le plus commode :
chaussures pour enfants confection-
a6es avec des Peatux de toutes nuances
d'une selection et duree irrdprocha-
blas, & dos prix avantagaux.
Cirages, pAtes et liquides
Par ehkaussures di touts nwuSnM .


DEMANDEZ
L'ArAnuaire de L6gis-
lation Haitienne, par Me
Etienne 'Mathon, contenant les lois,
d6crets, contracts, arretds de 1'An-


n6e 190,, au prix d(
GOURDES, chez M. Ve
primeur, rue Bonne-foi el
Etienne Mathon, 87, Rue du


e DEUX
rrollot, im-
SChez hMI
Centre.


JUT, JEN FLORUS-
Ancien dlve de la 26- CoMrP
d'ouvriers d'Artillerie (L0,
Se tient la disposition dn rl
pour tous travaux de FOopG j
JUSTAGE, de RdPARATION di*
forts etc. etc. A de bonnes contj
Rue de la R6volntion s*e
Vis-a-vis de la Chambre dn


NESTOR FEL4
L'excellent tailleur avantageL
connu de toute la Rdpubli-qu
de rouvrir son atelier RIe Fl
(Rue des Miracles ) No 61, pr~l
Ldger Cauvin,
Sa nombreuse clientele tro
come toujours toute sa
pour les travaux qui lui sern
fies.


Francisco DESUS
Fabricant de chausars
La Manufacture a toujours ma
un grand stock, pour la vrny
gros et en detail, de chausirse
tous genres pour
HOMES, FEMMES, ENhFAtI
Las commands des comm
de l'int6rieur pourront 6tre et
dans unne s ae peu prbe
23, Rue des Fronts-.Forts,
PORT-AU-PRINCE (HAM


A LtLMEGl
QORDONNERIE.
302. .-f--E
42. Rue des Fronts-Forttl.
CHAUSSURES BN DkP6T,POURIA
Promptitude et soin aun
des taut ici qu'en province.
Chaussures de Dame forme t
vail tonjours tout ce qu'il y a
oouveaux.
Formes americaine et franil
NMessieurs ; legantes et co
Pour les enfants le plus I'9i
Travail solid excout6A
des peaux de premier
Assurance de grand rabs
PAtes, Ciraces t iq U

Chez App. Cipo
155 Rue Republicaine en faa
E. Robelin
Conserves fraiches arrivdel
nier vapeur.
Assortment complete d'hbai
pure, par gallon demi gaUllo
litre.
Vin de Bordeaux : rouge
vinaigres, madere.
Grand assortment compC
queurs.


Mr C.L. V
Tailleur-March
Donne avis A sa bienvel
thle que sa maison No 70
siire est toujours bien p0
varijt6 d' toffes de o a.
veaute parisiecne.
QUALTTA SUP~RIBUR- .C
rRAVAIL SOIGNr E ~C'
Prix tris rid4W


I