<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00587
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: March 30, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00587

Full Text





-:p Ann, 0' 602


PORT-AU-PRINCE ( HAIlT


Mairdi, 30 Man?, 19Q-9


I


.J)


Arthur Isidore,


ADMINISTBATRUR


OUOTIDIEN


Camille N6r6 Num"
RiDACTBUR RN CHRP i


Abonnements: DIRECTEUR-FONDATEUR N RO 5ENTI

PKT-AU-PRINCE Un Moi. 2. 00 Clement Magloire
Totrs Moxrs. t 5.00
D RTMENTS UM Mois.. 2.20 -- Leg aonue ents parent du I" *et dus 1 Q g1hs
EPARR tois MoIs 600 DIRECTION- .DACTION-ADMINISTRATION a)is et sont payables d'avance
MI'RANGER...... TaoIs Mois. A 8.00 45, XSa ROwr, 45. Leo manuacrits lns6r6a on non so ber*mt paw tOa
,r 2_ ...... -- ll ,_-_ ... .. ... I ...I ] I II I _i '_I .. .


BOITE AUX LETTRES

Port-au-Prince, le 29 Mars 1909
Au Directeur du Matin
Monsieur le Directeur,
Je vous price de bien vouloir publier i'ar-
ticle que vous troLvercz sous ce couveit.
Agr6ez, avec mes remerciements, I'ex-
pression de mes meilleures salutations.
CAMILLE BRUNO

J'ai &t6 attaque par le journal La
Discipline P, en son numniro extraor-
dinaire du 27 Mars courant.
It est bor que je dise A la genera-
tion actuelle qui, peut-ti.re, ne me
connait pas assez, qui je suis, qui j'ai
toujours Wtd.
J'ai soixaote-onze ans, c'est-A-dire
que je suis parvenu i l'dge oii I'on
doit regarded derriere soi pour voir
ce que on a fait du prix de la vie.
Et, voici toute la carriere publique
ique j'ai parcourue :
Professeur regulier pendant dix
ans, je fus jugc, par Belony Lalle-
mand, d'honorable m6moire, digne
detre appeal & la direction du Lyc6e
P6tion, oft, de 1870 a 1874, sans
crainte des inimiti6s soulevees, mon
Bnergie et mes aptitudes p6dagogi-
ques out pu vite reliever le prestige de
f6tab'issement.
Apres ie Gouvernement du G6neral
ijominigue, dont je ne ft'us pas le fonc-
oionaire, la Chambre des Deput6s
'~lut le premier candidate A la Cham-
re des Comptes, et le Senat, se con-
formant ce vote, me nomma le pre-
Wier membre de cette nouvelleCharm-
boe des Comptes of I'on pouvait
iompter les Plsance, les A. Page,
les L Champagne, les Millet, le, M.
Morno, les Deinn. Denis.
oes respectable collogues firent de
mno lear president, pendant les quatre
anees de notre mandate.
L'honneur de cette pr6sidence in
terrompue ne me ft accord par
nix, qu'& cause de mon devouement
inassable aa maintien de l'ordre ad-
ilistratif, si bien connu du public
.Cair qu'i d6nomma cette Chambre
Shambre de Camille Bruno #. Que


d'enne:niV, g ns interessds au d6sor-'ces investigations. Je n'en dis pas da-
dre, no m suis-je pas faits, en accom- vantage.
plissant mon devoir I Au moment oft se terminaient les
Aussi, comme rdcompense, dix an- travaux de la Commission d'EnquOte
ndes d'exil Dix annees de souffran- administrative et de verification, je fis
ces, passees lo'n de la patrie, pour la parties, A titre de president encore, de
cdfense des principles, mais adoucies la Commission mixte de Reorganisa-
par la comoagnie fraternelle de Baze- tion financiere et administrative, don't
lais et de Paul! Et, quand se jouait les functions dtaient simplement to-
si cruelement a Miragodne le sort de norifiques, et don't, j'ai le droit de le
mes amis, n'est-ce pas mon inalt- dire,-les travaux auraient pu etre uti
rable amitie a Bazelais et a Paul et les, si on l'avait voulu, car a ce mo-
ma folie de devouement, qui m'impro- ment-l, le retrait integral et imm6diat
viserent chef A bord de a L'Eider *, du papier-monnaie pouvait se faire,
pour tenter dans les pires conditions, sans surcharger nos finances.
le sauvetage de tous ceux que j'ai- President de la Commission de Li-
mats. quidation du procis de la Consolida
s s t, d m p tion, je vois que la mauvaise foi
s ever, si terble, de mon pa vt fire aux membres de cette com-
appartiennent a l'Histoire. mission le reproche de ,,'avoir pas ac-
Ruin6 par la destruction de mes cept6 de travailler sans etre pays. II
propriedts, je me retrouvai instituteur, n'est pas necessaire de s'appesantir
et Kingston n'a pas oubli6 < Mr's Bru- sur le ridicule d'une telle pr6tention.
no Frenh Collge >. La Commission de Liquidation jugea
Revenu ici en 1889, j'occupai le son r6le si delicat que, -le gouverne-
Commissariat pr6 la Binque Na- mentapprouvant--elle appela dans son
tionale d'Hai'ti, et IA encore, j'ai fait, sein, pour l'aider de leurs connais
a la tote de cot important service, ce sances juridiques sp6ciales,lesavocats
qui me fut permis en faveur du Con- distingues que sont MM. Auguste Bo-
tr6le. namy et Seymour Pradel, jouissant
Je ne fus distrait de ce service que des m6mes retributions et subissant
pour retourner au Lyc6e, of une di- les memes frais que les membres.
reaction ferme et habile etait redevenue Quel est celui qui, s'6tant prtsent6
necessaire. Cette fois encore, que de devant nous tous runris, avocats et
nouveaux ennemis ne me suis-je pas membres. n'est sorti de la commis-
cr66s, pour la sauvegarde de l'ordre sion, enchanted, dirai-je,- du d6sinte-
et de la bonne march de l'Etablisse- ressement des percepteurs qui, ayant
ment pour indemnity le pourcentage des re-
Quand fut institute la Commission couvrements, consentaient avec em-
d'Enquite administrative et de v6rifi- pressement aux reductions des char-
cation, 'eli fas nomm6 le president. ges encourues!
Cette Commission, des interes.s6s Si M. A'ex. Lilavois et moi,- puis-
seuls peuvent le nier, s'acquitta qu'on ne prle que de nous, nous
avec 6quil6, sans hAine et sans fai- avons si bien servi les interets du
blesse, des devoirs qui lui incom- pays,sous le gouvernement du general
baieitt: Nord Alexis, I'histoire ne dira pas
Affaire t a Consolidaion; Rglie- tout de m me que nous avons contri-
Affaire do a Consoldaon R bu6 a son avnement au Pouvoir.
ment du Gonvernement avec la Co- b son anement a Pouvoir.
pagnie des Chemins de fer P.C.S.;Em- AprBs avoir rempli to tes ces fonc-
prunt de cinquante millions de francs. tions en ftisant toujours effort de rn'en
Pour toutes cos afftires, les journaux rendre digne, je jouis de la paix intd-
de l',poque, foule de brochures, le rieure Cette paix que donne une cons-
Moniteur, les pros verbaux, la lon- science pure, je la souhaite d mes enn.-
gue correspondence avec la Banque et mis mdmes dans le mal triomphants.
avec les interest 6s, des pieces judi- Mais, je ne r6ponds A aucune inven-
ciaires, des plaidoyers d'avocats, sont tion calomnieuse, a aucune insulte qui,
1A pour tmmoigner et de nos moyens au reste, ne saurait m'atteindre per-
d'investigations et de la loyaute de sonnellement. Le souci de ma dignity


m'interdit d'en connaitre: qui se con-
tient s'amasse, dit le poete.
Boyer Bazelais, Fdrmond Paul, com-
pagnons de ma jeunesse, amis de tous
les temps, ma foi politique,- de com-
bien d'injures et de calomnies n'avez-
vous pas Wtd abreuves par ceux qui
s'improvisent vos defenseurs actuels t
Que ceux-lA s'attachent A compen-
ser, s'il est possible, tout le mal que
chacun d'eux A fait ou laiss6 fair, au
lieu du bien qu'il 4tait de leur devoir
d'accomplir.
J'ai souffert pour mon Pays bien-
aim6; j'ai travail pour lui,sarns croire
a sa reconnaissance.
J'ai toujours 6te pret A lui donner toint
le sang de mon coeur.
Puis je me flatter d'avoir rt6 aussi
utile que j'ai toujours desir-6 l'Atre ? Ja
ne le pense pas ; mais i me semble
que je n'ai qu'A pers6evrer dans la
conduite qui m'a value et maintenu
l'estime, I'affection et le respect, di-
rai-je, de tous les honnetes gens.
Apres cet icrit, je suis decid6,quelles
que soient les circonstances, A garder,
impassible,'le silence le plus absolu,-
le Pays restant juge.
CAMILLE BRUNO





RiaNSEIGNEMENTS
MPiTIOROLOGIQUEs

Obs ryvatoir
DU
S~MINAIRE COLLEGE St-MARTIAL

LUNDI 29 MARS 1909
Barometre i midi 76, =/ 6

Temp6ratureominimum 23,8
maximum 34 ,I
Moyenne diurne de la temperature 27 ,8
Ciel assez clair toute la journee ; forte
brume. Brise de mer forte vers midi,
faible depuis 2 h. Temperature au dessus
de la normal.
Barometre constant.
J. SCHERER


__ _~_~l_~i~~_PI _~ I_ I_ II
- F~=----------- -r ---~-- I----- Y------ C---


. al









Pour demain
Nous renvoyons A d.rna;n 1i publication
d'une letIre ouveite adress&e an IDirecteur
de la Discipline par Mr Alcxandre Lilavois.
Tribunal de Cassation
SECTION CIVIL
Audience du Lundi, 25 C lars 1o99.
Dix heures et demie du matin !e Tribu
nal a pris siege sons la presidence de Mr
le vice-President, Ernest Bonhmme et a
pronounce les arrtts suivnnts:
Celui qui condamne le s;cur Nijib
Hamady A produire, dans les huit jours du
prononcd de l'arr-, bone et solvable cau-
tion, jusqu'A concurrence de la some de
P. 200 billets pour suret6 des condamna-
tions A des frais et A des dommages-intdrets
sin -n et faute par le sieur Najib iHa:nidy de
fournir la dite caution dans le dlai fixK, !e
declare des a present, n i recevable tn son
pourvoi; et le condime atx ddpipns.
Celui qli condamne la dame Octan-
cius Casimir A une amended &gale A dix fois
la valeur du timbre de 0,35; dlit que le
Tribunal ne pourra autoriser la continua-
tion de l'affaire que sur le vu de la quit-
tance du receveur de I'Enregis rement char-
ge de percevoir cette amende.
La section civil fait place aux sections
rdunies qui entendent i'affaire de Cajuste
Bijou centre le Docteur Louis-Jean Bijou.
Le Rapporteur, Mr le j6uge Laraque, lit
son rapport.
Apres de longues plaidoiries faites par
Me So!on MCnos et Aug. A. Hdraux avo
cats des parties; le Ministere public Eugene
D&catrel conclut a la cassation sur le pre-
mier moyen; et au fond, pour les m6mes
motifs exposes en ce moyen faire dioit aux
conclusions du demardeur A l'exclusion du
chef des dommages-intirets, attend que
Louis Jean Louis s'est based sur des consi-
ddrations qu'il pouvait croire fonddes en
contestant a Cajuste Bijou sa quality de fils
natural reconnu.
Vu l'heure avancee le siege est level.
Magnifiques Panamas
Pour Hommnes et pour Dames, chez
M"i LEONIDE SOLAGES, 22, Rue des Fronts
Forts.
Accourez tous !!
Naissance
Mme Philippe Argant est heureuse-
ment accouch6e cette nuit d'une fille.
Compliments A notre commandant d'ar-
rondissement et A son spouse ; mille voeux
au b6b6.
Assises Crimi.relles
Hier ont compare par devant le Tribu-
nal Criminel, les accuses Celcis et Ls
Ch Sejour accuses de meur;res sur S-rby
Dubuissson et Deriska. Le Ier accuse a
commis ces meurtres pendant qu'il 6tait
commandant de la commune de P6Eionville
Au banc de la defense se trouvent Mes
LUger Cauvin et D. Appolon. Le siege du
Parquet est occop6 par Mr L. Coutard et
le Tribunal est pr6sid6 par 'le juge Day.
Des t6moins ont 6t entendus et ce martin
la cause continue.
Prestation de serment
Hier matin, a l'audience civil du Tri-
bunal correctionnel Mes Albert Bessard,
Arthur Patry it notre remarquable confrere
Me Fernand Porsenna ont prktd serment
comme avocats du Barreau de Port-au-
Prince.
Le tribunal preside par le Juge St Rome
a trouvb des mots aimables a l'adresse des
rdcipiendaires,et le miri;t&re public repr&-
sentd par Mr Avg. Montas, souhaita la
bienvenue aux nouveaux avocats : puis le
BA onnier de l'Osrdre, Me:P. Hudicourt
en des mots aimables requt ses nouveaux
confreres qu'il presenta au Barreau.


Remerciements 6mus de Me Bessard,
bonnes paroles de Me Pa'ry. Et Me Fer-
iand Possenna en un lengige emu ou
s harmonisaient les idWes, la torme et le
debit suspendit A ses levres un auditoire
d'6lite, et ce farent des applaudissements
prolongs. ..
Nos compliments aux nouveaux maitres
et puissent-ils cueillir des lauriers dans leur
nouvelle carrire !
Accident
Hier vers les deux heures de l'apres-mi-
di une locomotive se rendant a la statioI
central du Champ-de-Mars a broyd une
maiheureuse infirme qui se trouvait sur la
voice.
Le Dr Annoual a essays en vain de
drodiguer les soins de la science. La
malheureuse victim-, grace au devoue-
minnt de Mr Alexandre P6trus fat trans-
porte a l'osp:ce oh elle a dui rendre le
dernier soupir.
L'Errear Revolutiknnaire
ET
Nolre Etat sccal
PAR
AUGUSTE MAGLOIRE
En vente, au!prix de 'Deux gourdes. On
cn trouvera A 'H6:el Bellevue, A I'H6oel
de France, aux Caves de Bordeaux, aux
bureau du Matin


POL1TIQUE

Ce qui parait presqu'incompr6ben-
sible A certaines personnel, c'est la
baisse du change qui s'accentue chaque
jour davantage, de m6me que cell du
prix courant des articles de premtere
consommation.
On a I'air de croire a un fait du ha-
sard ou A un dnorme coup de bourse
que pr6parent les hauts banquiers de la
place dans un but d eux seuls connu.
Eh bien il n'est rien de tout cela.
L'amelioration subite de l'heure ac-
tuelle n'est que le fruit de l'orientation
politique du Gouvernement qui plait A
tout le monde. On sent qu'il y a de la
garantie ndcessaire pour la march des
..iTaires, de la s6curit6 pour la vie pu-
blique et privde de chacun, et, en tout,
de la confiance pour les grandes entre-
prises de demain. D'autre part, Mr H6-
raux, ministry des finances a peut-6tre,
par sa rectitude, conquis la sympathie
des banquiers et du Commerce en g&-
ntral.
On veut croire A sa bonne volontd,
on veut, sans doute, par anticipation,
faire credit aux projects financiers qu'il
devra bient6t deposer sur les bureaux
des Ch;imbres.
II est probable que Y'on arrive o en
savoir les grades lignes avant l'ouver-
ture du parlement.
CAMILLE NaRIE NUMA.
.-- f_._l --m= --a I I 11 ---' .i "

Impressions de voyage

( Suite et fin )
C'es: a n'y pas croire : Notre organis-
me est d'une resistance incomprehensible.
Le surmenage n'a pas d'acces sur notre etre
qui demeure inalterable, dispose a ache-
ver sans defaillance aucune, le programme
d'agrements que nous nous &tions trace et
a accepter dignement toutes les invita-
tions dent on vondrait bien nous honorer.
La soiree au cercle n'a pas eu done rai-
son de nos forces. Jeudi de bonne heure
nous &eions tous en route pour la demeu-
re du Gal Ulysse Simon qui tenait a nous


foffrir notre premier dejeuner dn jour.-
On dejeunait chez Lucullus.-Le bruit des
fourchettes interrompait les saillies spiri-
tuelles provoquant des eclats qui allaient
.inter aux oreilles curieuses de femmes, la
gaiet6 de la petite compagnie chantait
dans toute sa franchise, dans toute son
ampleur, avec cependant une certain re-
serve pleine de correction. Les heures
passent, nous trouvant indiffirenrs, nous
laissant ndanmoins avec les plaisirs qui
nous grisent et nos cceurs qui s'6panchent
vers d'aimables tendresses Nous qnit-
tons notre sympathique ami. le Gl Ulysse
Si r heures pour r tpondre A l'invitaton du
depute Pierre-Paul.- C'est au Quatre-
Chemins, longue et vas'e avenue situde A
i'entree de a ville, garnie d'arbres et pir-
semre d installations industrielles. dans
les domaines du travail que l'aimable de-
pu,6 nous a recus -C'est un d6jeuner de
gala qui nous est offert,un dejeuner des Dlus
.omptueux. Comme de l6gers papillons
autour des fleurs, Mr et Mme Pierre-Paul
,ournaient autour de nous s'informant sans
cesse, si rien ne manquait A nos d6sirs, et
Mr L. Chapoteau, la coupe de champagne
I la main p-rta un toist A I'amphi'ryon,
le remerciant de !'invitation faite a la pe-
tire compagnie ; ii but a la sant6 de ma-
dame Simon. C'est la seriequi commence.
A. notre tour, nous disons ceci : ( Mada
me la Presidente,ayant ici unami sincere et
devou6, presqu'un frbre que ie vais avoir
le grand regret de quit er bient6", per-
mettez-moi, Madame Simon de vous de-
mander de me faire le grand honneur de
me consid6rer comme vorre propre fils par
rapport A la grande am ti6 qui existe entire
votre fils Ulysse et moi.
Esperant que vous voudrez bien m'ac-
corder cette faveur, je prie ces messieurs
et dames de vouloir joindre lear verre au
mien pour porter la sante de S E. le
President d'Haiti celle de son digne spouse
et des membres de sa famiile.,
Le G6ndrallUlysseSimoaa r6pondu ences
tcrmes :aMon cheiGarjens : Je te remercie
sinc&rement de- bonnes paroles que tu
viens de nous adresser. Je te prie de croire
que.ma mere ne peut, en aucune fagon,
douter de notre amiti6 qui est tellement
franche qli'elle continuera sans d6faillance
et se resserrera davantage.a Pierre-Paul re-
mercie ses convives d'avoir r6pondu avec
empressement A son invitation.
Ducoste, toujours aimaible et spiritual
mit le motde la fin, en un speech plein de
finesse et ,d'humeur. Nous regagnames la
ville heureux et contents des amabilit6s de
notre elegant d6pute.


Nous regagnAmes la capitaie en pas-
sant par J&r6mie ou une brillante r&
ception nous fut faite. Le correspondent du
Matin l'a dejA relatee.
Je ne sais si j'ai bien rempli la t che,
mats j'ai conscience de n'avoir rien n6gli-
g6 pour exprimer notre satisfaction et notre
joie pendant toute la dur6e de cette gra-
cieuse excursion. J'aurais encore A trans-
crire d'autres impressions, mais le direc-
teur du journal, passant pros de moi, au
moment ofu j'6crivais a. sans mot dire,
mis en tete du premier feuillet ces simples
mots : Suite et fin J'ai compris !. .
Je ne vous dirai done pas comment na-
quit pour moi la plus charmante, la plus
dnivrante et la plus exquise des idylles.
C. G.

L'Administration dcu MATIN in-
ifoine ses abond6s qu'ils ne doivent
rien payer, abannernent ou autres,
que contre reQus imprim6s et por-
tant le timbre du journal.
L'Administrateur,- Arthur ISIDORE


BNovelles Etrangeag


Dernibres D6p68oes

PAR1S 27. Rente : 97.40
HAVRE 27. Le paquebot *Graiia
arrive.
PARI; 27.-- Les ministres, reanis
matin en conseit du cabinet, sons la P
sidence de M. Climenceau, s'occulirr
des affaires du Maroc. Mr Pichon t
ses collogues au courant des nigociatio0n
eng~iges pour la solution de la crise di
Bilkins et fit connaitre le sens de la ripot0
se que la France et 1'Angleterre vont&i
Sla suggestion allemande, relative h
reconnaissance de l'annexion de la Bosn
i pir 1'Autriche.- Le ministry des affi
.trang&res fit ensuite l'expos6 des ogoci.
Stions engages par Regnault avec Moai
Hafid et indiqua les solutions projetta
I pour les diverse questions envisages.
Le ministry des travaux publics sonu
Sales questions qu'il poserait ce soir uixd4
I ldgues posters et td'dgraphiste dias I'el.
trevue qu'il aura avec eux.
Hier, la Chambre vota l'ordre du joB
suivant accept par le Gouvernement:-
La Chambre est r6solue de donaier lt
fonctionnaires un statute l6gal .exclant k
droit de grave et confiante dansle Gouav
nement, passe A l'ordre du joar P.
M Castro, accompagn6 de sa family
s'embarqua hier A board du paqueboit fiG
deloupen Les journaux dieat qu'il d bl
quera A Trinidad.
LONDRES 27.- Le correspondaniA Mii
du t Daily Chronicle :t6l6graphie SoM
journal qn'une entrevue aura lieu entree
roi Victor Emmanuel et l'ex-p-sidei
Roosevelt; A l'arriv6e de ce dernieT Nt
ples.
WAHINGTON 26.- Une nouvelle gune
sainte menace d'6clater au Maroc. DI
nouvelles dignes de foi, reques aUjoP
d'hui annoncent que la population deM
et des districts environnants y comfris 1
quinez, se sont revolt6s centre latd
duSultan.*Quelquesuns des principal UPa
sans delMoulai-Hafid se sont jointsioal
tins pour donner le tr6ne au Pretendmta
proclamer la guerre sainte.
La situation A Fez est critique et le
nistre d'Angleterre, qui se prdparaiti s
rendre a requ le conseil de ne pas quitt
Tanger, en- raison des dangers l oxqo4
il serait expos durant le voyage.
LONDRES 26. Le movement qo sef
nifeste au Canadae et en AustraieP
suivre I'exemple de la Nouvelle-ZI4h
en offrant a la M6tropole de payer le: O
de ciirasses d'esadre du type 'e kY
noughts provoque ici un vifenthorsis
ST PITERSBOURG 26.- Uae feCuime
nom de Popova vient d etre arrhte S
mara, sous l'accusation d'avoir empol.
n, 300 personnel. II parZitrai( qua de
une trentaine d'ann6es, cette femba
profession de debarrasser les 6po0S0'
ges de leur mari,moyennant une f*blei
numeration ; elle empoisonnai2rsl
avec une rapidity merveilleose~ 'i
une de ses clientes qti prisede r9016
ddnoncee.
Mine Popova avoue ses crimes, ms
pretend les avoir commis pour delran
malheureuses femme de leurs t)iO
police a eu toutes les pines da sois
empecher que la prisonniere ne s0it
par la foule furieuse et brule vrive.
VARSOVIE (Pologne) 26.-[ i.
est sortie de son lit et a iuond6 trb
lages environnants dans la proving ka








,prs de Demblin. Un barrage s'tant
TOu le)s eaux du fleuve ont emport6 la
pie du chemin de for sur une longueur
neuf mille; d ruit trois villages et
y trenta personnel.


Compagnie P. C. S.
Avis.
A partir du ler Avril prochain, d'a-
.s decision du Conseil d'Adminis-
ation de la Compagnie des Chemins
I Fer de la P. C. S Mr Charles Lau-
nceau est seul charge de la fourni-
re du combustible ( bois a brAler et
arbon de bois ) et traverses de la
wmpagnie des Chemins de Fer de la
aine du Cul-de Sac.
L'Ifngnieur-Directeur en Chef,
G. TIPPENHAUER

A Vendre

Une propriWtY, sise rue du Centre,
face de 'ancienne maison de Dros-
int Lilavois.
our les ren;eignements s'adresser
.R Batravill-.
AVIS
Avis
Messieurs Nemours Thomas, te'go-
inl et Nemours Thiomas, Docleur en
idecine, annoncent A la pose, au
mmerce et au public 'en gngranl,
'en vue d'6viter des erreurs irdjll-
:iables A l'un et a l'autrp, signent et
t oujours signe,le premier N- mours
omas, ndgociant le second Docteur
omas tout court.
Port au-Princc, 30 Mars 1909.
IMOURS THOMAS Dr THOMAS.
Ndgociant.

I6tel Bellevue
Le mieux situ6, le plus con
fortable.- Champ-de-Mars. -
isine renornnme Vue siur la mrr.

VIENT E1E PAR.. ITRE
Erreur
R6volutionnaire
ET
NOTE ETAT SOCIAL,
PAR
AUGUSTE MAGLOIRE.
JN VOLUME bro-eh de pres de 300
ees, en vente A l'Imprmrnerie diu Ma-
Sau prix de Deux Gourdes I'exem.
ire.
Ious engageons nos lecteurs A lire
V!ume qui, par la facon don't il
tifie de tr& int6ressants points de
Ssur la periode colonial et les
miers temps do notre histoire,
astitue, selon l'expression employee
Ianteur dans son Avant-propos,
prface obligee ) de l'Histoire
ti d usage des adults, don't nous
se misla premiere partiA sous
par, SUr la demand g6ndrale, et
paraitra aussi tres prochainement.
IN .!- --
lib re Zephirin Bell
Fabricant de chaussures

lae Tirde la sse faade Nord de
ae de la Crolx-des-Bossales.
SP CIALrT : *
N~TOTpFLEs MLES I


Avis


SLes sieurs et dame Nerva, Nortwnml
et Louise Normil Charles, assit-es de
leurs avocats, soussignes, ayant par
acte du greffe du Tribunal civil de co
resort en date iO 25 Mars courant-
accepte sous b)dnefice d'inventaire la
succession de Jean-Baptiste Dorsulm6
Charles, dit Dordor, leur oncle paternel,
iinvitent les personnel qui prdtendent
droit A cette succession a presenter les
titres gendralement quelconques dtablis-
sant leurs droits, au notaire Kliber Vil-
lemenay choisi par eux pour le rggle-
ment de la dite succession.
Et, en attendant que les scelles appo-
sis a leur requite soieut levds pour par-
venir a l'inventaire de tous les biens
tant meubles qu'immeub!es formant la
masse successoralp, les d(1biteurs du de
cujus sont informs quc tout versement
par eux effectuO, en d'autres mains que
cells du dit nolaire,seul charge de leur
dinner bonne et valuable quittance, est
considered come 6tant nul, r.on avenue,
les engageant par consequent a payer
deux fois.
Port-au-Prince, le 25 Mars 1909


S JEAN .LOUIS,

206, (;raid'Rue


CESAR.
avoeat.


136, Rue Roux

A. de Mattdis & Co
Maison fondue en 1888.


Derniers arllicls reRus

Fo rfi-me i, Houbigant; Ro-
yal Houbigant; Fougere Royal ; Par-
frm Idlt-al; Savon, Poudre ; et,. etc.
Coffrets de parfumerie tres dlegants.
Parfum renroinmi Asiris : Lotion, 7ri
copherous.
Lamp'-,s, Fc-uet:s et Chamois
pour buggy et buss.
Argenter-is de lucxe, Bibelots,
Mloustiquaires, Brosses. Pipes, Fumes-
cigarettes, Cravates, Maroquinerie de
toutes qualit6s.
La Matson a toujours un grand as
sortimt- rt de ;ijouterie, d Are-.terte
de Diainant, A la dispo.-ition du pub;ik
eu geral et A la port6e de toute-
les bourses.
A.tel e-s d'Torloge-ie et d-
B-jouteri~ : Gratures, Confection
sur comina nide.
A'clhat de vi.il or et viril zrge-t,-
damro.nt. et pierre.a pr4cieu-'.s t. de.s prix
a- ar tageitxr.
ACHAT D'ACAILLES Di CART
P rix ex.giptionnzel

PHOTOGRAPHIC
JH. M. DUPLESSY
Grand atelier de luxe
120 RUE DU CENTRE
Trav.ux de tout.s sortes et de
toutes grandeur.
R -pro tuations-Agcraidissements
, -- a -- I
Iluile d'Ol ve
SUPERIEURE
P. 5 LE LITRE
Chez A. de Matteis


Maison Jules Laville
93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT,
-A la MtetM6ropole

Pour la Semaine Sainte
Vienrent d'arriver par les derniers vapeurs les articles suivants dans
leur fratcheur et A des prix exceptionnels.


Thon marine
Sardines A 'l'huile marques
Amieux, Amazone et Texier
Maquereaux a l'huile
( au natural


Morue


PETITS


Caviar
Saumon au natural
Anchois A l'huile
Escargots a la bordelaise
Huitres


tres fraiche, en paqucts de une et deux Livres

Fromages de Munster tres frais
FROMAGES DE CAMEMBERT, BRIE & NEUFCHATEL
ddlicieux en terrines et petits ferb'ancs


Beurre de Nc
en ferbl
Le Beurr
Huile d'Ol
Pommes de Terre fraiches
Biscuits fins Olibet
Biere frangaise


Vin rouge
Vin blanc
Vins fins en c
Vin de oorto
Vin de Jerez
Vin de Madere


)rmandie Marque Bretel f'eres
ancs de 5, 1 liv. et 4/2 liv.
e le plus appi cid du Monde


ive surfine.


Vinaigre


Avoine concasse ( Clatmcal).
Macaroni
Vermicelle


Legumes divers flageolets fins, petits pois.
Saucissons de Lyon et d'Arles
Prix IYIEocldres
LE BON MARCH PAR LA QUALITe


Andre Faubert
38, RUE ROUX, 38
Port-au-Prince
Vient de recevoir par lernicr vapeur :


issues


Champagne
Eau de Vichy Celestin:
Sardines A l'hui!e exira
Viiaigre extra d'( rleans
Huile d'olives au gallon,
en bouteilles ef enm bidons.


Parfuamerie extra-fine Mr Daver
Cravates, Montres
VENTE EN GROS, 1/2 GROS, ET DETAIL.
Livraison A domicile A partir de 12 bouteill-s


C6te


A vendre chez
Mine. Ph. Kieffer & Co
RUE DES CIPSARS
Vin rouge et blanc en gros et en
detail.
Vin de messe par dame-jeanne et 1/2
barriques.
Huile d'olive surfine par gallon, par
litre et 1/2 litres.
Port-au-Prince, le 22 Mars 1909.

Docteur R. R. EWILD
Parti pour Jeremie, A l'honaeur
d'annoncer a sa nombreusd clientele
qu'il sera de ritour dan; deux mois.
Port-au-Prince, 12 Mars 1909


Pharmacie


A. ROBERTS 8& C
PORT AU-PRINCE, HAiT:

S e mences potag res, bienfratches.
0,20 cts le paquet
EXPEDITION EN PROVINCE
Port-au-Prince, le 23 Mars 1909
-- -
Buss et Buggy a louer par hente
pour courses en ville, promenade i
la champagne a Petion-Ville. eC.
S'adcesser au No 156 Rue du Maga-
sin de I'Etat en face de la Glacibre.


toute


~-- --~ p--- C- IC- I C- I I
CL ___~..--- -------- -~~--~~~~~ ------ ------ -------- --------- ------- -


- -- ---,---- --


Exp~ edition AL la









Pharmnacie W


Place


Buch


de la Paix


L~xecut~ou prompt i et sOi(Fnle- d, des oridonl (ICes
Atialyses scientitiques et teclhniqiw-s.
Antlvs;es dds rmiinerais rloin :~rut, 'uivre, autrf-, nCrx (Viapi-r-s la
rnthode am&~ricaine ([ire essayl V
Fabrication dEaux gazeuses, sirops Vt VYlmt iblt- Kola


Champagne a P. 6 la douzaine.
Droguerie en gros


Plropri6taire :V.


et en detail
Buch


Pharmacien dipl6m6 allemand
D)epbt de Kola-Champagne :
Aux Gonaives : Madame P. l.araque
A Saint-Marc : Madame 1:. N1 trtelliv
A Petit-GoAve : Hermann Reirmbold & (:
,'i J l l l l- I I. .


HORS CONCOURS


Rhum Barbancourt
MSdailles d'or, Mention honorable, Membre du Jury, Grand
prix, Hors concours dans toutes les Expositions depuis
1881 jusqu' 1907. ( Ancien et Nouveau Continents)
Madame Veuve BARBANCOURT, seule d6posi-
tairede la marque Rhum Barbancourt et seule propri-
taire des furmules qui ont fait obtenir au Rhum Barban-
court les mnm6aillos d'or de toutes les Expositions, a pris la suite
les affaires de feu son mari, et se tient A la m6me halle, sise 7, Rue
des C6sars, a la disposition de sa nombreuse clientele,
dont los commander seront ex6cut6es avec le menme soin que par
le pass&
,--I- --- r -- --. I Ir_ -

TANNERIE CONTINENTAL
DX
Port-an-Priulte
CAPACITY 500 PEAUX PAR JOUR


DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24) COULEURS


Vente des chaussures : Chvreau-glac6, Verni et cou-
leurs, pour HEommes, Dames et Enfants.
( BOUTONA, ELASTIQUS rr LAcC )
En gros et en detail pear touted la R6pnbliqut


M. et Mme Laporte-LAFFITE
(N E ARCIHER)
60 Avenuedes Gobelins, 60, {Paris)
Ottrent leurs services au commerce
et aux families, tant de Port-au-Prince
quo des autres villes d'Haiti, pour
toutes commands de marchandises,
vins, articles de toilettes, de mode et
de bijouterie, etc.
On peut expedier les commander
a 1'adresse ci-dessus et pour tous ren-
seignements s'adresser au bureau dlu
journal.

Etude
DE
M* Charles MILLER
Notaire public
53, Rue du Port, 53.


Ne mangez pllus de pain!

S'il n'estfait ave-: Pillsbury's
:est.'
La ineilleur'" fa rine du monde
Cellf ,l uidilolne le meilleur pain
Qui produit le plus de pain
Le pain le plus blanc
Le pain le plus lger.
Pour tous renseignements s'a-
dresser A :
Ernest Castera
repr6sentant de la PILLSBURY'S WASH-
BURN FLOUR MILES Co MINNEAPOLIs
BILl


Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirig6e par

L. HODELIN
Anciwn mmbr. de la Societa Phila-
ihropique des mattro tai! lurs de Parts
Vient de recevoir un grind choix d'd.
toffes diagonale, casimir alpaca, chevio-
to, cheviote pour deuil, etc, Recomman-
de particuliBrament A s., clientele une
belle collection de coupes de casimir,
de gilets de fantaisie at do piqeu de
toute beauty.
Sp6cialit6 do Costumes de no-
coe.- Coupes Frangaise, Anglaise *e
Amdricaine de la derni6re perfection.
La mason confectionne aussi des Cos-
tumes militaires, habits brod6s
dolmans, tuniques, habits oar-
rvs. eto eto, de tous grates

Chapeauxl
Chapeaux1t
Chapeaux !t
PAILLI DI PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ

JOSI SAN MILLAN
Le coiffeur artiste, qui vient avec eI
cncnours d'un chapelier rernarquable.
M. JAIna TESTAR, d'instalier une
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon d Coiffure du Loyuvr
Pour tons les gotat et pour tuates
lea boarses.


Cordonnerie Nouvelle


G. B. PETOIA
143, GRA.ND'RUE, 1463
PORT-AU-PRINCE
CEAUSSURnS XN TOUS GENRES
XN D*P6T, POUR LA VENTR
KN oRos ir DETAIL.
Xx6cution prompted des
oommandes, tant ici qu'en
Province.
Formes a hommes ; 6legantes et ra-
tionnelles.
Chaussures de dames ( Dernihre mo-
de de Paris ) et le plus commode :
chaussures pour enfants confection-
unes avec des Peaux de toutes nuances
d'ane selection et dur6e irr6procha-
bles, & des prix avantageux.
Cirages, pAtes et liquides
Powr *hasaiures do 1ias %Nensdeae.


DEMANDED
L'Annuaire de L6gis-
lation Haltienne, par Mt
Etienne 'Mathon, contenant les lois,
decrets, contracts, arretis de 1'An-
n6e 1908, au prix de DEUX
GOURDES, chez M. Verrollot, im-
primeur, rue Bonne-foi et Chez M*
Etienne Mathon, S7, Rue du Centre.


JULIEN FLORU8
Ancien dLve de la 26' Co60
d'ouvriers d'Artillerie (1
Se tient A la disposition d
pour tous travaux de FPOGe et
JUSTAGE, de REPARATION de
forts etc. etc. A do bones Condi
Rue de la Rdvolution N. t
Vier-a-vis de la Chambre de

-- -^ } -I
NESTOR FEUt
L'excellent tailleur advantage
connu de touted la Ripublique
de rouvrir son atelier Rue F&1
( ue des Miracles ) No 61, press d
L ger Cauvin,
Sa nombreuse clientele troon
cornme toujours touted satisfai
pour les travaux qui lui seront
fis.

Francisco DESUSI
Fabricant de Lchaussura
La Manufacture a toujours end
un grand stock, -o- pour la Venti
gros et on detail, de chaussu
tous genres poutr
HOMES, FKMMIeS, ENFANTI
I o commands des commera
df 1'inttrieur pourront 9tre "ex6ct
u-.. une semainle a peu pr..
-23. Rue de' Fiouts Forts,3
PORT-AU-PT.IN CE (HAmM)


kL'LtGANc
QORDONN ERIE,

42, Rue des Fronts-Fots.


CHAUSSURKS EN DAP6T,POUR LAI
Promptitude et soin aux coa
des tant ici qu'en province.
Chaussures de Dame former t
vail toujours tout ce qu'il y adel
nouveaux.
Formes americaiue et franCaiMs
Messieurs ; 6el6antes et coml
Pour les enfants le plusA l'tis
Travail solide ex6cutA
des peaux de premierejmai
Assurance de grand rabais.
PAtes, Ciragesa t luliQui

Chez App. Cipoli0
155 Rue Rdpublicaine en face A
E. Robelin
(,onservus fraiches arrives
uier vapeur.
Assortiinent cotmplet d'bhile
pure, par gallon derni galloo
litre.
Vin de Bordeaux : rouge 9
vinaigres, madi e.
Grand assortirneul compI
queurs.


M C. L. e
Tailleur-Marchal.
Donne avis a sa bienv ill
tele que sa maison No.7,RvI
sitre est toujours bien POIi
varipte d'6toffes de Is D
veaut6 parisienue. ol
QUALITY* SUPRIIURI. CoIC"
TRAVAIL SOIONA. EzAct T~o
Prix trs rM a I


GRAND PRIX


PREPARATION


_____ __ ------ ----- -- -----=


I