<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00582
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: March 24, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00582

Full Text




Deuxibme AnndO, No '597


?ORT-AU-PR1MCE ( H4ATI


Mercredi, 24 Mars 1909.


I


)


Arthur Isidore,


ADMINISTRATOR


OUOTIDIEN


Carille N6r6 Numa
RADACTEUR BN CHIP .


Abonnements: DIRECTEUR-FONDATEUR C
PORT-AU-PRINCE UxMois. .G.2.0C1t Maglir
TRxois Momis. 5.00
DiPA.RTEMENTS UM Mois. .. 2.20 I Les abonneients parent du i" et dua I de chaque
TROis Mois c 6.00 DIRECTION-RKDACTION-ADMINISTRATION !.ois et sont payables d'avanc:
ITRANGER....... Tois MoIs. ( 8.00 45, RUV ROVIX, 45. Lesmanuserits las6r6s ou non ne srealtpasu ar


H istoire d'H aiti Cap avec les 1200 soldats de la Ge de-
iiistoiredHaitz mi-brigade.
Tres peu voudront convenir que
A L'USAGE DES ADULTES les malheureuses dispositions, don't
ces actes temoignerent, r6vilent, A
LIVRE III n'en pas douter, deux de nos travers
sociaux, les plus graves et les plus in-
vetbrQs :
Violence e reprsai esvtrs:
Violence t represailles D'abord, le mdpris de la vie hiLai-
II ne,- peu imported, apres cela, que de
monstrueuses personnalit6s de la ra--
Dans tout le pays, dit l'historien, ceux qui furent plut6t accessible A se blanche eussent, avant nous, souil-
:hacun pouvait se plaindre d'avoir la piti6 qu'a la vengeance: Geffrard, 16 ce sol de sang human ;
)erdu un parent, un ami, et souppGn- Jean-Louis Francois, FBrou, Bazile, Ens-ite, l'extension auc iwnocenl.
ser tel ou tel blanc d'avoir contribud Tnomas Durocher, Gdrin, P .t:on e aux irresps es des fts des
tleur mort. L'heure de la vengeance Bonnet, Borgella, Frdmont, Giraud, fautes commises.
iyant sonnd, on agit comme avaient Alain, Voltaire, Theodat et Bergerac m e e s
ait ces deux g6ndraux (Leclerc et Trichet. Gaspard. Non, il import e de sdparer, dans
Lochambeau) et leurs sicaires...... Sans doute, bon nombre de lemmes 1( sprit public haitien, l' popee natio-
Le gouverneur-gendral fit commen- haitiennes se jeterent pele-mele au nalede l'independance dea pages hon-
:er aux Cayes, sous ses propres yeux, travers des vues sanguinaires de Des- teuses que nous feuiiletons en ce mo-
e massacre decretd, puis, confiant salinesetarracherent partout des vies meni.
ux autorites de cette ville, le soin de blanches aux fureurs des autorites. Cela imported, a un double point de
ontinuer la besogne funebre, il par- Sans doute, enfin, des chefs don't vae.
t pour drdmie ofi il pr6sida aux me- c'6tait, pour ainsi dire, la profession En premier lieu, au point de vue de
Les executions. de voir, sur les champs de bataille, la gloire personnelle conqiise par les
Le sang coula tout le long de son couler le sang, tels que Gabart ou hdros de l'independance hai'tienne ;
passage de Jremie a Port-au-Prince, Christophe, fr6mirent, eux aussi, au en refusant de conditioner par ces
uis de cette dernire ville au Cap. spectacle de pareilles tueries. tueries de 1804 leur ce-vre grandiose,
execution du terrible d:ret exi- Mais, ces reserves faites, il n'y a nous sommes plus a l'aise pour les
eait ainsi que Dessalines parcourut pas de doute que, en d6cr6tant ces glorifier et les exalter.
3ersonnellement tout le pays, car, au massacres, Dessalines n'eW t flatt6 et En second I lieu, au point de vue de
lire de Madiou, it n'a pas fallu moins reveill les instincts les plus stirs de- 1'universelle morale socia!e qui accepted
jue sa presence et sa volont6 de fer posds dans 1'ame haitienne. 11 n'y a difficilement de s'adaptet, aux contin-
)our assurer cette execution. pas de doute que, a ce moment, ii ne gences trop etroites.
DOn ne saurait imiginer, ecrit fat entoure de l'assentiment general II nous reste A former ces reflexions
Spencer St-John, A quelles saturnales et n'eut pour lui l'esprit public d'a- par une consideration tres important.
e ivrbrent ces esclaves, qui se corn- lors. Pour que les exces autorises par le
iaisaient a verser le sang de ceux Ces instincts se sont-ils att6nuds et decret da 22 F6vrier 1804 pussent ttre
evant lesquels ils avaient naguere cet esprit public a-t-il change ? C'est accepts comme des measures d'or-
rembld. Et come c'est une plume ce que nous verons en avanQant dre public exceptionnelles, il aurait
.trangvre qui exprime ce sentiment, plus loin dans cette etude. fall, une fois l'ind6pendance natio-
us avons hAte, en lisant ces lignes, Je sais bien qu'il y a une cole, A nale definitivement assure, quo ce
Ne crier la detraction. laquelle ne sont pas strangers la plu- mdpris de la vie humaine et cette exten-
Sdus acceptons mille fois mieux part de nos historians, qui justifient sion aux innocents et aux irresponsables
rdos derivains nationaux, tels que ces reprsailles par le souvenir s d des peines encourues, eussent cess6
ire u'il Madiou, viennent nous atrocitds ant6rieurement accomplies avec les causes qui les auraient pro-
S-quil n'y uet pas unanimity dans pai les FranCais. A propos des tue- duits.
Sautogearces executes et que ries ordonn6es au Cap par Dessalines, Or I'observation des faits va nous
do orit et la fureur de Dessalines ii est probable, dira-t-on, que le r.ve6ler que toute notre vie social, de
Sa dnnrent sur tous. souvenir des atrocit6s commises dans 1804a nos jours, est pleine de ces vio-
Sans doute, la volontd de Dessali- ce port, par Rochambeau, y aura lences et de ces repr6sailles injustes
taire alors pr^dominante dans les contribu6. A 1'6gard de C ervaux qui, apres s'etre exercees centre nos a
aire q'sciales haitiennes, et il edt faisant exdcuter sous ses yeux, A la anciens mattres, se sont tourn6es con-
r q'il r6pugnt A de tels actes Fossette, le massacre de plusieurs tre nous-memes.,
s qu is n'eussent pas d6t commis. innocents, il faut attribuer, dcrira-t- Apres avoir dtd Jupiter ddchainant la
Sdoute, l'histoire a recueilli, avec on, ct acte de f6rocit6 savage au foudre centre les dieux ennemis, Haiti
O uste sentiment de rehabilitation d6sir devenger la mort de son frere,... est devenue Saturne ddvorant ses pro- s
Our larace hatienne, lea noms de que Leclero fit noyer dans la rade du pres enfants.


N'y a-t-il pas IA un vice social indd-
niable ? Je pense que oui, et nous
chercherons A le determiner en son
temps.
Disons brievement, pour n'avoir plus
A revenir sur l'acte de 1804 qui inau-
gura les violence haitiennes, que vers
ia mi-avril de la m6me annee, tous
les homes blancs, non ldgalement
excepts. ayant disparu dans le mas-
sacre official ddcrdtd, Dessalines or-
doona que ce fit le tour Kcdes femmr
et de leurs enfants.D
Et durant des semaines, A Port-au-
Prince, aux Cayes, A Port-de-Paix,
Jdrdmie, dans toutes les villes et bour-
gades du pays, le sang des femmes et
des enfants ruissela.
Germain Frsre se signal A Port-au-
Prince ; et aux Cayes. le general Mo-
reau, BIgon, Aoua et Tate, officers de
m rine.Dans ces deuxdernieres villes,
la plupart des femmes furent noydes.
Apres quoi, Juste Chanlatte, avec
beaucoup de raison, a pu, dans une
proclamation c61Rbre, dire de l'6tran-
ger: II vaulrait mieux pour lui que la
mer l'eit englouti dans ses profonds
abimes,que d'efre devord par la colere
des enfants d'Haiti !





RFENSEI GNEMNTS
METEOROLOGIQUiS

cObkervatoire
DU
SEMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL


MARDI 23 MARS 1909


Baromrtre a midi
Trempdraturei1minimum


maximum 30 ,6
Moyenne diurne de la temperature 26-,1
Ciel assez nuageux avant le lever et
Lpres le coucher du soleil.
Brise de mer de bonne heure et fraiche.
3rume.
Barometre a peu pros cons ant.
Agitation microsismique vers 7 h. da
oir.
J. SCHERER


761, -I9
2133


5--;----


I


jiu









Devant la Justice
MM. F. L. Cauvin, Fred. Bernidin, Ed.
Defly. Windsor Ter'onge, condamr6ds par
con- umace dans l'affiire de la Consolidation
se sont constitubs prisonniers. On salt que
le jugement par contumace n'acquiett l'au-
torit6 de la chose jugbe qu'ap&es un ddlai
de 5 ans, les condamnbs peuvent, dans I'in-
tervalle se justifier devant le Tribunal com-
petent.
Le G~rniral Cel, is
Le %fCatin annonqa lundi dernier qie le
Gdndral Celcis, ancien cornmmmdmnt 'de la
Place de P6tionville devair se constituer
prisonnier pour se justifier de I'accasition
d'hornicide p)rtei centre l'ii.
Accompign4t de son avocat, Me.L6gcr
Cauvin, le Gil Celcis s'cst prcs:nt6 hier
A la Conciergerie, vers to h ures do matin,
ou Ie Direc eur d la Prison a p ocdd6 aux
formaliits d'tcrou.
L'affaire passera inccssamment.
Chambre de Comrn .-rc3
Frangaisa en Hai i
CONVOCATION
Messieurs les Membres de la Chambre
de Commerce Frangaise, en Haiti, sont
convoquds en Assembl6e G6ndrale le di-
manche 28 Mars courant, au local de la
Chambre de Commerce, 4, Rue dn Fort-
Per, A 9 heures precises du martin.
Ordre dn jour deinitif :
Rapport du President
Rapport du Tresorier
Modifications aux articles 4 des Statuts
et 47 du Riglement interieur.
Port-au-Prince, le 24 Mars 1909.
Le President, PAUL SANTALLIER.
Society. frangaisq de Secours
Mutuels et de Bienfaisance
Brillante reunion dtinanche dernier A
l'asile frantis, Mr F. Cheriez a present
un rapport foit interessant sur la march
de la So-i'&6 pendant le dernier exercise.
Ce rapport paraitra sous pen. On verra en
le parcourant, comment l'ceuvre a mar-
ch6 sous la pouss4e intelligence et le
tact g6ndrcux du Bareau aide des autres
membres bien disposes.
Aussi le sympa-h'que Mr Cheriez a t-il
.td re6lu Pr6sident aux acclamations de
I'assistance. Les autres dignitaires sont M.
Ph. Kieffer, vice-pr6sident, Joseph B .rthe,
Ernest Castera, Dreyfus, abbs Benoit,
Paul Z6non et Camille Borno, conseillers.
Nos compliments A ces hommes de
cceur, et particuli&rement A Mr Cheriez
qui, nonobstant les difficult nombreuses
*et les ennuis de tou'es sortes, poursuivent
vaillamment la reilisation de cette entre-
prise de charity et d'union.


D(ces


Les fundrailles de Joseoh Augustin Anni-
bal Montasse dcedd6 hier, A l' Ige de 9
rans, auront lieu cet apres-midi. Le convoi
purtira de la mason mortuaire, Grand-
rue, pros de la Gare du Nord pour se ren-
dre A l'Eglise St Joseph.
Condol6ances A Mr et Mme Annibal
Montasse et aux autres parents du jeune
difunt.
Fe'r meture de la malle
Les dpaeches pour Kingston et Colon
par le s/s "Sarnia" seront ferm&es vendre-
Sdi 26 du courant a 2 heures pr6cises de
l'apres midi.
Cells pour Inague, New-York et 1'Eu-
rope par le s/s Alleghany ( via New-York)
vendredi 26 t 5 heures pricises du soir.
Port-au-Prince 24 Mars 1909.
Change
a- L baisse continue, nons sommes ce
martin a $070/0.


Cour d'assises
Comme nous l'avions annonce, te Tury
i eu hier a entendre l'afftire da Gil Co-
ville, ancien commandant de la place .de
l'Arcahaie, qui exicuta somma-irement le
zo d6cembre dernier un campignard du
nom de Danaus Joseph.
L'accus6 a etd acquitted apr&s les plaido-
yers de Mes St Elme Mathieu et Valem-
brun. I
Le doyen Nau pr6sidiit, le siege du Par-
quet 6tait occupy par le commissaire L.
Coutard at le jury avait pour chef notre
confr&re L. Porsenna, directeur du iSoir.
Chemnin de fer de LeogAne
Hier apr&s-midi les inginieurs Tippen-
hauer et Maximilien ont faith le trace du
point de Carrtfour.
Le jeune R. Baussan etait aussi sur les
lieux et pretait le conc-urs de son activi-
t6 a ces important travaux.-- DjA une
dquipe de cinquante hommesest surlavoie.
Nos meilieurs compliments A l'ingenieur
Tippenhauer don't l'eloge n'est plus A fire.
A la Douane
Hier, a to heures du mating, M. Mac
Donald Appollon, administrateur des fi-
nances a proc6de en douane, aux installa-
tions suivantes: Fred. Castel,Hermann Hd-
raux et Mol6us Alphonse,nomm6s contr6-
leurs et M. Appollon, sous-inspecteur.
Vol important
On a pill compl&tement cette nuit les
vitrinesdebijouterie de M. Ferrari, Grand-
rue


Avis aux bijoutiers et aux families
attendant que la Police inette la main
ces audacieux voleurs.


en
sur


Crime mysterieux
On a trouv6 ce matin, dans sa bouti-
que, sise rue di Reservoir No 88, le cada-
vre d'un homme bien connu dans le pen-
pie des humbles et des artisans, de M.
Dorsulm6 Guillaume, appel6 commun&"-
Dordor Le cadavre 6ait dans la position
ordinaire du sommeil, l'oreille droite lais
sant voir la trace aigue d'un stylet.
II n'y a pas eu d'eflractions aux portes.
L'armoire a 6&d ouverte sans violence, et
chose assez crrieuse, on a trouv6 deux
s cs contenant 1.400 goardes en nickel et
enbillets de P5-;2oo gourdes environ lais-
s6s dans les tiroirs, les marchandises n'ont
pas &t6 en'ev6es. Aucune trace de lutte.
L'assassin d'apre! les conjonctures a du
passer la nuit dans la maison. N'a-t'il rien
enleve,cu bien s'est-il content de valeurs
en or, d6daignant le nickel qui aurait pu
le comprornettre ? Alors pouxquoi n'a-t-il
pas pris les billets de 5 ? .... Mystere !
Nous voyons sur les lievx le Gal H
Momplaisir,prefet de police, le Gd Augus-
Stin, inspecteur en chef, le juge Pauldma.
Les scelils ont ete apposes aux portes de
It maison tragique et le cadavre transport
au No 86 de la meme rue.
L'infortune Dordor don't noui faisons
soulever le drap mortuaire est couch sur
le decubitus dorsal, ainsi que le constate
iun proc&s verbal ; les traits sont calmes,
tranquilles; a-crune epouvanle ne les a ten-
dus.
La justice intorme.


BOITE AUX LETTRES

Port-au-Prince, le 20 Mars 1909
Au Directeur du journal Le Matin
En ville.
Monsieur ie Directeur,
En lisant hier, votre journal du 18
courant, No 592, 1'article intitul6 : Bio-


graphie,signd: un Ami,arrkta mon atten-
tion sur les paroles suivantes :
Celui-ci dit au President dont les yeux
tout etincelants de colore semblaient le
rendre plu- redoutable encore : c Vous
ne pouvez pas fusiller les freres Cauvin;
le pays est deja trop pauvre, trop priv6
d'hommes de lumiere, pour lui enlever
encore des hommes qui, par leurs md-
rites personnel, contribuent a sa gloire
et A sa grandeur. v
Ce fait, appartenant A l'histoire, ii
imported que je fasse savoir a l'auteur
de l'article, qu'il est fort mal renseigne.
C'est M. Karn6s Gourgue qui avait pu-
bliquement prononce ces sus-dites pa-
roles au Pr6sident Hyppolite, non le 29,
mais bien le 30 Mai 1891.
Pour prouver ce que j'avance, j'en
appelle au temoignage de maitre Leger
Cauvin qui vit encore et qui m'a rdpet6
cet acte d'independance de mon feu
frere.
Tout en vous priant de publier ma
lettre dans le plus prochain No de votre
journal, recevez, Monsieur le Directeur,
l'absuraice de mes remerciements anti-
cipes,
LAMARTINItRE GOURGUE
'DVputd du Peuple



L'Oblservatoire


Ieteorologliq e


DU
it dS'il est facile d'appr6cier les rdsulrats
Petit S nmiinaire quis par un observatoire pour la ch
College St Martial tologie locale, on ne peut se proat
avcc la meme certitude sur la valeri
la contribution que des observations p
II ticuli&res apportentA la M&eorologie
L'Observatoire du Petit S6minaire a fit tr&ale. Cette science a, en effect un ca
du climate de Port-au-Prince une 6tude t're spial : elle n'a pas la dessourel
sp6ciale. II en a prdsent6 les r6sultats soit 'exprimen ue qion,suon champ aseit
dans les quotidiens et pbriodiquesdelaville eitr dne les enu qmuorologiques nea
soit dans le Bulletin des observations M&- eret agents m rtorologiquese
trorologiques public depuis janvier 19o0. eurs connus que par uneobpetite pad
Pour donner au public une idde nette et &lre incets- sante, auss i varioe e p
sensible de ses travaux il fit confection- etre incessante, aussi vari6e que p
ner pour I'exposition de la Madeleine en et fate simultan men dans ut
1901 un tableau des c Courbes des 616- nombre de lieux o l'on pent SUiv
1901 un tableau des p Courbes des -pement d phnomne
ments m6teorologiques fournis par l'Ob- dvelos pement du ph6noia neies s
servatoire >. En 14 cartons, ce tableau ex- mme d'estimerq la valeur d'obsemrts
pose : la march de la temperature pen- particulieres.
dant les 24 heures, en Juillet, en Janvier, Qu certain points cependant
et par une moyenne de toute l'anne ( re nissent des donnes mp trologiquces
sultat de 87. 600 observations), 20 la Va- intressntes parceqe es variatio0a
riation mensuelle de la Temperature ( 15 duites par le concourse oe le nooflit
annees d'observations donnant comme forces naturelles y acquoirent plusd'il
moyenne de Port-au-Prince 250 9, 30 I fance netpresenent A l'qude des p
march du barom&tre pendant les 24 heu- tancee prs senent on le CO
res ( 87.6co) observations, 4 la variation manespluse instruetifs, ont les Ot t0
mensuelle du Barometre ( 15 ann&es d'ob- s peneetles Antilles ou
servations, ) 5 la Marche de la N6bulosite t considdrees come une
pendant les 24 heures ( 15 ann6es ) 60 la ce genre.
variation mensuelle de la N6bulosite ( 15 L y existed aujourd'hui, Port-g
ann6es) 70 Marche de vitesse du vent en except' 7 observatoires montd
24 heures (12 ann6es) 8 Variation men- elis de la Havane qui fournit de
suelle de la vitesse du vent, 90 Marche r 1eui 878- ceri d
de la presence du soleil, du lever au cou- (1878), celui deSte Croix de
cher (Io ann6es ) Ioo Variation mensuelle de St Chris ophe (1868), celo de M
de la presence du soleil I o Hauteur de a Pitre(1875), celui de lai Mfl'
pluie en millimetres ( o1 anm ees), 12. Va- auirfois St Pierre,(1848), ces Anill
riacion mensuelle de l'humidite relative ,: idad(i874). Les Grandes Antills
(15 annces), 13 j'oygone de la direction vaient don que dex. ObservatOi s
du Vent ,4'Trajectoire ordinaire descy- It foundation de celui de St Man
clones pour Fl'le d'Haiti ce dernier parutassez important
Pour tenir au courant ses travaux ordi- tenir d6s i887 insertion dnlesd
naires, l'Observatoire consigne chaque joar reato Cenetral orolo e de
sur cesr gis-re denombreuses observations reau ietrallms rol de 'bservatoe O
soit recueillies directement, soit relev6es pi ans ee e
d'apres les instruments enregistreurs. Une trale de Vienne.
bonne parties de ces observations doivent, iLa fin 04i


avant d'tre enr6gistrres ,tre rectifik
le calcul pour avoir une veritable val!
com paraison ; 1'ensemble de ces obs
tions a 6t6 jug6 par le Montly WE
Review de Washington come don.
pour la climatologie de Port-a.nPrioe
conclusions aussi parfaites que possible.'
A ces travaux s'en ajoutent d'autress
vant les circonstances : divers sysmr
phes, don't deux construits rhcem,
marquent les secousses du sol : ces seco
sont inscrites d'apres les enregistreca
out en note, s'iI est possible, la direct
l'intensitd, les phases ainsi que i'1%
exacte ou elles ont commence, le te
qu'elles ont dure. Une lunette m
dienne permet d'observer le moment i
cis du passage des astres au mdridien
Port-au Prince et donne l'heure il'O
servatoire ; grace A cette lunette les mi
res en rade ont la resource de r.glera
chronometres : I'utilit6 des navies ai
bien que les besoins de l'Observt
donnent ainsi lieu A de nouvelles sI
d'observations, ajoutons encore que la b
nette m6ridienne a deja servi A dtersmi
et A rectifier plusieurs portions gdog0
ques de l'ile.
Enfin en 1904, apres divers essisi-
fructueux tents 7 ou 8 ans auparavant,i
directeur de l'Observatoire reussissaitas
blitz sur le rivage de Port-au-Prince,
mareographe construit sous sa direct
Cet instrument a enregistr6 pendant
4 ans la march des marees et a permiso
determiner d'une facon definitive les q
ports du ph6nomene des marees au ta
du go'fe de la GonAve avec les positiq
de la Lune.
III


t


1






i









A. de Matt6is & Co
Maisn fon de en 1888.

erniers articles recus
Pariumerie Houbigant; Ro-
fHoubigant; Foug6re Royal ; Par-
mIdeal; Savon, Poudre ; etc. etc.
Coffrets de parfumerie tres 616gants.
drfum renomm6 Astris ; Lotion, Tri-
Sheous.
aimpes, Fouets et Chamois
)our buggy et buss.
Argenterie de luxe, Bibelots,
oustiquaires, Brosses, Pipes, Fumes-
iarettes, Cravates, Maroquinerie de
utos qualit6s.
La Maison a toujours un grand as-
rtiment do Bijouterie, d'Argenterie,
l Diamant, a la disposition du public
n g6nral et A la port6e de toutes
s courses.
Ateliers d'Horlcge-ie et de
ijouterie: Gravurs, Confection
r commando.
Achat de vieil or et vied argent,--
imant et pierres prdcieuies & des prix
aitageux.
ACHAT D']CAILLRS DB CARTr
Prix excer .i -n iir e

Compagnie P. C. S.
Avis.
A partir du ler Avril piochain, d'a-
rks decision du Conseil d'Adminis-
ation de la (:iiipagnip ,es Chpmirs
eFer de la P. C. S Mr Charles Lau-
enceau est seul charge de la fourni-
redu combustible ( bois A broiler et
carbon de bois ) et traverses de la
ompagnie des Chermins de Fer dto la
laie du Cul-de Sac.
L'lngdnieur-Directeur en ( hef,
G. TIPPENHAU ER
PHOTOGRAPHIC
JH. M. DUPLESSY
Grand atelier de luxe
120 RUE DU CENTRE
Travaux d touts sorts et de
outes grandeurs.
Reproductions-Agan!dissements

Huile d'01ive
SUPERIEURE
P. 5 LE LITRE
Chez A. de Matteis

VENTEDE BIENS DE WMlEURS.
II sera ptoce.,I le mardi, six Avril
brchain, en I'ltul, le Me A. Laforest,
S9heures (dt martin, aux encheres, au
is orant et ,ldrnier enchbrisseur, 6
vente .l'unn petiie propri4ti, sise en
el"e, (Bois de chine ) de 622 pieds
cPOsCr e faa sur 85 de profon-
Sr, orne au Nord par un passage
Fomu, an Sud par les enfants de
te Alexs, A l'Est par un passage
5ieds et A IOaest par Mme Macena
a mice a prix de P. 210. E- vertu
Sugement du Tribunal civil de ce
rt homiolouant la deliberation du
il de famille des mineurs Ldlio et
Devis, ayant pour tutrice la dame
e l. Vinsky, en date du 23 F6vrier
Port-au-Prioce, le 22 Mars 1909
L',aocat poursuivant,
F. D. CAS1MIR


VIENT DE PARAITRE
L'Erreur
R6volutionn aire
ET
NOTE ETAT SOCIAL,
PAR
AUGUSTE MAGLOIRE.
UN VOLUME broch6 de pris de 300
pages, en vente a l'Imprimerie du Ma-
tin, au prix de Deux Gourdes I'exem-
plaire.
Nous engageons nos lecteurs a lire
le volume qui, par la faCon dont il
rectifie de tres intdressants points de
vue sur la pdriode colonial et les
premiers temps de notre histoire,
constitute, selon l'expression employee
par l'auteur dans son Avant-propos,
a la preface oblige de I'Histoire
d'Haiti d l'usage des adults, don't nous
avons mis la premiere parties sous
press, sur la demand gdenrale, et
qui paraitra aussi tres prochainement.


Ligne Hollandaise

Le steamer Prins Willem III
venant du Sud, est attend ici ven-
dredi matin le 26 courant, il partira
dans la soiree pour St Mare et New-
York.
Port-au-Prince le 23 Mars 1909.
G ZRLACH & Co
AGENTS


Pharmacie


A.


ROBERTS & C


PORT AU-PRINCE, HAITI

Semencespotageres, bienfraiches.
0,20 cts le paquet
EXPEDITION EN PROVINCE
Port-au-Prince, le 23 Mars 1909
..- --_-L
Avis

Le Departement de
I'Int6rieur invite ceux-
la qui, conformeinent ia
Iavis, paru daos l'offi-
ciel du 3 janvier der-
nier, ont eu it se faire
inscrire pour appartenir
au Corps de la Police
de la Capitale, a se pre
senter a l'Hotel de ce D6-
parlement, a partir de
la publication du pre-
sent, tous les jours, jus-
qu la r6forme comple-
te du dit Corps.
Port-au-Prince, le 22 Mars 1909.


Maison Jules


Laville


93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT,
Ad la ML tropole

Pour la Semaine Sainte
Vienpeot d'arriver par les derniers vapeurs les articles suivants dans tout
leur fraicheur et A des prix exceptionnels.


Thon marine
Sardines T'huile marques
Amieux, Amazone et Texier
Maquereaux A l'huile
c" au natural


Caviar
Saumon au natural
Anchois A l'huile
Escargots t la bordelaise
Huitres


Fromages de Munster- te s frais
PETITS FROMAGES DE CAMEMBERT, IRIIE & NEUFCHATEL
ddlicieux en terrines et petits ferblancs


Beurre de


Normandie


en feiblancs de 5, 1 liv. et 1 2 liv.
Le Beurre le plus appr6cie du Monde


Pommes de Terre fraiches
Biscuits fins Olibet
Biere francaise


Avoine concassee ( Clatmcal ).
Macaroni
Vermicelle


Legumes divers flage )lets fins, petits pois.


Saucissons


de Lyon et d'Arles


riLE BON Mx IPAR Qs
LE BON MARCHED PAR LA QUALITY


Desyex et dlesoreilles

Pour l' dificationdes per-onnres nia
lades de ces organes, la liste ci-des-
sous donne lesnoms des aflections des
yeux et des oreilles, traitees plus
avaltigeusemenl, de I'avis des sp6-
(ialistes mo lernes les Iplus en re-
norn en Europe et en Amerique, par
l'application de l'Electricit6 ( techni-
que et appareils speciaux ) que par
tout autre rnoyeu tihdrpeutique suit
medicatioa locale par d- s collyre.
lavige, irrigation, po:a'nade, otu
cauterisation aux sels d argent, sca-
rifica'ion et autre operation san
g ante.
Des yeux :Corjonctivite granulaire
( granulation ), Conjonctivi'e clironi-
que kystes et autres tumeurs des pau-
piHres, trichiase partiellb, larnoie-
ment, rdtr6cisement d's canaux
spasme ( tic ) ptosis, opacite de la
cornde, ulceres de la eornde, iitiis,
adhr' fences. 6piscl!rite, k6ratite, ca-
taracte mnole, r6tinite, neuroretinite,
hypdresthbeie retinienne, hbmorrhagra
retinienne recent, atrophie du nerf
optique, n5vralgie oculaire, douleur
o ulaire suite d'operation chirurgi-
cale, d6faut d'accommodation visuelle
( astihnopie, amblyopie, presbytie )
r6cente, amaurose, g'aucorne chroni-
que
Des oreilles : Surlit cause par
inflammation chronique de oreille
moyenne, adhArences des o-s lets,
polype-,hypertrophie et catarrhe chro-
nique des muqueuses, et du tympan,
retr6cissements des tubes d'Eustache.
Ch icune de ces conditions pouvani
causer la surdite, celle-ci est curable
quand cos conditions le sont. Surdite
nerveuse, et cell qui fait suite aux


maladies, fiWvre typlhoide, cderbro-
spin:ile, et diplit6rie.
Cabinet d''lcltroitl drapie du Doc-
teur ( (GAVEAU
Medecin ct ChiruriieA de l'Univers.itd,de
Harvard
'128 Itue dii Centre.
(,)ONSULTA'l'iN.s, TRAITEWNTS, Aprix
nod 6ets
d(- 7 iA 10. M.
a 2 a 4 P. M.

A vendre chez


Mine. Ph. Kieffer


& Co


IUrE lNES CISARS
Vin rouge t b'anc eni gros et en
d6ktil.
Vin de messe Far dame-jeanne etl/2
banri(1ues.
Iluile d'olive surtine par gallon, par
litre et 1/2 litres.
Port-au-Prince, le 22 Mars 1909.


Balique nalionale dHal

Nous avisons le public et le com-
merce que 1'effet Na 3293, A vue de
fcs ?138 enis par 1'Argus de la
Presse sur le Chef du Secretariat de
la Prdsidence et dument rev6tu de
notre acquit, a te 6dgare.
Port-au-Prince le 18 Mars 1909
Le Direc'eur, PAUL SANTALLIRl


Docteur R. R. EWALD
Parti pour Jerdmie, a L'honnenr
d'annoucer A sa nombreuse client el
qu'il sera de rdtour dans deux mob.
Port-au-Prince, 12 Mars 1909


Bretel de


ICC a II -


-`I


1 ~-









Gudrison de Mma" PLISSON
atteinte de tuberculose puimonaire 9
PAR L'ELIXIR CLPEYROUX
Mme Lirontiin PLISSON, qiie rqem nle Ia photo.
fravure ci-couItII, est nfcd a ArgenIzitfi (Seine-et-Oise)
It habite 65, rime de Paris. A (olombw v~ (Secine). Elle vint
P!a ma consultations le
111"dj Igo,-. Je u
t-on vai mulle Iejon
fuht-rculeuse au 2,
I I titisir U (it Pou-
luI1 (Il01Ot. IICe tolls-
wet'\lctory-it des cra-
Y ~' ~ h a caI s verts. t me S
-pal s et eproa'uvait
1 S:11 sensation de
i~j k~s. r 1.12:l llfe extri'merl
-Id11 et avait bea.i-
-()jl m igri: r6
Iq -wninivmft, dans la
ilit, (lie l taj it prise
de crises de-.iL,-lircnl 1)1 a rcvciilaient ci di-
raient de (II"tairt. a C L-inq iu s. Je I li pre-cri viz
mon traiterijemit a base d'ELIXM DUPEYROUX,
et a fin juilict qu7, soit trois mois api-es. Alimc lisson
ktait completerent g ueie. Elle i ma permimis de Pu.
blier son cas dans Je but d'6tre utile-I seas senblablem.
5, Square de le`sssimme, 5, Paris.
P. SI L )-ix III.. i est a ba h de c-rcosote vraie de
Wilre, itd., taijill ji et 'lv q c Ilo-phate de l-llrlX. 1 agit c pro-
voquamlt la oii lhajtiU (,iitiuxin5 s tizlwici cui se, dasis le al
a1mguill. Le flacon dr'lixir )upcyrlolx. elituijie de I)a s tlode du
fraitemilnlt de ia tuLbrcul e emuply k par IC lDocteur Duj'cyroux,
*at exi vent. clic Mine Ch. Ewaid, ph-1Albertimi, i Port-au-Prince.


Centre laSterilite
Remade infaillible pour les femmes
d&sireuses d'etre mbres Merveilleux
succts dej) obtenus.- Discretion ab-
'oue. Ecrire A Mr le Dr Paul Poste
restante.


Panamas ...
Pour Hommes et pour Dames, chez
'.le LIEONIDE SOLAGES, 22, Rue des Fronts-
Forts.
Accourez tous !

Buss et Buggy a louer par heure
pour courses en ville, promenade &
la champagne & PAtion-Ville. etc.
S'adcesser au No 156 Rue du Maga-
sin de l'Etat en face de la Glaciere.


FT
RISTAURI B E T

Place du Champa-du--Mars
PORT-AU-PIR!NWorh(HAITI)
Mme Herm nco ALFRED, directrice
APPARTEME-N-Tt'3oPAQR FAIIILUK
DIWXPRS-L.UNCHS.
Instalaiion -4~odem n;t e-infortah rFssw'z Lr la mer. rernperat1u7.
douc. st rd6u4uv. Les T-ram~ways deszervent I'HZtel-Bollevus fouts L Ifs 7 Minutes
PROPRIHTl SPAGIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUiES

ScsEe ~ ;'~i;-Pitano .-Gri~sarn~opkotw
$s o Qsi 9 erie Iectr~-quese


Table d'HB,


GRAND PRIX


41 % 4i li 4d 2 Ih.rss,
:t~ ~~~# se~~~ bct~e y~8f


HOURS CONCOURSE


Rhum Barbancourt
M~dailles d'or, Mention honorable, Mermbre du Jury, Grand
prix, Hors concours dans toutes les Expositions depuis
1881 jusqu'. 1907. ( Ancien et Nouveau Continents)
Madame Veuve BARBANCOURT, seule d6posi-
taire de la marque Rhum Barbancourt et seule propri6-
taire des formulas qui out fait obtenir au Rhum Barban-
court los m6dailles d'or de toutes les Expositions, a pris la suite
les affaires de feu son maria, et se tient A la m6me halle, sise 7, Rue
des C6sars, A la disposition de sa nombreuse clientele,
don't les commands seront ex6cut6es avec le meme soin que par
le pass.


TIIIA ErI Cm TIENTALE
DIE
Port-au-Prince

CAPACITj 500 PEAUX PAR JOUR
PREPARATION DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24) COULEURS


Vente des chaussures : Chvreau-glac6, verni et
leurs, pour Hommes, Dames et Enfants.
( BouTONNi, ELASTIQUsB T L AC )


oou-


En gros et en d6tail pour toute la R6publique


__ ,.,, Ir I I- I


Chapeaux l


Chapeaux Il
PAILLE DE PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ

JOSE SAN MILLAN
Le coiffeur artiste, qui vient avec Ie
concours d'un chapelier remarquable,
M. JAImr TESTAR, d'installer une
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon ds Coiffure du Louvre
P~ui tous las gotts at pour toutfe
l6 boursms.

Cordonnerie Nouvelle




PORT-AU-PRINCE
CAkUSSURAEL s N TOUS GENRES
SI DAP6T, POUR LA VENTED
am GRIOS T DiTAIL.
Execution prompted des
comnrxiandea, tant ici qu'en
Province.
Formes A homes ; elegantes et ra-
tionnelles.
Chaussures de dames ( Derni&re mo-
de de Paris ) et le plus commode :
chaussures pour enfants confection-
anes avoc des Peaux de routes nuances
d'une sBlection et durde irr6procha-
bles, i des prix ayantageux.
Cirages, pAtes et liquidex
Ponr chaassuras de routes mMwnes.

DEMANDEZ
L'Annuaire de Ldgis-
lation Haitienne, par Me
Etienne Mathon, contenant les lois,
decrets, contracts, arrgtds de 1'An-
n6e 1908, au prix de DEUX
GOURDES, chez M. Verrollot, im-
primeur, rue Bonne-foi et Chez Me
Etienne Mathon, 87, Rue du Centre.


La Manufacture a toujours end4
un grand stock, pour la ventai
gros et en detail, de chaussure
tous genres pour
HOMES, FEMMES, ENFANT
Les commandos des commerai
de l'interieur pourront tre "ex4lc
dans une semaine A peu pr6s.
23, Rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PRINGu ( HATI)
-..t..aaa-w^Ab-.. -w -r3 --- rr --C^

A L!vLEGANI

-I

4 fra des Frots-Forts,
CHAUSSURJBS .N DIEP6T,POUR LAT
Pronmtitude 4et soin aux comil
des tant ic qu'en province.
Chaussures de Dame former et
vail toujours tout ce qu'il y adeo
aouveau+x.
Formnrs amdricaine et francaise
SMessieurs ; g16gantes et commI
Ponr los enfants le plus" l'aiSs.
Trava il s~0id e 8 ut ai%
des peaaux dsE premii r6i
Assvr,.!.ro d& grand rabai.
~- -U

155 Rue Rppublicaine en faces
E. Robelin
Conserves fraiches arrives par
nier vapeur. j
Assortment complete d'huileA
pure, par gallon demi gallon o
litre.
Vin de Bordeaux : rouge et
vinaigres, madere.
Grand assortment complete
queurs.

M' C L. e
Tailleur-Marcban&fl4
Donne avis A sa bienveillan
tele que sa maison No 7,Rfus
sibre est toujours bien po0
variety d'etoffes de la
veaute parisienne.
QUALITY. SUPARIEURE. COUPI
TRAVAIL soIGN. Ex*cuTIoI(
Prix tri rdedits I


Maison F. BRUNES. JULIEN FLO~.S
195 GRAND'RUE 95Aien dve de Ia 26e
d'ouvriers d'Artillerje (LOj
Dirigfe par Se tient A !a disposition d
pour tous travaux de OpGR n t de
JUSTAGE, de REPARATION d
forts etc. etc. a r hnnes c e
AnCmia m mbr doC la Sociod Philan- ReO la CDvoldio N
thropiquet des mattres taillurs de Paris Vi --vis de la Ch Nbr 4i.
Vient de recevoir un grand choix d'. ---
toffes diagonal, casimir alpaca, chevio- L fl
to, cheviote pour desil, etc, Recomman- 1 ~ 'l II
de particuifi remaent A sa clientble an L'excellen ailleraaae
belle collection de coups de casimir, connu de toute la Rapubliqe ntge
de gilets de fantaisie mt ds piqu6 de de rouvrir son atelier Rue Fe
tote ial de stume ( Rue des Miracles ) No 61, prs de
Sp6ciaLit6 do Cast a de rno- LUger Cauvin
Cos.-- Coupes Frangaise, Anglaise a nombeuse cent r
Am6ricaine de Ia dernirae perfection. Some touobreuse clientute trs
La maison confectionne ass des Cos- comme toujours toute satisfy
tume militaires, habits broda C pour les travaux qui lui seront
tumo militaires, h bit brod fids.
dojms2I taIqures, habito oar- D.
.:&s. atcs sstc, de t.-'a gra4es "-'ww .., s^^s^^aa
Francisco DESUSE
ChanPa.s iY I Fabricant de ,chaussurer


--


11 L~BIIPJCL~IIl~L 1