<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00580
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: March 22, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00580

Full Text


Deuxilbm Ann6e, No 595


PORT-AU-PRINCE ( HAIrs


Lundl, 22 Mars 1909.


'7


Arthur Isidore,


ADMINISTRATRUR


J


OUOTIDIEN


Im .


d"rraille N6r6 Nuina
REDACT3UR RN CHEW ;


Abonnements: DIRECTEUR-FONDATEUR

TUoIs Mots. 5.00
pQRT-AU-PRNC Ts Morn" ; 6.00 meant Magloir _.
P RTEMTS U Moi. 2.20 Les aoaonetwcets panent du di et d. as de h chMs
D( Tioss MorI 8.00 DIRElCON-RIDACTION-ADMINISTRATION .. e mst payables d'raICs
StTANGER...... Taois Moa. a 8.00 45, 3 RO1X, 45L. s LMannu. -. its Ilr on non ereat p ru rem
jj._ .- -. .-I--- i----I- ---- .-----I--II


Histoire d'Hazti
A L'USAGE DES ADULTS
LIVRE III

Violence et repr6sailles


Je n'ai pas l'intention d'examiner ni
lo bien ni ie mal fondd de c, t art. .le
le mentionne ici pour 6tre fiddle a la
v6ritd historique qui le signaile co;ume
le premier, A partir de 180t, qui ait
autorise les violence politiques et
sociales.
L'acte 4tait si grave de consequences
qu'il a fall, d'aprbs Ardouin a que
Dessalinae narrconrtit le nav4 notur le


JouIs avons vu, dans le livre I de dans la vaine recherche des moyens fare ex6cuters, les g6n6raux comman-
etude, comment, d ,s sa naissan- politiques de salut. dant les divisions n'en ayant rien fait,
meme, la soci6te haitienne se four- Ces erreurs ont surtout cr66, an u avant qu'l se pr-sentAt dans .'6ten-
o constamment en croyant que sein de notre society, uue atmosphe- due de leurs commandments
salut provient d'un homme en re g6nerale de recriminations, do hai- II n'v avait d'exe-"pt4s du massacre
lamant avec enthousiasme les nes et de rancunes gr&ce auxquelles project que. les preires, les mbdecins,
6tendus sauvcurs qui, les uns de les families et les individus de ce l-s chirurgiens,les pharmaciens et au-
bonne foi, les uutres avec de pays sort, les uns A I'egard des au- tr.s Francais professant des arts on
Oiminelles intentioiis d'exploiteurs, tires, dans un dtat d'hostilit4 d'autant metiors, comme pouvant etre utiles A
at continuellement fortified dans la plus effrayant que ces recriminations, la population.
td cette funeste croyance, en ac- ces haines et ces rancunes se sont Cla ,i'kmpcha pas que I'abb6 Di-
tuant, dans des professions de foi A travers les cent-quatre ans que nous four faillit, A Port-u t-Princ 6tre sa-
dans des programmes menteurs tt venons de vivre, transmises et per- crifin par des gens qui voutlient qu'll
pssibles, la tdche personnelle p6tudes de g6ndration en g6n6ration. leur do:nAt de 'arg 'nt. De salines du
1us assument aux regards du pays. Lepoids des crimes et des violence it,3rvenir en personnel et disperser
ussi bien, les deceptions ne tar- commis par lea uns et les autres et les ces assassins A coup de canne, en
t pas se changer cn cris de ma- uns su' les autres, depuis un siRcle, l tur demandant si Is enfr. ts r,, dp-
ictions, lorsque, I'ouvrier 6Bant retomb3 lourdement sur les parents el vaient pas tre bapti-6s. (la n' m-
au pied de I'uvre, on flnit par les amis de 1'heure present et pour- Ipclha pas nor plus quo e sivant na-
reevoir qu'il ne convient pas et suit de son accablement lea g.nra- ruralista Decourlils n'4chappAt .>u
daos ces conditions, sa present tons subs6quentes, solidaires de 1'ex- massacre que par la seule g6nerositt
a la t6te des affaires constitute dd- piation sans I'avoir 6et du crime. !de Madame Dessalines.
rmais moins un bienfait qu'un dan- Nous nous proposons de fire, dans AUGUSTE MACLOIRE
ce Livre III, le compete de ces crimes
Iais loin de se dire qud cid et de ces violence et nous savons que, --
tie salunde Le e qe das cid, A leur r6cit, les lecteurs qui seraient Pri6re daviser I'adiniri-ra-
croisaut nest paL dans ce qu teat6s de sourire des faits et gestes tion de la moindre irrAgaci.ri-
iernaott loi de tirer profit de ces ridicules exposes dans los lives pr6- t danas leservice du MATIN,
natives ininterrompues d'enthou- c6dents, verroot le sourire so figer sur .fin qu'il y soit dn s::. te rem6-
cmt de d6pit, la so d6id haltien- leurs lvres et sentiront le sang de di6
jtomme" une b6le sans cease mal- leurs veines so glacier d'effroi.- .. --
et qui. la chalne an coo, sour- Je les rie de croire que e ne me
0et gronde a l'approehedea Je les pr de croire quo Je ne me.
lasocidte haitience traduit en livre pas u one telle besogne de galte 1n
conspirations incessants s cn de coeur, male selement dans le but UUU 1
ons d'impatience et ds co! reo constant d'ouvrir tous les eux hai-
astun tort pei ce d ti6 sur la protondeur et Ia hideur
ei qpareitl celuIdu de nos places sociaes. Le Ptrsident Simon a entretcn hber les
Squi, impatient de 1'impuis de nos p s officers superieurs de la Garde sur la dis-
tin son m6decin, s'exasp6rerait. La i de reprsailes hatinn cipline de l'arme et sur onnance des
Puellement au point do s',pui-, Ia series des represailies haitionuesba.tri es et.e r d tambou mao ut
en crises agg poiravant de s'pi fut ouverte par le d4cret dou 2 f6vrier ba.neies e- le r6le do tambour major s
e aggravates. I 1804, rendu par Dessalines, et en vertu moment d'icter les marches de para-
rs de spectacle que nous avons duquel routes les personnes (il s'agit de et le salt militaire.
d rollerr dans notre livre II. du blanc, bien entendo), convaincues On en tait II, quand Ie Prdsident Si- a
malheoreasement, de tefles ou simplementsouponnsda d'avoir p is mon invite l'ausistance, tant civil que
n 'ont pas seulement eu pour part aux massacres At aua assassinats militaire. A passer au salon diplomatiuue
dl Donu fire perdre do temps ordonnds par Leclero et Rochambeau, ou il tenai i continue son audience. S
Mten"t faine d'un sauvear, ni devaient etre a w*ds, fin d'etre li .. .
t "e nous 6puiser en crises, vrdes au glalve de Ia Justice. Catm eo peo de mows, dit Ie Prdsdent,


q je je vais vous parler. La Nation m'ayant
appeld A sa tate pour administer ses io-
tere&s, je n'ai done pas pour devoir d'ac-
cepter qu'on amoindrisse son prestige.
L II s'est prbsentte n fait tries grAve que
,j. ne puis admettre sans protester,
parce que durant toute mon existence, de
simple soldat jusqu'a mon avenement an
Spouvoir, aucune tache n'a souillke ma
Scarri&re militaire. Je vous le re6pte, on faith
tries ddsagriable s'est present ces jours der-
niers et que je trouve outrageant, venant
de la part d'un fonctionnaire de 1'Etat. Uc
employ de la douane a prononc6 des pa-
roies d6sobligeantes, vexatoires pour le
Gouvernerennt.
*On semb!e vouloir me le prCsenter poor
un fou, on a!coolique, je n'y crois rien
Car ii y a des gens qui se saoulent et qui
;e font passer poor fous pour pouvoir
nieux dire le fond de leur coeur, mettre
:cur opinion, afficher leurs pr6tentions.
Dire que le pays a besoin d'hommes
plus &claires A ca tcte, danl n sens res-
t eint,-c'est mnanqucr d'6gard au President
de la Republique et aux membres do goo-
vcrnement. Cir il nest pas absolument
eccessaire que le chef du Pouvoir soit on
I savant.
SII a ses c6zis des Secretaires d'Etat
compbtents qui so-t charade d'administrer
les afiires de la KRpublique, eux seals
ont la charge de I'execution des lois, des
measures administrative A prendre et le
coittle des fonctionnaires et employes
;ui travaillent sous leurs ordres
Sa e ne suis que le consciller en chef
des conseillers d'Etat, jene sois qu'un per-
sonnage efface, selon le'vaee des lois, de la
Constitution.
c Un fonctionnaire du goavernement
nc doit pas etre an home de part ;
quand done an fonctionnaire s'oublie et e
met dans le cas de Monsieur Emile Asuia
il tombe infailliblement sons le coup de as
loi. car la loi, en ce cas, est claie ; l
Ministre de la jus ice saura faire son de-
vcir en 1'occurrence
M. Audain avait-il le droit de dire pa-
b'iquement qu'il est temps que le pays att
on homme eclairc A sa trte ? avait-il le
droit de descendre dans la rue et de crier
uso armes ? S'il avait eu A sa suite qmie
ques mncontents, le government sarit
&t6 dans Iobligation de s6vir- et li
seal serait responsible de ce qu arrive
rait.
a Non I quand on est venue ea fijre l


_----_--------~-~~ -`- ~ -- ---- -- ------- -







rapport au-Palais, je suis sortir a cheval,
avec uu scul home, A ma suite:; ce n'est
qu'en route quc I on m'a envoyC deux
autre ottiers. Je vous done done par 1I
la preuve que je n'ai peur de person-
ne, que je n aurai pas peur de vous, sa-
chant que je n'ai rien fait et que j'ai en-
core votre contiance.
Quand vous tiez tous f.uigues duge-
neral Nord, tant ici, qu'au Cap, aux Go-
naives, A Saint-Marc et ailleurs, vous avez
tous pensd a moi, comme seul capable
d'etre pour vous un sauveur. Des lors que je
vous ai deivres et "vous ai atcordc la plus
grade lib-rti, vous nevous sentez plus sa-
tisf.its ; je ne suis p-s I'l'vmme qu'il vous
fallai'.
a En bien iach z que jc ne suis I'hom
me de paille de personnel, que je suis ar-
rivt au Pouvoir pir la grice de Dieu, le
vcxu du p,:;p'.: t d.- mes armies; j'y res-
terai jusqi'.i 1'L,3.l_.ince de mon mandate.
Combic dit volis, soutfrant des amnr-
tumes de 'eKil, ne reviez q'un change-
ment de sy.time pour revoir la terre na-
tale.
a Cela fait, vous avez eu a me benir de
vous avoir rouvert Its portes de la patrie,
d'avoir mis fli A vos souffranccs. J'ai done


votre devoir ; d'ailleurs je n'ai ancun dou-
te sur votre discipline.
Quant 1 vous, mes messieurs, le Palais
est A vous tous les dimanches ; c'est le
Saur des visits, venez vous y serez tou-
jours bien recus.

I M YI


RENSBIGNEMSNTS
METEOR OLOGIQUES

Obioervatoire
DU
SIMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL


DIMANCHE 21 MARS
Baromttre 1 midi
Tem p6raturet1ainimum
maximum
Moyenne diurne de la tern
Cil el ir 7. 1e m ,


1909
762, 0/-2
22,0
33 ,3


pCrature 27 ,3
r trAE- mn.lr.r


.<5 .e.. t Lfl C UC l*%. aII a-.- ---


peine A penser queles sietiments que vous temperature au-dessus de la normal lour
dviez manifests, cet enthousiasme, ces et nuit. Barometre a peu prds constant.
ovations puissent changer de sit6t, puisque J. SCHERER
rien de ma part n'cn donne I'occasion. D6part
II y a encore, Messieurs, la question
de la Presse. La press avec moi doit etre Hier est part le steamer Prins Willem
libre, mais il n'esr pas dit pour cela qu'elle Ill, avec les passagers suivants A destina-
doive aller a la licence. tion de :
a Un journalist doit savoir son r6le : Cayes.- Mr Piton Pierre Andri, Mr
cilairer le Gouvernement" sur la mar- Ludovick Placide, Louisius Louis Fils,
che des affaires, sur les travaux A ex6-'Mr Henri Labidou, Joseph Durocher, Mr
cuter, sur les measures administratives a D nis, R. Luidor, Mr Victor Guillaume,
prendre, discuter les projects soumis auz Mille Eva, Vronique Darbouze. Mr Ma-
chambres ; mais quand il s'avise d'insulter rnus Neptune, Mr R. Gonsal6s, R. Bogo-
l'autorite, d'amoindrir son prestige par des millo, Dr John, J. Girimouti, Bonatieu, P.
vexations injustitiees, il sort de ses attribu- T6ilmarque.
tion, jette du discredit sur son pays Il'e- Jirtmie. Victor Blanchet, Mile Claire
stranger et exige forcLment que la censure Blanchet, Mile Corine Blanchet, Thomas
du pouvoir s'appesantisse sur lui. Dgraff,,Mr Thagne Prin, Eugne Pri,
d le serai tres hneueux que des jour- MIle Lysias,Jacob laar, Alexandre Gas, L.
naux s'6ditent sur tous les points de la Rd- Acindor, R. Audant, Isaac Bigio, Mr
publique pour !:-neigner le gouvernement Turenne.
sur les abus a rtdresser. Petit-Godve. Mr Vesperini. S. Falai-
Nous ne pouvons pas tout tolerer mal- seau.
grC notre bon vouloir. Nous sommts obli- Impressions de voyage
gis de dire a tous que le gouvernement Une trop grande abondance de matieres
veille. qu'il convie, rant ceux qui revien- nous oblige A renvoyer A remain la con-
nent hier de l'exil, que ceux qui sont cons- tinuation de nos impressions de voyage.-
tamment dans le pays de rester tranquille, Entiare satisfaction sera donnee A nos
u'ils doivent comprendre qu'il y a plus lecteurs.
'intirets pour eux .A tre chez eux, en Devant la Justice.
paix, qu'a reg:gner la terre etrangere ou
1'existence n'est pas toujours facile. C'est On nous informed que le GEndral Alfred
1a un conseil que je vous donne Je puis Celcis ancien,commandant de la commune
tomber, mourir ; vous ne trouverez pas, de tionville se constituera incessament
j'en suis sur, l'homrne ilaire, intelligent prisonnier pour se justifier de l'accasation
ue vous rez. capable de vouloir, come d'homicide volontaire portCe contre lui
moiu votre boncaar.e dans l'eercice de ses functions militaires.
moi, vote bonheur.
Je suis entirctment :i la disposition de II sera difendu par Me Lger Cauvin.
mon people. Si, dans mes promenades, La famille de la victim s'6tant d6sist6e,
quelqu'un iuge necessaire de m'arrter ; il i n'y aura pas de parties civil au proems.
n'a qu'A s'approcher de moi, avec conve- Le lury, bien infoorm, seal juge de la
conduite du Gal Celcis qui volontairement
nance, sur que je m'arrkterai pour l'enten- cte d al lcis i voloairement
dre et lu fixer, au Palais, une here d'au- &e prosente devant lui ira le dernier mot.
dience. J'appartiens A tout le monde, cela Cour d'assises.
ne froisse en rien le prestige du Pouvoir. La session criminelle s'ouvre aujourd'hui
Ce martin, en allant au fort national, je par les travaux preliminairea consistent dans
me suis arret: un moment au post marchand I'appel des juries et la formation de la listed
ou i'ai parle aux vendeuses de provision et definitive apr6s elimination des absents on
ai fermn leur march public ; car, A mon de ceux qui auront fait valoir des cas
avis, il ne faut pas qu'il y en ait le diman- d'excuses.
che. Demain sera juge le General Coville, an-
Messieurs les officers, j'ai fini, je n'ai cien commandant de la Commnne de 1'Ar-
pas a vous tracer vos devoirs. Vous savez cahaie quiez cuta sommairement un citoyen
ce que les nailitaires se doivent rdciproque- 'a mois de D&cembre dernier.
ment entire eux. Oarnet mondain
Vous devez imposer le respect et exiger A monda
qu'on I'ait aussi pour votre chef. Quand A
on insult votre superieur, on vons insal- En I'Bglise CathEdrale sera cel6brd Ic
te aussi, et, en ce cas, vous devez savoir medi 27 Mars courant 1 7 hear du ma-


j


tin, le marriage de Mile Margot Roche avee
Mr Henri Roux.
Sinceres compliments.



Noulilies Etrangeres

Dernieres D6p6ches

PARIs 17.- La grave des employes des
postes et t6elgrapges fait des progress A Pa-
riset en Province. Quoique fortement desor-
ganis6. aucun service n'est encore paraly-
se Le service t6elphonique n'est que
partiellement interrompu.
Les employes des wagons-postes ont
quitt6 le travail ce matin, et on croit que
les facteurs suivront demain leur example.
Le Gouvernement professe l'assurance de
faire avorter la greve. II se refuse A touted
concession ou tout pourparler jusqu'a ce
que chacun ait repris son service. Sept
cents employes ont etC releves de leur
emploi.
La Serbie acceptera desuivre le conseil des
puissances et repondra de maniere mod&re
A la dernire;note de l'Autriche On dit aussi
que l'Autriche est piete au d6sarmement,
si elle en est avisee par les puissances.
PARIS 18 La France, I'Angleterre et
la Russie se sont unies pour presenter A
la Serbie une note collective lui conseil-
lant de trouver une base de n6gociations
avec l'Autjiche.
BERLIN 18.- Les puissances favorisent la
proposition italienne qui recommande la
reunion d'une conference des puissances
pour discuter la question des Balkans.
LGNDRES 18.- Le correspondent des
*Ceneral News* tle6graphie A son agence
que la famille royale quitter Belgrade au-
jourd'hui se rendant A Nsich.
BERLIN 8.-- Tous les Serbes resident
en Allemagne ont requ de leur Gouverne-
ment l'crdre de rejoindre leUrs r'gi nents.
Une dep&che special aunonce que le
comte Forgach, le ministry d'Autriche-
Hongrie en Serbie, a envoy sa famille de
Belgrade A Semlim, une localirt situee en
Hongrie, de l'autre c6:- du Danube.
POSEN .8. Le Gouvernement Serbe
a achete 300 chevaux d'artillerie dans un
haas d'ici ; la livraison doit s'effectuer de
suite.
PARIS 18.- MI M. Eugene Brieux, l'au-
teur dramotique,et Raymond Poincarr6,
I'acnien ministry des finances, ont e6t6 lu
membres de l'Academie Francaise, en
replacement de M M. Ludovic Halkvy et
Emile Gebhart, d6ecdds.
LONDRES I8r- Une depeche spciale
announce que le Moniteur Local" public
la nouvelle de l'assassinat du come Foi-
gach, ministry d'Autriche A Belgrade. 11 est
impossible d'obtenir la confirmation de
cette nouvelle.

Livres d'occasion
Nous renouvelons au public l'avis
que I'on achhte et vend ouvrages hai-
tiens de tous genres, collections de
journaux, livr es de jurisprudence
S'adresser pour les conditions 107,
fue du Centre 107 en face do la phar-
macie Aurel Bayard.
LIVRaS D'OCCASION, en vente d&s
maintemant.

Etude -
DE
M* Charles MILLER
Notaire public
53, Rue du Port, 53.


_ ______ __ ~__ __~ __


VENTE DE BIENS DE RII~IgI

II spra procede le mardi. six
pro:hain, en I'6tude de Me A.
a 9 heures du matin, aux enoci4'
plus ollrantet dernier ench6;rIj
la ventp d'une petiie propridtd, sd
tette ville, ( Bois de chone ) de2g J
1) pouces ie ta(;adf sur 85 de p
deur, boirnitc au Nord par un
commune, au Sid par les enfau
lPayout. A tXI, ;' I'Est p.r un pWn
de 5 pitis at I) uest pat Mne Ma
sous la inke A:i I)x de P. 240. E.,
'l'un jugemtrit du Tribunal civil
ressort homologuant la d(liberagimt
conseil ide famille des mineurs lit
Alice Devis, ay~rtit pour tutrice la
\'*uve I,oinrsky, en date du 23
1906.
Port-au-Piiiwe, le 22 Mars 190
L'ntoc it poursuivant,
F. D. CAS1MIR



Banque lationale d'H

Nous avi.sons le public et le COo
merce (lUt I'Mtfot N o 3 A V L
fes 9 'misr pa Ir 'Argus d
PIrrsse sure I Chef du Secretariat
ia P'risidence et dIment rev4tu
notre acqui!, a ete egare.
Port-au-Pri:nc l a 18 Mars 1900
Le Dir'ei'cur, I'P:I. SANTALLI

M. et Mme LIaporte-LA.
(NiE ARCHER)
60 Atenuued.e Gobclins, 60, [P1M )
()Ollent leurs services au com
et aux firnilles, tant de Port-a-
que des autrrs villes d'Haiti,
toutes commands de march
vins, articles de toilettes, de mol
de bijouterie, etc.
On pout expedier les comm8l
a I'adresse ci-dessus et pour toine
signements s'adresser au baurl
journal.

A. de Mattiis & Co
Maison fondue en 1888.


Derniers articles
Parfumerie Houbigant;
val Houbia&'it ; Foug&re Royl;
funi idtoal; Savot, Poudre ; Mj
CoITrets .ai pai fumerie tries
Parfur, r-:,ominm As:ris ; IdAi
'oph. : r1):. J
L rra ,..-;, Fnuets et C
ju.r buggy et buss.
Argent-eri,. de luxe,
Moustiquaires, Brosses, Pip .
cigarettes, Cravates, Ma
routes quahit4s.
La Mason a toujours un
sortimen de 13iioutari, d',
de Diamant, A la disposition I
in g6n6ral et a la port&e de
les bourses.
Atelers d'Horlogeth
Bijouterie : Gravurts,
Ssur comroande.
AIhat de wieil or at u.l
Sdiamant et pierra prdcivwi
! avantae uc.
ACPAT D'eCAILLt S .
Prix exop







Buch


Place de la Paix
EI6cution prompted et soign6e des ordonnances.
analyses scientifiques et techniques.
analyses des minerals d'or, argent, cuivre et autres metaux d'apr6s la
thode amdricaine ( fire essay \.


fabrication d'Eaux


L0




aN


Pharmacie W.


gazeuses, strops et veritable Kola


champagne & P. 6 la douzaine.
Droguerie en gros et en detail


Propri6taire : W .


Buch


Pharmacien dipl6m6 allemand
D6p6t de Kola-Champagne :
Aux Gonaives: Madame P. Laraque
a Saint-Marc : Madame E. Martelly
A Petit-Goave : Hermann Reimbold & Co


Andre Faubert
38, RUE ROUX, 38
Port-au-Prince
Vient de recevoir par dernier vapeur :


'in rouge
'io blanc
'ls fins en c issues
'in de Porto
in de Jerez
rio de Madere


Champagne
Eau de Vichy C6lestins
Sardines a l'huile extra
Vinaigre extra d'Orl6ans
Huile d'olives au gallon,
en bouteilles et en bidons.


Parfumerie extra-fine Mr Daver
Cravates
Montres
VENTE EN GROS, 1/2 GROS, ET DETAIL
Livraison a domicile A partir de 12 bouteilles


Expedition la


KITE DE BIEN DE MINEURS

Isera procddl Ie mrirdi que l'on
Pteravingt trois Nars,courant i h'iit
dumatin,en l'dtude de Me Astrel
st. notaire ala vente au plus of-
tetdernier enchrisseurd'un'terrain
sis i Port-au-Prine, Rue d Enne-
Dauphin, mesurant seize pieds
Vade sur vingts pieds de profon
,appartenant aux mineurs Gabriel,
ma, Servitie et Marc Alphonse,
i6taires, ayant pour tuteur le ci-
SMomplaisir Alphonse et pour
I constitue Me Claudius Ganthier,
r mise a prix de Cent cinquante
es, chiffre fix6 par I'expert nom-
joel il faut ajouter les frais
oraires de l'avocat poursuivant.
r-au Prince, ce 20 Mars 1909
C. GANTHIER

ter R. R. EWALD
pour J6r6mie, a l'honneur
ucer t manombreuse clientele
SI de r tour dans deux mois.
Port-au.Prince. 12 Mars 1909


C6te


Huile d'Olive
SUPERIEURE
P. 5 LE LITRE
Chez A. de Matteis
Pour paraltre prochainement:
L'Erreur
R6volutionnaire
ET
NOTRE ETAT 80OIAL,
PAR
AUGUSTE MAGLOIRE.
UN VOLUME broch4 de pr6s de 300
pages, en vented A l'Imprimerie du Ma-
tin, au prix de Deux Gourdes l'exem.
plaire.
Nous engageons nos lectenrs & lire
le volume qui, par la facon don't il
rectifle de tres int6ressants points de
vue sur la period colonial et les
premiers temps de notre histoire,
constitue, solon I'expression employee
par I'auteur dana son Avant-propos,
a la preface oblige a de IHiboire
cdHaiti 4d 'wsasg ds adult, don't nous
avons mis la premiere parties sons
prewe, aor la demanded g6o6ral,. et
qui patfrar aussi tree procbainemeot.


Produils Blygieiques pour la Toilette


CRMEOtfII B.........c '"r B


._. IrzfII, li fss a Ist us, snm 4gsar s ,,tito -ee
kh,~~~~~~~~~~~~~~ j~x~~~>kiiui.AS (f~rejlal^|


adoucit l'6piderme auquel ell*
LA donne une souplesse at un ve-
L huiA iulout6 incomparable en lui com-
muniquant son ddlicieux par-
fum. Elle conserve l'dclat et la fratcheur du teint, car elle est souveraine
centre le hale, les piqdres d'insectes et les eruptions de la peau.
sans bismuth, invisible, adhi-
LA 1 11 rente, impalpable, prepare
sp6cialement pour les person-
__ k E Lnes qui veulent avoir un tfint
irrlprochable ; son parfum dl6icat, son veloutd ont contribute A fair d'elle,
la Favorite des Poudres de Toilette.
A base de Cr6me Simon,
LE pr6par6 elon les principles
LIles plus scrupuleux de l'bygieno
possode A un certain degle
toutes les qualities bienfaisantes et preservatrices de la Cr6me Simon ; 11
est particuli6rement recommandd pour la Toilette des enfants st pour lea,
dames don't la peau est delicate.
Agence G6n6rale et D6p6t pour Haiti
A. la fbtlropiol e
MAISON JULES LAVILLE
93, Rwe du Maganui de I'ESat, 93


Imp. C.


MAGLOIRE


45, RUE Roux, 45


Journaux, brochures, billets de
marriage, cartes de fiancailles,
programmes, affiches, et tous
autres travaux de ville.
SBillets d'enterrement et cartels
de visit d la minute.


PHOTOGRAPHIC
JH. M. DUPLESSY

Grand atelier de luxe
120 RUE DU CENTRE
Travaux de toutes sortes et de
toutes grandeurs.
Reproductions-Agraiiii ssements

Tibfi -reZ6phirin Bell
Fabricant de chaussures
Rue Tiremasse, faCade Nord de
la Place de la Croix-des-Bossales.
SPECIAL : LE
PANTOUFLES MTLES


Compagnie P. C. S.
Avis.
A partir du ler Avril piochain, d'a-
pros decision du Conseil d'Adminis-
tration de la Compagnie des Chemins
de Fer de la P. C. S Mr Charles Lau-
renceau est seul charge de la fourni-
ture du combustible ( bois A brdler et
carbon de bois ) et traverses de la
Compagnie des Chemins de Fer de la
Plaine du Cul-de-Sac.
L'Ingdnieur-DirectLer on Chef,
G. TIPPENHAUER
- -- ------.--r-M
H6tel Bellevue -
I Le mieux situ6, Ie plus co-
fortable.- Champ-de-Mar.-
Cuisine rePomr6e.- Vue sar la mer.


I


too
0P

ol
RP
eD


-- r







Gutrison de Mmf PLISSON
alfrufl- e IrthercuI#,oe ,lootl Wn rt r
PARi LELIXIR UPEYHOUX
iiWi e e v 4ic, i If '. 1 .* % ei
fil (I fAlaltI Ir'- .I' ,lm
r t




laC
I)- I; t P :1 1I
o* I *i 7'h 7 3l t
''.I 1 (14 .( ~ ~ I '.M~)I
blkr~~~oiirI..; alp l u cr i i,
IcI
~ ~ ~ I -.- -.--.... I t ; ..1111.
TIl, .. *~~ 4. ~ *' *.1 1

&. .. I I
0,0.. I'lt *hc idg,..,j, .,I


It


RIS C ~UR h


APPA IRXA NT S.


Contre laSt6rilit6
l ernede infaillible pour les femrn
Idsireu.iss d'etre mrres Merveilli-
succr-s dija obtenus.- Discr6tion m
o'nle. Ecrire ti Mr le I)r Paul POMS
restal'n.
n- --- ~rrurr

PanamasI...
Pour H un:nes et pour Dimes, chM
ulle LFO:cIDE SOLAGES, 22, Rue des Froawt
Forts.
Accotrez tous 1

Bus. el tufgyqq a louer par hea
pour courses en villp promenade A
la campagne a P^tion-Ville. etc.
S'.ldceesr ia No 156 Rue du Map..
sin de I'Etat en face de la Glaciet.


BELLEVUE


MLFRED, direetrice
POUR FAMILLI


DIN.SRS-1LUNCHS.
IUflulw *. i -i 'J)4; PYueziw, 2 laIsr.- I-Trmp~drurb
dneUce aL rolau Bage-r. --- l-4 Bt l !arseo-t l ~Se1-Iralieu t*# W 7 l 7 Miss
Prwoi- t~ c. A A4IrUz~. S'O)UVRANT SUR DEUX RUEN
PRO~r'NwallEl -- Jlk11nt
Sa7 il d`t A irf~fLW1.-Fr~ 5CIW.-GV6IUOphUW.
Go .:t~e: 8I16 Zectriques


Table d'!


GRAND PRIX


',pIit tuy A*t


HOURS CONCOURSE


Rhunm Barbancourt
M6daillos d or. Mention honorable, Merebre du Jury, Grand
Le prix, Hors oonoours dans toutes les Expositions depuis
1881 jusqu' 1907. ( Ancien et Nouveau Continents)
Madame Veuve BARBANCOURT, seule d6pori-
airedela marque Rhuln Barbancourt et seule proprlW
ire des formulas (qui ont fait obtenir au Rhum Barbant-
court les m6dailles d'or de touts les Expositions, a pris la suis
les affaires de feu son maria, at se tient a la imeme halle, sise 7, RlR
des C6sars, a la disposition de sa nombreuse client~e,
don't les cornniandes seront ex6cutAes avec le meme soin que pmr
ie pass.
I_ I -- -- -- -- .

TANNERIE CONTIIENTALE

Port-e -Price
CAPACITY_ 500 PI \UX PAR JOUR
PIRPARATION TES PLA'JX oD VINGT-QUATRE (24)COOLUORS
Vente des chlaussures : Civreau-glac6, Verni et com
leurs, pour Honinmes. Dan.ts et Enfants.
( BouTro's, Et.ASTIQUv wr LIci )
Ea gross et en detail pour toute la R6publiqpM


6icr r F. BRUNES.
19% tdAND'AUF 19.7%
.Dirip(rie par

L -I!.WEU
sscw"' m w3vr p tia SoCa-#r Pihis.
thropiqua as: wttra sia,4mvs is P is
Vient d arceCivi Uz grand cbhuz d,6.
tofts di~~gj, W-A%,r% 4YIP.,"O" C-44iO.
to, cheviuote _-r i, batc. RacuOmuuan
do particul:srram-3t. ~ -4 3'li.iitWle uwr
belk co~action d-j #p dp ta csirarw,
deo naeis d fumtataluo dt 1o piqa4 d
toute beaute
Sp6ohplit-0i de C.-C3tn?01 4. no-
066.- Coipas eFrauqzise, Auxglaise at
Ainricaine 4. Ia doeruijre petecdton,
La maison conxucvri,.i. nts. de,% Corn
tUmewa' X 1: h u.b'rrrs bru4f
lot?=-.t, "I *, r

Cbatpeawix
Chapeauxti
Chapeaux 111
PAILLE DI PORTO-RICO
A.(7AcOUREZ GHEZ

JO8Is 84N MILLAN
Le %coiffeur arttiste, qui vient avac Is
concouis d'u'i chapelier renarquable,
M. JAIMX TE!3TAR, d'iustaller une
F&BRIQIJ DR CHAPKAUX
PLACE GEFFRARD

; a~.~ .. t 'ti ~ pt Wjr tent"

4 N o ai~ velle


jAq ki a A.
'I -k 4" F l r. 4
A;HT-AtJ-PRINCE
N 6N 70QUS GENRES
I. "- -- YLA VNTE
~ C~r W. I I TAJL.L


0Omtr.=rxl.


LID Pprompts deo
r.%i- au L~ziaqu'en
' rcvinc- .


Oei in 3ctes et ra-
tion nt I: i:i
l'~aniP! est'reo
c- i .. commode
chaussur'P :ant confection-
naec; avr Ao- 0--- c le 't'tes nuancm
d'unv, : j. & -3' Jurosirrdprocha-
b!~.- ':*.i ~Daez
CiraPe-or at Hq g*


DEMANDED
L'Annuaire de L6gis-
lation Haftienne, par M-
Etienne 'Mathon, contenant lea lois,
d6crets, couitrats, arrdtds do 1'.46-


n6e 1909, au prix de
GOURDES, chez M. Veo
primeur, rue Bonne-foi et
Utienne Mathcn, 87, Rue du


e DEUX
rrollot, im-
t Chez Me
Centre.


JULIEN ORi
Ancien 4Iew de la C
d'ouvrimrs d'Argil' (
Se tient A la dispo 'Loa dun
pourtou tus travaux deo ,
JUSTAGE, de R*PARA do
fort-, etc. etc. A do bo On c
RHe do la R4v ., N
Vis-a-vis de i- Cl ha, ,-


NESTOR FEL
L'excellent tailleur aLinta
connu de toute la Rt ublIqu
de rouvrir son ateli r iuep
(Rue des Miracles ) No 1, prbsd
Lger Cauvin,
Sa nombreuse cliible tron
common toujours toie satire
pour los travaux qui Iui seronta


Francisco ESUSE
FabriCant= do.o-ausju ,
La Manufacture a tj,,>"rs anl
un grand stock, p i rl Tent
gros et en detail, d bcaussures
tous genres pour
HOMMs. FEMMES, NFANTrr
Ios cornmanres deal 'ommeror
le l nt4rieur pourront~ire 'ex6il
ians une scmaine A pOi p:es.
'2 aHue dts Fronrj Forts, 2
PORT-AU-PKINC ( HITI)


A L'tILt AIN
CO D) ONN' RIE
3a3'. j "EC
42, FR.e Jes rO -i:rts.
CHAR'UsuRNs MN Dk?6,P6',OLR LAl
Piomptitude '. soia J .x cIC
les 'ant ici qu pro> w .
Clu.ssuies de Dam i'rue at 1
rai' touIodrs tout ie ql'. y a dI
F,, a, e.3 ttli.rii'.Aic e 4l -, na;aisO
Mes.-laurs ; e66auoteo- t: coummi
Pour les enfants le iusA l'rISV
Travail solid sl rkut6
tis s:eaux dc prornx remarM
At *!' C;r r'. r' r''-'!.
As, -zan Girrr-a. es!r-nj

Chez App. 4;ipoli
155 Rue Rdpublicaine 4 face h
E. Robelil.
Conserves fraicheos U zivdesP i
wier vapeur.
Assortiment complex d'huilod'
oure, par gallon de4. gallon 1
litre.
Vin de Bordeaux : mouge tl
vinaigres, madere.
Grand assortment jomplei
queurs.
M' C.L.e

Tailleu r-M hand
nonne avis A sa b eil Mb
tle que sa maison 7,Re
i tro est toujoura bie o
vari~tA d'6toffes deois npd
venat6 parisienne.

LYrAL SOIGNit. Extic oat
Prdx tr~s r7,t' I


Fic-s du Champ.-S*-Mars
POIRT.A. 7.P TPNCI (HA.ITI)


~r