<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00579
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: March 20, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00579

Full Text



DouzibeA]nn2, N.v S94


PORT-kU-PRINCE ( H~fti


Samedi, 20 Mars 1909.


4


J


Arthur Isidores
ADpESTIIATUUR


OUOTIDIEN


Cstmille Ndr6 Numa
R&DACTRUR RN CUSPE'


Abonnements: DIRECTEUR-FONDATEUR LE NUMERO I5 CENTIMES
.O r M M. 2.00 C16ment Magloire -
iAT-AU TTe UN MoSS. 52.00 Lea aboanemenu parent du x- et da i| do chaq
TaMots a 6.00 DIRECTION-R DACTION-ADMINISTIATION
tlANGZR...... TRioss Mo. 8.00 451, IaR ow .45-. iL.o. lam.rl i nr on non ... rea I...


AUTOUR D'UNE MANIFESTATION


Port-au-Hrince, le 15 Mars 1909.
Au Directeur du Matin
E. V.
Monsieur le Directeur,
Me revoill. Je viens exprimer quel-
ms r6flexions qui me soot venues
propose de la manifestation du
rT.
1 y a de cela quelque temps s'6-
lipait & Ia banlieue de Port-au-Prin-
* mae nonagenaire. Aux premiers
|mpt6mes d'agonie qui se mani-
Ms8rest par une perte de connais-
mc, la famille qui 6tait au chevet
SIl malade 4clata en sanglots, san-
rovW traditionnels. Mais la moribon-
Srevenant subitement B la vie las
rta par un geste. Pour mon Age,
Mar dit-ele, vous deviez vous dispen-
r de commettre ce scandal. Je
I u prie de me laisser mourir en
Davisant sur les derniers moments
Sla mourante, je me disais: Si la
Gi et utile A I'homme pendant cet-
T ie terrestre, et utile aulsi au mo-
t de la quitter, comment doit-elle
elftcace i 1'Ame pendant 1'6-
pi N'est-ce pas la raison pour la-
le Christ, a l'adieu supreme
fit A eso Ap6res au moment de
r an Ciel. ieur adressa cette su-
parole : Je m'en vais, je vous
mea paix; que la pail soit avec
l sitant ce martin au service
Son preoant pat au dfile do
e toe rimetibre ext6rieur, en
nlt prononcer des discouis, je
dokind6, en me rappelan'
delay nonagnaire, i toutes ces
S oas exteroee provoqu6es
pM*e dco1mm6morer la m6moire
lietis"m d 15 Mire, etaient do
Skler proeer eette pail 6ter-
dt mons perDions tout & Ihoure.
rm t0 oood'd6rr avec quels
S mee rie poor aoer
IS vUL oonatant t rd1u.
r -,s rVamS o pte dua crt d


chirant qui doit sortir de la poitrine
d'un pauvre pere brutalement ar-
rache A la vie avant d'avoir assure
aux siens un lendemain paisible.L'an-
goisse doit etre encore beaucoup plus
violent quant la victim au moment
de recevir le coup fatal se voit forc6
de comptsr parmi ses bourreaux un
6tre qui lui 6tait bien cher, parce
qu'il avait incarn en lui toutes ses
esp6rances. C'est qu'A ses moments
suprOmes les illusions s'envolent et
l'homme rest face A face avec la r6a-
lit6 concrete et tangible. On nous en-
seigne qu'll est doux de mourir pour
la patrie, pour le triomphe d une id6e.
Cspendant aucune cole n'a jamais
attribu6 la gloire A ceux qui meurent
pour un home quelque prdpard soit-
ii. N6anmoins, je pense qu'on peut
excuser celui qui regoit la mort A
c6t6 de celui en qui 1l avait cru. Mais
quand ce candidat s'abritant sous un
pavilion stranger, dispute cherement
sa vie par tous les moyens qui lui
paraissent babiles, n'est-ce pas une
grande faute, faute grave, d'e3sayer de
lui sauver la vie en risquant la sien-
ne, e! cela, au detriment de sa pro-
pre prog6niture ?
Ah cette lettre 6crite en Janvier
1908, aux Gonaives, lettre reproduite
par Ise Amain, lettre q ii n'a jamais t6
contested par celui qu'on dit eon tre
L'auteur, pourquoi tais-tu done arri-
v6p a destination I Ceux que tu as
contribu6 A fire faucher ne valaient-
ils pas cent fois, mille fois mieux qua
oelui qui t'a 6crite ? Dire quoe juqu'a
present A propose de 'interview de Jules
Coico, l'on coDtinoa a reprocher a un
ancient corrligionnaire d'avoira cette
6poque, remis AI'autorite une lettre
qu'ail venait de recevoir de Ia meme
source. Volt-on quo Mr R. B. aurait
subi des mois de prison pour une
lettre du mime, ezp6di6e a son adres-
se poor etre premise au legendaire Ju-
Ies Colcou, 'il avait alors agi, com-
me l'a ait plus tard son parent oJ
Le corti oehoeioait leatesnat
vere le clabeiere quand au detour


de la rue de.... les ranges s'ouvrirent comme l'autie,de laisser les morts en
pour laisser p,)netrer le convoi qui terres les inorls, pour m'occuper des
accompagnait les cercueils conteiant vivants.
les restes des victims qu'on avait ex- Maais ce serait bien dommage si
humes la veille. ce que vous me dites est vrai !
Cette rencontre inattendue provoqua -Cela est si vrai- on le chuchotte
une scene pathelique que rendaient a voix basse-que le Pretendant avait
encore plus Amouvante les cris des Wt sollicite en faveur de leur famille
parents et allies. Spontandment la dou- qui est sur le point d'etre d6,ossde6e.
leur devint g6n6rale. Et 1i a dli6 la bourse ?
En entendant les cris des veuves -Bah, ii est parti leur laissant des
et des orphelins, en les voyant dans processes.
le cortege tout de noir, habilles, je Mais alois qu'a-t-il fait de cette va-
me disais qu'ils doivent souffrir de leur tres rondelette, de cette rose
la disparition subite des etres qui bienfaisante que le ciel a faith pleuvoir
leur talentt si chers. sur lui avant son depart ? Lui seul en
C'est que je connais A fond le cuear connait jusqu'ici le goi't et la couleur.
des homines, principalement de ceux -Quel maiin ()ui, c'est un malin,
qui sont toujours les plus e-npress6s A r6peta Jacques.
promettie un concourse qu'ils n'accor- Nous 6tions A ce point de notre con-
dent jamais.Dbs lors,je suismeapitoyv, versation quand un nouvel orateur
de plus en plus, sur le sort futur de prit la parole: un ancient D6put6 don't
ces families endeuillees et je suis ar- l'tlecrion fut le prelude d'une r6volu-
riv6 A penser que p ut-Otre les victi- tion et plus tarl la consequence de la
mes du 15 mars serai-nt plus lheurtu- disparition par le ter et les flames
ses, si les o ganisatours de cette mia- d'une intOressante cite; un ancien par-
nifestion posthuma tout enters aA leuI lementaire don't les services rendus
objectif politique avaient peIrts A leur autrefois lA liaut 6taient si bien ap-
assurer la paix d'out e to:nbe. koiur- Ipci, que, inalgie tout, ii put passer
quoi, par example, n'avoir iis so lici- sans enconmbie, iasser de la direction
tW, au lieu de caser son propre tils,utic ,l'une loiuaie A la direction d'une au-
charge de secr6taire de Logga'ion pour tre douAiie. li f it beau d'dloquence et
un des parents des infortunes qu'on de gest"s. La foule, tout A I'impression
envoy soi-meme A la mort ? du moment, se su.pendit A ses levres.
Da pens6es en pensees ji' suis ai aive Mlais, moi, je restai plut6 t froid et je
A ces demi-aveux, A ses confessions, me peidis dans une reflexion que per-
toutes chose qui devaient rester dans sonne ne peut d6viner. Oui, me disais-
la plus strict intimit6 et quicepeni ant je en moi-m6me, c'est parfois un de-
sortaient au grand jour du fait doe I'at- voir, une preuve d'attachement de
taque des uns, de la defense des au- trouble la paix des oilts. Mais n'est-
tres. Et alors la poitrine gonfl6e de ce pas les scaodaliser quand sur leur
douleur, j'ai cried: quel dommage qi ;tomba s'e1eve une voi qui came, en
toute cette manifestation, toute cette lo:iguea tirades, les baaut6s du triom-
pompe u'a 6t6 deploy6e que dans un phe de la vertu, qui d6lecte un dis-
but politique,celui de r6habiliter 1 par. course om I'orateur traduit des ide6s
ti d an homme honni et consput, ququ'il n'a j imais u mettre en pratique.
les victims du 15 mars, dans le clme J'6tais si absorb par tout ce qat aq
du tombeau, doirent miudire. p rce faisait autour de moi que je mecroyl
qu'il est leur principal assassin, un instant seul, tout seul A observer.
J'6tais tout eontier & ces pensees, Pourtant non, car I'ami Jacques obser-
quand I'ami Jacques m'alre-isa IA pAi- vait et militait 6galemeant. Cemt lai
role en ces terms: a As-tu lu lI'crit qui me tira de mes reveries. &To moa-
de Paul paru au Matin da 12 courant ? viens-tu, me dit-il, do Ia lettre d g
-Oai apres! meial Vilmeuay a l'Impartial ou iI sat
-Apras, c'est qu'il a parle d'or. Parmi dit que celui qui avait dn6ooc6 Mati
le victims da 15 mars, ii y en a qui pour u 3e forte some d'aroeot at Ure
avaieont malhoureusement hipoth6qe.6 gentlemen qui porte habituellememt
lowr mason, Is savez-voas ? Vraiment I coma et redingote et qui eat toujoura
oai, vradment, cost pourquoi ja'i dit eout pr. deuox.









eiicju, 1(1111 (1(c"uvji t-( i Iustre

e-st vu~u. cophijidatr t P ~d, rnmnde
quok~e 4,-ui p-ut!l )~l-il xi-o-r ti111re
ce b i i n iI: n i r0 1: 1 do ce
joll .
M ~ens 41114'.1' si*t-ie o;li)4)A1)4nt.

ji UI I I 4!I Ol

Cjngi. izt I f 4;' 01 I ~I 2it, '.; *0

m&;6 \ 1'-(t,- f
apot fll iiw:: oitt-s Is vie-

'allais I )Akj !Ic!, rjw ).:,e ujiiai id

diii ( I OI I I A 1 -

Il: Q 1 I To4
ii, rej, i i .- cl C I). n lui. Assez,
r6p'liqu ,A .1 1-1 o-. S~~' wrmis et allon; res-
pirtoit 'al i i s i )e

der~z !.). n r lo) D, tJUefl
b 11

es! C 0 1 e t, h i:31141 ri \:,-1\:4
d ti (,,)'I ll It v Ile

(Va i ZId
tiflti W. Vu OUS

-I-' ll S U:, I Ln di,, vu., c~ol.,abia

I'AUI.





)c ~


'.~1 [9 \'XR.* 19-)9Al
.. e~ :r IMN' TS~n~T
rj S 0 Fk U .)L 0 G Q U F& S


DU;
SSIAAIR&I A ~ COLLEGE St-MARTMA


BarC
rL3,.


762 ,1
21 5
30 ,9


Mo, ,.:ne diL:,, e t .. t -ucpe,'aure 26 ,4
Cit' nuaJgux depuis 9 h- du matin.
R',)se :t B3cuLn. I n:s- d n r moid-
ree ct dc Oonne hicure.
B tronetre n b iise encore.
J. SCHERER
T; ibun tl de .'- :st on
Si.c:toN CIVIL.E
.Audi,'c i:, du /judi iS Mi s o1909
A d.x hieIues it demic du martin, le Tri-
banal a p: s S:ege so .s la presidency du
juge C. DIjjai et a prL'once les arrcis
suivants
Cclui qui dIclae non recevable le
Koarrv foi in6d iar !a ci oyenne Pamdla
t Jus:e Jean-B.ip.is.e Piram, contre un
jugenment du ''iibu:.il d: paix de Torb.ck
rcndu It 18 A. ut 1900, centre elle et le
ci.oyen Eminauu.u Co.:n, condamne la
demandcri: se aux dep.ns ; etc,
-- Cclui qti rejete tIc pouvoir form
par Ic sieur Rolln St Ang, et la dame
Atheri Pierre contre un jugement du Tri-
bunal civil de Jacmel du 7 Mars 1907 ;
reniu contradictoirement entire eux et la
dame Fillette Bonhomme, spouse Ulysse
Toussaint ; condamne les demandeurs aux
d6pens;
Une composition pr6sidde par Mr le


Vice-Prisident Ernest B:nhomm'ne n r'e en
d'ge et proiinct trois aricts :
-- Cc!'i qui cisse et rcri',l.- 'v, jge-
Wit d ui, Tribonil civi! d. C .' itHrien,
i date dii 9 Avril 19 7, c niradioire-
nent rL:aLda entte la damn Suzrine Lif sse
S1 l' ,r Francois Leroy Paul ; renvoie
.1 c.us:- les ornties an Tribunal civil de
.'ot.-d--P.aix, condamne le detendeur aux
iep-.ns ; ti .
CL .i q'ji L;s eCt annule le j'ge-
.,' d, T.ib,:.i. civil da Cap H -ittn
Si 3 )'i; 1907. conradic oire-
n t- : r. d st a.,pe' S.-. .;v:i:.s et les dames Commet-
tin_ N cols et co-so t; ; ren'o'e la cause
Sd i '.n Ir d: nie nt ibTri bunal civil
1.: i'>j d,. '.':" co:)Ja ,:ie les d etf 'de--
rCes. ... : d ,,. ; c c.
C I.A ; '!i cisse et an'aule 1 )ige-
i.cnt d'.i Trilb:nI; civi de Port au Princ-,
cni d.e dic Av;i r9o' 90 e ri u tntrce 1 s
;.r \'Vin. .i: G M ik'outf c, I. I d.
l co:to r iv.'e l'atfi're par dcv.ut le
TribKana ci'i ,i Pe : -Gc).G' c 'di n:.12
P xc;: .x d .J' ens ; -.ic.
f ... r n,.~ i,, n du j.Iur rcpi end s'-g .
S r pour-rvoi form'n .;lr le sin r Geliny
G, III c.) 'IC 'e ;e, consoits St Saiin, Ie lMi-
n11 I' 5 E'r Curici conclut au reijt
da *u. oi.
:- 1 ue dc is hliriiers Dau-
ti.c'; G(.!C conn:rie ia d.ime Parnn-
!, U D.U'.uch. J..an Gilles.
A.i .- 1I- r.;'pp. : d.i ju,,e Liraque, Mes
Arr.aul: ,t V'i .lnb;uiu, avocits des p.irtes
sO,,' t; A,. i s en 'curs obst rvaltons, le
M i L. rL IL'L-b' .c, El-ic Cu'riai, concl-it .1 la
non "- .". 'td Ju pourvol
I.'hi ur' ava;'c.e, lc siege est khve.
Revue du March'O
Le b.aie q':c no ar signalions diys no re
Revue s'e:t acc'.ntuce cette semiine. De
5 iS o taux J.' '::ature luindi, on est
des. -'d'i .-.du. iiement .\ 538 olo, taux
d- c. ure ir oir.-- O. parole mrncm
d'une :tlaire .A 5 o o.
Le.s :ra.:. s r Fr.i.ce sont A r 2 o ) es-
c.i):ne p,)ur le Ii.mb urg Paris et .'u pair
pour le Paris d'r.ct.
I es c''equ.; ,,ir Paris o:!t tro iv pr.
neurs A 2 1/2 'o Toutefois les chif-
fr. i.!, 'cs so)nt ttCi lhmites.
L.- ch> ,': sir New Yo.k out et6
vL.;Id.js i o'"i d'cscompte fvecur chdque.
N i denre s sont tOujours aux memer
c:u:s.\ AFr- 57 pour le cacio et Fs 41 pour
lt catS.
L.,-s .rrivag:s de Province oat pa trou-
",cr :tialg, e ia 'na t aise quilite, P 43 --
L.- nickel t tt 3, 3 1 2 O'oi escompte
contic bill.ts P. I et 2 et le, bill's de P.5
S3 o'o
Port .;a Princ:e e1, 20 Mars 1909
Le d61 gu6 Charles Roland
Par e I'trrt' ir colueite:nent pivoisd a
ti,-C Po t-au-Pri.ce, le ddge gt Chirles
;',,!a-J. d.. Jreimie qui etait ven,i ici di-
in incLh. :coiompagaicr Madame Ia Presi-
.tnice tlevene de son sdiour de; Cayes.
Le deigue a profit e de si presence a
r'ort au-P;:nce pour rigler quelques affti-
res en souttrance et s'entendre ave: le gon-
ve:nemen' sur certaines mcsures adminis-
1na:ives touchant son commandement.
Le CMatin renouvelle au gn&ral l'expres-
s~on de s-s sympathies, et lui souhiite
du succes dans sa nouvelle et lourde tAche
cJ confidence et d'honneur.
Rectification
Dans le "' Democrate" du 17 courant,
Monsieur J. B. N. D sroches a dit cntre
autres chose : c On avaitl 'intention de
deposer le G~enral Jean-Gi'les, comme
les femmes des Gonaives avaient fait pren-
dre la clef des champs A leur Commandant
d'arrondicsseent., Erreur capital.


C'est grace an tact et A l'energie des
uimnbres de la D'ecgi!ion du Chef do
P'oavoir Ex6cut.f dins les D.parteiens
du Nord. 1d N.1rd-O, st et d I'Artibo
nite que la vi'e ds (;Giaives a 6eh dLba-
iasse de t-o cimmnndant d'artrondisse-
Imen:. Fas an.ta'.mt t.
Voici t" o ns J.-s membres de la De-
1gition pii-t.d.l it Capitale le 7 Deembre
1908.
.\t-,nri: Dt .Rn:R, president
V\I 11U G.AL imULK, menmblre
J. Z OC11 \Rac : "'l Mt\; ,, ,
J. B. N. De;roches
Ni r,.r c,;f.re Ie "' Democrate" a 6dite
ici. Ic 17 d. ce ,toi;, son i6e numbro.
Toij inrs def.nseur du Droit et des
i Lbc-'tss p bliques, le Dtnocrate aide:puis-
snaminent le Gouvernement du general
An:oine Simon dans son oeuvre de rege-
nrition social.
Mo:s'cur Desrochcsqui s tdepuisquelques
i' ir au milieu de nous, re;o.it un accueil
syv ipathiiiue bicn mdr.it du Gouvcrne-
m, it .t de tous ses amis de la Capitale.
10qu41 Jc an Gilles
II ':, pr i. s' rner Ccntnai''c st
;.u.i r.,r lI Cap, le d6legue Turenne
J ,. C; i passe troi; iurs .\ Port-
,.- P:.lce ou iiit ai vnu conferer avec
Ic Prls'; n: Simo:, sur 'a situation de son
,1r,-.r ,n: t Aprs cimplc:e entente sur
i.. io : i' ic x le G Jt.in-Gilles est
rp::'J:.: ~es hau' functions, ou it
va c,,:.inucr .son di,'ouement au Iresi-
d."-t Sion et :ncttre : seCviZ-: de son pays.
l:iJ' a 'nrre progr.,nme ct enti&re-
rn- : ympathique iu onrivcrnemnent actuel,
nons o,''s fiisons le devoir d'envoyer au
de' ',' dIt Nord nos sinc&res compliments,
;1 p'. u i' qn'il res'era toujours l'ofticier
d: 'l ,'T-c ir qui n, transige p's avec le de-
'v.- T. ('nten ire ,:ait enticrcment pa-

Soci6t6 franQai-e de C'ecours
Mut'v's e# ". e B'.enfaisance
M. Ni. le Soci' aircs sont convoques
en A-st'nb'.ee Gen(rale, le Dimanche, 21
Mars c-:,urant, A 9 hs. du matin dans la
Sale d.,s Fl:es de I'Asile fran1iis.
)RDRE DC JOUR:
Discuss:on du rapport annuel.
lenouvel ement d.u Conseil d'Adminis-
ra:ion corTrnie suit :
E tc:ion du President, du Vice-Presi-
d 'I' t et ie 6 conseillers.
1 es: rappel6 avx Membres que, d'apres
i'a t :68 de, s'atnts: Seuls, sont elgibles
ou -iec curs. les Mmbres actifs qui font
pa: ie Ie la Socited depuis 6 mois, et qui
IIn sont pas en retaid de plus d'un mois
pour IL plicment d,- Ie.rs cotisations.
L L( P u:sicnt dL' :I S.:idti, F. CHLtRI.z
Fiaunaille-s
Nous cn',cgistrons avec Le plus grand
plaisir s ti.inciiL:s de Mile Pauline Rou-
zitr a ec notre cxccllent ami et reporter
monnd.inMr Charles G.uijens; qui continue
en cc moment mcme .es:mpressions de vo-
yage.
C'est sur le I'crtid e que se noua cette
chari.,nite idylle qui vient de se terminer
d taie fAion si heureuse.
l'iTous nos compliments aux jeunes et
aimab!es fiaacws.
**
NU.',, en ov\.> nos siInirts compli-
.,nl .i _. .;ic I. c; n;.: Larcch et Jules
DIE-' qui ont bin voulu nous fire part de
l<.ur. h:ureuscs fian iltlc..

Pnre t- adviser 1'adminristra-
tion de Ia moindre irrtgulari-
te dans le service du MATIN,
afin qu'il y soit de suite rem6-
die


Impressions de VO y


0.1 n'est pas moins gai ~i bqt
tiWe, majgre ses roulis et les fime
mer sur laquelle nous vg oo
Cayes. ballottent notre yacht li
triomphant et qui aura i lottei, fI
con desesperde, ila Pointe-i-A -,e
de I'ile-a-Vache oui une mer d emio6
par avoir raison de nous. On y K
semn nt niaade. "
Cepcndant nous faisons de ntre i
:enant A avoir bonne contenaMc
tre arrive auxCaycs qai s'adppe i
n here. En effet, mardi, apres m-|
vers4e des plus mouvemented, 'oam
en fice de cette.ville qui va'nou@s
dre par la reception qu'elle nob
I'afl biiit6 de sqs habitants.
A ro heores et demie do matii, L
ra' Magaan, D ligud du Gonnvr
beau viei'lard,vert et poli, nous "g
I!lc mnt au debarquement et n ee
a l'h6 el Ferrandini o les dar.,
'oujours coquette, vont refaire lear
,*n peu fatigoee pour aller pr or, i
); iit ion, leurs homages i
',-t1Lcate qui, heureuse de i.oi r
-i.chianiie de tant de sinc&res affections
.voir la genrillesse de nous otir
premier dejeuner. Remis de ob
:t ul s ballot'emtnts de la mer, Noo
ch:-in ,av.c plaisir; caushmecs
oi:, de nos premieres impresnoi
Cay.s ,icue nous trouvons ravistte.
Au :n,)ment de vider notre verm
Champagne, Mrs Chipotea et
re Ini.rci.it alhernaiivemen t Madam
mon de l'aimable accuel qu'clt ia
.oulu nous accorder et la pri ide
combien nous resterons attachdsi i
rie qui nous es* toute prccieose, a
A son imari, le President Simon qi
pire tant de confiance au pays.
J,
Aprcs un pen de repos ju aa
nous sommes en toilette de ville a
dons quelques visites aux family
lMdame la Pr6sidente qui vent rai
trc.ne bontm de nous accompalgot.
La nuit venue, nous sospendoot
siLes, devant r6pondre i I'invitatioi
per que nous a tIite le general U
qui logeront ces dames, tandis qI
autres, les messieurs, iront prenof=
bureau de la Del4gation ou i l'h6
randini.
Vraiment on a raison d'ainer l
nesse don't la bonne humeuret is
des nerfs lui donnera toujours aB
ritd sur ceux que le temps acle e
ne puvent rien demander d'eitt
I ur corps surmen6.
Nous voill, malgrb touted une
biLen rcmplie, a l'h6:el Ferranini
dansons pcerdument, oubliant tot,b
:-tulemtnt qle noas vivous, qaCeI
sirs nous enivrent, que le bAl q
aim:nns tie nous tuera pas, com il
tutr IEspagole de Vtctor Hugo.....
e C


--J-t
Tribune du
-so
POUR L'HISTOl

Extrait d a L'ahblle a du 21
4eme annie E, i 6 6
Sanc extraordiuaire du l usi d I
Prdsidence do Magimt Al.
Membres prdeats : M.M- O
Ph Bretoax, Maxlew
Bellande, Ema. Ahlt s
many.
A dix heaur do *t 11


II I __~_ __ _


I


a"


I


. iL l







par Is pis~ ce des Conseillers
Ssdomos sot portC6 plus htat, le
Sr l a dic'ar aU stance ouvecrte.
I agis: Mes cheers collgoes. que -
Sosatbilitsde la ville m'oat 6mis le
s- mrmne tempsq que qelqesmem-
Sda Coneil Commoual, pour I'anitia
Sd'Dvrir ne sousc tptlion lbliqoae
Sle but d'orir une pe d'honneuri
10ral Berronet, commandant de cet
rissea ent eo t6moignage de notre
SsAc por lasomme d'Inergic
tiit qa'il a d6ployhe A I'occasion
S mece en itat de rebellion centre
Goeveroement do President Nord Ale-
'do Gnr&al M6risier Jeannis et de
pqes uns de ses partisans, ainsi qoe
so fits le g~n~ral Petit Jeannis d'une
station de tigre dans nos plains
coondite do G6n6ral Berrouet, en
decirconstace, poossee jusqu'A la t6
iht poor avoir tc toot le temps A la1
t des sorties qu'd a faites jusqu'a l en-
pmnt perso ml qoi a"eu lieu entire lai I
t i ral Merisier Jeanis tomb6 vic-
lie ses coups, est digne d'admiration
ireque le Conseil voter ccite propo-
ioa i'unanimit
La Consciller E. Bellande : Je deman-
*iol.--
SMagistrat : Vonw I'avez coll6gae Bel-
dec-
Le conieil:er E. B lli. de : Mcls ch-rs
pnlgues,.vous venez d'cntendre I'expos6
IMitrat relatif A une epe6 d'hoaueur
i dolt etrc offerte au general Berrouet,
mmandant de cet Arrondissement, sur
vitation do Conseil Communal, en te-
Saigge des services qui'il a rendus laI
Idejacmel en exposant st vie pour
bien des malheurs qui allaient s'a-
sD r die, c'est done un acte de cou-


qui merite une recompense. I
ous n'etes pas sans savoir, mei chers
Lgtes que bon nombre de personnel
ldeuandent au commerce le pain de
r existence, commencaient a envoyer e
Sales magasins du bord de mer des c
Set des sacs de marchandises. C'et it t
pique dans nos families. J'ai deja eu n
casion de vous d6clarer en seance, que d
pte la responsabilht de mes actes. -
Les esprits timores parent toujours do a
main dans notre pays-- Eh bien s
ica s, ce lendemain est A Dieu seul j
t ma conscience ne me reproche rien
ne recule pis devant on acce que je crois
lrir remplr-
i vote pour la proposition du Magistrat.
Prusieurs conseillers :- C'est un acre
e ituce meme A rendre au g6enral B :r-
'ct qui a d6barrass la ville de Jacmel
Shorreurs de la gaerre civil. -
L4 conseil A I'unanimiti a d6cid6 d'ou-
Sne souscription publique pour cffrir
Sele d'honneur au gd&ural Berrouec,
S1t6moignige de reconnaissance de la
Meode Jacmel.
L- consedlier Ph Bretoux :- Je propose
le Il Conseil souscrive une valeuJ A cet
I.-
Le Cooeil A I'unanimitr a vote, la s. n-
Odcert gaurdes et a nomnn. tr sorier
o.' seiller Ern st Bellande, ch trg6 d'en-
S toas les foids recueil ii
S4,i est en outre d6cid6 qu'une adr:s-
'.e clcitations serait adress6e at Chef
iite, le Magistrat ayant demand aux
.sellers 'ils n avaient plus rien A dire,
1"a ayant gard6 le silence, it a declat6
w e lev6c b six heores et quart.
Tes. FiJTT. PH. BRETOUX MAXIMa
UTANT, EaRIST ;BsLLANDE, EIMMANU.L
L At, AN ALTHIMANY, et AL CIAAN
't Poor copies cooforme :
S siR P. de wm,
lg,6 P. M MARD.


L'on comprend que les lauriers de Ber-
rouer emp6cheot bien des gens de dnrrmir
et dut-il pirir aujourd'hui dans les t.rs, 1v
aura ,toujours :la gloire d'avoir s.um l1
v4ullante cite jacmelienne des malhcu s dc
TOUTES SORTES qui allaient s'abattre sur tile
en ces sombres jours de janvier 1908....
OBSERVATEUR
=- =----- -- -


Ligne Hollanaise

Le steamer Prin Wdlemn III
venant de New-York, St Marc et Go
naives, sera ici dimanohe mtatin le
21 courant; ii repartira dans la soi-
ree pour Petit-GoAve, J6redie, Cayes,
Jacmel et Curacao.
Port-au-Prince le 20 Mars 1909.
GFRLACQH & Co
AGENTS



Banne ilationale i'Haili

N'olu s ;Vi)as 'l p ib l t It, (1 V );:n-
im ise qe ','e'tlt NA i32,i, A vue de
fcs ?13 Imis pa l'.Argus de la
Pres'se ur le Chef du Secrdtariat de
la Presidence t-1 dr'ment revetu de
notre acquit, a 4td 6gard.
Port-au-Princele I18 Mars 1909
Le Diectesrr, PAUL SANTALLIRR


4., -I-va uSL, w-- .-v- araar 'rm-*
M. et Mrne Laporte-L AFFITE
(NAE ARCHER)
60 A venuedes Gobelins, 60, [Paris)
Offrent leurs services au commerce
et aux families, tant de Port au Prince
lue des autr-s villas d'llaiti, pour
outes commands de marchandises,
nins, articl--s do toilet'es, de mode et
ie bijouterie, etc
On peut expddier Itls coinmandes
l I'adresse ci-dessus I t pour tou- ren-
s.ignemtnts s'ad:.'sser au b'ireau du
ournal.
arteS3, -.zaSK^. -.. *-: :=-sE.-j.i f
H 6tel Bellevue
Le mi.ux siti,, 1~ plus con
fortable.-- Chiamp-J,-M,,Lrs. -
uisine redom'r -, :;e t:r la mer.

P HOTOGRAPHIE
JH. M. DUPLESSY
Grand atelier de luxe
120 RUE DU CENTRE
TravAux d- touts.i sorts et de
touted grandeur.
Rprodu action -Aga i di semen ts

Compagnie P. C. S.
Avis.
A pa tir du ler Avril prochain, d'a-
pros decision du (Ionseil d'Adminis
tration de la Compagiio dtes Chemins
de Fer de la P. C. S Mr Charles Lau-
reneeau est seul chiarg de la fourni-
ture du co ubustible ( bois a briler et
carbon de bois ) et traverses de la
Compagnie des Ch 'mins da Fer de la
Pline du Cul-de-Sac.
L'ngd iewr-'Directewr is Chef,
G. TIPPENHAUER


Pharmacie W


Place


Buch


de la Paix


EK6cution prompt et soignae des or'dnuanices.
Analyses scientifiques et techniques.
Analyses de min-r is il :.r, a: g,,:t, ruivre et autres mnt~taux d'apres la
mrthode anmricaine ( fire ssay .
Fabrication d'Eaux gazeuses, sirops et veritable Kola
Charvipqgne & P. 6 la douzaine.

Droguerie en gros et en detail


Propri~taire : VA.


Buch


Pharmacien dipl6rne allemand


l)epot de Kola-Chaiupaqj ne
Aux Gona'ves: idime 1-. L.t-iall'"
a Saint-Marc : MlamieFt V l iv\
A Pdtit-Gcodve Ifermna-m R(.illboli & Co


Andre Fa uilerl

'38, ItU- HOUX, :P i
Port-au-Prince


Vio rouge
Vin blare
Vms fins en c
Vin de orto
Vin de J#rbs
Vin de Madbre


\i.' ~ ~ ~ ~ a li J 'iV l t Iertflo4 r vd olff11'


*. to ; t : IL)i'P eX


P':-fui e le extra -fine Mr Day


loinlircs
\'lN: TE'E: N G (;lI( t ( 1 -2G 1's, 1 1I '.'lkIf.
Livrairon dorni-nle Zi pIrtirle -1-:2 boutei1le;


Exp lition la


VENTE DE Bid4A DE MINE R

II sera p'oCt-4 l 1 iiin ii it
conptera vingt t I 01". M.ma' ic' .i i-It II i'
heures du mat incn I'Nlle do \I '-
Laforest, o'aire A hi vento ',i W
[jug ins A 10P Ut-ll(*, W..t-' a'w A
ry ou DA'Iphin, mnesa;simt seiz i
de fooc ~tle sur vin-ts pieId, p] l
deui',apparltnant vu rnivinetrs GabI li*i.
Octama. S-rvitie et NItitAl i-, '
propri6taires' aymav.t pour tut. ur Io ci-
ioyen Momplaihir aAlobise #_t p4oi r
avocat constit Ne ( Chmuliius G inihier,
sur la mise Q prix Ile C.nt ciii pit(ati
gouides, cbiffre fixe par I'ix, ert a01a1-
miA.- auquel il faut :joutcr les fr;ii-
et honoraires dte 11javodea po'jis-ii v. :1
Port-au Prince, ce c20 lrs 1909
C. GANTIIIIA~'1

Docteur R. R. EWALD
Parti pour J rtmi', Ai 'nraia iir
d'annoncer A sa nornbreuse clien:le
qu'l sera do rotour dans deux ois.
Port-au-Prince, 12 Mars 1909


Co' te


Ch lz A dc- _Matteis
?Ir~~ -~-

L'Er eur
Re'-v olutionnaire

N C)rL; E ET A,' SOCIAL,
PA It

LNs \voiLum hvc;ia de pri-s de 34)0
'Ii ~e a .1iipi '4rfl'rie 'tu Ma-
Int, ii j; xde1) I, u., :Goardes I'exem-
Ph'lirec.
No' o,( I o e lecteuis A lire
1 9 %-,) um,! pit, H laa fa4on dont il
ivc:ifi, &- ti;,; !:iltfE1cz5-iutafs points do
vue .: rI la e: od. c 1)fliale et leo
prern io 'sr I( i., d.- itAre histoire,
COw-11111e S, i oli I'..xPl&ssiuii employee
pal, ittuit- sonx Avant-propos,
aa lap'f.i-c 'bl;i.~e de I'llirsoire
d'Haeili d l'ut48!e doi adultes, don't nous
avons inib Ia I roi,-inr0 parties sous
presse-, sur la dt.mande gEnErale, et
qui paraitra aussi tuibs procbulnement.


I `- -- srr~ I -


7t- ___ L~QT Clllog Immu qy JON I* "t


OPMEM101-


mmmmw--A







Gudrison de M. H. LAGARIE
eIleinl de tuber, Wilov e ,rvimonaire
PAr L'ELIXIR DtJPEYROUx
AL ( mr1LAGAH I F, qu. re Bat re, 4Iv.If ooltogras.tir
41 -i~%1e t fi l ii hi I
% a i t J1.1343 4' -111 I 1j 4 ,
; '1:: c; (I -is illai l~l~
3 I %Cis I "I I .''-'~e
I !1113 P. 4,)tjla(Idall

: ~ I'r\ clc.\ l;l~I's~
A I II
iI s..11 3 it .33

% -I i \II 1-i Ili-% re,
obIgKe tde J'.j-v l w I *,.r mi ii II ;a.i .i llt lcou p
1"I % 3I% III) .,11at llaeliL hit a e
ft"WlU4 DUPILYHOUXJ. I 1. I0U IX 3r.*lblIre l ii
Of it co, tCnpi.I ee -ii g t gu I. I. h .i a ;t.1 11N 333 fill j'J er
11611.Ca d t 1% e bit 1*I.0' hie a 'tOt X
P.-S. L :izir bupieyr-al "5t ai '. e vraie do
voquamt Is. frmation d ar.IIS ,i I i i.. d'Ii. segulm
sanguis. Lo Iiot.., d'Kita l l .i.m i .u.I- tie L ileithje du
vaiLtembl do la ui ctCcuiviso a ar In Lh'ctcur I iajeyroux
0 M VOM chil !V CONCh. EW ph AlhorwIim, A Pt-.a-Pdams


Contre laSt(rilit6
lemede infaillible pour les femmes
d4sirpeises d'etre ir-res Merveilleux
sutcces dsjA obtenus.- l)iser6tion ab-
-olue. Ecrare A Mr le Dr Paul Poste
restante.

Panamas !..


Pour [I )tntnes et
'4:;e Li.))E SOL ,GF.-,
Forts.


pour Dimes. chez
22, Rne des Fronts-


Accourez tous I

Bs s et Buggy i louer par here
pour courses en ville, promenade B
la campagne A PAtion-Ville. etc.
S'adcesser an No 456 Rue dn Maga-
sin de l'Etat en face de la Glaciere.


H SrA RBELLEVUE

Plae4 du Champs-de-Mars
PORT-AU-PRINCE (HAITI)


ALFRED, directrice


APPARTEMENTh,"l lrPOUR FAMILLB
DINIERS-LIUNCHS.
Imuslal'ah modemn- ,: -.nfortabl#. Y%-s6Sr la mer. Tewspiratun6
doU.:' a9 r~du;iv-c. -- Los rrrawways dessertmnt I'Hotei-Bolle t ouit" lea 7 H7 Mnute
PROVFRIPT9 SPkCIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROXMENADES JARDINS
Saer d., 'dcuo' ~. --Piano.-Grtowlopoe
Sonneries 1ectrique


Tabi 4'Hc4'e


GRAND


lax l l out-A As vmd~clt uwrr
7t lt cc Su sies r


PRIX


HOURS CONCOURS


Rhunm Barbancourt
Mddailles d'or, Mention honorable, Membre du Jury, Grand
prix, Hors concours dans toutes les Expositions depuis
1881 jusqu'd 1907. (Anoien et Nouveau Continents)
Madame Veuve BARBANCOURT, seule d6posi-
taire de la marque Rhum Barbancourt et seule propri6-
taire des formulas qui out fait obtenir au Rhum Barban-
court les m6dailles d'or de toutes les Expositions, a pris la suite
les affairs de feu son mari, et se tient a la m6me halle, sise 7, Rue
des C6sars, a la disposition de sa nombreuse clientAle,
don't ies commander seront ex6cut6es avec le m6me soin que par
le pass.


TANNERIE CONTINENTAL
DR
Port-ai -Prince
CAPACITY: 500 PiAUX PAR JOUR
PREPARATION DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24)COULIUIS


Vente des chaussures : Chvreau-glao6, Verni et
leurs, pour Hommes, Dames et Eniants.


OOu-


( BouroMxx, ELASTIQUs r LAcA )
En gros et en d6tail pour toute la R6pblUque


SMaison F. BRUNES.
196 GRAND'RUE 19
Dirig e par

L. HODELIN
Ancient membre de I Ssoed PhilUa-
Lkrepique ea atstres taeiews de Pwrl
Vient de recevoir an grand choix d'6.
toffee diagonal, casimir alpaca, chevito
te, cheviote pcur deuil, etc, Recomman-
de particali6rement A sa clientele ane
belle collection de coupe de caimir,
de gilets de fantaisie et de piqu6 de
touted beauty.
Sp6 ialit6 do Costumes de no-
oea.- Coupes Frangaise Anglais et
Amnricaine de la dernire pmereston.
La mason confecuonn~ aausi des Cos
tumes militaires, habits brodei
JolmanLs, tunlques, habits oar-
r6s. sto eto, do ton grades

Chapeaux I
Chapeaux I
Chapeaux 11
PAILLI DI PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ

JOSE SAN MILLAN
Le coiffeur artiste, qui vient avec Ie
concours d'nn chapelier remarquable,
M. JAMls TESTAR, d'installer une
FABRIQOU Di CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon de Coiff.r de Luvrw e
Pour tons lee gotta et pour touted


Cordonnerie Nouvelle


G. B. PET01A
143, GRAND'RUN, 143
PORT-AU-PRINCE
CaAUSSUR8S mN TOU8 GENRME
RK DtP6T, POUR LA V"NwT
M eNROs8 T DETAIL.
fx6cution prorm te des
commn ands, tant loi qu'n
Province.
Formes a hommes ; 6legantes et ra-
tionnelles.
Chaussures de dames ( Derl re me-
de de Paris ) et le plus commode :
chaussures pour enfants confection-
o6es avec des Peaux. de towrs nuaes
d'une election et duree irrdprocha-
bles, a dee prix avantageux.
Cirages, pAtes et liquide
POr Whauswurs doe fou M-ame-w.


DEMANDEZ
L'Annuaire de L6gis-
lation Haltienne, par M.
Etienne 'Mathon, contenant lea lois,
decrets, contracts, arr6t6s de I'Atn-


n6e 1909, an prix de
GOURDES, chez M. Ve
primeur rue Bonne-foi @1
Ktiepne Mathcn, 87, Rue da


b DEUX
rrollot, in-
t Chx M*
Centre.


JULIUN FLO=
An"tu Rdlw de la a &

Se tent A la dispositionA
pour totas travaax de
IUSTABe, do LbaoMAInos
forts etc. etc. A do bonnf.
Rae de la Rdooiti
Jri-&-* a 1t Chambr

NESTOR
L'excellent tailleor avan
connu de touted la RRput
de rouvrir son atelier R-i
(Rue dee Mracls ) No 61, pr
Leger Cauvin,
Sa nombrease clientele
comme toujours toute
pour les travaux qui lui srg
fles.

Franeieco DES
Fabrioant deochau--
La Manufacture a toujolusa
un grand stock, -pour la
gros et en d6talp de cha
tons genres pour
rLoaUMM, FBIMME, EMtAMi
Los commandos des comm-
de I'int6rieur pourront 6tre
dans une semaine A pen prtn
23, Rue des Fronts-port, s
PORrTAU-PRINCI ( UMu)


A L'VtLtGA
QORDONNERII.

42. Re des Fronts-Fo.
CHAUSSURouS l Dst*6T,Poo0n
Promptitude et oin aux
des tant ici qu'en province
Chausaures de Dame form d
vail tnjonrs tout ce qu'il y a
Qouveaux.
Former amdricaine et
Messieurs ; dlgantes et
Pour lea enfants le plus rd
Travail solid exZouG6
dea peaux do preomi
emuranaeo de grand rabkO
Pates Orgeo e at J1QM

Chez App. Cipo
155 s u RAdpblic en In f
E. Robeli,
Conserves fratches arrival
nier vapeour.
Assortiment complete d'hWili
pure, par gallon demi gallM
litre.
Vin de Bordeaux : rouge
vnaigrm, mad t 0.
Grand assortimoot CO


M' C, Lo V
Taiear-K"Wmad
Donne avls & as blewan
t e quoe s mas No 7,I
i~ro gt touajour bio
mruiM d'to o
I rut Im m om
irrk 1Y,


~jC'l 2RrwancAA


I