<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00576
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: March 17, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00576

Full Text


Dauxi6me Ann6e, No 691


PiRDT-AU-PRi)-CE ( HAm)


Meroredi, 17 ara 190Q.


4j


Arthur Isidore,


.


m)


Camille N6r6 Numa


ANNsRARUR OUOTIDIEN


RiDACTEUR 54 MCAMVI


Abonnemouts: DIREC;trU-1'ONDATEUII
PORT-AU-PRINC Uw .00 C ment MagloireR15
Taou oi. a 5.00Laonm'd .
DtPLRTEME~rNTS Ux Mo. .. a 2.20 Lt- mnt prtntdo. I- at do x5 d h
Titot Mom a 6.00 DIRECTION- i4PLACTION-AOP INI.,SiT'RATI(IN I o t Bout payables d'ayam
tIIIGER...... Tim Mon. 8.00 Tits Mas1 61,4SOL, e Le aaauast lrlti iN w ow"mop.o@


REFORMS

X'
L'Etat ne compete actuellement que
sex kcoles ipofessionnelles. I'ini
roprement dite ot I'autre qui s'appel-
, Maison Centrale et Ecole d'Arts
t M6tiers. Celle-ci date de 1840.
elle avait dth cr4ee, A cette 6po-
U, pour un lhut ou' autre: rdprim3r
vagabo:adage des enfants du peu-
en les internant daus une maison,
correction, oft ils appren4raient
Smtier manauel. EII. s'est develop-
Ssous dilffrentes formes : nous en
as parld d ins la a lIteve de la So-
t1 de LUgislatioa 9 et danis Ie M s-
er Industrial s. Aujourd hui, elle
presquo une eco'e d'arts et mo-
rs, titre qui i lui donna Co iscil
Arrondissement, en 1877, en lieu et
ede la nomination de'" Maison
trale" qu'el e portait jusqu3- IA.
reviendrons sur cette insii'u-
en temps utile. Mais parlous
pau de l' :ole Professionnolle.
Sa creation est due A I'initiative pri-
qoi l'appelait E'ole Libre Prof-s-
nell. Lei fonlateurs de cet dta-
issement posaient Its bases de I'en
cement prim 'ire supirieur, d6s
jouroi ils prirent la resolution
ouvrir les po les A la jejnesse.
comnencr it A fonctionner admi-
eat bien au debt ; elle avail
personnel enseignant A la hauteur
f tAche et soe nombreux ateli rs
eaient un materiel des mieux
Is. I lusieurs contramaltres en
lortii et un grand nombre d'ou-
parmi lesquels des toarneurs,
anistes et des relieurs. Qua1-
tans d'entre eux y ont faith des
primaires c'assiqueJ assez im-
qui disting tent en eux I'ou-
Scompetent.
I'iani iative privee ne rduasit
*iOjours chez nous a implanter
lihe reuse. S bissant toutes
bAceOs sociales, Iinfluence de
Usque urtout, les entreprisee
tcombin6es8 et souvent, celles
SUWtrtenues et les mieux
i.es .s)oatcondamnaw 1 disps
T* et Ie ca sc Ioole libre
nneUe. Mals n'allons pa re-


miains do ses fondtiteurs. La cenitu-
U RGEN IESion do e cs Itux t*,ablis.,eieitts est
U RG E IEShitireuso. L'un o 0110til(-iaisonti

S-ordoii ti poti s'iieijder n nr~inl'fe
chercber los causes do si. disjmtl tiofn m~tier; i'autrti. est u'ie ii;stittu'joni ion-
corare uwivro privte; riais voV~o .1'e ~~opuiirr t uloi' te tIel".o4 ir-itrit-,it11
cc qa.'elle est devenue dopuis (ju .I. C'Iwjais-;;wt-e d'certi ieee.; elots-
1'Etat en a fait l'acquisition. -e1n1MMn ueles towt eIn l.a doueat
Tout d'abord elle dtait rested u., 61a iuistr..ji.-ion rI;s ill tno sutli ~ante.
blissoinent d'enseignement pulblie (, ()a y ret:oit 0 enfatits do atn.ille sants
grdtuit pauidant quoique-.s ann&-s, soui t', ire atitte'tio., A Ieur ec)imfitiorl soc~iale
le haut couti~e du d~p artemant dell III -p*~ur os t iiiriier et 1lo e1-wer atix
truction publiq'ie. Mais l'indiff~runceV Ka"is *'i (oa CiN1Inir la. aNhI aiOa
avec laquelle certain ministries accue.ll- :intrave oil iiii'!Hi-io do fon.-o, soit aveo,
lirent le transfect de l'E-.o'e profession- it, eeeee b~di-; paroto s, soil pjr
nella, I'ifl,-urie do certatuas autte .A itEloi 6 16" 11(39It's 11di ts 111 ii Suiv'eiit
en lure ufie utile instlitution sol nLk3 ma ValS ierwl ilb Is el q ut li l)&-
at tl'adpronhi ss-goi, la rnauvak-e I it CdI ll d~t i cotrl-Os C' e-1 tllth jHlilt i-
I'ig~iorauice d autres eincora, on fI it .tei' ; In i t f ) Ilalit o s til tA
graduellement pdriclitei' les 6.'iides gi nie qui ic enIs-NO:gbin Ie 11iit A celiii
qu*on y f(tisail. Dans lAtat dtfint~r~o- iei~dmjIt-s ele~P i ~.'l'i3Simi~-
ritd oft ole s~~ait trouvda il y a uln, itires d'~JE4A hia tO",l -101jI)In(itva-
ving'aiint3 I aindes on jiug-a imo-a- bun igo .' *!it[ 0 l -jhew wr
re do lui douaner logeeneut A h M, k- raitbwii en ire i'On i~t.~itl.
son Central 3 et l'IEcole d'Arti ;et eat a 'ifili an:.oil btxlelli-lit. It y ;1I11
Mt~tiers. Caost IU qu'elle a comip ede- 'tilletn ', ign imerit a si of,;
ment perdu ce q vi lul restdit eflCorl iotiini ; m 11-in.-1I pa a- fI4 ;~
dost vieuIler~putaition Par umie .'ranl- h it njtIlo p;ihui ti 'mit'aa's 'III e' li id-
ge confusion. elle est d vonn-) ii c i &pI I*jiiIof.s.ioIt ete l...1.1.\ai ko'e "t [Ii-
noxe doi a laiMaon Central 3 u-t so troii-- r.doe-it aus-.i la esirjuO [ i.' 'le
vd sous lo lixit contr6~e et la sul vo*ik- j.ifofssioul.reIlk,; th ; 1'curie 't dutrt &A-
Lidce sp.dciale du diiecteur de Ce d"[- '.r-vot .1tti U1 I at t&'ei .o A di ( ')U~Vole'1-
nior dtabissement. V~ici don'' mw inenit. LtI) ;., hue 0 f.Coll l it 0StI.'
couvroa do progrbs qui disparalt, P;'r- pied des pris. ins .I*,I alii r istra.e 1pu I.-
ce qu'alte~ West pas appr~cide A sa iii-, Iin.P;atrI.-tea' _II`_d.-'i lh'ariemr, etl 'utre,
to valour et quo Is but qu'oa # iit1qi- j'ac~e dans I dr'des .'oles enhre-
dait poursaivre, onen rdnt l'E.,o'u1pro- tones par IlE!at,e-,1 g~rtset4 conti-6luse
fossionnello libre Weost pas cO'~flOis. par le Wpirlea.rnztod-3 l'loistructioaa
Caest l'Etat do catto fac,)n (liii so jioub ique.
charg~j do d~truiro Co quo l'initiativo B. S--RIWIWIT.
privde a don .4 au pays,parce quo ceux
qui soot plaeft poor organiser les ser~- -.-
vices puiblics,les diriger, et en vourager ~
lsiO~avres qui im6riteot deo l'ltre,ne st,
soucient gubre 1 4n, eripii1J) ~ L k
leuars devoirs en touts conscience, le4
autres, W'ont point la comp Hen ,e you --
lue pour s'6lever A la hauteur do leur Tri~bunal CiviL
mandate. 1t cat certain quo si Vl sii au4idience civile du lundi i; Mars zio
rea~alt compete do ce quo vaut cli itcun L.Tiia rn ig i ersJ
des douz Atablissemeu'ts qua ou c- L1.Tib1alpriednd sia Ie.X iz heuredoy
cupent en ce imoments, on verraic. aue ma~tih souls I riiec g~d
I'Ecol. d'A~ts et M6ti:ar&9 a un %j A. S: Roime, asiist6 de %foasicur L. Cou-
tout autre, au point di vyes sociakle, tard, commissalre du G uv.:ra.m.nt.
a1 as'cl.Poeulsell* tell. qut'edll- Affires cnteadoes :
~tIStOr PMl.6e ettele0qa'e ea oauc* Le hait-clos des Epouuz Georges
Uoomd miDMe apris itre sortie des MarchAnd.


Me Francois M-atho* a donni lecture de
sa requete pour Georges Marchand. Me
Michel Oreste a obtenu acte de sa coos-
titution pour la defenderesse la dame
Alice Rggnier. Ensuite le Tribunal
sant I 'audience publique a rendo or*
donnadce que renvoie les dits epooz A
i'audience publique du Lundi que I'on
comptera vingt neuf mars courant.
Mme Vve J. Fontanges cone St&-
phen Fontonge.
Jugement prononce :
Celui qui comment le iuge J. J. D-
sir, come rapporteur en lieo et place do
juge Valles malade dans le divorce des e-
poux Joseph Justin et fixe l'audience pa-
blique do vingt deux Mars courant poor
la continuation de cette affaire.
Nouvelle composition sous la prdsiden-
ce du doyen Ldon Nau, assisted do Mi-
nistere public A. Montas, prononce les jou
gt ments suivants :
Celui qui permit A la dame Angelina
Pollux de citer dans la forme ordinate Ie
sieur L6once Pierre Gaspard son epoox
d&vant ce Trbuual.
Celui qui pcimct A la dame Louisa
Emma Picot de citer son epouse le siear
Pablo Deaz dans la forme ordinaire devant
ci Tribunal.
Puis le siege est level
RENSEIGN3MUNTS
MkTfbOROLOGIQUW3

Obslrvaftolre
DU
SItllAIRE COLLEl St-MARTIAL

MAnt 16 MARS 19 p


Baromitre A midi


TeSImlpft batu -mini2195

Mloy6a0 dirMe d IS tMprMWr2 6 .2
Ciel nusgcsz I ejour et cooven I& Oak.
Brise rdigare. Pluc A to h. d oaol, mm.
quant 37. 5 milliuitt.
B awainkrs ldaymeas on helm..
J.-


762, 0/09







T -tbunal de C.issation
SECTION CIVI.LE
Au liet e Iu an-r-li. Ii Vlr.s I$)199
A dix nicur.s ci dcmie du mitin le Tri-
bunal a pris sicge sois la presidency de Mr
le Vice Prdsident l.ncst B: )lh'),nme et a
prononc6 les atrits sr- an:ts
I". Ce'!,i Ui qui r.j tt: : po iroi du
sieur Lubin CJdc- contre Ics ji. mcnts des
21 Mai et 23 J'u- 1907, rer-d i cont-c lui
et au proti ,iu sicur Abdob A- i .
2". (CiU : 1 i di 'r.' : i i ge
ment du 1 Nov.- nl i)'. i' Y,- 'a
Veuve M. ixit,- c-l I ; \ iv V r
dro?,, con .tr l .V ,r s ii',:
de la c sSuii. n I Ui u 8, I )16. 9 )6
en exdcudti : .! el i : i. ; rr. d; ; J t y,;e
le pouvou dcvi I. :ns obj':t, lIs pi.ti S
dev.:nt vi '- ', t i n c I to d.
renvu ,, u -t ,'.n': intre jI -
ridictro.i.
L.i c i ic ,
sous la Prd.i-id':ic 1 C ). c
appclie I'atli trc IJ Lupry CLh u I .i.;r co1,!nrc
la dame Ct. nc Dubic;lc.
Cette .F'i -t r -n:. v -
audience.
Plus rien, l : ', .
Le Djl gua Jea i. l1e.
Ce mnitin, sur i.- (,iat!'n i ct tiv. ie
Deilguc Tline Jc i' (J J -p
a e ct sa I'. d. d' I I
coups d .- ctniin ct iC i au. 1 r-ii u d i ort

des lilouvcn.t111 nri Jdu ,'or'.
In ,niidia .iLii ntV ., r.', ion c
I',)n a bL. au IC(juiV l .i, nct. .t. piy le
G e i,': 1 .1: *.' .di au t .lai;
dans un dts I idan-: que li avait envoys
le President Sirme ,:. I.'i rcc;c, captionn des
plus aimabkls, dItsuspius cordialcs.
Mori g, civ I
Dan; lC sa'lt dc MIr C'(;r Fi, rie-IL, uis
aeu lieu h:cr Ie de.: ., cv-il Ic Mr Ch rlc,
Pierre-Loui.. ,.v c M, lic JuiiL i : tI'iA d-Cia1.il
l.cs tnmo.i:., u; in.irid e .niint Mrs Cyrus
Saurcl et lie A;.oIui' i i :cr; c .ux e ia ia--
ride : Mrs Paul- a'-i J.'.n Ilaqu.s et \Vindsor
Tellhonc .
La iit.c .: i :;I).. i a'c Iteur scra donnte
detain i ma in, A Cuhli'Jrilc..
A Cott.e-Plag
IIc: ,lix 'n.veur 'ecriLus N:colas a gra-
ci cUsCIni tlt t i t iu: gr n..n1 b .iqiLt At q e'-
ques uns dt scs amn,.
Parmi ses invi cs no'2; r f;niro : 1 DI)
Dcsto: clis, prt-idiii. d-i c,'rc'c: I'ex co'i-
seillcr aux fi: a:., sL Ch;,ot.au ; D:. ute
Antoinitr S mon ; .c' sylnd c dcs .a.en:s d
chang: -.l1i t R. v ; IDr \VLsn.r M\nos;
Denniiry )Dejoc ; G. de L -pinaas ie do-
yen des agent de ch rnge 1:, '. i'o.lc; Gas-
ton RK.ves ; 'rc!;i' cte G-,,r s Bi3cssit
Georges Gent.!, :tc,, c.
Au dessert ou le Pommery tt Greno a
could fli)t, 'ainiabil amphi ryon a bu a
la sante de ses convives el, e Dr Destou-
ches, en un speech plein d'humour et de
finesse, a video son verre au nouveau rgi-
me.
Oa s'est separd heurcnx de voir combien
se r6nouent les bones relations et s'eten-
dent les branches cordia'itis.
Bal Travesti
C'est demain que Ic cerc'e de Por.-au-
Prince otfrira A ses hab.rus son grand bal
travesti de mi-carcme.
Le succs promet d'i re des plus cla-
tents,
SAvis important
Le Gn&ral Philippe Agrant comman-
dant de l'arrondisenent de Por,-au-Prince
andonce a ses amis que ses grande occu-
ations ne lut permnettent pas de s'occuper
e leurs afaires priv6es- II prie cenx qui


lui envoient des 'eitres, lui demandant, de
! s fire about a Icurs dcstna'aires, de
'es txpedier par la os:e < iu se faLr vn ser-
vec.-rgulier, quote dien.


301TEAUX LETTRES

Port an-Prince, le 17 Mars 1909
Monsieur le Di)rc:enr du Matin
En Ville.
Monieur le Directeur,
I.'.;uttur de I'article intitule Le Gal
Turenne Jean Glles" et part dans ie nu-
:ndro d l er de votr.e jti:r. ;', assozi. mon
: 0om A ceux d, ctr.iiies pcruonrns qui,
a:1 Cap-if iien, poir un Inob!e que
i'iLno.rc, demandent I'tffacement du ,nde-
aI J':.,n-GIles et me p''e certain fits et
stc, qui ne sont Fi; de moi. Je u'ai
jlmnai, et cherch-r en 1902 ce grand per-
s-:inn1gc sur son hab.it.tio i our It fire
nommer Delkgt,6 ct n n'ai pas eu ron
plus A Ie complinmentcr. lorqu'en oc obre
r908, ii .e rendait a Port-au-Prince, lui
s,.uha .:.1: du succts cn ili donnant tout
u;i plan poli.ique qui d vat as'urer in-
faiilibh mtrt le triomphl de sa candida-
11.: : ila I'r'sidtncc d'Haiti sCes asser-
tions etant erronces, ii y a lieu de les rele-
v. r tduss i'intr, de la verit6.
Je parade cn iirenent avec l'auteur de
l'ajit'ce I'opinion et 'es sentiments ex-
pii ai&s dans la qocstion Jean-Glles.
Le gouvernement et le public sona deji
A.! ti l\-d.s:'us.
SJe ous serais oblige de bien vouloir
donner publicity a la presence et de rece-
S\oir avec mes remercimentsempress&e, mes
salutations disting ies..
D. LAROCHE.
Sinateur de la Ripublique
*
Jacmel, le zo Mars, 1o90
S Monsieur C ement Magloire,
Directeur du ,Catin
Port-au-Prince,
Monsieur le Directeur,
SPusqu'un vulgaiie philosophe (c'est le-
Snir de I'adversaire ) a Ccrit dans un jar-
S :1;L in.omnprehens;ble qte : jai accepted,
de I'attestation d un nommn Petit home,
S( d'un certain grant unejument de Mirisiers
(-ic) ....- le vous e nvote l'ac-e de vente
ci joint que vous voudrez reproduire
daus votre iour,,al.
Veu I. nti lei a;ris me pardonner de les
avoir un instant neglig6s pour m occuper
dj c.s qadcques i66ments an.iLociaux qui
inf.cient le b:l air.-- Anen !
le vous salve, Mr le Directeur, avec
i ne pjrfaite consideration i,
A AMBROIE
Je, soussign6, Cadet Claude, proprid-
talre, demeurant au bourg de Marigot y
d micilid, certified avoir vendu avec ioute
I rantie Je droit a Mr Alies Apite, Syrien
Sprotig6 par la France, une jument
rouan, dtampee illis:b'ernent D. J. qui si-
gnifient Dri. ne Jeudy, produitdesajument
pour la some convene entire nous.
Le present lai servira an besoin en atten-
dant que son certificate lui soit dClivri.
Margot, le 20 F6vrier 90o2.
CADET CLAUDE
Je transcede le present acte de vente de
mi jument rouan Mr Clixte Tannus
pour prix convene centre nons.
Jacmel, 28 lanvier i9o8
AIUIS APITE
Tranc6d6 A Monsieur Albert Ambroise
pour la some de deux cets gourds.
Jacmel. 4 f 'rier, 19o8.
C. HasmI


; Impressions de voyage

II
1 nous est difficile de douter que Pierre
Loii *-n icrivant ses impressions de voy 'gj
en Orient n'ait pas eu sur son bureau de
travail une carte topographique du lapon,
lui r cprcer tant la photographic des litux,
des si es charmants, les mo:ndres sihuosi-
tds dc ce beau pays des Jauncs. d6peint avec
tant d'arts et de gou's dans Madame C'hry-
santh ime.
II nous va fal!oir, en 1'absence d 'on,:
caite, dire no-, impiressons sur les cha,--s
Sv,,s, Mir, Ane,- rocher his riquc q,.t
i! v .inei':.nts douloureux e, itnmpes a
b'lci oni consacrd comme une vil'le de
m.nriyr., .raice du sing de route u'e g'-
ner.atio.-,- cerveaux puissants que les t--
reurs de la guerre civil avaient 6garcs i\.
Nous lemons volontiers un voile d'oub'i
sur des souvenirs amers au moment ou
notre voyage dagrmnent te peut tcreq"'in-
compatibc avec les larmes et les effusions
de penibles regrets.


Noos touchons done le sol ferme de Mi-
ragLane vers une heure du matin. Le I ,r-
tiere sale 'e gnderal Ulvsse Simon an mo-
ment de sa decc:nte. Notre premiere vi-
site est: ccord'e e a 1'Eg'ise, perch3e si:r sa
month : ardue que not.s utlectuons s.ns
bLauco.p de peine. C'est une dcire ascen-
sion sou ours agrtd.ble aux tourists. Mr
Goldembcrt et le commandant de la com-
mune, des plus aimables, font de nous
tle rs 1:.o's; ils etaient avertis, par depj -
che, id, nctrc arrive et avaient tous mis
Sen ci'vre pour nous fire une digne r6-
ception.
Les dames ont passe L-ur nuit d: rc,. n-
fort ichz Monsieur Goldemberg : les mn s-
sicurs au bureau de la Plice et ch z mnon-
sieur Guillod Nuit ncessaire qu'il nous
fallait pour de nouveaux api'rovisionne
rents de force que rtclamaient i os nLits
ui peu agi:6s par le roulis du navire.
Le lendemain de bonne heure, on est
prct pour continue le voIyage. A six
heLrts, frais, entiirement remis, nous re-
gagno.is le board ; et, notre yacht a'etrrt et
toujours coquet flit cape sur Ansc-'i-Vct 1
oi I'on ne fera que s'ar C't-r 314 d'hlure
pour transmetrre les instructions d, gtlu-
vernemenr. Nous nous sommes v(lo:,t:i-
rement consigns A notre bord d'oin n .s
tirons vers nous, 1 I'aide d- nos inmwl'ws,
la ville de l'Anse-A-Veaudo:it la silhouc::e
Snous apparait ravissante.
Sur une tner d'huiie, nous coa:i'nuoc:n
notre route pour Jer&mie que nous atel
gnons gaiement.- Le vend du nord ri us
avast fait grAce de sa rr.chancete. C'.- t le
sourire et la joie qui nous y attendlien'; cc-
pendant notre passage sera court; quel!ues
tourists s'empressent d'aller A tirre em-
brasser quelques chers parents et scirtr
c)rdialement la main A queoqucs amis
L'avenant dle6gue, le general Chirles Ro-
land vient a board presenter ses civi!itds
aux aimables excursionnistes et recevoir
les instructions du President que devait
lui transmettre notre sympathique general
Ulysie Simon.
On but A la santd des voyageurs, A l'u-
nion des coe.rs qu, s'accentu, clique jour
davantage ; on se qaitte. OI s'achemine
acec ene cu-ios:.6 cro*ssant- vers les'Cayes.
J&ermienous rtc;vra royilement au retour.
G.

L'Administration du MATIN in-
forme ses abonL6s qu'ils no doivent
rien payer, abonnernent ou autres,
que oontre regus imprim6s et por-
tant le timore d Journal.
L'Admni-atratter,- Arthur IsIDOR


LE COT
ET
Sa produ

Rwneeiqnemensg publd.
10 tY te l'Agriculiure.
I es revues des mar4s.
oiD- rappoilerit cheque
tre' c( ton pord de son
Inl~i V;)jt (lualill~s; cei~a Wo
totl jpour le cotoli de IA
i&Iruil de niotre Ile qui en
jolus, suit 2.308.000 par to
WllS C'llli s(-ptt-nnale 1900,,
to,, se Ncied A Liverpcol 1/
IIoiIIs quo elui de Jacrd
twI e!miuiut qle de 25.000
It-s j; oducletirs. L'Artibonlg@
p1t-i eii ncciser le elimat g
s~ t ~rid6t les fat~ons et lee
CiitLstales,'40greuiage du c
filp I I ralls.
Fu eff't le cotonimier eat ma
i.,atur' lie du pays; Christopb.
I'vN a trivt.v. II a certain
llios rt40rtes,, car it tie pi~
ii I'extieine humiditA, ni I1ezS
cIIIlte~e Ifluis it reste tout
!A pluriit dtes clirnats sece.
qui'iI 'o)fltkw dei wars, A aofti
nii i It-, litie pour qu'oo 40
1-6 -! -.e borne r6colte.
rw'i t'-; c- mS terr'es lui cona
Ix vo..- tiage de la uner est Ise
pice 1 C ;unesure qu'un ped
Ciitcnieur les rendemnemts
dres. -
(),let que soit le ctrrain, LI
e'tjl~iise vite. Bien quae sowl
iw~it, 1P ewmoinier so~it une I
V~ik*, ("- .1-A d~~i~ it
.1 (--t bton de I'alterner avec
ILa fibre du vieux
ihnit par'dev~nir couhrle el
CS Ii&)LiS pouvons le conslS
e m p s su r n o s Le u'r rs, m ais p 0
-,elit all's. Nous insistoris besah
la uiCce.--sit du r euouvelI
-otoflmler's qui ont plus do I
Ii rtilt -hd lo dle:soucher'. brilect
elie- -i I t-211es, e*panioe la coo
1.1 hr 1l, labourer, faire unsOe
anjil ite autre q'ie cello du COW
I';Llani aais, 1.wtit-mil, =a31119
-iors qu'on I rtapa' ea Ia tei
Ft"'uVoli 1-s seliluiexes de cotri
D-- 1).i li'lt- lit tO omu1manbl.
tnt'' dlitcoton blainc don't I4
I t1.j (,t 'a plu-s lucralive.LO6 e
(juir Iki-uibuc solit de ces
N,),is :ornpietlg.wis qu le
ile trit'a-to wino pas sa eol
11l3tois, inais par portiO.L,
ou Ili ti i, SuiVdmil son6
sultat oblenu sur ia preruli
I'en ouragera sarement A
La semaille pent corn
I..: -pieiniires pluies du
s i ouisujvre jusqu'ea
Inumecter lea graines dams,
2t heures avant do semeG.
diris des trous espacds e
u. ttres ( 5 A1 61/2 piGd&
mlerit le meilleur eat &AdM
1(,n 1'espece et le terrain,
v~a ion du eultivateur .0
t igle quo los branches
rtapprocher sans s'Olt
a~luaque Iron on met 3
('2 pouces) I'une do I
Iatvee on arrache losd
momse vigoureul qui
i~lacer los a toqDAntS.
bo agecm ( psige gdf


i II -- ---







A t0 jiurs.n maintient la terre propre nest celui des pas des amis equi laccom- je vous donnais A 'occasion d la mort Pour paraltre prochainement:
i e sarciage. A trois mos on p0 ce pagoent jusqu'au seuil-- i-ever hoil d votre oncle, le regrettd M. Flix Tau- LErre
e boureonterminal pour provoquer dana ce foyer du repos dteruel, *lats pier: Abrilez vous .ous lea saints LErre
s ramification et one floraison promp- ces saints lieux qui devralent 6 r co- bannibres de la rei. iSon. Souvenez-vous R6voluton aJo
t ot abondante, surtout en pays hu- Iscrs au recueillemnt, la meditaio,.n, q.ue le coeur humai.i rest pas assez fortR
Smie. Apres la premiere r0co!te, outre et o devrait toujours rugner le sal-. ce I our support ter un, Ia.len, -:ns iin, un E
Ssarclage, il faut fare une Igre le lus profotd. vi le dternel '; lu I)ieu qi n'aban- NOTRE ETAT 80CIAL,
taille consistent dans l'enlivement des n presence d., la disparition subite done jama.is ses ,.,lalnts l.,it revenir PAR
iges lines et do bois mort et I 6t6tage des homes les plus d6vou6s et pastaut les ondes Ido 1., vi. -pi :,.(pI,.otent ;avet PA
des tiges mattresses qui ont plus de lea plus n6ceisaires de notre bocitd, elles la resigea'ion qni n'r I. s I'~lli AUGUSTE MAGLOIRE.
i mmtre 75 (6 pieds). Des la deuxiim0 tlont I'indigence ce eur point eat mani- .,,.. .-,,, .-- -,. .. UN VOLUME broch4 de prbs de 300
an06e on peut fairoe le r6cpage qui fest., je vous convie tous, Mesdames et PriAre d'.viser 'adzinicistra- piges, en vente & l'Imprimerie du MeA
consiste A cooper les troncs rez terre Messieurs, au moment de m'incliner tion de ia IlOa 10 r irre g ari- in, au prix de Deux Gourdes l'eem.
on A 30 cm. (1 pied) du sol. deviant ce cercueil, A diriger vos regards t6 dans 1e Per vic, du MATI NP plaire.
La rd olec commence aussit6t que vers Dieu, A l'implorer et A lui deman- fin l y oi d s Nous ngageons nos lecteors lire
sl goussi jaunit et 6clate; elle se con- der dans vos prisres de ne pas nous di6 le volume qui, par la facon don't 1i
tinue quelqie temps.C'est la premiere soumettre si souvent A d'aussi dures et rectifle de trts int6ressants points de
coeillette qui donne le meilleur colon. de si cruelles 6pieuves. -.. vue sur la pdriode colonial et leI
On cueille par on temps sec, apres la La Socidt6 de Sport fippique 6tait Compaqnie P. C. S. premiers temps de notre histoire,
tombde de la rosee: tout coton mouill6 heureuse et fibre de voir dans ses ranges Avis. constitute, selon l'expression employee
Stache et perd de sa valeur. un home aussi distingu6 que Philippe A partir du or Avril pochain, d'a- par I'auteur dans son Avant-propos,
On doit 6viter quoe e coton ne soit Gracia Csar, don't :'avenir se moutrait prts d cision du conspil d'Adminis- la preface obligee a de l'HiSto
emport6 par le vent qui le souille des sous les plus beaux auspices. La mort traction de la Compagnie de7C Chernins d'Haiti d l'usage de adults, don't nou
d6bris de la gousse, de terre, etc. Pen- nous I' ravi sans que nous ayoua pu, a de Fer de la P. C. S, Mr Charles Lau- avons mis la premiere parties soun
dant la cueillette le tri ge est fail du sa dernire beure, lui donner une cor- renceau est seul charge de la fourni- press, snr la demand g6n6rale, et
colon blanc, propre, de celui qui eat dliale et affectueuse poignde de nains, ture du combustible (lis a trller et "i paraitia aussi tries prochainement.
Mli ou colot6. Le cot)n est desse~h6 just au moment ou nous pouvions fon- harboro de bois t trverss do la
rA air, la graine suftisamment siche dersur lui lesplus Ilgitimesespdrances. Comparnij des Cl~mie rdve s e I a P .OTO R PH
doit craquer sous la dent et l'amande Mais nous tous qui avons eu le bonheur a Pne u Culde SacTOGR
tre d'un blanc laiteux. C'est par I'in- doe 'approcher, nous qu'une amiti6 plus L',In gnieur t.rectr e (e JH. M. DUPLESSY
s8ffirance d- ces soivs de rdcol e que no- intim,, plis priv4e, unissit a ce co- gireer e e
Ire colon p' d a vlur. pagion d h)ix, nous pouvons tous G. TIPPENHAUER Gra atelier de lu
L'dgrenae du **o:on dolt rte fait soi- d(.1 lue inous eiiseveli-sors avec lui1' .. .---
peosement; c'tst un fiettlur impor- dansw c tent de Ia valeur du produit. Si I'ap- iuutre-s ntes conversations et de nos (N*E ARCHER) Travaux de toutes sorts et de
pareil a egrer:er n'est p.s conduit par pl.,s cheres espances. Et mme ceux 60 Avenuedes Gobelins, 60. (Paris) !outes grandeur.
soe main habile a le bien regler, le qui :i'ont fait qu'entrevoir en des occa- Offrent leiurs s viceie an c ri e pro .ction-Agradements
brossage d.s libres est imparffai, e'les -.i.,- pilus rare.s -on intressante phy- et aux fami:les. t!at ,le 'Pmt- I io ctonAgrandisements
passent avec la poussiere, la terie, le-s -ionomri, io peuvetit l'oublier. que des .u.,.s villes d i, I P uA
dbris de gous-e et de graines broyves Enfiun, vous tous, Mesdames et Mes- toutes commands de m:hadise teur R. R. AL
par la machine meme; une mauvaise sieurs, qui attescez par votre concourse, vins, articles de toilettes, de mode et
machine peut rompre aussi lek poils. votre presence ici, les sentiments d'es- de bijouterie, etc Parti pour JBremie, A, Ihonneur
Cest pocrquoi nous soubaitons que lime et dadmiralion qu'il vous inspi- Omn pout ,xpdiA r le. comnnr:audes d'annoncer a sa nombreuse clientele
o cultivattur vende son coton brut rait, I'attachmrnent qii vous uniss.it CA l'adrezse ei-des el pour tons rte- sera d tour dana deux mois.
et laisse l industrial commercant le sa nimoire, est-it un seul d'entre vous seignements 're.ssr a bur u qu sea de tour dans dux mois.
join de l'6grenage et du nettoyage en qui ne repte dans son caur cette pa- journal. Port-au-Prince, 12 Mars 1909
tenant complequ'il livrei la fois tibres role cA.ebre: a Un des meilleurs d'en-
et graines, deux products de valeurs tre nous, nuns a quittes S
iffrentes et qu'il laise ;i l'indu.triel La So-iet& de Sport IIppique gardera .
one deptnsc appreciable de main h pIofoIl soluveir d( Philippe Graca r r l T il
deovre .t d'emploi de machine. (: si,. Nos proc: ver-btux (do.t ii 6tait i
---- -.--_ -.-_- _.-- --...-.. ... Io r<-"l tleur #me ite,re liront saus cc sse
iTrib e du tipol ta.ce ( -s services qti il nous a Wo)-
Tribune du "Matin" rewl.s. Nos s6 Mnrs n gue, si gaie-, gC
o- o ,n ei-pi; si fin, ai *i4,l a', se domn p o"

Siombe d.s I,,pctcur d.s Je cs 'de ule' ti-lat il. car cest'IMl., I &I:iEN c
Snul, M. !c Ar Gracia Csar. qou iu, par *- verve in 0 f dl., t i POUDRE* v I 611no1101n
Sdis,';s-io'i to ijo it'rs owlIT oi"', SO'i i i' l ,.i s 1J. ,"
| .,S. Lt, li,i, :" l s 1, 6i.llues il igi.lt ii quil V ON 41
Me-.ieu, s. f i ai i to)so ef pa ticulie'rmen a c-,ui (0 J. 30, lw St-l PA t w t klt -
11y a ;'i .io dix-huit mois qu'en ces i, i a i Ion iil < l.e p le. ,dcvant voils, i
x m~rmes, om, rnous entrelenons pi.et- I ; .nimait, Ie'l comrnmn.quait I'ildret 0 lJ
meant la re igior dt nos inorts.le nllte it I vie. E: nos course s os courses B aduoiit I'6piderme auquel ello
SI*ur imp& is :able souvenir, j' vais auxqu. lies il n'a eu d.jA que trop de T done une souplosse et un ve-
pAnible mnision lJe relide au Doc- pro, el auxquelles il se Iprepar a i lA lout incomparable en lui M-
r Perpignan Laf.,nltar.t, bruiquemr-n, pr. 'ire unle part plus grande encore, se muniquant son ddlicieux par-
por! par une allection cardiaqu-, un rC.-seitirront tgalement du vide qu'il fum Elle conserve l'aclat et la fralchenr du teint, car elle est souveraino
rier lt.noignge d'all clion et des- I issue parmi nous.cit centre le hAle, les piqdres d'insectcs et les eruptions de la peao.
AuEi s Membres 11 nt sans bismuth, invisible, ad&
,t curieuse et reuse coincidence! en appren;int li noivelle :te a mort,} ll rnte i n ble, ard
eat encore a moi quest divolu aujour out uIaninemenet .1ecid d~ sa asoci r spLA Icilem t paour les perso-
l, e douloureux wmndat d apporter au dtuil de sa veuve ep!ore, de sea pa oil i vaulent avoir nle lr at
ia tombe du Doctet r Philippe Gra- -renits incnsolables, et m'ont confi s a rochab son parfum d qun vu t ontr faire d'ente
C4sar, qi a gdalement succomb6 & mission de d6poser sur sa tombe cettel rprochable ; son parfum ddlicat, son veloutd ont contribud &P fire do'Uo
drfiillance du coear, I'hommage et couron..e, atteslalion dernie6e de notre la Favorite des Poudres de Toilette.
regr. ts Unonimre de la Soci6tA de communee e.time, tdmoignage irrlusa- A base de Craine Simon,
SHipUique, don't itl tait I'un des ble de nolre profonde admiration, em- E Lprpar4 selon les a r iPl
es fondateurs le plus justemealn bl&me sincbre do nos plus vifs regret.. L s plus scrupuleux de 'h
SQue Madame Veuve Chsar Gracla dai- poss4ede a an certain
lque grande que soit notre r~il- gne accepted leurs respectueuise do- toutes les qualit(s bienfaisantes et pr6servatrices de la Creme Simon ; I
a. quelque familibre que nous lances I est particaliamin mt recominand4 pour la Toilette des enfants et poor les,
l1'4e de la molt, nous ne pouvons Personnellement, si je ne craignais, dames doat la peau est delicate.
!p&cher de Irouver trop loonlu Madame, de toucher uane plaie de vo're Agence Gan4rale et D6p6t pour Haiti
iSfreuse listed qu'elle a ouverteo et er que le temps et la raibon out fer-
obli un iute un iterale ati court- moeeo,d riveiler en vous de doalouoreux A la ncMtrot pole
qui p ase que quand I home e a- isovMiirs, je vous rab pelltrals ue U me- M SONW J7U S LAVILL;
m tert e mystrioe a euooa moire qri voa o*t bleo cbeee. .AS 0 de SrL, 0L
is tero ne dout luro, S t AeC SlflOs qaoj ol r OpSC IN eoalm q9S, f Mqa 4. rEk,9







Gudrison de M. H. LAGARIE
PAP L'ELIXIH D1JPEYROU(X
M. 11curi LAG A I iI, ( te rv I rie !. I w.
fit 1-- 4 4 1. I *I I
a -%a I llf-ia 4 4.

III 844 444,- ii'.i
I I (l ot .1 I-

dl*F4' 1: 44 .4 .4
Ims ,i t 41 .I 4. 4 4

iii, .I1 A I '4. I .z I 44
juI -.a: V1. A I,''Agt
M su l -. J liii Ih41144:1 1,.:14IiI I Il.,0
K UIIk.U kRoux. 4'. Iu & .1P 4-dI -. I
4.flhs 414' ddaa.4 It.Atl ii 1114 11t114 .4 4 I 4I1 .11w
1) Id 1j,
1.-S.rII Iwi,:ijoll I~sz.rie~ c.. I I -4 'i. I
14W. 'it n afdo, ain~in tC.1 xl. I 4
asaamuaii. Le fi-froii dt iiIIi. I. ,. l
Or jicaute lI de Is luberc sa.. .. 1-01 h-aI.- ji 1 Fi 1 f. .
SemVitals chesa Ua ChL. E%%a pbh- Aikiert&,i, a a'-IL-au-1I a-ce


GRAND PRIX


i.:


Cortre, Iastrilitd -


RI( niEde infalillibIt3 poul' 1ts fenmmes
:l~il~~M,' ro wir~,rrrvcs M(~rve~iieux
sueci.s tie 1Ja t obterns. I-)i- rEction ab-
*OIiP. V4Irrie AMl Icle. 'itPall,- Paste
restante

Panamas I...
P.,vr A )m n,.rt pour Dimes, chez
I::i [E SOL ii.i 22, Ru C d-s Fronts-
Forts.
A~ccni rc,., -;-us !1

A ui Ioer par heure
nOUr "Coi:r~ P)n vilpe. pr~mEmnade A
1 eamp i1e A P ? tin -Vill. etc.
S':,dc]es~c-r a1: No 1)r Rue dii Maga-
sin de I'EDat en fa-Pe dP 1I CGlaciere.


Pliarmacie W


Place


Buch


HORS CONCOURSE


Rhum Ba lrbancourt
M-i,' is i'or, Mention honor 01e, lMembre du Jury, Grand
prix, Hors concourse dans to -ttes les Expositions depuis
1881 jusqu'& 1907. ( Ancien et Nouveau Continents)
Madame Veuve BARBANCOURT, seule d6posi-
tairede la marque Rhurn Barbancourt et seule proprie-
taire des formulas qui ont fait obtonir au Rhum Barban-
.court les rn6dailles d'or de toutnis les Expositions, a pris la suite
les affaires de f^u son mari, et se t,%tt a la m6meehalle, sise 7,Rue
des C6sars, a la lisposiLt)n de sa nombreuse clientele,
don't les commands seront ex6cut es avoc le meme soin quo par


le pass.


TANNERIE CONTAIN


ONE PARAI JON


ALE


Port- am-Priipace
CAPA(-T1, 500'FT P5 xUX PAR TO)UR
DES PLAUX C VINGT-QUATRI (24)COULIURS


Vente des chaussures : Ghvrea*-glac6, Verni et cou-
leurs, pour riommoes, DXames et Enfants.
( BovUoTN*, ELASTIQUR wr LacI )
Eu gros et en detail pour toute Ia R6publique


4:1


de la Paix


Excutioi p,'omnt,' e et soigo4e des ordonnances.
Analyses scientifiques et techniques.
Analyses deos inierais d(or, arg3iit, ciiivre et autres m6taux d'apres la
methode amtr litaine ( fire essay ).
Fabricaion d'Eaux gazeuses, s'rop3 et vacitable Kola
Champagne P. 6 la douzaine.

Dr )guerii en gros et en detail


Propiiostair. :


Buch


hapeairr
Q~apekx w


M~dson F. BAWNES.


gri
tot


flAlLLI 01 POUTO-RICO
i.~(A. ELCUME


j A I Tf--E.'IAR,d'ct:rlr Io
F HI--1J f.1.r.1IPEAuX
PLACE GEFFRARD
Salon do Goi !,u c d Louvro
Pour inc' ik cta et poar touts
s5 k. urses.


p


0


Cords 'ouvell e


G. du. PETOKA
143, GRAND'RUE, 143
PC.RT-AU-L> SINCE
CIVuSSUr's EN TOUS GENR8e
3M I)APfT, row.. LA VwI4T
E.: GROS I X T P'AIL.
Elxtc'.iton prompted des
awmqm tidex, tant ici qu'en
Province.
Formes A hommes ; tM.%antes et ra
jonneiles.
Chauss _ir-s tbl dames( Derniircee
Is de Pari' ) et le pIu commode :
Chaubsures pc.ir '3ri fautz conacition-
aaet avec oc., P -a (#.:- .. uies ucnem
4'ane s Ivctic tA t daruci inprooha
bless, A 4'1s prix ravntageux.
Cirages, pAtes et liquides
hvr C k :v..nv u do i.text" ""MOM.


LaManufacturi a toujours m
Grand stock, pour la
os et en detail. de chauol.
us genres pour
HOMMKS, FkyMES, ExNPm,


Lse. rcinau.dai d.sfi comm-
de I'interieuIr pour.'ont 6tre 6 e9il
,ian.:- ;ne sr-nainA A p~u prbs.
,' .-i -t.- '. ')':t.. Fc'ts, 3
PORT AC-'" INC (R A


A L"IELA
Si'j .AI N ,.I.
1E. SI5PE _
42, Rae des Frorns-Fort.
CHAUSbUkHMS *N DkP6T,POUR Ll
Promptitude et soin aur v4
des tant ici iqu' 'wio vinf'e.
CQlausiu..s 'o bame former
fail toujours tout ce qu i yl a
uouveaux. "
Formes aindrtcainea t fra
MeesSeuus ; 616egintes at
Pour les onfants le plusA
Travail sollde ozxcx
lea peau= d *3 prelnz rB.
Assure -',;'. d: ,t-ard ralfal.
=-= --- -
Chez App. Ci
155 Rue R4pablicaine en fat
E. Robelin
Conserves fraiches arrive
" rier vapeur.
* Assortiment complete d'b
oure, par gallon demi
litre.
Vin de Bordeaux : roMog
vinaigres, madbre.
Grand asortiment
rueors.


I


DEMANDEZ
L'Annuaire de L6gis-
lation HaItienne, par *
Etienne 'Mathon, contenant lee lois,
*16crets, contracts, arr6tds de I'n-
n6e 190A, au prix de DEUX
GOURDES, chez M. Verrollot, im-
primour, rue Bonne-foi et Chei M*
gtOnno Mathon, 87, Ruoe d Centre.


I


LW Co Lo F
Tai11eur-MS1'
Donne avis&a a biesl
We quo sa mason No ?
46re uet toujours bits
trietd dmbtoUfs do
veaut6 ppifdarena
3At*llrx 9uIaRir&4 CS
MU M ouL 3Z1
hOw IG


Pharmacien dipl6m6 al!emand
NM. BLOT conserve son d6p6t de Kol1
Rue du Magagin de l'Etat


1 111 -----


*rurrrc~rrr~r __
'----


-v


m


P


195 G1RA'cD'RUE 195
Divig~e par

h. EocirLIw
Au--tw -t.. -Ibrr ',o a Socact'W Philu
Chre~squt ra -. ? rrs'jiiijvrs de P4r41
Vie,, t d reea a choix d6-
totfee d: si lo;1.a.; i -As, chavio.
to, cacr%'.)te prr C tdi-. t R Ka~opma
do pNi:nt'bl. an@r5 ij~ntUl ma.
belle coliecb!. : ue ur.Z owt do casirmir,
Je g:!i'& :u .r~"ti :t do piqs6 do
tCIASt i&'a~A'A
dp' CitaPd t ucmtesrdo no-
Amfkine ur\la o -rni4re pirfstidn.
La ajv, cIqwn .' A do$ Coo-
:U~ues x;.l1 Peb b1044
r". 4VO'e r -#-t I


I


JULIEN FLO
dAncdn 4dvet de la 26' C
d'ouriers d'Arileri (
So tient A la disposition da
pour tons travaux de ,oRnai
JUSTAGS, de REPARATION de
fortF etc etc. A de boones c
Rae ce a i|evoelotion M
Fisa-t-v. de la Chi,*br,. 4 |

NESTOR FEU
L'oxcellent tailleuravantags
connu de touted la RAbpublqle
de rouvrir son atelier Rue
( Rue des Miracles ) No 61. pris
gLe.r Cauvirn,
Sa nombreiuse clierntle
come toujours touto sat
pour les travnux qui lui srog
fi6s.

Francisco DESUI
Fabricant dechau'-s


----` -' '--- --