<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00567
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: March 6, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00567

Full Text
Ann6e, No 582 PORT-AU-PRINCE ( HaIn Samedi, 6 Mars 1909.




SOSO






Arthur Isidore, Csmille N6r6 Numa
A..UMrAT.R OUOTIDIEN RKDACTEUR EN CHE

Abonne1 1ts: DIRECTEUR-FONDATEUR LE NUMRO 15 E TIUMLS
Tna.s Moss. 2.00 Cl6ment Magloire
rtTMENTS UN Mos. 2.20 Les abonnements parent dau i at d iS de chance
ATam Mos b. T 6.00 DIRECTION-RfDACTIATI-ADIST TION moist et ont paybles d'avance
i- nsra NGE...... Taou Moss. *. 8.00 45, R ROw, 45. Le mansorlta ritre i ou non nome re nm

istoire d'a i huit mois aprbs, clata la conspira- croire q le cette communion de sen-
Hiasto re d H a tz tion, dite conspiration Prophlte, et timents, ces alternatives de crainte
qui se manifesta par le meurtre coin- et d'esooir, ces confidences supre-
A LUSAGE DES ADULTES mis sur la personnel d'une de ses fil mes A I'heure ou I'or ne sait si cet
LIVRE II. CRAPITRE XE ls, Madame Manneville Blanfort, tude horizon que I'on interroge, au lieu
IVB il. -A C APITRE 2 A huit heures du soir, d'un coup de d'etre une plage hospitaliere, ne sera
feu tired A travers les persiennes de pas plut6t la mort infamante et mi-
Les Conspirations haltiennes sa maison, dans le but apparent de sarable, A cette Ihere oit les conspi-
faire sortir Geffrard, A qui le mime rateurs marchent au supplice on A la
VI sort dtait reserve par les conjures. gloire. au Capitole o a la Roche Tar-
ouloque, lu president le 4r Cayes, venait dgaliement de s'insur- En 1862, une Insurrection belate p6tienne, on pouvait croire que les
187eut, uen mpai de la m6me ger. aaux Cayes et est rdpiim5e avec vio- emotions de cetto nuit inoubliable
A r6primer A Saint-Marc une On voit que les d6plo-abes 6vne- n. avaient laiss6 dans l'~Ane du general
iratkn do qualques offltciers su- mnta quri eurent lieu A Port-au-Prin- Aired Legcos, qui mdrite qua nous o Mais ceux qt i savaipnt I'histoire,
rt d qulques officer s- ments qui eurent lieu A Port-au-Prin- En 183, conspiration du gnral Geffrard, une empreinte 6ternelle....
Traduits devant un conseil ce le 6 avril 1848 se soot products i L os, qui mite q s Mais ceux qui savajlnt l'hist ire
Traduits devant un consilc
troisd'entre eux, le nomrnes au milieu de ces agitations di Su'. Fvoquions ces dmovantes pag s de ceux qui savaient la valpur que ces
e Sat condamnes A mo t et ex6cut 16s pour permettre de les rattcher le a Un drama tragique se ddrou'ait dans la bouche d'un chef, ceux qui
M mai 1817. uns aux autr Mais 'esprit de con- eana nos plaines... La g raion ac- avaient oc n sion do mnditar sur
u Iri s id8o et7.p uns aux autr s. Mais I'esprit de conf- tuelle se souvient-ellj d'AimS Legroi? cette raison d Etat, sa entrailes et
Slgr la sdv6ritd de cette rdpres- piration dtait tei qu'on ne sait ai-cete reason d Etat, trail t
a saitatosn d et pas pirto Btait telflqu'on nosaretis vri (,:3t hommm, ufle nuit, dtait alli trou- gans c(eir, cpiix-li W,'ftaient gutre
1n l d d agitations ne tardbrent pas Imnnt san prfoiiles insurrections qui ver le g6ndral G.-ffrard. I! lui avait raasurbs en apprenant un soir que le
i / dans le Norp, lesqu sles' cla!' ent a cette 6poquedtaient iiid- dit Venez avec toi; la rdvolation gndral Aims Le-ros, c~dant a une
et Soulouque A fiire one four- pendantes les unes des antres oi si est pr6te. Vous serez no're chef. Le malheureuse inspir;4tion, avait clan-
ars ce department. Lorsque, en parfois elles r.-levraent d'une co:n- general Geffrard avait suivi cet h0om- destinemerit (quitt la (:apitale. U'n ar-
817, il reloarta A Port-au- muse direction. a ( AS
tbro 1847, i reoourna & Port-au-. munte direction. me qui venait ainsi ai phii de si vie rWtl, portant cP fait A la connaissance
,'1 trouva, dit n 4crivain, Soulouq'e, A partir de son empire, Soulouque ne baliiait pis en ces dii public, l npoetait immddiatement
sprits fort agit6s. De tous c6tds, aut une paix relative; mais lea docu- sorts de chooses, lui apporter le h -rs la loi et orJonnait de lui courier
unspirait ouvertement. a ments me m nqient pour ddoom- pouvoir. ss.
otbat de choses appela Iatten- brer cepandent les movements in- I's s'6taie.t emnbiri ies sur i ',l;f n ,dinm..:cl.-. L'irfortund
d" president sur David-Troy qui, surrectionnels qui ont pu 6clter sous petit cannot, renouvelant I'exemrld lei- I' a, ikt -t I mal che. Linfortund
mt de d6plorab!es suggestions, le regime imperial; its ont dut toute- torque de C6sar. Aux Gonalves, catlarivait 1' ssalmes. commandait d
tau commencement de 1818. fois se fAire assez aares pour que sans homine avait apaaii le diflult baltre ia r 6,rni. dl tirer le canon
macher dans une conspiration b au:oupde lacune,nous poiisions les avait calm6 les impati-.n es, temper daare. s atori s'emprssaet
lae le g4nral Similien. laisser de c6te. les inqui4tulii... Cet hommi ava e se rendre A tous ses dsrs.
0W6onc par ce dernipr. D vid II s'en fUut nanmoins de beaucoup tenu loyalemnit tou'es ses promcns- Lui, tonnd d, son facile suc-
rut arr6td. Des perqiuisitions fai- que I'e.prit public dbsarmAt, so.is la ses... Plus qua persnne, ii av.it aidd ce. ordonne de marcher sur la Pe-
eitu lui r6v6!6rent des armes et compression 'di regime de Soulou- A 1'dAloiioa da uaovdl odrre de cho-' tite-Riviere. Arrive en ce lieu, le mal-
Mualtions en qua-titd. 0.1 fl que. e.. D'un b3ut a I'au re, dcrit ses; plui que perso.ne, il avait con heureux g.n.ral tire de sa poche
lr6talage des preuves accablan- Fr6ddric M trcelin, le pays conspirait. tribud A I'61dvation du Prdsiaent Gef- I'acte qui resume ses griefs contre
6ttient A la charg- de I'ancien On conspitait sans se voir ni s'enten- frard. Administration de Gptf ard et convie
q, que se amis eux-mi6res drd. II tait evident, qu'au premier a On pouvait croire q 'il existait ses complices A lui donner leur adh&e
at le d6fedre. Jug6 parun coop de fusil lir que que part, la R6- entire ces deux homes les liens in- son.
I P guerre etcondamne A mort publiqu entire, comme on vas'e dissolubles, que les m6mns pd6ils tra- a Un cri unanime de: Vive Geffrard '
7liDy fut ftaille quelqsea memai- 6cho, r6pondrait. verse ensemble et haureusement lui r6pond Aime Legros comprend
K*' Ce signal fut donned aux Gonal ies le franchise, font naltre g ineralement. alors le pie;e. It veut fair. Un des
wril 1t88; Bclata & Aq~tlna 22 d4cembre 1853 par G3ffrard, aid6 O pouvait croire qui'il existait, du conjures lui lance une pierre. II tom-
-d'armes du colonel Loui Jac- d'Aime Legros. c6t6 du Geudral Getfrard, un souve- be. On s'empare de lui. il est garott6
tdau g4ndral Saint-Suriq Pyr- Comp'ons done, pour Soulouque, nir reconnaissant pour I hImme qui et maintenant la prison ne lAchera
to abstraction faite des movements peu lui avait dit ces mots solemne s : Ve- se proie que devant 1 peloton d'ex6-
Stpeine r6primo e que les important qui eurent lieu & partir de ezr, on uoVs atteni cation a
d Sad Sl e soulevrCenat ous I'6tablisseme .t de I'empire : I'insu- c On pouvait croire que cette tra-1 AUGUSTE MAGLOIRE.
S.wa4 commandant d'arron- reaction di Saint-Mrrc, 1; cell devers6edePort-au-Prince aux Gonai-1
C de Cays. Soalouquo dot David-Troy, ; cell di Sal, 3; et ves, la nill, en cannot, au seuil d'une --'
RJ. o ne por tenter d'apal celle dou OS dr u~mbre 1858, 4. entreprise bien hasardeuse, au mo- L'Admlnistration du MATIN in-
tox, avec d'autant plus Gofmrard r1astallo la R4publique, ment oa I'o allait interroger le D-s- iormp e3 bo3nL6s qu'ls no dovent
ao Jeae-Claude P aven coimme che, to 1l jaovier tin mystrieux, quand chaque here ieon payer, ab r nnernent Cou ats o,
qon oontre rec? tipritn6s ot por-
.tOloa de P*t*Sa- 18'9. peout tre qol sonnait marquait I'6ter- tant te tamore da journal.
0 *tdela plWas des Loe Siptembre do 1a m6me sande, nite pour e vyoyageurs, on pouvait L'Administrateur,- Arthur ISIDOZE.










WVtTVtO P.O LOOT 07 VS
C.3 bsocsr-rva )ir-


DIT
SOIINAIRE COLLEGE S-.-NARTIAL


courtois forent pronncEs par les Mrs Si-
mon, Augustin, Marcelin au nom de la
bonne entente existant actuetlement entire
tous, surtout entre haitient et 6tranuers. -
On s'cst spare vers les deux heures do
martin, apres quelques tours de raise, en-
chantc, heureux de tant de franche cordia-
lite. SNOLI
Scciets Frangaise de Secours
Muluels e de Bienfaisance


--- Messieurs les Societaires sont convoques
VENDRED.I MARS 1909 en Assemb'ee G-nErale, le 'Dimancbe, 7
Barometre A midi 762, "/'o Mars, 1i 9 1/2 here du mating, conform*-
t I r meat aux art : 63 et 64 des Statuts, pour
Texnaprature ninif uin 20 2 entendre :
(maximum 3 ,8 La lecture du rapport annual du President
4 a du Tretsorier.
Moyenne diurne de la temperature 26 ,3 MM. les Membres B:enfaiteu1s t hono-
Ciel assez clair dans la journee et pres- raires et Messieurs les m decins soat
que couvert depuis 6 h. du sit. pri6s d'assister A ceite reunion qui aura
Brise de mer rEgaller- assez forte. Gouttes lieu dans la salle des Fetes de 1'Asile, date
de pluie A 9 h. so m. du soir et encore Salle March md, et donaeront, en hono-
ce martin. rant la SocietE de leur presence, une non-
Baromktre en hausse lente. velle preuve de leur sympathie.
Agitation microsismique pendant la a .
journe. Le Prdsident de la Societ,
J. SCHERER: F. CHAIEZ
Prochaine F6'e Visite Pr6sidentielle
Nous rapelons q e c'est mirdi 9 Mirs Son Excellence le PrEsident de la REpu-
courant quaura lieu a I'H6tel B-llcvue, blique continue A vdrifier de visu tous les
le grand concert d'adieu offer par Mile rouages des diffirents services publics, et
se mo1tre particuliarement actencif aux
de Montenegro avec le concours de quel- cse monre particulrem en ae tif on
ques artistes haitiens. chses qui concernent 1'nseignement.
Le programme, des plus allech nts, plai- Her martin, Sn Excellence a visited le
ra aux goiuts les plus deicas ct les Ius Lyc^e National de Port-au Prince. Son Ex-
drafficiles. L'orgenisation de create fee rE cellence s'est donn la peine de passer de
pond dfficiles. Lorganisaon succde cettes. classes en classes, pricWdcde la banniere et
Les cartes snt prsonnlls seront drapeau de l'Etab!issement port devant
venducs as prix de deux gourdes. Noes lei par deux .,eves de philosophic. Elle a
completerons les details lundi prochain. vu galement le vieux local qui apr6s avoir
Stepro de st logues anndes, le sanctuaire ou
Bonne note a la Police se format c'esprit de nos jeunes gEndrations
Les nouveaux inspecteurs ont mis la est encore utile, A cause do chiffre elevi
main sur un important dep6: d'objets voles, dle lfiectif de notre premier etablissement
scolatre, et abrite deux ou tron s tltes
fait A la rue des miracles,par une bande de scolaire, ct abrite deu on trois petite
voleurs qui faith rappeler celle d'Ali-Baba. classes qua y sont, i est vra, on ne peat
II y a toutcs soices d'artrcles qu'on pent i'!us mal logees. Le Directeur du Lycee a
rEclamer au B-reau Central en 6:ablissant tttire attention de Son Excellence sur
ses droits de proprit-i. tat lamentable de ces vieux batiments
Compliments aux G6nEranx Chdry Au- JelabrEs.
gustin, St Lot et A leurs acLif auxiliaires Ensuite, Mr lc Prsident de la Repub'i-
qui ont inaugure leur passage a la Police que a et6 re;u dans le salon particulier du
par no beau coup de filtt. )irecteur du Lycee. Les Ministres Renaud
e r I lyppolite et Murat Claude, Mr Edmond
SLes Hirondelle ; Sylvain, Ulysse Simon, le Gal Argant,
Cette jolie valse de excellent pianiste Commandant de l'Arrondissement de Port-
Toureau Lechaud vient d'etre 6dit6e par .,*-Price, Mr Cyrille Liautaud, maire de
s soinsde 'Fernnd Frangel. Cest sur otau-Prnce, Ctaent c6: de lui.
la demand de tos ceux qi ont pu ap- Des toasts ont Ctd ports et le personnel
pricier le charme de cette gracieuse comn- e Lyc6e ar c pr"sen A Son Excellence.
position que Lechaud a lavre a pub'.ic les LeIne Pressoir, 66ve de philosophic a
position que Lechud u pub resstcomplimentde ienvenue
Iirondelles. C est done un succL certain a res e compliment de ienvene
don't nous felicitons I'auteur. resident .
dt tnsnonai. ePuis Son Excellence s'est retiree laissant
Carnet mondain out le monde sous le charme de sa bien-
Mr CharlyGaetgens offrait hiersoir,en son v.illance attirante.
chalet, un souper de trente couverts en Arpenteurs-G6om6trse
I'honneur de ses amis Uiysse et Antoinitr Le Conseil principal d'Administration
Simon qui parent demain pour les Cayes. 1 I.. Crporrton a t r aat-hier
Les convives de marque du jeune ChAtelain .at*n par Ic Ministre de- I'ln:rieur.
de Pe-de-Chose furent Mr ct Mme Daniel Riception cordia'e.
Luders, Mr et Mme Huneck, Mr et Mme Le pr-sident do Conseil, Me An. D.
Robert Kesseler, Mr et Mme Duncombe cr, a el Ministre t
Mr etMme Hayebrand, Mr t Mme Henry poursuit E vre et lui a pr6sent6 I Con
Rouzier.- Mrs Augustin jeune, chtt de sillers :
cabinet do Pr6sident de la REpublique, A. M. Anion, .ex-riatside d C.om
J .Marcelin, secritaire du Conseil, DEputE, Horelle Haspil, trdsorser, Ludcrs Moise,
Pierre-Paul, Aug. Gaetgens, Em. Jeagcer, Bruno, a dminiirateur p.rticulier d l
Pinckcomb, F. Faccon, Gerlach,C. U. section t ahniqe do l aCorpo -aioxn.
ma, L. St. Remy, iCator,s u : S R y, Le Ministre de 'Iotrnear a promis toot
FE'iz St Victor, Louis Dcoste. sn concourse A Is Corporation en lui adres-
me meno exdcut6 par la mason Cave de ds tt des compliment poor les boes in
codax fat d s plus exquas ct des mieuicux itions don't elle esmt anie.
choists Au ch mpsge MrIaetjcns .
an toast p'ein d'fection et emprct de D6part
sicdritDd ano Messieurs Simon et but aussi Eut pati hier soir le steaPner A ta
Ia sante doe leur pere, le Pudidem de la ayant A son bard les pnungrs saivarts
R4dbUquoe. outs speeches aimables t d stintdom doe :


Ihrme : C. Cltri6, Joseph Abis, Vales
Salks, P. J6r6te et enfant C. Marais,
A F. Lestage, Issa B b3une, J. E. Man
sour, Rev. Pascal, Mr et Mme Bouchon.
A. Shama, Levy, Mme Marie Lise Noel,
R. Physeme.
Petit Godve : E. Chassagne, E. Gagne-
ron.
Iague : A. Hack.
New-York : G. Neuda.
Boite aux Lettres
Port-au-Prince, le 6 Mars 1909.
Au Directeur du Matin
Monsieur le Directeur,
Votre numaro d'avant-hier a annonc6 le
a sensationnel process en diffamation que
M. Stephen Archer, Senateur de la Repu-
blique, inacnte aux journaux Impartial et
.Novelliste. 2
Vous avez, invo'ontairement sans dou-
te commis une erreur que je viens
reliever Monsieur Stephen Archer, bena-
neur de la Republique' n'a pas osi nous
inten'er une action en diffamation, pas m&-
me en denonciation calomniense.
C'est une action hybrid qu'il nous in-
tente devant la jurisdiction civile, dins la
pens6e d'obtenir, sans qu'il ait besoin de
s'expliquer, un jvgement reparateur... et
des dommages interets.
Je vous serais bien oblige de publier la
prCsente dans votre No d'aujourd'hui et
vous offre mes civilites empressees.
P. F. FR oRI1QUE
.Avocat
Echo du Pet t-Goave
Petit-GoSve, 4 Mars 19o9.
Un double et sympathique movement
vient de s'operer i Petit-Goave :
Le marriage de Monsieur Fernand Lemai-
re avec Mile Popote et celui de M. Cle-
ment B:rnadotte avec Mile Bigord
Heureux couples, recevez nos meilleurs
vaeux de bonheur.
Par one heureuse coincidence, ces deux
marriages fixes depuis plus de trois mois,
ont en lieu I'un apr6s l'autre.
Done do 3 au 4 courant, la ville entie-
re a fat6 les nouveau epoux conduits aux
pieds de l'autel les premiers, par notre ami
Pllie Lamothe, ex-contr6'eur de la douane
de ce port, Lamothe le bon enfant, don't
:e savoir vivre a so lui garder ici 'de vives
sympathies ; les seconds par I'aimab!e Phi-
lippe Antoi3e, ex-Directeur, don't la cour-
toisie et l'amenite ont fait notoriete.
Ces Messieurs en se depla;ont de la C,-
pitale pour se trouver parmi nous, ont
fait on geste que nous n'oublierons pas.
Et'pour rester en harmonic avec la popu-
lation, ils nous out encore fait I'agreab!e

surprise de nous amener quelqaes musi-
ciens de Port-an-Prince, sous l'hablile di-
rection de l'artiste K6ser si bien connu de
10us.
Suit I'Eglise, soit dans le salons, les
braves jeunes gens se soat surpasses. A eux
aussi nos meilleurs remerciements.
LA oh l'on vit bien, IA est la patrie.
Tels sont les lauriers qu'ont su recolter
nos amis Elie Limothe, et Philippe Antoi-
ne.
Qae Dieu done lear soit en aide et lear
pr6te longue vie.
Rie n na manont6 aux deux ftes : repas
copieux, vis ins, kola, champagne ct
dasies.
C'eut etC une omission regrettable de
ne pas feliciter aussi M. le cur- de II pe-
romse, I'abbE Mandet, ausisr de dea vi-
cares, qui oant bdi ces deau couples avec
pompes et ooction.
leanue. amore.u, fanes otfic asemnet,
ous comptoos sr vous, poor partidpr
aasi & Yo prochal u tM AIoce.
SUM mUTAur. 1


Echo de Jertmai
Les carnivals n'ont pas eu a
leur enthousiasme et lear eutnt
res Nous le regret ton pour
on aime A participer lear f@
Pendant les trois jours, commute o
munement,il semblait que I'on oe
au temps des masques ce, juatqu
de 3 A 4 heures. Ce n'est qu'al
son du tamtam apprenait I'
ce doux moment, et invtait
tits au tourballon des bacca
turns, oj des timids, et daes~
naient comme par enchantemgmLh
vanche sur la convention forcdo
qu'lls ont passee avec la Sociht ,
Ii n'y a pas de philosoph..ph.
pourrait-on dire, surtoot, en
dlbatsde ces pharisiensd'an comnvj
CepenJant, c'est avec plalsi
voyait cette promiscuitY, d 'o l
la joie de vivre, que tons rechC
qui n'est en some que le bat dL
Seukment une chose nons
on a mal A propos chansounndo
Commandant d'Arrondiseme-n
mand Merceron. Son passage
important et delicate fonctioea,
que d'un si fkcond silton, tant su b
port administratifque miltainle, i
refusons le droit, m me a i-
porter sa satire gouaillcuse des
Bacchus.
ribunal de Cassatio
SECTION CIVIL
.Aud n:e du Jeudi 4 Mars tsr
Dix heures et demie do matih, b
bunal prend sicge sons la prksideed
le Vice-President, Ernest Baboho
prononce les arrets suivnts :
Celui qui case et annuek b
ment du Tribunal civil de Port
en date du 8 juin r9o6, read
Veuve Maxim, Sylvain JacqMe
sietrs Auguste Ahrendts,
main; renvoie I'aftaire par de
banal civil de Petit-Gove;
Georges Roumain et Augote
aux depens; 4
Celui qui casse et annule
ment du Triboual civil de P
eu date du 6 Mars 1907,
ment rendu entire les consorts
les consorts Armand ; renv "
au Tribunal civil de Petit-Gol I
damne les consorts Armand xs
Celui qui case et anulr
ment du Tribunal civil des
dace du 23 juillet 19o8 r
sieur William Mic-Giffie et it
Marie Legendre, son eponse;
fire au Tribunal civil de St
Celui qui -rejette le
dame Borgella Severe, nee T4
con-re le jugement do Trib
Port-au-Prince, en date do 4
qui admet la dimande en di
Borgella Severe ;
Le Ministere Pub!ic, Mr EliB
I'aflaire de li dame Suzane
le sieur Francois Paul Leroy
cassation et a l'annulatioo d 1
Pais le Tribunal entend
I'affaire de la dame Veuve
centre Mile Marjory Ward-.t
Mes C. Cdsar et C. BS
dos en leurs observations.
Le Mioistkre Public,
conclut an reject da powrvoi.
La Composition a joar
sons la presidence do lagf
entend i'affaire do siear
centre les con orts St Soii
Mr le jug. Anselme lit a i
Me Valembrun, p u
est entend, ea se
La. co tsissoatiok r
I hukiane. LI s~be M ut rL<


I
I





Tribuon du ATIN


If pblic inp rlil
La smain 6coulbe, a paru dans
dos Ns do ce journal, peut-6tre le
ir done lettre adressee & M.Pierre
er, qe par laquelle I'auteur, sans
dOrque pr ddoonce a Iatten-
e p sblque un myop., un ancient
o vde philosopbie du Lycee P6tion,
Sncen secrdtaire du conseil com-
ds Jacmel, enfla un faussaire.
ertes s'il fallait seulement s arr6-
Cgi igataire Bhonte de cette alga-
ridicule et cousue tout au long
K aeoabrationo foredes d'ane plume
elie, amicale, que sais-je l on
y repoodrait pas. On laisserait tout
omt Ie personage trop enfl6
mo illustre production, courir, ve-
ab Palcinela don't Plaute nous a
t trait, les rues de Jacmel, I1@
o ueiroul6 entire lea doigts,offrant
toot tenant le spectacle prodigieux
Stu de phrases qu'on lui a fait si-
.Alo daos une quietude b6ate, I'an-
commissaire en chef de la Police
ginistrative de Jdcmel, nouveau
te, se prelasser.ajt alsmmor t la
to satisfaction d'avoir pu, la
U chamarr6e de galon jaune mise
e o6t6, arrachde plut6t, montrer le
r d'occuper une place dans une
laure locale et circonscrite.
Mais il est bon, ma foi mAne L 6,Oes
'ie, tant donn6 la mentality Ce no-
milieu, de d6truire dans I'opinion
blique certaines impressions en si
tl aux ignorants (sens propre,
t) le errements faux et detesta-
Sde tels fanfarons
M| par ce sentiment, en la circons-
Ace tris lgitime, je veux presenter
Stecteur, I'auteur de ce:te lettre
uun esprit particulier de malveil-
ance et de vagabondage a pu lui
icter.
Je veux, en effect, vous presenter ce
ompos absolu d'instincts debraill6s
pervers, tournant facitemcnt avec Ie
eat, vous montrer les molecules dis
oles; pourtant redoutables de ce re-
ai amorphe -et c'est bien le term,
rotre bonhomme na, some
te, en lui rien qui vaut,--afin de
i r opinionn sur le compete du malap-
Soa cerveau malade, flvreus -ment,
Squte de perfldie, a invent de
t piece, cet intense bavardage qu'il
countt &i un autre miserable pour le
vomir sous forme de lettre.
Je a'eotends pas etre long aussi je
Sm'arr6terai pas aux details, car,
peu de mots,vous verrez dans toute
hideuse nudity l'amas ambro4ien
llant devaut vous, trop macabre-
4laJ, pour retenir longtemps vos
...
Croyez-l, en toute sinc6ritO, cher
r, I'individu vise danta a lettre
question, n'a jamais eu a ecrire de
lique et encore moins la letre
t parls le menteur audacieux, en
Sr do Ia dame Iermise Sylvestre.
svous, d rpste, qu'il aurait sn-
Ia n6eessit6 di couvrir son nom
4 it siit dja le dialogue tenu en-
Sdas et ai, quand il sait qu'il
K. daas la crainte de perdre cette
k ti1 fortune, s tfair servir d'avance
prig do rdaction 1.. une goutde..
lonas o'est no peu trop d audace.
Srf ce p.ont qua1 eal y auralt- I
s mme clquanto eatimes ?


N'est-ce pas pensez-vous,- je m'a-' Comment concilier ces deux expres- PANAMA 2.- On assur e les Republi-
dresse surtout a vous jacmdliens, qui sins a un faussaire, a une fripouille, qus de Guat6mala, San-Salvador et Hon-
connaissez bien les dessous W'est- qui ne merite meme pas l'honneur duras oat atuaque le Nicaragua. Ce der-
ce pas plus honorable que le fait d'a- qu'on lui crache au visage; vous 6cri- nier pays fait des prparatifs pour repous-
voir souffert le contact impudique, v. z: a Rbpondant A votre honor6e I a ser cette invasion.
immoral d'une soutane ? Out, quell C'est inseis6, c'.-t inconvenant. (a ROME 2.- Le pape Pie X qui tait ma-
chaleur et quelle ambiance aussi d'en- rappelle uin peu ces vieux parasites 1lde va beaucoup mieux aoourd'hui ; il a
cens. de fumde #t de parfum stabachi-, litteraires v.vant dls bribes de phra- iravailli pendant plusicurs heures dans sa
quest! Celui qui a eu la lchet6, je ses tombees des Iv, es de voisin, les bibliothique et ses m6decins disent qu'il
redis le mot, car c'en est une, de se articulant et les deiivant sans en ap- Sera comp!ktement retabli dans quelques
mettre sous les jupons d'isermise, profondir le sens. ours.
n'avait-il pas pens6 mieux fair que Qui ne connait ct tti hisioire: a Qui NEW-YORK 2.- La troisime escadre de
de o'exposer, apr6s ce contact dontje a faith cela ? C'est mi ... l'Atlantique quitter aujourd'hui les Etats-
parle, sous d'autres jupons, A des Quand on a 6crit i quelqu'un : a R6- Unis pour une excursion dans les Antilles
echapp6es lentes et gluantes de quel- pondant a votre honored a on ne peut Sa premiere scale sera Guantanamo.
que filtration pendant le trajet prdci- plus lui dire : a Je vous salue, tout Le cuirassi Ohio a gagn6 le prix of:
pite du grand carre de mur A la mai- court. et pa le miistere de la marine, pnx qui
son ? Celut-lA n'a t-il pas mieux fait Je ne m'occupe plus de vous. j devait atre atribue au navire qui pendant
que de coosentir a vendre sa cons- vons mAprise quoi que vous puissiez le tour du monde, effect -par 'escadre
science, B mentir au prejudice du titu- dire ou Acrire. Je ne puis pas fair am ricaine, aurait consomme le mons
laire, en briguant la charge de comr- les fraia d'une poldmique. NT- et de charbon.- Le ns des
missaire en chef de la police, A trotter Attrape ca pour ta gourverne. SaINT-ETERSBOURG 2.- Le mnisre des
apr6s des canons pendant les alec- L. V H affairs trangeres a tel6graphti au Gouver-
tions officielles de l'annee dernibre, L .. nement Serbe pour lui conseiller de renon-
pour so bombarder plus tard du beau Ce 3 Mars 190 ctr A demander A 1 'utriche une compen-
titre d'homme de principles ? N'a t-il station territorial et d'attendre avec pa-
pas mieux fait que le signataire de la CONSTANCR, PERSkVERANCE, tience les decisions que prendront les Puis-
iettre, qui, nomme commissaire de sances sigaataires du traiti de Berlin.
police, s'est laisse froidement avilir La Russie ayant. une grande influence
par le savage qui, sous le gouverne- sur 1.- Srrbie, qui compete sur 1'empire
ment ddchu, 6tait place a la tlee de moscovite pour aiderr en cas de guerre.
notis aironrlAisement. on croi: que les conseils du Gouvernement
hf'a t-il pas mieux fait que cetui qui Russe seront ecoutis t calmeront les es-
a conspire contre son bienfaiteur, le prits des conseillers exists du Roi Pierre
gdn6ral BIn-r ouet, qui le couvrait de Cie des Pompiers Libres surou son s le belliqueux prince
to'ire sa sollicitude et de sa plus haute, Gorges.
protection ? Et pourquoi vous i:nagi- Los pompiers libres sont convoqHGes
nez.vous, cette conduite traitrause ?- en assembles g6ndrale ordinaire, le PHOTOGRAPHIE
I'ambition de quelques dollars peu' le Dimanche 7 du courant A 8 41-2 heures JH M DUPLESSY
dire... du matin. Cette reunion reglementaire M DUPL
N'a t-il pas mieux fait, notre lAche, qui devait avoir lieu le ler. Ddcembre Grand atelier de luxe
quo ce malotru petri de m6chancet6, 1908 avait 6t0 ajournde par rapport
quis'enallait, apr6sl'assassi atde Md- aux derniers 6vdnements. 120 RUE DU C(NTRE
sena t dae meutort, a dqirualie tou eu Voici I'ordre du jour de la seance : Travaux d, toutes sorts et de
que le monstre redoutait : J'ai ic u o. Sanction dn procis-verbal de la toutes grandeur.
I ordre former de vous arreter, sauvez- derniere tenue ordinaire de l'assem- lieproductio ns-Agrandisseients
vous pour n'etre pas vu dans les rues blee gdenrale;
par mes agents. I 2j. Rapport de la commission char- Av
N'a t-il pas fait miux que le vil gde de contr6ler les operations de la AVIS
commissaire de po ice qui aurait ete caisse de la Compagnie pour la pdriode Buss et l1ugy louer par houre
menace du chien noude pour des de Decembre 1907 au 30 Novembre poucll, n ad
peaux de cabris qu'il avait arbitraire- 1908. lao campaurse Pei tion VIle. etc.
ment enleves d'un p uvre camp 30.apor de la commission char- S'adcesser au No 156 lue du Maga-
gnard et poir d-es b iq-is usdes-- no- ge d'insrecter le matcilel; sin de I'Elat en face de la Claciere.
tez le bien des briques volees des Rappo du mmandant
tombes de notre D cropole qu'il a- p t ...
vait achetes la faveur de la Ia'e 5o. D -positions g4n6ea!es. Avis coillinereial
clartd qui tombe des 6toiles ? Port-au Prince, le 3 Mars 190 ).
N'a t-il pas mietx fait que ce sou-
dard qui se deguisait ous les soirs Le Comrmandant, J'ai Ihioincur daviser le public et
sons un grand chapeau de paille, et' L. IfHI:ART. le omjiiuce qu'a i ii de cette late,
alors seulement qu 'dcho du mur- c Monsieur ITlImi.stocle lafonlaut entire
m -re plaintif ou du bruit tumultucut comme adsoci.; (Jais int tn ison don't
des iots nous arrivent bien loin, sans 6tel Bellevue la ,aison social rest la meme.
peine, a'lait se b!ottir derriere nos e mipux situd, le plus con J mrel, le lr Mars 1909.
portes, percent nos serrures de sea fortable.- Champ-de-Mars EHNEST |ELLANDE
regards inquisiteurs ? ('iisine renommAe.- Vue sur la mpr -_-,- -- -
N'a I-il pas mieux fait que ce re-
musut amorphe qui, a la suite de la A vendre
debacle de Janvier 1908, a accept, de
*'attes'atio i d'un nornmm Petit-homme Une table de billardavecaccessoires,
dun certain grant, une jument de ensemble un comptoir et des Atageres
M6riier ? j le tout construct en bois d'acajou.
Oh! je n'en fluirais pas bon lecteur, S'adresser a Jacmel. rue de la P.-
s'il me fall it continue cette lItanie Dern6res D p 6ches titeBalterie, Monsieur Edmond M4gie.
peu chaste des forfaits de cet ancient -
commissaire de police. i i r adam ve Vve A. de Pommayrac in-
Tout y est v.ai, xvCt eI PAS a Les grants froids qui regnent terdit et met opposition a toute publi-
C'est un lche double d'un archi sot. en France ont crus de nomhreux dces. cation sur des journaux ouautrement
Car, quand je lui aurai dem and", par C'est surtout dans le midi et particu re-. des pies cri:es par son mari
lettre, s'il extend parler de moi e son ment sor la c6:e d'Azir q ie le froid s'est Monsionr A. de Pommayrac, au risque
amIas d'insanites pub'ie le 27 du mois fant le plus sentir. Plusieurs maires des vil- tr couul eendrait cet avis
cou16, ii me repondra toujoors aflr- les eprouvtes ont du prendre des measures pore oursul qi en jtiendra Me A. d
mat combien ii est bete. Cette fois- poor secorr les gcns du people. Poammayrac prend cette measure a
ci il avait cru poovoir falre seul. c'6- L'ambassadeur tramnic, M. Cmbon, a cause de la disparition du rmanuscit
tait si court, Repondant a voire ts les jours de lonques confrencs avec d oe uvres de son maii.
!osr e0, etc. et pour flnir: Je rey crJacmel, Mars 1909.
IvoUS salue.s




GRAND PRIX 1ORS CONCOURSE

Rhum Barbancourt
M6dailles d'or, Mention honorable, Membre du Jury, Orand
prix, Hors oonoours dans toutes los a positions depuis
1881 j usqu'd 1907. ( Anoten et Nouveau Continents )
Madame Veuve BARBANCOURT, seule d6poi-
taire de la marque Rhum Barbancourt et soule propri6
taire des formiles qni ont fait obtenir au Rhum Barbaln-
court les m6dailles d'or de toutes les Expositions, a pris la suite
les affaires de feu son mari, et s tient a la m6me halle, sise 7, Rue
des C6sars, a la disposition de sa nombreuse clientele,
dent les commands seront ex6cut6es arec le m6me soin quo par
le pass.
IJI


A L'LEGANCE

OORDONNERIE

42. Rue des Fronts-Forts.
CHAUSSURuS N DtP6T,POUR LA VZNTW
Promptitude et soin aux comman-
dos taut ici qu'en province.
Chaussures de Dame former et tra-
vail toujours tout ce qu'il y a de plus
nouveaux.
Formes americaiue et franoaise pour
Messieurs ; Aelgantes et commodes
Pour les enfants le plus F'aise.
Travail soUde ex6cut6 avec
des peaux de premierAmarque
Assurance de grand rabais.
PAtes, Ciraaos At .iqcuitr s

DEMANDEZ
L'Annuaire de Lfgis-
lation Haltienne, par Me
Etienne 'Mathon, contenant les lois,


decrets, contracts, arrteds de
n6e 190%, au prix de
GOURDES, chez M. Vei
primeur, rue Bonne-foi el
Etienne Mathon, 87, Rue du


IlAn-


e DEUX
rrollot, im-
t Chez M'
Centre.


Gu6rison do 3" 'I*LAMBERT
efeingle de tuberculose pulmoneWe
PRI L'ELIXIR DUPEYROUX
Wl CUodine LAIIIIIT,(I qtie reptreseto I& plhnte-
VfftuV i-couirO, cct it-e A ury, prca d'Autus
[516t-IVDir) ci oiteb iLutC. pre11 de (Charm
-(*' t lirc- et Loir). Ku
avril qwufi, elle eat des
sang abomadanti et
relvetf. En juin de
Ia aalic4me atnnC, die
fit obligi-o do garden
Ie it car ctle aia t tl-
lceneni taible qu'ele
i~e potvamit plus VaI
etCer. Trots mdeCia!.
Sappeics aIsraitittirms
*at& & rtiuliats ; 601
one onsulis p we-
A' eCpodaum 41sa
mcoca a I USSmom
I raitOOWUS tIsj1
~YSRto0gm~ vier=7. S31.w
a tulm tlI &i a sLw 5 d qu l pt &
6u0mmat~sio a' ,risu leas do I Doime lI
Iuat u- d doozi be
dempan V1 Ouperiur dws twoz GOMM 19(r
town In o~ejlI~uee
1:pVId. am ,- we I
PeIU PI(IMI orMrs intercoaalOa, ~'*yalita
i awes appi me dagwr..tie row at O mlomdo
rPw Us .ww JO lUl .omelltai de Ctabmsewm
"Tw&I & bowe d'MJCLJM DU1PTU@UZML
9- $aOpile daloin Op101UmdeI m mdfS-9
I an dams 10" beso don
F~Jir lIaa i? I)UPEYIIOUI.
I ad S e 600 dIo "e d
6111101 d ) r p~I ~ ee
s.am FAiv b. .us


Chapeaux I
Chapeaux 1


Chapeaux I I


PAILLI 91 PORTO-RICS
ACCOUREZ c Uz

JOSE SAN MILLAN
Le coiffeur artiste, qui vient avec I
ooucours d'un chapelier remarquable
M. JAihM TESTAR, d'installer un
FABRIQUE DI CHAPKAUX
PLACE GEFFRARD
Sal do Comeur we LowW
Pour tous les ;oftt et pour tcate
Is boarses.


b


Francisco DESUSE
Fabricant de ohaussur-o
La Manufacture a toujours en d6p6'
in grand stock, pour la vente et
gros et en detail, de chaussureoe i
ous genres pour
HoMMxa, FzMMUs, ENrIArs
Les commandos des commorgant
te l'interieur pourront 6tre "exdcutda
plans une somaine A pea pri.
23, Rue des Fronts-Forts, '3
PORT-A-PUNCR ( eArM )


Cordonnerioe Nouvele

B B. PETOIA
I 48,?GRLND'RU3. 143
PORT-AU-PI.ING
Cwussgam s w TOUS om
34.0?, PfoU FM LA w
M 6306 WI DftAIL.
.ou,@a pY@Ptu~ 666
ooinr~aadiSl -teat i~bqu'mL


PFr@vlmom


Forms homames ; dpmto et rw
4ornaodlb.
(~auusros*a do daum ( Dwwl ow
to 40 Pdrd ) st is P-- -- apo
ass-atm P0-Qw --mw 16!-C8we
I&M awoe ois Pmma & o igslin uu
mo uiloom eat dur6 indr~ hae
mas, & ad" prix avastauesa.
O1Sgm, pat" t uqmw
P-m dom too*@ Imu


M" C. L. Verret
Taillour-Marohand
Donne avis A& a bienveillante clien-
tWle quoae mason No 7, Rue Traver-
sibre get toujours bion pourlu d'uno
vari6t d'6toffee de Ia haute ono-
veautM pariine.
QuA Un SuwPnauru. CouPrs I88LAGA
TRAVAIL moiao. ExECUTIOm PROmPm -
Pri t ridits I


a


Tibbre Z6phirln Bell
Fabricant de ohaussures
Rue Tiremasse, facade Nord de
aPlacede la Croix-des-Bossales.
SPFCIALITE :
PANTOUFLES MU tLES


Malson F. DRUNKS.
is& GRAINWEUKI%
D~irig par
L HODELIE
Sad"ON&@ a isoU. a"idPUWI.-
hre dos mdbo IlUs k8do Pris
Tlatd0o remlir an grad M choei 4
tfeke diagomal, cAsimir alpaca, heyl.
Wosup. de ew,,ir,
deo gilotsdoeaftaied t as iqu 4b
touto bout4.
Spkolallti do O6tums dono-
@66.- CAoupe.Frazw!=AvmhgahOM
cdkt 4b 1 MdL1~
Ainkm~aedo i jlbals
La amCo R clhotmu
ture mlitariorshautbeit broai
oImaAM -uaue i, h abits Gar
rvi a" gte, %s 6as rade


poor utom travauxde o- a ,
enarA d su* M To.i 4isI
forts etc. etc. a-d* bones
Rue d la R[a ola

weat. .. fti.. IFE

L'excellent tadneQflva $M |
connu de toue tas R.4po
de rouvrir OO. te ier'IU
( R deo Mirclar )No 61
Lteer Cauvin,
SSa nombreose olionitmle
comme toojours toate
pour les travaux qel lui
8l4eB ".,
ILtjH


H O- BELLE VU

PlMow d Clrir^kpd e-N>
PORT.AU-PRINCU (HAITI)
Mm. Hermanee ALFRED, dir tricee'
APPARTMKINTS POUR rAM LL .
DIN MS-L WOUS. .. :


IlPloml US4doflw Noseuw.
dgwe ot rdwma0. Los dmu2
PROPRItY* SPA8icums8 SPOUUA"S 0U DER ON,
PROMNADUS JARDINS
ZEws do ri mm.8m&.mqm a

Table d'HbtI -@- asG "
dIs 7 A8 h eiv a L)b W


lw


I


PAIPAZATIOK DS Pu IRAW SeL RVINT-OATM (1)


Vents don oh ausures a llw.10 1
tours, pour zomugs, Demos et 3owsab .

1w pr eoet an po.wr;,~ il


I -


I I r I I~ '


I --


I


I


ceao iapp.'i
f5"5 am Rw~u

Coaowrvm 4~rc u6~
coer vapour.
AssorUment moe Aa
poreprgallo
Vin do .BoB~rdo ; moap
vimrs, u r
Grand aortmoor oomph
quours.

DE
Ig Cir es IMIU
Notaim pblv N
.59 Rds di Port, IS. f'r


p


11


-


I


I


I


TAINEME COIITIWTI
Du
Port-au-Priue -
CAPAt WUPESfAUX PAR JOUR


I


1'
~c-~P