<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00555
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: February 20, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00555

Full Text


Dziq bme Anne, He570


PORT-*U-PRINCE ( HiAM


Samedi, 20 F6vrier 1909.


Arthur Isidore,


ADMINISTMT3UR


ji


J


Camille N6r6 Nnma


OUOTIDIEN


Abonnoments: DIRECTEUR-FONDATEUR LE NUMIRO CEINTm IS
pot-AU.PRiN 1 T m.. c. 2.00o Cl6ment Magloire
ARTIEMUTS U Moss. 2.20 Les alonnemenu parent due i et du x$ de chaqee
Tas Mos 6 .00 DIRECTION-RUDACTION-ADMINISTRATION mois et sont payables d'avacs
tTRANGeR...... TaI MOs. 8.00 45P, sx 0o4v, 45. L. a.urtl lMmrf. ou non m"reel resi

H istoire aitins releva ent, Iur invent ie,
H istotre d'lH aztitades stoik ide cent et de cent inm-
quante mille dollars ? otl apres vingt
A L'USAGE DES ADULTES ans de travail bonnete, ils s retsil-
raient des affaires, soit en liquilant, RENSEIGNZ3Nr;l4-S8
CHAPITRE XTV soit en passant A d autres la suite des M T R0 GQ
af dires ? ,M TEOlROLOGIQU 8e
-- LA commerce d'importation et C b13o va oire
Do 1804 & nos jours, nous avons Notre agriculture s'en va; combien d'exportation, continue Stenio Vincent
puis4, de la facon que nous avons reste-t-il de ces florissants domaines que la nationality d's patents &dilitiSit DALLGS-MATIA
us, dix-neuf Chefs d'Etat; nous en legu6s par I'ancienne colonisation et pleineinent, est allemand. franc iu., S,'l N IR V COLLGE St-IARTlAL
Dmmes au vingtibme. don't, jusque vers le milieu de ce sie- anglais, ameiicain et syrien.De vaglVes VEnLi 1 Fvi
Eor4capitultut nos e6vnements,nous cle, il restait encore quelques vestiges comiuercants haitiens se trouvent VENDUED 19 IFVRIER 1909
ouvons que, sur ces dix-neufChefs dans le payi ? meles a cette sauce cos nopolite Barom&tre i midi 765, */*o
Etat, quatre sont morts au pouvoir, Notre industrie s'en va; il est certain une sauce blanche comme deux ou nim
n seul en est descendu apres I'&- que les a connaissances d'art et me- trois grains de poivre qui y serai 'nt Temp6rature minim I
iAance de son mandate ; quato'z-3 en tiers et I habilet4 manuelle a, ont tombds par megarde...maximum 32 ,6
)nt sortis par la vote r6volution- beaucoup diminud dans le people, La bmnque est allemande. LI, Moyenne diurne de la temperature 25 ,2
sire. fate de direc:io appropriate. D#jA du commis de banquet sont allemands. C-el fortement embrum., presque sans
Dins quel 6tat cette stupid log:que temps de Boyer, Bonnet hvait p1 ecri- Voili I nuage Vent de terre, frt toute la journey.
itolutionnaire a-t-elle rdit la soci6- re: a La charpente n'avait plus ce de- I1 importe qie rtous r-cherchions nuage. Vent de there fe. toute i jr
Shaitienne ? C'est ce que nous di- gre de solidity et de duree qu'on re- les vdritables responsabl s dun t CRelBR
mns au moment opportun. marquait dans les constructions an- dp*4ris-evnent et a'une tell ruiie j. SHERR.
Cependant, des maintenant nou- ci-nnes; I'ebenisterip, la carrosserie, social. FI ianqailles
ouvous fair une rcmarque, c'est que nos ouvriers confectionnaient si Je sais que la grand le m jorit des Nous apprenons les finiqilles de Mile
us, -le poi',t de vue poli'ique 6cart6, bien autrefois n'dtaient plus a Port- Hailns istj. ettent sur no- gouverne- DAGRACE LEREBOURS avec Mr A. M. BwIE-
iquel dailleuts a varied au gr6 do au-Prince que la sp6cialit6 de quel- ,nn'; cette redo'atable r isponsbili- AiMt.
Mmprdament individual de cheque ques 6:rangers qui n'avaient pas d'in- tA. Et ,-'est pnourqioi nous entendons Compliments
hef d'Etat,- nos furcet soci les Font tdret a enseigner le trait & leurs ap dire chaque j.)ir qiue, sotn- S.lo n'o Echo de Mi-agoAne
16es en d6c'iniant successivement, I parents ; dans toutes nos confe-tion., on 6e:ai plus Ilueiix quo mii- di--
ic une regularit6 saisissante uous d venions tributaries de l'dItai- unant ; et que so.is Nssag. -. on I'ttait 0.1 ncus informed que le pcsur, le chef
J'ente&d par force so iales, les ger. p'is qt1ae sous S t'ono ', ec. de bureau A h Jorane tt le compwable au
orts naturels d.d I'activit6 nationa- Or, d Boyer, jusqu'a nos jours, la Et c'est pouquoi nous fii on ;lant Bureau de la Recette ont st ~ .rt-s 'or-
Sceux qui font promnouvoir le pays d6ca I-nce s est de plus en plusaggia- *I rvolutio(s pour lchg *r ls gou- dre de la Justice, i la suite du scan ale
ins la voie duddvt lopernent agiico- vee. Stcnio Vincent I'aclairement mon- vernem-nts t que nou courons si P. ces ours derniers.
, idustriel et commercial. trd dans un discourse offlciel ,le ces souvent aprL do p stendus satveurs.. Revue des Journaux
En effot, qui est-ce qui peut on ins- teo ps derniers : Comprenez bi- utne chose. La Voix du Peuple
at douer que, sousI g4g6tal Nord a L4 personnel tech liqu. de notre Comment vouli z- onu qu., Alanto op de pi
I fAmilles haitiennes assent, sous marine et de nos mo els'es services donme une societb qui I.pierit chaque .Nous avons rop de plains A Iudrir
rapport de I'aisan-e et des moyens do transport, dat il, est allern and, gouvernpinent q ii arrive, ne se tro sur la Patrinhorriblement blese par I anti-
existence, plus malheureuse' elt amdricain et francais. ve pis aisister a un stadi pliwi mnal- patriotism de mauvais concitoycos perpe-
, mal pirtag4es que so:s l~ g n1 La cordounere et cub ine et i a- heureux de I'.xistence social.4 ? tuelsremueursde touted les vieilles passions
I Sim plus malhqureues sous e lienne. ,%stexactement notre cas et il ser.it roar noos ttarder A la poliriqe malitante
-ci que sous le gnaral Ilyppoltl t? L'hor!og.rie et a b jo iterie sont d'une cruelle irjuslice, n est-ce pas, qui complique davantage les maux de la
us rualteureuses sous le g6wnral italienQes. le oendrp, ptr ezemplt, 1- gouverne- Nation.
Yppolite que sous Salomon? pi 's La confection por ho nm a est sur- m 4rt actuel responsabl di I'6tat de Notre mission en ce momemt est de fire
hour, es sooes Salomon que sous tout cubaine. mitre eat ltme "Jans lquel nous serrir Is peas6 delizir h Ipauvre ma-
Warond 9 plus malhoureuses sous La carrosseri. eat jamalcaloe. ro'pissons. Ilade qu. sooff-e p no filtes ec, nos
lWfrd q te sons Soulouque, sous Les quelques usines importanter, Et t'on a bisn I'ai. de vaol ir coin trreur ; car notre cool oite erait d'autant
qio '.I,'I 4 plus coepable si ynws lai$,,ioeh & dasutns
ulouque que sous Bo er?. et. que nous avois c% et IA pur I prI- mettre cette injustice s pabe l irw Ibimo Adauls
La rd at do e icao, le,; le soin de la ti-er de I'abime vers laquel!e
La vie courante des families n'est- paration du cafe et du c cao, les AUcusTE M \(LOIRE. elle descend.
Spas devenue de plus on pis di- 'deux ou trois grades plantaiions e e escend.
We et 4 't t Chaque jour nous entendons parler de
Uo, et cheque jour un gouverne- scientiflquement organs es, 'tout cela -le de
a6notre autonomie monacbe, de I'Ctranger
e ait.l as regreter son pr- est aux mains des strangers. Priere d'aviser 1'ad ninistra- note autonomic menace, de I'tranger
seur ... regretted son pr Nous sommes tributaire3 de la Do- tion de la moindre irregulari- qua convoie notre sol. et loin de rbagir
est d b sur nos instincts mauvais, nous ptrdons
dat cone evident pour tous que, minicanie pour les beefteciq ie nous t6 dans le service du i MATIN notre temps A mirnfire contre nos conci-
t r cent ans, nous avons bais- mangeons n q ite re n*, voters
Ouis &aons d64pri ot que nous Notre commerce %'en vh; oa cs -il, an q'il y soit do suite remW- oyens.
utnUOUs baisser et a dd6prir. 'le beau temps a4 des commergants did I ne taut pas que cell soit arsi.


RHDACTRUR 0N CHRzr


-- I -- I- II


rk a






- IUN


Si r6ellement nous avons en nous I'Or-
gueil national faisons en sorte de t;ansfor-
mer' par notre faisceau dalliance, par la
totalisation de tous les elements, la grande
Machine social.
Tous les peoples ont connu des pEriodes
de g'oire et de honte. Tous ont plus ou
momns entachl leursannales de dates rouges
et nefastes.
Le Peuple haiien com re eux tous s est
surprise au d6but d'un nouveau sie;le A
mal fire.
La faute, disons-le hautement, est a :on
hyVgine et son education mauvaises.
Etiireprenons donc franchement l'ceuvre
dt riornmes qui s'im'o.e. Qte chicun
dans sa sphere d'action y travaille aciive-
ment sans soulevcr les passions trop long-
temps funestes a notre evolution. Nous
sommes tous respoisab'es de l'etat actuel
du Pays Nous I'avons nous-memes pre-
parar ar ni-s tendances rdfractaires au
Progr&s.
N'accusons p1rsoniri cari tris'e ironie du
sort, craignons qi'au jour du Supreme ju-
gement, I'Histore. la Grande Impartiale
n c )nt',) ,i= ts un scul b!oc les accusa-
teur, avec les accuses.
Ce -cle Bellevue
C'est c- soir qu'aura lieu le grand B 1
travesti otffrt A ses invites habituels par le
Cercle B:llcvue
O. parole d'~dlgants travestisements qui au-
ront le p'u; grand success. No; lecteurs en
auront !e ,"d t il par notre compte-rendu
que nous t .clerons de rendre le plus corn
plet pos-ible
Brochure
Notrt: distingue collaborateur, le Dr J.
C. Dorsaitvil vient d'editer al'Imprimerie
C. M o,!o;re une 6tude intitulEe Militaris-


que conclut A la cassation do jugement, Flat lux I
denor c. I La population de Plaisance s'Atonne de
So:ieti Agrico!e et Industrielle de lire sur le journal L'Impartial du I3 FC-
I'lle de la GoAive, centre Jh. Franckel. vrer courant No 20, I'insertion sign6 Po-
Le rapporteur, Mr le juge Domond, lit pulair) relativement A une lettre, dit-on
s n rapport. Ique le general Isnna aurait reCu de son
La continuation de l'affire est renvoyee f tre le General Robillar qui se trouvait
i jeudi prochain. aors A Port-au-Prince, anoonCant au pre-
Le s-'ge est lev6. mier que le President lui aurait donn6carte
Rectification blanche sur Plaisance. Nous prions I'auteur
Sd s ipio p infame de cet article de mettre son nom
nauvres Iliste eans le No d'hies por sI et de prouver A qui de droit la personae
pauvres public e dans i NA d'hier, nous Alaquelle le Giniral Isnna aurait comma-
rectifions ce qui .uit : niqu de pareille lettre, mais non de com-
Uu O mi Bbr P. li promettre ainsi one population qui ne
Uzanmi B. P. I au lieu de P.
J sive que le travail.
L Jaccoux P. 2 Elle prie auteur de cet article de cesser
Revue du Marche ses speculations malveillantes, lui appre-
II y a eu un petit movement de bais- nant que le pays ne demand en ce mo-
se durant la dernitre huitaine ; de 562 */o men que des patriots pour aider le Gou-
taux de c'6ture samedi dernier, nous som. vernement de I'Illustre Soldat du Sud le
ines arrives A 545 o avant-hier pour Genertl Simon dans son oeuvre de "rege-
rembourser en cl6'ure hier soir A 548/550 neration qn II enireorend pour I'avance-
o o venleurs. ment de no re malheureuse, Patrie deji si
Ce movement est dO p'ut6 1 la spicu eprouvee.
nation. Q-elquts maisons qui continent UN OBSERVATEUR AUTORISE
to .j )ur a joer aux p tyables-livrablei et D6claratio 1
qui avaie it acre A 560 o/o sur Ie 15 Fe- Depuis longtemps de)a, je ne public pas
er ont du vendre a 545 0/) pur u cu une line que je ne la signed. C'est done
vrir ...r tort qu'on m'attribue certain articles de
Les traits sur France ont donned lieu A feuilles p6riodiques que j'ignore.- Je ne
quelqucs transactions : de b nnes signatu- collabore a aucun journal cela soit dit
res ont etd vendus A i 1/2 pour le Paris- ne fois pour toutes.
dir ct et 2 o,' pour le Hambourg-Paris. FERNAND
Les i/- :ins ,r Paris ont trouve preneurs FoERNAND HIBBERT
: 4 0 oo, 3 4 ,/o. Po.t-au-Prince 19 F6vrier 1909.
Les ch~ques sur New-York sont toujo irs Nouveau Journal
au pair ( nominal ). Le Factionnaire, tel est le titre d'un jour-
Le ca/ a gaged 2 points : A fr. 53 et le nal qui vient de paraiare au Cap-Haitien
Cacao a frs 7. sous la direction de M. H. Colas.
Port-au-Prince, le 20 Fevrier 1909. En attendant que nous en passions quel-
Bal travel ti ques extraits pour nos lecteurs, nous pre-
Bal trve tiI J.


the 'e I/'le.. (oce al. ( Communique )
Cet outrage se vend Une Gourde l'exem- ,
plaire. O, en iroovera au bureau du Ma- Selon les traditions, cestt lc mardi-gras s
Se que la Socit des Z4latrices de St Vincent
Nous v reviendrons. de Paul reunit, ct cette fois encore dans
la vaste maison R6gnier, rue Roux, les en-
Tribunal de Cassation enfints de tous ages auxquels les pauvres
SIcTION' CIVILE de I'hospice seron: reconnaissants de leur
gienreuse obole.
A4uditenIe ,, iudi, I18 jdfrier 1909 Le bal travcsti des enfants commencers
II est dix heures et demie do martin; le des deux heures de l'apr6s-midi ct nos
tribunal prend siege sous la prEsidence de mioch :s pourront gambader A loisir mas- d
Mr le vice-president, Ernest Bonhomme caronnant avec I'entrain qu'onileur connait,
et prononce l'arre: qui casse et annule le et per onn-, avant sept heures du soir, ne 9
jugement du tribunal civil de Port-au- les contrariera dans leurs joyeux Ebats. i
Prin e, en date du 13 Mai i9o8 contradic- A l'entree seulement les enfants paieront c
toirement rendu entire le sieur Emma- P. o, 50 et les grades personnel P. i.oo. '
nuel Alexandre et les epoux Telemaque Ce n'est pas tout, les organisateurs dans
St-Clair ; renvoie 'affaire au tribunal civil leur sollicitude pour les grands infants 1
-d: Petit GaIve, condamne les dEfendeurs ont eu l'agreable idWe de rEserver A ceux-ci
aux dppens ; ttc. une bonne part de plaisirs ; c'est pourquoi '
Puis enmend les atfaires de : 8 1/2 heures les portes seront rouvertes
Blanc Stuart, centre Aug. Valls. et les autres mioches pourront s'amu-
Le juge Denis donne lecture de son rap- ser jusqu'a mercredi martin.
port. Me Constantin B-noit, 1'un des Le travesti, s'il est de misc, n'est pas
avocats du dtfendeur est entendu en ses cependant de rigueur.
observations. I.e ministire public, Mr Chez Mile Isabelle Laporte, on trouvera
Eug. l~eca-rel, conclut au reject du pourvoi. des cartes au Prix de: P. 2 pour les dames
Le Minisiere public, Elie Ccriel, P. 3 pour les cavaliers.
dans l'alaire Vincent Maklouf et J. L. de Ces cartes sont rigoureasement personndles.
Picciotto conclut a la cassation du juge- Que chacun s'empresse done d'avair la
meant denonce. sienne, le nombre Etant tres restreint.
-- Jean de Lacruy, centre le sieur DCri- St Vincent
v r Louis M ue Bro, li Les ZElatrices de Saint Vincent de Paul
e rapporter, eon fait chanter une messe solennelle ce
son rapport. martin A l'occasiou de la visit di Pr6sident
Mi Camille Latortue et J. L, Dominique Simon A l'Hospice. Cdrdmonie des plus
pour leus clients, sont entendus en lears imposante au course de laquelle one quote
observe ions.faite profit des pvres.
Le Ministire public, Mr Elie Curiel, fat fale au profinto des pautm
conclut au rejet du pourvoi. S. E y a assistE entour6 de sa tamille et
n- Wiiam rjMcGuffie core madame des membres de sa mason civil et mill-
SWihiam Mc-Guffie contre madame tae. I
William Mc Guffie tare-
Le juge D jean, rapporteur, lit son n Hatti polit que St litt6raire
port. M Camille Latortue est entendu Cette inte&rressante reve pa-lt aujourd'.
en ses observations. i bui avec des matidres de premier ordre
Le minister public, Mr Luc Domini- que nous recommandons A aos lecteurs, 1


sentons a notre contfrre nos meilleurs
voeux de succ6s, en retour de son cordial
salut


Boite aux Lettres

Port-au-Prince, le 2o FCvrier i90o
A Monsieur le Directeur du a Matin i
Monsieur le Directeur,
Permettez-moi de r6clamer I'hospitaliti
de votre int&ressant journal pour dCtruire
une interpretation Iquivoque, que ceraines
gens veulent donner aux entrefitets do
journal a La Discipline i, relatifs i la cir-
culation et a la vente de timbres poste
vol6s, d'aprts l'affirmation de ce journal
Je declare qu'il n'y a jamais eu de tim-
bres poste vols i I'Administration GCnd-
rale des Postes que je dirige. le declare en
outre, que jamais, depuis l'avEnement do
GenEral Simon A la Pr6sidence de la RC-
publique, le Departement des finances
n'a eu A envoyer une Commission a la
Direction Gendrale des Postes, soit pour
enquaeer sur des vols de timbres commit
au prejudice de I'Etat, soit pour verifier
la comptabilite de mon Administration.
Je sais qu'une Commission a etC char-
gCe de s'enquCrir de certain fits au Ser-
vice do Bureau Central do Timbre out s
trouvent dEposs les timbres poste arrives
de l'Etranger pour le compete de la Repa-
blique, mais je ne puis affirmer qu'un Rap-
port a ete adresse au Dpartement des
Finances sur les faits en question.
Je vous price, Monsieur le Directeur, de
donner publicity A la prsente dans le plus
procbain numero de vote journal pour que
eI public soit bien eJifid sur la portae des
revendications formulees dans les trois no-
m&ros do journal a La Disciplinev.
Veuillez, je vous prie, monsieur Ie Di.
recteur, agrer 'asaurmace de mes senti-
mentls es plus distingues.
Lt Vmurenr Gdural des Posm,
D. Luavois


Port-au-Prince, 18 fevrier '1909.
Au 'Directeur de l Impartial.
Mr Ie Directeur, --- A .l'eard de ma e.
claration parue dans votre journal do 1i
Fcvrier de cette annee, je dEclare repoaf
une des allegations : celle qui coocef,
M. Stephen Archer, pretextant qu'il ei
venl chez moi durant la nuit dou
Mars lors des saturnales et que )e
vu.--- Je declare ne l'avoir pas dit.--Qu
au raste, je le declare vrai.
Mes affectueuses salutations,
Mme V I THOMAS LAPORTE
*+
Mr Clement Magloire,
Directeur du SCatin
Mon cher Directeur,
J'ai l'honneur de vous apprendre qg
je vais publier A I'Imprimerne Crmpin *
important ouvrage posthume d'AAmdd
Bran. Cet ouvrage se composers d'ua I
man, d'une shrie de contest, de nouvedi
de fantasies, etc, pour la plupart iafl
je voodrais, s'il m'e6ti pzrmis de Ie fiu
insisted sur la oa'itE de ces morceana pr
lesquels on se ormera une idEe p'us com
pl6te du talent de I'auteur, p-6matur6mw
enlevE A notre literature. A prs la mon
d'Amedee Brun, j'avais e.perC pouvoir r.
liser on. dlicat project qu'avait annondih
Revue Generale et qui avait consibitI fi.
re present aux adairateuts de l'ecrini
d'une sorte de volume reliquaire qui auri
renferie ses meilleures productions. Mio
l'inclmence des temps ne I'avait pas wet
lu et semble devoir encore ajourner u
dessein qui me tient neaumoins tact a
cceur. Je viens done vous demander de fi
re un appel aux abounes et lecteurs de w
tre tres intiressant journal et de bien 1
loir Ltre aupras d'eux I'interprete de Tr
cellence d'une publication, fixe 1 Tai
gourdes l'exemplaire, A laquelle moon M
Mr Crepin done se soins et votre t
teur, son ame.
Agretz, mon cher Directeur, mes a
timents les plus distingues:
MAURICE BRU"

AVIS
Aux bons entendeun

II nousrevient qu'une avide maid
lance projette de tirer parti- <
profit ou aux d6pens de qui 7 ~
'ignorons- du dissentiment qui m
ta, lors des travaux dr la Comir
sion d'Enqu6te, entire M. Aoguste c
gloire etses colleagues.
Noos tenons, aux bureau du Mi'
A la disposition de tous ceux q k
chose pourrait interesser. copti
la lettre, en date du 4 mars
adressee par M. Auauste Maglou i
la Commission et dans lSqu*ll
trouvent exposes les motifs de ce
sentiment ; dissentiment que -
leurs il a vite regrett6 et que-
qol ne l'avouerait-il pas iit 'a
defend de lui de conjurer,
qu'il en 6tait encore temps.
Nous ne croyons pas neoew
publier cette lettre quio e debof
cette circonstance -q 1eU n'e a
qqu'n Interet rEtrospeetl, fati
p)ut-6tre par sa longueur et 1
tails purement techniques capablejl
element d'int6resser ceux a qoi
6t6 adressee.
II est bon pourtant de prvenair
assoiff6sde scandal qu'il no s g'n
ve rien de nature k porter attei U"
la consideration de persoone, '
fire revivre des m6slntelliP
completement eteintes.


i


s








M Auguste Magloire tient, de plus,
Salfirmer que, en d6pit du dissenti-
mnt quia I'carta de ses ancient col-
lbgues,- et bien que ce dissenti-
met ait dtd le point de depart de
mon parti-pris de ne plus se m6ter dd-
sormais A aucune entreprise touchant
SIla vie politique et administrative du
ys' il n'a jamais cess6 d'applaudir
I~ceivre d'6puration conflbe i la
commission d'Enquete et de croire
n la parfaite honorabilite de sea col-
lgues, avec lesquels il entretient les
rapports les meilleurs et lea plus cor-
liaux.
Qaant A la personnel de M. Auguste
lagloir,, celui-ci, qui a d6bute dans
a vie administrative par la situation
1'emp!oyB surnumeraire la Chim-
)re des Comptes et qui eat aujour-
)'hui membre de ce Corps, aprbs
)voir passed par diverse functions
emporaires,- declare, en face de
route ma'veillance qui se prdmddite-
*ait, qu'il ext impossible de trouver une
larribre administrative plus irrdpro-
hkble, plus immavulee et plus dr nte
ue la sienno, si humble qu'elle soit.
Aussi bien, M. Augus'e Mig'oire
-t-il tou;ours ete respected par tous
s aloAs sous les ordres de qui ii a
Au travaillier et jonil-il, A I'he.ir,. ;c-
elle, de it'tetime d eux ious, ras
ception. II peut en appeler 6 leur
moignage.

bune du MATIN "

TUTREFOIS
AU RE TEMPS
AUTRES MCEURS
Une t1lction d'hommes publics
entt de paraltre A Jacmel, A la tete Ide
quelle e serouve le j- un. et sympa-
iqui G4ndral lRigal.
Uo meli-melo de fonctionnaire, vit rit
s'en aller,aux 4clats nourris de tons
epuis quelques temps, on dirait que
Ut sommoille ici, et pourtant, c'est
*intena-t ique tout se t veille, irar
presence ell no re sein, tle l'inpo -
nte dlegti,)on, coilnpoj, ,Il.es h'ilo-
bles citoyens : (C:mille MolierP, Paul
raqu', A 'bert l.-rgeu t. I1 *muisat
rre et Chirles B13uluy, tous Iev4tMns
qualitBs n6ces-4aires pour repre-
Ote dignemeiit Sin Excellence le
aral Antoine Simon.
Aturefis, le Jacm6 ien avait n1 fl iir
re, pour d6couvrir leas secrets du
)Uvernement, aujour.I'hi, i1l ne
at d4couvert.s que quand il le fiut,
per lui mame, encore avec les for-
officielles exigdes pour la circo is-
leffet, depui-t j!u-li dernir, nous
a re l, Io-4 hbtes, ce I' est q ie
atoche I 6o lie qie u ISu av)oil
I'boinur le les voir, le e<,etadr-r,
Sn mot, le co inltre leur mrision
ra nous.
D suite alpreA l'arrivte itG G 1l Iti-
dIas la gran(. salle d'audiinc:w .1.
i de J'itti,: ou no-is avions 4tA
44, Mr C Molit o fit no beau dis-
I" dans leq iel il fait ressorlir I'es
t*l Joslice et d. Liberty du Gou-
rnment d, Soi Excellence le Gal
ne Simon et la stability qu'il en-
daormai. assurer a chacun. II dd-
que tout le mond., e.t sor le mA-
Li"eds d'Egalit6, ( que 1.4 guvern,-
S'enSteud paP fair de crlassement
t politique) qu'il y a uoe catA-
St qgm noe a entond pas avec I au-


toritd principal de cette ville. C'est
ainsi que le Gouvernement recoit des
d(nonciationssur tous les tons, deceux-
IA.
La delegation est envoyde a J crnel
dans un but de sagesse et de .onci-
liation pour prouver les bonnes itten-
lions de Son Exce lence envers lt po-
pulation. Eile entendra tous ciux qui
peuvent apporter quelques luminaries
pouvant I'dclairer dans sa mission.
Le gendral Rigal sollicite la parole,
et, dans un discourse vhdmrent, plein
de fougue justifiee par I'auditoire, mit
au jour des faits jusq'ie-la ignores da
public et qui ont iait fiemir d'indigna-
lion cette foule compact et avide de
I'entendre parler.
II n'est pas appeld a-t-il dit, en subs-
tance au devant d'un Tribunal accusa-
teur, au contraire, il invite meme les
auteurs de ses accusations A venir ap-
puyer eux-mdmes leur denonciation,
il leur donne sa parole d'honneur qu'il
ne servira pas de son autoritd pour ven-
ger son honneur outragA. 11 est in,'i-
gnr, mais il n'est pas branAld, il -ait
que I'eosemble de la population est
avec lui. que ces ,rnchiaveliques
d(nionciations no sont autre chose
quo' I(E ivre d'on petit group d'e-
10 1elzaIts;.,i,,i sociaux qui liui eon veulent..
De,. salves, des tounnerres d'applau-
dissements ont tra luit le sentiment de
la population.
I'c-rsonne ne s'dtant prdsente pour
apjyyer les accusations, audience Btait
considered come ayant pi is lin. Puis
chacun e retire, sans Ie moindre dou-
It du rapport a veniir de la ldelgalion,
devant la man~feidation sympathiique
de I'auditoire en faveur dii Cai'ral ti-
gal qui le miite dans toute la force
du term.
Machillnaeurs o iieux, Acout z-moi ;
J e t vous rtCOrnm.indt que ce piecepte
a Menmnlto ,, Go'lvertnanl nt da Gal
Nord, Gallas escam magaritan r/perit.
Un coq ch,'rch lnt de la nouI r iture trou-
va une perle, il la dddaigna !!!
D_'orinais que nos cuiirs pois-ent
b.ittire i a 'unissoi Q ie I'i rmnonie la
p.l s pat faite pui :se rg,,'er pirui not s!
La salle I'audlieic-l e' it i.ominle, lou-
les les hates pliirso iii .its ltietnt Ipre-
sentes.
Jacmel, le 17 Fvr icr 1909.
J. A E I.AFoNTANT


-
Nouveies Elranegres

Dervierres D6epches
PARIs 1 .- Ie macmrq.is de Noailles
Sst moit a,)joird hui : P.ris ; il avait
Ireorisentd le GGouvPtnenent frany -is A
\VWshington en 1872.
WASHINGTON 16, ,a commi-sion
des ,flfures etrangrees .A ii Chambre
des representant, a present uin project
de. resolution aux t rmes duqu el 1s
G )uveriiements de Frante et d'Angle
terie seront invites A pariiciper A la
psochaine c41ebr nio du troisiLeme
centenaire db la d.vwouverte du eac
I Champlain par I'etxplorateur fran.ais
Samuel de Ch amplain. La c4leb'a ion
de cut anriversaire. qui aura lieu au
mois de juillet, ,a de autorisee par les
16gislateurs des E als de N\w-Yoik et
de Vermont.
PARIS 17.- Rente 3 %/ : 07 70.
ST-P*teasnURG 17 -La tension des
relations entire la S rbie et l'Autriche


cause des inquiitudes. L'attitude belli-
qu'euse de la Serbie doit cesser sans
,,lard, ou des consequences graves
soot a craindre.
MEXIC 47.- Trois cent quatorze
personnel ont peri et une centaine d'au-
tres ont Otd hblssdes an course de I'in-
cendie qui dbtruisit le thIhtrr d'Aca-
pulco.
SAN-JUAN ( Poito-Rico) 17.- De
Ile, suieuses secouse5 sieiniques ont
et, ressenties dans toute I'lle ce martin
A 3 heures. Le. habitants furent ef-
frayds, quoiqu'aucun dommoagP n'ait
4d6 signal Les vibrations de I'est a
I'onest dirArent 20 seconds.
MADniD 17.- Le roi Alphonre a ac-
ceptd da servir d'arbitre entire I'Angle-
terre et I'Allemagne pour la d6limita-
tion de Walfish-Biy ( Afriqie du Sud )
LONDREs 17. D'apreA des nouvelles
rescues aujourd'hui A Tdhdran, seize
villages auraient tdd d6truits le 23 j in-
vier par un iremblement de terre. Le
nombre des victims seraient d'env'ron
6000.
LE HAVRE 17 Caf-Ilaiti, Cap
51.50 ; Guadeloupe 128.
BoRDEAU 17.- Ta ii Martinique
,:5;48 ; Guadeloupe 41145.
PARIS 17.-- L~ SAnat vota hier los
credits supplementaire des noste,. 11
vota ensuile nne loi tendant A conpld-
ter I'article 96 de la loi du 21 Mars
19,05 sur le recrutement do I'armde
( rengagements des sous officers ).
Prochaine seance jeudi
a1. Chambre continue la discussion
de I'imp6t sur le revenue et s'ajourni A
jeudi.
Uni violent incendie s'Pt declare rue
Kldber, A Montrenil-sous Boi Pliu de
dpex milliorh de d6p' P. Pas d'accisnt'.
De vice-ami al de rA-erve Vivielle
est dkc6,et.
IONDEES 18 La question du retrait
d, I'amiral lord Charles B-resford,
comm.anil;nt en chef de I'escadre de la
Mlnciha. a ftit aujourd hui I'objet d'une
discussion A la Chambre des Commu-
ines.
(GIENADI ( Epagne ) 18. Deux
personnes furent .npes el cinq firfent
b'e--Aes au course d'une m nife-talion
oceliioniep par la p.-r:epition des troits
sur csm in tires a'Iar *itaie,4.


On demand
Un ic ux de harnais tn bon etat.
S adrestr au bureau du journal.


Avis important

La Chambre de Commsere de Port-
au i's since port A It connaissmnce du
pub'ic qui, seul, son president tigne
la correspor dance et routes autr's
pie es 6manant de cotte Institution.
Port-au-Prince, 17 fWvrier 1903.
Le pr sid ntde la Cha nbre d, Con -
merce.
D. DELIV1I

Chr6tiens, aocourez
tous I
Nous avons l'avanlage d'annoner
au public qie les reparations entre-
prises B It chapelle de la Croix-des-
issions ayant pris fin, la fete orga-
nis6e en I'honneur de S. Ex. le Prisi-
deot d'Haiti eat fixde au dimanche
21 fevrier courant. La messe sera c6-
16bree A 7 hrs 12,


Maison central
d'AnRTd ar M InRS
,.- -

Le public et les canotiers paricu-
lierement sont avisas qu'a partir de la
publication du present avis il eat for-
mellement d6fendu de d6ebrquer sur
I warf qui conduit au bain-de-mer de
I'dtablissement.
*

Le public eat avisd qu'A partir du
lundi 22 du courant il devra s'adres-
Iser A la Direction pour routes com-
mandes ou reparations.
les commandos ou lea reparations
qui n'auront pas ded autorisdes par
la Direction seront saisies et vendues
au profit de 1'Etat.
LA DIRECTION

PHOTOGRAPHIC
JH. M. DUPLESSY

Grand atelier de luxe
120 RUE DU CENTRE
Travaux de toutes sortes et de
toutes grandeurs.
Reproductions-Agrandissements
A l'occasion des carnavals :
Portraits en travesti avec ou sans
couleurs.

Le soussignd, Directeur d'enregis-
trement ,e la villede Jacmel, announce
au Public qu'il a faith choix de Mon-
sieur Joubert Louis Francois come
commis signal ire et qu'en cette qua-
lite il repond de sa signature.
Jacmel, le 17 fdvrier 19C).
PH. B'(ETOUX


Compagnie P. C. S.
Avis
La Compagnie P. C. S. prdvient les
interessds qu'elle met en adjudication
la furniture des approvisionnements
mensnels suivants :
to 900 ( neuf cents ) metres cubes
de bois A broiler ( Le inmtre cube es'i-
md par poids a raison de 480 ( quatre
cent qualre vingts kilogs lemitte cube)
Le bois doit 6tre detailld de facon A
ne pas presenter des pieces ayant
une longuieur superieure A 75 ( soi-
xante-quinze ) centimeres et une
6paisseur ou un diamietre depassant
vingt centimetres.
2o 30 (trente) tonnes de churbon de
bois.
3o 200 ( deux cents) traverses en
bayahonde bois brun, sans aube
blanched, de 1m75 de longueur, Om20
de larger minima et Om15 d' pais-
seur.
Lea traverses doivent 6tre droites,
non foodues, scides aux deux bouts
avec deux surfaces planes ou paral-
leles, travailles A la hAche ou A la scie.
Ces quantitds ci dessus soot a liver
mensue'lement le long de la voie.
L'adjudication sera faite pour la du-
ree de six mois, A partir du ler mars,
centre le dep6a d'un cautionnement
s'Alevant B la valour de la moitie d'une
livraison mensuelle.
Les offres sont A adresser, sous pli
cachet, au D6p6t central, Champ de
Mars, jusqu' la date du 25 f6vrier
1900.
LA DuwcrTIoN


__C~ _









ProduiIs Hjiniqups pour la Toilee

-a goo a4 u ah Aa
Ur U low L
CREME shol y nSc T
POUDRE V OMUTa. ,-
SAvON SI MONu*
Sj. SIMO, 6, rnabourg St-Matin, rPAIS" eu6tIer 16 I ltatilo6 .
i
iadIouclt i'6piderme auquel el'e
LA done une souplesse et un v, -
LAI lout6 incomparable en lui com-
muniquant son ddlicieux par-
an. Ille conserve I 'Ylat et la traicheur du teint, car elle est souveraine
ontre le ile les pi, sans bismuth, invisible, adh6-
LA IJli renInte, impalpable, pr par e
spAcialement pour les person-
nes qui veulent avoir un teint
1tprol hal. bli, S ; lr n i:turn 14,l i;tt, snu velout6 ont contribu6 & faire d'elle,
SF avort, .i S, l )do'ir "l ',ile'It-.
A Ease de Cr6me Simon,
LE L I pr6parA selon les principles
S i les plus scrupuleux de I'hygiene
pVossdeo A un certain degrd
uit" .- 1 i _; i r ( r .rva'riies de la Cr rne Simon ; il
-;t ) ,ti ;itP iA1 F1j.l noitr : i Toilette des enfants et pour los,
il" I d' IA,:a It *.-ii! ati t .
A,~:iTrc; Grcnirale et Dcp6t pour Haiti
A- lac 1Metro pole
MAISON JUL.'S LAVILLE
9 Rus du Magasn de I'Etat, 93

Secretairerie d'Etat de l'Int6rieur


COMMUNIQUE
Coufon metment i notro avis du 27 1908 et port au compete de I'eercice
lanvier I!O,), paru au Moniteur et 108-1909.- notamment aun boo de
oncernant les efti s en or et en bil- P. 000 ) six cents dollars accom-
etl accompagis de lettres de paie- pagne d'ordre de pavement du minis-
nent du l)dpartement des Finances, tre Marcelin sont et demearent nal
leeignes sous la rubiique de efrais de puisqu'ils pot 66t 6mis osas motifM -
olice et d6penses extraordinairess, Les perionnes qui peuvent avoir a
ane parties des effects nous ont 6t6 re- leur dispositionceseffets sent navilte
nis le 15 fivrier courant par 1'ex- a les apporter as Dp atrmeat de
>ayeur de l'lntdrieur voir nomen I'Int6rtl r pour 6ter qo des pour-
:tature ci-dessous.- Tous les eff-is suites soient dirig&e onGre olle
lui ont 6t1 inscrit4 dans lea Cr6dits i pour4 tention tilhfde d'lbt public.
;upple6entaires de l'exercice 1901I
Etat des valeurs en or et en billets anniale
par Ic D6partement de l'Int6rieur

(:rcftlil Sttlp lE ,cnent aire
EtXER AICE 1 907-1908


MulS


Aoii1t li))S~
ii
(,1t. 1908 ~

a
I)
pcl~~t S
~L~pt19O8
*


a


* 4
* S
*, S
* (


extrtoril. de police)
de( police
extraorl. de po ice
a
*
*


lI LLETS

(;. 10.000
S10.000
10.000 *
S8.000
< 15 000 0


OR
amrnEricain


3.000 I
4.250
3750
2.500
10000 a
10000 a
5.000
5.000
1.500
3500D


Total: G. 53.000 48 500


Etude
DE
Me Charles MILL
Notaire public
:3I, it ue 1nl Port, 53.


,ERY


Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirig e par

L. HODELIN
Anciw, membre de is Secitd PhilU.
thropique dis mattress ailUes P or
Vient de recevoir un grand choix d'd.
toffes diagonal, casimir alpaca, chevio.
to, cheviote pour deuil, etc, Recomman.
de particuli6rement A sa client1e no
belle collection de coupe. de easimir,
de gilets de fantaisie et de piqu6 do
toute beauty.
Sp6oialit* de Costumes de no-
oos.- Coupes Franjaise, Anglas et
&mdricaine de la derni6re peretioon.
La mason confectionne aui deo Cos-
tumes militaires. habits broad*
dolmans, tuniques, habits oar-
rds. eto eto, de toen grai

Mr C. L. Verret
Tailleur-Marchand
Done avis A sa bienveillante clien-
tele que sa maison No 7,Rue Traver-
siere est toujours bien pourvue d'une
variety d'6toffes de la haute nou-
veaute parisienne.
-QUALITA SUP RIIURKI COUP LOAGANT3
TRAVAIL SOIGNI. EXcCUTION PROMPTn -
Prix tris reduit I


Francisco


DESUSE


Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en d6p6t
uu grand stock, pour la vente on
gros t en detail, de chaussures on
tous genros pour
HOMES, FEMMES, ENPANTs
Los commands des commergants
do 1'intrrieur pour:ont tre "ex6cut6es
plans uee semaine a peu pr6s.
2:, Rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PRNCI (HAITI )
i __ .. 1..
Cordonnerie Nouvelle


G. B. PETOIA
143,1GRAND'RUE, 146
PORT-AU-PRINCE
CeAUssuRIs M TOUn e OrIm
MI DPO6T, POUR LA tg vT
KA OROs 1t D*rAIL.
Ex6m"tx#% prompted des
commnand-, tant lot aqu'e
Province.
Formes & hommes ; 41Pgates et ra
tionnelles.
Chaussures de dame ( DWir me-
de de Paris ) et le plus commode :
chaussures pour infants confection
nws avec des PnMos de teots misse
une selection et dur6e irrproeha
blee, A des prix avantageux.
Cirages, pate et Uquldes
Peaw hamueM dai i asemM e.


N manogz pPlus ep


S'il n'estfaitavec la "Pillsbury',
Best."
La meilleure farine du monde
Celle qui donne le meilleur pai
Qiii produii le plus de pain
Le pain le plus lance
Le pain le plus 1lger.
Pour tous renseignementa s',
dresser a :
Ernest Castera
repr6sentant de la PILLSBUHY'S WAu
BURN FLOUR MILS CO MINNrAPOLM
MILS

JULIEN FLORUS
Ancien dlhve de la 96* Compagme
d'ouvriers d'Artillrie ( Lori+ )
Se tient A la disposition du pnbk
pour tous travaux de PORGE, at da.
JUSTAGi, de REPARATION de cofn
forts etc etc. A de bones condition,
Rue de la Rdvolution N* 19
Vis-a-vis de la Chambre des DepM


NESTOR FELIU
L'excellent tailleur avantageusemnq
connu de toute la RBpublique viat
de rouvrir son atelier Rue F4ro,
( Rue des Miracles ) No 61, pres doe '
L6ger Cauvin,
Sa nombreuse clientele trouso
come toujours toute satisfacdl
pour les travaux qui lui seront ot
fiUs.

Chez App. Cipolin
155 Rue Rdpublicaine en face de o
E. Robelin
Conserves fraiches arrivees par de
nier vapeur.
Assortment complete d'b'ile d'oliW
prre, p,.r gallon demi gallon et pr
litre.
Vin de Bordeaux : rouge et blaW
vinaigres, madere.
Grand assortment complete dd
queurs.


I








3.8J7
3 88$




4.048
4.047
4.052
4.051


2,S



304
303
30M
307


t,
G N.%.,r i (JN.S