<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00552
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: February 17, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00552

Full Text

peuzilme Ann6,, No. 57


POMT-AJ-PEMt4CE (. air


Meroredi, 17 F6vrier 1909.


Arthur Isidore,


I


Cnmille N&r6 Numa


ADE INISTRATUUR


OUOTIDIEN


R*DACTIKUR RN CHFFi


Abonnments: DIRECTEUR-FONDATEUR
U1w Mos. 200 O LE NUMtRO 1 CN
PORT-AU-PRINMC u G. 00 C16ment Magloire
Tans Mon. 5.00 --
DtPARTEMENTS U Mos. 2.20 Le aonrment panent de i" et du i $ 4 chaq.m
Taio Mos a 6.00 DIRECTION-RDACTION-ADMINISTRATION ois at moet payable d'avan:
ITRANGER...... Tao Mor. a. 8.00 4, 45, OW 45. LMee aauasuerfts mo oI o m m wupas i ro.t
I """ "" ..


H is r e t.. mandement, it n'eut pris aucune part
1. toire &tH ati t a I'insurrection qui abattit D1ssalinea.
Gdrin,de I'Anse A Vea'i. lui ecrivait:
A L'USAGE DES ADULTES a Tousles militaireset le couple volus
regard.nt, depuis longteimps, comme
CHAPITRE XIII le successeur au government d liai
ti.... On ne meurt qu'une foi., et qui-
conque se laisse avilir est digne de
Je crois en toute sincerity que le chant arrive, nous n'avons pas assez I'etre; je n'y ai jamais con-enti. mais
PrEsident actuel de la R4publique de maledictions pour accabler ie faux bien de vous reconnaltre comme le
omt la ndcessit6 et le ddsir de r6a- sauveur. premier chef de cet Empi.'e, jusqu'A
Uir quelque bien dans .l'exercice de Pauvre people, le salutt es en vous- ce que le moment heureux de vous le
son mandate. m6me ; que le cherchez-vous toujours prouver de vive voix soit arrive.
Je congois tris difficilement qu'un ailleurs, depuis plus de cent ans ?.... Dans une lettre collective, les chefs
home de ceur et de bonne volont, Mais n'anticipon3 pas sur nos con de l'armiee du Sud lui disaient :
paisse, arrive au falter supreme de clusions.
'administration publique, no pas am- Nous voulons s element, pour l ins- ,No&as na vous cachctrons pas,digcne
bitionner la gloire de laisser d'autres tant, fair ressortir comment notre Geniral en chef, lqu nnou croyon-
traces de son passage que cet unifor- propre conception des choses rend votre indignation a moins eg'le A la
me sillon d'enthousiasme irr6fl4chi, malaisee la tAche de nos Pouvoirs 16tre, et nous vous proclamons avec
puts de m6pris tout aussi irr^fl6chi, publics. Jnis et A 'inanimitt le Chef supirnme
que nous avons vu dans ce rapid La secon:le chose, qui est appelte de cette ile. S.us quele dd nomintton
coup d'oeil des faits de notre histoire. A fair ppnt-6tre avorter les plus md- quil vous plais- de chois r, tou- les
Mais, h6las deux choses mettront ritoires efforts du Chef du gouverne- t r.Di soet A vous ; nonti jurors, d -
obsta:le aux louables efforts presi- nemert, est prdcisdment ce tinamar- vant Dieu. de vous ilre ioujours fi-
dentiels re 6tourdissant de glorification que, A dBlos et de mourir pour la liberty et
C'est d'abord que certainement ces I'avance, nous faisons constamment pour vous..
efloits vont s'exercer A faux, 6tant resonner aux oreilles de chaque blu I'd:i,n lui ecri;vit:
donn6e la conception haitienne do nouveau.Inutile de fair des citations, Nous I 'aurions pas a-h v6 il'.re
r61e veritable des Pouvoirs publics ouvrez le premier journal qui vonI ouivrae, Gendral, -i no.-s i'rvions 4ts
e m'explique. tombe sous la main; ils se chamail- p,6netr qu' l exisl.it un lif fait po 1i
Certainement, n Pr4sident d HWiti lent sur tout, mais sont tous d'accord commander A I'airmee arve to ite la
qui se contenterait d'dtre le plus hon- sur cela. latitude du pouvoir do t I n'avait eo
note est le moins despots possible,- Le lecteur dolt done voir que nous jusqu'& ce jour que le nom.
en tant que cette absence de despotis- sommes loin de reunir les co;,di- C'e3t au norn do touted cette ar-
me ne puisse. bien entendu, favori- tions vbritables de saint et que, de- m6e, toujo.urs file obbisante, Iis-
er en rien les vices originels de la puis cent ans, nous nous fourvoyons ciplinde,que nous vouw prions, Gndral,
socidt6 haitienne, ferait acted de ver- avec une constance et une g-it6 de I de prendre les rt es du Gouvei ne
t. cur, pr6curseuri certain d'un de- meant et de nous f.,ire jouir de la ple-
Mais malheureuseouem os n ment fatal. nitude de nos droi's, de la libart,
corcevons pas ainsi les fonctions pre- En quoi nous fourvoyons-nous et pour laquelle nous avons si longtemps
Sidentielles. Quest-ce done aux yeux comment ne plus continue a nsus combattu, et d'etre le d6positaire de
de I'Haltin, qu'un president qui ne fourvoyer P? nos lois, auxquellei noes jurors d'o-
promette pas le salt universal ? C soot IA des points qu'il nous res- beir, puisqu'ells serolt iusts a9
Assi bien lea candidates ne man- to B examiner, car nous n'avons 6crit Mais tout cela n'a gubre dur ;
quent jamais de ol promeure, chant ce petit cora d'histoire d'Halti, au- moins de trois mois apr6s, la scission
que, en cela, li satisfont et flattent quel le public a bien voula fire bon 8.op6rait, et quelque temps plus tard
n doe instincts lea plus s6rs de la accueil, que pour on tirer des ensei- le royaume de Christophe lui-mAme
race halttenne. gnements profitable. I'abandoinait : le Ih: os mettait fin a
C'est 1l la cause de 'enthousiasme ses jours par un coup ,1 revolver dd-
soulev6 par chaque avenement. Mais auparavant, reparonr une spesprd.
Mais en retour, nous ne tardons omission relative a hristoph- Nous
Pas A nous apercevoir que le probli- avons, en effe*, oublid de parler de n groupe de leceurs oat bien vol-
me du salut nest pas pres d'etre aussi lui; il en vaut pourtant la peine lu me s glalt r e it'm nt inO mi ilin-
facilement solutionn6 que nous I'a- A la mort de Pessalines, c'diait le e e I'l'gard du givernement de M
Vn8s pensd, et alors nous ne tardons seul home vers lequel se dirigeas- I4gitime et se sont meme empressds
as & turner le dos I'astre hier tant sent spontandment les regards, bien d'inferer de ce silence que le general
cclam4; et quand I'heure du cou- que, rested tranquille dans son com- Legitime ne paralt pas, A mes yeux,


devoir prendre rang parini le- Chefs
d'Etat haitiens.
A la verite, je pense que, ;n point
de vue de i'acceptation des ,;uIla-
tions, les pouvoirs prtsideitli.k dii
general L4gitime ont ete, en tel1-, d(s
plus pr6caires, puisque ces insvoirs
W'ont jamais pu s'Atendre surI toit le
territoire de la Rdpublique c( que
trois d6partements du:pays oat coi;-
tamment protest, A tort ou A raiaun,
contresa candidature 6 la pr'sidence.
Mats cette circonstance n'ayi tt pas
emp6chd la reconnaissaiwe e .:oni
,ouvernement par les pli-l'i;wes
elrangeres, ni d'aillcurs, par ';i : ,.
la legitimitd des actes accomin'is p:ir
I'administration de Port-au-Pi'n: e,. ii
crois que, aux yeux de l'ji-',t i ,. ,
la pr6sidence du g6n6ral Lgliil:ne, si
partielle et si prdcaire .'qu'elle ait tod,
ne saurait 6tre passe sous siliince.
Si nous-m6mes, nous n'avons pas
eu A le fair d6filer devant le; yeux
.Ie nos lecteurs, c'est que, a'i point
de vue qui nous o cupatr. il no pou-
vait pas 6tre utile A notir dmon'ii.tra-
tion.
En effet, n'ayant jamais ein i mir,
coinme aspirant au gouverin. ifnt
general du pays, d'une situiato i j,' dti-
nitive, il n'est pas dans le c.i fie tous
les Chefs d'Etat haitiens qui, acela-.
mes au debut de leur admnini.i,;tti,'n,
ont eu, sur la fin, A eprouve'! !es
etrets de l'inconstance popultirte.
Champion d'une lutte poli!ilue, il
a ete constamment acclaim t' par ses
partisans et constamment ,o:iibttu
par ses adversaires. C'est in vain-
cu qui a connu des heures d'accla*
mation.
AUGUSTE MAG LOIRE.


m IPI o 3r8


Revue des Journaux
( LE l)L\ ).. x t, )
A propos des ,denements di 1.' ,Mars
S.Ces crimes politiques, liui illes et
iniques qu'on voit se perptitrei chez
nous depuis notre independence, suit
sous des gouvernements despotiques,
soit sous d'autres, dang leur Idgitime


OPEN"






- -~_ -- ----- .--- -- ------.--


defense, sont toujours illigaut et ar- utility fait revenir si souvent sur le tapis.
bitraires. II semble d'ailleurs que le concession-
:ous Christophe, la tuerie des gens naire, qui se pr senate aujourd'hui, r6unit
de conleiir ; so:is Rich6. dans la rr- toutes ics conditions de promptitude et
pre-ion de la revolte d'Acaau ; sous de decision necessaires pour commencer et
Soulouqup. le 10 Avril 48 et lea hor-' achever I'ceavre si imp&ricsement recla-
rirns du Fort Iahonque; !ous Silnave, I m6e par i'itat et Ics beso:ns urgents de no-
dont le rigne n'Wa et1 qi'un1 longue; tre agriculture.
guerre civil de 1867 1870 ; sous Nis- Nous reviendrons sur It question.
sage Saget, lors d1e l'dchec de Cinna A la Maison Ctentra'e
Leconte, ,lescendu Pi: cette ville, les Ie P;dsident Simon a visi d la maison
armesa I la ni.in ; Rous Dminvie, Centra'e, hier mntin, et n'a pas e:d satis-
dans I -s ;,ri-,n 1-" (:ives en 1868 et faitde la ten::e .e i'd:ablissement.
le ler Mlai 1875 : so-!s 1irondr Cianal, I Ferblanterie Le chef de la secion de
la fu-ill.ale de ll lony Vincent ; sous a ferblanterie n'est jrmais A son travail.
Salomon. q(anl I'a- ronlissement de Cordonnerie. Cette section n'exis-e que
cettf vi.le; a s :ataqu et le.s ihe ita- de nom, b;en quit y ait des elv-es capa-
combes ,e.s ltros de Miragodne vain- blues de coufec*ionner de bo..:ns chuissu-
cus ; en 1883: ; sous lyppolite, attaqu res.
par miles conspiratours, a main armee, Tissage. Cette section fonctionne tres
dans les rues de Port-au-Prince pen- b;en.
dant les solennitos de la FAte-Dieu ; Confection Cet atelier march bien,
sous Sam, leparelt de Monsieur Pierre ls tx-co!s t b:.n fats, c;c'les d!ev.s
Freddrique ; efii. sous le ilernierGou- est toujours parents ;ais le chef ne
verement le rs e le fuillalesson toujours presents; mats le chef ne
veriement.le 1 Mars et les fusillal pae gaor e de presence. Trois bons su.
de Stint Marc et Goinaives. jets sont Drosentus au President : Albert
Execitions sommaires toujours ill. Antoine 18 ans, 1rard S6na 18 ans, Jean-
gales, arbitralires, sauvages don't je tilus Robert 19 ans.
prie Di i .!'arn or mni paiys a Iave- Reluire Le chet n'est pas r#gulier,
niii, ;lii qiu'il n'.,ir plus I en rIougi t e toujours absent. L'ouvrier Charles Lorquet
honte dlevait la civilisation. ui a des dispositions excellentes, fait
Mais, to, :t en t ralainant centre ce- don au President d'un superb carnet
atroit&-, avous-nIousi le droit da lions de poche.
en io-itueI, 1, gerirrne la Socitau i npfetire. Mlaintien d6godi:ant.
e L.U el p,1 c. ,le t'autoritl prlJposte Lcs classes. Les classes laissent A desi-
pour r'cl,,-r. ihp r et livrer i la Justice de matrie
rer. pas de materiel.
les l inis et l,.s ,i;lits ? ')jrtoir.- LL s L v.s pour .i plupart se
Notre Ievoir' lde journalist nous couchent sur le parquet, pas d. lits.
faith, Ci .'. I'oblig Itionti 1. les flag-ller B.aucoup de charges sent re'ev~es centre
et de le-s .diinoincer. LA doit s'arr6ter, l'ec mome qui touche rgjlierement
ce me sernble, notre mission. 2.ooo par mois pour i'cntretien de 200
11 n'v a pl-s ,d1 p irti dans le pays. lhves tanlis que qu'il n'y est consta': que
11 %V *t eu !'it ant d1 lionorables SAn4- la pt6sence de 99.
quikt1e, 1 I'uchi rdistes, L-contistes,Fir- M. J. C. Guiteau, remercid, est rempla-
inist-s, t eittitres qi ;aspiraient voir c6 provisoirement par M.Georges H Jacob,
leurs. cliela .rivt-r au Pouvoir. Ils se n un un, inittl'ignt, actif II tuchera, sans
ranp nt ,ti.n-. loei s chefs en t6te, doute, de justifier par une bonne adminis
sons 1e lir;ipeaun die Celui ui a renverse traction la confiince que vient de placer en
le tle-,otisune l'liier et veulent travail- lui S. Ex. le Pr6sident Simn.


ler aveer li ai, rel;vement le la patrie
par la paix, I union, la justice, le tra-
vail.
'". (): 'n lie -oit done pas plus roy'liste
que le ,i. Si qluel(Iqu'n, apres I'am-
nistie gL'lier ue Simonl lii a st tsierver les droits des
I'ers, s'a\isait A demainer la reparation
oIP la mmri I dt Augu-te Piquion, assas-
sii, ;t -,oi post d'houineur comme
com,!iitnil tt l'ar rondissement d'un
Gouvern.nment r6gulier attaqud par des
revolution naires vaincus; que rdpon-
,Irait-on -?
RKclmrnons nos Iroits ; mais n'em-
p:'tonrs p is sur c:. que I'autorit6 sole
est alpel!,,- : fire.
Si, ;tii.iur| llui :cotte autorit6 6tait
attaqmtp*e pau une conspiration a main
armae idains les rues, ceux qui ne tom-
beraient pas sous ses coups, dans
I'exercice ,le sa lgitime defense,seront,
certes, livrs a la justice et punish con-
formiduent a la Loi.
Le gnd6ral Antoine Simon, I'a so-
lennellement declare.
A props du Bass n G*n6ral
UN CONTRACT DE M. ARCHER
II nous revient que le Conseil des Se-
cr6taores d'Etat est, depuis quelques ours,
saisi d'un project de contract prisentp par
le capitalist amtricain, M. Archer, le
sous-concessionnaire actuel de 'tile de la
Gonave, pour la.refection de ce si indispen-
sable reservoir.
L n'y a pas de doute que le gouverne-
ment ne laissera pas 6chapper, come les
fois pr6c6dentes, l'occasion actulle de
metre Ta main a ane entreprise que so I


invites dans les salons de Mr et Mme Gro-
seau, les heureux dpoux se sont rendus A
Barriire Buen.
Tous nos compliments.
Statistic que
Nous avons recu une brochure contenant
ia stattitiqie gennlr de la Repub!ioue
d'Haiti. Cet ouvrage, qui est publiW par aI
Chambre de Commerce de Port-au-Prince,
est dressed pir les soins d- Georgcs Sejour
n6. ancien consul d'Haiti.
Remerciments.
Fete A Bizoten
DThs I' lgin:; etblissement de Bizoton-
Its B13i.s, aura lin le dimanche 28 Fe-
viicr courant, une brnllante fete littiraire
tt nrusica!e ou I'o:i aura l'occasion d'ap-
plaudire tns meilleurs artistes.
Cett, flte, qui anra un joli cachet de
distinction et de grA:e, aura le plus grand
siccs et attirera dans la jolie villa esti-
vale to- ', ,l Pe -:. -j Ince .ondain et
correct.
Nons y revicndrons.
Tcibunal de Cassation
SECTION CIVIL
.Audience du lundi 15 Flurier z9og
A dix hutrcs et demie du matin, le Tri-
bunal sous la ,prsidcnce de M. le Presi-
dLnt H. LechuuJ, prend siege et entend
les affairs de :
Mercie Chiry, spouse Mesidor Syl-
vts:re. centre Edmorsar Edmond.
L- Rapporteur,Mr Ie juge Jerimie, don-
ne !LCtlre de son rapport.
Le Ministere Pub'ic,Mr Luc Dominique,
conc'ut A la cassationdu jugement dinonc6.
Marseille Cypres et consorts, contre
Elie Fortume.
Le jug- Biron lit son rapport.
Ie Ministere Public, Mr Luc Domini-
que, conclut A la cassation de la decision
attaque-.
It 1 '_ -- n :l- rh--


--- IoDert C.ugCnae, uco-itre oDasC l r-
les
Mr Dccis Viard,juge-rapporteur, lit son


S o qua rappor:.
Quelque chose qi manLquait Le Nlinistcre Public,Mr Luc Domiuique,
Les mimbres du Syndicat dI; Agevns de concli.t A !a d chance du pourvoi.
Change viennent de crdcr un balle!in ichel Isaac et Ci' centre Rtgina
quoidiien Faraissant A 1r heurrs avec ia Landry
cote olfiieic d. no:rc march.. C'est quel- Le jug: rapporeur,Mr Ducs Viard, don-
que chose qni minquait au movement ne Icc'ure de son rapport.
commercial de Port-au-Prince que les bin- Le Ministire Public,Mr L'c Dominique,
quiers appr6cieronr, que nos commertints conc'ut lI condamnation des sieurs Isaac
trouveront excellent ct qui sera n6cessaire MichIl et C"i a une amende gale a dix fois
A nos families. la valeur du timbre de frente-cinq centi-
C'est une ce vre utile et hone:e! mes, a la representation par eux de la
On pcut done tous les j urs aller au qui.tance au Receveur de l'Eiregistrement
sieg- du syndicate, Rue Roux, No 6 pour de Port-de Paix charge de percevoir la dite
etre au courant du prix du dernier des ar- amende.
tides n6cessaires A notre usage domesti- -- La dame Eleonore Hereaux, veuve
que ct savoir les conditions auxquelles Saintil For'ch et consorts, con re Aug. A.
s'operent les transactions g6nerales de Port- i Hreaux, &s qualitss.
au Prince. Mr le juge Jermmie, Rapporteur, lit son
II convient de fdliciter les membres du rapport.
syndicate des agents de change, de 1'dncr- Le Ministere Pub'ic, M. tg. Decatrel,
gie qu'als d6ploient din; leur mnisioa ct conclut A la cassation de la decision atta-
des efforts qu'ils font pour etre uti!es A la quCe.
collectivist et pirticulierement au Gou7er- -Fort nat Joseph,contre Edmoz Pierre.
nement. Le Ripporeur, Mr le juge Baron, lit son
Nous forcerons la modestie de M. Eu- rapport.
gene Roy, le syndic de la corporation, en L! Ministire Public, M. Eag. Dcatrel,
lui demindant d'accepter pour lui et ses conclut a la cessation do jugement denoncC
laborieux collegee, nos sincares compli- Madime Clara Laforest,4pouse Atha-
ments poor leur acctivit6 et leur divoue- nase Laforest.
ment i leur pays. Apr6s un long rapport lut au Tribunal
Marriage par Mr Ducis Viard, rapporteur, le minis-
Ce martin a dit c6Ibr en l'Eglise S-.Jo- tWre public, Mr Luc Dominique, conclut
seph le marriage de Mile ANAki FABIEN, n- au rejet du pouivoi.
ce de notre excellent ami Dhmosthenes Vu l'heure avanc6e le Tribunal lv1e le
Romulus, avec Mr Manneville Delva. Les s';ge.
marines ont 6t conduits A lIautel par Mme Concert Inaugaral
Luc Dominique qu'accompagnait le deput., Le Concessionnaire du Champ de Cour-
L. Gourgue. ( res a I'honneur d'inviter le public a
Aprs one gentile reception faite soa concert d'inaugration do kiosque qu'il


vient d'Criger au Champ de Mas, c,
donned en I'honneur,dle S. Exc. le Pr gik
d'Haiti et qui aura lieu jeudi. 18 coJnt
A 6 heures i/2 do soir.
La Musique du Palais, oferte gracijes
ment par S. Excellence cette occasion,
y fera entendre les plus beaux mnorctan
de son repertoire.
Moniteur
Dans le Moniteur de ce soir parattft-
deux excellences circulaires do ministrei
la guerre, l'un- relative A la protection
accorder aux Cilves de nos colleges *
moment des recrutements,- l'atre cs.
cernant la vente frauduleuse par des p"
culiers de nos vieux canons abonaes
certain endroits
rfiNSBEIGNEMINTS
M-TiOROLOGIQUUI
SbaoorfTvatoire
DU
SEMINAIRE COLLEGE St-MAReTl


MARDI I
Barornitre a midi


t6 FvaRIa 1909


Te rAperaturo Y"


764, I'*3
20,6


miiat:nurn 33
Moyenne diuine de la temperature 26,o
;( it: clair jio'qti'A 5 h. dO soir se co)uvra
raridetn'on Vent de terre fort et sc.
Brise de m-r retarded jusqu'a 6 h. do.
rant Iiiqu'Jpri 8 h. Horizon e;nbrume,
bear,.x'up d: pous :'rc.
Baromrncre fix-
J. SCHERER.


Tribune du M.ATIN"

Port-an-Prince, le 15 fevrier 1909
Au Directeur du journal I'lmpartial
Monsieur le Directeur,
En attendant que le general LUonce L
conte rdponde A ma lettre du 13 court,
Iri dcn;:ndant des renseignements prtdc
sur la ra'-6'aion que Ii nomme Madame
Theoma I.porte a faite sur mon compt
et qu'elle dit tenir de ce general, je vow
prie de donner pub!icita a cette letre afis
que, dcs a present, ceux qui ne me coo-
naissent pas, sachent que l'on a voulu mt
calomnier.
Ai je besoin d'annoncer qu'elle est mos
ennemie depuis le mois de novembre 19o0
celle Qui a dit a *I'Impartial *: On m's*
vait fait prevenir !! qal' y aurait et
movement ce soir-la, et qui, sur ce sim-
pie av;i s'est empressde d'aller a cjnseiller
\ feu Alluption de ne pas se couch r che
lui, de se mettre A 1'cart et d'attendI
les nouvelles ? Alluption qui n'itait
pourtant dans rien, d ap-'s sa prop e d*
claration A la nommie Madame Theomn
liquelle, A son tour, tait si bien reos:i-
gn6e qu'elle fit sortir de chez la famtef
victime, son fils Camille, agC de 16 1a1,
qui d'ordinaire s'y couchait I
Encore moins chercherai-je A savoir h
t61e que la r1vilatrice a eu a jooer dia
cet evenemenr, car ie ne suis pu de ce<
qui s'occupent des atiires des autres,m6mt
lorsque ceux-ci ont la v6ll1ite6 de crois
pouvoir m'&clabousser.
Seulement dans l'ioterview de la s*
dinommee, je retiens ceci : qu'elle a Cw
nu trts intimement Camille Gabriel et qu'el
a toujours su conserve ses bones relation
aec li ; d sorte qu'elle a pu obtenir de C.
Gabriel ertaines rivilations I i !
L'on n' qu'A se rappeler que Catnilw
Gabriel pa it pour etre le directeur I
la poliuqe du gouvernement do gd6







nl Nord et qu'il ne savait pas en dUvoiler
i secrets pour avoir une just id e de
l'intirite des relations don't a parl6 Mada-
me Thdomna Laporte.
Venillez agrer, Monsieur le Directeur,
lexpressioa de mes meilleures salutations.
VALEMBRUN, avocat,
Dvputd au Corps Ligislatif.
*
Port-au-Prince le 13 Fvrier 1909
Au General LiONCE LECONTE
Kingston
G&erral,
Eo lisant le journal a I'lmpartial a de
ce ijor, don't je vous envoic ci-joint on
eemplaite, je me suit arrt6 A un passage
ou Madame Thooma Laporte insinue, dans
one interview, qu'apr6s les executions do
Is Mars de i'annie dernitre, vous lui
svez diclare, entire autres choses, a que
c'Ctait le d6pute Valembrin qui vous avait
moatrC la maison de Mr Cliophat, pois-
que vous vous 6tiez pr6: ent6 plut6 ch-z
Emmanuel Alexandre. a Les termss de
cete declaration (semble.,t riveler que je
faisais partie de I'escor e des militaires
qui etaient charges de proceler aux arres-
utions de la nuit du 14 au 5 Mars.
C'tst pourquoi je vous prie de me di.e
6i jamais j'ai eu A vous n.j irer l. m.aison
de Mr A. Cliophit ou cLle de touat
astre personnel cette*nuit-la.
Ayant 66 malade, alit', a pa: tir da S.ime-
di 8 Fevrier 9g. 8, aprei les funerail'es de
fnco le Genral Magloire, je vous prie de
me dire formnllement si, de ceite da.e du
8f6vrier au moi, d'Aviil 1908 vous avtz
souvenance de in'avoir rencontr6 soit dans
les rues, soit ailleurs, soit m aene dans
m mason, ou d'aileurs vous n'e.es ja-
mais all.
Cere-scigneinent ni'es: absoluinent n6-
cessaire por que j- pizse savoir quel cas
fire de la piar; c me concernant dans lin-
tervi w de Madame Th6oma Laporte.
Je vous salue affectueustment.
VALEMBRUN, avocat
D,:puMt au Corps IWgislatif
N. B. Cettd ktttre eit re:ommandee A
la pose au N' 3202.

Jdedmie, le jinvicr 1909
Lettre ouverte
A S. E. le President d'Haiti
Au Palais National Jd Port-au-Prince,
President,
Les negocian.s, marchands ct marchan-
des de Jdremie, soussignes, confiants dans
Vo.re soilicitude pour le Conmerc: Na-
tioaal don't le re'evement es: l'un des fac-
teurs du bin c re general don't vous
pursuivcz li re.t:is.tion, et p.rsualei que
Sloi dua o saot 1903, contre les L-vian
tins ou syrias, a t inspire par les be-
soins les plus prcssanis du pays, et une
peIose de justice et d: protection qui ne
surait chiappzr i Vo:re s-g experience,
viennen bLen respccrueusement Vous sup-
plier de prendre en consideration I'cxpost
qui vasuivre. La place de JEr6mie oh na-
guarc flrissait un commerce essentielle-
Inent nation-', fut tout A coup envahie
pkr Is syriens qui ont, cn peu d- temps,
ccypare iesr atffires. Une concurrence de-
cler a assur .ette suprematie qci, andan-
tissant notre autoanonie commerc'ale, me-
nac, de ruiner bien des families. C'est
qu'n tff., JereImie est une vilPe com-
etC ite, par excellence : toute une po-
Pulation active et laboricuse strait iinpi-
yablemnent sacrifice dans ses moycos
Cistetce, st notre commerce de gros et de


detail devait rester aon mains des syriens.
D une part, les nagoci.nts imporatears'
sont forces de cesser lers op6rat:ons, v
Sque la plpart des maisons syriennes 6 a-
blies ici, sont des succursales aliment&es-
par les maisons principles situ6es A Port-
j au-Prince, ce qui fait que le movement
Sd'importation est deveno presque nul, i
la douane de ce port; d'une autre part,
les pauvres marchands et marchandes ne
peuvent leur acheter le ',pea de marchan
discs qu'ils important, puisque ceux-ci
sont incapable de les ecouler, en face de
la concurrence syrienne. Car, les succur-
sales don't nous venons de parler sont des
boutiques ou l'on vend en gros et en de-
tail, en contravention ouverte A la loi du
1o aout 1903 qui est une loi de protection
en faveur do commerce haitien, et don't
I'article 5 faith defense A tout syrien d'avoir
plus d'un etablissement de commerce. Afin
d'installer leurs boutiques dans les meil-
leures positions, les syriens oat faith monster
les loyers des maisons bien situaes au point
de vue commercial, A des prix exag&ers,
et par ainsi, its en ont fa;t chasser les
matchands et marchandes qui les occu-
paient, et ont pris leurs places ; quand its
ne peuvent les deloger, its trouvent le
moyen de s'installer A leur porte, pour
ainst dire, er grace i leur tactique, attirent
les ci,.n i mpurt nent et resent les mal-
tr.b dc ia place. On compete plus de qua-
ranie de ces boutiques, dans la seule rue
du commerce.
C'est la ruine, A breve Ccheance, pour
Is :ousigoeds. Nous croyons qu'une tell
situation m&rite la haute attention de vo-
tre Excellence. Les sentiments de justice
et dc respect de la loi qui sont la bise de
votre gouveinement, votre patriotism
6claire, et les idles nouvelles, d'ordre et
de probi:6 qui sont l'eisence de vo:re pro-
gramme nous font esperr termemtnt que
vous ordoncrtz l'exdcution, a Jetmie, de
!a loi du xo aout 1903, qui est ia sauve-
garde de tios droits, e apprccr.drz-par
ainsi, aux .yriens que le itgne de la cor-
ruption a pris fin et qce l'cxtca:ion d'une
lot quclcouque ne p,-ut plus 6~rc paralyse
par iA ~cIilie d.s fonctionrinires, la loi et
Ia justice 6tant des chosts s.intes, et non
pas des marchandises.
Daigncz agrer, President nos plus res-
leetueux hommages.
Suiv.nt I's signatures, des nigo:iants mir-
chands et mar'chandes.
------- -- ---= = -


louVeiics EtrangoCres

Derni6res D6p6ches

WASHISGTON 13.- M. Buchanan cn-
voye extraordinaire du Gouvernemeut
Americain A Caracas, telegraphte au DC-
partement d'htat avoir sign un protoco!c
avec le Gouvcrement VnzuEalitn yo.,r
le reglement'de .toue les questions tn li
tige entre le VeCizuela tt les Etats-Unis.-
M. Buchanan quittera Caracas mardi.
NEw-YORK 13. L'entrec de l'ambIassde
fraonaise A Ftz, ou I'attendait le nouveau
Sultan Moulai Hafid, a 6 6 un 6vunt ment
considerable en cc qu'll marque la reprise
des relations diplo.vauiques centre la France
et le Gouvernement Mrocain.
On rcoil de Fez des details int6ressan:s
sar I'arriv6e de M. Regnault. Les premiers
europeens qui ont salt.e le reprsntant de
la France rtaient M Macclod, consul d'An-
gleterre ct le Dr anglais Vctdon.-- Ds dC-
lreations d'lndigtnes algtrienu ri'idan .A
Fe Ertaient alls an devaot de l'ambassade
poor souhaier la btenvoenue M. Re.c
goauri.


L'ambassate est entrC solennellement
dans la ville le 31 Janvier, a to heures do
mnatin.
BERLI 13.- Le chancelier de BBulow
e-pere les meilleurs resulats de la r6cente
visit du roi EdouarJ i Ber:in.
Pour comnEwmortr la utite du Roi
Edouard, le coiseil municipal de Berlin
se propose de donner ie nom de quarter
anglais A une nouvtl' section de l ville
Chofiue rue y recevra le noin d'une des
principals crds ang'aisCs.
CONsTANTINOPLE 13. Dans un commu-
nique publiC aujouid'hui le comit6 de
l'union et progres(jeunes turcs) oppose on
d6menti catrgorique iJAla nouvelle qu'il a
pris part pour dtroner le Sultan et le
rcinplacer par le prince Yussouf, le fis du
pred&cesseur d'Abd-Hamid ; le comtt6
ajoute qu'aussi longtemps que le Sultan
respectera la Constitution, les jeunes tures
respecteront sa vie et ses droits.
MEXICo 13.- L'Eruption du volcan Co-
lima, dans 1'etat Jolisco, continue avec un
redoublement de violence. II y a eu au-
jourd'hui un certain nombre de gronde-
ments souterrains suivis d'une p:uie de
sable brulant qui a detruit toute la vege-
tation sur une grande etendu& du Pays.
Les villes et les villages voisins sont cou-
verts de poussicre et de cendrts Un tor-
rent de lave d'ue mile de long s'kcoule du
double cratere. 11 n'y a p s eu de victim.
AUSTIN (Texas) 13 -- Des depeches du
Mexique annoncent que.l eruption du month
Coliina se faith sentir jusque dans:les parties
les plus reculees de i'Etat de Morclos.
Dans les vills de Patzcuari, Atio, et
T'a.amtbro, les grondemi.nts souterrains et
its tremblements du isol somn si accntues
que de nombrtusts lamiles ont quite leuts
imaiaons pour se iiugier dans lacampagne.
PARIS 15.- Rente : 97.80

LE HAVRE Ii.- Cacios SHaiti 5666.
Le *Prins Willem V et uAssyriav sont
arrive,.
PARS 15. La Chamnbre co: inue aujour-
d hui la discussion de I'lmFp6 sur le re-
venu sous la pres.dnicc de M. Etienne.
M. Cruppi isita hicr A N.,n'cs, I'ecole
pratique de commerce et d';nadustii: pour
gal ons ; I'cole d hydrcgphie, I'ecole
prof.ssioanelle, I eco!e des s:'-nces et d'in-
dustrie pour jeaues files. It a;sista eniuite
A un banquet otffrt par e, Chambr.s de
commerce de Nan ts et de S:-Niazire.
M. Chdron s'est sendu A Ca n oi it pre-
sida une stance de la Ligue de i'enseigne-
ment.
Mr Co-ta d, B auregard, anicien di.-ute
de Ia Savoie nrmenbre de I Academie est
dd6.de.
Mr Robert, radical so-ia is'e, est elu de-
pute de Chaumon'.


--- -
Baiique Ralfo ale d'laili

Coiform6ment aux instructions du
Secr6taire d'E'at des Finances et du
Commerce, la Banque Nationale d'Ha-
iti a l'honneur i'iifjrrmnr les intdres-
ees qu'ils peuvent so presenter a ses
guichets pour toucher une vingt-deu-
xibme repartiIion sur les Emprunts
suivants :
Gouvernement d Haiti, 0 o/u -
1 o/o int6r6ts du ler Decembre 1908
au 31 Janvier 1909.
Gouvernement d'liatti, 3 o/o -
ij2 o/o interets du ler D6cembre 1908
au 31 Janvier 19090.
Coutre reua et sur presentation des
boos*.
Port-au-Prince, le 8 F6vrier 190t.


Avis important

La Chambre de Commerce de Port-
au-Prince porte a la connaissance du
public que, seul, son president signed
la correspondence et toutes autres
pieces 6manant de cette Institution.
Port-au-Prince, 17 fdvrier 1909.
Le president de la Chambre d. Com-
merce.
D. DELINOIS

Chr6tiens, accourez
tous I
Nous avons l'avantage d'dnnoner
au public que les reparations entre-
prises A la chapelle de la Croix-des-
Missions ayant pris fin, la fete orga-
nisee en I'honneur de S. Ex. le Presi-
dent d'Haiti est fixee au dimanche
21 fevrier courant. La messe sera e-
16brde A 7 hrs 112,
S ..

Compagnie P. C. S.
Avis
La Compagnie P. C. S. prdvient les
interesses qu'elle met en adjudication
la fourriture des approvisionnements
mensuels suivants :
lo 900 ( neuf cents ) metres cubes
de bois A bruler ( Le metre cuba esii-
me par poids a raison de 480 ( quatre
cent quatre vingts kilogs lemette cube)
Le bois doit etre detaille dd facon a
ne pas presenter des pieces ayant
une longueur supdrieure A 75 ( soi-
xante-quinze ) centimeres et une
6paisseur ou un diamietre d6passant
vingt cent'metres.
2o 30 (trente) tonnes de carbon de
bois.
3o 200 ( deux cents) traverses en
bayahonde, bois brun, sans aube
blanche, de 1m75 de long'eur. Omr20
de larger minima et Omrl5 d'epais-
sour.
Les traverses doivent etre droites,
non fondues, scides aux deux bouts
avec deux surfaces planes ou paral-
leles, travaill6s Ala hAcheou Ala scie.
Ces quantities ci-dessus sont A !ivrer
tnensue element le long de la voie.
L'adjudication sera faite pour la du-
rde de six mois, A parlir du ler mars,
contre le dpO,6 d'un cautionnement
s'elevant a lavaleurde la moitie d'une
livraison mensuelle.
Les offr-s sont A adresser, sous pli
cachet, au Dep6t central, Champ de
Mars, jusqu a la date. du 25 fdvrier
1909.
LA DIRECTION
--W-- --- -----S-- H--r --
M. et Mmne Laporte-LAFFITE
(NatE AucinEH)
60 Avenuedes Gobelins, 60, /Paris)
Ofl'rnt leurs services au commerce
et aux families, tant de Poit-au Prince
que des autrts villes d'Haiti, pour
toutes commander de marchandises,
vins, articles de toilettes, de mode et
de bijouterie, etc.
O.a peut edpedier les commander
a I alresse ci-dessus et pour tons ren-
seignements s'adrerser au bureau du
journal.

Etude
DE
IMe Chrles MILLER
Notaire public
53, Rue da Port, 53.


- I- I







Panamas !...
Pour Homunes et pour Dames. chez
AM" Li NIDE SOL&GES, 22, Rue des.Fronts-
Forts.
Accourez tous I!
I1|


M .!~OJ~


-jirig a par

L. HODELIN
A mebra d o1 Soditd PkAfes
1&ropique des maftr'ia taileisv d& PM*
Vient do rezYoir un grand choix dr&
toffee diagonale, casinir alpaca, chovi.
t, cheviote pour olouil, etc, Recomauaamm
de pardicaliArement A At clientble was
belle coll3tion do couapaa l cai ir*,
do gllets do faatalsie at do p1qu41 d4
tout, Isatt
Sploialfit4 ds : 'osumes de dno-
oes.- Coupaii Fraliaisa, Anglaise WO
Aaa6ricaine do I&derniore perfactiou.
La mwtison confection'ie ausii de3 Co-
tumax is ai.14IM'iras, ji--Ibi tr. rod~w
dolmansu tun~;quef: r .1a'7btt% car-
FAM. sto srtl. J-A !Oss .r~

M" Ca. L. erret
Tailleur-PTa cz-han&,
Donnie avis sa bienveill.mutrt clien-
tWle que sa mrnai!on No 7, Rue Traver-
siere est to7jour hi.ri pourvue dune
varit6 d'ktotfes dc;D Ih bete anon-
veaut, parisieines.
SUALIT* STPtR19,RR. COLY'Pg L*GANTS
TRAVAIL SOIGNik. EXtCUTION PROMPTE-
Prix frh nr1cits i


Fra itciisco


DESUSE


Fabricj, r, *' de cinJ-Ussures
La Manufact ire a toujours et, d6p6t
an grand stock,. pour la vente on
gros et en dNtail, de chaussures en
tous genieas pour
HOMES, FRMMES, ENFANTS
Les commandes des commercants
de l'interieur pourcont etre executee
dans une semaine & pen prbs.
23, Rue des Frouts-Forts, 23
POPRri-A-PkINCE ( HAITI )
S -



C. i w,;I e
14s,, "-Al"D w e ; 143
POK RT-Ar-P ..NCE
CHAUSSU -S N4 TOLD'S nENRIS
XN D*P')T. POL.I LA VINTS
KN GROS ST DETAIL.
Ux4cution prompted des
command s, tant ici qu'en
Province.
Formes A hommes ; 616gantes et ra
tionnelles.
Chaussures de dames ( Deri~re g-
de Paris ) et le plus commode:
useures pour enfants confection-
oft avec des Peaux. de tiaoes neeee
U'se election et dur6e irr6prohob
Z, A des prix avantageox.
SOrage, pates et 1iquaes
POMW ea oMIw d to ..s ee, e


[ hapeaux
Chapeaox I I
Chapeanx t!
PAILLE DE P3RTO-Ir :.
ACCOUrPZ CHEZ

JOS SAN .NIJ.L

Le coiffeur artist, qui viTnt avec le
Concours d'un chapelier remarquable,
M. JAIM TESTAR, d'installer une
FABRIQUE DE CMAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon de Coifure du Louvre
Pour tone les coati at pour toutem
|ee bh uorse.


APPARTEMENTS


A L'LEGANCE
i- -
OORDONNERIE.
e-_. MXpE
42, Rue des Fronts-Forts.
(IHAUPSSLRS IN DtkPT,POUR LA V MTe
Promp*itule et soin aux commao-
re$ .*k.t ici (qu',.n province.
C;i-au ~u.red de Dame forme et tra-
ril toujours tout ce qu'il y a do plus
noJve 'nx.
Formes americaine et franQaise pour
Mt sieu"s ; 616gaDtes et commodes.
Pour les infants le plusA 'aise.
Travail solid ex6cut6 avec
des peaux de premieremmarque
Assurance de grand rabais.
P, n rijrmacnr. t LiAcrUldvl


PTJ1 ATTR FAXi LLE


Installation modern % --.. onfortabio. Vv! swr La "ter T,mpdratjr,
dotu. %; -d'tu-4hb. Lea Tramwaysvzs" fo !,lOt4.B~iiCvm utes Usa 7 Minute.
PROPRIPTt SPACKEUSE. S&OUV!RA.N'T SUR DEUX RUES
PROMIRNA.DE19 JSv.RT fnx3
Salle dn ricd-4 Lir~.-f Sozaneri-s fri-ctricyu e%


T.Ailf Xa.


GRAND


Lcby jr: :-,i I~' ct 1! h#Mvraa,
'C 1 9.


PRIX


HORS CONCOURS


Rhum Barbancourt
Mddailles d'or, Mention honorable, Membre du Jury, Grand
prix, Hors oonoours dans toutes les Expositions depuis
1881 jusqu'& 1907. ( Anoien et Nouveau Continents)
Madame Veuve BARBANCOURT, seule d6posi-
taire de la marque Rhum Barbancourt et seule propri6-
'iire des formules qui ont fait obtenir ai Rhum Barban-
ourt les m6dailles d'or de toutes les Expositions, a pris la suite
s affaires de feu son maria, et se tient A la m~mehalle, sise 7, Rue
Les C6sars, A la disposition de sa nombreuse clientele,
ont les commands seront ex6cutees avec le m6me soin que par
Spass6.


TANNERIE CONTIMENTALE
DI
Port-au-Prince

CAPACTt 500 PEAUX PAR JOUR
PREPARATION DES PEAOX DE VINGT-QUATRE (24) COULEORS


Vente des ohaussureS : Chvrmau-glac6, Verni et
i urs, pour Hommes, Dames et Eofants.


cou-


( BrrouTOn, ELasrInQu a LAct )
E gros et en detail pour toute la R6publque..


H BELLEVUE

Place du Champs-de-Mars
PORT-AU-PRINCE (HAITI)
Mme Hermance ALFRED, directrice


____ ___ ____


I'


Ne mangezl pls ic p
8'il n'estfaitaveo la "Pllsbu,
Best."
La meilleure farine du m
Celle qui donne le meilleur p4
Qui produit le plus de pain
Le pain le plus blanc
Le pain le plus 6lger.
Pour tous renoignements 't
dresser a :
Ernest Castera
repr6sentant de la PILLSBURT'S WA
BURN FLOUR MIU. CO MIMNIAPOI
MILES
-~J ---
JULIEN FLORUS
Ancien dlRve de la W28 Compagnis
d'ouvriers d'Artillrie ( Lorient)
Se tient A la disposition du publl
pour tous travaux de worOe, et d',
JUSTAGE, de REPARATION de 0co0f
forts etc. etc. A de bonnes condition
Rue de la R6volution No 19
Vis-a-vis de la Chambre des Ddp*


NESTOR FELIU
L'exce lent tail leur avantago usemei
connu de toute la R6publique vi
de rouvrir son atelier Ru, Froi,
( Rue des Miracles ) No 61, pr-- de V
Legr C(auvin,
Sa nombreuse clientele trouve
common~ toujours toute satisfactia
pour l-s travaux qui lui seront co
fils.

Cliez App. Cipolin
155 Rue Rdpublicaine en face de I
E. Robelin
(.onserves fraiches arrives par dv
nier vapeur.
Assoortitnent complete d'huile d'olin
pure, pr' gallon demi gallon et po
litre.
Vin de lordeaux : rouge et bl%
vinaigres, madbre.
Grand assortment complex de i
queurs.

Gu prison de M" V. SARRAZI1
Oatte'r,, dr, tub, rculol e pulonaire et larylf
rAll L'ELIXIR DUPEYROUIX
i'.r \mV., ,, i.... .SA AZIN, rparatrlic el ld
it >r i.1vit ,. p,' .i>r,.t..ente la phot,,g ravure c-C"I
r .!... .., i. : t.lef, Pari s quarterr du Ja
r ------de Plate D
i peut une a.iY-'
tuberculeusen'
.. pour laique'e0
Sf"it dea t, .ect it
& tr~~~-.: r:a. tratraehctalt f.
",." '"r l ui rI&
S' mai ne i f
,gere t ) ylas.
elle at t i ua
S" el t Ae cxpect'-er
: "* crachats p p ."
S :.,. trs aboadAI" '
aviril W e
...... un refrukse

e (uuisantun lderoi-liccdp.t.t rle poU lailDo
.'r.nvoya a I i r.imuji r;g ,.i. iifI: abolndautt t;n""A
gie sr prodlidii encove pirlsieurs m#&^< 0lcc lad*
r"rcnt pclrdiec. Elle vint a ina consultation If'$rP(V-
,hre tcw:. J, lui trotiiai dles lesions t(iterwl"eus
*(eimvrine degrrf occup.i,tl 1 1 ,0o1iiion dr"'
elut :r ct Ic soititnet diu |p illnon patnclhe. L[autr
sa voix 4I.iit c,.IuvetCe el s.a lar-1-1KtetuberI"
alla!t -'aC.i r; v:. n aa. Je lwu i prel'.ri'i'. mI on I ral
a Iba;e 'TEI.IXIR DUPSYROUX. Au ibolut d'U'
lc :'r.,i>l:.ii, I dtin u rre It, l^ ,ux eu t Ic tit IJa>"iJ
et ti'<,I., inlerrlruaeus. le lirvnlx all i sio UI. ]
avat ':ilagrui.l ia i d kie -ir a *. IF i', tlecelu b tC I'
eia it coiuplct-ment riaie-c. I.lle m'a permit depU
,on Cas daia le but d'elae IlaitI" i aS emsbMLe
.. Square die .:lesliue. PaYlWI
P .-o. L'Elixir iJUWuE e.I a u.< de ciiae.
hdtrr. iod,, Slaliu r lW -plh ,hater de chaux. U Nl.a.
mquMI la (bmu~- cuaatilar tuberculruMr d-A<
*infgui. La hcwi 4Ua lbip. roul. *otourt* de b __