<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00547
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: February 11, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00547

Full Text





Deoui me Ann6*, No 562


PORT-AU-PRINCE ( HAIT )


Jeudi, 11 F6vrier 1909.


Arthur Isidore,


ADMINISTRATZUR


'


J


Camille N6r6 Numa


OUOTIDIEN


..qjj,.F --.-- -.- -. -- -

Abonnements: DIRECTEUR-FONDATEUR i.E NUMERO 15 CENTIMES
PORT-AU-PRIN Ui sMoi. .O Cl6ment Magloire
Taots Moir. 5.00
D RTMENTSU Mo. 2.20 ----- Les abonomernts parent don T et du is de cbhque
TDoPs Mois ( 6.00 DIRECTION-R D&ACTION-ADMINISTRATION moil et sent payable d'avace
STRANGER........ Tlors Mois. 8.00 45, s O, 45. LMa manuscr item aro ou non no emreas wn reana


REFORMS


VTT


URGENTES


de la politique. La trop libtrale cons-
titution qui sortit des principles mr-
mes de cette revolution atnit trop avan-
cee pour cette 6poque. Elle ne pou-
vait done que gener l'action gotiver-
nementale, oblige de se fair snrtir


partotnt on les reformes promises
Ainsi que nous l'avons 6tabli, avec river a une organisation interieure sd- ataient reclamees. Cstte constitution'
la loi du '29 Dcembre 1848 les t'co- rieuse de la R6publique, le Pr6sident contenait des dispositions supeibas
lea dej institutes, qui,fonctionnaient Boyer out A poursuivre sans relAche en faveur de la diffusion des lumieres,
tant soit peu A la satisfaction des fa- la pacification du Nord pour mettre ii faut I'avouer : r6alis6es elle renove-
milles,prirent un novel essor au dou- fin a la guerre civil qui d6solait la raient la Patrie. Mais comment les ap
ble point point de vue de la r6gula- nation depuis 1806, A entretenir des pliquer imm6diatement quand le c6-
rit6 des etudes et de la discipline relations de cordial fraternity avec td materiel 6tait A ameliorer lout
classique. les populations de I'Est qui venaient, d'abord? II fallait commencer par le
Le personnel enseignant organism d(s 1822, 'de se mettre sous la pro- commencement.
de tell sorte A rendre les r6sultats tectiondudrapeau haitien pour 6 hap- Des difficulties surgirent ; elles mi-
plus positifs. se montrait mieux per a la domination 4trangBre, a apai- rent nos horimms d'Etat dins l'inca-,
dispos6 A rtformer entierement le ser les passions politiques en gtrmes pacit6 de porter la main A I' aLvre
system existent sur des bases pe- dans notre propre sein, a r6primer les omme .is le voulurert. Et voila
domme .iis le vo ul uor e t. Etdan3 lad-
dagogiques plus modernes et, surtout, abus qui se commettaient dans I'ad- comment les theories des =avants po-
plus en rapport avec les sacrifices ministration g6n6rale du pays, A pa-, tiiens de 1813 resi?&rent letties moies
que I'E'at venait de s'imposer. cifier la Grand'Anse don't les vues :au debut men e de lour triompil et
S il n se faisait encreu destu- allaient e l'encontre de cells du qu'elles ne parent etr r'eprises en
des trs imparfaites squ'en 18 pouvoir dans luest, enfin se tein -ous-eve ap eux, r i fal-
et, peuts-ette mme, uesqu'A I'institu sr 'e pied de guerre contre une ova- lait reconqusrir les splits gares
n du sion des ar'm6es de la France, en at dns les tourmentes rtvo.itionnair s.
programme d'ensei eme t tendant le riglement de la reconnai-- La reaction op6rait partout des r yen-
qui n t atre ne elu suivi de-, sance de l'Ind6pendance national. di nations insens6cs Guer ier,. Iier ot
STout cela n'etait-il pas fait pour l ich eurent pour legs, li mission de
pui 1820 avec les additions don't ojPdturer poleg, tps o.
o avons arl t occuper r segment le Prside conjurer le nal et, ce ne tAt pas sai.s
de l'xteson s if s qi oyer et obliger son administration' se soumettre aux plus cruelles des
Sfurent appotes n'taent pas be n6gliger ds devoirs que nous recon- dpreuves de la'politique de parties qu'ils
grand, i est vrai, mais romt-naissons .tre sacro-saints. parvinrent tour a tour a s'y dsvouer
taentdefonern ne saurait manquer d ls re- pou ramener la paix dans le pays et
ranches e f'eavenr. llepu lit en tant que 'on n'est pas ab- asseoir la stability national.
eaint qu sur les sresto ares b6 par de pareils soucis. Dans la collection des t Lois et Ac-
de I'art denseigner les matires pres- Mais la Rdvolution de Praslin fut- tes a de Linstant de Pradine, tome
writes; elles ne pouvaient que prof- e'le plus heareuse dans ses vis6s pa-' VIII, 6ddt6 A Paris par les soins
ter uti ntne tout en fa- triotiqus On n sait qu tro d'Emmancel Edouard,de regrett6e mne-
vorisaot la transformation syme combien furet d6cevantes toutes lI moire, se trouve le texte d'un project
scolaire adopt depuis la sopr6matie combnaisons de progrs qu'elle de la maine de Port-au-Pince qui
coloniale, fautes de moyens ratio- croyait opportunesdecisivespour opt- cree a partir du 8 juillet 1813,six 6co-
1els pour mieux faire sous le regime rer la venue d'une ere nouvelle do les primaires gratuites dans l'tendue
atibnal haitien. Mais un pu d'his. prosp ritd national. Pourtant, Haiti et aux frais de la commune. Ces co-
toire a'impose. ptait d6gag4e de toutes ses entraves : les ont 6te installdes pour introduire
Pfisant, s'6tait doon6e la mission de ment depuis 1838, en faisait une na- Lancaster mod ifi6 par la m6thode
r4pandre I'instruction populaire beau- tion autonome, arbitre de ses desti- indi viduelle ; mais ont-elles pu toutes
Coup plus qu'elle n'a t6 auparavant ; noes. fonctionner conformdment aux dispo-
Lar, I'un des griefs centre le.gouver- La revolution eut pine le temps sitions administrative qui l insti-
lOmeit du Prdsident Boyer 6tait que de ddvelopper, pour les pratiquer, les'tuaient ? On ne peut rien prdciser A
SChef d'Etat avait n6glig6, d'une fa- grande id6es qui eurent l'heur de la ct tfgard. Si cells de la Capitale et
con systdmatique,d'clairer les masses. rendre si populaire en un clin-d'oil. de Carrefour r Asisturent que!que
eA bin consider lee chosen sans Tout ce qu'elle promettait pour le d6- temps, cellos de Carradeux, de Pttion
P6rti-prig, sans aigroer come sans veloppement de l'Instruction publique Ville et de Fonds-Ferrier, routes trois
,n, n'6tait-e pas une accusation no put point 6tre entrepris. Les des 6coles rurales ajourd'hui, n'eu-
" on tout an snins fautaisiste, plus beaux projects conocs dans coe rent qu'une existence aph6mbre. L'u-
loriae l'on onsidbre qu'avwat d'ar- seass'doanouNiintdevant les soucis no d'elis, 1'6cole Lancast6rinne ac-


tuelle, qui a conserve son origine,
avait cesse d'etre ontretenue par la
commune au lendemain de son inau-
guration. Au rest c'est le budget de
1'Etat qui,depuis fort longtemps, pour.
voit A toutes les n6cessit6s classiques
de cette ecole ausi bien qu'a cellos
de P6tion-Ville. de Carrefour, delFonds
Ferrier et de Ciradeux- si ces deux
dernieres existent- d6sign6es comme
ele sons le nom d'Ecol's Communale*.
II est done av6r6 que la R6volution
de 1843 n'a pas r6pare la faute con-
mise par le PrAsident Boyer, pendant
ses 25 annn6s. Les fails et gestes des
patriotes'ne pouvaient d'ailleurs abou-
tir qu'A des rdsultats n6gatifs, si l'on
considere que l'important service de
I'instruction publiqne s'6tait trouvel
pendant la p6riode du Gouvernement
provisoire, entire le4 mlins du Gnedral
Lazarre succedant A M.;Voltaire mort,
peu de temps apres avo:r eu la gestion
du minisftre de l'Instruction Publi-
ques
B. ST-ROBERT.




RENSIGNIEMENTS
METEOROLOGIQU ES
Obs oerva.toir*o
DU
SEINAIRE COLLEGE St-MARTIAL


MERCRMDI
Baromatre i midi


ro F~VRIER 1909
762, i"/*


Temp6ratureminimnum 21x,8
Maximum 331*7
Moyeane dimrne de la temperature 26,9
Ciel assez clair. Vent d'E6t fort et sec.
Beaucoop de poussiere. Le Barometre re-
mo te.
J. SCHBRBR
Tribunal de Cassation
SECTION CIVIL
Andienc du Mardi 9 Fivrier 19o9
A dix beares et demie du martin le Tri-
bunal sous la prdsidence de Mr le Vice-
Psidudint Brat Sopnhomme, pread silp
et entend les affairs de:


RiDACTEUR EN CHEF


op












Joanem Hilaire, centre Charles Bon-
bon.
Le juge L. Denis, Rapporteur donne
lecture de son rapport.
Me J. L. Vaugues, pour le defender,
est entendu en ses observations.
Le Ministere Public. Mr Luc Domini-
que, conclut au reject du pourvoi.
Suzanne Lafosse centre Francois Paul
Leroy.
Mr le judge Laraque, lit son rapport.
Me J. Adh6mar Auguste, l'un des avo-
cats de la demanderesse, est entendu en ses
observat ons.
La continuation de l'affaire est fixie a
I'audience de mardi prochain.
Le siege est levC.
Revue des Journaux
( La Discipline )
No; PARTS POLITIQUES


est, pour l'honn6te homme,une honte de
s'entendre reprocher t6t ou tard, une ac-
tion qui n'aurai pas dO e(re d-gne de
lui I
Mais reprenons ce que nous disons des
parties politiques.
La vacance du po:4voir comblec, la plu-
part de; candida's se soumettent A la vo-
lont6 populaire. Ils sont disposes A aider
I'Elu de Iturs concourse, A mettre A sa
disposition kurs lumieres et les fruits de
I'expCrience rcquise aux affairs.
D'autres, au contraire, rongent lears
frrins av. c c.e- grotesque i-pptience,
maudissent ce people qui s'est 'permis de
prefer unautrc A cux; a'r. ceux-lA corn-
me pour se venger d'avoir rate le faueuil
si moel'eux de la presidency, fomentent
des conspirations qui deciment partisans
,t enntmis, ayant toujours la przcanti' n
de se mettre A l'abri des balls d6s qu'ils
tn'erdent, au plus loin, ou qu'ils croient
flleutendre* ler r.F~lI. .. .lr1 i. l b.-lt


C.est un strange spectacle que celui de C c.r q ,, se fiicanm illuCion sur leurs
nos parties politiques, dans ce pays qui a mrites r&ls, its s: figurent que nul nest
un si grand beson de p ix, dunion, de plus qu'eux digne des suffrages nationaux
rnQ'i srvenne ne vacance dmoouoi et ils sont en colre centre le people q,.i
Qo srvienne ne vacace d pouvo ne les a pas accept s come son sauveur.
tous Ivent la trte et combattent pour le Etrange prct:nnion vraiment.
triomphe de leurs id6es. C'est bien I. tin Quant A nos, nous sommcs de ceux
droit que Ion ne peut leur d6nier. A d
roi que ion ne peut leur denber. qui resptcient les idees polit qucs des au-
Ce qu'il y a de condamnable : ce sont tr Nous comprenoni que 1,on peut st
trcs Nous comprenon3 que l'on peut se
les precedes que la plupart d'entre eux tomp.r r s moycns d'appliquer un
m-tt.nt en oeuvre pour atteindre leurs ,t cmme n d
bu:s. II n'est pas jusqu'a la division qu'i!s prince ;tIt comme n, nous pou
ie. PrCh"nt 'POUr Y arrive ; et quand au momc, bat le bicn commun, nous poe
tiw recentnt ',poury arrive ; tquand vons nous trouvir auj)urd'hui c6te A c6te
leurs efforts seont couronnes de succos, ils vn nou tour aujur'hui ce c6e
eur efforts sont couronns de succ, savec notre avcrsaire d'hier ; et que, si
dementent routes let esp&rances qu'ils nous'ions c!on, no srons gnes
avaient fait naitre ; et ce pauvre people, e s compile.
tromp6, encore une fois, se laisse fire. o soil i est ds pais p-
Pauvre people I en sot, i1est despartis po-
re t ems que dre e litiques dans les rangs dcsquels on ne peut
Man s tout le temps que d dre la lutte, jamais marcher ; on est done oblige, pout
on ese, aa out instnt,sur e point de nve, ne pas perdre les fruits de sa bonne 6du-
on est. A tout instant,sur le point dTen ve-
nir aux miins, on se hait, ii en est metme ation, d'aller en liges parall1es avec
Seux.
qui ne se font pas scrupule de d6verser
sur les adversaries les. plus noires ca- H6pital Militaire
lomnies ; l'homme le plus respectable est Ce matrn a eu lieu A l'h6,ital militaire
souvent charge d'outrages ; l'intol6rance une imposanre masse chant6e a I'occasion
va si loin que certain chefs de parties in- de la IAte patronale de 1'tablissement. La
duisent leurs partisans A couvrir d'infamie c6rmonic cut tout son clit par la presen-
tous ceux qui ne font pas leur jeu. car ce du Pi:dident d- la R6pub'ique acao:npa-
c'est une impertinence, une tdmrrit6 que gnd du Gal Ph. Argant, commandant de
de ne :pas penser comme eux ; hors de I'arrondissemien, al Mathieu. co.nmin-
leur ceuacle, on ne peut pas etre honnete dant de la pace, Dr Sylvain, Gal Ulysie
home. Simon et dc officers de l'Etat-Major.
Scrutez cependant la conduit de ces in- La Musique du Palais, en tenue officiel-
tolhrants, vous trouverez consid&rablemen Ic, exe6ut quclques beaux morceaux de
A y redire. C'est d'ailleurs le proc6d des son repertoire; la quee fat faite par Mile
malhonnetes gens, que d'etre pen scrupu- Clestina Simon qu'accompagnait M. Jus-
leux sur le choix des moyens qu'il em- tin Carrid fils, Mile Marcelin, M. Emile
p'oient centre les adversaires. Basticn.
S'il est quelque chose d'Ccoeurant, c'est A neuf heures, la messe prend fin et
que des journalists, oubliant les devoirs la foule e6!gante de fiddles s'ecoula lente-
le plus l66mentaires de leur sacerdoce ; ment avec Ie ccear plein de reconfortantes
qu'ils sont IA pour conseiller, diriger I'o- chooses religieuses.
pinion dans la voie de morale, la v6ritr, Le- equipagcs du Pal.is emportaient
la fraternity, luttent avec une folle ardeur bruyamment les h6:es de la Grande Mai-
A qoi donnera la prove la plus ind6niable son, ainsi remarqu6s :
du dedain de la v6ritr, de la morale et de Mile Simon avec M. Carrie et un offi-
la fraternity. cier d'ordonnance, dans la voiture de itce;
ls ne savent ni ne peuvent soutenir une dans une autre, Mine Ve DucouJray, Mile
polFmique qui puisse difier le public qui Vendzilia Simon, avec un officer d'ordon-
suit leurs debats. La bone foi lear ait nauce.
d6faut : et leur vocabulaire, si charge de Visi e officielle
terms qu'6virent avec soin les gens bien
nlevs, froisse learn lecteurs, tout en don Hie r martin Dr Sylvain,chef du proto-
nant on specimen do peu de soin qu'on le, Mr A. Duval, chef de division au de-
a accord A lear education. IUs prouvent partement des Relations Extdrieures, An-
an orgueil sans mesare A entmdrc Its bi- dr6 Chevalier et Wether Douyon, officers
dads et les gains des rues vanter leurs de la maison militaire du President de la
6crits, qui out le m6rite de la gro sitretd Republique ont rendu i board do CASSARD,
et de I'injure sealement. Dr6le de suffrage navire de guerre franqais, la visite que le
en verite, et qu'6vitent de s'attirer ceux commandant da bteau avait fai;e au Pre-
qui oat on pea soci de leur dignit&. silent Simon. Le Dr Sylvain a present
Un succesrde tapage, nous n'en voulors les personnel qui l'accompagnaient au
pas : attribuer A des adversaires de mau- Commandant qui, A son tour, a prdsent6
vaise pens6es on de coupables actions, que son etat-major. II y cut discours des plus
mous savons indigsn d'euo, c'est calomnier sympathiques A la suite desquels on but A
et nous ne voulom pas de co mdrite ; car II la bone entente eistant entire Is Franu et


Haiti et A laquelle on travaille de
d'iutre A rendre d, s plits troitcs
Rtccption d.s plus cord'ales.


part et


Dans l'ap-'i midi Mr Carteron, ministry
de France Mme e: Melle C eron, Mellcs
Cclestina Simon (t Venedlia Simon, Mr
Paul Santallier. Di-tcteur de la Banque et
Mme San allier, GI U'vsse Simrn, Dr Syl
vain et Andrb Chevalier. sont recs A
bord, par le Commandant du Cassards qui
leur a Lit un- receptionn des plus aima-
bles.- Le bateau de gaerre francais fut ex-
plore dAns presque routes ses parties avec
une curiosi.e des plus visibles. Nous cro-
yis.; c.A'A lIin entio, de Melle Ce!cstina
S.mon qui a une passion tres marque9pour
i. pe:is bi:o..x meurtriers de la guerre,
les mitrailleuses er les canons du bord fa-
rte.t maInnuJk vr, p.r les artilleurs avec une
scienC: q,) e or ,c
Oi est descend du bord. un pen tard
dans Ia soirde enchin.d de la politesse et
dJ. Ia ..'a..A:LiL J.s ..ffii...Is f anl.is.
R. flei
Li rail-: Jd chcvliL Fol .4mnour est fixde
pour demain v.ndiedi 12 f6vrier dans le
cafa de Monsiur Beaumont Dennis au
Cha.i p de M.ai .
Port-au- Prince le ii Fevrier 1909.
A-rivage
lit r-I t i c ':v stcrner 'B,livi ,i ecc
les p',, :: s i:it, 'enant de :
STh.iWI,. ;ir V. Cabche fils, A;u-
gist 1 Sinio.i S:;n, Anidrd Cherubin, Ii.
Wi, thol ;z.
Cap. L. E. Pouget, Mill e 1ide ,m,
nero, Richard Jn Bxp.iste, J. Berna din.
Nos Commandants de Placb
U1ic .:1lt, 1';iioin te grails p.laiteurs
et de ii op iditaires de I I'laine est v.-
rue ce matin, rn nos bureaux, nous si-
gial.-i la. conluite audmitable I--; cora-
iaJnii tlatits l cI pl .A; qui so ld 1peins.-alt
ci. quj jour, ene laborieuxe! intellig ints
elljr'is Fo'ur longerr satifacitio Ai cila-
cun.
D)es Iurniees sont rtdg-li6reinm jt f.ti-
tes et l s C'onL rn l: Iiit.s mni!it iir. in-
formneut des nmoinlces neces-sittis Ile
nos : icullt:ur ; ils s'offrent fin.rne
pout li aiti tout c iqi e, t en leur pou-
vuir, tout cc qui depend d'eux. daus le
but >(I''ncoul'ger It s travailleus ct
industiels deo la Plainc.
Ills sot vri-ruent idignes ,l'Mloges ;
au..si l:tlr belle atti'ue lie devait pas
rested -ous Sil',ice, c:'est un conscience de inotterca fait. CGar,la quid-
tude est cassuri., les droits des ouvA iers
de la "Trire gtarantii. le r.,slwect por
eux et leurs families s'aflirniant davan-
tage et counlun Oconseduence heuren >e
le trav.ii', I' ITort triorn hi t-t so: :a
forme la plus productive.
II nous revicnt quc e sont l s ins-
tructions lormelles du Prtsident Si-
mon qui, ainisi observes par les conm-
'iiatldnitls dIe Place paiduisent ce.r
beaux resultats.
Au nom des habitants de la Plaiio,
compliments au gouvernement.

Tribune du MATIN ',

Voici les acts judiciaires don't AC. San-
daire a demand I insertion.
LIBERTY EGALITA FRATERNITIe
REPUBLIQUE D'HAITI
e Extraft des minutes du greffe
du tribthati de Paix de Mira-
s goAe.
L'an mil neof cent neuf, an to6* et le
mercredi trois Ferr, 4 oa bheares do
mating ; -


I_ I


Nous Geffrard Ferrari, Commisssaire de
Gouvcrnement do resort de Nipps,
sister de H. M. IJ Bart. juge de Paix
catte commune et du D' Foruaod, gretf
de cette justice de Pai ,
Obtemperant aux instructions ecrites de
Ministries des Finances et de la jstlc,
sommes exprcssement transports i la M
son Htrrmann Rrimbo'd & C* trablis smr
cet e place, A I'etfft de perquisitionuler
prendre comrniunicanion des lives tant do
la Companies c Hamburg .American Lim.
don't ils sent agents que de lears livrMes
commerce, rclativement aux exp6didti
de cafes taites, le quatorze Janvier ec-
sur le steamer a Bivaria s, aux fins do
constater Ic bicn funded de la d6concul .
tiftn fait au Pr. idenimd'Haiti que sur mlt
vkngt szc, dc cafrs embarques sur le a i
varia, Cinq cent quinze n'ont pas pay,1
d'eits.
A no-re arrivt'c A la dite Maison, n
avons trouve lts sieurs Emile Goldeml
ct 1B hmre auxqu: s oous avons fait part 4d
suj.t: d. lnotre transport et qui oat ais i
no':r d:sposi: ion l.s iivres et papers ci
dcs-ous w J6,igds, d..quels nous SvOY
co St Itet ce qui suit :
i" Si: rei4u da borJ, provenant do a,.
hier A souchcs, constr'ant qu'il a t6 n-
p.1i., sur le s:eC mecr Bavaria ci nq g
cinq sacs de caf:.
20 Quatre expeditions concernant los
cinI It cini s.:,s Jd cifes dent deux ca'
,itic-,in,, au ifavr,- direcrement et
n.f ,,oix"il'te ,.ix :t1i H\vre Option.
;'" i':.\ miles 's en double conceraal
!. ,es ,/ i 1 ci1 s'.c d c idss cxpMds
don't i 1 n our dex cent sixante dix au HI
\ re Optin ei dcux cent trente ciuq aus I5
vre dilcctclrnent.
.4 s;x cOInnisse'ment.f, constatant I'e*L
dwiion des rin, cents cinq sacs de cafts.
so Lcs borderaux delivres par la DoU
n ,1,. c- port au:x dis sieurs HetrIMS
KtRiLibld & C" de cette place, constant
I'txp-dimion par eux fai.e surt le Bavariw
de dleux c'Tns cinquante sacs de cafes, pet
eC: qlua( ante deux mil neu cent cinqsal
li r'cs .
6- Un cope de lettres, contenant d
fa: ure- consta ant eur [expedition So
tB ,vari. ,i de Jeux cent cinquane sacs tol
pour lHAvre ;
Unc Icttre: la Co.npagnie (i A
boilrg ), avec avis de cinq cent cinq sacS
iaftis enmbarques sur le *Bavaria, don't -
centi inqnante pour Herrmann., Reimbo
& C& Viugt pour Guilliod ct dux cent t1
t, ,*inq pour Talna Gousse :
Ctic ietLe A a Compagaie i St-Thonl
lli donnant avis de I'tmbarquement sullr
S iv B ay ira de deux cent roixantu dix -s
de cafle pour Havre directement ;
L'n: l-tire par eux adiessee a Messi"'
B13:,.kidze & Co Havre, leur donw.O
avli de leur expedition de deux cent cinylP
it saIcs de calfs et une lettre*, adresse
eutx A la Maison de Port-au-Prince,
donnant avis de I'embarquement sor
i Bivaria des dits deux cent ciunqi42S
sacs de cafes, peasant net quarants deux l
le neuf cent cinquaet lives ;
Do tout quoi, avous dressed Il
roces- vt rbal que nous avoos a ,g
cs sieurs Emile Goldemberg, G.
Ic juge Jn- Ban et son greffir.
Ainsi signed: EMaLK GOL MN53lG
BONE H. M. JN-BART, G. Flams, a
FORTUNe greffi.r.
*
L'an mdi neuf cent neuf, am Io0
I'independance,et le mercredi ; CwriN
heures et demie do matin.
Nous G. Ferrari, Commisiriws d
vernement da resort de NiWppl
H. M. Jean B Jrt, Jageepal decte
mune et de Dr FoPesM~ gst~la dW
justice de pa ia L u












0t6lnrat anx instructions 6crites
gliemts des Finances et de la justice
5 expressdment transport Ia ma.i-
a. Gulliod 6tablie sor cette place, A
de perq isitionner et prendre corn-
ao de se, s livres de commerce
e meot A 1'exp6di'ion de cafhs qu'il a
lequatorze janvier could sur le stea-
Bavria, auz fins de constater le bien
Sde is dinonciation fate au President
it que sur mil vingt sacs de cifsI
rqu6s sur le dit steamed cinq cent
e o'oat pas pay de droits. A notre
!e en la dite maison, neus avons
6 Ie sia:r Emmanuel Guilliod a qui
avoos fait part do sujet de notre
port et qui a mis i notre disposition
rres et papers ci-d :ssous 4.sign6s,
Aels nous avons contest ce qui suit.
Lc livre de comptabilit6 trnmestriel
gence de France, en cctte ville, ct
avoos vo, sous la date du treize jan-
koul6.
L et Cu, Allemand e Bavaria 1io
lordeaux.
Guilliod,francais 20 sac;.
Gotsse Haitien,23 i!sacs
R. *t CoAllemands too sacs HlAvre.
Un connaissement A lui dtlivrk par
ann, Reimbold agentslJe la at im-
g, Arnricain Linzr p.u r virt w~cs
iftsexpeie6; au H.v-e ;i .1 ,.
Un' copie de lettr2 cun.,n. : i r .:
:par lui adressee 1 Mcs..Mct.r- 1 c;i
at New-York, constatait IE x,)cJd
de vigt sacs de cafes pesant wrCt troi
kix cett vingt dux livres sur le B -
i d qaatorze jaiviLr idoul .it A ni
e par lai adressee l Ms-ssiturs Keitel
*A Port-au-Prince, servant de double
annaissement pour lei vi.g sucs de
p6sint trois m;l deux ceit ving: de'x
i qu'il a exuCdid; A Messieurs A. H-Ih-
Co par a Bavaria, ,
4e, son carnet de pesage ou n:f)us
i cotastd que le lquatozie i.lnvi r
6 ilaeie pes6 ving. sacs de cifis p,1-
act trois mil deux cent vingi leux
, lesquels caifs dvaiLn -tirc Lx .,. i
; ( Bavaria. .
tout quoi, avons dresd6 !c p:&,ent
s verbal que nous avo-is sig.ic av c;
ur Gailliod, le jugI J in-B rt c: s,)i
er.
asi siga E. GCl iAd, G Fcrrari II1
a-Bir', Dr Fortune,g!eltier.
Pour expedition co.jr.aC.
Collationn


quel nous,avons constat6 que son expidi-
tion de cl44 sut la Bavaria et&ait de
deux cent trente cinq sacs ;
2* Deux bordereaux i lui delivrwt par 'a
docane de ce port, consta ant qu- s > ex
p4dition de cat s sur le i Bavarii vit
de deux cent tr,..t cinq sacs, pe..it ine
trente mile sept it quarante sept livres.
3 Un connaissenent A lui delivre par
Hermann, Reimbold & C, agents de la
Hamburg Americain Line, pour de..x sics
de cafs, destination du HAvre :
40 Trois quittances d'Exportation A lui
delivrees par le Directeur de la donane
de ce nort, pour son expeditioi de caf6s
sur a Bavaria P :
So Son livre-journal ou r' -,vo I
cons-atd que son expedition de caff sur le
a Bavarii ,, etait de deux cent treit. cinq
sacs.
60 Son copie de let :r oam n.;s oon,
constatA dins sa lrttre adr,,.ae au s;eur
Revest & Co a Paris. que :;o-i t.. li:ion
de cafcs sur le Bavaria 6tait de deux cent
trente cinq sacs.
De rout quoi. avon; drc.%i- le present
proc6s-verbat que le dit citoyen Talma
Gousse a signed avec nous, le juge Jn-Bart
ct son grcffier.
Quatre mo;s rays nuls, deux renvois
B.,ns ci-'q a Ire-, mlts riy6s nals.
A',i ;. 'n' : T. Gousse, G. Ferrari,
LI. NM In-Brt, Dr Fortune, greffier.
PColr colati confo,:n
Collationne :


Dr FORTUNA, greffier.
*3
Ii towrt qu aprts exa nen minutieusC-
~nt faic tant des livre% dte l'Ag-n-n, en
cutte vitle, de' Ia 'vHambur,-Americmn
Line s, que ceux des nigociants-exporta-
tcurs sus-par'es. papi r; -:! bar..Lrexux de
loijane, qua1i I- Ic-, d mil'e yin n !,.tcs de
caf..,so 1n'a 66E embarqucL s-rr le Bvaria,
(n drtv d quaiorze Janvicr &-oaI, que
cin4 cen;t caiq sac; pevr. nt 11- ''l 0--- v!Ilgt
qua re m :e mIcuf CI. d x--.i..uf aves,
11o'v cCn 1.r*C mtnr.,q 'i H rrnjain .11n-
bald, E. Guilaid ct TAlm.a G3auss%.
U InCh a rjyL nult, o.: A. migt prooJ-'g' c
oounne.
A'n~ sit~e:If. MI. ,-B tr-, CF. F.,:ri
D)r FoutL*, gnrfihr.
PCalr o,,~ic cont irme

Dc ForOTU.Nk. qr, ffier


son depart pour Berlin, ville
vis'tbe depuis ving'-cinq ans.


qu'il n'a pas
Q ielques ra-


rs personnel s'attcnd -nt A c que cect,
vi ite dissipu les mnfinE-s mutuciles qui
-i:tent entire I'Angl .-:re et I'Allemagne
e- qu'elle ser--e au id:..blissc:n : de ebn-
timents d'aff.c ion.
Ei attendant, t L:-d- s, il ,' l t qucs-
ti!n que de :nit I- I 11111 anna uc
\ 1 abri d'an .e i 'asi':i i .llen i'. Al-
itlnagi' nest pi; :'ran. 'iii ch -
cJPi sair qie s. le P ,' li
e re considtrl C ;I. n: 1 V-ti! ., t p)s-
sible.
PARS 8 L, G.uv.,vrnenicnt f .ant i
si' ropns; I fire fire ss'r I clirasie
d'e cadre I -dA a d'i:: 'r. 'si c; exp';rien-
ces pour t.ablir cer:iin, ftii c ):r nnt
la rds;stance des n.vires m.odernes an fitr
de l'artillerie et les peracs qee ce dernier
po r-air i.'fl'cr A IaL'tquipl tI .
NEW-YORK 8. I'accord est d fininive-
in n* e:abli entree Constrntinoplk et 1Vinne
an sujet des compensations financieres.
L'entente ne ponvnit plis a re ,ort ir de
difficult et le resumr d li'accord qu'on
public, repond assez completement a ce
qu'on etait en droit d'attcndre.
L'Autriche-Hongric, 'out d'abod, re-
nonce A ses droits et privileges dani le
Sindiak de Novi Bazir ; en ce qu; coi-
cerne la Bosnie-Herzegovine, il tst stipu-
I6 que dans on d4lai de 'rois ,s ar A prtir
de la ratification du prooc :ie, les Bos-
nirques musulmans pourro:-t imn ngrer
en territoire O:toman, :ou:e; garanties
C'anr dnnne&s pour la sauvegar.-' de lenrs
biens et proprri'cs. La lib-r.e ab;olie d-
rel;gion tt de conscien-e e~"< .a urte A '-n-
tc ta population' d- Bo;nie-llHrz6,govin- ;
c'est l'article 4 de l'acco-d q li traite des
compensation
Le Gouvernem-nt Austro It g- iis s'en-
gage t verser aai G uverrncnent 0 toman,
dans le.; quaai rz j ~:rs: :ipr's la rectifica-
tion d-i protocole, la om,:ie de deux mil-
liot:; et d -ni de iivrc's !rrq .e, tn or pour
le r.'chit des pro.,ri. & de I'E it Octo-
min.
B-RLIT 8. D s i .'i:r. i s.n fti-
toe pour la it6: p ion .ffici '; du roi t
de la reine d'Ai;iite ::, Lc- rues s.,nt
povoisets.
LONDRES 9.-- rFi E l ,a. I la
reinf A'cxmtldra 1,ii C'''' L, ties liier
minin, se reudan- A B.rli;l.
1HAva(E 9 C.ft Por o C.ab-',o : i5.
kFARhs 9. Rtnt 3 '/, : 97 25.


Dr Forturn, grlitier. voil:a,: i.irt&ia 41"i lei- A' eii- 1tr. n
it do L'acouq4t ion finule d& fond.- iE, f:, soi, k. V.1 1 ,1'. i6i
iai*D. Xpirtle conirt tI npersosiwi-l 'fo res, M. Pichon fit con: m r_:i Coa eil
n alil uL.:Lf cent neuf, am n u6e i LE ICt: J 01f ow de- Mirgt-Awblok, I'.,ccord conclu entre Ics i v--mcments
[cdi trois fEvrier A mim ; lt 'lldndt'lu un tisu o cmo wt;3 an! ) r.c c; ci etrehsn et r. v :nar'&nMaroc
ls, G. Ferrari, r 'irs'isscire du )u- r Aa bA '6se; 0oinni e. 4.Atvo i A da urora cnsicr6 .1 1'envint.! daf-fiiiive qui
~ftet du ressort d
de d Nppes, s; i st4 I'o defivr' mot. s',s ,6ab it' cntrc '-i tdenx l'aissince%. A
hJn-Beirt ede re d.: rcunE d eI C -i e Jj* A bi--n '1ireux le lir lit Vi.,die I C )n.-i' i \lin'stre des affuires
et de Dr Fort un, Gr4ffic.r d z nttre aes dtPCh6 t 0 'i rngeres tgraphila M. Carbon lui
Justice de paix fl F~biicia*Int C01c01t-4 m 1, -o iP('r 4"'-"CV 1isametmant les f~ficitatin dm do Goavcr-
iempErant aux instruztioni &ritc., d d.s *jcjustafl-i.r ass-rtions t3'. rie: .i ,ment. On crmm,-tqi l'(xa-ier, des pro-
ties dci fiu4[Crs cit de II jus i -, s % I (),n at 1" 4 A g4a."a s positions do minivre de la rniine ten-
lpres-ement ran.;por; 1 La ni uisr ct. a~hiavtOUSd bj ree"iubiaai$oI dAnt I'nuitisjmion de r.0:rr fltte p r ba
qubisatjon ci p~rendre CO hiCT1ifMlCDAIRA misc en pratiqvc des divetscs m1es .res
dquisitio nne r e ct prendre c ** ( n:L- n m men -:r es. Vexara en c, ) inu -ra sa-
de ses livres de cominerce rc~iativ,:- rr'di
"'"klitio n dC CAf qu'i a frie1 iix ICf. ~J~r I~,,,t
Lf Ch x;iibrc curl."n ihxua:-r c: a jowd'hul
Ifz. janvier Ecould sur le steamer Ba- 0 es1101 finstde'''s' Aadi:UeSion d a; 6: ,:ir revcnil.
~iD'apr~s on\ c~'~i~, 1-m rc in Au G,'r
a~ fnsae ontter le bieri ,fimti. kA nCr~nt de i AlaucO .Iu- G ) !vr-,10
dhaoaciAtion (fite w PCsij.t da'H Et, ric-ii-rit de I'Afr';uc no%

11r s lle viugi sacs de caf ts e mib rqg o ds h 1-; 6; 'tro u pes li vr& : i'
it steamer cinq cent quiztzn I c), I rn')ires lvrn: 'm*. ti C i'm ).iS
6de droits. Nc i r~nSGl ?.h-iireux danc lIAbuir. No -s a.co-iihui-.
C de doitr!tues et ig Ve's_-is.
art vde CM lA due maisoa, nous hier pir I'ctxpio'iO-. I Xt, 1 u C 1 be s
1C uv Ic citoyca T. Gousse, auquel de i'ynfufii.e e: d : i.dx ri !e cIrtromilics WAAINGTON 9. I. Ls %.iatL urs Klitrcl.-
~s fait part d a ujet de notre qua se tro" vjit1.; ; -nl yjSM d, 1 A ge, Foraker ct Teiler se %ofit joinis A
1 t lequel a mis A no.re ditpotai- mine de Turq zeg iieux. L' x-1 .i i.' 1 Cr d ceux de leurs coll ',es q11i ocut 0ppOics
'"itts c p,?icrs ci-dessous desi- i entendue A dix m!l-s A aa raa1% Toutcs I. construction u'uju carial A Ecluses a
~0Q0I 1 Mooswns constant cc qel 12 it *tu ans un IPalnraM. Les troiS 1Doaters p AIare:t 1o08
ts & bri vsli g'rvn nt f sr le jet et mpesioion mr outa1
911 43i 1* d IsASOU ddan Ic- Le- rwmr S.- Le Roi bst i I& veille dc p'oo& is Jor e:ci roisc r SiolI


QIB eGl Transatlantilne

L~e paqtiebot M'.nrlal sera do retour
.ljL1edi 13 t repartira le meme jour
i It heure. trxj ,_precises du mating
p ir Petit-GoAve, Port-d .-Paix, le Cap,
dles tet !e HAvre.
\11M. leq ila-i;1~iagws s-ont priA,; d"Wer
.1 1 sat~dl 1:1A 1) lietiress du ma-


1". M. LTIERI


------------pp.--ipo-- -
155 .'Ut R, i. li '1' t' enface de Mr
E. Robelin
4C,011 1"'v '-; ft aichi+! arrive;3 par der-

,\-~Mtjilnfl coilp'lat d'huile (Iolive
IiJ1Utj, 1611. gillo' &3,wi gallon et par
lite.
Vin de Iheda, l : roi'j t hlanc,
viuaigre., inadf! a.
Graril a-sortimnent conplat de ii-






R'ir 41;;vkin" -fit Co-igpcil XA-I~miniq-
H-:Wnii Pn dale- ]it (9Novembre 1008.
~lrn ;PI~ CAMPAG\(NE P,41 Poinme- qotim-s
dini'.ctoimlr Ih LI I3.ow Nquiatioi Iowf'la'I Ititi.
11 '20 :,,lti: iim4 ~A ~aipter tw)itp-4 j)it(nes
qnP1,!oque-4 enjoin te-
m-oit vec lesc; lxes dh service vompd&
!ent,
Po:'t-au P, inc 1~ 1) ftivri,-" 1'VO
Le D;reet'eur
PAUL SANTA ILMER

Comp-ignie P. C. S.
.Ajvi s
La.; Cormp:ignio P. C. S. ortw6iotlt les
,Z ttSr~,~-s qii'olk met en adjudication
Ia fomrpiturc des approvisionnL~ments
menssnels suivaits :
I~i 9M)( nrtif cO i's mitthes cubes
do boiPt; A hr i Ctlr ( L ir Mre (-. c-be esli-
n1~5 :.i priid h I:i A, d- 4sO ( quatre
c('11 qtu.ilre vingts kilos lern~tte cube)
L- 1) ,) doit tit" 'iet-iAlH6 rdlt facon A
ne p?,, p.t 6.4n r Ides pii~CCs ayant
tine lonwog.r s-iitp.,rieiare A 75 ( soi-
x~mto-quitiz.i ) eerlkimbres et une
4& p iss iir oi r n ndia!WiLtre de~passant
Vi ng6t eentt I L-Ir os.
2, .30 (trente) tonnes de chi-i bon do
bois.
3o 200 ( doutx rents) traverses en
b-tyahrit1,de. h io qbr-in, .sans aube
blanco do laM do longaeur, Om20
da largetir minima et WmWI d',pais-
sear.
Les traverses doivent ALitr droites.
1U10 f11ndtie,, :ied :mIyc dux bouts
avec det"x ,rimfa-f-s pIaties ou paral-
Il.!'-, tr.~%.ti!I: s i IhA ,he ou A la scie.
(:.i q(aaIiLCA- c i tio-sts sOnt livrer
ink., -;'1l01-ir1m ont Io l ri d d i la voie.
!,'.r'4jiii -lioin 4'ra f~iite pour la do-
rA de -ix Imio-, i wml-ir do ler mars,
coir~frat Ic dr'~iiia( d'lii (:autionflem~flt
~'~l~v~i l a Ia vduul~ r. diJ I~tn oiti6 d'une

L.c~ 01k-is sonic Ct adresiser. sons p11
cac~lireb, au I)&ep~t ieattlral, Champ d
Miars, jusqu'A la dat.' dii 25 fdvrir
1909.
L& DmvcTIax


L'











Panama s !...
Pour I-Iommes et pour Djmes. chez
MWe LIVNIDE SOLAGES, 22, Rue des Fronts-
Forts.
Accourez tous I!

f (in Fe irft~S


"t -a V-'':, I *tr
L. J61 UIlI
.j r 'j -1: Philaic-
8hsq'ew e des "cxfz -i' uri dis Paris
YienL de recevoir un grand --itA d'd
tolfe diagonale, ca i'nir hevio-
to, chevi.te pour *Thu;2, e H;o nrun-
de pa-t;,-uli4remL-- t -a n! I o uri
belle Co'!, Aion 'tjo cx c.6imir.
& ririet-, 43 bat, do
;3u~;it6 do ,~;s.... de no-
C'35. -Knupe?4 q- Angrlais et
Anz-ricaine de Ia ltenrru4ra epe-fction.
La ioJk.l i'onfoCl1vmia-e Ausvq; lax Con-
tu-mes militaires, ba bits brod~s
dolinmas, t'anlqu.eas, 'habits oar-
rNi. w'. : t3. do to- 1.voiQ

Mr C. L. Verret
Taille ur-!.rla fl-and
I )ozi te avis :A 1.i. v i!I O ien-
tRib( -:m .-a rflaL-oI No 7, 1r0,- rravar-
SiA're ~t(-UjO11'-;Ij V iu PI)111 dune
vaiiWte d'&totfe I d- la I aute nou-
veautd parisienne.
QUALITY SUPkRIEC-;R. (:QUPE *L GANTRY
TRAvAIL. SOIGNk E'.CLTICN N PROMPTZ-


Franci Sco


DESUSE


Pharmacie W


Place


Buch


de la Paix


Execution plromnptH et soign(e des ordonnances.
Analyses scientiliques et techniques.
Analyses ,., mineriis d'or, arient, ( nivre et autres metaux d'aprts la
m6thode ani(tlricaitie ( fire cssa!y ).
Fabiicatio, d'Eaux gazeuses, sirops et veritable Kola
Champagne A P. 6 la douzaine.

Droguerie en gros et en detail


Propridtaire : AT


Buch


Pharmacien dipl6me allemand
M. BLOT conserve son dep6t de Kola
Rue du Magasin de l'Etat


TII
H ""'a BELLEVUE
nRiEsrTAURANT

Place du Champs-de-Mars
PORT-&AU-PRINCE (HJAITI)
Mine Hermance ALFRED, directrice
APPARTEMENTS POUR FAMILLE
3ITN ERS-LUNCHS.
Install .;", moder-ns t coifortahle. -- Fuesur la nr. Tempdratur.
douce at r-i.o,. Les Tram:,,ayxs ,.,,,,t I'Hitel-Bellsevu toutes, i 7 Minue,
Pl' "RIETEi SPACIEUSE S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMKENADES JARDINS
Salle de ri:cey~t..-Pianc.-Gramoplhoe.
8onneries Electriques
TfH' A&ts dourx, I.; m/d d 4 f1 "Mrs,
TaM--: d'H6Vt ': 7o U4., 7 st r 4u t ,r
sa 7 z 9I kmere du setr


Ne mange plus de p
S'il n'estfaitavec la "Pillsbiu
Best."
La meilleure farine du me
Celle qui donne le meilleurp
Qui produit le plus de pain
Le pain le plus blanc
Le pain le plus 16ger.
Pour tous renseignementag
dresser A :
Ernest Castera
repr6sentant de la PILLSBURY'S WJ
BURN FLOUR MILES Co MINNUM
MILES

JULIEN FLORUS
Ancien ddv e de la 26' Compagi
d'ouvriers d'Artillerie ( Lort)
Se tient a la disposition du pt
pour tous travaux de FORGE, It
JUSTAGE, de REPARATION de
forts etc. etc. A de bonnes condit
Rue de la R6volution N* 1f
Vis-a-vis de la Chambre des


SUCRE TURBI
Si vous voulez un pur
produit de la canne
Sans aucun ingredient chimiq
Rdclamez le
Sucre de MON-REI


don't la supdriorit6
par une M daille
Jamestown (1907 ).


a Wt6 reco
d'Or obtenu


a tonjouio en d p6t
pourL, vt-vitte en
- ~: TllaUSSuIeS on


HOMMES, FEMMES, ENFANTS
Loss commandos d& s ommereants
de l'int6rieur pour.out tre 'ex6cutees
dans une semaine a peu prts.
23, Kue des Fio ios Forts, 23
PORT-AU-PRINCI (' HAITI)
-- ----- _LT-`r r
Cor ionner e NOuvelle


G. B. PETOIA
143,GORASND'RUE, 143
PORT-AU-PRINCE
CHAUSSURES EN TOUS EiNRES
M D*P6T, POUR LA VINTX
sN GROS XT DETAIL.
Execution prompted des
commandes,tat t ciqu'en
Province.
Formes A homes ; 616gantes et ra-
tioulnelles.
Chaussures de dames ( Dernidre mo-
de de Paris ) et le pls commode :
ehaussures pour en ints confection-
n6es avec des Peav. ,.e toutes nuance
d'une selection er duree irr6procha-
bles, a des prix avantageux.
Cirages, pates et liquides
Potur chaawurs de: touttf w ,ew.


GRAND PRIX


HORS CONCOURS


Rhum Barbancourt
Mdatilles d'or, Mention honorable, Membre du Jury, Grand
prix, Hors contours dans toutes les Expositions depuis
1881 jusqu'a 1907. ( Anoien et Nouveau Continents)
Madame Veuve BARBANCOURT, seule d6posi-
taire de la marque Rhum Barbancourt et seule proprie-
taire des formulas qui ont fait obtenir au Rhum Barban-
court les m6dailles d'or de toutes les Expositions, a pris la suite
les affairs de feu son maria, et se tient A la m6mehalle, sise 7, Rue
des C6sars, A la disposition de sa nombreuse clientele,
don't les commands seront executes avec le m6me soin que par
le passe.


TANNERIE CONTINENTAL
DR
Port-aa-Prince


PREPARATION


CAPACITY 500 PEAUX PAR JOUR
DES PEAUX DB VINGT-QUATRE (24) COULEIRS


Vente des chaussures : chvreau-glao6, Verni at
leurs, pour Hormme=, Dames et Enfants.


oou-


( BouTroxx, ELASTIQUn w LacI )
En gross et en detail pour tonte la R6publque


L'Exposition Communale do I
lui a accord la plus haute rc
pense.
D6p6t G6n6ral
23, RUE ROUX,'23
( Ancienne RUBBONNg-FOL)
Tafia :=2o Alcool 90
aso


Guerison de M. PHILIPPE
afttsit de tubprcado.se p~iai.w)o1L1e
PIARt 'ELIXIR DUPEYROUI
rr 1 'Pflte 'a
"'r,%tir e 04 ~
I It o
hr w



iii .b1 .I~ I~I
:(( IOU

4"1"r Itl~c Ii It'll 0. 1 %14'k PYZ
fttlt rc, -suial-Ode ell a liajgi a Is ~I
paIs nie chos2 INII',IkC 14. 11 1141111AP~
fri. de OI\aI,4semejts de sang. c CI e
trci, 'I I 1,es, tin 4 temi-verre oolviron chlikilas
fut oblii '. (bii t amars iayv de ceitser it)"
Vint a iia covlljtotj(AI el kjuilel de Ii alI0
Je luI tr. I, r;ia I, jiImon gauche attellit ON
lirions t1:1"l1.! IE lises mu det ixitD-ju dfK.I+
WOn dt droiJitri.It .Las kMi*ti i'll'rt MiS ibsrietir 'e-
via fiiti tIr.qileolucqi It a a h4r 17ELIXIR DU
Au holt dWurn Iuis i ii tic teIrciiva micu- 'e
dre so~n Iravail~l. Le 94 lj (eiluore 1 10 *e
rratsse de 3 kilos, tie otipa it PlU
plu( c"t Otait completreeeast gs I. 11
~ublier soiul cas daes le -ut Wetre I'le i
5. Square de J1O
P. S. L'Kill. [Jbup.tyl 5:S4Aa hd-
f~r, ldeta-iiiatgIyr~r6opbtftitoj.wm JO b.Lu"*
voqinim Ia Isriaajiioo dsidoth..zia to doI Is
smagda. Lo Sucon d*lzir ipoq 4.619
11oltomm d oe bswereakass .rFiv6frIts
ad o v of em No CCh. Iwa W. *AISS"U'i'


Fabricant de chaussures


L~a %tariutacture
uri grar~d stuck,
gros --t en d-tai!,
tous gCnI1eCS pour