<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00544
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: February 8, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00544

Full Text







Douzi6me Ann6e, No 559


PORT-AU-PRINCE ( HAiTI )


Lundi, 8 Fvrier 1909.


mom wmlwm --- Ir u~I 1--


4rthur Isidore,


4


J


V ;


Camille N6r6 Numa


OUOTIDIEN


ADElNlSTRATUtUR


R&DACTEUR RN CHEF


Lbonnements: DIRECTEUR-FONDATEUR L'1 N1' NUMA"RO CENTIMES
PORT-AU.P3MUm Mon. t. G2.00 Cl6ment Magloire
(P Ts Uazs Mots. 2.20 ___ __ Les ao wac part ent du x'- et dd u S do d ho qW
D&LARTKMENTS Uw Moas. yabes d2.20c
Ml TRoW Moa 6.00 DIRECTIONS D kCTION-ADMINY"TRATlI ONloir Ct I(Ant payables davanc
MRANGER ........l TwMu Mon. 8.00 45 LVI ROW, 45. Loi, gnv$r.&ts Ins6rbs ou nor. no serosipaareaia


istoire d'* t tousles actesofficiels del'6poque, vous
H is to 're d'H alti verrez reparaltre sans cesse celte ap-
pellation, qui avait le mdrite d etre
A L'USAGE DES ADULTES jusqu'ici & pou pris inddite.
CHAPITRE VIII 11 parait que ce gouvernement res-
taura mal le: affaires publiquee.; car
ie 15 Avril 1876, le gouv rn, ment
LI tre nouvelle laquelle donna tutiosl sent faites pour les peuple.q el de la Restauration tomb lit, dan. les
overture I'ex4cution de Salnave, fut non lea peuples pour les institutions. termed suivants, sous le: coups de
so sai nouveau de regime parle- II faut le dire sans ambages : c'Otait foudre do lingratilude na'ionae
entire don't nous parlerons plus une fire lion de science sociales e omit e
srd. Disons toutefois,des maintenant, formulee par Domingue. Malhcureu- p!e et I'larri
ue le pouvoirs publics haitiens don- cement elle ne fut inspiree que par la
Areot, sous I'administration de Nis- mauvaise foi politique, largemert par- Concitoyen tm gouvernetneut
age, leur maximum de soumission et tag6e d'ailleurs par le Pouvoir I&g'sla- inconstitutionnel, d -s potique, vient
* respect & la constitution et aux tif de Domingue. d'expirer.
)is. lHaitiens! disait, en effet, a son i er
Co no fut certes pas sans tiraille' tour, I'Assemblee national consti- e La liberal trionphe...
ents de part et d'autre. On peut di- tuante, une Constitutio.i des plis a Tontes no. librles, ils ( ies Do-
ique le Pouvoir l1gislatif d'alors fit avanc6es et qui no pourrait convenir mingue-Ramau ) les avai3nt conlis-
,t son possible pour adapter le A aucune nation de I'Europe, pas mB- quBes et foi des a.ix pieis. La cor-
~e rnement de l'6poque aux theo- me A cette vieille France, don't 1'6du- eruption, le vol et I'asi;*ssinat ai.mnt
6s lib6rales et aux textes qui les con- cation morale et politique est f:ite il 6rig s en L.yztime. Dj lourds eim-
Oaient. y a des siceles,.. ut donn6e au peu- prunts se contractaient & l'iint irieur
C'6tait renouveler la tentative de pie... Vainement, apr s deux 'aies oet I'lranger dans l'uniqre bat d'en-
rocuste qui, 6tant donn6 un lit d'u- d'exercice du pouvoir, le gouveine- gcaisstr los coffres do to-urs cIratures
Scertaine longueur, voulait que tous meot de Nissage proposa-t ii d'appor- et sans profit aucun I our Ia nation..
prisonniers qu'il capturaits'y ter & la C institutionn des modiflcations a D^s miislrei complaisants ; (des
aptassent, coupant les jambes a don't l'exp6rience avait dminovitiY la chambrcs timides, se viies ou ven-
qui avaient trop de longueur, es- n6cessit6. On n'en tint point compt,. dues, accplaient et vo'aiont s:ns
yant, par d'atroces tiraillements, do De IA, de nouveaux tiraillenme:!s, mrniure uxls dci;ios les ple con-
allonger loraqu'elles 6taient trop un profound dissentimant entire lea ir aux intt6ts du people.
rt. mandataires du people ; de la, I'ad- C'en 6tait trop
Rien done d'6!onnanta& ce que les ministration des afflires publiques AUGUSTE MAGLOIRE.
iets ruassent continuellement des restde sans conti1le, enfln la si'ua- I- -. --.-.-.
Se. des mains, et la roade finale tion la plus difftlila o lo pays sO soit T
Is proclamations presidentielle jamais trouvd...
27 mars 1874. par laquelle Nissage, i Haitiens, voila ce qui est rcsulit 6
s'en allant, disait : J'ai pris tou- de I'essai de la Constitution de 18G7, --
Sles mesurea propres A assurer la reconnue depuis lorg:emps impratica- lel be blent nous en vouluir pourj
Set garantir lea personnel et ble. Eh I pouvait il en 6tre autrement? une v61itl dite sans penser A fAire de
proprieta... en investissant du Eat-ce pour un people que I'on fait un, la peine A person.ie. II nous dtait im-
n mdenment on chef de I'arm6e Constitution ou faith on un p uple pour possible do fair une distinction qel-i
tienue le g6n4ral Michel Domin- uns Constitution ? conque, ein pallant des pi varicatioali
0connu par lea minents services Bref, Domingue, cherchant un commises pai nos douatiicr. danh I'ex-
l1. reandu an pays, par son civis- tremplin A son a re nouvelle s, choisit ercice de leurs fontiolls. Nous main-
el d6t entour6 du suffrage de la la revision constitulionnelle: on avait tenir dans la sphere (ds ( 6CA alilte6
Iorl d e concitoyens. 2 tellement parle de ,Constitutioa sous dtait en qui31.jle sorte notre r 6e,to it enc
_bi bien, Domingue comprit-il de Nissage, que, sous Domingue, le peu- admettant capIendant hl pji6.seince dans
Ssrperieure c que eela voulait ple haltien, par pur besoin de nouv.au nos dojaies de ctaies peroe
ti U secoua le regne de la Coustitution la morality desquelles i n'est pas pr-
lt'"ns I s'cria-t.-l dbs sa pre- avec autant de facility qu'il secouait mis d'avoir de doute.
adresse au people, Is lotte par- habituellement le regne du despolisme C'est un inouvement d'iodignahio 1
S re qul vlent de s'accomplir personnel. touted naturelle de la part de ceux qui
Poffre qea rande leqon et le so- Cect fait, le government de Do- savent avoir la conscience pour eux et
de pro0od0 mDditatlons. Elle mlngue fat proclam6 le a gouverne- qui souffrent diflicilemeat qu'il soit
mP rPeIle m toot'.* Qu 1r iu- meat de la Bestauration s ; feuilletcz port atteinte leur honneur sans qu'ils


aient donn6 raison. Nous serons tou-
lours disposes & respecter les suscepti-
bili tsetAdonnerpleine satisfaction anx
camarades que nous aurons involontai-
rement froisses; mais quand il nous
arrive de parlor au "nom du pays, de
denoncer la conduite anti-patriotique
de ceux qui ont la geraace de nos a[-
faires, il nous imported pen de savoir si
on sera content d'uu c6td, m6content do
I'autre.
Nous occupant des affaires de la R6-
publique, nous ne serons jamais dispo-
i' s A 6tre des complaisants.
CAMuILL Nika NumA.




P. ENSEI GNEMENT8
M ETEOROLOGIQURE
C hbser'vatoire
DU
SEHINAIRE COLLEGE St-MARTIAL
DIMANCHE 7 FVRIER 1909
Barometre i midi 763, 92*/
Teo:aprature "inimuln 8,
fmaximam 31,4
Moyenne diurne de la temperature 24,4
Ciel clair le inain, nuag-nx d l's aprit
midi t1 presque covert pendant la noit.
Tcmperature de nuit letvC avec on calms.
Baromattre indecis.
I. SCHERER
Botte aux lettres
Port-au-Prince, le $ fUvricr 1909
A Monsieur Camille Ndr, Nama,
R6dacteur en chef do Jaurnal le *CCatinf
Monsieur le RdJacteur en Chef,
Je viens de lire dans le Matin d'hier,
sous vowre signature, une note consacrie
aux douanitrs de la R4pub.ique.
Avouez qu'Alle est peu flatteuse poor
leur honneur, leurs noini ct leur renom
Vous qui tenez une p.ume, voos ttes
pent-ttre mieux place que moi poursavoir,
come homnme de lettres, qu'il n'y a
guere de regle sans exception. Pourtant,
vous n'en avez fit ancune dans votre ar-
ticle, en distant que toas c les employs
fiscaux do pays a ont privariqu6.


c


. m


-I









.5


Croytz enm'-a parole, dans les douanes
cotmme d ins a presse it y a des ma!hon-
nlet des c des ho'n es Sgr:s.
Ou bicn voire phrase a dit 6crite sans
intnitioi de fair de la p,.ine aux bons
dou'.i 'rs, ou bicn vous zv(z agi en con-
n.ii L:,icc d :c ,. D ) :;s 1 p;c. c.s,
je penxe quc vous d. vtz une rcct fiction
qui est :-- toutc: lu.mice.
o.:'c bien U.VOL2.
CHARLES DiL''LEsy
*
*
Port-au-Prince, Ic 26 f-_vrir i9L9.
A Monsieur Clem.nt Mag'oire,
Dirccteur du Matin
Monsieur le D.recteur,
A la troisitme p ge de votre joural.,
j'ai lu ce midi un a;tic'c intituld GCa-
vrwU Consuleis et sign lac S(dliec. Cet
article conticnt de.s pittiihts c.i.oumnicuses
et ditftamitoires cnre ma pctisonne ; je
vous piie de blen vouloic me faire con-
nai re sans retard scin auteur.
Je ticn, absolumcnt i ce ju'il produiic, A
la barre du Tribunal correctionnii, la priu-
ve au'hcntiquc ;n'il a ddcard avoir a I'ap
pui dc scs assertiors.
Veuillhz agrdcr, Moniieur le Dircctcur,
m.. bien sinccics saiutations.
A. CHARMANT.
-- Notre Dirtcteur a inform M. Ci.Ar-
mant que I'article est de M. S. Lm:nair,, d-
Jaciel.
Declaration de S.A. Char.aant
M'iispirant de la politique de sagesse et
de rnodeiation que precouise Son Excel-
lence le Pri~idieut Simon et me reposant
sur mon droit ct ma conscience, je declare
refuser de pol6miquer avec M. Sinmon
Leniaire centre qui tin mandate d'amener
a 6t d Jcein pour its meimes crimes re-
prochis A Beriouet,.
Toutefois, je re'itns en passant que M.
S. Lemaire dans 3a violence de ses atta-
ques, inm' ddno..ic au g uvcrnemnct,
t eomme etant un ldangjr ct pour Ia societe
et pour ous less gouveznetments. *
Si Acau modcrne, je suis un danger
poor:!a society parcel que je me suis ddvcou
A la dfcnsse ct 1'CIdL.caion politiq:e tde
mns s jrrcs es campagnes ; bi, nouveau di c -
pie de Salomon, je dis un danger po-r la
socidtd parcel que j'ai derit un livre qui ne
rdpond ni aux idecs, ni aux sentiments de
M. S Lemaire et des siens ; enfin, si je
suis un danger pour la socidti parce que
j'ai fait 4crouer un assassin, un incendiaire,
un contrcbandier, un morsttc, qui avait
abus6 de soo autoritl pour egorger des
malheureux campagnards sans defense, je
m'honore de ce titre.
II y a dix sept ans, que CES GENS-LA, p-r
des intrignes deloyales, par des perfidies
et des machinadionsIts p!us odicusts,
m'ont eloign6 des aftfires de mon pays
m'accablant de touts sorts d'6pithles,
mensong&res et,pas plus tard qu'ca janvicr
dernier, coninuant la meme tactique. ils
in'oot dlnonc6 au gouvcrnement cCoinm
ayant voulu atlenter i la vie du Prisident Si-
mwn dans un bal qui n'a cxist6 que dans
leur imagination.
Quelle llAhet6 I...
Les misdrables I ils croient pouvoir m-
nuire dans la confiance du President et ar-
mer son bras centre moi, comme i!s I'ont
malheureusement ftit sous Sam et Nord
Alexis; ils n'y parviendront point
Ma presence & Jacmel nuit A leur po.iti-
quc et dejk ils voudraient me voir repren
dre le chemin de l'exil. Qi'ils sachent
dpoc, mes ir'ccncelliables cnnemis qu'il
est des homes dout I'exastcnce est parfois
Accessairc A l'evolution d'un people. J'ai
oDnfiace cet je e desarmerai pas, quoi
4'il 'ar arrive.
tont boa entendcur, ulut I


Le .Catin intorme ses 1-cteurs que dans
la ruiition de l1. population de Port-au-
Prince A la Conp.: ie des Pompiers libres
public dans no re nu-.ero de samedi, le
nom de J. :B W. Francis, avocat, a id
omisi par erieu,, ainsi que celui de M.
Joseph Daplh "y.
Des omissi,:i.s de .ct:e sort se produi-
sent assez son;v.t ct et A popos de n'importe
quoi, ..:ns q',;- porr cela les intiress6s
pensent jamu.is a i::crimintr personnel,
nous n n vou'ns porr preuve que la con-
diiite oir ct: d. M. Duplessy.
Ausi, no,;s Liis;on, le public j'lag de la
fOrme singuli&i e donnte par son irascible
auteur A la l ttue suivante que nous nous
emoressons de pub!itr, proavant ainsi no-
tre bonne foi habie:clle.
Port-au-Prince le 6 fevriet 909o
Au DcctLLr du SCatin
Monsieur le Dirtc ur
Je ro'cts'e con:i.-la suppression que vous
avLZ faite de mon ncom au bas de la pe-
tition de la population te Port-au-Prince
A t Cor-, ration d s Pompiers. Vous n'a-
vez rs e; droit de filsifier une piece de
cette imnpor:arce
Aycz din'. ,la Iyvi :' de rJparer votre
erreur, si Ct. et; un, cn publiant une
no, vcle f.'i." cet ic-.p.rtant'document et en
y faisant figure mon nom parmi ceux qui
I'ont signed.
Saiutations empressdes
J. B. W. FRANCI avocat
Tribune .l civ 1
.Audience civile du ? cndredi 5 Jivrier i909
Le T:ibI.ac pitcr,id s;ie^. A dix h.ures du
martin sous I.' p-sid=ince du Doyen L'on
Nau, a-s;st4 :e Mo :ur Lys Latortne,
subititi: du Co-ir":'s-iir. Gouvernement.
Ieniments pro::ncLs :
C.lui qui p.:nritu: 1. dam. Ostima Vi-
talnim de ci cr soin cp.)oix.
Ccluiui ui pLr.n .1t au .ieur Dantes Mer-
lin Liiuzaud de ci er son spouse.
Ctlui qu; p..rn:: A !i dame loseph Jus-
tin J- cit,:i e~oipoux.
N jdvc-lCe compo,,i: on,
Pr6sidtnce II. Mondestin.
Minis irc pi blic Lys Latortue.
Affaite deoquc do.:. la continuation cst
rervoyvce A vcndred, prochiin.
Murat Bernadotte coatre Destimable Do-
rismon.
D6pa t
Voici ia iiste d-s passagers parties par le
steamer Prints Muurits.
Cayes : R. Abotrzeid, Duracinr Vaval,
Joseph Bernaid. Ravnaud. Alexandre Chal-
virt,Lanoue,Coram Bana,Joseph Rousseau et
enfanrt. Septimus Rmin-au et enfant, Mime
Vve Fdouard L6oi, lean-Barwiste, Elias Sa-
Icb Constmt.n, G=orges S&journ, J, ha
P6iissier.
Jacme/: Otto Hiag.
l'clmic : S.i!C., .Jos-'h B;esh, Bauboeuf.
Ferm-:'u-d d3 la malle
La raliae poi' brinie. S1ntiago de Cu-
ba, Cays. I :: .1, S o Domingo, et celle
pour New-Yoik tt I'Europe ( via Sgo de-
Cubi, par l'Ann, xe francais, serontfermres
demain A 4 heures pricises du soir.
Celle pour Pctit-Goave, Saint-Marc, et
Gonaives par le -/s aMontrealtdemain ma-
tin A 8 pricises du martin.
Port-au-Prince, 8 F6vrier 1909.
D6c6s
Notre ami Einile Blanchard a eu la don-
Ilear de perdre sa fille, Antoine Marie Elisa-
beth Christiane, deccdee hier, A dix heares
du soir, i l'age de 7 mois. Les fanCrailles,
auront lieu cet apres-midi.
Condolcanccs :aux cpoux Blanchard et
satres parents.


Naii., appro!!onsi 1a mort de Mne
VDexik Fi lllia,, Pi-tb oC.ita Pierre.t'
les, Uc Ie 4a A aist-19, le 21 Jai
domriier.
Since'!,-- cfltll4i1Ces flux 1s11'e
(de la (lPhiitn rt e .ot hjfit!cemenn t i
tre ageait Mr Fidit 4xpu no,


I'Annioi. c Statisliq'e Lu4.,1 0 Zil
Pcrt-au- (-PrneP p cibliolso i CcnI
te M1r. Slit'bitVrinceiit.
C'tt title W avIroI's d gi" nde ,~IEP%16
laqiielle i.ous r(uvi'drowns.
()0 11I ou et1 OI ce It-Ci--nlc1 en liol
bu:caux, Ktcau iinx it uti gouide.
Din3r
Diner d.s plus i..cimes hier chcz le mi
nistre des Ecats U"1i1, qi recevhit-A diret,
I Di-iui'ii, M, NMuat Claude, Ministre
des Relations Exidrieures, Mille C61estina
Simon, GI Ullvsie Simon, if. c Mme
Daniel Lnders ct Anlit- Chev.der.
M. ce M. riie Furniss ont gvandiosement
rc-i Icurs h6Les.


Lire dlm.tiin une D6-,.
chtration du Gal Nord
I9 Xi is, aI) cen Pr gsi Jont
(I'haiiti, 'a I oceasion des
ev.iieineim its du 15 M-ars.


Eclo


du alass


LE COMMANDANT DU CASSARD
Ili.r ni:tin S. E. le Prdsident Simon a
r.l dLanis la sale diplomatiqne le com-
In.Ijd :i: du # Cassard.*, navire de guerre
franc: .- An course de la reception qui
fut d.s plus cmrdialcs, au mi ieu de laquel-
le deparulks d'amitie:furent prononc6es de
part t d'autre, it musique du palais exd-
cuta la Varseillaise ct la Dessalinienne.
Mr Antenor Firmin
M' Antenor Firmin qui laisse cette se-
maine pour la Hlavane oi il va representer
son pays en quality de Ministre plenipoten-
tiaire, est all hier avec Madame Firmin,
pr.-Udri-, cong6 du President Simon.-
M' Firmin qui &tait en unitarme diplo-
m.Ailquca adress6 au President de la R/pu-
blique quelques mots plein de sentiments
pitriotiques.-- J'ai touj-urs dtt quc-
vous ,res un homme de cacur, que. vous
aii.nz bcaucoiap notrc p.ys et qu ave% vous
on puet avoir l'cspoir de voir Haiti enter
d6Cinitivmennt dans la vie du programs et de
la civilisaion
Je n'avais p'us Iintention de s-rvi le
piys A 1 E:.anger, mais puisque votre Ex-
cellenc a fbit choix de moi pour repreen-
ter son government AI'Extdrieur, je col-
liborerai sinc&rement avec elle, afia d'au-
menter le prestige de Haiti et de lul donner
pleine satisfaction dans l'accomplissemeut
de ma mission.
No is'so-nites sur une question de caear,
repondit le Prdsident Simon. Dieu 'aime
tous ses enfants, mo i jaime tous mes con-
citoy.ns. Je ne prcie pas une attention
complaisante A tous les rapports que l'on
me faith ainsi. C u 'est pas un chef de par-
ti que j'envoie reprdsenter le pays ij' r4O-
ger. C'est un haitien competent, ua hom
me de marque qui doit travailler avec
moi au booheur du p'ys uNous savos
qui nous envoyons f A Itez pense avam
tout A notre chCre Hait.


Mr Jules Lizaire
Mir Ju'-es Liziire, Chiar'ge 49dA%
'Hajti A Sto-Duraingo vitut auui
re cong6 du Prtsident Simon *quod
drese quelques parols de reinerci
tde sympathie.
a J'ai eu I'tvantage, d&r le Pr~sidm'ti
LizciirLtCicd Con:.tawr ei 'ous uica
rwt ,tI-EyaI. Vous .ecs alhc aux Cayu
'r eu A -.11- pendant
La l& d 'e ur ne inis-iui de Ia pan
rOLVLrcui[ft. Eli bici A Lnon
i. a3i Pa .is, co:nine lr.iident de 4
pub'1+.ie, ja]ii ouv,, al le
rapport qnciov" z41Z~uL
Nord, in.: concernant.
t Jai donc A vauf appu~wtsAvant3P1
a voi'saccorir touted mi sympalhi.
gn xQ&& wan. p-~-
Prorvonci pour vo:re jn a .
e Iai &4w 60afkaJI i as M. Liz
~s~rLX~~XX oi~XXX~~iis~~XX Jh. 7anyv or
Mr JanvieT, iponlti cbfiteUflliY
ion d'Iafti A Lonires rem-cr eI
sa nomin.tioil ct I
lenretiex detre apj'cI6 A servir son
Angleterre oii set, r.A4a&4buu
developper davan:..e les ho:e
tde la R publique. ( cV'J. nitesPC
v -aa dans It C&rL I -, -1 r sdeml
i0ai a Dr JviOr, %-OUS av(.z
fois 30nn' des ireuvt d-- votre ano-
p.ys. \Tu're coliabpraion est neesnia
gwaveriemeat ; qia'cel nos soit fi
euse a
M. Constant Fouchard
Al. Constant Fouchard, appel as
tie Secrc.ire dte L action A B rlin
ses rernercierntris au PrZsIdent'4
ub!.q'je, et lui exnrine 1a. gra.11hd
tion qJ eprouvcnt ui ei t a mill
ques I'atten:ion qu'ils reqoitent d

Ce fut une inactive diplomati
doairc 'espoir dAnsla lour4es b
iunt a t.&Irc nos dtplonutes. -*1

Tribune du "M


SIMPLE CONS

Un peu d'indulgen
3,11 vous plait
Chaque ltis qu'un jncciidug
public se plaint toupQurs de cc teq;
piers m cer nt wop ide lanteur L
sur le lig4du sinistre. Cc repwQ*
mn.cne cst 4n peu mdri-. ; mus il,
pas trop accabler nos braves
car cc .:ctard involootiire es- in
de [cur bonnIe volouc. "
Ea effet, It corps -des pomn*p1U5
pis ci sezn6 ; au pseruier signal dt
die, Ic pompicr qui cat.curdonnwr,
comimis, couctier, mnpio~yd. Pibli
le porupier, dis-je, so rend ch= Li
pour reveir son costume c A
eusuitv, aux pas accdldrd, jav7is #0
course, Vszs la gtiou central
abouc* It ustactl Sur 1C Iie
i Arc. 32 di SMccUv) -I&
A In ution.cutrale mainte
gar4icns geoat grbeous Wa ubI
.:u a clu6 d4asctol quartier,
le service dl1pbhmir a ne os
faC- pr.c_-.r 1 .Ilk su a I- d I
vapeur +c da i oegure tie sam'eg
porter les porn pe bras, les V
uyaull le $arbKa. f~r.v
crc de I ia~1 ieJ f;1iaeu4
pc SOjtsosEcpI j1rqai
mnonteg k aq 'M
vres n~cqumq 9 prs 'W
doiveng se :4$q bsuqa.,g


;dCrlCI~' ~Y Y


I .11 Ir~t~lL C









&Now: -,


.OW consyt, q tie SHANGAHI '. La conference ioter-
C cFV,-1h 1,jrall. l ne #jO1%ij& p*5 suff jiwoaed '-c
CAh*d le L ffi- jia:ioiale dIl'opium, qui cointnfng
saflh[!iLtt d eau ,t qu'i i.mnor.e d'alr kr s travaux le ter Fdvrier, est naiittu-
4wdas un autre qaiier qo5?;r l'e1Arnent in- niant comp'!emant organism.'. Le.
dcoinp11)s-rendis seroIt rtldigss eii
TOf EJ nC S2 Pait )S sZ Ia rn:,1rt'. t lfranrais.
w ir f a. l Is e s f a I 'i t' Pca si.r C;I I &I NH A G UE 5e. L e R i g it a g a a p p r o u -
Mr E~htl~r, C-) .ndeii nl d a ve' 3jour1'hui I[-i traits d'arbitrag
d n eprs" IV.) s 'IS., E :1!S Urns, I& Norvige et la
G Ut1nt P.?' devint fic! i 4.tr Suiddi
le s.rvi~' ds j',ihre~, nvls ce tb:u pro. 1A.L-,5. Iinto 3 O 0 97.
irt ';c4 avtit Lc.il)l I,-,- ii '.sideuit. do lia p publiqu I, ac-
rti popUjtjltr' j iii'er, u"Lot LreCorO COMnpglgi do de&Ir Fallihos, inaugu-
danIs lec:o V de 1i Cliiinbre d(;s Dpu- rA aujout d'h ji aij gaiand Palais I'Nx-
tcs. 0 pie, s11i'ts do"tt. ii tait d'utgliti position des fomrmes-peintres et scuip-
pibliae -... Ckst 1'occasioa pour nuus LeuI's.
,de fecico rinand r 3a.1_rcusenenLt cc pro- Mr Ctirinceau re~ut aujourd'lai
j et GtotGvernemrnt ac-,, AqiAtez t animi IM. Chtiaioux, president et lea mem-
da dsir de fiire le bieri, n t pis A un bres du bureau du C onseil municipal
"eqit wg-nd!seg'9, mais ii mi se g,4,- de 11w is, accompagnds de M. Strauss,
ukrak. 843fbnt*ur, et Cosntard, deputy. La dd&
Les C112hb;iCs von, biciirtt s'ouvrir, ii sgCiot-i rt;.i'mit A M. GIrnenceau un
ir1hio:: qdrla cc ptrojiA So t AtudiA de nou- n1enoiro relatit l'organisation mu-
veau car il est apptlC A rcndre de grand,; nicipale do Paris. M. Cl6ronceau dd-
services A h vi!:e, en as-ur.t:-t un st'xvicC clara q t'i1 allait noinincr une com-
d'inc:JAie convenable ec en dinnvit tC IfSIsii onaveeC la mission do farmuler
1u~ionefiitive cc t7: gr we q~ n s- C sio n dans le plus bref dd-
P14 :1 1 lai possible.t r~v qrsi~
40'ea! X dj:nicie qui d,:vie0L chiqu.- lour
dk plus ii plus passionr.;:tie. Mr Riuau, inaugura A la galerie des
ina p~ cc aci~. issd~,erI Yw'Iiaios IeKx3.si!lion itiztt.ratiofaale
qlielliueS conseils t1.i '' -I r I- c 31!1% 41J\
CO.A.1&rLs q~i, p4v tinlt. cn.1 tlo.;1-1) -.1:-I Ce coutinua hier la dis-
lte. s'AIii iiin. A d~b: areir 1r c-. t"iil:- ; .i I'inp6a i sur le revenu. Au-
ed' 1 .tCompa nit: d:'s Pornli,'rR, cce jo ',I.Iti el cli.discute les questions
jimvre d'utilitc pbPlique-. d deL. Hrteaix et (Alauvet sur les
pri t ir JIr qi 4ay-tnt ap pr.xtcnu c ae ac-ideuts de cheinins-de-fer. Apr~s la
mkjoifs dlstquel ikont rccu des suins gra- reponet de Mr B3rthou, l'incident est
tui, ck.tque fois q 'i!% ont 6 Viti:6 C10clo3. M S:4rnbat questionne sur la rd-
dans1c: iucid:ces ciq.t d.rnikrcnit tit par iwiOcn des 6LtrerieS aux facteurs.
encxt ait hIrgi .ir icnt U4 d,- II caist3e M. anmiuA ipondit. Laiharmbre pas-
d. -cours q'a'imtnLrnt les membres ha- se- aux luter1pihatiolns relatives A St-
ray', ils ,'on' pas le droit de rnord-e au- Pierre. A Mi(jsiclOfl.
J rJbi uu main cI ritable. qui ies sCtc- Le Senat adoljta hier, en deuArme
tn Vs I .. 116I teIso:it p.1s %n chnti, dt.hlib4 6-l0119 Ie? projit do loi relatif a
je i- ;p aq- ; ss i jn te v p.F croire I i cteii.tiutiOu d'uti biuzu do fainille
qu'i so:ent ir~ igratu s ; tiall. s:ulC!11-.rr r, n- s:obe
r3-,C doiveTit p..A se l1i*isA.r p,-.btr par S .CIIAmL.-4 ( Califoiiuio ).- Le
aucun esprit rnalin qui s rctriuclic dL.r- gouv-'r;Iour do 'Fta' a adriAs &
ra~t% ltur nLcnac...c,' Ypoor lei p 'netr a -nal reoiiIdbl a I sIgi.siiv. u n sagr3 slpd&
aiWre, car i lisiiitain .t.ar pir.lre t :oute clanIn tl i.dIiit EI tle i dr s 3-
conleieiJitsu dlu ,ubiz. Loi d. richer u-ioti d lier, aa traitelniot(it
wov '1uttti piut~zco'i!en In ~apl~i (ie t r auxJa\ JdOi~ais.
dij~~Jub1e q'ci dO!'r 1.xi'tu ri dial Sor b1a
p.)tiipl, r-,, ar,:icu 4-t k4: -xi, Tuy.I- e :j on? o~f _l tio? Itt Co ngt-,Sgatiu ij
SC)ai r- l C*js balv ui~u, "UU As la d ts 1l-t *-1,1U g'411 C des
c).npagn-E, n!ii. a a v111: qui cct aitna- S~iiatts R.fIiques, est in01 L hiei'.
cCC. 11 ne fwt l a# pIesa nelSm11- I AHii 2.- 1M. Alfre Iicharid, Iniriis-
lisd do commran.Iint cO] de tek casl- Ire do la I irine, a pr&s'-nt6 au Cull-
Las, iI faut voir w J'% r.: ii;xAin.nZrre qi, soil 4I'h iilirjsties un projot de r~orga-
Sci~ 1 wi tJu, kiz surit.;:r. Le C~.n- acraniatrlo d- 3la marine qul, 11011
maudabi t33 ,aCcmilpa.;s. ut, ii-i.s cduijrm1 ,les lvil-4 A construire, cuil-
Imr 11,i. 4, iaiprisi-b e. totja 2Jd L'25 11i li- Cie franics.-
Au ioni dor. .. 1k L1 Z 1cr; Wic~k, C:AoisY- 2 -- La eo ziode CtCiaibre
mlacrt-r de CapnrlljitA c .s kunpiers4je io Ieh-istlatulue dl.! N vada a adoptl
Lio s ~grai2 i .L'ariz '11 alxii-16 ~, 1 14at!lioo aftmu j :'poll ii e, at~r3-4
coup aimt ii 1 i2 c e poit au-~pu:jce ,c&..cc ettgsisatotie do Ik &aldifornio, 1.pour
Jqut uouls Lvrt~ons niirr b-'J U. dc t"t.:? 1' ) t tit.ig.-r countre I iin-
CO.TAkCai, Cp,1)7RLVCO, jP V'OLS rc(Mr A -4 vk dim imt-igiazits jaunes qui
Tie, ris ci'rt.- Uml4fieC,&z a r d ejunc: s etr- 'tlu; utne, 'wenae I owr la civiliaation.
Itqui, frcs, ou a bdrftt dil lproj1La d orAsolution la
de PaUt P0q PO1tf iAtcrn. e a hC1C dig. lil di jw du i .P Iw o ioove.lt qui y fl-
dA0 lhn,1s-rs, 4wV vwo letes ldagrd vv, gwait d'atbord. La idsolution sera
ai' nIhiir !cr Is MjLts qui! toni, 3rz1,picr. 0-,jljl:tj(t 1lUcll l SusndA.
MtE IC I114r.L, uA d"xOn. d"r10- S(Giiforuie)2 Mi
yCr pour lutter coIIYc l'i:1c.:~die, cr tbau (iuveI I J01tii011, prt6sideut do la
'ui 't~voile hop souvcnt ] a Capi ale. curnmnisbjol' judiciair~e a fNit urn rap-
B. D. C. porL favorabled A ule notion teadant
4 aj j tCar le I11)t '' j spil its &A 1A Ii
# ~'. o' sur ies Oco'cs 1-ubliq~ies, qui presct-it
i vdiuu'v ile e6L d)tre t i1:S Mongoles et lea
PP bflnw,( i'Aa'lt P 2.- U bailof.


vlv c. Le Pitrlomut a lo3 sa
Usijuu, apr uno bdeuce extrdine
"at turbotertq dort la cause fut 1'aii-
rosjLd latjihte existanl efitre loa dd-
Utft Cllemands at tchequio.


qui passait au-dobsus dcs Cdv~anes
pendant ja nuat, a rencontr6 un vent
violdae. Los 6ronautes, decx borde-
lais. ont essayd d' attrrir ce matin
do banne hereO, mais la nacelle
heuiiafnt vio!eament n rochear, lea
SU'onoa1tes out 8160tu6s.


Produits ilyginiuecs pour la Toilelle


CRtME
P0UDRE' HS M VEkOUTHE
SPft peW d u vbqp otdo* MGM
~,~. a ofnbms s tr~bait tlatir PAM m jmdulbrlIcb fltotloa"


g^
wood
m

K


Sadoucit i'6piderme auqual elle
LA donne une souplesse et un ve-
loult incomparable en lui com-
c;- .:: .* muniquant son d6licieux par-
fum. Elle conserve i'eclat et i fralchear do tei, t, car elle eat souveraine
centre le hale, les piqdres d'insc;,tes et les eruptions de la peau.
.>:k, saus bismruth, invisible, adh6-
| i j rente, impalpable, prcparee
LA l 4 0 ) i q sp6cialement pour les person-
-. .- nes qui veulent avoir un teint
urdprochable; son parfum d ii..it, s~iO veloutd out coatribad6 faire d'elle,
la Favorite des Poudres de T. iiette.
-, .. *LA base de Cr6rne Simon,
LE .. prtn tarO sflon lc principle
LE 3 t" .. 1 .!1 les I!us sc:upa1uoux d3l'hygine
<-. ..', .- -possede a un certain degr6
toutes les quality bi.~:lti' aUt: Oet n .-As'srv:trices doa la (Crem, Simnon ; il
est pirticulierament reco n:..a .: p.,A. la Toilette des euf:uats ot pour les,
darnes dont 1.i p.aa et d6'..:,'3.
A.q3nl e Ge-iralo ot Djp6t pour Haiti
~. *> a'V *?. > *i >X -
MA E ): .''T JL..S LAVILLE
9, Ru~ dd Magaacin d rEitat, 93
rrrwrrvs,~~~ ~~~~~- ~I__ ____ -__


QE' CIe TransaIanIqtlle


LP pai-Im-iibtAM ,L~reaul :-zoa d.- & u )ir
d'- Petit CGcvo mnari A (; i1-iwe-; -III
mnatiri ct r Ipit aira; e IcA
9) liwoMZES k dL iI miii n Ois Ci it iVe,
S,-Nlarc et Go' Aivts
11 s.-ri &d voje t 'i 1 ,itnj (it 1:3 (4'A F ,tr
ti ra le iit~ out A I It ih ur. s It &s
vri~eisp-, dr malin poilkr. Ptl~w-(d --Paix,
le Cap,, (scales et !e 1Avfe.,
NMM. lo.; g ont ~i~;dt
A b..i d sarnpdi 13 A 10 hr. .rCs du In t


L'Adnexe s-i a ici mardi () conrartil
et partira I' i" 1- jour t *1 5Ou"c-(s do
soir pour JPrimic, Sd4ntiago d- r Cba,
Les Cayes, cscales et Fort do FrInct.
N. B. Pa;-d miii A 9, 1 n:1 s r'ma
plus (6liivl & d! bi Is' d- d', I) a si'g
pour S~nti -go de Cuba.
L'. GENT

P. M. AL-~ JE 'A-i----

Chez App. Cipolin
155 Pu. R.'pubtslii'.-#e "a fat-e de.1 r
E. Robelin
Couserves fIaichas arriv&3s par' dtdr-
uier valour.
Assortimaeit complete duik .leol we
. pure, p-A gilouu dsni g-iITln 01 val
Vin do Boi-d.,aux : roago e lManc,
vb aigrea, madi a.
Giran as acrtimanot complat do ii-
qurars.


Banque iationale dfaih*

6 ,ne R p 'firultioa de 10 a/a
Infift ets arr itfre~i
(:Enrfo- m amnW x histructioas da
t vrol'dairt-4 d E-it &-, BI'liatiet!.i o~t dul
(Gnnmerce, la HalulueNdational e diaiti
a i'ljonrncri' d'inforwor les ini-6ressds
qu'i!s peuvt nt, A parliC de ce jour,
'4: pr4secrtcr A ses gkilui-h-s pour tou-
cher une sfxihaa recTqa-tilion sur lea
crkiprurtts so.i ants :
( colidjdJ 19"00 ILI o0o-1- 0 o0o
sur so!de apit-- ;58- r~4)nartition.
Co'isolidtfs 1909 6 ,o -10 olo sur
o!-de ami5.; rel&-- i i' n A valoir
sUt' Iz i intj s .!e Mai et JuiuII105

mlpruntis ds'. s- 10 t lo -,iJrir 0 s1:-
-it, aptz!-; Ia wi [h~vaI rioi oa a oir
stllr le ink,6oLb s du 16.30 Jami 1905
Centre r- et iur pri3;nLttioa de3
I)OL'S.
P0 t-au P1i1C'?' 32 1 ti.-I r i .0)

M. at Mme Laporte-L &FFLT3
(Ns"E ALcnIIsiR)
60 A.ecnueIes Gobe'ins, 60, (Paris)
OiruuCnt htrr; .ti r".; jil commlerce
.-- aux finiiiies, taut tve PorL-au- 'rinco
quo des auti" s vilivs dilioti, pout
toutes coififa:dt-At s de inai'chandiasos
'ins, artielis de loitcUsc, de nodew~
de bijoutelie, etc.
On peut oAPydier 1310 commandos
A I'adroase ci-dessus et pour tours ron-
seignements s'adresser au bureau ds
journal.


w
don











Panamans *
Pour ilowncs c pour D.rics, chez
MW LJ.)NIDI? SOLAGES, 22, Rue des F:ronts-
Forts.
Accourez tons 1i
v- n




L. HODe'abre i EiA ?% h an
fhrapiquo des wsarfrs es !Jtur 1*r I'srfu
Vlent do recevoir urI grard 0. I'4.
toffee liagouale, clisirnir A wici, -hevio-
to, chOviote pour dA'y ,i, etc., 14' en-
do p.rticilisro d i rI *.'-W': ;., o
bele colloctiun & .o4 opes J-':, %4wir,
do filets do ractatiie Mt dft pfqui de
toute heautW.
Sp~cialit6 do e stcin'\os kr ro-
con.-- Conpea Fra'C.rise A;.-.'il* z it
Ambricsine do Ia &drniir' ection.

tiz'n ZIS rnJ 1 i i ia; h;-
r &I r. a ". n' '''p I -L

'M4C. Li Ferret
D a'1''o av ur A Vrari- 11h .oll
Udo q i. '43,a miLi`;()n No 7 R(: Trav r-
vari.1414i d'ed itfs do I;I ;iuuto iou-
veaut. a Igariioine.
QuAIlr iiSUPlItIKUHI. COUP?! ALIGANTE
TRAVAIL SOIGNE. i.XfCtTTItNN PHOMPTS-
))rix trhs r jt'dw I

Francisco DESUSE.
Fabricant. do 4cha-.v;iuras
La Manufacture a toujours en dep6t
un grand stock, pour la vento en
gros ot en detaiI, do chaussures en
tous genres pour
HOmERS, FzuuES, ENFANTS
Les commandes des conimerants
do I'int6rieur pourcont 6troe 'excutdos
dans une osmaine A pou pr6s.
23, Rue des Fronts-pFolfr, 23
PORT-AU-PRINCH ( HAITI )

Cordonnetrie Npn r e v i le


G. BE. PETWIA
i43,1GIRAND'ARUP. ,143
PORT-AU-PRINcE
CHAUSSURES SN TOUi GSNRES
M DAP6T, POUR LA VEMnT
RN GROB NT DETAIL.
Uxtcution pronapte dos
commandos, tant ici qu'in
Provinoo.
Formeis A homme, ; a6s Ijate'i et ra-
tioonuellis.
Chaus~iurond tIurcq; ( Th'v;qizre mo-
4. de Pari.q ) et lo plus8 corrimode
claus'currs pour CrilJI~ ~ iont.c~ction-
gbes arvoc~ d'~s Plsaux de Lou tes nuancua
duneo sbloctwon et dur?.e irrbprocha-
bios, A des F~riz avaratageL~x
Otlrages, p~tes St liquides
Pew *hgwugwura de wer rrrua~e.


W P-Ad BELLEVUE


Plate do Champs-de-Mfar
P cj R .-) B rC'E (HAITI)
0;-.irz4-3 ALrR-'D, direetrice
AP'14 *ITHMENT&PU IAMILLE
MXINWA-17 WNCHS3.
Pnsiallas:X-n roda~rs ei confrtable. --- Fasrur la m wr T-'mpdralur.
douc# eL rliuilirc. Los Tram'ways deservnt I'HOtel-Bvlv te ouktesUsa 7 NMnsk
PROPRIf-T.t SPACIEJSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PJ1ltMEW1NADE8 -- JARDINS
SaEll 4. rdcfti..-Pf-Piat.-GrGavoph~w.
Rovinerleu E1.otriquem


T I, A'Tfwf'
,& 4A l


GRAND


PRIX


fea wea sours, d oIMId i 41heru,
do 7 dA 8nures dusa ri


HOURS CONCOURSE


Rhum Barbancourt
M6dailles d'or, Mention honorable, Membre du Jury, Grand
prix, Hors oonoours dans toutes les Expositions depuis
1881 jusqu'L 1907. ( Anoien et Nouveau Continents)
Madame Veuve BARBANCOURT, seule d6posi-
taire de la marque IRhum Barbancourt et seule propri6-
taire des formules qui ont fait obtenir au Rhum Barban-
court les m6dailles d'or de toutes les Expositions, a pris la suite
les affaires de feu son mari, et se tient A la m6me halle, sise 7, Rue
des C6sars, A la disposition de sa nombreuse clientele,
don't les commandos seront ex6cut6es avec le mAme soin que par
Ie pass.


TANNERIE CONTINENTAL

Port-an-Prince

CAPACITY 500 PEAUX PAR JOUR


PREPARATION


DES PEAUX


DE VINGT-QUATRE (24)COOLEURS


Vente des chaussures : Cavreau-glac6, Verni et
leurs, pour Hommes, Dames et Enfants.


coU-


( BoUTONNi, ELASTIQU rS IAct )
En gros et on d6tail pour toute la R6publique


Chape:. aux I

Chapeaux !

Chapeaupxli
PAILLI DI PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ

JOSE SAN MILLAN
Le coiffeur artiste, qui vient avec le
coucours d'uu chapelier remarquable,
M. JAIME TESTAR, d'iustaller une
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon dk Ciffre du Louvre
Poar toun lee gotfs *t poor touted
leo bourses.


Bonne occasion
Pendant quelques jours seulement
I'IMPRIMKRIS C. MAGLOIRE offre aux
gens d'affaires des envelopes com-
merciales, titr6es au goat de I'ache-
teur, au prix de 15 GOURDES le mil-
ier.


NESTOR FELIU
L'excellent tailleur avantageusemen)
connu de toute la R4publique vient
de rouvrir son atelier Rue Fdrou,
(Rue des Miracles ) No 61, prbs de M*
Lger Cauvin,
Sa nombreuse clientele trouvera
come toujours toute satisfaction
pour lea travaux qui lui seront Con*
flee.


Ne Malge: plus de ,1
S'il nest fait avea la dpi
Beet."
La meilleure famine du
Celle qui donne le meilleur
Qui produit le plus de pain
Le pain le plus blanco
Le _ain le plus l6ger.
our tous rensui .n *e 4ne
dresser A:
Ernest Castera
reprdsentant de I&a Pum.ssvajg IW
BURN FLOUR MUm CO M aUAg
MILES

JULIEN FLORUS
Ancien ike dola f& ComOpeguj
d'ouvrl era d'drtllevris (LorwahI)
Se tient A la disposition dop
pour tous travaux do FOR0GE tf
JUSTAGz, de RtPARATION do cob
forts etc. etc. A do bonnos condift
Rue do I& Rdvolution No 1o
Vu-s--via de la Chambre d" ID"


SUCRE TORBIh
Si vous voulez un ppar
produit do la canne
Sanis aucsn ingredient chinmqu.
Rdclainez le
Sucre do MON-REPOI
dont la supnriorltA a t.6 reoi
par une M6dalle d"Or obtnu I
Jamestown (1907).
L'Exposition Communal. do M
lui a accord la plus haute r"U
penne.
D6p6t G,6n6ral:
23, RUE ROUX,-23
(Ancienne RuEBoNNU'Poi.)
Tafia :20o Alcool 90
Taiae o-______X;
Guerison de o. PHILIPPFAI
aflein de lgbercepoloe p11,,.-A,,aae
I-A ll ELIXIR DUPEYROUX
~~r.Irs IR4& A
~1.4Mr44 are
I, t~ al 11# .
4 14 1.4I( 54 444' (


q it ig*.ig Uqj,,j gapaj di :.


Pit, tr I4aaida e ell 4ll1 1411 a IR CaOImI',31P
I":. *I'*1r petal 411-PtE. r ad*sr. uslls 0. I t Ir'ytas rij
1 111.111 *4. I c i ie I. ,tiOu 16,8114. JIM,
113la1. I- it' IeIgilt 11 II It oan4 P 1 Cal *t1ad. *,a"
1-6 (le' % t lit ui*% clinesils do sang. vt CAI I"'
Ir II evr41 '. URI 4I eiI-crit o*r e onrrU aIrooo l a
(Il. aI lig., ei aamiart '. de te r l44r E w ,ira
I i 1' 1 1. e4aa~g.is ilu se ule & Is 11n R
JR. lit till ,li4 I .i' agueAw A puclie t 1I.&i&i file"
ivitiow4 I 11illarreat & besam e l-i~l. we deor P. l "
drw~. -'i sl .vto II. I.e. '4 Auu A-lkr J COA

gIclr L~r iI. l~l ugs li gualIIj(m.
3.I,1r hull. CUE dam I.WJ but dlors ,CIIS
b able..e I)' IMI III)1 N.C IOi
J I rr r~rYw S. SqureC 4. Ne."'


I --- I -~- --- -- 1 TII -1 I I II ---