<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00542
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: February 5, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00542

Full Text











Deuxieme Ann6e, No 557
-I- We41


0;)T, ?'" k -PRNCE


( HAITI)


-4 r


Vendredi, 5 F6vrier 1909.
*, .4/ *


0


'7


/


Arthur Isidore,


Camille N6r6 Numa


ADMINISTRATZUR


OUOTIDIEN


REDACTEUR EN CHEF


,-m i- -- i I


Abonnemeuts:
13T-AU-PRIN -Uw Mm*. .
Taois Momt.a
DIPA.RTEMENTS UX MOi.'.
T zNGERM........ oTikiots Mois. a


2.00
5.00
1,20
6.00
8.00


I DIRECTEUR-FONDATEUR
Cl6ment Magloire

DIRECTION-krFv ;'. W *-" i
45, avIR Romx, 45.


NT!RF ~~N 1MYr


T es 2ltc-utcn


pau pfar rir klop et d o 1 do chaq'cr
P. -..' r1YPbiYCS J-'XtiO


- ix b4-'.- ou Don ns amr*LIrare cma


_ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ n m -I -a~~--' U ~~I~~ll~8PClll~i`


rnei'es s'ocipiii etueplir vii- BOITE AUX LETTRE~
REFO M ES RGEN ES vers elles le dovoir dele Ie instrtitije
RE O M S UR E T Satantur qu'leIIs puiv~ t'AIII'fo'I. doIPURIILE, PUBLIC
VI inestiqiie les sojn:; vil ilaiits d',)I(-
4slucation moralIe bien rnii'le-ut'e iquo
Tout Ce quo nous avons dit dans 1-111)tines cells qtti fonctionwaieii!* I'_ lp(liii so donune deto fl' il. teio..vi1Ie,.1'&Fe~vritor 1M)9.
s, pages pr~c~dcentes, au sujet do aux frais do 'EWat-- n'staienl pa !i011- MNis Iorsiue la I'i du '20DWceinbr#-
meiuesmaisons d'dducatioii qui brouses ct iie suivaient qu'un 'Ipro- *IsMg ut mise en '.i-ueur c' qu'it N ert Au i-L auu' -e.i
-ie maintenradnoi'b''o 1'-01, s stit'Port a-I 1rin':
K0 s aitnimal:rd es difr -, rammne do6uues fort peu 6tndi *11 uU. gd trand rp vitoiannt
Wide resultant de la longue guerre. n'y avait coinme matibres d'ensaign, ',tnued triti#17t~~r0im1W Mcrisi,-ut le Dii ecteur,
drie e,-tra 1Potion et Chrirtophie, nousI ment, oil vertu dune loi du 4 u'' m ,s"Iargit et offrit un chaino pill,- ,'a
6blige Antrq'lndatncr xr'80 ratquatre dcoles, don't ut ,e te au jeuneI laitit'P .1) 11'IA t, V1o'I'I ~~. i~ ll arichlolp-
he dsu etudes aucuinemesuvel~a mar ourchaeutie des villes de Port;A,,,- I, siliitHge \u- ,iti-.i is 1t o 51.-), ]it 22 j-illilior .d *--
hees tuds acun suveilatco'rince, doi Caves, de.Jdrdmie, ot de ritsqenw
drieuse. Eisn'dtaient point control Jacnei, flue la' lectulte, I'6critu ,110 I eioil 11ajotia ;I ~ Ii fEai.,I t I' I P, noeuu u~,Ib
des adalinistrativement, comme Ce!ta icalcul. einbrassarit les inotion_--, 'ogr 2n I zgn& :- vdoei u.6t !it.Ii 'llb :co.'nne "afihI Ie r0t111
Svoit de n~os jours. Et pourtant eil-4 ninaires et les quatres r,gcies d'- t'; G- 'Slo-fl hi dl li (1P *tIIu Ii -V VCU14ti P0ub:..I[I I-etud ;
Is florissajent ; eties se distingu~iient!rithin6tiqlue, la 1MOJIALE, Ies Pu'I- n 4 hi-s 'le0tilrM5ul'piflvli- j~ioLi i'esh ~ z-~z
myune rig'ureus." disciphino. IIt'aiut pes g~nuHirarx de la grainrnairo Pt IIi-, 01 ~a ~:'~ ((fhl'I :'ial
Vouer quo le ddvouemnt chez le,'Loire sainte. C'3te mot-ale so'bor:i-I. i l 1,4 i. 5oo-1v 8
maitre antique n'dtait pas un vain parait-il, A la connaissance plus (1, 'itii'deI W. I ;tviut IW I m1 il ,utroii I.II!'I iite
Flt ; cela sufffiait pour le conslituer inoinu; impaifaite des devoir.s soci-x e~~h~t0h .,.qC.Bn ~-oi
4sclave de ses devoid s. Le civisine des priiicipesdepolitesseet, ofrail 1 lhib-it forent ini.,its A I **w*. )X 1i it ~ iCi
Leno ~rs tit iest bor. de le ques notions sur los maniL-re o1dx'IM-aIj6 S.1 t*I loll 01t(i-
Frocla~ner, tout autre que calui doll! condluire dans le monde. On v Aj'u-fo *I':>rwi i ,I-jA x. ,1uiird Tibhe
fait parade aujourd'hui ; i ii ispi- tait, satis douto, l'instructiouirllu .n* ~ r iPrIa-
ait dans Il'ioinme te-i sentiments It-,s-_. Le3 toi Henri, do son ci6~s-a. a-iii M6L P, 1' I -au-
1111s purs et lea plus nobles. .. Daris d~ji eutrepris I'organisatiou do I%, d'.' II'ii"'-'i-II
exercise de la profession d'ustita lsueignelnd~it primaitre dans sws Elats, 'Ii;i. .- -,.i-i,(( II)oll
stir, qu'on considdrait comme un vd -:et l'on vatite cette organisation 'oin'OIf- ,row A-'Ct !I -1i' 1.iot ,tIa
itable sacerdoce, ii y a prds d'un s*& tue avant (st-exceltento. parce ql* tI, i~. I t ii'v dt i 'llin-.11'. 41 i ti ot-,,f t 0 Pu1.;ift I'
1,1e I"*,--.,
~Iii dtait plein do corisci,3nee 11s y comnpor~ait l'om:seigflelfl it pro,`.- )i- -i a iro st vi1- ;i~,o ,V ~ ~ I t il*t ~'PI.
ftisacrait pour cza patrieatet i'hn-t- ntici C'iurrcinoti)etit aveo u d lui rare t:. )s "-tIi'rrl,("nU (jIjgs
Wi6. Ali r'ste, ititi avait pas eu bo- inent cla_,siqtue. 041-' u i-0-ii
"An0 itti ub r c' o uttnh lt, do la Cotii- 4. i1- S2i). '11iii 4 .[',);i f *<;j!: u'Il 1if- i ll' .
10 1i t i 'I X N I N o V,.I., ai, .-
)O ,I 'vli~..~ l d t ijil 1 C I h i i i .' ~ -:a ~ ~ *- ~ ~ I ~N ; 12 1 ; 2 ~
lOi~e iseh b eii J Ca 'LSit I( -f t~ ( I i.*oI ti1t V a: I. 14 't nli it 11
lea famlflies ot du (r)11Ve 11 #. Ill;- 1!t, 4si l d l,
WUisquj, C(Iflngfli ous l'avoits dit, I) WvC i Iaw t IirP -11p-I It t-l'i 4 ,,,,.,t w p V Izt ubiit Ia. I
gurel' SjIIIUOI (iinifl f e(.; i i-!PW- lk ., *'111:0, 1 Ii 4 1j uiO tiu .9 I..l et' u~
kiambralssait pas la carriilre de I*I''- f,.- d i e~ X 1i~i iU 1 r 0. ~\. .1 "Iuk z'*N ~''J .d.19
'eigF1671eiit j~dans an but dL pur int~i %! ep' nquc'el acoU~eilalt ;in,) 'It. *vivtt 40
)e~rsOnnel. L~6diclcateuirajoutait, o en ts c~izI'taoiaonnesiu '( *Vr .
141. l 4~,a son d~vouem ogit prove"' l'itistaI'ation d'dcolaos de jeu Iii I s 101 "()-lull) U iv r ~IU I-Illv, O -f.iire A b.-Ia co tlip-
len d ,a t o raes lei; I'z n s~e nd qa lit, ~ en mr n iu e tem ps q ue colee; destiu e: P .' i i i s Ir 'i i '- n ,Ie ) i I e ti q i Ia.~ J r
16r6, oues es heu eu es uait& anx gat eons. L'arficla 9 do cettit, i ,z fi~ S 1t I-,:I s aix q~a'ik no~it d,,-s iui.aii-s coriveIs
Winf qui font l'admniration. du citoyeiidsu..e iedu- t~f .t~!~',tnieI n'' I Ae 4ctIe i.'*l~lrat tdiours b~-oira;
SIt sei-A crji parL'j 9'),w1Vklo'"fl' vers I tdouxitm' p ,I. s ~''d -)tuca I.fi~xii~ u*qz~et
Aussj Ilk Commission de llnstruc-'des 6.--Q~h~ n mar'111 L'Aia. -. 0 Iu''e(A d, A C (llS 11l ICJII d~.it ij eUr G&Willd
IOn Publique navait pas, matgc6 I'd- tio[I p~oredaos retnt .) A "u~' ;&~ C~i~ttI)~ U jthle il-il
*hdue deacdevoir:; d~volusau Cor'ps tie, peu troap A la l.ottr, e. rige' i::.,oa'' ~ ;j ~~j..*~6 ~~G.doiaupa
'IVSillanl en g4ndral. beaucoup A4.Wij raibefiots, do geircoas et 1-41,; 1 'ii'G *I i..i,!t* s La. -Jpt
Sire.l Sous .le rapport de la discip'i-. dttsio '~Ie, [)liv~Ca1des b1d t a I:,,tp cr *f i SirI4a-1it j..U fiO),~*ae
Ous &Sfbien quo sous celul de la, l'Inst uction penidant ftti-4 orgeWills. iw.tI sCAII i. I",'i MCis Aui--culeme tpo~se ; Suir la 2e q te
YIASaya3C us ii, j'ai paru'h dks CU-41,1ius en Vene~ras
111"itild.dog Mattreiat, i l Wy avalt j I, Ndasumohis, en atteodaiAt quo hs piu- f'L, ilitol -d Vec.cr ui Ialu M)
*OiO~~~~ lin&tpohr&pron. nes, fille.i eurent, Viugt huit ans pI;sl t j d I "e aor ueIfoi' st qus M up
ltlUqreu 1868, lee 6coleeiqgtjiopskj estad, des d6coles pour lour sexe, les B. ST-ROBERT. -,'te u I Alex indre LIvoSetpusae


-L -- ~cJ~~


Y ---~.- pV I Z1


~n~c~~ r- lpl L. I I 'L~


o _ommmm









que moi a savoir s'il eat de leur nom- 1
bre, car il est son m(illeur juge a cet
6gard ;
t Et, je oi'ti pas besoiin 1:.. ripondre
A la troisi6me question.
R qtuis de signer si d-claration, il
I'a fait sur mon original. a
G.. G tDkoN.
a E', je lui ai, so,)s- tonlies re-,,ves,
6tant et p t.rla t cornt n.* i- .i-. hi,. I issue
copie d(I prIsent exploit, ,lo-t Ie colt
est d-i trois g)u"rd's..
a Uq renvoi bIon, t 1n ,in't ri ay nul.
D. ALEXANDRE.
a Eur',gistr a Plort-au -Priice, le
premier Fevrier mil neuf cent neuf....
folio 113/,114 N" case 1001 dlu R^gis-
tre X No 4 es actes jutliciairts. Pearu :
droit fire \ingt-cinq centimes... Un ren-
voi bon, un mnot aye nul.
Le Directeur pi,ncipal de l'Etregistre-
ment.
F. C. CARVALIIO.
Vu : Par autorisation du controleur.
CYnus SAUREL
En presence tie cette d(cl ration de
Monsieur Gedtion, t il n'est possible-
et il n'y a pas lieu d'insister, *m'd-
crit amoa Iminieijt avoc.t it qui je Ae-
nouvelle ici publiq'ement I'expression
de mes niil'eures reinerciments.
A I'exemiple de M. Soloni Mnios, mon
ami, je coNiserveiti toujours la ifiert.
sauvage de mon indtdpendance *, sans
jamais me ddparltir le cettt vie probe
et d6vou-e. coi-ar-ee depiisi plus de
trentedcux ae s uxx allfaires ,1I1 uo,1r p(a;ys.
Croyeztoujouir, rmo', chli Dii ecteur,
avec rues sinceres remerciments, a mes
sentiments *le profonde gratitu'te, et de
vive sympathiie.
ALEXANbtDE LILAVOIS.
- --. ---


BASSIN SCENE RAL
On est rest longremps A parler du bas-
sin general, de son utiiltC, des services
reels qu'it ei. rendus A la plane du Cul-
de-Sac, s'il e!ait testaur6. O i s'est conten-
t6 d'en parler souvent, de faire, par 11,
des excursions officielles qui n'aboutis-
saient A rien.
Des plans furent dressZs, des &:des fu-
rent faites t.nt par Its ing6niturs Tippen-
hauer, Durccher et autrts. Tout ccla alia
dormir dans les cartons, r.ux archives du
Depattement des Travaux Pub. cs on vait
pourtant une idee vraie de 1 i:npa rtance
du bassin general ct de L'il prt qu'il
seerait dans le developpement agricole
des regions de la grande piaine, nais au
Departement dtis Travaiux Publics on a
manqu6 de l'Cnergi- ct de la volontc ;
tous les proje s soumis, alors, de ce chef
allaient se cogner centre l'indiffcdrence et
I'apathie de ceux qui g6raient nos affiires.
a bonne et reconfor'ante nouvelle de
ce jour est que M. Canal jeune, ministry
des Travaux Publics, qui. dans le temps,
comme s6nateur de la Republique, cut A
faire entendre maintes fois sa voix, au Se-
nat, en faveur de la restauration du Bas-
sin general, vient, en execution d'un con-
trat vote par les Chambres, de s'entendre
avec M. Archer ( des Etats-Unis ) pour
le commencement des Travaux.
A Ia suite d'une conference qui cut lieu
mercredi entire les parties, au mtinistre cr-
taines modifications acceptees depart tt d'au-
tre furent portees aux clauses et conditions
anetrieurement dcbactues par l'ancien go-
vernement. M. Archer, etait assisted de
son conseil, M* Bonamy.
NOas reviendrons prochainement sur le


texte complete do contract et sur les modifi-
cation proposes par le Departement des
Travaux Publics dans I'intiret du pays
Noussommes,en outrc, certain que l'on
sera de bonne foi, de cheque c6'6, dans
I'extcutiou des engagements consentis, que
nos malheureux cultivateurs auront un
jour la consolation de voir leurs champs
arrosis et de constater que I'on a pens6 A
i cux, eux qni supportent avec tant de
courage le poids des lourdsimp6ts.





RENSEIGNEMENTS
MWETOtO LOGIQUV ES

DU
S'llINAIRE COLLEGE S:-MARTIAL


JEUDI 4 FAVRIEI 1909


3aroanucre A mnidi


763. 8 '/-


Temperature kminimuin 20 3
fr'aximum 30,0
Moyenne diurne de la temperature 23,9
Ciel nuageux pendant la journey et clair
petdant la nuit. BLise de mer depuis mi-
di, modere. Birometre en baisse.
J. SCHERER
Echos du Falais
Reception des plus sympathiques et des
plus coiddales au Palais ou le President et

sa f mille recevaieni M. et Mine K-rl S:i-
del tt M. et Mme Karl Heussner. Mrs Sei-
del tt Heussener sont les represantants des
Maisons Jobs Ja:obsen & Co aux Cay.s
et A Jeremie et ont eu,tout le temps, d'ex-
cellentes relations avec le President Simon.


-dire et ordonnet que cette intervention'
sera jughe en meme temps que la cause
principle au fond maintenir, le jugement
dans ses autres parties et condamner la da-
me Maxim6 Jacques et le sieur Georges
Roumain aux d6pens.
Plus rien le siege est levi.
Tribinol civil


Audience civil du jeudi quatre furier 1909
Le tribunal prend siege A dix heures du
martin, sous la presiden-e du luge-Doyen
A. Vieux, assist de Monsisur Alfred Thi-
baud, subititut du co nmissaire do gouver-
nemen.
Jugement rendu
Celui qui homologue la delibrat'on do
consseil de famille des mineurs Victor,
Th6e'se et Franscine Duchatellier.
Atffires entendues :
Mariano Linzio, G. Il:sar:, etc contre
(;h. Samson, J. St Macary et consorts.
Decimus Doucetcontre D. S. C-aude, sur
dcnande de M* Viard la continuation de
ceite affaire est renvoyee a buitaine.
Legrant tils contre Julie Pouilh.
Rosinski Lumaque contre Vve Mesmin
Lavaud.
Vu l'heure avanche le siege est lcvy.
Tcibuaal d-s Pa x
SECTION NORD
Le Tribunal a entendu I atfaire du sieur
Ernes: Moringlane contre le sieur Lemon-
de Jules.
Me Colbert Wil;iam pour L.'mondeJules
a declared qu'aux terme; de l'art 167 du
code de pro:ddurc civil I'etranger deman-
deur en Haiti en principal ou intervenant
doit fournir la c.tuiion Judicatum solvi "
avant toutes exceptions en justice.
Le demandeur Moring'ane est condam-
ne A deposer la caution.
SECTION SUD


Champ de Courses Les affaires suivantes o I6.6C renvoyes :
Les entrepreneurs du Champ-de-Courses Serfise Fortune et Madam! Vve Mar-
au Champ de-Mars ont fait visit au I k- month Fiamnb.rt con:re Cndrrizn Paul.
sid.l t Simon, auquel Is ont soumis les L'affaire du sieur Lucany E ienne
p lans de lanTribune a insta'ler au Cliamp centre Alexandre Bien-aimn adte entcudue;
Mar t qi era ici bient6. le I 'rbunal :a aussi enttndu la prestation
de-Mars t qui a ii en srm s pts: Edmon Mhieu
Cts Messieurs ont aussi invitE le Presi- de s rmGentd .s Lexperts: Edond Mathiur
dent au concert inaugural du Kiosque qui et Gcffiard Cam. L al i e cs renvoyae.
aura lieu ce mo's ci en son honneur et en a Haiti Politique et Litt6 -aire
celui de sa famille. Voici le somm2ire du numero qui pa-
Con soil des E ecr6taires d'Etat raltra demain
Le Constil s'est reuni hier et a pris cer- Le point d'Hstoite, B St-Victor ; Une
taines r Tolutions concernant la march du dElicate attention, Journal d un comedian,
service public et c-rtaines decisions visant Fridlic Ftbvre ; PoCsies : MIallri tout,
la situation ,financiere, en vue de donner Is. Vieux ; Ch val. G. d Champberhand ;
pleine et enti-.e satisfaction aux espErances l ichts Attend e tt si pLrer, L'audiene
qe ous veulent avoir en n gourne- prsidntilc, Antoine Laforest ; La vie so-
que tous veulent avoir en an gouverne- ciale en Hati. Mr Frang-is Dilencourt ;
meant qoi inspire la plus grande confiance ciale en Haiti. Mr Fran@is Dalencourt ;
mee la ps g e A propos du but de 1'Alliance francaise,
Tribunal de Cassation rC AnArd 1Y ...2 .rr;i .0. lA


SECTION CIVIL
Audience du jeudi, 4 fivrier 1909
Le Tribunal sous la presidence de M.
le vice-president Ernest Bonhomme prend
siege A dix heures et demise et entend les
affairs suivantes :
Les consorts Goyau contre les consorts
Armand.
Le Rapporteur, Mr le juge Baron donne
lecture de son rapport.
Le MinistCre Public, Mr Luc Domini-
que conclut A la cassatior du jugement at-
taque.
Madame Veuve MaximnE Jacques con-
tre Aug. Ahrendts et Georges Roomain.
Mr ie juge Anselme, rapporteur, lit son
rapport.
Mes J. I. Dominique, CEsar et Constan-
tin B-'nolt avocats des parties sonS respec-
tivement entendus en leurs observations.
Le Ministere Public. Mr Elie Curiel,
conclut a la cassation du jugement denon-
cd, seulement sur tous les chefs relatifs A
A 'intervention do sicur Georges Roumain;


.-*. s*I i nL. aIIi. te.I lr I ol i A ion 4 i
Jeremie, G. Vigoureux ; Ognon d'un Icc-
teur, Le Presidcit en acttvite, Francois
Xavier ; Petites notes, A. L.
Arrivage
Est arrive le steamer Altai avec les pas-
sagers suivants venant de :
Cap-Haitien General H. Mompoint,
Mere Odilie, Mr et Mme F. Picot, P.
Victor, R. Paret, L. Dapuy, A. Auguste,
S. Sainave, general L. Guerrier,'~Snateur
Laroche, Dr. N. Augusts, J. Jacques, A.
Bcrnardin, Nicolas Nader, A. Marc, Kiot,
O. St Audra, A. Cesar, K. Benz!, E. Blot,
0. Laurent.
Port de-Paix. R. Famier, A. Authen-
child, Felix Thomas, Einmond Lebon,
Fr6re Elysee, J, Abraham, Belle Zune,
C. Durocher, Mile Mener, Leon Devis,
E Tiphaine.
Gonaives.- C. Barbot, Em. Cimbert,
R. Months, general P. Robillard, Th.
Sterlin. C. Dapay, B Francois, L. Devis,
Richardson, D. St Jean. T. Robillard,
I'abbd Guillo, Mile D. Anulme, D. Those


mas, E Bedand, J. Louis, P. F
Phillippe, E. Laporte, Mile Ti
Delrop-, M. Martin, M. Kawas, S.
M. et Mine Laporte-LA&
(N*E ASCHRR)
60 Avenuedes Gobelins, 60, [(PW
Offrent leurs services au corn
et aux families, tant de Port-au-
que des autres villes d'Haiti
toutes commandes de marchan
vins, articles de toilettes, de mo0
de bijouterie, etc.
On peut eAxpdier les commqi
A l'adresso ci-dessus et pour too r
seignerents s'adiesser au bureua
journal.


DIFFERENT
DENNIS-DUFANAI

0 nous demanIe I inrertiom di
ces s Ait,.ates: 4


Aujourd'hui, icr Fevrier 909 i
heures et demie du martin.
Nous soussignds 1. C. Laferriere it
Gauthier, tCmoins choisis par Mo
SStphen Dennis, aux fins d'obtenir
tion par les arminis de l'otfense A lai
par Monsieur Marion Dufanil le sa
dans I'apres-mndi.
Sommes prs:-nds chl~z le dIpath N
zeau, hicr A onz. hjures et demic des
tin, ou nous avons Vouv Monsieurt
final, et lui avons remis la lettre
don't nous 6tions porteurs.
Depuis ce moment nous nous soe
tenus A sa dis. position jusque aujoord
A onze heures ct dciec, our aucuneo
nunication .de sa part, nous est venu
lativemcnt A notre mission.
Au moment d- clore ce present
verbal, s'est presen:N Monsieur T St-
SFun dics tc:aoin diS Monsieur Dufa
nous a d.mande, vu I'absence de Mo
Douyon, son coliegue, de rcnvoyer
premiere reunion, cet apres-midi, A
heurcs ; ce que nous avons accepted.
En f, i de quoi, avons signed les prds
Ies jouis mois et an que dessus poet
var ce que de droit.
J. C. LAFERRIitKE, V. GAUTl
**
I Ce me&ne iur, A cinq heures et
du soir, en consequence du dernier f
grapee de norre piocts-verbal de ce-
I Nou, sou.sigoes, J. C- Iaferriere a
Gautihcr, eilnuns de Monsieur Staph
Dennis, sonumts dui.is dans le sala4
M. ,-.i .. V. C .u..i.r, a.X f.ins t rd
detiintiveiz nn'. c d.iJ'r-id *.xisfn.
notre .ilc:lt : .'.a L.. C Du)Itul.
senm par Messeurs T. St Jus-e et A.
yon tos deux presents.
Apies avoir longuement demontOdl
derniers la qualitC d'otfensg de Monsieur
nis tt la ne;css~ti pour lui d'avoir une
reparation ponvant satisfaire son
leis tinoins de Monsieur Dufanal ot.
tenu, que par, le dire de leur cli
I'enqtete qu'ils avaient Lite poor
assoir leur conviction avaut de se
ter A cette reunion, les preriers trFi
parties de Monsieur Dennis et q@
conseqnent, c'est Monsieur Dutau
est I'offens6.
Ces deux manijres de voir ouat
lieu A une discussion entire nous de
de d h:ux Laurcs.
Voyant que la dLcuaion 'e
sans resultat, nous leur avons
choisir on tiers-atbitre pour nos$
etr. An lieu d'accpter, mais u m


I .- II I I It ~


I










Isat refuser d'one facon catigorique, ils
Uas ont propose6 une nouvelle reunion
our domain. Le principle de cette nouvelle
6anion a ti acceptC, bien que pour nous
g choses avaient etc deja assez clairemen:
poses de part et d'autre.
II restait done A fixer I'heure.
Us nous ont propose onz-; heures du
tin ; jnous avons refuse rclamant pour
ktre client la promptitude avec laquelle
esaffaires de cette gravity se reTlent. Et
x lieu de nous proposer une here plus t6t
arla qutile nonsserions peut-&tre tombs
I'accord, ils se sont retires en refusant d'ac-
xpter notre proposition d- dresser un pro-
A6s-verbal en common.
Ea fois de quoi nous avons clos les pr6-
entes les Jour, mois c~ an que dersus.
J. C. LAFERRIt.E V. GAUTHIRR.
*
Ce jourd'hui 4 Fevrier mai neuf cent
Neuf, a neuf heures du martin, les tCmoins
reunis :
MM. J. C. Laferri&re et V. Gauthier
repr6sentants de Monsieur Dennis.
MM.Consint Vieux et R6musat E. Pierre,
repr6sentants de Monsieur M. Djf.na';
Aux fins de reglcr le d.ffrend existani
entre leur partie respective se sont founi
de tongues explicaiions mutuellei.
II r6sulte de l ur <.nii:r i n q'*' le geste
fait par M. D=nni;, final interpidtd par NM.
Dufanal, ne constitute pas une oftfnse. En
consequence M. Dufanal ne cesse de re-
grettei profianden nt tonte offense de sa
p i l'endroit d- M. D nnis.
Les temoins ocssign6s it connaisscnt
doac qu'i! n'y pas lieu A rLncontre.
En foi de quo' nous avons dress et si-
gni en double ce present proces-verbal
pour servir ce que de droit.
Pour S. D.nnis : Pour M. Dfanal :
J. C. LAFERRIi:RE, CONSTANT VIEUX
V.-GAUTH ER REMUSAT E. PIERRE



Noiei'ies ElUnseres

Dern iA res D p,- ch. s
I)AIHI ter.- Le prince de Moni~co a
fait A la Sorbornie une confercice t 1
les avantag -s de- s, uIcttr A l'aibitra-
ge les differends qui vit-ndraient ia L e
pioduire eithe tou I.:s ,a'. (.ett coji-
[ leiece a eu .it-tl .OUs l1s iausjic.s' de
la fed6 atio)n lS: 'iuu:uaiilt Elle 'I
t4-pi.eidee par M. Fl~;il 1 qui a
prouonc' uii lIs our. .,ia, nleq'I Ce il a
dit que I'.iie in tucllc edaiL snperieure
'l'aide do I E tt.
CONSTASTINOI It.r. L? grniil vi-
lir-Kiamil-lacha a et.voay. Sfiai une
note luergique tlans laquie il dde.,uin-
le A 6tre fixd d'une fayon ditliative au
umjot des intentijuis de la Balgirie de
rouvrir les n6ocialionis.
ST-PErERSBOURG ler.- Les -dangeis
de guerre en O.ient sont dissipds, & la
luite du consentement de la Turquie
Ot la Bulgarie d'accepter un plan pro-
POe par la Iiassie. Ce plan concilie
Fane nolivclle mani6re le montant de
I'ildemnit6 r6clamde par la Turquie :
1) 000.UO de francs. et celui offlrt pai
I& Bulgarie 82 000.000 de francs.
. BiuUN ler.- L'aviateur francais Ar-
mand Zippel a fait aujourd hui ne as-
Deasion qui a t6L courounnde de success
Sn a4roplaue a parcouru environ nIa
Ulie, s'4levant a une hauteur de 6'0
peds. Cetle ascension a eu lieu au
htteanU de M. Pouvres de Tem lehof,
la pr.sace d'an grand nombre de per-
iL HAIXNm ter.- Le pr6ident Go-


mez a sigod un decret nommant M. Jo-
'6 Ugarte, chef de la police secrete.
Ainai est close I'incident sensationiue'
soulevf par la proposition de nountler
M. Sicardo Arnauto A ce poste.
Le President Gomeb a envoy au
Congress un message dans lequel it do--
mande la revision, du Code Penal. 11
propose aus-i qu'ane commission soit
nommne pour la revision des tariffs
,ouaniers. recommandant que des ned-
gociations siient engig6es en vue d'ob-
tenir des Etats-Unis les plus grandest
concessions possibles sans pour cela
mettre en danger les relations de Cuba
avec les autres nations.
ST-PiTERSBOURG ler.- L- bruit qui
a couru ici que M. Kokovsuil, ministre
*les finances, avait donnd sa admission
it qu'il avait 0t6 nomm6 ambassadeur
de France, est officiellement d6menti.
CANTON ler.- Un incendie s'est d&-
clard parmni une flotilla de btt.*anx de
flours. O k cioit que plus dc 20J per-
sonnes out dp6i : ddjN 170 corps A de-
mi carbonisds out 6tw retroav6s.
PARIS 2 Au debut de la stance
dL'aujour1'hui, M. G.oiges UBrry d6po-
4e une proposition (de loi tenlant ac-
corder la iehabililttion des faillis. L'ur-
gence a tc demarand4e et la proposition
a we, r.nvroyd Ala commi-sion de re-
fat nif julici.aise.
La Chambre vola en.uite un project
Iulorisanit le Gouvernement g6enral de
iI ,lo-Chine A emeltre un empiunt de
53.00J OJO pour couviir les depeuses
vis.' -spar l -ePiaice rbi'rale In 13
Av il L 08, la lchi rg- de la Colonie,
:(umI l.t construction du chemin de for
le, Yiiriam. E'le reprit ensuite la dis-
c-' -ion de l'imp6t sur le revenue.
WASHINGTON 2. Par 161 voix centre
90, Li Chambre des Rpr6sentantts a
r1,'jt1 l.1i demand de credit de 500 000
;ipiliqu'tb'es a la construction de bal-
lons militaires.
ST-: tTERsu UR( 2 Depuis plu-
it-urs jours, de continuelles secousses
-isiir11U1-s south ressenties dans l'ile de
SAgh .liii.


DEMANDED
L' nnuaire de L6gis-
lation Haltienne, par M*
Etietnne Mathon, contenant le lois,


,l^crtts, contracts, arrelds de
n6e 190u, au prix de
GOURDES, chez M. Vei
p rimeur. rue Bonne-foi et
E:tirnne Mathon, 87, Rue du


1'An-
e DEUX
rrollot, im-
SChez M*
Centre.


._ --- ml
Avis
Dovai.t m'abseuter du pays, j'an-
nonce ,u commerce et au public que
Mr Gatiiat Fouchard est charge de la
liquidation de m--s affjtires.
ku consequence, je declare que
mes piocurations tant B lui qu'k Mr
Antoine Fouchard sont et demeurent
sans efflt.
Port-au-Prince, ter f6vrier 1900
C. FOUCHARD
.L--- -n u
Bonne occasion
Pendant quelques jours seulement
l'IMPRIMERIn C. MAGLOIRo offre aux
gens d'affaires des envelopes com-
merciales, titr6es au Bot de I'ache-
teur, &a prix de 15 GOURDES le mil-
liUer.


M. JA ants
I -




.4.Q 4-.....dwLovr
iip w r
a''.
%U *-.. .. .

.. .&2'~ GEFFRARD
"4 L'c-q71~l, 4w LOYWve
i !*b't gofc etpur tirrEm~


'U


Bois Ve. na


aie Gale Transalantifi

Let steamer a Montr6al a est atteu-
,; Sjmedi tI courant et partira Lundi
8 A 10 Iheres du martin pour Petit-
';(t ve, St Mare et Gonaives.

T L'Annexe a est attend Lundli 8
courant et partira le meme .our A 5
heures du soir pour Jdremie, Santiago


de Cuha, les Cayes et eales.
N. B Passe midi le 8, il ne
plus ddlivrAd de billets de passage I
Santiago de Cuba.
L'AGENT
F. M. ALTIEBI


pour
pour


NESTOR FELIU
L'excel lent tailleur avantagensem i ui
connu de toute la Republique vient
de ronvrir son atelier Rue FArnn,
( Rae des Miracles ) N* 61, prbs de M*
L'g,-r Cauvin,
Sa nombreuse clientele trouvera
comme tonjours toute satisfaction
pour les travaux qui lui seront con-
flis.


k von 'r]"')X ttO raiili situei au
Sa'Ia cl NI JM- J BM 1 B-dy. avocat.

Priere d'aviser 1'admninistra-
tion de la m-oindre irr~gtzla i-
t6 dan6 I o er vice d u a MATINMv
-fi'j qu'il y Z-)it fe sute remd&


h ZATF. IJF\TIFJ1 C~9m


Les autes Poduits Hygi6niques de la Maison SEGUIN sor:1

Poudre de Riz adhdrente extra-fine a LA MADONK *;
Eau de in prcieuse pour stimuler le cuir-chevelurt wt
Eau dle u minine, enlever les pellicules.
Glyc6rine anglaise co tre les gercures et la duretd de la p -u.

Eau de Cologne 16nitive extra-fine. ren f etiomoen 11ao.
*"con et petit flacon.

Pour les commands en gros: s'adresse A 1'Agence Gen6ale
et d6p6t pou a R6publique d'Halti
PORT-AU-PRINCE ( HAITI )
.A. la. PLC4etx'popolo
MAIBON JULE8 LAVILLE ..
93. Ra" dii Mlg.n. dd risto, 93


DENTIFRICES

Ce61bres des RR. PP. B6nedictins

DE L'ABBAYE DE SoULAC (GIRONDE)
Nouveraux envois de
SPECIALITES ET PRODUCTS HYGIEIQUES
DE LA MAISON A. SEGUIN DE BORDEAUX
SEUL CONCESSIONNAIRE POUR LA VENTE EN GF3OS

L'lucomparable Elixir Dentifrice
des IHR. I'P. B6nsdictins par son usage journalier a.tu.
re la santd de la Gord., de la Bouche et do plus, par suJi
te td la solidity qu 'il conservei aux dents jusqu'a I'A, le
1pl) s avanct, il f.cilite le travail de la digestion en I''-
inettant la masticationu complete des aiimtiits.

l;a Poudre Dentifrice des RR. PI'.

Beli6dctinS st ;i pricieux auxiliaiie de I'Elixii.


La Pate Dentitrice des Rl.
PP. D aneditmnc est employee seule ,,u
lconcurremment avec F
Slixir.


-- I I











pt rnfI)
XIMU *A'IDE IA1GI, 22, K
Forts.
*Co:,fek tot's !I


p
1,1LceS chez
dcK Frnts-


TA


NERIE CORTIEEI
Di



1A'lMT 500PEAUX PAR JOUR


p RlgPA F; --fl- j- n


t1*
-A *'


.1
:i 3


TALE


D V~kGTX DB V&Wt-QU&TR(E (24,-, -%)


Vente des chaussur'es:
1 urs, pour H. C -Iti-s, t.O%%S D s e;


(ja2%re-au..qsc, rirn ot CODP
aItants.


( BOUTOWNi, ELAsTIQTl rt LAct )
et an dtasil p m-r to.te Lt R6pnblique


,%fro-, 41 0.1 .


tp -. Ak r -au :
b.Urr~% iI-v rj .y ~ r-,iz
.o *.j %v.i' jid t e r:.- ) de
tonbe ;

Arit~ahvr e Ia (r'~iA.- .,'1.ctjou.

tur- ~ ~ o4ar


M' C. L. Verret
Ta 1leur- 'tar-han -1
Donon avi-.,i -:; c~vil.ri~ rlion-
tWIe q:1-- '- t;tjR'l No 7.111i 'r;.iv-r-
variAtA ,.-fia!f.- n u
veautO parisiv-1ne..

TRAVAIL SO C91.C. -NI', PCC-,'s PROMPTE-





-a 1..E us dp6t
un guar : r i r (inb *a,
~ ;'-. : i! h ;S.ureas en

libMES.d F]IrMMk;S, VNYANTS
L s i. :t q ofirfexeamts

*~. '' 'i- V *\ If. j o3
VORT-A hiTI )


4*
I~~- .

.4-~


*L -Co.
'p:~


atA-
I. *


iL.-' '


E1li OROS S T!)I'ATr.
f,. ALC~UUOfl prolnpte c
oouimnmo.dss, taut "ci qu'
Pvravikzeoa.


5


Oh a A; imrnis ; 616jiantss et I5-

4p J'r, ) et le plus commode :
cbhas4,treF 4 pis-r onf'alits caji!,,etion-
UM ceav. j *P''..~-If -out"~2~l*P


*ios, Nw Oi L: gswh do low"i"mown*


1 v grosg


H


ET
R3S2'A (JRaNT


B ELLEVUE


PJec. do Chmps-do MM
e O'-AU-rrPcI~NCU (HAITI)
MW.le Hermance A LFRED, directrice


,kPPA11TEM ENTc


~:z~3~ FAMU~JX


D3'J~Eki~`Zc- t'viC~1
Inrstallationr~ arb c n!~-k : ,-IU
Aczuce A rkuls4 -- i iAS#,Z i

PBO)Ek it A IN .;-1.
;31 Njt


v r., li


GRANN D


PRIX


HMORS CONCOURS


Rhum Barbancourt
MXdailles d'or, Mention honorable, Mo-bre du JuJry, Grand
prix, Hors oonoours dans t .uteft les Expositions depuis
1881 jusquA' 1907. ( Ancien et No uveCu Gontinents)
Madame Veuve BARBANCOURT, seule d6poai-
taire de la marque Rhum Earbancourt t soule proprie-
taire des formulas qui ont fait obtenir an Rhum Btrban-
court les mdailles d'or de toutes le S Expositio.s, a pris la suite
les affaires de feu son mari, et so tient a la m6me halle, sise 7, Rue
dos C6 ars, A la disposition de sa nombreuse clientele,
don't les comxmandes, seront ex rutei s avec le mAmo soia quo par
le pass.


Mr J'-seph Sepson
Mar c hcl nci- a;lt. 3 r
V-'i f No
en ra'.-p dz- Ls PI:b'ei IetI r i


Caines dermiclies modea.
Pamx Motp-ts

TINb e_ Iceph 6 rin Bell
Fabricart 4r chalusaure'v
Rile Tiremasse, ratade Nord do


la Place de la


Croix-des-Bossales.


--'
A -
4 -t,


'-. S4 .fCE


(CH4ttFsURI M IN D*bP6,POU'K LA mm
Promptltr'de et stsin ainx colmumai
fu tentt ici qt."D proviaicu.
fa-wi-spJirt7-4a fit' *ta,'O forme st ,tris
VAii twai;,guEr tout co qu'l y a do plu,
Fonrmes srmdrcane st fanqalm. pout
~JiA14;tri ; L c'mZDOdes
kia eatftaI; 1& ploG.4 l'aiss.
Trav!IP sculid. iv'* Sxevc

Au~r- ce. d~X GimaS rik f~C.aais.


IPANTQUftLs L3B


vrmi om% ;. uwrnm


don :rt I
Jarlne~-tuwrI~ ( i:Hi7 ).
Iiri ~ -..kiii,.~


11 1 1w 2 ,apl u aaue te a
ponsc".
D) p t Gdn~r ral
.23. i11jI: RIOUX,:23
(A.. i- wr: Rua oNNmm-Foi ),
71 20 A0lcool 906
A Vendre
I)'rX I (n lon bon dtat, d d"
a..I It.

Gu6rison do Um D
.tUdd d. UshvmI puhmdN iLl-
PA ELIXIR DUPEPT3O
Mlm GebrWeWI uMZ------
crewre c- entra, l UZ & .eUIU a -
s rue des Ro !emquartlew do La
Dqmb~2


a dL6 recom
d'Or obteorn
itnuialre de *


uInIn4so I hma=
in s meGIgt6Ki M
Imts dwes OmMs
'jAnmbaw sm t


- P-A ---- --fra
ibdm at D
- -If
. mt dhot


t --l ,


I II I


leimanl plus it
S'i nO'estfai.Pveoa "PiUls
Best."
La imi-illeure farine du
Celle qui donne le meilleur
Qui produit le plus de pain
Le pain le plus blanc
Le pain le plus l6ger.
Pour tous renseigno mept
dresser & :
Ernest Casteram
repr6sentant de la PILLBIURi's WYA
BURN FLOUR MILS Co M
MILES
"- -- -
JULIEN FLORUS
Ancien iltve te la f6 Compau
d'ouvriers d'ArHierie (Lor1j0,
Se tiunt A la disposition du p
pour tous travaux de PonRB, et
JUSTAGE, d REPARATION de Co0
forts etc. "tc. A di; bonnes conditlei
Ru-: la Rdvolution N* it
Vt L: Cht-.?1bre dZDA


SUCaE TURBli
Si v,. s voulez un pIt'
pco :- .1it de la c inne
Sauis .uca r igrdli,'t chinmi u.
R6MIc 'i z le
Sucre~ee MON-REPOI


rl -- rr


* "* ^


i'