<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00534
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: January 27, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00534

Full Text


Deu lme Ann6e, No 549


PORT-AU-PRINCE ( HAITI )


Mercredi, 27 Janvier 1909.


'


Arthur Isidore,


J


Camille NMr6 Nutma


OUOTIDIEN


ADMINISTRATEUR


Abonnenm nts: DIRECTEUR-FONDATEUR E NU RO 5 CENTIMES

sRT-AU-PRU Moan.. 2 .00 Clement Magloire
DIRPA MENTS U Mo.. 2.20 -- Les abonnermets parent du i" et do I1 de chaque
ToTDEP Mos 6.00 DIRECTION- iAC TIO)N-ADMINISTATTGON -oi-. et sout payables d'avan-s
E'TRANGER........ Tois Moir. a 8.00 45, I I IOux Z,45. Lou man,.i' r; t insor* ou non ne mrorantpu reaus
I I I ., I I I_ -


Histoire d'Haiti

A L'USAGE DES ADULTS
1" Chapitre


A chacun de nos changements d1- A son fils. Non, vous a
gouvernement. Haiti, A en croire la bert(d, et vous avez jur
press et la rhdtorique officielle, voit voulez plus de maitre...
s'ouvrir pour elle et pour ses enfants *Voycz quel pas de g&1
Sune &re nouvelle. fait dans li civilisation d
Les liberties, trop longtcmps fouldes avons charng de gouve
aux pieds par un a despotisme jwqu'ici il 'urit, IHaii sourit a 'I
inconnu dans les annalesde I'humanit6e, est rappelie fi la religion
ren issent subitement. Le people, vo- avec le trine se Qont Oc
lontairement tenu dans a les tdndbre.q tels o0 I'on sacritiait de
de l'ignorance s, voit soudain poindre A maires....
I'horizon une lumiere nouvelle qui Mais Pltion a pass e
bient6t va dissiper toutes ces t6nebres compete de son administ
et inonder la socit&6 haitienne de inoignage d'uni de ses pl
sa bienfaisante clarte. porains, le general Bonn
Bref, c'est la fin de toutes les op- *Sous D)e-silines, la c
pressions, et surtout du favori isme ; la dilapidation avaient
tousles d6partements ministdriels crees tout le desordie et I'anari
par la Constitution vont A l'envi impri- tait de rerablir l'ordre qu
mer une vigoureuse impulsion A I'acti- rait dtre la sauvegarde d4
vit6 national. Le bonheur du peuple a Mas le S iiat venai
haitien, ai longtemps ajournu, iW'est se heurter coitre l'apatl
plus qu'une question de jour : demail, l)es ,ag'iis inti illes c
11 va tie rdalisd ; car la patrie a enlin nontler lut'r noauiivis vol
retrouv6 les voie3 de oon salut. l6ait de ientdie coinpte (1
Telle cst, A tr6s peu de chose p\I,- et lor-quee ,ls ciitoy.ns i
l'artili6n e que,aprrschaque revoluioltn,, amis 1 I l' ei.'l-it, It
des honimes e -liieux, appeles ipar I t I nitettri i. : *,. ;1
sard des dvneientie-t a us-cuper fa l u, pun lait ;-.,t le
tour le pouvoir et la piesse, Iiedonrci t.i s hoin U-; -on Il-s vo
l I'oreille du people hIailien. vous dito j!- ,,S I
Et cela, db nos origins ; les gd",.- monde ',..
rations actuclles n'ont pas, en ellet, le a La tr lessioul elant
mtrite d'avoir rien invent de cs I.'a- conmpirn-r I d(lBtsorde,
tiques. Voyons plutOl. la nuit, les ain:;gains et
Apr6s la mort de DDssalines, qui, I,. plus d'uin malieureuse
premier, accoinplit son 6volution le iui6e recevaitles secour
plus consciencieusement du monde, dlu prsiident.
d6butant, au dire de ses contemporains, a Les i pric,'i'r, er taie
par'la quality, de Ihbdrateurs, pour li- de poilr'voir eux-mnifes A
air par cell de atyran abjectv,- ap;&-, On citat Suhi!: lanid qui
disois-nous, qu'il ett 4td abattu, le Sd- dtux horn ,'ms danis on p
nat, dans une Adresse au people et a tendu derriere sa porte
I'arm6e, a'6criair : crainte de surp ise, les r
t Vous o'avez pas oubli6 le r6gae e e sa maison.....
D"salines, ni les mau qui suiveot a ... On distribua les
reclav.age; vous n'ave pas oublid ces sans ordre, sans m6thodi
jours de terreur o0 l'a in'oamit parlor oant et se plagant comme
* Ion ami,l mart i son 6pouob, le pbre I'agiotage s'empar de la


sessions, on -'en ti-.tijt *idIpIiger souis
diff reiid. noIns...
ccDans lo,\llc f:ltos im, ft;tt,
oital vr t?.Ir 1nIu mtit. i4oiit, Ioinx cew
gOuruies, 'los 1mm -tihios quii 'allemit

'ilIes, ceux do, conrinitmies ,I- iicin Ils
iimez trop la hi- tdifices occl1pus, son le ) io colo-
5 que vous ne mat, par ls '1m-!ration- et tla
qi st i'ti c I' l )n avait C ri I som in mes
i onsii~~rables-o,..
ant rious ;ivorxso a .
lepuis que 1710 15 'An 'ti-iirs set. In
Bnerernt. 1AIe :Ivvc ili tv 1. o Ii()Us
h u mani U6, ce le i:ivoii, cu ~Iiniraj' i: bift el 11011
et A Ia mor alte ? ()lorIs jus jue riljinfeint enctoro
rouldesIts au cc'.)ull'.
s victirne- hu- MNtis pe1t-Mie qois Li t ouvemons
I Iulls hii feuiletons toUP!. Illiis 0Iit:.
3t voici, Sul' IV
ration, le 16- A(Ls-. IG,11
,ropres conteiell- -wo~a~ulrr~ri& .'~ 113
et
upidite, le o ,
intro luit p W- J
Thie. 11 hnpor---

es iititutiors. T i
i chlaque jour' -
hi d tl);.


e'--I I (
pii en dru1

pendru iou~ V~


F. M ItAIfP COLIlrF S, -M Aci

MIARDI 2 (b. i\VLR 1, ) 9


- ''


--.... A tr 'di

l ~ t


T' A L


6 1,
2 0 )
;I 5


imptoi-'-;ii'ie MNffnvc )nic ." ,t '2 3
o n dv.,lis ,i!. C ,ic-! :.b t)L ,n t ,i: ', i t '.,' .
les boiti'u pes ; hB r ,c:re to 'out, 'n :L .
femme ainw-i J. SCHERER
s de laca:ssetil
Tribunalde C .s tion
ent contraiint- iCTin\ I IVL-
Seur scur it Audie.w' ,du LunJdi 25 ,l ,'r 19 ,)
i. ny.Ant i '." A dis hI:i'. et de Iie 1- T, bu:nal so.s,
i6ge t -otinelti. Ia pri~d.n c de Mr le Prdtenr H. Lc-
, eloig., ,.- ; haud pr.-nd s ege e: c e:cnJ s affairs de:
nalftilemus d J. J. S.d,,y c.,n re .*1. cpoux Re-
naud Hippolyte. ( R-production )
terres gratis, Affaire renvoyie A une autre audience A
e, chacuu pre- cause de l'absence du juge-rapporteur.
il l'entendait; John D. Metzger et Co contre Salomon
vented des con- fils.


Le Ripporteur, Mr le juge Chancy, donne
Icclure de son rapport.
Mc Ca.nille St Remy, avocat du defen-
dt'-, se rdfrc A la sagesse du Tribunal, vu
1'al ence de l'avocat des demandeurs A la
b r r e.
I e Mnist&re Public, Mr Eug. Dacatrel,
corclut au rejet du pourvoi.
Geffrard Siint Ilivert con:re Phand-
l:a Phanor.
Mr le juge Chancy, rapporteur, lit son
Trapport.
Me Lauri-,ton Vaugues, pour le deman-
,!ei-r, est entendn en ses observations.
I.e Minis-tre Pub!ic, Mr Eug. Decatrel,
conclur A l'irrecevabilit du pourvoi si-
A ; 1 son rejet.
Lr siege est tved,
.


SEcnION Cl\ LP.
,ludii n:e .iu C, aJrdi 24 J.ianier 1909
x heures du martin, le Tribunalsous la
pc !itnce du juge C. Dejean, prend siege
er pror:once l'arrett 'q.i case et annulele
j~~~i. nt du 31 OCtobre '1907, rendu au
pi tti Jde la dani Rse Gilles ; renvoie la
a, -. ct l.s parties devant le Tribunal ci-
vi d'Aquin pour 5:rc de nouveau jugee
Lt .)onld.inne erifii la damne Rose Gilles
ai.x dcpens ;
i '. I1 en) d lus, athires de :
Maid in. Vc'uve Antoin Jn-Pierrecon-
irc 1.-. lt.riilts P'icr.e J r mrne.
Le juILg Chancy, rapporteur, lit son rap
port


Lc M\it i Itre I't:b.ic, Mr Eug. Decatrel,
Cr.ul : au rejc., du poutvoi :
LLs icritiLrs Fior-stal Ganthier contre
.\ .dJame Lafrtune Nelsi et consorts.
I., rapprtcur ,Mr le juge Chancy, done
:.uc Je son rapport.
ic Minisitre Public, Mr Luc Domini-
.. c nclut au rtjet du pourvoir
l(simonde Fr6mont et Fiorina Eremont
con.re Petit-Frere C6saire.
Mr le juge Chancy, lit sou rapport.
Le Ministcre Pub'ic, Mr Luc Dominique,
c, -lut A la cissation de la decision atta-

Le siege tst Icv6.
Asile Frangais
Nous avons le plaisir de confirmed, par
des rtnseignements pris A la source, I'an-
nonce faite dans notre No do 19 du bal
travesti d'enfants dans la grande salle des
fates de 1'Asile fran;ais.
Beaucoup de personnel, cells surtout


IlEDACTEUR EN CHEF


I r I I I -


,_ ~';4~:C~gr y y~l~~ E-X:5-.-~-







qui ailment que leurs enfants s'amusent Remerclmsnts
i I'aise dins leurs costumes ou qui sont
embarassees parfois dans le choix un tra-euveRaoulBerne Mr et
vesti, trouvent bien appropri6 le desir de Ma.xime Cr pin, Mr et Mme Marius B:rne,
la Sociee' franchise de Secours Mutuels et Mile Camille Berne, Mme Vve Aug Pas-
de B-enfaisance de voir les enfants autant quet, Mr et Mme A bert Riviere et leurs
que possible en costume uniform de Pier- enfants, Mr et Mme Auguste Pasquet,
rots, Pierrettes, qui n'occasionne qu'une Mr et Mme Paul Pasquet, MM. Valen-
d epense insignifiante. Et nombre de fa- couIt, et Dasny Pasqutt, remercient bien
miles s'accordnt dire que l'etf.t sera sincrement toutes les personnel qui lear
m;les saccordnt a dire que l'e.t seradans a cuelle
charmant quand on fera toute certe petite ot prd lears concours dans lacruelle
jeunesse denser la ronde traditionnell e preuve quivient de les frapperen la per-
des b db6s. sonne de leur regrettR RAOUL BERNE et
Les pri d'entre seront, nous le pensons.r leur en garderont une vive et 6ternelle re-
les mtmes que ceux des annees prc~den- connaissance.
tes et quand ile seront fixes par la Societi Incarc6- action


fran iise, nous en reparlerons.
Tribunal Civil
.Audience civil du 3Mardi 26 janvier 1939.
Le Tiibuna' prend siege a dix heures du
matin sous li presidency du juge-doyen
D. Maignan, assist de Mr Alfred Thr-
brud, Substitut du Commissaire du Gou-
vernement.
Jugement rendu
Cciui qui rejette exception d'incompe-
tence soulevee par Otharis Thomas, dit
qu'Ennmanuel Alexandre n'est pas fond
A revenir sur la d&c'sision du 3 Mai 90o8,
que ce jugemcnt a acquis l'autorite dc la
chase jugde, Ie dboute de ses exceptions,
fins et conclusions et ordonne de plai-
der au fond et condamne les ddfendeurs
aux depens.
Affuire entendue
Edelmonde Bob centre Joseph Lecorps.
Le Tribunal, sous la presidence du juge
doyen A St-Rome et des jug s Valles et
Regnier, assisted de M. L. Coutard, Com-
missaire du Gouvernement, a rendu le
jugement qui homologue la transaction
faite entire Mr P. Lambert et les heritiers
Alfred Laurent, au rapport de M" Laraque
Charles Millery, notaire public A Port-au-
Prince.
Puis le siege est level.
Tribunal de paix
SECTION NORD
Le Tribunal a entendu l'affaire du sieur
Justin Charlmers centre Kawas frires II
s'agit d'un bon souscrit pir ces derniers et
sur lequel il n'a ete fait qu'un versement
de 7 dollars sur 82.53. Les mandataires
ne pouvant tas &clairer la religion des
juges, on ordonne pour l'audience prochai-
ne la comparution personnelle des parties.

La Companies Mercantile repr6eentde
par Eiseustein rdclame de Mr William Hep-
pie la some de cent dollars, valeur due
en vertu d'un concordat sign le 28 Ed-
vrier 1908.
Felix Valin, mandataire de Hepple pro-
pose un mode de paiement centre lequel
protest M* Ciceron Joseph fils
Le Tribunal donne un delai de six mois
i Hepple pour se librer, pass le delai il
pourra ktre conttaint mime par corps.
Ar

Rose St-Fort reclame de la dame Ti-
mouch6 le paiement d'une valeur de 61
gourdes.
Le Tribunal condawne la d6bitrice A
payer cette valeur dans un ddlai de 4
mois.
mos. D6c6s
Nous apprenons la mort de .Antileque
Expert, d&6cde hier. C'Atait le doyen des
clercs ; il passa plus de 30 ann&es en 1'e-
tode de M- Oriol pere et fils. Les fnr.6-
railles auront lieu cet apres-midi.
Condol6ances A sa famille.


M P. Romain, direc'eur grant du iour-
nal I'Action a th incarcr6, en vertu d'une
ordonnance rendue par la Chambre du
Conseil dans l'affaire de Mine Horace Dor-
c A'exandre.
C-ite ordonnance renvoie par devant le
Tribunal criminal M. Remain qui avait,
A l'6poque ou ii &ait )uge d'instruction,
detourn6 un titre de propriee6 des heri-
tiers de feu Aristide William.
Mr Remain s'est pourvu en cassation
centre cette ordonnance.
Administration Postale
SERVICE ISLrR'LU'R
Lettres recon'flandees en sou 'rance
M 1-s Claire Marai, Lydia Moise, I~-.
b.lle Flora, Eupidna D)rcc6, Lydia Pei-
xotio, Philosia Ls. Charles, Mme Metel-
lus Jn Pierre, Gimthier, VilleBossicot, Ti-
ftmme Bizelais, Guerina Guerrier, Lucia
Jean, Jeicvin, Mariana Alabr6, Cleante
Magny= Mrs Neuftali Cainpr6, Vildor Te-
lemaque, Teiemaque Edouard, Cloridant
Prophete, Gabriel Osnis, Pascal H. Fou-
rand,Julien N. Ligonde, Lumeau Delbeau,
Luc Alexandre, B61us Cimbert, Pierre-Fran-
; )is Lecorps, Thales Manigat, Ledelui La-
tnarre,Camille Durand, Georges Alphonse,
Abner Revil, Chrisosthome Ulice Mentor,
ant. lPacaud, Jh. Simmonds, Douval Fils,
Dcsicre Pierre, Candelon Rigaud, Rezeluse
Lagutnne, Fortune J ,seph, D.rius Sylvain,
A ex. Ch6ne, Ph. Jean-Louis Alvarss, Enva,
Faul A. Dufort, A, MWgi, Martinez, Du-
nlord Jastram, ;St Aubain Nicolas. Jh.
NJzret Morisset, Faine Pilorge, Ls. In.
Policard, G. Albert Antoine, Elie Coen
tils, Henry. A Martin.
Navire attend
Le vapeur tSarniav ayant quitter Ntw-
Yo1k limanche dernier pour notre port
est attend ici samedi 30 courant. IlIrepar-
iira probablement dans l'apres-midi pour
Kingston, Co'on,Port-Limon.



Nouvelles Etrangeres

Derni res D6p6ches

LONDRES 23.- Les sismographes d'An-
g!c:trre et des autres pays d'Europe ont
ecnrtgistr6 un violent tremblement de terre
quelques minutes avant quatre heures cc
main.-- Les indications donnies par ces
appareils font prisager un movement sis-
mique plus violent que celui qui fut enre-
gisire le mois dernier, lors du d6sastre de
Mes ine.
On estime que les lieux od la secousse
se serait produite, se tronvent A deux on
trois miles d Angleterre. Cependant on ne
connatt encore aucune nouvelle au sojet
du point exact ou le d6sastre aurait eu lieu.
BERLIN 23. L'Empereur Guillaume a
donn6 ordre que le communique official
ordonne jusqu ici par la Cour serait d6sor-
mais considiiab!etnent abreg6. Cette d6ci-


sion a &t prise par l'Empereur A la suite de
l'excitation publique qui a suivi la publi-
cation d'une interview de St Mijeste dans
un journal de Londres, le g Daily-Tele-
graph *.
Une agence de la press a Cte infbrmte
de la decision imperale afia de la com-
muniquer aux journaux. II ne parattra
disormais qu'un communique official re-
latant les travaux journalters de 1'Empe-
reur. Ce communique sera publiC chaque
semaine par le a Reichs Anzeigen v.
SANDFINGIIAM 23.- On a a.inonc6 aux
E.ats-Unis et un peu partout, que la reine
Alexandra 6tait serieusement mal.de et
avait gard6 le lit qendant une semaine ;
mais ces nouvelles sont formellement de-
menti s auiourd'hui.
PARIS 23. 1 es Etats-Unis et la France
sont en communication constinte au sujet
des negotiations de leurs gouvernements
respectifs avec le Venezuela. La France
anres le rgglement des differends entire le
V.nizu6!a et la Compagnie des CAb'es
frnin is et le retab'issement des consulate
ftanttis au Vcndeu6la. est maintenant dis-
p se A suivre I'exemple des Etats-Unis et
de soumetre A l'arb trage routes les ques-
tions qui pourraieut ne pas etrer6glees au-
trem, nt.
MESINS 2-. -- Une tres tore secous-e
de tremblement de terre a 6te ressentie ici
a 5 hlirs Lo dans la soiree. Le choc a dure
pendan: 8 seconds.
Lts murs d'une eglise ainsi que ccux de
qiielques maisons A moitie en ruine se sont
Rtiondrds.- Ces secousses ont ee eRgale-
ment ressentles a bord des navircs qui se
trouvent en ce moment dAins le port. La
population a e e tres alarmee de ces nou-
vesux chocs qui cependant n'ont fait aucu-
ne vic'ime. On s'attend A de nouvelles
st cousses.
ST NAZAIRE 24 Le paquiebot a Ver-
sailles est arrive le 23.
PARIS 25.- A la seance de la Cham-
bre, aujourd'hui, M. Brisson. president,
prononca l'd!oge funebre de M. Poisson,
deput.
La Chambre adopta ensuite la proposi-
tion de Mr Louis Marnn, tendant a com-
pl&ter 'article 83 de la loi du 21 Mars
1905 relativcment a la prescription mili-
ta!re pour le ddlit d'insoumission. L'arti-
cle serait modifi6 comme suit : prescrip-
tion centre action publique resultant de
l'insoumission ne commencerait a cou-
rir que du jour ou l'insoumis aurait at-
teint l'Age de cinquante ans.
La Chambre continue ensuite la discus-
sion de l'imp6t sur le revenue M. Cruppi
s'tst rendu aujourd'hui A Chalons sur-Mar-
ne visiter les ecoles d'arts et m6tiers.
M. Cheron s'est rendu a Dijon oii ii
pr6sida le banquet de l'association amicale
des ofticiers de reserve et de la territorial
de la C6:e d'Or.
On signal une violent epid6mie de
fievre thyphoide et de m6ningite c&erbro-
spina!e dans la garnison de Toulon.
PARIS 2j.- Bente 3 O/o : 96 45.

Tribune du MATIN "

Port-au-Prince. le 25 Janvier 1909.
A Monsieur CLEMENT MAGLOIRE,
Directtur du Catin
En Ville
Mon cher Directeur,
Dans son No de vendredi 22 janvier
courant, le Nouvelliste a parle d'une me-
sure administrative intbressant "1'6tude de
notaire de Me Charles Millery. II n'y a pas
lieu pour moi d'y &ere indifferent, s'agis-
sant d'un office que tout le monde croit
m'avoir 6:6 rendu. J'en prends occasion
poor pr6ciser les circonstances, les raisons


qui inspirent cette croyance gCnirale. Le
vendredi 27 Mars 1908, en vue de me
soustraire A I'assassinat combine par le
Gn&dral Nord et ses sicaires, qui venaieot
de me fire subir les plus noires tortures
dans les cachots et les fers de Port-an.
Prince, je parties pour Kingston ( Jamaica).
Dans le delai d'un jour franc, pour par.
ler le langige de la Loi, je fus tout 6tonnJ
d'apprendre que, sans l'accomplissement
d'aucune formality 16gale, sans qu'il ait
6d suivi accune procedure centre moi,
sans que, pour le moins, il ait 6t6 dress
un prcces-verbal attestant que j'avais chan.
i de residence, le Gouvernement maca.
b-e du Gen&,rl Nord Alexis avait procidi
A mon replacement. Etait-ce de parti-pris?
Li negative ne saurait se soutenir, car, an
moment ou se jouait cette comedie. ii y
.va't, come chef du Parquet, Monsieur-
(iceron Innocent Michel Pierre qui, en
1902, lorsqu'il s'etait agit de remplacer
Pierre Fiedkrique, don't je suis le success.
seur media, avait pris A tache d'introduire,
avec pieces A I'appui, par devant le Tri
b anal Civil de Port-au-Prince, sous la pr&-
sidence du juge Fechier Anselme, une ac-
tion en constatation d'absence.
La raison en est q'ie l'on voulait m'infli-
pcr un chAtiment pour avoir pu, malgr la
v gilance des oginisateurs 'de la soiree du
i Mars, 6chapper au massacre.
Apres mon replacement qui a eu lien
le 30 Mas, ainsi qu'en temnoigne la com-
mission de Me Charles Millery, le Gauver-
rnment fut pris d'une certain crainte des
jurisconsultes se rdunirent et ech.ingeent
lturs avis, Irurs opinions sur mon cornpt,
imo pauvre here, et l'on decida de se
conformer A la Loi, de fire une proc6&
dure.
C'est ainsi qu'a la date du zer Avril,deut
ours apres mon remp'acement,je fus ajourni
par devant le Tribunal Civil a l'extraordi-
naire, 1'exploit de l'huissier A. G. Marseil
pour Lntendre pronouctr ma destitution.
Le Tribunal est en siege ; le Commissaitr
du Gouvernement donne lecture de sa re.
qu.te.
L'onn'avait pascompte malheureusement
avec l'inddpendance d'un de nos jeunes e
plus intelligent Magistrats. Le juge Du-
pont Day, A qui j'adresse ici I'expressios
de ma reconnaissance etfde ma sympathies
se ltve, rtroteste et declare que Me Chry.
sostome Rosemond n'encourait pas la des-
titution. Toutefois, je le regrette infini-
ment, je regrette beaucoup,-n'ayant ja-
mais forfeit A l'honneur, au course de na
vie priv6e, dans l'exercice de ma profes-
sion d'avocat, dans l'exercice de ma pro.
fess'o i de notaire et dans les diverse ao-
tres foc ions pub'iques q'ie i'ai occupes,-
je rcogartte q.''il ne fii pat sorti un jIt
gement en lcstituilon centre moi, a ciuse
de l'.c ion que j'aurais A en faire resulted
et, si le disparaissais A la Jamaique, au de,
A dic la tombe, j'en voudrais A ma post
riti, A ma famille, de ne pas r6hibilite
ma mdmoire, de ne pas aneantir un tel
jugcinent.
L observation du juge Dupont Day in.
quieta les meneurs et, interpritant A lefa
maniee l'article 3 de la Loi du 26 Aotl
1862, sur le notariat, en vertu duquel j
pourrais 6tre consid6r6 comme d4missioaw
naire si, bien entendu, je n'avais pas d
remp'.ac~le 30 Mars, c'est-A dire un jioo
frac apres mon depart, et, si l'abandoa
de non etude avait te au prealable, 16ga&
element constant, its s'y accroch!rent pooe
s'en faire une arme de combat contr
moi.
Ils ne se rassurerent pas cependa..t. 4.
c'est ainsi que, le 4 Avril, une lett
fut adress6e A| la L6gation d'Allemagni
lai demandant si j'avais laissd le Pays. a
la date du 6 Avril, l'honorable Mtiist@
d'Allemagne rdpondit que oai.


- --- ~---L








Comment je suis remplace le 30 Mars
prce que j'avais change de residence, et
:'est le 4 Avril suivant que l'on demand
;i j'avais reellement change de residence
:'est le 6 Avril que l'on reqoit l'attestation
pie j'.ivais change de residence.
11 fallait, pour le moins,cette attestation
want de me remplacer On l'a demanded
e 4 Avril, jugeant qu'elle 6tait indispen-
able pojr me donner un successeur,quand,
e 30 Mars, mon remplctrment avait edi
Lrriite et sign.
La chose se passe vrainment de commen-
aire. Sachant que j'avais et' rerplac It
;o Mars, ; qu'av c le gouveirn mnit du gE-
i-,al Nord Alexis, toute reclamation con-
re un ordre de lui etait de nature A m'at-
irer le tri:t, sort de M issiltn Coicou, I'a-
ni de nm prime-jeunesse, mon compagnon
nsp.arab e pendant de longues anne.s, je
esolus de surseoir.
La preuve que je n'avais point charng6
:t qu i- n'avais point l'intention de chin-
Yer d :L'idcnce, c'est que le 26 Mars, la
ril.e de mon' depart, je priai Me Michel
):este, qii m'a toujours tenoigne une
tmiie t1c et cordial, que je lui p e
iicn dc i .: ur, .le me reprdsenter au 'I ri-
?unal p,,.r 'e cas ou I'on tenterait une ac-
iion i..,:c lre dtvant me faire consider
:o:iinc dminissionnaire. J ai souvo.,nir p in
I avoir cminis Me M i' 1 l O ( s:c tr.-.
nan..in Ie deC pourvoir aLu I'ribuI.,i ic Ca.j- i
isc, I.Ill nic n secct:ons rdunies, contrc
:ous iu-. ine:":s qui nc scra cut pas )oinfor
mcs 1 :a .loi.
En pre-ense de i'..rbitraie -ans pri-edent
ie Iinoub able sequelle, Oreste n'en fit
rien, c~rnIprenant que 1, cou tardi a'riverait
heuire des rte,arat one !e^ 1 s
Je I ri emercie et l'en t' icite. Je le re-
ne;.c surtout de n'avoir pas redouid
es p-:l, pour en renJre co.Tpte .\ ma
lner. Au tctour de mton voyage, je +us tre&,
leutiecx its bonnes dispositions du Minis-
re I 1. .lagny. don't li conduite en ccuite
ffaic a d tr,, a tort, A une audience de
e.lei :,:Cte r&ente, accuse par Mes So-
on l mIoi et Charles Millery Je complai-
aJice pour un parent. I'estinie que ce n'a
!te quc pour le bodoin d-- lcur cause.
est'mt aussi que Ca 6te pour le be-
oi:1 de s ciuse que Me Solon Mtnos a dd-
lart- que Mousieur le M.nistre M igny
vant: .nd une lettre, don't la teneu. lui
chappait.
C,,,iva ncu que la sequelle Nord Alexis
van pus une Imsure insolite centre moi,
e M.:,Ie c: la Justice a ecrit en ces ter-
nes au Commissaire du Gouvernement :
a S'il est itab'i qu'aucune procedure
la 2 L il n:rodait, dcvant le Tribunal Civil
iur arriver au rempl:cement de CM Chry-
otoime Rosemond, notaire a Port-au-
rince, ; vous invite A fire ce que de
Iroit pour qu'il soit remis en possession
x ses archives. *
A arrivee de cctte dep&cli, le Coin-
nissaire du Gouvernemnnt s'cmpressa d'cn
aisir le juge de Paix en lui enjoignant
'en executer le texte. J accompagnai le
uge de l'aix sur les lieux et II, M Millery
it une telle protestation que, malgre ma
equistion au juge d'obtemperer a 'ordre
eqi qui, en r6alite, n'etait qu'un ordre
dministratif, il ordonna le r6efer. A l'au-
:.eance de refr6, moi qui devais eLre par-
ie intervenante, je fus obliged, grA.e A l'ai-
aable assistance de Me Arrault jeune, de
epousser toute l'artillerie d'argumentation
t de science de Me Solon Menos, conseil
e Me Charles Millery. II 'en resulta 1'or-
lonpance don't voici les dispositifs :
Par ces motits, d&clarons notre com-
4tence, en consequence, ordonnons de sur-
coir l execurion, renvoyons les parties
u principal, par devant le Tribunal com-
'teat, reservons les dCpens.
(Signe) A. SAINt-RoME.


Maintenant que la question est mise an
grand jour, en pleine lumiere, je vous de-
mande si, en vertu de la dp&che du Mi-
niktre de la justice, en vertu des instruc-
tions du Commissaire du Gouvernem..nt
au juge de Paix, je ne suis pas notaire.
N'ai je pas le dron de passer des actes ?
Dans le cas ou c- serait votre id6e A
vous, mon ch-r Directeur, quelle est la
s tuation des parties de la soci6te, en pre-
sence d- deux notaires pour une seule et
m6me etude?
Cette question est elleune question d'or-
dre public ?...
II es: ban que j'ajoute, sans faire allu-
sion A personnel, que le G6enral Nord
Alexis na et6 informed de mon depait. -
puisque le 25 Mars j'avais Lte otffi-ellt-
ment autoris6 a circuler librement,- que
par des gens qui s'interessaient A avoir
ma charge ou A dtre agreables A d'autres.
Mon emprisonnement et mes tortures des
mois de Janvier et F6vrier 19 8, 'm'a dit
le Cdneral Nord Alexis, A Kingston, en
presence de Monsieur Montreuil Guillau-
me, actuellement A Port au-Prince, n'ont
etd que 1 Ieuvre de ces mrnmes malveillants
qui, m'ayant tout le temps present corume
un ennemi du Gouvernement, un firmi-
r.iste, une bete d horreur, que sais-je en-
cO)'r ? touvatent fort que j'avais pu re
a.pt-' A ia ,iiarge de no:aire sous ce me-
nICe (;uv.rneminr.
C'tte charge, j ne l'ai eue que grice a
i Iniie du Djyen Leon Nau. Seul il
avait agi ; seul-il avait tout obtenu, en
me grant des pieg-s p'aces sous mes pas.
Je d6sirerais A Nau de pouvoir lire en
moi et d'y voir quelle sympathie je lui
voue.
Monsieur H:cror Jean-Joseph, A qui je
n'ai par!e, pjur la premiere fois, qu'a
Kingston, a 6te timorn de ma conversa-
tin avc le General Nord Alexis. De plus,
I'on m'a caus4 et je sais long, -tres long,
an sujet de tout et de tous. J'attends une
ictre qui, probablemnnt, re:ablira les fits
sous leur vrai jour.
Vous saurcz "certainement par quelles
intrigues j'ai ete remplac6 si vite;vous sau-
rtz entin, des choses qui mdritent d'etre
mises au grand soleil.
La charge de notaire nest pas si lucra-
t:ve pour que I'on s'y attache. II y a 1a
dant> l'intiaet de la Lot et pour mot, une
question de principle, don't la solution est
d'une haute importance juridique.
Veuitlez agreer, Monsieur le D.recteur,
incs meilleures salutations.
CHRY-tOsTOME ROSEMOND,
'Notaire.

Chez App. Cipolin
155 Rue Republicaine en face de Mr
E. Robelin
.onserves fraiches arrives par der-


nier vapour.
Assortinme t conplet d'huile
pure, par gallon demi gallon
litre.
Vin de Bordeaux : rouge et
vinaigres, madere.
Grand assortment complete
queurs.


d'olive
et par

blanc,
de ii-


mnr M.


Ligne Bollandlaise

L steamer L Prins der Neder-
landen venant du Sud, est atten-
du ici vendredi le 2 courant, il repar-
tira dans la soiree pour St-Marc et
New Yoik.
Port-au-Prince le 27 janvier 1909.
GERLLAOH & Co
AGENTS


EMv21


DENTIFRICES

Celebres des RR. PP. Benedictins

DE L'ABBAYE DE SOULAC (GIRONDE)

Nouveaux envois de
SPECIALISTS ET PRODUCTS HYGIEIQUES

DE LA MASON A. SEGUIN DE BORDEAUX
SEUL CONCESSIONNAIRE POUR LA VENTE EN GROS

L'Incomparable Elixir Dentifrice
des RR. PP. Benddictins par son usage journalier assu-
re la sante de la Gorge, de la Bouche et de plus, par sui-
te de la solidity qu'il conserve aux dents jusqu'A 1'Age le
plus avance, il facility le travail de la digestion en per-
mettant la mastication complete des aliments.

La Poudre Dentifrice des RR. PP.

Benedictins est le prdcieux auxiliaiic de 1'Elixir.


g La Pate )entitrice des RR.
3PP. .Bnedic iiis st trnplove seule ou
PP. B'n 0lditis"; e-
AT NTcoIIcuTtemnIInent avec l'E-
FR PPlixir.

Les autes Poduits Hygi6niques de la Maison SEGUIN sont

Poudre de RiZ adh6rente extra-tine LA MADONE *;
Snpr6cieuse pour stimuler le cuii-chevelure et
Eau d(e Quinine, enlever les pellicules.
GlyCerine anglaise co tre les gercures et la duret6 de la pean.

Eau de Cologne lenitive extra-fine. en laon, moyeni fla
coil et petit flacon.

Pour les commands en gros: s'adresse A l'Agence G6neale
et dep6t pou a Republique d'Haiti
PORT-AU-PRINCE ( HAITI )
PA la LVietropolo
MAISON JULES LAVILLE
98, Rus du Magasin de I' ':a: 93
M A.. A 0


Etude
I)E


Me


Charles


MILLER


Notaire public
53, R-ue du Port, 53.



NESTOR FELIU
I,'excel lent tailleur avantageusemeni
connu de toute la R4pubtiq-ie vient
de rouvrir son atelier Rue Farotn,
( R-e des Miracles ) N 01, pres de Ml
Leger Cauvin,
Sa nomb:euse clientele trouvera
come toujours toute satisfaction
pour les tiavaux qii lui seront con-
Uids.

L'Usine A Glace
DE PORT-AU-PRINCE
A l'honneur d'aviser ses clients
que vu la saison et jusqu'A nouvel
ordre, son Debit sera term Ie diman-
che et les jours de fetes a 2 heures
trbe precises de I'apr6s-midi.


Matteis &


Maisou fodtdee cni 1888.


Derniers articles regus
Parfumeris Houbigant; Ro-
yal HoubLgatlt ; Fougere Royal ; Par.
tunm Heual; Savon, i'oudre ; etc. etc.
Cotlrets de parfuierie tr6s 6elgants.
I'arfum reuonmm6 Astris ; Lotion, Tri-
,op heronus.
Lampes, Fouets et Chamois
pour buggy et buss.
Argenterie de luxe, Bibelots,
Mousuiquaires, Brosses, Pipes, Fumes-
ciicarettes, Cravates, Maroquinere do
toutes qualitas.
La Maison a toujours un grand as-
sortiment de Bijouterfe, d'Argeterie,
de Diamant, A la disposition du public
en general et & la port6e do toutes
les bourses.
Atel ers d'Horlogerie et do
B jouteria : Gravures, Confection
sur commando.
Achat de vieil or et vieds argent,-
diamant et pierres prcieuss des prix
avantageux.
ACHAT D'tCAILLUSB DNCARN
Prix ezxoptionTnl


uO


A. de







Panama8!Jo.
Pour Hommes et pour Dames, chez
M"LgNIDB SOLAGES, 22, Rue dts FIOnts-
Forts.
Accourez tos I II

A P son F. B:4 NoE&
D'
.Ari~kd par

Le HOO"ELN"

to -3, t'~o~.- .., ~aot', P xc ia .-


belfe t.10-ztiiuc Ie Oupaa d .-
do gilget. dl 4S00 ta'l'o itl do .do
touted' beoat6.
BpAcialit6 do Costunes de no-
oes.- Cupes Frarx;sise, Aig! d- *ot
AwDricaino do l a eruik~e tiri .
LA ux ~.'-i_ confec'wrevIf, rZ it 02-Na



A' C. L. Vel'et
Ta. 1ieur-Mar.: ha r- i
Done. avis -; birinvafila.i thian-
tW1e q. ':,a naisot, No 7, R: 7 rdv- r-
sibre est toujours bionn PouEvtLc d'mne
vari&t* d'ktoffes de la hainto nou-
Yeautd parisienne.
QUALITY SUPPRIEURER COUPE L9GANTR
TRAVAIL SOIGNE EXECUTION PROMPTE-
Pr{c trB. rlduits I

Frneco DE S'SSFA
F~rix~d' pha.'naxi~\ re-


La Mar nufia-;ture a toujours el. dip6t
un giar;d Oo'ck, pour1- vnte e0
gros ed en di-tail, lee chaus-nrcvs en
tous genIlrks ,'uur
HommYs, iaMMEs, ENFANTS
Lvs comrim2Lfldus des coinnrierfants
de hntt'%je~iur piltir.out Wc. '!tcite
dans une semaine A peU pres
*23, Rues des FiovU%-F act:;, 23
POJAT-A>-PRINCK ( 1:AurI )
I~ a,


Go 3. PCTOIO'
%43,lGRAND'RUI. 4a9
P(A17T-AU-PRINCE
CuAUSBURUS RN TOUS 019NRZM
RI D*16T, POUR LA VENTE
=4 GROS UT D*WAL*
Mx6outxon promote dow
Cmmandos, taut in qu'on
Provinom.
Pormes A homes ; 616gantes et ra-
tiotinelles.
i rc'a de dames ( DarraA re mo-
do~e PtW y-i) ot le plus commraode :
cbauan;-ilr' pour euaLdants wccttection-
MblaavwI~; dve -P"Uzi~~C do gatox "Utmomin
4*.ke, .uMitione st darde Irrprocbb'
hI rdviWM prix avan axeo
Gizageos pUw tes t quides
N~w 4@Ousno 4 e. sNewsmi


TANNEME CONTINENTAL
DR
Port-au Prince

CAPACITi 500 OPEAUX PAR TOUR
PREPARATION DES PRAUX DE VINGT-QOATRRE (24 :COULBOS
Vente des chaussures : Ctvreau-g'ac6, verni et oo
Lours, pour Homrnaes, Dames et Enfants.


En gros


et or


( BoUowuI*,
a d6taiI


Irlcioig


u.-


ELA-TrrIouz n Ilc )
poar toute la R6publique


H:R o' 'B fxOBl ELLEVU
Pkce "di C. @-man4
PORT-AU-PR INC (HAITI)
Mme Hermance ALFRED, directrice
APPARTUMKNTM OURFR FA ILL
DINURS.-L.USCH13.
InslaUtalkln modent vI csfirrwotthl. --l4r la msr. T*Imporo
tou f.- O tY1 I 4s Dal. -- L!.i '!ar foiu4s 1s # 1&.~-.ilfr' tos 'S 7 IMtw
ii~ TUI2j A ~~I;EU k S'&;Uv~cAs~r' SUR A"UX RIRUES
Ph 3~~E~~~~- JIk~DINS
SA,- i'*rPio J A-A Ixa
'A Fo-rs I;ih~jus


to. Wc j I # 1 &&,#AT=
A-9 7 AvG swyL


GRAND PRIX


HORS CONCOORS
HORS CONlCOURS


Rhum Barbancourt
M6dailles d'or, Mention honor ble, Memobre du Jury, Grand
prix, Hors oonoours dans touts les r-positions depuis
1881 jusqu'A 1907. ( Anoieu et Nouveau Continents)
Madame Veuve BARBANCOURT, seule d6posi-
taire de la marque Rhum Barbancourt et soule propri6
taire des formules qui ont fait obtenir au Rhumn Barban-
court les m6dailles d'or de toutes les Expositions, a pris la suite
les affairs de feu son maria et se tient a la m6mehalle, sise 7, Rue
des C6sars, a la disposition de sa nombreuse clientle,
don't les commander seront ex6cut6eb avec le m6me soin que par
le pass.


Mr Joseph Sasc. son
March a lld-1iilleur
Avise s ,.grnrde C-'ienct k qu'iI vit-!:f
de ct'iiisf-il!..' Ruie des-i ti: ;r i,.. No -12
ev llrae (1, i. lIa cP l ;tci ifaid, i leur arj-
rneev i ?e i q'CiI vienI (a rect-voir tit!
gr,rwi tiwew de.ctcfc Casimnir, Du
g -'at, ch -v~4 aio wiich .diss rran-
V"iSi(LI CLhIkal1eS flTirdL$.q
PI'nx Mo~iirzs


la


TibBre Z6,phIrin Bell
Fabricant do ohaussures
Rue Tiremasse, facade Nord de
SPlace do la Croix-de-Bosales.

PARTQOVTLas MUssa


ti


' 8'il n'esttaveoo tla"e
-est.-
La meilleure frine du
Celle qui done Ie millerr
Qui product Ie plus de pain
L pain le plus blanc
Le pain le plus 16ger.
Pour tou re naignema e
dre er A :
Ernest Castera
rprepentant de la PILBAuUr's WAs
URt FLoua Mns Co MnmMugo


JULIEN FLORUS
Ase ote s ar do Ia lre S & rPsea
d'owvrio n UAlr ~ (LoJrbu)
Seo tient A Is disposition du nubi
pour tous travauz de woame, d-t
JrusenT d do PaATIao de ooer
forts etc. etc. a de bonno conditlm
Rue de la RvolUtion N* 19
It-avis4 de la Ckhambr doe D4


SUCRE TUBI
81 vous voulez un pur
produit do la osnne
Sam "u tu ingrdd" cui
R6clamez le
Sucre de MON-REPO0
don't la superiority a e6t reoona
par une M6daille d'Or obteone i
Jamestown (1907 ).


LfExposition
mui a accordd
pann..


Communale de
la plus haute No


D6p6t G6n6ral:
23, RUs ROUXN3
( Ancienno RumuBonIrFo.)
Tafia 2*o Alool 90.


A LrtUGANCE


1j, Re des Frons-Potts.
GNRAUSSURS 3M D*VGTIOU La VL&WS
Pwcpcltud. et son can commra.-
t9.~h'e1 ltr; IhsSA fID'l. SITS~
vailteiu tontr ost Ose q fE a is Plus
Fortqos a alu main fam gsma pm,
~twMift~irM; 6ltaiwua. e *omr~ do'-
P4ourlau emsntm I. p0MM rOb..
vai ruybll scaa* .WAm a it w~
Fona" 88UI ot AMR.&88

des peauz da pr W*eaq I
Abmrram, Ge pe f i,6
Paios, Olrmgd M &j4~lll


'F;~S ti 4'~e;9~s~e