<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00533
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: January 26, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00533

Full Text



Deuxibme Ann6e, No 541


PORT-AU-PRINCE ( HaIr )


Mardi, 26 Janvier 1909.


'


Arthur Isidore,


J


Camille Nerd Numa


OUOTIDiEN


ADMINISTRATEUR


REDACTEUR EN CHEF


Abonnements:


PORT-AU-PRINCEI Uo Mou..
Taots Moas
DEPARTEMENTS UN MNos.
STaots Mors
CTRANGER......... Tiois Mois.


C.G
*


2.00
5.00
2.20
6.00
8.00


DIRECTEUR-F )N.DATEUlI

Clement Magloire

DIRECTION- RD 1) ACT' -ADMINIST AT!I *N
45, Rsw OV1, 45.


71' NJIMERO 15 CWNTIMKS

Les alouneiuents parrent do I et do $do chaque
-voi et sont payables d'avance
Los ma luscrits In6r~a ou non no "restpps reaam,


Notre R6dacteur en chef, Mr. C -'
mille N6r6 Numa. ayant eu a aller
hier matin, a. (Mon Repos > avec le
President de la R6publique, nous a-
vons 6t6 mis dans l'impossibilitt de
donner l'audience du President Si-
mon qu'il eut a stdnograpbier.
II devait surtout, par d6f6rence.
comruniquer lestermes du discoiur.
au protocole qui l'a accept comme
seul authentique.
--------
Une foule nombreuse -eunie dins la
grande salle d'audience assisted au discotii-
du President Simon, qui renouvelle le rre-
cit des 6evnements des Cayes jusqu'a son
arrrivee au pouvoir, oi il se trouve par
la volontr de Dieu et par acclamation au
people.

La paix don't nous jouissons actuel
element, dit-il, ne doit pas etre trouble"
et je ferai tout pour qu'elle soit maintenue
intacte et dans I'intrter general.
J'ai donn4 des preuves de ma bonit,
meme sur le champ de bataille. Dans urne
attaque de deux heures, ou nous curmes A
fire soixante hommes prisonniers, je Its
ai mis au niveau de mes troupes et tls ai
places dans les rangs du 17- regiment
qui est mien. C'est sous ses drapeaux qui.
I ai eu a fire ma carrier. Je me suis r.yt'
p e' que le Christ a eu a pardonner, Ic
ai done imit6 en faisani comme lui. Con-
fiant dans mes soldats, je les ai emmene.
A la victoire, en les protegeant cependant
dans les moments pdrilleux. Je m'exp:)sais
au feu tout en cherchant a les abriter de
mon mieux, sOr aussi que si je tombais,
il. ne m'abandonneraient pas.
.Je veux avoir ici la meme conduit que
i al eue dans mon dEpartement. Q..llesF
Soot les autoritCs qui n'ont pas eu A dcou-
ter aveugliment les rapports des commin-
4nats militaires, et a trainer a leur suite
das leurs tournees, -les gens susp-:cts
qu'on leur signalait ? Moi je n'ai pas eu a
dvir centre mes administers pendant les
oIgt aus que j'ai gouverne le dppartement
d Sad. Je ne citerais que deux homes
Q ot t i laisser les Cayes pour le Port-
~Prioc,. Ce n*'tait done pas an exil; car
u omat rest, t 1s Capital* t I'amuer


avec leurs amis. Dieu nous laisse deux
voices A slivre, I'une qui conduit au bien.
I'autre au mal. Malheur A ceux qui s't-
garent et qui se croient bien entour s, i!,
se trompent On ne doit pas se laiss r
tromper par des gens moins interi:en s
que soi.
Que d fois n'ai-je pas vu mIme Jd m! .
auxiliaires entrer dans des voices qui n
convenaiunt pas parce qu'ils se cr .-va'ci
bier entoures.J'ai eu beau leur rappcL .1
droit chtiin, nais i'orgueil, vou.s i. s:-
vtZ, est toujours mauvais conseillcr.
Lorsque I'ex-Commandant de I'arrndi -
sement dts Cayes me communique. n
le:tre de revocation, j'ai eu un cmouvr
inert d'indignation : Je ne me series p -
permis, moi, d'ecrire une lettre part i
meme A un c-ef de section. Ca A in m
avis, un chef de Section n'est pas .un otfi-
cier ordinaire.
De 1A, vous le concevez, les protest i-
tions du Sud. Beaucoup de personnel ont
dui dire plus d une fois, que le general Si-
mon est I'homme qui doit nous debar-
rasser de notre situation actuelle. 0. a. dI
dire : a cet homme est arrive, il est bitn
arrive, ii faut le garder. a Ce pays q.ie vous
aimez tant peut 6tre sauve avec le concours
de tous les citoyens, un concour, etti
cace; iiommne est nd pour tr.iv.iller,
vous dcLvcz remonter au souvenir .rtieux
de nos premiers parents pour fair ;nircher,
notre pays par tou, les m,'yens e, noi ,
pouvoir.

Quand vous pretez de I'argent pour
manger et pour voas habiller, vous ne
contribiez en rien i changer votre situ i-
tion; 1'argent empruntd doit-6tre employee
au travail, vous ne devez pas empruntcr.
sans chercher a offrir des garanties a vs
preteurs.
La prospiritE du pays depend a.issi !
I'instruc:i mn, des crnseils que nous devos i
aller donner aux habitants. Un chef lc S.c-
tion doit-atre un instructeur, un honm in-
de volonte les bosses d.nonc at:on-, e1 I
intrigues aupres d'un Chet ne conritue'it ,
pas de prcuves de dUvouement. Lt devou'- 1
ment qu'il faut, c'est d'etre i la hautear
de sa tdche et de l'accomplir avec patrio- f
time, sans dffaillance. .
Jai conduit des eorvJsS, ji' monte I I


action J in, e pa'a j'a I
rf es "t ic le
:i .jOUw ,un !_ voue vite d
TIi do-,, touit taIt ; '
arrve mv Ah pri.'iic-rc m ieis~r'~'
On mrf- tr)u, c il c--,;(h
'iflspio2! I)Dieu. I--i':
vohis,vc -'e pui avo r i_'Ur rid '
_)nte 1,.,l Si Oultl tl
Cc,; f -ii~s n prus u-nnatr r'
rll- fai',, s re pcuven ; e Irre


1)~)Lz~Kzteoi; T'na 1,1UL
;~icn1 s uJps-,utrc. -.-penda 'i

II ti~t trini r avec no,, diss ~'i
LUt'S IDA IS Wit- ,pu r I
diins Ices cflIiotls i d dine it
f* appC' de Ia 'rdep'orab'c A,1
N ,Avolls tonls dcs pv-wnrlts, !C
Ics souvenirs nous utclict.


Les conseils communaux n i des (,ob:-
LIaio:is A remplir en.vers It- contribuab es
qui piie:-t i-s impo s pur .iv ir des rues
uItrc'enuei s tt tout C: qu i' --,.r est neCi ',-
saire O)n ni' st pa, .ior;.. pour rno p s
iens'r \ tirc b e 1. I vo :re qu .iv
.noit I ir'" e n:i';' .le pis sta p s
sculc:';c'ur d ;:i, d-s .-i;aL cauonil c de
fusils, et, voas aussi, n'einf ovyc pas vo're
argent acheter desarnes qui do,vent se.vir
contre vous, car vous auriz un jour A les
remettrer 1'atorind 1 rninisst3/ e vos ce.urs
ces erreurs. Je sais quel usage fa't on dcs
conspirations, il y en a qui sent fonmentes
par I'.auor.te lle-mnine puio)s. poir gi-
ner de I'.ar-ei t. ( .p-nJai je vous 1
repe:e, b n pere, .)ns ti s; le fils doi"
contrib-uer par sa b inne co u e t :tn i i-
tenir la bint6 du pCr r Ce so-t li-s cat,
ses de 1'erfant qui amnl,-rent la teadr, ,e du
are.
n Pensez y Je n'ai pas dr carbine char-
gee pour personnel j ne e frai pas d'cxecu
tiou somuiire ; mri, i !-:v/. po --
Pas d'exc&uion son nair .- j v.)Us 'e d's,
maais je me battrai avec v.)s, si vo is is
voulez ; je vous forccrai a vous b.t re si
vous m'atta4ucz. Ceux qui tombero.it d in
les rues sous les coops de tLu ne seront p:s
:onsildres co nine avoir ete .ommairement
fusill6s.
Je dois vous aimer, vo is e.npeher de
faire le mal, il ne faut pas que vous sayez
des enttder ; vous etes pour moi comme
an atelier don't je sais le chef.


lit ds .in- I'ai nommr~ des Commandants militai-
ird, i'.i ctt- rcs sans commissions, cc sont des officiers
ic mt i,':ii pi;i .ont A l'dtude, je ne les ai pas nom-
nai' l int :nis pour fire de la politique ; si d'ici
r- de i'.it. t ,I imoois ils ne me donnent pas de satis-
1n1 jc sui- t ic on dans I'accomplissement de leur ta-
pa, p ur J c (, ils seront remplac6s.
us q.i ./ Ce matin je fus tr's conten- du rapport
con L:u d. .ji; Commnnndant de la Commune qui,
rcvtnu d'une tournee en plaine, m'a trans-
; qc v),u. :ui, il joic des habitants qui avaient perdu
1 mai. toi;r contact avec les chefs de la ville.
BI3,n fran;,is ars l'esprit; dit le proverbe,
ne s'agit donc pas pour I'autorite de se
S.i.e n.termet r dans le cerc'e restreint de ses
S, e :i n:1 udl. '1le doit prenire contact avec
qa 'Oil \ re-
.~, administres.
Je vous donne toute mon affection, je
ions polite dcare avoir toute votre amitie. Sans le
Ie I'a tate ;,rcstige de la function qui m'oblige d'etre
L-e, j fus acicompagne de quelques officers quand je
lieu. Nou -vii'; cn promenade, vous m'auriez vu seul
am's don't Jdan, ls rues ; car j'ai confiance en votre
s.igcsse.


I v a aussi, Messieurs, une question tres
i .,,,~.Ant e rcg'r : c'cs: la question d'e-
ie. Vous devez envover vos enfants a
i. ,lc, c'est autant de lumni-eres, de forces
ik: vLous prepar z pour le pays. Les pro-
Scurs dJo,-'n: e re aussi la hauteur de
I ur mission. Un homme qui ne sait pas
I re na auunie quality pour solliciter
Sunte c;hare dans nos 6tabl ssements scolai-
ru. Ci,.nme ii n'est jamais trop tard pour
.iprcindre, c'lui-lA do.t s'instriure avant
d'c re cas dans le profess rat. Un profes-
s-ur qui n'cst pas a si place doit &tre
rvoqud.
Messieurs les juges dc paix, je vous price
Je reimdier A certain desordres pratiques
,!-vant les Tribunaux de paix par les fon-
des de pouvoir. II y a 11 de v6ritables
abus A fire disparaitre ; il y a Ii une sour-
ce de vices de la part des mandataires, et
une source de miseres pour les personnel
qui confident leurs affaires au minister d4
c s gens-la Vous devez surveiller i ce que
t >ut se fasse reguli&rement, selon le ves
de la loi Je serai severe !
Les officers militaires ne doivent ps
admettre que des soldits rev6tus de lear
uniform et insigoes se constituent ds
porte-faix. Ou est done le prestige, I'hon-
neur de la carriCre des armes ? 11 fist
que le prestige national soit releve.

I'emploierai touted mes forces i ceti


Audience Pretsidentielle


- I II I I


I rrr -r __


\ urr L -- ~ rr-~JI s I


I







euvre de regenkration si n6cessaire. C'est
dans ces sentiments que j'ai voulu vous
entretenir aujourd'hui; je vous convie a
changer de conduite et a rester tranquilles.
le ne veux pas avoir i vous convoquer ici
i nouveau, pour vous parler, comme je
viens de le f ire. Non je ne le veux pas !
La prochaine fois que nous anrons i nous
revoir, ce sera pour moi, je l'cspere, l'oc
casion de manifester notre joie en presence
de la paix qui est maintenue, et des bon-
nes in:entions don't toutl le monde fat
preuve pour le salut de la Ripublique.
_l L L I ---


A MONREPOS

Le President Simon a r6pondu hier ma-
tin A l'invitation qu'il avait rescue du Cor
seil d'Administranon des Usines de ,Con-
Repos.
A dix heures precises, Mrs. Charles, C.
Gentil et A. Horelle, dkl1gues par le
Conseil, venus en train special, recevaieni
A la station du S6nat la famille prisiden-
tielle.
Le PrCsident Simon, lui, est a cheval,
avec deux de ses ministres, Renaud Hyp-
polite, de l'Intirieur, Canal, des Travaux
publics. Le general Argant, Commandant
de I'Arrondissement de Port-au-Prince pri
cede le General Simon, qu'escorte un es-
cadron de cavalerie.
Mile CUlestina S;mon accompagne son
pere ; elle est A chcval, cn amazone ve .-
bouteille. C'est une excellent ecuyere.
A dix heures et demre, nous arrivons A
Mon-Repos, 'oti le President Simon est
recu A la Chapelle Saint-Charles par le
clergy; Ii un Te-Dkum est immidiatement
chants. Le President est A son tr6ne, sa
tamille au grand complete occupe les pre-
mitres ranges de chaises,
Nous y remarquons, en outre : Charles
C Gentil, Prsident du Conseil d Admi
nistration, A'bert Hor:lle, Fernand Rivi&
re, membres ; Tertilus Nicolas, F. Fequie-
re, Dennery Dejoie, actionnaires.
Magny, ministry de la justice, Marcelin
Jocelin, Dr Sylvain, Pierre Paul, Ed. Blan-
chare, Thales Manigat, Iclve6ius Manigat,
Tippenhauer, F Martineau, H. Lanoue,
Rigal, Commandant d'arrundissemcnt de
Jacmel, Etienne Mathon, Fabre Hyppolite,
Georges Bourjolly. etc.
A 'issue de la messe, le President Si-
mon et sa famille sent rqus au portique
de Saint-Charles par I'irgLniter Direc eur
M. Saint-Martin Boisrond Canal et par les
membres de la SocietA Agricole de Mon-
TRepos et conduits aux 6tablissements qu'ils
doivent visitor. Ce sont Mmes Albert Ho-
relle, Saint-Martin Boisrond Canal. Mile
Adiee Canal avec des concours d'amies
qui president A la r&cep ion.
Mr Charles C. Gentil souhaite la bien-
venue au President Simon et lui exprime
tout Is plaisir qu'6prouve la socidt6 agri-
cole de Mon-Repos de voir combien son
invitation a et6 re;ue avec empressement
et A quel point elle appr6cie I'honneur
quo lui fait le Chet de 1 Etat, en venant
tister ses usines.
La socidid de Mon-Repos a 1a fernue
Pooefince dans tout le concours, dans tout
Fappui do government poor la protec-
tioet Is d&eloppement de ses plantations.
Le Snateur Canal, ministry des travaux
pmblics,-repond au president de la soci6te
per uon grand discourse oh it drveloppe lea
usaes projects do gouvernement 'a point
de vue agricole. L ministry des'travaux
pblics done assarance que le gouverne-
meat tavaillera avec doouement aso dd-
veloppemnt de l'agicathtre at qe'il pro-
memsM lesM e mole. cmdes peoer sT


culture de notre sol.- Vous etes, dit-il,
la seule socie6t peut-6tre compose d'i-
trangers et d'haitiens qui alt about au rd-
,ultat qui vous permet d',tre shrs de votre
avenir.; vous ne devez pas seulement voos
arr6ter IA, vous devez marcher en avant et
penser A avoir assez de pioduits pour l'ex-
portation.
SNous allons mettre A execution certaines
Iois facilitant les propri&caires des grand
terrains dans la plantation des cocotiers.
C'est on produit productif appel6 A faire
entrer l'or dans le pays.,
Le discours du ministry des travaux pu-
blics produisit un effect reconfortant.-On
visit les usines.- Le President monte
sur la passerelle du moulin qui est en
march, des amas de cannes sont broy6s
en on clin d'oesl en notre presence. C'est le
travail qui prend son essort, on va se met-
tae a table ou le dejeuner est servi au
grand air. Le President est i la place d'hon-
neur, sa famille, ses ministres les membres
de la soci6i: de Mon-Repos, l'entourent.
Nous compl6terons demain le compte-
recrdu de cette visit presidentielle, don't
I'importance n'echappera A personnel.

H6tel Bellevue -
Le mieux situ6, le plus con-
fortable.- Champ-de-Mars.--
,'.iiinie renommse.- Vue sur la mer-
_= -. . .


Le Magistrate S. Vincent
donne sa dAmission

Election de son Successeur.

Le Conseil Communal s',tait rduni
bier apres-midi pour procder A l'ins-
latlltion des deux nouveaux conseillers
D. Fleiry et Othela Bance. Tout de
suite apres le ceremonial d'usage, les
disco.~s de circonstance ine fois pro-
nonces, le secr6taire donna lecture
d'unie lettre de M Stdnio Vincent ddpo-
-ant sa ddmission dLI M gistrat Com-
rnuial. Lalettre de demissior est concue
en terms prdcis, cat6goriques, fai-
sant bieni corupr'eidre I it6branlabili-
t I.e Conseil dut donc accepter cette
d...s.siun ; mai., en meme temps. lui
exprima par M-ssieurs M. Saint-Fort
Coliu 1," Slppleaut, et Mr le Dr Ption
Savain, ses orga.nes aulorisds, les vifs
regiets que cette rdsolutioin imprdvue
lui faisait resseatir. Et sur la piopoi.i-
tion combien appiPcide de tous, de
Mr le D) Sivain, il lui douna un vote
de t'ficitations., ;i nom die la popula-
tion port au-prinucinne pour sa bonne
gestion de. inter~ 4 l lla municipality
de cette ville ; gestion brillaute, mar-
qu-'e au coin de la pl,%s grande probity
et du plus grand ddvouement A la cho-
se communale.
Lea regrets du Conseil maintes fois
accentu6s A cette reunion sont bien
I'echo de ceux de la population tout en-
tiere.
Lq Conseil pass immediatement A
'6 section d'un nouveau Magistrat: M'
Cyrille Liautaud a 6t6 lou.
On ne peat que deplorer, pour la
Capital, la decision praise par notre dis-
tingu6 Magistrat qui, dans aI'ccoruplis-
sement de sea ddlicates et difficiloe
fonctions, fit tout ce qu ddpendait
de lui pour donner satisfaction t me
adiaiastras
L'Expositon commeaste de 1907,
la rdtefton complIte dee uees doBeul


Air rendues voiturables, lee kiosques
de la Place Ste-Anna et de la Place du
Pantheon, le square Elie Dobois, ainai
que d'autres important travaux ren-
ront inoubliable le passage de M. Vin-
cent aux allaires communales.
Dernibrement encore, il publiait dans
le Matin un remarquable rapport qui
fut traduit et public par le D6parte-
ment d'Etat A Washington, come un
document de la plus grande valeur
constituent un bel acte de vertu civi-
que et exposant, avec clarte, des
a;perus justes sur la situation compare
le, strangers et des nationaux en Haiti.
En fai.ant nos compliments A son
4uccesseur, nous souhaitons quo, par
,les faits appr.ciables, il mirqne aus-
ii son passage A la tete de I'Adminis-
tration communale.




RIN8SEIGNEIMENTS
M3 TIOROLOGIQUZES

C-b3or 'aw.,ri,,-irep
DU
EtMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL

LUNDI 25 JANVIER 19)9


3arom6tre A midi 763. 9 /"
re perpat ure 20, 6
maximum 30, 7
Moyenne diurne de la temperature 25 ,a
Ciel clair toute la journke, un peu con-
vert depuis 8 h. du soir. Brise de mer
assez forte depuis I h.Barometre en hauuse.
J. SCHERER
Haiti
CULTURE DU CAFr
Les plantations cafeiares i Haiti embras-
sent une 6tendue d'environ r25,ooo acres ;
le cafeier a 6te introduit dans le pays il y
a environ deux cents ans. Chaque planta-
tion dure en general une douzaine d'annees
Les conditions climteRriques, le sol,
etc, convienrent :dmirablement A cette
culture et autrefois les cultivateurs en ex-
portaient annuellement oo,ooo,ooo de
lives. Actuellement les exporations n'at-
teignent pas la moitie de ce chiffre.
Les meilleares qual-t6s de cafe sont
cells de St-Marc et de Gonaives, mais le
cafe du Cap-Haitien, des Cayes et de Je-
remie est de quality inferieure.
On percoit un droit d'exportation de P.
3 68 par too lives.
( 'Bulletin du Bureau International. )
Tribunal Civil
.Audience ivile do Lundi 25 januier 1o9
Le Tribunal prend si&ge A dix heures et
demise do martin, sons la prdsidence do
J ge A. Saint-Rome, assisted de M. L. Con-
tard, Commissaire do Gooverneomeut.
Jugements prononcs :
Celui qui autorise les sieurs Konhard et
Co A fire interroger le sieur Csarion sur
les fairs contends dans one requate prd-
sentee par les sieun Konhard et Co.
Celut q homologue la dlibEration de
conseil de famille des miners Hermann
Val Anna Dalne et Raccilia Chdry.
eli qui q ddlegue l Jaze de Piz de la
Croix-des-Booquet poor ca commie d'on
hoiuler de son Tribunal por la sigic-s
doo d'a iaem p e t de cse.
.tic. .d"n I
reada eqntr out-pvisu d@I
et Jas Autt"e. I1


Celai qui condamne M* Martin Derot
A signifier ses conclusions A Me Heraux at
le condamne en outre aux d6pens.
II s'agit de I'affaire Lysius Hyppolip
centre les consorts Allen.
Affairs entendues :
I .- Annulysse Toussaint centre De.
mas Figaro.
2 o. Leonce et Edouard Amblard corn
tre Henri Amblard.
3 .- Mme Ed Corvington centre Eq.
gene Vieux ( Dfaut).
cAudience Correctionnell
Le Tribunal a pris siege, A dix heores
precises, sons Ia prisidence du Doyen Leo6
Nau, assist de Monsieur A. Montas, Subs.
titut.
Affaire appelde au rl6e:
Philippe ChCry, prevenu de vol depan.'
talons et tuniques au prejudice de la dame
Nesida Rigaud, ci-devant Mme Arnha
Chabeau.
Le prdvenu a e4t entendu. Le Tribunal
a decide de renvoyer I'affaire .une autre
audience, afin que le Ministere public cite
Mme Chabeau et M. Celestin.
Puis le siege est level.
--11-"-'--- "'"1"- --a-- c
Bonne occasion
Pendant quelques jours seulemeqt
I'IMPRIMERIN C. MAGLOIRE otfre aug
gens d'affaires des envelopes corn.
merciales, titries au goit de l'ache
teur, a' prix de 15 GOURDIS le mil
lier.



louvelles Eraiigeres

Dernibres D6p6ches

ST-PTTERSMOURG 23.- Avec l'appal
de I'Empereur, I'Aeroclub Club *
Russic a overt une souscriplion p,
blique pour essayer d'obtenir ainsi
somm,- ndcessaires A la construction
l'une flotte a6rienne.
lPAnIs 23.- Rente 3 o/. : f6 40.
Le S-nat vota hier, en premiere d4
libBration, la propose tion de loi. adoi
tee par la Chambre des Deputes, tea
dlait a appliqii r aux elections des coe
seillers gndraux et des conseilleI
d'arroi'disserneit le decret du premDl
Mai 1869. relatif aux elections des dd
pt,;- 1T diiscu'a 'nsuite et renvo
certain,., a 1 icleis A I com mission
propositio:i de 'a loi. rmodifire par
Ch:mleC, sur Ie aiement dcs salair4
1uK outi.vriers -It ermployds ; puis, il v#
tl le project de loi Itndant A I'extensloi
dii ogiine de I'.dmission temporalf
d- la paraffihie destinde A la fabric*
tiori des bougies et papiers glaces poW
Iexportation.
II valida les elections de M. Boi
Asiatleur des Bouches-duRhoine, MM
Theodore Girard, Aiguillon et Goiaa
senators des Deux-Sevre,h et s'ajo
a jeudi.
Hier, la Chambre, apres avoir enter
MM. Sioac, Birtho.u, Sereygpot, Me&
saburo et Redouce sor la catastro
de Gripolles, vota l'ordredu jour a
&. par le GouIernement. Sdance IA
M. Chdron s'eat rendo A Troyes o
loapectn la m intention et visit
asles militaires de I'hpital.
Le general de division Pennequia
6t6 nomm6 membre do coait6 co
taeifdae t d edfss 4 eolonies,
^deaa ao Chuef


ow







PARIs 22 Le Sdnat adopt hier un
project de loi autorisant la construction
'une cale s6hbe et d'un bassin a flot
an HAvre.
Le port deviendra ainsi accessible
aux navires des plus forts tonnages. Le
coot des travaux atteindra une some
de cent millions de francs.
MARSEILLE 22. Le prefet des Bou-
ches-du-Rh6ne donnera un banquet sa-
medi on l'honneur de I'amiral Richard
Wainwright, commandant la second
division de la flotte de I'Atlantique, el
des autres officers am6ricains ; toutes
les autoiites civiles, nav-l's et militai-
res assisteront A cette reunion.
LA HAYE 22 ( soir ).- M. Jose de J.
Paul, envoy special du V6nBzu6la, a
eu aujourd'hui un long entretien
axec M. van Swinderen, ministry des
affairs 4trang6res ; ils se sont tous
deux entendus sur les questions prin-
cipales qui doivent amener nn accord
entire le V6n2zuela et la Hollande Un
rotocole paraitra la semaine prochaine
se Fujet, qui ambnera la reprise des
relations diplomatiques entire les leux
nations.
PARIS 2'2.- Des excavations qui ont
dt6 pratiqu6es pour le passage dau m6-
tropolitain ont si profound ment ebr:ni-
le les fondatioi.s dIo l';tiici rnie aPigliA
de Notre-l)aro tie lo'ette, ,qUe cele-
ci est maiiitenat sur le point tic s'6crou-
ler. Des rneseres ont du reste atd aus-
sit6t prise pour 'dcher d'nmpcther c('
monument de tomber eni ruliJes.
LoNDhES 22.- Des ren-eignements
ont Mt4 rieus par lo a Daily Thelegrai)h a
d'un correspondent bien inform, au
sujet de la decouverto d'un complot
en Turquie. Cette conspiration tendait
A renverser le nouveau regimo ture
pour le remplacer par le regime des-
potique.
Plus de '20.000 personnel, apparle-
nant aux regions les plus difl6rentes
de 1'Empire Turc, sout meles a ce coin-
plot.
Les membres du complot, assure I-
on, avaient I'iitention, sit6t que leirs
plants seraient entierement combines,
d'arreter le Grand Visir et le Prtsidient
de la Chambre des D;puts (t do for-
cer ensuite le Sultin a ,dis-outre a I
Parlement et a annuler la Coinstitution
lls avaient, en outrp. projetts le re,v r
s-rnnt dii Sultan. En cas d, ( esi.s-t;a-
ce i leurs ddsirs, un de ses lil- await
et6 dlevt au tr6ne.

Pri6re d'aviser l'administra-
tion de a naoirM ore irrogulari-
6~ans leservice du MIATIN,
fin qu'il y soit de suite remA-
1A6


Maison F. BRUNES.
1 t;GRAND KUL 19"
Dtrig.e par

L. HODELIN
Ancisn wmebre de la SociUl Philan
tkropeque des maattr taillers do4 Pris
Vieat de receroir un grand cnoht ;' ..
,otfer diagoinale, casimir alpaca, .* *.--t*..
*:, c:rvio, e pour d-iui, .-tc, tco Air I,-
.ie ,jrticuli6rement a sa client ,' an
belfe collection de coupes de ca imir
ie gilets de fanta ste lt de piqu, de
,oute beaut6.
Specialit6 de Gonta.. --** r.' o-
oes.- Coupes Frar~a so, Anolalse *'
Amdricaine de la derlir-.,r paortection
La mason contec monae auss ides Cos-
tumes militai-es babxr~r brods
dolmans, tuniques, habits oar-
r6s. ,to ito a* teaU aSTI' a

Avis Commercial
Nous avon I'avantage d'aviser le
Commerce que nous ouvrons sur
cette place, A partir de ce iour, urne
mason d'importation sous la raison
SOCIle :
F. ADDOR & Co
Monsieur Hugo Leisner, comme
associd en aura la direction.
C ip II itien, letter fJanviwr 1909
F. ADDOR & Co.

Chapeaux
Ch apea ox \
Chapeaax !!l
PAILL DI Pz'RTO-RlCC
ACCOUREZ CHEZ

JOSE SIN MILLAN
Le coitfeur artnste, qui vient avec It
concours d'an chapeller remarquable,
M. JAIMs TESTAR, d'iustallr one
FABRIQUO DE CHAPEAUX
PLACE GEF~ RARD
Salo, df Ceostw,' a Lo,-r,*e
Powir .ous s ,rA -C .*r toates
r .-..
A a.ndre


A 1 I mhiiist' i, ,i Ma in It.
volume d,.1 Lois .t Actes
Ganthier, Anunes 1895 18t9.),
de Cinq Gou-des.


dernier
par C.
au prix


iL'Usine Chateaublond

A l'honneur d'aviser sa nombreuse clientele de la Ca-
)itale et de laiProvince, qu'elle .a transfer son Grand
)6p6t, numAros 24 et 77 & l'angle des Rues, Macajoux et R^publicai-
S (Grand'Rue ).
SAneien local de la Pharmacie St-Joseph

A TOUS
U6Ue reserve son m6me et bienveillant accueil E1le garantit la
>yaut6 et la probit6 qui ont fait son Succ6s et sa Rd-
;tation tonjours croissants.
L'Usine Chateaublond conserve en outre son Nou-
U D6p6t, Place Cath6drale, Angle des Rues do Peuple et Roux.
-devast Bonan-Foi. I


0


am.


L'Usine


A Glace


DE PoT-AU-TRIuN(IE
A. l' hotirieui~ (1'.L5 i~' 19- i:lient s
qiep vu la iai on et j al-I ioiiel
(Jidre, son I) bit -.rxt~iiiI'
che et les ja,:'it e1t fC-cs .. II Vt>
titprkCis.- de I'd pr;-*z-w iii.


Panamw '.. .
Pour Iloin ~iii,.; po u r L).D ticss
MWLe L0ONIDE SOLAGES, 22, Rue jcei F-rvs-
Forts.
Accourez tous

Companies [. (. S.

Avis
Les uirutnie d suivato lr-. .wit a ortirt
qui a eu lieu 1"~ 11) du cir:o
No IB 5
f.i 1(6C
C 11



Ces Tobh-0';'1)1 1 ,,I a' do IP.mo
100 ( cent do' l;u i n t ei-
boursabo ,iIm pair it i a ('1. 11 fit,
Co(opii i ii' i uro roml, dt.-- fill.
Le Conscil d'AIIifithAimi de I;# (ma
Dagnje des (OhIiii. de (ICer dca LHined u
UT-dei-Sac.
Le Vice- PrS1id. ii',


On demiuaide
Debon-s ouvriei's tailletir. et un aiide-
coupeir hab i o.
Piix avantagigeux.
S'adresser (Grarid'riu, N -


DMmosthkne ROMULUS.
Distilatear-liquoristc, industrial
Dipl6me et m~d~aille d'argent a
1Exposition Universelle de
Saint-Louis, ( Etats-Unis
d'Amdrique 19o4)
Annonee i e scliiCir s tnt A Port-au-
I'n nce qu't d:, s lf-scautres local.
to's. qu'il I raisft4 ,a maison dE
cl)r.icro ~c' i v: int A I'Avenni
s Mai lmi, ioi ra:l J ."et.'h A [a Ruai
WIVIblicai ne.ou Gri:.dIlue. haeI1
No :s, .noi iom dc la (are du Nord.


NESTOR FELIu
I.'e~X cI I en t~ II d;i II eul avI`i~ r' I a~e1Se men;
clnnmu de toute I lt1p. liqu vient
de 'olavi ii so!) ItotvRueu F~rou,
(~ de- v,; .i~ici)N, G1,I uzde MO

Sa ciei~,letr'oUVera
Coi) i'- otip-miii>- tote ,dIiitsactiiotl
IM)1 11 1 leS IViX (j111i 1 11 SeieOl tCofll-


Chez App. tipolin
155. Rut,' I'eji'ii ibly set'll 'e tie M~r
Gm F, L-.i',--'= 7, hI *--der-

H~1i~t'lv lt !,
A-,mni,,- d'oliv


Pijtt'e. ti- lo iiw/ i rt et par
litrre.
\ dr d ; ai'miix rn) et blanc,
viriaigres, imdb;- e.
(t-mrtfde ii-
qu.eurs.
A, Vendre
I) izX ell )[ dolit Un
'- i1i' -ei .IIAX it i x diX (Ll Mtatins


SE


It"it ldeti ,e augueIl elle
LA wa -ii, at uCO-n ve
Gt' I Lt a,, d'Ilcieux par-
fum EIle conserve l.- .- et la fra;cheur Ii,, ,i ,t c:ii -*: .- t souveraine
centre 'e hAle, les piqie.- iinsect .- **t a1 .- eruphons de la oai.
sans bisnutih, invisible, adh6.
LA retIIII impalpable, pr6parI*
sp:ciaiem.ut poor !es person-
nes qui veulent avoir un teint
,.6eprochable; son parfurn tldlivat, son velout6 ont contribute a faire d'elle,
la Favorite des Poudres de Toilettu.
La .se de o rme Simon,
pru parts seloji les puincipes
L es pla.-I 'UpttleluX de I'hygi en
possde(l A un certain degr6
toutes les qlalit6. b4tif;tisantes et pr6eervatrices de ta Creme Simon ; U
est pirticulibrement roco-nmand4 pour la Toilette des enfants et pour lee,
dames don't la peau est dAlicatp.
&gence Ganerale et D6p6t poor Haiti
A. Ia IVM6ttropole
MAISON JULESB LAVILLE
93, Ruw du MagW dr do 'Era, 99


PlWifts iiyiiniu sa ar Is Toulete


cR~m EI~IO ~stapcirq, ~itecomecormads pour
POURE.VELxOOTE1R
BATONQ B pau du Vi WM t ddes main
I SIMOII, 69, 7bolu0g St-Natla. PAIM aft3.e4u6f 1e6 jmitationi6

















TANNERIE CONTINENTAL.E

Port-au-Prince

;0.\(T',C : ,00 P-'.AUX PAR J0)tI


P R E Pi A' r 4. D V r IF ;k L, 0 k N G T 0 J A p.I k'-'(


(&- bLEURS


Vente des chaussui's : ivr.ti 1-u-,.to Verni et con-
leurs, pour f ornme--, JD l.ues t Eli;ants.
( BOUTONNA, ELASTIQUK XT IACt )
En gros et eai detail l pouir tolIte la R6pnblique
I I lll I E


II


"P T
il~: 'A.- URAlN?


B ELIE VUE


P3;tC du Cht-tps-de-Mars
PORT-A-U-PRINCO (HAITI)

Mme lermannce ALFRED, directrice


Pn'*IJR FkM ILLE


Inst ..-do-n, *," mf.d ortabl'e w ga.'r ica,.-. -- .ti
doua t es- v-pJLaL~S&.k
; T ,.I j Ix I E ii.Tki


ar V


JAL AHDT


f (w n K-j .. .-- ~
a U.,.i


ii. ''


GRAND PRIX


I* i I .' ..* -.41. ',.! '1f
~ kb


HORS CONCOURSE


IlllHI B;airbancourt
Mfidailles I-or, Mention honorable. Me,*nbr .tu Jury, Grand
prix, Hor: concours dans touted le,; Exps:;itions depuis
1881 jusqu'A 1907. ( An en et NoLIveau Continents)
Madame Veuve BARBANCOURT, seule d6posi-
taire de la marque Rhum Barbancourt et seule propri6
taire des formules qui ont fait obto iir au Rhum Barban-
court los m6dailles d'or de touts les Expositions, a pris la suite
les affaires de fet son nari, et se tient la m nme halle, sise 7. Rue
des C6sars, a la disposition de sa nounbreuse client1ee,
don't les commandes seront exAcut.'os avec le nitime soin que par
le passe.


Mr Joseph Sasson
Marchand-Tailleur
Avise sa grande C'liertrle l q'il vient
de s'installer Rue des Mira;'les No 1I2
en face delaPlaIc,- (;etfraid,il leur a,-
nonce aussi qu'il vient de recevoir ul
grand assoitimenit de Casimir, Dia
gonal, cheviotte, marchandises fran-
caises derniAres modes.
PRIX MOD~nRES
-- I l _
TibBre Zephirin Bell
Fabricar. t de chaussures
Rue Tiremasse, facade Nord de


la Place de la


Croix-des-Bossales.


SPPCIALITt:


A L'ELEI CE
CO RDON NERIE.

42. Rac des Fronts-Forts.
HALAUSSURNS EN D]P6T,POUR LA VrNTa
Proinptitudt, tt soin anx comman-
oes tan ic.i qu'en province.
(nuisa.irosd de Dame forme et tra-
vail toujours tout ce qu'il y a de.plot
nouveaux.
Formes am6ricainp et frangaise pour
Messieurs ; 614gantes et commodes.
Pour les enfants le plus l'aise.
Travail solid ex6cut6 avec
des peaux de premieremarque.
Assurance de grand rabais.
W&Ati. Cirages et Liquit4e


A. de Mt & Co


A. de Matt6is & Co
Maison fondle en 1888.


Derniers arlicles regus
Parf ;rnerir Houbigant; Ro-
yal li .on' ant ; Foug)re Royal ; Par-
futm I a'ai; Savorl. 'lou(l:e ; etc. etc.
(;o n d,*. ;a.- :!, lie tii el6gauts.
P','fi _,.., o;.nu,' ..s rTs ; Lotion, Tri-
coph ro, ....
Lam8rr>s, Fouets et Chamois
pour buggy et buss.
Ar:.enterie de luxe, Bibelots
Mou.nquaires, Brosses, Pipes, Fumes-
cigarettes, C:ravates, Maroquinerie de
toutes qualit6s.
La NM.asou a toujours uo grand as-
sortimnctt de Bijouterie, d'Argenterie,
de Dztawaat. a la disposition du public
en geii,,ral et A la port e de toutes
les boalrses.
Atel ers d'~Horlogerie et du-
Bijouarie : Gravures, Confection
sur colmnllande.
A :hat le vieil or et tiedl argent,-
diamaY t -.* pierres prdcieuwes i des prix
avanta eu.c.
ACHAT D'iCAILLRS DV (:ARKT
Prix except onrel

Ml C.( L. lVerret


', lieur-Marchand
:,, ; A -.~ I),.Iv,- illante clien-
t.- .; -.-. mnaison- N', 7, R'ie Travr-
si,'l' i- s toljo:ur.i bieu pourvue d'une
vanitt d'etotfes de la haute nou-
veaut- parisienne.
QUALI- E SLP'PRIEURE COUPE ALAGANTE
TRAV. I SOIGNE tFXtCUTI,0N PROMPTE-
Prix tr. s r 'dais 1

Coriounnl rie N'ouvelle


6. B. PETOiA
143,'GRAND RUTE.. 143
Pf RT-AU-PKINCE
(HAUSSURIS iN TOUS GENRIS
AN DkbF6T, POUR LA VeNTX
RN GROS UT DETAIL.
rExcution prompted des
commandos, tant ici qu'rn
Province.
Forces A hommes ; lAdgantes ot rk

'I..L-i-ures de damnes( Dcrnidremo-
de _e PaF-:s ) et le plus ,ommode :
ch ur- ur -'ur onfacits co:.fctiou-
Sndet-s :vec des Peaaaz dc t:utes nuances
d'unt ;-,altion et du'Ae irrdprochi-
bies, des prix avantag-ux.
Uix-agy s, pates f, liquidtaw
Pour -hcvsuras da tdouta* 4**a,-

Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en d6p6t
un grand stock, pour la vente en
gros -t tn detail, de chaussures en
tous gtnres pour
HOMMBS, FENMES, ENFANTs
Los coinmandes des commercants
de I'int&rieur pour. ont 6tre "exdcutdes
dans une semaine A peu prbs.
23, Rue des Froots-Forts, 23
PORT-AU-PrINCc ( Am )


Ne mangez plus de pain!
S'il n'estfaitavec la "Pillsbury's
Best."
La meillenre farine du monde
Celle (qui donne le meilleur pain
Qui prod lit le plus de pain
Le pain le plus blanc
Le pain le plus h1ger.
Pour tous renseignements s'a.
dresser A :
Ernest Castera
repr6sentant de la PILLSBURY'S WASH-
BURN FLOUR MILS Co MINNEAPOLIS
MILS
-- | I

JULIEN FLORUS
Ancien dleve de la 26* Compagnie
d'ouvriers d'Artillerie ( Lorient )
Se tient A la dispositionn du public
pour tous travaux de FORGE, et d'A-
JUSTAGE, dO REPARATION de coffre-
forts etc. e.c. d" bones conditions.
Rue do aI Revolution No 19
Vis a-ri.s de 1,' Chambre des Ddputh


SURE TURBINt
Si vous voulez un pur
produit de la canne
Sans aucun in/rdfdient chimique
Rcdanai z le
Sucre de MON-REPOS
don't la spl, ioi itt a i tt reconne
par une Mtdailie d'Or obtenue I
Jamestownr ( 1907 ).
I.'Exposinon (:oinmunale de 191
lui a accord la plus haute recos
pensc.
D6p6t G6nral :


23:, lRU': ROUX,'23
( Ancienne Ru BBONNE-FOI. )


Ta!.a 2- o


Alcool 900


Gubrison de M" 6Marg. RABI
atfripe ble tIuhecerredoxe pulmonaire
VARr EIIXIR DUPEYROUX
Kraure Cl-co
etb at.e i .?.$
%-C parent, 3a,
C:tirbeu,
qa bn 190l7
tosgi tou,
~lri~. ~ ~ ou~Zteluche.e
B 1uaadie me
tIq ap bient6t
Ur de aite
.::k. a
.e Jul 9U Im
: ~toussUIIs
I- .:. transpiraml Is
Ir ne Irrrchait
toe tumige-tit plul~s, pt % omissait le I peu do lait
1) v it; elle avait comdammentcn Is flkvre Ot
:maigrie. Xausrcultai I-enlut et lui trou,,va
sions de ramolikssemesit tuberculeux It
deux poumons ct au somnmnet du poumOD
JI lui prescrivis ron traitement j base d
DUPETROUX; six jours aprca, I'eorant
miletax rile iamefln'tiit a courir dun* &a cb
i ranger avecmppti'it. A Is fin deooe 1k
l'enfazt t~ait ctntp lctemenint Tcunrie. Ses p
permis de pu Ilier son cas dans le bud e
Ieurs t8emblables. D 1),PHYJIOLI
5. Square do MeamtaS
L'Elijl IxIii*.t I baa do ade~k
lakre. iude, aallin e01 I~cesug.Iaum;.Ias do chlIa.
voqimnt JI s ftwuiui dn' aitituxiigie, luberchISS do
sall'glu. Le Suaco,, dE:ixir DP"rs. ealsud do 1
W111,0I d sh Iibatuk," MPM A .
ad m "am C U11110 CL a aldl -lib"


~ ~-`P. 7 C -M 7, T I~T