<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00531
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: January 23, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00531

Full Text

Deuxl6me Ann6e, No 546


PORT-AU-PRINCE ( HEAT )


Samedi, 23 Janvier 1909.


tr dore,


Arthur Isidore,


ADMINSTRATSUR


J


Camille N6r6 Nump


OUOTIDIEN


RADACT3UR RN CHEF


Abounen ents: DIRECTEUR-FONDATEUR LE NUMRO 5 CNTIM
PORT-AU-PRINC U ,So. G. 2.00 Ca6ment Magloire1
Tea UMo. .a 5.00 --
DEPmlTEMENTS U M. S... .0 Lea abonnements parent dua x et dua I de chaqu
Taos Moat a 6.00 DIRECTION- RDACTION-ADMINISTRATION mois et som payables d'avanc
tTRANGER........ Toes Mon. 8.00 45, Rs nROuX, 45. Lm muanuari t lmrte onu on no ne rtp reamdu


REFORMS


II
Le but que nous d6sirons voir at-
teindre 6tant expos dans nos deux pre-
miers articles, esquissons a grande
lines 'historiquoe do 'Iostructon pu-
blique i partir de r6poque o6 nos
gouvernants out senti l'absolue n6ces-
sitd de la rdpandre A profusion ou sein
de nos populations.
Porsonne n'ignore de nos jours que
I'onseignemeot public, en Haiti, n'a dt6
mrieusement organs pour permettre
i tout le mood d'ein godter lea bien-
faisants effects qu'a partir de la restau-
ration de sl Rpubfique. 11 y a done
cmquante ans.
Ace moment seulement, depuis 1804,
on comprit qu'il fallait que chaque Hai-
tien. apprit au moins a lire ot d ecrire
Le movement qui,- dance sens,- se
manifest, A peine le Gdn6ral Geffrard
monta-t-il ,a la pr6sidence, prdoccupa
s6rieusement son administration d6s
1M premiAres ann6es. II s'accentua dans
la suite et, si bien, que l'Instruction
aIbliquesrit chez nousun essor consi-
erable. En moins de deux ans,chaque
Chef-lieu de commune sur le territoi-
re de la R6publique fut dotd de deux
coles nationals primaires, I'une de
S~aons,l'autre de demoiselles. Eu m6me
rps que I'Aducation du people so pre-
parait ainai dans les villes et bours, le
gouvrnement prenait lea measures
acestaires pour en dtendre le bien-
its auxo pDopulaioas rurales Pas
e ectio do -os oampanoes mAme
di fktsfto plmus oigedes des entrees
S devait rester sans unoe ole. Le
POen., ssei bia quoe to eed trou-
ilt 1 le* moye de fair tombor le
vil de driporance goqul qa 1850,
rtait encore son atellrgacdu I'dtat
u nater GSo ta deons, ea iramn-
Sque At ol pays sous 1t6faeaoe des
de oPr or0 proonisies per 16
dte tola RolaUo do S D2oeanbre.
*oom.* il fallett ue le moaremeat
r et a a aoot

6B deOM po-
par aider Ms Toees patriotsO
t0 e wbeMb s pi" s ramwr s*I


TUR GEN IES ne doivent jamais fire defaut en
Sues matres a la hauteur de leur apos-
tolat.
- Or, tout cela ne pouvait se rdaliser
que par des decisions 16gales, en ver-
[I tu d'arrtehs ministdriels ou dmanrs uIn
President de la R'publiqu lui-irnne
bles comme les plus instruits de 1d- dans certain cas ex jressdment corn-
poque. Ce fut d'abord M. J. B. Damier, mandes par la Constitution.
puis M. Valm6 Lizaire et en dernier M. Dubois s'inspirade sa loi organique
lieu M. Francois Elie Dubois. Tous pour tout mettre en dtat de fonctioin-
trois comprirent les derseins du Chet nement r6guler et sur les bases d'une
de I'Etat qui' lee revAtait de sa haute transformation radicile. Aussi, il prit
confiance pour une si p4nible mission des resolutions administrative pour le
et tous trois, s'en s'acquitt6rent digne- service interieur des maisons d'educ
meot. Les deux premiers, ii est vrai, tion et en exigea I'exdcution de la fa-
n'eurent qu'A poser avec le Pr6sident lee jalons de I'ceuvre ; mais le dernier, ia direction et la surveillance. Des pro-
fut l'homme d'action, l'ouvrier infati- gramnmes d'enseignement firent tout
gable A la tache,le pionnier, en un mot, aussitdt publics pour les trois degrds
qui devait pousser jusqu'au bout I'or- de I'eneignemant.
ganisation de I'6ducation national, L'enseignement primaire ne co p-
telle que la concut le restaurateur de la tait alors que les e6coles urbaine-, dies
R6publique en 1858. nationals ou communales, selon 4qu
Laloi Francisque organisant le- ser- elles otaient fonddes, soit par le gou-
vices de I'Instruction publique sur des vrnernemnt et entretenues aux frais de
bases nouvelles, rendue so-is la monar- 1 Etat, sort par le Cionsil des Notables
chief de Faustin ler, etait encore en vi- depuis que le principle de ces ecoles
gueur. Ce fut, par elle, que dBs le dB- avai ete a1dois lors de la R4volutioni
but, toutes les dispositions furent pri- de 1813 Ces dernibres talent a imi-
see pour la mise en pratique des il6es nistrees par la Commune qui leur four
de idforme que la R6volution prdcoii- nis-ait les moyens de foc ionner. M Ais
sait. Mais M. Dubois la reconuut de- a partir de la loi Dubois, owi ne con
fectueuse on certaines de ses prescrip- nut que les ecoles ui b.ines et rurales
tions. It y avait, en effect, -des laciines aux soins du trdsor public et sous Ie
aupoint de vue universitaire qu'il fillait haut control du D -parlement de 1 Ins
combler. M. Dubois la fit amender par traction Publique.
lea Chambres 6lgislatives peu de temps L'enseignement secondaire compre-
aprbs son av6nement au minist6re, tout nait le Lycee P'tiori installe, A Port-au-
on conservant le fond, car M. Francis- P.iici depuis 1816, les Lycees dtablis
ique,en 61aborant la loi, dtait inspired de par le Pr6si lent Philippe Guerrier an'
trms louables intentions pour l'avenir C p-Haiiien et aux Cayes, le Lycde
de la jeunesse. Cette loi servit done A Geffrard, aux Gaaaives, le Lyc6e Pin-
mervelle M. Elie Dubois; elld lui per- chinat Jacmel, tous deux tonddes par
mit d'imposer une direction systdmati- Gelfrard et le Pdnsionot National de
quoe tous lea 6tablissements crdC s non demoiselles inaugur6 en 1806.
seloement depuis,mais auui avant I'ins- L'enseignement sup6rieur n'6tait pas
tallation da nouveau gouvernement. encore organism jusqu'en 1800, bien que
Ele lui fournit, en outre, 1 occasion I'Ecole Nitio ale de M6decineet dePhar-
d'imprimer une dicipliue r.goureue A macie e. isltt d'jA dte temps imnmmorial.
oe *ablissoments taut sous le rapport Ce ne fat que vers 1802 qu'on prit leas
4d 6tades qu'su point de vue de Ia di dispositioau n6cessaires pour don-
iribation du travail classique enlre m l- tier a cet enseigniment un peu plus
tres et 616ves; d'exigr eont de tout d'extension, en jetant lea biaes de I'E- I
I personnel enseignant non seulemeut cole Natioaale de Droil, par uon course
dla rdgularit6 dao raccomplislement clasiqae dirai je ouvert au Ly-
do leirs devoirs protessioanels, mais c6e National do Port-au-Priuce et sae-
Sloa oaimAi, ddrvooemen att leniet peer le jone .un gen de.s ci*
s to aS Iadlspeesabi. ser do a dion supdrmrn, on redeot


enfin I'Ecole de dessin et de peinture
et l'Ecole de musique.
B. ST-ROBERT.


--m
IA]T IO I0IQUE

RIENSEIGNEMENTS
METEiOROLOGIQUES

b ba eOrvatoIire4


SEMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL

VENDREDI 22 JANVIER 19J9
Barometre a mridi 763, 20/w
-- minimum 20, 9
Temperature'
maximum 30, 6
Moyenne Jiurne de la temperature 24,8
Ciel un peu nuageux dins I'apres-midi
seulement. Eclairi au S. W N. W A 8 h.
du soir. Brise de terrt fraiche.
Le baromctre monte on peu.
Agi:ation microsismique de 8 h. A mi-
muit.
J. SCHERER
Pour les pauvres
Liste de souscription en faveur des pan-
vres de l'hospice St Vincent de Paul ( mois
de DWcembre )
J. Desjardin Th. Luders et Co P. o,
Gerlach et Co to, C. Lyon Hall et Co to,
G. Keitel et Co to, F. Hermann et Co to,
Otto-Bieber et Co to, L Van Langendonk
to, S:mmoodi rCres to, Banque Nationale
d Haiti 25, Robert Nozt to, Gaston R&-
vest et Co 5, Jules Laville 5, Paul Pain-
son 5, Herpple et Co 5, F. Coot ,
Koux et Co 5, A de Matteis 5, Jh. Nadal
et Co 5, Henri Brisson 5, L. d'Espinose 5,
Ernest Daleacour 5, S. M. Pierre 5, A.
Villejoint 5. Un ami ( B ) Stempel 5,
Un ami ( Ch. M ) i, A. L. Guorio et
N. Thomas 2, Usine Chateaoblond 5, L.
Pelous et Co ., L. Jacmel 5. E. Dereis 5,
Vve Raoal Jo-Baptise i, E. RobelUo ,
Ct. Ganthier 5, Ed. Oriol a, A. lin i,
Maw Hermanue 5, Cbs. Paton a L
Iincher .


I


ks


I






S_____________ ,1


Question important
Petite l-:tr<- ouvertsi
A. M. P'. F. lFrdderique
Dircctcur de ilmnpaitial
Monsicar !I' Dllrt cur,
Excusez-moi dc m' s :. A *- colonnes
d'un de vos contr.2 s', -' i.iues' on que je
soueve 6 ant i aC ul .il, p )tr vous
dern.n.er Ic r'ns '. 'ement que voici ; A
props de la c ,ur -. s- i:liiit I-c qie vous
avez prise ct q n <.anq, A -. I approba-
tion de tous les patiiott s
Q u,'l/ est, .,,'lh I,'o 1, 1 si nation exa, te
des d -'.nicrs in /is. ','s du J:'..,.l \, Jd 1/ xis
vis-.'i-vis des crnin,' I's t'x'eulti nmr sommazi-
res auxqulcsle wus' lZs 'tts . pro.:s ?
Dans votre niumcro du S janvier 1909,
vous ne s-:mblxc. pr-ndr. :a parties qie M
Laleau, tnini-.trc d: la justice, alors, me
semble-t-il, qu it ::- tried ditticile d'6carter
la responsabi r'e des autres membres du
gouvernc'nent qli, tn supposant meme
qu'ils eussen! ignore ies cr;m.'s qui sc
prdparaient, lis onr s10 an:ticn loute cou-
verts et approuv~s par :cur a't.,ude ulic-
rieure.
Feriez-vous docn unLe c.uvre de parti-
pris ?


Ie ne saiaijs le
reux que vo'is m-c
lant bicn r.pondic


creitre e s't.uis tres hbu-
liit ,. a1 d -.ti- en voa-
A lia quus:ion..


LU 1.1Nit LR INQU'ILET
Chambre d- -'ornmerce
frangaise
Les membres de la Clhambre de Com-
merce franrlice ot'rirrot samedi prochain.
30 Janvier, i.n rand Bi au Pr1 sident
Sinmon dans l sI a!l ds d li Ba.nque Na-
tiofna c d'lli. S. 1. scra requ.' par le con-
seil d'admenis :i.o', ct sa fimille par les
spouses dcs i:c'ib: s de i.l Chamrlre qu:
seront toi te 1(s d nes pa'roancss:,s A I
fatc. L '' : d ,r. e .: l'6!ectricird
est conti .A MIr Au: M._ioir-, propritiairr
de i'lns'a laton cincinat: v:raphique dc
Port-au-PriL.: c.
Echo du Pa!als
M r et lrme Pani nitt i.:llicr cnt flit vi-
site 1t-c ir :'pt ',- d au ic 'I id n Simon tt
A sa famille ci !.iur o:;t .xprIn tC out Ic
plaisir qu'ils cprouvront dc I s po'dedcr
au bil de 'a .Chi:bre de Commerce fran-
caise.
Service t616phoniq, e
Le service 'i'-qIu,::q ,'e ne fonctionn
plus depuis quLilqu: c'p t, ot rtant on
n t'. pai ss bas Sivor ;' !Inb'n CeL: c st utile
a la n:irchc des attlircs Mr I.L- i, Borno
pourrait bicn s'c'nt ndre :,vic Ie gouvcrnc-
ment pour rct bl r cc s crvi'e qi est d'u .t
absolue nc-'ssit dans une ville conime
Port-au-Ptince on sc trouvent concentrees
toutes les adminisiiations publiques.
Bulletin official
Le Bulletin oficiel du department de
1'lnstruction publique,-le no de Janvier-
vient de paraltre. comportant des mi-
tieres tries intercssantes, entire autres:-
Rapport de l'r ipection scolaire des Cayes,
Rapports sur les exanens A l'Ecole de
Dro't et de Mtdecinc, etc etc.
Nou, el Agenjt
Notre estimable ami M. Woel ne pou-
vant pas, pour reasons de smnsd, s'occuper
en ce moment de l'agence du MATIN aux
Gonaives, nos abonnes sont pries de s'a-
dresser i M. Edmond F. Manus, notre
novel agent pour tout ce qui concern le
jourunl.


1'evaeO des Journaux
lL.iii P i;hl:c (I Litiraii'e
S'i.!l ii. ARCI ER
Notre ar- n S.tI plhe Archer, Senateur de
la Kepub!,que, rou;- est rcvenu par le
ar Q.leb:c ,, ave: ,a 1ltni'le. upr& un heu-
retix t.i en lrnc .
NJus t.ns rtvu\ avr'c; plaisir I'avenant
Scnva'cur Ait on conlt.i la competence
en politi -Ce ctr ~i matters s parlementaires.
M S:c, ;iLl, A.ilJvr. acco'upagne au Pa-
la s. pa' Xc* S cr. 'irc d E:.tr de l'Agricultu-
le et ide.> Ti .VIx piib i:-;, M. Boisrond
C.anal ]u ii., t.1 : .. SJIn E Pi-id. tit .\:t i.'- S.rnon, I'a:cueil cordial
t". mn r tl i .'a'ci d. ':.
N'O J 0 .: ,)., *;ILS ll,-, tux..
4*
I I-:. I1. i.u ; U NORD
O n .': i c ). i J. ctoire que les
'.:;s h ..ia m du N ':d, au co..rs da lo n
Rll.NE Ai pa)v.v'.nt ft:re assimii h
au-\ /I s' I :-R : *,
S','LSt u'L. ,J .,. '. i r N' Js qui avons,
vi'cu au C, I, i- i .non qu.e la S -
cc .. 1). ':. Nor, rcpous:ee
pa: a C... ;: .. at :,, :io'uvait Plort-
au-1 ';i. on p sout-
Lt~r: S id ': a 1 Oa st.
Lc C.i il i i ti i1 de At rnpCar-
ta :t l).;, :,...: t : d cJ Ju respect de
tou i V n ,; !. n 1ii',d'-, l:ndant,
s( n' l.s Capois.
\N V ',; .i\V.C LUK c.t nous Ies
c< ''"a.. e C 01 ioon t qt1 uits n!1, n I' ait.lt que la i


l 1 be I t .
*
7).. *7< ,," S: L.S / c Lgislation
''iLJ S:.i. : \V aid. i .,i. ta idem cn
iI >I"I. x qu.:aem n



ia .1 1 .- d aX. n, i-
Ll I L I" I Lr,) i ". d. iC. t- ( d on-
-,i, .',, '..- ,, c;.t not i .c s paerie
: ct d'id c S, saS






d pon.1 I nols patri:
d '.u : .. . L t ')a: ll t su




Li i ivg ad e s IprkI-ul
,Li pr,2':,-,' -" ., ,:,) "';;' >!njli,: du Pr. si-
d- ',: d-. I .:P.L"..q ^ i 'i' lld d,. no!h ni-
pI ; ; ... .o j'iiqucs quelques
p.g< -.q,.i ,: l..; t: t .1 ctrc r epandues





M. ae Pornmayrac,
A'A' :. uliro / lines sui-
'I ;..t 'ommyra i, con-
s5 ,! d, F':' :.. t,',: t! ,.40, I la mopi dans la
t,', h'n :.'-< -'.:/.,; .r,/"' J( AlM ssinc 'M r dc,
I ,,..:\ i, i ,* s n n re 'i grette
p,, ," dL It /, .:,< ( nous tums la doulcur
de n t.uit, Jtraic,',remen! ,a ciHt tire.
',ou r .-o ::i do tout ctur a ve: l'talie,
la t'ra c Ii. 'a.aii pa atticntdu d'etre frapp-'e
dire tcimn.int par e! desastre de Ia Sicile.
Nous so:n nas :;titiati, A notre tour,
dans la p:.rsonnc de noire representant A
Messine, ei ce.:t union dans le malheur
a g4incntcrait encore, s'il se pouvait, nos
sviynpal hics pour noire soeur latine.
M. dc P'otmniyrac, consul de France a
Mtssine, a peri -- nous !'avons annonce
en dernimre here avec sa fille et son
fils. Mme de Pcnmayrac, qui a seult
echappi a la catastrophe, ou sa raison a
tailli so-nbrer s. trouve cn, traitement
1 h6pital de Millazzo.
Noire intortune compatriot appartenatt
a une famille itrs connue a Paris.
Son frere est le colonel de Pommayrac
qui prit sa retraite come colonel du 5
chasseurs A Alger,et sa sour ainde, qni avait
4pousd, sous 'Bumpire, M. dePresle, offi


tier aux girdes, ct qui d:vint en seconds
noces la bellc-scear d'Edo:ard Detalile,
don't elle avai. cpoue Ic f ere, brilla un
instant au thlitre 'ojs le norm de Prellv.
M. de Pommavrac, qu' ivait cinquante-
huit ans,appartcnaitAi :\;: ricre consularede-
puis 1881. Ii v ctaii cntd come chince-
lier apr&s wvolr, pitndinit sept ans, e6t ad-
ministrateur des ail;fitindigenes en Co-
chlichin e : .i .aiti tfr i'cli les divcrs
grades qui 1'av.. Lit co:nd-ii an consulate
de 'des inic, *cn -.rvant >on pays dan. let
pos.es ic-, p'rU >c ". I' 1-, plus difficiles
-t, sons Its c iMins Its plus rucs, en
ltiiri que, Ln Chine, aux Philipines,
tt c't, .m.isa ,ii n: Jc choix t.u i
:1 :v-.tit. rd e nvoy sur sa ,'ina.ind t ou ii
C",'vi't sans d ,*'it, rncoL :r r t I c alinet ct
c rtpos, cIntoLutd dci.' a itiiile, sous un
cl :m t I ncihanteur q 'i' i:ro vd la mort.
~5 ~1 --- -- Y-I-.,

POLITIOUE

Nous .tvi -s, 1'l.s d'ui .'- fois, soiliti'e
.a b .," iv .[ ;, ,1 tlit ', ) i d d
loins :iv',>'i- i't'C!.i '- li lptti tin, e de
tout le mnonde ,o:.r ce qui a trait
1 i.1 tl,' )l ati :l .1 it p,l i> l' (rdaln:
.*s allaii t;g. l, ); ');- j s tl0. ltli atnc'.s
Ic :. i ,alinx IlI -')iI .' ) I'ctuie lie
' un *i ,t vnir d .il-' '' \


l Vlit' lt'- ad 'Hl ili; 'i .-t:- t Ai'-, C c u i -
S', i';, 11 *, t..' iju 1 tli /dtl ii c llnf(itl
p'l < ,).I miuin. r e \'O .ill.-;. )il nL doi
:,i-, VoHtter" tqu'lne det, stable si'ua-
i',n ( .'e i'o nous ; cA'te peIndant
i n 's, p'uissei ttre transtormn6e
tati I '-.c ; d'urt in ooi-". Non cela
!st inplo- 'i) 1) .ulittr -, lnoA -S -soni-
S11i1 it .X (ix I(ioa tI 'Irol ver en
Pk ou 'i- li-.;e nii so-, cerIti es
n I sc n-11 :' 'p01 p 1 tl ', i i'l n' nt
[tw ; Mlto "ir r i',tll S u, ':ailitet, tnre
tuir *'e, li Batique. jqui disjit hi;er
1 o;',ai I' ,l i. nt: a Avt; nos [0 )ij.ts
aclt I, a\ eC le pi ogi .i.n.me dp Vo -
tie tC'iilk> o vos l, ) )I .ilt's inlo tioni.-
pe;i olinl' i-s, nous o) lii ii s t s ar-
IIv r 'I unt t b',l~li.lith le pins 't. *



in
t:AMilAAE NktR Nu'MA






N o U ef11; IS 4gUs
exnibrtes Dcplch. s

Ml.ssti.: I. 1i u v'. O u iw tIls ,lll
trembicl endit i e 'tsc te soulltr lit bpeu-
boup du froid exceptionilel (qu'il fail
en ce lmcment ; les mon':agnes dii voi-
sinl;!g' .-out couveltes de 1neige et la
rmjuiril.d Lces !sutviiit s campent sol'
des tentes, avec des vetements insuffi-
sants pour les protoger contre le froid.
Tous 'eclanment qu'on leur cons-
truise des hiuttes, et le'Gouvernement
fait tous ses efforts pour les satisfaire;
malhoureu.-eement les hois de cahrpen-
te manquent et la construction do ces
murs n'avaice que tr6s lentement.
BERLIN ,19.- Le Gouvernement du
Libria a fail ses excuses aujourd'hui
au Gouvernement Allemand pour lin-
cideut qui s'est product au large de la
c6te du Liberia ou deux vapeurs alle-
mands firerit arretes par la ciDonniere
tie la douane Lark >. On consider
cette affaire comme delinitivement r6-
gl6e.
M stNsu 19.- L'iucendle qui a d6.-


clara lhier, piralt etint. Une dpailJ
fum6o, cot-tqluernc d.j cet incend,
couvie li, ville.
REg;(;io l. -- Plusieurs chocs sisadb
ques ,out 1te re.sentis aujou'd'hui.
CONSTANTINUI'LE 19.- Le Gouverna
m'n t inritrui't les .autorites douani4
res d prltndie miles mesurtns pour meti
tre un let ;i, ait boycottage appliqueu4
aux pi': i,'it- airichiens et bulgare,
Sr-TPri.:Uslulu 20~.- Lie procks d4
major gitleni.: AltxiI., accuse de p6
culat, a com tIit:'ICei a;Iujo,) I'hui.
PAIs -21.--- It nt:t 30 ,, 9( 35.
I." P:-i lent de la Iepublique
tIi 'fl :I' j r'i I'fiii i .Atr;iy oi il c iaiu
it rA st ,o'. is f Hs i onnels.
Li (!iChllmbr,e contilmtu hier 1h dliscus,
iti di" I'l up st sur i teventu et ren,
voyv la suite de la discussion ta jet
ie S3Iat vota hier le project d'agran
lisspemornt dii port de Marseille et s'l
j, tit nt i jeudi.
I." (Coiscil des Mini'tres s'est reau
t"C- 'a ti' ,, l'iE ys6e, sous la prdsidenc
ti .Ml. Fallieres. MM. Ci menceau i
Iriin.t lieiitnt savoi qu'ils se rendiiel
ia lI. i t e l.a jourtue A la commrnissio
<1, idl~: in jtitliciaiie 10 la (Chtm bi
I 'ur o'nft'r ;iu suj t lintl propocses par divers d6puat
,laus le proj'St do 1,i ) 'anuiistie.
L4,3 ministry iu Ti' tail lit signer u
It e* I tllnd.tint Ia fire aIpptliquer A 'A
g' rii I, l~) i -ur le rt)os hlieb tomadlair
L.o' iuiiiistie ofe la mit rine lit sign(
I,'- .l|'*. :i I fl4 > I :'I fnliri"i, It s apd ilLilt s (
V.,isst aux dei LaC,'oix, de Castries
AIdam.
A la stance tie ia Chatnbre de o
a;iires-rri'l~, sous I. prt:sidence de I
Eti itnl, la Chamrbr valila tles election
tle MM. Da)caro.g-itie. A Ct.hioullei
Calool. ;'Villefrnchlie ; et Paul Bo
'**o0, A liis. Elle coiinuLiia ensuite
!is. u,,-i)n1 de la discussion de l'il
p}l sui I, r,'venu.
.A IIAVAN 24). Le guntral Jo
Mi;'ul (oirez a ets o'licillernent pt
clie lsi~jntsident de la 1 Ipublique p
(le :Coj Ie-i ilui s'etait rdunii a la Chal
brj 1 s<. Ii ipresentanits.
I VWA- INGr N 19.- M: NW. W. HusS
a,, ici 1ni,,litr, a ii rain. au V6As
z it' ii e ps i jtiat.- 1 t u elll r (dans
i ", I-

itc' 1,l,:,. Oit .' i int les ,liff r;en Is ent
Ies dt',x p.' s.
I AIS IS Les n. locations eJ
IMr Jus 1.- .1. lP .ai, cu iniissaire 1
S V Compng
Fi'-A.i t *,i .;a',l,'- >-Cr t suitr le pOA
dtie'- ;. i .*,it,. f.,',''I ali-f.IAjisan!
I' e: .; ii ce nitatitn pour
,i u ,1 '. atu,.-tilr*.. avet'c le G,)UV4
i, ui:' Iloul nid.is pour r glir le
ft'ci, i, actue entire les deux Pays-f
Si V n1zutla, .
Uil penu pIltis thrid, M. Paul ira
A ,g.; terre, en Al!etnag:tu et en Ital
MAN LLE 19. Pope Islo, chef d'a
b de dte ladrones fanatiques, a
Son la.tunwe A tire pendu vendredi
tch ,l.
M:XIco 20. Le volcan de CoNi
t e.i eruption .



S- a
Bonne occasion

Pendant quelques jours- ueit1l
I'IMPRIMERIK C MAOLOIRE Offr'
gens d'atfaires dea envetoppe
merciales, titr6es au lgoit'd"ie f
teur, au prix die 1 GOURDE i I
lier. '- I.. -
i -'-










O36TA4NCR P wRSLvtaRANC
ie des Pompiers Libres
De Port au P. inoe







Liste des pompiers qui doivent se
r6senter '& la station Centrale du
5 au 29 Janvier 1-09.
S. de MOyA. conseiller. Hermann Chan-
r, Cic6ron Flenrian. Bonnacieux Bien-Ai-
ki, Alfred 'Lafond. Lopold Pierre. Aug
'oussaint. Armand fils, Elie Fils aink
Ldam Loiseau, Alexius Alexis, Sylvain
Dseph, Raphael Camille, lean-Jacques16-
bre, Valmon Destine, Horace Mi'fort
omp:ers.
Lt Commandant, Louis '1PTHIT

Tribune du MATN "9

Nous publioni in extenxo :

POUR LA NATION

ItAITISMS MES FRERES,
L'heure supreme et solennelle est
venue, oui nous dcvons courier une icte
locile.devant la grandeur immuable et in-
inie de Dieu qui seul command les Na
ions. Oui, Ii corn nande les nations, mais
o.nrne I1 ne peat pas descendre du haut
ie son ciel jusquc vers nous, pour se fai-
xe voir visiblerment, A nos yeux ; II place
les minis-res qui sont : les presidents, les
:inpecruri, le~ rois .t les princes, etc. a
a tc;e de chiapie nation, pour les condui-
'e dans la voice de 1 ord:e et de la bien-
reillance' e: enti-i dan; tout ce qui a trait
ti bonheur de .l vie humane et de leur
;alui da-s 1 ieritr. IP en est temps ;
royons maintenint ce que nous pouvons
lire pour ia T6g ntrition de notre chore
et belle Ilaiti. Depuis nombre d'annees,
j'ai di rernarquer que les products de no-
tre sol, tels q'e ; le cafl,le coton sur o it
I c:;in Ie cc'n'm- 'ia' e'!c. dimrinuent c'n-
idlCrab'>emn :nm. N)tez bin rt refl chis z
sur cc que 1. :v ;us d:s chers I crt-crs U'
pay; ~s 'culture st comin ar.ible u-
corps mort Qi p-ut-,n iire av c un
adavre ? ens:ve ir vo A to-ir,h bien n:-
lisons pai crla,cheri tiir-:.; ne consid.rons
pas'que no;re pivy c t mnor: et n' pe' r
rien. piu.que ino' p ain-0s sont encore
verdoyantes, !ce rivi't'r et les ruisscaux
nousotffrent toujours l.ur ap:es course ra-
pides pour arroser no; champs et nfarrir
nos planes. Tel est l'tfet que prodiir
le sang dans les veines de l'homme, Tel
est aussi I'effet que produit I'eau qui jail-
lit sur la t-rre ; le sang tient I'homme de -
bout et le rend vigourcux, I'eau tient la
terre tralihe et la rend cultivable. Riveil-
loos-nous maintenant, et faisons va!oir
notre capacitC par des efforts qui surpas-
sent mieme notre courage, poor nous mon-
trer grand aux yeux des nations ktrang-.
res qui nous guettent si pr6s. Vous,
grands capitalizes, rcerchz i crier des
grands itablissements, agrandissez vos
champs et parremez-les de cannes, co-
lonuiers, cafeiers,enfin de tootes sortes de
products Ie sol qui n'a jamais refuse & ses
entants. Le chef de l'Etat ne manquera
PI en sui siar,de seconder les efforts des
caque fits d'HaIti qui voudra mettre la
Save Lui i la charrue poor le eta--
eat et la regeneration de la Patrie

Ah I Ooi nooraool ne voulam..noma


pas nous rcunir en un cornm'un accorJ.
Ct que d'un seul cceur, d,une seu!c ine
nons nous rgngions sous noire t. ;u t
magnifique drapean bico'ore po.r ren r
unanimement :
Vive Dieu Vive la Patrie Viv. I
Lib-rt6 Vive l'nion des eceurs haiiicns!
A bis la guerre civil ( machine d struc-
tive du bonheur des haitiens ).
De quelque part que nous puissions
etre, foulons sous nos pieds l'esprit d-
parti. l'ambition, l'oreueil et pour ains;
dire les armes de la r6flexion, pour nous
unir come un seul autour de 1 lilustre ct
Grand General A. T. S'mon que Deeu
a appelC pour conduire et diriger la Ni-
tion haitienne. Ne lui Ino,: ,. l-
difference- prouvons-lui st inccI. iiiit
que nous sommes devous A so.n GGuver
nement et que nous Lui offrons A d6penter
inergiquement tout notre courage rour It
pr6conisarion des bans principcs qu'L
veut e6ab'ir, pour reconforrir t vi 1,s in-
tIrets publics que nos int&rtrs p.rs~ionicls.
Aimons nous, hiAtiens mes fr&res.
Je d )nnerai, un cvisci! A mes frit s, et
s'ils pouvaien: !e prendre en cons duration
et le mettre en pra:ique, ce serait 1 la plus
grande satisfaction du Chef de I'EIat pre-
mierement ; secuado A ma s lisfition
ar:s-i et ensiui:e 4 la satisfactio- d- tous
ccux qui sont amis de la piix : mettons
maintinarnt de c6"6 nos carabines et nos
balls qui font trop souvent couler le sang
de nos frres, de nos parents, de nos :mis
et causent des douleurs 6ternelles aux ban-
nes meres de famille.
Quant A la guerre civil, puissions-nous,
la desteer du plus profound de nos amrs,
parce qu'clle n'a pour d'autre but que
d'occastonner des innombrables prtes
po ir le piys, et, si le pays fitt de, per'es,
nous perdons aussi.
Que chacun done rentre dans son scs
n.i:urel cr se dit : A quoi bn la div.
-la division amnie la rancune, et l r in-
cune c'cst l'amie intime de la nor:.
La g2uerre civil, telle que nous ponsu n
la considdrer, noub voyons et nous sen: orw
vraiment qu'il rous f.udra la plonger d.a :
i'eternel oubli.
Puisse Dieu dias s.n1 imnineas J-
:-:and amour, et di s s: lo.igue pati.. c
vojloir inletre dans I. coeur de chiqtue Lua
tiwn, ce quc nous appelon, ; L'A\oL'c
1IKRA .ILKN atl I qu oe tod. Cc, c, ~ .
fo)t ,;ent qu'un i eu, tt que t.C s 1J i-
dl' o s *, sincrcin-'rt d i s le c ajr dc i:o-
tr-- digne et ho..orabe < r .i, t .\ S
ni')n iuis i g t e, 5 < .0 .' ** S
dc i:s re ct d- :cr rib e J > ) .1 ., :. .. a
app ,rtd l'aide de D) eu une -):c. se
de.i.ra:tce. Comprc; ,. to. s q.c .. pr'sc
d'in~ r s Ida s 1 I so.t, 1u'a1 it, in ne I v It
ni une 1iralis )I I .is bi--I pl .6:, I.I .-
venJic it:ol de no s ro'ts ; p- re q e son
C.'uear h.im *in n rc..t i s )u ffr.ti,;cn dc
ses chlrs conipatrir,,ts. Alors. pour lui
donner uic large recompen e dc travaii
qu'lI a f; et de la lib.rte qu'' nous
dunii a1 joaire. prenons miin'tnant, nos
haches, nos houses et nos manchet:es, puis
d'un Clanvers nos riches campagnes;crions:
en avant vers la fortune,car 'est en cultivant
la terre que nous devrons puiser l'or et
'argent -Pour moi, je le dis de tout mon
cceur. ma plus vive passion, c'est d v-oir
une bonne culture dans le pays; car c, st
c, qui doit le relever I'agraniir et I enii-
chir. J'citrais desire que tous les coeurs par-
agent avec rm)i, Ce:et so!nmn.- "esp6rarice
et d'amour.
St-Marc, 14 D&cembre 1908
NaRY GUILLAUREY

Htel Bellevue -
La mieux sita6, le plus con-
fortable.- Champ-de-Mars.-
Cuisine reomD4-e Vue sur ls mert


L'Usine


a Glace


I ,i: flj.


Pour 1 1 ,' .
M"i LEb).SNI SOLAGI
Fo ts.
Acco,.r,'z to s !
f ^ ----11 -M


a1


) ir )a les cliz
22, RuR UCd! Fr)!its-


.rIvig~roit' P'. ~:. S.


Avis
Les I I~~~sIlIvoICZ- -o. ortis.
-) :,, f d Od -.-ztto,- o irate
qui a a i lienI 1*4 19 0lidl Ifllt

C (;
(: I:Ci
Si: I) '


C 1: 315

r-Sd




II. C Sl'Vt:'
bo (riid4 1 tid I





i ii t, fill
-~I r. s-*' l vi-nii stra tilm I.. '





:J1, lil IU Ilx


A I' oh-rl~
(111A 5'i1 la jsr o~ 11oll Vol
o I.- re, so 1! 1 t I. I,.. fit it
ch t !- i :; c'-z : 1


Mr


1, -.f-. lI i 'ho, I I l il der-


;t. Io!II




CL CI I'S.


I olive
,t par

blanc,

de ii-


A Vendre
Il holo acllit LUn

-.0 9t,- l. in..j 1 .*


gA ReolUPa ilds pour P
___ I f~~~~u kppq our!CJ
teI PO~iJRE VEJHkOUTE I
S to p ea u d u v is a g e t d ee s m ei n %
.10 XOCN, 69, ?eub: St-utln. PAWS R 6 3U6cr e6 jmitation6



Fsawvon N .
Al.1:1' pai-
f.i'u LIi ': ; I Ct ..L U tiCileuf .'j'j L* 'p 1
Cu!'J I V Q IIa'c, t.-, ;hiCjIn.c d ins1t.ie et I,-b eruptions de la peau.
u t 11, 11 ..I -'.' 1.1t-, adb
14. iiiijittplb., r -jparde
1), it pers'm'


la. Favor. V .- oull,. To'lette.


A Lase de Crerrte cSimon,
jan 1pur# s-lcm ies ptincips
'i~ ~; 1 ci upu t:'iix 'Je lb yit


toutes io 1i 1t w tj ii !iti ntes et prdi-iivatrni* t .i laG Crt
est tt t IiE ,l'drull rtl i oiaand6 pour la Toi'ltwt des culaki
ddlne~~ .t(,iLI I-c 1p'.*j et I~lic~atez.
a-4:Ince Gdnerale et D6p~t pour Haiti
AP.*. la 1%Z6twcrpabe
MALISON JULZS LAVIIAL
930 Ame dS Mq.*Wn d. do58, 9


- a -t pour 1-w )
v.ne Stimon ; i
its et pour lee,


-- L I


D(mostli.ne. ROMULUS
l) stt tear-liquoriste, industrial
Dipl6me et medaille d'argent 6
1'Exposition Tjniverselle de
Saint-Louis, ( Etats-Unis
d'Arndrique 1904)
AXI1101ce s(sc1( s hiil1afl A& Port-au-
e iv. d4 rs z'eiwtv- locali-
-4. uil a tratIsfrrh sia muiison do
m n'ifrcs c, vaw if t VAvense
ttii, 1 oi Wlail s! *Iejl h A la Rue
!,I11 lc-llf, ou halls
k.38' 110, 1o loirn dt ( it. I' t Nord.


NESTOR FLEW,
L.'exce l; Ient tailI ii t r ;vit tita;lzigse men)
ci DIIUdo dii toiitc h laI Itpildait'0 vient
dle rouviii sori i l r 1~lo FAroU,
S1/1s Mirtlees) ) noGI, ins di M@
noinbi~lcwe clieki;Me1 trojuvera
Ci III If' tot ijoI1I toxlte s.It isfaC tion
;!(:l' les tI;ItVLtU qUi iluiet'UOnt COn-



Chez.1pp. Cipolin


ISAVN I


I I R~pit 1 .11 71. ,.1 d


LE







TANNERIE CONTINENTAL
DX
Port-au-Prince

CAPACITY 500 PEAUX PAR JOUk
PREPARATION DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24, COULEURS
Vente des chaussures : Chvresu-glac6, Verni et cou-
leurs, pour lomnes, Danes et Ealents.
( BOUTONNA, ELAsTIQU rrT LAct )
En gros et en detail pour toute la R6publique


H


c_ _' 7"1EI.a
ET
RISTA URANT


BELLEVUE


Place du Champs-de-Mars
PORT-AU-PRINCE (HAITI)
Mme Hermance ALFRED, directrice
APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DINERS-LU NCB S3.
Installation moderne tt comfortable Fwue ur ltA me.r. -- 7'myratuIr.
douce et ruiirse. Les Tramways de sren' i'n~ lti-Oteierrm tout.4-.j s7 4Mitnutsr
PROPRIETY SPACIEUSE, S'OU'*:AN; SUR DEUX KUES
PROMENADTE -- JArDN L
Salle d4 rdreption.-Piano.-Gro'wupko me.
Sonneries Electriques


Teble d'WHot


GRAND PRIX


ltow IS urosd, 4. midi d 2 I rhga,
As 7 8 katres dw xefr


HOURS CONCOURS


Ilihrn Bar-bancourt
M&PI.iilles d'or, Mention honorable, Membre du Jury, Grand
prix, Hor:: concours dans toutes les Expositions depuis
1881 ju:;qu'a 1907. ( Ancien et Nouveau Continents)
Madame Veuve BARBANCOURT, seule d6posi-
taire de la marque Rhum Barbancourt et seule propri6-
taire des foriniles qui ont fait obtenir au Rhum Barban-
court les mindailles d'or de totes les Expositions, a pris la suite
lee affairs de feu son imari, et se tient a la meme halle, sise 7, Rue
des C6sars, A la disposition de sa nombreuse clientele,
don't los commands seront ex6cutees avec le meme soin que par
le pass.


Mr Joseph Sasson
Marchand-Tailleur
Avise sa grande (:lientele qu'il vient
de s'installer Rue des Miracles No 12
en face de la Place Geffrard, il leur an-
nonce aussi qu'il vient de recevoir un
grand assortment de Casimir, Dia-
gonal, cheviotte, marchandises fran-
caises derni6res modes.
PRIX MODARAS

Tibere Z6phirin Bell
Fabricant de chaussure
Rue Tiremasse, facade Nord de
la Place de la Croix-des-Bossales.
SPICIALITF:
PANTOUFLES MULES


A L'EEGANCE
OORDONNERIE
EM. SKE
42, Rue des Fronts-Forts.
CHAUSSURXS BN D*P6T,POUR LA VfMTS
Promptitude et soin aux comman-
des tant ici qu'en province.
Chaussures de Dame forme st tra-
vail toujours tout ce qu'il y a de plus
nouveaux.
Former am6ricaine et frangaise pour
Messieurs ; 61egantes et commodes.
Pour les enfants le plus 1l'aise.
Travail solid execute avec
des peaux de preiera marque.
Assurance de grand rabais.
Pates, tirages et L-ra-


A. de Matt6is & Co '
laison fondue en 1888.


Derniers articles regus
Parfumerie Houbigant; Ro-
yal Houbigant; Fougere Royal ; Par-
um Ideal; Savon, Poudre ; etc. etc.
Coffrets de parfumerie tr6s 616gants.
Parfum renomm6 Astris; Lotion, 2ri-
copherous.
Lampes, Fouets et Chamois
pour buggy et buss.
Argenterie de luxe, Bibelots,
Moustiquaires, Brosses, Pipes, Fumes-
cigarettes, Cravates, Maroquinerie de
toutes qualit6s.
La Maison a toujours un grand as-
sortiment de Bijouterie, d'Argenterie,
de Diamant, A la disposition du public
en general et A la port6e de touted
les bourses.
Ateliers d'Horlogerie et de
Bijouterie: Gravures, Confection
sur command.
Achat de vieil or et vied argent,-
diamant et pierres precieutes & des prix
avantageux.
ACHAT D'ACAILLES DE CART
Prix exceptionnel

Mr C. L. Verret
Ta illeur-Marchand
Done avis A sa bienveillante clien-
tele que sa maison No 7, Rue Trav r-
sitre est toujours bien pourvue d'une
variAte d'6toffes de la haute non-
veaute parisienne.
QUALITr SUPARIEURE. COUPE iLIGANTB
TRAVAIL SOIGNE. EXECUTION PROMPTR-
Prix tris rdduits I

Cordonnerie Nouvelle


G. B. PETOIA
143,1GRAND'RUE, 143
PORT-AU-PRINCE
CHAUSSURES *N TOUS GENReS
mN DAFY-T, POUR LA VRNTt
RN GROS rT DETAIL.
Ex6cutaon prompted des
oormmy ndea, tant o11 qu'en
Province.
Forces A hommes ; A6egantes et ra
tionielles.
Chaussures de dames( Dernire mo-
de de Paris ) et le plus commode :
chaussures pour enfants confection-
nes avec des Peauxa de toutes nuances
d'une selection et di.r6e irreprocha-
bles, a des prix avantageux.
Cirages, pAtes et liquides
Pour chaussures dr toutw Maaurs

Francisco DESUSE
Fabricant deochaussures
La Manufacture a toujours on d6p6t
un grand stock, pour la vented on
gros et end6tail, de chaussures en
tous genres pour
HoMMEs, FamMEs, ENFPANT
Les commands des cormmerqants
de l'interiour pournont 6tre 'excut.ee
dans une semaine a pen pros.
23, Rue des Fronts-Forts, 23
SroaRT-AU-.Prma ( Arr )


I I I I I II


Tafia 20 o/o


Alcool 90o


Gu6rison do NM sRENAUZ
agsis da &bsrcaieae pul imemre
PAr LCELIXIR DUPEYROUK
Mme LAonLine KNALI TI qua repremtL o I&pW
avure cI-coatre, babi e a lloaatrul t, Io" u
uma consultaUU
N:: IfOUValii M
tucuk~~mt
detri oceupsi
loulo* rIsemi.
Fa-oms gaedw

I aadw .o aIb
do seewleIsn
@01icna- iIid n
..isumaudo *smas
am a qubS
tysh. tI ava l ezls e"amaUft aS
sI( c~avail~ 4 q01si.SdSIbISZ
our~~s LI esau aoli..l e1i u Sr~l
*~urmvis bu t r u & be
b~iP1~03; Ia d iulW el agm .3. vS

to
Pro ~lllr I.cl quav d
Uw- eI 46~emaU&~ u
A-m Irbe almiLi,
-- Wh --


'e mangez plus ie,
8'il n'estfaitaveo la "Pillsbur,
Best." '
La meilleure farine du mond
Celle qui donne Ie meilleur pa
Qui product Ie plus de pain
Le pain le plus blanc
Le pain le plus l6ger.
Pour tousrenseigneme its
dremser A :
Ernest Castera
repr6sentant de la PILLSBUoT'S WAN
BURN FLOUR MUI CO MUIMAPOU


JULIEN FLORUS
Ancien dt6u de la SO* Compagnis
d'ouvrersm d'Arterir ( Loren )
Se tient A la disposition du pubi
pour tous travaux de roORG, et d'
JUSTAGE, de REPARATION do coflr
forts etc. etc. a de bonnes condition
Rue de la Rdvolution N* 19
Vis-a-vis de la Chambre des Didp


SUCRE TURBINE
Si vous voulez un pur
product de la canne
Sans aucun ingredient chimique
R4clamez le
Sucre de MON-REPO0
don't la superiority a 6td recona
par une M6daille d'Or obtenue
Jamestown (1907 ).
L'Exposition Communale de o
lui a accord la plus haute r6col
pense.
D6p6t G6n6ral :
23, RUE ROUX,'23
( Ancienne RuzBONNG-FOI. )