<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00525
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: January 16, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00525

Full Text

)euxibme Ann6e, No 540


PORT-AU-PRINCE ( rHA )


Samedi, 16 Janvier 1909


Arthur Isidore,


).


Camille N6r6 Numa


ADMINISTRATEUR


QUOTIDIEN


RIDACTEUR EN CHEF


Abonnements: DIRECTEUR-FONDATEUR L NUMRO 5 CNTIMES

PORT-AU-PRINCE s Mos. G. 2.00 Cl6ment Magloire
Txors Mors. a 5.00
DPARTEMENTS UN Mos. < .20 -Les abonnements parent dou et da I$ de chaque
TRors Mois c 6.00 DIRECTION-REDACTION-ADMINISTRATION rois et sont payables d'avance
LTRANGER........ TRolT Mois. 8.00 45, IE 10UX, 45. Losmanuccrits insirs ou non ne serontpsa reafus


REFORMS

L'rre nouvelle qui s'ouvre sur !e
ys, depuis la recon:titutioti di gon-
nement, commander des measures ad
nistratives de nature d diriger le;
rations de chacun vers les grande:
ormes sociales.
I y va de l'intdrdt de nos homes
tat qui ont pour mission de fire
rendre A la R6publique la direction
'elle suivait de 1870 A 1879.
i le present prdoccupe A jus'e titre
r esprit, en ce moment ou se ma-
estent toutes les ambitions, l'a
. q u e s e r a t i l l o r s q u e n o s e n f a n t s
ittant le college ils sont nombreux
aque annde chercheront leur place
soleil.
En l'absence d'une industrie pouvant
tter leur goft, ils s'abattront, nous
m doutons pai, sur le FSCTrioNNA-
.ME qui leur semlble tre l'unique
)yen ie satisfaire les besoins de leur
'stence.
Mais le FONCTIONNARISME n'est pas
ideal pour de jeunes .citoyens, ca-
bles d'aider d la grandeur de leur
s, nous l'avons ,proclame tous qui
irons tant voir Haiti poursuivre son
lution par la liberty et le travail.
us avons f.it plus, nous l'avons con-
ne come un danger incontesta-
poar la stability de la na ion.
"t cependant, apres un sidcle d'in-
>eludnce, it ne reste pas moins l'ob-
if de routes les intelligence vives
I la R4publique. Pourq'oi ? Pare.
Snous avons coastammeit ntglig6
ever no< fils de tell sorte a les en
urner pour leur moutrer de prefd-
ce la voie qui conduit au travail li-
et 6munrateur, assurant A l'hom.
son independance et le respect
viduel. Miis, nous devons avo'ler
plusieurs de nos Chefs d'Etat
inipirds ont essay de' lancer le
dans cette voie oi, sur les deux
ispheres, les nation policies soot
flues prosperes en se civilisant.
uons aussi que, pour y parvenir
at procdd6 au rebuurs des princi-
qu'indiquent la science dducatrice
erne et Part de gouverner les peu-
SIts ont 4oonce des idees qui n'ont


U R E sion du bien A accomplir A bref delai
La r6forme de l'enseignement sera 1,
premiere chose A preconiser et ce n'est
pas une oeuvre r6alisable du jour au
e. dt qiee e superbes utopies, des leur lendemain, nous n'en doutons pas. I
* mise en pratique, parce qu'ils les ont est, en eftet, mat6riellement impoisi
* piisdes dian l'organisation des centres ble de changer de suite (des h'bitudes
, plus avaanes pour les appliquer chez natives persistantes, des coutumes
s nous, sans tenir compete des besoins populaires que le temps semble avoir
actuels de(s populations, des exigences consacries. L'6cole oh I'enfant va d.(-
s du milieu, des mceurs et des costumes velopper son intelligence est bien pla-
SIaitiennes. cd pour lui former le cocur et en mO-
En outre, I'insucces a toujours atteint me temps lui indiquer, en ddtruisant
leur ceuvre parce qn'ils n'ont pas su pdtlt A petit ses dftauts naturels, la
commencer parole commencement. Leur voie A saivre pour dtre utile a la so-
. point de depart ne correspondait pas cited, une fois lance dans le monde.
au but envisage. Et ainsi ils ont faussO Les administrateurs de la Chose Publi-
1'esprit du jeune HaYtien, en faisant que doivent done songer A la reforme
Smiroiter a sos yeux des theories qui ne immediate de l'enseijnernent primairz
peuvent ni rdpondre A ses tend-inces, national, afin que nos jeunes compa-
ni rdsoudre pour la collectivite le pro- triotes de la gndration qiii monte puis-
bl6me dte l'volution morale et mate- sent bdodficier des bienfiits qui en rd-
rielle des masses, par l'atelier, les sulteront II faut qu'ils prAparent ainsi
champs ou le comptoir industrial et le premier noyau de cette riforme et
commercial. que I'llaitien ide domain, frapp4 d'ad-
Un tel systime d'dducalion ne peut miration pour le rdsu'tar ob)tpnu,
done pas 0tre mis en usage, pnisqu'il soit contraint, par 1'. xcelleaice de I'~id-
rno saurait favoriser l'essor de I'indus- vre, a yaller chercher les co,'iiai-s;irn-
trie national, ni non plus acclimatcr le eas necessaires A la pratique dl'une
progr6s qui se 'dveloppe en d'autres profession.
regions du globe. Or, tout est A re- C'est d6s I'h!ure ofl se fAit sa premi&-
prendredepuis la base, en l'an de grace re educ.tioii qu'il taut pr6pirer I'ein-
1909, afin de preparer l'avenir par ure fant A l'.iccompliss'inet t de ses ob'igi-
nouvelle orientation des dtudes sco- tions so,:iales. Or l'on ne saurait negli-
laires. gler de dir igr ses f.icult6s intellectuel-
Trois choses sont alors indispensa-- au moment oih i fait ses eiinlies pri-
b'es pour cela : la volontd de fair et mrires, vr: i .-. k con ti s:uCo.'s specia-
de faire bien ; les moyens d'execution les qui pidparent i l vie industrielle.
faciles et les hommes destines A li_ ._ -
transformation du mode d'enseigutn.-
ment suivi jusqu'ici. Cette transforma- PO LI
tion's'impose et.l'ou ne peut mieux fire ./ 1 A L.
(que le l'entrepren'lre des maintenait --
aver die's ltnces de suceds que pro- a II y en a qui ont de 'a change, dd-
mettent les heureuses dispositions de clarait le marechil Canrob-rt, mais on
celte p6pini6re de jeunes homes avi- peut joliment aider la chance o. Noui ne
des de science, no demandant qu' nierons pas que M* Bredy s'est prdeen'e
s'iistruiro pour etre des citoyens pra- l'urne ave, la conviction certiine de letter,
tiques et utiles. avec l'espoir arreec d'nltever apres' d'&-
La voloint de fire depend des gou- normes efforts le siegd du second d6pute'
vernants ; les moyens d'exteution, le de Port'au-Prince devena vacant par la
pays ,agement administr6 les procure- mort du regre:te Mr Cassagnol.
ia; les hoinmes, les dducateurs cipa- II savait, nous en sommes sArs, que la
bles de se livrer labesogne, se reaeon- lutte aurilt d:6 chiude entire lui et ses
treront d6s le jour o, I'on voudra les concurrents de haute marque que I'on au-
recruter chez nous et ailleurs, ailleurs rait eu A d6ployer une extreme energte
principalement. pour emporter d'assaut la petite rosette
Mais il faudra proc6der mdthodique- bicolore, objet de. ant de convoitises ;
ment,d'une main ferme, sons l'impres- jnais il est bien certain qu'il n'esptrait pas


. voir s'dclipser, comme en un tour de
1 passe, ses redoutables adversaires qu'en-
t touraient cependant tart de sympa
I this et tant d'influences puissantes.
I On est done force de se rapporter 1:
- 'chance et d'admettre qu'elle joue un r6h
s preponddrant dans notre existence, dans h
Sbonheur temporaire qui nous echet perio-
* diquement. II n'y aura peut-etre pas d'a-
mares rancunes entire l'heureux vainqueur
et ceux qui lut ont volontairement aban-
donnd le terrain. It n'y aura pas entire eux
d'animosit6 susceptible de nuire aux intd-
r'ts du pays, et d'isoler des contingeDts
intellectuals n6cessaires.
CAMILLE NLRL NUMA.
I IL_-_ -- --
X:NE


Imiportate circulaire
Du Secretaire d'Etat
de 1'Agriculture
A tx Command auts des Arrondissements
de la Rdpublique
Gendral,
Je vous recommaTde de lire attentive-
meat la circulaire de Mr le President de
la Redub ique et de inditir sur les iddes
qui l'ont conque.
J ai le regret de consta:er que tous les
rapports que vous adressez au Depar-
tement sont d'une mwme formule ;
qu'ils viennent du Nord ou du Sad,
ils sont coules au rnmme moule : tout
va bien, la culture est florissante et les
routes en bon dhat d'entretien. CepenJant, la
mi.,re des populaJions, leurs plaintes du
ranque de voics de communication me
disent le contraire. Vous ne faites que me
tr.nsmettre les rapports de vos Comman-
dants de communes copies sur ceux des
ch-fs de section. De tout cela, personnel
n'a rien vu, ni les lieux, ni les cultures.
Le chagitre VII du code ruaal vous trace
des devoirs imperieux ainsi que le cadre
des rapports qui ne doivent pas etre de
simples actes de courtoisie envers moi ;
Particle 70 enumere les sujets don't is
doivent fire mention. Je consider m6me
que diverse xcirconstances echappdes an
legislateur, p.uvent se presenter a voas.
Entre, autres choses, vous avez dO remar-
quer que l'une des causes du retard de
notre agriculture est le peu de soucis


O
r
r

1
D





que les campagnards accordent A l'instruc-
tion primaire de leurs enfants. Vous de-
vez me dire comment fonctionnent vos
dcoles rurales et le concours particulier
quie vous donnez pour assurer leur fonc-
tionnement regulier.
Q.oique la question soit controversde,
de savoir si les cl6tures sont obligatoires
dans les campagnes, vous tiendrez ferme-
ment la main a les fire construire et en-
treten r obligatoirement come l'a tou-
jours admis mon Dlpariement. La meil-
leure culture est une haie vive, surtout
productive. La nature ve6gtale de la hlie
depend de la region. Mais, dans ce sens,
le campeche vous est tout design come
bois de bon rapport, de mreme que I'ananas
qut peut devcnir un product d'exportation.
Je vous rapptlic que les cultures vivrie-
res sont oblig.aoires A chaque occupant du
petit lopain de terre ( art. 23 C. r. ).
Dans ses tournees, la police rurale est obli-
gee d: donner de; corseils aux agricul-
teurs sur les incilleutes mdthodcs cultu-
rales :par exemple pour le cafkier, <,n-
seill:r le renouvellementdes arbres anciens,
l'alignement, la tailie, le sarclage, la pro-
tection par des arbres d'ombre et d'abri,
I'engraissement de la terre par des pulpes
de cafe et autres d.iritus vdg6taux qu'il
faut enltrrer et nun entasser au pied de
l'arbre, car cette durnicre faion constitute
un rcpaire sir aux insects et aux mala-
dies cryptogainiques. Vous savez, G6ndral,
A quelles calamitcs sont exposes dans le
monde entier, ies populations qui s'adon-
nent A la monoculture, et cependant nom-
breuses sont nos regions agricoles don't
l'vnique plante industrielle est le caf6ier.
Le prix du cafr est depuis longtemps sus-
ceptible de si grants variations, qu'au-
can budget stable ne peut se dresser sur
sa production. Les causes de ces variations
sont la pluparL indtLpeiidan.es de nous. II
semble done qu'il faille conseiiler de va-
rier partout ou c'est possible les cultures
industriclles Faitts prdparer des terres
pour recevoir des plans de cacaoyer et
m'indiquer le nonmbre de plants n6cessai-
Its ;. vos pre'nicis essals.
Le coton est une deiirie de grand ave-
nir, la culture est A consciller partout o6t
la fanille est unic daus le travail, les as-
sociations de main-d'ceuvre bien consti-
tu6cs, parce qu'.lors seulement la cueillet-
t. en est conomiquement tacile.
Le gingembre est tres demanded I'E-
trangcr : sa preparation pour l'exportation
sera indiqude ulterieurement aux agricul-
teurs.
Le Departement de l'Agriculture sc
propose d'organiser des inspections regu
lieres, effectuves, par ses ingenieurs-agro
nomes qni front des conferences ambu
lantes. II mettra A votre d position pour
la vulgarisation de bonnes methodes agri
coles, en dehoss de son Bulletin otficiel
des feuilles de renseigrnments que vou:
distribuerez dans les campagnes.Ces feuil
les r6pondront aussi aux questions que
vous voudrez bien poser au service tech.
nique de ce Dcpartement. J'attire votre at
tention sur la strict execution de la le
sur les animaux cpaves. Les entraves don
on peu les munir ne leur assurent aucune
immunity. Non seulement leurs proprid
taires sont responsible de leurs d6gats
mais j'estime qne la police rurale a pou
devoir de les capturer sur les routes pu
bliques it de les trailer comme s'ils son
pris dans les jardins.
La police rurale doit connaltre le
moyens d'existence de cheque citoyen
L'observance de ce:te loi naturelle chas
sera les sans aveu et les vagabonds san
qu'on ait A -les rcprimer.
Remarquez, General, que je prdvoi
toujours que votre action sur les camp
guards consiatera surtout en conscils. J'j


insisted absolument parce que dans ces
derniers temps, certain commandants mi-
litaires ont cru que c'e6ait donner la se-
curite, que de tracasser et de provoquer
les populations rurales qui mdritent un
meilleur traitement ? la protection des
pouvoirs publics leur a trop souvent
manque.
Vous n'obtiendrez de r6sultat remarqua-
ble, qu'autant que vos auxiliaires, les
commandants de commune et les chefs
de section, vous donnent un concourse ac-
tif et observent strictement les prescrip-
tions de la loi.
Accusez moi receptionn de la prCsente
et recevez, G6ndral, l'expression de ma
haute consideration.
BO:SROND CANAL
Le3 MATIN publiera bientot les autres
circulaires imporlantes.
.. _.. ... .


BOITE AUX LETTRES

Pdtion-Ville, 16 Janvier 1909
Au D recteur du a MATIN )
Monsieur le Directeur,
II a paru hier a l'Imprimerie Edmond
Chenet une brochure rose intitulde a Le
Proces de la Consolidation Commen-
taires et Reflexions a sous la signature de
Monsieur G-ddus GIddon < condjimni h
trois annIes de travauxforcds v par juge-
ment du 25 dedembre ,1904 du Tribunal
criminal de Port-au-Prince.
En attendant que je fasse une rdplique
convenable et documented a cet a auda-
cieux consolidard a en ce qui me con-
cerne personnellement, je vous demand de
lui poser, dans le numdro du a MATIN ,
d'aujourd'hui, par la publication de la
pr6ente. la question suivante :
IMonsieur Gdddus Gid-on, aue.-vous, oui
ou non, recu dans le pa-tage scandaleux
des 270 ooo dollars de tires bleus fraudu-
leu ement Imis pa la Banque national
d'Haiti sons le goulernement du gdnb-al Sam
ceuv portant les uutm!ros 21.187 ii 21.926
( soil ioo litres ) s'dlevant d la sonmne ronde
de 1o.ooo dollars ?
Si non, je suis pret A vous faire des ex-
cuses publhques, a vous dresser une statue
et a metLre mon nom A c6td du votre au
bas de votre brochure.
Si oui, quelle est done l'utilitd de vo-
tre pamphlet, Monsieur, et, ne serait ce
pas I'occasion pour moi de souligner vos
phrases suivantes a mon adresse (pages
25 et 26 de votre pamphlet.)
S . . * * *
< Nos avocats avaient bien d6montr6
< l'ineptie des choses qu'il ( Lilavois )
a disair, mais il voulait ce qu'il voulait.
a Pour lui, ayant conclu que nous 6tions
a des voleurs, des criminals qui avaient
c faith la misre publique, cela devait
t suffire .
Monsieur Gdddon tirant une conclu-
sion qui n'est nullement d'accord avec les
faits accomplis- demand l'amnistie pour
cerrains de ces co-condamnds et par cons6-
quent pour lui-m6me.
L'amnistie est-elle possible dans le cas
qui nous o:cupe ?
Monsieur Gdddon veut-il que le Prdsi-
dent actuel de la Rdpublique qui a appar-
tenu au gouvernement du general Nord
Alexis jusqu'au 19 novembre 1908, veut-
il, dis-je, que le Gdndral Simon donne
son approbation officielle A cette maxime
immorale si choyde de nos voleurspublics,
de nos prdvaricateurs cyniques :
c Voler I'Ltat, n'est pas voler v I
Que Messieurs Edmond Hdraux, Re-
naud Hyppolite, Septimus Marius, Bois-
Srond Canal, Murat Claude et Magny, Mr


Magny surtout r6flhechssent s6rieusement
sur les consequences de la gra-id q iestioa
que vient de rveiller Mr G1d as G d1oail 1I
Veuillez, je vous price, Mansieur le Di-
recteur, agrder 1'expresioa de& m.s benti-
ments distingu6s.
ALEXANDRE LILAVOIS
Ancien Rapporteur de la Commission d'E n-
quite etc.


., ; V. -~
'- -


14' 1N F- C ('C)1.

S Il l N I lE COL t( -~1r;A


VENDREDI 15 JANVIER
Baro.-incre .1 midi

TeunpA-ratur: !


762,3 "M
20, 2


T:. ;*,l,- ', 30, 9
Moyenne diurne de la teinpr-ratur-. 24,5
Ciel un pen nu.geux sculcm nt dans
l'apres-midi. Bonne brise de nmer depuis
I h. Barometre en baisse.
J. C(, :CiRER
Bizoton les .3a.ns
Le bain de bizoton, 1. pl is grand du
quarter enticement tr.nsfrni et entre-
tenu, est ouvert au public tons les jours.
Les families y trouveront to:tcs sortes de
garanties.
Nouveau Journal
Nous avons requ le ler No. de La
Raison journal dditd aux Gonaives, sous
la direction de Mr B. Beaubrun Joseph.
Tous nos souhaits A noire nouveau con-
fr re.
Vol


II est donn6 avis aux biioitiers
6dt vold, hier soir, chlz Madame
M. Thomas, un jeu d'argenterie.
lice recherche les voleurs.
Vcho des Gcn .ives


qu'il a
Veuve
La po-


Dimanche to du courant, ont eu lieu
selon nos Lois, les diections pour la for-
mation du Conseil Communal de cette
ville.-
Les citoyens rdunis, librement ont vot6
et les suffrages ont &dd accords aux ci-
toyens : Florentin Tribier, Ier. Conseiller,
Emm. Thdbaud, C. Pinchinat, A. Moise,
F. Derosier, Anacrdon Limage, Eugene
Ddbrosse. Horace Cilice, V. Phareaux et
Prosper Dupuy.
L'installation de ce Cons-:il a eu lieu
le 13 Janvier apres-midi avec tout le cd-
rdmonial accoutumd.
Chambre de Commerce
Tout est pret. La compagnie ha'tienne
a termind une superb installation pour
l'dclairage de routes les.pieces du magni-
fique appartement occupd par la Chambre
de Commerce.
Nous rappelons que S. E. le Pr6si-
dent d'Haiti est attend a la reception A
7 1/2 heures ; priere aux invites d'etre
ddji la a cette heure.
Ce sera un veritable dvdnement mon-
dain que la f&te de ce soir.
tLes Elections
On a vu dans le Matin d'hier la ddcla-
ration qui nous a dtd apportde au nom de
MM. Joseph Janvier et Carmdieau Antoi-
ne, retirant leur candidature A la ddputa-
tion.
M" Br6dyreste done seul dans l'urue.
On a pu enfin dlire le Prdsident du Bu-


t"Fo1aa9


~ I I


reau definitif : c'est Me Aug. A. Hira
Les elections se poursuivent.
Grand Concert
Dimanche 24 Janvier courant, A 6 hci
res du soir, au Palais National, un gra
concert sera offert A S. E. le. Pr6sid'
d'Haiti et sa famille par le maestro.
pute Duroseau et ses enfants.
Le programme trisvarid assurera,.par
execution parftire, le success de cette
artistique.
Fermetu ae de la mall .
Les ddpe:hes pour New-York et 1'
rope par Ie s/s cc PrinsMaurits a seront
mdes domain 17 courant A 9 heures
praises du martin.
Port-au-Prince le 16 Janvier 19o9
Arpenteurs- Gom6tres
Les Membres du Conseil principal d's
ministration sont convoqus le 18
courant A huit heures du martin.
Louis OssEU \
,Arpenteur- Giomft
Lo P. oces de la Consolidatid
Sous ce tire vient de paraltre A 'Is
primerie Ed. Chenet une brochure de I
G. Gddeon, ancien Secretaire d'Etat
l'Instruction publique.
Dans un avant-propos, l'auteur di
C;:ite brochure, je l'ai 6crite en d
Icuics de sombres r6flexions, en un te
ou mon Ame en peine, replide sur el
mein niimditiit slr la versatilt de na
soc ctc, sur Ics homes et leurs pissiot
Retnr-rciements a M. G4ddon pour l'
voi qu'il nous a tiit de son ouvrage.
Necrologie
ARI~TIDE LAGOJANNIS, ce travailleur ia
nieux, conn-: de la Rdpublique ent
par ses originates rclames et son
des affaires, est morc, A New-York,
suites d'une pneumonia.
Lago, comme on I'appelait family
ment, dtait sympathique a tout le
de. Incapable du mral, il ne connail
que ses occupations et son travail.
sera-t-il universellement regret'e.
Condoldances a sa veuve, cette c
geuse halticnne, si connue et si respe
Dr. Casseus
Nous apprenons avec le plus
plaisir quc notre distingud compatrio
Dr. A. Cassdus vient d'avoir le titre
tachi A la clinique gynecologique do
Facelite de Medecine de Paris.
Compliments a notre ami qui pou
brillamment ses etudes m6dicales.
Arrestations
Des mandates de dUpBt ont 6dt dd
contre MM. Alex. Nelson, Em. D
et Durand qui ont 6te d6pos6s en p
aux ordres de la Iistice.
L ,Ltvic.oa de l'atlaire du 15
se poursuii.
N'mina ion
Sinccies felicitations A notre ami
vil Canal qui vient d'&tre nomm s
chtf de bureau A la DouAne de Por
Pr; :ce.
FianQailles
Nous avons reC- Ie faire-parc des
tullcs de Mel:e JULtE DA.OwNCERAY
MA. OLIs LeGeR.
Compliments.

Tribune du MATI
Les elAments 4Iu'il fau
pcur la Magistrature
Pour appartenir A la magistrate
faut reunir routes les qualitds juridiq
latives a cette branch.
Aprts avoir fourni une p&riode de
ze annres A la carriere du droir, !





praticien devant la justice de paix de la ca-
pitle, par la faculty de l'Ecol- national
de Droit de cette ville, je puis certaine-
ment en avoir une just ide, et savoir ce
qui s'appelle la magistrature ; or il faut
avoir etudi n consciencieusement son droir
et militia dans cette carri6re pour etre nn
on juge, afia de protdger les intersts de
asocine, car il ne suffice pas d'6tre nom-
6 judge pour etre capable de remplir cet-
e function.
Ainsi, il est A remarquer que dans le
:as d'un juge de paix surtout, en prdsen-
ce de deux mandataires, licencies en droit
par exemple, pisqu 'ils n, sont pas mu-
nis d'une commission d'avocat ; ils ne
sont pas assuiettis aux regles de l'organi-
sation judiciaire. ils ne sont pis rev6tus
d'un caractre de d6fenseur public ; ils
peuvent done militer devant cette juridic-
tion. Dans le cas oh ce iuge ne pourrait
passaisir seance tenant la question qui
lui est soumise, quand, en mititre de jus-
ticede paix surtout, oh tout est sommaire,
orsque le cas requiert c6lrite ; voici
n juge qui serait oblige de rendre un ju-
ement prinatur6, quand surtout ses qua-
ites intellectuelles ne lui permettent pas
e saisir A premise vue. Dans ce cas, les
nterts des iusticiables seront ldss; par
Alr,.i- ---..*- -- -; 2- j* ^,


Rouvelles Etrangeres

Derni ras D6p6chos

KONOKRY (Guin.e Franqaise ) iS.- In-
formition a 6te rescue ici que la cannon-
ni~re a Larks, de la douane de la Rdpu-
bliqne de Lib5ria, a canonne un steamer
allemand de la ligne Woerman ; la raison
de cette action n'est pas connue. Un na-
vire de guerre allemand est part de Ca-
meroun pour Libdria.
PARIS Rente : 96.55 .
Le President de la R4pub!ique rendit
aujourd'hui A MM. Brisson et Dubost la
visit que ceux-ci avaient faite a l'occa-
sion de leur reelection.
Hier le S6nat nomma iM M. Cordelet,
Loarties, Monis et Maxime I ecomte, vice-
presidents ; MM. Dufossat de Las-Cases,
Oravin, Vaynat. Cataloene,: Blachier et
Vieu, secr6taires ; MM Thdodore Giraud,
Tillage, Bonnefoy et Sibour, questeurs.
Au d6but de la stance d'aujourd'hui. M.
Dubost prononqa un discours.- Le Sdnat
commenqa ensuite la verification des pou-
voits,


seule etincelle'"6tlit suffisante pour ame-
ner une grande guerre.
RoMs1, 2.- La derniare c&rdmonie de la
beatification de Jeanne d'Arc a eu lieu ce
matin an Vatican, en presence du Pape et
de la CongrTection des Rites du Vatican.
ME-S1NE 12.- Le temnps a de nouveau
d~6 mauvais anjourdi h!i, iee pluie tor-
rentielle 6tant tomb"e' pendantr oute la
journey et ay.nt grandement nui au tra-
vail de stuvetige.
Des secousses de tremblenint de terre
continent a etre ressenties a de courts in-
tervalles, mais tout le monde commence
maintenant A y aire habitu : aussi n'y
a-t-il plus de panique.

CONSTANCE PERSVIVERANCE
Cie des Pompiers Libres
De Port-au P ince


Liste des pompiers qui doivent sui
vre le course d'instruction pendant la
f art n-k rli IN --iv 9.90 rn- nx J ri t-r-


.ulin quent, i s sCeront oUiiges u aU aqLuer sea D nAI AIIO uL a -U 1 v Y
:e jugement par une voie .qnelconque. Hitr la Chambre des d6putis regla son A. BLANC, conseillcr.-- Justin Chery,
Les frais d cctte procedure intempestive ordre du jour. Au S6nar, A la seance d'au- Vallon Julien, Ldonvil "Th6odore, Victor
:oiteront plus que l'enprincipal; voici jourd'hui, Mr Ztvais demand l'urgence Prosper, St Clair Bros. Justin Etienne,
lonc un procs plus ondreux que profita- pour discuter la proposition sur les in- Clement Laurenceau, Rahael Camille,
ale et le rdsultat de l'aeuvre d'un juge in- compatibilitds parlementaires ; l'urgence Perdriel Sylvain, Nestor Michel, Fernand
:ompdtent. C'cst pourquoi il faut avoir fait a 6:6 vote tt le project renvoyd A une Coicou, Ldon Fontaine. Legrand Jeudy,
necessairement des etudes en droit pour commission. Theobald Michel, Justin Const-nt, Justin
tre un ban juge. La Chimbre commenqa ensuite la dis- Camille, Christian Myrthil, Franqois
Au moment ou no.re illustre libirateur, cussion de l'interpellation sur le Maroc. Myrville, Frederic Ch2mpagne, Em. Sal-
e G.n6ral Antoine Simon, President de la M Delafosse a la parole. Igado, pompiers.
6(publiqe. nous donne li plus parfaite En sortant du port de Cherbourg, le Le Commandant, Tou.; LETHIEART
tber d pour siuvegirder la justice de notre sous-marin *Opile heurta son rvant con- ,,..-J ..,^^-- L ..1.
erritoire nous devons aider son gouver- tre le quai nord do bassin Napoleon. Les m ni n P
ement A marcher par des esprits vraiment varies rendront le sous marn indisponi- Compagni P. C. S.
apab'es. ble pendant un mois.
Port-au-Prince. le 16 Janvier 1909. BELLINGHAM( Washington) r2.- Une se- Avis
KARINSR cousse sismique fut ressentie hier soir A Les Int6resc 6 sont avi,6s qu'ils
KARINSKI CASIMIR Bellingham. Port-Townsend, Tacoma et peuvent so prisernt'r, ;t partir de cet-
Paticieu en droit pr la faculty de l'Eco- Everett. Immediatement apres la secousse, te date. an Si6g,3 Sociia de la Com-
e National de Droit de Port-au-Prince. de la tumde s'6'eva au-dessus du month pagnie P. :. S., sis a.; Clamp do
Biker, un volcan e~eint. Mars, No 5 pour tojucher les Intd
PORT-TOWNSED (Washington) 12. 'La rts des obligationi 5 0/0, dui du ter
0uvem nt nsula e secousse sismique a6t6 ressentie dans tout Janvier au 31 D6cenibre !908.
S'Eat et a occasionnd des d6glts matriels. Port-au-Prince, 1l 7 Janvier 1900.
PUKIN 12 Le corps diplomatique a ..
--- energiquement protests centre Faction du *
merCav bureau des communications qui a pris Les "Inttressts soit avis(s quie la
OrerCav6 comp!kte possession du bureau t6legraphi-, mise en rouleaux des ,nitros pour
M. Omir Cavw viqnt d'etre n3mmd que de PdKin qui suivant la convention l'amortissement des ;obigations 5 0,(
ponsul d'mlliti IHambourg. Ancien de 190o, doit ctre gdr6 par des europdens. par tirage au sort, s'ffectuera le mar-
Plid,6 des Finances tant aux Cays, CONSTANTINOPLE 12. Le gouverne- di. 19 -janvit-r couirnt, 10 hleutes
q' 'A JdrimiA pt au Petit-GoAve, il fat ment Turc a accept I'indemnit6 de P. to. 1/2, au Sigel Social d. ia Compagnie
eux foi- d6put6 da people et sigea' oo.oo offrte par 'Autriche-Honsie pour sis an Cihamp de-Mars N 30.
aonstarnmm nt au rang des amis dui I'annexion de la Bosnie et de l'Herzego- Le Conseil i'Admiiistration de la Com-
3ouvoir. C st en some un consor- vine. Le diffdrend entire les deux pays est pame des Chemins de Fer de la Plaine du
ateur. M. Cav6 fut aussi consul d'Hal- done, des a present, considered come Pour le Pr6sident :
.l au HAvre, of il elt de puissantes regl6 et toute menace de guerr- ecartde. Le Vice-Prdsident.
relations de college. Le grand vizir Kiamil-Pacha a recu au- II. STAUDE.
Dr Pdrigord jourd'hui le marquis Pallavicini, ambas- ...... .... -- -
sadeur d'Autriche, et lui a annonc que le S i ., tlertu
M. le D[ drigord qui va occuper conseil des minis res avait accept l'indem- o iercil
t posted d'nague, ou I'a appelf la con- nit6 proposee par son gouvernement. Nous avons l'avanltagr d'aviser le
Lance du Pr-ident Simon surli bl, n' WASHINGT'.N 12.- Dans la stance d'au-, ommnerce quo nous otuvrtos sur
reillanto re:ommandation de M. He-d jourd'hui au Senat, Mr Hopkins a depos6 cette place, A partir do ce jour, une
'aux, est un jeun. bien connu de un project de loi aux terms duquel l'6- mason d'importation sous la raison
Uort-au-Prioce, q-.i sut se faire admi- mission d'obligations pour la construction social :
er, respecter par uoe conduite cor- du Canal de Panama serait autorise jus- F. ADD OR & Co
ecte, une assiduitd aux 6todes qui qu'A concurrence de 5oo millions de Monsieur HuFo Leisier, comme
valureot bien des sympathies. dollars. associ en aura la direction.
bligd de gagner la terre 6trangBre, Les depenses effectuCes jusqu'a ce jour Cap Hsc ien, le laur Javi *r 1909
Dore a lamaheureuse affaire da Maxi s'616vent A 136 millions de dollars, et on Fap Haie, Janvi r C1909
fonplai-ir, il no crut pas devoir s- croit qu'il fandra ddpens-r encore one som- F. ADDOR Co.
corner en Haiti It si flxa d6flnitive- me double pour achever le canal.
sqnt & Inague, oi il met sa science GLASGOW 12 S'adressant aux indus- On demand
adicale a la disposition de tous triels qui occupent un grand nombre d'ou- I e a
eax qui la r6clanment. C'est un tern- vriers, M. Haldame, secrdtaire de la guer- De boas ouvriers taillers adressez
6rameut pon ler6, qu'aucune situa re, a dclar que la condition actuelle des vous Grande Rue N* 14S. Chez Jh St
on n'blouit. affairs internationales Ctait tell qu'une Cloud Mattre Tailleur,


Ligneflollandaise

Le steamer r Prins Maurits a
venant du Sudet de St Marc, est atten-
du ici dimanche matin le 17 courant.
1 repartira le meme jour A midi di-
rectement pour New-York.
Port-au-Prince le 14 Janvier 1909.
GER ACH & Co
AGENTS
110T...... "Wommr t- ---..
Chez App. Cipolin
155 Rue Rdpublicaine en face de Mr
E. Robelin
Conserves fraiches arrives par der-
nier vapeur.
Assortment complete d'huile d'olive
pure, par gallon demi gallon et par
litre.
Vin de Bordeaux : rouge et blanc,
vinaigres, madre.
Grand assortment complete de ii-
queurs.

A vendre
Un buggy Feltch tout attele.
S'adresser au < MATIN *.


Demosth ne RO MULUS
Distilatear-liquoriste, industrial
Dipl6me et m6daille d'argent &
1'Exposition Universelle de
Saint-Louis, ( Etats-Unis
d'Amrrique 19o4)
Announce sesclients tant A Port-au-
Prince que da.ns les autres locali-
tAs, qu'il a transf6r6 sa maison de
commerce sise ci-devant A 1'Avenne
St-Martin, Por.ail S'-Joseuh A la Rue
Republicain-, ou (rand'Rue, halle
No 38, non loin de la Gare du Nord.
^^*,^',r^V~^r-m.- ------- -^^*^mvvW t-- -
A Vendre
Detux buss en boni etat, don't Un
eltrih.
S'adr,'sseraux bureaux du A Matin a
; .... ." l : ---- -- _
On (dlemande
Debons onvriors tai l-urs et un aide-
ccupeur ihabli:,.
Prix :\u;itagvux.
S',] drsse; (Graidtl'ru;', No 195.


I1 I) 195

i 1 iigj >^,r4


.IW


Anrmn" ,o-r'"-* -'a So -riC4 Phila,.
Ihroapiq-.t des ta:ilmfWtrx de Paris
Vie-vt dio ricmimvr un Frand choix d'd.
tcffes dixictt aic, casimnir alpaca, cbevios
ts-,, r'Zievv.lte pour, Ifmfl, etc, Recomman.
do yav*.;i.,utxd'xva'vaut A 81 clientele aun
sc444,,Cul~e4Citv; rdo iasipem de casimfr,
4 gitcti je. fantal'i eot do pique do
Spi~cialiitA c lXstumes do nMo-
cex,-Cnt p- Angabe a

A mdn6fl:~lc de. it dmrnibre Perfection.
La m,%()UL tvouf-.'.-tssnna aussiudes Co&-
~tzgs !~r~~::c ~ habits ~bti brod& s
..-t s h bita Oar.


~iijL~~
~~sr n~~ ~II~d







TANNERIE CONTINENTAL

Port-a u-Prince

CAPACITi7 500) PEUX PAR JOUR


U i_--'0 34 UX 1)EIINGT-QUAT UiE (2`A'C3ULEUR


Vente des chaussures : COr reau-g c, Vorni et cou-
leurs, pour :.ornmues, Dirces er. Enfants.
( BOUTO~rN, ELASTIQUE ET LAC )


et f" ri.


RESTAURANT BELLE

Placoo du Champs-de-Mars
PORT-.AU-P 3RN CE (HAITI)
inme Hermance A LF'RED, directrice
APPARTEMENTS PJioUR FRA-MILLE
DINMRS-X.UN OCHS.
Insitalation mo'tez -r -'onaforiable -- Pue.'tur 'a -.-Tempet-rtir --
douc* St rorwUiarj. 1,,1 7 'vdiwaw d4'.s -~yt)'- i-iU''v' ...*'x 7 Minuies
POPR:)h7Tii.T S~ ; '' ';E., S t)UJVRAAl i.. ~'ETJ RUEr~S ~~~:
PROMENA.~~,D E: -- JAF~~.IX)DNS~*(
Salle ai reaptpion..- -," 'a t-m *o' .
Sonnerios


Table W+"


GRAND PRIX


Rhum Barbancourt
M6dailles d'or, Mention honorable, Membre du Jury, Grand
prix, Hors concours dans toutes les Expositions depuis
1881 jusqu'a 1907. ( Ancien et Nouveau Continents)
Madame Veuve BARBANCOURT, seule d6posi-
taire de la marque Rhum Barbancourt et seule propri6-
taire des formules qui ont fait obtenir au Rhum Barban-
court les madailles d'or de totes les Expositions, a pris la suite
les affaires de feu son mari, et se tient A la m6me halle, sise 7, Rue
des C6sars, a la disposition de sa nombreuse clientele,
don't les commander seront ex6cut6es avec le m6me soin que par
le pass.


Mr Joseph Sasson
Marchand-Tailleur
rAvise sa grande C(ientlle qu'il vienji
de s'installer Rue des Miracles No '12
en face delaPl;ice Geffrard,il leur an-
nonce aussi qu'il vient oe recevoir un
.grand assortitnent de Casimir, Dia-
gonal, cheviotte, marchandises fran-
gaises derni6res modes.
PRIX OD ERES
-..
TibBre Zephirin Bell
Fabricant de chaussurem
Rue Tiremasse, facade Nord de
la Place de la Croix-des-Bossales.
SPCCIALITI:
PANTOUFLES M TLES


S._VF
:. - CGHAUS :x3ss (N D P6T,POUR LA VENTE
'PrLotptit.udl et boin aux comman-
des taut ici qu'tn province.
GCaussures do Dame forme et tra-
vail toujours tout ce qu'il y a de plus
noivteaikx.
Forces an6rncaine et franQaise pqur
Messiewts ; AlEgaLntes et commodes.
Pour los enfants le plusA l'aise.
Travail slide exdcute aveo
As pr C. d i, prnai re marquee.
Assuranceu dea rand rabais.
Pate., CiraZ U s ^ Liquide Xl


PREPARATIGI


En gros


pcour p'or twNde I R.publiqne


A. de Matt6is & Co
Maison fondue en 1888.


Derniers articles roeis
Parfumeria Houbigant; Ro-
yal Houbigant; Fougere Royal; Par-
fum Ideal; Savbn, Poudre ; etc. etc.
Coffrets de parfunerie tres 6legants.
Parfurn renommn 6Asiris ; Lotion, Tri-
copherous.
Lampes, Fouets et Chamois
pour buggy et buss.
Argenterie de luxe, Bibelots,
Moustiquaires, Brosses, Pipes, Fumes-
cigarettes, Cravates, Maroquinerie de
toutes qualit6s.
La Maison a toujours un grand as-
sortiment de Bijouterie, d'Argenterie,
de Diamant, A la disposition du public
en g6ndral et A la port6e de toutes
les bourses.
Ateliers d'HIorlogerie et de
Bijouterie : Gravures, Confection
sur command.
Achat de vieil or et vied argent,-
diamant et pierres prdcieures h des prix
avantageux.
ACHAT D'ACAILLES DE CARE
Prix exceptionrnel

M7 C. L. Verret
Tailleur-Marcrhand
Donne avis A sa bienveillante clien-
tele quo sa maison No 7, Rue Traver-
sibre est toujours bien pourvue d'une
varite6 d'6toffes de la haute nou-
veaut6 parisienne.
QUALITY SUPIRIEURE. COUPE LEGANTE
TRAVAIL SOIGNE. EXECUTION PROMPTE-
Prix trAs rdduits I

Cordonneri e Nouvelle

B. PE 0k
i.3, ^ GRAN'D'FRU, 143
PORT'-AU-PRINCE
C.iAUSSURES EN TOUS GENRIS
AHT DB?)T, POUR LA VISNTI
SN GROS AT DETAIL.
.Ex-:cution prompted des
commander, tant ici qu'en
Province.
Formes .1 homes ; 61lgantes et ra-
tionnelles.
Chaussures de dames ( DerniAre mo-
de de Paris ) et le plus commode :
chaussares pour enfants confection-
ndes avoc dos Peaux de routes nuances
d'une s '-,cticn ,t dir ble : ;-; "'. avautt. ar..
vSrag.'2s pates o' .C ~ i*
PPon SW S ..
,,p. ; -_" t rl *11 M ,,t = w y ..
Francisco DESUSE
Fabricant dechaussures
La Manufacture a toujours en d6p6t
un grand stock, pour la vente en
gros ot on detail, de chaussures en
tons genres pour
HOMMES, FEMMES, ENFANTS
Los commander des commercauts
de l'interieur pour:ont 6tre executess
dans une semaine A peu pres.
23, Rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PRINCE ( AUITI)


J

Gudrison de M. MOREAUi
atteint de tuberculose pulmonasre
PAn L'ELIXIR DUPEYROUX
M. Marius MOII:AU, que repr senate la photos
vure ci-contre, (ct i- en ik j Courbevoie et habit
chez ses parent s aM arcil-Marly (Seine-et-Olse). Depu
neifrmols iltousud
.. .beaucoup et rachl
':. '.,,.abo ndamment.
S avail malgri de oI
," v.re.s, trans. lralt
.:*.. >g,.Y > nutll, a ait 9r f.,t
jour1 et nuit, ne Vo*
v at plus dornalkd
S. 'etait Irts fatlffu.
..S maladle l'avalt
Sge interrompre
etudes. 3S mere
mena A ma CO
'< tatlonvers 1 I SJ
... let 19o. Je lul
val une lesontU
:::. Iculeuse du I
occupant It=ot
superieure du poruon gauche. Six mois de t r
meant a base d'ELJXIR DUPEYROUX 'ont eomP~
tement et radicalement guCrl. Aujourd'hul U a
gralss de a1 klloga et sea parents m'ont pe _is
publier son cas dans le but d'etre utile a
semblables. D, DUPEYROUX, a
5, Square de Messine, Pr.l
P.-S, L'Elixir Dupeyroux est k bas de crtoeo Webl
atre, lode, lnln et glycArophosphate doe chaux. II alt a
Toquant la formation d'antltoxnes tuberculeuses das Ie
sanCula. Le facon d'EllxIr Duperouxz, tour de la idabo
taltement do Ia tubercuto m plo Wt D te
so = aVt esat ohm Als wo Q. pk A w A


-


Pour Homines et
Mle LEONIDE SOLAGES,
Forts.
Accourez tous 11!


pour Dames,
22, Rue des Fr


Tvs I Al W i-: i ,.**-*


HORS CONCOURS


Ne mangez plus de pain
S'il n'estfaitavec la "Pillsbury'
Best."
La meilleure farine du monde
Celle qui donne le meilleur. pai"
Qui product le plus de pain
Le pain le plus blanc
Le pain le plus 16ger.
Pour tousrenseignements.s'al
dresser :
Ernest Castera
reprdsentant de la PILLSBURY'S WASIA
BURN FLOUR MILS Co MINNEAPOUI
MILS

JUT.T'jN FLORUS
Ancien dl4ve de la 26* Compagnie
d'ouvriers d'Artillerie( Lorient)
Se tient A la disposition du public
pour tous travaux de FORGE, et d'A.
JUSTAGE, de REPARATION de coffre,
forts etc. etc. A de bonnes conditions.
Rue de la Rdvolution N 19
YVi -,-,is de la Chambre des DopuiM


SUCRE ?LB'IN
Si vous voulez un pur
produit de la canne
Sans aucun ingredient chimique
R6clamez le
Sucre de MON-REPOS
don't la supdrioritd a 6t6 reconn
par une Medaille d'Or obtenue
Jamestown (1907).
L'Expositiori Communale de 1
lui a accord la plus haute r6co
peitse.
D6p6t G6dnral :
23, RUE-ROUX, 23
(Ancienno RUEBONNE-FOI. )
Tafia 20 o/o Alcool 900

Panamas!...