<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00518
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: January 8, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00518

Full Text

Deuxime Arnnde, No 533


PORT-AU-PRINCE (HAiTI)


Vendredi, A Janvier 1909


Arthur Isidore,

ADMINISTRATEUR VQUOTID EN


0


Camille N6r6 Numa


IREDACTEUR EN


CHEF


Abonnements:


pORT-AU-PRINCE

D19PARTEMENTS

MATRNGER ........


U Mois. .
TxOIs Mois.
Uw Mois.
TRors Mois
T:o:: MMos.


.G. 200
. ( 5.00
. < .20
. 6.00
. 8.00


DIREC TE UR-F"ONDATE UI
C16ment lvlagloire

DIRECTION-1V 'ACT! UT-ADMl1T!i
1 45-~ 4S-


I
%T "


N I O r' 5Ter et lM S


J ji : payabW,. t .x
';,r r j0i:i % rt irj CU n'on o.e B" rool pta raw41s,


+mn ..~A 2 t X V.-.rr~~.-ZC -*~cac -LZY'f?.(f"` ~ 'jl.r't.;~..FrCi-~ e' .T --C- -.~-* T-


s1 vli nrt m l in : :< i T u T. < p r-antic, la s Ict rit6 et les plaisirs du
Sc ; lnls )01 i, : ,, 1 : ,.n. 'de qui nous furent si longtemps ravis.
La graill Cle 4 a 1 teplbli qilelefut
_U ce voyous'otv-oi[-l' .. ,' i a;r .t., "onbrtuse. ell.; le fur, ctre assistancee
d, flllrit ) c.':;r r. t :;. .oi,..im1). Plu- ..o-nda1ine qui s'abvidonnait joyeusement,
...- *i' (;.:s i).s'o u,|ll>x |'u" i", t-n, is r n deliors de tous soucis, A l'enivrement
i.elles d ns t I-s ri- rs ltl Pol t IuI IPrinc, ,!cs enriin ,ntcs v.ises et qui s'oubliait
DEPUT E ET SENATEUR (lu'01 all b ;! Ii,,il ,c d rcpr.-'-n- -l'ns la contemplation de c qui es actuel-
tanis de quclt.!;lu 'oin ln obcurt'. lcment par !.t transformation de notre vie
et oloign'1-.. t d'.> heures joycuscs que nous promet
Nous avons parld derniereaent. 1 priv.e et ind4peandante, qui n'ont Ppas Par la forice.- mniz: tcl:; cioe-zs. ee .'enir.
la gratuity de certaines functions .,- besoin d( i'Elat pour vivre qui al- i)pr(-t-nteroIt aior-< iuir Lnbor Its Mr le Prdsid-rnt de la Rdpublique est
bliques, et la chose a d pl)ar-itrue inentce~t, au contraire, les r -ss;our- v:des, les cl-, f.s d *iomnii .; cqii out r: qu, par les membres du Cercle, avec dis-
assez strange aix yeux du lectei ces publiques par leurs entr. ir':st-; assez do eoir :e cf, c i dpOrir sous sa tiction et jol.- It -tait accompagne de
haitien, pour lequel le fonctionnriis- privee-s et qui, ians ces condii:iois, '.ixe tnortnm d me est un mdtier et come tel doit Sonit mieux places aue personae chefs d'usinr' q(ui _- lni s.:-t d-- voir C(_cstina Simon, Mmne Ducoudray, Mme
pouvoir assurer, meme tout soul, pour surveiller et contr6ler les admi-; lac cA r,, :i; re : ii ; i, t'r, aux mnon- Antonio et d'autrcs membres de la fmmille.
'existence du titulaire. nliztrations Ipubliques. !ins, fauie d, b (s, ;!!;: pi; r I,- .x- MI c Vdndzilia S mon et M'ne U. Simon,
Nous pratiquons A son degtd su- Avec c.-cttr conception nouvc!le ;t ces dit service lili-mre i (qli' plr ia p: ) est Monsieur Eg4ene de Lespinasse,
perlatif la w politique alimentairte rationnl!'edes affairs sociale-, d! de- res-e nattrw,;:, e: i tnaij; ,(;e 'l dii- ;c beau diseur si bien connu de Port-au-
c'est-A-dire la politique-moven-d'exik- vient facile d'admeltre la gratuitol, 0dt cip'in, d( s c:ultiv:! *irs.-, les or- l, sincee qui cut A dresser les felicitations
tence. certaines hautes functions, on t~l iner cat. quti vwoier ,ve -ol-ur chli- du Ccrcle au Prdsident en un discourse,
Nous avons deji fait ressortir It desqueiles il convient de placer cIlksl qiuo go vI' r.efmenut Ln.mn .iter sans exCssivment biLn dit. L'agrdable remar-
faussetd d'une tell conception don't de d6put6 et de sd::ateur. -.esar. 1i. dri ..i d'i;a i.irtitio!:, ,.t q::ea fire detout ccla, c'cst q'-uele gouver-
les suites les plus dvidentes sont : la Sent-on les advantages d'une tt'llto p.rfuis u:-i sans r':'.-.-i', -- ot Ion- ncmient actual a la symparlue de tout le
course aux fonetions, le ddeourne rdforme ? Enumdrons-les en deoux 'in le; indusrti.t!s fu(; l.' prohibition iror.de et inspire confiance. On sent que
ment des esprits des functions acti- mots. nrio piro,;ae pa- et .1ni s.,nt, -'V oura- I'on peut co;p er sur des jours meilleurs,
ves de I'agriculture, de l'industrie et C'est d'abord la plus grande possi- gts par la :concur rtrice :a;ngire ac- i t quel'onauraoins d'ennuis dans l'exis-
du commerce, l'animositd des mer- bilit6 de la fameuse libert6e lectorale .cru( par l les tf vou;s ic :r: j:cnce quotidicnne. Pendant que 1'on est
bres du corps social les uns contre tant rclam6e. i Sans doute, les trai: ts do bul- cntiremernt lvrd au tourbillonnement des
les autres,- les anciens fonctionnai- L'ardente competition et le carac- ietins, voyVan la cue<' dipiral!e, u :-::!ses, now.re carnet en main, nous notions
res luttant pour reprendre pied, les there corrupteur de nos consultation- s d6targront pl-;l i 's t v..r- on- les personnagts:
nouveaux luttant pour d6fendre leur nationals, viennent, en effect, do c' flun ,es < 0 Ois re:i,.. nt ito : -oi-.-ept S. E. le PresidLnt Antoine Simon, A sa
situation, et les candidates luttant pour que les candi:lats-d6put6s, courait bir naiA naitn l*. tati i t ,-s a ,s .. drioite Mr Cartcron, Ministre de France, A
leur part de place, les exig:nc.s apres un gagne-pain appr,'ciable, M-i. tis e!o'it 0 t!'nlI. .:t d-s g: ieche, Frdddtrc Elie, Ed. Hdraux, mi-
de tous entlant progressivement le sont enclins a accepted les pilvtes (lectiurs co te \vo.s t ii i, q(:; la mnstre des Financcs, Renaud Hyppolite,
budget de I'Etat, et celui-ci ployant moyens qui leur sont sugge rs: si hidur de.-, lutts ;.-::iell-s <-.:aree do ministre de l'Int'ricur, Murat Claude, mi-
enfin jusqu'a se briser sous ctse char- c'est le ;'ouvoir qui distribue les sio- I'uri.-e, mai- qui y coIrrNi,:: qn'un n.stre dts Relations Extrieures, Septimus
ges excessive et ayant torcdment re- ges de ddput6s, ils rivaliscront dI devoir sci I l)ic lii i .-at; d*nnaNi- Marius, min store de la Guerre, Magny,
course aux pires expedients financiers ddmarches et de courbettes ; oi cfre !C ecyre p-iri i< ,ar pa'ri.)iis- iiinis.ie de la Justice, Marcelin Jocelin,
pour continue tant bien que mal h cite des candidates qui, en e..s terinlp min. S,:crdraire 1u consell des Secrdtaires d'Etat,
trainer une vie languissante. derniers, ont offert ou donned de l'ar- AL'c;:TE MA:\I.()II'E. l)r Fdmond Sylvain, Pauleus Sanon, an-
N'est-ce pas la notre situation ton- gent aux favors de la preside 'c ; ,... c;~ii m'nis:re des Relations Extdr.eures,
te nue et tous les esprits s6rieux, si, au contraire et par hazard, Io Pou- :i .li. Nis, ninistre des Etats-Unis et Mme
meme ceux qui profitent personn&.- voir laisse fire, ils se retour.rnt dui T an .1.FFrni ssA.irn, AFirtun,1. de Lespinasse, Ed.
element de cet 6tat de choses, ne sen- c6td des dlecteurs, vont les recruiter I Lespinasse, G. de L espinasse, L. J. Nicolas
tent-ils pas qu6 cela ne peut pas con- dans routes its cavernes de D clas- UJl N. Neorune, Tppenhauer, ing nieur,
tinuer? ses et font du champ de bataill- diec- dJp, tiL Ernst Ewald, Georges Gentil,
Or, le remede le plus evident A ce toral une ar!ne que nous nous dis- PRESIDENT DE LA RiBO:.IQUE Victor Gen:il, Daniet Luders, H. Peters,
mat gangrdneux, c'est de d6truire pensons de qualifier. ,steau ranJ b. du C:rcle mile Peters, Eugne Poule, Mr et Mme
chez nous la conception de la poli- Or, pourquoi tout cela ? Unique- Dr Audain, Mr et Mile Durosier, Antoine
tique alimentaire v ; c'est de faire ad- mentparce quela function rapport ft de Port au-Prince Laforest, FIdmy Sdjournd, Dr Dominique
mettre que la politique et le fonction- que tous ceux qui doivent contrib uer -- Mr et M e Gerlach, Mr et Mme Dr Borno,
-narisme, quand on les pratique A ti Ala fair occuper candidates, favo- Le Cercle de Port-au-Pri::-. a b-illim- Mr ct Mme Philipps Simmonds, Mr et
tre de m6tier, sont pour une society ris, dlecteurs besogneux- che chent ment r u .n'rrcredi le G6drral Antoine Mme Ed Roumain, Henry Roberts, Alex.
les poisons les plus stirs et les plus A qui mieux mieux A en tirer tout ce Simon. Le bal don'.6 nr I'ho;'i, ur du Pr&- Rub.rts, D-nnery Dijoie, Louis Ducoste,
Violent ; qus notre politique et nos qu ils peuvent. s;dcnt a u tout le succas rivd. C'erst l'ditr Mr et Mme Charles Rouzier, Georges
fonctions publiques doivent dcheoir Que le spectacle deviant autre si de Port au-Prince qui le -aL ait, A son Sylvain, Hlnwke, Solon Mdnos, Constan;
centree les mains des individus dejA nons supposons la function gratuite I tour, etiqi r,,. m festair c. j;,ie,siconfiance vieux, d6put Pierre Paul, Ch. Dupuy,
rendus dminents par leur situation Immddiatement la concurrence de- dans un changement e de costs ramenant W. Bellegarde, Mr et Mme Etienne Ma.


I I -


~ CL-~ZI~O r r I ICI- -b~L-~IIC~Z~EI I;Il~Jt ICl lm -mmcIUvl= X- SMLI or


(-
a
i. ,
I,ir


"
, r :/J~
~,t~r'O~ .,~





thon, Mr et Mme Clement' Roy, Mr et
Mme Thdligny Mathon, Mr et Mme Ch.
Gauthier, Mr et Mme LUon Mathon,
Monsieur et Madame Constant Fouchard,
Monsieur et Madame Antonio Brutus,
Mac-Guffie, Mile Denis, ll!e Baubsan, Mad.
Archer, Vve Caniche, Mile Laforestrie,
Mr et Mme Santallier, Mr et Mine Cha-
poteau, Mr et Mme Kavanaght; Mine Eug
Lespinasse, Mine et Mile Corvington, Mr
et Mme Albert Horelle, Mr et Mme Hall,
Mine et Mile Roche, N'r et Mme Berto-
ni, Mr et Mme Catina Fouchird, Mile
Bastien, Miles Desert, Mr et Mme Emile
Prezeau, Mme Ferrer. Mile Lucie Coles
Georgettes Coles, Mile Ch-riez, Mile Ma-
ria Robibou, Mr et Mme Adolphe Sam-
bonr, Mile rThI'-sr VI.uC. Mile A'tala de
Prad ne, Ml'e LUgiiime, Mme et Mile Car-
teron, Mr et lm- Angiboux, Mr et Mme
Gu6rin fils, Mime L J. Nicolas, Mr et
Mme Andr6 Faubert, Miles Barreau, Mme
Lirreur, Mil, Anna Ribout, MIle Desro-
che, Mme Ldlio Borno, Mile Amelie Ri
vi&re, Mlne Ldonce Ploux, Mr et Mme
Pascal E'ie, Mm-n Daniel Luders, Mile Lar-
rcur, Dr Armand, Dr Dominique, Rcmy
Bastien, Hludicourt, S&nateurs Baussan,Ca-
mille St-Remy, S:-Fort Colin, Antoinier
Simon, Granville, U. Duvivier, F. Le-
corps, Dorct, Laferriere Ducas Pierre-Louis,
Robert Kessler, Paul Gourl.t, Emile Elie,
John Cook, Clavier, Koe'er, Champana
C'dment Magloire, St6nio Vincent, La-
mothe, Mrs Mangones, Ju:es Laville, Fur-
busch, Staude. Blot, Ddlinois, Roche, Ca-
mille Nerd Nima, Polynice, C. Tous-
saint, Louis Prophete, Abel Rameau,
Langswhartz, Estmve, Em. Ethdart, Dr Ri-
cot, Doran, Candelon Rigaud, Gaetjens,
Camille Leon, Camille Lerebours, Etien-
ne fils. Me Ernest Antoine, Georges Baus-
san, R. et E. Baussan. etc., etc.
Nous sommes certain qu'il y a des
omissions, mais nous sommes aussi stcrs
que 1'on ne nous en gardera pas rigueur.
Come la pluie venait de cesser, le Pre-
sident de la IRdpubliqne prend cong6 de
ses aimablcs h6tcs. I1 etait alors dix
heures moins un quart. Madame Antoine
Simon, Mile Cdlesrina sa fille et les autres
membres de la fitnlle du Pr6sident res-
tent toujours 1 la disposition du Cercle.
Le Souper
On est toujours entraind par les valses
qui se succedent sans fin, tant6t par la
Musique du Palais, tant6c par celle d'As-
tr6. Pendant qu'on dansaui. perdament
Mr Eugne de Lespinasse va offrir le bras
a Mine Simon qu'il conduit au second
6tage oI le souper est servi. Plusieuts ta
bles sont somptueusement dresses et oc-
cupees par des personnages de marque. A
l'une d'elles, nous remarquons:
Mme Antoine Simon, ayant a sa droite
Mr Cartercn, Ministre de France, A s;
auche Paul Santallier, directeur de :l
anque, Mme Carteron A droite de M
Paul Santallier, George; de Lespinasse,- Mm
Vve Ducoudray, Mile Carteron, Eug. de
Lespinasse, Mile Cdlestina Simon, Mm
Antoine Brutus, Mile V. Simon, Mmi
U Simon. Pendant le souper la musique
du Palais exdcutait quelques morceaux de
son repertoire.
Une heure apres le souper, Mme Simot
s'est retire, laissant sa fille, Mme Vve
Ducoudray et les autres membres de la fa
mille qui sont rests tres tard A jouir di
charge de cette soir6e.
Le bal du Cercle a eu tout son succrs
le meme cachet de distinction dont son
marquees toutes ses f:cs.
Mr le Prdsident de ia Rdpublique n'
pas pu s'emp.cher de manifester sa joie er
presence de tant de sympathie franche ei
d'affectueuses affections qui s'en vont verse
sa famille.


On s'est s6par6 content, heureux en se en pareille matiere, je ne pourrai croire 6
donnant rendez-vous pour le 16 du cou- qu'en presence de preuves mnanifestes, irr-
rant A la Chambre du Commerce ou l'on fragables qui, je l'avoue, ne m'ont point
dansera en l'honneur du President de la dte fournies centre vous, comme je les ai
Rpublique que l'on y recevra. obtenues centre d'autres.
S,---- ..... VoilA, mon cher Ldon, la rdponse que
Tribune du IAI N ,, h loyalement je peux faire a votre lettre.
Tribune dATIN Recevez mes salutations distingudes.
SP. F. FRLDERIQ.UE
Port-au-Prince, le 8 Janvier 1909. .
Monsieur Cldment Magloire, Port-au-Prince, le 7 Janvier 1909
Directeur du atn Monsieur P. F. Frd6drique
Mr le D:recteur, En V
En Ville
Je vous prie de bien vouloir insurer, au \
tCatin de ce jour, la correspondence sui- Monsieur,
vante echangde entire le Directeur de 'Im- Ce n'est pas sans un 4tonnement
partial, Mr P. Freddrique et moi. bien grand, que j'dpiouverai jusqu'aux
Je la soumets sans commentaires, A I'ap- restes de mes jours, que j'ai lu dans le
prdciation publique. No 4, de votrejournal c L'Impar'ial *,
Agrecz, Mr le Directeur avec mes re- paru hier, 6 du courant, mon nom
merciements, mes salutations distingudes. parmi ceux de la listed des bourreaux
CAMILLE LioN du 15 Mars de 1'annre ddrniire.
Diputd des Cayes Je vous dirai, Monsieur, qie j'ai un
t d nom de famille que je me suis toujours
i* 6vertu4 A respect-tr et A fa.ire recpectr
Port-au-Prince, le 7 janvier 1909. en ddpit de tout, et que jo dois trans-
M 7 0. mettre A ma post4aiti, tel quo je j'ai
M. P. F Freddrique relu
Directeur de l'lmpartial D'abori, je IIe. m'appelle pa- : Mini-
Monsieurs le Directeur, prIville Memor. ,nais biPn : Lim,r,i-
ville Memnonr ; puis, je veux bien
J'ai eu hier soir a vous exprimer ma croire qu'en nim portent dan, ctllo lis-
grande surprise de vous voir citer mon te enum6rative vous avez tc6 mal in-
nom au No de < l'Impartial a du 6 janvier formed, et que les explications que je
dans votre liste de < bourreaux a des vais avoir I'avanta. de vous fournir.
victims du i5 mars dernier et je vous ai seont de Inature ,r modilier la ina;inv.i-
fait, A cet dgard, une formelle protestation se opinion que vou- pour iez avoir die
centre une telle accusation. Je vous ai moi et A fire rayer mon niom de ce
demand en meme temps puisque le cadre lugubre et n6faste:
quatrilme paragraphe de votre article J'ai perdu, le 10 Mars, ma fille Ger-
m'en accordait le droit- si j'etais de ceux maine don't l'inhurnaition a eu lieu le
a don't la culpabitd est incontestable et 11 dans l'aprbs-midi. Mes regrett-s
sur le compete desquels votre conviction amis Horace et Massillon Coicou n'a
est faite. ) Vous m'avez rdpondu que vo- vaient point manqu6 d'honorer ma fa-
tre loyaute vous commandant de m'a- mille, qui.pour la premiere fois, payait
vouer que vous aviez des doutes pour un tribute A la nature, de leur visit de
ce qui me concernait et que je me condoleances. Cette malheureuse tra-
trouvais dans la categories de ceux a qui gddie don't ils furent les princilpaes
Ss'applique le deuxieme alinda de ce para- victims, m'etait donctoiit A fait etrai,-
Sgraphe. > g6re, car d'ordinaire, jo me reveille A
N'cst-ce point le cas de demander a vo- six heures du martin. Ce jour, diman-
tre A impartiality a une rectification suffi- che, j'dtais assis, comme de coutume,
samment justifide par les declarations ca- sous nia galerie interieure, et tandis
:zgoriques que vous m'avez faites. qu'on me servait le cafe, j'entendis des
S En attendant votre rdponse, recevez Mr cris de femmes qui traversaient le
le Directeur, mes salutations distinguees. Champ de Mais. Je parus a ma bar-
t CAMILLE LtEO. ri6re, non par curiosity, mais par pur
S'Diputd des Cayes sentiment de sensibility, tant ces cris
Sds Cam'arrachaient profond6ment le ecour,
Seet que vis-je ? des dames, des jeunes
S Port-au-Prince, le 7 janvier 1909 filles dplor6es qui s'en allaient du cte6
Monsieur Camille Ldon du pont du Bois de Chine. Renseign6
En vlle sur les douleurs poignantes de ces fem-
Cher Monsieurll mes affolkes, je me rendis, en toute hd-
a Cher on te au Palais afin d'avoir plus amples
a En rdponse a votre leztre de ce jour, ddifications, et c'est la, Monsieur, cro-
je vous confirm ma declaration que je ycz-moi sincerement, que j'ai commen-
Svous ai ftite dans les terms rappeles par ce a mdpriser certain de mres sembla-
e votre dite lettre. bles.
e Et j'ajoute, que bien que que votre.nom Dans ma vie publique et privde, j'ai
eait et cit6 come ayant pris part A cet toujours evitd l'epithete outrageante de
e 6vdnement du r5 mars, j'ai obtenu, d'au- brigani, j'en appelle a ceux qui ont
e re part, au course de mon enqukte, des 6e ti.i.oins de mon enfance, et qui
informations qui expliquent que Emile ne m'ont jamais marchande leurs con-
Williams, Marcelin et vous, sortiez quel- soils : cc qui m'.i peimis de marcher
e que fois le soir avec le ministry Marcelin, droit mon chemin. Je me suis toujours
Spour aller au palais ou faire la patrouille respect, malgrd les affronts don't j'ai
Sen ville. ete plus d'une fois abrouv6 durant le
Cette circonstance me fait supposed que sexennat du Gdndral Nord, et je les
vous auriez bien pu etre ce soir la, dans subissais, ,avez-vous pourquoi ? c'est
, I'escorte du ministry, sans pourtant que ue le plus faible, comme l'on dit,
t vous ayez pris une part quelconque aux doit etre le plus malin. Mon entrde
massacres du 15 mars. | libie au Palais 6tait purement futile,
a Mainrenant laissez-moi vous dire que car le public 6tait plus informed que
i mon opinion personnelle est que vous moi des iaits qui se deroulaient dans
t n'ave. pas pris une part active a ces saturna- le cabinet intime du President, et tou-
s les. Il y a des gens tels que vous et La- ours c'est par l'opinion publique que
lean, par example, A la culpabitd desquels, j'dtais renseignd, malgr6 ma persona


grata. Est-ce strange ?... Eh bien I
souvnit il arrivait quo je n'y figurais
pas avec le Prdsident,mais bien avoc sa
remme de i'egrettee m6moire qui tenait
beaucoup A ina famille, qui s'y intdres-
-ait en un mot, et vous pouvez appe-
ler en tdmoignage vos amis du Nord,
actuellement a la Capitale.
Je m'attendais bi n a Wtre noirci un
jour pa;r mes contempteurs politiques,
car commel'a bien dit I'honorable Mon-
sieur Louis Joseph Janvier, dans c Les
allaires d'llaiti a : a En politique sur-
tout, la calomnio est un bapteme, une
consecration u. Or, cette fausse accu-
sation 'est qu'uue manifestation dvi-
dente des responsables qui ire repro-
client amerement de ne les avoir point
suivis sur la route de l'exil ou cherchd
asiledans une ldgation quelconque:mais
fort de ma cono.:encp, je ne faillirai
pas dev.-t unep cornluite qui a 6te res-
pectuepise et irrdprochable. Mainte-
nant, que ceux do:t les noms sont
4numirds dans votre journal come
boirre.aux. oti meme ceux qui ont 6td
mirar.ulensement dcharnpes aux satur.
nals; du 15 Mars tdmoignent m'avoir
vi hours de chez moi ,lurant cette nuit
pa, tropl mdmoral)le pour le Pays I
Ma dtfonze a ponr but d'6ter un
opprobe lletri.; at, une tiche indele-
bil. r sn' ,n, no-m (1qe1 j .ni ire'g immacu-
16 Mt de If lanvr levant la posterit6.
Telle est,Monsieii'.lt raioon positive
qui me uorte, vousadtresser la pr6sente
; I:qiielle vous serez assez obligeant de
(,foer publicity dans le plus pro-
chairn nurnmro de votre journal.
Recevez, Monsieur, moss salutations.
L. MEMNON atne,
Notaire
Dlputd au Co-ps Ldgislatif
... --.--- ..- A
BOITE AUX LETTRES

Port-au-P.:ince, le 7 Janvier 1909
A Messieurs Chdraquit & Co
Directeurs du Nouvelliste
Messieurs les Dirccteurs,
Jt manquerais A mon devoir le plus dd-
fini si, en I'absence de M. St4phen Archer,
je ,: protes'ais centre son nom cite par
le j )urnal I'Inmartial au nombre de ceux
ui ont pu avoir pris une part quelconque
ans les exdcutons sommaires de la nuit
du 15 Mars 1908.
Notre confrtre, longremps absent da
pays, a pu s'en laisser imposer par des,
voix intd:ess6es cue d'ailleurs il declare
lui-mn.nc tenir pour suspects.
Mais combicn mains excusables sont
d'autres journ.listes qui,- n'ayant jamais
laisse Port-au-Prince ct sachant plus o1
moins combien de teiles insinuations doi-
vent etre accepides avec reserve, lorsque
surtout elles concernent des Port-au-Prin-
ciens notables qui out pu arriver A l'age
mCir sans .voir pris part a aucun assassinate
poli:ique,- accueillent cependant avec
empressement ces fausses revelations et
en rendent a honneur > au courage de l'Im'
partial.
1 Mais notre confrere, qni se fait peat
etre illusion sur 1'6tat reel de la socitd
haitienne, peut mesurer la sincerity deseo
couragements qu'on luiapporteet des" ,br
vo qu'on lui crie, par l'ardeur que l'ou
met, entire temps, a rdhabiliter d'aincice
ministres de l'interieur coupables soit d'r'
voir execut6 sommairement, non en.plej'
ne nuit, mais en plein jour, des individ0
pour l'unique crime d'avoir crid : A
la misere I ", soit d'avoir fait intnernej
bord de navires de i'Etat des journalism?
SQUe VOUS connaifltef ;irn


I I I I I I -~ -






Malheureux le pays oi la passion poli-
tique se met a tout, outout ce que ion
dit ou fait cst une question d'autl ", et
perdue la society6 dans laquelle les uns sont
glorifies pour les crimes qu'ils commettent
ct les autres noircis a plaisir de crimes
qu'ils n'ont jamais penss I
Je vous serais ob ige, Messieurs les Di-
recteurs, de publier cette lettre dans vo-
tre journal et d'agreer mes salutations
empresses.
presses. AUGUSTE MAGLOIRE





R1iNSEIGNEMENTS
M3ET OROLOGIQUES

OC)aoerva'TLtoire
DU
SIMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL


JEUDI 7 JANVIER
Baromntre A midi
'minimum
Temoerature'


76r,8 mwm
19, 4


.maximum 29, o
Moyenne diurne de la temperature '24,o
Ciel clair jusqu'A 5 h. du soir, se cotu-
vrant tres rapidement A 6 h. Pluie a 6 h
20m. marquant au pluviomt:re 6,4 milli-
metres. Brise de mer r6gulrhe, brise
pendant la nuit anormale. Mer houleuse.
e barometre est en baisse lente.
Une depress on est au NW. Mouvement
microsismique ce martin.


J. SCHERER
D par t
Est parti hier le steamer 4Altai avec les
passacers suivants rour :
Pert-Goave: P: J. Mexile.
CMiragoine : H. Valain, P. Anglade, T.
Anglade, H. Laroche, J. Laroche.
Remercierner ts
Mr et Mme Alexis Thimotde et leurs
enfants, Mile Josephine Baubrun, ainsi que
les families Seppe, Armand, Mars et Bou-
chette, remercient sinc&renent tons ceux
qui les ont assists A I'occasion de la mort
de letr rrerettde mere, grand'm&re, belle-
mere et parent.
MARIE OLIVETTE ALINA JOURDAIN CUSAR
Vve Louis SEPPE
Ils les prient de croire A leur profon-
de reconnaissance.
Ferroeture de la mal e
Les dep&hcs pour Petit-Goave et Go-
naives par le steamer Qutbec ;
Er cells pour Jeremie, Santiago de Cu-
ba, Cayes, J.icmel et Santo-Domingo, par
I 1'Annexe seront termies dimanche to
du courant a midi tr&s pricis.
Port-au-Prince, le 8 Janvier 1909.
Rception officielle
S. Ex. le gdndral Simon a requ A diner
le g6ndral Favrol, ancien commandant de
l'Arrondissement des Cayes et le gdenral
Auguste Joseph ancien commandant de
1'Anse-a-Vean.
II y a lieu de remarquer par ce fair, com-
bien le edndral Simon pursuit, de tou-
tes les fiaons, son aeuvre d'apaisemenr,
d'union et d'oubli. On se rappelle que le
general Favrol fut charge par I'ex-Pr6si-
dent Nord Alexis de remettre au d6dlgue
Simon, sa lettre de revocation, et d'avoir
A le remplacer et qu'il fut obliged de ga-
gner le consulate devanc le movement
protestataire des Cayes.
Le general Auguste lui. fut fait prison-
nier a la suite de la prise de l'Anse-AVeau.
Conduit'aux Cayes et emprisonne, il fut
mis en liberty le zer janvier.


Montreuil Guillaume
M. Montreuil Guillaume, ancien p.ayeur
au d6partement de la guerre qui &it par-
ti pour l'exil avec le general Nord s'est
prdsentd hier dans la rade de Port-au-Prin-
ce sur le steamer .Altai de la ligne ham-
bourgeoise.
Un mandate d'amenerayant t6 dressed con-
tre lui,'il. fut, apr"s'l'accomplissement des
formalitis diverse, livre aux autorit6s hai-
tiennes. II est actuellement en prison aux
ordres de la justice.
Les measures d'ordre prises par M. Re-
naud Hyppolite, ministre de l'Int6rieur
qui s'etait rendu personnellement au bu-
reau du Port pour recevoir le prisonnier
ont eu pour resultat heureux d'empecher
que celui-ci fut maltrait6 par lafoule amas-
sde sur le quai.
Nos compliments a M. le ministry de
l'Interieur qui nous donne chaque jour des
preuves nouvelles de son dnergie et de
son grand tact a maintenir la bell con-
fiance qu'il a su inspire A tout le monde.
Nomination
Nous apprenons avec plaisir la nomina-
tion de M. Mexile, comme d6l6gu6 des fi-
nances A Petit-GoAve.
Visite de M" J. Lauriston Vau-
gues a la L6gation de France
Hier martin, A i heures, sur la presen-
tation de Mr Emile Rouzier, Chancelier A
la LIgation franchise, le distingud avocat
du birreau du Cap, M* J. Lauriston Vau-
gues qui est a la fois un homme de tribune
et d'action, fut requ par I'honorable Mr
P. Cartcron, Ministre de France avec qui
il confera uu quart d'heure environ.
La visite du directeur de ( l'Echo du
Nord avait un double but : regler une
affiire judiciaire et remercier Son Excel-
lence Mr Carteron, au nom de la press
du Nord, de l'acte archi-humanitaire ac-
compli par la France, en Mars dernier, en
faveur des immortels defenseurs du Droit
et de la Justice, alors rdfugids au coasular
francais aux Gonaives.
Vous avez chez vous, a dit M. Car-
teron, des 6elments propres A contribuer
au progress et a la civilisation de votre
pays que j'aime et que je voadrais voir
marcher tout seul.- Le President Simon
est un home de cceur et un pacifiste
anime de bonnes intentions II s'agit de
l'aider A faire pour Hifti ce que d'autres
font pour la Dominicanie qui progress et
se civilise .
Notre confr&re se retire enchauti d:
l'accueil don't 1i a etd honor.
UN ABONMfk
Naufrage
Dans la ntiit de mercredi A jeudi, les
marines de l'aviso Nord-Alexis entendirent
des cris de d&:resse non loin d'eux. Ils se
portnrent A l'endroit d'oy partaient ces
cris. C'6tait un voilier l'Haitienne venant
de la Grande Saline qui sombrait.
II fiut d6plorer la mort de 2 personnel
don't un enfant confi4 a l'aflr6teur pour
&re remis A Mme Malette. Les 3 autres
passagers ont pu 6tre sauv6s.
Fun6railles
Hier ont eu lieu au milieu d'un grand
concours d'amis les funerailles de MN
Francois Hlilaire Caille. Au cime iere des
discours furent prononc6s par le batonnier
Pierre Hudicourt, M* J. Lauriston Vangues,
au nom de la press et du barreau du
Cap-Hariden et M* Raymond atne.
Dec6s
Marie Idalie Cotida Ulysse.- Decedde
hier.
Les fundrailles auront lieu cet apres-
midi. Maison mortuaire, rue de 1'Egalite.
Condoldanccs A la famille.


!Oulllles tralnger8s

Dern s r "6p6chbes

MESSINE f ( 4 hres sir ) Au lieu de
mcttre au fen c-; .uin -'s de .,--ine, 11 est
maintenart cer!ain qe les a~i orids ont
decide' qu'aprei avor fait sortir de la
ville tous les .sutviva. s, elle; tntoureroni
la ville d'un cordon de trotpes pour en
empecher I'acccs et l'isoler ainsi comple-
tement.
WASHINGTON S.- La premiere division
de l'amiral Sperry a 6td dirigde sur Naples.
pour prendre part aux travaux de sauve-
tage. Le reste de la flotte sera dirig6 sur
les different points de la Mdditerrannde.
LONDRES 5.- Le correspondent du aDai-
ly-Mail a A St-Pktersbourg announce l'ar-
rcsration de quelques personnel a Tsar-
koe-Selo, accuses d'organiser un complot
terrorist centre la famille imp&riale. La
decouverte du complot resul'e de l'ex-
plosion accidentelle d'une boinbe qui fut
place par un 6tudiant sur la table d'un
cafe dejaperspective Nevs-ky le 2 Jinvier.
Un garcon de caf6 fut victim de l'explo-
sion.
ROTTERDAM 5.- < Le Statendam a qui
s'dtait dchoue par un :6pais brouillard, a
pu 6tre renflou6. Le paqueb,,t n'ayant pas
d'avarie, a pu continue son voyage sur
New-York, viA Boulogne sur-Mer.
ST-PLTERSBOURG 5.--Le corps du pere
lean de Cronstadt, qui mourut il y a trois
jours, a 6:6 transport e au monast&e de St-
lean, traversant les rues de la ville. Sur
le parcours du corps. des scenes de d6vo-
tion se ddroul&ren:, don't quelques-unes a-
vaient toute la fureur religieuse du fana-
tisme.
AMOY 5.- Un movement rdvolition-
naire a dclate pros de Moukden ( Mind-
chourie ). La cause en est inconnue. Un
miller de soldatr se sont r6vol'6s. Des
troupes resetes fiddles ont &t6 envoydes
contre eux ; elles sont pourvues de ca-
nons a tir rapide.
CALCUTTA 6.- Des troubles religieux
ont eclat6 A Tikaghur entire mahornetans et
hindous ; Its troupes ang'ais'-s ont dil in-
ttrve)ir et fire usage .- leurs ar.n -s con-
tre les hindous.
PtKIN 6.-Yuan Shi Kai. accompagn6
des memnbres de sa famille, a quit:6 Pekin
hier.
ROME 6. Les informa'ions -reques hier
de Messine et de Reggio, indiquent que la
fiUvre ,yphoide a fait son apparition
Messine. La recherche de cadavres a pres-
que erticriement cessi.
PARIS 5. Le Cons.il dzs ininis-res,
reuni ce inatin A l'ElysCe sous la presi-
dence de M Falliercs. decidi d- solmet-
tre aux Chambrc-, des la rcntrue, le pro-
jet de loi tendant A accorder une amnis
tie aux personnel (dt.v r;t pvsser, le onzi.
Janvier, idevant la cotur d'a-siss de Ver-
sailles, pour participation aux troubles de
Draveil.
M. Pichon entretint le Con. i! des affai-
res ext'rieuires er course, notainment des
affairs d Orient. Pii:, ii fit I'txposc de la
situation au Maroc. M. Viviari fit signer
un ddcrct arppiqu.an 1'Ai,-rire ics lois
concernant I'hygine e' ia s&uri'e des tra-
vailleurs et des nmsure.s de protection a
l'dgard des enfan:s, d::s filles mineures et
des femmes.
Le prochain conseil aura lieu le Ix Jan-
vier, la veille de la rentree des Cham-
bres
M. Djardin-Beaumetz^ s'est embarque
pour la Tunisie.
PARIS 6 R'n;e : 96 70.
Le president de 'a R:'publique s'est ren-


du a Marly oi ii offre une chasse A
ses amis personnel.
Mr Cldmenceau confera cc martin a
ministry de l'Interieur avec Mr Briand
sur la situation crede par le vote recent de
la Chambre maintenant la peine de mort ;
ainsi'que sur les conditions dans lesquelles
se font l'examen du rejet ou de l'admis-
sion des poutvois de grace.- Les minis-
tres se mlrent d'accord sur la conduite a
suivre et les moyens pour donner satis-
faction au vceu de la Chambre.
Le vice-amiral de Jonqui&res prit hier
le commandement en chef de l'escadre de
la Mediterrannee e; hissa son pavilion sur
le a Suffren s.
- -Imm


Compagnie P.


C. s


Avis
Les Interessds sont avisds qu'ils
peuvent se presenter, A partir de cet-
te date, au Siege Social de "la Com-
pagnie P. C. S., sis au Champ de
Mars, No 50, pour toucher les Int6-
rets des obligations 5 0/0, drIs du ler
Janvier au 31 Ddcembre 1908.
Port-au-Prince, le 7 Janvier 1909.
Le Conseil d'Administration "de la
Compagnie des Chemins de Fer do la
Plaine du Cul-de Sac.
Pour le President :
le Vice-President,
Ii. STAUDE.
*
Les Intdressds soot avisds que la
mise en rouleaux des nuindros pour
I'amortissement des obligations 50 /O
par tirage au sort, s'ffTetuera le mar-
di, 19 janvier courant, a 10 heures
1/2, au Siie Social de la C impagnie,
siy au Champ-de-Mars, No 50.
Port-au-Prince, te 7 Janvier 1909.
Le Conseil d'A l ninii!ration de la
Compagnie des Chemins do Fer de la
Plainr du Cul-de-Sac.
Pour le President :
Le Vice-President
H. STAUDE.

Sie ale Transallantique



Le Steamer a Quebec a est atten-
du.Samedi 9 courant et partira Di.
manche 10 A 6 heures du soir pour
Petit-Goave et Gona'ves.
,a f,'A.nrexe est attend Diman-
cle 10 courantt et partira le mmme
jour A 5 heoures du soir, pour J6ere
min, San'iago de Cubi, les Cayes,
Jacmel, Sto Domingo, Mayaguez,
Ponce. St Thomas, Bisse-Terre,
Point A-Pitre et Fort de France.
Port-au-Prince, le 8 Janvier 1909.
L'AGENT
F. M. AL IERI

Avis CommTiercial
Noui avons I'avantage d'aviser le
Commerce que nous ouvrons sur
cette place, A partir de ce jour, une
maison d'importation sons la raison
social
F. ADDOR & CO
Monsieur Hugo Leisner, comme
associ6 en aura la direction.
Cap-Haitien, le ler Janvier 1909
F. ADDOR & C.


__ .




- U-~auc-~ar. c~~


SMr Joseph Sasson i
Marchand-Tailleur
I Aviso sa grande Clientele qu'il vient
ide s'installer Rue des Miracles N 12
en face delaPlace Gelfrard,il leur an-
nonce-aussi qu'il vient ,he recevoir un
grand assortment de Casimir, Dia-
gonal, chevioto, inarch:iandises fran-
Gaises derni6res modes.
PRIx MODERES

LIVRE D'ACTUALITE
Pour paraitre incessamment en un
volume de 200 et ucquques pages :


uilesiins a qui de droit
Par
AMI ULRICK DUVIVIER
Licenici en Droit, Avocat
PREMIERE SERItE -- Le Proces de ;I.
Conso'itlation: : le. condamnations PtS -
Cuniaires.
1)ELuXIlE CERaE L Budgets e.
les r ni' eistai r.s
L'Vanie-usatiru pir t'EAcucif d'
certain c-ll'ff es do~ all. cations. bud-
gdtait:s vo -, i i" l'or') L'*-'i l.-
tif. L-, ) sitcice c:.J 'A uabll des Cthm-
bros.
Autou d'un rap)po t do la C1hal-
bre d,'s d omt .s. ( ie r.-pprrt in-ex
tenwo qui m.otiva I'exil de M. C::arles
Camcau. )
La r p:i;nsIal)iil6 re'cpective de.-
Chambre.s et dles Mnini.tres.'
Le-. ddcharges de complaisance.
Tr.oISIhEM SI~RIE. Le scandale des
Contrat.-l. .cs b6onb(ficiaires et les pre-
te-noms.
IliWgalit6 et immoralitC.
-QrAT-IE.IE Si iK .:.- Les missions.
(:CINsQuiE S:nr,. -- Les differentes
acquisitions par I'Etat de proprietds
priv,'cs et les diffrentes alie6ations
des bio.-s Ou duomaine.
L *s miancivr' s fraudulouses, les
ench-rcs eo les b6ndficiaircs.
SIx,.ris S.aRIE. La loi centre les
levantins : los causes de l'inexecution
de cetto loi.
Chaque serie sera suivie de. notes,
pieces et documents.
Un volume: Deux Gourdes pour les
souscripteurs.


<lIGAiNCE
3M i. E t Pm. e fi-
OQORDONNERIfE

S 42, ~Re des Fronts-Forts.
CHAUSSURES EN DRP()T,POUR LA VXNTI
Promptitude ot soln aux comman-
des tani ici qu'en province.
Chaussurni de Dame forme et tra-
vail toujours tout ce qu'il y a de plus
nouveaux.
Formes americaine et francaise pour
Messieurs ; 6l1gantes et commodes.
Pour les enfants le plusA l'aise.
Travail solid executA' avec
des peaun de premi6reimarque
'Assurance de grand rabais.
paitoes, Cirarges at Liquides
--
;,, 6tel Bellevue -
j Le mieux situe, le plus con.
* .. fortable.-- Champ-de-Mars.-
C~aisine renomme.- Vue asur la mer


Cordonn'erie Nonvelle


s. B. PETOIA
P 43,GFx A U i 1.1" E 3

CAHAUSSV'A.Z- W .V. TvP GYNS%
RX DtP&T, POT:F LA VVXTN
ZNG RO.4 wr D,.td-Ax L.
Ex6cution proxnpte dos
oornvnrndes,, tant ici qu'Be
Province.
Forms A horomes ; c6dgantes et ra-
Cu a a 0 S s, .ie darnels( Derniaremo-
do de Paris ) et lo plus commode :
chausLar-e.,4 ipo rzr eufants confection-
ndos avec i-es Pia?" de foute." nuancem
d'une seloction at dnrde irrWprocha-



JULi-,2T'J7%FLOIRflS
An ;?"r, .':.:s :k' ~ t Cu,1nT,1-'F,*i e
clA A ; D t Tfr iL~'r ta ri 1) ( L O I
0 %; 1 I W, i,(i, 'A 'A-
JUSTAGE: HKi.PAR.%TION totlr~h
forts ot%;. e J. ,. b o ie 'c 'i;uJiu s
)i Ji f4o J iuAj'rt No 19



SU1BE TH-81IN
Si V) -s voulez urn p.zr
P', 0. it de la c-.n ne
Sans aucit in grdiciat chinique
RMclamtnz le
Sucre 1,e MON-RE POS
don't la suprIioritdI AMt re-connue
oar urio 16daille d'Or obtenue A
Jame-town (1907 ).
L'Expo-itiori Cominuna1o de 1907
lul a accord6 la plus hauto recom-
peuse.


D6 p6t G6n6ral :
23, RUE ROUX, 23
( Ancienne RUEBONNE-FOI. )
Tafia 20 o/o Alcool 900


Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en d6p6t
un grand stock, pour la vente en
gros et en detail, de chaussures en
tous genres pour
HOMMES FEMMES, ENFANTS
Los commander des commergants
de l'interieur pour;ont 6tre executess
dans une semaine A peu pres.
23, Rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PRINCB ( BAITI)

SC.: L. Verret
Talleur-Maroch n4
Donne avis a sa bienveillante clien.
tele que sa mason No 7, Rue Traver-
sibre eat toujours bien pourvue d'une
varidt d'6toffes de la haute noa-
veaute parisienne..
QUALITg SUPO I.URK. COUP LGAOTU
TRAVAIL sOIGON. ExAcux-iox PROxPTs-I
SPrix tris rdfits I


GRAND PFiX


HOURS CONCOURSE


hlnII Barbancourt
M"edc-.il'es d'or, Mention honorable, Membre du Jury, Grand
p -i, HIcr- concours ians torutcs les Expositions depuis
i.-"I jusqu'- 1907. ( Ancien et Nouveau Continents)
Madr--- .: Veuve BARB3ANCOURT, seulo depl
taire de la marque L hlun; arbancourt et seule prop
taire des ib" i;iles qui ont fait obtenir au Rhum Barba
court los ni~nailles d'or de toutes les Expositions, a pris la su
les affairs dle fekl so mari, t se tient A la m6mehalle, sise 7, RI
des Cs: 's, 1 a disposition de sa nombreuse client
don't les coinmnandes seront ex6cutses avec le meme soin que
le pass.


Pcolaiis aygieni es nour la Toilette


RecommnAd6s pour LJ
I W 9l A,'4 ADOUGII b I
i- POUDRE VELOUTER
a peau du viageet ede nmalns
J. $SIMO~, 59, Farboun St-Xuta, PAlIS r *(gett 6er 1c6 Inltatlon6

ni adoucit I'6piderme auquel
L donned une souplesse et un
loutd incomparable en lui c
rouniquant son ddlicieux
fum. Elle conserve l'eclat et la fratchcur du teint, car elle est souver
cottre le hale, les piqires d'insectes et las eruptions de la peau.
sans bisnutii, invisible, ad
A11 spdcialement pour les pen
Snes qui veulont avoir un t
ire*prochable; son parfum ddlicat, soni veloute ont contribu6 A faire d'e
la Favorit. dics Poudres do Toilette.
,1e A,-. Lase de Cr6me Sim
LE p,'p)ard selon les prince
0 les plus scrupuleuxdel'hy
pons-de A un certain
toutes los ,i ditit bite fltis inr-e et pri6orvat.ric2i s de la Crme Simot
est partidailertne nt roconinande pour la Toilette des enfants et pour
dames don't la poau ost delicate.
Agence G6nerale et r.6p6t pour Haiti
A la MVCet,:o-pole
MASON JULEM; LAVILLE
98, Rue du Magasin de I'Etat, 9.S
.-


Chez App. Cipolin
155 Rue Rpublicaine en face de Mr
E. Robelin
Conserves fraiches arrives par der-
nier vapeur.
Assortiment complete d'huile d'olivo
pure, par gallon demi gallon et par
litre.
Vin de Bordeaux : rouge et blanc,
vinaigres, madere.
Grand assortment complete do ii-
queurs.

D6mosthbne RoWMULUS
Distilatear-liquoriste, industrial
Dipl1me et medaille d'argent
1'Exposition Universelle de
Saint-Louis, ( Etats-Unis
d'Amdrique 19o4)
Annonce Asesclients tanta Port-au-
Prince que dans les autres locali-
t6s, qu'il a transfer sa mason de
commerce sise ci-devant a 1'Avenne
St-Martin, Portail St-Joseph B la Rue
I Rpablicaine, on Grand'Rue, halle
No 88, non loin de la Gare du Nord.
a '


Companies P C. .

Avis
La Direction do la Compagnie'
Chemins do Fer do la Plaine duC
de-Sac avise les porteurs de cal
de circulation sur les trains de o
C. S. qu'ils peuvent se presenter
ses bureaux A partir du lundi 11J
vier courant pour changer leurs'
tes centre de nouvelles : cells qt
detiennent etant annulees et nof
vant plus etre acceptees par leil
ceveurs et Controleurs.
II leur est donn6 jusqU'aUi
janvier 1909 pour.
fectuer cet 9changeO.
A partir de cette date serant
les valuables les ca
bleues nouvellement 'dmis
SLA DIREOTIO