<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00516
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: January 6, 1909
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00516

Full Text

Deuxibme Ann6e, N. 531


PORT-AU-PRINCE ( HAIT )


Mercredi, 6 Janvier 1909


r. *.- atk. b... --- --- tfl -----~, -.1


Arthur Isidore,


I


44


0


- 0


Camille N6r6 Numa


ADMINISTRATOR QUOTIDIEN


RIDACTEUR EN CHEF


Abonnements: DIRECTEUR-FONDATEUR NU RO Ci NTIM'
Ue Mots. C. 200 l ent Magloire
PORT-AU-PRINCE Tos Mots. 5. 00 C meant Magloire
D(PARTEMENTS U Mo. 2.20 Let abonneeneut parent du I' et du Ix de cb2q..
Tto os Mois < 6.00 DIRECTION-RI DACTJON-ADMINISTRATION amois et sont payables d'avan:.
ETRANGER........ TlOrs Mos. 8.00 45, RUE IOVx, 45. Lo manuscrits ln 6r a ou non neo ront pas reair
II11 l-- I- I I i"~. __ l -. ... ,1 =-~ -- II I I ..


LE SUFFRAGE UNIVTTERSEL'saini notrreatopre 6ectoral~en
tirant leur region des griffes empoi-
sonndes de ces professionnels de la
A VARIT HAITIEN E DE CDID S politique que representent les lettres
LA VARILTt HAITI EN NE DE CANDIDATS incapable d'autre chose que de re-
III ver, les mddecius sans malade et les
Quels sont les individus- les plus rets industries et commerciaux : elle avocats sans cause?
sites A contr6ler la gestion des affai- n'en donne ni l'aptitude nile gofit.s Nous toucbons A la fin de cette pe-
:publiques En effect, ii ne dolt pas tre t tite tude sur le surage univrsel et
Ceci est une question' pralable commode pour des chefs d'entreprise
u'il faudrait examiner afin d'arriver sBrieux et rompus la pratique loyale l sommes amnnrs e conclude dtns
teri er dans quees classes afairesaoirpredre contact le sens de nos prcdentes tudes
d6terminer dans quelles classes I 1 c'est-A-dire que :
cdiales doivent se recruter les meil- avec des gens pour lesquels toute c'est-t-dire que:
rs candidates aux fontio ec champagne leectorale rdpr6sente une Nous n'aurons la hlbre et sincere
urs candidates aux fonctions dleccur e et pour lesquels il n'y a pres- pratique du suffrage universal qu'en
Or, r d que jamais de parole donnee. reformant. c'une part, le corps dlec-
r.,-nous avons dljt fait cet examen La second raison pour laquelle les toral haitien en 6iininant impiloya-
r-liminaire en to diant la question chefs d'entreprises privdes,- je par- blement des assemblies primaires ct
smnavoir quels sent, dant un qesto le de ceux qui s'occupent sdrieuse- dlactorales tons ceux qui ne savent
;;les individus los plus nquaslifs ment de leurs affaires sans se soocier ni lire ni 6crire, et en n'y retenant, en
o lr administer la chose publiques de se. mler aux tripotages politi- fait d'individus sachant lire et 6crire,
ot notre conclusion a t que cesiu ques,- sent dcartds de toute lutte quo ceux qui sont propridtaires fon-
tividus sont les chefs d'entreprises electoral, est notre syst6me exagdrd ciers, ou exploitants d'un frrnme, ou
rividus so, les, chefs d'enllrepsede centralisation administrative, en attaches d'une facon stable A une pro-
nerciales, dans l'ordre mlme de vertu duquel toute l'influence que su- fession ou A une industries ;
:ette 6numdration. bit le corps social part du gouverne-- En reform ,nt, d'autri part, nos
Noscandidats rumerit central en 6clipsant et en anni-- momurs administrative dans le sens
Noscandidats r6unissent-ilsg6ndera- hilant completement toutes les in- de la d6centralisation, c'est-a-dire en
ement cts conditions'? Non,:nest- fluences local s.I permettant aux chefs d'entreprises
:e pas ? Et cela pour- deux ` raisons. Or, que vaut en rdalitd un chef de'privdes d'acqudrir une lhgitime in-
La premiere tient pr6cisdment a la domaine, par example, en dehors dt fluence sur les populations an' milieu
tuali6 des dlecteurs, que nous avons sa region ? Oh M. Lacombe est il plus ldesquellfs ils vivent et travaillent, de
)assde en revue. connu et plus populaire qu'a Ldoga- itele sort- qu. cew populations puis-
Les chefs d'entreprises privdes, dit ne ?M. B. Prophete, qu, daus la sent d6!.giwer c nos ass mbi!os poli
jn'6crivain en parlant du personnel. Plaine du Cul-de Sac? M. Octave tiques leurs a reprd~ontants naturels
olitique franeais, se tionnent, de Francis, qu'" PAtion-Ville ? et que noo provinces solent sou.trai-
)ropos ddliber6, a 'I'cart des can- Et si jamais les politicians venaient tes auone moa tyrdunlie dr abcGrand'
lidatures electorales. A & cesser leurs intrigues et que los dif-. ulon vernot d l-Fes philosoh-s.Gra
a Ils sent d'autant plus ports, ex- fRrents centres de a Repubique fus-au gs .
lique-t-il, a prendre cs partiqune la seht laissds libres de leurs destinies, Voit-on maintnant tout ce qu'lil
ituationde candidat:n'a rien'qui'soit no sentez vous pas que le suffrage fat pour raiser l libt t lecto-
)r6cisdment agrdable pour des gens de touted ces populations riralls irait .rale ?
'erieux, habitues atraitetb sdripuce- droit A ces chefs d'entreprise? Et pour' AUGUSTF MAGLOIRE.
nent des affaires'fmportdntesMI 'fdtit, peu que ceux-ci eussent voutu, de .... ... ... ..... .
exposerr aux attaques'vfolentes et de leur c6td, exercer efficacement leur n ,
n,auvaise foi, aunt injures 'et adx6 ca- patronage sur tes populations en s'in- '
omnies'ldela presse"'adverse. "Il faut tdressant au sort des families inf- j ;
n outre, figure daid ti's' rduiilonis rieures; A I'dtat social de la locality, V
)ibihques qui' ne' brilletlt 'ni par l A la bonne distribution de la justice
rn'e hi parole bon sens.-"P6dr tenir .locale, A la march riguli6re des eco.; Constant Cass agn ol
to A de paret"atiditbiites, 'il faut les communales, a. la creation et Constnt Cssol n re
;9.r l'habitude d,'la-parole;, l faut la refection des routepubliques, Mnoncer qCanrt Caresarol ndd A rie .'an-
yPir~flatter, prodliuer les'pronmes- I'organisation du' service'des eaux et nonr q,'l rere st cnd :r d
;-.rnrl les' mo6isgurtiisablai"se de I'dclairage, etcd, ne trouverions puaion naionle.
'er 'tdes d6elarrtations ptrfdos vio- nous pas en eux ces z reprdsentaLs II remercie sincarement les 6'ecteurs de
S4tes',presque- tobjtll soorhts -et naturels i don't 'nous: avons ddj& lon- Port-au-Prince des marque; de sympathie
.--C'estltfrrole' aauurIl'prd- guement parl6, et n'est-'i" pas' just don't il a i I'objet de lear part.. et les
Mbral I'a Restfidb dgrt"alt-Intd- de penser que -leuie'nfllJeiJ oe -eOt as- prie de croire toute sa reconnaissance.


FF XES, ,:-I G(..%REM EN T S


Olbateoxr-^-a i.Coior
DU
StMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL
MARDI 5 JANVIER


Barotn~tre midi
Ta minimum
Tenaperature~


761,3 n/"
18, 9


lmaxitmum 3 4
Moyenne diurne de la temperature 25,4
Ciel clair jusqu'A i h. et nuageux jus-
qu'au coucher du soleil. Brise de mer rd-
guliere. Barometre .stationnaire.
J. SCHERER
Arrivage
Est entr6 le steamer Prins Willem V,
venant de :
New- York Mr Tomnins.
St-4Carc. Mmie veuve Ch. Martin,
Pere Paulin. Mile Laurence, Michel Saich
er enfint, Mile Clotilde Miot, Mmie Alfred
Legndre, Mme Charles Fo-:tin. Mile Apo-
line, Mile MNarie, Uberman Charles, Du-
mont Nicolas, Mme Modestine Eveillard,
Mile Anne Pi:on, Antalcidas Guillaume,
Franck Barthole, Emile Miot, J. E. Kdnol,
L. B. Kenol, Mile Jeanne, Felix Montas,
Mile MMsilim, Mne Fabius R6ndlique, Mme
vvuve Leon Blain, Mine Emile Dovard,
M le Andlie Dinache, Mme Danache,
Berthomieu Danache.
Administration postal
SERVICE (NTtRIEUR
Lettres recomnmanlles en souffrance
Miles N. Lapierre Droninand, Herminia
Bilthazir, Cdcile Ulysse, Eliasine Joseph,
Mmes Vve Catule Exa'tus, 'lcibiade Dd-
niz6, Michel Belfong II, Fr6ddric Achille.
Thimaaene Rameau, MM. MN morts Ni-
colas, Charles Charpentier, Leon Louhis1lI,
Tacite Lamothz, Alexis Massillon, Bardere
Bxterson, Antelius Frarqois, Leon Roux,
B. Bissainthe, P.erre Antoine Frdddr;c, P.
T, Azor II, Gerlain Dommond, Justin
Stico, Monthezumi Mithiea, Dumarsais
Augustin, Herard Dignand, Toussain Al-
fred, Camille Molierc II, Charles Augustin
Christian Romiin. Georges Durand, Cam-
bry jeune, Mezilaire St-Hilaire, C. D. Ro-
mer, Romanes. Romiin, Arthur Thimo-
thde, H. Morisseau, Thdodate Benjamin,
D6metrius Bellevue,Davilmar Mocombre II,


C


6w 4*1l .9bki.f-F^






Lamertine Chatelain, Constant jeune. La-
cretel Mercier, Desravines Piton, Joseph
Moise, Blaise Paul, Volnar 1oltaire,
Occan Jadotte, Werler Belfong, Henty
Jn-Bliptiste, Edgard Pierre-Louis. Gedeon
Coulanges, P. V. Lubin, Laudun Francois
S. N. Fum6, Doraza Denis, Evariste, Ca-
l;xte, Fior6an IIilaire, S.inuel Gene, Crd-
pfn F. P. Louis. Ducarmel Fdlix, Prosper
Legros, Duprate David, Crodias Don ky,
Benoit I)aguillad, Vic'or Dclb:an, Em.
Desroche, Borgard Leroy, llrard Dal-
mand, Arthur Brtmon, Louis Durand, Vi-
ler Jn-.lptiste II, J. A Chonnant, J.iien
Beuoit, Ochosias jeune, Exsil Joseph,
Fr hric' Coqinann, Ncrva Gius-c, S pti-
mus Jn Frang is, Aniinm L-'ortue, F. C.
Auguste La::rant, Paul-Emile Jeanty, Da-
vid Dominique, K,-.mao ui Aze. Blilavoir
Jn-Charles, Lascise Ni:olas, C, Marcelin
fils. Alb-rt Prcvo-,,, Cii'us de Ldveque,
Raymond Jean, Er'gne Fernand, Alexan-
dre Vingr deux, Rodius Raymond II, P.
N. Neptune, Mines Vve Alvaics, Marianne
Allabrt', Mlec Estella Gira.
D6ces
Le Gdndral Alexis Tassy et M. Julien
S.nmson ont cu !. tdouleur de perdre leur
mere AMENT i-srns BRUTUS, dceddde hier soir.
Les funerailles auront lieu cet aprcs-midi.
Le convoi partira de !a mai, n mortuaire,
rue du Montalais, ponr se rendre a la
Catihddrale.

Nous apprenons aussi la mort, aux C6-
teaux, samedi dernier, de Mmie MA.ssieUS
SALVADU)R, nite CLOTIDE DAMILLY.
Condoldances aux families eprouvces.
Bonne recom penso
Est promise A qui rappo, era en nos
burea;ux un trousseau de c''t; ('ga.rd pen-
dant la scmaine de fites.
Brochure
Vicn, de paraitre a l'Inmrimerie I. Ver-
rolloe ane brochure intittlde L.; Gotver-
nement h itien, la Banque Nationale d'Haiti
et nos dctcucds, par C. Dautant, alias J.
Suis.
L'auteur co.clut : a L'affaire de la Ban-
que est troip iniporian;e pour que n'im-
poite qu.l ecrivaillcar sachant A peine fire
une addition, n'ayant pas une idce des
finan es ni de ceute institution, vienne
s'crigeren Jifi'n.scuravcc des raisonnemnts
boiteux, bAtis sur des a St P, des u peut-
etre et dis il imnporte que le service de
la Trdsortrie soit retourn6 A la Banque.,
a Que ceux la qui veulent discuter se
posent d'abord ces questions ;
1o Que nous rapportera la remise du
Service de la Trdsorerie ?
20Changera-t-elle notre position actuelle?
3 Augmentera-t-elle nos recettes ?
40 La circulation moaitaire scr.-t-elle
clangee, augnentce monnaie de nickel
doit le pays est pave par Mr Marcelin, qui
I'a aussi tapissd de papier-monnaie- mais
bien d'or am&ricain ou d'une autre mon-
naie honncte ?
5" Le change baisscra-t-il si nous nous
rappelons que la Banque est venue le
trouver, en juillet 1881, A 9 olo et que
nous avons atteint 900oo olo en aott der-
nier ?
K II ne faut pas s'emballer ; r6glons a
Stete reposee avec la Banque. P
Remerciements a l'auteur pour son gra-
cieux envoi.


POLITIQUE
Un souvenir des jours de luttes et d'en-
nuis nous est revenue ce matin au moment
o6 nous faisons notre article sur la refor-
nm. Dans les colonncs de l'Impartial o6
nous ecrivions dans le temps, sous cette
mime rubrique Politique,nous disions alors
sous Sam : A toute situation nouvelle, il
faut des hommes nouveauxv. Un malheu-
reux process s'en suivit ; nous e6mes rai-
son, et la justice nous acquitta. C'etait un
commencement de regne On allait, com-
me en ce moment proceder A une reforme
g6nerale que jugent toujours n6cessaire
l'opinion parfois exigeante et tout gou-
vernement nouveau que lient les obliga-
tion; contractees envers les facteurs, les
ouvriers de l'&re nouvelle.
Eh bien nous sommes amends aujour-
d'huii A dire la meme chose, A attirer I'at-
tention du gouvernement sur le choix
qu'il aura A faire des hommes qui doivent
occuper certain function. L'ordre et la
rdgularite A apporter dans administration
du pays exigent absolument qu'une heu-
reuse selection ait lieu, que l'on s'adresse
A des comptcences rdelles pour que le r6-
sultat du changement aboutisse, A quel-
que chose de bon, profitable a la R6pu-
blique, qu'il n'ait pas de caract&re d'une
substitution de personnel simplement. The
right man in the right place.
CAMILLE NiR- NUMA

Tribune du MATIN '

,A la suite de la requte adressee & S. E.
le 'President d'Hatiti par Mr Horace Dorcd
Alexalndie, cclui-ci a rcyu la letire suivante
du Gal SI.\MN. Elle rejouira le caur de tous
les sinstrds des derniers in:endies.


LIBERTY


EGALITE FRATERNIT-
REPUBLIQUE D'HA1TI


No 417 Port-au-Prince, le 31 Decem-
bre 1908, an rose de 1'Independance
FrangDis Antoine Siron
President de la 'RIpublipue
A Monsieur Horace Dorce Alexandre,
Directeur de 1'Ecole du Bel-Air,
En Ville.
Mon cher Concitoyen,
Je vous accuse reception de la requCte
que. au nom d'un group des sinistres
dis 5, 6 et o1 Juillet could, vous m'a-
dressez, me demandant d'ordonner que les
deux tiers, qui restent encore a verser, de
la some de Cinq cent mille gourdes al-
loudes par 1'Assemblee Nationale aux vic-
times de ces incendies, leur soient pays
afin de leur permettre de remplir les obli-
gations des fctes de fin d'annee.
J'ai accord ma meilleure attention A
voire expose, et je vous informed que le
GoL.vernernent ne manquera pas d'y sta-
tuer prochainement.
En attendant, recevez, mon cher Con-
citoyen, I'assurance de ma parfaite consi-
ddration.
A. T. SIMON
*
DIS'.OURS prononc par le gqndral
O. Dumas, commandant de la com-
mune de Grand-Gosier,:le ler Janvier
1909 sur l'Autel de la Patrie.
Au Peuple et A l'Armee
Chers concitoyens,


En ma qualte ae commanuant uc cette
commune, voilA bien la premiere fois que
m'est d6volue la mission de vous entrete-
H[ 6tel Bellevue nir a l'occasien de notre Inddpendancc na-
H Le mieux situ6, le plus con- tionale. Je me r6jouis de cet insigne hon-
fortable.- Champ-de-Mars.- neur, car il marque la confiance que j'ai
Cuisine renommde.- Vue sur la mer- su inspire A ce nouveau Gouvrnomernt


pour me designer cette mission ; je m'en
rdjouis ensuite en raison de la grande sa-
tisfaction que je n'ai jamais cess6 d'dprou-
ver depuis que je suis a la tete de cette
population.
En effect, je n'ai qu'a me loner de la
conduitecorrecte' que vous tons ici avez
tenue a mon endroit. Je souhaiterais que
cette harmonic continuAt d'exister entire
gouvernants et gouvtrnds pour le plus
grand bien de tous et afin de r6pnndre au
plus cher desideratum du Chet de l'Etat :
l'Union de la famille haitienne. Cette
union est d'autant plus ndcessaire que c'est
elle qui a donned naissance an grand jour
don't nous cdlbrons aujourd'hui 'anniver-
saire. II y a lieu de tirer de cet dv6nement
un erseignement d'une portCe qui, mal-
heureusement, a chapp6 au bon sens
de beaucoup de nos compatriotes. II ne
s'agit pas de s'arreter seulement a l'acte
extraordinaire de courage, de tCmeriti
qu'a dt6 l'Ind6pendance national procla-
mde aux yeux 6tonnes du monde entier
parune poignde d'esclaves victorieux dans
une guerre ou ils etaient aux prises avec
la nation la plus belliqueuse de 1'6poque.
I1 imported de se rendre bien compete
des diverse circonstances qui ont engen-
dre ce ;resultat immense qui marque une
tape non seulement .pour le people hai-
tien, mais aussi :pour la race noire tout
entire ; car ce n'est qu'a dater de ce jour
que l'homme noir libre et fier a os6 re-
garder le blanc, lui dispute sa place au
Soleil; et c'est aussi la premiere minute de
la mise en pratique d'un des plus huma-
nitaires :princides preches par le Christ :
l'Egalit6 des hommes.
Mes chers concitoyens, ces hommes de
1804 n'ont puis6 en plus grande parties
leurs forces que dans leur union pour la
reussite de la cause commune, ils ont eu
tant de succes sur les divers champs de
bataille, parcequ'ils Ctaient uuis qu'ils ont
obteuu la victoire finale qui leur assurait
la possession en maitres du territoire.
L'entente qui sert de guide aux peuples
places A la tite de la civilisation restera la
cocdirion a Sine qua non a du progress
que nous sommes appelds a accomplir.
It nous a d'ailleurs co~td trop de sacri-
fices et quelquefois meme du sang,Ichaque
fois que nous nous en ddpartissons pour
que nous ne soyons pas assez convaincu
de son 6fficacitd. C est bien la discorde
qui a mend la fin tragique du Fondateur
de :1'Ind6pendance don't nous venons de
comm6morer le Centenaire.......
Tout un sitcle de la plus cruelle ex-
perience, dumanque d'union d'unite sem-
ble avoir si peu profit au people haitien
que le nouveau Libdrateur, le President
Antoine Simon qui est anim6 d'un pa-
triotisme digne des temps de la Rome
consulaire et du desir de nous voir mar-
cher quand mame est forc6 de faire un
appel A la conscience de ses compatriots
pour que tous comprennent la n6cessrtC de
s'entendre.
Enr6lons-nous sous la banniere imma-
culee d6ployde par l'Honorable President.
Antoine Simon qui vient d'entreprendre
I'ceuvre de R6egenration et d'insp irer la
probity administrative en prechant d'exem-
pie et ?en ,imprimant aux affaires de
1'Etat une march salutaire et inaccou-
tumee.
Nous allons en ce moment an Temple
du Seigneur, Concitoyens, assister au
Te 'Deum A l'occasion de l'anniversaire des
Dessalines, Petion, Capois La Mort et des
autres Heros de l'epoque
Rejouissons-nous de cebeau movement
qui se developpe Il'ombrede la tranquillity
publique et crions ensemble :
Vive 1'Independance natioaalel
Vive la paix I
Vive le General Antoine Simon I


Movement maritime

VOILIERS :
St-Joseph venant de Grand-Gove (4
sacs de cafe ).
Missiounatre a ( i2 s
et 40 planches d'acajou ).
.51Jacques venant de Petit-Goave (3
colis et 4 sacs brisures de cafe ).
St-Franfois venant de Petit-Golve (
colis ).
Dieu Ce(ait*e
Ces embarcations laisseront cc soir.
STEAMERS
Le Verti"re a laiss6 hier apr6s-midi po
les ports du Nord avec beaucoup de pasa
gers.
Le Prins Willem V est entr6 ce mat
et est reparti A I heures pour Petit-Go(ve
Jermie, Cayes, Jacmel ct Curacao.



Nouivelles Eltrangeres


Derni6res D6peches

ROME a.- Contrairement ce 9ue I
annoncait hier, les ties Lipari n ont pa
dt& d6truites et ii n'y a ou aucune vic
me. Cette nouvelle, rapportee par le tor
pilleur envoy par le ministry de lam
rine, a dt6 rescue avec joie dans toute 1
talie.
LONDRES 2.- Lord Knollys, le sec
taire priv6 de Sa Majest6 le roi Edouar
dit qu'il n'y a rien de vrai dans la dip
che de Sandringham publihe par le .,DDa
ly-Mail,, annoncant que le roi et la reino
ont renonce A leur project de visiter Berlin
au printemps prochain.
GUAYAQUIL 2.- La peste bubonique ,
fait sa rdapparition ici. Plusieurs mas
des soont en traitement au Lazaret.
P.KIN 3.- Un ddit, 6mis hier, destito
de ses functions Yuan-Shi-Kai, membre d
Grand-Conseil et Commandant en ch
de I'armde. Na-Tung, contr6leur des dou
nes et ex-gouverneur de Pikin, lui. s
cedera comme membre du conseil.
CRONSTADT 2.- Jean Sergieff, plus cot
nu sous le nom de a Prre Jean de Croi
tadt P et vendrb comme Saint parmi u
secte nombreuse de fanatiques, don't
dtait le chef, est mort ici aajourd'hui.
ROME 2.- D'apres les dernieres 'no
velles officielles recnes de la zone dva
tde par les recents tremblements 'de ter
on estime 200.000oo le nombre de per
sonnes qui ont pdri.
Une ddpche de Mr Orlando, ministry
de la justice, announce que, par suite d'une
lgeare secousse sismique ressentie hier
Messine, les malades d'un hospital impr
visd s'effrayerent et une panique s'en soi
vit. La reine qui se trouvait non loin d
IA, accourut pour teacher de retablir 1'or
dre, mais fat entrainde par les maladies
essayant de se frayer un chemin pour
gner le dehors ; elle reCut de 16geres con
tusions a la poitrine.
RoME 2.- La nouvelle que la rei
Hel1ae avait 6t6 bless6e a Messine, a pro
fond6ment emu tous les italiens que so
hdrolsme et sont esprit de sacrifice o
remplis d'admiration.
Pendant la meme paniqne, le due d'A
oste a %galememnt etn Cgrement blessl
Palmi par la chute d'un mur.
PALERMB 2.- Le roi et la reie
encore i Messine od ils organizers n
secours et encouragent les sauvete
Leur intention 6tait hier de visitor p
steurs des villages d6vast6s de la cot~,
la Calabre, mais I'dcat de la met i Reg
les a cmp0ch6 de ddbarquer.


I I eLYir I -I L ~- ~_ _






PARIS 2.- Le president Fallires a requ A vendre
aujourd'hoi la dedpche suivante du roi
Victor Emmanuel : a Je suis profond-- Un buggy Feltch tout attel',
ment imu par cet horrible spectacle. Je S'adresser au < MATrIN .
tiens neanmoins A vous tdmoigner la
profonde gratitude don't mon pays et moi A Vendre
sommes rersplis pour l'aide prkcieuse que le restot de I'lbitation a l)W-rosiaie*
nous pr6te la France dans cotre immense cafeybr,, -i'u,. an Fond Fe rier.-
.malheur. .S'ad *"-ss-r ;a M .Mural Labis-irLI.
ME'SINE 2.- La ,ille est maintenant P;t-au-Prince, 22 Dece.nbre 1(8
entierement occupee par les troupes. Cha- 1 -
ue quarter est place sous la surveillance
'un d6tachement. Un cordon de senti- i l ip" a" Traianlanriq M
nelles a etC etabli tout autour de la ville
qui est A peu pras deserte.1
L'archeveque de Messine a etC retrou-
ve vivant encore sons les ruines de son
palais. Le prix des journaux publics en Ita- Le steamer Qubbec P est atten-
lie sera dorble pendant un jour et le sur- du Vendredi 8 cour'aut et partirale
plus des recettes sera remis an a fondslna- meme jour A 6 heuros du soir oroba-
tional de secours i. blement pour Petit-Goive, St-.Marc et
On announce qu'un train de voyageurs Gonaives.
pari de Reggio le martin m6me de la ca- o t-au-Prince le Janvier 1909.
tastrophe, a et& enlev6 par le raz-de-mar6e.
On dit que tous les survivants de Reggio L'AGENT
at de Messine ont d6cid6 d'abandonner F. M. ALTIER1
ces villes.
BERLIN 2.- 'On comment vivement
dans les cercles politiques de la capital
on incident de la reception du nouvel an
au palais imperial. On a remarqu6 que .
I'empereur s'est abstenu, contrairement Avi
son habitude, de tendre la main au
come de Istolberg Wernigerode, prbsi- La Diretlion di la C(:.impAiie des
dent du Reichstag.- Cette abstention est Chi miins dd Fer de la P'iain-i du Cnl-
considdree comme l'expression du ressen- de- Sac avi-e les porteuri do cartes
timent de Guillaume II. l' gard du de cir uitionr stir ,es tr;iis d(1 la P.
Reischstag en raison des critiques hardies ,C S. qtu'ils pfuvtI se pr6-&oIter en
de cette Assembl6e, dans l'affaire de 'in- ses bureau ai partir dunI lndi 11 Jan-
terview publiee par le a Daily Telegraphs, vier courant pour ihaigtr r lours car-
en.Octobre dernier. tps contre de nonv-lles : cellos qu'ils
'Sr. PETERSBOURG 2.- Trente neuf nou- ddtient~nnt dtant atinunl.s et ne de-
veaux cas de cholera ont 6te constaies vant plus tt'O accept'es par les Re-
durant ces derniers jours. ceveurs et Contro.loris
PARIS 3.- Les elections des senateurs
don't le mandate de 9 ans est expire, ont Il I lur est donn, j usqu'au 15
eu lieu aujourd'hui en France et dans les janvier 1909 pour ef-
colonies. Le r6sultat peut etre considdrb fectuer cet change.
comme une approbation de la politique
du Gouvernement, la majority gouverne- A partir de cettp d;tse s~e at. seu-
mentale ayant gagne 1 sieges. Plusieurs les valuables les cartels
senateurs ont dte rddlus, notamment M. blues not .
ClImenceau. bleueS nouveii -lt inis.
PARIS 3. La souscription publique ou- LA DI RE-TION ]
verte en France pour venir en aide aux
victims du tremblement de terre, atteint A. de MIatt6is & Co
467.000 francs. d


Avviso


II sottoscritto prega i companenti della
Colonia Italiana in Porto-Princ;pe a voler-
si rimire all sede del Regio Consolato
ddrmani alle ore s r/2 p. m per comuni-
cazioni important.
Spera che nessun vorra mrancare a ques-
to appe'lo patriotic.
II Console d'Italia
S, ALFREDO DE MATTe1S
*
Le soussigad prie la Colonie Italienne
de Port-au-Prine de vouloir se rduntr au
.,.e du Consulat remain a 1/2 de l'a-
pres-midi pour communications impor-
t ntes.
Il esprc qu'aucun ne manquera A cet
S"appel patriotique.
:. Le Consul d'Italie
ALFREDO DE MATTERS


Maison fondt'e en 1'8S.


Derniers arlic es rens

Parfzmeric Hnr. g-.z'; Ro-
Syal fIoabigant ; Foueg',: Ioy:! : Par-
fum Id4al; Savon. IPou;r ; t!. etc.
Coffrets de parfumlrnimr tr.'ss ,t!sAants.
Parfum rpnomm6 s.t'ris, LO'tir-i Tri-
,rophecrouts.
Lanmp-s, Fou's et '7h:-mois
pour buggy et buws.
ArC ente--iri me !, x-1. !1ibplots,
Mlous.iquaires. BroAses1 P ,p"-. Fumes-
cigarettes, Cravates, Maroquinerie de
toutes qualities.
La Mtison a tounjcr.,-, un grand as-
sortiment de Bijontrie, d'ArQenterie,
de Diamant, a la dispo-ition du public
en gdunral et A la porte de toutes
les bourses.
Atel- es d'lorlogerie et de
Bijout~rie : Graur,.s, Confection
sur command.
Acht de vieil or et ietl argent,-
diamant et pierres prcir.uis a des prix
ava Ctag eux.
ACHAT D'ACAILLSS DE CARET


Prix excepticnnel


Proadiits Hygii i es Iour la Toilette


adoucit I',p iderme auquel elle
L t donned uimn souplesse et Un ve-
l lout6 incomparable en lui com-
Smuniquant son d6licieux par-
fur. Elle conserve l'dclat ot la traicheur du teint, car elle est souveraine
coutre le hAle, les piqfires d'inscctes et les eruptions de la peau.
sans bismuth, invisible, adh6-
LfA rette, impalpable, prdpar6e
sp6cialement pour les person-
nes qui veulent avoir uu teint
itrdprochable; son parfum d61icat, son velouth out contribu6 A faire d'elle,
la Favorite des Poudres de Toilette.
A base do Cr6me Simon,
LE pLirll^K^iS'B pr6para selon les principles
le-es plus scrupuleux de.l'hygiene
tute ls t M.possede a un certain degr6
toutes les lcialitbs bi.ii ,; s:,..- et pr6s.3ratrices de la Creme Simon ; il
est particaliremin3lt rt3,) onlrand 5 pour la Toilotte des enfants et pour lee,
dames don't la p- 'a est d alicate.
Ag.ince Gdn6rale et D6p6t pour Haiti
.,." II.& M etrop>ole
Id.A.ISO-iS JULEiS .LAVIT.T.-
0,-", ?Ru- .dv 4_Acf sLn I'Eat, l 93


*


Andre Faubert
3S, RUE ROU,, 38.
SiR T- A xJ--PICN CxE ;


Vient d'ouvrir sur cettc place uine maison d'importation spkciale-
nent pour la vented des products de la marque MVIUNZER &
FILS de Bordcaux.
On trouvera toujours cliez lui un assortment complete des articles
lu prix couiant de cctte mason, aux prix les plus avantageux.
Vin rouge, Vin blanc
Vins fins en caisses, Champagne
Vinaigre, Huile


Vente en


,g3~os


et en detail


U


L'Usine Chateaublond
-A l'hotieur d'avisar sa nombrense clientele de la Ca-
pitale et de la Province, qu'elle a transftr6 son Grand
D6p6t, :-numeros 24 1t 77 1 Langle des Rues, Macajoux et RSpuLbicai-
ne ( Grand'Rue ).
Ancien local de la Pharmacie St-Joseph


SA TOUS
Elle reserve ,-on mIne et biaevaillant accueil Elle garantit la
10yaut6 et la probity qui out fait son SUCCoS et sa R6d
pUtatiOn, toujours. croissants..
i L'Usine Chateaublorndd conserve en outre son NOU-
veau D6p6t, Place Cith6drale, Angle des Rues du Peuple et Romu.
( o al-4evrat ouh -Foi. )


%A


p -


- -


~LI -u -I-


_ I-, ---


0-



U.-Sb
S)


No


m


I





Mr' Joseph Sasson
Marchand-Tailleur
Avise sa grande Clientele qu'il vient
de s'installer Rue des Miracles N 12
en face de la lace Geffrard, i leur an-
nonce aussi qu'il vient d.* recevoir un
grand assortitnent de Casimir, Dia-
gonal, cheviotte,mnarch.uadises fran-
gaises dernieres modes.
PRIX MODEnRS

LIVRE D'ACTUALITE

Po ir paraitre incessamment en un
volume de 200 ett que'qucs p(ges :


Uluestions i i dle roit'
Par
Mc ULnICK DUVIVIER
Licencid en Droit, Avocat
PREMIfRE SInRIE.-- Le Proces de la
Consolidation: les condemnations Pd-
cuniaires.
DEUXISMIE 1ERTE. Les Budgets et
les credits supp'dmentaires.
L'augmentation par I'Exdcutif de
certain chiffres de all -ations bud-
g6taires votes par le Corps Ldgisla-
tif. Le silence coupable des Cham-
bres.
Autour d'un rapport de la Cham-
bre des Comptes. ( Le rapport in-ex-
tenso qui motive l'exil de M. C';arles
Cameau. )
La respons;bilitd re--pective des
Chambres et des Ministrcn;.
Les ddcliarges de cor laisance.
TROISIf.ME SERIE. Le scandile des
Contrats. Les bencficiaires et les prb-
te-noms.
111galitd et immorality.
QUATRIEfME S "nIR.- Les missions.
CINQUIr.sMI, Si nE.- Lies diffdrentes
acquisitions par l'Etat de propri6tes
privdes et les ditfdrentes alienations
des biens du domain.
Les manoeuvres frauduleuses, les
enchi.res ct les bindficiaires.
SIXI.iME SnItUI La loi centre les
levantins : los causes de l'indxdcution
de cette loi.
Chaque sdrie sera suivie do notes,
pieces et documents.
Un volume: Deux Gourdes pour les
souscripteurs.


IH.& A.


s44



0 l



114


CordonnerieNouvelle


G. PET0 W

L. S IrA[-_ :-
CHAUSSU: W r.. C- I. i

XN GROY =T 'Ali..
Ezxcut.on proL. pt dRS
coayniraindos., tant ci qiu'on
Province.
Form-s .A homes ; 616gantes et ra-
t~onnlles.
Chaussures de dames ( Derr.ire mo-
Io d0 Pa-i. ) et le plus commode :
chaussures pour enfant. confection-
n6es avec dos PeI~nc de toutes nuances
d'una st!ection et durds irr6procha-
bles. A des prix avantagoux.
Cirageos, ptts at liqsid-e
Pouw chvassy,ras do tover waw^<- .

JULIEN FLORUS
Ancien dltve de la 26 Compagnie
d'ouvriers d'Artillerie ( Lorient )
Se. tient A la disposition da public
pour tons travaux de FORGE, et d'A-
JUSTAGE, de REPARATION de coflre-
forts etc. etc. A de bonnes conditions.
Rue de la Rdvolution N 419
YVi ac-vi. dc la Chr;bret de.s D4puts
a. i .. *-. 1> L-*"r 2 -- --,i,5f M 99


Si vous voulee un p -.r
produit de la o:inne
Sans aucun ingredient chinique
Reclamez le
Sucre de MON-REPOS
E don't la supdrioritd a 6te reconnue
par une Mddaille d'Or obtenue A
s Jamestown (1907 ).
L'Exposition Communala de 1907
s lui a accord .la plus hauto recom-
I pensa.
D6p6t G6n6ral :
23, RUE ROUX, 23
s ( Ancienne RUEBONNE-FO. )
Tafia 2 ~' o/o Alcool 900


Stecher


-:a.


a
>

i-'

1'
:;
$ .


GRAND PRIX


HOURS CONCOURS


Rhumr Barbancourt
Midailles d'or, Mention honorable, Membre du Jury, Grand
prix, Hors concours dans toutes les Expositions depuis
1881 jusqu'A 1907. ( Ancien et Nouveau Continents)
Madame Veuve BARBANCOURT; seule d6posi-
taire de la marquee Rh-m Barbancourt et seulo propri6-
taire des formulas qui ont fait obtenir au Rhum Barban-
court les m6dailles d'or de toutes les Expbsitions, a pris la suite
les affaires de feu son mari, et se tient A la m6mehalle, sise 7, Rue'
des C6sars, A la disposition de sa nombreuse clientele,
don't les commander seront execattes avec le m6me soin que par
le pass6.


TAINEBIE COgTINENTALE
DE
Port-aai-Prinice
CA*PAClITf 500 PEAUX PAR JOUR
,',z;.' PA"" DzS PY:"" DE V(NGT-QUATRE (24)COULEURS
Vente des chaussures : Chvreau-glac6, Verni et oou-
leur~s, p.>ur Ho anme.s, D i cats et EJafants.
( BorrowN, ELASTIQURK T LACA )


E-A t .i-.1 ,'-)t


Pour


Mt C. L. Verr'et
T a i .'1 E-. ar.' -
,Dnnne avis A sa bienvoillanto. clien-
tble qdoe a maison No 7. Rue Trav--r-
sibro 4st taujou(rs bian po'ul vie d'une
vari, i''to:fes de la liaite nou-
veaut6 p:;uisianne.
QUAL4U'. S' rPnt EUhE. ".OU P FK.LEGANTE
TRAVAIL S'l iNE Ei':CiTlri',N P 1EMPTE-
Pri tres riuit. !

De1mostilit 1 e Ro"' ULUS
Distilatear-liquoriste, industrial
Dipl6me et m6daille d'argent a
1'Exposition Universelle de
Saint-Louis, ( Etats-Unis
d'Am6rique 19o4)
Announce Asesclients tant A Port-au-
Prince que dans les autres locali-
tds, qu'il a transfdr6 sa maison de
commerce sise ci-devant A l'Avenne
St-Martin, Portail St-Joseph A la Rue
R6publicaine, ou Grand'Rue, halle
No 38, non loin de la Garo du Nord.


A LfRDONNrCR

O D2. r^SE= :


1.2, ae de: ,rot-%- ort:,
:3 CHAUiSURMS RN DkP6T,POUR LA ;I=NTZ
Cob P 1OrGptitAk Ct 4 soiu L
rf Zes tai, ,Lti qaurJ pruviODiUA.
Chauz!--u.%;~cs dia Daiam-fw-c-ie i= tra.
0 vail toujoars tout ce qu'ii v 4 da plus
lnOUQECaZUX.
Formes amdricaine et fr ircjait pour
Messieurs ; 61#%gantes ; -t cOmmLodes.
Pour les enfauts le plus,- Vki',e.
o Trasvail solide n-tcue a .ve'
d.es dea x de przllt~rarquc.
Assurance de grand raibaiis.
P tat, Crirrsn&z .z Li, T-cr vaide


0


Co.
m1


tot rte


la Republique.':


Francisco DESUSE'
Fabricant de .chaussures

La Manufacture a toujours en d6p6t'.
un grand stock, pour la vente -en
gros et en detail, de chaussures on:
tons genres pour
HOMES, FEMMES, ENPANTS
Las conimnaiide.s des commerCants'
de l'iniit6rur pourront 6tre execut6esi"
dans une semaine A peu pres.
23, Ru;. des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PRINCE ( HAITI )


i mangez plls e oain!p 1
S'il n'estfaitavec la "Pillsbury's
Best."
La meilleure farine du monde
Celle qui donne le meilleur pain
Qui produit le plus de pain
Le pain le plus blanc
Le pain le plus 1eger.
Pour tous renseignements s'a-
dresser A :
Ernest Castera,
reprusentant le la PILLSBURY'S WASH-
BURN FLOUR MILS Co MINNiAPOLIS
MILS
rep." sent-ant del ILBUYSA


Chez App. Cipolin
155 Rue Rdpublicaine en face de
E. Robelin


Mr


Conserves fraiches arrives par der*-
nier vapeur. ".I
Assortment complete d'huile d'oliv"4 l
pure, par gallon demi gallon et par .il
litre. '
Vin de Bordeaux : rouge et blanc, ]
vinaigres, madere.
Grand assortment complete de o I
queurs,


'A la Tete de Cheval

Maison renomme- pour la Sup6riori-
t6 des Articles et la Modicit6 des Prix

Vient de recevoir un assortment complete d'articles
de manage en fer 6maill6; bibelots; lampes A suspen-
sion; "quinquets, lampes ordinaires, de tottes qualit6s,
verres, meches et bobeches de toutes dimensions, mi-
roirs, selles anglaises, chabraques, cravaches, brides et
tous les articles de sellerie, articles pour buss, articles
de cordonnerie,de ferblanterie, deverrerie.
Flanelle sup6rieure pour costume; Tuyaux de tou-
tes dimensions et accessoires, tapisserie, peinture, paper
A enveloppes, ciseaux pour tailleur et couturiere, etc, etc.
Vient d'arriver: Esprit de Vin 95 o6oo.


.. -Y ~Y 4 1 ,- I "~-


~vr qr~pr~ab~as-~upe~2psISfr_~?CL~3~1~~ I