<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00499
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: December 12, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00499

Full Text

Deuxi6me Annie, No 813


PORT-AU-PRINCE ( HAII )


Samedi, 12 D6oembre 1908


J


QUOTIDIEN

Abounements: -- --
Uw s. G.2.00 eLi KNUMILRO 5CEN4TIMES
PORT-AU-PRIN TAosmoi G. 5.00 Cl6Xexxt Nagloiwa,

SM oPA RnI.a 5.NT S U 0o 2. 2 0 L es ab onnem e nt s p arten t du i s er d u is de chaq ao
Taois nMon c6.00 DAACTION-ADMINISTRATION n e wn payable' davan..
kAIANGER ....... Tioas Mon. a 8.00 45, RuN SOUl, 45t.nanuacrits Inu non noDaeront pas roodus

Ipt'. ~c; f vi i conrnoerp 'Administration du Journal. aadrassar A Monisiur Arthur 8IDQRE, 4 5, Rua Ranx gm


IBLIOGRAPHIIE


" L'oeuvre des


poetes"


PA M 1~ I).DIONi) LAFOREST

Sous cs litre, vipnt de paraltre A
rlaprimerie dio I'Abeille une plaquette
AI#au remarquable poete je6rmien.
I Edmoonl Laforest, et cette plaquet-
0t -*l memo est une conference fai-
Ikii-v a environ trois mois, au Cer-
(ICstholique de Jredmie.
*Jrtmie pa,;se, avec raison, preten-
dent les connaissenrs, pour 6tre I'ac-
toe foyer d'dlection de la po6sie
haitienne, ine sorte de boulevard
propice au beau language, et depuis
quolqui teps il est devenu mal-
shil de mAdire des pohtes, en prd-
sence de .I r4iniens C'est de cette
fa,:on que, selon lo language image de
M. Lafores', cetteville a s'est rdveill6e
d'un pnible sommeil, a rallum6 sa
lamip t, prenant conscience de ses
*Ifs destinOs, fmille de ses yeux
rides les t6nbbres autour de nous. s
'rdmie. d' :illeurs, a toujours 6tW
Bdestinie a ce po4tique apostolat ;
on ambiance d4'icieuse a charm
ihag Hippolyte iu moment m6me
O la tempetn salnaviste assombris-
Lit V'atmosplihre national, et je re-
toave ave' opportunity c.*s vers qni
trouverokt certainement en M. Lafo-
rest e. en.'es harmnonieux co-citadins
Pae pajhtIqules echos.

n'dP I tail, sur vos charmants rivages,
6 'em, i'ai go6 re bonheur....
le devoir m'appelle a dA'autre plages,
SsoCeasirs resteront dans Ion caur.
rto richer, comme one sentinelle,
*ttatt te nord, to contiens le midi....
e d .bros ont suc6 ta mamelle !
i rteX lauriers ont toojours reverdi
c Orand'Anse aimable souveraine I
fs pieds gronde an lion ombrageuz;
Vef A du nord I'imp6tueose haleine
ac'our caresse tes cheveux.

S lmerds frais de ta verte rivitre
J*m L PAlmier, arhre de l Libert14


Criet une fltir au voyageur bien ch6re,
Au doux pirfum: c'est 1'hospitalitd.
A cette -aptivante vertu, Jdremie
en joint tve autre, fort appr6ciee
dauns la circonstance par M. Laforest :
'test, paralt-il,- mais je mets ma res-
vonsabilitE a couvert.- la tolerance.
Tonjours est-il que c'est A cette ver-
tu que nous sommes redevables de
pouvoir aujourd'hui examiner une
conference faite en plein Cercle Ca-
tholique par un.... protestant. Ddci-
dement, Jdremie est bien ddvoude au
dieu po6tique : elle oublie la foi
pour le souffle.
a L'ELuvr des poites -, est il be-
soin 1e le dire, est un cri de rehabi
citation pouss6 en faveur de la po6sie
et de la litterature que,- illusion
d'optique nee de la distance,- M.
Edmond Laforest croit avoir dt6 a bat-
tues par la champagne du Matin.
Pauvre Matin, ignorerait-il, pour se
fair pers6euteur, que la persecution
eng.ndre los re.rudescences de fer-
veur et d heroisme, surtout en matie-
re de sacerdoce ?...
Le confnrencier, d'ailleurs, n'a pas
cache, nous 6taient destinies Rien, dit-il,
n'est plus ambitieux ni plus vaste que
mon titre, aussi n'en ai-je pas la pa-
ternit6. Je l'ai trouv6 dans l'un de
nos quotidiens, en t6te d'un article
qui n'dtait pas flntteur pour les Mu-
ses et qui nous fit leg r4ment frisson-
ner. a
Je n'ai pas I'ioteotion de faire de-
filer aux yeux du lecteur les argumen-
tations d'ordre sentimental par les-
quelles le distinge pobte cont6reo-
cier a rp indo, pour les pr6vepir,
aux effets de notre champagne de
presse. Au surplus, je n'y trouve rien
de pricis6ment saisissable come
argument doctrinal.
Ea revanch,, nous y trouvons cer-
taines reticencts aunsi pr6cieuses
que discrtes, come, par example,
cell ci : a On peut pr4tendre que la
guerre nest declare qu'aux mauvais
rimenrs qui a sont trop a, c'est cer-
tain I Nous no demanderions pas
mieux. ..
Et M. Laforest an se content pas
parfois de opneolsionfs ausi minces ;


assez souvent, il emprunto notre pro- voilA que, chemin faisant, nous nous
pre lance. Ecoutez-le : sommes rapproch"i, et i n i)s som-
a Eh bien, oui, ddcouragoons le tmes, parvenus A la fli d< cette
jeunes en mal d'6erire et tous ces ,causerie bibliographiqnIu, i pres
gr.iidsecoliersen... ruptured abane I'fnn de I'autro q ie, .;nns effort, je puia
qui deritaient po6te avec deiiu t* et prendre entire mes inai,'i les siennes
poesie avec un z s... Enseignors- et les secouer vigojirousement, en
leur A travailler, pour vivre de la vie signe d'approbation.
mat6rielle, comme A travailler, poui ILUX
vivre de la vie intellectuelle. Faisoons- ,
leur sentir le ridicule du pauvre es-
thete, qui se croise les bras et qui U. 'EI
s'imagine forcer I'admiration en affT i-j
chant des pr6tentions littdraires et
une pose hi6ratique.
a Disons-leur hardiment que ce P.E INS 1 G E N F. M -; NT
gens-lI sont edecres des r6dactions M *T1PJ~) OrT, T r.( T Q:.'i
d9 jourthaux, qu'iIs encoinbrent do
leurs lucubrations abondantes,proses
vereuses et mdchanti vers ; que le CI :; 1.- *t ai ,-
public lettrt les coispue et qu'en gA i, O
aeral ils sont la rise de to;s, qu'on S MINAlRE COLLtGE S-MARTAL
les regarded come dessdg6nt5r4s et A COLLEGES-ART L
des eunuques don't on se moquole.
)ans les lycees et col ges,. sovouss VENDREDI I Di:cen.
impitoyable. anx p,-.d inr4 da pIlits ''r.m6tre i. midi 762.9 ="/
v' rs ; aj( nl nons eni secode I' tule 6
do la vetsili:ation, et n'y mltons au- Tormperaturennm 2, 6
cune coquetterie, o'i meru o supprn- m.aInum 31 ,
mons-la ; je le veux bien, j, le r4c:'a- Moycnne diur'e de la tempr.a:,re -25,6
ini .j* 14 pratiquerai. rigour'cusemfints. Ciel ntageux ioute la i.urnv Dans la
E!ilir), aubaine inesperde, nous trou soir&e, Ir bdromktre s'est misassez ftrtement
vons dans la p6ror.tison du coinf,- A la baisse, et s'y est maintenu rendant la
rencier les declarations suivan:es, nuit.
qui sont famili6res aux leteurs du J. SCHERER
Matin.
Si l'on nous d'mandiait nonrti st- Brochure Scirntiftq ie
timent au sujet de I'aotue'le propt- Nous avons rtqu de Sainr-Mirc un opus-
gande ang o-saxonna, n ua oseiions culc de i A la plume du Dr Francois Da-
declarer que noun souscrivons pleine-'lencour, intit.ld: Quertion.s d'Himaalories
inent A la p!upart des donnees de la .A propos des microcyks du sang. :
rdforme social, que i'on nous indi Habitu, dit le Dr Dalencour, aux ~ita
quo et que l'on d4finit, aptes d'autrew; des hmnatologiques que c fais, d'utwi nua-
noua confesserions que, pour nous, niere constaate et spkiale, ji crois voir
le labour del'ouvrierot dlu paysan:rest le droit de dire un mot pour- cssayerdl
honorable ai.tant qsle la mission de fairre lire la verit6 dans une queuiioa emt
I'inslituteur, laprofession de m6decin bro:nille,A dessein, tantil es: vfai que noot
ou d'avocat;. nous rcoonnbl:iionis somtmts plong6s djns le chaos des t az-
que I'Angleterre et les EKats-Unis out bies malariennes. *
une sant6 economique m rveilleuse Compliments et remcrcii~cnits au Dr F.
et des methodes ratiooneiLes d'dduca Dalencour.
t!on, qui font leur grandeur et qu'il Naissance
est urgent de preconiser et d'appliquer Mme Gorges O'Callaghan, nte GonDS'
en Haiti, sans perdre de vue les 16gi- a heureusement mis au monde, & St-Marc,
times affinit6s de notre tempra mardi dernier 8 DWcembre, un garCon qui
ment... a retu le pr6oom de PIERR4.
lime paraissait, on pregnant laplume, Compliments aux 6poux et mille son
etre tr6s lota de M Edmond Laforest; hairs as bb66.


I







Monnaie de nickel
L'.ltaIa de jeudi dernier nous a appor-
tC 220.000 gourdes en pieces de cinquante
centimes. I y aura encore d'autres expd-
ditions qui formeront un total de
Deux millions, chiffre vote en Aout der-
nier pir le Corps Legislatif.
Arrivage et D6part
Par ,e a Prins Frederick Hendrick en-
tri lher sont arrives venant de :
'New-Yo*k: C Olrih.
St Marc : Ed. Rdgnier, J Baptiste. Em.
Charles, A. Dalencour, D. et E. Boyer,
P. Eveilla d, A. Supplice, L. VWritC, A
Durand, M. Disinor, Dupiton, L. Meus.
Bdliard Ge rges Callaghan, Guignard,
*
L'.Allai a la'sse jeudi avcc les passa-
gers suivants pour :
Petit-Goavc H. Coustcid.
GCiragne : 1. Gousse, Szour Eugenie.
Jdrmi' : Th Sinsiricq. A. Smstricq,
J. B Merlet, Gal N. Ch.ssag ie, F. Lara-
que.
7Vw-York : M. Cooney.
Chronique des Tribunaux
TRIBUNAL DE PAIX
SE(.TION NORD
Le sieur Joseph Basset a pour maltresse
la mere de Stanislas Dutton. Celui-ci re-
clame la restitution d'une vache vendue
sans droir par son beau-pere. MesFelix Va-
lin pout le demandeur et Joseph Basset
sont entendus. Le premier coicljt au de-
guerpissem-.nt d'une miison occupde par
Basset et i la restitutio de la vache
Le Tribunal condamne Basset A dCguer-
pir dans on dilai d'un mois et sur le se
cond chef ordonne la comparution person-
nelle des parties.
L'audienee est renvoyee A huitaine.
Dec6s
L-s epoux Nicola ont eu 'a douleur
de perdre ce martin leur enfant ANNE LouIsE
ag6e de a ans. Ses funerailles auront
lies denain marin. Le convoi partira do
It mason mortuaire, angle des rues de
1 Abreuvoir et des Miracles pour se rendre
i la CathCdrale.
Nos condoldances aux poux Bdonard
Nicolas.
-Les amis sont prids de consider Ie pre-
sent avis come une invitation.
Tribune du a M ATIN a
LETTRE OUVERTE
Au CHila DU PoUVOIR EXLCUTIF
President,
En attendant l'heure solennellc ou la
Nation par I'organe de ses mandataires
viendra confirmed le titre glorieux que
vous ont si Elogieusement :dcernd vos
concitoyens dans on sublime Elan de pa-
triotisme, j'ai I'honneur de Vous dresser,
A cette occasion mes compliments lea plus
sinctres et mes felicitations les plus cha-
leureuses.
.Dieu, ma religion et ma Patrie Is
Cett belle devise qui rivele tout un
beau programme politique permit i tous
les haltiens d'avoir confiance en Vous et
de croire enfin i l'volution de notre Pa-
trie.
Aussi, Soldat entierement devoud A votre
Gouvernement, je forme des vcrux pour la
conservation de Votre auguste personnel
afst qoe la paix et le bonheur soient enfin
possibles dans tous les foyers.
Dans cette pensce, President,
Je me souscris votre fidCle lieutenant,
JusTIW S RAPHIN
Commandant 11 Place at la Commune d*
Lhgans


Nouveau Jou nal
M' Charles Dub6, direcreur de la douane
de Jacmel, nous announce la prochaine ap-
parition A Port-au Prince d'un nouveau
journal don't ii aura la direction et qua
s'initulcra : Le Costitutionnel.
Meilleurs vceux de success.


LES BI(OGAllPHIES

LI'DIKRS CHIAPO i

Nd le 24 mai z869, Mr Ludcrs Chapo-
teau fit ses dtudcs au Pctit Sdminaire Col-
lege St Martial t entra, A sa sortie des
classes, dans Ie Commerce, a l'Age de 17
ans. A 22 ann, ii eut la procuration de la
maison Miot Scott & C* don't ii dirigea
les affaires avec une habilet: et une gran-
de probiiC. Dvenu chet de maison, ii se
signal comme un commerqant a concep-
tion large et attire sur lui I'attention de
ses pairs par ses combinaisons hardies don't
le success Ctonne parfois.
Au tribunal de commerce, ou ii est
nominr le doyen, il montra nouveau
ses exccllcntes quality i d'administrateur et
releva les prestige de cette institution par
IL correction qu'tl met dans I'accomplisse-
mcnt de ses devoirs ct son impartialitd
dans les decisions qu'il a prendre.
Mr Chapoteau n'a pas une vie publique,
ou du moins, pourrions-nous dire, une
vie politique documentee. C'est entire le
commerce et Ics plaisirs du monde qu'il a
passe les premieres anndes de son existen-
ce. Toulours gai, aimable, avenant, c'tst
aux femmes qu'il allait bien souvent, cin-
ier toutes ses pensdes, dans ccs sa'ons ou
I'on s'oubliait au milieu des rircs et dins
I'enivrement d une entrainante valse : com-
me rien n'est d6ernzl ici has, ii de-
vait naturcllement prendre un jjor kes
choses au sedreux, s'aftirmer dans la mitu-
rite de s:s concep ijns et .Laler s&s aspira-
t'o's aux affaires.
II a, sans doute, plus d une fois, r&ve
d'occuper le department des finances, une
fte lui avait peut-etre prcdit que son om-
bre traverserait- un jour les couloirs de cet
edifice, objet de tant de convoitises. C'est
encore, nous le pensions, au milieu de ce
beau reve de Mr Chapoteau, que Son Ex-
cellence le Chef du pouvoir Exdcutif est
all6 le rdveiller pour lui conftir le minis-
tere des Finances et du Commerce.
II connait les difficultis de la tache et
lesbesoins de la Nuion. Comme onluifera
de la bonne politique, il aura, souhai-
tons-le, les moyens de nous faire de la
bonne finance.
C. N. N.
( i uirre )


POLITIQUE

Enfin, nous voila enticrement engages
dans une voie nouvelle qui rdclame le
concou:s, I'appui de tout le monde. Les
paroles d'entente, d'union tombCes des
levres de M. DClinois, president de la
Chambre du Commerce ont une impor-
tance capital et marqnent clairement 1'd-
clos:on d'un esprit nouveau avantageux
pour 'a R4publique.
Nous pcnsons bitn sircerement qu'il n'y
aura pas d'abstention dans le travail Eoor-
ine A fire pour reconstituar le pays, pour
donner de la vitality A Ime national
restie trop longtemps anemise par la fau-
to do mauvais grants.
Les bones volonts, ceux que le dd-
goat avaient rendus indiffirents et qu'une
opposition systrmatique avait ecartis des


affaires apporteront certainement leur dd-
'ouement A l'euvre do reconstitution que
nous entreprenons avec la fermett et I'en-
tiere resolution d'aboutir A quelque chose
de bon.
Combien heureux serons-nous, lorsque
nous verrons notre cri d'appel entendu et
les hommcs de bonne toi venir metires a
service da pouvoir actuel leur science, leur
Snergie.
II y aura toujours place pour tous indivi-
dus A idCes nobles,pour tous ccux qoi von-
dront tendre une main franche, une main
d'ami au Gouvernement do cc jour qui
n'est d'aucun clan, qui appartient i tous.
L'esprit liberal, dans son sens le plus
large, le plus absolu du mot, restera com-
me une quality essentielle, I'lvidente ver-
tu du Gendral SIMON Personne no vou-
dra en douter, nous en sommes sars, les
preuves sont visible, ecrasantes et mar-
quent assez la magnanimi', de I'homme
qui respect la liberty d- tous ct offre la
plus grande protection A ses concitoyens.
Eugene Spuller prCd stit qu'un esprit nou-
Jwau sauverait la France,nous souhaitons,
nous, que celui qui se dessine en ce mo-
ment fisse le salut d'lliti.
CAMILLs NIRnk NUMA.
SI -


Revue Commerciale
DE LA
Maison Haag Fr res

Ii,re, le 10 Novembre 190)(
(C-L. Spkculativement parlant, CLt
article a eu certainement une tenue un
peu meilleure, et nous aurions peat-etre
pu rapporter aujourd'hui une certain
amelioration des prix, si la brusque et
dangereuse tension des relations politiques
franco-allemandes n'avait pas de nouveac
refroidi les esprirs, qui, peu A pen, reve-
naicnt A la confimnce, A mcsure qu-e Its
probabilites du nouvel emprunt prena'ent
forme. On n'aurait meme pas faith halted
devant la statistique mensuell. qui nous
confirm les enormes rece:tes du Brtsil,
en nous annonCant une augmentation du
a Visible Supply de 1.117 ooo sacs, et,
consdquemment, un s'ockc mondial de
6.27.ooo000 sacs.
L'incertitude quant A la question d'O-
Srient et A celle des d~serteurs de Casablan-
Sca a tout g&tC, et bien qae nous colons
le terme:
Mars fr. 38, Mai 37 so,JuilLt fr. 37-56,
Septembre fr. 37 7". la tendance de I'ar-
ticle est peu s-tsfisaisante.
Nous ne croyons pas qu'un sirieux con-
flit puisse resulter du grabuge actuel, mais
nous craignons que I'tnquid ante po'iti-
que europdenne ne dure plus longemps
que l'effer de l'emprunt bresilien.
Nous n'aurons rien de labonne influen-
ce que l'emprunt des fr. I5.ooo.ooo au-
rait exercee en d'autres circonstances.
Pour le commerce des cafes disponibles,
nous aurionscependant bien besoin d'une
bonne hausse. Les enormes quantities de
cafe achetees A Santos avant la gr6ve vont
se presenter maintenant, et les arrivages
auront lieu sur tous les marches a partir
de la semaine prochaine. Or, pour les ca-
ser, il faut des acheteurs. Nous ne pou-
vons pas, avec les seuls moyens des mar-
ch6s d'importation, tenir ces arrivages, le
resort des marches A terme faisant dC-
faut. En consequence, il faut que ce soient
les acheteurs de second et troisiCme main
qui s'en chargent, et malheureusement ces
acheteurs manquent.
C'est avec apprehension que l'on con-
sidere les prochains arrivages des cafes
Santos, come arssi, du rest, ceux des


autres provenances, et c'est en "vain just
qu'A present que les importateurs cher-
chent le moyen d'attCnuer le coup, ford-
ment d6sastreux, don't ils sont menaces
AFFAIRES HAITI NOUVELLE RctOLTE A l-
VRER.- Si on a si peu parl de cas affai.
res cette anne, 1'explication en est conte.
nue dans ce qui pr6ckde. On croit quo
les prix demands soot trop chers et dipas
sent les course auxquels il faudra vendre
les cafes plus tard, lorsque les arrivages
seront plus copieux. Pour le moment, on
se content d'acheter les quelques lots en
ddbarquement aux prix que l'intirieur
vent bien accorder, mais on refuse d'aller
plus loin. Un example frappant de ce I
nous avancons tient dans le fait que 1on
paye ia qalit des cafes contract No 2, en
disponible, fr. 52/51 1 /2, tandis qu'on a
pu acheter le contract No 2 Janvier/Juin
tr. 49. Aujourd'hui la valeur en est i
fr. 49 112.
II nous est impossible, dans ces condi-
tions, d'indiquer les prix actuels des difid
rentes provenances de Haiti ; disons quo
l'on a fait des Port-au-Prince tries de fr.
5o 1l2 A fr.'55 et i fr. 55 pour I'ancienne
rdcoltc. On a vendu du Jacmel tried nou.
vcau A fr. g51 r1 et jusqu'A fr. 5 112,
des Miragoine A fr. $4, des Petit-GoAve
machines Epierrcs A ft. 5t, des Jxermie
machines epiefrrs A fr. 41-41x I! t des
Cayes i fr. 42 112.
Port -au Prince gragc tri6 main fr. 66168;
Petit-Golve fr. 65 ;
Grag6 mal tried ft. 6o.
Parchemin fr. 52153.
Caracoli tr. 60158.
Triages fr. 26132.
COTON.- Nous ne pouvons rien dire de
bon de cet article. On avait obtenu quel-
ques joornCes de hausse, en escomptant la
cessation de la grave en Angleterre et 1'6.
election du President Taft ; mais, mainte-
nant que ces deux edvnements se soot
products, on a la tendance contraire i cello
qu'on attendant. La speculation est gave
e contracts i la hausse, et fait, par cells
m6tne, obstacle au Jdveloppement favo-
rab'e des prix.
Le temps a dtE tout-A (ait propice A la
rdcolte amrdicaine en course, de sorte qu'oO
commence A reliever les estimations de pro-
duction. Le Census paru hier donne cornm
me cotton egrene :
8.199.000 balles centre 6.128.562a e
1907 et 6 906.395 en 1906.
Nos cotes se comparent comme suit
Mars fr. 58 14, Mai fr. 7 718, Juillt
fr. 57 314, Septembre fr. 571l.4
Pour le coton iHati, la demand est fort
restreinte. On a cependant trait un petit
lot Gonaives A fr. 55 et un lot de Jacmel i
fr.57 Ce dernitr dtait dCji de la quality l
de recolte.
CAMPECHE.- Le calm continue, et ce
ne serait qu'avec des concessions qu on ar
rivcrait A fire quelques transactions.
Cotes nominales, sans changement.
Seules ventes : too t Port-de-Paix ol
.Assyria, bois de choix, de 22 kil. on rae,
A tr. 5,25, et 5oo tx Aquin Anglade a*
Bretagne, embarquement D6cembre/Ja,
vicr, a fr, 4.
CAcAo.- MarchC an pen plus souter
en g6nral, a l'exception des Bahia. DO
made assez r gulire, plus particulit*'
ment pour Haiti et Rpu oblique DomisioA
ne.
Ventes de la quinzaine : environ o30
sacs JUrmie, parties dCbarquement, parti
magasin, de fr. 53 A 54 choix, fr. 55 PoOr
extra choix; environ 2.500oo sacs, moiid
ddbarquement, moitid magasin, depuis rt'
57.5o au plus has jusqu'A fr. 62 poor tte
belle merchandise.
March soutenu pour belle marchuadis.
Rien de particulier des aut.es provoS-
coe, avec peo d'affaires.


I ~_ L __ n ~ __ _





Cuiss. Tendance soutenue.
Importations :332 Haiti secs et sali
ccs, 124 JrcYmic secs et avec appr&t, 43
port-au-Prince secs.
Dibouches : 178 Haiti secs et sales secs
38 Jr6mmie secs et avec appret, 80 Port
c-Paix secs et sales secs.
Stock : 16o Cayes sees, 332 Haiti secs
et alC sees, 122 Port-au-Prince secs, i67
Saint-Domingue secs et sales secs.
MIsL.- Fr. 5ol S5
CiIa.- Fr. i.6o.
GWsIN DE COTTON. Fr. 5I r6.


louvrels Erangres

Derni6res D6p6ohes
SANTANDER 9. Pendant son voya-
ge, le president Castro a eu de nom-
breux et longs entretiens avec NM.
Merlou, le ministry de France au Pe-
rou, qui se trouvait parmi les passa-
gers du tGuadeloupes. II a expliqu
ses intentions a ce diplomat et lui a
monlr6 un certain nombre de docu-
ments qui, a son avis, auront pour
effet de modifier completement I'at-
titude du Gouvernement Frani~is A
son 6gard. 11 IIi a, en outre, affirmed
qu'il Itait pr6t A fire d'importantes
concessions afln de retablir des re-
lations amicales entire le V6n4zuela
etla Erance. Mr Merlou a r6pondu
au dictateur que le Gouvernemenia
fran;ais serait heureux de reconnai-
tre ses dispositions conciliantes et
qu'il pourrait lui garantir qu'aucun
incident d4sagr4able ne se produirait
i son arrive a B)rdeaux
Daes uue d4peche euvoyde do Sac-
lader, Mr Merlon a mis bon Gou-
vernement au courant de la situa-
tion.
LA HAYs 9.-Le Gouvernement Hol-
landais semble ne rien avoir d#cidd
de d6finitif quant A ce qi'il doit fair
I I'6gard du V6nozul6a. On dit ce-
pendant que la surveillance des c6tes
v6enzueliennes commence vendredi
par 3 navires de guerre, pourrait Pe
transformer en quelque chose de plus
actif dans le cas o~ un navire de
r erre venezoelien tenterait de pren-
re la mer.- II est fort probable que
Ii an de ces navires eat rencontr6 au
large, il sera saisi et remorque dans
Mt port hollandaise.
CONSTANTINOPLE 9. Le baron
Marshall von B-eberstein, I',,mbassP-
dear d'Allemagne, a informed aujour-
d'hui le grand vizir Klamil Pacha,
que le marquis Pellavicini, I'ambas-
adeur d'Autricho, quitterait proba-
blement Constan.inople vers la de fil
a Remaine.- Qi oique I'ambassadeur
d'Allemagne n'ait faith aucune allusion
IQ boycottage anti-autrichien, le grand
izir a abord6 cette question et a
d4clard qu'il lui 6tait impossible d'a-
gir en opposition avec la volont6 d'un
ple libre. Le comit6 du boycott a
cooler aujourd'hui des embarca-
%8s dont les proprietaires grecs
raient d6barqau les passagers d'un
uire autrichien.
RoME 9. Le a Giornale d'ltalia a
*tque los gendarmes autrichiens ont
raI6 une 6cole italienne du Trentin,
at6te press de la frontibre.
PAIs 9.-- L'autorisation de pour-
itre Mr L6gitimus, accuse de fi au-
, h lectorales. a 6te demanded au-
mrd'hui I la Chambre dea Deputes.
1 eParlement prive Mr Legitimus de
Ia~ulit6 don't jouissent lea deput6s


frangais, la condemnation prononcee fi' l tlani
s aujourd'hui centre lui & PoinLte A I'i- i l iIi
2 Ire, deviendra imm6diatement i fec- U
live.
PARIS 10. Rente : 97.15.
BHAvRA 10.-- (:C Haiti, Cap : Lo PaqueLot a Mon r/al sera de
BovRDEAUX 10. Le paquebot tGua- retour dimanche 13 ;i m.lli et par-
s deloupe venant des Antilles, est ar- tira le m6me jur, A& h i2,.,, du soir
7 riv o r Port-de-Paix, Cap II lien, Pto-
PARIs 10 Ce martin, le Conseil des a Port-de-Paorto-Ric Sl-Thomas
ministres s'est rAuni & l'Elysdesous la I lat S J. 'I Porto-Rico, St-Thomas
pr6sidence de Mr Fallibres, s'est oc- LAGvrNT
cup6 de la situation crAee par Mr Mes-
sager, co-directeur de l'Op6ra. F. M. ALTIERI
Le ministry de l'instruction publi- -
que fit I'expos6 complete de la ques-
tion de la d4mission de Mr Messager, Francisco DESUSE
qui n'a pas 6t6 accepted.
Le Conseil s'occupa ensuite des de- Fabricant de chaussures
bats A I'ordre du jour des Chambres.
La Chambre des d6put6s commence
la discussion du rapport de Mr Sibille La Manufacture a toujours en detp6t
sur I'Mlection de Mr Leroy Beaulieu un grand stock, pour la vente en
& Montp3llier. gros et en detail, de chaussures en
Au debut de la stance, Mr Brisson tous genres pour
prononca l'6loge funebre de M. Del- HOMMES, FEMMES, ENFANTS
bert.
Au S6nat. Mr Reglhmanset parole Los commander des commergants
sur la question des retraites ouvri- de l'int6rieur pour:ont 6tre "ex6cutees
B res. dans une semaine A peu pres.
Au debtit de la seance, Mr Golin 23, Rue des Fronts-Forts, 23
d6pose une demand d'interpellation
au ministei'e des Coloniessur les f.its PORT-AU-PRINC ( HAITI )
qui troublbrent les dernieres l6ec-
tions dans I'Inde.
VIENNE 10.- D'apres certaines de-
p be-s rtt ues ici de Constantinople,
la Porte auiait Itl inform4e par son
reprsentant a B riin que le Chance-
lier von Ilulow avait piie le baron Z
von Arutllial. ininkre des affaires -
etrainger. 's d'Autriche, de s'entendre
Sle plus tjt possible avec la Tu quie 0
au si jet de I'annexion do la Bosn.e et tO E
i da [ PO00- 11 1POHDREi
Guadeloupe o Pauillac, un repr6sen-' 9 s
tant du nn nisitre di aLiftres 6tran- I 1. I8n59, Uraboug st-Xaitta. LPA
'gere-, m uti aboard et ut on ei.lt- "W ~- ItW-B-I -
lien avtcc le Prtsident Castro ; apies <
quoi, cel. i ci et !es membres de sa
suite debarqubient pour se rendre *
en train A Bordeaux. LA [ | I 1 ILI
.Ba^ ^B^ -- I-.-_-


Diuosth ne RoMULUS
Distilatear-liquoriste, industrial
Dipleme et m6daille d'argent A
1 Exposition Universelle de
Saint-Louis, ( Etats-Unis
d'Amerique 19o4 )
Announce sesclients tant A Port-au-
Prince que dans les autres locali-
tes, qu'il a transf6r6 sa maison de
commerce sise ci devant a 1'Avenne
St-Martin, Por:ail St-Joseph a la Rue
Rdpublicaine, ou Grand'Rue, halle
No 38, non loin de la Care du Nord.


e miangez plus de pain i
8'il n'est fat avec la "Pillsbury's
Beat."
La meilleure farine du monde
Celle qui donne le meilleur pain
Qui product le plus de pain
Le pain le plus blanco
Le pain le plus 16ger.
Pour tous renseignements s'a.
dresser A :
Ernest Castera
repr6sentant de la PILLStUs Y's WAsH-
BURN FLouR Mu.s Co MINNEAPOLIS
MILES


On deiande
De bons ouvriers tailleurs adresue
vous Grande Rue N* 148. Chez Jh St
C oud Maitre Tailleur.
---- -- ---~
IIr C. L. Verret

Tailleur-Marchand
1)onrii avis A sa bienveillante clien-
tele que sa maison No 7, Rue Traver-
siere est toujours bien pourvue d'une
vari6te d'6toffes de la haute nou-
veaute parisienne.
QUALITY SUPIERIBURE. COUPE ILiGANTS
TRAVAIL SOIGNI ExACUTION PROMPTI-
Pric trWs rlduits I

Mr Joseph Sasson
Marcha nd-Tailleur
Avise sa grande Clientele qu'il vient
de s'installer Rue des Miracles NO 12
en face de la Place Geffrard, il leur an-
nonce aussi qu'il vient de recevoir un
grand assortment de Casimir, Dia-
gonal, cheviotte, marchandises fran-
caises dernibres modes.
PRIX MODERES
Port-au-Prince, le 5 Decembre 1908.



s pour la Toilette






s 4 fdua6er l6 mLtatoa6


- adouicit l'6pidernme auquel elle
doInne une souplesse et un ve-
lout1 incomparable en lui corn-
t nminiurant son dlicieux oar-


d~~~~- u -te-,- t: ..... cte e souveraif-
fum. Elle conserve I'eclat et la fraicheur du teint, car elle est souveraine
centre le hale, les piqCires d'insectes et les eruptions de la peau.
sans bisniutii, invisible, adh6-
LA I rente, impalpable, plt!parBe
LAspecialement pour les person-
nes qui veulent avoir un teint
,tiprochable; sou paitlun ldli:tat, son velout6 ont contribute A faire d'elle,
la Favorite dc:s l ou4ires tde Toilette.
A base de Cr~me Simon,
tprtpart selon les principles
Sles plus scrupuleux de I'hygiene
Iossde oA uni certain degr6
toutes les qualit6s bienfaisantes et pr6servat ices de la Creme Simon ; il
est p.:uticulitrmnent recoinrnand6 pour la Toilette des enfants et pour lec,
dames don't la peau e-t d tlicate.
Agence Gen6rale et D6p6t pour Haiti
.A. la. Metropole
MAISON JULES LAVILLE
9.t, Ru4 du Magasin de oI'Stu, 93
_~~~ v ,-


MACHINES A COUDRE


SINGER


Machine a main avec couverture trts 616gante .. 12 or.
La Ilr rne ia main plus i66lginte .......... P. It or.
Petite, base en fer sans couverture .. . ... P. 8 or.
Machine a pieJ pour cordonnier ... .. P. 31 or.
Chez G. Cordasco
GRAND'RUE 134 (Ouest)


--- -- 5 1







SUCRE TURBINE
Si vous voulez un pur
prodvnit de la canne
Sans aucua ingrJdi rl chimnique
HRdlamez le
Sucre ,ie MON-REPOS
don't la sup.r'iioritd a det reconnue
par ine MAdaille d'Or obtenue A
Jame-town (1907 ).
L/Exposition Communale de 1907
lui a accord la plus haute r6com-
pease.
D6p6t G6n6ral:
23, RUE ROUX, 23
( Ancienne RuBBONNe-FoI. )


Tafia 20 o/o


Alcohol


Avis
Mr W. Bucli prie tous ceux qul
doivent encore A la Pharrnacie SSain
Charle~, des Gronaiz'es de bien vouloir
verger Ic monitant de leurs borde-
reau A la maison Vve P. Lance!ot & CO
qui leur doniieia q"'ittance.
Poit-au-Prince, 4 DWcernbre 1908.
W. Bucui

M~iison F. BRUNES.
ti*5 (GR'INDAUE 19%
D rigfs6 par

L. HOD3ELIN
4.4 Uzo "44rf la e Li&cu Phila-
thropique 1?S 'ea~ire talgurs do Part
vie ntve raf evoir un grnnd choix d'd.
ii'Age l rutlei1, Casimir alpa", chavio.
t%. e:'wote -.tur devil, etc Raeomaman-
doA sa cijeotAlp an-
b"Ife to ottoupe. do casimar
do 'Aip (fc. 1zuttisio at A* pique de
tout. twia ut-1
%A Jciaii'A de COStUlM6 de no-
004. I I1pIi4 Franvatse, Anglaiv et
Awdne ,t( e Its !a ;terni~re porieC1on.
La mul all e-f -n ctlaoee auset deJm C0o
tntrt 1~-i n z :ilviro;Cs abits brodes
do 1,m a1-A-. ..',tqufss h bat-I oar.


Cordonnerie Notivelle


Go BE PETOIA
1493,'G AND'RUE. i3
PORT-AU-PRINCE
CHAUussuauM MTOU9 0=9&=
a 1434T, POUR LA 9=-.
M SRO* Er D*rAIL
3zouI~ionr pl~o~pt~ d
comr~urro. taut lot q~u'm
0Provirm..
Former & bomtn s; Oligautes ot ra.
tionuelles.
Manwanres do dames ( Dmrw.0 me.
do do Pairix ) et le plus commode:
chanssuros pour enfants confection-
n~es avec des Peauw de toutWs mewrace
d'une election et durse irrtprocha-
bles, I des prix avantaoux.
Cirages, pAtes ot liquiden
Pur causrtura de sm. awnjes


I A Vendre
A I mprinmerie di Mafmin le
volume d s Lois et Aoteo
Ganthier, Amnnes 1895-1890,
de Cinq Gou-des.
_ _ a9 __-Y "'^^'"' 1 1


dernier
par C.
ia prix


ANT. LABASTILLE
( AUX CAYES)
On trouvera:
Casques Drill blanc.


Chapeaux
Chapeaux
Chapeaux
deuil.
Ceintures
meos.


Chez


feutre dur.
feutre moo.
paille noire pour


cuir pour


homa


IW Phe du hm.d-w
PQRT.A V-P RINCE (HKAITI)
Mme Hermance ALFRED, directrice
APPARTEMENTS POUR FAMILLrI
DINNRS--LUNCRON
ImsZutoa~r usdw--s. a cewnlwi.M.. Tu eur Bauw. rTap~trru Im
Louce *g rigulihro. Lea Trcusways dsservmnt1 lH6Ukl-BUues butea La 7 tii
PROPRI]TM SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RU=
PROMECNADES JALRDINS
SaUe d. M.oi-P1.Mle.-riquw
Sounorios fliectriques


Table d'H6te


App. Cipolin


155 Rue Rdpublicaine en face de Mr
E. Robelin
Conserves fraiches arrivees par der-
nier vapeur.
Assortiment complete d'huile d'olive
pure, par gallon demi gallon et par
litre
Vin de Bordeaux : rouge et blanc,
vinaigres, madere.
Grand assortment complete de ii-
queurs.

Demandez le MATIN
chez Joseph D6rivibre.

A. de Matt6is & Co
Maison foide 'en 1888.

Deniers articles rcCI

Parfumo rie Houbigant; Ro-
yal Houbigant ; Fougre Royal; Par-
rum Ideal; Savon. Poudre ; etc. etc.
Coffrets de parfumerie tris 616gants.
Parfum renomm6 Astris ; Lotion, Tri-
eopherous.
Lampes, Fouets et Chamois
pour buggy et buss.
Arcen erie de luze, Bibelots,
Moustiquaires, Brosses. Pipes, Fume.-
cigarettes, Cravates, Maroquinerie de
toutes qualities.
La Maison a toujours an grand as-
sortiment de Bijouterl, d'Areerie,
de Diamant. A la disposition du public
en g6enral et a la portee de touted
les bourses.
Atel'ers d'Korlogerie et de
Bijouterie: Gravwrw, Confetion
sur commando.
.ekea de odl or 4t 1V ewd ,-
dlamenort s r pl s pdefwesw9 & ds prfAr&
eywntageux.
ACHAT D'ACAILLES DE CARfT
Prix exceptionnel
JULIEN FLORUS
Ancient ddluve de la 2t" Compagnie
d'ouvriers d'Artillerie ( Lorient )
Se tent a la disposition du public
pour tous travaux de FORGB, et d'A-
JUsrAoE, de REPARATION de coflre-
forts etc. etc. a de bones conditions.
Rue de la R6volution N* 19
P .4-vi de la Chambre des Ddputti


PREPARATION


sewI Ie jtws, 4. sNI d i kemrm,
do 7 A8 4r# 4manr&


IEEr COITINENTALE
DR
Port-an-Prince
CAPACT 500*PEAUX PAR JOUR
DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24) COULIIM


Vente des ohaussureS : Chvreau-glao6, Vern et oou-
leurs, pour Hommes, Dames et Enfants.
( BoUrroml, ELA0TIQU wr LAct )
En aros et en d6tail Dour toute la R6anblima


w


a --


- -.- ._ p_


GRAND


PRIX


HOURS COrCOuRS


Rhum Barbancourt
MIdailles d'or, Mention honorable, Membro du Jury, Grand
prix, Hors oonoours dans toutes les Expositions depuis
1881 jusqu'A 1907. ( Anoien et Nouveau Continents)
Madome Veuve BARBANCOURT, soule d6poui-
taire de la marque Rhum Barbancourt et seule propik
taire des formulas qui ont faith obtenir au RhuMn Barbea
court les m6dailles d'or de toutes les Expositions, a pris la saIts
lea affairs de feu son mari, et se tient A la m6me halle, si 7.UP -
des C6sars, A la disposition de sa nombreuse
don't le commands seront ex6cut6es arec le m6me soin qu M
le paM6.
.^1


Chapeaux I -
Chapeauxl
tlapata! ift
VAlttL DI POITO-tRCO
ACCOUREZ CHEZ

JOSI SAN MILLAN
Le coiffeur artiste, qui vient avec le
concours d'un chapelier renarquable,
M. JAIMs TESTAR, d'installer une
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon de Ceiffwre i L.owrs
Pour tous leI gotta et pour touted
les boarse.


A L'ELEGAIK
OORDqNyyRIE

43. Rae d'PWts-Foru.
CHAUSSURKS EN DP6T,IPOUR LA V1T3
Promptitude et soin aul OMUas
des tant ici qu'en province.
Chaussures de Dame form eAt *r
vail toujours tout ce qu'il y a d pIas
nouveaux.
Former am6ricaine et franoa ei oor
Messieurs ; 616gantes et c0mO .*
Pour les enfants le plus& I'*e.
Travail solid ez5U t4 av0
des peaux de premtAr~"e'**
Assurance de grand rabala.
PAtes, Cirage t et q i


I I rr Irr I _I-~ -- ---~


-u


-- ,I I I I


T,