<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00481
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: November 18, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00481

Full Text
gieui6me Ann6e, No 492.


PORT-AU-PRINCE ( HArT )


Mercredi, 18 Novembre 1908


J


QUOTIDJEN

Abonnements: LE N-UCK CK- m_
waT-AU.PRINCE UwiMon. G.200L15
f Taos Mom. a500 Cl6X) t aIjl1c r,
xRT h INT S Mots.. a 2.20 Les abpunnvci:-n parent do ie et do i $ d chaqua
(MTS oIS Mos a 6 00 bt DALCTU)N-AJMINISTRATIUN no., et sont payables d'avance'
ttRINGER...... Taois Moo. a 800 4S R UtO111, 4S. Ls muaincrtl ne~r69 ou uon Ga DOroMu p rmmu

Pr tout ce qui ooncerme l'rA~iaistration dtu Journal. Wadlreasr A Monsiour Arthur ISIDORE, 45, RuE KI aema an3 .- fle


ALEXANDRE DUMAS

LOIE FULLER

EUGENE POULLE

L edibre danseuse raconte comment elle fut pr,'sentee t I'auteur de
h Dame aux Cam6lias par un gentleman haitien.


Os a b:aocmup parl des te'ations d'a
ait' qui existaient entire notre distinguo
coptriote Eug. Poulle et le maltre &cri-
uin A. Dumas. Les meumoires de Loi-
FliTr-e la plus chaste et la plus expres-
iredes danseuses a- qui viennent de pa
Wire t occupent en ce moment I'atten-
ti0 de la press fansaise nous racon'ent
r episode interessant. On y verra A quel
grI d'es ime et d'affection I'auteur de
utaode chefi-d'ceuvres--!a'Princesse Georgis
k Fls naturel, le 'Demi-,onde, la Fem-
Sdc Caud",- tenait no re ami.
Une tel e amiti6 il'umine toute une vie.
Ct lutien aux belles mani res sceptiques,
"Iant obitini de toutes les tormes d'art,
ao.teur attendri de la Beaut6 d ns ses
aoidres manifestations cet homrne qui
erine les coins insoipcionnhs et la grla;e
it choses qui se cichent, traverse It vie
a souriant, plein de tact, d'A propos et
d&gjnce, regardant la foule de tr6s haut.
Cr, une grande glaire aureole son exis-
oce de f, rvoye, et I'image do mai're
ai l'hoora de son amitie, cette amiti6
( menodisrent en vain des souverains
4", revit sans cesse daos sa mznmoire
Si.e.
. Pill se r:prhsente j'imagine, tou -
Mf.&rly Ie Roi il fat froid, it neige,
'et enexil, les jardins son& d6sol6s -
O Alexndre Dama; et Lole Fuller,
e noas Ie mootre une pho: ograhie
lPttores e oh I'H tien, poor one fois,
e la place d'honneor.
. cette evocation doit-etre poor lui un
causes les plus captivants de sa lab3-
texistence.
~-
sir a'ix Folies-B rgAre on m'ap-
I*" denx cartes. Sur I'une dtait gra-
Snoom do Ministre des Finances de
,ur I'aure, celui de M. Eugene
Wks, galment de H1ti.
LP lent blen me vouloir ces


Le ministry probab'ement dJsirait
q-je je vinsse danger chez lui.
C's messieurs entrerent, et je recon-
nus en I'un d'eux m)n exil de la Ja-
maiqu.'.
Mais cela d-*mande une explication.
En 1890, je fus engage par un ac-
teur nomm6 William.Morris pour une
tourr-ee aux Lides. Je d(ivais Otre l'd-
toile de la troupe don't ili tait le j-u-
ne premier.
P.ar un froid mitin d'hiver nous quit-
tfnes le port de N'w Yrwk, et a p9i-
ne en m'r nous d-vinmes la proie dl'une
6pouvant.ible temple. Deux jouis et
deux nuits, le capitaine rest attactli a
l. passerelle et on ctut que nous al-
li)ns sombrer Mla mibr. et moi n'a-
viotus jmainis fait de traversde.- Nous
lions horribleme it m la les e:, confi-
nids dans notre cabine, nous nous dtions
f ites a l'iee q i'en mar les chosas de-
vaient touj urs se piasier ainsi. Tout ce
que nou1 regretiions seulement c'6tait
d'avoir entrepris co voy;lge. C-rtes, on
ne nous y reprentr.iit pl1s.
Iorsque nous arrive nes d ins les
mars du S Ad et qua les 11 ts se furent
apaises, nois comprirmes entin quelle
tempete anormali noas avait tous se-
coues. Q elqites jurs plis tari nous
dibarquious a I Jam aique, a Kingston.
Ms m re, M. Morris et moi logionsau
meme hotel, a le Clarendon a.
N mu pi raissions me:n3 en 6tre les
seuls hb bitants.
Nous preniois nos repis au premier,
6tage dans un grand hall, sur lequiel
donnaient routes les chimbres.
Mais non, nous n'6tions pas seuls,
car tout i cou? un gentleman larut
en ikcAe.
D'abord nous ne faies pis grand
attention a li, maAis nous remirquA-
ma9s pean pen qu'il paraiss Ait fort mS-
lacolique. Comee il falsait tres chaud,


il dtait toujours en pyjlma. C'est un II ajouta en souriant d'un joli et bon
detail don't j, me souviens, car M. sourire:
Morris aussi ne portait guere autre cho- Je peux dire a mon vieil ami ,,
se. Li chaleur etait insupportable. car mon p,'-re ,dj;i ttait un vieil ami
et A AI. Morris d'inviter le nouveau ve- Vraiment lis-je, au comble de
nu a notre table. Je d6couvris avec p-i- la joie. Vous voulez me presenter A
ne que toute conversation entire nous I'auteur de la Dame au.r Camilias ?
etait impossible, car il ne parlait que Oui, repondit-il.
le francais, et nous ne parlions que I'an- (ela valait bien douz ) visited a la Ja-
glais tnu lue et je le remerci:iavec eflusion.
Avec force pantomime et beaucoup de Pleu de jours apr6s, il vint me pren-
bonne volonte de part et d'autre, nous dre pour me conduire a Mirly chez le
arrivAnues A lui fire percevair notre grand ecrivain.
ddsir. Pendant le trajet en chemin de for,
Toute notre politesse, loute notre M. Poulle m'apprit une phrase fran-
amabilite consistaient en rJvdrences et icuse que je d(vais dire loraque Damas
A fire aller nos bras de ci de 1l avec me tendiait la main. a Je auis trei con-
des airs entendus, nais dcs que nous tente ie setrrer votre main I Et, com-
etlnes fail connaissance, nos relations me d1- raikon, lorsque le moment fut
s'etablirent tout de mi ne fort bien. arrive, je dis I m dheureuse phrase
II vint Avec nous au thEit're chiuque tout de travers. Au lieu de prendre uie
fois que nous jouions, soit trois fois par ,Id ses mains, je m'emparai des deux
semnaine et nous prenions nos repas et proclaim i av(oc emptla se et en ap-
ensemble. puy-ant sur cli lque inot : 9 Je suis tr'*s
Pendant les-. Irois m is que nous content dle votre main serrAe s. Je ne
resA.'nes5 la Jimai'liqe, jcrlois I'avou-r, compris pais si rtponse, mais mon ami
je ne m'inq'liitai pas d.l savoir ?on nom. par 1, suite me dit que Dumas avait
Aussi bitn me sui.-j t tonj >urs moin repliqui, :
inl'uidtle du nom ,le mes 1 mis quie de --MN marin n'est pa-s serroe, mais .t
mes amis eux-mmres. sais ce que vouis voul, z .iti, mon en-
Apre- I .lJamnaique nous retournAmps fant. Mn arni P'lulle m'a racont6 ses
A New Yoik et je ne pensai plus gu'!e jours d exil A la .I.rnmailue, et je vous
i Kingstoin. ouvre mon .c ar iret mes br.14.
D!ux ans plus tar.1, lorsque j d- S,)n gste est la seule chose don't ij
butai aux Folies-B irgrae etqi'un mon- me souviennr', car 'out le rest tait (d
sieur delgant demand a me parlor, grec pour nmii.
avec son ami le ministry des Finances A partir de ce moment il y eut une
de Hiiti, il se trouva que c'etait notre g'ande amilii, usie grand le svympalhid
compagnon de la Jimaique. entire nous, lbien q-tue nous ne puissions
Entre temps, il avait appris I'anglain, Ipas arriver a nous entendre. Parmi lea
et put me raconter que lorsque nous grands homes que j'ai approchld, peu
I'avions vu a Kingston, c'6tait peu de ont exercd sur moi un ch irme pareil
mois apre4, une revolution qui avait a celui de Dumas.
eclath A IfHi. Le pAre do notre am', I. A dbjeuner, un jour quelqu'un me
un des gr anis financiers de I'lle ,vait d~maanla si j'aimaik beaucoup M. Do-
et6 assassin et lui-meme avail di so mas, et j rdpondis en fragnins, que jt
sauver dans une barque. me possedais encore qu'assez imparfai-
Apr6i m'avoir raconte cette tement:
histoire qui expliquait on air de tris- J'ai elle aim beaucoup.
tesse lori d- notre premi.;re rencontre, I)uras, tout second ise ruie ditqueltue
il me 'lematifaue
-A qeoi pui-je vois re bon ? Vou Oe cqe jle I pus saisir et que I on
sembl z avoir tout ce qu le o1icm-e trii-it ici :
peut donner. Mais il y a une chose II dit qu'on I't pris pour on las
,que jp puis fire, et qui, j'en uis de ctiose-, aniis ja'nais encore pour
sor, vous f0.ra gr.n I plaiir. Jo pentO une femme.
vous presenter A mon vieil ami, Al xan- Dumais r:iit ercore et il baisa me
dre Dumas. main, ce dout j) me moavieos seei.






Une autre fois nous 6tions A Marly
le Hoi et le conte Primoli fit de nom-
breuses pulaotgral hies de nIous et du
jardin dans lequel ii ne retail plus
qu'une seule rose j tune.
Dumas la cueillit et me la donna.
-Cher mdltre, lui dis-je, c'est la delm-
nix re ilu jarlin, il 1e fall tit pas mi la
donner.
M. Poull servait da traducleur ; il
me transmit cette rdpo- so de Dumas.
Et bi -,, puis i''elle a une telle
valeur, q s'allthz-veus ill : donner en
echanwe.
Je repon is qu'une f-murne ie pouvait
donner qu'uie seule chu.e pour une
pens6e i belle que cell 6voquee pai'
a rose.
Et c'et ? ,lit-il.
J'attir.i aa liguieA moi etl'embrass i.
Juste *d ce moment le comte Primi li
fit un instant.and e nous, instantan6
que je i'..i j.un.ais eu le plaisir de po-
s6der. NI .i- i';i mi-iux lu'uune image,
j'ai consi, \; la Ouse.
En causant avec Dumas, j'ai appri-
de lui des chocs a'\x.l,'o lles j. pens raI
ma vie entiAre. Un jour, toujours avec
M. Poulle pour interprkte, nous pir
lions de lai Dame au.r Camnlian et du
ID'mi Monde et Ilimmoralit deos f-rmn-
lues qui le com psent. 11 dit alors cette
chose que ji n'oublierai j imais.
Lorqtl ue ois Irouvons une crta-
turo de ltheu, et que nous n'apercevoas
rien -le bou en elle, la faute en est
peut-dtte a nous.





RENSEIGNEMENTS
MtTPOROLOGIQUE8S

C 13errvattoire
DU
StEINAIRE COLLEGE SL-MARTIAL

MARDI 17 NOVEMBRE


Barometre A midi

Temperature imanimum
maximum


763, -5"/"
30. 6
21. 0


Moyenne diurne de la temperature 25.7
Ciel un peu nuageux presque toute la
journee. Le barometre est en baisse.
COMI'TE
La compete a, depuis quelques jours,
beaucoup gagne en eclat ; elle est devenue
assez bien visible A l'aewl nu. Voici sa po-
sition pour hier au soir.
Ascension droite : 8 h 5so
Declinaison bor6ale : 30 5o'
Depuis trois semaines elle a done va-
riE fort peu en ascension droite, muis
beaucoup au contraire en d&clinaison. Elle
a march d'environ 28 degrees vers le Sud,
traversant les constellations de la Lyre, de
1'Aigle, du Serpent, et I'une des bran-
ches de la Vole lactCe. Actuellement, vers
6 heures et demic d soir, on peut voir
la com6te vers l'ouest, au trois quarts de
la hauteur entire I'horizon et le zEnith, i
i5 degr6s environ au dessous d'AltaTr,
etoile de ire grandeur de la constellation de
l'Aigle.
J. SCHERER
Tribunal Civil
.Audience civil ordin sire d 17
jo9embre 9o08
Le tribunal prend siege A dix heures do
martin, sous la residence do Juge H. Mon-
destin, asssit de Monsieur Lys Latortue,


substitute du Commissaire du Gouverne- de droit common etaient incompetents
ment et a prononce les jigements sui- pour en juger.
vants : L'arret intervene ce jour, en contormite
Celui qui rejette les demands d'oppo- des conclusions de Monsieur Luc Domi-
sition des sieurs J. D Meczger et Co aux di- nique,Commissaire du Gouvernement pres
vers commandments ; rejette les dom- ce tribunal, rejette le pourvoi de la Ban-
mages int6rts rcclames par B. Riviere et que en expliquant dans des considerations
Co. centre J. D. Metzer ; dit que les remarquables A tous regards que c'est mal A
cent gourdes touches par Me Mathon se- propos que le contract et le dcret de sanc-
ront co:npens6es entire les parties ; dit que tion de I concession ont Etc invoques par
I. D. et Metzger Co ne pourront jouir du la Banque pour decliner la competence du
bdnefice du nouvel article 682 du code Tribunal civil de Port-au Prince.
de procedure civil qu'autant qu'ils auront Puis la composition du jour entire en
prouv6 qu'ils ont des biens, corporels ou s:6ge sous la presidence de Mr. le Vice-
incorporels, libres, certain, liquides ; de- President, Ernest Bonhomme et entend les
clare que ces biens seront affects au pile- affaires suivantes :
ment des dites condamnations et de celles -Massilly Coupet, centre Pierre Chan-
de ce jugement don't I'execution provi- go. Le juge JerCmie, Rapporteor, done
soire sans caution est ordonnee nonobs- lecture de son rapport.
tint opposition aux terms de 1'article Le Ministere Pub!ic, Mr. Luc Domini-
142 du code de procedure civil attend nique conclut au rejet du pourvoi.
qu'il v a jugement precedent et condamne -Midame Vve. Maxime Jacques centre
J. D. Metzger aux depends. les sieurs Aug. Ahrents et Georges Rou-
20 Celui qui carte la premiere branch main.
de I excption soulevee par L.onard Jer6 Le Rapporteur, Mr. le juge Anselme lit
me ct Galettes, laquelle exception etait son rapport.
basWe sur la nullite de I'exploit d 20 -Madame Vve. Maxime acques centre
Aoit 1906, pour n'avoir pas indique le de- ia demoiselle Marjory Wadrop, Le juge
lai de distance, mais accueille la deuxie ne Edmond Heraux, lit son rapport.
b-anche de I'cxception de LConar J&r6me Me C. Cesar, avocat de la dame Maxi-
toujours sur I'exploit du 20 Aout 1906 ; est mtn Jacqaes, demand au tribunal la jonc-
nul pour n'avoir pas &et enregistre au tion dei deux affaires.
bureau de la commune de Thomazeau et Me J. L. Dominiqueour Ahrents et
condamne les consorts Galette aux depens. 'C. Benoit pour Georges Roumain et Melle
3* Ctluilqui rejette la nullite d exploit Marjory Wadrop, repoussent cette deman-
propos6e par DWmosthenes Lespinasse com- de de jonction.
me sans fondement ; au fond dit que De- Le Ministere Public, Mr. Elic Curiel
mosthCnes Lespinasse ayint execute le ju- conclut A la joncrion demandee.
gement don't est appel en assignant au pe- Le tribunal, audience tenante, rend un
titoire ; recoit la dime Veitulie Pierre arret qui declare qu'il n'y a pas lieu A jonc-
Robert appelante du sus dit jugement ; tion ; ordonne la continuation de la pre-
dit qu'il n'y a pas lieu de statuer sur les miere affaires.
moyens de l'appel ; se declare d'office in- Les avocats des parties ont la parole.
competent et renvoie les parties par de- Le Ministere :Public, M. Elie Cunel,
vant qui de droit. conclut i la cassation du du jugement dE-
Une autre composition sous la presidence nonce.
du juge A St-Rome, assist du MinisterePu- Sur la 2eme affaire.
blic Lys Latortue, a prononce le jugement Me C. Cesar et C. Benoit, pour leurs
suivant : clients sont entendus en leurs observations.
Celui qui renvoie les Epoux Justin S- Le Ministere Public, Elie Curiel, con-
raphin devant l'officier de 1'Etat civil de clut A la junction d-s deux pourvois pour
cette ville ( Banlieue ) pour piononcer e re statue sur le tout par an seul et mC-
leur divorce ct fixe A Deux cents gourdes me arret, a la cessation du jugement du 8
la provision ad litem une fois payee, etc etc. juin sur les chefs relatifs A intervention
Atffire'entane, continuation renvoyee du sieur Georges Roumain, au maintien,
a jeudi ; ce sur demand de Monsieur le au contraire,du jugement du I novembre
substitute Lys Laortue en rejetant le second pourvoi.
Divorce des epoux Fernand Duroseau.e est lev
M" Leger Cauvin et Emile Deslandes Le siege est lev.
ont ete entendus en la lecture de leurs Tribunal do Paix
conclusions. SECTION NORD
Puis le siege est level. A dix heures, comme d'habitude, le
Tribunal de Cassaticn tribunal a pris siege et a entendu I'affaire
SECTION CIVILE Casimir contre Amilcar Oscar, de Caradeux.
Aud etce du Mardi, 17 'tovembre 19o8 Me Carinski ayant requis defaut centre
S.son alversaire, le tribunal a fait droit A
Hier matin,a dix heures et demie,1e tri demanded ns lui adjugr ourtant ses
bunal, sous la prEsidence de honorable conclusions, faute de preuves suffisantes.
Juge C. D~jean, a rendu un arret sur le Une obligation de P. iso qu'il avait
pouroi former par la Banque Nationale en s possession, soumse trop tard au
d'Haiti centre un jugement du Tribunal emagistrac set carne, ommie preuvre va-
civil de Port-au-Prince, rend enre elle gisble, a procarte, comme pres.
et I'Etat. e, process.
On se rappelle, sans doute, que la re- Elections a Cuba
clamation de I'Etnt centre la Banque con- LA HAVANNE 16.- Tous les rsultats
sis:ait en une restitution d'une valeur de connus jusqu'tci indiquent qu'A l'excep-
P. i.914 or 69 qui provenait d'une prime tion de deux, tous les candidates libiraux,
de 5 olo prelev6e par elle sur l'envoi de au sdnat ont etC Elus. Les conservateurs
funds effectu6 pour compete de I'Etat en ont et& victorieux dans 12 municipalities
19o6 pour le service desemprunts de 1875 sur 82 et ils ont elu 32 representants sur
et 1896. g8
La Banque, invoquant L'article 23 du de-
cret de I'Assemblee Nationale du to No- H6pital Militaire St-Alexia
vembre I88o, sanctionnant le trait de Vendredi, vingt Novembre, une messe 1
concession passe A Paris, en vue de Ia cr6- de Requiem sera cElebrEe dans la Chapelle
ation de la Binque Nutionale d'Haiti, sou- de l'H1pital Militaire, pour le repos de
tenait qi le d iffrend Ctait ne entre le l'Ame de Madame NORD ALtaxl.
Gouvernement eslle A l'occasiou du ser- Cette mess sera die a six heures et j
vice de la Tresorerie et que les TribunauO derae.


Ecole de M6decine
Hier, ont subi avec beaucop de snuc
lear troisi6me examen de Mdecine i.
etudiants :
Joseph Loubeau, Alfred lafortt, W.
Villedrouin, D. Mills et Paul Lafootam,
son premier examen en Part Dentaire.
Avis
A vendre do bon Tafi par barrique t
/a2 barrique rue duPeuple, zo8, Place de
Cath6drale.
VIN SUPRI su u, LIQUEURS ASSOM 0I, A&.
ROW-ROOT SUP&RIEUR.
Avis aux sinistrr
Sous pritexte que leurs Bulletins ra
adhir6s de nombreuses personnel en at
demand duplicate.
Afin d'6viter que sa bonne foi wit sur
rise, la Commission avise le public qu
es duplicates ne seront dilivres qu'i pa.
tir do 23 courant.
En consequence, les originaux des Bol.
letins, don't les Nos suivenl, seront con.
sidir6s comme nuls pour la repartition en
course et toutes cells A venir.
NO* 2060, 2920, 3235,2554,x986, 1984,
4020, 216, 2634, 3471, 1441, 3096,1875,
2332, 1968, 2758, 549. 1128, 3094, 82o,
841, 698, 2872, 2664, 2809, 1399, 469,
1936, 1938, 1462, 2338 405 1436.2348,
3619, 2581,2135, 1986,3617, 17c6,1187:
41 Bulletins d'inscriptions.
Le Secrttaire, Le Prsident,
H. VocY C. RIGAUD
*


Nouvielles Etrangire


Derni6res D6p6ohes

BanLIN z6.- L'entretien de rempere
avec le chancelier de Bulow, remis i case
de la mort do g6ndral comte Halsen HaM-
ler, aura lieu demiin A Postdam Guillaume
est en ce moment a Donaueschingen d'o6
il partira remain. II court de nombreun
bruits concernant 'attitude de i'empereur.
L'un d'eux et c'est lui qui trove le pls
de foi parmi les allemands don't il a aug-
menti les inquietudes le repr&ente come
ayant poussi un cri de colere en discouta
la seance du Reichstag et comme s'taot
6crie, en frappant du poing sur la table:
Malgri tout je ferai ce qui me p'aira ,.
Des reunions ont cu lieu dans toutes les
villes d'Allemagne pour protester coote
I'attitude de I'empereur don't les actes soot
ouvertement discuts. Les orateursenggent
le chancelier de Bulow 1 se montrer fer-
me en demandant au souverain la pro'
messe de montrer plus de reserve.
On croit que Guillaume Ise rendni
Postdam en vitant Berlin, de crainte d'tu
insult A la gare de cette ville.
Diverses motions concernant des modi-
cations i apporter i la constitution vog
etre prdsent6es au Reichstag Boe nonn
de iouroaux out dejA propose qu let
nets civil et militaires de l'emprer-
jUsquo' present ont formia e sortge
chambre Etoile soient placdE seos li
veillance ministerielle.
BLGRADB I6. On s'attend I t ootu
tant i des incrsions des troupes mon
grines en Bosnie et en Herzlgovne o00 i
aqe le genie militaire autrichiens SP
tou'es les passes qu'elles devront travernsr
PAtIs 16.- Le come Chereobller I'
bassadeur autrichien a informed e iai
des affairs etrangeres M. Pichon qoe cow
me mesare de precaution sur Ia front3r.
Serbe, I'Autriche a renforc se. force
gendarmerie sur les rives de Is Dris
q ulle a organism ane ,atM veIA


II I-OWN&






observations. D'apres mes informations
tuce autre measure militaire n'a
F-. ioute cc diplomat ces paroles foni
,oire que les nouvel:es annon;ant les pr6-
atifi d'une imposante demonstration
ilitiire sont inexactes.
PARS 16, M. Hdouard Drumont a pos6
Scandiditure au siege de M. Victorien
rdoo, A l'acadCmie fran;aise.
BaLu 17. L'ernpereur regat le chan
alicrVon Bulow ce martin au nouveau
plisis Pt -darm.
Le risltat de leur entretienest que le
inceelier non seulement restera enfonc-
0 mants que l'empereur s'est engage
se traiter dorenavant des aff ires de
rtt que par les voices constitution-
miles. La victoire du Reichstag est
boc complete. Des son retour a Berlin
k chincelirr vit les membres du minis-
*reprussien et leir communique les de-
aits de son entretien avec I'empereur. 11
Sde mmre avec le president du Rei-
ag.
PEIN. Rien n. confirm que 1'empe-
uer et l'imp-ratrice douaritre auraient
tiempoionnes. Le pereonnel des lega-
tios etrangeres croit A la mort naturelle
k l'empereur maik ditftre sur cel'e de l'im
patrice douariLre.
Des rumneus i:nq'iit.ntes circulent au-
jord'hui sur 'c, r-ia ion; entire Ic prince
Chun, rg-nit c 1'ciiipereur et le i.11nc
Ching Etv:in si !Kii resp.ctivement presi-
dnC du con.sel des affairs etrangcres
amembrc du and conseil
BELGRADE.- A Li suite de repr ienta-
tion states par les paissances le gouverne-
&ntS-rbe a rappe6l les troupes envoybes
llifrontire austro-hongroise et licencie
biBervcs recemment appe!ees sous les
SLe roi Georges de Grace a et
rijourd'hui par le roi Victor Emma-
id.
Puis 18.- Rente : 96.90.
At conseil d s ministres, ce matin, sous
hprsidence de M. Fallires, le ministry
Saffairts etrangsrcs entretint le conseil
affairs extericurts en course.
Leministr. de la gueire fit connai:re
iq'enexcution de> decisions du conseil
icrcntinuait le rapatrie.nent des troupes
s corps de db.irquement de Casablanca
kminibtre drs tixavaux pub!ics fut auto-
i deposer stir Ic bureau de la chambre
lOx prolets de loi relative au r6gimne
ates. Le ministry du t.avail fit signer
t~projet de loi portant une interdiction
clle au marclhndage. s
Ldchanbre terminal ce martin la discus-
pau budget des colonies et commenja ,
ite la discussion du budget de la
tqu'Aile continue cet apr&s midi. Q
L'iti;cl pubic uni d-cret rci:du sur la
;Oii:ion du ministry des colonies por-
.I r1g'trnme tai'ion Four la propliylax e
k fi .re jauie aix c',,onies ct renet-
It viguour la loi sinitaire du 15
1822
Alourd hui (st promulguee la loi con-
"ax kmmres I'61igibiliti aux conseils
hommes.
Croiseur Jules Fcry naviguant i
Sdu GoIf. Juan dut rentrer a Tou-
r ramener le contre admiral Krantz
a2lade. L'amiial a a tc transpott6
t1 Pour subir une o-'ratiLon.
Ob5 fit explosion dans I'dtablisse-
de Pyrotechnie a St Mich-l pres de
*t. y a 3 morts.

re d'aviser l'administra- C
Sasr moi'-dre irr gulari t
't 1lservice du MATIN
q l" y toit de suite rem6-


MouvemrPnt maritime


VOILIERS:
Ste .Ann', Leogane 36
Divinity, 61
L'A4venir, 'o 90
Divinity No2, ,
CatUbrinpe,
St Chires, "
Cbjritd,
St-Pierre, Pc-Cove
St-Jran, "
Fraterniid,
St -Josep, Cayes


sacs


cafe
'4


186 sacs.
Cts emnbrcations laisseront demain c
vendredi.
--v


Cordonnerie Nouvelle


G. B. PETOIA
S13,'GRAND'RUIE. 143
PORT-AU-PRINCE
(HAUSSURKS sN TOUS GBONRE'
RN DPP6T, POUR LA VENTE
EN GROS ST DfTAIL.
Execution prompted des
corHmmndes, tant ici qu'en


Province.


b

















)U

VA


Formes & hommes ; le6gantes et ra-
tionnelles.
Chaussures de dames ( Dernidr mo-
de de Paris ) et le plus commode :
chaussures pour enfants confection-
nees avec des Peaux de routes nuances
d'une selection et duree irr6procha-
bles, A ids prix avantageux.
Ciyages, pAtes At liquidea
Pour chaussures d touses uanse


M C. L. Verret
Ta lleur-Marchand
Donne avis A sa bienveillante clien-
Ale quo sa maison No.7, Rue Traver-
;iere est toujour? bien pourvue d'une
rari6t6 d'6toffes de la haute nou-
reaut6 parisienne.
)UALITl SUPIRIEURE COUPE ILCGANTB
'RAVAIL SOIGNE ExkrCUTION PROMPTU-
Prix trWs rdduits I


hr G:etano E. R. Penza
ITALIEN
ArgeLteur. Dorcur. R6parateur
M6tallque et des Vases sacr6s.
Ofire ses services au public et par-
culierement aux curds des Paroisses.
GRAND'RUE, No 175
PotT-AU- PRINCE.


Panamas *...
ElBgants, solides, arrives par le
a Montrial .
Chez M"h LEONIDE SOLAGES.
22, Rus des Fronts-Forts.


Sacs videsl..


ui6tel Bellevue -


E1 ILe mieux situ6, le plus coo-
fortable.- Champ-de-Mars.-
Cuisine renommee.- Vue sar la mor-


Sacs videsl..


Entrepot G6n6ral des Grandes fabriques
)E tc.\L(:UFrr (INDo) DUNKERQUE (Fi tcs) Er DUNDEE ( ANGLETERRE )


SACS


spdciaux


pour


Cafs
Cafes


trids
ordinzd res


Cacaos
Les Types Courants constamment en Stock par ballet de 400 sac

Depuis 18 centimes or jusqu'A 28 centimes or


Pour grandeur regulibres 65x110 centimetres et
Poids de 1 3]4 livres jusqu'a 3 livres.
Sacs sur modules et sur types des acbeteurs.
Prix A forfeit pour livraisons mensuelles francs port
on le desire, Droits pays.


70x10 centimbtres.

do d6barquemant @t, at


50.000 Sacs de 1'Inde

Vicanert d'arriver par Balles de 300 Sacs.
Prix excepticnnellement avantageu a


S'adresser JULES


LAVILLE


AGENT ET DEPOSITAIRE GENERAL
93, RUE DU MAGO SIN DE L'ETAT


I


U


L'Usine Chateaublond

A I'honneur d'aviser pa nombreuse clientele de la Ca-
1itale et de la Province, qi'elle a transfer son Grand
6p6t, numeros 24 et 77 & I'angle des Rues, Macajoux et RApoblicai-
ne ( Grand'Rue ).
Ancien local de la Pharmaci St-Joseph


'IWO-STEP BONN IlL A TOUS

On trouve Allo! Allo Elle rsr-vaI .on m6ma et bienvei lant acuenil Elle g.ranit la
composition de I'artiste Bonnefil loyaut6 el la probit6 qui on it fai tn SUCCS it I a Re-
ux bureaux du Matin ", A 'H6- putation to jou s crois arts.
el Morch et chez le compositeur. L'U'sine Chateaublolud conserve en outre son NOU-
81. Rue Tiremasse, 81. veau D6p6t, place CAtheslral-, Angle des Rues du Peuple at Rouz.
Prix : G. 8. ( ci-devant Bonne-Foi. )


------ I -- -- I


_ J ru _


-- -am I.. -- -- -


A


. I


[


Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en ddp6t
un grand stock, poir Is vente en
gros et en detail, de chaus-ures en
tous genres pour
HOMES. FaMMES, ENFANTS
Las coman~en s d s commergants
de l'intdrieur pour.oni 6tre 'exdcut6es
dans une semaine A peu pr6s.
23, Rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-P1MNCe ( H ATI )


I


Ne mangez plus dle pa
8'il n'estfaitavc la "Pillsbury's
Best."
La meilleure farine du monde
Celle qui donne le meilleur pain
Qui produit le plus de pain
Le pain le plus blanc
Le pain le plus leger.
Pour tousrenseignements *'a-
dresser A :
Ernest Castera
represen'rant de la PILLSbUaY'S WASH-
BURN FLOUR MILq CO MINNEAPOLIS
MILES
'I~ I


I






. POUR NOS INDUSTRIES
La Fabrique James Lelfel & Co

Dont les Usines compte:it parmi les plus importanles des Etats-Unis et qal
joait d'unie reputation monmli-lo, a d6cid46 de constituer une Agence en notre
p-v pour ou u ts lei ar.icles Ile sa sp8cialit6 : MACHINES A VAPEUR, CHAU
DIkREs, LOCOM(TVErs, POMxPPI
TURBINES DE TOUTES LIS DIMKN-
TIONS sent vendues par elle a
des conditions xoeptsionelaU-
ment a antag ,ses et garan-
i.s de premier choLi.
Cee articles sont livrds sur
le wharf de Nt w-Yoek solide-
I IIment ebal a cin vue d'uue
long ie traverstse.
l O1 .utit en voir" des spici-
n IIs 6 1 Usine SL-.%i,: el ( Alr-
Sc "CII.uIs: ) oril mn.hineos #t chau-
dli tres fonclionneut depuis plu-
ieurs atj4 e- A Ji sati-iction
du propuittAire, M. Michel
Syivair ouul .\Agt pour ILaiti do la lFabrique James Leffel & Co
MoilsieuSr SyL.\:\XI olffe aussi & des plix avantageux des moulins d ean.es de
c'apacitd diverse et de toute soliditl, pouvant atre manoeuvrds par des mules,
des checiaux ou d-s bI,,af. et produisant de 50 A 130 gallons de jus do canne
pir lesura, dfe nt.oe qua des moulins A vapeur de toutes les dimensions de la
Fialri'qiuo 3. F. Sutherland des Etas-Unis don't il est le soul agent
pour llaiti.
(es articles souit livr s A Naw-York solidement encaisses. -
Pri~re4 d'aJIresser toutes dImmides de ranseigiemauts et toutes coin nan lea
au dit-Ageht.


43, L4c des Fronis-J orts,- PoRT AU-PRINtcE
_o- --


LE MEILLEUR VIN ROUGE

Six gourdes le gallon, Chez G. CORDASCO.
134 Grand Rub


AITI


..De 1492 A 1904
I'AH \V. IKELLEGAII) E ET J. LHLiRLSSON
Ouvirate adopt" par le D~partement
de 1'I:astruction public ue
Enu vente cliez : E. Robelin, a Aux
Armesd de Paris I, chetzW. Bellegarde,
59, Rue Lamaire, a l'l:nprimerie Aug.
A. HiAraux.

Maison F. BI.UINES.
19t t AND' KJ 195
Dirig6e par

L. HODELIN
Ancd mwembre d la Socied Philea-
thwrpiqe des witres tailleurs do Paris
Vient de recevoir un giand choix d'E.
tutte diagouale, ca:umir Alpaca, chevio-
to, ch'oiote pour deuil, ec Recomman-
de particuliremiii t A sa clientele o ne
belle collection de cu'ape. do casimir
de gilets de faPnUAiie et de piqu6 d-
toate beauty.
.Spcialit4 de Costumes do no-
oe.-.- tIoop-c- Fr-.n:aise. Anglaise et
Amdricaine de a derriere protection
La maimon confoctious, aust ides Cos-
tUa%6a militaires, habits brodia
dolmans, tu.Uques, habits ar-
r eta v .j, ai "I--..S Ir iss..


JULIEN FLORTJS
Ancien dlive de la 26" Compagnie
d'ouvriers d'Artillerie ( Lorint )
Se tient A la disposition du public
pour tous travaux de FeOROz, et d'A-
JUSTAGs, de' REPARATION de coflre-
forts etc. etc. a de bones conditions.
Rue de la R6volution N* 19
Visd-vis de la Chambre des DipuUd

Au dernier cri
FABRICATION DE CHAUSSURES
D. FERRARI
A l'honneur d'annoncer A ses nom-
breux clients de la Capitale et de la
province qu'il vient de se transfdrer de
la Rue des Fronts-Forts, avec son meme
stock de chaussures, d la Grand'Ru
au No 153 avec l'inscription ci-dessus.
Les clients seront toujours servis
dans les mames conditions; c'est-&-
dire avec les 5 /o d'escompte sur la
vente en gros; sans oublier les me-
mes soins et la mAme exactitude.
La Maison se charge toujours de fai-
re prendre lee measures A domicile.


B


Mr Justin Pescay
Avise sa nombreuse clientele que la
oulangerie S-Antoine


est toujours & Lalue, en face
Sceurs de St-Joseph de Cluny.


des


I


I's l' ftaI J- Oij! 4.aW
Li 7 1A W....a Ju &air


TANNERIE CONTAIN
DX


TILE'


Port-au-Prince
CAPAGITE 500 PEAUX PAR JOUR
PREPARATION DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24) COULEOIS
Vente des ohaussures : Chvreau-glac6, Verni et cow
tours, pour Hommes, Dames et Entants.
( Bouroimt, ELAsEIus ar Lc* )
En aros et en detail Dour toute la Rnnabla.


A


" GRAND PRIX


HOURS COnCOIS


Rhum Barbancourt
c.
M6dailles d'or, Mention honorable, Membre du Jury, Grand
prix, Hors conoours dans touts lea Expositions depuis
1881 jusqu'A 1907. ( Ancien et Nouveau Continents)
.Madame Veuve BARBANCOURT, seule d6pod-
taire de la marque Rhum Barbancourt et seule propri
taire des formules qui ont fait obtenir au Rhum Barban-
court les m6dilles d'or de toutes les Expositions, a pris la suite
le affaires de feu son man, et se tient A la m6me halle, sise 7, RUe
des C6sars, A la disposition de sa nombrouse dient1h
don't les commands seront ex6cut6es avec le mane soin que pit
le passe.


Chapeaux I :
rChapeaux I !
Chapeaux II
PAILLE DE PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ

JOSE SAN MILLAN
Le coiffeur artiste, qui vient avec le
concours d'un chapelier remarquable,
M. JAlMa TESTAR, d'installer une
FABRIQUR DR CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
salon de C.er. d4 Louvrs
Pour tous les gotts at pour to t-
lea b urs, e.


A Lt LGANCE
OORDONNERIE.
E.:. fREUP
42, Rae des Fronts-Forts.
CHAUSSURKS EN DVP6T,POUR IAVI
Promptitude et soin aux coMi5
de3 tant ici qu'en province.
Chaussures de Dame forme **t
vail toujours tout ce qu'il Y a de1 P
nouveaux.
Former am6ricainie et franCsi, as
Messieurs ; 616gantes et commUwo
Pour les enfants le plus l'aiMs
Travail solid eX oUt6
does peaux de premi p -
Assurance de grand rabais.
PAtes, Cirages et L1Quti


MANUEL
Di'HIST~iTRTE D'H


licAVRAM BELLEVUE
Pl"e do ChMp.-d.-ws
PORT.AU-PRINCZ (HAITI)
M. Herfnance ALFRED, directrice
APPARTERMFT7 POUR FAMILLZ
DINK~~ tS-LU3O K B.
Inwsalulums modww 0 a csor&&O;. Fw aWsr IS. TevS&hu,.
Iwawo .5 r4.IR.. Las CTEUSmuq S dewRuesl ZNOl.BFUw RmIs=iWimh
PROI'Kri:T SI&ACIFUSE. Sl'OfvRAuT SU1W OtUX Rt!U
Pri O M r2iYAZ : S -- J AP O NS
hiali D. vi~tCp,r meHa.- .U47


r- __ ___


II


~--- ill,


T~a( ~ !i'f~.'?tI


I