<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00478
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: November 14, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00478

Full Text


p4euzdme A=6%M Ne 489.


PORT-U-PRINCE (HAM )j


Samedi, 14 Novembr 1008


- -. .~ --AU -


QUOTIDIEN


UwNo XC .G. 2.00 1%Zag-ot Ix mu Odj
Tamo m. a5.00 W=m0sL1.
UK a 2.20 Uw Le.. e 2.20 Iame puWdo e Is %do dssia
*Taos cMom .a6.00 REDACTION4-ADMINISTRATION moass ys ia
Tao.Momr a 8.00

.p m "Ut oS q wl OO nOrSdlbm 1 Ad in ltarauou du So vwna1. aadressfsr A Mon iem ur Arth sr IS IDOt, '4S, Itu = i a 3SZ.


Qneice esl la m


Quelques types esq


JOHN B.UL
Ms dBlleot arrived sur cette ter
7lgsea Ia plus naturelle et sans f
i tre sensationnelle. II veua
aeebre avec les autres, voilA tou
ft ddjA beaucoup de John, ,
e de Smith; cela ferait un c
L IA-dessus chacun prit ut
do th, yea t Son pere, Jot
senior, s'6tait tire d'affai
bia l ; Ini, John Dall junior, se ti
ail aaui d'allaire tout soul. Les ch
a Ost ainai faites, yes Et I'Evang
I dit : Tou nangeras ton pain a
er de ton front. Pour Joha Bul
Iit il one v6rit6 vraie, une virit
1b.ltile, une chose qui u'entrail pa
iwceasion dans son cerveau.
h DBeull pso e n croyait p's qu
lM "Be filt serait plus beau ou piu
@MlaVt que lui meme ou qu'un au
t .akith quelcooque. Non, 1a n'dlai
!Lquo4stion; il urait ce qa'il s
Sno e.n s'apitoyant sur les pleui
u. eu-ci en perdit vile Irabi
t laant quo crier ereinte I
M e raporte rien. Aussi il n
U iavasdo de demander la Lune
e atoetait de prendro les ob
M pore; c'eat pourquoi on 1
ue pice ou ii poavait tou
Soms as, la nw*r LA, it pre
tts eo liberty ; il s'habi
I M; A, l At 'pp
p haralae r e
)Kh11.ebY tCf; U'rirn
Aeft et seers *, sol*
Sa'amoper Ioi-mmr, et to
do Asir Mua aide tout o
It.
1 plus do conseils quo di
plus dapprob.itioms qu
S"o ddiira rles taien
Corare on ne lui ra
f doca eorlet fantastiquoe, soi
M val bond jamais dan
"a restuar quqd amt chose
,O Is le t a mouvoi
Sides chose mat ddiol


D l Og9ons, quoique plus nombreux, talent Ea 187... *ne loi venai d'tre promdl-
aussi selects que caux de Jcques Bon- gne cat Ie droit d'sigande o de fon-
1 e homme. Et tons talent d lavd chess eon utme marine. Or. one goelette so troevait
comme petit John loi-mme ; tons sr ade depois six uemaies et voalait par-
is par n mattre 'laient sdrieux, concentr6s, peu bru- tir. L'Admaistraer des Finances do Jac-
[ulss6S par Un maitre yants ; personnel no mentait. n'ospion- mel dui te vieux pire Tbedbad, appelE
-- nait. ne faisait des cachotteries on doe coommondment Tbbead gros dosm,
IV mauvais tours. C'est quo I'exemple des cause d'une bosne are pronooce. Ce
granldes personnel eat I'616meat d'ddu- grand fonctionaire refsalt de su r les
les comme on poison dans 'eau, et il c ition le plus efficacy : 'enfant eot on pico de I'ezpddition, Ie droit daiqde
y frdlillait d'aiss. II ne savait pas ce petit singe qui imite tout ce qu'il voi n. etst pus encore acquited. Ie cousna-
re que c'ktait de se tenir tranquille, mais fire ; et, A cotte epoque de la vie, lee tairede goletSte q etat Moiar L.
Ai- comme on ne I'y contraignait pas, ses moindres paroles so gravent profondd Wolge, cownsl allemand, e prdeenme. ro-
kit movements taieilt naturels, nonguin- ment dans Is cour et Influent oar toute come ea Co, as Borea de IAdmali
it. dds ; et jamais I'6nervement d'une trop Ia conduit future. amuratioa.
de longue inaction no venait I'agiter. Maintenant John a dix ans et U so --ennfl'lirfM try s
de S'il riait peu, i pleurait rarement ; s sent pa perdu quand i est "eal. II -. Amaanmsu SieerS3wo ,$ ".ex
ne une joie sans m61ange illuminait sa fi- ent papeureu n dile t ame ian io se ent d e, e eta foes ex-
an ure souffle. C'tait la cher'falness de e ni eureux i limide meht A pliquef que le n1atire Me pet pa pa yr 4e
ure o ue. tait la ch de vor, a observer, a expedimenler lea cho- droit d'igiade, e.t j fieam ae Is Woi de
re la joyeuse Angleterre qui simprim:rit sc par lui-mrane. Loin d'avoir autour fotr pa m En aer, loi dit,
i- sur .on front. Comme jamai on ne e lui ine domeslicite empress comr- Monser I'Admieisrtama r. e uo"et los ndfi-
o- s'extasiait sur ses botns mots, il perdit une Jacques Bonhomme, il faith tout Monsetr arAdministr au r d'aie g e aos-
i- I'haoilude d'en fire au point qu'il te lui-meme, et it en est ier ; ii s'habille ser on tr ints so derbi onaig ne ntle
la comprit plus ceux des autres.. compaltement sans aioe, f.it tout sul mno Or, bfous n'as f ps de foetasne
it, N'6tant pas le centre, le point de mi- s male dd voyage, et commando loi marine A IJacIel.
t6 re de touted la famille, ii ne se croyailt ,me son di er an restaurant. u ane A Jcmel.
is pas import int. Pourtint on le consile- Woltge co crocho, come on I*ppe-
rait deja come un bomme libre ; on .1 t ttn peln le domestic e de son lair. triomphait : sa losiqoe etait crasan-
e n'etoula.t pas sa volonld, son origina- Pe, C e as mre et de son frre aleia et te. Qae lui rdpondre ?
I. li16 aaissante; on laissait s (dv,-lop- Ie pro'cteur de sa petite me Ir. Son ar-
s- per sea go sas, as aptitudes. Jamais oi gentt de poch provenait sourtout do It Mais le pire Thdbid ne se senait pas
it oe lui finquait A la ttte I exemile dAe r dos petitssrvices qu'il rn- ba:to.
St petit Pierre ou de petit Willi;am. A- de.it, des courses qu'il faisait. Avoc cola, Mousieur Woohge, dit-tl, depels sie
cone ja'ousie n'envenimait son coeur. i elait lier de payer lui-meme sa plade seaiaes que votre bates et sar rade,
rs Bienlt6 on le mit dans un kindergar l'omnibus, son entire dans les ftes. tons lea maelo do board Woot doac pas
i- ht, eaplee de nursery agrandie avec S'il.-e iaisait tromper, sea economieI be de 'eau ?
a bucoup de petits frrer. et de petite lst. in, i 'habi- --Cenaine t, cemrtinemeo, Monsieur
oe seurs dedans. t.iait l'idde quoe Io n' Wquiert rioe I'Administrater. mais its ont et obt*s
11 y availt I beaucoup d'autre John, ~,atuitement et se fiamiliar.sait avec le d'aller chercher e'a tn canot jusq.
des petits J.,, des Browa et des Smi'h, 'ix est hoses. chezr iti, jMqu i chex Tit I...
e et aussi des Maud et des Lily. L'snstitu- L, sens de la responesabilil6 s'dveillait L'altemad triomphajt encore. M. is '
it trice, nurse de cetle famille agrandie, 'de plus en plux. On 'eavoyalt toucher dain. *ae n r trivem r eprit de I
t- donnait dee legona de choses et raison- des cheques, payer de fortes o e mlos ; iahtr it e leva, ftaspa ai s aUIe
1. oait a discipline; ell donnait des o., avait la plus grande conflameenli poil, ec e : "-
i- onoeils, non desordres-ot rprimandait et cola flattait son amona-propre. i .-
dn regard ou faieit appel a boone ..... __ ,. .7
T.voloutd. Pourquol John ne serait-lt per om q
-ldocile 9 Contrare-t-on jamais le ddve- CAUStRI 1 a GAlo Tqme odPOW
e ,oppemento do iapersonn.dlitd PPouuoi .uwl S i
as serait-i as francet loyal? La crainte las W"me Ls ei p.osm -Me atl.--
Sd'un chAtimentl immdrlta pae-t-elle sur D'LEAU CA TT O i
t Ile e opus da.s Ia rue, mais dans "-- la Aes maee cle, oenRit vrwhemenm
toIs jardin do quarrier, aespce do square' A l'ouest de Jacmel ,i a edemi-bafre w.ill w it a i 3S I tlO
m close entreteon pasr seas rtwpetabls de march en suivamt sa plage, ie 1m k as digb wMd I
s do voitnage, qol seals on agentt la dns a mer, prmi lea goses tocl e 06 t c'tid que ie i" de i
Sclef Comme Arrvite, te petit John viennent se briwr les flots dchevdsCuh ae ioeae ds de de s -iiJ
r liait libraot et pouvalt acquarir one petite riviere qu'on appelle : V'DUas m s msif serig s
experiencee pricoos, t al mpa- Titi. bs6e birs .. b


1


_ __










Trois notires mystifies
PAR
d'audacieux filous
NOTRE ENQUETE

Las INTRVIemws
Cbe le notaire Ch, Millery
( Voir le d hier )


Tant d'audace nous surprend. Que va
fair e dangereux filou, pris ainsi en lit-
grat ddlit d'amposture ? M* Millety va
S'apprendre.
S ifllidlt.d ada. a. a sesm
plcei. e viensde les confier, lai rdpon-
die-je A an satre bailleur de fonds pour
esayer de fire l'affaire A meilleur taux -
Je les avais, cependant, dans mon bureau.
Dans lintervalle j'ai vu Mr Fils-aimi,
lui ai propoE l'affaire qu'il accept nian-
moins il fut convenu entire nous que nous
devious nous rendre en plane, en co mpa-
gaide d Faublas, d'U ysse Noel et de Jo-
seph Jean, voir les amcuses terres que
I'on nous offrait en garantic.
Le lendemain, A Goureaud, nous rencon-
trAmes Joseph Jean. It nous montra les
terres, nous d6signa les bores, te, nous
prdeents, en outre, un autre terrain contigu
sur lequel il compete, dit-il, aussi prendre
de l'argent. Notre visit faite, on se spare.
Mais A quelques distances des terrains
Sue nous venions de visitor, travaillaient
eux ou trois hommes auxquels nous de-
mandimes des renseignements sur i'identite
d'Ulysse Noel. Ils nous rdpondirent qu'ils
ne connaissaient personnel de ce nom.
Les terresque nous venions de visitor, di-
sent-ils, apparriennent A Monsieur Joseph
Marc. UlysseNoel, que nous leur d6signions,
t'appele Fzantus Dorsaint et Iautre, Jo-
seph Jean, Joseph Fiorien.
Je peC ai A tndre un p :egeA. ces mes-
seurs. C'est ce que je fi, apres m'Atre
entendu avec le substitut Montas.
Ilaublas s'empressa, i notre retour, de
venir savoir si tout etait conclu. e lui
dis : Tout c,t fiit, c'est Montas qui done
I'argent. Vous pouvez aller le voir avec vos
homes.
Malgrd une certain hesitation de la part
de Flaublas qui avait I'air de flairer quel-
que chose, ils se rendirent chez le substitut.
D. Aviez-vous pris les mimes precau-
tions pour les autres cinq acres que vous
avex passes ?
R. Ce sont Jes bailleurs de foods qui
visitent,d'ordinaire, les garanties qu'on lcur
ofre ; si j'ai etE visit Goureaud, c'est
parce QU je voulais me rendre compete de
identityt d'Ulysse Noel et arriver A mettre
la main sur lui qui persistait tant i fire
'afaire, malgr' la confidence qu'il m'avait
fate.
D.- Connaissiez vous personnellement
les autres individus pour lesquels vous
avex instrument ?
R.- Je ne les conaais pas personnelle-
eant; c'est Faublas qui certifiait Icur
identity.
D.- Ernest Faublas,est-il un home'
d'a&rW s coons, as habited de votre dtu-
de ?
R.- Jamis, )e 'ai connu dans le temps
cbes Me Forier o& Il faisait des affairs
Je n is pas encore notaire, moi.
Us silence, pls Me Millery explique
le mmcaamism iangdenio de I'escroqerie.
-Toms ls acts qui me st present.
et sr lesqqels j'ai aravaillds soot de Me
Lechand. Jam.s le actes de Me Pierre
Frdedriqe m'ont 6td prdserds : par c
qu j'ai das mon 4tude les minutes d
c o osaire I uelles me faciliserniCt let
eetr1e. Ce s't! qu'~S Iarrestation de I


ces messieurs, Faublas et Exantus Dor-
saint que j'ai lfit dts recherches dans les
archives de Me S.rvinctnt qui militait en
188o. Tous ces acres soot de cette anode.
I'ai compare registry, folio, case et aa-
res A deax ou trois jours d'intervalle ;-
rien ne rdpondait aux regisre, tolio, cas
des actes reconnus alors aux.' C'est poo-
qao je o'ai pas ea A m'adresser ao bureau
e I'cnregistrement pour avoir des rensei-
goements, comme mes autres colleges.
II y a surement, dans cett affairs, un
curortim compose d'hommes intelligent,
bicn au courant des affairs notariales; car
les acres sont bien lib.llCs. En fisant ro-
rigine du bicn, on cite toujours le an-
ciens notaires tells que : Mes Labrierr,
F laise, Madiou, ttc.
Milery se leve. L'entretien a pris
fin.
Notre tiche s'arre6e 11. La justice poor-
suit, en c. moment, instruction de I agai-
re, et mieux informed, agira dans le sens
d:s lois.
Le Mat,n, don't c'est le devoir de ren-
seigner excitement !e public, est ale, com-
me toujours, aux sources memes : Nous,
avons publiC les importantes relations
des trois notaires mystifies, avec la plus
grande loyiuti et la plus exquise courtoi-
sie. M*- K. Vilmenay C. Fournier et Mil-
lery, ainsi que M' C.. Carvaho, Direc-
teur de l'Enregistremn'w, et F. Mathon,
son chef de bureau, se sont mis A notre
disposition. nous permettant ainsi de rem-
plir nos obligations professionnelles. Nous
les en remercions, en attendant les d.ci-
sions de la Justice pour laquelle nous
avons la pretension de le croire nous
aurons dte un auxiliaire utile.




RiN BEIGaMENT8B
M TEO ROLOGIQUES
Oblservuat-oix-e
DU
S1IINAIRE COLLEGE St.-UIRTIAL

VENDREDI 13 NOVEMBER
Barom6tre i midi 762, o'/"


rminhitm
ernmp~ratv reA


30. 9


'maximum 20. 9
Moyenne diurne de la temperature 2 .8
Ciel trs clair le martin, presque ciair
toute I'apr6s midi.
Le barom6tre, qui avait Ig6erement bais-
se dans la journEe d'hier, a de nouveau
haussi pendant la nuir.
J. SCHERER
Chemins do For
Par l'Altai d'hier sont arrives de New-
York MM. Macdonald, H. March et E.
Willon qui viennent constater I'Etat des
travaux de la ligne de chemin de fer des
Gonaives et prendre des measures, s'il y a
lieu, pour en poursuivre l'ach6vement.
M. R. Binder, associd de la mason Beh-
rins, de New-York, est lgalement arrived
ar le mame steamer. II a dtd re par
MM. G. Tippenhauer, lognaeur en
chef, Korlbionsen, directeuret Rigaud, em-
ployd de la Compagnie P. C S. months i
sa rencontre A bord.
Da.ns 'apr6i-m'di, it y eut convocation
du conseil d'administration de la P. C..S.
Nous ne savons pas les motifs de cette
rduuion. II est probable quo It question
des travaux do chemin de fer de Ldogane
sit dt agitEe en HaI:i.
Nous souhaitons un heareux adjour par-
mi nous A cs 6trangrs ai vienenat, de
visa, sn rendre compel des advantage quo


peat procurer one exploitation sriense et
bien orgrniste.
A bient6t d'autres details.
Une ohambrede commerce
frangaise en Haiti
Le Marin a deji anoonc6 la crEation en
Haiti d'one chambre de commerce exclu-
sivement composer de fran;is. Nous rap
elons qoe c'est demain qu'aura lieu, A
Asile Fran;ais. sur la convocation faise
par le.Ministre de France, la reunion des
membres de Ia Colonie Irancaise. En as-
semblde gEnerate sera discosis les projects
de Statuts et de rdglements intdricurs.
Nous nous prom ttons de revenir sur la
question.
D606s
MAsIE AwNTomrrs LOUI-E LAFLEUR, de-
cdd6e hier soir. Les foanratlles auront lieu
cet aprhs midi, i la Cath6drale.
Condoldances A la famille de li regret
tie difunte et particulieremennt A son fils
le gEneral Thomas Cadet.
Cin6matographs
Uue information, parue hicr sous cc
t'tre, vante les hautes quality de l'appa-
reil cinmmatographiq je qui estactuellement
de passage au Cap, et exprime le ve~ que
M. Gomez, son proprittaire, vienne iga-
lement i Port-au-Prince fire admirer ses
vues.
Nous souhaitons pour le public port au-
princien que ce vaea se realise et lui per-
mette, apr6s les magnifiques projections
anim6es que lui a deji presentdes M. Ma-
gloire, de fire connaissance avec des sc6-
nes nouvelles.
Quant au perfectionnement de I'appareil
de M. Gomez et A l'absence de vacille-
ment signal dans la note, nous croyons
savoir que I'installa'ion cinCmatographique,
q e Port-au-Prince possde, est la plus per-
fuctioMxe qui soit encore sortie des usines
PaTH. Elle est, on le sait, inspire par
I'arc electrique centre lequel jusqu'ici au-
cune lumiere ne prdvaut.
Enfin, disons-le, le vacillement subi par
les yeux dans Its projections cin6mato-
graphiques peut etre plus ou moins dimi-
nu selon la supdriorit6 de I'appareil pro-
jecteur, mais ne sacrait absolument dispa-
raltre, ce phenom6ne tenant A la presence
del'obsturateur et oa principle meme du
cindmatographe.
II est bon de ne parler de choses sph-
ciales que sur bones infor.natioas ; c'est
jusqu'ici le moyen de se tromper le moins
possible et d'induire le morns possible les
autres en erreur.
A 1'Ecole du SOir
des Philadelphes
De 'Abeille de Jamel
Le 27 octobre cut lieu, i la loge les
"Philadelphes"une reunion auxfins d'inau-
guratiou de l'Ecole do Soir A crder A Jac -
mel et don't l'id6e date de plusieurs an-
ndes.
Se trouvaient presents : MM. Justin Lau-
ture, Vndrable de la Loge Ies Philadel
phes, Massillon Lauture, Vendrable d hon-
near, Antoine Vyles, Venerable de la loge
La Parfaite Sinceritr, Destra Matinea ,
Th Lafontant, Alfred Lutare, C. Louis,
L. Mdle, D. Perin, M. Byron, P. Lsau-
re, R. Bastlen, Emile Taoy, P. Leroy,
GramnnnnA Bellande, pos deux Mals pro
fans P. A. Brad t Delmer Pdrou.
Le Vn6rab'.e Justin Lauture oavriit is
seance par one allocation trAs bien ssetie,
par laquell il nous fit connatre le but
de la convocation : 'onverure de l'Eco!e
du Soir ; il out das sa course allocation
une allusion heureuse qul eat celle-ci ; eSi
nos peuvres plebeiens oar difficilement le
pain madtiel, le pain spiritel lear man-
que complrtemert at otre reunion de ce
joer a poor but d'dstabir la bases d'une


1 cole A leur intention, afin de
ciller les yex, autant qo'il sea a
pouvoir, do gros people qui a fta
de porsuivre sa route rati
M. L. A& Brun, Ie directeur 7
etablissement nous lot en
substantial oh il fit resronir l
de 'oeuvre, Ienergie qu'il
I'amener A bonne fin ; et, enjmg
SProu,' le Surveillant-G6 nral
deux discourse par quelques am
s6s poor la circonslance.
Er, matntenant souhaitons qw
rogresse. Commencee sans ml
hatons que par Ia philantr
et des autres, elle a
arrive a avoir la cosma-tL
compli o ue action
sujetse Ai eXpio. Np1t I.
fondateurs de cette institution, a
nous de Booker Washigtoa.
institua son 'Institat deTiske
pas le premier sou, il. lai ell
pour son existence propre.
eut le courage, cet homme de
d'entreprendre quand mime a
oiu il pourrait lever les hbomau
.e ; lui plus avanck,il en comprmmki
la ntcessitr. Et cepnd-ort A i _,
vouloir, de tenacity, il y r6ussit a
de sesessprances.
Commence sans le sou, son Ill
est estim aujourd'hoi A 6oo,ooo dolh
risultat d'un home tenace uai pas
un ideal fixe : l'dmancipation intellea
de sa race.
Cette riussite est telle que I Blac
plus intractable pour c qui a trait A
aptitudes sincline.
Eh bien, puissions-nous avoir u
relatif, non un aussi eclatant qu
Booker Washington .et noos s 9I.1
faits. Dasws= Pvt ,
Tribunal vilvU

Le Tribunal prend sitge i d
mati, sos la prtsidence d J
V. Valme. assisted de Mr A. Thi
titut du Commissaire do
Aflaires entamdes, contionaticM
A quinz.aine et A huitaine.
Simmonds freres centre l'Etat.
II s'agit d'une opposition faite I I
cement rendo par dEfeat centre les
Simmonds freres, C. Leconte, P.
T. Auguste, etc, etc., i remettre A
vingt-sept mille cent soiante-quims
lars 75, et solidairement A mille cdq
dollars de dommages-int6rts.
C'est centre ce lugement qoe hlk
Simmonds frtres sees quioat tda c
ons pour n'avoir point compare lM '
1'dvocation de l'affire viennent em "
sition.
Me LEo Alexis pour les oppoem
entendu en la lecture de ses camel
contenant ses moyens d'oppo siri-
que Mr A. Thibault en ses rdpl
I Eat haien.
2* L'affaire de la Fabriq
GoAve contre Antmeor SamtIs.
duction )
I r'itda, ballUM. dS
Aanaor Samsan peo 4mr fu
A Port--Pdacs. os deebt
asMishit amx co mlio
dit bail a dti sa ig dede
our se voir condlmner A de
aommare-inttts, e:c, etc.
Me Ilaymood tI, iindispa
avec Ia patience do Tribtatl,
en la lecture d ses csocdd .
brique, et Me Mathoo, ae les '
Antenor Samso .
Vo I'heure avarno le T
voyd le ddvelopprant do
Veondadl pchsim.







D6parts La chambre vota hier le budget do com-* ha rupture complete de Idquilibre entire les
r piaiI s/s Pmaident a acvc nurce la discussion do budget de I int6 i titatlons est individeds. Ctte .os cest
suivats pou r : rur qu'elle termi in c m sauf les uI e des caractistiques do reg.e de Guil-
rMme H. C. Archi, Mile Ar- chapitres des services penitentiaires qui laanme.
Mile Celestim, ue smea de I ureat reerv6s poor tre discoats cet aprs
S Mr t Mme Creidy et at midi. r Ies interpelations i Ia san- ImO V mrll iD ritlit
I., et1 m. 'foietaenf ,.tsm smouvemen-n st arctme
: Gal Alesndre, Mle A. E cc de Iaprft iji i. de Tollevilles pose
SMr Henr, Mile J. Walter. question a ministry des travian pu-
S,. BeHolivl poor rtt-Goave : blics sur 'lnsuffiunce des moyens de
AugRade, eSar Marie, MrJ. transport sur le resesa de I'Oaest.
.Mi CoAe. t u. Bem s 5. Le chancelier Vo Below
F' Fnand de Lssps poor : rencontra emperor Gaillaume, lundi
SMe R. Ku t prochainA Kiel. La nation sera alors in-
ules SanR MI ae C. Mice Mm frme sile i chancelier conserve son post
Jaws% SMU et otcon cement si 1'emperur accepted Vou.is:
:iJeaw WI O & O, espri d r adec latioe mitsan a" Rl S"tAa, Pait-Goive
chstag mardi par le chancellor quo n\ ei lSai o
SMr --- M ales Isl et acanun de sessacesses ne poorraiat res Notre wse, Grand GAve.
ter a npouvoir si rl'e.per.ur niest pas plus Die-'Be, Petite-Rivi6re.
ai u: Maurie Gco, SoaLr Lan.- reserve ct n'eprime ses voes sur Ia poli- SMwmance, St-Marc.
yVnent. B Loais de I tique extirieure que par l'intermediaire do 'Petit-No.wtu l, Grd-GoAve 70 sacs cf.
lr Vincent. Bshrm r Lue D. chancelies de I empire on do ministry d:s Catheri, Lkocane 5 "
ilel, DAnna Dcrmbot Mai P. affairs i:rangRres. Alma, Saint-Marc.
G~Are, berti JDemaett EdoMard, HAUM ( Westphaie ) 13.- O consi- Axna, Gonalvee.
F r, MRoe arinos Nitcolad, Mme dre que Iexplosion de grisou, dans la Ces voiliers partena ce soir.
Chte i Civill MNiole Cons- iae de Radbon, aufait tatt o victims. CuraQao
D rand eta elnfoo tsC, Mme B Bl- PKW 13.- monrt de iemperer Pat Is goelette Curacao ", consigned
a ofant., H o Keaer.Me pot a 6t6 announce cet spris midi a 4 heures. A la mason Gordon, est arrive avec one
Let eonfnt., C pi.e Ai, Merct- Cette nouvelle n'a pas etd confirmed jus- quantity de 443 tonnes de carbon, pour
B ito, Fmiand Parady, Z'io CItes qu'i present. II a i6t aussi report q que compete do Governemen.
, aMile Lyde Leconde, MPa e Mrant; Cle i' maratrice duarrire est mourante. I ----
eLyJe Leconte Mme Mn e H.u ( Westphalie) a1.- Une ezplo- VEITE DE SIEN DE IINEURS
PSP i Mme LT-ie sion dc grison s'est produite ce mating dans -
t Paix : Pere Ps M e L U mine R dbod ". En vert d'on ugement do tribunal ci-
Sr- et 2 enfants, Mile Sdphora Bip O craint que le nombre des victims vil de Port-au-Prince en date do trente
i sacamer Alai. or. so:t tri elevJ. car 3oo ouvriers se troo- Octobre mil neuf cent huit, enregistr,
R qnr a:meL. A. Grafr c, Eug*. Bu- valient encore dans es galleries. lequel homologue one dElibdration do con-
: STOCKOLM 12.- Persone ne croitici sl de famille des miners Ariane Gous-
r.G. B,. al .-Char-. que la tombe d6couverte sur les c6:es da se, B Gousse, Gousset Goosse, M. Gous-
l c: Geo. Wie.nner, Gal E. Jo-Char- Labrador soitcelle de I'explorateur Andr6e. se et Jules Gousse, tenue sous la pr6si-
SLarent, J. Balmir. Le professeur Manthorst t le captain dence do judge de paix de la section sud
-w : Junot Hibbert. Nilsson, don't I'opinion fait autorite sur de la Capitale, le vingt trois do dit mois
/r.emunm t do troupes toot ce qui touche aax questions arctiques, d'Octobre, dament enreagstrde.
par I Le Centenire est ar- ne croicat pas que le bllon d'Andre ait II sers proed c le e odi vingt six novem-
e de Jacael. vemant de Oo- jamais atteint le Labrador. bre courant, A dix heares do main, par
oe il dtait ea g:raison. PEim 12. L'opimioa gonErale A Ph- M' Louis Hippolyte Kliber Vilmenay, no-
rE vulle d4a U Oh kin est que l'emperear est tr6s malade ; taire, i Port-au-Prince, commis A cet effect,
tra..ance de Ia s sculation, noos on dit mCme qu'il est I'agonie. en son utade sise en cette ville 94, rue
m ene h asi sr Im cham .ge t k AvIGNoN 12. FrEderic Mistral le poe:e do Centre A Ia vente au enchires publi-
ag r ,maeiair .. .ano rjpid- provencal, est gravement mllade & Mail- ques des droits et pr6tentions des dits mi-
S l7r85/9 o/o ; on patte mnt p do lane. Les m6Jecins lui ont ordonna le re- neurs, consistent en cinq quaaorzimes
d7 /8/9 o/o0 ; on parlor e d opos le plus absolo. Le malade est Ag d: sur one propriet rorale, fonds et bitisses,
d 79S o/o come tax de are77 ans. composee de trois portions distinctes,
rC te us. a-se exagre es income n- PARt 12. D'aprli des propositions qui don't la premiere measure six carreaux et
ute nisse exagre est incomprhen-croit -on seront acceptees par les gouver- deux tiers de carreau de terre, est borne :
Iu eoant plus que les demaindes d nement franc;is et allemand la commis- au nord par la ravitre de la plain do Col-
venues de tons les point do Pay, sion d'arbitrage i laquelle va 6tre sou- de-Sac, ao sad par Labbie Barbancourt, i
Iachat de denrEes, dt sens mis laffaire de Casblanca so composer 'es par la dame Circe Roux Vve Aure-
,a quantite do gourdes dOnt dis- I
la quantity de goodess do ds- un fra nAis, d'n allemand et de deox lien Jcanty et iA louest par Ermasia Roux
is- dIU uteri. NOOSroyons Gn 'un franeaS, d'uallend etd
bes. banqu er. Noas croons done strangers ; ces quatre dilgu6s devront et Pamera AimE ; la second, trois car-
.bist ses tra malgrw tout, et e.le en choisir on cinq .ime, come prdsidert. reaux et deux tiers de carreau de terre,
4 10j, s l s 'deoamade rs d'or agis- Eraison des alliances et des ententes bornes : ao nord par I'ancien course de aI
avc plus de came. r i divisent I'Europe, on s'atrend A ce que Grande Riv*re, so sad par le gEneral Oc-
te sur France ont et tr.s d- los Iquatre d6ligods ci-dessus demandent s cilias Jeanty, aax droits d Eup ratia Roux,
et on a fait quelques affairs DDpartement d'Etat de Washington de I'est par la dame Prosper Chrisphonte et
cI/1 u40 0i choisir leur prEsident. I'ouest par Joseph Comeac, aux droits
choqus surPAris sont A 3 3/44 /. BaLIN a .- La journey a 6tC fertile en d'Amacius Roux; et la troisi6me, on car-
?ochues sur New-York A 3/4 olo. rumeurs et en conjectures do toutes sores reau de terre, borne : au nord par on res-
Smt i o/o escompte centre concernant I'attitude future de I'empereur, t: de terre, contigt aux rives de la Gran-
L et a _a 1'grlard du chancelier de Bulow et do de Rivitre, au sud par Pamra Aimd, A
dA Fr iti sont Fs 3 poor Reichrsag *. Chucan se demand encore I'est par Mme Estella Roux et i I'ooest par
.itFrs 4 poor le ca. si le chancelier de Bolow va rester en la Vve Comeas, formant ensemble one
Prmce, 14 NwovemIbr 9o. factions. Cerasies per nalis donent quantity de ooe carrea et ti de
comci successeurs etaels Ie doctear terre ; Is tome ara de 'habtasb DI-
ll Thobid e hma anHoUM lI k maistre tier on Damis ", sl de tdas h plalas
de I I dtrieor o Ie boae Keibabenk le di Cal-dkas, desim se cio de Var
miaiste d'ut p-u a- I r commune ct arrondissmotn do
S. I Gae ette kf=ort dit qee I'ono P oat odissment d
a sorn A quoi s'enteoitr q'pr6s que I'em- A la requte de Ia Vve Albert Louis
*rs D64p6ohe pereur et le prince de B low se sernt.en- Goosse. propriire, demearat et do- i-
St -- rcteuon: cette opinion est dgalMenaept cell cilie A Por-au-Prince, mrre et tutrice
1.- Rente 96 8. qui rtg e so Reichsal ". IAl de. dils minors. rB e presence de
S t de I sRpublqaw ia.- PAMr I.- La press fransise fait mon- Monsiear L. Dro.inaud, pr.pr.r:sire, de-
ird'hui I movelle dole de corn- re d'uao grande rEserve dns ss corn- mearant e doa icilid ea cete ville, lear
RIK Armsnd Moi and. mentaires sor les dbA's provoquds ao sbrogl-toa or.
l, caatrophe de ram. Reichstag pr article do e Dail mail Te. Ls eanchres Iront recos sr It A smor-
d-" Ia Rdbl e mr w igraph de Loodres. Le Temps at- ae de mile ciq ceot soissate et oneo
de Co4oaii mpeur ibe le divergeoces de res, qui exis- gorde qouarate centlms, estlaton fai-
S*6 rtome eutre l. pr I enesi 1t le o ver i, A to par l spIen commls, ci P. 17 1.40


Pour de plus ample renseigsmeft
s'adreser a dit M Louis HippyiS Kie
bet Vilmenay, notaire commis, dtapositr
do cahier des charges.
Port-au-Prince, 14 Novembre igo8.
(SigC ) UM- V* A. L. Gous.

A Vendre
Un terrain de 40 pieds de facade sur
120 de profondeur dEpendant de la
propridte Jules Mage a Bolos.
Pour les conditions, s'adreser i Mr
A. Moliere, Mapasi S. M. Pierre.
Port-a.Prince, 12 Novmbre fiM


le manI gz pgl de pai,!
8'il n'estfattavec la "Pillsbury's
Best."
La meilleure marine du monde
Celle qui donne le meilleur pain
Qui produit le plus de pain
Le pain le plus blanc
1. pain le plus 16ger.
Pour tous renseig aements s'a-
dresser :
Ernest Castera
repr6sentant de la PIrL9BUv.'s WASH-
BURN FLOUR MIL- Co MINNEAPOLIS
MILES

M' C. L. Verret
Ta lleur-Marchand
Donne avis A sa bienveillante clien-
tqle que sa maison No.7, Rue Traver-
siere est toujours bien poarvoe d'ue
vari6t d'6toffes de [a haute noo-
veaut6 parisienne.
QUALITY SUPARISURR. COUP tLA GATR
TRAVAIL SOlGNt ExECUTIoN PROMPTK-
Prix trdi rdduits I

Francisco DESUSE
Fabricant de.chaussures


.a Manufacture a tonjours en d6p6t
un grand stock, pour la vente en
gros et en detail, de chaussures en
tou. genres pour
lioMMKS, FrMMES, ENFArNT
Las commandos des commergants
,*e 'intiarieur pour.ont 6tre 'ez6cutAen
planss une semaine a peu pres.
23, Rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PRINCe ( ArT )


SUCRE TURBINE
81i vou voulez un pur
produa t do la oanno
Sea. -ms figr4JM^t ki.M.que
RMclamzs eI
Sure de MON-REPOS
don't la soppriorite a 4te reconnee
ar ane M6daille d'Or obtenue I
emesto(n ( 1907 ).
L'Ex"poiliol Corummuale de 1907
oli a accord6 Ia plus haute r4com-
pease.
D6p6t 4un4Val:
23, RU. ROUX, 23
( A clenne Ru BonrxFoi. )
1 Tafta 20 o/o Aloool


__ _







Sacs vides ..


Sacs vides!


Entrep6t G6n6ral des Grandes fabriques
DE CALCUTTA (Inns) DUNKKRQUE (FaceK) ET DUNDKE ( ANGLOITsRRn


SACS


sp6oiaux


Caf6s tri6s
Caf6s ordinaires
Cacaos


Les Types Courants constaamn t on Stook par balls de 400


0o


plaft dosC~p4Mv
PORT.AV.PRINCu (NAMTI)
Mm Hermlie ALFRD, dMrgijd"
APPARTEKENT POUR AMlLI
SDINZN3-LUNO3S.
Iduem ietusuh -Lomlw U os 'eUe leas 5. u. -
PROPRItC! SPA IZUS0, VOUTRANT WT Diu 3Z
POROXMA])= JARDWNS
su. ad rhousyI -Pd~.
Somrles Zleotrique


s sI


Depais 18 centimes or jusqu'l 28 centimes or
Pour grandeur r6galires OU1t0 centim6tres et t70xt0 centiatres.
Poids de 3]4 livr eajusqa A 3 livrs.
8aos str modiles et sar types des acbeturs.
Prix i forfait pour livraisons monsuelles francs port do d6barquoment et, si
on le desire, Droits pay6s.

50.000 Sacs de 1'Inde


Vieanent


d'arriver


par Balle4 de 300


Sacs


Prix exceptitenI'llement avantagoum


'adresser A JULCS


LAVILLE


AGENT ET DIPOSITAIRE GEPNRAL
93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT

LE MEILLEUR VIN ROUGE

Six gourdes le gallon, Chez G. CORDASCO.
134 Grand Rue
. --I -


MANUEL


D'HISTOIRE


D'HAITI


De 1492 a 1904
PAR W. BELLEGAIRDE zT J. LHIaUSSON
Ouvrage adopt par le D6partement
de I'Instruction publique
En venite chez : E. Robelin, a Aux
Armei de Paris 9, chezW. Bellegarde,
59, Rue Lamarre, & l'Imprimerie Aug.
A. Heraux.

Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUK 191


Le


Diriae par
mmIm I


Aunek momsr. 4.e do&s l. Phil...
Ob vpOqes do C w-mebSaew..& Pw*
- TL "do rvowver u psMd eheix fl
to" amid,,& allet a10mmL
abows &oU c outpe 4. r.
d. culmt d 1 o w do Siq 4k.
Sp~QIo halt .oo St doae. do'
Adrrijas udo O seniedosno-
tames militalre habIts brodde
dolma ust N hMt OWN
Irt. Oft etO., do a


JULIEN FLORUS
Anciesn Me de la 6S* Compagais
d'ouvriers d'Artillerie ( Lorient )
So tient A la disposition du public
pour tous travaux de loRoo, et d'A-
JuSTAoG, de. RiPAARTioN de coflre-
forts etc. etc. a de bones conditions.
Rue de li Rdvolution No 19
Vs-d-vi de la Clsah bre dea Ddpuw

Au dernier cril
FABRICATION DI CHAUSSURES
D. FERRARI
A lhonnear d'asoucer A sem nom-
breou clients de la Capital. et de la
proviac q'ivient de s translrer do
aJis dWrsFwort, avoc son mime
stock do chaumanre, 4 Grmdiwf e
au N* 15 aveo 'i'nsrlpUo. c-deseMs.
Les clients eroat toujour servi
dasa ls mes ooditions ; 'est.k.
div aireo les */1 dreoompoe -r I
vemste fsros ; sas oblier le m-
e soest ella mme eactitude.
La Mas soas sehar toUou dolr al
s premdr los sameres A atl

Mr Justin Pesoay
Aviam sa nombreose cientele que la
Boulangerie 8-Antoine
let towours & Laah, ea hoe des
S mrs doe t-Joeph de Cay.


Table d'H6te


TA


DR
Port-au-Prince
CAPACITt 500 PEAUX PAR JOUR
PREPARATION DES PEAOX DE VIMNT-OOATRI (24) COgLI
Vente des ohaussures : chvreau-glao6, vern a
leurs, pour Hommoe, Dames et Enfants.|
(Boiwomm i, ELASTIQUN wT LAc )
En gros et en detail pour toute la

GRAND PRIX HOBS COncesS

Rhum Barbancourt
M6dailles d'or, Mentionjhonorable, Membre du Jury, Grmd
prix, Hors concours dans toutes lea Tspoeitions depuis
1881 jusqu'A 1907. ( Ancien et Nouveau Continents)
Maderne Veuve BARBANCOURT, soule
taire de la marque Rhum Barbanoourt et seule
taire des formules qui ont fait obtenir au Rhum Bar3
court les m6dailles d'or de toutes les Expositions, a prims
les affaires de feu'son maria, et so tient A la m6mehalle, sie 7.
des C6sars, A la disposition de sa nombrouse
don't les commandes seront ex6cut6es avec le mame soin qu
le pass.


ChapeauxI c
Chapeaix I
apeaux I 1
PAI LL ONI POIT-U

JOSi SAN MILLAN
Le ooiffeor artiste, qui vient aveo Ie
oocours d'aa chapelor resarqable,
M. JAmr TRSTAR, dinstaUer pe
MFBRIUS DI CMAPEAoX
PLACE GEFFURRD
Som. ONte L por tLto.
Pear tes le to oso poer toets
I" bease.


A LIISAI

"


soull ISMll~-~P
Iffe ds40 du"

ftw I" owww I I@ P" I
P om p u @ O n"s lS la
Chaussur"e darme SwE
Forum e avrloslm I


pour


bws IN jewso oa"mlai2 hmv.,
do 7&8 h~w does&si


'ALE


H.... BELLEVUE


I I I I II __ ---