<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00475
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: November 11, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00475

Full Text


Ann6es No ISO


J


POMT-AU-MINCE (lirj Mororodi, iH I Novombr 1096


QUOTIDIEN


U. n ma 2 .0. 2.00 15Co"Mcs
Ul TamNo & 415.00 016mnxat dag1~iz.,
WA R=Us Um s... a 2.20 Lea abounements pmnmt da t w deiSdo c qu
Taom UMc 6.00 r*jDACrIoN-ADMDuITRkTioN s" St aomt ppyables dlauvai
TuamR00000000 TawM om c 8.00 4 rnrIr I r, m-e m merniw

rim wat os41&i ..Oerr 1'Admiaa iu journal, sadremi' & MOnsaIer Arthur ISIDOMN, 4S, Run lRome k...mt3.


P Enfin, I'Etat lui a ddlivr6 un dipl6mo SecTsoN CIVILI
U1 e dUUUUlcUUhlo en bonnie et due former! II no lui .... .
manque plus qu'une dot on rapport avec .Audiencedu Madi, to Vio mbre r908.
sa situation. Sea parents se chargeront Dix heures et demic le Tribunal entire
uissa6 par un maltre de ddbattre les clauses du march, et, en siege sous Ia prEsidence de Mr le Vice-
p-our la premiere fois de sa vie, Jacques President, Ernest Bonhomme et pronounce
"" verra passer des questions d'intdrrt sous les arrts suivants :
Ssos yeux, et cela, chose bizarre, dans Celui qui rejette le pourvoi do sieur
Puis, ilfeuillette leromansd'amour... une affaire de sentiment. Examus Tombeau centre le jugement do
Teujours, une jeune ille iddale 6tait la Jacques Ionhomme a trente ans; le Tribunal civil de Jacmel en date do 22
recompense de hberoisme, do chevale- chemin est toujours uni : il est rentier jou 1906, contradictoirement rendu snr
rescue, ou implement de la bontl, de ou a peu pr6s; tout au plus occupe-t- a.pe, entire lai et Madame Fanelon Vir-
la verts. Et lui, s'identifie avec Ie h6- it une sin6cure qui lui donne I'illusion i nde Exina Blissian ; condanme le
ros ; la rcompease, c'et le moindre du travail. II ne connalt toujours rion demandeur aus depeos ;
joliminois a saportde, par6 par sonima- de la vie rhelle ; it est soutenu par sa Celil qui casre t annul lee jIg-
gination de toutes les grAces et de too- famille, par la rente de sa grand'mere, ments d Tribunal de commerce de Jdd-
Is les vertus. Pendant ce temps, les par lt dot de sa femmne, par tle recom- mic ; en dates des 16 mars 1906 et 22
parents veillent; ils cherchent pour lui mandations de ses amis. Miis it W'est mars 19o7, le premier interlocutoire, Ie
a dot traditionnelle. pas heuxeux. N'yant jamais connu les second definitif, rendus entire H. Monster
Mais auparavant, il faltait d6crocher vraies soutflances, il u'exaigrait les pe- et Lemieux Doquella ; reavoie t'affaire
le dipl6e! I Et pour cela bicher i en tites contrariet6s de la vie, et se rendait par devant le Tribunal civil des Cayes jo-
devenir malade. Pauvre Jacques, com- lui-m6me malheureux. Puis, ia mes- geant en ses attributions commercials.
me it maigrit I Comme it s'andmie I Vo- quinerie de ses moyens lui pesait, car Celui qui declare le sieur Examus
yez come sa croissance se fait mal it rv;wit la vie granle et large. Enfin, Tombeau dhchu de son pourvoi centre le
On dirait one plants qul cherche Ie so- il sentait vaguement combic.i sa situa- jugement du Tribunal civil de Jacmel, en
leil. Et cette mdlancolle noire qui gran- tion ettit pr6caire, lddpend.it d'evene- dted 27 fvrier 19a8, contradictoire-
dit, qui envehit son Ame, d'ou vient- ments qu'at i'dtait pas en ,so. pouvoir ment rendo entire lui et la dame Fene-
elle ? Lui-meme ne le salt pas ; i eat de maltriser. Ion Virgile.
impuissant i analyeer les causes de sa On le vit bient6t. Une eI1bAcle liiuan Entend ensitIe dEfinitivement 1'affaire
nervosit6. Pourquot est-il devenu capri- cibre vint emporter une pat ie de ses de I'E'at conire Edmond Gr6goire.
ciou, fantasque? II no s'en inqui6te economies, un placement de tout M J. B. W. Francis, pour le defender,
mdme pas. L, deviant lui, Ie spectre repos. II so fit forcb It, se inttre A utn est entendu en ses observations.
de diplome est apparu et couvre tout... travail plus aclif, et, chose hon ible, Le Ministere Public, Mr Luc Domini-
El pUT, il faut depasser petit Pierre, *t'entrer en contact avec la vie iaelle, qu, conc'ut A la cassation du jugement
cauchemar lternel II nest pas non cleto vie qu'a force de dpleses et de dnonc .
plus sans atre possddd par 'amour pur soins, on avait pu carterr jusqu'alors Service funebre
de l SAience, et peot-6tre, dana son de lui. Combien n ioulTrit-ii pas, d-s Le Superieur de i'lnstitution Stint-Louis
orgueil, esp6re-t-l 6tre plus tard on lori? de Gonzague a t'honneur d'inviter les an-
grand savant ?... i- -. ciens Etlves et les amis de Ietabulisemat
Au service militaire, ii et tA souffrlr .t assist an 'tice sode el qui ses ch".
do contact do geos vu'gaire, sceptlQes, ilte2 dans la chapellede ladt ion m le as-
b uomears; maals ia-m6 no ae d l 1di, 14 de caanmt, a bemus e
tow"t pA aN"-bn, ddevant an 1P v AW', me
ii; b i a ca le Firote I* F'a bre c p rep s do I le do c=er
bodtolse chelut.era. ^bomtd to C pf lx f,33 d4 lime
faidt 3. point dC m. dee Carottiors, Faire part run6bre Pierre Edo. erd. r e
et 11 fat pluioers ols a re tVO.1t d l'n- Les Pares de la Congrga- ion dE S:-EC-
ira.ilit^ "e mot osttmo:o RSB ae Prd
Sa qande sociabilit'.loignalt de l'ir- i onu la dooleur de vous fire part de O manu est mort le Rvred fiN
transge poealt a confor- iort de lear confvhre le St-Clair, do Petit-Simiire College St-
ta goeneI, t poselt t-soa mort de lear confre t artal.
mer ass usages re & iavoir hone R. P. ALtre SANrr-CLArMa.
do toot cart, de tooe originality. L. R. ALT S St-Clair, I'ari de toues les fa.
Ie sobr, it mit dS vin daes son eau decide, & 'e 5 ans, moni des Sacremen:s miles pont-ao-princiennes et celai de tous
o pa d#pelaire es cmarides 'de 'lE ase. t vous priest d sister A s es ancienas 4dves de eItablisseaent, et,en
p lor p mt Pare i so don l app. faorailles qu iauroat lieu, oen I'g'ise M- outre, leer conseiller as beso,- dJt
reo do libertiar g poor ea pas of- tropolitane, aujourd hui 3 h.ure de I'a- Ag de $ ans me it arrive daes le pays
oan r los1 aotrms. ALol, I etlait prts-midi en 77, ai de o ns I
fetr *popr cob t.n Vies t I I convoi panira du Petit-Stminaire CCon dire qo'il da a s m vie pee
st s t mi s at Co ege Saint-Martial .lriNtor" et a moraSde Is
d SO A dl 1W riP Di. pr .D p mowl haltienne.


nelle est la Mei

taelques types esqx

JACQUES BONHOxMM
S (SuSite)
Boohomme a d4pa&6 la
L'bommoe oommeece a e rd-
i fenfant. II aimed A prorer
Idma auditoir d'amu em-
I chotisa; lma ii est ties ti-
les strangers; it craint va-
t. raconnu, car II no sort gaere
Srlel familiar et habitue ; sa
delt sans soucis au milieu de
i rladorent.
question d'int6r6t tlant impi-
t6cart6e de lui, il no con-
bjNers rien de la vie r6elle : if est
t persuade quo, pour avoir
Soffit de prendre do I'ar-
ar porte-monunai automati-
.rempli, et d'aller chez e
D rest., n'a til pas droit
tranche d gAtesu ? Nest-il
sage, obei.saut, ve tueux ?
Sde sa plus tendre enfance,
phlt pour les plus polite dou-
hs toindres contraridtd, it est
bti sensible. Sino6rerent il
M paUvres, les malhbereox, et
Sleutr fait I'aua6oe. Touts-
mit qu c'est come an ordre
aturel, qu'll y alt des ri-
m isdraies ; on toe cas,
I ens as eoont. so.
d1 a v s ,Jse
-lrle ooare arl 4et oeo
etre, il a la ps grade ad.-
peer les saveebs, les artiste,
1 gIrtou ,u lee iesi
ag rIt 0r
M'est lopas les croi-
*A Le vA i s' aMOe la
l llttoire nat onale I Voyez
fsIasi e saer tle actes
n chagrin k sor vahit
SpeOl-il les rdrarr t...
ot wa paItn i,
bm A-2-w







II jouissait d'ailleurs, durant les dernii-
res annees d4 sa vic, d'une jistc autorite
de doyen au Semninaire Ses ctronf'res Ic
tenaicnt en tres haute cstime, sentant en
lui, a';rs mtme que a santC ne lui permet-
tait d'cxercer aucun function active, I'in-
carnation dci t;adt.ons r, ptc ab'cs du
Petit-S&ninaire, d oni sont sorties tant de
g6neratioi, d'itlustra'ions haitiennes.
Au surplus, le d0'ant .aisse d, prcfonds
regrets dans Ic uonde des musicians ; il
eta;t, on Ic sait, uni des p!us passionn6s
fervents de I art musica, et il scrait inpo.--
sible de dire Il nnunbre des blercs qu'll a
formres ct d.veloppes. Au ncine titre que
les Occide Icany pre et fils, les O'Roux
et les Masse, le Ptre Saint-Clair est un an-
cetre de la musique haTtienne.
Demain A 7 heurcs du main, un service
funebre sera chinte en m6moire du regret-
te defunt dans la clipelie de i'Etablisse-
ment
Tribunal Civil
.Audic.nceiile u Mardi zo1'Nv,wmbre roS
Le Tribunal prend siuge A dix heures
du martin, sous la prcsidence du juge-do-
yen A. St-Ro.ne, ass'ste de Mr Lys Li-
tortue, Sub.titut du Commissaire du Gov-
vernement.
Le Tribunal apr.s avoir rceu la presta-
tion de scrmn-nt de Mr Jules DUcas.e, norn-
me avocat du baricau de Port-au Prince,
a rendu Its jugieimcnts suivaits :
1 Celui qui declare' bonne et vala-
ble la saisie-arret pratiquee aux mains d,
sieur St-LUger lortin A 1 requite de Mine
Vve Marmontcl Jourdain, sur des valcurs
que le dit sieur S:-Ldgcr 'ortin dtEicnt
pour compete des sieurs, dami n t demoi-
selle Francois, Emmmanuel, Marius Jo-
seph, Aimab.e et Marie Chrispin, et con-
damne ces derniers aux depens.
20 C'lui qui renvoie le sieur Octave
Darand des tias de 1'rssignation en validi-
te de saisie-arre; annule la dite saisie, et
condamne la dame Vve 1'hdnix Durand aux
dbpens.
Le Tribunal jugeant en 6tat de rdf&re a
rendu le jugement qui rejette comme mal
fondE I'exccption d'incompetence propo-
see par le sieur Louis Raymond; renvoie
les parties A procdder au principal ; dit qu'il
y a lieu A nomination d'un s6questre pour
administration de deux carreaux et demi
de terre situes sur I'habitation Drouillard,
objet du litige; nomme en consequence
le sieur Annulysse Bertrand; reserve les d&-
pens.
Ataires entendues :
Continuation de l'cnqutc et 1. contre-
enqute du divorce dcs 6poux Fernand Du-
roseau. Le Tribunal, sur la demand de
Me E1ger Cauvin qui dCclare renoncer A
la continuation de I enquctc ainsi que Me
Deslandes qui renonce A son tour a la con-
tinuation de la centre enquete sous tou-
tes reseves, a rendu I ordonnance qui ren-
voie les dits 6poux A l'audience publique
du mardi 17 Novembre courant.
2 Divorce des epoux Justin S&raphin.
Me Fran;ois Hilaire pour la demande-
resse, la dame Constance Cecile Louis
Charles a donned lecture de ses deux con-
conclusions Nos I Ct 2 (dermire phase ).
Me Michel Oreste pour le sieur Justin
smraphin, a donned lecture de ses conclu-
sions tendant A ce que le Tribunal rejette
les fins et conclusions de la demanderesse.
3* Dr Annoual centre Mme Vve
Clment Bellegarde, pour soins prodigy s
a fen le Gal Darius Hyppoli'e, pere de la
dite dame.
Me L~ger Cauvin contesie la note d'ho-
noraire du Dr Annoual, vu, dit-il, que feu
le Gal Darius n'a jamais eu a appeler le
Dr Annonal. Sur cette contestation; Me Le-
chand poor le Dr Annoual a donnd lectu-
re de ses conclusions No i aouquelles Me


LegerCauvin, pour Mme Vve C'Ement
Bellegarde a repondu par cells au No a
NVu I'heure avancEe le tribj-nal lve le
sicge..
Anniversai r.
I!s se suivent, les anniversaircs des tf-
tUs couronnEes. C'est It royaume d'Italle
qui f0tc aujourd'hui la 38' annee de Vic-
tor Eqmmanul III qui monta sur le
trt6e tn 19oo, aprs Ia mort de son re-
gretti pcre le roi Humbert I qui fut on
grand ccvur et d'un temperament froid.
A !a suite d une bo.inb- lance sur sa
voiture, le roi Humbert se retourna vers
ses lieutenants deij effares et lear dit fleg-
mat;quement : ( n'est rien I que voulez
vous! I e sont les casuels do m6tier de
roi.
Les Legations et Consulats, en cette vil-
le, sur la demand do distinguc consul ge-
niral d Itlie, Mr Alfredo de Matteis, ont
arbor leur pavilion en I'honneur de I'an-
niversaire au jeune roi.
Une Chambre de commerce
frangaise en Haiti
II y ert hier, 1 4 heures '2 une ru-
nion i la Ligation de France ot l'on de-
vait jeter les bases d'une Chambre de
Commerce fran rise en Haiti.
B.aueoup de francais y etaient con-
voquds, mais nous n'avons pu remarquer
que M. Paul Santallier, Directeur de la
Banque, par intdtim, Ch. d'Aubigny, che-
valier de la Legion d'Honneur, Ph. Kief-
fer, Eug. de Lespinasse, Ch. Gautier, 4. L.
Gu&rn, Achille Barthe, Emile Rouzier, E.
Robin, G. Revest, M. Carteron Minis re
de irance, presidait.
Ii parait que c'est la colonies franfisse de
Port-au-Piince qui ,desireuse de resserrer les
liens de traditionnelle amiti6 existent entire
les fran Cis et les haitiens, et considerant
que rien ne serait plus favorable aux inte-
rets g4neraux des deux pays qui parent la
meme langue,culivent la m me literature,
possedcnt la mne legislation, que Ie de-
veloppemeut de leurs rapports commer-
ciaux, industries et maritimes siheureuse-
inent prepa: s par les traits dr commerce
des 31 iuiliet 190ooet du 3o JAnvier 1907*
a decide la creation de cet:e institution.
Voila qui est bien dit et c'tst pour cela,
pour resserrcr les liens entire pays parlant
.a mine league que pe project de status
d&lare que les citoyens francais peuvent
seuls tire partir de la Chambre de com-
merce qui a correspond directement avec
les ditTfrents ministries, ( de France ) no-
tamment avec le minister do commerce
et de i'industrie et.le minister des Affaires
ltrangcrcs, avec kIs agents diplomatiques
et consulaires, les Chambres de Commerce
de la Mtropole et des colonies, ainsi qu'a-
vec les Chamnbres de Commerce franchises
.i l'Etranger. s
Enfin le butde "'raditionnelle amitie" de
la Chambre de Commerce fran;aise est de
recueiilir ct d'echangeravec les commer-
;ants et les institutions commercials de
la Mitropole et des colones,t(ous les ren-
seignements propres,adEvelopper I'industrie
et Ic commerce frarcais en Haiti.D
On prononca des discourse, il y cut des
changes de vues, on parla d'une commis-
sion charge d'entrer en relation avec
notre Chambre de Commerce desinthitts
franusis en Haiti et aillears, et finale-
inent on se donna readez-vous, A 1'Asile
-ranCais, Dimanche 15 Novembre courant,
oi en assemble gEnerale qui sera solen-
nellement reunie sons la prEsidence
d'Honneur de M. Carteron, Ministr e de la
REpublique franaise, la colonic fran; use
discutera et adoptera les status de I'0euvre.
Et l'on se separa aux sons entratonants
de la Marseillaise qui chantait dans tous les
cears...


Vol
Damsra nuit do 9 a 1io do couan
an volekr a enlevi chez Mr Emmio
Pieiw Louis, 73, re EgiUt les objet
suivant : -
Une chemise port fnitre d
boatos, or, ne paire d koolo do mao
chetes, or, et marque saons I 4. pUtro
de la lettre E..; deau complI abnes;
des oulters ; une pair de lutwne 4e 1.
mason A. de Matteis et C" ;,. n etit
cercle en ter, attache i one chain dq
meme metal amarde avec de la icelle
rouge; contnant deou clefs, don't I'nOe
porte le No 48. do compattiment du coffcr
C de la Banque national d'Hahl.
Avis en c do"a sa bIarea. c al
Je la Police, aux orfavres et an bijouoters.
Une recompenseaest reservde aun person-
nes qui pouraient ider 1 retrover tout
ou parties de ce objets.
Avis
Un panier de pipes retrouve centre les
mains d'un voleur, est depos6 au Bureau
Central de I Police Administrative la
disposition do propriEtaire.
L'Inspecteur en Chef,
PAUL CAMiAU
Magnifiques p namas
Pour hommes et pour dames viennent
d'arriver par le dernier steamer francs.
Ddp6*, chez M*te LtONIDE SOLAGW, 22, rue
des Fronts Forts.



Trois nolaires mstilies
PAR
d'audacieux filous

NOTRE ENQUETE

Nous n'dtonnerons personnel en mainte-
nant l'opinion que nous avions Emise l'au-
tre jour, lorsque nous disions que l'on
devait ,'attendre A voir se reproduire les
phenomen.s terfestre;, a rebours, In sens
inverse i travers le monde, lihumanite
etant partout la mime.
Le Matin qui ne recule deviant aucun
sacrifice pour assurer son service d'informa-
tions a etC mis A la piste d'un grand scan-
date qui a du porter atteinte A plus d'une
petite fortune privce.
Ce sont les mkmnes manaeuvres, les meL
mes trues plus on tuoins identiques, les
memes coups d'audaces, les filouteres pari-
siennes mel6es d'exquises politesses des
Humbert qui se sont reprodults dans cette
grave affAire qui va sarement bouleverser
tous ceux qui ont leurs fonds, on dep6:,
chez les notaires.
On se rappelle comment l'epargne fran-
caise celle des petits bourgeois- bion
entendu, fut spolide par les Humbert dans
une suite d'operations qui echapiereat A
la vigilance, au contr6le e toute I'4minis-
tration de la ville de Paris. L'epargo de
bien de petils parisiens et p a qui
couraient i I'aventuceav'ec r'abitio
peut-6tre legitime, d'arriver a une aisnce
raisonnable, fut.engloutie dans une a reJue
escroquerie qui maintiut, en alert, du-
rant plus done ann5e la justice franai&se
Eh bien I quelque chose, observe cha-
que jour, fait que tout cc qui 4clate, e
grand, en ce beau pvys de France, alt son
contre-coup, en Haiti, avec les mmes
phases, des nuances plus ou mions colo-
rEcs. Prene Iles Humbert en train de fire
des transactions, soit i la petite semaine,
soit sur'des biloux dhe valear, soit sur des
rentes et des trues franrals, avec des foods
soustraits, on ne salt comment, P Iepar:
gue ouviret ae tms voe s arrive a a


r, pea prs, le am I iain "
out eu nrai m, par m
des notair peut-tmn ,
sts-peut-hre trop i ou mi- n
re. Humbert oat fait mreinme a
S millions de frtans qui a lew
Went pas, t, la listed est lo ,
out o i ponarc des cri d
Colue I'oo e rit arvena
actere d'escroquerie doet daiem
Ms les operations de la vm dw
a. soot des milliers de gosdes
biles flous viemnent de
des notaires, la petite I dpre
Los intervl


L'IfdI ds mtaimg Chreisi
est site psqe dI I
Centre et de Is Rae Roms.
Nous nous y pretoas, a s i
a Mati a- ass rd de la bisea -
cher notaire qui nous appreodr
ar l .md mina iqur
signaler en moom" busmse, q
ihaaa oseu do wmmu e,
bout dans d'tode do notice, d
anxieuses, inquietes.
U Ma situaion I mea odsft m
comproais, dit au moosiemr Iapey, w*
tre le bureau ?
Soyez patient, rdpondit le mmi
la juice, Ie comassaiue da op
icnt. ....
Pardon, lui disona-nos, a .
tour, nous sommes venus vous dMi
ce qui s'est pass dans vocre eade ?
Ah I one interview I ea
le temps aujourdbhi ? je su pm ,
affaire me proccupe onre mum .
Nosa eaun m t. i'ulk
nous dit, il Cut que I'r
c'est I'intrt de ms qui a '
MO Foaumier, on pow nervus
dit slors : Rh bien vs allu ti
vous aurez, Monsieur Ie reporI, Ia
seignements complete sur cne
se escroquerie don't sont victims d
mes colitgues et mol.
Messieur Ernest et EdoMid
dits Gaucher, oat pa se procuer m e
election d'actes de vent ets de
baux d'arpeuage Ai laide des(geli
pa saisir notre liioa. RiAs
vait attircr notre tteateion s lc
faux de cas access, is avaiem st seem
parences roli6res; ries me puom
emp6cher d'iusruasmener sru l peia
nous Etaient soamres.
Je sis oblige -de rccomnaWreu u
dans cette faire, is pstidpt
clerc fort zae en la Ian eU t isa
pentear.- access, I M
arpentage, jelto we ha It
d'aspect de ic a i
D.- Combi de cs ac
chez vows t
R. Jean si nept.
I D.- Q0el t le -m 0d1
sonstrahes A vos dtde ?
R.-To 4t es -
frous e scroqnle oat .
NEM G-- oanm

Eabi Vfta tl "


Trols miis huit cms emsd0.1.
D.- OQmlca-vmSl aM
R. L CAD"n r
ea es -isi.l i Y f
esR lie, 0irw us **
retard.


~--C-L-- -











it avec baucoup de coat
-Ii p8550135 nemcamms* a&ei
de mjm itc. lines
d ires qi -dtrftt w
jqpvent bAivqmnut a, mqw sis-.
igme~nt, noes dit ge notaire, c'est
af6ire, j 4 !R PV' @SP PSa

aws P" e 9 poof s y o*
Splo-Wmm. ii pa to" sees



,is,, ousrdogw b Oaks fe-
daIlus rnous aU p1 d'saos vi-.
am wi ire A ce sgt
M MI, pus possible. noas n en aurons
pbrupliquonstpak 00"sem
tempst toyons I an pea d'efforts.
lv. asa on dout- obtiga-
pwigs chez no.5 :
iar (asmb, pr loiu*X I* Ifesu-
a r YI d H~gto pi~m -sonme
* P.7oo
Fjm Pr Elsabeth Louis i Char-


,b lih or
I hares Antoine Camille
Hilton
4*Lois6as Jacques Aim6
e, lis Gnasave
to Awn ROntist, 4 Vve C6


a


P. 300
P- 700


400


S. ChoisHi P 0oo
i .--
I "P. 2.800
daq obligations sont bases sor des
l. qei rat td passed
l Plerre Frtddrique, ci-devant
im s., ...- -. --
icesicte ont etd pass Me
i olaament eat-o- arriv i re-
llerqualite de faux ?
qu'il a &td reconn u ao bu-
l I t reer 4e Atel Tie oh
a' oit eM eargciitris que Ics
S fld'registrement quoils compor-
st a tres que cells qui figurent oa
r dRigisre qui soot porns dans ces
i Mationo, fit Me Vdlmeuary.
'OiatItlion Augesti Phlippe
M. ICharles Hilto P. 6oo
l St-Clair au doctear
Rigaud 400
imis dMondesir a Vve.
i Heyne 4oo
yse Jles A Madame
S:-Rome 8oo
Iq j-e fils i Vve Cesr
UCfs 800
CDrise Darelus A Veuve Cesar
70
iJoeph au docteer
W& rderr bo
400




ut, cm a yule.





K '? It *l t
et I*$e
^^Hr~^c6W~is~ndsr msM^u
^^^^^^*^^^*^^W r"^ -~-B 'nE^^Brr cg


Ij cfll e d ses don't ib ont le de-
C .que ls dites signatures n peuvznt
l q e fausse.
Merci, Mr le Notaire, lui disons-nous,
ea peamnt conge. A plus tard, 1 nous
revolr.
AU bureau do l'Enregistrement
Moasieur Carvale, Ie sympathique di-
recteur de ce bureau et Francois Mathon.
.hef du dit bureau, nous recoivent avec
lear habitelle politesse, le sourire sur les
Itvres :
NoIM miuion est simple, disons nous,
A cea messieurs, il s'asit de l'afire des no-
dats. Quelques rmesgnements, s*il vons
pdit, di voas en avez.
R.-Ma fip pea de chose, nous ripond-
on. Nows avons fourni oau notaires, en
quesdon,te renseignements qu'ils ont vou-
- lo rrev de noos en mettant nos registres
i lear disposition.
C'est grAce assurment nos lives eit
la regularit des mentions qu'ils ont pu
se donvaincre de la fAussetC des pieces sur
lesqalles ils oat eu 1 inturumenter.
D.- C'est tout ce que vous savez ?
R.- Oui c'est tout ce que nous savons.
Merci, messieurs, nous revoir.



Nouvelesl Eagere_ s
Derni6res D6p6ohes


SNew-YORK to. Le ~,w York Hrrahl
inrnmme une d6peche de Paris parne dan:
'., (resse sp6ciale rehtant que le gouver-
tenent allemand a fir.tlement accept la
proposition du gouvernement frtn;Cis de
soimettre A 1'a-b'trage I'incid nt de Cxst-
b'anca.
P'ARIs io.- Le; injiscr.'tion'. i! I'cmp---
aeur Gui'laume furent disc r ;- aujour-
d hui au Reich.; g d.vi :: un .:orme a -
semblie. M. BisL.rman' paryait au noin
des libCraux n itionaux dit que sou part ne
demaade pas la admission do chancelier
Won Bulow, mais r&c'ame 1'elUmination
d'un autre 6lment dans la cnnJuite des
affairs Cwaangares et aussi I observation
de la constitution, 1'empereur ne deviant
pas traitor d'affaires 6trangeres sans la coo-
pration do Chincelier. M. Singer, socia-
liste dit que i'empercur devrait etre envo-
y6 devant one Haute Cour et jug6 pour
trahison; divers, autres orateurs ont pris la
parole critiquant les indiscr6iions de I'em-
pereur et dcmrndant des garanties centre
ces indiscretions.
PARIS 1o.- II est semi offi:iellernent
annoncd que la France et 1'Allemagne ont
difinitivement agree de soumettre l'inci-
dent de Casablanca A I'arbitrage. Le choix
des membres de la cour d'arbitrage aura
lieu sans retard.
M. Pichon a soumis au Conscil des
ministries les terms de l'arrangement in-
terrenu entire les deux puissances.
PEKIx to. Le bruit de la mort de
l'imporatrice douariere a couru aujour-
d'hui, mais a tC dementi ; l'imperatrice est


PARIS 9. Le Temps declare que tr6s gravement ma!ade.
le retard persistent de I'Allemagne a r -pon- LISBONNE 10.- M Albert Costa, ancicn
dre est en flgrante contradiction avec depute :s'est suicidE aujourd'hui ii avait
I'esprit de I'arbitrage II ajoute: II nous est 6t& mel6 A l'assassinat do roi Carlos et do
impossible de comprendre attitudee de prince Louis; oncroit qu'il avait etd choi-
I'Allemagne. Pourquoi renouvelle-t-elle si pour assassiner le roi Manuel, d'ot sa de-
Sexigences aq'elle sait que noos n'ac- cision.
cepterons pas. Nous ne nous expliquons ---
cette insistence que par la supposition Lettre Circulaire
que Berlin regrette maintenant d'avoir Aus M urs E ,
propose 1'arbitrage et qu'elle desire voir sa Aux honorable Messieurs Evaist, d-ot
pro-oson egr-te. pnut au Corps I.gislanif, Odon~ll, doctcur
proposition regrettee. .
PARIS. -Les derniors avis de Berlin di- en mdecine. Oloff, Insccteur des4 coks
sentqu'ily a tout lieu de Coire qu'une so- d'Aquin, Syt'me. Magiirat Cromnnunal
lotion s ttsfaisante est enfin en vue. D'a- de la commune de 'laisance, des damn:s
pras ces depachesl'Al!emagnesemble main. Dilina, Lilia, Rose, dite MNme Jea;y:.on,
tenant decide a accepterla proposition Murice et Merci, tos pretendants A la
franaise : que l'afftire soit soumise a unsuccessin du feu Mie A.noncia's D-
tribunal d'arbitrage tant en ce qui regirde 'cheine, de venere*e rn6ire, ice lt.no-
les faits qa'en ce qui concern a question tiae public de la vile d"e P i iscc;- a-
de droit anrerna;ional. quelle succession devant ctre re e 1. 2j
BnLIN 9.- La lenteur des ngocia:ions du present mo's de Nowembre de cette
franco allemindes est. une cause d inquid- ann, e (9go8).
tode gEnural,; c'est demain que le chance- Mesdames et Messieurs,
Her de Bolow doit paraitre d vant le Rei- Je m'empresse de vous rcmcttre, sous
chstag et on prevoit one jourafe critique. ce covert, les trois n-umrros da Nuu
On dit que les amis du prince sont in- vellise qui annoncnt que le pareag:-
quietsde son etat nerveux, it leur a decla- de la succession Marie Annonciitus )Da-
re quil ne supporters ni critiques ni in- ch-ine, sera dnfinitivment reglde le vingt-
suies de quelques cte qu'ellks viennent. cinq ( 25) do present mois de Novembre.
I- est possible que it sance de demain Je me fais le devoir de vous I'annoncer.
donn lieu a quelques surprises. pir cttte lettre circulaire, en vous remct-
Bum a9.- On s'attend i ce que les di. tant, en mains propres, les trois numerous
bats asuquels vont donner lieu remain do jouanal don't s'agit. J'aime A espirer
au Reichstg les dcclarations le l'empe- quo vous no manquerez pas de vous prd-
rear Guillsome publiees par le Daily Mail senter, en due forme, ce loor-I*, A dix
de Londres decent ao moins deox jours. heoresprcisesdo.matin, c'est-a-dre,chicun
En crok qu le chancelier de Below preo- de vous pr tendants, avec son acte de nais-
dra fa pao' des 'o erture de la seance. sance, pour prendrc part au partage pro
L.sesrts sont tres months dans tons les portionnel sus-parle. Point n est besoin
pisia, mris principalement parmi les soca- de vous, rappeler ici que la present cir-
lises oi ont orga'li pour domain soir culaire doit etre signte et paraphee, s'il
vingts i reunions monstres poor protester y a lieu, par ch cun d. vous en patticu-
contre labsolutie. ir, selon le vae. de la Loi. Vous n'6tes
Les membres des autres parties se soot point sons ignorer que la Loiexige encore
reanis aljoun'hui ao Reichstag por di- quo les absents ou cl abscntes seront re-
dderearorattitudedans ledebAts de demuin presents, et Ie rcpresentant doit etre
pou-r choiat L un oies poles. .muni d'ane procuration notarize. Con-
Vmn .a .-a p-nce..Sophile Hohen- trairement, totes r-clamations, gendrale-
l Mo de l'archidac Franoo Ferdi- mentquelconques, d-meureront nulleset de
S* _io urd. ai le i"or a an ean nal efet. Toujours, sas oub'ier que le
last d ze m uline representiat dl4trt uassi muni de 'acte


I
'd
is


de naissance du pr6tendant ou de Ia prdten-
dante au parage de ia succession de fen
Maire Annonciatus Ducheine.
Le Prnocateur de la succession de ar
..4nn nmciatus 'Duchine.
LAMARTINEJOSEPH D UCHRINE
,.4 -


C iepaleTranIs llafntihe

L- paquebot Ferdinand do
Lessopsa sera de retour Jeodi i1
courant et parlira vendredi 13 A2
heures tr6s pr6oioa
pour Port-de-Paix, Cap, escales et Le
Have.
Les biliets de passage sont d6s au-
jourd'hui.
F. M. L'AGELT
F. M. ALTIERI


--I -
Cordonnerie Nouvelle


G. B. PETOA
1413,'GRAND'RUE, 143
PORT-AU-PRINCE
CuHAUSSJRIS EN TOUs GemgR
x OitP6T, POUR LA VEINT
r1 OROS rt DiTAIL.
ExAcauton prompts des
cotzmmar des, tant lol qu'en
Province.
Forms a homes ; 61dgantes et ra-
tionnelles.
Chaussures de James( Derniremo-
do ae Paris ) et le plus commode :
chaussures pour enfants confection-
6ees avec des Peaua. de tous smnuamn
i'une a election et dur6e irprocba-
bles, A dos prix avuntageux.
c.irages, pAtes et liquides
P.Jir.- kh.uwfV 9 to ef s tersu Msme.


Coup de Clairon
Prob.6ne politique cont.m-
porain
PAR
LE D' LAROCHE
Snateur de la Rkpublique d'Haiti
Prix 0,50 centtmes
DIPOT : PIIAUMACIE A. ROBERTS & Co
: u_ .. il I


Hamburg American Le

Lestenaer a BOLIVIA venant de
Hlimbourg, Grimsby, St-Thomas,
Sanchez, Samran, Puerto-Plata, Cop.,
Hailien of Gonaives, est attend ici
inercredi, le 11 courant.
II partira probabl-ment jeodi, le 12
couran*, Pour Petit-GoAver JrUa
St-Marc, Gonalvel, Port-de-Palx, Cap-
lIal'ien, I'uerto-Plata, Sanchez, Sama-
na, St-Thomas, IIAvre et Hambourg.
*
Le steamer PR.ESIDWNT ", edant
de St-Thomas, San-Juan de Porto-Ri
co, Ponce, M3coris, Santo-Domingo,
Azua, Jacmel, Cayes et IJrdmic, mers
ici samtdi martin le 14 courant.
II repatiira samedi aprbs-midi poor
Kingston, Cayes, Jacmel, Sto-Domin-
go, Macoris, Ponce, Mayaguez, San-
juan de Porto-Rieo et St-Tboma.
Port-au-Prince, 9 Novembre UM8
G. KEITEL & C*, Asm


-


5<


<*


I


csar


I







MANUEL
D'HISTOIRE D'HAITI
De 1492 A 1904
PAR W. BaLLRGARDn ST J. Lli.UiSSON
Ouvr&ge adopt par le Dapartenent
deol'nstruction publique
En vente chez : E. Robelin, A Aux
Armes de Paris P, chezW. Bellegarde,
59, Rue Lamarre, & 'lImprimeri3 Aug.
A. Hnuraz.

Ealson F. BRUNES.
195 GRAND'RUK 19
DirigG par

L HODELII
Ancin m mwbre de I. Sedd Philea.
re$JeSr doe mtr Isilurwas d& Per
Viont do recevoir un grand choix d'd.
toffee diagonals, casimir alpaca, chevio.
to, cheviots pour deuil, etc. Recomman.
do particuli6rement & sa client6lo ne
belle collection de coupes de casimir,
de lets de fantaisie ot de piqu6 de
toai beauty.
Spolalit6 do Costumes do no-
oss.- Coupes Frangaise Anglaise et
Adricaino de la dernidre perfecton.
La iaison confectionne aussi dos Gos-
tlmUes militaires, habits brods
dolmans, tuiques, habits oar-
ra. oto *to, de teas grad;

Francisco DESUSE
Fabricant de ohaussures
La Manufacture a toujours en d6p6t
un grand stock, pour la vente en
gros et en detail, de chaussures en
tous genres pour
HOMmx8, FzMMES, ENFANTS
Les commander des commercants
de l'intlrieur pourront 6tre executess
dans une semaine A peu pr&s.
23, Rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PRINCU ( HAIT )

Panamas I...


Eigauts, solides, arrives par
Ches MO LEONIDE SOLAGES.
9t, Rue des Fronts-Forts.


le


Chapeaux I:
Chapeaux I
Chapeaux 11!
PAILLI 31 PORT4-RICO
ACCOUREZ CaH
JOSE SAN MILLAN
Le ooqieur artiste, qui viont aveo Ie
coacor d'uan chapelier remarquable,
M. Jams TLSTAR, d'installer uno
FABSIGUI DB CBAPIADI
PLACE GEFFRARD
Sal do Ctwoe du Losero
Pear tas ls gotta t pour totes
Iebouros


' JULIEN FLORUS
Ancien dUve de la f96 ComspgmU
d'ouvrwrs d'Arfillerie (Loried)
So tent l a disposition du public
pour tous travaux dd onRo, et d'A-
JUsTAGo, de RaPAR&TION de coflre-
forts etc. etc. A de bones conditions.
Rue de la R6vclution N* 19
Vis-d-vis de la Chambre des Ddpvu

Au dernier cril
FABRICATION DE CHAUSSUIES
D. FERRARI
A rhonneur d'annoOner A se nom-
breux clients de la Capitale et de la
province qu'ilvient dose transfrer do
lah R dsFlontx-Forts, avec son m6me
stock de chaussares, 4 its GraeBe
au N* 153 avec l'iasci ition ci-dessus.
Les clients seront lojouons soris
dans leos memes conditions ; c'est--
dire avec les 5 o/o d'escompte sur la
vente en gros; sans oublier les m&-
mes soins et la m6me exactitude.
La Maison so charge toujours de fai-
re prendre leo measures & domicile.

A L'ELtGANCE
OORDONNERIE.

42, Rae des Fronts-Forts.
CHAUSSURUS 3N DkP6T,POUR LA V&ITH
Promptitude et soin aux comman-
dos tant ici qu'en province.
Chaussures de Dame forms et tra-
vail toujours tout ce qu'il y a do plus
nouveaux.
Formes americaine et franCaise pour
Messieurs ; 66legates et conmodes.
Pour les enfants Ie plus& l'aise.
Travail solid ex6cut6 avec
des peaux de premi6regmarque.
Assurance do grand rabais.
PAtes, Ciraige et Liquides


A. do


Matt6is & Co


Maison fondue en 1888.

Derniers articles rec
a--
Parfamerie Houbigant; Ro-
yal Houbigant; Fougere Royal; Par-
aum Ideal; Savon, Poudre ; etc. etc.
Coffrets de parfumerie tres 616gants.
Parfum renomm6 Astris; Lotion, 2i-
copherous.
Lampes, Foueta et Chamois
pour buggy et buss.
Argenteri* de lurx, Bibelots,
Mousquaires, Brosses. Pipes, Fume-
ciarettes, Cravats, Maroqlaeri d
toutoa qualitis.
La Maison a toujours un rand as-
sortiment de Bewtrf., d'A mssIe t,
do Diam t, A a disposition du public
on Gn6ral et & la portoe de touts
les bourses.
Atellor d'Eorlogerie ot do
Bijouterio: Gravw.m, ~tonfetion
sur command.
AcWa d4 o l "or ed o w ...
dsaina s pevrm pr*e"s a de rix
AcUT D'*oAIU B an Caaw
Prix aiomptisulma.


flVTrnZ BELLEVUR


P0 RT.AV.PyW~(UAT)
Mim Hermaue ALFRED, directric.
APPARTMEKWT POUR PANIPjI.

lm.m uod~ ea vw~ isulaw*
PROPRWtTWAC x~3wuw
IPRO =ADN IAD-
A__ -M w--sbs
P-,-U q,


Table d'HEto


T


Isa Io low@*deo odw a here
40 ldvhmuman d@&


NEME


IKTALE


Port-au-Prince
CAPACTr 500 PEIUX PAR JOUR
PREPARATION D1S PEASU D VWIIST-4GATI (14) COILIMU
Vente des ohaussures : ohvreau-gtaoo, veral wso
lours, pour Rommae, Dames ot N Bants.
EnBo rowrs, ELn dAa tome l )
En gross et en d6tail pouear teute hI nR6gIj


GRAND PRIX


mu: 5'.mwq


Rhum Barbancourt
Medailles d'or, MentioB honorable, Membrab du Jury, Gran
prix, Hors ooncours dans toutee wepoeId itL o deputy
1881 jusqu'A 1907. ( Anoien et Nouveau Continents)
Madpme Veuve BARBANCOURT, seul di
taire de la marque Rhoum BarbanOOurt0 et MleP r
taire des formulas qui ont fait obtenir an Rhum uarMI
court les m&dailes d'or de toutes le Expositions, a prk Is
les affairs de feu son maria, et se tient A la msuehall, sise 7,s
des C6sars, A la disposition de sa nombreuse d
don't les commands seront ex6cut6s aees Is a im soin 4
le pass.


I maigez plus lde p i!
S'il n'sttattaveo la "Pillabury'

La meilleure marine do monde
Celle qui donne le meilleur pain
Qui produit le plus de pain
Le pain le plus blanc
Le pain le plus 16ger.
Pour tous reasn gnamants *'s-
dreser a :
Ernest Castera
reprdeatuat de la P Amuo'eS WAGM.
suaw FLum IL Go M AnVuAoua
Una