<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00472
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: November 7, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00472

Full Text



Ann6e, No 483


W)


PORT-AU-MPRCE (Han ) Samedi, 7 Novembre 1908


Abonnements:

Ma "1.A PRI N Tam M m.
TaomsMOMs
rl Ta1ou Mo..
UINGER ........ Tuot Mois.


200
5.00
2.20
6.00
8.00


QUOTIDIAN
AI--


DW4ucT-30
0316maoat h~agloiz.

itgrACTION-ADMINISTRATION


up


LEMNUMRO 15 CENTIMvS

LOSe I-- om"emw pmunt do M ,do Is
won at ms Pajamae. 4w...


LLm -a- 11 "o- on w sw M u MW


Stomt oe qui con me r 1'Aolv-i'n4tratioz


du1 Journal,, 'adremr &


m o-iour


Arthur I5IDORZ, 45, Rtm Roou m o n'


Le Frangais, I'Ai

DANS LE

jIBan article spirituel, M. Gast(
a examined la psychology
t franc~is s. II nous
a chez lui, A son bureau,
r, A sa banque, en pie
a sa porte. Paralt
me. Mauvaise note. Le n
sime gutre les jmnes hoi
isP 'onrt ,pa de plomb di
veau ven s'avance :
seur, j viens vous pri
une affaire qur pourra
mlddonner do fort beaux resu
tPs le recent voyage que j'
Mpi en Afrique, j'ai pu rema
'rque...
-A! vous a.ez voyaj, monsieu
puez beaucoup voyagA. Ah I ah
1 la I a l rA)p6tAs son' et
8 1mauv:,ii augurox. Its sig ,iflen
iFjue h)mm i Ie ~ doit etre ni s
tl perstverant. Au lieu de s'a
Oma situation sur plane, it
coarir les m irs. QAi sait do
f e qu'il a fait ? *
MCoaneur, monsieur, do demai
1r concours pour una entree
,, plus gwand avenir.
plus grcan avenir Bien gro
affai'es vont si mal aujour
ond le n6gociant.
Seat sre.
t on le dit totjours; e
Sle d4boires arrivent...
y avoir de ddboirea
Utelaltoi- toat pea el
Sl l-d'svTre. .
paya s'agit-il '
I o ~I' c'est blen loin I
*.girait pas de commas iin
importantes 1 some
I Qu'll s'agisse de 500 fi
NoaMlte mille, la nWet pa
O La v<6 eat qie je n'a
iUte disponibles, pas plu
r aeflaire que pour I
S bis 'e* 'e t on pri oip
r'oespeuor qu do eo qui i


ni ni our conqudrir one co'onie on aun
grande furniture. LAllemand ne n4
iglaisU U 1L Jl lUd glige rien, Il ne mo praise paa les petite
afl tires, touted talent qu'on se derang<
O S AFFAIRES pour elles, routes mdritent qu'on lei
Studied, et c'est A force d'apprendre I
-commerce qu'on pont y pas-er mattre,
on teresse directement notre cli.ntle de Qu'on me permeate ici de racontel
gie province. J'ai suffisaament de beso- une anecdote typique. que m'a rap-
le gne Et que serait-ce si je devais col- porlde an de men amis.
A laborer A toutes les entreprises qu' Son neveu occupe, A Paris, und
Ain on vient me proposer I J'entends haute situation commercial, A la t6te
bien, la v6tre est share. Vous dites daune grande mason qui fait des af
un qu'elle est neuve. Comment se fait-il fairs, trbs speciales, dans le monde
d- que personnel jusqu'ici n'y ait song6 ?a enter.
m- C- tableau est force, c'est entendu. Deputs plusieurs ann6es, 1 recevait
ris L'esth6tique du journalism ressem- pdriodiquement une lettre d'un Alle-
ble A cell du theatre : si on n'exagd- mand.
rait pas les effets, ils ne depasseraient Monsieur, diiait ce bn home,
or pas la rampe et le public ne se- j.i le grand d.sir de me perfe tion-
it, rait point .mu. nor dans mon mttier et aussi de ve-
il lMais le fond reste vrri. Le n4go- nir en France. Ce serait pour moi no
Ai- ciant tranais n'aime pas ls affaires honneur et une oie que d'6tre admis
r- nouvelles on eiotiques ,. II b'en md- dans votre mason. Vos con titions
li. et ne veut lien risquer. Par ter- seraient lea miennes. 9
r. p6rament, i est a lapin de chou 9, les Le tont suivi, naturellem"nt, de sa-
i! ventures no lui disent rieno
n- To't autre est 'Anglais; ds son lulations et de formules respeclueuses
n"Ias ouuti liscomme seuls, lo Allemminid savant
it: plus jeuie Ae, I a did habitu ne n income ter.s, l llemavent
4- coinpter q ie sur lui m6me. Idedpen- .
s- dant d'esprit ; laiss6, dans se 6ltudes La premiere lettre du o Prussien *
a m6mes libre d'apprendre a son heu- fat jet#e au feuIa deuxibme au panier,
re et A sa guise : inddpendant de la troisieme foit gard6e, comm i exem-
corp, par le dressage physique qui P'e curieux de persa6vrance, plans on
n- fait parties int6grante de son dduca- carton oi r gtilihremecrl, touslou deux
e- tion, it a aussiappris et c'est 1 le ou trois moi inne ronvelle missive
c6ted >uloureux et en me no temps su- semb'abl vi t la rjoindre.
pr.eur A 6tre inddpendant de Un beau jour, notre coamerCant
r- oeur. L'Anglaise e-t plus spouse s'apercit que son emp'oyd de corn
qu me; son flls a t blev e a la flnce. prdposd an a detail ,. le volait
nursr et, lorsqu'aura particles t prdait sa clientele. II le mit a
t rai -oi4 do sentiment ne seront pas la polte et voult faorm'r lui-meme
pour I'.rreter. Ii ns tient q a% ses hi- sO soccessur. AUCon de s com-
Sbitud g, son lunch, son the, s'n ten- mis ne present les qualit6s voulues.
Sni 1;ses efftcltions jo nnt an Wae 'Cost a'on 1oIl bong3a i cet entered
Son isre. joorigJnal qdi u 6crivait lonus les mols.
Suivant an mot charm int de Hug aes It Jol adressa on mot trms vague, no
Ie Rou, a I'Ang!ais eCt 61ev0 pour promettant ilen et demandant aim-
emporter I'Angleterre a la iemelle de plement sae conditions e an cam ou,
I o.setar1 nis v. I pout-6tre. il lui trouverit une place.
sesu-i et totrs autr, : mediocre, Trois jours apr6 an petit home,
s insi)uant, patient e lab )ie ., rem- bies tinide, entrait dans ion b treas:
plagant I'eprit d iuventmoo par I'imi- Monsieur, me volcl A vye o drew:
is atMoo, I'i itelligena a pr.;moes~ tibr.,. Mais, e no vous ai point eongae,
ki par la m6thode, travaillant A tout pria je vous al demanded teetlement de
a et sachsot fire un sacrifsPe pour sa m'scrle.
a ,cr.,r de relations- I uOl. Monsieur, certabOelneot.
O, LAnglais nve de haute lutter te los Mai par tlr on ae ComprWd aml.
i. rosom affares, si*m 0 sa santpode En Allemagoe, noor dionms eloojrm


I
B
B


r


qua pour rdussir one affaire, il faut
y aler. *
L'dvdnement lui donna raison, A
cet bomme. II dtait 1, ob6issant, pr6t
A tout on le prit.
Et ce fat un employ module. r Le
detail fa t soigne, je vous prie de It
croire, et qetand on fournisseur oi
on client so n46l;geait ou commettait
one erreur, notre Alemand sy allaits
et r6paralt toot.
Un jour, le courrier de Rotterdam
apporta de meuvaeies oouvelles. L'a-
gent local avait mal mend lea affairs,
elles ppriclitaient, la clientele se dd-
sagrgeait, des proc s talent mena-
cants.
a Monsieur, dit le flitle employed A
son patron, il faut y alter.
Mais vous n'y pensez pas, r6
pondit le Frangis ; je ne peux pas
m'absenter come cela. Nous gallons
dcrire.
Monsieur, en Allemagn,, on v
va toujours ; c'est la coutume.
Iriez vo. vous qui parlez si
bien I
Dana mon pays. Monsieur, c'est
toujnurs le patron. MAis si vous me
donnez votre connance... A quelled
here part le train ?
Notre Allemand y est alley En
uelques jours, tout 6tait rdpar4,
I anolenne clientele visitde, de nou-
velles relations cr6s, et le chiffre
d'affaires n'a cess6 de srolre depois
son passage.
Quelque temps apres, lea affaire4
so ralentiMsaient A Smyrne : c'6tait le
march important d'Auie-Mineore qui
poovait s'en ressentir.
I t (fam v all*., Monale:r, r6efte
Allermad comme ao refrain.
oVae i naunry. 6 Is fin I A vou
:roUs, it fudkraIt 6tre toojoers, en
hbemrn de for on n bateau
Oai, mn..-iur ; le patrons
I'AHtesgne foot ainal ; toujourp,
doMoieor .
Et le Frrnai%, vaincu Far cet entle
ement trb4 douz, mais Irresistible,
ui Oit A la fio :
a Voul-z vous y aller ?
04i Moso4iur, quant part le
>ate, ?
I'Allemand y e.t all4d II est all
A, fs aMloelure encnr, 0a peo por-
out, at Is eftires gMrsnds. Maie
an ljee, prchala peo4tre., Il y re-


do chaqe


___ ____~_ "mop"~


_ 1 _








tournera pour son compete lientr6i
en Allematgue, il sou;ivei a tout
doucenmen la clientice de son( pti)on
francais, puisque cette c'ie t10l i ie
connaitra que lui, iqui seul aura dai-
gne, en toute occasion, y oil r, s'eln-
qudrir sur place de s(s be-,inis, de
ses ddsirs, de ses i ijbitudes, cl mnlne,
- s'il faut pour rdussir,-- de ses
manies.
a II fant v aller ,. C'esl toute la si-
tuation.
Malieueuresent, le Fri'naais n'y v
jamais.
L'Anglais y va toutes les fois qlie
cela lui semble en valoir la pine.
L'A lema .d, lui, y va touiours.
--- -r ldnt
... -f ---


Le nOUvU Pr1iUen1
Des Etats-Unis
M. \WILLIAHM IIW)VAllI) TAFTW'

II n lous apparlitient pas de rechlei-
clielr l i' i:' ,I *'- r ,'- : It .-s 'i-
tiqueset liIji ill:i l1 '.-'L tl., !.-
les allair'es atn', ia'itles, da s le.s I l -
lations l Extt'ieutLis, I arii vte de Mr.
Taft au Pouivolir, uIttel(i.? d,'ir (pi ,
Ilous V\'!iis de pr)lltoii tit'ue'r, 11 noliil
a paru jdnssac- '4peltLit d(i t11 'as
Inous averntit e danis Is sei'ii, s i ;i-
broux de I'avenir tili inous rI.ste IO tou-
jours i'6ter'iiellt', la i.atinde surpi ise.
Le part t;l'pillicain pil i l' a)pvpul6
aux allaires saitl ti llturelle'tiin t ies
avantages (lu'il tiouverla eo cet horm-
me qui incarnie es )rilnci, el; et qui
est peut-i Lre porte-J rla)eI. de ses
int6erts supctrieurs I.e lhasard d la
chance n'a pas eu coi'aiinemen8t son
jeu libre aux elections de Mr Taft ; les
co:nbinaisons, la voloniit out etn leur
part d'action imaniifeste, r&elle, de
meme que les d(oi s de la deslinee
lui avaitent ,petit-tre touch 1 le front
le 1: Septenlibre 1.>7 an inomient oti
il naissait et poussait, da.ns (:incinnati,
son premier cri de va~i;i:-.l; l nit.
Mr Taft lit ses 6tudes A ile et fut
2* dans unie classes qui comiptait (il
61ves. lEn 188i, il 1tait A I'tcole cde
droit ; et empnltarit le priciier prix
d'une p'rollotionl, miiais il avait A cormp
ter aveOn p it I-isat iival I.e prix
fut parta,;l eltre lesI d.uX. II recit le
titre : 1 L. 1). A I'Uriiversit e i e l n-
silvany en 19)2, Iiai ard 19t5 et A
Miami, lia mieme alnnte. 11 etait 'a
barre enl 1880, fut plus tard repot terl
de Joutrial et p 'c ite1 r d, doua-
lie. Eln ll's 2 Is I, Mowiieur \V. "'I>,fi
retourna son lintier d'av',ocat, e,
fut inoriiine' j'e A la c)ur sutipre
nil do Olio dIe I8sS A 1890 Sollici-
tor g,.ndral des Etatk de 18910 1892L
Dayen et pirofesseur de droit "a I'Uni-
versit6 do (inci lnati de 189I0 1i0).
Mais ici, les positions changent. Mr
Taft entire dans la vie active, la vie
politique ;il va s'occuper de grades
affaires de son pays, donner une id6e
de ce qu'it est capable en fait d'6ner-
gie, come citoyen et patriote am6-
ricain. C'est Monsieur Roosevelt qlui
va essayer I'homme et apprecier ses
excellentes qua'ites.
('est aux lies IInlippines qu'il l'en-
voie, come President de la c mmis-
sion ch rgee d'y reorganiser I'admi-
nistration, apres los dsastres de la 4
guerre. -
Les closes bien menees, Mr Roo- J
svelt nomma Mr Tftt, premier gou- i]
verneur civil de 1'lle, poate qu'il I


occupa du 4 juillet I.ON) ;u ler f6vrier
1!.01. I; refusal, pout des raisons iqu'il
n'a Ias paieise ntcessaiiee dJ lduire, la
cliargt dejue h la (th)' .r -uprieme des
Etats- Lnis.- II ne de\,,it pas res er
longteiups en dO -lors 'les ulaires.-
Nomme Scretaire d'l.Iat de la Guerre,
il u'entra en function qu'uie annee
qwprs, arn letr tfvrier 10t1t.
C'est alors (que coinmenQi pour lui
tou!t une seiiu de voydges. en mis-
sion politique. It visila Cuba et fIat
cliarg6 par Monsieur RoT-oevelt d avoir
a y atil uiir ctt auics ilitlicultis, ide
vaincie i'misuri tuition de I'.OG6, ct, de
s'y tmIaile.ii, enl quali't dte giouver-
neur de 1'ile pour quelue temps.
A IHorn,il cut pour minision de confrer
avec It', pjie L.,ol XIl s-tur' le riaciat
po s! b:e tides te ni' is l, iicoles iappl: '-
tenalnt a a. ux ordircs Ireligiecux, des
Phiippines.
('e I vi' s l'd anA'l Cuba t CPorto-
Itico, q( i'll di: g. a s -s pa es n 1907,
dans Ie but de se familiariser avec
ces populations et d'eiudier let'r utat
et condition de vie.
Les rumeui s d'une giande guerre,
que tout le monde semblait rerouter
ei;tie l' .laipo0 i et i'.\'n i iqute, all tient
Cxi~e'r dets t -esr lts de I'liloine d'E-
-i t un itoll veaai d6ploiement de force
et d'6nergie.
L.a tcu[it0 ,Eles natiolis mJiiaeeo,
I'equilibie mondialeq(ii ne setait plus,
Jlielaint natur'ellement I 'attention
dels puis.ances, tl, une colleclivit6
(I el i is tf;t don..t' I p..r I ;' p:ii r"
'"cai telr le pitiiL. Ielep lida'it I j danger
disparu. il fal.ilt alots ciutenier ce qui
venait d'tiie obtenu a pix de tant
d'abnegaitions et de sacrtili:es r6cipro-
ques.
Mr Taft etait I home necessaite a
une parei:lo inissio 1I partit done
pour le Japon.
On sait le succs qu'l obtint aupres
da Mikado, comment 11 fat recu par le
people j.aponais. La diplomatic joua
1h son jeu liabite, de nmeue qu'une
exquise coquetterie : Mll.,-lice ltose-
velt, d'alors, brillait A Tokio. C'Mtait la
Ileur de paix q'l'on admiiiait I.-bas
d-tns le sptciinen de elde I I plusdelicatei ini.ttuie hun, ine.
Mr Taft .-etourna par la voie de RIus-
sie et s'appliquia, a son lelour aux
Etats-Unis, a utiliser, en faveur de son
pays, d'une faCon 6viderte, tout ce
q i'il veiait de voir. II y 'iavaillait ac-
tivelnenrt jusqll''au inois de juiillet der-
nier, au moment oti ii lut oblige d'a-
b ndonner son pose de Secr6taire
d 'tat de la guetre, deva;.t sa no,)mina-
tim par le paiti republi 'ain, come
C tndidat A la I'r',sidence.
Norts n' sominies-pas enlcor c mt-
uIe de savoir, s il conti-::u.rt la poli-
ti Ilue, en sens gdti al, de totn prede-
o.asseur, souhaitons, ceptiidant, que
M' Taft veuille accorder Ilaiti sa
Ihienvehllante at ention et sa puissante
amiti6.





Depart
I-
liier est parti le steamer hollandJis avec
les passagers suivants pour St-Marc
Mr et Mme Ed. Regnier et bdbe, Mme
Georges Librouss. et enfant, Mme P.
Agnant et Mile M. Agnant, Mine Alfred
Fastram, Mme Alct Pinard, Mme Louise
Mme F. Gresseau et enfant, Mile Maria
Merville, Francois Joseph.


]REICHSEIGNEMENTS
MtT' ]CORO LOGIQ U ES


DU
SEMINAIRE COLLEGE St-3ARTIAL


\ENDREDI 6 NOVEMBRE


Barometre A midi
Te pratureminiumum
Tern perature,


761, 8","
20 8


maximum 31. 4
Moyenne diurne de la temperature 25.9
Ciel nuageux toute la journee. Eclairs i
!'ouest a 9 h. du soir.
Le barometre est IWgarement en baisse.
J. SCHERER
Des vers...
Nous aeons reli un a Sonnet invoca-
oir- P intitul~ 'Pax dedie A Mr Cons-
t ntiin Mavard. Ces vers sont dus a la
SIluine de M. Egron-TribiW, inipecteur des
Ecoles des Gonaives A qui nous envoyons
nos f-lici:aticns.
Accident
UI bu" c.s.,', abandonn6 au bas du
point rci'ani: Ic C(lh;np-de-Mars A la place
du Paitthdon, contre I:qucl voulait se ga-
rcr le cocher de .1 voiture qui conduisait,
hiir, vtis les ciniq hcur .ie sis u:r (;orCes Gentil e Gtrlach, a ttt
c.iuic d'un accident don't le dernier en est
vctinme, Ien rccivant uie bkcssure A la t&te.
Mr. (;.nil n'en a 6te quite que pour de
fortes inmotions La voiture elle-meme est
ifrtentent c: donmmagee.
Nous souhaitoni un prompt r6tablisse-
ment A M. Gtrlach.
Avis aux sinistrea


Li Commission de secours aux Sinistres
d-vant clore ses travaux t publier son
rapport, ainsi que la listed des personnel
qui ont touch A la premiere repartition,
avise le public que les bulletins en retard
d-vront lui tiue prctenites pour leur ac-
qui::tcmint jusqu',u 21 Novembre courant.
Pa~r, ce ddlai les dits bulletinss seront
considrdes come nuls pour ce Qui a trait
i ;a premiere rtpartition.
Li Commission av se 6galenient l s in
tCrtss. que toutes eIs rcclamations qui
lui Oont adressdes sont renvoyees A la fin de
la pr iniere rLtp.rtition.
Port-.iu-Prince, le 7 Novembre 1908
Le President, LI, Secrelaire.
C RIGAULD -11. VOLCY, Avocat.
'T'ribu.al Civi'.t
A uJience civil extraordinaire du Ven ireudi
t6 No'vmbre 19oS
I.e T:i'un.il prnl sintg A dix heures
di mAtin, sojs la prcsidLnce du Juge
Doyven A. Cham.agric, aasistc de Mon-
sieur A Thib.iult, si'bstitut du commis


saire du Gouvernemtnnt.
Affirts entendues :
(i') Pierre Hudicourt
raud.
Nouv.lle composition
Dupont Day.
(2*) B. Fanfan centre
mend aine.
Vu l'heure avancie le


contre Paul Per-

Presidence de Jh.

les epoux Ray-


siege est level.


Revue dal March6
Voici les course pratiquEs dans la se-
maine :
Or ambricain 715, 725, 730, 740 o/o.
Trai es sur France 2, 2 1/2 0/0.
Chbques snr Paris 3 o/o.
Chbques sur 'Ltw-York 1 o/o.
L'or ambricain a hausse A cause des de-
mandes de Gourdes de Province ot les li-
vraisons deviennent tries abondantes.
Le nickel a 64t trts demanded ; il est res-
lt ferme A $ o/o, 4 o/o.


Les Syriens qui ont fait ces am.4
niers des declarations a l'admma.i_
communale comme n'ayant pas do
sions, sont intormis qu ils seront pom
vis avec toutes les rigueurs de Ia loi
Acit 1903, relative aux Syriens, s'il a
surprise par Is Agents de I'administa
communale en train d'exercer n'il~
quel genre de commerce.
L'administra-ion communal cakt
voir reproduire dans toute sa teo r
tide 5 de la loi susparlee.
ART. S.- Tout Syrien qui s IM
a un commerce sans tre muni de d
tt de licence ou qui sera surprise, e sl
la profession de p!cotilleur, de coIlp
de speculation en denries et tou I
commerce de detail, sera frapP
amende de Cinq cents dollars et p.
emprisonnement de trois A six ois.
de recidive, il sera expulsd da
de la Republique.
Port-au-Prince, 6 Novembre I
Le cyclone
des 8 et 2 BS
Du m B/tims Parsiusfal
PLAsA Uim doesmims
I'dglise enlevdes, p!U siekrs a
&cs Tout le tost serait parti YWS
vooement de M. le ComB~iiW
Place qul, avec quelqmes boaw i,
yen de madriers et de cortds, r
contre la rage do vent. HouneOl
ves I Deux ornemeuts coimpi
teriores.
POeRT-DE PAlt..- Qpelqo
chees du toit de l'Iglise. Gs*
dans les campagses.- La 1
Croix St-Je0pb compluwUe mi
la Platek dcouvr en pCrtls F
vde par le Pan LI u R oc


_I I_ _


Les traites sor France out dommJ
quelques transactions trs inL
on a fait quelques gros chiffre, s
poor le Paris-direct; mais let au
est rest le m6me que la seatst
dente.
Les cheques sur Paris" ne r
d'acheteurs. Le taui est dooc
Les chques sur New-York
mands. On a fait quelques vr
des miisons de la cote- en coV jl
Le cacao est A Frs aet leI c 7 i&
Por'au-Prince, 6 Novembr. li,
Tribunal do Pal -
Sacrioh Noao
L'audience d'hier a etC
rement i l'affaire des sleurs
Th6mistocle dejA mentionade
Matin a de mercredi de cette
L'audtion des timoins a 6sd
confuse, semble laisser ind6cise Is
citnce do Tribunal. L'absence d'a.
moin que I'on juge absolumeat
saire, a motive le renvoi de la ca
lundi prochain.
Mouvement d Troup Y
Les mouvements de troupes qwe
signalions I'autre jour, comme chI
ments de garnisons, continent jisq
martin, avec l'arrivie do 36 de
che, du a4"* de Ouanaminmi e. A
A measure de leur entree i Port-om-P
nos troupiers reoivent des souliern a
uniforms neufs, en toile 16g6re.
Bureau Port
Des reparations jug&es utiles s'
actuellement au bureau du Port, a
direction det'architecte Georges
du Department des Travaux Pbl. I
Ce petit edifice d6ji si coqml,
chaque jour des embellissemeauts
soins do general Marc
I'y habite.
Commune de Port-au
Avis






par Ie commandant de la Place.'et de fire des excuses gne. s veme t Iarl i ie
La mason des seurs a ttcab nets de Londres ct Saint P ter bO urgent (ie
osiurs heures, entitrement en so-t tenus,au courant de la situation.
dean A one cer aine hauteur. P s 5. Soir. Le prince Radolin am-
ST-NICOLAs.-- L' glise de la Bor- bassadeur d'Allemagne a eu ce soir tn I
a etc decouverc, son pignon ren- entretien avcc le Ministre des affairs /
Le presbytre de are-'oge ra Erang6res M Pichon Aucune dclara ion
A I Baie de Heine, les gens ont d6 n'a eti faije au sujet de ce qui a etC d t .
en cannot pour se rendre i lEglise; Et on ignore si cet ambassadeur a trans-
ar pa y al'er A cheval. C'Etatt la mis la reponse de son gouvernement. Les
itule. dbpachcs de Berlin manifestent n esprit
noaG.x- Les digits ont 6i consi- moins intransigent, ce qui est interpreiti VLI
; plusieurs masons renversdes. comme une preuve que 'Allemagne mo- Les emb.rcations suivantcs laimstnt
b 60 omaisons ont tA ecrases difie son attitude et qu'elle s'est arrtC e A soir :
b b"e, ie presbyt re d cover to accepted la solution franchise. |sorr
lt adeL de E glie renvernte, BELIN .-- Soir. MJu'es Cambonlamo-' S',hN e-pourGrand-Goi,
b o11tre cfltodrde, les comments basadeur de France a recu cc soir lor- Fratrnilt, pour Pet;t-GoAve.
ls chapelles A terre. An G and dre de proposer au chancelier de Bulow Darie-Louise, pour Arcahaic.
I t bourg est ras6, Ia champagne dh- que ks deux gouvernements s'expriment L'Unicn,pour Jeremie.
leasrbres couPi comrme avec une mutuellement des regrets au sujet de I'in- St-Pierre, pour Pctit-Golve.
iAj x a st re, e fbourg a disparu, cident de Cassablanca t que toutes les au- Olga, pour Miragone.
= m portr mer. out on prl e. Le prince de Bulow a repondu fivora- St-Joseph,pour Petit Irou.
grand nombre de vicimcs. blcmen. Oncroit qu'un arrangement amia- Souvenane, pour S -Marc.
SEho des C6te8 de For ble est proche. Nativite,pour Grand-Boucan.
Ut- laudi 26 courant, la population MADRID 5.- On annoncait aujourdh ui Lucia, pour Grand-Go.ve.
Sfabite le devoir d'assister A la belle au Ministere de l'intrieur que ia greve Mris-,Anne, pour Gonaivcs.
7m qhique manifestation qui a eu lieu qui a 6cati dans le district miner du Rio-
T.lte paroissiale de cette ville, oi Tinto est terminee.
dasatke en honneur de la dogne spouse AMOY 5.- Un petit vapeur qui trans-
wSoa Excellence le PrCsident de la Rd- port it 600 passager. d'Amvy i Tungr, A
cique, one mcsse de RKquiem. quclques miles de distance a could, hier
F htte du long cortege qui se defiljit soil, deux cents passages o: t peri, les au- Six gourdes le gallo
S kles bureaux de la Place, se troua't tres ont e6e sauves par des jonques chinoi- S
hIliquv Nord Alexis" en suite une ses. 134 Gi
lmagnfique qu'ont offerte lesI SANTIAGO DE CHILI 5.- Le volcan de
locales, apportee par deux offi- Vil'arica est en eruption depuis hier.
psis apres, le Commandant de la MAM LLE 5.- L'pidemie cholerique a e ur A
Sle general I. Solon Oriol, beau pris fin, la police continue cependant
.m costume official de drap vert, Idcouvrir quelques cas isoles dans le quar- k e
l on sabre au manche duquel se tier indigne, les marines des navires de
mae large bande de crepe, entou guerre viennent chaque jour A terre.
fl e administration, des uges PlAts 6. It tst maintenant apparent Entrep6t Gen6ral (
desautres autorites locales que I'Allemagne est prete A abandonner
ens notables se rendireot A i'E- sa ricente demand concernant la mise en DE CALC[rrf ([ns) DUNKiRQIJI
on entendit la bclle voix du Cu- liberty des d6serteurs de la Legion Etran-
klparoisse, le Revirant prre Tisan- gre; originaires de I'Allemagne et qn'elle SACS sp6ciaux po
qi officiait la c6r6monie religieuse. excuse les soldats franCais accuses d'avoir
iam fat entrecoupde par la musique attaqu6 un membre du consult allemand
Alexis qui ex6curait successive- i Casablanca, elle parair, *'en outre, atre
idet orceaux funebres bien imou- prparee 'i accep'er la proposition faite par es Types Conrants c .nstamme
,Am moment de I'absoute, elle fit ia France de s'exprimer mutuellement des
la suptrbe march funebre de rtcrets pour I'incident et soumeitre le cis Depuis 18 centimes or
d ont les accords remuent i 'arbitrage.
jusqu'aux larmes. DANTZ G 6. Le steamer allemand "Ar- Pour granleurs ret g':iies 63c l.
:.Apt que ce pirux devoir fut rendu A chimede a fair nafrage lu course d'une p.,ids dlP 1 3t livie4 j'isqu';i 3 livi'
.l la regrettee detunte, Mm" Nord tcmpkte de neige, dix personnel ont peri Sacs .ir rn, 16t!e et s r types 1 -s
*ule Commandant de la Commune PL4N ( Allemagne 1 6. Une violent, Prixr :f ,orf it ;,r,-r !,v ti.o'i m.r .
a*dit en son h6 el, accompagnd du te secourse sismique terrific la population-, on le I, -i l)roit- pi &s.
SCortnge oi it offrit un verre aux ce martin, A hcures 40, elle dura plu-
et, dans un lang ge mile et prd- sieurs minutes et fut accomrpagnec d' xplo- 0 0 0 0 l
i remercia au nom du gouv-tne- sions ct de grondements 5 00
et sa ien, tous ceux qui !ui oni fait PARIs 6 Rente 95 90
d'assister auservice fun bre chan- H viE 6. ie paqueb)t Qu .c vcnant Vie init at. l':arriver pI
.0 Hbnoire de la d-gne spouse do des Antilles ct arrive aujourd'hui.
t delay Repub!ique. Puis chacun PAR, 6.- Le President de la Repub!iquv Pr;x ixcepticane
acco.. pagn strres de course la Reine, de I'expos;tion S'.1 dresser A J
Sde Ia sociri d'horticulture consacree aux AGENT ET DiPO
dchrysAnihmes et autrcs fleurs de la saison 93 R E DU MA
IM. Barthou prisida, hier s'ir, un banquet 03. 1L UE DU MA
S^offert par I.Airoclub enl'honneur de M.
Wilbur Wright.
SHier l sna, aprh lai rdponse de M. TINNERIE C(
SpO8 eSBarthou d6clarant que le credit de cent
-- mille francs pour encourager les aviatenrs
*-- Le cabinet s'eat rduni en ses- serait inscrit au budget des Travaux Pu- Port-aR
dinaire cet apris midi poor blics, vota un ordre dn jour en faveur do
lidemandedes Alemane e- gouvernement. II comment ensuite a CPACITI 50 P
I incident de Casablanca. L.c Mi- aiscossion do project de lot concernant cGPAc[TE 500 P]
tt decid A I'unanimitt de ne pus I'emploi du b'anc de ceruse. PREPARATION D.S PEAUX DE
0 I Jules Cambon, ambasstdeur Li Chambre discouta hier tt ce m tin le
A Beglin a reoCu ordre de noti- budget de 'agriculture. Elle discotait cet Vente des chaussures
WtIlhelmsbiass que son goover- apris midi l'interpellation sur 'mncendie de tours, pour .)ames, D t-s e
*~itiet se rues str la uoesion lh6 el des phoness et sur ses cons" ( BorUroN*, Er
.tque _,me tempt il rt ef queces, ..
Sad ade reprdnp M. Cslaisintendalt ginbral d- seizi, En gros et ei detail p
111^ timpliuaes dam cette afaire me corps d'armde est dEcede.


ce

re.


G"'Transalntiq i
I.. FERDIN AND DE LES-
SE: -S est attend dimanclhe 8 cou-
tar t.
1.iiinr aire pour la c'(e sera fixd &
SO, l ::Irl iv e.
Pt t au-Priince, 7 Novembre 1908.
L'AGNT,
F. M. ALTIERI
S--- II m
Mr C. L. Verret
Ta Ileur-Marchand
Donne avi ; A .a bienvdillante clien-
,t:, q i i;i ui.. -on No 7, Rue Traver-
i;i;re cst to'.|is bi*-n pourvue d'uue
var'i,. d'etlT:Tc de la haute nou-
()UALI ,;U'PI'RIELUIE (:OUPE ELEGANT
!I'AVAII :-;t .NI iKL:CUTION PROMPTE-
I'ri .'re's rtfJluit.q I


IR VIN ROUGE

n, CliezG. CORD ISCO.
rand Rue


*


dIe


Sacs videsl..

s Grandes fabriques


F ( Fn ) -.r) iir DU.VD!* ( XNGLEFrCRE )


ur


Cafes tri6s
Cafes ordinaires
Cacaos


ent,- n Stock pit belles de 400 sacs,


jis fIll i


28 ctentiimes


or


.!lIo; f', ,tics p )-'le de iba---IU.~Iun mt &t, si


-s d-e Ilinde


Sacs.


ilernent avantageux
RULES LAVILLE
)SITAI RE G I;NI* RA L
.GASIN DE L'ETAT


INTINENTALE

i-Prince
EAUX PAR JOUR
VINGT-QUATRE (24) COULOURS
: Chvreau-glac6, Verni et cou-
3t Enfants.
rAsTTQUs T LACI )
our toute la R6publique


mrHmlt de30









MANUEL
D'HISTOIRE DHAITI
De 1492 A 1904
PAR W~. BE1LIL;.ARDE e: r .1. I.Ii.RliSS(bN
Olavraqe.4c ,idolpt( 'o ir 1P- D.'-prrtcernent
cll Fl QStruction 1 U.)1 iqaie
Enu vewoli cliei : E. Idol)- in, a AiuX
Armo-ti do Paris ,- cliezW. 11olleg 'rde,
59, Hue Lamarre, iA I'linpi-rlncrii Augv.
A. Ildraux.

mmaistof F. BRUTTNRE S.
1.95 ;t Cr') ~ 9



Ance ir. -& I-, le .' r *' Philan-
thr3piique Fz aris


FABRICATION DE CH.AUSSURES
D. FERRARI
A Mhonneur d n.ncor A sea nom-
broul client:- de l a Cnpitale et de la
province qtuiivient de so transfdrer de
la liue C, I.,-!6 avec son rnme
stock dc chaussuveo1, d la Grand'Rue
au IN 153 avec I'inscription ci-dessus.
Serwit jours servis
davis ltts mPi-m &ndti'ns ; c'est-A-
Ail1
"h ~ ~u~ )J ~r lirs m4

A-~5
VM- S q Jim




G* 1 1A SS-TR1 .. fit O iP0!Ot' LA .T
A LP), iE.tQ

fi47S.. e--I





vail t o~j~.r i: *j. *q'. y a do pluis
F~vi~- a5'~r:ai" t r; nc:,Pise pour
M e.s -,i 3ar.; ;Aoii. t commodes.
Pon 1- if t: 1,ar -,;lus,% I'ai-e.
O' C .--6 avoc

SL, I' de s1 b


A. de !VMattbis ~' CO
M i I. i n1888.
focdoi~us
Derniers. a~~'`cairhles r;~iie pii







Par f 1(i i Ho .1i~ligant; Ito
vat ~ouag~iit; Ftyu Ill ;Par-
fiuin 1:1, al; S-uvoti '~ ete. etc.
Coifi --k dc [p)w fuilwrv~Iif~ E0f1garits.
Piat [Li ;jll] i i S Lo~icn, TH.i
cophe r( ipv.
L~anp~ FouaLs et. Chamois
Pouit,l' ggy et bliss.
Ar- en-,ri iOe luxe, Bibelots,
M ou8:-'!-I-, 1 .: 8 I'lu.s." l pes, [im ues-
cigarittes, Gravates, Maroquinerie de
toutes qualitss.
La Maison a toujour u'.a grand as-
sortirnent &' Bijoicterie, d'Argen4i0,'
do MamamiaA la dispoition du public
en gOiier'l A & lia portte de toutes
iL's bk\~Ur'~~.~
Atel3e -s d' F orlogerie et de
Bijoul~e j' Gra,.ures, Confection
sur couimwande.
Acha I de vieil or et vied rgewS~,
dianlanl et pi'vrre- 3r Cieu-es A des prix
ac antLageu.p.
ACUAT D' tAILLIs Di CCAR
Prix ezoeptionnu1


i .


M1oalAeui 'SLYAIN.\ 1 Tl'l't' -11di Ac.te .;prix ivantageux des mouhanS dc&i"0I
calIC0it6 di%'cr-e et (Ide out' cSili ditc, Iowiv ant tre mtinceivrds pir des 3b
(It-s chezv'ix ouI dcS 11' if- (0 c pro~iiSatit de 1) A 130 gallons o ;jus doU
pa*r Iheuret ol! ir:ti nq 9u i noulitis Ai veur dle toutes lei dimen~ionis as
F, l1ii-';i D. F. Sutherland des Eta:s-Uniis dont ii eat le s$0l qi
poIJr Haiti.
:es articles sortt livr&4 tA N'w\% -Yoik solidement encaiss~s.
IPi~r&' -I'adresset' touites deemialz4s de rdalseignemeItLs ctt routes coasl
iU (lit ii ent.
4.1, Rue dt iFi OIs-IorIt,- IPoRT-AU-PRINCE


GRAND PRIX


HORS CONCOURS


Rhum Barbancourti
M6dailles d'or, Mention honorable, Membr du Sauit 0Gt
prix, Hors concourse dans touted letrTpo itto* depuOi
1881 jusqu'A 1907. ( Anoien et Nouveau Continwt)
Madame Veuve BARBANCOURT, seule di
taire de la marque Rhum Barbanoourt etsoeul pNt
taire des formules qui ont fait obtenir au Rh.um B b
court les m6dailles d'or de toutes les Expositions, a pris'
les affaires de feu son maria, et se tient A la m6mehalle, sise
des C6sars, & la disposition de sa nombreuse M
don't les commands seront ex6cut6es arec Is minae Soio
le pau6.


0


'' pOn peut en voir de
i mens A rI'usins SI-HIMC dIA
it.' :~I~E oil mac it1~(

~u ieurs annies A la mfidMr
dtu proptifttire, M. Mh
Sy1v 3 n, eul g1 -0 !oar II tii d- lra F'abrique James LeffOlA&4


* ;*7 *\*


to, cbeVlOtr :. C i-..
do pa .4~



AcaS ( A i1 :1Aact


r-. xJca r r
raua. .i. .* --


F'rancisco


:__: s 7- s= 7 .


Fabricant de chaussur-s


U a 141ft Stock,
gros c lel dutsai,
lous gollres 1,0111.


a tculJjuiI Is c &1C1 t -ti
p(YAI. t CIeto en
dl, c-i


IiOMAIES, IMI-.INFANrs
L s ((Illc lljfl It,- tj ( ;IiIL ll".,: IW .
de I'iIej'-rm r olr 4 1 61 V,. I re c(x 4. -'ati-.4

'23, FRui des FI'uiats-Fluts~, 23
PO'IIT-AU-PRINC I H ( AITrI )



El1g;antga, sliL r- par
M domirdal a.
Cbhz MIle LEO.NfID SEli.A.,ES.
2P -. *..i des !2 ..

ChaI'e;i,.s.,
ChatieaaiI
Chapeau .-A "b


PAILLE DI PORTO-Rh.o
ACCOUREZ CIEZ

JIss s I '. !LLxN
LoS cU#LtI Ir 't. co V,. vi-It -VA 0
U. Jaws TE;*AIt. TFI r:.'Alte .r e
IF&RIQUEO Dk CItAPEAUX
G. A"L -d'F"RNAD
Salon de Jci'i fis :3Ur
Pugr touz IW 6od0 atl :t piEeu toutes
Ioe bouruu.


JULIEN FLORUS
Ancier al'cPv dela 1? 6e Corn pagnie
(I ouvrier.n ,d'Aai!Ierie ( Lorient )
S,! timi At A l adi.,position du public
pour tOLIS travaux F'ii aurE, et dIA-
Jl2S;TACF, d d o lE 4RATION de coflre-
f:irtA etc. ('C. A de bonne co ldiliofns.
I~:" de L, Ittv.'luloii ANo it)
Vll' o- 61- .( it, Lt harnbrc tl.!s Dfpulls

A. de v Ir ,&ier er!


)Dont lo: U .ii'-'s co mlp:beflt tatni J oI t~lus im portantes des Etats-Uri s 10
jouit d111v1'-utnation InohA.1i0, a d~et6 de consfituer uno Agence en
pay" p'oa. tints les arici*s de oza spot5ciatit% MACHINES A VAPICUR, CMWI
nmiPmvPi, LOcOMontEs, low ft
( TURBINES DE TOUTED LI 3' ,~
TIO''S pont vendues perI idk
-.-. aS..&. ~..Ydeg conditions ezpd insu'~
ment a antag~uan
ties depPremierChoidx.
Ces articles 30t Ii
le wharf do New-York
meaat emball6a en T"
longuie Iravers6e.


IH ZTT BELLE


Pl"c. du ChYusPa-de-MYr
POR -- A'7.PRINCE (HAITI)


rUE

7.


tows Usa fourt. da mill be",
fir 7 Lsvvdus.re


POUR


NOS


INDUSTRIES


i
-
*^
1,1


La Fabrique James Leffel & Co


1
I *


. -


Vit.,Y)t I :it V "


I


Mmne IHermanee ALFRED, directrico

APPARiTEMEN'T3 1 POUR FAMILLS
DINEIRS--LUNCNBHS
Inriallaslen modro~ne of onsforhsJ~e. Two swr lr me. 2busphuirk
.2atw t ci :ulQire. LAs Tramswaysa dossaaorut VI-boUkw buuu -1
PIR)PRItTIP SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DIUX ]RO
rR0*ZJ.U.NA.DE JARDINS
SaU. de rdcslio".-Pia's.-rusro) phoW.
S nn'eriem Elctriqu..


nr .,Ic~ti
A t,.bl, Y'H V.