<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00468
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: November 3, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00468

Full Text





peuxia6e Ann6e, No 479.


PORT-AU-PRINCE ( HAITI )


Mardi, 3 Novembre 1908.


I


J


2


QUOTIDIEN

Abonnements: Diucrvu: LE NURO 15 CENTIMES
PORT-AU-PRINCE Ux Mos. G.2 O. C16xxioxt Xagloire,
TorS Mois. a 5.00 -s abonnements parent du im et da 15 de chaque
DEPARTEMENTS UN Mos. 2.20 aois et sont payables davance
TROIS Mois 4 6.00 K DACTION-ADMINISTRATION
TRANGER........ TioTs Mois. c 8.00 I 4, RUE ROUX, 45. Luemanuscrit Itar ou non oe ueronlp read

Pour tout oe qui ooncerne l'A4diniistration du Journail dresserr A Monsieur Arthur ISIDORE, 45, RUE ItoaX o omms-Pei.
wm- --wl+lM': --


QUESTION DWHY


Longez la lil- de maisons qi., A
prtir de lah ( ind''u bc dtnl la i r,
1Koo ol Bo',ne-','oi, jus(IIa la it
sk Quai ; all 111 at cirnetitr e, les jo.),I
msscrds par les traditions aux vi-
Sre aux moi t, c'test a-di'e les ludi
Srvendredi de chaque semaine ; un
Spm partout dal. s les rues, Fous les
p erie oa, aui heures- chaudes du
rjir, regne un pou d'ombre, aux
dtrds des Mtablissements publics oIn
Irpassants nie manquent jamais ;
sm fr61ez, d is tous ses endroits,
dMmalingreux converts de pustules
qBl, d'une main souvent rongde de-
iandent l'aumn6ne, tandis que de
rare, ils dloignent, a I'aide d'un hail-
1Io qui fait I'oflice d'dventail, les mou-
ches avides qui constamment pom-
pentleur sang impur et suceot !. s
dCerlions chaiogneuses (,u'elles vont
laisi rtpandro, dans la robuste sanitt
td autres, d, vous, de mnoi, de Ijos
etfants.
Puis, le jour disparate, la nuit 6teind
a voiles, I'omnbre se faith. )O sont
aC smalheur'eux ? Vo s qui marchez
kns les tenbires, n'allez pas trop
eite, lltonnr car soudairi votre pied
kutrte une ma-se sombre qui aussi-
15eremue ;vce un g ognIment (liii
l tant6t une plainte, taut6t un ju-
SCes masses, ce sont les plus
ureux de ces malingreux qui,
de gile ou vaincus par la dou-
ttendent tout bonnement A la
place le retour du soleil, pour
rsur les plus heureux leur
quotidien.
ois, quand ils sentent la vie
re peu peu sous lea ravages
rifection nauseabonde et que lea
on sont presque atteintes de
i, ils gagnent qu lque glte in-
n4, ppour y crever dans los
uatre heures. D'autre fois aus-
e ntiment de cette supreme pu-
oeur manque et, I8 o& ils sont,
t sans se d6ranger, recent la
comme une h6tesse depuis
ps attendue et qui arrive jus-
moment oh l'6pulsement des


SGIE S0C! C ourvuir ; car ces Dames, rompues galite la nature se platt A meltre en-
I E 0 CIALE ze o blig IIionPn appris t'e nous On peut diro que ces lioii-
n), pas computer l'uiie sur l'autre. Et lines oat contribud 'A desequilibrer
c 'est un va-at vient perpetuel l'une cette Ipoque, en largissant pir,,li-
I li',z I'autre une sdrie de combinai- gieusement le cycle de nos co~nais-
Ssoens, pour expdier la funehre beso- sances. lls ont pos6 la science A un3
, orl',.- ne permet plus de se mettre .n. Ce'a. sans cnliver anx vivants telle hauteur, que nous nous sentoins
i.ur ile. I.pitalisds leur part d'attention et pris de vertige duns notre course hal,.-
(;:oi Ilo).ts, Uobtl.ures Coinl cells d'celorts! taiite, souvent insensbe vers ces liuts
les oiseaux dans les Iois, sont I)'us Vraiment, le rle est admirable et sommets ou plane la pensde contem-
frd(luente qu'on ne pourrait st I'iina- digne de respect, de ces Dames q i, poraine.
geneir. ID'rrieirelent, c'etait come saos resso Jrces sans gaure d'autre 1 ya done pour le comlmun des
ine opidemnie de ces Inotts ini.-ra- soutien quc le souffle de la charity mortels, une limited individuelle de
bles ; les Dames z1latrices do Saint- et l'esprit de ddvouement, accep- tension nerveuse, (u on ne saurait
Vincent de Paul, A bout de ressources, tent ainsi de se baisser sur lea misb- impundment franchir. (:e maximum
a'en pouvaient plus : elles avaient, res huma:nes lea plus abjectes et don't d'effort permis, une tois dvpassb, i
durant plusieurs semaints, des j)iur- taut dautres se retournent, de consa- s'opelare longue un veritable d-
ntes de cinq, six et mnie sept ca- crer la moirie, quand ce n'est pas lea clanchement du svstcie. Les cellule-
davresi Qionymes. trois quarts, de leur existence a ces anemides traduilent leur souran ce
Certes, o0 etit iu sans apparat les pieux et sublimes devoirs, en I'absen- par une excitabilite plus rgantl,, I1'
passer aux tossoveurs ; ils t-ii-set ce desquels tant d'infortunds eussent product son centre coup sur tout I r-
creusd un trou, les et'isent jetts IA vecu et peri pluspis6iablement enco- ganisme.
come des animaux et ei ssent repla- re,en rdpandant,dan- lavooiulation lea Plus de contact ut l entire las ,au-
c la terre sur eux sans iinme lui desolatios dee l'pid mie. ns dent le prolongments so ou-
donner letempsdle e cher au soeil eI'sie. client a peine. Alors apparait la ,teuras-
graionner g et humides. _beer au ol se .. thinie avec son cortege affreux de trou-
Mrains, ir as eth de de eI li bles physiques et_ d'nquidtudes mu-
ieusso u )onrl e s pult' rales. Le caractires'assombrit, la san-
CeuLX ql D-onrt pativreS. l sn-l Ifl'liUb- t6 gdn6rale chancelle, les fonctions so
S(z les niorts..* 'tel s sot jO- .- tralnent plut6t que'les ne s'accom-
,ceptes di I)Dieu de cliaritt ;i)s,, -- plissent et la volontd disparalt dans
11 taut sept cercueils p a jo r )o Les deux Natures ce desarroi complete de i'iconomie.
me cr, le ntsier de '- Los moindres lectures fatiguent ce pa-
otablisse i, etsuine et a-i l de 1'Homme tient ambulant et cette impuissance
,pavy ; rainment, cet l~riii ine tt p,"- -- do se livrer A ses occupations prmf.-
tbis tii llI' os. V rdcs aggrave encore son mal. Uine so-
:etos Il l't I s out. 11 aWit fiie re cidtd de neurasthdniques serait la
touted liate prve iir ei p,'.e ;. ii ftiat La se onde conclusion concern no- plus jolie collection de fous raisonna-
en toute hate aussi, e avlse A doner tre systtne erveux. L'int('drite de cet bles qu'on pourrait rencontre
au morts une attitude colvenable our instrument ddlicat do- toute activitA Mais de li neurasthenie A I'hypocon-
"arattre devant le Juge Supir'me. Aux humane est aussi i: ie condition es- drie, il n'y a vralment qu'un pas &
bones dames de se d6p6cher et de sentielle de tout progrbs mental Sans firanchir. Celle-ci est la maladie sdve-
bonnes da doute on a eu dans te monde des de- re, truce dans ses consequences.
It est une here ou midi et demi. s6quilibrds du cerveau qui oat pro- L'hypocondriaque, ce sage qui volt
Elies snt hez elles tout anx soins'duit des ceavres a.imirab'es. Charles tout en noir, pour lequel d'ailleura le
intdrieurs ;nit faut hAter le dejeiner, Darwin, virlemment neurasthnnique, reste de i'humauit6 dvolue en des ges-
car le um:ri va renter et aussi Is en- a pu pourtant dcrire soi livre ; De tes de pitres it d'histrions, souhaite
carts, lidles A la discipline sco'aire l'origine des esppes p',r voice de selection volootiera un cataclysme ot cette hu-
perOfann ne peut attendie, l a djournse, naturtle, ctte pope do, la nature manit6 disparaitrait ; tandis que ldi,
de chaoun est rt~gle coinme ua i."pi er vivante M3is confessions humble- garderait sa sereine impassibilite de-
b musique. Aussi bir g a cmm aite ess ent que nous ne sommes pas tous vant les affrts cruelles de cette agonie
de musaison es. toute a tes deoirs, des Ctharles Darwin. du monde.
quand un messager t frappe t eitre, D'aures ont pu rAsister an plus ru- Le progr6s incessant du monie ino-
qu vduitable message de mort. de surmenage de i'e-prit. S uart Mill derne no favorite pas sealement la
Un cadavre nouveau vient d'tle entire autres,sous la direction d'un pe- culture intense de l'esprit, il i6agit
transport l 'hospice : le troisit eeu re savant-et philosophy, avait & un aussi tortement sur notre sensibi it6
ou le quatrinme de la journde. II faut Age tris tendre parcouru le cyrcle des qui devieui plus exquisa, par coas-
sortir de chez doi ou au moins s'arra- connaisances humaines. Rares exem- quent plus excitable, CGt 6tat presque
cher aux devoirs de famiile pour y plea qui prouvent quell profonde in6- tmaladif de notre sensibility ouvre la


II








porte plus grande aux nbvroses de xercice 1907-I198 et rembourscr les cinq
tout genre, donit Ih rbru--II stVJisionI cent izw::le go.rics ditziait' s de cet Exer-
est Coil oinportdili! de l'alv'aitlnfl tt des Cice, Ic (; mv"crnc nient stt autolist, soit de
sciencoss, mis.s a lit ojii d-s Iius cczvrait 1r u ciprint 1 mILLx des inwe-
humbres cervcaux. NoiJ 1no sollile s r1ts de I[Etae, dvj: t pas cxcsder Ic
plus au tempi rs aniqi(. -s criniat3les, chtffrc ei DCu.I millioisi de g -'t-rirs ou de
o0 seuls des iIilti% de hautie, Inarque, fair ,'nc ftr2ape en JIiL;cs sd.& nickcti de
recevaient les njvst1sri-usei s i'v6vItions (,),o 0citimes pareill s i cells de Ia der-
d'une science catialstique. n ire ,trappe, devanit pas excide le dit
Nolie troisiimt rt derni-rc cr-)Iclu- chi*fr_ de deux millions de gourdes '( G.
sion a uno vol.-3zz' p EHnIIo jitl1i ique. 2. oou.ooo0 )
Si niouJ sommeiis ;aIriv&, ; IAf'(onfllal- ATI. 2.- f e cokt de la frappe, au ca,
Ire la co)stanite relations d r d. IJ7i~.I ii- o~i !e Goivero. ninth Jevra y reco:jrir, y
Ce dos deuiJ 4t1-i 0inhlnet, liv cots friki d'.x& i' tc'i i e ttous au
POUVons-nous pvs en dt'diire certai- .res fr.;s, sot: envirot, P. 44 6oo dollars
les peoites coujisz:dra.ioujs j.(orsjtLoaiartt s-cr.t o, donramc t n c1, cnuss et l'ordionnan
l'hygibne du trdtv:til tc-r.iMal c ?.CCqui sernt -pd! vc de tou CS les piCes
( Di nfi d dlcrnai,.. ) i'.s ifi, At:ve-, L %c:'l i6 auLBJg'.t dl
IV.1C.1) ,:21xv r l zi'S,pou' 1 L\Crcic'. 981909, Clia-
_.1 C. Necro og
P I C r, ,1 1C N c r o lo g ie


S-4


ER K Ni EM L iv NM f.NT i


C, 4. -,

SIMINAIRE COLLEGE S -MARTiAL

LUNDI 2 No\E\ttRE"
Barom tre a midi 762 2,r

Temp6raturo an ni: ; 20
a?]- .un" 30. .
Moyenne diurne de la temperature 25. 8
Le ciel clair tout- li jouraie sc cou-
vre seulement vers 8 h. di soir. Brise re-
gulire. Eclairs au NE A 8 h. Trc, forte
rosee avanL minuit.Le baromntre a uI::


tendance vers la baiise.
L'aspect de la commute n'a pas se
ment varied. Son entr6e prochline
Voie-Lactie et le clair de Lune
dront difficilcmciit oibsrvable pour
ques jours; sa position actuell.: est
Ascension droite I8 h. 40 .
Declinaison bordale 23u


nsib' c-
dans la
la rn-
q e:.-


J. SCIHERER
F6te des Morts
L'antique et annude pildrinage a 1'asile
des etres disparus, s'est accompli avec les
memes nuances et une foule de figure at-
tristies, sombres. sous des ve~,,mncti di
deuil. Beaucoup de couronnes paraient cL.
somptueux mausoldes des riches, de wi-
me que quelques rarts fl.urs parfuniaitlnt
les froides tombes des h!mbles. Les souvt-
nirs sont resits vivaces, comime d'ai leurs
I'attestent les Iarmtns qui oat airobc bier;
des pierres f n rJircs.
La separate on, comnnm toujours, s'e .
faite au milieu des angoisscs duchiran'te
et des sanglots etoutfutt les Ames faibles
que les grandes doulcurs ecrasent si fici-
lement.
Dire, cependant, que cela ne finira
jamats et que chaque annee, les memes
use de Is vie se renouvleront avec la
mAme intensity, le meme desespoir des
ceurs rates attaches aux souvenirs de
ceux qui so sont plus.
Tout s'est passe. dans le plus grand
calme, avec le profound respect di aux
morts.
Le i -oniteur
Le journal Oficiel public Ia loi auto.
risant le Gouvernement A taire on em-
prunt ou une trappe de P. 2. ooo.ooo en
pieces de nickel de o,0o centimes. En
voici les principaux articles :
AnT. ser.- Pour pourvoir t 'acquitt-
maet des Credits supplEmentaires die 'E-


It:iou~0s L Y .,rrit *lv Nir [a.. a ti ste
dv-ai d .i i de Jri-Louis s lichel
des fi-anccs d, riP-
p.s, d~cL15 '*aiun.di sj1r, 2 hCurLS.
Scs func'raiiIILS 11 1 '.: u 1: t L !cr e:.iain di-
-,Lp midi, au
I-i. d T '1.1 10 CWIOUI S d'mis Chacun
-) i.1 ri -. iTi. L 3-A L U funt un
4.tait Xd'.toi ii.rcc si m~~a'e
ta r, supcrbks cur 0t &6
c;1S:II_ I., d.- si-cL s regrets par
i' tji~t~~t.~.~l a Doumei, le Corminer-

Mr i)ovid l a par1i6 au nom doi
pPr, LI& 111.61 iic : d:
fi-It i %%11 i 111 t d: ti: .-- ct 1 rctri-
di !S 11n 1Iang.mgC touc de franchise la
sc du dis, ).,rU ,M. Mogigoa rouirl, au
non:. d, IA D.Man: ct MI- Chri tian CoL.pet,
au !.o0,1 d, I; logc.
Nous adres,;rI; nos min cr..s corndoldan-
ces A .1 br d.OITouT: VCU(,vC et A St famitic -
plorce.


,ornmis jun de Eipcours
aux sinistrS
La(.1.MTi1n ss:,in ti Sccours IuLIX SiiiStis
.'c!iii rc d vi cr dCS lucatalrl.s qui lie SC
sont pa,. cocor cst'vcs, qu el se tient
IL -,ur d.-ro u !'.i u 1 0.1'o dct !d Chabre
dcts I)..ciIc ; cic leurno
t da:I la pr ii r paritioin deise-
cou-r-, A partir ni ardi, 3 No, mbrt pro-
cha.i1, de 2 A ; I;.urcs J u soir.
PorL-au-L'ritice, 30 Octobc 1908.


C RIG.\L


Le Scrdtitaire,
II. VOLCY, avocat.


*
.I ( .);ni>o" d R p.actitiion aux si-
nisi- : p r I. coii a c des siris-
.ies qi; I ;cpcaosc aux 1 tres, qui lui
bo0;i adrc. cs sTroimt dpoes iS Poste
a pattir de ce jour.
Pcrt-au:-Prince, Ice Nuvciibre 1908.
c 'Prisident
C. RIGAUD
Arrivage
Le steaumr Prins Derneherlandeu est en-
trE-dimanche avec les passages suivants
venant de :
Gonaives.- Mr Pradel, Mmes Sancher
et infants, L. Bourgain, B. Brinette. M.
Abraham, J. Dejoie, Kawas et 2 infants.
Marius,A.Pinard et eufant.M. Fontin,Mmes
A. Jastram, F. Birthole. P. Agnant et en-
fants. P. Gornai', MlleJastram, MM Char-
les Antiope, Frai cois, Philippe Chltelain.
SI-ACarc.- MM. Philippe Duther, 1F.
Macarius.
II est reparti dans la soiree ayant A son
bord pour :


C.,v.-.:Pbce Bouxe, MM. Aug.


Rx-


meau, Castor, Anglad, Reve. Georges Em.
ldnddice, Mme J-hn Pilissier, MM. Wil-
liam Davy Icrmnagcrne Dessap, Mmes Eu-
g4nie Stacco, Meroca Daniel, MM. Antoine
T'lUma.- je, S. Loubeau,Moise.
Jiremin;.- Mr Bontoux, Depute DEgraff,
Dr Rocli, Grellier.
Petit-Godve. MM. Eugene Vienx, M.
N Benoit.
Reinerciements
Mine Vve Lascase Liforest, Mr et Mme
Antonius Lafontant et tous les autres pa-
rcnts rcniercient bien sinceremenfles amis
qui se son: emipressds de les assisted et de
leur envyer des tlegrammres de condoldan-
ccs a l'occasion de la perte qu'ils viennent
d'dpioavcr dans la personnel de leur re-
-reitt5Jn Louis Michel Lascase Laforest,
Admiiiisirateur principal des finances de
Nippes.
I les prient d'agrier leur sentiment de
profonde gratitude.
Education de Famills
Du Cri de 'Paris :
Le fi!s de Tolstoi, ayant termine bril-
la;nmcnt ses 6tudes A Sa nt-Petersb urg,
rt.v;n tout cu'ras e de paux d Anes uni-
versitaires A Iassnai' Poliana.
To!stoi l'embra'sa tendrement.
-Eh bien mon cher tils, lui dit-il, te
voili savant
Oui, mion pVre.
Tu siis le droit, l'histoire, I'archdolo-
gie...
-- Oui, mon pere.
La grammaire, la rhetorique, la phi-
Sulogie....
-Oui, mon pre.
La Logique, la morale, la theolo-


gie.,.
-- Oui, mon pere.
Fort bien !... Prends done
hi dans le celiier et va balayer le
devant notre pcrte.


un ba-
crottin


, L.


lIeYlcs Egangoeres


Derni res D6p6ches

BIRL'N 31.- La a Gazette de I'AlTe-
tnagne du nord a announce aujourd'hui,
qu'A la suite de ia publication, par un
journal de Londres, d'une conversation de
'enmpercur Guillaumn, Ie prince de Bu-
low, le chancclier imperial, a offert sa dd-
mission. Sa majestd I'a refusee et a auto-
rise Ic prince a publier des explications
pour rcfuter les attaques injustifiables.di-
rig&cs centre Eile. L'empereur et son
chancclitr ont tu cet aprts-mnid un entre-
tien qui a durd de 5 heures r5 A 7 heu-
res 30. Au lieu de calmer i'indignation
provoqu&c parl'article du a Daily T616-
graph de Londres, elle ne fait que crol-
tre ; jamais des critiques aussi acerbes
n'ont encore etd profCrdes centre 1'empe-
reur et il est probable que mercredi ro-
chain le chancelier imperial aura A ire
face A cne serie d'interpellations au
Reichstag. On dit que, non seulement
1'empereur a intentionnellement autoris6
la publication de' ces declarations, mais
qu il les a encore revises.
ST PiTERSBOURG 31. Le a Nouveau
Temps a dit que les declarations de I'em-
pereur Guillaume publi&es par Ie a Daily
Tel6graph a ne produiront pas Peffet
qu'en esperait ce souverain, car elles ne
changeront rien dans les relations de la
France, de la Russie et de l'Angleterre ;
mais, quoique par centre, elles ens igne-
ront aux homes politiques la convince
qu'ils pourront avowr, dans l'avenir. Ai 1


diplomatic et a li politique de i
gne.
MADRID 31 .- On announce a-
que toutes les puissances, y coml ril
magne, ont accepted la note Fr
gnole relative A la reconnaiusanc
souverainete de Moulai Hafid, I-
sultan du Maroc.
PKIN 3 r. Les grades .a
d'automne, de 1'armee chiooia,
lieu cctte annie en novembre.
ISSOIRE ( Pay de D6me.- UIe
contenant une grande quanith de
mite a fait explosion aujourd h i I
deux personnel ont it: toedes et
blesses. Une enqu6te a etd
MOURMELON ( Marne ) 3r.- iL
Farman a gagn6 aujourd'hal Ik
Soo dollars offer per I'aeroclub d
pour le premier aeroplane quittaot
par ses propres moyens et effect
vol au dessus d'unc brie de balleas
tifs retenus au sol par on cible de
pieds de long ; d'aprs les conditions
ce concourse, M. Witber Wright ae p
vail y prendre part.
CHARTRES.- M. Bl'rlot, danUs am
plane du type 'monoplane, a fait a
d hui un vol de pros de neof
travers la champagne.
MADRID 3 .- La a Correspoodul i
announce que la reine Victoria tumo
dans une situation intressante : d
nier enfant est ne le 23 juin de cetwon
nee.
MOURMELON (Marne).- M. Henryh
man a donnE aujourd'hui one deomsM
tion pratique de ce que l'on pet U
dre de l'aeroplane comme instruiast
transport.
II s'est rendu sans accident de
Ion A Reims, soit A vol d'oisea 1u
tance de 20 miles qu'il a convent
minutes.
ST PBTERSIOURG On PIO1O1c
Tzir a convoquC aojourd'hoi
les homes d 6tat Russes et le
de I'armie pour determiner Ia
que latussie doit suivre dans les
cette conference prendront part les
tries, les membres du conseil de Is
national et plusieurs membres de L
mlle imperial. C'est dans cette
que se decidera le sort du project de|
ren,'e international.
LONDRES. Le correspodant da
nicle A Constantinople dit que Is
garie a offer A la Turquie one
3 millions de lives turques poor
niscr de la perte de la section
du chemin de let d'orient.
Ce journal ajoute que la Tarqubi
disposee A accepter cette ofire.
PARIS.- 4 Le Petit Journal I pi
depeche de Smyrne distant que la
court dans cette ville que le comi
ne Turc qui si6ge en MacddoI_
cidd de deposer le sultan Abdal
mine en recourant aux mesaM
si c'est nEcessaire. Ce detr6
se faire prochainemcnt.
D'apre le correspondent des
Journal le successeur de
son )* l
II ajoute que de rg5d
voy6s de Salonique A
contenir Ia garde imnsa
tout movement aopuJai.re *I
sultan on centre ia constitiw-j
PORT EuzIABuTH. L'S O
commandee par le centre a.1
Scott a rCeCa ordre de purit
rique do sad aussit6t qu'elJl -l
sa mission dans I'AfriqPe de
escadre se compoe de.s
Gdbodbpe Astri5m a.
et e Devonshire a, ,*
On diclaraih et sp rimi
f1ia. "ame 'anvol d4 .eS









rapport avec la situation actuclle an
M uckao. Le gouveroement est sans
8les de M. Vincent Corbett, le minis-
(Angleterre au V nfzuela charge de
ne enquete sur lasaisie de lagoe!et e
Kensington par les autorits vini
nes de l'ile de Margarita.
HAYE.- Le Nieuwe courant dc-
que l'escadre hollandaise d s An-
oit reeforc6e de 3 croiseurs tt de
re cuirasses d'escadre afin de corr.-
aMcer immidiatement les operations
'are le VI nezelIa.
'COMTANTINOPLE 3j Upe revolt -
ematin partni Is soldats d une
ic attachCe A la garnison de Yil-
mais t l. fiat p omptement rC-
par un regiment arrive de Saloni-
'Ie!qucl fit fUu snr les mutios uant 3
fentre eco et en b'cssan; 14
SROME 3t.- Un dirigeable italien evo-
hece maiin au dessus de la vill du
QLirinal ct du Vat:'can apres quoi it se di-
[aga sur Braccianos Its manoe.vres du ba' -
i sembleut indiquer qu'il rtair sous le
matr6le absolu du pilote.
Blums i.- On iapporte que M. de
SdCocn, le sccretaire des Affaires Etrang.-
imussi offer sa d6mision A la uuite de
k ccate publication des dclarLtions de
ivtreur Guillaume.
Gilaus.- Les Jdelra.ions d, 1. mpercur
Gaillaume rel;tivts sa poli:i.quc nvcrs
rngleterre sent gen6ralement considc'res
Sem une tentative pour setinr le d-sac-
ad llre l'Angklterre, la Frirce et la
lmie. Dins les c rcles diplomntilues on
,dllavis que la vhermencc de iou iangi-
jIMi est surtout inSpire& par sa co'ere
'avoir pas 6t6 plus t6t consult par l1s
ts de Londres, de St -Ptersbourg et
suir le rg'ement de la question
aroles im,e:ildes ont et publiees
r non sculement par les journaux
mais encore pir ceux des depir-
set l'tfet product a t-6, croir-on,
Scontraire de celui que l'empereur
Lait. Elles n'ort "fAit que ranimer
siasme en faveur de i'allir:ce fran-
et de 'sutentc cordiale franco-
DREs 2. Les journaux de ce uatin
fJqmWentcnt iro u ;euc:nint 1 explication in-
U~arse erni-offici-cle donnc A Berlin
SMd&aclritions i1,! l'cmpcnrtur Guillaiume
a i"ournaliite ar gais et ils ajoucnrt que
l ddchra'ions :iuront pour effect d'aug-
jeter la mifiatic vis-.-vi:: du Gouveine-
rllemar.d et de scs proccd&s et qu'cl-
aseront prob.ibkliment une iniin.tic
grande cntre I'Aogleterre ct I'Allt-
NII I U i grand; reunion socia-
qui S est tiLi.t iCi et on on a pro:es-
dontre le trai.xneint inflig6 A la minori-
ikialiste 1La Ji6e pruss'cnne s'est ter-
ar un conflict avec la police qui a
'r 'la trci 1oooo socialis:es qui
t pu enter dani ia salle de rcu-
1Un gtand nombre d arrLstatioas ont
des et l. police cragnant que les
nts ne iatchent sur le cha eau
ont barr6 les pon:s et les rues
c6aiduisent.
oA I.- Le roi Alphoose qui
v ici vendrndi soir venant de Saw
tn est reparti hier martin avec le
minisre M Maura ponr nne vis'te
a1 ou1 il a dte acclame.

*r Justin Pescay
sa nombreuse clientele que la
langerie S'-Antoine
liars Lake, en face doe
SBt-Joseph de Cluny. I


Cie des Pompiers libres'


Cours


d'instruction


Nona des pompiers qui doivent se
presenter & la station central pen-
dant la semaine du 2 au 6 Novem-
bre 1931.
H. PIERwE-LOUIS Conseiller,- Lesseps
Constant, Edgard Laroche L.once St-Sa-
rin, Georges Laroche, sous-o]ficiers,-- Al-
fred Lafond, In-Jacques J&r6me, Francois
Mirville, Justin Constant, Legrand Jeudy,
Justin Ei,.nne, LUonville Theodore, Hen-
ry Rich6 Jh. Georges fils, Bernard Theo-
dte, Cideron Fleurian, Ruffin Champagne,
Frfd-ric Champagne, Auguste Toussaint,
I. 'pold PiLrre, Justin Chery, Perdriel
Sy'vain, Chlment Laurenceau, St-Clair
Bros, Victor Prosper, Michel Lilavois, Cle-
ment Thrazybule, Horace Miltort.
Port au-Prince,29 Octobre 1908.
Le Commandant,
Louis EP.IIFART.


LOUIS BONTOUlX
Agent g6n6ral de Munzer & fils
Bordeaux a
Reprdsentant de Gaston Bdnard
Paris )
A I'hoineur d inforiner ses clients
et amis que pendant son sejour a
Port-au-Prince, ii a son bureau cbez
Meo Egene Robelin. 136, Grand Rue
e: 39 tiueBonne-fui.
Port-an-Paince, 20 Qctobre 1908.
--i-- -----
At F E:LlA CIIARISI GIRMAl1N
SAGE-FEMME
1)iplineededl'Ecole Nationale de Medecine
et de lPharmacie
Ancienne asistunte la Matcrnitt, atlacliee
au service de sant A 1'Asile Frangais
Consultatiorns : de rs. d 5.
68, Iul F1EROU, 68
Port au-l'ince ( lai'i )
I --------- II I----- L II--

iM' C. L. Vierre
Ta lleur-Ma ih:nd
Donne avi-v l a bi.mnvill.ite clieoi-
t141ic i- 1 a a tn;isoa N') 7. Rlte Trav-r-
sitare est touj'ac-s Litn pourvuo d une
varit6 d' tofTo.t do Il haute nou-
veaut6 parisienne.
QUA.itrT SupBRI"uR (IUPE tLkGANTE
TRAVAIL S,)IGN 1. EKcILCU'TItN PROMPTE-
Irix tres rd luts !

PHARMAI E
EmmSanuel Alexandre
Les public est avis quo le Io D) Jh.
Bergeaud, PharmaciPn da I'Ecole Su-
pdrieure de Pai.prennd Iit succession
d-s affaires de la Pharmacie EEmma-
nuel Alexandro, et qu'll se met a It
disposition do la clin 6le, pour 1'exa-
cution p.Mntuelle, soiifnAe et scrupau-
leueo des or lnnances de Messieuirs
lea doct-ors el Mbdecwins de la Cpi-
tale.
Port-au-Ptince. 14 9 oclobre 1908
DI J. BoGrAUPv


Coup de Clai ron
Prob1erne poll.ique contem-
pora n
PAR
LE D' LAROCIIE.
'dnatour de i;L Rjpuolique d'Haiti
Prix 0,50 ca.-itim :;
DIeoF PIIHMIACI A. Roii:lz;ii & CO
-7- -- *-glow -. may -4- rv w-O
Cordonuerie. N" ivelie


Go B. PETOIA
143,4JRAND'HUE, 143
PORT-AU-PAI M (.E
CRAUSSt;RXS EN TOUS 'GZNR3S
OR D*P6T* POUA LA VYF""E
SN IXOS 05T D hDtL.5
.60cu.Ioii t don,
Province.
Formes A hommes ; 4I6gantes et ra-
tionnelles.
Chaussutes do darnc- ( D,, n,*re mo-
de de Paris ) et le plus comimode :
chaussures pour erfiints coafection-
ties avec des Pea kx d. &t'c. n;uances
d'une s&LscLJon et dOff i Pri.rot..a
bias?, A '1 ds -.i3 Vtntagci:x.
Cirages, ,Ates et Iqti3idez
P. UT d "hv4r d; 1d, fintE,4 -. 4at''


MANUEL
D'HIS TOIRE D'HAITI
Da 1492 A 1904
PAR WV. BELLEGARDE NT J. LnLmn.-soN
Ouvrage adopt6 par lc D~partement
del anstrucio i ptxbliqueo
En ve '?e clez : E. 1IoAitlin, a Aim
Armne de dPdris o, chezW\V. ItItlerardte,
59, Rue Lamarre, A 1Im rineri Ang
A. IIwaux.


Sacs vides!..


ON DEMANDE & acheter le
Premier Volume tome premier
de
POUR L'IIISTOIRB
Par EMMANUEL CHANCY. S'adresser
an bureau du Matin.

Buss neuf
A tel de bons chevaux, a louer pour
ba;,' mes courses en ville, promenades
la cimpagne etc.
S'adresser A M"' F. Stines, N I56, Rue
du Magasin de l'Etat.


SU CRE TURBINE
Si vo as vou'ez un pur
pro iuit de la canne
Sans auc t ingredient chimique
Rdclamez le
Sucre de MON-REPOS
dent la supdiiori a 6t6 reconnue
par uno Midaille d'(r obtenue A
emnestown ( !907 ).
L'Expositioni Commnunale de 1907
lui a accord la plus haute recom-
pense.
D6p6t G6nBral :
23, RIUE ROUX, 23
( Ancienne RuBIONNE-FOI. )
Tafta 20 o/o Alcool

Mine B. Bolt6
Avise ses clients que la
Boulangerie St-Antoioe
est Ilransfr6e A Turgeau tout pros de
1'glise dii Sacid-C(eir. D&~ quatre
heures du martin, on Ipeut trouver de
pains de 0 40, de 0,20 et d 0,10 cts.,
des bi-cuits de 0,* ).- et 0,02 cts, aux
meiIncs condition; qu'en ville.
D, pour grande f6'es.
t'en,r el vout csere: satisfaite I


Sacs videsl..


Entrepot Gt;eneral des Grandes fabriques
DE C l. :UFrfx (I i O<:) '):T IKE K (QIJE (Fits-, :-.:) :r DUIDEK. ( .NGLEourati )


SACS


spbciaux


pour


Caf6s tri6s
Cafes ordinaires


Cacaos
Les Types Couravul' c rnstamment en Stock par halles de 400 sac.,
Depuis 18 centimes or jusqlua': 28 centimes or


Pour randeurz rtigaali r'iR Orx;tx) ceuitim6-trtm et
PoiIH .1 1 31i liv,-eO juriu'3 ,: vr 1
'acs sur m,346ei at sur types des atbeteurm.
Prix A for fait p':iu' liv'eaisorci m'-miudiei firmiacs pot.
on le etodire, Droit- 4 pay~a


70x 110t) cestin'4tron.

do I6barqutaomeat ot, m


50.000 Sacs de 1'Inde

Vie rent d'arriver par t-illes de 300 Sacs.
.r rx exceptionnelement avantageux

S'airesser JULES LAVILLK
AGENT ET DPOSITAIRE GINIRAI,
93, RUJ5 DU IMAO #LSIN DE L'TAT


_ __ ~ ___ _.. -


-








Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en depot
un grand stock, pour la vente en
gros et en detail, de chaussures en
tous gernrs pour
IIoMMES, FEMMES, INFANTS
Las coinmmndos des coinmerQants
de I'int6iricur )pour:.-ont ire 'ex cut es
dlans unc seraine a ieu pres.
02, Rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PRINCE (HAITI)

Panamas !...
ElAgants, solide, a'rivds par le
g. Montriul s.
Chcz M"e LEONIDE SOLAGES. |
2, Rue des Fronts-Forts.


Au dernier cril
FABRICATION DE CHAUSSURES
D. FERRARI
A l'honneur d'annoncer seas nom-
broux clients de la Capitale et de la
province qu'ilvient de se transfer de
la Rue des Fronts-Forts, avec son mime
s ock de chaussures, d la Grand'Ru
au No 153 avec l'inscription ci-dessus.
Les clients seront toujours servis
dans les m6mes conditions ; c'est-i-
dire avec les 5 0/o d'escompte sur la
vente en gros ; sans oublier les mA-
mes soins et la m Ame exactitude.
La Maison se charge toujours de fai-
re prendre los measures & domicile.
Le public est avis4 que j'autorise
Mr F. F. Stines A agir comme mon
agent A Port-au-Prince, .
Le COMMODORE W. E. MEYER
de Bermudes


H ST, BELLEVUE
Plem du Champs-d-Mmr
PORT-AU.PRINOE (HAITI)
Mme Hermance ALFRED, directrice

APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DINERS-LUNCH8.
Insta-llaton mod~ m t ewfertak. -- Fuwa wk Tw.~ rt
dmwo *t r4udUri. --LL TraMwery de.rven I'Hl-BoIewd .L
PROPRITEt SPACIEUS-r, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES JARDIN8
Salle d rdCpmon,.-Piano.--Gramopouw.
Sonneriee oElectrique


Table d'H6te


low fe tlow", dowMldi d f kmrtr
do 7 Ad8 how*@ dusor


HOURS CONCOURS


Bli ini Barlhancourt


Mi i:'. i1 or, Ml:c :::;: honora3: .-. Mnembre du Jury, Grand
r.::.:, i ,: ,i',n ,; 'i:.; d:an- toutes les Expositions depuis
1,1 ,I 1 7 ( Anl,:ien et Nouveau Continents)
Madame Veuve BARBANCOURT, seule d6posi-
tairCe l; II: ia rqi1 Rhum Barbancourt ct scule propri-
ta:ir e-s I- ri'n'll, ,ii olt fat obl)teiir an Rhum Barban-
court le rinl'*l;:ill'-s 'i'or de totes les Ixpositions, a pris la suite
l's aft'f:ais 1do so1I s n mari, ct se tienrt A la mimehalle, sise 7,Rue
des C6sars, A; la disposition de sa nombreuse clientele,
don't les commands scront ex6cut6es avec le meme soin que par


le passe.
c.--- '- 't=


TANNERIE CONTINENTAL
DE1
Port-au-Prince
CAPACITY 5W00 PEAUX PAR JOUR
PREPARATION DES PEAUX DE VINCT-QUATRE (24) COULEURS
Vente des chaussures : Chvreau-glace, Verni et cou-
leurs, pour ioLmnaes, Dames et Enfants.
( BOUTONNIo ELASTIQUE Er LACA )


En gros
T--- ... -


chit v !I


d6ttail pour toute la R6publique


Impi. C.


MAGLOIRE


- 45, RUE Roux, 45
TELfHPHONE.


Journaux, brochures, billets de
marriage, eartes de fiancailles,
programmes, affiches, et tous
autres travaux de ville.
Billets d'enterrement et cartes
de visit d la minute.


Mr Auguste Fabius
Officer d'Acadimie
:Ancien Professeur de Ith6toriquc et de
Second au Lyc6e de Port-au-Prince
20 iannes d'Enseignement
(ans cet Etablisseiment
Otffe ses services aux families pour
des lecons de: Langue et Litt6rature
Fran(;aises, Langue et Littdrature La-
tines, Langue et Litterature Grecques,
d'Histoire et de Gdographie.
S'adresser au Bois-Verna ( Impasse
Lavaud).

Chapeaux :


Chapeaux I l
Chapeaux 111
PAILLE DI PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ
JOSE SAN MILLAN
Le coiffeur artiste, qui vient avec le
concours d'un chapelier remarquable,
M. JAIMK TESTAR, d'installer une
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon de Coiffurs dv Loutre
Pour tous lea goAct et pour toutes
lee bourses.

A LtLEGINCE
OORDONNERIE.

S4s, Re des Fronts-Forts.
CHlAUSoURnS RN D&P6T,POUR LA VTr
Promptitude et soin aux comman-
des tant ici qu'en province.
Chaussures de Dame forme et tra-
vail toujours tout ce qu'il y a do plus
nouveaux.
Formes amdricaine et francalse pour
Messieurs ; 6legantes et commodes
Pour lea enfants le plus& l'aise.
Travail solid ezxcute avec
des peaux de promi6rex arque.
Assurance d grand rabais.
i PAtes, ragee et Liquldes


Maison F. BRUNES,
195 GRAND'RUE 195
Dirige par

L. HODELIN
An-e.- mtembre de laSociU PFbf.
thropiqyu des matres taillws do P
Vient de recevoir un grand eltl
toftes diagonal, casimir alpaca,
to, cheviote pour deoil, etc,
de parUcuUlrement A sa cliest '
belle collection do coups do
de gilets de fantaisie et de
touts boaut6.
Sp6cialit6 de Costumes de
oes.- Coupes Francaise
Amnricaine do la dernire
La mason confectionne a ud
tuame militalres, habits
dolmans, tuniques, habits
rds. eto *to, de tons grado.

A. de Matt6is & Co
Maison fondue en 1888.

Dermers articles rc

Parfumerie Houbigant;
yal Houbigant; FougRre Royal;
fum Ideal; Savon, Poudre; otc.
Coffrets de parfumnerie trbs 61
Parfuim renommd Astris; L.3&i1,
copherouts.
Lampes, Fouets et C
pour buggy et buss.
Argenterie de luxe,
Moustiquaires, Brossee, P
cigarettes, Cravates,
totes qualit6e.
La Maison a toujours an
sortiment de Bijouerie,
de Deamans, & la dispositionf d
en gdenral et a la portes d
lea bourses.
Atsl'ers d'Horlogsr i
Bijouterie: Gravwus,
sur commander.
dchati de vieil or *t vi.
diamat t pic prruPrdoisM
avantatudw. '.
ACHAT D',CAU-ILL D
Pri ezceptio@EI


GRAND


PRIX


--


-- -- -