<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00466
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: October 30, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00466

Full Text

peuxibme Ann6e, No 477.


PORT-AU-PRINCE ( HATI )


Vendredi, 30 Octobre 1908.


QUOTIDIEN

Abonnements: Drnc a: LE NUMiRO 1 ENrTMES
PORT-AU-PRINUCE UsMois G. 0 l6mx ent Mcagloixe,
DePARTEMENTS Uw Mois... 2.20 Les abonnements parent do Ier et do !S de chaque
Txoris Mois 6.00 RfDACTION-ADMINISTRATION moist et oent payables d'avauce
MTRANGER........ Taois MoIS. 8.00 45, RUB g1oX, 45. LAS manancrita ILn6rea ot non ne seroat ps rDadus

Pour tout oe qui nooierne 1'Administration du Journal, W'adresser A Monsieur Arthur ISIDORE, 45, R: Roax o 8osenc-Fei.


BANOUE NATI


Brochure du DOpa
VIl
La Banque et

(La Banque actuelle est seule pIs-
ibl, telle est la conclusion A la-
lOlleions ort* conduits les divers
Odres de considerations passes en
ree. Par B(tnque actuelle a,- que
roncornprenne bien,- j'entends dire
aSoe d'actionnaires q .i actulllement
tr et agd leurs capilaux dans les of-
firesdu pays. Jo n'entends nullement
dire: laBanque telle qu'elle est ac-
toellement constitute par ses status
tt par la determination de ses obliga-
tios.
Notre conclusion est ainsi confor-
e aut intentions memes du Depar-
tment des finances qui, d'apres le
Bas des negocia ions continues dans
Wbrohonre, parait preoccupe de la
lnse de reprendre les relations avec
*Baque en remaniant les disposi-
ms contractuelles en vigueur.
Celaest parfait. Je comprends avec
Iplas grande tacilite que I'on pro-
h des conjonctur.s actuelles pour
r de notre dtablissement finan-
lr e plus que nous pouvons.
I'pplmudis des deux mains au lan-
takliotique qui a inspire un
alt da temnp les fulgurant-s im-
IJations suivantes :
LQuelle faci!ites avez-vous ofler-
Ias commerce du pays, vous qui
MPpelez la Banque Nationale ?
'.hbte avez-vous faltspour main-
itle prix du change a des taux pos-
Sat arreter la hausse ? N'6tes-
paU vous-rmmes les promoters
Cfooors ruineux par I'accapare-
Is" traites que vous faites op6-
rX 6~as agents connus et incon-
l,'. paralysez-vous pas sans ces-
ooovement commercial ?... Com-
tez-vous cherch6 a d6velop-
S0lbilisation de la fortune im-
liS ?... L'escompte m6me n'est-
IWu. en tr* von laias un mo-
"44Wsitioo on de preWeion au


financier, cette assistance c6leste ne


Celle sdiectionnerait Ia mass( de~ son-


UAlitLf IIF 11A Ill serait pas d'un mince secours. a trepreneur lui )polrrai'nt so iJsei-
Un financier capable, nous I'avons ter a elles, elle exigbr;il lle uinPnen'
acluellement en M. Marcelin et meme, les rtferences aceptabl ; rna:t 'i-
tlC pour la b9sogne en question. le voila imagine fort quo l'exploitatior il, de, ctle
assist d'un D61gud parf4itemnnt id4e serait toute de profit, et atssi de
I I competent. Administrativement. nous mdrite, ponr la laiiliue et, ma foi
I sommes done des mieux co.idilionnts aprbs cela, ji no vois p1 11rop ce que
et je souhaite bonne rsalisation a l'on pourrait encore exigor d'elle.
L notre avenir. l'oeuvre de restauration flnoanciere qui Qiant aux grande entrepris,?s In-
I se dessine. I bliques, pour lesquelles. sans dotite.
elle a di penser A son fameux a Svn-
lieu d'etre un instrument favaoable Cependant, voici, pour ma part, dicat haitien d'Wtudes *, j'avoue que
aux int6erts de la g6ndralitd ?.... au'a- quelques considerations qui me sem- j'y tiens beaucoup moins qu'au plan-
vez-vous fait pour les porteurs di ti- blent conditioner ce success. que je viens d'esquis er. Cependant
tres ? Quels sont les pr6ts que vvus D'abord du c6de de la Banque. rien ne pourrait empt~ier la Hanque
avez censentis ?.... Comment avxtz- Elle vient d'etre rademrnt secoude de se livrer A ces sortes l'entreprises
vous aide I'Etat & sortir de ses diti- par les r4cents ddemcls, et les lemons moyennant contrat profitable aver
cults budgtaires, A consolider sot ne seront pas, je pense, perdues pour I'Etat.
crdJit, A satisfaire ses engagements.. 'elle. E le ne peut pas, certoa, et cola On me reconnaltra, je pensp. le
a Quelqu'un tenterait-il d'dtabli',dans sea prppres internts, rested in- m!rite de ne demander ainsi A la
une Compagnie de transports mari-i ffrente AloIeuvre de reform social Banque- contrairement aux ri.veoirs
times pour le service des ports de '\ui agite depuis quelque temps les es- et aux grands constructeurs de plan
la cote et de la I6publique voisine, Pits. Quel que doive tre lo sens que ce qii'elle peut donner et 'e ,ui1
inutile qu'il pense A la Banque d'Hlai- dens lequel ses conventions doivent peut 6tre Il'un profit socti;l direct.
ti pour iatronner ou lancer I'affaire. Rth rernanides, il serait prudent pour ,*'est, .i je pui-s ainqi dire, invi-
a Songerait on a organiser une So- ell de comprendre quel profit it ter la Banque a 6voluer dans le sens
ciete agricolepourfAvoriser lesmilliers y akuait d'aider, dans toute la me- anglo-saxon.
d'op.rations qui n'atteident qu'une sure-le ses moymns au r-livement D'autrI pirt :
aide au debut pour devenir prosp;- de n4 forces socialcs. Pourqnoi ne Le procc-? d.1 !:a C:,nsoiddatio i
res; gardtz vous dc vous adresser A s'int6i.-serait elle pas, A la maniere bien mis urino cvios <- e n"vidwrnc: :
la Banquedite d'Haiti ; ses fonds vous d'un seraient impitoyabloment refuiss. d'ordrtindustriel, agricole, qle rini gers v6rcx,unr.!(,url cd'llaitieis,pla-
a Voudriez-vous monter une exploi- tiativete;,Je serait ddsireuse de crier'? c6s au so'nnmet di Iouvoli, onit (coj-
tationiiidustrielle, construire des mar-, Les riresentants actuels de l.t tribuS, solns I go v,,rnetnent Ipss'
ches, entreprendre 1'eclairag public, Banqtu vent que, quel que 'soit I'F- et par une so'ri dI malversationis
cr6er une usine dans un centre pro- tat admire tratif dtu p*ys. il compte sans prcbde;nt, A bhranler. le credit
ducteur, ne comptez jamais sur la dans son ,in des homes honnetes, de I'Etat ;insi qIi.i colui dle la Hanque
Banque dite d'Haiti, ces operations travailleur doue.4 d'initiative, anx- elle-meme.
ne sont pas de sa competence. quels it ne anque q a'une haute rWfe-; Or, la BInrqlie serait-elle animee des
Je partage sans reserve le tres gen- rence et un.atronag-i suffisant pour meilleures intentions dui monde, la
til project formula par le!m6me jour- donner leur eesure et crder un peu presence de mauvais 14ements sulti-
nal : Une question qui nous paratt parlout des entreess d'activit6. Une rait pour couper loe ailes A son en-
int6ressante, c'est cell d'arriver A re- mason de Bar.ue particulibre a cree train et pour I'inciter de nouveau a
organiser aupris de l'Etat I'gtabli se- Ie magnifque tomaine de Bayeux.' mal faire. Et centre ce mal-Il je
ment financier qu'il avait reve, nous Une autre a cre dans le sud nne ne vois de preservation possible que
voulons dire une Banque sincerement usine sucrilre, iltrpriso A i, fois dans la reforane de notre mentality et
d6cid6e a faire d'abord les affaires du a gricole et indus-iell.. Ce nest q.ie do notre fa.on de concevoir les
pays, a ne point pordre son temps en pardetels moyensa..eles colons s'imn- ffclions t les charges publiques.
discussions irritantes, en prdtentions plantent in lra:inn!ement dans un
pudriles, et A nous dpargner de nou- sol, et non pas en astant 'uperpo es II in' velles humiliations. A la societO et so tenant en shrie de cornid'r;itions par un accr'id
EntiI je prete volontiers une oreille I'air. Pourquoi la ique ne ferait- natural eitre l ; itorn ps positives
favorable au vceu suivait 6mis dans elle pas manvre de cc.- ? C'est alors que tout le mond.* attend do la reprise
une 4tude anonyme et recusilli par qu ele fermerait triiphalement 1l des relations avec la Banque, et le
par M. Marcelin dans La Banqe Na- bouche A ceux qui lu,4prochmnt de constant esprit de notre champagne
tioals d'Haiti, un. page gdhistosre : aDe n'~tre pas assez nai a t social, q ~i to, jours et par-dessus
plus, s'il plaisait ax dieux protec- Csrtes, elle mettrait &'s cette rea- tout tend au reldvement de la race
tours d'Hait de lui envoyer on grand lisation la plusgrande cirnnspection, haifienne.


I I I I


CI


11 V i I L' Fil 11 t ITT








L Sitalion a Bati

Quelques journaux continent A repri-
senter la situation actuelle A Haiti sous les
plus sombres couleuri. A les en-endre, les
ours du gouvernement du gendral Nord-
Alexis sont compces, et le people est en
proie A la plus profonde mistre.
Toutes ces notes tendancieuscs, emanent
d'amis trop zli6s de Mr Artdnor Frmin
qui a quittd r comment la France, sans
avoir pu reussir A trouver des concourse
fimanciers pour laider A acheter des arms
et des monition, pour tenter de tmenter
one nouvelle guerre civil dans son pays.
II est exact que le ch nge avait monti il
y a p.u de temps A 900 olo, m.is depuii
il est redescendu A 70o La faute cn est A
ceux qui dtiennent I'or et qui veulent
nuire au gouvernement.
La situation politique est des plus satis-
faisantes ; il en est de m6me au point de
vue financier, le coupon de la dette int6-
rieure a td payd dernierement; et nous
n'en vou'ons pour prcuve que les course
auxquelssont actue'lement cotesa la Bourse
de Paris les Obliga'ions d'Hai i. L'enprunt
1875 A 225 ; I'emprunt 1896 A 474 cou-s,
en grand; hausse, qui n'avaient pas 6t at-
teints depuis longtemps.
On reproche, A la press locale d'llaiti,
de fair champagne centre les strangers. Si
parfois le fit se produit, c'est centre cer-
tains strangers; ceux qui n'ont pas de pa-
trie... ou qui s'en trouvent une, quand il
s'agit de reclamations dip'omitiqtes ; en
un mot, des peCheurs en eau trouble !..
La haine de l'/tranger n'a jamais existie
Haiti ; c'est 1a une vieille legende, don't il
convent de fire justice une fois pour
toutes.
La cause de l'elivation da change est
fort simple. Certains strangers exportent
la monnaie d'argent du pays A i'extirieur,
comme l'indique d'ailleurs le relev6 offi
ciel des importations A l'etranger : pour le
mois d'aout seulement, il a et6 export
d'Haiti en France 40 kilog. de monnaie
d'argent.
MalgrI la morte-saison, Iaiti a export
en France seulement, le mois dernier
1.417,8o1 kilog. de cafd et 2.523,179 kil
de bois de campeche.
Pour an pays don't certain jonrnaux
par esprit de d6nigrement, s'obstinent
represrnter le commerce comme entire
meat paralyse, c'est asscz coquet !
Le gouvernement actuel do g6nera
Nord-Alexisne cherche, et ne desire qu'un
chose, emptcher la fraud et fair di
bien au pays, on ne peut cependant pa
lui reprocher de se d6fendre centre le
fauteurs de de;ordre. et de maintenir ave
energie i'ordrt, qui est la base principal
de toot bon gouvernement.
J. M.
Revue Diplomatique du 20 Septembre 1 90o


Cansarie 3cipntieiiqn
-6-- -M


Los deux Natures
de 1'Hownmma

IIl
S9na d6couronner I'homme ce r
do la creation il eot difficile do
point admettre une certain activity i
tollectuelle chez I'animal. Cettse upp
ition oest d'autant plus aine, qao
mouvemont psychic e A la parole pr
-- trouve pluIs ino ae che cartal


Ianimaux que dans certaines intellig. n- in l fi.
ces lhumaiines. Vraiinent noua crignoIns
beau':oup que routes lea diflrenc a W
noldes ne tiennent a ur.e question de --
rang dans la hidrarchle animal. Aussi ENS GEIONEME NTg
la doctrine de 'evoluti n tant qu'elle METEi ROLQOIQGBEN
s'arrete A nous fair scivre le develop- MZTEOROLOGIQU3C
pement des 6tres dans leur groupement -
gederique et sp6cifique, nous pirait Ia CO ba ervatoire
synthbee scientifique qui se rapproche DU
le i,'us lie la verite. On voidra remar-
juer qoe nous disons groupement g'- SteMIAIRE COLLEGE S.- ARTIAL
ierique et spd:ilique, parce que la doc-
tri de de a tran fo.:m:ion progressive JEUDI 29 OcTroDa
das espOces ou plut implement le Barometre A midi "6o, 4"1"
transformisme a nous emble uneminimm o
aberration qu'ancun fait nve soutient. Tempraturen .
O tobjecto solvent qu'il est difficile m-mo m 31. i
,le fair d6couier les faits psychiquqs det Moyenne diurne te la temperature 26. 7
I'orgaisation iphysipqe. 'Ia vLrit4 est Le ciel a t6 un peu nuageux toute la
qui'il est ,flifti:ile ;insi dd les isoler iourne et covert depois 8 h. du soir.
pour en fair un mon le abselumenit a L b:ise de mer a soufl< depuis 9 h. du
part Ainsi les evolutionnistf.s, par inatin jusqu'A minuit. Une forte pluie de-
exemple, n'ont pas vers4 dans le gro?- puis 9 h. 15 m: Pluviometre44 miliimetres.
ster materialisne .les :Bii .-k-, des Mo-e Ie baromatre continue A baisser.
Ieschl t etL es Voght. Lour doctrine J. SCHERER
morale, tout en tenant compete des con-
dition r6vdloes par l'exp6rinnce, & une Tribunal Civil
iran1jlur qui n'est surpassee qae par audiencecivile d Jidi 29 Octobre 1po8.
leI. lees morales transcend intes de Le tribunal pread sicgL sous la pr6si-
K 1at.
EKn ex, on vdra dence du jige-Dayen Dupont Day, assis-
En exposant ces fAits, on voudra t de Mr Augiste Montas, substitute du
croirepeut-tre qua nous oboissons au Commissair: Ja Gouverrement.
nmauvaisv god d'6tdr ute intempest Le tribna n'a cu enenre u'une
v,; i, ,Lli-:i )n. A cot eganrl noes connais- Le tribunal n'a eu A ewe
ve ti aadi*i .) A cet egarl nous connais- seule affaire,A cause des longs diveuoppe-
soie bien les ieaull tnci s lu leeteur hii. ments fits par les avocats, Mes Francis,
tien, eon fice d'un suj it revAtant une Arrault et e'rite.
allure philosojhi,iilai qelconque. Pour- I C'est l't1aire ds skiers D.lisfort Delice
tant toute noTre a Imlration va aux mat- contre Mne Vve Marcelin Raphael.
Ires ,le i peusee fra;.miise si l:rg- et
si pleinemnnt philosohiquw-. Sins dou- Tlibanal de Cassation
to cette pensee fiancaise est rare- SECTION CIVILE
u i nrt (loctrinale, puisque nous re- Alience du Jeudi, 29 Otobre 9o8
conniaisons que la besoin de syn-
Sthdtier les oljets de connaissancei Le Tribunal sous la pr6sidence de Mr le
S'est pas une qialith propremrnt fran- Vice-'rdsid:nt Ernest Bjnhomne, prend
Cise. Cependant les lectures qui nous siege A dix hrures et demie du martin et
paraissent les plus 16grae cachet entnd les afftiresde :
souvent un seis philotophique qu'il Y H. B.cker et C0, centre le sieur Aly
i ftut poursuivre poir la bien saidir. Tel Vcne.
e roman de Bourget n'est qgie l'illustration Ir. le juge Edmond H&raux, rapporteur,
I'une doctrine philosphioque' que seule manne lecture deeson rapport
6 la possession de I'id'ee maltresse fera M' J. L. Dnminiq ie, I'un des 'avocats
Sieiin comprecdre. I1 y.a la vrairnmat uue des demanderrs, est entendu en ses obser-
.ournure regrettable de notre mental; nations.
te. L-a philosopii3 restjra done en d~ Le Ministere Public, Mr Eug. Dica-
pit de ces cchtenteipteur, la science p trel, conclut au rejet du pourvoi.
i excellent. Elle seule peut en defin'- 20 Le sieur Moleus S: Ftlix centre le
Sve dIonner une bonne direction A. la sieur Dufresne DWcayettc.
pens6e qui se cherche et ne prewpns Le rapporteur, Mr le juge H6raux, lit
l pas note ilupuissatce pour des rains. son rapport.
e Le motif ontli qui nous a decii A Le Ministere Public, Mr Eug. D&catrel,
u soumeltre ces rfl xions personielles conclut 1 la cassation du jugement d6non-
s au lecteur, est que cette dtude pi sera c, sur le 2mec moyen do pourvoi.
*s pas uniqaiement une spiculatior d us 30 Dira Noncent, centre les consorts
c le vile. Eild nous con luira n:turelle- Napoleon Estinvil.
e mental certain consideration4qui sont Mr le ijage Hdra'x lit son rapport.
du domaine de I'hygiene g6Byrale. L' Le Ministere Public, Mr Luc Domini-
l61e du m6decin, tant s'en, faut, ne que, conclut A l'irrecevabiliti do pour-
consiste pas a prodiguer destsoins plus voi, sinon a son rejet,
ou moins intelligants aux nalades de 4* E. Duquela, centre H. Munstzer
sa cliet6el3. En dehras de rette stricte et Co.
conception du devoir prpessionnel, il Mr le juge Heraux, comme Rapporteur,
a peut-6tre une miasionoplus large A soumet son rapport au Tribunal.
remplir. 11 pout I'exercr come qul Me Arault jeune, poor son client, pro-
dirzt par une sorte de rophillaxie so- duit certaines observations.
ciale, en indiquant A4 seconcitoyens les Le Ministere Public, Luc Dominique
influence noscives quisontrarient leur conclut A la cassation des deux decisions
d6vdloppement phyasiue et par sut. attaqudes.
crott leur santd inteolltuelle et morale. 40 Madame Lda Tessier centre le sieur
IU J C. DoRsAINVIL Pierre Louis Narcisse.
IAprs la lecture do rapport prCsentE par
io Pri6rt d'av r l'administra- e joge rapporter, Me Pierre Hodicourt,
no avocat de ha 'dam. Leda Tessier es en
n- tion de la nndre irrdgulari- tendon en sea observations.
o ta dan le e, iOe dun a MATIN, Ba dernier resort Ie Ministere Public,
le 'Mr Loc Domiaique conclt A ia carnation
6s slin qa'il y,'oit de sutte reme- du lgemen.t dEnoncd.
s Idi I Le r61e ipoi ie siege est levd.


Commit ion do 8ecoure
aux sinistr6s
La Commission de Secors aux simoisu
s'empresse d'aviier les locataires qui nes
sont pas encore presents, qu'elle setie
A leur disposition, au local de la Chamb
des Deputes pour le pavement de Ihe
paris dans la premiCre rEpartition des a.
course, A partir du mardi, 3 Novembre pro-
chain, de 2 A $ heures du soir.
Port-au-Prince, 30 Octobre 1908.


LI President,
C. RIGAUD


L Scritaire,
H. VOLCY, ste.


Ecole du soir & Jacmel
Le 27 Octobre a eu lieu l'overture
l'Ecole do soir de Jacmel. Ruaniono
intime i la LoRe les Philadelphes," p.
sidee par le Vnrable P. Jstin Lauie,
assisted du Venrable d'honneur, F. M.
Liuture et du Vendrable de la Parfi
Sinceri:C Antoine Vyles.
Apr6s l'inj:alation do personnel de
1'tab 'iss.ment compose de :
Monsieur L A. BRUN, Direater,
D. Ptnou, Surtvillant Mnira, .
TH. LAI:NTANr, Trisorier,
L. M6gie, C. Louis, A. Laotore, 6,
Bellande, P. Leroy& R.Bastien, professes,
des paroles reconfortantes out o tr pronoa
cies par le Venerable P. Justin Lautre
le Directeur L. A. Brun et le surveillan
i'drou.
Le materiel de l'6tabliisement et les foer-
nitures classiques qu'on nous a moaut
prouvent ce que p:ut, en certiines citr
constances, la b3nne volon'i.
Deji il y a une trentaine d'ilves qoi
reclament le paini ntellectuel.
La foundation d'yne Ecole do soir
se faisait seatir A Jacmel. Aussi, formow
nous des vceix pour I'ceavre entreprise
les vaillants lutteurs de Ia France-M
connerie.
T. Mow.
Champ de Courses
Par le S:eamer ,Alleghany, arrivhiu,
les Concessionnaires du Champde Cosm=
ont rccu un premier envoi de 200ootm
de grilles destinies aux enclos do jrdi.
Pour donner, une id6e de lear project
messieurs ont plickcette semaine, au rosd
point, quatre petits bancs en fer que do
gains ou des gens de mauvaise foi ow
commence par d6truire en y enlevant 0l
boulons de soudure. Nous attirons l'aste
tion de la police et des gardiens du ChAPr
de-Mars sur ces actes de vandalism.
Cath6drale
II est arrive, par leeHollandais,cCwt
maine, les couronnements des campial
les de la Nouvelle Cath6drale, mee0
clucun huit pieds de hauteur. On s'ocm"
pe activement, dans les chantiers i lks
tre en position.

Movement maritime

VOIUnB 1
-
Von Ias :
Lvenr, St Fra.otsr, D mi, *
Josephb. Note-'Dine, Grand-GoA.
Dieu-'Dewt, Anse-A Ves ; sa
naives ; Alma, St-Marc.
Ces diffirentes embarcaoo0 h
remain poor leur port esciw.





Derni6res D6p00
-
ST-PTsaounao aS.- M bo
I de Serbiet M anriv6 sl.W4 w


I III I -






itk lg.Sde. It est logE au palais d'hiver.
M 1cme moment on le prince sonrait de
kb rc plusieors centmaies de personnel Ini
wfair one ovation mais les measures pri-
Spar ls police oat empCche des diputa-
ios de Serbes et de Bulgares de lui sou-
iter h bienvenue.
SAGOSSE. Le roi Alphonse a preside
xdo0rd'hti A Iinaugaration d'an monu-
not 61eve A la memoire des defenseurs
k Saragisse en x8o8.- La population lui
a (it one reception chaleureuse.
LONDRES.- Les scandals provoquCs par
Ssuffragettes A la Chambre de commu-
as ot oblige le gouvernement A fair
freer pqovisoirement les galleries rdservees
m irafers et aux dames.
SOFIA a8.- En rCponse la note des
-vernements franCai, anglais et russe,
Sgoovernement Bilgtre a signifi son d4-
ir de se conformer aux demands for-
*olSfs
Li quatorz'*m assemblee narionale Bul-
gje sest reunie cct apres-midi pour sa
iion d'automne, les discourse du tr6oe
nl par le Tsar Ferdinand etait d'un carac-
ire essentiellenent picifique. Le nouveau
ooverain a defendu la recent attitude de
mgom rnement. Le sourerain a termind
sondiscoors en exprimant I'espo:r que la
Russie a'abandonnerait pas le nouvel em-
pire Shve qui est son propre reji t mn.
PARS.- On apprend de source auto-
risqe q'en raison de la cessation des pre-
pntifs militaires, de la Turquie et sous
Lpressiom des puissances la Bulgarie a
dcide de licencier les 75oo0 reservis'es
Sise trovent en ce moment sous les
Upemx.- On espore que cette meaure
diminuera la tension entire Scfti et Cons-
untinople.
Pius 29.- Rente : 3 o]o 95 95.
Le Cameil des Ministres s'est reuni cc
Sin IA'EiysEe sous la Prisidence de M.
blies; its se sont occupies des af aires
klOrient, le ministry des affaires Etr.mn-
tres caamuniqua les dernitres depeches
Fues as sujet de la question des Balkans.
Le Cooseil s'occupa de la march de
r'truction des affaires de Draveil. II
ugpioa les trvaux de la Chambre et de-
dd, poorly hier le vote du budget, de de-
anderi la Chambre des DEputes de re-
erver une parties des seanccs du martin,
Mtuelemct consacree A I'imp6t sur le re-
eao, i l'examen du budget qu'on espere
povoir ainsi envoyer au Senar le 25 No-
vembre.
La Chambre dtns sa semnce du martin
CUtion'a lL discussion dell'imp6t sur le
mug.
As dEbut de la seance de cet apris-mr-
M Berry depose, en deminlant I'urgen-
One proposition ,le loi tendant A I'ape
icaton de la ptine .de mort contre les
aiteurs professionnels.
M. Picard conserve le vice-amiral 4nbert
.ame chef d'etat-major general et le ca-
.. e d fregAte Morin icr aide de camp
5t t29.-Lecorrespondant dou 'Temps"
I fia tnigraphie qu'une entente preli-
toirce a 6 conclude centre lagTurqu:e et
ST PETuOURG 29. Le prince hCri-
4 Georges de Serbie est arrive ici hier,
'sr rein remain par le Czar.
lOD3 a29.- Les sufragettes conti-
A cer des scandals dans le .voi-
gede la Chambre des Communes; plu-
rs d'entre elles ont etC condamnies cc
S des amendes qu'elles refuserent de
dles furent alors enprisonntes.
L 0~r3 29."- Le steamer a Yarmouth,
2 Grat Eastem railway company allant
iook de Ilollande A Harwick a peri
nc bienus I'lquipage se composait dc
Sn. Ii ne transportait pas de passe-


Mr Justin Pescay
Avise sa nombreuse clientele q.ih la
Iloulangcrie -Stntoilne
est tojours A tLale, en face des
Saar. de St-Jos-ph do Cluny.


MANUEL
D'HIS IOIRE D'HAITI
De 1492 A 1904
PAR W. B LLMGARDE BT LikRa oN
Owmrae adopt par le D6partement
dl'waatruotion publique
Eu vente chez : E. Robelin, a Aux
Armes de Paris chetW. Bellegrde,
50, Rue Lqmarre, A Ilpprfmeri Aug.
A. Hdraux.

Coup de Clairon
Probl6me politique conten-


S6nateur


porain
PAR
LE D' LAROCHE
de la R4publique d'Halti


Prix 0,50 centimes
DEPOT: Pai xActs A. Romrs & C*

La Boulapgerie
St-Antoine
Avise ses clients qu'elle s'et trans-
fer6e A Turgeau tout prqs de I'Eglse
dii Sacr6-Ceur. Dbs quatre bore
do matin, on peut trouver dem pains
de 0,40 de 0,20 et de 0,0 cts., desbi-
cui's de'10, (5 et 0.03 ca, eau m6 M&
conditions qu'en ville..
Desptits pains de Vienns de 0,10 o.
pour grandee f-es.
Veat :t vout serez Maisfeai I


SUCRE TURBINE
81 vo Is vout1 un pIar
pro luit de la oanne
Sasa euC e ingrdieaS chiMique
R6clam z le
Sucre de MON-REPOS
don't la superiority a 6td reconnue
par une Mbdaille d'Or obtenue A
)emestown ( 19U7 ).
L'Exposition Communale de 1907
lui a accord la plus haute recooa-
pense.
D6pOt G6n6al :
2, RUS ROUX, 1
( Ancienne RusBONrx-FOI. )
Tafta 20 o/o Aloool
P lARMACIE
Emmyanuel Alexandre
Ls public e, t avisp qua e Dle Jh.
Bergeaud, Pharmacien de 1'Ecole Su-
prieure de Pari,.prend I sAuccession
d s affairs de la Pharmicie Emma-
nuel Alexandre, et qu'ii se met & la
disposition de la clien'le, pour I'ex6-
catton pWtselle, soignee et scrupu-
leusA des orlonnances de Msesieurs
les doct:urs et M6d-.cins de la Cipi-
tale.
Port-au-Prince, la 9 octobre 1908
D' JH. BERGEAUD


Cie des Pompiers libres


rjf^c


Cours


d'instruction


-
Noms des pompiers qui doivent se
presenter la station central pen-
dant la semaine du 2 au 6 Novem-
bre 1908.
H.PIERrE-LoUIS Conseiller,- Lesseps
Constant, Edgard Laroche, Leonce St-Su-
rin. Georges Laroche, sous-ojficiers, Al-
fred Lafond, In-Jacques Jr6 ne, FranCois
Mirville, Justin Constant, Legrand Jeudy,
Justin Etienne, IAonville Theodore, Hen-
ry Rich6. Jh. Georges fils, Brrnard Thio-
date, Ciciron F!eurnan, Ruffin Champagne,
Frederic Champagne, Auguste Toussaint,
Lopold Pierre, Justin Chary, Peririel
Sylvain, Clement Laurenceau, St Clair
Bros, Victor Prosper, Michel Lilavois, Cle-
ment Thrazybule, Horace Miltort.
Port au-Prince,29 Octobre 1908.
L. Commandant,
Louis I THIART.

Mme LELIA CHABLES GERMAIN
SAGE-FEMME
I)ipl6mCe del'Ecole Nationale de Mcdecine
et de Pharmacie
Ancienne asistante a Ia Maternit', attache
au service de sant Ai I'Asile FranCais
Consultations : de 2 hrs. d 5.
68, Rus FERou, 68
Port-au-Prince ( Haiti )

Buss neuf
Attel de bons ch-va'ix, A louer pour
bapt6mes courses en ville, promenades A
la champagne etc.
S'adresser A M-' F. Stines, N' i56, Rue
du Magasir,'de 1'Etat.


Sacs vides..


LOUIS BONTOUX
Agent general de Munzer & fils
a Bordeaux a
Representant de Gaston Bdnard
a Paris >
A 'lionneur d'informner ses clients
et amis que pendant son sdjour a
Po t-au-Prince, il a son bureau cbez
Me FEugmne Robelin. 136, Grand Rue
e 39 Hue&'Bonne-foi.
l'ort-au-PRince, 20 Qcetobre 1908.
--- ---
Cordounerie Nouvelle


G. B. PETOI
143, GJ AND'RUE. 143
PORT-AU-PRINCE
C:USSUR W 9u TOus omMras
U" D*P6T, POUR LA VtmhsY
N 6rrOS ST D*TAL.1-
abJcutnon prompt des
oa, andes- tant oi qu'en
Province.
Former A hnrnmes ; 616gantes et ra-
tionnelle.
Chaussures de dames ( DemUre mo-
do de'Paris ) et le plus commode :
chaussures pour oenato confection-
n4ee avec des Peaua, de toute W mances
d'une election ot dur6e irreprocha-
bles, A des prize avaatagaux.
CiraQes, pAteo et liquides
aggP, C~~ssiass Ts de 1 es stagenles.

M C. L. Verret
Ta 1eur-Marohand
Donne avis A sa bienveillante clien-
tele que sa maison No 7, Rue Traver-
sibre est toojours bieo pourvue d'une
vari4t6 d'6toffes de la haute nou-
veauth parislenne.
QUAuTi SuP*lRaun COUPr *LftGANTB
TRAVAIL S)OIGt. ExACUTIOW PRO.MPTK-
Prix irs rt~dits I



Sacs videsl..


Entrepot G6iieral des Grawides fabriques
DE C.,ICJu7r ( IN ) DI) NKERQUE i-(IcIN:U h-r I)UNIV'In ( q n( l 'mrgmrR. )


SACS


speciaux


pour


Caf6s tri6s
Caf6s ordinaires


Cacaos
Les Types Courants oonstamment en Stock p-ir halles de 400 sacs


Depuis 18 centimes or jusqu'a


28 centimes


or


Pour grandeur r6gulibres 05xlSIO centim6tres et 70x110 conetimeties.
Poils do 4 3]1 livres jusqu'A 3 livres.
Sacs sur mod6les et sur types d~s acbeteurn.
Prix A forfait pour livraisons mensuelles francs port de 16bari-emandnt et, as
on le debire, Droits pays.

50.000 Sacs de 1'Inde


Vieonent d'arriver par Balles de 300
Pr x exoepticnnellement avantageux
S'adressr a JULES LAVILLE
AGENT ET DIPOSITAIRE GItNIRAL
93, RUE DU MAG&S1N DE LETAT


Sacs.


r I I r






Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en dep6t
un grand stock, pour la vente en
gros et en detail, de chaussures en
tous genres pour
IHOMMES, FEMMES, ENFANTS
Los commands des commercants
de l'intdrieur pourtont 6tre ex6eut6es
dans one semaine A pen pros.
23, Rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PRINCE (HAITI)


Panamas !...
Elegants, solides, arrives par
a Montrdal .
Chez M"* LEONIDE SOLAGES.
22, Rue des Fronts-Forts.


Au dernier cril
FABRICATION DE CHAUSSURES
D. FERRARI
A 1'honneur d'annoncer A sea nom-
breux clients de la Capitale et de la
province qu'il vient de se transf6rer de
laRue des Fronts-Forts, avec son m6me
stock de chaussures, d la GrandRue
an N 153 avec l'inscription ci-dessus.
Les clients seront toujours servis
dans les memes conditions ; c'est-&-
dire avec les 5 0/o d'escompte sur la
vented en gros ; sans oublier lee m6-
mes soins et la m6me exactitude.
La Maison se charge tonjours de fai-
re prendre les measures i domicile.


Le public est avisd que j'autorise
Mr F. F. Stines A agir comme mon
agent a Port-au-Prince,
Le COMMODORE W. E. MEYER
de Bermudes


Er
HRWTA UEAN BELLEVUE
Phte. dv CharmP.ct-de-M
PORT-AU-PBRINCR (HAITI)

Mme Hermanee ALFRED, directrice
APPARIEZNTS POUR FAMI LLE
DINERS-LUNONS.
lnuslladlsI., uwdonw doefrboe. ormaw Is oe.
deuce st eg ruidr&. La 2 mmuQ. d go luv r,*--BqUlv. W lee igo7 N&.L6
PROPRISTt SPACWm:IJm, S'OUVRANT SUR DEUX RUZS
PROMENADES J- tRDIlN
Salle do rdcp~ers..-Pimre.--Gmg.pA.,
Sor,' ories Eleotriqu..


Table d'H6te


GRAND PRIX


HORS COICOURS


Rhum Barbancourt
MdLailles d'or, Mention honorable, Membre du Jury, Grand
prix, Hors concours dans toutes les Expositions depuis
1881 jusqu'A 1907. ( Ancien et Nouveau Continents)
Madame Veuve BARBANCOURT, seule d6posi-
laire de la marque Rhum Barbancourt et seule proprie-
taire ties 'ormules qui ont faith obtenir an Rhum Barban-
court les m6dailles d'or de toutes les Expositions, a pris la suite
les affaires de feu son mari, et se tient i la mamehalle, sise 7, ue
des C6sars, a la disposition de sa nombreuse clientele,
don't les commander seront executees avec le meme soin que par
le passe.

TANNERIE CONTINENTAL,
DR
Port-au-Prince
CAPACITY: 500 PEAUX PAR JCUR


PREPARATION


DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24)COULEURS


Vente des chaussures: Chvreau-glac6, verni et
leurs, pour Honmmes, Dames et Enfants.
( BOUTOWNN, ELASTIQUE Fr LAcE )


NU gros


et en


coU-


detail pour toute la Rpublique


Imp. C.


MAGLOIRE


45, RUE Roux, 45
TeLfPHONE.


Journaux, brochures, billets de
marriage, cartes de fiancailles,
programmes, affiches, et tous
autres travaux de ville.
Billets cdenterrement et cartes
de visit d la minute.


Mr Auguste Fabius
Offlcier d'Acad6niic
Ancien Professeur de Rh6toriquc et de
Second au Lycke de Port-au-Prince
S20 anncs dt'Enseignement
dans cet Etablissement
Offre ses services aux families pour
des Iecons de: Langue et Litterafure
Franchises, Langue et Litterature La-
tines, Langue et LittBrature Grecques,
d'Histoire et de Geographie.
S'adresser au Bois-Verna ( Impasse
Lavaud).

Chapeaux I
Chapeaux I
Chapeaux I11
PAILLE DR PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ
JOSE SAN MILLAN
Le coiffeur artiste, qui vient avec Ie
concours d'un chapelier remarquable,
M. JAInm TESTAR, d'installer une
FABRIQUE D4 CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon do Coiffure du Louvre
Pour tons leo gofta s t pour totes
Lge bourses.

A L'IELGANCE
OORDONNERIE.

42, Roe des Front-Forts.
CAUSSURXM mM DkP6T,POUR iLA VTR
Promptitude et soin aux comman-
deo tant ici qu'en province.
Chaussures de Dame former et tra-
vail tonjours tout ce qu'il y a de plus
nouveaux.
Former am0ricaine et francaise pour
Messieurs ; 616gantes et copmnodfes
Pour lee eonfants Is plus I'aise.
Travail solide exzout6 aveo
des psmux do premzniretmarquo.
Assurance de grand rabais.
J PAtM, Otrag- ot Liquide


Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 1N
Dirig par

L. HODELIN
Ancient membre de is Socised PWte
thropique des matres taillurs do Per
Vient de recevoir un grand cbclx d*.
toffee diagonal, casimir alpaca, cbev*.
to, cheviot pour deuil, etc, Recomm
do particuli6rement A sa clientele me
belle collection de coupes de eautd~
do glets de fantaisie st de piqu6 '
utoe l"aut6.
8peoialit6 de Costumes di SO-
oe..- Coupes Francaise AngllaiM
kAamricane do la derniere 1ptdSe.
La maiaon confectionne aussI de 00
tumeas militaires, habits brod"
dolmans, tuniques, habits 0 6
r6s. *to *to. de to g rades.


A. de


Matteis & Co


Maison fondue en 1888.

Derni rsr articles rein

Parfumerie Houbigant; R1
yal Houbigant; Fougere Royal; Par
fum Id6al; Savon, Poudre ; etc. ec.
Coffrets de parfumerie tres 6.16wA .
Parfum renomm6 As'ris ; Lotio, WU
copherous.
Lampes, Fouets et Chadms
pour buggy et buss.
[Arnterio de luxe, tibOt
Mo quaires, BrosesPipLm.
cigreutt, ravates, MaroqIwM
tow"l qrulitic.
La Maison a toujours n g-j
sortiment de BijodurU, .Aie,*
do Diamev, la disporitio" a
on g6nral et la porter de
les bourses.
Ateliers d' orloger O -
Bijouterie: Gravwrw, LoWC
sur commando.
dAka do&i"ilor et o dftEM
dimamU o f pierrw prNroiwsa h 4
ACHAT D'*CAUL 0 CAW*
Prix -eoption"n


so" I jour, do Midi 4A howu"
do 7 4 8 A..'. d askr


II 1 111


,,


- --,