<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00462
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: October 26, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00462

Full Text

PORT-AU-PRINCE ( HAII )


Lundl, 26 Ootobre 1908;


QUOTIDIEN


Abonnements:
AU-PRINCE Tas Mos.
TaRsO Mm.
RTEMENTS UM Mos ...
STros Mois
GER. ....... Tiots Moss. .


.G. 200
. 5.00
. 2.20
S 6.00
S8.00


C316mmozat Admaglai.,

KtDACTION-ADMINISTRATION
45s R=OUE 01K,45.


LI NUmfRO 15


GEmrim ES


Lae abo mmnes puaot du 1oret du zi
mois it soot payables dravuaoe


Lu nmus heuin on m e amto e w pu reAvs


-inu & crut nconnerne 1'Admninaistration du Journal. adroseer AMonsieur


-. W- -


Arthur ISIDOIZ, 45, RUu Doux os oaa.-1@I


BANOUE NATIONAL I)'HAITI


Lbrochure du DepartemE l des Finances



I CAPITALISTES E r CAPITALISTES


titre suivant : Capitaux
*mi ricains en Rusie ', on
'dans un numero du jour-
p s de l'ann6e dernibre les
i Voici
JpOis trois mois, Americains et
, mais Anglais surtout, oat
I toot ce qui 6tait A vendre, en
hlbnes et d'exploitations miniares
brine, d tn 1'Asie central, dans
iI, au Caucase : players de l'A-
Ire de la I.Ana, mines de cuivre
iltrict de Semipalatinsk. char-
it minerais divers dans rOural,
lets de petrole au Caucase.
IhU le b issin mme de Moscou,
,compterait pas les dtablisseme .ts
s qui, ouvertement ou non,
Lcquis, en ce. derniers temps,
capitaux ang'aiF. On afflrme
hq''aux por es de Saint-P6ters-
sur le lac Lidoga, A la limited
noland et de la Russip, les mi-
Pilkaranta, les seules mines de
de la Finlande, sont dbs main-
mains des Anglais.
rtncontre, ces jourd derniers.
r qui revenait de "SibJrie
lle pour le compete d'une
anglaise. Les Anglais,
achetent A des prix fort
tout ce qui riclite, et lW-
fcase du mediocre dtat de
qu'& cause des malversa-
Iairecteurs, lesquelles ne
& moins de 50 *./ des b6
Po meilleures entreprises
Pourquoi ne pas dire tout
Vqe chacun sait et dit tout

t juger de I'importance des
effectu6e., par ce seal
sais de source certain : il
plus d'un mois, un con-
e capltalites angiaisa flt I


I'industrie textile du Nord de la Fran-
ce : Dickson, A Calais; Snowden et
Tdnguy, Fowler, Sandhbrs, a Lille ou
dans les environs; Holden, & Croix-
les Roubaix, etc. Dans la contruc-
tion m6eanique, on peut citer les
6tablissements WVlkpr, A Lille
A propos de l'industrie gantiere de
la Grenoble, M. de Toytot 6crit : a La
plupart des grands patrons sont des
Anglais ou des Ainricains. lUs ,ont
mieux outill6s et emploient 300 cou-
Deurs et 150 ouvri6res a la iourn6e,


ve.ir de Prague a Londres un jeune alors que lea maisons franchises o'ont
home qui, sachint le russe et I'an- que 15 coupeurs et 10 ouvrieres
glais, a Mt6 employed, trois semaines Dans I'industrie s letrique, on cite
durant, A traduire du russe en an- les noms de Thomson-Houston, Wes-
glais les bilans et publications diver- tinghouse, ces grande firms amdri-
ses des exploitations miniUres et induw- caines qui ont etabli leurs socidt6s
trielles don't on savait l'achat possible. filiales dans diffdrents payi.
r'ressds de rdaliser, vivant vo!on- Dans I'inlustrie automobile, la mai-
tiers au jour le jour, les capitalistes son franchise Charron a 6t6 rache-
russes accueillent come manner ce- tee par des capitalistes anglais, et je
leste cet or anglais qui afflue chez n'en finirais pas s'il fallait dnumdrer
eux. Demandez aux homes Id'affai- toutes les grandes entrepri-es minii-
res de Moscou, aux banquiers en par- res, agricols ou induslriellt creea ou
ticulier et aux reprdsentants du gros restaur6es par lei capitaux anglais ou
comneice, ce qu'est actuellement la amdricains en Espagnd, en Italie, en
situation de la place : tous seront Chine, au Japon, dans I'Am6rique du
uninimes a la declarer excellent; Sid, et surtout en Eyp:e et dans
et ilk diront vrai. Moscou, depuis l'Hindoustan.
I'an passe, a gagnd b aucoup d'argynt, Ce qu'il faut surtout ne pas p-rdre
et le colossal movement d'affaires de vue, c'est que ce ne snt pas seu
enregistrd a la derniere foire de Nijni- lament les capitaux anglo-saxons qui
Novgorod ne s'est pas arrete. se livrent a ces entreprises, mais aus-
a OQant l'Elat, on dit bien que si les Anglo-Saxons eux-m6mes, avec
:ui aussi strait dispose profiter de eux. E Ea France et en Belgique, dil
I'aubaine ? D6ej, I'on parole ouverte- Paul Descamps, il y a surabondance
ment de la vente probable du che- die capitaux; mais, dans ces deux der-
min de f-r de l'Est chinois. Et I'on niers pays, expansion capitalist n'a
parole de b'en d'autros veites encore.* pas les mimes caracteres qu'en An-
gleterre; elle s'opere surtout par I'in-
Je prie le lecteur de se reporter aux termddiaire de vastes societes anony-
mots souligods ci-dessus, afin de se mes lances par les banques et les
reodre compete de la nature des pro- agents d'aflires.
occupations qul animent les capitalis- Et notre B nque Nionale d' Hati
te anglais : c'est vrs les war wpre s rentre pr6ciasment dans cette dernib-
miniJr et 1 industriess qu'ils dirigent re catdgorie.
leur activity et leur initiative.
Et ce quils tentent de fire en Rus- Dans notre precedent article, nous
sie, ilh t r64ditent dans le monde en- avons dit la nature de fivre qui dis
tier. Jen ai cited 'autre jour, ici M po4e les capitalists franc is A don-
me, des exemnpes covaincaints, qu'll ner Itur argent en change d'actions
me, des eo p xe lesco d rp81. de touted sorts d'eotrepriase qu'lls
eLst op gr ateler constrc-, ne connaissent pas plus las uns que
ion de aa Begirane atle dtablissements lea autres.
Cockerilla Selg, oat 6 fond6s par Dane notre article d'aujour4'bl,
an Aogla, ohnCollS na L votrlloil quo no. r6v6loea antre
I nDoeaomS lais foieornenot dans monde4 de capitaliste a queon na


paralt pas avoir song du tout en 1891
et qui, ne se soucianf guitre de don-
ner leur argent dans I'unique but de
toucher des dividends A la tin des
exercices, se lancent plus volontiers
dansles sortes d'entreprises industriel-
les que nousavons signaldes plus haut.
Poussds par notre formation mnmme,
par des tendances don't nous sommes
jusqu'icl victim, vers les premiers,
et d6daigneux des seconds, nousavons
constitute ainsi notre etablissement
financier national.
Et alors de quel droit, un journal
haitien, cite par M. Marcelin dans
* La Basuqu National. d'Haiti; une
page d'kisioir, a, vient-ll dire A cette
Banque : ( Qu'avez-vous fait pour fa-
voriser agriculture, vous qui vous in-
titulez Banque d'Haiti ? Quel concours
avez-vous pr6et aut hommes d'ini-
tiative, quel appui a trouve aupres de
vous I'agriculteur, conflant dans les
richesses de notre sol.... Quelle ten-
tative avez vnus faite pour rdveiller
parmi nous l'esprit d'association, ce
puissant levier des peuples jeunes et
avides de progres? Si vous aviez com-
pris votre mandate, combien de Soci.-
tes indusirielles, maritimes, ayricoles,
commercials auraient strgi A cit6 et
par vous ?... P
La Banque, ne serait-elle pas admi-
so A rdpliquer a son tour: ('est
donc ce que vous vouliez ? Et c'est :i
nous que vous vous 6tes adresse ?...
.
Je prie le lecteur de ne pas se hA-
ter de conclure ; car ces conclusions
seraient probablement les siivantes :
II faut done creer dans le pays une
Banque anglaise ou amdricaine pour
assurer notre ddveloppement agricole,
industrial, mirier et commerce ;
La Banque Nationale d'Haiti est re-
connue impuiasante a accomplir cette
tAche multiple.
Or, le lecteur se tromperait fort;
ces conclusions ne sont pas les mien-
nes etc't ce que mon prochain ar-
ticle ffrmeora et d6montrera.

Pri6e d'aviser 'administra-
tion de ls moindre irrngulari-
t daalelervice do a MATINa
attn q'it y soUt de suite rema-
"'


P10?-,

*AtP]J


do chaqw


II I -- I a


~~---------







M6moire sur la Ques-
tion d'Exportation
des Fruits d'HaIti
Par C. M. DUPUY

IV
11 nest pas nice.ssire d'avoir, des le d6-
but, une society organis6e come celle
qui a 66u naguere projetbe avec de fortes
subventions, etc. etc. Pour une society
comme celle-l,, trop de patronage nuit et si
on y introduit trop d'elements ou de per-
oonages poliuiques, elle et d'avance con-
dams$ A I'avortement.
II faut un grand effort pour intdresser les
populations au d6vcloppement et a I'am6-
lioration de leurs cultures ; il y aura beau-
coup d'abus A rdprimer et quelques mau-
vaises coutumes A abolir, il ne faut pas se
e dissimuler, mais une intervention bien-
veillante de I'autoritd rendrait beaucoup de
services et faciliterait considerablement la
tiche ; cet effort ne pent pas etre au-dessus
du patriotisme de nos pouvoirspublics it de
nos chefs militai es. It faut eitretenir les
routes et chemins, sans grands frais et
dans la measure qu'on peut ccrtain.cn1nt
rCaliscr avec nos coutumes actuelles, maais
avec un peu de bon vouloir et d'dnergie.
Plus tard, il faudra accorder le droit d'd-
chelle A certain points du littoral qui seront
reconnus convenables comme points de
concentration des products d'une cerhaine
region ; en attendant il faudra concentrer
son activity sur le territoire avoisinant Its
grands centres, les ports ouverts au com-
merce ext6rieiir, et faciliter I'entree de nos
ports en accordant une d6taxc ou ristour-
ne sur les droits de tonnage, de phare,
de ports, etc,, ou accorder une prime
pour chaque tonne de products pris dans
ces ports et dibarques en bon etat A des-
tination ( cela pendant la periode de d&-
but seulement. )
La question d'irrigation et de deboise-
ment syst6matique et irrationnel de nos
forts et surtout de nos montagnes, devra
Ctre skrieusement envisage ; elle ne peut
d'ailleurs pas 6tre laiss6e plus longtemps
sans attention, car il y a danger pour nos
campagnes et dejA nos villes s'en ressen-
tent considerablement.
Les Consulats de la Republique A la
Jamaique. A Porto-Rico, A Cuba, dans la
Ripublique Dominicaine,aux Etats-Unis,a'i
Canada et dans certain autres centres,doi-
venttre des agencesderenseignements pour
nous et les Consulats situds dans les mar-
ch6s consommateurs, doivent avoir une
exposition permanent de nos products avec
la nomenclature des fournisseurs avec
autantque possible l'indication des prix,
et les Consus, surtout ceux aux Etats Unis
devraient avoir pour mission special de
s'occuper activement du placement de nos
products, fire pour cela une propaganda
ncessante soit personnellement, so:t
pa r I'intermdiaire de commissionnaires
contr66ls et surveill6s par eux. A cet effet,
le Gouvernement pourrait acheter et exp6-
dier A.es frais certain products -sur une pe-
dtiuchelle-par.petits fots choisis et charger
M Commss de ls faire placer,de les inro-
duei par persuasion chez les acheteurs ou
coPsorwnateurs. Je sais bien que 'organi-
dsaoa d la1 Chambre de Commeice de
Port a-Prince et une loi prescrivent
1'exposition des products dans nos con-
salats, mais dans ma pcnsde, la mission
de nos Consuls devrait aller plus loin, au
ddia mame de celle impose depuis quel-
quo tmpsa A lers Consuls par les ESats-U-
ais d'Amrique et on sait quel a 46t poor
Ie commerce des Etats-Unis le resltat de
cette mesare. Ctte ide,d'ailleurs n'est pas
noellek car depuis z8po, Mr. H. Price,


A sa nomination come Ministre Plenipo-
tentiaire d'H.iIti A Washington se proposait
d'organis.r I la Legation, ou au Consulat
General de New-York, une agency com-
mere ak qui, dans 'a pcnsce, 6:ait appel&e
A rendre d'immcnses services A la R6pub!i-
que. L'id'e avait 6td accueillie avec em-
pressement par le Presidcnt Hippo'yte et
des circonstances politiques qui d6cid&rent
du choir du personnel de la Ligation au-
trement que le demandait M. Price l'tm-
pech6rent seules de mere son id6e A exd-
cution.
Bef il v aura plus tard A envisager la
question de fonds pour avances aux plan-
t.urs pour 1.urs cultures ou sur des pro-
duits rcol'es et acceptS; comme bons a
etre expldies. Mais il ne faut pas trop cn-
viuager pour le momentt, car on serait ten-
td de s'arreter devant les difficult&. En
gAn ral, on s'en tirera comme on le fait en
c: moment pour les autres cultures !
La plus grande parties de la b_-sogne nrir3
vue ci-dessus pourrait se tili;er par l'in-
termediaire d'une society d'a.IricuIltnr bien
const tude et subs did-, mats don't le srb-
side serait payee rgalierement,A date fixe,
sans atermoiem.nts, ni retards. Les fonds
votes d'ordinai e pour le Dbpartement des
Tiavaux Pub'ics pour acquisition de plan-
its, semences, une parties des frai: de de-
placements d'agxonomes, etc., etc., pour-
raient etre mieux employes par une organi-
sation quasi commerciate, quasi-inddpen-
dante, hors de la politique, et contr6lee
seal:ment par I'Etat en ce qui concern
les fonds publics mis A sa disposition.
Rien n'emp&he, quand .ci;ne, qu'une
bonne part de I'action et meme la p!us
grande part soit reservee au Gouvernement
qui a surtout les moyens pdcuniaires et
tout un personnel.\ ?a disposition, mais il
faut aussi que les particuliers s'inttressent
personnellement A la quation et s'orga-
nisent en vue d'une action commune pour
la culture, pour 1'acha t et 'exportation.
Mais tout peut se realiser graduellement
avec de la bonne volont6, de la persdev-
rance et quelques moyens p&cuniairss rai-
sonnab!es. Je rdpe e que l'acion doit em-
brasser non seulement les I'export2tion, mais encore les autres den-
rees d'erportation, les products de consom-
mation locale, le bMnail, etc tout cela
pouvant marcher ensemble et s'appuyer
l'un sur I'autre pour le *plus grand bien
de tous les intbress6s et du pays en general.
( La fin 4 demai )
--2 --- -




R :' N SEIGN M ENT
S'TC RO L0 : I Q. U IS
T L
lh ae ; v o r- .to> ixr-
DU
SEMINAIRE COLLEGE S.-MARTIAL


Vers 8 heures du soir cette etoile se volt 1
mi hauteur de 1'horizon dans la direction
de la pointe nord de la Gonave. La come-
te se trouve A une distance angulaire d'en-
viron 7 degris de Vega dans Ia direction
ESE. San noyau est encore flou et sa
queue est dirigde vers ENE. La comtnte se
couche a i x et demie.
J. SCHERER
On reclame...
Nous recevons la lettre suivante :
Port-au-Prince, 26 Octobre 1908.
Monsieur le DIrecteur,
Je viens vous prier de demander A qui
de droit que des measures s6veres soient
prises pour d6barrasser l'entrec du Cime-
t;ere Exterieur de cette armee de malin-
greux qui assiegent les visiteurs. C'est vrai-
ment revoltant, au moment oti l'on va rem-
plir ses devoirs de famille, d'etre entourd,
circonvenu par ccs pourritures en march,
ces ulceres, ces plaies... qui vous barrent
le passage, vous soulevant le cceur de dd-
gout pour ces mendiants malpropres.
La Fete des Morts arrive, les visits
sont nombrenses an Cimetiere ; le public
veut ere d6barrasse de ces dangereux im-
portuns.
Que Ie Matin, don't la voix est dcoutie
reclame pour ses ncmb-eux lecteurs.
Recevez, etc.
Us VE-I.
Arrivage et depart
flier est entr6 le s,'s a Prins Willem IV v
avec les passagers suivants venant de :
Cayes : Michel Abraham Sevignd, A. Rt-
neau, Chdrisme fi's, Pluviose, Franriois
fils, Franck, Sandaire, D. Numa Francois,
L. Jeannot, Daniel, E. Piram, Dennery
Fils, E Isaac, L. Cab'che, B. T6e6marque.
Jirtmie: Charles Oriol. Valles Sales,
Dinville Pierre, P. Bernard, Mr et Mme
Fernand, H Anglade.
II est reparti le meme jour pour New-
Yotk avec les passagers suivants :
- Mr IFrderick Brice Ivin et Mine Hibib
Elias.
SNecrologie
Nous apprenons avec regret li mort au
Cap-Haitien de notre excellent ani Coss-
TASTIN DURAND, survcnue samcdi martin.
C'6tait une brillante intelligence et un
temperament d'elite. Apr6s avoir 6'6 Se-
cretaire de la Lga.tion d'Haiti a Madrid.
Juge au Tribunal de Cassation, doyen du
Tribunal civil du Cap, ddput6 au Corps
LUgislatif, il dir,igeait avec competence
l'Ecole de Droit du Cap ;c'est A ce poste
que la mort est venue le surprend-e, dans
toute la force de l'Age.
II laisse deux charmants enfants en qui
se retrouvent son intelligence et sa distinc-
tion. Durand avait epous t une fille de
Br6nor Proph&te.
Nous pr6sentons nos sinceres condolkan-
ces aux parents du regretted defunt.
Le droit d'asile


-- Mr E. de la Charlottrie dans la Reue
DIM NCHE 25 OCTOBRE d'Europe et d'Amrique consacre on article
Baromitre A midi 9, '/i Iia'mportante question do droit d'asle en
S. Haiti.
Teiznperature''minimum so. 8 Aprs avoir extrait du MATtI diffirentes
'p simnm 3o0. I pieces que nous avions publides ao mo-
Moyenne diurne de la temperature 25. 2 ment oi cette question s d6battait, M. de
Le ciel a t assez clair sauf de ih 5sh. la Charlottrie conclut dans le mI me sens
Le ciel a 6t6 assez clair sanf de ih & Ih. que nous.
Eclairs au NE. Le barom6tre remote. nous n voyons as Paris, dt-
,&Nous ne voyons pas A Paris, dit-il, toutes
Com6te. La con'6te C de I'ann6e les Lgations, tous es Consulats donnant
9go8, peut Ctre vue actuellement a Port- asile aux emeutiers ou aux rEvolution-
au-Prince. Elle est encore difficilement vi- naires, 1 plus forte raison aux condamnes
sible A I'aoil no. mais peut-etre facilement de droit common, qui trouveraient l1 on
observEe avec de bonnes jumelles. Hier rtfuge oh la justice de notre pays ne san-
soir a2 Octobre elle se trouvait sur la li- rait es atteindre. II y a a1 one prime A
mite de la constellation de la Lyre, pros 'anarchie et A la rEvolution qu'aucon But
de la Vgap, 6oile de premlrre grandeur. oe saurasit tolrer, dautant plus qu'une


fois lutte fine les insurgs e
nent pas pour poursuivre leurs in
l'abri des pavilions rangers.
S La protestation du gouvernem
ien a et entendne. Crtains Eru
admise, les autres I'admettront. Aai
on dire que le droit coutumier
vucu en Haiti. C'es' It un r6sultat
tant pour I'ordre public de ce pays
D6clarations de nation
Sur les rapports que lui ont
Commissaires du Gouvernement
tribunaux civils de Port-au-Priao
la Grand'Ansc, ct scion le vegl
par Particle 22 de la loi da 2A
sur la nationality, la Secrtaii
de la Justice avise que Mile Emma
Shaw et la dame Rebecca Benji
noises, en vue d'acquerir la quality
tiennes ont satisflit aux premieres
litcs ex;ges en La matiere en dcla
vant I'autori;t compdtente qu'elles
cent A leur nationality d'o.igine.
Permis de S6jour
La Secretaireric d'Etat de l'Interieu
de la Police G6enrale avise que
sdjour sur le terr'toire de 1a Rp&
d'Haiti est accord au sieur Adriano
Ion, expulse par arr Mars 190o8.
Remerciements
Madame V' Sidoine Thebaud ;MUA
dree, Messieurs Louis et Serge Brice ;
families Brice, Guerin, Thezan, GarU
Lavaud Desroielldres, Lescoulaire, I
ger, B:.crcs ct les autres parents ire
cient bien sincerem nt :cutes les poa
nes et plus spcialement sa grandeur
seigneur Pichon ; Monseigneur
le evi6rend Pere Prdsumay qui i|
assists en la douloureuse c
de la mort de :
FaNCois GEORGES BRm B
fils, pere, neveu, cousin et parent.
Sensibles a leur I6moignage de
thie, its les prient de croire A le r
de reconnaissance.


Denielles Etr

Derni~res D6


PARIS 23.- Le correspondent
a Temps # a Constantinople dit i
Gouvernement Ottoman a envoy
soir a ses ambassadeurs de Londres
St-P6tersbourg des instructions re
programme de la conference prQ
Londres. La Turquie accepted le
me en principle et elle consent a
A la conference sous la reserve q
puissances s'ccuperont de la
de ses interests. La Porte n'a fait
con re-proposition au sujet du
CONSTANTINOPLE 23. m *
I'ambassadeur d'Autrichc-Hongr
re engag le Goovernemenl s
tendre directement avec '
fire exclare la uestio de
la Bosnie et de I Het.6 g
me de la Confirence. ift
tive a encore echoed. n
PAIS 23. Des minatiOws
destinies A I'armie torque soot
en cc moment A Marseille i
de Salonique. La valour de cc
est estimde A pr6s de i.ooo.oo0
L'incendie s'est propOg4 av
rapidity qu'une paniqouei s'
mi les employs; ancun do'u **a
Ban *.m ,o*- An s N.s
rear revna :, bier soltf b






A'it aller fire ses adieux i son fils le prin- ii fat poussh par les courants verq Pile
ceGoill.oc et l housee de celui cl, son hagrita oh ii fr saisi par ks a, t1
,onmobile a renvernd one -emme. L'em- viniezueliennes. Cet incident s'est p.'o.ui
.or I'a immddiatement tait transporter Ic 23 aout et depuis lors I'dquip.igt : 1,
Ir l6pital oti son fils le prince Eitcl a Pssagers de la g"elette sont emprisoni .
,ompagnbe. La victim de Iaccident souf Legoverntmcn le Iea TrinitC a it f .rtn6
e d'on Cbranlement do cerveau, mais on de cet incident le Ministre d'Ang!etLrre
doit qu'elle gunrira, Caracas. Aucur1c idponse n'a encore itt
STolo 23,- La flotte amriicaine quitte- reque de celui-ci.
i domain Yokohama pour retourner i YOKOHAMA.- La flote cuirassSe amiri-
Manill. caine est parties de ce port cc martin i 8
Pls 24.- Rente: 95.6o. heures pour se rendre i Olongopo Philip-
lier aprts le discourse de M. Deschanel, pints II ne s'est pas produit one seule
I. pogliesi Conti prit la parole deman- d6se.ion pendant le sdjour de ,1'escadre
,wla i dissolution de la confC ration g6- amnricaine JAYokohama et la conduit des.
do Travail. M. Viviani dans sa r- dquipages fait I'admiration de tout Ie
d orombattaii les conclusions dcs ora monde.
rors pricidents. Aprks ce discours Ia MANILLE. L'tpidenne cholirique perd
Chambreadopta par 327 voixcontre 6o 'or- chaque jour de son acuite. II n' a pas eu
dre du jour suivant: La Chambre approu- de nouveaux cas hier et aujourd hu.
not les dtclara'ions du Gouvernement et
repoussant toute addition passe a l'ordre
M AC. L. V'erret
Prochaine stance lundi. C L. e
Le Snat commtnenca la discussion it vc-
ta ls six premiers articles du project le Tailleur-Marchand
lrform: du regime hypoth6caire. Donne avis A sa bienveillante clien-
Prochaine stance mardi. tele que sa maison No 7, Rue Traver-
Le President de la RCpublique tendit siere est toujours bien pourvue d'une
aujourd'hui a M. Loubet la visit faite par vari4td d' toltes de la haute nou-
'ancien president de la rdpublique A la veaut4 parisienne.
ville des vacancies. QUALIIA SUPtRICUR. COUPE LEGANTE
M. Picard rendit visit dans Ia ma ine QUA SUPRU .CO E LAT
aux Presidents du S6nat et de la Chambre. TRAVAIL SOIGNL. ExtCUTION PROMPTE-
Le toi de Giece rendit visit ce martin Prix trgs ridu;it I
i M. Cldmenceau. -
Le Capitaine de Fr6gate Mourre, com- PHARMACIE
mAdant du i Nive a a e6. acquittr l'u-
wIm KC. -mnmanuel Alexandre
SNsW-YoKK 24. L grand prix couru
s ordbhui pour Ia coi.pe Vaiderb 1t a 6t6 Le public est avis6 que le D' Jh.
R9 par one locomobile amn&icaine. Bergeaud, Pharmacien de I'Ecole Su-
KEMIICHHAFEI.-- Le nouveau dirigea- perieure de Parin,prend la succession
Ml Zeppelin a vdolud ce martin avec su- d s affairs de la Pharmacie Emma-
Sns-dessus de cette ville nuel Alexandre, et qu'il se met a la
SAmo.- Un complot centre plusieurs disposition de la clientele, pour l'ex&-
fs dignitaires chinois que les r1volu- caution pantuelle, soign6e et scrupu-
:ioamires avaient le dessein d'assassiner leuse des orlonnances de Messieurs
*ars s des receptions que doit offrir le es doct-urs et MWdecins de la Capi-
pwermcment aux marines amiricains du- tale.
.mIk sejour de la second division de la Port-au-Prince, le 9 octobre 1908 (
lte de l'atlantique dans ce port a Ctt dC- Dr JH. BERGEAUD
SMvert par les autorites.
, AkmurLs.- Dans on combat dCsesper B-S3 neuf
uieut lieu hitr pros de liligan ( lie de Buss neut 1
Mindano) to philippins ont C:i tuos et Attcl de bons chevaux, A louer pour p
uatre blesses par une bande de mores don't batemes course en ville, promenades A
a ignore les prtr s la champagne etc.
B. ISaR 24. M. Iwolsky. le ministre S'adresser A M-= F. Stines, N- i56, Rue
Safaitres 6trang6res russe a eu aujour- du Magasin de lEtat.
4d'i one longue conference avec le chin- -
lier impiria de Bulow et M. Dcwlheen m
SSecrCtaire des affairs trangre;. L'en- M LELIA CHALES G RMAN
enien a roul sur la question des Ba'kans.
. Iswolsky stra requ demain par I'empe- SAGE-FEMME
*.-- La convocation d'une conference Dipl6mke del'Ecole Nationale de M6declne
ernwattona!e pour le reglement de la et de 1Pharmacie
estion de; Balkans paratt aujourd'hui Ancienne. aSistante A la Maternitt, attache
ilti certain, car appuyde par I'Allema- au service de sant6 ai l'Asile Francais
ii et fort possible que l'Autriche re- Comultaions : de 2 rs. d 5.
ddy pariciper. 08, Rui FEROU, 68
-E. -Le mauvais leps A tC Port-au-Prince ( Haiti)
do rcnvoi a on autre jour des r6- -
..i devaient avo r liu hier martin. "
It I- reine en out Pfeo" powt fa. i
SlOge oisire A I .RomCulds le
Une explosion de gu s'est
Se uujourd'hui an pals royal d'O- On tronver aux Bureaux du Madi.
Le IGal Cibrao ct 3 autres person- le remarquable Roman historique de r
rt tt blessees Le palais est en .ce F gRlAND HIBBRT : ROMULUS, au F
.t mis en dtat en provision de la prix de Trois Gourdes le volume.
nae arrive du roi Manoel. -- -
V iVcarer.- On vient de recevoir g\N DEMANDE a achetor le
nvelle de la saisie par les autorie s Premier Volume tome premier
alie"nes de 'ile Mpsti, de la go, de
a i Lady Kinsagton "et I Ca- Po- L'hIsTOIRo
.--ebAut de son quae. Ce navire PU LalCo
aed arptiemt tals almes la Par EMMANUra z CdAY. S'adresser1
e qed surpris par an came plat au bureau du Moai, C


Sacs vides!.. Sacs vides!..

Entrepbl Gniieral des Grandes fabriques
DE CAL,(U trr (I,:lN ) D'i (ERQ(JI (l ', ws) hr DUNDE, ( ANGLErERRE )


SACS


spdoiau x


pour


Cafds
Caf6s


tri6s
ordhi&atres


Cacaos
SLes Types Courants constamment en Stook par ballet de 400 sacs,
Depuis 18 centimes or jusqu'& 28 centimes or
Pour grandeurs regulibres 65x110 centimbtres et 70x110 centim6tres.
Puils d- I 3]i livres j' squ'A 3 livres.
Sacs sur modeles et sur types des acbeteurs.
Prix A forfeit pour livraisons munsuelles francs partly e d6barquemant et, si
on le desire, Droits pays.

50.000 Sacs de 1'Inde


Vie nent d'arriver par Balles de 300
Prix excepticnnellement avantageux


S'airesser A JULES


LAVILLE


Sacs.


AGENT ET DIEPOSITAIRE GiNIERAL
93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT


SU CRE TURBINE
Si vows voulez un p ir
pro i oit de la c-.nne
Sans Iucn ingredient chimique
Reclamez le
Sucre de MON-REPOS
lont la *nn.rioritR a t6 reconnue
)ar une Mdaille d'Or obtenue A
fempstown ( 19()7 ).
L'Exposition Commalm e lde 1907
ui a accord a plus haute recom-
)ense.
D6p6t Gdnbral :
23, RU' ROU:X. 2
( Ancienne RuwRBoN N-Fo. )
Tafia 23 o/ A.lcool
-_ r- L --*-C ~


P. C.


S.


Avis Important


La Direction avise le Public qiie
a communication entire Pont-
au-Prince et 1'Etang
SaumnAtre (Manneville) est
e&ti6remeant rdtablie.
A partir de cette date, I'horaire
*rglementaire est repris.
Port-au-Prince, 23 Octobre 1908.
LA DIRECTION.

I6tel Bellevue.
Le mieux situo, le plus con-
fortable.- Champ-de-Mars -
:uisine renommes.- Vae sur la mer-


LOUIS BONTObUX
Agent general de Munzer & fils
a Bordeaux *
Reprdsentant de Gaston B6nard
Paris
A I'hoinneur d'informner ses clients
et amis que pendant son sejour &
Port-au-I'rince, ii a son bureau cbez
Me E ,g~ne lobelin. 13(, Grand Rue
et 39 Hueu'Bonne-foi.
Port-a:i-PJince, 2)0 Q-tobre 1908.

Cordonnerie Nouvelle


G. B. PETOIA
143,1GRAND'RUE, 143
POuR -AU- PRINCE
CHAUSSURIR rN TOUI OGINRU
aW D*PAT, PrOUP LA VL4Tu
oN GROSS rT D*rAIL.]
ExAcution prompted den
commrandes, tant ici qu'en
Province.
Formes A hommes ; l16gantes et ra-
tionnelles.
Chaussures de ,ames ( Deriure me-
de de Paris ) et le plus commode :
chaussures pour enfants confection.
n6es avec des Peaua de toues nuances
d'une selection et dur6e irr6procha-
bleo, A des prix avantageox.
Cirages, pAtes et iquidLe
Power haus s de do. ems.M. M-.

JULIEN FLORU8
Aniens dlUve de la 96 Co"pagnis
d'ouvrtrs fArtillerie ( Lorie )
Se tentt a la disposition du public
pour tous travanix e FOROG, et d'A-
JusrTAo, de RtPARAlrON de cofre-
forts etc. etc. A de bonnes conditions.
Roe de Ia R6volution N* 19
ri di-v de la ChAmwbr des Dpuft


__






Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures

La Manufacture a toujours en ddp6t
uu grand stock, pour lh vente en
group et en detail, de chaussures en
tous genres pour
IIOMMES, FEMMES, INFANTS
.es commands des commerCants
de I'intdrieur pourcont etre "exccutees
dans une semaineo peu pris.
23, Rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PRINCE (HAITI)
--I i

Panamas I...
Elegants, solides, arrives par le
* Montral ,.
Chez M" LEONIDE SOLAGES.
'2, Rue des Fronts-Forts.


Au dernier cri!
FABRICATION DE CHAUSSURES
D. FERRARI
A l'honneur d'annoncer A ses nom-
breux clients de la Capitale et de la
province qu'il vient de se transf6rer de
Ia Rue des Fronts-Forts, avec son mme
stock de chaussures, d la Grand'Rue
au No 153 avec l'inscription ci-dessus.
Les clients seront toujours servis
dans les m6mes conditions ; c'est-a-
dire avec les 5 0/o d'escompte sur la
vente en gros ; sans oublier leos me-
mes soins et la meme exactitude.
La Maison se charge toujours de fai-
e prendre les measures i domicile.
Le public est avisd que j'autorise
Mr F. F. Stines a agir comme mon
agent A Port-au-Prince,
Le COMMODORE W. E. MEYER
de Bermudes


Hpt c BELLEVUE
PlIGe duw Campe-de-Mm
PORT-AU-PRINCE (HAITI)

Mme Hermanee ALFRED, direetrice
APPARTEMENTS POUR FAMjILL
DINBRS--LUNC8S.
I'stallaion mod.nw 0 oeori. -Tus w la ow. _- TopdrT a,
deowe of rurehv. Lo 'wqwra deaseruv IJ ev 7ler
PROPRIETY SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES JARDIN8
Sat8 do rnerptio.-Pi.-GQraepO
Sonneries Electriques


Table d'H6te


IuRAND PRIX


HOURS CONCOURS


IHliHiiu BarlP)iacourt
:1. u: 1i oi, Mentioi honorable. Mombre du Jury, Grand
pr,' :. ?. Ir. < on ur: d(an.; toites les Expositions depuis
1 ': :.1i 1 .)07 ( Ancien et Nouvtau Continents)
Madame Veuve BARBANCOURT, seule dtposi-
taire d, a i I i,,a ic Rhum Barbancourt et scule proprid-
taire lde's ti)ri'e lu s pili out tatl obl)tnir au Rhurn Barban-
COUrt I s tn' los t'flaiies dtl, I;*u son maria, et se tienut i la mtin Ielalle, sise 7, Rue
des C6sars, A: la disposition de sa nombreuse clientele,
loiit les coinianides seront ex'cut6es avec le mtme soin que par
Ie pass.


T NNERIE CONTINENTAL
DI
Port-au-Prince


PREPARATION


CAPACITY 500 PEAUX PAR J.UR
DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24)COULEURS


Vente des chaussures: chvreau-glace, Verni et cou-
leurs, pour Hornmes, Dames et Enfants.
( BOUTONNA, ELASTIQUE ET IrAc )


En lros


et en


detail pour toute la R6publique


inp. C. MAGLOIRE

45, RUE Roox, 45
TILPHIIONE.


Journaux, brochures, billets de
marriage, cartes de fiancailles,
worogrammes, affiches, et tous
autres travaux de ville.
Billets denterrement et carter
de visit d la minute.


Mr Auguste Fabius
Officer d'Acad6uiie
Ancien I'rofcsseur de lthticorique etde
Second au Lyc6c de Port-au-Prince
1 20 annees d'Enseignement
dans cet Etablissement
Oftre ses services aux families pour
ides lnons de : Langue et Litt6ra'ure
Franqaises, Langue et Litterature La-
tines, Langue et Litterature Grecques,
d'llistoire et de Gdographie.
S'adresser au Bois-Verna ( Impasse
Lavaud>.

Chapeaux I
Chapeaux ll
Chapeaux I11
PAILLI E6 PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ
JOSI SAN MILLAN
Le coiffeur artiste, qui vient avec le
concours d'un chapelier remarquable,
M. JAIME TESTAR, d'installer une
FABRIQUE DF CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon d4 Coiffure dv LeouTv
Pour tous les gotit qt pour toutes
Ias boarses.
II

A L'eLGANCE
OORDONNERIE.

42, Rae des Fronts-Forts.
CHAussuRM WM D P6T,POU L& vTMBf
Promptitude et soin aux comman-
des taut ici qu'en province.
Chaussures de Dame former et tra-
vail toujours tout ce qu'il y a de plus
nouveaux.
Formes am6ricaine et francaise pour
Mesieurs ; 6legante et corpmoea.
Pour lea enfants le plus 1'aise.
Travail solide *zxoutf avo
des peaux do premiirernmarque.
Auurance de grand rabala.
PAtee, Oiragesm t Liquide


Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirig"e par

L. HODELIN
An'ie*. memb o do la Sociod PUhik
throAqw dM mtares taillers de P or
Vient de recevoir un grand choix d'.
toffes diagonal, casimir alpaca, choevls
to, cheviote pour detail, etc, Recormmn
de particulirement A sa clientte M
elie collection de coupe do .ad f,
de lets de fastaiiei et do pl
toas beaut6.
8peciaUt6 de Costumes doe a
oes.- Coupee Francais Anglaim
Amiricaine do la demiere podstf-
La mason confectionne atus de OO
tumes militaires, habits brodW
dolmans. tuniques, habits GO
rs. *to *to, de tom gradeC
--


A. de


Matt6is & Co


Maison fondue en 1888.

nDermnirs lrticls regiu

Parfumerie Houbigant; Ro-
yal Houbigant; Fougere Royal; pa
fum Ideal; Savon, Poudre ; etc. &
Coffrets de parfumerie tres 6l1 pgM.
Parfum renomm6 Astris ; Lotion, 0*
copherouas.
Lampes, Fouets et Cha2pIUaW
pour buggy et buss.
Argenterie de luxe, B
Moustlquaires, Broses, Pipes,
cigarette, ravates, Ma
touted. qult6s.
La Maison a toujours un
sortiment de BIjfoevsere .d
de Dimaem, A Ia disposition do
en ge6nral et A la portbe de
les bourse. .
Ateliers d'lorlogerid 01
Bijouterie: Gramurew, Co
sur command.
Achat ds l or st # iod 9l
diamst es perru prvivwf *l
avantgoetu.
ACmAT D'OCAILL J D CAD
Prix zoeptionnO


Lei keleow"rd o Mdi d a eI e
do 7d8he'e duo@r