<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00461
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: October 24, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00461

Full Text

peuxi6me Ann6e, No 472.


PORT-AU-PRINCE ( HAITI )


'


4


Samedi, 24 Octobre 1908;


- -


j


QUOTIDIEN
I II I II "- = I


Abonnements:


pORTiAU-PRINGE
DgPARTEMENTS
ftRUNGER......


UN Mos. .
Taots Moas.
UN Mots.
TioIs Mois
TRoIs Mois.


.G.

.4
*


200
5.00
2.20
6.00
8.00


C16mnei3t Ie~agloiro

RnDAGrTION-ADZINISTA1 I UN
45, oWU o .X, 45.


I I


LE NUMERO 15 cLI4imEs

Les abonnements parent do t oet do 5$ do cheque
mois et snt payablks d'arancs
Lts mauuscrits lv*06a ou non Do serontpm nr"U


Pour tout os qui concerime 1,_A-dnm.Jni tratior% du Jourmit. wsadrosaer A icnnsi'oar ArthurIaLDORE, 45, RUE RoUR 03 3oS-oi7.


hmlqiea retlexionssu


Mon excellent confr're et ami D in-
Ii Bellegarde vient de teriuiuer I;.
publication dans le Nouvelle e d la
Wiie d'articles destiny a donner la
rdpliqueau D' Nemours Auguste. Elar-
pmnt, chemin fxisant, son plan pri-
iiK- aG grand profit, d'aillours, des
mrs-.- c'6crivain a saisi I'occa-
[ do r4sumer, en quelque sorte,
tou imons sur la a Qstion sdu
.*
MUs avons, 'an dernier, concla
*re te, Bellegarde et moi, en ver-
t duquel nous d6pouillions, l'un
?-vis de 1'autre, toute attitude de
etradicteur. J'ai eu l'initiative de
96 proposition 6mise, au rest, pu-
*hqMnemt, et deux considerations
e l'avaisnt inspire.
LA premiAre, c'btait pour priver la
Serri a du spectacle d'une dispute
pi dal aussi pen du gout de B Ile-
qe da mien. Car ce qui noun
rite tous deux, c'est l'unique
opation de la verit6. Si mon
ne prend la plume que par-
go'il cherche 9, cette verit6, je
Sfas moi-m6me oeuvre de publicis-
qUe parce que, de tr6e boone toi,
oisr ravoir trouv64 dans les lu
d'uan science nouvelle qui,
quo recemment co.istituae, n'of-
4 1Molas aux socidets la verita-
rartle de leur salt on de leur
et.
lportait done plus pr6cis6ment
Schacun a I'aide de nos res-
eanvre de collaboration dans
manifestation de cette
qu de fire oenvre de contra-
&4 exposant, come des avo-
6 la barre, la earie de nos
Sdoute, contradiction n'est pas
de bonne toi ; mais, dans
Po,-- n'en d6plaise & ceux qui
sa formation acceptable,- 11
Sles questions capitals, d s
doot II no faut pas toujours
1* Soin an common des lec-
ie 1e0 pen n sont capable.
Ota0e consideration a la-
rtts ob6i on lnvitant mon


Svegarder sa supr6matie intellectuelle, depnis d'un laaitien nyant, dans Pa-
So onsoiver a son enseigoemnent touto ris mmiue, visit le s tcoles profes-
S1 ( I-loa foice que si e'le y maintient le res- sionne:les avec la pensee d'en fai-
aope t d. s humanitts classiques. re l'essai dans notre pays. Et beau-
SLa France se trompe-t-ello ? ajoute- coup d'llaitiens avant voyage en Fran-
t-il. Quelque--uns I'affirmnt; .. mais ce, qui nous reprochent de ne pas
digne confrbre a bloigner de nos 6crits d'autres, en plus qran'i nombrs,-- parler de ces 6coles ni du Paris tra-
".s oppirenac de la contradiction, Ini doinent reason. Et p.us loin : vaillour, so sont pourtant abstenus,
c'ltait de jeter entire nous on point a 0.a pout rep:o~her plincipalemen s;anss vouloir l'avouer, de visiter et
qui, an moment amend par nos dis- au lyc6e francais de~tre p'us i'6cole'lcs unes et I'autre.
cussions courtoises elles-mewes, ptt de I'intelligence quo du caractlre..... Cependant, que I'on se decide aVen-
nous servir de point de ralliement; I'dducation morale n'y cat pas aussi voyer, come le desire Bellegarde,
car je me disais toujours que la ren- forte, aussi bien comprise que dans de jounes IIaitiens dans des villes de
centre 6tait inevitable entire gens de- les 6coles aznglaises. province franchises oa o les6tudessont
nous de passion, traitant one question Pourtant Bellegarde, d'accord, me aussi sdrieusei et la vie moins tre-
des plus gaves avec entho:siasme, semble t-il, ave s nous, stir la oe4essi- pidante qu'A Paris a ; et que ces Hai-
sans doute, main ansui avec d6sintd- te d'orienter Ia jeunesse bhatienno tiens, revenues dans le pays, s'em-
ressemeot. vers des carriers plus active que ploient rdiolument, qui a la culture,
Or, en d6pit de certaines divergen- celles auxquelles conduit la culture qui dans l'industrie, sins s'arreter
ces don't nou, finirons certainement exclusive de l'esprit, nous rappelled aux prejoUg4s so iaux qui les envelop-
par avoir raison, nous avons flai, Bq!- l'existence en France die tant d'eco!es pent, je ne demanderai pas mieux
legarde et moi par conxtituer entire de padparafton A la vie agrico'e, in- quo do consider, ce point de vue,
nous dey points de contact assez sen- dustrieile et commercial. notre ca'npagne solutionnee.
sibles poor m6riter d'etre signals. t Je m'6tonne vrairnent, dit-il, Maii ou sont-ils, les Haitiens bien
Je prie le lecteur, dit mon excel- qu'au coura de celte teIb longue d6cidds I comprendre la France sans
lent confrere, de ne pas croire que campagneon n'ait ~anais faith la moin- Paris ?
j'aie pour le grec et le latin une ten- dre allusion aux ecoles techniques En attendant qie nous les cher-
dance excessive. Au Congrbs pedago- franchises, aux ia tab'is ements na- chions, je voudrais umettre uoe der.
gique de 1903 et & la Commission do tioraux *t libres, qui, aux quatre ni're consideration. On est unanime
revision scolaire de 1907, j'en deman coins do la France, dis rib lent L'ins- ijujo'Jrd'hl i A condamner les m6tho-
dai snrgiqwsemmt la suppression, par- traction pr'ofasionnelle aux j iunes des classiques d'enseigner les langues
co que ] pense qu'bn peut parfaite- Franuis, les prdparant A la pratique vivatiles, parmi lesquelles I'anglais,
ment acqu6rir une culture g4n0rale, des metiers manuels ou aux carribres qui est acluel!ement la langue la plus
sans la connaissanc de ces deux lan- actives de .'in-ustrie et du conmer- patleo di monde. Est-ce qu'un stage
gues. En tout can, Hal i, n'ayants pas ce. a dans une Acole professionnelle d'E-
de suprdsatie ejttellectlle, d sauv'gar- C'est que 4i la maj rita des Iai dimbourg ou dans quelque atelier ou
der, u'a pas les m6mes motifs que la tiens prenaicnt la rou'e de ces usine de Liverpool ou de Manchester,
France de lee conserver dans son en- 6coles pratiques, nous n'aurions peut- ne rdaliserait pas, mieux que touted au-
seignement. 6tre pas grand'chose A dire, au course tre combinaison, la double fin do don-
Jo n crois pas avoir beaucoup dif- do notre campague, sur la reforme rner aux jeunes gens one carribre ac-
fdr6 de lang e av c lui quand j'ai de 1'dducation rationale. tive capable d'assurer lear indepen-
ecrit dens le Temprament Haitiet que Mais,-.ct ce'st co que Bellegarde dance et leur fortune, en mame temps
nous faisonstrop de place A la culture ne se demra.nde p~s assez, pourquoi que la connaissance d'unelangue lor
infellectuelle. I es famni'les haitiennns semblent-elles permettant de se tirer d'Sffaire, dins
Qmand nous essayons de d6tor ner, ignore 'existence de ces ecoles ? Ce I'industrie ou ie commerce, sur lea
la jenesse baltienne do courant qui n est pas faute d'avoir vi-itt la Fran- dlenx tiers de la surface do globe 9
la porte vers I'education franchise, ce cepmndant. Est c, tr p hasardeux Enfln, il y a astre chose : s'U et
cette education Atant trop raffin6e an de dire quo c est probab'ement par- vrai que, en France, I'epseigement
regard de no% n6cessites so:iales et ce que, dana la balance des conditions foime moins le car ctAre qu'en An-
ne servant, des lors, qu'A multiplier offertes par la France aux jeunes 4tran- glbterre, cela ne tient-il pas a I'6rga-
le nombre de nos d6classed; et qu'on grs, Ils solli,:itatiotns v5s a Louis-le- nisation social elle m6me ? N'est-il
nous object que nous pouvons con Grandd oa0 la Fiulth do droit a, quand plus vrai que telle organisation so-
tinuer notre pelerinage a en Franco, ce n 'st pas vers Iu'lier ., L'empor- ciale cr4e tel enshignement, come
les esprits y Atant actuellement dispo- tent irrasistib!ement sur cells qui elle cr6e tells pouvoirs publics, tels
sds a une reform de a'enseignement, reportent lespr;t et la vo'onot sur les atablissements d'assistance, etc. ? Et
ne nous rencontrons-nous pas un pen chos-s plus pratiques, quoique molas si Bellegarde, avoc une bonne fo A Ia-
avec Bellegarde qui onus dt qu' t its entralnantes ? quelleje nesaurais rendretrop d'rom-
les FraaCais ) sent trs nombreuxl Jo ne sais pas s'il y a eu d'exem- mage, nous felicite de proposer I
& penser que la France ne pourra sau- pe, avant M. Etienne Mathon, ni a grand people anglai s A Tadmire.


i I- U. ~~a -- Ir ~r~ u~. --.~~ yl LY~*~il~ij~L~)lk:


~JLUP~LIIPl~c~ 17111 111 1


I ---- ~A~Cy ~I __ J -- __


ml


i-~i"B~~OPI


1_


I


11







tion des Haltien*, n'eat-il pas tout in-I teinture 5 5 ; fruits 43.2 ; pimento 9 6 ;
diqu6 de lui rappeler q se c'est moins divers 16 6.
Sto1 climate qui procure A ce people La valeur des frai:s exports a e n : en
sle Isisantes assis-s, quo 1'6ducation 1883 : L. 154 246 ; en r888 L. 337 652;
qu'il assure A sajeunesse et les iddes en 1895 6 : L. 531 812 et tn 19 0-i :
Id'in'dpendance, d'6nergie et de sens L. 785.746.
positif qui se trouvent a la base de Ltsterres en culture d n 'ile ont 6t
cette 6duca'ion ?... c'assecs come suit :
__ En 189r-2 : Cinnes : 32,486 acres (i)
ayant product : sucre 37,821 quintaux
M6moire sur la Ques- valiant L.241,684 et rhum 1,698,272 gal-
4 ion d'E portaton ilons valint L.t91,o55 (2) ; Cfs ar,O450
tion d'Exportation acres ayant produit : 97,304 quintaux va-
des Fruits d'Halti la.t'L. 340.565; Figues-bananes 14,860
a:res ayant produit 4.179,555 regimes va-
Par C. M. DUPUY lant L. 339,589 ; Tabac 275 acres ; Cocos
-- 8,98t acres ayant produit 6.978 988 noix
SIl valant L. 24,426; Provisions limentaires
(vivres mals,457, etc.): 88 432 acres';Her-
QuantA la question de securih6, s'il est b de guinea (123,o8o' et PAturages ordi-
vrai qu'ao point de vue politique, on naires 497.571 acres; Cacao: 1014 acres
jouit a la Jamaique d une quitude absolute ayant product 8495 quintaux valant L. t21
que rien ne visnt trouble, il ne semble 8;Gingembre: 142 acres; Divers: 1.50.
aqu'ici nous ay oas plus qu cux A souf- Total en culture 666.741 acres.
rdesi dEprdntions des r6deurs de cam- En 899-900oo, la culture s. p.artaeait
pagne. En effect, ii n'y a pas un numro come suit: total 694,578 acres. Cannes
u Journal de la Soci6t6 d'Agriculture, 26 2 a acres produisant : sucre 390 214
depuissa foundation, ou plut6t de sa rior- qitauxvalatL. 95.7 ; rhm ,569.
gansation en 1894, qui ne contienne des 187 galloisvalantL 130.765; Caf6s: 25.902
dolkances et d ameres rlahtes snr cette acres produisant 110.289 quintaux valant
question et, pdrioiqacume,t. j, voii cctte L. 162 219 ; Herbes de guinee, paturages,
question du pr..Jial larceny revenir a 1 or- 517.85 acres ; Figues-bManes : 25.184
dre du jour de la socidtc avcc une insis- acres produisant 8.046.404 regimes va-
tance et en des terms qui d6no:ent quc, Iant L. 603.480 ; Cocos : 12.174 acres
contrairement A ce que nous pensions ic proJuifant 18.ox1.568 noix valant L.
g6niralement, on souffre A la Jam ique 4 ;Tabac : 200 acres ;Gingembr :
autant qu'ici de ces sorts de ddpredations, 45 acres Provisions alimentaires (vivres,
a moins que,tout htant relatif- on ne s s, etc.) 86.66 acres; Ccao : I 721
S e souffrtc beaucoup de6 cela ar-bas ; C o I 7
magisouffr beaucoup de cla -basacres produisant 20 04 quintaux vaIant
qu'A cause de la grande s6curit6 A laquelle L. 6o. 23 ; Divers : 279 acres (3)
on es habituC par ailleurs. Cela 6tant pose pour ce qui concern la
D'un autre c6:i, nous savons qu'en Co- Jamique, qu'y a-t-il lieu de fire ici
lombie, dans l'isthme de Panama,au Costa- pour cr commerce dexpotaion sur
dDpour cr6er cc commerce d'exporta'ion sur
Rica, dans la rCDub!ique Dominicaine, qui des bases rationnelles ?
ne sont gure mieux que nous au point A mon avis, il faudrait commencer par
de vue de a stability politique, on fit un envoyer ila Jamaique, A Porto-Rico et
commerce assez important de fruits pour aux tats-Unis des personnel comp6tentes
Iexportation. Est-ce que, malgr6 tout, on et consciencieuses, en mission spciale,
joit dans ces endroits de plus de sCcurit proscder su es eu une enqnC-
politiqupoorasnnelle qaecce nos ?'Cest cc pour procidcr sur les licux A une enqn6-
poutiq estuer.nlla queschz nousC'st cqe te complete, 6tudier sur place les proc6d6s
a iesaitudier.ai quctre nest doescu qu re mis en oeuvre, preparer, pour etre soumis
I pelrais... polc e an Gouvernement et publiCs, es m6moi-
lative dans ceite entreprise et il n a que res complete sur tous les points de la ques-
curt piti envisager en Haiti tion : culture, irrigation, mceurs et usages
qui doive nous inqui6ter, car elle est rel- des populations, legislation, proc6d6s pra-
lc I Et, nous avons ici un advantage impor- tiques, preparation, manipulation des pro-
tant, c'est notre immunity relative contre duits, moyes de transport terrestres et ma-
les coups de vent, les terrible cyclones ritimes, encouragements accords, etc., etc.
qui ddvastent en un rien de temps d'im- Pendant que cette s'accompli-
menses plantations et les ruinent pour rait A I':ranger, en donnant aux services
logtenmps. l du D!pxrtement de 1'Agriculture une or-
'out en revenir A la amralque, nous aon-
cluerons que rien ne fut nlglig, ni par ganisation.rationnelle susceptible d'assurer
publics, arpar une direction efficace, il frudrait fire en
les poavors publics, pares partcu Haiti, par des personnel compdtentes, une en-
lie, omme propaganda, instrcions, e r es terrains roprs aux dffren-
consels, assistance, encouragements de q e sur es trr proprns au de fruis-
toutes sortes, d4marches des efforts fu- es cultures, sur s poulementatons de leurs pro-
rent faits dins tous les sens ; et le success de existantes, oulement de leurs pro-
dduits, et Ies moycns da les am liorer ou
obtenu, on ne scndort pas sur ses :auriers de les dcvlopper. Tou! cea dcvra se fai-
Laper suivant d commerce dde les dvelopper. Touch ce'a devra se fai-
taioer suivant des terres en culture d'ep 1orI re rapidement autour des centres ddji cta-
ation et es tets en culture de ile ela blis, dans les environs principalement des
jamarque permit de se rendre compete des ports overs commerce ranger, o
rttultats obtenus : ports ouverts au commerce 6trager, o
results obtyant droi d'6chelle. II faudrait organiser
L'exportation to.ale des proluits de imm6diatement, mais sur des bases sdrieu-
I'tl ( non comprise les products rangers ses, i ou a stations agronomiques on jar-
re-eipoat) seat elev6e come suit : en dins d'essai avec un personnel d'agrono-
I) L. L.. 13 869 ; en 888 tL,.66t. meset dechef de ultureespiriments poor
tot ; ea t895 6 L. 1.775.o6; n 1900oo- former des p6pinikres et aller de region en
L0 t L. 1 7.44 449- region enseigner la culture et tout ce qui
Li praporton dans laquelle chaque den- s'y rattache ; accorder des primes pourles
rte est entree dans 1'exportation de I'lle
aiel la suivanie en 1887-88, I'unit6 etant i. L'acre de terre 6puivaut h 40.48 areas en
de too: 1i3 de carreau environ ,3(Soe de carreau.
.Socr: 173, r2hu a 3., caf 19., o 1.2 La production ci-dessus accusee pour
Scre 7.3, rhu n la.2, carf6 9.3, bous la cane ne comnprend pas lacohsommation
de teanture a.2;fruits 21.6 ; pi.uento 2.7; locale de sucre.
divers 5.7. 3j On n'a pas donn6 la >tatistique special
En 19 oo190or,1 cette proportion 6tait la p6ur lea fruits autres que lea figues-bananes
S' des cocos.Nous ne savons done pas la
suivante : quantity de terr en culture d'ananas, oran-
Sucre 9 ; rhum 8.2 ; cafr 7.9; bois de ses *to.


products propres a l'exportation. rdcoltes
en une certain quantity. Le Gouverne-
ment pourrait m ne acheter de temps aan-
tre des lo s de ces products pour en fire
1'expCdi.ion A titre d'essai; organiser de
pe:ites expositions idgionales pdriodiques,
sans I and bruit. ni dfpenses exahries ; en-
coarag.r la formation d'une Socit6 ag,-ico-
le central, avcc ramifications en provin-
ce, mais des filiales quasi-iod6pendantes ;
doter cette society d'une some suffisante
pour son tonctionnement res.reint a I sc-
cr4taire-gneral bien salari6, 2 professeurs-
inspecteurs ambulants bien pays, 2 em-
ployes de bureau, frais de publicity, d'un
Bulletin et de fasctcules sp6ciaux pour la
propagande agrico!e, avec une some spe-
ciale pour les acquisiions de plants, se-
mences et animaux de choix.

--cc~t e--- Cr -


RENSE1t3NEMENrTS
M TEOROLOGIQUES


DIT
SMINAIRE COLLEGE S;-MAR[IAL
VENDREDI 22 OCTOBRE


Barometre a midi
S- minimum
Temperature,
'maximum


'60, 1,",
32 7
22. 6


Moyenne diurne de la temperature 24. 9
Le ciel a tdc surtout covert depuis mi-
di. Bonne p!uie A deux reprises depuis sh.
marquant 16.2 millim&tres, c.lairs et ton-
nerre. Le baromrtre est en baisse.
J.SCHERER
Tribunal Civil
.Audience civil extraordinaire du Ven-
dredi 23 Octobre 19o8.
Pr&6idence du Juge A. Champagne.
Mini-tore Public, A Thibault.
Affaires entendues :
B. A. Samson et Jacques Lubonis.
Juger.ent prononct :
Celui qui homologiie !a ddlib.r-t'on du
conseil de tamille des mineurs Emmanuel,
Iris, Anna et consorts.
Nouvelle composition :
Pr6sidence d- jiuge Day.
Ministere Public, A. Thibault,
Jugement prononc6 :
Celui qui comment le notaire Vilmenay
en lieu du notaire Nllery pour prockder
A la vente de l'immeuble des mineurs J.
A. Coicou.
'anuel d'Enseignement
Le Ddpartement de I'Instruction publi-
que vient d'autoriser daas les E:oles de la
Rpublique I'admission d'un ouvrage d'en
seignement primaire d- M. Ernest Schmitn
La commission charge d'exa miner ce.
ouvrage compose de M M. T. Martin,
Dr Michaud et Edm. Dupoux ayant ren-
du an rapport favorable.
D6o6a


HanumNN H. RosENrHAL.-
matin, i IAge de 27 ans. Les
auront lieu cet aprts-midi.
Condoldaeces i la famille.


Ddc46d cc
fa adnrilles


Jacmel
It y a eu dimanche dernier, un com-
mencement d'incendie, A la rue du Com-
merce, chez les demoiselles Toureau. Gra-
ce A la vigilance des voisins, le feu a 6tC
vite 6teint.
S Mercredi 21 Octobre, sur l'initiative
du Commandant de Ia Place, le G6ndral Al
ph6nix Lominy, une msse de 'fPpiem a
6t6 chant o poor l repos de I'Ame de la


tres distingu&e M* NORD AtzI.m
tance nombreuse.
La musique de la brigade, ssonus
tion du maestro Joseph Piere*.
a execut de b:-aux morceaux
Issue e la cremonie religficu
cut reception chez le Commnindi'
PlIce.
Revue du Marclh
Le taux de 690o 0/ ue nous
gnalions corn me taux d ouverture
media dernier n'avait pas pa se
on itait descend dans 'apr6s-
o/0. Depuis, on est remonti et
il y avatt quelques acheteurs 72f
est redcscendu hier A 710 70S
d'ouveture ce martin. .
Les Traites sr France oat d
a /. /.
Les Cqmues sur TParis I 3 3/4 *0,
Les Chques sur New-York *, x
Le Cacao se maintient dansles'Fa r
tandisque le Cafe a reculk de 2 Fns. ,
Frs 40 pour les dernieres ventes.
Pori-au Prince, 24 Octobre 1po908;
Buss neuf
Att,: de bons chevaux, a loa er
baptemes, courses enville, prome-
la champagne, etc.
S'adresser A M'*.F. S:ines, N 156,
du Magasin de l'Etat.
Chronique des Tribunuat -
TRIBUNAL DE PAIX
SECTION NORD
C'est une table de toilet qui no'al
aussi voluminecse ni aussi historiqu q
cclle de la grarJe Comtesse de Dyo
a occupy hier les loisirs du Tribiunal
tout just, nous sommes sorts d'.
ere indisposition qui nous avait
u-ant trois ours, avec nos lectem
aller entendre le jeune Edmooad
diccourir sur le cas, non:patholo
embarrassant ct ddlicat d'Art aI
Cours et jeune, road de ce;
mond Millet porte un masque fort
thique qu'harmonisent an nez bhs
des yeux noirs fendus en amnade,'
joues legerements creases, one
petite que recouvre une moustache
sante, par centre une barber, trs
tci lee en pointe qui contribae A
la forme allong&e de sa face jaune.
S'il n'est pas d'uae extreme
A la bi re il y est cependant ane
certain pritention oratoire qa
Sent des gestes, encore A l'6tjd
bton qu'dl tient toujours 1 la main
occupe, ce nous sembl', on r6le m
portant dans ses movements Q
mat une tare I la tare ancestrak-t
bitude du coco mac qne.
II vient, au nom de Julien Dam
dire au tribunal: ,Qu'apr s one
verbale consentie entire Mr Arthur
et son client, celui-li s'dtait e ngo
mettre, ala date duo 9 septembie,
ble de toilette que lui avait
Monsieur Dambreville de qua i
un A valoir de P. 49, sur le pi
meub!e. Qu'il a t& e n omI
qce si, 1 la date asusperie, I
lette n'tait pea lie. *s m
capteraig plus e Mr AinhIW
tenu de loi rmboonsr o"
Eh bien, la convention s
pectie.
-Brown a employd.'argent d
dit Millet, A ses aflaires
ricn fait capable de proulver, f
I'intention de nous servir A di
Vous le condamnerez, lMagistrca
rembourser les P. 49 et alx hMa
de is procddare. r
Le dEfenseur d'Arnhbr
Monsieur & monocle, qai a **
ger qu'halten, Comm ra-,






lineage un pea- incomprVhensible,
Ie une defense totueaUse et fioit par
under un delai poor livrer la table de
e one r6plique de Millet, refusint
uble, le tribunal accord cependint
"1sai de huit jours i Brown pour don-
L nmeuble, ou un mois pour restituer
M gilet refuse le de ai de huit jours
kaccepte celui dun mois pour la rest
bd de la valour.

!oanvement maritime
Von. ms :
MiragoAne; '94sVD s Petit-
;St-Marc, Grand-Go&a ; 8-Andrd,
iSins ; Lauwa, Petit-Gove ; Sou-
St-Marc.
Sas diffrentes embarcations laisseront cc
i pour leur port respectif.
------

Clapceauxi Panam

( Voir le numiro d'hier )
L'rbasce resemble un pa'mier nain ;
lih forme d'un eventail,et quand on veot
kcultivcr il faot semer la graine tn sillons
doat la saison pluviense, dans des terres
Lus et hamides. Immediatement avant
hrfcolte, quand l'arbuste a atteint one
hatoar d'environ $ pieds, on le coupe,
pis on le fait bouillir dans de I'eau, et
qib 1avoir fait sechtr au soleil ii n'y a
n qu'A le trier pour sen servir. Quand il
|iz d'arbustes de premier ordre croissant
les profonders sombres et humides
flr1si tropicales, U a se petite dftfi-
dais la oMit~re e l cooper et dans
employed poor trailer la fiOe.
e t s da troUc de I'uarbste laI
n rame d'edeaail; as momn
s'oovrent oa leo elbw e lkurs f
attriers, poIs on les plong pen-
qmdqos iustats dans on teipient
d'u brouillante ; on les rere un
t poor les longer de nouveau pen-
tquelques sccondes dans Ie mame reci-
; aussit6t retires on les secooe forte-
et sprs on les met sur one corJe pour
hber A I'ombre ; le jour suivant on les
alix rayon, brulants do soleil tro-
pour lei blanchir. On out obtenir
pille d'une blancheur plus clatante
.fant boillir d aboard a fibre dans de
0cotemaot noe certain proportion de
de citron.
I'Eqoateur, sur le veroaat du Paci-
0, fait les chapeaux de Panama dans
povinces de Manabi et de Goayas.
t prie i de ces dex pro ices on
les cC btes a jipijapa de Monte-
etn de Santa-Ana; daa la deaxieme
ci adc Sa-Elena et de &Mangla-
i Daa is Andes equato. ieones on ne
leschS e ox quhoe dans les provinces
de rur, de Pirchincha et de
a premiere de ces provinces, il
d 3,ooo personoes occupies A cc
1* chapeaux de Panama avec la
i pre de Sigig se fabriquent
P province avec une fibre si solid
i en ont:faits peuvent supporter
S rtes pressions, et l'on dit qu'jls
*8efoules sous les picds des chc-
.re coupes ou m6me endom-
ia rEgion 6qua oricnne arrosee par
on fabnque Is chapeaux de
tee une paille venant de Napo
I, .t est dans I Equaeur, Province
I que se trove la priocipale re-
Ilora recolte la pailoe toquilla, et
tite dernire que l'on y fabrique


le plus grand nombr de chap.. Oa ex-
pone assi de gandes quqntit de c tte
paille A Piura, Mrou, pour e fire ler fa
me oo cchapaux ppruvIes appelh& calacoa
C'est la ville d'Antioquia qui mt Ir g and
centre manufactorieres chapeau de Pana-
ms de Colombie.
C soot los iEat -Unis qui ach6tent le
plus de chapeaox de 'Panama en r906 is
ont import des jipijapa de l'Equateur
poor one va!eur de P. 6oo,9o. Vienncni
cnsoite, par ordre d'importance, 'Allema-
gne, 1'4 nglterre et la France.
sLt pdlle exporte de I'Equateur au Prou
s epdie par balls d'environ 85 lives cha-
cone. valant de o Ai 8o cents Ia livre, sui-
vat la quality. L'Alemaone import auui
une petite quaniit de t paille en question.
Poor fire n chapeau de Panama, ii faut
6tre habile tresseur, travailler pendant cinq
ou six mos sans sortir la paille de l'eau,
et cela oa crepuscule ct A laurore, seuls
instants de la lourn6e oi l'on peut travail-
Itr aux plus beaux types de chipeaux.


lNourelles Etraiingeres

Dernibres D6pbohes
PARIS Hier la Chambre d-s Deputes
Jdans la saunce do martin continue la dis-
cussion de I'imp6t sur le revena.
Dans l'apr6s-midi, elle vota les budgets
de la LUgion d'Honneur et de 1'Imprime-
rie Nationa'e et elle comment la :discus-
sion de celui des Finances.
Aojourd'hui, dans la seance do martin,
tlle continue la discussion de l'Imp6t sur
Ie reveno.
Elle commence cet aprfs-midi la dis-
.cssion de l'ioterp.llation sur la politique
do government.
M. Picard prit cfficiellement possession
ce martin des difrents services de, la Ma-
rine.
Un dgagement d'acide carboniqoe s'est
produit dans les mines de Rochelfe (Gire)
Hoit ouvriers ont etC tues.
M. Marujouls. depute d- iVille-frauche
sur Rodrigue, ancien ministry est decede.
WASHINGTON 23 Le secretaire d'Etat
rtfusa aujourd'hui d'extrader le Nihiliste
Janianoff reclam par le gouvernement russe.
TaRESTE 23.- Le nouveau cuirasse ao-
trichien Erzherzog Franz Ferdinand a a
etC i la c6te hier soir A Oiolraneufolles au
sud-onest de Trieste.
ToKIo 23.- L'escadre amiricaine se
prepare A quitter Yokohama. Les tfunrail-
les do marEchal Nodzu ont eu lieu au-
jourd'hui.
SOFIA 23.-- L government a ins-
truit son envoy spEcial a Constantinople
M. Dcmi.roffde revenir A Sofia pour y
recevoir de t.ouvelles instructions. .
CowTAWiNOLE 2. L'envoy6 special
de Ia Bulgarie a E6t rappele A Sofia en
depit de quelques divergences de vue. On
s'attend A ce que des location olficiel-
les soient bient6t commencCes. La Porte
continue a soutenir que la question de
1'annexion de la B.snie et de 1 Herz ego
vine concern lEurope et que sa discussion
ne pent etre exclude do programme qui
sea ,oumis au congress international.
Pri6re d'aviser I'administra-
tion de ]a moindre irr"gulari-
t6 dans le service di MATIN I
afin qu'il y foit de suite rem6-
di6
H 6tel Bellevue.
SLe miaux situ, le plus con-
fortable.- Champ-de-Mars -
Cuisine renommoe.- Vue sur Ia mer-


Mr C. L. Verret ie des Pompiers libres


Tailleur-Ma -ohand
Donne avis & aa bi-nvei!l ntoe c'len-
e,1I qqe sa mtison N) 7,1 toe Trav--r-
siore eat tonjotrs hioo porviae d une
vari6t6 d'atotros de i1 ha te non-
veautd parisienne.
QuAULI; SUP.RIBUltB COUPE 6LpAGAmTs
TrRAVAI. .SIGNt. ExeC'rJTIN PRONPTu-
I'rix lras rJuatL I

V6TI E 0D .11_ D9I I.,URS

En vertu : t* d'an jugement do tribu-
nal civil de Port-au-Prince to date de
vingt-ix Aout dernier, enrcistrd, lequel
homologae one dlib&ration ad conseil de
famille des miners Lorvana, Aida, Em-
manuel, Jul-s et Louise Coicou,tenve sons
la pr6sidtnce dm joge de paix de la section
Sud de la Cap.tale, le v.ngt deux do dii
mois d'Aodt, enregistrde, et 2 d'un autre
jugement do m6me tribunal en date du
ving-trois octobre courant, lequel rempla-
ce Me Laraque Charles Millery,notaire.qui
avait etC d'abord commis,parMe Louis Hip-
polyte Kieber Vilmenay, notaire en cette
ville ;
II sera procede le jeudi cinq novembre
prochain, A dix heurcs do martin, en 1'etu-
de et par le minister du dit Me Louis Hip-
polyte Kieber Vilmenay, not ire commis A
cet effect, 94, rue do Centre, a la vente aux
enchares publiques d'uoe proprieLt, fonds
et bi issues, appartenant aux dits mineurs et
sise A Port-au-Prince, rue du Port oa Pa-
vye, No 28, de la contenance de vingt
pieds de aade sr cent dix neuf pieds
dix pouces eprofondeur ct borne, sa-
voir : sa Nord par I dite rue, au Sod
par Horace Chdavoine i Et par Simon
Vicu et ai IOaest par le Docteur Hono-
rims Mahotitre.
A la requIte do general Jules Alexis Coi-
coo, Commandant de i'Arrondisserent de
Port-au-Princw, propridtaire, dcmeurant et
domicilie en cette ville, agissant en sa
quality d'administrateur legal des biens de
ses dits enfants miners.
Les cncheres seroo: recats sur la iomtme
dc deux mille dollars or ameriiains, esti-
marion faite par I'expert commis,
ci. or ooo
Pour d'autrcs et plus a np!cs renseigne-
ments s'adresser au dit M: Louis Hippoly-
te KlEbtr Vilmenay, notaire commis, d6-
positaire du cahier des charg s.
Port au-Pr;nce, le 24 octobre 9o07
(Signd:) J. A. Coicou
I --- i I

SUCRE TURBINE
Si vo .s voutez un pur
prolt'it de la canne
Sans acus ingrddieat chinmique
R& lame a le
Sucre de MON-REPOS
don't la suo rioritd a EtL reconnoe
par une M4daille d'Or obtenue a
Jemertown( 1907 ).
L'Exposition Communalo de 1907
lui a accord la plus haute recom-
pense.
D6p6t G6n6ral :
23, RU nOUX, 23
( Ancienne RusBonxw-Fo. )
Tafti 20 o/o Alooo


Cours


d'instruction


-
Norns des pompiers qui doivent se
presenter & la station central pen-
dant la semaine du 26 au 1a ootobre
1908.
toos.
L6eo CJharlmers C.ssiUr Deals Laa-
dain sous officers, Joseph Paul, Salo-
mon Paul, Fridcric Cessent, Valmon
Destined, Antoine Josaphat, Louis Simeon
Salomon, Edgaid Daguerre, Alfred Lafond,
Legrand Jeudy, Leon Fontaine, Bonnacieux
Bienaim, Christia'n Baq, Fernand Coicou,
Nestor Mclhel. Alexius Alexis. Albert
Georges fils, pompiers.
Port au-Prince 24 Octobre 1908.
Le Commandant
Louis LTIlhART.
PHARM ACIE
Emmanuel Alexandre
Le public est avis6 que le Dr Jh.
Bergeaud, Pharmacien do I'Ecole Su-
pdrieure de Paris,prend la succession
d a affairs de la Pharmacie Emma-
nuel Alexandre, et qu'il se met A la
disposition de la clientele, pour l'ex6-
cution pontuelle, soignee et scrupu-
leuse des orJoonances de Messieurs
lea docteurs et Mddecins de la Capi-
tale.
Port-au-Prince, le 9 octobre 1908
Dr Ju. BaBGuAuD


P. C.


s.


Avis Important

La Direction avise le Public que
la communication entire Port-
au-Prince et 1'Etang
saumrtre (Manneville) est
eautibrement r6tablie;
A partir de cette date, 'horaire
r6glementaire est repris.
Port-au-Prince, 23 Octobre 1908.
LA DIRECTION.


LOUIS BONTOUX
Agent general de Munzer d fils
a Bordeaux .
Reprdsentant de Gaston B6nard
a Paris
A I'honnenr d informer ses clients
et amis que pendant son sdjour a
Port-au-Princp, i: a son bureau cbez
Me Eu gene Robelin. 136, Grand Rue
et 39 Rue.'Bonne-foi.
Port-au-P.ince, 20 Qctobre 1908.

Romulus

On tronvera aux Bureaux du Matm
le remarqurble Roman hirlorique de
FkRidAND HIBBERT: ROMULUS, au
prix de Trois Gourdes le volume.







A L'tLEGANCE

CORDONlNEP IE


A. de


Matteis & Co


Maison onndle en 1888.

Dlrniers articles rQ is


_____ -.u ; R-.
Rd r T' .Parfi. merits Houbigant; Ro-
42, Roe des Fronts-Forts. val Ioubigant ; Fovgore Royal ; Par-
CAUSURSfum .l'al; Savon, Poudre ; etc. etc.
CHIAURSSUS aN DsPeT,POUR LA VENTA (::offrets de parfumerie tres 61gants.
Promptitude et soin aix coniman- I'irfum renomm6 Astris; Lotion, Tri-
des tant ici qu'en province, copherous.
Chaussures de Dame form et tra- Lampes, Fouets et Ohamnis
vail touours tout co qu'll y a de plus pour buggy et buss.
mouweolM. Argenteri" de luxe, Bibelots,
brno amdricalne ot franoalse pour Moustiquaires, Brosses, Pipes, Fumes-
Messeurs ; 614g ntes et commodes. cigarettes, Cravates, Maroquinerie de
Pour les enfants le plus& 'alse. Mtoutes quality. our a
La Maison a toujours un grnd as-
Travail solid ex6cute avec sortiment de Bijouterie, dArgenter
des peaux de premni6re'm arque. de Diamant, A la disposition du public
Assurance de grand rabais. en general et a la portee do toutes
PAtes, Cirages et Liquides Atelers d'Horlogerie et de
S-- .. -- Bijouterie: Gravures, Confection
MATSONq sur command.
Achat de vieil or et vie arg ent,-
N Codiaant et pierres prciewiea des A prfx
S1a antageux.
Ila seule Maison qui pAut rfnondre ACHAT D'CAILLS DX CART
A tons ies caprices du hon artt Prix exoeptionnel


La Maison la plus assorti, oI l'on
trouvera des cha:assures de totes es-
peces et A tous prix.
La Maison qui emploie les meillen-
res fournitures.
La Maison qui vend A meilleur
march.
On trouve dans ses souliers:
Elegance, Solidit6 et Propret6-
Cette Maison est une des plus re.
commandables.
On trouve aussi Cirages pour tou-
tes les chausssures noirs et couleurs
A des prix encourageants.


Panamas !...
:I 3ganat3, ao(Ildt!;, arrives par le
Cb(z M" LEONIDE SOLAGES.
!U, RBA des F'ronts-Forts.
Le public est avis6 que j'autorise
Mr F. F. Stines a agir comme moo
agent & Port-au-Prince,
Le COMMODORE W. E. MEYER
de Bermudes


TANNERIE CONTINENTAL
DE
Port-aa-Prince
CAPAU(IT' 500 PEAxUX PAR'eJOUR
PREPARATION DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24) COULEURS.
Vente des chaussures : Cvreau-glace, Varni et cou-
leurs, pour for rnnes, Damies et Enfants.
( BOUTO' N, ELArTIQU T r 1,Ac )
En gros et in detail pour toute I:tRWpublique


Imp. C. MAGLOIRE

45, RU TE RoCx, 45
19t^ TELE-HONE.

Journauc, brochures, billets de
marriage, cartes de fiancailles,
Programmes, affiches, et tous
autres travaux de ville.
Billets d'enterrement et cartels
de visit d la minute.


H". BELLEVUE
RISAR URA NT BELL
Place du Champ-de-Mmar
PORT-AU-PRINCE (HAITI)

Mme lermance ALFRED, direetrice
APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DINERS-LUNCHS.
Installation models ot onfortabk. FuIsw to er. a Tpu
doucs ef r rgulire. Los Tramwys dedaseervw 'HMl-BaUeu Un al
PROPRITEf SPAcIK:US:, S'OUVRANT SUR DEUX RUm
PROMENADES JARDINS
Salos do rdcepton.-Piano.--iGre omonq.
Sonneries Electriqume


Table d'H6te


JULIEN FLORUS
Ancient dlave de la 26e Compagnie
d'ouvriers d'Artillerie ( Lorient )
Se tient A la disposition du public
pour tous travaux de FORGE, et d'A-
JcsTAGE, de REPARATION de coflre-
forts etc. etc. a do bonnes conditions.
Rue de la R6volution N 19
Vis c-vis de la Chambre des D/putts

Chapeaux !
Chapeaux 11
Chapeaux I 1
0A'LLI DIE PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ

JOSi SAN IILLAN
Le coiffeur artists, qui vient avec le
concours d'un chapelier remarquable,
M JAIms TESTAR, d'installer one
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salcn de Coifure du L.wvre
Pour tons les gos&a et pcur touted
-asoo laur0.

Cordonnerie Nouvelle

G. B. PETOIA
S43,'GRAND'RUE, 143
PORT-AU-PRINCE
CIAUSSURES aN TOUS OENRIU
MI D*P6T, POUR LA VTErM
m= RoRs Br D*TAJiL.
Zxaoution proimpte'de
oow vwardes, tant i c qu'e .4
Province.
Formes & homes ; 61egantes et ra
tionnelles.
Chaussures de dames ( Dernire mo-
de de Paris ) et le plus cor .ode :
chaussures pour enfants conlWction-
nees avec des PMeau de touted nuances
d'une selection et .dure irr6procha.
bls, & des prix avantageux.
Ciragea, pAtM et Uqulde.
Pew reassure de esute m e.


tow los fours, do m lg 421Uwe$$
& 7 48 hae. du ssir


Francisco DESUSE
Fabricant de chaussure
La Manufacture a toujours a dipM
un grand stock, poor la vwtes
gros et en detail, de chaI-sures
tons genres pour
HOMES, FxEMME, EXaFum
Los commandos des comaerl-a-
de l'interiour pour:ont tsr a4Qolu
dans une semaine a pea prs.
23, Rue des Fronts-Forts, 3
PORT-AU-PRINCE HAMI

Au dernier
FABRICATION DE CHAUSS9II
D. FERRARI
A l'honneur d'aunoncer A so
breux clients de la Capitalse t dl
province qu'ilvient dese transfMt
laRue des Fronts-Forts, avec son
stock de chaussures, 4 I Grea
au No 153 avec 'inscription i
Les clients seront toujours
dans les memes conditions; 0'
dire avec les 5 o/o d'escompto is
vented en gros; sans oublier 10
mes soins et la mame exactitude.
La Maison se charge tujoum
e prendre les mesures A
-Maison F. BRi
1, GRAND'UE 196
Dirigo par

L. HODEOJU
Ancimws me"bre d f iL S
thropiqu des maitres tflem
Viont de recevoir on ri i
toffes diagonal, caimir
to, cheviote pour deuil, oe,
de particuli6renmeot a s
belle collection de coupe do
de gilets de tfataisie ot do
togte beaut6
Sp6oialit6 de CostuBi
ces.- Coupes Frangale,
Amd.ricaine de la de.rfa
La maison confeetiomnn
turn milietairS, h1
dolrn635> tuniqa-e,
'rarn.o eta, do


-- I ----- CI


a