<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00454
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: October 16, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00454

Full Text

Deuxilme AnndegeNo 465.


PORT-AU-PRINCE ( HAITI)


Vendredi, 16 Octobre 1908.





J


QUOTIDIEN
I I II 11 I I I I.... ....


Abonnements:


PORT-AU-PRINCE

DUPARTEMENTS

MIRANGER .......


UN Mois. .
TROIS Mols.
UN Mois.
TROIS Mois
TROIS MOIs.


200
5.00
2.20
6.00
8.00


CAl emo ~Xt ~P~agloire,

R1LDACTION-ADMINISTRATION
451 RUE ROUX, 45.


LE NUMfiRO 15 CENTIMES

Les abonnements parent du ler et dn 5 de
mois et sont payables d'avancec


Lou manuscrits Ins6ri ou non ne seront pas rendui


II - r~+~rl~tiPU~~J
S---- -- I I :---


.... +,n+ C rui concern l'Administration du Journal, s'adresser A Monsieur


-OU -- wut. -


E PRESERVE QUE LE D ND SOI-MME

SE PRESERVER ET SE DE'ENDRE SOj-ME


III


C0apeut voir, par toat c) qui prd-
,d4e, que la veritable loi de Lynch
diffre .du tout au tout de la justice
isommaire en laqualle seule nous fai-
~son g6ndrale:nent consister le lyn-
chaga proprement dit.
La co-mposition des Comi'ds de vi-
gilance de I'Union offre les plus clai-
Ire garanties relativemont A la ros-
pectab:liti, A la morality et au de-
vouement de ceux qali en font parties.
Eteela va do soi, puisque la mission
de ces Cornid6s est precisdment de
sopplder l'insaffiaaice, A ces diffY-
rents points de vue, des jurisdictions
ktablies.
Figurez-vous, pour tenter un rap-
poehement, un Comit6 haitien qui
trait composed de I'ensemble des
fommissaires d'llets auxquels l'auto-
rit offiIielle elle-mem salt bien
Ioir recours, lorsque la cit6 port-au-
iOncienne se trouve traverser quel-
le conjoncture grave pour les fa-
Liles.
Les Comitds de vigilance so it princi-
ement composes des citoyens qui,
le travail qu'ils dirigent, ont Ie
s d'intreat a maintenir l'ordre et
Iffrent ainsi, meme au point de
le 1'rquit6, les meilleures garan-
qui se puissent desirer.
rd6sme, ils partagent incontas-
ement le pouvoir avec les juridic-
reconnues, oat d'ailleurs une
neO permanence, se contentent
oir i'oil sur les faits et gestes de
Juridictions quand elles sont dis-
es a fair leurs devoirs sans fai-
e; au besoin les y aident par une
~d police particulibre subsidiai-
etenfn se substitu nt A ces juri-
asen cas de defaillances de la
de ces dernijres.
e chose qui contribute beaucoup
Iau. donner le change sur cette
tuion et A nous inspire e l'hor-
lad,14 ,chage 3, c'est la diserdtion
c'lerit avec lesquelles proce-


(lent les agents des Comitds de vigi-
lance: des homes masquds enva-
hissent la orison, terrorisent ou met-
tent A Timpuissance les geOliers,
s'emparant des prisonniers en cause,
les trainent au plus proche arbre ou
aupremier poteau, et les pendent.
Ceci paralt barbare et trop som-
naire ; maii colte fausse vue pro-
vient deJco que l'on ignore g6ndrale-
ment que ce n'est 1A que executionn
de la justice des Comit6s de vigi-
lance. Ceux-ci, en effet, delibbrent
avec la plus grande conscience sur
les cas don't ils s'emparent; ils ju-
gent apres une instruction prealable
aussi minulieusement faite, si ce n'est
plus, que cell des magistrates offi-
cic's, et rendent leurs arrets avec aus-
si peu de chances d'erreur qu'un
corps de magistrats. II y a lieu d'ajou-
ter que, n'etant ni des politicians, ni
des homes de parti, ni des fonction-
naires nomm6s grice A la protection
de celui-ci ou de celui-lA, ni des hom-
mes d'aventures sans situation et ex-
poses, par consequent, A la corrup-
tion de la part des justiciables riches
ou des puissantes associations se-
cretes comme la M.-ffia don't nous
avons parld; 6tant, au contraire, des
chefs d'entreprise, des pores de fa-
milies installs dans I'Etat, des gens
qui ont exposes leurs capitaux dans
les entrepris-s locales et qui sont,
plusque personnel, int6ressds au main-
tien de l'ordre et au developpement
prosper de la localiht, ils snt ain-
si, par situation, plus a memne de
rendre une j-ustice r gliore, d nude
de passions, efficace.
*
VoilS done, mise on evidence aussi
bien que je lai pu, la veritable loi de
Lynch, avec ses origins, son esprit,
ses proc6ds et les fins qu'elle so pro-
pose. Les supp6ts du lynchage sont
done loin, quelque abuse que '1on ait


'introduit dans la pratique de la clho les intderts soient uniqlue icert ciii:-
se, d'etre les malftiteurs et les assas- Ai un berger. Its ont la saimir' i Thaiu1.'
sins que l'on nous dit avec trop de de se surveiller eux m,'fmio. i 11l (1:,'
complaisance ; ce no sont pas non pour certain objets, ils -nl'io t V:
plus des liommes refractaires A l'idde necessity de se donner deIs hter'i
de justice ni des insurges en barbare c'est-a-dire des chefs, ceux-cli'l ij,""
revolte centre les institutions de la ci- unique mission d'accomplir > vilisation. tains nombre d'aces bien (1'termii-
Les Comitid de vigilance incarnent, a I'avance. Pour le reste, tcha;u:ie pI.t
au contraire, au plus haut point, I'i- ticulierreste'charg6 tie ponurvi:i dire
dee dejustica et constituent les plus tement aux functions qu'il n'a 1,:t- ',-
strs et les plus actifs redres~ears des leguees.Bienplus,lorsque son ii '',:
complaisances coapables et int&res- n'exerce pas A sa satisfaction i' i:nt-
sees des homes de j istice ameri- sion qui lui est confine, le pairicuiiei
cains. reprend son mandate et rngle !ui-mni;ie
Mais, en d6pit de tout, ii y a des ses affaires.
choses don't notre formation nous em- VoilA, en definitive, ce qu'i! 1 a at
pcbhe de nous rendre compete et, au fond de l'institution du Nllt:Vn;ti; .
point de vue qui nous occupe, le lec- ais il y a un point de vno i,'I;
teur est certainement frapp6, sinon V attacks if 'idy e mmp t de I > ist
rdvolt6, d'une pratique grAce a laquel- ce tellecquh I conl:oivIIt eI Aei
le des gens arriverit a se faina justice ce tell que IT conoivent le. m
te des gens ariveria se tainj justice crins, a 6puiser avant d'avoir tiut d1i:
eux-memes. Nous pouvons certes ri puser ant d
nous appliquer ce portrait des justi- surcete question.
ciables et des contribuables francais C'est par ce point de vu, ivni ai!:
que j'ai relovd sous la plume d'un que nous allons finir.
ecrivain :
a Chez nous, un honnlte home P.S.- Dans mon eml[pressenlent .
est, par dCeinition, un honne qu'onm bituel d'utiliser les notes r!cuoilA,'
est, paor ddiitioi, u homde u' pour la rndaction do mne artick.
peut opprimer sans qu'il se defended ; pourit la relation d mes article. :
attaqu z-le, il va clirchlar les gendar- dt erreu an () ,
mes ; si l-s gendarines ref.sent de praddent, qur les .iges am(.icoin-
r6pondre son appel, il protest, il 6taient A la nomination et t ir'--
se recrie, mais ii ne song-3 pas a fai- vocation du Presidlent de la I:(l,'tiu-
re usage des moyens de defense que que ,> ; j'esptre qtie le lecteur ini.t-
la nature lui a mis au bout des bras ; gent a di rectifie.r uour mnoi 1 mn
ce serait s'insurg.r centre l'ordre gistrature amricaine est, on !.
ttabli, songez done ce serait retour- elective
ner A la barbaric d- nos pres ; que Cette circonstance, d'aillouri-, iin-
sais-je encore fire pas ma demonstration ,bion
< Au fond, nous considdrons que a a contraire : common il s'agit, en et-
nous faisons parties d'un troupeau do- frt, d'dtablir la subordination de cet-
cile et que notre burger seul a le te magistrature aux intrigues des po-
droit de nous defendre; cela va bien liticiens, on doit comprendreo qu'uIe
quand le berger emploie son chien A institution est d'autant plus expos6o
carter les loups, mais s'il le lance j ces intrigues et A la corruption,
centre nous, ii ne nous rest plus qu'elle prend sa source dans les ma-
aucun moyen de salut., nne~ivrds lectorale.S, s' ltout daii le1
Pour bien comprendre le sujet que pays qui, come les Etats Unis, sont
nous traitons, il faut se d6barrasser si profonddment gagnds par1 la c r-
de cette conception communautaire eruption des meurs politiques.
des choses. II faut prendre le contre-
pied du portrait que nous venous Pri6re d'aviser 1'adrninistra-
de tracer si l'on veut bien se p6ndtrer tion de la moindre irrcguulari-
de la facon do faire des Amdricains.
En g6ndral, les peuples A formation t6 dans leservice da c MATIN>
particulariste ne se considerent pas afin qu'il y soit de suite reeri6.
comme un troupeau don't la garde et di6.


Chaiqi


Arthur ISIDORE, 45, KUE KOUX oin ionnr -kit.


I I I I I II I I


1


*- :P-w


I









RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES

Obaer'-v-atoiye
DU
SEMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL


JEUDI I3 OCTroBR
Barometre A midi

Temperatureommimum'
maximum


760,9 m=/'-
21. 7


Moycnne diurne de la temperature
Le ciel a &tdi nuagcux dans l'aprcs
La brise de ncr de court durde. La
du baromtrire contin':e.
J. SCHIERER
Marriage


33- 4
26. 9
midi.
baisse


IIier a dte ccdlbr6 le marriage civil de
Melle LII.IA CARRmi- avec M' IHERMA.NN MAL-
BRANCIIA. Les tiidoins talent pour la ma-
ride : M M. Gcorges 13aussan et David
Chancy ; po-;r ;e marid : MM Fleury
F-quiere ct Aug. A. lelraux.
La bdn'diction nuptia!e aura lieu dc-
maiin matin n 'Eglise St-Anne. Les
dpoux seront accompagrnds a I'auiel par
Mine Perceval Thobv ct Mr Solon Mdnos.
Nos sinceres compliments aux jUeanes
et intcressants dpoux.
Tribunal civil
Le tribunal prend sidge a dix heures du
martin, sous le prdsidence du Juge-Doyen
Jhli. Dupont Day, assist de Monsieur A.
Montas, substitut du Commissaire du Gou-
vernement.
Jugements prononcds .
Celui qui homologue la deliberation du
Conseil de faille des mineurs Trdville et
Alice M ge.
Celui qui homologae la deliberation du
Conseil de famille des miners Mercedds,
Malherbe, Merenti6, Daniel et Joseph Mi-
lien Gabriel.
Celui qui maintient le ju:ement du 22
tivrier 1907 rendu par le tribunal de Paix
de Mirebalais entire les 6poux Morin Fon-
tenel, la dame ne Petite Lise, et Mdrisier
Champagne et le sieur Toussaint C6ddron
et condamne ce dernier aux ddpens.
Celui qui condamne le sieur B. Augus-
tin Samson a payer aux sieurs Simmonds
freres sans term ni ddlai et par toutes les
voices de droit, la sonmme de D1eux cent
vingt et un dollars, soixante deux centimes
or amnricain, montant d'un bon souscrit
par lui le quatorze Decembre 1904 et le
condamne en outre aux ddpens.
Celui qui condame la dame Phdlomuise
Bodet a payer sans dlai au sieur Cha lecs
Thomas la some de quatre cent vingt
quatre gourdes, declare l'apposition faite
6s-mains du sieur Saint-LUger Fortin bon-
ne el valuable et condanine la dite dame aux
ddpens.
Affaire entendue :
Vincent G. Macklouf centre J. L. de
Picciotto. ( Inscription de faux }.
Nomination
M.Dominique Horatius Bigot a 6ti nom-
m6 Arpenteur public pour la Commune
de Marigot.
Delegation de St-Marc
La liste des me-mbres de la delegation
de St-Marc publide hier dtant incomplete,
nous la re'ablisscns come suit : M.
Ddsinor, president, ddput6 J. E. Kdnol,
Auguste Supplice, Lomprey Geanty, Gef-
frard Relhan, Destinoble, Add et Viau
[card.


Fiangailles
Nous avons requ le faire-part des tin-
qailles de Melle ISABELL.! Vic'roR CAKRaiE
avec M. TERTULIEN THRAqIBULE.
Nos compliments.
Arrivag- s
Ce martin est entrd le steamer ,Altai v
avec les passagers suiv.ints venint de :
New-York MM. W. Birns, J. Laville
Hannas, consul C. Abbcg, N Lyon.
Cap.- MM. Arteaud, V. Leconte. A.
Bernadio, J. Magny, P. Vic'or, J Isidore,
V Hilaire, A Beliard, ddpute C. Tous-
saint, Mile Dubruin er servan e, J. Mani-
gat, F. Pierre, H. E!ias.
Pt de-TPaiv.- Mile Alvarez, J. Lucas et
enfant, Charlcsoin Char!ct.
Goraives.-- M. Phiiippe, Mile Jean Bap-
tiste, Kerlcgand, Ml!e B'3thazir, Fels-)n,
Mile A. Fc'son.
*
E*t
Est cLre ai.ssi !e steamer a Prxsident
avec les pa;kagcer; suivants venant de :
Kingston. -- II. C. Day, Reverend A. J.
Tunbull, B,:s,:h, Mile AIIndor.
Jrc';mie. Cora'.ic Mir.ais, Cephyse Les-
s..g., Jr6:ne, C. Rouz'er, F. Pourp',
Georges Lavcau, Auguste Garou'.e, Florian
Clhassg-ace, ddp,!6d Ddgraff, Rigal, J. Big-
rio, Arthur Es: ouitlr, Henry Priz, Mile
LUonie Vincent, Dorvi!lier Fargot.
Fermeture de la malle
La malle pour Petit-Goive, Miragoi.e,
Jerdmie, Santa-Maita et New-York, par le
steamer (( A!ta. ), scra fermde ce soir i 5
hI.ures precises.
Port au-Prince, 16 Octobre 1908.

-aemel

.'un6railles
Mardi main, un nombroux convoi ac-
compagnait A sa dernicre d-nmeure Mme
Vve Sinrice 0 iol, mere du commandant
de la Commune des Cotes-deFer, le Ge-
neral Solon Oriol.
Nos condol6ances.
L-s Vo'eurs
Samedi Lirnier. vers les Io heures du
soir, un voleur a pu ptdn6trer chez le
commissaire principal de la Police admi-
nistrative, ou il a en!evd une h ttrc don't
on ignore l'impo"tance.
Ces jours dernicrs, c'6tait a l'Eglise
qu'un vol se perpdtrait. Les faits se renou-
velant assiz souvent, la police est sur les
dents.
Deuil
Lundi dernicr au moment oui 1'on se
preparait A fetcr d'une mnanicre grand'o e
Christophe Colomb, est arrivee la bien
triste nouvelle de la mort de Mme NoRD
ALIEX s. Ce fut utine conste.na'ion gdnerale.
Le commandant de la Place se rendit
A l'H6'el de l'Arrondiss.ment oui djiA
avaient accouru des fonctionnaires et des
anmis du Gouvernement. LA, le Gendral
Berrouet confirm le doulo-:reux dvdne-
ment.
Les pavilions haitiens des edifices pu-
blics ainsi que ceux des strangers fu-
rent tous mis en berne et la ville s'attris-
ta profondement, se rappelant la grande
ddfunte, cette spouse module qui partagea
courageusemtnt le sort du vaillant soldat
don't la vie fat traverse de rudes 6preuves.
Une delegation fut envoy6e de suite
pour presenter au Chef d'Etat si cruelle-
ment dprouv6 les condolkances respec-
tueuses de la population.
Le nouveau D616gu6
Mardi martin, M. Rod. Alexandre nom-
me ddl1gue du Dd partement des Finances
a visit le bureau de l'administration des
Finances, puis la Douane ou sur la convo-


cation faite par le Directeur, M. Charles
Dub6 se trouvait r6uni tout le personnel.
Des paroles ont dtd prononc6es par le Dd-
1lgu6 et par le Directeur.
Cyclone a Saltrou
( de l'.Abeilie )
Dans la nuit du dimanche A lundi 28
septembre could, l'ouragan faisait rage.
266 maisons et quelques cahutes se sont
6coulees.
Parmi les edifices detruits, on compete
le nouvel H6:el de 1'Arrondissement, re-
cemment commence ; I'Eglise paroiss;ale,
le Presbyrre et I'Arc de triomphe situe
au Bord-de-mer.
Dans les sections rura!es on value A 98
le nombre des moits. II y a des enfants
que le vent a emport6s et qui n'ont ja-
mais &td retrouv6s. Effards durant cette
6pouvantable nuit, les pauvres campa-
gnards, les uns, abrites sous leurs toits de
chunime raient ensevelis sous leurs mii-
sons ; les autres croyant trouver un abri
sous les gcands arbres s'y r6fugiaient et re-
cevaient la mort.
Pour ce qui tst de Grand-Go-ier, des
Anses-A-Pitre tt de Icurs environs c'est in-
descriptible. A peine s'il existe encore io
maisons A Grand-Gosier.
Par suite de ce mauvais temps, la rd-
colte de cafd pourra manquer. C'est ce que
1'on pense gendralement, considdrant les
tlgats qui ont eu lieu.
'M -1 I I M M


Paroles prononcJes sur la tombe do
Madame Nord par le docteur
Rochle Grellier
Mesdames,
Mesieurs,
C'est au norm de lEcole Nationale de
Mldecine reprdsentde par le doc'eur Jeanty,
du Service de Sant6 et de la Maternit6 de
Port-au-Prince, que je viens bien respec-
tueusement d6poser cette couronne sur la
tombe de Madame Nord, comme gage de
n. tre affliction.
C'est aussi au nom de la ville uu Port-
au-Pr nce que je dis un dernier a dieu a
celle qui n'est plus.
La vie de Madame Nord et celle du
Pdeiident mr'onr toujours donnd le ,p:ectc-
c'e sublime de deux mains entrelac6cs :
spectacle sublime d'union et de solid.arit6
Bel example A suivre pour toutes les fa-
milies.
Nous, as.ocions-nous aux douleurs du
Chef de l'Etat et n'oublions pas que dans
le malheur toutes les souffrances sont
sceurs.
Prions Dieu pour qu'il bdnisse la belle
Aime de Madame Nord et pour qu'il
adoucisse les pines du premier Magistrat
de la Rdpublique.

Voici le discours I qui devait dtre pro-
noncdsur la tombe de Madame Nord
Alexis par le Gal Mullei Garescher.
Mesdames,
Messieurs,
C'est un dvdnement qui sort de l'ordi-
naire.
C'est la premiere fois que la Nation hai-
tienne, xdans une motion profonde, en
proie a toutes les tristesses, volt descendre
en la tombe, au milieu de tous les hon-
neurs du Pouvoir, 1'dpouse digne, fiddle,
ddvoude, fire, dans sa fiertd froide ; et
sans morgue dans sa grandeur, l'6pouse
adore d'un Chef de l'Etat.
Decouvrons nous pieusement devant le
cercueil de Madame la Prdsidente, ddcou-
vrons-nous avec respect, avec tristesse au
bord de cette tombe qui va se former sur
les restes de la vertueuse, de la vaillante
spouse du Chef de l'Etat, de ce grand ca *


caractere fait de simplicity, de bont6 et
d'amour.
Nos yeux ne nous trompent-il pas ?
Est-il bien vrai que nous mettons en
terre Madame Nord A'exis ?
Le silence qui suit mes paroles, les san.
glots pui sortent de toutes les poitrines,
ce cercueil, cette fosse beante, tout nous
dit qu'elle n'est plus !....
Elle n'est plus, celle qui aimait d'un
amour si vrai, si pur, son auguste epoux;
elle n'est plus cette collaboratrice intill.
gene, mais elle laisse imp&rissable sa
part de force et d'dnergie dans les grandes
choses accomplies, a deux, pour letbonhear
du Pays ; des actes lumineux, dclatants que
1'histoire impartiale pr6sentera un jouran
people haitien, comme un tdmoignage vi
vant de leur ardent desir du Bien public,
Cruelle ironie du sort, elle laisse, aprs
tant de beaux actes, son cher 6poux, en
proie A la plus grande douleur.
Toute la vie de Madame Nord a dti
faite d'amour pour Dieu et l'humaniti,
de tendresse et de dUvouement pour son
cher 6poux, d atllec.*on pas ionnee pour u
famille et sLs amis.
La mort a mis sa coqueterie A surveil.
ler les derniers moments de Madame Nord,
Elle s'est dreinte tranquille, serene,
I'ceil clos par les caresses du sommeil dter-
nel.
Sa belle Ame, sans changement dans
son envelope terrestre s'est envolde vers
Dieu!
L'ame est invisible, mais elle n'est par
absent!
Au Tribunal de Dieu, notre amour
pour la Patrie que vous avez tant adore
plaidera notre sainte cause.
Du haut du ciel, vous prierez Dieo,
pour que cette Patrie, en d6pit des adver-
sites qui l'accablent, sorte heureuse et
triomphante par la sagesse de ses .enfants.
Dormcz, vaillante et fldele compagnedu
President de la Rdpublique, dormez dins
le came du tombeau, dans la paix du Sei-
gneur, votre sommeil kternel!!I


Nouyell ts Erangeres


Derni6res D6p6ches

LONDRES 14.- Oa doit s'attendre Ace
que des dvanements nouveaux et impor-
tants rdsultent tres prochainement de h
crise des BalKans. Le 'plus prochain set
probablement la conclusion d'un accord
plus intime entire l'Angleterre et la Russie.
Cet accord constituera un 6dvnement quo
l'Allemagne et l'Autriche regretteront ami-
remceut. Les bruits qui ont couru cc sV
jet ont ddja suffi A modifier 1'attitude .d
l'Allemagne au course des dernikres qua-
rante-huit heures. Une triple entente le
tre i'Angleterre, la France et la Russie fer
plus que balancer la triple alliance de
I Allemagne, de l'Autriche et de l'Italie t
cela d'autant plus que cette derni6re 'dO
guere plus que l'amie officielle de ses S
.ocils Austro-Allemand.
VIENNE 14.- Le boycottage de la Ci
du Llokd autrichien s'dtend A tons les p0
Turcs. 11 affected non seulement les 0"if
chandises transporties sous pavilion autri.
chien, mais aussi les marchandises daItf-
chiennes arrivant par des navires d'autes
nationalities .. sr
BELGRADE.- L'Assemblie national ser
a requ aujourd hui du parlement mOOL
ndgrin une r6ponse enthousiaste au -0
ge de felicitations qu'elle lui aadreS, e
y a quelques jours. Cette rdponse sign l -
pr6sident du parlement est ainsi Co
a Nous croyons que le inominnt esi




-


*lst ou ai Serbie et le MontCn6gro doivent Avis aux Sinistrds
lever l'dtendard common pour la d6ftn-
se iddal sacr6 des serbes. Faisons Ia La C isi
ensemble pule contre 6pul, a Commission de partition des fo .:1
,(aer ensemble paule. cntre paul d. secours aux victims des incenji, s J:.
c se une guerCre sa chamibre des 5. 6 et oJui!'et r9o8, s'empresse d. p:,r
LA CAE ( crte o hLi chambre odes tr A la connaissac:.- des interess d qg'un
stiu "aujourd'hui une con,- I e^ I L-It
d CO a consttu~auourdhu ne premice rip.r:ino1 !cur sera faite A pttrir
mission excutiv aec mission de go r- du undi 19 O-ob couran: au loca! d
Lrl'ie au nom du roi Georges de G*&e 1a Cha'lnbre d-s D-putcs, de 2 heur-ss
a conformdment aux lois grecques. La 2 heurcs du soir.
mis-on de ce coaIit6 cessera aussit6t que Les
So .. .. h premier, versements co:nmencer- r

le ouvernement grec aura pris charge de pir les proper taires.nt
rlministra:on de 1 ilm. s Les intmressis seront en outre prids de
ERBERLIN 14.- I1 ne manque plus main- se presenter personnellement avec lcurs bul.
tenant qu'un seul dcs ving:-trois ballons letns et leurs tires de proprit&&.
i ont pris part a la course internationa- Port-au-Prince, 14 O:tobre x9oS.
kde dimanche. GCest le ballon allemand
SB.sley mont6 par le docteur Nicme- Le Prjsint, Le Secritaire,
yr et son aide M. Hans Ikidemann. C RIGAUD II. VOLCY, avocat.
WVAsH scGros.- La flotte cuirasdse amd- .,_ _...^r,
rcaine qui est parties de Manille vendre-
didernier arrive, A Yokohama vers la tin ij r e ""e
decettesemaine On fait dans ce port de *
gandspr6paratifs pour la reception de cct- Taillour-March-.nd
teforce navale. Le retour de la fl -te A
Manille vers 1a fin du mois dtpcndra de la Doin aivis A sa l)nv-illinte clien-
situation sanitaire dins cette ville. ^ cl, qie sa :niison N 7. R-ie Trayv r-
LONDRE; 1.- Tous les homes de la s:rL est toijours lien pourvue dune
flottede la Manche actue!llment en per- varit d' toffes do la hait nou-
mission ont it& instruits de reprendre leurs veauttd parisieine.
nvires sa:ns retard ; cette no'ivlle cie QUALI i- SUpKIQELUR:E. COUtt': )LB~G.,N'TE
une certain sensation car il '. c ;. i Iqu'iciIL ;. EN PI E.
impossible de connaltre la raison pour la- ri .i U'
qoelle cet ordre avait Cte lancc. d 'ri Ires ridu-.s
CG'r::GE x1.- Six navircs de guerre -
Utrichiens ont mouill ce martin au large PHAR1 1CACIE
de Spizza situ .A environ 6 mille; d'An-
tirval, seul port montcti6grain. Emmanuel Alexandre
LONDRESIt I- La Grande Bretagne, la
nDceet ]a Russi- ont concla le program- L lic t avi que le D Jh.
S deanc et a Russi ont concix uise Bepgeaud, Phlirmacien de I'Ecole Su-
m devant tre soummis aux puisconnces p ricure de Paris,prend la succession
Eme qui a dc pro os en vue de r&- d s affaires de la Pharmacie Emma-
Squestion des Balkans La premise nuel Alexandrp, et qu'il so met A la
l question des Balkans La premiere disposition de la clien!hl', pour l'ex6.
position a pour but d apporter un amen- disposition de l clients%, pour l'ex6
dement au trai de Brlinouru 'in cution p3 ntelll., soign60 et setupu-
dmnt au trait de Bnrlin pour qu9e i louse des or lonnances de Me-ssieurs
Upendance de la Blgarie soit reconnue. los docteurs ct MnId.cns de la Cipi-
aseconde et la troisicme propositions doctns d la i
Wntque l'annexon de la Bosnie et de tale.'
'Herzigovine par l'Autriche-Hongrie soit Port-au-Princ, 13 9 octobre 1908
reconnue par les puissances et que le San- D' Ju. BERGEAUD
Pkde Novibzair soit retourn6 A la Tur- .... .. .. .
quie. lequitricme article demand a cc
qu'elanncxion de la Cr&te A a Grce soit ir AIf1uslt Fabisl
1usi reconnue. Officicr d'.\cadi'ic
,TOKa 1 I1 ftlo te amrricaine de I'a- Ancien Procsseur de hle-torique etle
lantique a i signale au large de 1'V'e Seconle aun yc'ccdIe P'ort-au-Princc
Kia a l20 annecs d('nseigncmcnt
Kassa ot ele asiste aux manoeuvres na- d ans e Etblissennt
a'sesdes nivires de gucrre j iponais. .ans et' Ea f _lisei ,
BERLn 1. Le ballon a'lemand Buai- Ot ses *.rvice. lx fami1es p'ur
yrlontd par le docteur Memeyer ct M dles 1. cons le: Langc ,t Litttra'ute
thus Heideman ert tomb6 hier dans la Fran ises, LanIue et I itt~rdtroe Lta-
Aerdu Nord A environ io miles du He- tintes, Langue et Li t.tra!uro A re que s,
igoand les passagers ont &t r-cueilis par d'listoire et do Ct'cr;,ilie.
.'apeur Prince Willem et d6barqi6s I S .afrosr au oi-Verna Impasse
inbours. Lavaud .
PRIS.-- Rente : franqaise 95 45 --- -
La chnbre des D6putcs apres avoir re- P udre Denlifrice
Vss4 1' discussion de l'interpcllation de
.B Dcastel sur la methode employee pour F.NTISEPT!QUE
,r4valation du revenue de la propriety non DE
SetContinui la discussion de l'imp6t sur A. BONIOMMf. PIIF1MAcJEN.
K sd dom s A. BONIIOMF, PIt,,n.1ACIEx.
.a suite des violents orages qui ont. Prix A I Ecpolaio:1a comr nnale da
t lie, on s:giale des inondationsi et de' Ir Mai 1907 do Port-au-i since.
ibreux digAts dans le d6pirtemcnt de D1p6t: Pharrnacia St-Antoine
ifut. Le president du conecil rect M.
C pute, qui appela son attention Avenue Joh,-B..,wi ( L. ).
u'lC dg-'s causes drns l'arrondissement PORTAU-PRINCE (IAITI )
'l.ers M. Glmenceau rdpondit qu'il Prix de la bA.ite G. 1.50
dft ?emander un rapport au prefet et'
tIivoyer ds secours d'extrcme urgence. ( N DE.MANI)E a achlaeter le
-- J premier Vournm tomln premier
6tel Bellevue. do
Ia. mieux situ", le plus con- Po'R !,'IItSTOrmE
kiaofrtable.-- Champ-de-Mars.--' Par EMMANUEL CHANCY. S adrcesser
'enommre.- Vue sur la mor- au bureau du Matin.


s
s
r-
S
S


( ti des Pompiers libres






Cours d'instruction

Noms des pompiers qui doivent so
presenter a la station central pen-
dant la seraine du 19 au 23 octobre
1908.
A BORDU, Constiller Raphail Lunes,
Julicn Raymond, Ldonce Placide, Joseph
Doubltti, sous o/jicicrs, Adam;Loieau, El:e
Filsaimrn, [Irmann Chancy, Em Salg.do,
Christian Myrihll, Chs Inntce-t, Nestor
Michel, Riphacl Camille, Mucus Brun,
Chir!cs Ab.l'a-i, Lou's Lozhard, A!frcd
Nazon, Elie C-iet, Cloter Polynice, Em.
V;c:or, Bauduy. poiniers.
Port-au-Prince x6 Octobre 1908.
Le Commandant
Louis LTIIART.


Sacs


vides!..


RomIilus

On tronvera aux Bureaux du Matin
le remarquable Roman historique de
FEklIAND HIBIERT : ROMULUS, au
prix de Trois Gourdes le volume.
Li sonssignde a l'honneur d'infor-
mer le public qu'elle a dtabli en cette
ville A partir de cette date, une
mai-on de Commerce.
Aux Cayes, er O-tobre 1908.
Madame PRESSIA JEAN
A St-Louis de Gonzague
Le Supdiieur de l'Institution St-Louis
de Gonzague rappelle que le Cours de
Commerce commencera le jeudi 15 du
courant, A 5 h. de l'aprbs-midi.
Se faire inzcrire au bureau de l'econome.
Bss3 neuf
Atteri de b-ns chivaux, A louer pour
baptcmes, courses cuville, promenades 1
la champagne, etc.
S'adresser A ML" F. S.ines, N It56, Rue
du Magasin de 1'Etat.


Sacs vides!..


Entrep6t G6neral des Grandes fabriques
DE CAL'CUT'A (I.ns) DUNKERQUE ( F'IvCE) ET DUNDEE ( AN.GLE.ERRE )
SACS spdciaux pour Cafes tries
Caf6s ordinaires
Cacaos
Les Types Courants constamment en Stock par balls de 400 sacs,
Depuis 18 centimr es or jusqu'it 28 centimes or
Pour grandeur rdgulieres 05x110 centim6tres et 70x110 centim6tres.
Poi s de 1 3j]' lives jusqu'A 3 livres.
Sacs sur modeles et sur. types des acbeteurs.
Prix A forfeit pour livraisons m3nsuelles francs port de dBbarquement et, si
on le desire, Droits pays.

50.000 Sacs de 1'Inde


Vie.netiit dl'arriver par Balles de 300
Prix excepticnnellement avantageut


S'alresser JULES


Sacs.


LAVILLE


AGENT ET DIPOSITAIRE GlINIItALI.
93, RUIE DU MAGASIN DE L'ET&T
S iI ___ I


GRAND PRIX


HOURS CONCOURSE


Rhum. Barbancourt

Mddailles d'or, Mention honorable, Membre du Jury, Grand
prix, Hors concourse dans toutes les Expositions depuis
1881 jusqu'a 1907. ( Ancien et Nouveau Continents)
Madame Veuve BARBANCOURT, seule d6posi-
tairc de la marque Rhum Barbancourt et seule proprie-
taire des formulas qui ont fait obtenir au Rhum Barban-
court les m6daIlles d'or de toutes les Expositions, a pris les af-
faires de feu son maria, et se tient a la mirne halle, sise Rue des
C6sars, No 7. hA a disposition de sa nombreuse clientele,
don't les commandos seront ex6cutees avee le meme soin que par
le passe. .


__







A "FLtIoLGANcE

CO KtDONNERIE.

.4, .RIe des FFronts-Forts.
(uAl:;;UetU.:; EIN Dt:'6oT,POUH LA VENTE
Promnptitudo ct soin aux commnan-
des taut i.:i qu'en province.
Chau.sures de Damo forme et tra-
vail toujours tout co qu'il y a de plus
n(ovoaux.
Former aindricaine et francaise pour
Mossieurs ; 61tg:iantes et commodes.
Pout les enfants lo plusA I'aise.
Travail solid ex6cut6 avec
dec peaux do premi6re'marque.
Assurance do grand rabais.
PAtes, Cirages et Liquides
I C ---l I C r


Ml AAISON


NV


Co(llasco


La soele Mni ,on qui pout rpondie
A tuis Itl.-s 'til'prices ( bon og itit.
La Maisoni li:a t us ass.oritie, oft 'on
troI' veI ~T dc.-, cII ssui',t es de toutts es-
i' c.s ct 5; tot;. prix.
La Maiso)n (lui eniploie les meilleu-
res foutllr il 1tres.
La Maison qui vend A meilleur
marclit.
On trouve dans ses souliers :
Elegance, Solidite et Propretd-
(Ctte Maison est une des plus re.
commnandables.
On trouve aussi Cirages pour tou-
tes les chausssures noirs el coulcurs
A deals prix oncourageants.


A. de 1Y.........&.Co


A. de Matt6is & Co
Maison fondue en 1888.

Derniers articles re ius

Parfu merio Houbigant; Ro-
val IloubIigant ; Fougere Royal ; Par-
ium 1,1al; Savon, Poudre ; etc. etc.
Coffrets de parfumerie tres 61egants.
Parfum renomm6 Asris ; Lotion, Tri-
copheroits.
Lampes, Fouets et Chamois
pour buggy ot buss.
Argenterie de luxe, Bibelots,
Moustiquaircs, Brosses, Pipes, Fumes-
cigarettes, Cravates, Maroquinerie de
toutes qualitds.
La Maison a toujours un grand as-
sortiment do Bijouterie, d'Argenterie,
de Diamant, A la disposition du public
en g6n6ral ot A la port6e de toutes
les bourses.
Ateliers d'HEorlogerie et de
Bijouterie : Gravures, Confection
sur colmmande.
Achat dt vicil or el vied argent,-
diamant et picrres pricieuves a des prix
W. (Lt cl(lJC IIX.
ACIIAT D'ICAILLES DE CARET
Prix exceptionnel
- ,dL "---i-- __ --

Pananmas I...
Eilgants, solids, arrives par lo
a Montrdal *.
Chez M11" LEONIDE SOLAGES.
QS, Rue des Fronts-Forts.
Le public est avis6 que j'autorise
Mr F. F. Stines A agir comme mon
agent A Port-au-Prince,
Le COMMODORE W. E. MEYER
de Bermudes *


TANNIERE CONTiiWENTALE
DS.
Port-au-Prince
CAPACITY 500 PEAUX PAR JOUR
PREPARATION DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24) COULEURS.
Vente des chaussures : Cavreau-glace, Verni et cou-
Loturs, pour Hornmes, Dames et E:afants.
( 1BOUTO4NA, ELASIIQUE ET LACi )


Eu tros


*1.~' ~
~-cs


et e.n detail pour toute la R6publiqnue


Imp. C. MAGLOIRE

45, RUE Roox, 45
TtLtPHONE.


Journaux, brochures, billets de
marriage cartes de fianvailles,
nrogranmmes, affiches, et tous

autres travaux de ville.

Billets d'enterrement et cartes

de visite d la minute.


H BELLEVUE
.. RISTA URANT BE L

Place du Champs-d,-Mars
PORT-AU-PRINCE (HAITI)

Mme lHermance ALFRED, directrice

APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DINERS-LUNCHS.
Installation moderns et comfortable. Fuesur la mer. -Tempdrature
douce et rdgulire. -Les Tramways desservent I' Htel-Bellevue toutes Les 7 Minutu
PROPRIITE SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES JARDINS
Salle de rdception.--Piano.-Gramophons.
Sonneries Electriques


Table d'H6te


JULIEN FLORUS
Ancien dl&'c de la o"G Compagnie
d'ouvriers d'Artillcrie ( Lorient )
Se tient A la disposition du public
pour tous travaux de FORGE, ct d'A-
JUSTAGE, de nREPARTION do coflre-
forts etc. etc. A de bones conditions.
Rue de la Rdvolution No 19
Vis-d-vis de la Chambre des Ddputis

Chapeaux !
Chapeaux 1t
Chapeaux 1l
PAILLE LE PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ


JOSE SAN MILL AN
Lo coiffeur artiste, qui viant avec le
concours d'un chapelier remarquable,
M. JAIME TESTAR, d'installer une
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon de Cciffure du Louvre
Pour tous los gofiu et pour toutes
19 bourses.


Cordonnerie Nouvelle

G. B. PETO01
143,IGRAND'RUE, 143
PORT-AU-PRINCE
CHAUSSURES EN TOUS GENRES
EN DAP6T, POUR LA VENTE
RN GROS RT DfTAIL.1
Execution prompted des
commander, tant ici qu'en
Province.
Formes A homes ; 6legantes et ra-
tionnelles.
Chaussures de dames ( Derniare mo-
de de'Paris ) et le plus commode :
chaussures pour enfants confection-
nees avec des Peaux de toutes nuances
d'une selection et duree irreprocha-
bles, a des prix avantageux.
Cirages, pAtes et liquids
Pour chauusurs de toutes nuancs.


feux leJousrt, da mil d af heures)
di 7 A48 ures du soir


Francisco DESUSE
Fabricant de ,chaussures
La Manufacture a toujours en dep6t
un grand stock, pour la vente en
gros et en detail, do chaussures en
tous genres pour
IIOMMES, FEMMES, ENFANTS
Las commander des commeroants
de l'intdrieur pour:ont tre 'excutaes
dans uno semaine A peu pres.
23, Rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PRINCE (HAITI)


Au dernier cril
FABRICATION DE CHAUSSURES
D. FERRARI
A l'honneur d'ainoncer a ses nom-
breux clients de la Capitale et de It
province qu'il vient do se transfdrer de
la Rue des Fronts-Forts, avec son mOme
stock de chaussures, d la Grand'ur
au No 153 avec 1'inscription ci-dessug.
Les clients seront toujours servis
dans les m6mes conditions ; 'est--
dire avec les 5 o/o d'escompte sur I
vente en gros; sans oublier les Ib.
mes soins et la mnme exactitude.
La Maison se charge toujours de Ii
ie prerdre los mpnurts A domicil!"


Maison F. BRUNES.
!95 GRAND'KUE 195
Dirig6e par
i HOrElmi


Ancien membre de la Socidft Phl~*a
thropique des mattress tailleurs dr PI W
Vient do receovoir un grand choit d'6,
toffes diagonal, casimir alpaca, hedVi
te, chevioto pour deuil, etc, RecoDis
de particulirement A sa clientele 0
belle collection de coupes de cas r,
de gileto de fantaisie et de piqAu d
toute beauty
Sp6cialit6 do Costumies deo o
ces.- Coupes Franaimse, Angl~o
Amdricaine de la dernigre OpniM~i"
La mason confectionne auss des
tumes militaires, habits Db
dolmans, tuniques, M 1bitsr O
r6s. eto eto, de tols gradeI


sC I I =own