<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00449
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: October 9, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00449

Full Text

peuxime Annde, N.


459.


PORT-AU-PRINCE ( HAITI )


Vendredi, 9 Octobre 1908.


-I0--i


QUOTIDIEN
-- I I. -. ..- I III *- -' I I-~ I- I


Abonnements


,..PORT-AU-PRINCE

DUPARTNlENTS

MTRANGER........


UN Mols. .
TROIs Mois.
UN Mos..
TROIS Mors
TROIS MCIs.


.G.
* (
* (
* (
* C


200
5.00
2.20
6.00
8.00


401633x exxt Ma~oglpiore,

lr1f'1AClG'' 1LN-ADMINISTRATION


45, RUE ROUX, 45.


LE NUMYRO 15 CENTIMES

Les abonnements parent do t" et do I5 de chaque
mois et sont payables d'avanco
Les manuscrits Ins6r6s ou non ne serontpam reada


Pour tout ce clui concerned 1'Adftiaistrati-cm dui Jecur--a1 sndressor f AMonsieur


Arthur ISIDORE, 45, RUE Roux o0 Blonan-ll.


AUTOUR D'U;


II y a plus de trois ans que s'es
crf6e & Port-a;i Prince i'Associalio
mixte de l'r, i're clhrdtienlec, petite so
*ci6t6 Irs dineo et tros int6res-ant
qe jene mentionne aujourd hui qu
pour arriver a vous parler de la con
Irence faite le 9 aoiot pass par Jd
titie, president d'honnaur de l'As
sociation, conftrenco qui vient d'etr
/dithe en une b-ochure don't la lectu
re eat* aussi ;igrdable qu'instructive
Faipersonnellemnent gottde d'autan
phk de plaisir A cette lecture qu'ei
mepresentant, pour ainsi dire A soi
senil,j'ai rencontr6, A c6td do la per
sonnalit6 de idtminie, cello d'un per
sonuage de- plus considerable, qu
m'a hanor'e le sa Iiaute amili6 et qu
cst assez intimiement apparent ave(
notre champagne social pour 1que 1(
latin soit autorisd a se riclsimer d
laicomme d'nn parrain : il s'agit d(
Monseigneur Pichon.
L'Archeveque coadjuteur do Port
u-Prince est conseiller d'honneur d(
ssocialion mz;le, qui dicidemen
a'est pas depoarvuo an point de vu(
dn patronag-, et c'est lui qui, dan
Ite allocution prbliminaire, c presen
A l'auditoire le confdrencior qu
Tparler et qui, traluisant lui-mime
Lcet'e occasion) le sentiment de tou;
te' qui connaissent le digne pr6lat
esalue de I'llomnage suivant :
( Vous avez innov6, l'dtonne
snot des plus hardis, en portant avom
rOta dans la chaire sacrde, la qlies
fln social. Cette question irritant(
tuaa fond de tous les bouleverse
ents de notre vie national. Con
rtc qu'elle parattra un jour au so
a 'evidence, vous l'adou:isse;
.rexaminant selon la morale 6van
lque qui range la charity parmi lec
Pa.ds d4voirs. a
8son, tour, Monseigneur, pleir
tctdene mler A la manifestation
:.joir aucune dispute d'dcole
Ste e1, conf6rencior en d.es ter-
Ldot l'dclectismte est certes f ii
tasurer A i'un et A l'autro lo; fa
~tad' a auditoire don't I; livrde so
htstait probablemmnt de toutes les
Sln.


E B 0 H U ddsldiritis de ce monde, quo nous lui
conservons :a dignity et que nous
en faisons pour nous-mmnes un ins-
trument de grandeur, de pure joie el
t (( En ce inoment, dit-il, une ques- do paix durable. Associer l'intelligen-
it ion d'instrIctiol divide on trois ce a l'action du coeur, agir dans uno
camipsl c le Tout PIort-au-Plrince 1. It pa, f.ite puretl d'inteftion, c'est met
oy a les partisans d 1la rlt thoie an- fr' Dieu dans sa vie, comme dit l'a-
e glo-sarolne; ceux de la methode dile p6tre. ,
l- latino et les ... opportunists. Dans .... La plus belle de toutes les con-
- lequel des trois camps rencontrcrons quotes morales, c'est la prise de pos-
- nousnotie Prcsidentd'lonneurv? QtC. -session de l'esprit par Ie coeur. '
e tion ddlicale Eli bien. je ii'hdsit? Ou encore par des conclusions so-
- pas A dire quo nou le irncontro-is cia!es d'une incontestable nettetd:
.dans les trois. i La culture intellectuelle no con-
t Oui, 'I est anglo-saxon, si par ce sister pas seulement A lire et decrire,
n mot C-a ivcut designer quielu'un ,i'i elle consiste aussi a ob erver. L9 re-
n est apte a so d(tlbrouiller, a so tirer gard pndtrant do Vincent de Paul a
- d'afftire tout soul, et (q i i'est pas (ltcouvcrt un reservoir de forces ind-
- aI cliercllr tojjo!u'rs ui appuii coin- ptisables.....
i laisa:i:. Notre president d honneut a L'education dts enfants riches ou
.i tient deblout toit seoul, lnIrclih tout ais6s depend en grande parties de l'd-
c sou', et chacun s'accordeo A trouvr ducal ion dps enfants indigents. On
Sq(u'il mareli loutt do bloa. C'est doac ':e vit pas portes closes. Le prec
o un vrai anglo-saxo.;. de famille ouvre sa demure A l'celat
o C Mlis c'est au ssi un 1 tiaistnt, si du jour ; it lui faut la vue des chooses
par 1A noa;s enten.ions un tradition- du deliors. le mirme rayon qui lui
- naliste de l'-d Jacation g,'co-latine. qui apporto los beautds de la nat-ire lui
e profes.qe cue tous les citoyons d'Tune montre les egofits. a
t memo inaion doiv%%.it avoir 'n fo:id Unh autre cat6gorie de lecteurs
e commiin do connaissanclie qui crie peuvent, au contraire, se dire que la
s entire leurs esprits ine sorte de pa- parents est naturelle entire l'osprit et
- rent inte lecluell >, !our pornet de se e e C(ur et que celui-lA est le propul-
i c-mprcndre, do so retrouver..... seur do touted les grades passions,
E, a lin nois le retrouv.)ns dani I.! au mmrne title que celui-ci est le mo-
s camp des opportunists tfui afflrmlent tour central de la vie organique ; ils
, que anglo-saxon et lalia ont du boen confondent et noient le cocur dans la
tous les deux. .. a certain moments, culture intellectuelle.
Nous voyon, en effet, notre vi.6rE Jtrdmie, avec sa haute raison, a pour
Sprsident ld'honner" e i ,meno tl)ps coux-lI le jugement le plus severe et
qu'il lance dans Ic public un livir il leur consacre tout son chapitre sur
3 come < L'E'ffort l, pr6sider nos pe- les dpicariens de la pensie. La vani-
- tites reunions littdraires, et dans le li- td forme le fond de leur personnel et
- vre comn cns les salons, s trou- la culture do lour esprit nest qu'une
-ver abso'umnmant cez lsui o condition A laquollo ils s'6levent pour
Svr se comnplaire. a Cc sensualiste, dit le
z ** conf6rencier, refuse d'dtudier !es
Je n'ai pas eoc-ore dit q'13 i1e .s jet grands problems sociaux : cela fa-
de la conf.-reaca3 d3 JAredmitai et : A ia tiguerait sou esprit.... La culture 6-
cullur, itelle.:tiecle et la ch t itd. i goiste doe 'esprit ne fortifie pas uno
I Une catdgorie <4le ltateuts pouvdiet socedt. L'epicurdisme distille le miel,
se demander quel lion natuiel unit mnais ne done pas la force du lion. -
ces deux spheres : I'esprit Ct le ccur. II a fait, d'aileurs, sue lui meme
t Vous d6couvrirez ce lion tout le long l'expdrience de l'action deprimanto
de la confdre.ce oil J6drmie le fixo de la culture de l'esprit, lorsqu'elle se
da3 la pensae du lecteur par de tres fait trop envahissante et pretend tout
j-stes conclusions morales : supplier, ot il nous on fait I'aveu avec
oa C'est en abaiss-t notre intelligon- une sinedrit6 qui lhonore. Rouanez


I'Bijou, alors magistrate communal, lui
Sayant demand une conference sur
la clarity, la crainte de ne pas assez
a parattre v lui fit ajourner une bonne
action au profit des pauvres. a Nous
6tions alors un group de profession-
nels de la parole, de la parole au ser-
vice de l'action. Mon coeur 6tait plein
de bons ddsirs, mais j'avais un pen
trop d'amour-propre littdraire ;je suim
rest au-dessous des besoins du
temps. a
*

Mais d'autres temps sont venus et
a l'amour-propre littdraire a est rem-
place dans Jdrdmie par le sens des
veritab!es ndcessites sociales. Le pre-
mier souvenir dvoqud dans sa conf6-
rence est celui de Therassin Pierre,
fondateur de l'hospice Saint-Jean-de-
Dieu de Petit-Goave, et qui 6tait a un
ouvrier 6b6niste que tout le monde
saluait bien bas. Et cet ouvrier, qui
n'dtait pas un intellectual, a apprend a
a Jdrmie a comme on fait la charity
avec discernement Ecoutez le lan-
gage de cet home, vraiment fait pour
confondre les a dpicuriens de la pen-
sde a :
a On ns recueille pas les pauvres
seulementpour les nourrir, mais pour
les arracher A des habitudes funestes.
L'argent qu'ils recoivent directement.
ils I'emploient a un mauvais usage. II
ne faut pas qu'ils boivent, it ne faut
pas qu'ils so nourrissent comme its
I'entendent. La temperance est impo-
sde A tous, chacun est soumis A une
hygiene .q.e preecrit le mddecin. Et
I'dminent home d'esprit no se con-
tente pas d'apprendre & l'6sole de cet
humble qui pratique ses devoirs 4d
patronage, il so ftlicite a de la favear
d'6tre devenu son ami. a
Aux jeunes geen de l'A-sociatdo,
mixte, il dit: a Vous tous ici presents,.
vous donnerez du pain en cr6ant dea
ateliers de travail pour lea orphelins
et les enfants des pauvres. >
11 leur rappelle ce cri de Vincent de
Paul : a Aitnons Dieu, mais que ce
soil aux depens de nos bras, A la
sueur de notre visage. a
Et it applaudit d'entendre un mil-
lionnaire am6ricain dire a sea jeunes
compatriotes : a Gagnez beaucoup
afin de beucoup donner. ,
De cette note, qui distingue la pe-


II' I C ~PI e ---~ ---- ---- -- --- r


~sC~Rll~tF~CFa~lRU~~a~uar~---~rru~l.~~ r..~l~ Iclsu --1 ra~maaLg~v4~rCClt9 r


ICZ


- ILII-- ------~- -~BI~PB~PI#-N9llr~or U -L--- ----~C~R~mqlW- Cr~--- ---~-------- --


,A -.-





roraison du conIf 5rencier, AI un air
qui noui est f imi'lr et ch'i', ii W'y a
qu'une dit*'rcnce inscsiblo d'inlo-
nationf; ii tious cst ftjoilo do la fran-
chir ot de lire, siiV d. .ious accor-
der avtec Ij:
L'inst inct parlicutariste doit Citr, -ains-
si d6volop,,6 da-l L'..spr'it 1e' hirm-
blei et d-s indig tits; car la v56rita-
blW charirt6 no coISsiste pis A asi;ter
Inatdriellcrnc rit ls vriin us doihvie,
M-tis A las for~tili. r colitre letS hittes
de Loxisteiico et AI les in-tllre, par I' l-
ducatioa, A mmne de ls vaincre.
On to voit, Ia conf6wrncc do JPr&
mie mdrito d'(tre lue et c'e-t le git
-do celte leC;ure (pie je me suis propo-
sS d'inspirer- par cet aperQu.




E: Ws. i E r G rq F, m E N tr s
Ad c 3 *t0 01 0 I U ES

C) ti '7t'~3L~C i -
DU
SEMINAIRE COLLEGE S.-MARTIAL


ILUDI 8 OCTOBRE
Baromatre 1 inidi


61,5 "/m


minimum 21. 8
Temperature maximum 3 1. 8
'ma-ty-on-l di,,rn 25. 4
Ciel clair le martin, covert apres i h.
jusqu'a 7 h. du soir
Halo solaire dans la matinee. Petites
pluies a diff6rentes reprises dans l'apr&s-
midi : 1,7'"/m.
Hi'o et couronne linaires A 9 h. du
soir,
Le baromntre est en hausse.
R. BALTENWECK
Corn mission de R6par ition
La commission de rdparition des fonds
de secours aux victims des incendies des
5,6 et ioJuillet 19 8 a dt6 reconstitute
par la nomination de quatre autres mem-
bres, par dep6che du Secretaire d'Etat de
1'Intirieur en date du 7 Octobre courant.
Ce sont Messieurs Candelon Rigaud,
Drossaint Lilavois, David Chancy et Bru-
neville Vilbrun.
Une reunion de la commission a eni
lieu hier soir.
- Le bureau a 6tc reconstitute par la no-
mination de Mr Candclon Rigaud, prdsi-
dent. Me Vo!cy maintenu secr6taire et
D'Ennery Dojoic, trdsorier.
P.ochainement, on procddera A une pre-
minre repartition aux sinistrds sur la sonm-
me.de P. x66 066, versde a la commis-
sion.
La prochaine reunion aura lieu lundi A
3 heures de l'apres midi.
Le secritair e de la commission,
HORATIUS VOLCY, avocat
Crime Horrible A Cuba
Bien que les autoritdC militaires du
camp de Emmte et Crawfore aient tuch6 de
cacher un crime honteux commis par un
grand nombre de solaats d'artillerie sur la
personnel d'une jeune fille, le fait A trans-
SirC. Le crime a A 6 commis le dimanche
ernier, prea du chimp de manceuvre. La
jeune fille allait en compagnie d'un s r-
gent du 21* Regiment quand 36 sold's
d'une batterie d'artillerie les joignirent, et,
apres avoir frapp6 brutalement le sergent,
le laissant sans connaissance, ils s empa-
rarent de la jeune fille et I'amen&rent a
un endroit cachd oi successivement,
ils l'outragrgent. La malheureuseapres utre
restde plusicurs heures evanouie, revint a
ello et demand secours dans une maison


voisine en racontant l'attentat sauvage
don't elle avait d-t victim.
26 des soldats impliques dans ce rdpu-
gnant evtnement ont 6td arrctes, les autres
out pu s'dchapp:r. Les dRtenus sont prot6-
ges par une fote e cort-, afin d'emp&cher
qu ils soient lynclhs.
'2,Lueva: aurora
Marriage
En l'Eg'ise cithedrie sera celHbrt le
miurdi 20 Octobre cojurnt le marriage de
Mr FER'AN\D LISSADE avec Melle CAMILLE
ELIE.
Nos complinmcnts.
Deces
D6c6s
FRAsCOIS JEAN C11ILMEIRS, decde6 hier A
I'Age de 15 mo's. Les (undrailles auront
lieu aujourd'hui A 3 heures en l'Eglise Ca-
thddral-. Maison mortuaire, 46, Rue du
Centre.
Nos condoleances a la famil'e.
Les amis qui n'ont pas recu d'invi-
tation sont pries de considerer le present
comme en tenant lieu.
Nomination
Mr Emmanuel Alexa'-dre vient d'etre
nomm6 Peseur A la douane de Saint-Mirc.
Nos complimert;.
N6crologie
La mort vient d'enlever ces jours d&r-
n:crs a l'affection de ses parents Claire Li-
mercie Lucie Hippolyte, :g6e d'environ 17
ans file de M~" Lunique Guillaume et
du g6enral M. P. Hippolyte, Commandint
de la Commune de l'Anse-d'Hainault.
Lucie, envoyde A l'Etablisseinent des
sceurs de St Rose de Lima de Por -au-
Prince pour fire ses etudes, contract
just au moment de les achever une mala-
die qui ne tirda pas A l'ernporter dans la
tomb:. Elle 6tait tres intdres;an'e, un
brilliant avenir lui souriit et faisait fonder
sur elle de grands espoirs. Aussi, est-elle
regrettee de ses pare et mnre ct de tous ses
autres parents et amis.
Nous exhortons le p&re et la mere de
la jeune ddfunte au courage et A la r&igna-
tion en leu. envoya-t I'expression de nos
sinc&res condoldances.
UN AMi.
Cayes, 2 Octobre 1908.
Service de 1'Abattoir
Le concessionnaire de l'abitto:r informed
les bouchers de cette vtlle qu'A pirtir du
ier Novembre prochain. its a'iront A
payer un droit de surveillance de nuit de
G. 025 par chique quarrier de boeuf ou
bceut enter laiss6 en dep6t a l'abattoir.
Ceux qui ne voudront pas se conformer -1
cette decision seront dans l'obligation d'en-
lever leur beuf tout de suite apres l'abi-
uage, sinon ils prendront a leur charge
l a:hat des cordes et le salaire d'un sur-
veillant de nuit.
Le concessionaire decline toute respon-
sabiliie.
Port-au-Prince, le 5 Octobre 1908.
ARSfNE DUVIGNEAUD.
Le Journal public dans son numdro du
15 Septembre dernier:
Le mulatre des affaires
Bochette
Les affaires Rochette ont ite 6voquees,
hier, de facon bien inattendue devant la
onz;'me chambre.
Uu mulatre, originaire d'Haiti, mais su-
jet francais, nomnim Leroy, &eait poursui-
vi pour avoir assomme, A coups de canne
plombee, sa femme, une mulatresse de
Port-au-Prince, qui avait quitter le domici-
le conjugal.
M* Felizer, qui presentait la defense du
mari brutal,nous a raconte l'odyssde de ce
dernier.
Leroy qui tait A Haiti, il y a quelques


annees, avait et ijeie en prison, pour cons- H. J1r6me, Mr. St-Martin. B. Fouaruanl
piration, pir le president Nord Alexis. Le D. Sanon, F. Claude, V. Rouzier, G.Le
gouvernement francais I'avait fait mettre stage, Mme Victor et servant, Mine L. Al
en liberty et il touch mime une indem- cindor,N. Cayemitte, Germain, B. Osar
nite qui lui permit de venir A Paris. II Saiil Fils, Balmir, Mme A. Lindor, Do.
rentra chez un expect judiciaire charge brevil, L. Laville, N. Louis, Sals, D.
d'examiner les competes de la banque Ro- Lalannes, J. Samuel,
chette. Cayes.- M. Malachic, S. Chickel,
Le mnu'Atre Leroy aida son patron dans Malbranche.
ses recherches et cc fut lui qui fit dcou-ommuniu
vrir une some de 5oo.ooo francs dans les Communique au Matin,
.itoirs de Rochet'e. La deuxicme session du Concours d'ad.
II parait qu'actuellement encore, le mu- mission A l'Eco'e des Sciences Appliquie
;itre est extrait constamment de la prison a pris fin hier. Quinze candidates y avaient
oCi il est en prevention, pour aider la jus- pris part. Les dilves admis sent:
'ice dans les procis Rochette. MM. Ivan Gerdes, des Cayes
C'est sans doute pour cela que le tribu- Maurice Castra, de 'Port-auPrinu.
bunal n'a condamnn Leroy qu'a un mois Charles Dennery, fils des Cayes.--
de prison. Marion Manigat, du Cap.
Il a annonce qu'il allat plaider en divorce. Francois Manigat, de Port-au Prsm


-Notre confrere parisien se trompe. Si
la lgation franmaise put obtenir du Gou-
vernement d'Haiti une some de trente
mille francs A titre d'indemnitis, cc n'est
pas que Leroy ait d i emprisonn6 pour cau-
se de conspiration. La v&rit est que ce
Monsieur en qu6te de reclamations se mit
au milieu de la nuit, en contraventions
avec les lois de police, tout comme il vient
de le faire A Paris. II fut emprisonn6, tout
comme il 1'a ftk a Paris .. Seulement, ici,
il reclama. Plus tard un arrest d'expulsion
l'invita A aller continue ses frasques ail-
leurs.
Tribunal civil
.Andience civil du 8 O:tobre r9yo
Le tribunal prend siege sous la prdsi-
dence du Juge-Doyen P. J. Dupont Day,
assist de Monsieur A. Months, Substitut
da Comaissaire du Gouvcrnement.
Jugements rendus ;
L'ordonnance qui renvoie les epoux Si-
nmeon Monrose Gervais A l'audience publi-
que du jeudi 29 Octobre courant.
Celui qui ent&rine le rapport des experts
de la communautd Guibert.
Celui qui fixe l'audicnce du 28 'octobre
courant pour l'adjudication du cahier des
charges dress centre les consorts Chrispin.
Affaires entendues :
Celanus Traversicre centre Pampbilmi
Fanfan.
Toussaint Celeron centre les poux
Morin Fontenel.
Charles Thomas' contre Philomise Bo-
dey.
Simmonds freres centre B. Augustin
Samson.
Affaire en continuation : Vincent G.
Macklouf centre J.,L. de Picciotto ( ins-
cription de faux).
Puis le siege est level.
Tribunal de Cassation
Hier A dix heures du martin, MM. les
Juges du Tribunal de Cassation se sont
reunis en Assemblee g6ndrale et, en pre-
sence des membres du Parquet, ont proci-
de a leur roulement biennial.
Le roulement est ainsi fait :
Section civil
Ernest Bonhomme, C. Ddjean, Edmond
Hdraux, L. Denis, P. Laraque, V. R. Do-
mond.
Section criminelle
H. Lechaud, F. Baron, Georges Sylvain,
Anselme, Jdr6mie, Emm. Chancy.
Arrivages
Par le steamer Sarnia sont arrives, ce
matin, les'passagers suivants :
'~Nw-York. Mr. et Madame Valttr
Hirck.

Par le steamer Prins Der Nederlanden :
Curacao.- Buatro, Antoine Sibelo.
Jeremie.- S, J. Biggia, L. Chancy, Mme
M. Sansarick et entants, M. Villedrouin,
B. Couba ct a enfants, Mr. et Mile Sanon,


H&riber Doug6, de Jacnul.
---- --

Noluvelles Elranugres


D ernires D6pc6hes

PIILIPPOLIE ( Roumelie oriental )6.-
L'annonce officielle de l'independance de
la Bulgarie faite hier A Tirnova par Ie
prince Ferdinand a etc reque avec enthon.
siasme dans cette ville qui est la Capitals
de la Roumelie Orientale. Aujourd'hui les
cloches sonnent en signe de rijouissance.
On s'attend A la vihite prochaine du rot
Ferdinand dans cette ville.
PARIS 6.- Dans les milieux financiers
bien renseign6s, on dit ce matin que la
conference des puissances pour discuter la
situation en Bulgarie aura lieu A Paris at
que la Turquie a donn6 A la France touts
latitude pour veiller A ses intirts. Mr Pi-
chon, ministry des Affaires Etrang&resco-
tinue ses conferences avec les reprsentants
diplomatiques. Ce martin, il a eu un long
entretien avec M. Iswolsky, ministry des
Affairs Etrangeres de itussie actuellement
1 Paris et M. Stancioff, agent diplomatiqua
de la Bulgarie en France.
Au course de 1'apres-midi M. Pichon a en
igalenent des conferences avec les ambasMs
deurs d'Angleterre, de Turquie, d'Italie ct
d'Espagne. Dans les milieux officials, on
fait remarquer que l'un des prdecdentsdes
plus curieux, centre une seule puissane,
qui veut ignorer les stipulations d'un trait
sigue par es puissances, vient de 1'Autricbh
Hongrie elle-meme.
En effect lorsque le traits de Parisde
1856 fut revis6 Londres en 1871, IAn-
truche protest dnergiquement centre l
Russie qui ne pourrait plus cln-
tinuer a se conformer aux clauses relate
ves 1 la Mer noire. Les changes de Ian
actuellement en progres indiquent que Irt
puissances intdressees se rescrent 1 droit
de demander des compensations* c'est no
tamment le cas de la Russie qui demand
ra A cc que le passage des Dardanelles
ouvert a ses navires de guerre et le cas d
1 Italic qui veut un port sur la c6te de 'AI
banie. ..
iLGRADE ( Serbice) 6.- Des d.p&h
rescues des provinces disent que les hab
tants sont enthousiasmds en favcur d'o
guerre avec l'Autriche pour la raison q. It
project de l'emperecr Francois Josephd
nexer la Bosnie et I'Herzegovine, est$n
menace d'enfermet la Serbie dans I'0 N
de plus, la majority des habitants de
Bosnie est compose des Serbes qu( protest
tent energiquement centre cette anne0o.
BELGRADE ( Serbie) 7-. Le parle.
serbe a at& convoque en session zt ord.
naire pour le to octobre ; le pele Oid -
nue A demander la gerre avec 1 Aaric
Des measures spciales ont t66 pritse PO




asurer la scurite des autrichiens en Serbie. PARIS 8.- Le general Picquart est rentr.
Moscou 7.- Les 6tudiants Serbes et A Paris hier et reprit la direction d. s)n
ontc-ndrains de l'universit6 de Moscou inistere.
1ttigra phi aux ministres des Affaires M. Clemenceau accompagne de M. I au
,nuageres de Bellegrade et Cetttigne des est part hier soir dans le Var, o il inau-
r~olutions engageant Ar6sister a 1'annexion gura ce martin, le nouveau group scolaire
dl Bosnie et exprimant leur d6sir de A Bandol et prononca un discours politi-
rendrc les armes centre 1'Autriche. que.
LODRES 7- Dans un discours qu'il a -i
nnoncC ce soir devant ses electeurs A AVI-
iooler Northumberland, sir Edward Grey AVIS
kSecrtaire des affairs Etrangeres a dit L IIbli' est avis6 que le D, Jh.
Silcslprait et croyait qu'aucun 6vene- Bergenud, P'liarmacion de I'Ecole Su-
smnt pouvant mettre en danger la paix du pricure de Paris,prend la succession
ode ne surviendrai en Orient. d s aaires de la Pharnacie Emma-
PAns 7.- Les obstacles A la convoca- nuel Alexandre, et qu'il so met a la
don d'one conference international pour deposition de la clienlonepour I'ex.t
diter les affaires des Balkans ne fontcutin p.rtnelle, soigne et scrupu-
di'augmenter ; lees vues de 'Anglk e fot leuse des or lonnances de Messieurs
lagtnmenter ;les rues de I Angleterre i
e suOet sont diam6tralemcnt opposes A doct-urs et MNd cins de la Cipi-
celles de la Russie. Dans une conversation al.
qia eu lieu cet aprbs-midi. M. Isvolsky, Port-au-Prince, le 9 octobre 1908
i ministry des affairs Etrangeres russe a Dr J.. BERGEAVD
daclari que le trait de Berlin avait kt: di-
rigcontre la Russie et que s'il doit y Pal
avoir une revision de ce trait cette pui.-
noce en profitera pour demander des com-
pensations.
ST-PATERSBOURG 7.- D'apres un com-
moniqui official public cet aprts-nidi par Le steamner QUEBEC est at-
an journal local, la Russie n'a pas I'inten- 1te"du dimanche 11 courant et parti-
tiond'accep:er plicdeicnt I'annexion d-s ra le inem I e jour pour Conoives et
deuxprovinces, car elle consider I'action 1'e:it G -vt. 1 scra de relour le 14
del'Autriche come le commencement de Ot partira le mtme jour probable-
dnombrement de l'empire Ottoman et ment pour J6r6mie, Les Cayes, Port-
comme un nement pouvant provoquer do- Paix, Le Cap, scales et le Havre.
one confligrstion en Orient. Port-au Prince, le 7 Octobre 1903.
SAIT-P:ERRE 7.- La goelette franqais- L'agent,
(iuanita a s'est perdue corps et biens !a se-
muine derniare pendant qu'elle se livrait A F. ALTIERI
h phe sur les grands bans; les 25 hom- --
tesdquipage ont peri, seul le capitainea
rassii se sauver en s'accrachant a des Cpa
a. Aprts s'ttre soutenu 36 heures sur ce lig U e ollnduse
hngile appui, il a 4t6 recueilli pir un au.
w~ivire de pche qui l'a ramen6 ici; il a Le s/s Prins der Nederlanden,
perdu l raison. Cc disastre s'est product partita ce soir A 6.heures pour St
pndint une terrible tempCte. La qppanenait au port de Saint-Malo.
{ VLI' 7.- Une dpe ddche d Buchrest Port-au-Prince, le 8 Octobre 1908.
(Roumanie) annonce que le prince hiri- GERLACH & GC
ti a t assass:ndi Athenes ; on n'ajoute Agen's.
loepeu de foi A cette nouvelle dont il est
.~u'iciimposb!e d'obtenir la confirma- CABINET D0 Me LEONCE VIARD
Uon.
PAHs 8 Le Correspondant du a Temps, 75, 'Rue du nCagasin de l'Etat
ISofia til graphie que le roi Ferdinand LIBERTL, EGALITE, FRATERNIT.,
Iconfdrd longuement aujourd'hui 'avec le RItPUBLIQUE D'HAITI
Commandant en Chef de 1'Armee. Le gou- a Ixtrait des minutes du
remement Bulgare considered la dernicre a Grefle du Tribunal Civil
communication du Gouvernement Turc ( (le Port-au-Prince a.
mmme insolente : la situation est cres ten- L'an mil neuf cent huit et le Jeudi pre-
uce et l'espnt de la population est tres mier Octobre a dix heures du martin.
Imexcitd. Au Greffe du Tribunal civil de Port-au-
VIENNE.- Legouvernement a recu infor- Prince et par devant nous B. Rousseau,
ation que la Serble a l'intention d'orga- commis-greffier du siege, soussign6, a
BWr une guerre de guerrilla en Bosni et comparu Madame Veuve MWrajothe Gressi-
tl Herzegovine, en couvrant ces pays de ne, nde Eugenie Pdlier, proprietaire, de-
Lndes armes. meurant et domiciliee Port-au -Prince,as-
.BELGRADE 7.- Le people reclame nler- sistee de M" Leonce Viard, son avocat, la-
Vtlement la guerre avec l'Autriche. quelle nous a ddclard qu'elle renonce pu-
-. government Serbe. dans une pro- rement et simplement A la communaute
&aionlancee aujourd'hui, proteste con- qui a exists entire elle et :son 6poux et
trlannexion de la Bosmie ct de l'Herze- u'en sa quality: de tutrice l6gale de ses en-
Set exprime l'opinion que les puis- fants mineurs Edgard, Eugene, Merajothe,
W repondront a l'appel qui leur est Eva et No6mie Gressine, elle accepted sous
pPour protection et justice. benefice d'inventaire la succession ouverte
mait court que les Albanais se sont au profit des mineurs.
md inddpendants de la Turquie. Dont. acte La comparante a sign avec
i.CoTANTINOPLE.- Comme rdponse A nous apres lecture ainsi que son avocat.
So de la Crte avec la Grace, le gou- ( Sign6 ) Dme. Vve M. B. Gressine, Ld-
tement Ottoman va envoyer quatre na- once Viard, avocar, B Rousseau.
inde guerre a Samos, ( ile grecque ), Enregistre A Port-au-Prince le trois Oc-
'.h qi pale un tribute annuel a la Tur tobre mil neuf cent huit, folio 487/488,
SVo Case 4404 du Rdgistre V. No 3 des ac-
arS.- La France continue a insisted tes judiciaires. Pergu droit fixe cinqcante
'tcrce, sur l'opportunitc d'une conte- centimes. Le Directeur principal de 1En-
Sinternationalc, en vue d'un rdgle-r registrement ( signed ) C. F. Carvalho.
l't de la cruise dans les Balkans. Vu : Par autorisation du contr61eur signn)


Cyrus Saurel. Pour expedition conform.
(:Coltionne ( signed) B. Rousseau.
Pour extrait conform A l'expedition.
LONCE VIARD, av.

Cie des Pompiers libres


Cours d'instruction

Nors des pompiers qui doivent se
presenter A la station central pen-
dant la semaine du 12 au 16 ootobre
1908.
A. ISIDORE, conseiller.- Ldonce St Su-
rin, Georges Laroche sous-officiers. Per.
driel Sylvain, Clement Laurenceau, St
Clair Bros, Victor Prosper, Edgard Daguer-
re, Jh. Georges fils, Michel Lilavois, CIl-
ment Trazibule, Horace Milforr, Armand
fils, Vallon Julien, Justin Chdry. Lionce
Cyrlle, A. Louis Charles, Christian Bias,
Leon Fontaine, Justin Camille, Hermann
Chancy, Bonnacieux Bienaime, pompiers.
Port-au-Prince, le 9 Octobre 1908.
Le Commandant
Louis hTIIhART.


A vendre
Un buss Feltch, tout neof.
S'adresser au ACatin.
-- I -- --.---=-
P, C. S
Le public est pr6venu qu'a par-
tir de dernmain, Vendredi
9 du courant,,le service dela
Plaine sera effect par les trains
r6glementaires de 30, 10.
30, 3. 3o.
Les trains de 6.30 et to.30
donneront correspondence avec
le Train qui se trouve de I'autre
c6t6 du nouveau lit de la rivibre
et qui va g 1lEtang.
Le train de 3.30 n'ira que jus-
qu'A Tabarre.
Un avis ult6rieur an-
noncera quand la Di-
rection pourra garan-
tir le passage de la ri-
viDre"
La Direction


TANNERIE CONTINENTAL

A l'occasion de 1'ouverture de notre succur-
sale (Rue du Quai No 83) nous avisons le pu-
blic en g6n6ral, que nous mettons en vente, un
assortment de chaussures chevreau glac6 en
tous genres pour Hommes, Dames et Enfants


aux prix suivants:
Ciaussures pour
(a


Sacs videsl..


homes
Dames


Sacs vides!..


Entrep6t Gen6ral des Grandes fabriques
DE CALCUTTA (INDB) DUNKERQUE (FRancC) Er DUNDEE ( A.aLramIts )
SACS spdciaux pour Caf6s tri6s
Cafes ordinaites
Cacaos
Les Types Courants constamment en Stock par ballet de 400 sac%,
Depuis 18 centimes or jusqu'a 28 centimes or
Pour grandeurs rdgulieres 65x110 centimetres et 70x110 centinmtre.
Poids del 3]4 livres jusqu'A 3 livres.
Sacs sur modules et sur types des acbeteurs.
Prix A forfait pour livraisons meusuelles francs port de d6barquemeot et,,ti
on le desire, Droits pays.

50.000 Sacs de 1'Inde


Viennent


d'arriver


par Balles de 300 Saes.


G. 11,95
12,45


Prix excepticnnellement avantageux
S'adresser a JULES LAVILLE
AGENT ET DEPOSITAIRE GENIRALL
93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT


------ --1





.-ET '
6A T BELLE VUE

F:.:rc du "':h:uw r -d -Ma"r
,PORT1> -'V.>?INC1- (-EAITI)

ime Herman ce ALFRED, directrice

APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DINERS-LUNCES.
Installation moderne et comfortable Fuesur la mer. Telmprature
douws et r/gulibre.--Les Tramways desservcnt l'Hstel-Bellevue routes les 7 Minutes
PROPRIPTg SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
-- PROMENADES JARDINS
S allel df rdception.--Piano.-Gramophone.
Sonneries Electriquea
Table d'I6te tw li js, de wid, i hkeurs,
Table d do,-7 8-. 8 ksrs du soir_

: L NiBIfe Ot I Ii

DEr
Port-au-Prince

C:APACITI 500 PEAUX PAR JOUR
PRE PARATION- DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24) COULEURS,
Veffte des chaussures : Chvreau-glac6, Verni et cou-
lears,,pour Hommes,,Danaes et Enfants.
S( BOUTrNNA, ELASTIQUE ET LAC )
a r.os et en detail pour toite la R6pub)lique
j I/I I I I I I I I I I x


CORDONNERIE.
3E.: SFM=JB:
S', 42., Rue des Fronts-Forts.
CHAUSSURES EN DEP6T,POUR LA VENTE
Prrtiplitte'let"sboin aux comman-
des tant ici qu'en province.
Chbussures-de Damn, forine et tia-
vaiLt ou6Alrs tout de-qu'it 'y a do plus
nouveaux.
Former amrricaine et franCaise pour
Messieurs.; .616gantes et commodes.
Pour:Tirs e6fants te plush l'aiser .-
Trav.ail solide exdcute avec
des peaux do premierep larque.
Assurance de grand rabais.
.Ates, Cirages et Licfid-ws
-1_T --- .


Francisco


Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en ddp6t
un grand stock, pour la ventoe on
gros et en detail, de chaussures en
tous genres pour
SHOMMES, FEMMES, ENFANTS
Les commandos des commercants
de l'intdrieur pouront etre exdcut6es
dans une somaine'A peu prs. .
23ri'Re des Fronts-Forts, 23
.. PORT-AU-PRINpE ( ATI .
*" i i : -- -"
Pancmas!..... .
Elegants, solides, arrivess 'par le
( Montrial .
Chez M"u LEQNIDX.SQOLAGES..
22, Rue des 'Fronts-Lortz.


Chapeaux 1 :
Chapeaux l
: Chapeaux l 1
PAILiL DE PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ


-SeJO S-AN MILLAN
Le cow.oitiur ar'iste, qui vient avec le
Soonco trs d'un chapelier remarquable,
XI JAiria TESTAR, d'installer une
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon de Coiffure du Louvre
Pour tons les god'tF et pour toutes
las bourses.

Cordonnerie Nouvelle


G. B. PETOIA
143,YGRAND'RUE, 143
PORT-AU-PRINCE
CHAUSSURES EN TOUS GENRES
EN DAP6T, POUR LA VENTE
1N GROS ET DATAIL.1
Execution prompted des
conrnandes, tant ici qu'en
Province.
Former a homes ; l16gantes et ra-
tionnelles.
Chaussures de dames ( Dernidre mo-
de de Paris ) et le plus commode :
chaussures pour enfants confection-
ndestavec des Peaua, de toutes nuances
d'une selection et durde irreprocha-
bles, a des prix avantageux.
Cirages, pates et liquids
Pour chaussures de toutes nuances.


A. de Matt6is & Co
Maison fondue en 1888.


DPerniers articles repus

Parfomerie Houbigant; Ro-
yal HIoubiarit ; IFotedre Royal ; Par-
fumn Itdal; Savon, l'oudre ; etc. etc..
Coffrets de parfumerie tris 61 giants.
Parfum renonmm A s'ris ; Lotion, Tri-
copherous.
Lampes, Fouets et Chamois
pour buggy et buss.
Argenterie de luxe, Bibelots,
Moustiquaires, Brosses, Pipes, Fumes-
cigarettes, Cravates, Maroquinerie de
toutes qualit6s.
La Maison a toujours un grand as-
sortiment de Bijouterie, d'Argenterie,
de Diamanrt, la disposition du public
en general et A la port6e do toutes
les bourses.
Atel'ers d' orlogerie et de
Bijouterie : Gravures, Confection
sur command.
Achat de vicil or et vied argenlt,-
diamant t pierres prdcieu'es a des prix
avantageux.
ACIIAT D'I:CAILLES DE CARET
Prix exceptions el

JULIEN FLORUS
Ancien Cdlce de la G6e Compagnie
d'ouvriers d'Artillerie ( Lorient )
Se tient A la disposition du public
pour tous travaux de FORGE, et d'A-
JUSTAGE, de REPARATION do coflre-
forts etc. etc. A de bonnes conditions.
Rue de la Rdvolution No 19
Vis d-vis de la Chambre des Depulls
-- %.--. -*--- ------ ---- s


Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirig6e par

L. HODELIN
Ancien membre ds la Societd Philan
thropique des maitres tailleurs de Pari
Vient do recevoix un grand choix d'd
toffes diagonale, casimir alpaca, chevio
to, cheviote pour douil, etc, Recomman
Jo particulibrement sa clientele une
bel e collection de coupes de casimir
', gilets de fautaisie et de piqu6 de
toute beaut6
Sp6cialit6 de Costumes de no
ces.- Coupes Francaise, Anglaise e
AmEricaina de la derniire perfection
La maison confectionne aussi lea Cos
tumaes roilitaires, habits brod6z
dolmans, tuniques, habits oar
r&z. eto Mto, de tous grades:

Au dernier crii
FABRICATION DE CHAUSSURES
D. FERRARI
A I'honneur d'annoncer A ses nom
breux clients de la Capitale et de I~
province qu'il vient de se transfdrer de
laRue desFronts-Forts, avec son m6me
stock do chaussures, d la Grand'Rue
au No 153 avec l'inscription ci-dessus
Les clients seront toujours servis
dans les m6mes conditions ; c'est-A-
dire avec les 5 o/o d'escompte sur 1;
vente en gros ; sans oublier les me.
mes soins et la m6me exactitude.
La Maison se charge toujours de faith
r prendre les measures A domicile.


ECOLE
D'ENSEIGNEMENT SECO!DAIRE
PRATIQUE
PORT-AU-PRINCE 58, RUE DU PORT.
Dans le but de donner une direc-
tion pratique A l'enseignement des
jeunr s flles, une 1 cole Spdciale est
fondde en cette ville sois le patrona.
ge d'un group de personnel qui s'in-
tercssent a la rdforme de 1'Enseigne..
ment.
Cette nouvello Institution adopted le
programme official d'enseignementse.
condaire adapt aux exigences nou.
velles de la vie pratique.
L'Enseignement est repartj
en deux genres bien distinots:.
lo L'Enseignement classique,
20 L'Enseignement pratique. :
Ce dernier comprend les travaux
manuels, les arts d'agrdment, la pra-
tique du manage, et, en g6enral, les:
connaissances uliisables au foyer.
et indispensables A la femme-oblig6e-
de subvenir aux besoins de l'exis-
tence.
L'Etablissement regoit:
Des Externes,
Des Externes surveilldes,
Des demi-pensionnaires.
L'Enseignement sa divise en
3 course.
to Cours ldmnentaire : durke 4 ans,
de six At 10 ans.
20 Cours moyen : durde 3 ans, de
10 t13 ans.
3 Cours supdrieur : durde3 ans,
de 13 a 16 ans.
Les course d'enseignement pratique
peuvent etre galement suivis par lea
enfants qui n'appartiennent pas A 'E-
cole ; dans ce cas, e!les seront clas-
sdesd'apresleur age dans l'undescours
ci-dessus.
Un course sup6rieur d'enseignement
pratique et darts d'agrdment recevra
les personnel qui voudront se par-
faire dans les dites connaissances.
SPour les conditions d'admission s'a;
s dresser d
Mi"" LAPORTE
Officer d'Acadlmic, Brevet sup6rieur,
El-vc de la LUgion d'Ilonneur,
Directrice de 1'Etablissement
e NOTE.- Un course gratuit d'enseigCe-
Sment primaire professionnel est attach i
e l'dtablissement.


t

s



a





3
e


MASON

N. Cordasco"
La seule Maison qui peut rdpondre
A tous les caprices du bon goit.
La Maison la plus assortie, ou I'0on
trouvera des chaussures de toutes es*
pieces et A tous prix.
La Maison qui emploie les meille.-
res fournitures.
La Maison qui vend A meilleOr
march.
On trouve dans ses souliers:
Elegance, Solidite et Propret
Cette Maison est une des plus re.
commandables.
On trouve aussi Cirages pour toU
tes les chausssures noirs et coullt
a des prix encourageants.

Le public est avis6 que j'autod0
Mr F. F. Stines A agir coimme mon,
agent A Port-au-Prince,
Le COMMODORE W. E. MEYR
de Bermudes


DE S S E