<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00445
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: October 5, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00445

Full Text

peuxibme Ann6e, No 455.


PORT-AU-PRINCE ( IHA r )





Lundi, 5 Octobre 1908.


- -


)


QUOTIDIEN

Abonnements: olRECEUR:
AbonneUmOents.: DCG. 0: LE NUMERO 15 CENTIMES

PORT-AU-PRINCE TRos MoIs. 5.00 et 1aglo e,
DPARTEENTS UN Mois.. 2.20 Les abonnements parent dua x et du i$ de chaqae
DTROIS MOIs 6.00 REDACTION-ADMINISTRATION mois et sont payables d'avance.
TRANGER ....... TRois Mors. 8.00 45, RUE ROUX, 45. Le manuscrits inar6s ou non ne serontlpa rea4u

Pour tout ce quii concOrne i'Administration du Journal, 'a'dresser & Monsieur Arthur ISIDORE,- 45, RUE RoauI On >onn-PFi.
]g ._ -- _J -1 1---


CURIEUSE EVOLUTION



ANGLEI'IIRRE-JANUS


En 1908
SEcoutez les observations de Stuart
Mill; i dit son admiration A son pre-
mier sour en France.
'. Jjgqprais, ajoute-t-il, qu'en Angle-
'trre on avait l'habitude de professor,
jene dirai pas des levres, mais avec
IA plus profonde conviction, que la
conduite a toujours pour regle de
tendre, comme en suivant une piste
natarelle, vers des objets bas et mes-
qoins.
SJe ne me doutais pas do ce dd-
niement des'sentiments 6lev6s, qui se
r0fle par un d6nigrement moqueur
raec lequel on les accueille shaque
foisqu'ils se manifstent, que l'on
reconnait a ce signe que presque tout
lnmonde s'abstient de professor au-
pn principle elev6 d'action, si ce n'est
daos quelques cas d6terminds d'a
Tance.
* Mais par contre, it remarque
'que leurs sentiments ( des Franc is)
qLe I'on peut par comparison appe-
r elev6s, marquent de leur cachet
Autes les relations humaines, aussi
ien dans les livres que dans la vie...
'Je ne savais pas do 'quelle facon
uhez l'Anglais le manque d'int6ret
poar lea choses qui ne le touchent
. .personnellement..... et ensuite
uitude de ne pas laisser paraltre
rwirt qu'il prend rdellement aux
hao s, sont cause que ses senti-
nMats et mmes ses faculties intel-
htelles restent sans d6veloppement
teddveloppent dans une direction
8!e et tres bornde... -
1lus loin, page 225. il dplore et
~ la profonde ignorance des
Sd'Etat d'Angleterre et du
Abli, anglais, relativement aux faits
x. ipqui ne se passent pa h chez
L'illuslre Philosophe dtait-il seul A
rser ainDsi ? Le professeur Dicey
!lP ses deductions, lui qui cite
-Zel Passages:


c J. Austin avait un profond d6gott
pour les manitres de la vie anglaise,
pour cette absence d'iddes large et
de d6sirs gMndreux, pour ces objets
mesquins sur lesquels les facultds de
toutes les classes de l'Angleterre sont
tendues.'
a Nous sommes un people 4goiste,
dit le'professeur IIenry Summer Mai-
ne; ce qui confirm les paroles cities
plus haut de Stuart Mill, qua I'Anglais
manque d'intBdrt pour les choses qni
ne lI touchent pas.
c Et c'est cet egoismo qui fait quo la
, nation anglaise a 1t6 jusqu'en ces
derniers temps la plus impopulaire
des nations europ6ennes. *
( Vous savez d'ailleurs la place
qu'occupe l'doisme dans la philoso-
phie ulilitaire. Hume ecrivait d6jA
qu'il n'y a pas de contradiction entire
les sentiments 4goistes et sociaux.
Bentiham, cherchant le sentiment qui
semble so prater le mieux A la mesu-
re, s'arrtte sur l'dgoisme, # don't l'in-
fluence est exclusive, ou au moins
predominant sur les actions humai-
nes. 3
< Ainsi done,... la grande ma-se de
la nation sans culture, l'abaissement
du niveau intellectual et moral, la ru-
desse des mowurs, I'absence de socia-
bilit6, et, pour couronner cet edifice
qui peche si d6sespderment par la ba-
se, I'6goisme.et I'antipathie universelle,
voila l'dcole of l'on nous demand de
diriger nos enfants. Voi:a le rdgima au
quel on nous domande de soumettre
un people pour lequel note devoir,
au contraire, serait de le detacher des
objets bas et mesquins, et d'affranchir
son es rit de cetto gangue de maliero
pesante, qui l'empeclhe de s'approprier
les idds large et les d6sirs gt4nd-
reux. Voila les principles, ou plut6t
l'absence de principles, voilA les rd-
sultats I a( Nouvelliste du 24 juillet
1908. )
g Le XIX* sickle peut etre considd-
rd comme I'6poque oh les sentiments


d'humanit6 ont eu le plus d'empire mal A propos... L'Europs, d'ailleurs,
sur les Ames. Dans cette lutte gdnd- assislait sans murmurer a comedie
reuse entire les nations, I'Angleterre qui so jouait sur le Nil. Elle n'atten-
est toujours au premier rang; elle dait qu'un signal pour s ijeter sur I'A-
adoucit ses lois criminelles, elle met FRIQUB.
fin A la traite des noirs ; elle abolit cAussi que voyons-nous? DBs que
l'esclavage.... Mais une reaction s'o- l'Angleterre s'est assure de l'Egypte,
pere, le Benthamisme perd presque 1'Italie a'installe sur la Mer Rouge, la
tout son pouvoir sur les esprits qu'il Russie coquetteavecl'Abyssinie, I Alle-
avait 6claires,. ce sont choses du mand pdnetre dan l'interieur jusqu'-
pays ,'; et ddj& cette large philanthro- aux grands lacs, le Belge lui m6me es
pie, don't la garde semblail pour tou- taille un empire au Congo; et la
jours confide a la conscience anglaise, France s'attribuant la part du lion,
n'est plus qu'un tissu de douces 16- prend la Tunisie, le Dahomey, une
gendes don't on amuse la curiosity parties de l'Hinterland africain, le Con-
des infants. go francais, reclame A Madagascar les
a La littdrature ipap6rialiste n'a que droits de Louis X[II oA de Louis XIY,
du mdpris pour les races de couleur. et, plus loin, colonise le Tonkin et
< II y a pnrlout uno detestable re- gaette Siam.
crudesceuco du travail servile. Co sont a Les Amdricains du Nord seals
contracts leonins avoc les Matabelds, n'ont rien pris dans ce pillage des peu-
les Bechuanas, avec les Chinois. Le pies 1 Eux que l'Europe accuse d'une
travail d cdtJ d'hommes de couleur est ambition folle, ils rcfusent to don
chose in-ligne....(1) des ties Sandwich comme ils avaient
.... Et c'est une conslatation g6nd- refus6Saint-Thomas, commeilsavaient
rale quo le:vieux dogme de la'fraterni- refuse Samana, mettant ainsi leur
t6 humaine est sur son dclin..... Et conduite d'accord avec leurs princi-
l'on nous demand de turner lo dos pes et laissant A la vieille Europe
A ceux qui nous traitent en freres, l'honneur d'appliquer sa vieille mora-
pour tendre la main A coux qui nous le, toujours parfaite quand ii s'agit
traitent en ennemis et en d6g6ndrds! j des droits des faibles.....
( NoWvelliste du 28 juillet 1908. ) Malgre le fAcheux incident auquel
Pendant que la France regarded le consul g6n6ral anglais, M. Zohrab,
hois de ses mars, l'Argleterre ne attach son nom, le Gouvernement
perd pas de vue lo but .qu'elle s'est anglais a montr6 depuis six ans, et
assigned, qui est le soin do ldgifkrer sans discontinuer, la plus grande bien-
pour le seul bonheur du people anglais. viellance A notre dgard.
Elle ne se soucie pas de donner des a Sous l'impulsion de notre Charg6
modules au monde... Et chacun conti d'affaires a Londres, et grace a l'actl-
nue sa marchedansla direction qu'il a vitd de notre Consul A Kingston, tou-
choisie. Et toujours quelle difference tea les tentatives ad'insurrection ont
dans les esprits, quelle opposition te6 ddjoudes; et c'est le Goqverne-
dans les m6thcdes I ( Nouvelliste du 11 ment anglais qui, en faisant pour notre
Aoit 1908. ) compile une police tres attentive, nous
Dr NstouRs AUGUSTE. a preserves, A certain moment, d'une
guerre civil. Que cette conduite rap-
1895 pelle peu celle d'une nation qui veut
notre ruine et menace notre Ind6pen-
SElev6 en France et nourri de son dance I
histoire, I'Haitien garde sur l'Angle- On la d6nonce comme d6cidde A
terre les iddes que plusieurs siecles prendre sa part de nos d6pouilles,
do luttes acharndes entretiennent comme si ces ddpouilles 6taient djAi
chez d'anciens adversaires. C'est se A l'enchere, parce qu'il paratt iqu'alti
placer A un point de vue faux, et lui sera n6cessaire A l'ouverture d
6pouser des passions auxquelles il se- Canal de Panama, comme l'Egypt
rait sage de rester stranger. L'est au Canal de Suez. On ob1lla
a L'exemple de l'Egypte eat invoqu6 qu'elle posa8de la Jamalpque, et que..
1 Les mots Let sont souligais par le Dr N. cette lie se t un assez beae joyou pour
Auguste. qu'elle ne cherche pas ailleurs au


1 I ~_ C -I-I -





torri toire qlu'elle ll'obt i end ra it pas lille espoir flt( 1'ecidigiier au moment.
sans lutto. (1) oppot in.Ito! k-rn: in .1t Jn-Frangois,
S Oil otlilict sii'l-lo ut. 10111 ,"t q ii, (11j, d lwas P irt .1 o t, etc firent dces ricli-s
notre Iiistoire, Iii (lonnlora t.- i. p"(:r,. Idldltti llos di' ci e Itoprvitice, itinton-
D'1IO0N.EU it dan'w Ia rifhubibl iltI tl dNhi C'('3II d(I(' conbre. I.' s sinistres ciOar-
raceino ire, dtv's LaIli 1;ni,,ution de ses t6s (do ki va~ftpoielinrel .u
sou/7hinces., dan;::sIc 'gI'1 Wo~ielrt ifiit, i umiwiicut Iit hyule (fit Cop m~,olz
W )Ml ept Pre'sen- (J *ij !' iv> y.int Ia terrible f VoflgnraU lcJi escla-
loielsc, ui:1 is eli jl ':YIS: cCd s S r(vo';!,) Netaieni itss e wpe-m~ni' l'~F
tes de la coit 'Ciet O! (I IlI to u 't u Ivi t 'ipui fc!i s I) a:ici~s ties cam pages e' -
plc, lpour pmehrime;' ct :,1iet'a actionn
pretni''r, la lit) m t6 es 5t 1v, (-2) U g: cl iraw; revolte ii escia-
a Qte (juati.-virt.dix d at v "nits di: uri mI'Si eto rjU nile sanglnterniu,,a-
vgouvern wont i tidjicihdnt 1nt fils ilt Lt'Ir lil-lut louitt aniolls
reondus indilleu heis ,I jitj ios sA !' vt Ls at j,: eti I.'e;irlti ci isouvk-
(lue nous avons faith (ifi cliemoiri (lriIi'; iik 1 c.Irm.Iy:1'C-tjie es( I ie i6 1 T J.
Christophie, (l(i appclait c' pas la lV'iai-us tlii, Rmo'mU tit datis la peau d'i
naqoaninl (I ( rt'nHuc A nqlCocrlb Crre o grmid d'E--qgui. ik cetto gral'oi falrce
et c~li-brai t A ontitoccwa o -Iwi a 00i 4o tC Stl U0tjo101, iit d L i WWt St 'i.
so de \Vi be force, doG C t oi do!I di't retriic, riet intlue ce c pable de ia
M's 4r;di t: inai i Ia u les j'ises limits d'one
(t ()ulf lcas ait-mu dom.( de tli i~ ~~aiaue.SiluS ce~tO
gonce r(o nos eoiImpdlIiotc~s piut, !o'ri- 'li:ret ice, c s wlavt:s, u jpuiics par
r., -aii I Pi'llistoi, '(_,0 ; i V J 1 P i I li.v: do dc t iuiOzi mtIm ma! nm ar-
santiae a-Z-oni dos ntn;-coA:tcm- I I.it's s ui jntee tla
loif ll[1(-ZIiki rIt1 c ii fo, pobllluits
c'11oin me IOi'ova 'ai I ?) r.-dotitr r! t, r 1 I t: at OiS lij111,its ()IC'onlt1era enIt
Ali ue les faiti s 5 :int i i t ciix '"t'- l ticU lo u IOU SQu i', d( len tit ang.
(11-ti! Ae t ableau I... PU ) I jwitil COS 1lut iS 11i'OCCS, 41ut1'
Ns. uui \u si wIiL 41o\,:iu-, ioto I:iitbs.1 d-,mat ron-;
I.A. IA 1a'\ui 410 1. 4c~om'dres, leni'
(Le, Adt'CIs~ti?'cs(desChe~) insdofefrlOil1 vi o.l~~~ umli o
Lili.,rdis pa''tons ces exerples (jIt'Oil
-IcLru-I (2ii.;t, iI sIlontr.il p ritoui,
jIi)\ (Ei:S I~ lla II i iacid I ial i leA 1diti es, O:ilt1 I
I)s'a a villee, lux Ittaclienie.its
--isli~ doll S huhj 1)12 tegu Iie iO. in
dio~~te tr~oulws laln 1
:q uasi -i IIcowieTice de len I".e) lls de-
MARRON N A E ciaieiit taIIttit ur appui i out* Ia ravolte
ET tan ttt ill ifist :i1:n-,mt (I'opjprr sioio c IC
CHEFS DE BANDES les colons toui'uaie:It centre It--, at
tres e:clavce ou contre les allranchis.
4,la lorigue, ius iniriont pp" .30e ..b-oi,'-
b 1) 'se grtand noniue par les bande.
(:otto silitition politique quele noLus'd'esclaves camp6:i (tans Ia plaino. (:C.
vco- s do re:racer ;I longs trails pewdant, l]s batides qui lp0s-,4Clia des
~aris nots arrt~ler 4i dos foils qui n clieft audacieux, pntrc)rorn owrit, con-
formernt ie les aisisos dos d jes ngencus seiverout eticore lonclerrups lou' iiew o-
quo lious (%ort-; forinifler loltis expli- iOiie. Bliea plai, Ihi-es iive 4 ( se
flue ti-6- bioni I'.a.sc Itullt si :a jui~lllellm t r6wOltaient dauis Ia pluinc, choisiss.ilent
Coliqui par Tooussiji d:t ns i colonic. souvent pout les dairiger uii ancieiin n
Appuy4 silt -Li .,,)IIII)cu.So cI(..tcljss, us j( re ma iron. ID)adU ds un coulrlae qui
ecsavca, 0Io'Jh dlmnincntes q'nlit.3s 1 lainse -;lere imiposem', ces neri'es
aiom me fd'Etat, 4Williesprit de ,6tid--'- ffruntait-tt taet I i:r.tz I les p 3Filsdui cht-imp
tration flue le -'#:ie soul peut olfi]I, ii i do bati il!c. Ei vrais eutfaii s de 1 tIa-
solt habjlerneii I 1 ci'cPe one posilion u nre ii.; croya ient cii 1,i verln des arnu-
exccptioniaeillc dans cc (1sai'rci gil tral. 1111111i (to ces X Lilu tais-
Cependmint Ic foait comnt.umt1pon IS, i.111 avutiI loh ,uL ie no sont
~iU COos uecl rt~ito *uie Ia polus-iur. P. D lOUI'r lonv staoe
qutlte do I' Wlul amzce :'est p-a se uiawIs 1-s lOiS les aviit dresses ?A Ia guer-
core le motif suparieur de ces lutc(s, d-e 'eilhuscaIdles. Lq patlaite connais-
do ces ievolles. Sa'is doute los dv.3i- sauce qi'ils av uiont des lioux, but' lais-
nents daiis leur. logiquee tInou cor dutl-sait l 111, el avamlai age stir Ict ao i ires es-
S0111, 4ce C (ItIioemetit fital ; nai l.iaveS 'lui INiutit l juu IA (IdUs
Iloninits qui s'agiH ~tt ic i : rr otCmIt' tim f nb!e i chaini ,;. 1' 011 iil q1f.j i(fiOS wsOl fs
vue A des -:saisfjcrtciQrs Ilnuus irn muilla- 1ic al-lvi ..iI~tititi leiir. polioim' aIVe
Les. Lil i0011 j911k:1. l ; ti enti e l ie ivi vit .
Enl 1701, 6clata Ia formid:tlm rfvoI, oi Iys i' ell Ime 1 itnfilite tie opelits clans
(ICS eselayes des atelicirs CA de.s ,,I;un Y ,UI( ( U lU losUesplus ndies (d Tous-
lions do e ]a plumne dtoid (Ii Le G6iic. ii i a1 ole I V fa i fre acceptor son amatori-
le Toussairnt avail toul t prIpa6 das 16P'"' cr-i c:Itfs ( (it-, )b1od. A I Vlrit6,
I'oibre. Las administrateurs de Saint.t it ne put urrkie' qu'd une oso:te d'al-
Domingue, aveughis par Ieurs sots prd-,lirance avoc (1u10111103 uris d'entre-cux,
jugas-s.sur l'incurable bestialitd du nL- 0 t11 L t2cttla u irts utta larga mesuro
gre, avaient cru pouvoi:' ddchatner c ekur antonomic. La sagacity naturelle
torrent sur ]a colonic, pour balayer U vicil cselavo de Bi-6da, saisissail
leu's adversaires, ol conservaut Ile cuI- tort bien que ces banilos en arms
'tans la montague formaicnt une I)uis.
1. Cet cnthousiasinsc poor lcle uo benjovau nUsate :'&rvc pour ceuix qui I',ttaienit
n'empichcr apourtant pas Ic leoctur d6cri- laris la ulaiiie. 11 tIIa nagliga dO- C (loneie
ro, en 19(0h, pour nicr les aptitudcs c0olonisI- p 1) tt' se cotlCil:ai- It a biem-'illatico d
tricks de I'Atglcterrc, quc le dc vcoppemcnt Cu'S cliefs lie b Ludcs.
de I Janiniqu. .( ne date cl'iCr i. Not-
V~iJ.IST do, 6 Aol~t 1908.
2. a L,'Anglctrrre a fa~it tin sacrifice d c 500--
maillions (IC francs J~o~ltueI:1nciper Ics escia- P ri ~re d'avi S~r 1'adirninistra-
yes a'ux .antilles. Dr N. Aogwdtc. tion de Ia moi7~dre irr~gulari-
La France,umi contraire, a cu Lia o ncaisscr u t.4 dans 1e3servica di i MATIN)
00 millions pour in simple reconnaissance de
Ialibert6 ha'ltienne conquiso B par los es- '.fin qU~il y "oit~ do suite remA-
chaves. di6


it

P ':.- .1 "' v'T O1 1, M N-A TS
MT 0 FORO LO GT Q G ES

DU
SitAINAIRE COLLEGE S.-MARTIAL

DIMANCuIE OCTOIRE
aronimtre .A midi 760,2 "'/m
:uiriiinu!n 22 0
fernipb rattrl 3d'c1xinulmr 32. 6
nim~ eniu: daiUt. 26. 4'
Ciel nu.igeux le main ; covert I'apres-
midi.
Eclairs an nord A 7 h. du soir.
Pluie de 8 h. to A 8 h. et demie et de
to h 30 A minuit: 49,4m/=. La pluie d'o
age de sanmdi soir a donnt 34,6 "/"
Le barom6tre a baiss6 ldgerement.
Cyclone. Voici quclques renseignc-
inents au suict de it march du cyclone :
L.e centre de la dderess:on a dl pdndtrer
sur le territoire de Stint Domingue par
ii baie du Ntybe, puis a suivi 1a chaine
,!c la Selle a'l nord ; par les vallees des
Grinds Fonds ct de la Rivire Froide. Ar-
rivd en mer du c6te de Carrefour, ii a etd
dtvie par la Gonave et a march vers le
Snord. lacinelen effect a peu souffert du vent.
Des observations faitcs A Furcy, ii rdsulte
que le cyclone a passed A l'Est puis au nord
de cette locali:t, ct come il est rested
.:ontanrnment au sud et l'ouest de Port-au-
Prince, il ne lui rest plus que la route
que nous venons d'indiquer. Dans le
nor ses ravages out e4t plus considdra-
bles que du c6t6 de Port-au-Prince, Des
lundi 28 A 2 h. du martin, le vent a com-
menc6 avcc violence A Port-de-Paix : ren-
versant des bA'isses, arrachant le,; toitures
en zinc. et deracinant ou cassant des cen-
tiincs d'arbres. La direction NE de ce vent
tiontre quc le centre cyclonique se trou-
vait, dans la jourr:de de lundi au SSW de
Port-de-Paix.
R. BALTENWECK
Revue Militaira
Hlier eut lieu latrois':ne revue militai-
re de I'annde.
Nos troupers portaient pour la circons-
tance des uniformes neufs.
L'arrivde de son Son Excellence le Prd-
sideut d'Haii au Champ de Mars fut sa-
lude par une salve de 21 coups de canon.
Malgr6 une pluie abondante tomb6e la
veille et le mauvais 6tat du terrain, nos
troupes out ddfile avec beaucoup 'd'en-
train, au pas de parade. Ellcs eurent la
bonne chance de ne pas avoir la rmsaven-
ture, racontec par le colonel Rousset, qui
arriva aux fantassins du IS5' c rps alle-
mand, ii y a de cela quelque temps : a D6-
tilant A Strasbourg devant Guillamme I,
ayant A prendre le pas de parade dans un
terrain d6trempd, les fantassins perdirent
la majeure parties de leurs chaussures enli-
zes dans la boue v
Aprcs la revue, le Prdsident Nord Alexis
a fait une longue et brillante tournde en
ville- salud partout avec enthousiasme et
respect.
Tous nos compliments A notre vaillante
arm6e qui se rivdle chaque jour plus forte
ct plus discipline.
Naissance
Mm' Samuel H-ittinot a heureusement
mis au monde ce matin un garcon qui a
recu le nom d'EMILE
Compliments aux d}-oux Huttinot'et meil
leurs vceux au bebe.
D6part
Hier est part le steamer a Prins Wil-


lem I avec les passagers suivants des
tination de :
Jdrmie : Robert Laraque, Mme Smidl
Perpignand, Melle Henriette Laraqe.
Petit-Godve : Mme Gaston Gillod
A. Soray, Numa Ferrusa, Melle Julie, Af

Cayes : Thomas Silvestre, Mme Htlne
Thesson, Montcs Lagrone.
Chronique des Tribunaux
TRIBUNAL DE PAIX
SECTION NORD
W hittty-Bordes
lle a 1'air de ne pas vouloir laiss
Ie r6le cette complex affaire, Whitty q
est revenue pour la troisieme fois lAbar
du Tribunal de Paix.
Mais quelque soit le caractre on la per.
sonnalitd des individus en jeu; quelle qe
soit la delicatesse de cette question dar.
gent qui scmble froisser la susceptibility de
p!us d'un, il faut que le Tribunal arrive
A y voir clair ct A se prononcer finalement
sur cette cause qui a beaucoup trop tralo
par devant lui...
Des froissements d'amour-propre et des
gaucheries eurent lieu naturellement etre
ceux qui crurent, A un moment, que les
affaires d'int&erts pouvaient etre conduites
a la bohame et que I'on s'entendrait too
jours soit au partage du gain, soit au paie-
ment des appointments en sonffrance.
La maison Whitty qui refuse de reconnai-
tre routes creances enfaveur deM.Blye son
ancien commis, rest ndanmoins, debout
en face de Bordes dans la demand dedom-
mages-intdrCts, produite par ce deraier.
Leon, mandataire de Me Serre, qui n'estai
vicux ni jeune, malgrC sa tte blanche ct
son front large au dessus duquel nous
ne savons ce qui est, se mnaintient1a1
barre avec une raideur de tout jenne hon-
me qne le temps aurait trompl. Ses feintes
de plaideur ou d'avocat se traduisent prt
des gestes inconcis, une sorte de myopi
simulde, qu'accentue le movement pc
tuel de la main portant le paper timor
au bout du nez,- la phrase tou)jonrs ini
chevee, parfois imcomprise.- IIne vient
pas rdpondre d'une faqon formelle anx con-
clus;ons que son adversaire avait prisesth
dernicr& audience centre la maison;a
vient, dit-il, fair savoir au Tribunal qu'l
n'est pas compdcent pour connaitre del:
demand en dommages-intdrets s' levanti
120 dollars que M* Bordes a presentC;
il tient en outre A reliever un term in.
convenant qui a 6td lancd l'autre jourt
l'adresse de son client.
Quel est ce terme ? lui demnidele
Magistrat
Me Serre : Ce term, je ne me Clenp
pelle pas. Cependant si on me commalu'!
quait le proces verbal de l'audieceac,
pourrais peut-*;re m'en souvenir.
Le juge : Quelle audience, Maitrc
Me Serre : je ne me le rappelled P
non plus.dea
Le Juge : Est-ce l'avant ou la dc n
re audience ?
-- M Serre: Je ne sais' p2as, troi
tont cas, voyez Je process verbal.
Le Juge : 'Quel proces-verbl,.
Serre, il y en a plusieurs.
Me Serre. Je ne sais pas, voyezo.
jours, voyez toujours. .
-Ah I Ah fit-on, dans l'auditoire,
ne finira pas. imp S- .
Le Juge avec impatience. o: M e5'
vous ne savez pas quel terme o os
a etd employee envers votre client, o
ne savez pas A quelle audience, vou
fai es perdre du temps, nous entrOm S
les ddoSts. .:
Me Eordes a la parole, ci'
C'est une voix de tenor qui e I,,l
accompagnec de gestes oratoite.





uon petit fond6 de pouvoit qui est I la
re. A! non, c'est un ancicn juge de
p n ancien grand fonctionnaire de la
docratie. Ses lunettes qui brillent corn
me du diamant ajoutent une certain ma
ti sa petite personnel. Me Bordes sou
tient avec beaucoup de chalcur sa deman-
de de dommages-int6rats.
-Lorsque les adversaircs, dit-il, ont de-
=madea la derniire audience communica-
ton de mes conclusions, je pensais qu'ils
illaient venir avec des moyens sdrieux pour
mecombatire. A bout de moyens, ne sa-
chant que fire, comment sortir de ce mau-
nispasoi ils ae trouvent, ils viennent
implement vous dire : vous n'etes pas
competent pour connaltre d'une demand
endommages-intrcts s'6levant a 120 dol-
lars.
a Vous dtes competent magistrate, vous
n'ccepter pas les arguments inso'ites de
MeSerrre. Vous me rendez justice ; car
tons n'ignorez jusqu'A quel point mon hon
nearaeti mis enieu par la Maison Whirty.
Apres une replique de Me Serre tendan'
imaintenir sa declaration d'incompetence,
ektibunal ordonne le d6p6t des pieces. Le
Jagement sera rendu ulthrieurement.
Norninat:on
Mr HUMEAU Dil.mr-AU. rst po-nn6 niltni-
nistrateur des titarces d'Aquin :- remi,'l
cement de Nr Henri Lanouc.
Nos compliments.
Service de 1'Abattoir
Le concessionnaire de l'abatto'r informed
Il vouchers de cette ville quii pirtir dl
ter Novembre prochaii ils a'-oon .1
pyer un droit de surveillance de nuit de
G.02$ par chaque quarrier de bneuf ou
t~a enter laiss6 en d6p6t a l'abattoir.
C(ixqui ne voudront pas se conformer A
cttetdcision seront dans l'obligation d'en-
kIaleur bceuf tout de suite apres l'aba-
g,sinon ils prendront A leur clhrgid
rilat des cordes et le silaire d'un 'sur-
TAilant de nuit.
Leconcessionnaire decline toute respon-
ubilitk.
Port-au-Princ-', le 5 Octobre 1908.
ARSLNE DUVIGNEAUD.
Ouve'tu e des Tribuniux
*'hrouverture des Tribunaux a eu lieu
cematin par une important cCrdmonie.
Apr lamesse traditionnelle, le Corps
Jtdiciires'est r6uni au local du Tribunal
C tssion.
.LUhonorable vice-president de ce tribu-
l,Mr Ernest Bonhomme, d'une voix gra-
cPrOnonoa la reprise des tribunaux judi-
Wit. Le discours d'usage a dtd prononc6
WtMeLuc Dominique, Commissaire du
.vernement pros ce haut Tribunal.
LteScrdtaire d'Etat de la Justice, M.
T.Laleau adressa des compliments au
Crp Judiciaire, pour le zele qu'il apporte
'"ccmplissement de la tAche combien
pible et delicate.
MS0lon M1nos, par un cloge dcs plus
trspresente le nouveau batonnier de
rore et lui laisse ensuite la parole
"c Pietre Hudicourt, par un brilliant
-urs plein de pcnsIes fortes, donne
Oace que le nouveau Conseil saura
ntrei haut le prestige et le bon renom
"1seil de l'Ordre.
t I souhaiter que Me Hudicourt
Sla publicitdce discours.
,iatenant, Magistrats et avocits, A

U Messe de Requiem
tIes Vve. Michel Pdlissier Nicolas
eaots, MLadame Lanassa Lafontant, I
"te Mie. Lormand Nicolas, Madame
1tO.. Bouchereau, Mr. et Mine. Gusta.-
r, Mr.'et Mme. Blaise Lavache,Mr
Jean-Louis, Angelia Jean.Louit, Mr


et Mme. Raphel Craan et leurs enfants,
Monsieur Joseph et Michel N'co' s et
to Ls ies autres parents out l'honncn- d ivi-
s r tous les amis u'une messe de Re 1 i rn


, s-ra chante A S:e-Anne, mercredi7 .
b A six hlrurs d inat;n pour le r,
det 1l'Ame de leur rkgrettd dpoux, pere
S'renr, Michel Pli.sier Nicolas. A l'i:
de l'office, on se rcndra au cimetiere,
un Libtnr scra dit sur la tombe du d-ft
En v assist.Ant, vous leur donnerez
niouvel lprc ,'e de sympathie.
-L,: present avis tient lieu d'invitat

EMILE MA'SEILLE, Chef de Bureau au
partement des Travaux publics, d&dcdd
jourd'hui. Les fundrailles auront lieu
main matin a Sainte-Anne.
*. *
MARIE FAANCOI-E JEAXNs DUCHATELLIEI
TnAI T( 1 .t -:. I A 1 _


iC 0
: et
sstle
oh
u t.
une
ion.

Dl-
au-
de-


R.-
v


LUccJJe cc nation a i age de 3 mois. Les
funcrailc,,s uront lieu domain martin, A
Il'i.gise S:int-Joseph. Maison mortuaire :
Grand'Rue, pr&s de la Gare du Nord.


S*
Clitrie C'Wlicie Laraque, V'* ERNCsT A
D&6edde ce matin, A 6 heures. Les
ra.ii!s ;i-ront lieu demain m.atin, A la
;i Ir.'. Mason inmr u ire : .9, Rue
[ron.


I DAM.
fune-
Ca-
Fc*-


Co.i o'.ince; aux f.tmiles dprouvdes.
.A ven'ire
Un buss 'cltch, tout neuf.
S'adresser au 5Catizn.
Buss neuf
Atteld de bons chcvaux, A lover pour
bap:cmes, courses enville, promenades
la camp.igne, etc.
S'adresser A MiM F. S.ines, No 156, Rue
du Magasin de l'Etat.
Gmmrnis on de Ve'ification
Une commission a rtd nominee par S.
E. le Uresident de la Republique, confor-
m6ment A la loi du 3 Septembre 1908, aux
fins de verifier tous les etrets dmis jusqu'au
30 Sep:embre 190o non acquittds et 6ta-
bl;ssant un droit de crdance centre 1'Etat.
Cette commission est compose de MM.
Ed:oIiinl Dauphin, David Chancy, Eogene
Poulle, Geoi cs Pierre Louis et Hector
Denis.


Nouveils Etrangeires


Dernierlre3s


D p pches


MANILLE 3.- L'escadte americaine de
cuira;sss se trouvait le 2 octobre A 8 heu-
res du nitin A 5 miles de ce port. Le
gouverneur Sanii.h visitera l'amiral Sperry
domain.
NEW-YORK 3 Hier soir on a ferm6 la
listed d'inscription d'automobile pour la
grande course qui aura lieu A Savanna le
26 novembre. On a enregiotre cinq ma-
chines amdricaines et 13 trangeres, parmi
les chauffeurs on cite : Nazarro, Wagner,
Tournier, Cigno, Hemery, Henriot, Sal-
zar, Poege, Dury, Hautvast et Szizz.
LE MANS 3.- M. Berg, Manager en Eu-
rope, des fr&res Wright, a requ une lettre
de M. Willer dans laquelle il announce
qu'un syndicate franCgas a ordonn6 la cons-
truction de 5o adroplanes du module in-
ventd par eux.
LIsBoNNE. Les indigenes d'Angola dans
I'Afrique Portugaise se sont rdvoltds et ont
.ttagua le fort de Don Luis.
I:s ont td repoussds apr s un combat
acharn6 dans lequel 2 so!dats portugais ont
etr tu6c, plusieurs b!essds.
CONSTANTINOPLE 3. Le fameux rdvolu.


'tionnairs Kurde Ibrachim Pacha qui donna
b t:'covp de tracas au gouvcriement est
"o t; son fils qui lui succede au commann-
lc.nent declare, qu'il cs: d:spose i remettre
1 s .rmes ct de se soumni t re.
BUDAPEST 3. Le r i Alph 'nue et la
r,-ine Victoria sort arrives ici ; l' mpereur
Fra 'qois Joseph, accompignc de hauts fon:-
tionnaires est al!d le recevoir \ it station
du chemin de fcr.
Dins les environs de la Station, une fou-
le s'dtait r6unie, qui a acclame les rois
avec enthousipsme.
RIO-DE-JANEIRo 3.- Le Senat a approu-
ud le trait g6ndral d'arbitrage avec la Re-
pub'ique Argentine.
CHARLOTTE ( :Caroline du Nord ) 3.-r
Par suite de l'explosion dans une poudri&-
re A Spencer, dix personnel ont peri et 20
blessds.
La sojssig6oe a l'honneur d'infor-
mer le public qu'ello a 6tabli en cette
ville A partir do cetto date, une
maison de Commerce.
Aux Cayes, ter O.tobre 1908.
Madame PRESSIA JEAN


Sacs vides!..


Mr C. L. Verret
Tailleur-Marchand
Donne avis A sa bienveillante clieo-
tCle que sa maison No 7, Rue Traver-
si!ro est toujours bien pourvue d'une
variAtd d'6toffes de la haute nou-
veautW parisienne.
QUALITY SUPIRIEURE. COUPLE L*GAINT
TRAVAIL SOIGNE. ExECUTION PROMPTS
Prix trWs rdduits I
--i I- I I

Poudre Dentifrice
ANTISEPTIQUE
DE
A. BONIIOMME, PHnuiR Ia .
Prix A l'Expolition communal du
ler Mai 1907 de Port-au-Prince.
D6p6t: Pharmacie St-Autoine
Avenue Joha Brown (Lalue).
PORT-AU-PRINCE ( HAITI)
Prix de la bolte G. 1.60


Sacs videsl..


Entrepbt Gen6ral des Grandes fabriques
DE CALCUTTA (INDE) DUNKERQUE (FRANCE) ET DUNDEE ( AN.GLWBRR )


SACS


spdciaux


pour


Cafes
Cafes


tries
ordiinaives


Cacaos
t;:
Los Types Courants constamment en Stock par balls de 400 sacs,

Depuis 18 centimes or jusqu'a 28 centimes or
Pour grandeur rdguliires 65x110 centimetres et 70xll0)centim6tres.
Poidls de 3]4 livres jusqu'A 3 livres.
Sacs sur modules et sur types des acbeteurs.
Prix A forfait pour livraisons mensuelles francs port de d6barquement et, si
on lo desire, Droits pays.

50.000 Sacs de 1'Inde

Vieainent d'arriver par Balles de 300 Sacs.
Frix excepticnnellerent avantageux


LAVILLE


AGENT ET DI8POSITAIRE GIgNI8RAL=
93, RUE DU MAG&SIN DE L'ETAT
C- -- -"vr/w --

COMPAGNIE' P. C. S.

AVIS
Le Public est pr6venu quo demain, Dimanche 4 du courant, 'le Train cir'
culera entire Port-au-Prince et Croix des Missions aux heures suivantes :


D6parts
6.30
8.
9.30
11.
2.
3.30
5.


de la Gare du Nord
A. M.


P. NM.


Ddp. de la'Croix des Missions
7.15 A. M.
8.45 C
10 5
11.45 c
2. 45 P. M.
4. 15
5.45 a


Lundi, 5 Octobre et les jours suivants, le train circulera entire Port-au-
Prince et !a Croix des Missions anx heures reglementaires. D6parts de la
gare du nord : 6.30, 10.30, 3.30.
Des avis ulttrieurs annonceront ai public la reprise du Trafic sur les au-
tres points de la ligne, au fur et measure de L'achBvement des r6par-a
tions necessities par la derniere inoniation.
Port au-Prince, le 3 Octobre 1908.
LA DIRECTION


S'adresser & JULES


--'II






TANNERIE CONTINENTAL

Port-au-Prince


CAPACITY 500 PEAUX PAR JOUR
:PH.EPARATION DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24) COULEURS.
Verite des chaussures : Cavreau-glac, Verni et cou-
leurs, po'ar Honrnaes, Dames et Enfants.
S. ( BOUTONNE, ELASTIQUE ET LACi )
En firos et en detail pour toute la R6publique.
II I'I I


nocteur P Pav au

MIYIDECIN, CHIRURGIEN
.... ACCOUCHEUR
Dipl6mL 4ce 1'Univcrsit6 de IIarvard (E. U. A.)
A l'ionnour d'informer ses clients,
I w mhadoes et io public en general,
qu'il a roui've.t sont
'CT-I r- D' ELECT ROTH fRAPlE
:128, JIUE DUI CENTRE, 128.
( .aHort de feu Dr Dachatellier )
Ies inalades savent aujourd'hui qu '-
ils pouvent etro gudris par l'Electro-
tfraP'i^ scientifiquerent applique
d.ns lhi "pi'part dos maux don't souf-
frtU.l aumanit6. IUs ont un inttdrt spd-
cial ii ;,3 voir guriir sans une opdra-I
tion ;liirurgicale d&labrante don't les
suites sont solvent les plus graves.
etfiroJ.e traiternent dos affections
sdnciles de la fcmme, des maladies
chroniiquets rgndrales ou locales, des af-
fep4fons .gl-nito-urinaires, cello du sys-
Ilm"1 nervcux, de la Peau. du Net, cde
la .Corqe. des Oteilles et des Yeux, le
Dr (IaveaU faith le traitement A domici-
le duGCancer du Sein et do la Lym-
phangite Chronique.
CONSULTATIONS ET TRAITEMENTS
'I,. 7'd1~ 'f h irs dlu im tin ct de 2 d 4


hrs de I'apli-s-midi
_ D 0 -- l I II



CO RDONNERIE.
ME. !S:E3V EJE0 i
42, Rue des Fronts-Forts.
(CHAU;SUPES RN DOP6T,POUR LA VKNTK
.~-froiptitude- t soin aux comman-
des tant ici qu'tn province.
Chaussllres do Damra form et tia-
vail tonjours tout ce qu'il y a de plus
nouveO;x..
Formes a mricaine et francaise pour
Messieurs ;-. l6gantes ot commodes.
Pourlres-enfants le plusA l'aise.
Trava '1 solid execute avec
ds- s~ax 'de preimi6re xarque.
Assurance de grand rabais.
PAtes, Cirages et Liquides

JULIEN FLORUS
Ancien dlUve de la 26* Compagnie
,..d ouvriers d'Artillerie ( Lorient )
.,Se tiento.Ala disposition du public
pour tous travaux de FORGE, et d'A-
JUSTAGE,:de RtIPARATION de coflre-
fortl etc. etc. A de.bonnes conditions.
Rue do la Rdvolution N* 19
Vis-d-vis de la Chambre des DiputtU


Francisco DESUSE
Fabricant de.chaussures
La Manufacture a toujours en d6p6t
un grand stock, pour la vente en
gros et en detail, de chaussures en
tous genres pour
IIO.MMES, FEMMES, ENFANTS
Los commander des commercants
do l'int6riour pour,'ont etre executess
dans une semaine A peu pris.
23, Rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PRINCE ( HAITI)
1*


Chapeaux
Chapeaux!l
ChapcauxI I
PAILLE DE PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ

JOSE SAN MI LLAN
Le coiffeur artist, qui vient avec le
concours d'un chapelier remarquable,
M. JAIMU TESTAR, d'installer une
FABUIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon de Coiffure du Louvre
Pour tons les go'cs et pour toutes
1Is bourses.

Cordonnerie Nouvelle


G. B. PET01A
143, GRAND'RUE, 143
PORT-AU-PRINCE
CHAUSSURES EN TOUS GENRES
EN DiP6T, POUR LA VENTZ
EN GROS ST D VTAIL.1
Execution prompted des
commands, tant ici qu'en
Province.
Formes A homes ; 6legantes et ra-
tionnelles.
Chaussuros de dames ( Dernidre mo-
de de'Paris ) et le plus commode :
chaus'ures pour enfants confection-
nes avec des Peauxa de routes nuances
d'une selection et durde irrdprocha-
bles, A des prix avantageux.
Cirages, pates et liquides
Pour chaussures de toues nuanew.

Tarif d'Abonriement
DU MARTIN. l
PORT-AU-PRINCE:
1 mois G. 2 3 mois G. 5
DMPARTEMENTS :
1 mois G. 2.20 3 mois G. 6
ETRANGER
3 mois G. 8


A. de Matt6is & Co


*. j


Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirig6e par
L. HO--ELI

Ancien membre de la Societd Philan-
thropique des maltres tailleurs de Paris
Vient de recevoir un grand choix d'd-
toffes diagonale, casimir alpaca, chavio-
te, cheviote pour douil, etc, Recomman-
de particulibrement sya clientele une
belle collection de coupes da casimir,
de gilets de fantaisie et de piqu6 de
toute beauty.
Sp6cialite de Costumes de no-
ces.- Coupe3 Francaiso, Anglaise et
Amdricaine de la derniere perfection.
La mason confectionno aussi des Cos-
tumes militaires, habits brod6s
dolmans, tuniques, habits car-
rda.. eto eto, de tous grdes;


Au dernier cri!
FABRICATION DE CHAUSSURES
D. FERRARI
A l'honneur d'annoncer A ses nom-
breux clients de la Capitale et de la
province qu'ilvient dese transfdrer de
laRue des Fronts-Forts, avec son m6me
stock de chaussures, d la Grand'Rue
au N 453 avec l'inscription ci-dessus.
Les clients seront toujours servis
dans les m6mes conditions ; c'est-A-
dire avec les 5 o/o d'escompte sur la
vente en gros ; sans oublier les me-
mes soins et la mmem exactitude.
La Maison se charge toujours de fai-
Sre prendre lea measures A domicile.


Les course d'enseignement praUqt
peuvent etre Egalement suivis par ie
enfants qui n'appartiennent pas Al
cole ; dans ce cas, elles seront clas-
seesd'apresleur age dans l'undescomn
ci-dessus.
Un course supdrieur d'enseignement
pratique ot d'arts d'agrdment recevra
los personnel qui voudront se par*
fair dans les dites connaissances.
Pour les conditions d'admission fla
drcsscr d
M"e LAPORTE
Offlcier d'Academic, Brevet sup6rieur,
E16ve de la Legion d'llonneur,
Directrice de 1'Etablissement
NOTE.- Un course gratuit d'enscigo,
ment primaire professionnel est attacMd
I'dtablissement.
MASON

N. Cordasco
La seule Maison qui peut rOpondtB
A tous les caprices du bon gout.
La Maison la plus assortie, oia r0n
trouvera des chaussures de totes 0
pieces et A tons prix. meill
La Maison qui emploie les m8
res fournitures. Amlle-
La Maison qui vend mellew
march. .. -
On trouve dans ses souliers
Elegance, Solidit6 et ProPlrs
Cette Maison est une des Pi ..M
commandables. .teoI
On trouve aussi Cirages poU dt,
tes les chausssures noirs et CO' "
A des prix encourageants.

H6tel Bellevue. -
Le mieux situd, le plus CO
fortable.- Chamlp-de-MJ 'y
Cuisine renommde.- Voe sur Iri


A. de Mattdis & Co
Mason fondue en 1888.


Derniers articles repus

Parfmrerio Houbigant; I-o-
vai Houbigant; Foug,6re Royal ; Par-
fum Iddal; Savon, I'oudre ; etc. etc.
Coffrets de pat furneric tr s l66gants.
Parfum renomm6 As-ris ; Lotion, Tri-
copherouq.
Lampes, Fouets et Chamois
pour buggy et buss.
Argenteri. de luxe, Bibelots,
Mfoustiquaires, Brosses. Pipes, Fumes-
cigarettes, Cravates, Maroquinerie de
toutes qualit6s.
La Maison a toujours un grand as-
sortiment de Bijouterie, d'Argenterie,
de Diamant, A la disposition du public
on gendral et a la port6e de toutes
les bourses.
Ateliers d' Elorlogerie et de
Bijouterie : Gravures, Confection
sur command.
Achat de vicil or ct vied argent,-
diamant et pierres prEcieuies h des prix
avantageux.
ACHAT D'ICAILLES DE CARET
Prix exceptionnel

Mme Vvo I. B. DEIIOUX
19, PLACE DU PANTHEON, 19.
Announce au public qu'on trouvera
h louer, A son domicile, Chiises
neaive3, verres, fanaux et ca-
barets pour marriage, enterrement,
etc, etc.


ECOLE
D'ENSEIGNEMENT SECOIDAIRE-
PRATIQUE
PORT-AU-PRINCE, 58, Run DU PORT.
Dans lo but do. donner une direct.
lion pratique A l'enseignement des
jeuncs lilies, une Fcole Sp6ciale eat
fonddo on cotte ville sous le patron.
ge d'un group de personnel qui s'io.
tdressent A la rdforme de l'Enseigne.
ment.
Cette nouvelle Institution adopted le
programme official d'enseignement s
condaire adapted aux exigences notl
velles de la vie pratique.
L'Enseignement est r6parU
en deux genres bien distinct:
1o L'Enseignement classique,
2o L'Enseignement pratique.
Ce dernier comprend les travaux
manuels, les arts d'agrdment, la pra,
tique du manage, et, en g6n6ral, lei
connaissances utilisables au foyer;
et indispensables A la femme oblige
de subvenir aux besoins de l'exii.
tence.
L'Etablissement regoit:
Des Externes,
Des Externes surveilldes,
Des domi-pensionnaires.
L'Enseignement se divise en
3 course.
lo Cours 6lement aire : drde 4 ans,
de six a 10 ans.
20 Cours moyen : duree 3 ans, do
10 A 13 ans.
3o Cours sup6ricur : durde3 ans,
de 13 A 16 ans.