<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00439
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: September 26, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00439

Full Text

IDusibme Ann6e, ?N 448.


J


PORT-AU-PRINCE( HAITI )


Samedi, 26 Septembre 190&


6


J


QUOTIDIEN

Abonnements: Dacran:
Abonnements: ]Dcrrm : LE NUMYERO 15 CENTIMES
PORT-AU-PRINCE Ux Moi. G. 2O0 Cl6Uext M aglox re,
STois Mois. 5.00
DEPARTEMENTS UN Mos. .. 2.20 Les abonnements parteut du i" et du 15 de chaque
Taois Mois 6.00 REKDACTION-ADMINISTRATION mois et sont payables d'avance
fTRANGER........ Tiois MoIs. ( 8.00 45, UR ROUX, 45. L manuacrlit tir4e ou ionl De sernt pa rendus

Pour tout ce qui oonoerne 1'Administration du Journal, s'adresser A Monsieur Arthur ISIDORE, 45, RUE ROux o 00 Boe- Pi.
I .. I li I I s I_


CHOSES DIGNES D'ETRE CONNUES

UNE INTEHKRESSANTI' COIRESPONDANCE


A Monsieur A. NOGUES,
Ancie/i officer de Marine
Cher Monsieur,
SVotre lettre oinl;-ve des questions
klmBent int&erssantf-s que je suis
tOaTincu d%'tre air6able aux ecteurs
dLi Science Sociale, en la publiant,
Ui que ma rlponso. Les difficult
quIvous voulet bien me proposer
oat d, en ( trtt, so prtsenter A bien
i esprits, et il imported que nous
1oyoos, les u1 s ot les autres, fixde A
ae sojet.
'Vous reconnaisscz d'abord que
SLa Science Sociale, avec une logique
isdante, montre comment les cou-
Pesde la famille-souche donnent
9i Anglais une vigueur morale et
S'i'que, qui est un des glands fac-
tis de leur suprematie actuelle. a
ii voua me dteinandez pourquoi
0 costumes out mis tantfe temps
iProduire ce r6sultat.
* Cest, permettez,-moi de vous le
e, par une sorte d'illusion d'op-
Seas ce rdsultat vous paratt re-
- oua 6tes frappe, en effet, de
Y8"ec quelle prodigieuse et irrd-
i l Puissance d'expansion la race
'Zaxonne envahit le mor Je ; de
r qu'elle couvre dbjA de ses
l AlAmdrique du Nord, I'Aus-
SNLNouvelle- Zilande, l'Afrique
~";I ; qu'elle tient sous sa
tuon I'lnde et I'Egypte, et que
A -nscommencent iA so d6verser
T,.ique du Sud, oh ils mena-
faire reculer les colons Espa-
ODins fortement organisms au
dr ue social.
expansion vous frappe d'au-
",s1ue, pendant votre carribre,
Sntcier de marine, vous avez
lt le pavilion anglais sur tou-
rlers, et que, pour un navire
vOUs en avez vu au moins
C tte d6bordante nation.
O spe*tacle est aujourd'hul


plus dclatant, plus saisissant pour
tous les yeux, qu'il ne l'a jamais
etd, cela tient uniquement A la puis-
sance nouvelle des moyens de trans-
ports. Cette puissance devait n6cessdi-
rement profiter beaucouq plus aux
nations naturellement organises pour
se rdpancfre au dehors. Or c'est iA,
au plus haut degree, vous le savcz et
tous nos lecteurs le savent, le cas de
I'Angleterre. 11 n'y a done rien d'eton-
nant a ce que sa force :d'expansion
se soit trouv6e tout A coup decuplde.
a Mais vous m'opposez le cas des
Cinadiens francais, qui, au dix-septi&-
me sitcle, m6prisaieat les Anglais
comme adversaires et, A nombre dgal,
les battaient toujours.
( A cela je rdponds que les Cana-
diens francais appartenaient au me-
me type social que les Anglais, car
ils dtaient, come eux, constitu6s en
famille souche, si bien qu'ils ont con-
serve intacte cette former de famille
jusqu'A nos jours. Cette similitude n'a
rien d'extraordinaire, puisque la plu-
part de ces Canadiens sortaient de
la Normandie, qui a 6td peuplde en
parties par des migrants scandinaves.
Les fameux pirates normands, qui ont
occupy 1'Angleterre, out, partout ail-
leurs, import de m6me avec eux la
famille-souche.
a Par consequent, si la supdrioritd
a militaire a des Canadiens peut tre
considered comme un advantage sur
les Anglais, elle ne demontre rien
centre le type social lui-meme, puis-
que ces deux societes avaient une
origin et une organisation sembla-
bles.
t Mais cette supdrioritd a militaire.
a-t-elle constitu6, en r6alitd, un avan-
tage ? A-t-elle 6t6 le signed d'une su-
p6riorit6 e social s?
a Elle a bte, au contraire, le signed
d'une infdriorit6 profonde et durable.
Voili, allez-vous dire, un paradox
bien caract6riso. Je conviens sans


peine quo cela en a tout I'air. Mais
il en est ainsi de toute vdrit6 qui n'a
pas encore W1. acceptde par le public.
a Or le public persist a croire que
la superiority m* niltaire ost uIn cri-
terium evident de la superioritd so-
ciale s, et que la victoire sur les
champs de bataille est le signed et le
garant de la prospdritd et de la soli-
dit6 d'un people et d'un system pu-
blic.
a Et cette erreur est si bien enraci-
nee dans les esprits, que les faits les
plus eclatantsde l'histoire ne peuvent
I'en'amer. LeA examples de la brus-
que decadence de la France, apr6s
les grandes victoires de Charlemagne,
de Louis XIV et de Napoleon ; de
I'Espagne, apeis cetes de Gharles-
Quint et de Philippe II, pour ne citer
que ceux-la, auraient di, tout am
moins, jeter de l'hesitation dans lea
esprits, au sujet de cette opinion. Maisi
rien n'est tenace come une erreur.


'rions do inent le norn d, a Grands a
-ont le plus souvent les pircs f'laux
fe 'l'human'd, les plus si',s destruc-
teurs de leur dynastic et,- malheu-
reusement aussi,- de lour people.
a Appliquons maintenant, mon
cher Monsieur, ce petit exposed, non
de principles, mais de faits, i vos (:a-
uadiens francais.
Si, en leur quality de Normands,
ils dtaient en famille-souche et, par-
taut, trds ports A dilater la vie pri-
ve ; en leur quality de Francais, ils
sortaient d'une nation oh les pouvoirs
publics avaient djai pris une ampli-
tude bien autre que chez les Anglaik,
amplitude malsaine, qui annon;ait de-
jA 1a disas'r use puissance de Louis
XIV. IUs avaient done, de ce chef, des
aptitudes et une organisation mi-
litaires beaucoup plus perfectionnees
q ie lei Anglais.
a Ceux-ci, au contraire, n'.tvaient
alors, comme aujourd'hui d'ailleurs,
_- jr -a |


r La vdiite est qu'une nation nis vit qu un tres laible aeveloppemnent ae
jamais longtemps de la puissance mi- pouvoirs publics, ils vivaient sous ce
litaire, qu'elle en meurt souvent, et que nous appellerions actuellement le
que, tout au moins, elle en souffre plus pur regime de la decentralisation.
toujours. Les p~res de famrille talent souverains
Sii dans leur famille, et les citoyens dans
a Bien plus, et ici je sorre de plus leur cointd ; aucun a ro;-soleil 9 'ap-
pros votre objection, non seulemerit parasait A lour horizon politique, et
la paissance militaire ne produit pas lorsqu'il y apparut plus tard, its su.
la prospdritd social, mais ella u'en rent vite et dnergiquement y mettre
est m4me pa, le r6 ultat n6cessaire. bon ordre.
a Le plus souvent mmem, ello est EDMOND D
produite par une ddsorganisation so- EDMOND DuS.
ciale ; elle est un cas pathologique. Elle ( A suivre ).
provient, en effet, de la croissance
demesurde, monstrueuse, d'un or-
gane social,- et non du meilleur,
non du plus essentiel,- au d6tri-
ment des autres. Ecle result ordinai-
rement du ddveloppement normal -
des pouvoirs publics au detriment XVII
des organismes,- autrement fonda- La phrase finale de la troisi6me lettre
mentaux,- de la vie privde. Dans les du Docteur ( Nouvelliste lu 28 Juillet )
socid6ts ainsi constitutes, les mem- est lapidaire, et elle vaut la pine d'u-
bres du corps social s'atrophient de, ne reproduction suivie de common-
plus en plus. tandis que la t&te prend taires motivds.- a Et I'on nous deman-
des proportions excessive : i y a de de turner le doi A ceux qui nous
andmie g4ndrale, compliqu6e de con- a traitent en fr6res, pour tenIre la
gestion cer6brale. (I) main A ceux qui nous traitent oen
a Les homes auxquels les histo- a ennemis et en d6g6neres ? Serait-ce
1 Je signale toutes ces considerations folie, inconscience ou ingratitude ? a
aux publicists haltiens;fui commettent I'er- Que les Frangais a nous traitent en
reur de croire A Ia prosptritt SOCIAL du Ja- frbres s, le Docteur Auguste est libre
toires pauroat ullt apparattres et u ttespi c- de le croire et de I'attester, lui qui a
muiraM de premier ordre.- A. eu st souvent I'occasion d'4tre la pierre





umamAhL -----..-


TANNEBIL CONTINUE -


' I


DENTIFRICES

C"iel)reSs des RR. PP.


PRE PA A T 10 4 PLS p f ;, c XT
Vente des chaussUrs : C .j i


leurs, pour -Ron-n-ns. tXa.-.r.2 c.. : f.'..
( ~O~TO';Ed2.%LL,TIQL!... HT LACE )

Eu fi "s el en oit1;il pour t oi.e I


Avis ifnpl airill
Aimf e protl',er nor re Ino ain-
si que nos articles contre tout.l
concurrence d'loyvabll, nou avi-
sons le Coinillerc el ori, g'ral plsi
d6sormais les ferblancs de nmait'-
gue de notre fabrication portrolnt
en caractiros inl.l)iles I poid 1
net et exact do la manflrltii l i'ils
contiennent.
HELSTEAD & ,rnr-,y
JEftlS EY I I N N.


A L'ELELGANCE
-- I
OORDONNERIE.
3S. SE3 PMI =
42, Rue des Fronts-Forts.
CHAUSSURES EN DkP61T.POUR LA VENTE


Promptitude et
Aaa.. O ;, :,; rv-Ok


soiin aux commau-


Ue LtUnt ici u1 en p~ovince.
Chaussur-es d- I v'let:l ,e ~ ,fier s. tl.-
vail toujours tout ce qu'il y a de plus
nouveaux.
Formes ambricaine et francaise pour
Messieurs ; 616gantes et commodes.
Pour les enfants le plus I'aise.
Travail solide ex6cut6 avec
des peax x de preumitri.marque.
Assurance de grand rabais.
PAtes, Cirages et Liquides
MASON

N. Cordasco
La seule Mdisoi qui pout r' 'polid e
A tous les captlie's du hlon gou;.
La Maison la plus assorted, <'i I'on
trouvera des chla'issures de touts es-
pIces et a tous prix.
La Maison qui einploie le mill.,u-
res fournitures.
La Maison qui vend i mncilleur
march.
On trouve dans ses souliers :
Et6gance, Soliditt et Proprete-
Cette Maison est une des plus re.
commandables.
On trove aussi Cirages pour tou-
tes lee chausssures noirs et couleurs
A des prix encourageants.

Tarif tdAbonnement
DU MARTIN. a
PORT-AU PRINCE.
1 mois G. 2 3 mois G. 5
DiPARTEMENTS :
Smois G. 2.20 3 mois G 6
STRANGER
3 mois G. 8


tous g. ic
Iomi NI


c' k.l


V.r:i
1,d& ;

1~a'
D!CsITS


I I jo-I e r


fhm- VEiI.,l.NV\ANT.,


Chapl'iii~
CblJir ; .


D 'L
~A~U'DLPOsro-RLO


'1


T. ~ I


~OlC' f ~'L'r

P1 AC \P' j


Sa2a,: 7.*.>i
c -ar I o :, s .-







G. kU-~V' RP E '1 I





9 in v I Ace
Forn's honna~-, 4'6!e.ntos et ra,
Ch~'Is-e' .s de darjies ( JLernsilre ?no-
dle de Pa-is P et In ilus commode
Jhaus';ure.4 poPlw eofInts confection-
ndes avec des Peau3i de routes nwamnces
l'un a election et 4urbe itrrpror1 .a-
b#les, A de- prix avantaegewK
C(Vragsa. pAtes et 14q'lde:
Pour e-hoaussurs do Louie* iswanra.

MUl VvI 1. B. !)P'HOUX
19, PLACE DU IPANTI0).1, If).
Ainnone. an pliblic q'i'o,)n trouvera
A loner, a son domicile, Ch uses
nerves, verre%, fanatly ot c,.
barets pour marriage, enterrerment,
etc, etc.


1.


DE L'AIIBAYE DE SOULAC (GIRONDI)
Nouv.aux envois de


) 'hi


SPECIAL'TE'; ET PRODUCTS HYGIINIQpIS

DE LA MASON A. SEGUIN DR BORDEAUX
SEUL CONCESSIONAIRE POUR LA VE-TE EI I

L'Incomparable Elixir Dent
d(s 11i. IPP. Bin6dictins par son usage journallir
re ;a sani (do! la Gornge, do la Bouche et de plus, pr
tv dlo la soliithtt qu'l conserve aux dents jusquAl
pi ;tvanc, il facilNte le travail de la digestion i a
!. I t:nt la a matiction complete des alimentsr,


)Dentifrice des RR. Pp


Be'ldictlins cst le pr6cieux auxiliaihe de l'oEli I,

a:i l;1it I)entitrice des RI


:: l^ _P (l (l`tiiis 't employee seule oi
.' *. (~, 1 C ',u emment avecr.
--\ ._ *'. : .I.I"

', au. c- Prodiits Hygieniques de la Maison SEGUINfoat

Orn(ldr, de IlZ adh 6rCitp extra-line a LA MADONE ;
Ih1 l1d OQlinine, pi'us pour stimutler le cuir-chevela i
eilver les pellicules.


('(;lVCCrin ; nqlaise co t, les gereures et la duret6 de Is.

; II 0 con et petit


corrn~c dineps en qros:.
,t dep6t pour la


s'adresser A l'Agence Go4is
RWpublique d'HaIti


,-* IC/K tiropole
MASON JULES LAVILLE
9. 3, Rue du Magasin de l'Etat, 93
)IUI'T-AU-PRINC:IE ( HAITI )
"j.L ....Y -' I


i .


rk zt *


$


SC-i



~c..4t .. -i ai~lj3~
S.. .*-* *-. .O~. Ic P-aris





ilk~
-Qu a




Le ietlx Slit'16 Ie pluR con-
'I,.r 'e 4J ~ '>ii tC


foi-tabl e'iarnp de' L






Cui sin rh iueoIel
Ii Le mieiox sitw6, le plus con-
for tabl~. -- (Zhamp-de-Mars....
,Cuisine renommee.-- Vue sur Is mor-


, t dernier crl!
SFABRI3CATION DE CHAUSSUIS
D. FERRARI
A i Lt.o:;eur d'annoncer & se1A *
ieux c'ients de la Capitale set A
I. :nv, .c( ,iu'i! vient dese transfti
le- hae des Fronts-Forts, avec son
:.oc:k de chaussures, d la
au No 15 avec 'inscription
Los clients seront toujonur
dans les memns conditions; i
dire av:: les 5 o/o d'escompto
vtute en gros ; sans oublier
me, soii. et ia m6me exactiM-l
La Mais,. so charge toujoor
re prendic ics mesures A

Boilgies de St6ar

Nous apprenons que la Fabr
Bougies de Port-au-Prince coS
110 ss bouigies avec de la
ui (onda et qu'elle tient A Is
:i'ion de ses clients n'importe
quantity de bougies de 1o0 t
poches.


, lit.


6 '


.r 4
% c~ar-:.


Fab-b:i.L;-i'rl d Cj;


,- )p
J Oltdre


'E't'
"L:t~


noincisco









A tO~Sns diets fondbs de pouvoir, our
gZoit vOULu in vo!oilrarei ritcelt ft1Ie de hI
hl~Cuxie rtcspi'cC .itr2, cn rivdflt

cbvronque 1,icr.
Service Hydrau'i'1ue
Les resources diu Service lvia
C~nS dcr.ibiL'fleit duifli'iuc, i; I);rc;-
eo iflvltC les atboInnike ear \h
rol! v.LrScrl aUX perTcepteUl' It.S VaL urs~
djes, dbs pr~cn:atioil des ri~US i-teZ
cr qui sut djiiiil~ sui:'~ aux travaiux .1

port-au-Prince, IS Sc~itcmbrcc 1908
LA\ DiRucTroN
Ce, des Pornpiers Libres
Le~ Menib.crs honoraircde; Ii~ Co1 'ipa-
rmL d~s P'oipiers ii.I;. qui
it: sous~riptiiof de II Cui~se de Suco(urs
wnr inf.~r:nc:; quL L' Ic ~ri.TiC di r C i

prnsefl :floi:
Povrt-.iu-Prince, le 2; Septe vibr~ n3oS
L-' C :i~ss'r, A I~~II2

~iouverclliit Iiltar'iiiie(


26 Sc .1 IL I~



Si.'Aac~ pi' irl tc l.A. SO
Le ( Nord A1txis
N'orre av'srt Ucf ~'Ucrre ~N ..
estcrveru V~c Lr : ~ r d C~v-), I. awi
u er de P'or:-de-Paix.


louejies Blrai~grere

tDerni?~i'cs Dt~pczcaes


us tie:,l- s di~ i c t r is r~at' s




sae boinmes de: I eq~uip ig onlt ert!
1'eSS's, quelqui~s uris if,! toHl2ilcit(lt IC:t
&'asurpie resse~n,!e b..sucoup ie cedet .ui
2 prodlui~j ii v a peni Ic r~ p1 \ tri
di Ii i Couronne a

kdisent que 'orsqure ~e prouuici: Ia te~rn-

Y" iu'Qn proce~iai: aux Lxer..:Cis 'ic 'ir.
~L onr du cuirasse odfrait uni sp.C a4..
COUrr~l de cadavies,, IC` h) s ~i
iras CL jinb~es d~ ia-ux qUr tliret:: "iu-
par Ip~odion u~ Joinie c restes Lui-
a;SZ Ie 1 Ia rner.
.&ALL 24.--. Le Gouvu~rnetnrit alec-
rida re~mis aruj:,urd' hui .u ~p.~
Skde I France .t dC1 i'lspgiiie s. p~n
tirkanot fr anco-esp.rgr~o>~ au su)ct deS
i~e5 ULrcI0CireS; dans ccltc* note d ur
"~~~~l gC ocl~~~ couv. ruenient al-
k68it e~nd~ td'une fri;on preiise
P -erpmetra pas qu'auci'l ',e puls-
~ ~i5sC d'une position etrarordinai-
~ S relations avec hi gouverne mennt
'~ui. Uncof!nuniqu~. :,,cn-ihc-~ieil
btque Ia F'rnce et l'F.,pa~nc o r~no
QtL~~1'allmgne qu'eI es lie cherchaienr
LLAI~r sirads ~rrmesj de: la conveil-
24.zcr 4 cas susp~~ts de chol&l
4~C~vctsdans cette yulle.2
~Pdr Sent rnsses. Des mesures cx-
[Iwarsde precaution soar prises pJu(


'cmp4cher la propagation de I'dpiJt nie
''- le territ ire de 1'empire.
BLKLIN 24.- Le congress intern *t. .al
I ia presse a inacgurc aujourd'hui s.a c,-
n aninuelle.
At'uscosN 2.. --- iUJe conspiration orga-
,ee par le paIrti a.-,- ld noir ayant pour
b t I. renv. r er ouvernement a eth
d couvert dans cc;:c ville. Tous les cons-
pia.itcurs ont ird arrc ,s et 1'dtat de siege
p claims6.
KVR\GF.IG i Alabki ) 24.- La gocctte
.iincc.iine a Star of Bengal > appartenanr
A unc C' d'exportateurs de conserves ali-
mentaires et se dirrigcient sur Sin-Fran-
cisco avec 45.o00 bites de saumun a faith
naufrage dimanche dernier sur la c6te de
i'ilc Cor nation (archipJL prince de Gilles).
Sur les 137 hommes de l'equipage 110 se
sont noves.
SIr-I'LTlRI-B3'RG 24. Le cholera
ionun.tia:, sLs ravages av(.c une extrT'ae vio-

\V.,llIrnsros 23. -- D'aprs un tl41-
,ra.imme d, M. S:ni'h, gouvtrneur des
I'hllippinc,, 55 nouveaux cas de cholera
ont ded L.nrcgistr<'s A Manille durant les
J,',iCrCes 24 hcures, 'oit 4 cas de moins
-" da ns i a urn c prdccdente.
hrR,,:"T M Bryan a envoy aujour-
.ruinmc .A. M. Roosevelt dans
I ; '* 1' rend la d 'CkneC JL M. Haskell,
: .n. ur de l'Etat de Okl.'homra et trd-
S: J u comitd national du part ddmo-
:. i. ccu1c par l' preidc.nt d'enire-
".*:,r dJ.s relations illn .alcs avec le trust du
; "tt i.o'e.
-- -.`--- -
rNE

lrnnlpure fnctualito


Le G"-


NORD A!LEXIS
KET


Son CEuvre

( Su', )
'uli IES- Nr l;Yi -2' ET i'I St .PTEMIURE
)On doit se ralpploieit qiu' av;''remen
,.: (;ti'ilal No il .\A'xii n l5 pI 'tiflieil
M .gstr.iturO (t,> I'Ktat, i! r'existait pas
it'i se It b.iteau de guerre. Tous les
r'iv't S qil I osi poss~diaoins avuient
isli'tam. 1L' I ToussainMt-louverturc a
po, r et'tvii ceit tii.s intt'Tr ts politi-
l -; s avait it"' jet6 A des-oin sur les
rocliie'rs de (,aradcol ; la C:rte-A-tier-
!ot ern ajouta:tit ai ioti-e histoire une
iiga lri. roitli'e et sub'ime, nous lais-
s5;,l aI|al Ini m iiO det pe ies inatl iiel-
i igil inn,'' s. S)Is "Tir sias, los ni-
\i; (list.alraisatiertt COinmo par on-
Sliaatement. L' ( B\liz,' achet6 p tr
Kii'ik I'on no sait comrent, charge,
.l.~I d'aUi (dt'b-rd dd- Iois dte :ampeche
t:-houa A Long-Island ; 1 Capois-la-
Mort gisait sui le dock. lorsque le g&-
ntral Nord, ne voulant pas laisser so
i,>'dre I'argent d. I'Etat, envoya dif-
f,;ren'es commirnssions examiner ce!
navire, mais il avait 6te si maltrait,
les plaques, apparaux, cnivrea, tout
avant et6 enleve, qu'il 1;' tait plus
(lu'une Bpave, et, touts les tentatives
de le reparer resterent vaines et inuli-

Tel etait I'4tat ofi se trouvait notre
marine an6antiC par des ddsastres,
des ruines accumules, quand, a la
veille du Centenaire, on vit arriver
d.tns les eaux de Port-au-Prince un
coquet petit navire peint en blanc,!
battant les couleurs nationales et a la
proue duquel on hiait en lettrea d'or :'


Citenaire ". ': tt td unI dot' cir- vingt-stpt picds au c6td oppose, au Sud,sar
'-tanc.es ofi' s so,' v! r'; tine tois une profondeur de cent-quatre-vingt seite
Iuis, 1e ttt', l r "11, Ioii ,a t'e ls- pieds en line droite au c6te Est et d'au-
SI s le proicdr tant de pieds en line brisee auc6te Ounet,
, I. inesun, ,, ', ,,.: il ,'At lt* c et e-t borne savoir : au Nord par ia route
i I,: lit' r,!. .- *r in '. ', *, de :. Croix-des-Martyrs, au Sud par Rosa-
P' :' l sa sso: i ,', tIc 11 ai C .', li I- ienne, 1 l'Est par qui de droit et A
av ,ilt pero: s,: i .tu, ,..Ve::. i I'Oncst par Joseph Biamby et divers.
l'in tJl .i tat .< ,it t. f[,i- A la requtre de la dame Lucida Th~ve
satit (. ) i, c .. I t., '; 1 nto is a ni, veuve Faublas Thevenin, proprietaire,
pm)i I'fI- ,i t ; ';:er tv,'c t .a''ttU- denIcurant et domicilite a Port-au-Prince,
gr-aitd f, i a. mere et tutrice lgale du mineur Charles
Pil;s tai l, a1 ;- :.; o t :o- Fatblas Thevenin.
yvant et le Nord-Alexis ", d,.ux plus La vente se fera en presence de Mon-
fortes umit, Iitvales,.t touit dorniri'e- sieur Ciceron Dessables, proprietaire de-
ment dle Vol.iets ", achet, par le meurant et domiciliC en cette ville, su-
Gouvernemoent, art course .,s dcrnier s broge-tuteur du dit mineur.
v noitinelts. Le tno(ral Nord codn- Les encheres seront rescues sur la sor-
pro'ed qu'il *st IJce.-s.,iao 1U, notI'e me de quatre-cer.t trente sept piastres vinqt
Ilotille soit toojo;r-s lrt'-t i r ondl e cinq centimes A laquelle l'expert commra
a lappel di (uo'v;ri,:.in.n itt lhaj.li (e Monsieur Cldment Z6phir a estime les dits
fois quil s',girt' do .-:iv .t' -,ile soil droits et pretentions cy . P. 437a$
honneir 1ti r: t-.iiuoe di avs. Pour de plus amples renseignements s a'
eAusi i 1 n,,d n tu, .r tigri lile c. li dresser au notaire commis, depositaire du
trnde tni i i. ,.-lent cee- cashier des charges
I.a voloitit d,- 1fiko1i (11 i 'aniino Port-au-Prince,le 26 Septeinbre 1908.
pour t outs les 1 an*'li io Ilt iiinis- Pour veuve Fanlblas Thvenin :
tiation) le 1 !E, '.f i 1 's ) N !,1 la .,ipp i t OI
aussi bien da-is lotil t ar'oo ite K. VILMENAY, notaire
dans niotrle in ri:, .. -. -
Sous son noaivoi ir tt'I iit. lCs )';sW i N O:
d'instructio ,ii,,ili iva,.is o'.t e Arret de Circulauton
forms : _-
Les ( ibzi. ,,-, i. .< t-L.. i-i ,,
por I'binf.it- t 'I l,e soussignri avise les int6ress4a
Les Latoit t 1q: I l ue la circulation en're 1, R^servoir
I au d la P. C. S. et lizoton-les-Haina
C .'.s Io ps Sr ,,tl i.,;> t a .. it- s.era iiterroinpue pour les voitures,
P, i buugv et cabrouets les Lundi 28, Mar-
lI v a au-i l.rs .-u'tiens n( ;p di 209 et Mercredi 30 courant, ces trois
pou' lis &;udes ,! ojll'ieos .le toutes jours 6tant consacrds, a I'ex4eution
armes. d'un point prb3 du Poste militaire de
Dos c >rts Ci ii:ai:.s o .lt t;t. cet, I izoton.
suc tou3 Ites PS),)iit 1 l\r ,b t:; Iuo Port au-Prince, le 26 Septembre 1908
et lo Pre-ideni a faith Indt. dies
bourses d''t^de-4 pour less jlls sI G6ndral OSWALD JEAN
ie Ia pi-ovio e ----ii-- ---i-- -- ---1-------a
ld'iist'l c le m" d ',:a a I o : Propri6tes a vendre

pli, ils rreipairlc lt .inr iu;s ;,,-a ti-
p'of.'sscr la 'llr''iie ax iag illents Une piopriete sise Grand'Rue, en-
tet ritoriaux. tre les proprietds : MM. Amilcar Da.
(e n'est ';ts -nI- ;i :i:, tio)ii li'onll vard et Hareau Maitre, far;ade ouest.
voit Ila di-:i ,'t -, !'. t il ois I), ux autres A Anse-i-Veau, une a
In t vciilt-u-ten 'iilt .'Vt ,,' ii ';s il 10i.; (:;C rrefour Georges et i'autre a barrier
rgirnents d,- la g.~uril ,iin g,;a\v': i i,- Georges en face de M. Nelson Arnoux.
inmetf puur .0 c'it r q'1t3 ctsi s.i!a.-;s S'adresser A M. SIMI.:oN EUG. DUBOIS.
tL oupos. L s de la Gare. Avenue Dessalines o 9
( A s,.(, ) Port-au-Prince


VENTE DE BIEN DE MI' B:R

En verti d'L. e; :n :. d tr .,a c;i-
vil di Po:t au-iP.:nc' en da'. dil di se-pt
juillc mail neuif c.-nt ept. nrc ..:err. '-
que-i homologue,poui re excc'itd.c_ seloni si
tornic et tencur, ure iie bctioi d c'm-
seil de f,'ni!'e du .mi ;nur C' irles F.aublas
Thevenin tcn':c le premier du dit mois de
Juiilet sous la p-esidcnce d. MoNlsieur Emi-
Ie Lucien, jug" de paix de la commune de
Port-au-Prince, section sud, dtcimnt enre-I
gistrde,
II sera procdd ,le 1icadi huii cc:obre pro-
chain, A dix heurc;, .1 ni.t;tl, cn I'.'tude e
par le ministere d, M" L,:,;s Hippol:y"
Kliber Vilmenay, ::o .ire Port-aui-Prince,
commis A ctt ectet, A la vene' aux enchdres
publiqucs des droits e: rcr.tentioins du dit
mineur Charle. Faubla', Thvcvtnn, consis-
tant en un huiti.me, sur un.: propridtd,
fonds et batisses, sise en ctte vile, A l'en-
droit dit Porte Itan Ciseai, depcnda:it d
la succession de feu son &ere, Monsieur|
Faublas Theven'n; laquel!e 'rroprie' mesu-i
re cinquante pieds de facide au c6 C Nordi
sur la route de la Croix-des Martyrs,quatre-


JULIEN FLORUS
Ancient t'ht'e de la 26e Compagnie
d'ouvriers d'Artillerie ( Lorient )
Se tient A la disposition du public
pour tous travaux de FORGE, et d'A-
JUT'rAGE, do REPARATION de coflre-
forts etc. etc. a de bonnes conditions.
Rue de la Revolution N 19
Vis d-vis de la Chambre des DdpuUtt


Poudre Dentifrice
ANTISEPTIQUE
DE
A. BONHOMME, PHuRMACIAN.
Prix a l'Exposition communale da
Ie' Mai 1907 de Port-au-Prince.


I),'p6t: Pharmacis
A venue John-Brown
PORT-AU-PRINCE
Prix de la botte


St-Autoine
( Lalue ).
( HAITrr )
G. 1.50


d






(Je toti.ii Ai- de *ett~ rtri'- I ..'2 sjti e atroce, d' un bombardemnent abo-
les A-i SX ~~iI ftriit-!Hlt #,i rniisdble, eltdui'tmne dotaloureuse cipital-
ellneinis 4 .. t*.-..IaUPI I-tiofl E t qtiasd ou sut luo ces voeII
f ~ ~ ~ ~ OP. MotI t .: ,~rll l~ tttE1l A ~~is quatvllool ap-
lb(p 1: !,'%, rod''~ pit. la raIitA xunbre et terrible, Haiti
Ii ~. ,. ~ it. 410.-; I-pleurA 1,.8 Min ihurs 413Ia FLAIaSTAce "'
sell 1! cue
MeOO l ,: jA.Jft I .a t tI. j Lante sais vi colui 1111 representait
a 2 r*e ,,..~>'ur', 9urs I]a Fraw:.* A1Port-:au-Prince, jugea
II, Dr1 Au'1 *I1,;k hl)it, I )ii- ii -itilC e terappodrter e q'aiiprec4Ie A son
': 2La *i ~I,4 .it' I)ii twtvel 1J3tnelt ?)M.Ai-4 11est certaiijiud
I~r i-t ilt II k ; i. ~1- ,'ckue,,,g-e en ui it i-iformne, car
~~~~~~:~~~t Ui i .U a :*uI Sitdkl Ilitguerre tinie, I'AI~cragie ravi-
it I! e .1 ~iIt K( dI II,;t *' C C1 -LUet .uiwrlb notis lit payer
~'~'jft ;~ 9 i :~v:I a I 1~CAI* A ~lIj p ie'our la France
in titret' Co it ~.I' llillft *t')!1 i.'0,- 1 a wutil~e. Sous le plas futile pr~texte,
la :O.outI1:--i hes,0114 1-43 tic1. ,.'1iCIOa il a 01*4 OUS te ~llA11 inBtch qui, avec
I'rt ~ 9ft t)Il' iI I s a cdite ari'og~ante brutal ztt4 ilo~i certain '
C WI k( I -' 1 "I uz I 1.'u ::i -lc 'i. gI'"II.i I t I,.* (A i-viai6stots int coutuuiuiezsi mp11O~illau
( )- II~ z ):, .1).,, : .,I 43wr IDoc- (I goilvel 1, mleni hl it lieln C AO & d Ctriin
teut ool hivta i -.., a-v 5 i-. (j ioit si $ci.t- Iipe dun rpi P1ce b srbAii,0qua Btis-
Cc' tI'd't. u'-a's oi'&jr' 't- 11111~k vtiimttit e fun .3 lieC sUr Ia
lofi..' !",10 Z. V(I U1 .3. s 1avto Frdlt':ki 4 Lt Furea prime
as, iz if9 Uk. ; [ .;t ~ lk I- rol.l o 3i I .(1'E Iu-.atioti Ijitienne

1I:~t ( it x I tP l *'t" l, '~'11it., ():11,t (1011C qua est biau tl 1 ji pi:iPa
aII~rnii k *I'o. .ix ,';?. I a- I'*e (P.10ous avioii s ymnp 'thist avec la
Clk,'s di,_;td i i i t,,u i.r- Fiauco iiis sit lutte contre. le Teuton,
S0I dil

4~ r I: eiC~ I.!jIU I' t I reC ijtl U F LI I Z# %tctUrI~a VOI''4 11OU73 et iio'.
1111 I 1i l~ift U, ilk it 9 pt! j I; .91. lta avot'c la (Iertilc C brutalitU5. lei eni-
I~t -, ii~ I O' fu, .-; ai~IVOS COWti, j igliol C 9;i Ia [Agation dte Fraiiic.
.-~ ~. ;c z-~hz/a`itfi~t iapoi t a soii go~iverrinetnet iii i
n ;,:i e.',nfils'a dt ftit-;
V,) t~n [I lo .~. oi i tij).a-tenuli t A liiist,)ire, et ii strait s~irl-
I c i ~ 2 lI ~ .''ca.cilie prici-itit jiie de ILft: )I on T.i'tre. jkl
91,9: a nat lii1 j ivi'urU tie [LIrvaussent pas d !a c)m an iisan~e
Couu~ca' I, ~\ c I 1- [911' ijqes ;,.ic h, ii uuvernernent le plusi iitere-imiul
di~ -tI t- I, I9t Pit I nHl i> C C liti C 1-3s savoir et a s'on ot1vCijir
1l')1~ .' )is~s~I i Sd4~l [L ~tIi ~i'~ ~FLEURAY FgQtuEfRE
pericurle, de diner a i 1,,soil pwr (111 I.
ti ut dc., (( sale's ?(i1es )) I'll 'lbabi -'-- --
tent, Ii 1uiest pas a nha ct).iLiai- satice
(j I s F :~ s oit I1),?'" lii
rbin eii.epi Cssk~, ni inIIl-, ,)uvinandl
(d I~tU1 *e autro : t j .'i01-' IrleflC -
q11elk 1,lA9 i it ato ijl U rs 1)1 Iu -C 011i.uPSe- 2r Sk iG A icME
mentdt'devot&s que les autres. 1I4 .
Ira I0~Ve'~Ilt~ it i I sol.1ve!!iiainer et!(
-v -1 i9 t cei' C* it~tlis
I es, I" Ci'.9:' oil, I',)a t'ItutCltiue C 3 3)r iex 're~t~dir4
(ILI '1 1'9 L 9 I .1 ls Fh'.ilm 11. 1)U
e"IVIS c;*'to~jUr P11' Ir i)tcIl No EM1Al RE COLLaGE Si.-MARTIAL
mooii ; Alqgud-e coin tue I,,(CiM.ttque,-
i.t. ji I 'AOOS,0 (.o serJ t. I SCC OU V la te IENDRED I 25 SEPTEM BRE
(ldiis tfc it ii Ut Is t 9d C ie SO t iitute Barrume.ie A m idi 6o,2 m
41e9111 1 ti II Iitilt ti ; iaPiie l ev-t tie Ie npira 1..1r22. 2 C
i Tinlrhur iMXIUM fl32.-
CI eS )1ft ~i IeI.1'I~c,.'my~n d irrne 26. 8
~ ~ ~ v ~ j'- Ciel .ussez cIliir le matin, tr~s nuageuxn
de csb. ti o. aprc, imidi. 1
I)tI~t~..1 Milo solaire dans la matinee. Orage et&
1'rIt1c t' ii-it.e stit t-oin!p1it1 & C. 'CO, pluie A -7 h. 40 do soir :2,4-/-.
1.1 'Iik'19':S- Cultav A [tItS V k,.ar,10 re est en baissec
ll't i'.1t F("t59A ,fi'lli C )!I Ut p,-u d'agitation sisinique.P
rae, ite ii-i.1' l inkI' !'A tti sa, Cii Cyclone
giLitt'lb1 bclia CCIt-tilS .' d iviS Ua-Le dp&he rit;ue du Weather Bureau fI
toy,1.'iI, on tlie l It I Ii 9 de \Vdshi j glion a us annonicc qulun cy-
(pie Icuz sult'.ai.-e eit plus hhi-tvak.ij :otloe s,,trouvait bier. ( 25 Septembre)&
port iI.''leilI '. dinieuLs ii~SU I h. de i'atpr~i-midi, au sod de I He Saint-
poin IIC .~iitiueuis ?Christoph.!, et se dirigeant vers Porto-Ri-
Peuu'iailtt I'.1uu1ti terrible, alors qua la co. Les ob-cirvations d! cet matin indi-
pauvie France faible et ddsaurml&, r&- quent qu.- ce cyclone s'est beaucoup rap L
alit sous los coups du PrussieLa impI- ProchU de nous peadvit la nuit et qu di n
toyabte, nulle part, dans le mongde, naxrche toujours dans la au~me direction
piut-6! je, ses malhieurs nui'veiII~r-ent WVNW.


aes 'ih Iplus symp ihiqu elpI
douloulte tlite c ciuz sia 0.1Oi "it
ajixiwiK x Ies iouvellez, 1'imigitiation
des uiji et lei autres illvorait I'aspace,
la jsiasK c 10 !h'ak -t l u ellumenl t ten-
dtie, toncontv;a:' vors L-s clialup.. de
bat.iiiat ofi I'oVn soutl:uitait la Frauce
victorieuso. Et ,,iI devait suffire duis
VrUe ullattitileS du peuple hailien
pour assurer I- succ"s des arms fran-
paises, C'shat Be-'liau nplut quo Parit,
qui @aitt coIRlu lox heuros sombrei d'un


R. BALTENWBCK
A t in tr ration Corn munale
d6 Port-au-Prince
Avis
Les percepteursde l'Admiiuistration Com-
munale sont invites A se presenter A l'H6-
tel Communal, Bureau du Receveur, le
mercredi, 30 Septembre courant, A to hen-
res du martin, munis de leur cashier A son-
ches.
Port-ao-Prince, he a6 Septembre p9o8


ro
I







di
di


L Gouvernenment verse aux
Sin',tres 166 000 gourd s
On se ra.ppellc co:nrnea. :out de suite
apres les derniers incandies qui dbsuo!ercn
Port au-Pri'i'c, .le GouvYrnetent demand
anx Chambres ,:slati une valeur
$oo.ooo gou:des qui iccordee A titr&
de secours -x\ in -.tr r
Une c,-mm nr:'. f.,t eniSite former
pour etablir leFs i:rj t1 qitlths des vic-
times -fin qn : i r'. : -tti *o ftit fai'e d'une
faqon Cquit ble.
Les trav.i'x fe citte c:)miission Ctant
..chev';. !c G ivc-rneiient vient de lui ver-
ser un tiers.so:r 166 ooo ginrdcs, des va-
ieurs A distribute.
La rrpiritrrinc. C.an, nncera lulidi mitin;
chiue s ri,'r, L. vanI recevoir un tiers de
la valour qlii lui .ura t&t accordde.
D6p.rt
Est pirti hier soir Ie s/s Prins Mau-
rits avc les passagers suivants pour :
St %Carc : SSniteur Th. A. Dupiton,
Richemond C:zci', :c Dupiton, Mine
Smith Devo:, M:i. Alice D'vo', Mme Ju-
lien Djsseck. I'ierre Dusseck, Mine A.
Durand c ciitn i 1:. :e Garmaliel Ma-
rie, Horaciu; P..r.e, Aug Pasquet, Achd-
lus Laquinte.
ew- Yo:k : Chi ERn Kernisan, Des-
rismn Etienne, No,'..is G.Cura;sa, Marcel
D.brc.ss". Mire Ri'g:na Dtnis.
TribunI3 d i a uratin a
Gonaivcs, le 2; Septembre 1908
Mo-sieur A'bert M' Gu'rriE
En Ville
Mon'ieur,
J'ai requ avec b:aucoup de surprise-
une lettre rccon-ua:nJdc sous votre sig-:a-
ture. Je r,.nonce A croire que le contenu
nmane de Madame Eliza Mc-Guffie. La
femme d' education est rarement irrespec-
tueuse.
Donc, c'et de votre pauvre caboche
que sont sorties ces miserabtes quelq es
lignes emprei:rnes ct d'insolence rt d' m-
becilite.
Du peu de bag.ige classique qui m'est
rested en t6te, je cro.s "savoir que Vandale
veut dire destructcur de monuments d'ob-
jets d'art, ete, etc. Par extension on dit
de celui qui vol?, pille, riine et incendie
qu'il est un vctfJale.
Pourquoi ne vous 6tiez vous pas adres-
s6 A vos grand parents ? Ceux ci vous
eussent donn6 la bone signification du
mot.
Vandale celui qui, par des process cri-
minels, traine sans pitie par devant tous
les Tribunaux ses propres parents, parfois
sa mere.
Vaudale : celui qui ne recule devant au-
:un acte, aucun procede pour and intir son
prochain, son parent.
Vandale ; celui qui pour couvrit ses for-
fairs, vole et incendie.
Recevez, Monsieur, mes salutations.
ALCIBIADE PRADIL
Remerciements
Les families Malette, Viala, EthEart,
Larousse, Morisset, Cameau et Delva re-
nercient bien sincerement tous ceux qui
tur ont pr6t6 leur concourse A l'occasion
Ie la mott de URICILE MORISSET, survenue
arant-hier, A I here et demie de l'apres-
nidi.
Elles les prient de croire A leur entire
reconnaissance.
Chtoniqie des Trib anaux
TRIBUNAL DE PAIX
SECTION NORD
Wi ty &8 0C et A!fre4 Antoine
It est deja interessant de voir un mar
IlrriCre lequel il so paue qu-lque chone,
lit Victor Hugo.


Nous Cprouvions hier une rdek'
tion de curiosity en voyant venir
tUoisi~rne fois a la barre du Ti
fire Whilty et Alfred Antoime,
maintenant affaire Whitty-Bordan
quelque chose qui se passe IA dr-
que le Tribunal saura et quae
blac apprendra par la voix du M
La con parutton personnelle q'
licit6e M* Serre A audience da Iu
mois et que semblair redouter In
en cause, a eu lieu hier.
Whitty tait A la barre, merren,
scs yeux bleus, comme voilds d
se mouvaient sans ccsse ; dans I
ment intini du vif-argent, res at&l
diient outre mesure,- le sag
tait au visage,- les rgardr"
ilu Magistrat- cherchant alire as
son AIme, I'exasperaient horribleae|.
avait quelque chose de froiss6e
confrontation le torturait : son c
sa presence, le dementant, loidisagyM
vous ne m'aviez pas signlfit mon
tecps, come vous le dites. ,
Nous avions dans le ac Makb l s
de ce mois donnt aI nature
cate afflire qui est revenue hir, al'ons retracer en peu de mows -
Itc:curs.
La maison Whitty & C* avi;
le minist&re de M' Alber Bord ,
ficd Artoine en pavement d'une
de P. 69.20. Pour se d&charger d am
damnations prononcies centre IiI, I
Antoine compta A M* Bordes an aalodr
P. 5o que celui-ci remit au sieur WWil
Blye, commis de la maison Whitty.
Malgr6 ce versement faith. Ia a
confia la defense de ses intr6tis 1 JA S
re, en dtsavouant sans doute, soa
mandataire.
Une nouvelle assignation
A fred Antoine, conduisit slors A
Me Valin qui vint prouver, aveq
sen client, avait verse, A la maisOr
une vJleur de P. So sur sa creacs.
Comme M* Serre avait de son C
clard que ses clients ignoraient le
ment parld ainsi que I'existence d
delivre par Albert Bordes. Le l
avait ordonn= une comparution
le des parties.
Une .vive animation se prodolt a0
ment oi I'affiire va 6tre entendae.
On s'approche de la barre, on
une ordille attentive A tout ce qUi
Les questions'se posent avec adriUS
une ceriaine precision. L'Ame dl
rea!;t da :Joute i compTexr ,t
Whitty nie avoir touch les doq y
gourdes.
M, Bordes affirmed les avoir veah,
commis de la maison, William Bly
vient d6carer A son tour les avoir
ct les avoir gardies en avaloir s r
pointements que lui doit la
maintient e- offre de prouver que
son Whity & Co ect encore sa
M' Bordes ainsi lave devient a
d'6loquence, multiple ses geSt
et finit par demander la co
Whinty & Co P. tao dollars i
ges-intirets pour grave attei .S
son honneur et A la d ,co
sa personnel aurait pa 61tr I
grande publicity: donn icA ca
[e Matin
M* Serre demand la coI n
conclusions de Me Bordes k1
renvoie la cause A l'adi e&
Pauvre Whitty I qu'il Ce 0*
en colere jusqu'i s'arracher 31
La colere est mUYSli
pour les gens atteinude la C ,i .

Une errear de plaOme qu -*
groussire, noos oblige A


~ __


r---- --- ~ ~Lc~
,, --b--- -- I -m e~- I --r --