<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00434
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: September 21, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00434

Full Text


Deuxinme Ann6e, No 443. PORT-AU-PRINCE ( HAiI J Lundi, 21 Septembre 190&














QUOTIDIEN

Abonnements: DIECTEURs : LE NUMYRO 1 CENTIMES
PORT-AU-PRINCE UN Mots. G. 2 Cl00eXXt M agloir ,
TaoIs Mois. 5.00
DEPART ETS i. 2 .0 --- Les abonnements parter.t du i" et du 15 de chaqae
DiPARTEMENTS sMos .20 R ACTIN-ADMINSTRATON mois ct ont payables d'avance
iROIS MOIS 6.00 R ,,ACTIO N -ADMIN-IST.RATI-ON I
"TRANGER........ ToIs Mos. 8.00 45, RUE ROUX, 45. Ls manuscrits in.r6s ou non ne seront pas rendus

Pour tout cs qui concede 1'Adzministretion du Journal, s'adresser A Monsieur Arthur ISIDORE, 4Re Roax o0 Boin--Yei.
San Le plus haut fontion ,ie d'u f vernement indigene, lequel s'est conu-
province, lo tong doc, est Ip.iye envi- tamment et et ,cryiquetnent refused em-
ron 3.o) francs, pendanrt lie le fonii- player ce proc,16 rtnis6rable, donnant
tionnaire franQcais cot respondant, ins- ainsi A scs dominateurs europ6ens
pecteur ou adJiniistratLour de I1 clas-, urne haute lecon de morality publique
se, touche de 18.000 & 25.000 francs. o et de bonne administration. S
V ( Idem. ) Sur le svstete d'enseignement, etses
L'Annamr a\vos-no..s dit, est c,):z- iloai, provincme lunithrophes de la Co- t A I'exception de cinq ou six fonc- i,.sultatsa coutezJean Adalbert; Nous
me le CamlbodKe, un rovanme ,pace chilichin,;, !,.s autorites de la colonies tionnaires, aucun de ceux,- si no i- n:i pouvons euseigner le francais A
sous le protectorat ftano ais ; nous expedit'ent nii hAte des troupes qui breux,- quo nous ,,ntretenonrs la has, vingt million d'individus qui n'en'ont
ooas vu co:nmtient leo Cambodgiens battirent tios rebelles. Les residents ne sait un mot de la langue, de l'liis- ique fire No serait-ce pas preferable
sot a protg's ; nous gallons voir si s'emparbrent alors de I'administra- toire, du droit de l'Ernpire dAnnam. P d'exiger la connaissance de la lan-
es knoamites It, sont plus ou mioui. tion, ranconnerent lo pay-, au moven ( J. Chailey. ) gie annamite, cambodgienne, a quel-
.*Lee taits nous ronitrent qu'en An- d'ustijerq ijigines qui /ipnt suer & Ignorants des costumes tes An- , cblOme an ('-unbodge, combine cette matheureuse population un tiers namites et ne se rendanrt p:s coinpte cu:is, ? Quand nous: ne pouvons arra-
t Cochinchine, l'id6al de nos agents en sus des contributions imposes. Le des devoirs quoa ler Impos i trait (cier ce .ji'il ne faut pas souhaiter
Wd'absorber tout pouvoir, toute au- proluit de celles-ci fat verse en bin- de 1881, beaucouti de It,-sidcnts se ,d'illeurs le provenc:al, le breton et
trit6, de rddui:r les Aninamites a la que par ordre du I)irecteur de I'in- considerent :ommon les se.;is inlres tois rios Ipttois de provinces francai-
cbdition d'un people tenu en lisier'es tlrieur a ,algonl qui en dispo.a san .It s provinces et font subtr aux auto- a .s~~, d'tnlies franoaises, comment son-
al94de toutes fatos, sddyrLLdd, ra,- contrd!e. :Ltiii uiIn admi niiistra,; it pro ritts a-nnamites de. traitements qui ger, par quelques p6lagogues perdus
Wil es pro~t :- .yux. I'eut-on s'dton- vi-oire 6tabl, dans l-i dteiux povinces blessent, non soul'inent les fonction- en I ndo-cline, A ddraciner du terror
kr, apr .el. en constitatnt que s'y cotiduisit en co, quI raEt abs lu. On naires qui en sont I'obje!, inals encore 'ii naaiite ls langues millniiires....
ce gens n )us dte4tena t cordiale- agit de metno eit 1887, fnais sans notif leurs subordontids. ( D. L-iaiesain. ) Nous faisons des intorpretes, c'est-A-
maet? ( L. PIinsard. ) sirieux <'ott-' fois dans los provinces ( L'Annamite est liabitut aux cIr- dire des perroquets, des chiens sa-
SAu Tonkin et dins 1 Annam, pvas die lPhu-Yeii, et de Binli-L)inii. ( Do ves, mais les mania liii n-, outt soinl de vrnts, de la masse : nous faisons des
"a"lquels nou; tavuns g.ranli par les' Lanessan no jamais I'dloigner V b)ai oii,o son li ,'lasids ; c'est A cela qu'ont about
trit6s leur independance politique, a Les populations annamite sont village. Notre maniret de proc, lr est tons nos efforts ; europeanisdes, les
!dmaistrative et social, des agents douces, maniables, vaniteuses ; il touted ditflrente. Des coolies lev6s au p-tites Annamites ne retournent pas A
'~ctiblesou mat dirig6s n'ont cesed4 tait facile de gagner leur loyalis- debut d'uno expedition tie revietliont I t liziito, a la paillote familiale ;
tasbtituer au protectorat loyal, sur me. II semble qu'on ne fasse rien que qu'avec elle, c'est-A-Jire tu Iout d'un, elles vout droit d la prostitution...a
* ls" populations avaent le droit pour le ir rendre notre pres uce abo- deuxou trois mois,quandilsre'ielnant.. A propos d'imp6t : c Au Tonkin, en
Scompter, une politique d', nuexion minable, et les excited de parti-pris A Un medlecin me racontait (que soavtent Annamn, dit le inemd ecrivain, pas
All"oU a aiusi brutal qus nalha- la rdvolte. le sel faisait d6faut par suite de I'ii- de cadastre ; on taxe do facon bru-
a < cateuse.... En rdsum6, nous t Dans I'ordre administration, nouis curiede 'intendanct, lescoo'ies ltaiet tallemtent arbitraire ; iniquity6 est
chrions de nos propres mains le les avons Bloign&s du gouverinemilnt rrduits a manger leur riz sans assdi- flagriante.
y ei 1884; devions-nous trouver des alfiires... Et, d'un coup, suppri- sonnnement ; au bout dle queiques 11 continue : a Pour le sel, objet do
aoQt que I'Annam et le Tonkin mant leur institutions tdculair.:s. on les jours, ils,avaient la dysenterne. 'Par toute preiniere nlcessitd chez des po-
,-,tassent lear m6contentement a soumis a nos r6gimes d'importa- fois le riz lui mmee maoquait et I'on pulations de pe.;heurs, l'Annamite a
*44l leaves incessartes de bands tioniles moins adapts a leurs lasoins, donnait A ces malheureux, apres une te6 pariiculierement sal.s I Jadis, il
4l0c.ionnelles ? p ( De Lanessan ) A lears coutumes. Noas avons 6cartl pnlible journde do march, du pa dy n'y avait qu'un droit de sortie mini-
~fIt I' Annam et le Tonkin, les mandarins, qui poavaient nous (riz brut) qu'ils n'auaient aucun me. Maintenant, monopole d'Etat,
Oeent qui y sont survenus ... tre des intermediaires puissants. oyen de ddcortiquer et que la plupart vente forced a la r6gie, aux entrep6ts
.-t-, pl6tement d6sorganiad les Nous les avons remplacds par des talent obliges de laisser de c6td au crCdes par I'Etat, au prix fid par I'E-
publies, boulevers6 les re- fonctionnaires francais, ignorantesdela risque de mourirde faim. La province tat. En 1897, le sel valait en moyenne
di.pers6 lea populations lasge, de I'histoire, des m6thodes an- de Bac-Ninh a did ddcimde par les le- 0 fr. 15 le picul ( 60 kilog. ) ; le droit
tn temps le sources de namites. Les fonctioonaires indigenes vees de coolies, et les habitants ont fi- a montd jusqu'A 1 fr.70, pres de quin-
S ( M. Sylvestre, ) ancien conserves A ot6 do nos administra ni par abandonner leurs villages afln ze fois la valour du produit... Le r[ -
t&ctios importateos en ttears, n'en sont pas les collaborateurs d'dchapper d notre contact J'ai pu voi" sultat a 616, pour I'Annam, !a ruined
Nees le. domestiqufs, nis d toutes les moi-mem3, sur la route d Ptly L ting de l'industrie de la piche. a
-t avatt rais dana les pro- besognesr. Cux qui oat qielque digni- Tuang au Kep, les ruins de nom- Jo fais grace au lecteur de tout ce
B.~aImites de Tham-Hoa et de t6 so retirent. II no se prtsente plus, breux villages et les traces d'imtnein- qui se fait de pareil a l'6gard de I'o-
*8 6 dejfal qui traitaieut pour accepted ces charges rebitantes, Ises rizieres t ansformxnes on marcda- pium, de I'alcool, du tabac, des allu-
afltrerient les autoritAs an- que des personnalites d6cribes, sou- ges. i ( De Lanessan. ) mettes ; car, dit I'6civain que je viens
ot ounmettaient le pays aux vent indignes, m6prisoes de la popu- Apropos de la ferme des maisons de de citer, it faudrait des volumes
it conditions d'administration laiion. t ( Jean Ajalbeit. ) jeux que nous avons vu pratiquer en entiers pour 6oumrrer.toutes lea vexa-
roakin proprement dit, et cela Non soulem mt,on exige de ces Cochinchine et dans le Cimbodge, M. tions auxquelles est en butte la popa-
I 1es traits, bien entendu auxiliaires indispensables les services L. Poinsard dit : c Seul, I' Annam pro lalion, au sujet des imp6ts indirects.
Iae insurrection syat dcla- les phlu disparate, mais on ne los prement dit a pu 6chapper a cette Pour flair par une note aale, et
SBlhinh-Thuan et le Han- paie pas. ( Ydom.) plaie. Mals grace & qui ? A son gou- malheureusement macabre, citone un






A. de


Matt&e; <& Co


DENTIFRICES


C ) T S H Y GTS I1Y tN IQaUES


i.,,PO ITVR LA VENTE EN GROS

1A I iwuipar able Elixir Dentifrice
'It~ ~i tt' Ca tc!i!I~ ~Ir~ii u-oge jourulaler assu-
1 '1w whit 0 t dto plus, pat- sui*
.1 ar a Ax (oleits jlisqu4A I'Age It
SI'' i. '\l djoa I digestion en per-


I~eui~ irri e4' des iii. PP.

T 4!X. I I t IItide Ellixir.


o C 1;


I ~

I. a*a~*I'~I :~iaa.,


* ~ ;I'.iajIf~if I iii~~.


Ay


*! 'i! I', eic i-clievelure et

t*in(iiu.-et lci iret de la peau.

en tlacon, moyen fla-
con et petit flacon.


G~ndrale


r I'Agence
P (--..bl' qu'.e d':Eaiti
''. 4


.', '/ L ,' i;.. 3





SR E CONTINENTAL
Dr'i
I"C~e"- .. [ iufcE~il l


4 -tK1 (24 ) CfJ LEURS,


Par f, ne, {-~Vf'
vai I''l t~ [b-ii; I'' F.a


Pat tifll rki oit. afhlC .4n'-; 6a
C )/,II..


SIt-
P'ari-
(:i c,


Lampes, Fouets et Chamois
pom- buggy et buss.
Argenterie de luxe, Bb'-lots,
\Ioust iquai rcs, Hiosse Pi pes. Fumes-
cigarettes, t1avatcs, MaIoquinell'ie de
toutes qw-ilit~s.
L~a M io-,on a to: ;owiv-ti gr: ~' in-ass-

dle IDiamnaw, A la ip-to ula)I
e01 (ira et n i It AItpm le to I utcS

Ateliecs d' Ho -lo 2.1-ie et do


I V "a 'I1 a'' j' Ci:'of / *' JI ll.'

40 111 t 411 Ii I~:AL.> 11

2t i' exz r 1~-i ''




Frt(BRlCPUU 0' C:,


D. FER


A .I'liotir*r, 1 'a .i
breirrr c' iery ;- 4-
provi!!o.aa 1 ,1.'I vil'
Ia Rt.' d's Frons P) V
stoc do chau-; '.,
au.
dan N




rO f:1',l,.. '
~U :- i*----. a-








ne ves, v(r-, -- -,

et.(-, .tjt .


a .i 1








"', I sesI
1 lhifl &'
a ,J i IMCt~

a :v I.
I.



I'
*1 ~ c


ver

1Li \.tSeS


floctu rj Gaeau


Mr-' d ,IN


iRG IEN


Den ierl' ii iS. i cu


cou-


r ts


A a' '' .


*1 !eif l i:t Id1ila R. BKpiablique.
4i.. -u porta-C Francico DESUS

,~ Inpo~taui 1~'rauciuei DESUSE


Fabricant de chaussures


AZill 1
Si a 411 1'I .a\ b to11ut.'
CO I) I I' lov 1111 11 11s :1V
ait, -, i ,a:! ,.


net (IaI lil itt''1e1 uik(1

1 AD& C (Tmpary
-AI S VY ITY. N Y.


i~ 'K a.tI*a~iI1,
It' --,


a toujours en d6p6t
po r 1., vented en
- do cliaussures en


l Ii< \\ FEM M ES. 2EN FANTS
L..s c'lninlilla iJ des colnmercants
dJ 'liit('ri.ur pour;ount tret 'excutees
la,:is ~itO semiaine a peu pr.s.
-:3, Rue des Fronts-Forts, 23
1 PORT-AU-PRINCE ( HAITI )


Mr C. L. Ver ot


Ta leur-la"-
Ifcolllw aviit si
t)a)Ije IcLV .It mai1on i'

v ri At16 d'ototl -AeI
veautt' parisienine.


11 t t, i lou-


QUALIr1 SUPIkRIEUIRE (COUPE~ 0T.ISG&NTE
TRAVAIL SIGNED. LXi-C!,TI N ISPROMPTE.


L,'Is ne


*1: ~ t


I UVstecICP I t tk h hr. e ii a-11,e
OffIenIa r'ovei'a to .mir or--
Prince, clIez M.I. Rolt f't1 I)ut1t0ri Co
89, Rue Courbe, Place dle la Paix.


I43,VGRAND FJJL, 143
PORT-AU-iPKsNNGCE
GIIAUSSURES R TOUS GEMIUM
iv, DtP6T, IP- _, LA V Iwo
K> C;RO5 iWT Dp.;AIL._
~Zt:7UQl pn prO-.Pte dd
CO:X~taLLXS S Lr~t ;Ot qu

Forms te

; *le ;.: t---, DerniaiN
de de Vi-' 's c I. I *( COLD
chatr`-.SLT 1 r p r eaVCol)
ndes avec di--; P&'ut. *,. routes
3iUnta. a a0 irrp

Pour 'h4_.-U*xj wros: .L e 12.aql
Posus, ,hi.hcrzsu~ r* t9ju~ ae5I


.ii
'~IY 4


-. a( rivedes RR.


P i,

1~t: :
Cr k.


Ven
leu:


aS f


~uclil


1 -1,


hL JIj cliei
Ie~ in It g nernJ,~

CA B I'Y T D'ELLLTROTH RpIg4P
1281, Pe UEDC (:ENTRE, 128.
(_Vaio .42 /feu Di r.Lchatellv)_
Le.~ it'ad. S saw a~llrrr jourd'hI.
ils Peuvcnt ic g'ICr par I'
I crrrr~ sc ic~r i i~l!applcln
dian- 1. jIt iI I t 'It 11 vix don't q-
fre 1i intdrk gp(id


(t ir 't, affection i
'Is makcrdk
chrolo. i/4s !t'a1 4 Sdes* *.
feetijo i Ia 'le da q a
h 2' '- '/2 i Neg, &
() I/a~ (irl; 1eux, I*
I)' .; ; FIt A domid.
le d~i : /n i t14 N 'Ii' Ia 4...
ph ti '!; I-ai ,

A ; ./ c t1 d de i2 d 4
hr.i dc' I q ) ts r, id

't-ii : ~~NES.
4 J 95
rU -.







tu'l C er; ch&
HKecomoma
1 -. .: j~E urn




:e iqu6 di

F -sdes CC&


La ra '' eGB
t u L~'~brodb


C -o i'
d~*-. :. -: UiiveII


Ae M-i,on~ S~EGUIN sont
IA IA1) ( N


RF


Ev ,


:: ~C~iZ~lu "es~- c-~i'ls e Vurni et








administration Postale
SSaIRICE INTiRIBUR
Ltre rseommandks en souffrance
te Lydia Peiziotto (2), Ttna Cina.
uJaustin Turnier, Hortensia Guerrier
%iloMne Gr;goire, Julia Fortund, The-
,u ton, MM. Aratus Mondisir (2) Ber-
lProphtte, Louis Lamothe, Augustin
-hb, Olts Lger, Fransic Deborde, J. J.
mfikes Hyppolite, Deputt Odilon M6-
SRVICE EXTLRIEURI
Eliubcth Jackson, Clementine Geoffrey,
VYe Louis Augustin Guillaume.
ILVaouation de Cuba par les
troupes arnaricaines
D'trhs les lettres suivantes publides
pr le journal espagnol 4 El Munlo I' te-
uMtion de Cuba par les troupes ameri-
ames se fera le 28 janvier. Voici le texte
cette correspondence :
a La Havane, 5 Aoi:.
I Au President des Etats Unis.
c Perrettez moi de vous demander d a-
vcr de trois jours la restauration de la
lpblique, c'est i-dire de la fixer au 28
jvier 1909, date anniversaire de la nais-
sacdeJosi Marti Ce'te concession serait
k illeur honmage l Indii oio:re du
pmd libkrateur.
SJe vons price de vouloir bieni rscrvcr
soacceil bienveillant a cette p;'iLio
(in des disciples du maitre, qii lui aussi
versd son sang pour la liber'd de Cuba
aqi, en vous l'adressant, se fait l'intcr-
pie des sentiments de ses compatriots
Vote sincere admirateur,
SEMnlUE LOISAz del CASTILLO. *
tPrisident Roosevelt a repondu corn-
rmit:
'Oyster Bay, 25 Aout 1908.
*Gadral Enrique Loinaz dl Castillo,
Sla Havane
Tmd cher General, Je viens de recevoir
vrt imable lettre que j'ai communique
alovernear Migoon. Je crois que vous
a unison et 'ai exprimn au gouverneur
kldir qu'il se prepare 'a fire 6vacuer l'i-
il 28 janvier. Avec m-s amities et mes
fthti souhaits, je suis votre bien sin-

s TIi.ODO)RL ROOAEVELT. v


Petit Godve : Mile C Basquiat, A Ra!-
mir, Soeur Reine, H. Morisser.
Ciragoane : R. Kavanagh, M. S e.:p-!,
G-I Barthdlemy.
Jbimie. Mr ut Mme Christophe.
Avis d,- la Police


Divers effects vo'l. ont &et trouvds
la police ; prire leur propreiaire de
tir les reclamer au Bureau Central.
Ce 21 Septembre 1908


par
ve-


Boi e aux Lettres
Port-au-Prince, le 12 Septembre 1908
Au Direcveur du journal LE MATIN
Mon cher Mag'oire,
Depuis la publication en feuilleton
dans votre in'dressani journal du roman
sensationnel de notre ami Htbbert : "Ro-
mulus que j'..ttends d'etre mis en volume
des amn:s, 'oire des personnages avant
pris part a-:x e6vnements de Miragoa.re en
1883- encore vivants me demandent
la continur.ion de Taur I'Hi:'cr'e ( Tome
II co6. Bizelais ) Je desire les rassurer par
la vote de la prese : je remets en ordre
les pieces manuscrites iiddites et les docu-
ments oIlicls Ct autres que, g'ace A un
providen;itl contours d'amis ddvoues, 'ai
pu s.aivt'r idL. Jo101bl i;'ccn i.' des 5 ct 6
i il et Id :i r. Il.!a'it 1t it s:V4, ///:''.';. Pen-
dai t cis t. ):s dcrnii rcs a-s,- 'i l i>i itivcs
je me suis en vain'adress6 aux Chamibrrs
pour un tncouragement, mnn cur. at' a ete
rdcomnpens cen la monnaie id6a',c dont sc
content tout ecrivain consciencieux el
probe : t Nous ne saurons trop fdliciter
I'au'eur etc., e:: des cinmp meilleurs etc.t
Et Ic fleau si cher A Port-au-Prince
n'cut cesse de se nmetre au guet... inais
heureusement .. je crains encore que lI
temps qui est plus inexorable ne se meite
de la parties.
Esp6rons u'il n'en sera pas ainsi dans
I'incrurt de la vritl de Ihistoire.
Veuillez agreer avec inon esimne particu-
liare, rues bien sinceres salutitions.
E.ws,. CHANCY



Nouvelles Etnraneres

_%r_ 4 A i e T A A An- h A-


Arrivage et D6parts a-L o -
lliWr entri le ss hollandaise Prins SAN SIBASTIES IS.- Le yacht Cor--o
rit V avec les passages suivants ve- conduit. pr Ic ri Alaphonse ui-:nme a
gagn6 le premier prix aux rates au
owloI :Sabourin Holly, L. Kohler, tClub Nautique royal ,.
U Holly, Ph Holly, H. Sylvester, Mme LIBONNE 18.-- De series. d6scrdres se
rIo, Elias Bellot et enfant. sont produi s aux Aosres.
hl 4rC. e Gay, Frre Bad6meAche- Ls habitants de Aorta et Angra ddses-
i Vnte, Richemond Cazeau. Auguste pbres par les mcsurts peu efticaces prises
uet, Vve Andre Cameau, Horatius par Ics autori:6s pour combattre Ii peste
11, Fire Gamalil Marie, Maria Mirvil- bubonnique qui fait des ravages, ont conm-
1cnian Mirvile, Guillaume Thive- mis des octes de violence.
Plusieurs fonctionnairas ont 6 6 b!'ss6s.
: aspard Moreau et 3 enfants Le commerce est paralvye.
Richemond. Le gouvernement a dCfendu de commu-
'R iptni dans la soirde avec les pas- niquer avec cette ale.
irats pour : NAPLES 18.- Les cuirasses americains
: Mr et Mme Anglade fils et en- a Maine v et Alabama v sont arrives ici
ft- e Poinson, M6zlette Toussaint. aujourd'hui.
E p A : Alice Dieudonn6, Justin Les rues sont pavois6es de drapeaux ita-
liens et americains (t le gouvernementtprd-
Justin Lauture, M. Boucard, pare des fetes en I'honneur ds marines
LOis, Sceur Madeleine americains.
S Ddraix Laraque, Clodormir ALBANY ( Australie ) i8r -Une grande
S Jamin Blanchet, Auguste Ga, r&cepton a et6 donnde a bord du cuirrass6
c Sylvera, Douville Pierre- emtricain Connecticut i, le gouvernenr
Sacques Bigio, Mr et Mme Ni- de la colon e ct cent autres invites assiste-
aefi, Mile Nelly. rent A cttte reception.
S Chrnistine et Jean, Fouron ILe maire a donned une reception hier
T Blain. soir en I'honneur des marines.
laitss le steamer Altai Le depart de la flotte poor Manille a dtd
ir e saivants A destination de: renvoye an :8.


()s-TR BAY 18.- On announce que de-
Ic President Roo- i 'PCe de Sago.ire HI 1, la v. :t de tous
habitants dc Os Bay qui sont au
S : bre d. i ,
1. H \aYFVI: is. A 1 Jd pa.i J. e t'A;-
I 1n g'u. et de i'l'.,:' 1 .o'iv, c mI~cnt t o'.-
land1 is coTnv ;e i ;U.rl p' ;i; A
n' ,iville cont 'i :, dr i.d a i ai se reti-
t'crl prbd : B ,.- e : ) c" .:. l la ueic -
* .1.1 tc t pr. ,: 'r d'arbi-

Cettc v c c. a sou" a gr.i l in: A Washington et on croit que le< Eta's-
Unis Cc~t tr:nt cette idtde avec plaisir.
FoR! -r-. R.-- L'adroplane Victorieuse
d'Orville' Wright descendit violemment
causant 1. mort du lieutenant SelfriJde et
b!essant gravement l'aviatevr ambricaia.
Les midccins qui I'assistent disent que
son &tat s'amhliore L- Secr&taire de i
guerre ne voit p.s de motif pour qre c-
lamentable .iccdent puise aff,:cter les ex-
pcrienccs acro~'.Jt:.tucs de l'armdein qu'on
est en train d& fire et atrinme 1iu'au-sitat
que O:ville \Vrigt sera guLri on lui don-
ncra l'opportu';t': de signti son contract.
LE M. AS --- M. \Vilbar \Vrig-, trre
d'Or\il!e rc';ut la nouvelle de l'accidentt
au moment ou i! se prpaira;t :i fair une
a,.iLction p'ur le prix dli 1MchAlin .Aer
SClub, mais qu'il a ajournde. M. Wilbur
\Vrig: est :rrs arfec'L de la mort du lieu-
naiS: "'Si Jt'r'd-e.
Coi.L:. Le vapeur Colon q ui divait
arr cr i ,i hir, :i',i pas parI ; ,.n crain
qu' ni'.:it eu A lut:cr coltie le cvc' .nc .
G:I TrI.MALA. Pour commnieorcr 1
St rLi ann'iv'cr~tire dc son inidpendance.
o:, ." inai.gure dans c'tte ville le bureau Jes
Rdpubliques du Centre de l'Amdrique re-
pr&sentdes par le San Sa'vtdor, Costa Rica,
Hlonduras, Nicaragua et Guatimala.
SA.I'r I':TERSF.OURGC -- I-s ballctins of-
ficies annoncent que les Jernieres 24 heu-
res il y a eu dans c tttc ville 305 nou-
'VL.L:x cas de cho!dra asiatiqne ct ir decus
GL:.AYA.\QIL On a rcsse:iti dans cettoc vile
u:n violent tretmblcment de :erre qui cau-
sa des di. -is !mais pas dc inor.s.
SA~nT.(o nrF CH Li. () a inaugurd le
mionunm t drigd .A la mdi vcire d.: Mac-
kenna, i'h:1'totien ui t. t ,canJdit A la
prziden:ce por:r lc part !,bAl .n 18,j.
DELAWARE Lecand;dat des dJ.nocratcs
:. la p;ip idcnce M.Brvan, da:is un discourse
prononcd in. cette vile a diclard que les
dir;ctcu:; du tru t de i'acicr sou:ena:cnt
avec kur a-gnt :cs tr.-Is ,d la ca rpag!'e,
en lc:hange que 'c rc ,-ubl;ains con:c".'d-
ro;:t a siretd cont c toute p .r'.dcuton ju J
diciai!e. t
ALUB.\A1. L'escadre ainric.iine Je cii-
rass-s comnn indne par l'ainiral Sperry ct
pa:tiL : aij urdJ'T1 i A 5 hturcs du soir pour
Manillc on elle arrivcra le 2 ocrobre.
PA is. M Delagrange a fait aujour-
d huiune nouvelle ascension qui dura 30
minutes ; il afirme que bientot il pourra
ba:tre Its records etab'is par les feres
\Vrgt des d:ux c6:.s de 1'Atlantique. f
BERLIN.- 21 soldats sont moris et 250
maladcs dans its dernirrs manoeuvres mi-
litairts en Allemagne.


Attention I...
Monsieur AnTuca BALMIR
Arliile-Jccordeur, rdpar'ateur ,de pia-
nos.
I)J :lar- ai p)iihblic ,;t sis h .utora-
bles clients, en particulier.qu'il n'a ja-
mais tenonc,' A sa tprofession et qu'il
sA tient, come toujours, A leur en-
tir a dis,,osition.
TRAVAIL SOIGNi ET GARANTI
S'adresser au No 91, Rue du Peuple.


I
I
c
c

f
I


Bou!jies de St6arine

Nous apprenons que la Fabrique de
P!' 'ies tie Port-au-Prince confection-
1 1o ses bougies avec de la stearine de
t (;,)uda ) et qu'elle tient & la dispo-
.-iion de *es clients a'iporte qulle
qui.:titd do bougies de 16 et 20 par
p),iches.

Proprie6ts a vendre

Une" proprfetd sise Grand'Rue, en-
tre lo. propridtds : MM. Amilcar Da-
vard et Bareau Maltre, facade ouest.
D)eux autres a Anse-a-Veau, une &
C;irrofour Geo ges et l'autre a barriere
GeCorges n fa:- de M. Nelson Arnoux.
S'adresser A M. SIMeiON EUG. DUBOIS.
1Prbs do la G:tre. Avenu De.salines i0 9
Port-au-Prince

Poudre Dentifrice
ANTISEPTIQUE
1)E
A. I()NICIOMMf!, PHRnMIACIEN.
I iix I l'.Xixp)-iioii cormmunale du
1- Mai 1907 d Poirt-au-Piince.


D'poI:Pharmacipe
A come joo t Brct..
I'MIT AU-PR1INCE
Prfix de la bolteI


St-Antoine
(Lale ).
( HAITI )
G. 1.50


JULIEN FLORUS
Ancient il'e dde la 26* Compagnie
di oueritrs d'Artillerie ( Lorient )
So tienit A la disposition du public
poutr tous travaux do FORGE, et d'A-
JSjTAnE(E, de HRPARATION de coftre-
fuis Ltc. etc. t. do bones conditions.
line de la lRvolution N" 19
Vis d-'is de la Chambre des DipuMs

Le Dr Edmond H6raux
Informe ses clients et le public en
gt: (Mrtl lju on cabinet est trans-
ft ri. If;,, ltlle du Centre, en face du
Petit Th6atre Sylvain.
i'o.itvt d'ap)pareils lectriques qui,
grace aux recencis progres accomplish
1dans l:i science constituent des agents
i; ;raip..'uities ,de premier ordre, il
eiitip ie-s -uivantes :
Cancer. lupus, ncurasthinie, ndvralgie,
lystdrie, lhvpocondrie, paralysie, ataxie lo-
:omotrice, rhunatisme, goutte, sciatique,
arthri:e Jdformante, choree; paralysis agi-
ante, asthme, dpilepsie, dilatation de I es-
o!nac, diarrhea chronique, ictere, troubles
onctionnels du coeur, arterio-sclerose, im-
puissance g6niaale, phthisie, gottre exoph-
almique, diabt e, choose. obCitC, mal
de Brigth, 6lephantiasis, hCmorrholdes,
amLnorrhee, dysmdnorr~te, h6morrhapic,
it&rtne, 'mdrie salpingite, fibromes, ainr
lue des 6tats morbibes tell qe : an6mie,
:achexie et st:erit6 do l'honmme et de la
femme.
Consultations de 7 A 9 heu-
res du martin et do 2 & 5 hours
du soir.

H 6tel Bellevue. -
Le mieux situd, le plus con-
fortable.- Champ-de-Mars.-
Cuisine renommee.- Vue sur la mer*


_ II I







trait qiii lt'pquoo i :V, W)

au ) lo i du? I i:

fill,



S)alt 'tIt6

(:'e t d tC 11;1, 1


".4 -,. I Iot


La ueslii a ii k


XLI


I-.I

11 V a r I tI
'I

tttt1't I I


1711
~ liIl Ii.


11 1'* 1 it It n '-;



lit I I ti

;~1,:(11.1- j:':1


'I to I I;
I'- I,



it 11 1111 I rt :
~I'iIIt t-' 1 N oI1i



'I i ~ t i~.11 L I -1 I



dejlllcl kill -l",
4It-t l' kIII -11w 11- 1-

too, '' '
(l it-ji l I. I i 11'[tI l I l.


tiIC I di t'(t.. 1 I t


bienll ihell's, ulu Up t (' t'''',
I ,tt 11r k. Ii ~~icu I IIvIitiCi I-;t, i i; t'

leaucoup uloi~tisi'IIe iiI I -,(L'I c 1, 1H-
me, et de tenji' en plus 1itol.I hitiicli'
cei taines pyrof ess insvuis ;ooi
inepris. C'eit0 t plus
ialement coinme socjaloiii't iit, ious I
lions IlIejilcUv t' t, i .. 1141 'IX IIx
Mnoxide, pui]4ue fl ['1011l,; )1 '!)S
Iprnivaloil d'uiie siturtItn Il It'). o' 'ul
4:111'antok~e Par fos o 11t I,,

Situatioin- Ii, j t It. le reviktu Lt't I k011%It,
tion, les io ctes, I,-- liL to Alot-m ci I -'.
peiiseui s seralieztt it tltiiiililt oit
,ad out. se 1),OIO irt et so atro
valoir,- pour c lIitetr I la ijsp( it,
lee aplenudurs de la patrie.


Et 1i Iis, avc le L- v" voIIS qiailie en
I, \I .IO1'itifcit pout-t une jeutlesue
!:t r 1 ieacle ieva'll:tj( .-1O till vcl l' s plus
*.1j I rinch- uO'l~l)t'c (et iV )pli us comljrio-Iis. et
V Hll '1 .p!it I. cc t f~ii~' ic I -jeivti t acrri~res
Hot".11ite (Jil el e *h. jde trrIevex' .i sa-
'V Kit twiii. tisfdit'e Li iii liciitel de scS besoins
v 1.1I1 -, -- miixr _rIx. u(.1
I I V.. I II (.-v(tII. V trj!l~ ~ j A 1 ,i on I t 9i t pOuT itliiui set'vir dt
I I vt e.. 11CUFI I V Ir 11 I! i': .. eIvcT, xpr'e on f ?4 :-t3to b ele
,Ci IoX, e (pJ1 i Ie 011141S i dd utfi,- le
()' r 1 1 le )

noii4 in wt-e en uoi

ti I t to nIiuel 1 1 Ia -!'' I, t' r
*.. 4 .)0l* : l VII *ii.IItI '-Iilijt~ i


I. I
4, i I,0: c


S I I 1 I


I ~; t' '"0 ii!


.. .! i r I i I

I ,, I' Il


'I-


-- iSi 'rt~1-


'ut \i ;t-

I- !1' 41-

IIi
.': I *~r




r&ll iti

'' r :


'I ;II~ ,' -- c


I-

.:1 *, )Lj -
I '- I ilII '


I' >~'ii tl-. ..I '.'


I ''iI I I h l' I LI (C I'If I *V

t I i t -Ii t I I


.1.A I 1o il humble

I'uIM)" 401rA4 c((-e, t do viserI a un
ihtt utile, uilsqu'* us i bien on ne les
!,lut point A eul di'tet le produire son
I it, i t. o n t oi, "1 't uelice. Maisii enf in
'1'! a VA %t ktl .,c,'.t mieux Iorsqu'Ai ce
l)I'otIi I, It".-s.Jout~leune facturc
ilIiklie Ci'.,blovd,lli dicm edition i i, 6p I-
'b cII~l~lj t 'l itio uSqU(.I1-ColafreI,'-
101' :1 Iz*. t 'in' '.ie'Soil autlitoire

S \ t qi~tueC ettt" Coj1iti i ot
'I ut"ileI'" I k u t filfait.ifaut,NP G(i. or-
S\ Ivo'i iii t.aIIt 1Fuinlde n1o0confei'en-
-''!LI'F parfaits t v it oinplis. .Mais quaint
a lIuilit6 (to son sujt, lle est restde
pour moi des plus problImaliques. La


Jn


.


-- -_


i :

\


:
II


-- ------------


,l ',ll.tIb '.
Sti'i i'! po i lm l in problmnt sat ; s
,l'0ltl, li, 11 \ ;1 'I ,l"'[l ie inon stiens v(ou.
'ir liint :ppt 1n ire i I tectLIti'e exPlessive..
\ I,,'\/. In 'ti l .ir ll f', iln t t I'onii
-'tllranchit dee lt riii-i'e en travaillant,
, t ,untu it a "I in *r s n) esprit, i'aye'z
t V te : l a ,t to-I' o i t -,s lots
j i i .i U,:i L It i.,ats l. i ,uie libei tt
LN !I- '.' e t I t lt .
N .,;I, \I ;- i 'l1 l s 1 I lti, vouC

I- '.' ,' i i 'r /, **i v I l i il di\ .. >lu, C i I
' '. I : 1 ',; : 'i: i/ 1 t d le vi l3 dlos
gi ,iis -. -s btI.i' < -- hlie W'e.st sc're le
' 1'lr-'r1 ', 1 le 1 ,3 iiilib e etl stes
I t e1 : Ia clls. |.
> .'< l1, i'ii !f vri i, li e i t ,1 ,i' e'ii-
t -i v I 'zI l ii l'voir' Iles p e -
e t xlt 'ti los. faite.s-lui
S,);ij i nl i i oo I' cli tiiu lionrine est
,OLIl, I .,' l,'tx\ b".is. .Ie dlteux av int-
,tra at die deux mains aixiuelle-s sont
ix,' : x i l.tI t, -- et qi,'ll est lionora-
,le ,eit sad\,,ir util!ier ces ,livers appen-
l:t's [pout for',r -son bie i6tre. Cela
Sitt iiiliriiiieitt inieux que mendier
" n lb"iil l 't"hin, et mine lque -a-
\o ii' l v e lnl tttl t unl e belle et sa-

"l.Kiim\ F Q I 'ilE


j A

j---M1


jT T~OrP io~ vO IQ TJ L S

_)3> e. L t a. irx
DU
SM1:NAIRE COLLEGE S.-M PARTIAL

D;mI.\ :IE 20 SLreITiMBRI
3.ir ",nLre A midi 62, I'"
nliillmumr 24. 3
Ierup6raturo iuAxirnum 33. 4
mcyj-ene d.uru 27. 9
Ciel clair le martin ; un peu nuageux l'-
prt's midi. Nombieux Cclairs au nord aprs
6 h. du oir ; et A l'ouest A 4 h. du martin.
Le barom6tre est stationnaire.
( yclone
Les journeys du Io au 13 Septembre
on t 6td marques par le passage d'un cy-
clone dans le voisinage d'Haiti.
Les observations du baromctre et des
nuagcs faites au Petit S6minaire S' Mar-
tial, ont maniftst6 ce ph6nom6oe des le
nercrtdi martin. Le centre du cyclone
:tait alors au S E de Port-au-Prince, et
ass z 6loigne ; tres probablement au sud
de la Dominicanie.
Le io le cyclone a do traverser le terri-
oire dominicain, car il s'est fait sentir le
soir m cneo sur la c6te nord d'Halti, parti-


culibrement Port-de Paix, oi ila d lM
par un fort vent N W, qui occasions a
raz de marie.
Le i, ou signal au Cap-Haitief .
tres fort vent S W; mais peu do pim.;
et au M6le.Saint-Nicolas un vent ri
W : la toiture de la prison est arrach-
les cultures endommagies ; dans la
un fort raz de marte.
Dans la nuit du Ii an 1, des
abondantes ont eu lieu entire Miret
Port-de-Paix, ou les Trois-Riviha res
sent une crue trcs considerable: ai-,
dans les endroits de larger noranutkJ4
de la rivitre. Quclques persoines im
noyces. La mer a et6 furiesdse surtoolk
c6te depuis Saint Marc jusqu'au Cap, aiQ
que din le canal du vent jusquCe i.
rdmie.
Le 12, le vent continue avec I &ai
force, mais les pluies diminuent.
Le 13, le cyclone se trouve ao NWL
Port-de-Paix, en march vers les tlesT~
ques.
Le vent est encore tres fort le 14, i
s'apaisc peu I peu.
II s:mnble que ce cyclone ait eti accow
pagn6 d'une depression secondaire qudl .
rait suivi la presqu'i!e du sud. On sil
en ttf.t 1 Jacmin= et aux Cayes de fo
pluies ct des inondations du It an 13.
Le cyclone signaled par le Weather Be
reau de Washington 1 la date do 17, cow
me se trouvant au sud de Porto-Rico, adi
marcher vers 1'ouest, en se tenant treslei
des c6tes d'Haiti, car son influence sark
baromttre 1 Port-au-Piince a etC trtsfaibls.
R. BALTENWICK
Fun6railles
St-Louts GEORGnS
II faut rendre hommagei Mr Louis E19&
art, Commandant de [a Comoape d
Pompiers Libres eta son ConseildAdmina
traction pour la fcaon a.mirable.t Zoac,
te don't ils ont organism les founaillua
regrett6 St-Louis GEORGES.
Ii meritait bien cette m.nt .irP,
I'humble travailleur, le bon citoyen q
aima la SociCte et la Famille, portmar
un haut degrC le culte des belles tradition
par lesquelles se reconnaissent les bo
ines droits et honntets.
II est mort d6courage, fatigue descoe
ses vines aprbs un labeur rmmunratew a
ce fut un tres grand chagrin don't il e F
jamais se consoler, car ses bras neat s
jamais rests inactifs.
Au cimetierc, le conseiller Jacob, sw
language 6mu retra a les fortes qualitls d
defunt qui fut un des membres foOdIi
de la Compagnie des Pompiers nLiba'
Nous renouve!ons i la fimille l'eqO
sion de nos sympathiques condoClMd
Mariages
Ilier, dans les salons de Mr B. L
don, A Martissant, l'officier de I'Ei
vil Marius Nicolas a proceed 6 a
de Mr MAURICE P. LouHmSDON a es
RtGINA BERNARD.
Les temnoins etaient pour la
MM. Ciceron Alexandre et Li." ;
le marie :MM. Benoit Loohisdol

Nous avons reuo le faire-pAIIb
ge de Mile ALICh LACASCA1s Sae
YLLA, de Montrisl (Canad)
clebr6 A New-York, eo Is
St-Patrick, le i8 Aout 1908.
Toutes nos fClicitatioos gs
epoux...
NaiUan .fl.
Notre collaborateur et a.m
ravia a eu la joie de voir sa le
augmentCe d'un gros garon q ..
nom de ROGER. I
Compliments s o 6pos
mills vaesm ao b6d.