<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00433
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: September 19, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00433

Full Text


Deuxibme Ann6e, No 442.


PORT-AU-PRINCE ( AlTIT )


Samedi, 19 Septembre 1908.


5


J


QUOTIDIEN
ill -1 I It--- ,,II
Abonnements: DIRECTEUR: L NUM9RO 1 CENTIMES
D 'E :OIS G. 200cLE NUMltRO t CENTIMES
PORT-AU-PIINCE UN Mois. G. 2 00Ct loi ,
Taoos Mois. 5.00
DPARTEMNTS UN Mos.. 2.20 ---- Les abonnemeuts partert du ir et do I$ de chaque
DtPARETROIS Mo0 6.00 DACTIAON-ADMINIbT1A'.ION mos et sont payables d'avance
TTsRANGER....... Tlols MOIs. ( 8.00 45, RUE ROUX, 45. I Les manuscrits ins6r6s ou non noe sront pas rondus

pour tout ce qui concern l'Administration du Journal. .' d:esse, A :. onsi r Arthur rISIDORE, 45, Rue Ronu ou Bone-Foi.

S*Les n' 'h n'lits de la chaloupe du jours, (des cr6 monies religieuses,
lI nideI i ,PnPt (ti ejisd. t rois inois compliquees, precedent le rasage des
Cumll ridl(( lnc ulll frlnchlll. S-i pirtixte de je ne sais cliwveux sacrfs. II faut choisir la sai-
(litiull, f,.tt,, I't le i sera invitt s su son favorable, les jours propices your
-- i clhal i il dera p iticiper A la les retraites, les processions, les ce-
IV" dpens, et I'on levine ;, ,i sa part rdmonies domestiques ou publiques
-ia lIt '*jpotn raznte... Iieft, on l i re- qui pr&c.dent ou suivent... Bref, c'est
Aprs lt. ,1:* "lune, exploron; in Meme riemarqlue quo pour 1 e nd Cimbo-', chirnchiiie :' I'O-ard des maison-( d. -t alilui(' ii lI les rcuovuus qlu'on lui a liuelle preside le roi, entourd de tous
DIasCl ilt. 111is a protecto- Je ux : i iina bolge, le jeu s' vis- otis -... I' grands des religioux et dignitai-
rifrant;iis, lIa tri *e a co'i mneic., sait ave- d'auit;itit plus de fureur. Iquo' (;'es.t lo esidenit qui commnand~s res... Et le roi opre lui-mg me...
W led Do!t, .'t .\t-);lrer les populpt- nous avois organism le protectealit (t .; ; galas otlioi Als, ; sa galise, au 'Pa- a L'annee derniere, aux sons de la
tioos, t1mo0'ns ''c.- lines caracteris- les linances du Cimbddge, de toll.. Iits, oi'i ii invite to ite la 'o!lonie fran- Marseillaise, le Resident superieur
iqsas: sorte, qlue ls jeux soot a peu pti l' ; ise. (I ,t iroia lion Ie dIroit, chez gravity I'estrade, s'empara des ciseaux
P Le (Ctn! 1,.' a otd soumis p i s *-ule sotirce de revenues laiss6,e p;at i, d. lfixer la hiirar:hie et les con- ect coupa la houppe d'un jeune prince...
lu raitl 1 l',;t i 1 uri regime de pro- nous au roiepour payer les d6petiites enances A sa guise. M. le R6sident, Sans doute, il pensait agir pour
kctorat asse,/ ,.id mas des acted, i1e sa co ir .t de l'administratii, in- --t daine a(t ai dernoiselle sont clio- le plus grand bien de la Rdpublique,
bW quents, t ,ip,.s at roi Nor6doiii tligene. ( I)a LAnessan ). I 1 ri-p lis ljiue I; rein lie oit pas., tou- don't il est un haut fonctionnaire...
etcourolui;. p 11ii tIrailt do 188'1, lors, le scanlale est devenu tel lit "' ; irs 1, tiin'; nme. Pour les vi-ites, c'est t Cela pourrait n'etre que ridicule ;
at interv, lt[r l i -, 1l bti de rei-- a oblig' N):', loin A former K).,'o I ( c((inmo en Allet. NLiis enlin, c:est aussi tr ts grave, autant qu'inu-
Wrfrnotre ur le pays. l en !)'e nent les tripots. P ( L. Poiwn.ardI). '' roi l tUil lav i 't,. inl'rectior de S.t t i K Anniati, au Cambodge, an a s a i0 i rit l ,. i est l isonnirie'. 1 no ie- ( Joan Aljabert. )
Votha, qui *i l x ans et occi a Ilo.u ex'os des protectorai-. tt it .-(,oluie iq' n'ait iune letre Voila comment la France e prot-ge a
plune peti.' j;, s, de 6.000 hoen- faut voir coiiilnent nousprott&~,o,, s !' tud tice tde la laI-ideice. Et, sous le-s c:ambodgiens et leur roi qu'on ju-
e- E ibl sa'ibla vouloir Nous devious proteger le Caimboi. no d de censfnr, un adminis!ra- de quellu facon elle les v afTran-
banidonni I ,, notvau regime, 1c. lee Laos contre le Siam. D'un trait *le i. ir-t'- A a (t install au Palais. ihit.
hIaps cu*; ., / e, t ausit6t la plumi, nou1 avons abandon a 1 s'o e do toi t : ti vvilie les ca- a pur tir, c qi
Ps se r f/, e:le- mirne. Nous Siam, par le dernier traits Dcl.'i-si, u aux I 'e 1'- rol tit ses femmes, Ipasse en sn pour luir, ce ckin.
1W01s rkts'l I"ti.til)ins, en pes-int deux provitnc.s des plus chores aux qu' l itbot, ce q 'il nma':r. Je dont- pae en A m et
, Ile souveraIii I nous empire des imbodgiens, nous avons livri an tie coinnei autlheinti.dles les deux faits ---
lrvics pub.i' les plus inmportants, Stain uine live du MW-Kong laoti.n. --uivants.n tin
fan'f.nert ,I1 .1 l reception n dos in II suflit d'avoir approche quei'liies I. oi av :it coiinnand6 du cihain-
ti et I' I uiitratioti de la ju.- instants Nor)doln et Zaccharine, lo3s p~a1gne S I, n i:,ociant. Le censeutr re-
tCentie Iitrn,.is, et entire Euro- deux rois dtunts, pour avoir itr le totrnale> ;ins es, sus le p:!texte Ique,
pIoset idi.dltl-ns. 11n est r6sultd un confident de leur ddgoat, qu'ils rtv&- I'iaiitLl., .p alais, otn buvait une --
Pis pnrIlt,' irnridiatl. ( L Poit laient A tout visiteur. (Jean A:il- :iitre iatiartl i.e roi manifesto sa XI
d L Ibert. ) pit- fr ence. N'importe, ii estcondaitnni
E r6suii, noe ne ressamble A mono dernier voyage, il y avait i;ar le cctnsour a teIlli boisson mous- (C'est ain-i iue, ; ctte dles nonmbreux
as un p ,ltectorat que le regime l un I1dsilent stuperieur, note comn- -,ouse. A.lleairs, le ii avait demand snjets ,le valeur, iuii percent aec ou
1ul is avons soullis le (am- me des plus actifs et des plus iintel- '2 boutiileis de P'orto ; une caisse fut .sias parchemin, iqui font honneur A la
ge: liniancireteIntl, c'est le.- ligents.... Mais un R6sident sup; ieuri r-ivoyVOe : It roi no Ipouvait command lance das l le iet res, les sciences ou
ation rumil.ise du p tys par les en pays de protectorate n'accepte pas ler ttu 12 i la fois... les arts,- on a en ce pays la longue
Ctionnaires de la (ochinchine; ad- de ne pas tre le premier perso:inag.I (:C sout de menus fails; ils s';rie des rats. les a fruits secs du
tativem-nt et politiquemeni, et le plus representatif : le roi ne ri nt indiquent A quel genre de tracas- bacl;alaur6at, se reclamant trBs fort
le d.soidire t I'auarchie. (De qu'aprds. Notre resident,pour rehaus- series le successeur de Nor6iom li'un dipl6me qui ne prove rien en
.) ser son prestige, avait cr6e une com- peut-etre soumis, de la part d'un R6- leur faveur, sinon que le temps qu'ils
Sunit6 nous asservit beaucoup pagnie de lancers et no sortait plus sident sulpdri. ur, actif et intelligent. out perdu A I'obtenir, ils 'eussent
qu'avan... Notre budget nous a saus escorte.... Mais lea budgets sont (A .\ ot4 dl. ces mille vexations mieux employ en I'employant A faire
0S.4 saris phrase., A coups de limits ; qu'a cela ne tienne II v a qluotidieinn.s, il faut noter des attein- autre chose.
ets lbo,. a Pari,... R11ie, j is- moyen de les augmenter en ,olissant tes pIlus gr.,ves. Mais enlin, le facon ou d'autre, le
,tout de)pei I de la (ochinchin'. sutr la litse civrle du roi, qui nw la Ju'u-i'i'ii on no s'etait pas immis jeune Itomme a traverse 1 dpreuve : le
'ous a sinmpim nt pris tout Iargenl iamas tohuche... lc6 dars Ins edr remonies supremes de voila blachelier. Apres qu'on I'a aid16 A
t1us auIniis pu disposer pour a Le roi n'a pas la libre dispo-ition I court, cornme le C hol Kant Mong franchir ce promontoir, il rest A le
eer notie situation, sans nous de son argent, et ses revenues otit Kol on a fCio de la coupe de la 'Joup- pousser vers le grand Cap de I'existen-
er les charge. luxueuses et nui- singuliirement r6tr6cis par des ian- e. Jusqtru I' p .bert, les princes ce, qui devient un fameux cap des Tem-
que la ()chinchine et la mb- neuvres come celle-ci :le le si let princesses, au milieude la ttee ra petes, par le fait m6me de l'ambiance.
Snous imposent. ( Un rdsi- dent veut cr6er un group scolaire ; see, garden une hoppe, toujours Pour accomplir ce grand voyage verse
racs, tabli a Pnom-Penh, la n'a pas d'argent qu'importe, roi ceinte de flturs fratches. Vers quinze une destin6e sortable, deux voices s'ou.
I* eat bien l pour 30.000 piastres..... ans, seize ans, pendant plusieurs vrent devant lui; c'est, ou bien un


II' I I






HORS CONCOURS


Rhum Barl)atLcwrt


MEMBRE
1981 Exposition d'Haiti
( M.-nlion Ho l oriabl )
1881 Exposvio-i d'Haiti
Mldaille dle 1'- classe
It8H3 Exposition d'Amsterdam
Medaille d'or
1885 Exposition d'Anvers
Mdaille d'or
188ti Liverpool
Medaille d'Ar'gent
1887 HAvrd
M.d ,ille d'\Argeut
1889 Paris ( Exp. Univcsel t >
M6daille d'Argent
1891 Kingston ( Jamnailue )
Diplmnie d'honneur
1891 M'idaille d'(Or
Paris Hols (oncomI -
I Miemb)re du Jml v
1891 Chic- go
M dailltW d': Argrnt
189 Bordeaux
MNdaille d'A: gent
18 i< Rouen
Medaille d ()t
i1ors (, c,ur is, -'11.* t>e l .lu u y


DU JURY
1897 E beuf
Nl'Id;iH' d( (I, lirsCoicois
,Al>- i 'br.' dt J.Vii% -';i t-m d Pl ix
1898 Paris
Mldaille d () I, Mletnbl'r duJ Juiv
1898)-9 Faris
1)ipl6me 11 w; Concours
1899 Philadelphie
Mention lonoraabl
1K01 Buffalo
MN'daille d'Or
1902 Paris
)ipl o)ni de ic rand I'rix
otK) St-Lo is
M dAillie d'Or
'107 Spi
M.,; laill,1 d'Or
I'4,7 Paris
.M,:nitilo d'.1rc
1'p 7 L -nd es
NMt'(1.ille d'0 h
l'o17 Jarnestown
.MtJaille d'O)t


NJ I E V I II t'k I 1, 1, 11 11 41 !I
IIfirba's -o,4 1-1 le i Ii I I ;d'h~ tU jh" i F" .1poI4-t I () 11- a 1'' -; la --u IoIcdet-
af'4lres de ttit f sou iiniri. t.q s~ tlcL A I i in,'- rivijh II ll 1i;oR e des C6 --,ars
1q- 7. A la dl'-;d-;itl(orI'I-! --' L bcu 'oeritih do 4,iit lVs coimmitides ,-e
r-ilt i1cuttd3s ave--: Ic rflt sUM qu(I e pai' Icpasdc.


Chapeaux I

Chapeaux i

Chapeaux I
PAILLI Di PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ

JOSI SAIN MII, LN
Le coiffeur artiste, qui vient avec le
coucours d'un chapelier roniarquable,
M. JAti i TESTAR, d'installer une
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon de Coifure du Louvre
Pour touj les goftk et pour toutes
I .s boaresl.


A L'tLtGANCE
COHDONNERIE.
]E:. E *0 E"* >
42, Rue des Fronts-Forts.
C.AU8URl8 IN DrP6T,POUR LA VENTr
Promptitude et soin aux comman-
deo tant ici qu'en province.
Chaussures de Dame forme et tra-
vail toujours tout ce qu'il y a de plus
nouveaux.
Formes americaine et francaise pout
Messieurs ; 61egantes et commodes
Pour les enfants le plus I'aise.
Travail solide ex6cut6 avec
des pea ax de premi6remarque.
Assurance de grand rabais.
PAte, Cirages et Liquides


Francisco DESUSE
Fab'icanit de chaussures
La Manuttactue a t(oujours eC: depot
li1n iaiid .-t k, po)jr It vento een
gri)s iet oin dli'til, de chlaussures- en
toLIls g ll't_ s ll"
IIOMMEir FE1E1KES, INFANTS
L.)- comm int les dI comineil;ants
dt I'lit ri, u r pouir:ont Ic re cxtcutIes
la ts une seImiie at peu pris.
231, dcut( (dos Fronts-Forts, 23
PORT AU-PRINCE ( HAITI )
MAISON

N. Cordasco
I1. snlt e Maiso, n I~(i pieut r6)pondre
A toi-s les caupries dtu b0or gout.
La Maison la plus assortip, ol I'onr
trouveia des cl,'i;ssuires de toutes es-
pete s ct A totis p iX.
La Maisoa (Iti emplloie les meilleu-
res fourii tures.
Ica Maison qui vend A meilleur
maiche.
On trouve dans ses souliers:
Elgance, Solidit6 et Proprete-
Cette Maison est une des plus re.
commandables.
On trouve aussi Cirages pour tou-
tes les chausssures noirs et couleurs
a des prix encourageants.


Panamas !...
Eldgants, solides, arrives par le
I Montrdal s.
Chez M"u LEONIDE SOLAGES.
fS, Rue do Fronts-Forts.


A. de


Mattdis & Co


Ma.isen fol)l&de e lI 1S.

Derniers articles re us


Parfutrne-rie Houbigant.; IRo-
val lo lb n: t ; lFo.i' re Royal ; Par-
fullm I1, l; S.ivon. ( ') udr' ; etc:. e'tc.
(:oliets di' paitwiiil e' tries 61(;ants.
Par furn Iren'tomim Astus ; Lotion, Tri-
coflis.
Lampes, Fouets et Chamois
p)our buggy et buss.
Arjenteri3 do luxe, Bielots,
Moustiquaires, IBrosses. Pipes, Fumes-
cigarettes, Cravates, Maroquinerie de
toutes qualities.
La Miison a tonjours tin grand as-
sortimient do Bijouterie, d'.1:;caterie,
de Diamant, a la dispo.-ition du ptib'lic
en general et A lIt port de troutes
les bourses.
Ateliecs d' t-orlojerie et de
Bijouterie : Grai'Irc, confectionn
sur coiL malid'i.
Athh t <1," Ji 0il or ,t ,*r'il u '/eat,-
fit' naat et pierre',, 'ri'i,'a .< 'i s pri.,
it). ,ri's. i
A(:iHi T I>' ,.\II.i .-s DF. ( CABET
Prix exception: el

Au dernier cril
FABRICATION DE CHAUSSURES
D. FERRARI
A I'honneur l'annoic:'er A ses nom-
breux ciioen'-; d., la Capita.o at de la
province q"i'l viont d- se transfer de
laRue des Fronts Forts, ave, sAn mrrne
stock dc chi:'ssurr:-, i la Girand'Rue
au N 153ave l'iInI.-i'i)tioro ci-dessus.
Lo-; client- #,rv'4tt toIjo,!Is s"'rvis
dans les rCn .l..- 4 co .dlitions ; c'est-a-
dire avec Itl ) 'o d'-'sconpte sur [;
vented en gro). ; aii oublir les mr
mes soi'ns ,; a IXin i .x t kitudc.
La Maison so h .,- tnoi;o r- *lte fai-
re prendre les measures A domicile.
.-- .- .. . ..
1,, YV!e IB. I) EIo1x
1), IPLACKE DU PAN tl::J 1'.
A.nnonct e au p:;blm I 1 < ii',n tr tivera
a louer, a sotn lo:ii i'.-, "h rises
nerves, verre i, f-anl i < :t ca-
barets pour rliatiitg (.rir ni erl t,


etc.


Mr C. L. Verret
Tailleur-M arch nd


Donne avis A sa bioiivellatitoi clien--
tele qie sa maison No 7, Rue Travor-
sire est toujours hien pourvue d'une
variWtd d'etotfes de la haute nou-
meaut6 parisienne.
QUALIri SUPERIEURE. COUPE ILEG4NTE
TRAVAIL SOIGNI. EXECUTION PROMPTED.
Prix trWs rdduits I

L'Usine de P6rigny
(Cayes)
Informe sa nombreuseclientlle qu'elle
a repris la fabrication de son sucre si
justement recherche.
On en trouvera toujours a Port-au-
Prince, chez M. Roberts Dutton & Co.
89, Rue Courbe, Place de la Paix.


GRAND PRIX


Doctelur C. GaYau
MEDEINY, CHIRURGIEN
ACCOUCHEUR
D)ilp)hInfc ( i'de ii\ r- ,it' d c Ilarvard (E. U.A)
A. hoI ni r d'ir(,f,:lin ,r ses clients
les i!.d (s Ict 1. public en gnldrl,
qul'\i ;a Ou ') / S. S0
CABINET D'ELECTROTHERAPIE
128, RUE DU CENTRE, 128.
( Maison de feu Dr Duchatellier)
Les malades savent aujourd'haii.
ils peuvent Otre gueris par 1'EIej.
td'rapie scientifiquement appliqli
dans la plupart des maux dontw ool.
fre I'humanit. Ils ont un intr6t ap.
cial a so voir gu6rir sans une opra-
tion chiriurgicale d&labrante don't Il
suites sont souvent les plus grava.
Outre le traitement des affection
spdciales de la fe.,rne, des malady
chroniques gnlralres ou locales, des If.
fe'lioizs gJnito-uri. ti ;ires, cells du ep
tmIne neri'eux.r, f/ Itd tiu. du Net, d
la Gorge, des (or'il'.i et des Yeux, le
I)' (;;tvo;tu fai t ol tiiitltiient a domici-
It du (C ln,'r flu S'cei, et de la LyU
phangite Chronivque.
()NsslITATIONs ET TRAITEMENTS
)e 7 d t) hs dal m i in et de 2 d 4
hr.i de l'a *)' s-midi

Maison F. BRUNES.
10J5 GRAND'RUE 195
Dirig6e par

L. HODELIN
Ancien membre 'e la Socld PhilA
thropique des matures tailleurs de Per
Vient de reevoir un grand choi d'd
toffes liagonale, casimir alpaca, chiio-
te, cheviote pour deuil, etc, Recommaw
de particuliArement A sa clientele ua
belle collection de coupes de caliMr,
de gilets de fantaisie et de piqu6 b
toute beauty.
Sp6cialit de Costumes do no
ces.- Coupes Frangaise, Anglaise d
Amdricaine de la derni6re perf ctilo
La mason confectionne aussi des CoW
tumes militaires, habits brodd
dolmanas. tuniques, habits o
r6s. eta ,et, de tons grades.

---
Cordoo r erie Nouvelle


G. B. PETOIA
14,3, ,GRAND'RUU,
PORT-AU-PRINCE
CHAUSSURES EN TOUS GEZR
EN D*P6T. POUR LA VENTM
RN GROS ST DETAIL.,
Ex6cutlOn prompf d
comrnmanes, tant ici quto
Province.
Formes & hommes ; l6gantesl
tionnelles.
Chaussures de dames( D De.
de de Paris ) et le plus comm
chaussures pour enfants coerlfod
nees avec des Peaux, de totaeus
d'une selection et dur6e irrpPro
blues, des prix avantageOx.
Cirages, pates et llquids
Pour chasaur es r e to g u


__


_


etc,












Derni6res D6p6ches

BERLIN. I.e dirigeible t Parseval ave
kItqel le 'uvrIcin '-nt I allemand faisai
kserxpriences 'cst brisk hier. Le fait s'es
o (duit I G;runcwa'J au mnnent ofi le
illon faiaitr unc course avec le dirrgea-
Lc du coinuanJa,.t ;Goss. L'empereui
Willem etait IA L n'v a cu aucun acci-
dent de persoine.
LEMANS. -- MN Wilbur Wrigt a battu
k record europa'eIn de la navigation arien-
te en rctait c.:I l'air 3S minutes et
18 s:con.ade. ''n Ic- de combuti-
k 'a obigii A dlsci-'ndrc. II est elev6
I une hiutrur d -- ) p': s et a fa:t 25
i'les 11 e'ait .il-,,,' ; nent m ai're de sa
machine.
Rio--m JA.SIRO. li I-r les ouvri. rs du
a: iv';'.ur, nrt c rnpCcher le Ch it:~icmct du
c fe I Sin':o A.1ar rcnt deux b',mbes qui
firent b,' i', () i .1 cnIvovd utn croiseur
po'lr r"tr lir l hi-
MADRID. I \ i tc' ds inondations
.ins o', p:o-!i,>: T"',l.du ct de Maruia
ALTre' M I. i na : I 31 L I. v r-
neur Jr '\. :a .. i! ; l a.. 1 p.A1 ,,
une ;: .- ,I a n ,i .,
mains dJ. i' u! ,,. ine ).. niul-
liers dL :'.r uI: : i, it i i 1 la rt\v u .
N v-Y)u.,., \" r- A.\rsen' pretre
Otholq1e vc r ': ic i Stinte-D) n1ini o, ;. i
Ictrojvad ,,- ii's C(e :ral Park A
New-York li .I: ': u 1 une bilel dans la
rte. La police c. Ii i'on .1 tel d de l'as-
ainer. 11 dcv.i, 'L :n)ib rquLcr aujoutd'liui
* des amis qu:, croit-on, so.t comn
omissdin; u:nc conspiration avant pour
S uone revolution centre lc gouverne-
ait acruei de SanTo Domingo.
LaoNSE CuL a.,)tc, imidl le roi Ma-
nuelpasse u:iC rVLu Jdc Sooo ho:nmes,
ila t acclamn .
NEW-Yo R-. .A ius' .l mauvais
tmpSn cra.n. ; 1,. v.mp..urs q- i appor-
tk d us tr..t 'c .* i I amnatnq c sci )tent ci
i ri L ; p' iu: i irs o : .l 5j plusieurs
P r de rItari,
A i l'xcLurio:In n ter-
oeC ,. ,ra l u 1i ; t t ,Ifvre l'em pereur
liaumen t 1, liu. (O i craignait
re a'. .t a. ,, t, I c. i: np.:rrur a
o c vvt. II a t.inoncd non pas
e u' av. t p. r, i !..is cause des
r g ra.', 'un accident dc ce
e.l u s U stc.ri: plIollit en territoire
irnriis.
r S.lT-- rIRC i :; SS rcvolu:ionnai-
rasc onti:t ..lurc c A Saint-Pdtersbourg.
--- r


kSocation Agncole

Du Centenaire
DE
rreniss meent de L6 gAne
Sknee du 1" Dimanche de Juill t
Lt !ttaorl6 -
l mliora;e 6tani' rgul:hrcement consta-
.L ance est ouvtrte.
Abord on. procJec A.la1 sanction du
d k-vrb.l i lia seance d tIcr diman.-
du mois d 1i uin qui est satct1onni
tdi fixation fn uitc, au depouille-
de la correspondancet
SC'est uine le::rc tiu inembre D:m -s-
qui, ob'igc de se tenir Por.-au l'rin-
Ponrle fa la connaissance de I'As-
en distant que si son absence dans
atimune dee Lo 9ne l'emp.che d'ttre
Ictif de 1'Association, il ne sera


pas moins vrai qu'A Port-au-Prince o6i il blancs nous avaient laiss6. Avec la bonn
': trent il pourra bien servir de ini mre v ,:,,ntd nous y parviendron, ca.r ii n
crrespondant. D'ailleurs le rcglemci1 pi,- n i; manque pas Ie lnie nec..saire pou
voyant ces membres correspondan -, .;alis a r ver i bonne fin At section rurale d
routes les villes de la R bpublique. L'As,,o Ii (;rande Riviere, je p ins anss., dit 1
clation decide qt.e M. Dt mesmin ret- conseiller, qu c'ues Il nes ui ne tr.l
Membre Corrpspond nt A Port-au-Prince. v.i'lent pas, soccupant excls,',:'vm ut d
c 20 C'est une l:tr, dee la maison S.puer combat e coq, L'.ssc action !,Ip)orc ce:
M. F. G. & Co de New-York qui envoie te situation ct r'gret'e qu'il n v ait pa
A I',As':ociation un catalogue de tons les unr bnnc po'!cc dtr, no, npagnc
e outils machi nes qu'elle confectionne. po;r r yppccr i Il rai. .n les I nes gen
Aprs ivoi ;'ris lecture de cette lettre, les qai sc a:;tCn I.-, ) da.l- li nI.lr iu.-se voei
r men b-'cs tieoignent leur regret de ce que Le Corn.ci;lcr 'Jc M. rce Cl>.a.lelle d6
le catalogue soit &rit en anglais, les agri- clar. quc cctte annde ii y a un peu d
cul:eurs de cette circonscription ne lisant coon, mniuv.iise recolte de caf~ par le fai
ni ne comprenant I'anglais, cependant ils des plu'cs q.i'on y avait en Decembre e
ne sont pas moins flatts de la gracieuse Janvier. Petit Boucan Beaucoup de pe
attention de la maison Squer de New-York tit-mille, de manioc, la plantation dl
I cst dcride qu'il serait tait une lettre de cacao se poUsu;t. Mauvaise r&colte de ca
rcmcrciemrent et de fe.icitation A Monsieur fe. P as d p!uic, beaucoup de voleurs
Squer to-it en lui distant que les agricul- ParquLs. Tout y march bicn, seule
LcutLur; de LeIogane seraient biLn heureux ment le vent de d1 manche d,.rnier a don
d'cntrcr it relationavcc son important 6ta- ne beaucoup de dr.ga:s Citronniers ,
tabl'sscnimtt si cclui-ci vo:lait bien leur -Les volceurs dc ,olent !cs habi-ants tra
hlliortr d'un catalogue en francais. vaillcurs. Gros Morne I. s hibitants on
Ia-.::;t .1 d autre point, le president t6- pcrd leur rcottc de mai,, p.It> de pluie
t1ninie le regret qu'll eprouve de l'absen- ia recolte dt pois cst nulle. A Fond'oies
c: dti tres'rier car, dit Ie president, on va Tris nauva.ise rc:ol:e di' Ic conse-ller,
bicnrt fire les elections et le trdsorier Petit-IHarpon. Tout matche hicn, mais 1
d., t, id pris lts reglcmcnts, recevoir dd- secheres e y rc"ne en veritable tyvrn, Ie:
il trv .1 cer' t poque-ci. II est done nCc- arbrcs protec-c urs ds caftiers tombent ei
C,.are 1 c .1\,soci.t; .a ,r \ve en conse- dcrasent cos cat' icrs. I.e prdsidtentt t que
quL Tiii au tdcsoricr. 11 t s" dcicdd que le c'est par i t. ute des cultivateurs qui au-
trcn.' icr scra invite, par i.t re, 1 presenter raicnt dui Jdtruire ccs arbres ma.nadcs avant
v"s co:nptcs A la prochaine seance. Le prd- de les L isscr tormbr sur les c.itcicis, car
,i-.at pailc aussi du relachicment qui exis- sat1t que par le f.it de la 'naladic ou de la
I; dans la crrespondance qui dcvait exis- vicillc.,c cis arbres m!ntnlctn les cafeiecrs
:cr cirtr,. ls associations de l'Arrondisse- q 'i1 piotig.rnt il faut les mcl o:.d, ct Ics
menntt de IAogSine, t.at de chose qui est ab-tr,,. pour ne pas Icur laisscr lc temps
foIt dcp'orablc, ct,auquel il marite de por- de tomber A Itur guise, ccs arbres
tcr rcmiidc. doi -ent tir- dtiruitr. Fl-nd-de Boudin.-
Le niembrc Labissilre observe que cet Les voleurs y sont terrible tt surveillent
Lait deplorable de choses tst la conse- Is travailleurs p!us qute ceux-ci peuvent
quncet du mauvais vouloir ou de la mau- les survcillcr, ils d6vas'ent les champs, le
vaise volont4 de ceux qui sont appeals a vent de dimanche dernier y a fait beau-
faire exister cette correpondance qui est coup de dtgats. On a plant bear coup de
si n&cssaire a la bonne mircht e de 'Asso- ma f. Un des membres : aussi parld des
ci.ltion, si chacun taisant son devoir, si rtvendcurs, de ccs f-mmts des chainps qui
noi tries bicn, mais en v mcitan: un peu laissent leurs occupations iour p.isci leurs
dc bonn,: volontm toute> les choses mar- journcs au marrch5 faiaant le mntier de
:l raicnr : souliait. La rcponsab.itdi, tou- revedLusts. II c.st dcidd que I'Associa-
tc la i rcponsabilit inconmbc A ccux qui netion s'n plaindra .iu Conscil Comnnunal
tomn pas leur devoir bien qu'cn ayant ac-.pour q u'1l puie,. porter r omtnde.
CLp J la rL.ponsbilit. P.us r;en in'cdant a li'ordrc du jour, 'a
On passe eln revue la situation de 1'A- si.tncc ect ievce.
agriculture dans les sections rurales. D'a- A i a N.
bird, c'est Ic constciler de la Grande-Ri- S gie A. introricr, p.Jsti S api, C.
viere qui parole des travaux d importance Gcfrtd, trPaory- r, Just. n Saprn, M La-
qui out etd Lnftctucs par les autorites milt- bfred, Mi. P.cen, F. Lclhard, M M. La-
taires dans la section de la Grande-Rivie- bisseJc, N. Innocnru, A. Col, M. Dau-
re. Ainsi, continue-t-il,en face de Moman- triche, Jolius Jolic.u. ct B. Bercv.
ce, ii existair, par le I.ait de fortes avcrses,
Jc v&riablcs niricres qui mcnacaient V dre
d'engloutir A ch.aque instant les voyageurs f 1id e
que la nuit surprenait dans ces parages. I'1 bilIlv 'Volt *Il Ii ite e u tuf.
La route d.foncee encet endroit a &tt lit- s'adr Iecr .all bii ealn du Joural o
teralement arrange. Cependant A1 laGran- a a i tr no'i1 Haitioinre ue du
de-Riviarc on se plaint du manque d'eau. (h laiip-e'-Mari-. ( ia z Alexandi e
Le president observe que c'est tres difficile Brnc et I): sdiu.ce ).
et impo.,ible m .me que tous les petitit
proprietaircs txigent qu'ils aitnt de I'tau Attention ..
en abondanc-. Quand la dis r.bution d'eau
a 6te tablie, ,1 y a de cela fort longtemps, Monsieur ARTHIUR IIALMIlR
on avait es-ime un canal par habitation, Artiste- cco dear, rdparateur de pia-
c'est-A-d;re que chaque proprintaire d'ha- s
bition avait un canal pour sa culture, 11s.
mais aujourd'hui que rouus les habitations l) clar au public et ti s3s ionora-
sont amorcel~es, II a en moyenne S o bles clients, en par'itulitct,qtt'il r'a ja-
too proprieaires par habi action, chacun de mais rnoc3 A sa prof in c qu'ilen
ces petits proprir6aires ne peut avoir la s tirent, d ostne to jo ur en-
prtcntion d'avoir de I'e au conme utre-, TRAVAIre di L-osition.
fois l'unique proprteiaire du canal, puisquc nTlAVAII sOIGNS E' GAIIANTI
c'est la mcme distribution d'eau que nous S'adresseC aus .N 91, Rfte da Peutple.
avons, ce que nous souhaitons, c'est que ,
nous tous cultivateurs nous mentions de 'T l V
la bonne volontm necessaire pour avoir un H 6tel Believue.
autre systome de distribution d'eau, car ili Le mioux situe, le plus con-
n'est pas dit que nous devons rester avec fortable.- Champ-de-Mars -
le meme bassin de distribution que les Cuisine renomm6e.-- Vue sur la iner-


e BouIqies dte Stearine
ir
e Nous apprenons lue la Fabrique de
c Po,!ies d IPort-au-Prince confection-
L'- n1o s bolgies avec de la stdarine de
u ;ouda ect qu'ello tient A la dispo-
-" 'i'mio de s'es clients n'importe quelle
s q(;intit6 d(ro tougies de 16 et 20 par
s l)) Ies.
s Is l-



Bainqie Nalionale dHaiti
Ct
SConform6mnent aux instructions du
SSecretaire d'Etat des Finances, la Ban-
que National.' d'Haiti a l'honneur
d'infor nor Ils ..orteous de Bons de
Coupon et de lions fractionnaires de
Sla Dett irnt6rieore convertie et conso-
. lid6e, p i'ils prevent .e presenter a
t ses giicllots pour toIcIher une sixit-
me rpartitilon 6~" ) do dix pour cent
S(1 0 -' ) stir I montant du Coupon
. No 16 count re reici et sur presentation
a dos rIons.
Pot t-it-P i ine, 10 Septembre 1908.

PrIoplri;1t s a vendre

r U1 o piop it.1' si-t', (irnld'1ltie, en-
t Ire I,,s lit)Il.lt. MM. Amnilcar Da-
Svard Nt I;Nir-' Mliti e, fi:ac de ouost.
S i)b0lx i: tr'es i Anse--A-Veau, utne a
SCtrtefo r G;eort-,',s oP I'atitre A barriure
5 (Georgos oen fI.te t M. Nelson Arnoux.
..S'adressPor A M. SIMNI.1EN EG. DUBOIS.
ItPris de la Gro. AvenuLe Dessalines 1V 9
1'ort-au-Prince
-_. -
Avis
.La sons'gr ,(e, d'cl Hre aux notairea
et arplint-l.rs de la juridictiou de
Iort-aii-Pl in c', it'lle s'oppose fotr-
inelleonent ;' to tes-; operations d'ar-
pe(ntl;age et d(1 venite, des terres de
I'iabitiati ,t Colari l de la :Ie sec-


jnu '. < (pi'e la justice en ordonne
It1 |Ltit :.w., coinittiic biens provenant
de la ,siw.ces-ion de feie Nicole Cola-
r1, darn Vteuve .1. II. CIHAUVET, don't
elle o.-t ,n i dles l rilti res
Mine L. A. VIEU
l1'.* 'ILNErTr IIENRY CADET.

JULIEN FLORUS
Aw'icO cle#'l' e la "2f Compagnie
d ,u,'ri, r4 d'A tlillerie ( Lorient )
Se tien t lia disipo.sition du public
pour to .s tavautx de FORGE, et d'A-
JUSTAt;E, 10 I:Ii'AIiATION de cofire-
forts etc. etc. A do bonnes conditions.
Hue de la ReIvolution No 19
Vis -d-vis de la Chambre des DipulsU
-- ----
Poudre Dentifrice
ANTISEPTIQUE
)DE
A. BION IOMME, PHn MACIEN.
Prix A I'IElposieion cornmunale do
Icr Mai 1907 do Port-au-Prince.


D6p6t: Pharnmacie
Avenue John Brcwn
PORT-AU-PRINCE
IPix de la boltt


St-Antoine
( Lalue ).
( HAITI )
G. 1.50















if .IX it] 'I't
~l too t e I-" 11i ., liti 10

4!- I-i e 1'4 L'**'it:" II I I '.N' I

Ie w 'I't IinI .t11~ ri.











t ~ it 1-1ii \If.li! I ri, l iL y Vl~ il t

P~l '~i II! fo ttir- tt .1III I ll I -I ot
pii assez ell IiqI' re-i t vielttuitI'-mgt


lit' I mIt! kit le t pI' I i ti In) I a1.




r*tie. ie


~ fill.e I hi i t



:f-t, it I



t eell til, e I t r'1 I Ii I i.,I ..t 111. ill

I Ii'!i '. t' I 1: i !i0i 1- 111, tI i

du e le, iigu'enett.des


(1) Macl-t urcusement ctit l bndne lti
pount. I'llr.1 il nt ion(.4.1 11 t1 pro- 'wt. q -I n


r~pinrtic e.ue atcs ii cstriitai







I-Int, IlV', 4 t C'. I-,i ti-lSl' u uds, i


n1,ient dans 1phum till tollIIItfilleu&.1t11itoel,

en ema1 aIa Fantce tet irne, ecn ot-stoutb e n

3.5t au trenatal aions.al ; Ile polient-.qen

cltie Chs u/. millsIt.1 L14 1S Ang 'tlo-Saxon.. lli


'-'* II i s-YiqiIic thwi ? No serait-il pas A du regrertt defunc qiui fat un rude riavait-
ki tit. dl, d o ) rinprwirIt'e ijic elette Icur et un hoontw'te homnine.
gr itt It- 'iii jrI riaw.,'Li e C 't )OUrVUl
1111tl -lit' t-A iIEILt4C ~hu'tiecr ~ 'S EfI G N LEMEN''IS
1 k m oii 0 R O L O GUelE T t
v!'4S 11[,1111 ;.-It t rol ijet Son ssui t rn
-? C3 I-PC~ a u vr a tc> 1 r
Uti 'tirki1.iis, o'uczIvtc qilelle d3o-

1"... 10 11' Ill!'o sax".IXUIeiIC ihans tous; lts S1 INAIRE COLLEGE S.-UARrIAL
1-- I ll it- htl'i'aire. convnet'i'C id l i-
tte ue- *tjitle vt)1isci~us ...'i'. t i,,t1 r iro ietre A umidi -61 ,
i i-*It) uriIv-pIls P .U;l)I' ,Minimum 22. 2
Iii~: eJ I-i\t Polls,/.-vwits r j)i Vii -' Tempbrature maximum 35-
.qtlticu l~ail I)-.&' t p tlir A oup lie m -~y-nre diurnC 27. 6
1Tvil ;cI Ivutini, Iu 1,ur d. rouis s ou IJ4 ldo Ciel clair Ic ma in ;?uaigeux 'aprW -mi-
ii '(I Ait, M ii, )Iui~s Aihte IrIte .d! ; clair 8 h. d i soir. N..mbreux 6'cairs
tu nord 7 Il1. a ,,o*.r.
Le 1,,inm pooI1I1 ~ Ih~r c'llo, c'ce:
_lbit Lroarum-rt eit rcnonlt.
I'l 11" 4110Sii SLP4 i tol S P)itr
Cif ~ R. BILTENWECC

*4 ithRevue du Marchd
I lill *jue 11.1' IJ erl-
-j *l Cr :Il.P..i. ~ ~ *.Depuis nos derniers i lia, la priulle pour
ii or ni6 I I
.t Or anlric.uin a continue A ai ,scr. D- 735
taux dY e ferin--ture der si.,utcit dernier,
fiOusi IUVrOnS cc niatin 63o
utI I~I II ;SticMi(?uI de Nous avons dit erniirciinent que les
gIlttocian:s dau B_)rdI-Ae-Mer .iHaert baisser
I-.- I'- it.I .0.1 'tII11:( 1~i ~ I" prix de marchinises Ten proportion de
-tt iart c.nstdhrab'e Ad mI1 Ie Chiingf ;
It, -ollbi111.111sosr parW
J.I'41.1i peu itllit i i's nlien n .~ i t faith ipar t-iI et ces iw-
tilt l I *''')ulti ll-#![b (jILO -ttO ift- u l ve-.I la: SUr 1.u base de goo-,,'
lit-t i It wl 1.-A wcktitll[I It, till Mup) i 'a ._puli ttrs longtcnmps ne veulent pas
o'U.:11 1, p 1 u t l.ltao' a distalice qu I 1 'a, cu'prcnire qu'iI v~a dAc ICUIS propres ini-
nt,_rc-s de dirninucr Iurs pr.x. Nous espe-
i I ll- t i ll1.11' .111-11t I'111 :t u elivid rns ro uls Ia e] r naina e m pr oc hii ie noOus CO nS-
I i t I',,'l i1 iic ti w I- h Ot i \ W m' o ct' I .tte ro n s c e tt -- b a isse ta n t disir ee p a r le s
A I. I Infe'"
lvC L11" til 'td i'1 h)It I )ns )Siminateurs.
C 4 -I I' Vii. t.ill.id L.'c~nCaiSsc d'or d:S l anqu ers a L5t v he
,.;Itl tltri 1111 IeIll.Ie fnl'aI ]iiA ll(tI le j par suite cd e c e-; v es 'jils ont
t11wil' fle.1- Itch 04,11 IVAit-il p Is Ie le i;u'Ilt A di t faire touwe Ia siin uitle. c, : ut a n -, :c i-
quo aie IAhFrance eu tell Mat tie q'tclquc vcntes d_ traites. 1 'ds t tux rc-
!I asit-iiot'b )lie pee l g'i- 'ivnient Lus ; on a vendu Au Himbourg
Ii-j j jPit -it1-Pris A 1'2 ", t Au Paris Ldi?,&ct A I
'It rit'en It~ ftai':, t t. iIL.C CI'ques su' Paris soi! demI-andIs

I i f ;i- t-1
Val1, iil rli I-otls ft awniti (111 Lt s Ch,-,iues s u P Vez Yt', kA
11 US'' 1 "ei I tit ll l:'),ifj fl .1fl-P ;'se L: Cacao ost A Ers 56 Lt le Ctfe A Urs.

t 't -- unL tu'~il te Lt's 1ivrAisons A, c itte dernirce Ac nr~e
Oue.ut Att? int 2ooo sacs envmro:lI
I I' ii i', ~i tlilt, olCII"t ot e Por:-a'-Pr'ni-e, le 19 Septemtre 1908.
w 14.,1tIt 1'0 le' 1 it ,'r-irit Alfred Gard,re
It ill' I --* .'* 1t -~ P!'o L Iii i Notre Svinpathique aiii A'fred Gard&e
11 tI'-' i u Ill i -i t luf CSit p-lilt; (it I'll avant jUg6 discourtois c r-aizis termes
;.0 C w itt pas -Cnp!ovc~i d ins norre cotrpte-.-endu de jeu-
I1 witsdi dernier de l'audience dAu Trrbunal de
p' '. 0, --- Si llei i utajotit Piix, section NorA ohl cut A presenter
no'.- .'e t's lcirconstances intCressinzc de I'atfaire
-~'-u : i' i no a .I',ir r l Barthe-.Monbeleur, nous nous faisons IC
-r prorr~wit'l A dcoir de dAlcla'cr qu'llii'ajam itis 6t (11ns5
Il l: ilH.t 41\ tlllS p'tiet'l'sn ile p mtnoS intentions de prtrer ateln-L A I'hono
itt ii Nitii, -' l'Sb t'a'~llres51cf if rabilitA d'un de nos concltoven iles plus
estitnls et les plus respcctS..
I ii tat lr .t1 to, ie los 'ridtirlltr ii- Si quclques propos onr paru 5gcri ou
'I I-I'(' IIiw It'oi tSiII, Ii !) t-I fUiite 4illeurs i notre confrIere -Aifrcl Gardire,
S\ t'' U t."- pIilua etait. j 'ei ufi- nine on ICl slit, ic rir pirt'Ois T'kincelan.L
ICes et humoristiques chroniques signies


Nouis .v.;is rcq ki l iirc-parEde Ia
t).o't de
II\ ,NPitt iiI'iS.4I r Louts GEC)RC.l;.
c('iazl.i7-101011cia' r et It:ienz couseiller I,- la
Co~ip :nicLtes Pw piers Libr,'s
de la Capitale
,:d( Iier A 4 litures de l'apr~s-mindi.
ctiterr~ement aura lieu cc!t apr~i-midi, en
i "gi' sc SAint-joseph.
Nos rneilleures condoliances .1 ]a f~amille


.i;tgaru nous le prions de ny voir que
la manifestation des sentiments d'amitit
que nous professions A son 6gard et qui
nous ont suggire quelques plaisanteries fa-
ciles.
Au surplus, nous serions heureux de le
voir convaincu de toute notre estime pour
lui.
Vol
Hier martin, A six heures, en l'absence
de Madam. Elie Mcnos, un voleur a pe-
netrr dans son salon et a enlev6 une
la'npe en porcclaine r.,se sur sa table cen-
tratc.
Elle done avis A la police et au public
pour qu'elle soit renseignde de tout- offre
de vente qui strait faite du meuble en
question.


Justin Lauture
Nous aorls eu Ic plaisir d'avoir
quelques jours parmi nous notre ami,l
sieur Justin Lauture, Administrateur i
Finances de Jacruel. 11 laisse aujoord'hi
la Capital pourregigner son post.
Nous lui sohaitons une heureuse trav
see.
FianQ ailles
Nous avons rcj, de Paris, le fire
des fiangailles de Mcdemoiselle NATIM
JeAN-JosEPH, fille du Ministre d'Haiti,
Morsieur J AU'RY,
Chaleurcux compliments aux fiance am
aux tainilles Jean Joseph et Aubry.
Arrivage
Ce mitin cst entrd le s] r A ltai* II
les passages suivants venant de:
Port de-Paix : Mile E Madiuu, P. A&
bry, S. Wil\iarn, I'Yre Lwain, Maevaa,
Pltpin, A. FouchL.
Cap Haitien : C. Dc),)ie, S. Prin, I
Ro:-sseau, Vr:iaret, Bloncourt, S. Beja.
111n10.
Gonai,,,'s : L R .: Lr B.auhirauisJo.
F:rano is, PWre Rich -d, A. ML e et e
t' i, Mr P. Miuric;.
(Cait>-Iitien : B. S&. vre.
Chroniquae des Tribuniux
TRIBUNAI D)EI PAIX
SILC i N NORD
Riboul-Cin6us
Ioule hicr au Tribunal de Paix oiude
vai: sc vider I'.itf.i: c RI'oul-Cindus, ipro
pos de vc\'tc on iLIc ln'j.,ge de cheval. Um
enqucte avait etd Jid&c la dernite
audience avcc audi:;on des trimoins.
Ceux-ci se soont prse ttes en nombie.
l1s ne vont rien dire de clair, rien cap-
ble d'asseoir la conscience des joges. 1l
sauront et ne sturont pas, altetnativetam
mais dans ce m31i-.niiio de paroles coali
,es et vagues, il taut que la viriti sorfe o
qu'une decision soit prise. Oh lahfem
dans tout, comtme dit Dumas, cherchez-.
EIllc restera toulour, un enigme un ep
variant. Louise Duchli~nin, femme de C-
neus, declare que so:n mari avait r&eelkc
achctlc chcval; d'an autre cte, Louisini qP
est la ch.re mortid dc Riboul,'maintient,i
tirine, eC. t ii me Pir que son mari n'avt
pas vendor mais bien loud pour plusieau
scinaines son chcral A M Cindus.
Entre ces deux femm.s en presence pl
nait une cer'aine suspicion que po0rit
bien 6gitimer leur Strange siiuation- ElI
ont chacune 1A leur amour, leur affection
A d6fendre au pr;x du plus grand mensoe
ge et contre le cris d'une conscience iodi
gnee.
Nous ne pauvons pas reproluire ici too-
tes ces dclara'ions contradictoires qoi aO
rempli I'espace de ce Tribunal ou i
nous manquart bari par tous 0
triess humains venns l:i plur colorer O
vdritd qu'lls nc vciilen: pa~ di'e et
ne diront jainmis- Elle ts: peut-etre 1"
de la responsabilitS de ceux qui onf lc
ge de juger leurs semblables c d're
se prononcer, en dernier resort saorU
compete. Dieu leur pardonner a s
mcnt dernier.
Le Tribunal se proccera *
prochaine.



gl lloan

Lo steramer Prins Wille '
venriant de Ncw-Yoik St Marc et
ives, sera ici dirnanche atio, 1I
courant. II repatird dans la jo
pour I'Petit-Godve, Cayes, JacieDOI
Cur 'aqao
Port-au-Prince, 19 Septem bI
OERLAOCH A o 0 aG0