<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00432
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: September 18, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00432

Full Text

Deuxibme Ann6e, No 441.


PORT-AU-PRINCE ( HAITI )


Vendredi, 18 Septerbre 1908:


'


)


QUOTJDIEN

Abonnements: DIIECTUa: LE NUMf:RO r CXXZTIMES
UwNMoTS.. G. 200 llc-*]L V. 5
PORT-AU-PRINCE Taois Mors. 5.00 03=meMt Mag1aiwo, -
1 2.20 -WM-- -- Les abonnements parte!;t du i'e ct du is 4c chaqae
DIPARTEMENTS) UN Mols. 2.0 ois et sont payables d'avance
TRors MoTs 6.00 RLDAC]? ION-ADMINISTRATION
SRRANGER...... Tois Mols. a 8.00 45P UU ROuX, 45. LLA manuscrits inslrba ou .oa no mer rntw redum

Pour tout ce Gui onc8rme I'A dainistration du Jours.', s 'adreaseat LA W sicur Artfliur ISIDORE, 45, kRe Roux B aone-Ei.


Cmmcnt la France

I:
Nous allows nous liver dans I ii-
do-Chine, A nirie peite exploration ldu
pnre de cell. qlue nous avons .faito
de I'Algrio et nous ferons usaig*
d mmi procedd rigoureux d'dtude.
oulstant a laisser parler les per
Mesagis autorises que leurs obser-
Rlions directs ou la nature de leurs
aoCopations ont portes A b'occu-
pr de ces questions coloniales, et
Sasn se soot pas contents de voir
lu hoses par leur sup.ri'iie, mais
P leers cotts le- plus important.
Oa sait quto po!itiquement la p6nin-
1le iodo ( llniise comprend trois
parties distliictcs ; A ')Ouest, la Bir-
Iiois angli.- ; au centre l-3 Stanm,
P est ind6pe ldaut ; a I'est, I'lndo-
Wline francaise. C'(itt ce:te troisiinme
prtie qui nous inttress3, et comm
0die comprend : la Cochinchine, qJi
0 colonie franaise, le Cambodge
tAasi,, quisont royaumes protlges
Ile Tonkin,qui est dans une situation
miteet appartient moitid au regime
coloial et moitid a celui du protec-
Wat, nous avons l'avantage de tenir
s boa morceau de a la plus grande
France et de pouvoir examiner I'ac-
li des Francais a un point de vue
Wstrmement vari6.
Nous commencons done notre en-
I*G. D'abord la Cochinchine.
SUn sous-secrttaire d'Etat de, co-
kbs d6clarait recemment, au course
discussion parlementaire, que
4t*t colonies dj&a ancienne de Co-
Alhio, avec une population total
Cs de deu millions d'Ames, on
i Pt environ seize cents Francais,
fastorze cents fonc ionsaires. a( L.
. d Lanessan note comme suit
sO scene de cette armee de
donaires: a L'arriv6e en Cochin-
dau premier gouverneur civil
dana I'histoire de la colonie,
l nportante : c'est la fin du
a3 adinistratif si Bconomique
arl'amirai de la Grandiere. et
ceet90 d'dno ene do fonc-
~)~Al ans.... am..sa.


aranct mantte:il est permis dese hdemander si nos
I l mlhodes 6ducatrices conviennent
bien a la mlntalitt dos indigtlnos. Si
le progris a pour but de rendre
1'hornme plis moral et plus heureux.
[I il fau! reconnaitre loyalement qoe ce
Spays ne semnble pas en progres.
plLct, au.,x quotinl,atideurs d'erplo s, on pays tie senible pas cii
(placeau..qu'na leurs d iemploin ( Iodier, ancien gouvernt .r de 1:>-
boul-vtrsa le rigifnle indigene ; la 111.
c -;nmune fut d truit, on multiplia h"c'i n" )
les agents europtens do tout ordre, en S il est une matiere of la colla-
leur attribliant dessoldes ruineuses. boralion des indigelnes serait utile,
Le imeene auteur ajoiut que a les c'est bien celle-IA. ( I'administration
plants sont ,n vente, quoe les indi- de la justicA.) Pour bien juger, pout
genes souflrent beaucou) de cet etat juger avec le moinis de chances pos-
do chogss ,. et que c les gens hoti- sibles d'erreur, il faut connaltre et
netes so li:nnont A I cart d'un tel comprenire I'A'ne du people. Cette
rt gime ot refusent de s'v associer. ,) rAme s derob iici tbreri ue langue
a Les inagistrats ls is plu-,i -v.; en htrissee de dlfficultes et quo nos mia-
grade cojiliaissent a leinem on pais diu qistrals de France ne po .nent pas.
tout I'inl,~rieur de la (:ocli nchine.. L- si)U; t g )uv rn menit ann unite, la
personnel est en general d'une iisifli- w listico, il faut le reconniiiltr., tMtait da-
.arc e notoi e.. ren l va .. e Livr. vantage A la por(t6 du uI s ,iiable...
,i. ds c potoi ge... !s-xinterprtsan- 'ijourd'hui, m:lget l.s l aranties a a -
i;allis! e.s p wi .ir-iesentroit la parlti jS a; S so:u's d intii. tri t de la mVagistrature
p lus int vai.-c de la I)Opluiatiot indi francaise et sa haut. conscit nce du
gene, ignorants do tou- les usagos du devoir, lej is iciabhe iIr(li-nee't ,moSis
pays et do so, organisation social ou f i. ( Idr ).
politiquo, une pa'tie ldes jugts don't c... La pride tie la conq'iuct- est
la (ochinclrhiie -ct actuellement dotee close, c o lle do I'orgmiisitionr d5ti -i-
en est artive.- j rendre des arrets t-Is live a com in nct. A-t-oni re1e m lt la
que les deux parties se melttnt solvent voie A suivre et dtoerinin4 une, po'i
d'accord poi- ne pat l's exJcuter. a tique inti icure.? Quels progrbs a-t-
( I. de Laneman. ) on fails dans l'esprit des hibitaris *?
4 L't'nornTe budget crt6 par le con- Quelle carrit-re a-t-on ouverte A I'd
seil co'o:iia! et I'adminuistration pr)'- 16ment europ-en ? Quel ascendant a-
fectorale, don't la colonies a 6t6 doltc t-on piis sur les princes don't les
en 1879, est absorb claqui annee 1tats environnenit iotre possession
par un personnel trop nombreux et nouvelle ? A toutes cos questions. il
par des trav~ux improiuclifs. .( O m'a est matheurousement p-u ds rdponwes
montr6 A Cintho un pont on pierre, satisfaisanties. Les tAtonnements, les
~euvre des L'onts et ClhauisOes, sous indecisions, leos I6grdtes d3 la politi-
lequel il ne passe pas d'eau, et sur le- que de la m4Itropola ont fach4 ,se-
quel il n'exiite pas de route. On so me, t i4/iu asur la 'ochinchine. (Fran-
demando ce qu'll faith au milieu du cia Gamier. )
mar6cage dans lequel il a 6te cons-; Et M. Jean Ajalbert ajoute : a es
truit. a ( De Lanessan. ) paroles sur It Cochinchina, en 1472,
Par centre, a nous avons laiss6 pouvents'appliquer exactement A tou-
s'envaserlesmagniflquos can3ux creu- to i'lndo-Chine en 1906. a
sas jadis par les Annamites et nous i Les solles des fonctionnaires in-
n'avons fait que tres peu de routes. D dignes ne ont en rapport ni avec
( De Lanessan ) les services rendus, ni avec la chert6
a La Cochinchine faisait une ex- de la vie. II r6sulte des statistiques
portation c m si.e'able de paddys que, de 18853 1895, le prix des den-
( riz brut ) et de riz, des droits de rdes et objets de premiere n6cessite
sortie ex3g6rds en ont arrest li pour 'Annamite de Cochinchine a
demand. ( L. Poinsard. ) double, qu'il a triple de 1895 a 1905,
a Le vagabondage et la criminality tandis que les soldes 6taient loin de
..,amantAnt d'une manibre inqui6tan- suivre la mme progression. Plu-


sieurs de ces s;oldes sont derisoires. ,
( Itodier )
tapl lnr~cher cette citation de eclleI
faite ci-dessus dans laquelle M. de
Lanessan parole des soldes rulimu-
s.'s a des agents europ6ens.
Sl)'apres M. de Linessan, a le gou-
vernement indigene de I'Annam a
tonjours ssverement interdit les mai-
sons de jeu et f.'appe de pines se-
veres l- s gens qui provoquentau jee ..
Mais administration francaise s'est
montreo infiimnent moins scrupuleu-
se. A pI)ine maitresse de la Cochin-
chine, elle chercha a dans 1 fermaye
des jeu.c un moyen de se procurer
des ressources don't la colonies nais-
sante avait le plus grand besoin. *
Los suites naturelles de ce proced6
immoral ne tarderent pas A se fire
entire Et ellet, les Annamites, com-
in-1 tous les individus sortis de sou-
Slie communautaire, sont fort impr6-
voyants. Aussi les joux de hasard,
;vec leurs processes et leurs emo-
Iinl( s, its attirent-ils irritsistiblement.
mtnme totijours, la perte et la ruine
atteignent en peu de temps I'im-
inonse majority des joueurs, qui trop
souvent so lais-ent ensuite aller au
Itsordre et mnotnie au crime. a Le vol.
dit M. do Lanrssan, d'abord discret et
di-sinmu!, pi is la piraterie, sont les
phases coned~rives d'une 4oolution
provoquee dans les maisons de jeu.
C'est ainsi itle sont nees en Cochin-
chine la pliipart des insurrections.
a En 187.,, on se d6cida enfin A sup-
primer cette cause de ruine et de re-
volte. Mais el 1885, lt bsoin d'argent
s'aggravant, on eut I'id'e de recou-
rir de nouveau A cette source infdmue.
Le gouverneur general, avant de so
decider, crut devoir ouvrir une en-
quete prealable parmi lea fonction-
naires et les principaux indigenes.
Us se montrbrent presque unanimes
pour repousser cette facheuse 6de ;
mais I annee suivante, en 1886, les
m disons de jeu n'en furent pas moins
reouvertes sous la fameuse enseigne
de Bourses de Commerce, afferm6es
A des Chinois moyennant deux mil-
lions et demi par an. On se born A
en interdire l'entrde auv Europden,, et
en m6me temps, on impose aux or-
miers de ces pr6tendues Bourses
l'abonnement d dix journaux franoai ;
comment ceux-ci auralent-ils pu m6-


I -u I --- ------ I ~C






HORS CONCOURS


AME MBR E

I* I~ 1.

I~ .: 4 I : ~-;1th),Ii c~A rrvterdaf

IM" F 'b,:;lion d'Anvers
M"Ideaiilie d'ou'
tS ~u~Liverpoo'

I1X7 HvrI





A ri ji, i r-*' 1111


1 I i Ix
1 ~ ~ '' I;H r


DU JURY
IS17 Elbeuf
Ml'.diile d& )O, llors Concours
euilnt'e di Juiy-Grtnd Prix
i1'~s8 Paris
.M"daille dr()r, Membre du Jury
18!)H8 F9! aris
)iplmrne HItrn Cooncours
189J Philadelphie
Mention Honorable
9!,v1 Buffalo
M6daille d'Or
1902 Paris
l)iplone de Grand.Prix
1900t St-Lo is
M6daillle d'Or
10)7 Spa
MNlaille d'Or
1907 Paris
M\daille d'Or
i197 L')ndres
M1adaille d')Or
V1I7 Jamestown
Medaille d'Or


1 1 1 )1i :- I'.-11 ,) ,!


i I\ )UItIRhde I nvtrue Rh
I; 1 0,0 1'11 1..)1, '0"' ,tilt! 'II (IS t l tIII ,L-S (pi 'uit faLit Ob*lomr a a lnhR u 'im
I: 1I'I'' *, Of- fI oI- 'ii V d lo; le- ; K xpoi ituons a pri-, Il suite d v
I' It f-I[o IL. K t writ a ItmL a m' hI I tl si- e Rue des CO;ars
N, 7, 1-, ii -I; ,-.: I ie c~lenU-to dont Iss commandes se.
I1ii m *IioeKZ#tt e "'ii 8(1111(e1par Ic pa~ss.
EKML .&P. 4


(Aiapeauix.
i~i O:F. -: riJ3T3-RICO






FABR'3U' UE CHAPEAUX


'Zgud 4 t.r. uvye
1 e' bourtier.


0A A Dn-Ili 'N[L E REnICE

QO AD!SIO NE;RIEM:.

42, Rue des Fronts-Forts.
(HAUSSURKS RN DkP6T,POUR LA VZNTI
Proraptitude et soin aux comman-
dos taut ini tii'en province.
(I.uie nsti *Y t Dantu ffor'ne et tra-
vail tuujouvs t, -it cve qu'it y a do plus

Forbes ,uAni&i iv;uine etl frtarb;aise pour
hitf.ssiblics ; 6Its-gante:; ot ennumodes.
'T .Lvai l --o x2cu-- aver
udmrs p'a:IA dte pyerminrrc marque.
Anuuu auca dlo ii aid rabais.
pIates, Ciroray.c; et Iiquides


raveisvo L) DESSE
FaD~ic~an 2e chauissures


La Manufacture
un ranidd stock,
'ros et en detail,
tous geres pour


a toujours en d6p6t
pour it vente en
- de chaussures en)


IIOMM..ES, FEMMES, ENFANTS
Las commaintlcs des comrnerqants
de I'l ntt"rieuri pour.ont tre "exdcut6es
lats une semaine A peu pres.
-:1, I ue dos Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PRINCE ( HAITI)
*


NV


MASON

Co ('da(co


I *-'i' MNis-In iqui pout r6pondre
.' 'i i ,, i i ';l, i. (is 1 ''1 gO l t.
La 1 i-on) lia phlui- assortip, of Il'oin
iw v,' -i di ts hi, ssulrI de to utes es-
" '- s I 't t ( l-; IX .
I M, ai-,mn qit emploie les rmeilleu-
I 0.- t' In ll it L 'S.
.La Miison qui vend a meilleur
m a tclit'-.
On trouve dans ses souliers:
Elegance, Solidite et Propret6-
(:ette Maison est une des plus re.
commandables.
On trouve aussi Cirages pour tou-
tes Its chausssures noivrs couleurr
\ des prix encourageants.


Panamas I...
EKligants, solides, arrives par le
4 Montreal s.
Chez M"' LEONIDE SOLAGES.
fl, Rue des Fronts-Fors.


, 1, A I) I'iti


barets lpour L aiage, FIl' ri i'l at,
etc, -tc.,

Mr C. L. Verret
Tailleur-March-ian
I)uinne avi a sa bienveillante cliciu-
tQle quo sa maison No 7, RIu Traver-
sit"re est toujours bien pourvue d'uoe
vari6dt d'6toffes de la haute nou-
veaut6 parisienne.
QUALI r SUPERIEURE. COUPE ILEGANTE
TRAVAIL. SOIGNO. EX-~CUTIONQ PROMPTI.
Prir trts rdduits !

L'Usine de P6rigoy
(Cayes)
Info ire sa nombreuseclient le qu'elle
a repris la fabi ication de son sucre si
justement recherche.
On en trouvera toujoura a Port-au-
Prince, chez M. Roberts Dutton & Co.
L 89, Rue Courbe, Place de la Paix.


106 Ila I )'III ICO ti lot


--------=---- --= -
Cordon r erie Nouvelle


G. B. PETOI1
143,1GRAND'RUE, 14
PORT-AU-PRINCE
CHAUSSURRS EN TOUS G OII
EN DiP6T, POUR LA TZMT
EN GROS ET DITAIL.1
Execution prompts de
cornsrades, tant Ici qUIo
Province.
Formes & homes ; 616ganto iM
tionnelles.
Chaussures de dames( Demh '"
de de Paris ) et le plus commo-.
chaussures pour en ants CODnfeC
n6es avec des PeauxL de toutefs M
d'une selection et durie irr4prmC
bles, & des prix avantagenx.
Cirages, pAtes et liquid
Powr clausaurws d loS~t *


A. de Matt6is & Co
imd-un oiifdc cii 1S

Derniers articles relus


Parf'rnerie Houbigant; Ho-
yal Houtibg' t ; l' ogiit re Royal ; Par-
fuim 1,16al; S;von. I'oudre ; etc. etc.
(:1llh ets ile pa;ti ir tu iut ties 61tSgaints.
Paium rei'oniui Astus ; Lotion, Tri-
coflis.
Lamps. Fouets et Chamois
pour buggy et buss.
Argenterie de luxe, Biublots,
Moustiquaires, Hrosses. Pipes, Fumes-
cigarettes, Craivates, Maroquinerie de
toutes (ualites.
La M tison a to'ljours unn grand a,-
sortitenit di Bij,)outerie, d'Ar;er~erit,
de Diamant, A la dispo-ition tlu pub t
eol .Oiltral et A la port&' do toute.
les bourses.
Ateliers d' 3orlogerie et de
Bijouterie : Grac uc, <:ontection
suir COllcornandl(O.
.4 hat l :,il or ,ii a'*le t,-
'i/ta? ini,t e.: pier "'i t/i, u t,' < .e'.. .e puri

A(IiAT I1)(:CAILLES DE (4ABET
Prix exceptionnel


Au dernier cril
FABRICATION DE CHAUSSURES
D. FERRARI
A I'hon'nur .'airrnncor a ses nom-
breux clients de la C:apitale et de la
province q'.-vi-ent d se tiansf6rer de
la Rue des f'ronts Foirs, avec sun meine
stock d,' ch(:r:1isslr, (i la (Grand'Rue
au N' 11 avec' I'in-wcription ci-dessus.
Les clieit .-; -seront toIljou'rs servis
dans les nmeines conditions ; c'est-A-
dire avec le; 5 '/o d'escompte sur la
vente en gns ; :- a s I)Ibllt r les lm -
mos s,)ils et !a itiL) eCt I'C ltl d.*
La Maison so qh g. toujol r tle fai-
re prendre les ineire. A domicile.
*.
Mle" V"e I. B. lD) iHOUx
19, PLACE DU P)ANIIllO ,, 1!).
Announce au public' 1i;i',on troiv,,r a
a loer, A sonl doi :li.', Ch lises
ne lives, verre f a.ra Y t c i-


Docteur C. Qaveau
MEDE C Ipi, L IRURGIEN
ACCOUCHEUR
de 1 arvard (E. A.)
-k Ili tC1OH iei (I 'i ler se clients
le s 1.i i4i o d s c t I m ib e n g O n dral
11i 1 01t Ioil /fSo 0
CABINET D'ELECTROTHERApII
128, RLUE DLU CENTRE, 128.
(Mai-qon de feu Dr Duchatellie)
Ltes malades savent auiourd'huiqfil.
ils peuvent t!re gudris par l'Ehab,.
1"rapi". scientitiquement appliqok
*dauis Ia plupart, des maui dort so.l.
i fre I'llmauiditts. Us Ornt un int6ret spi
c'ld il se voir gu4rir sans une opdu.
1ioni c4-inturuicale dt;,abrante dont Is
SuOtOS -Ouit siouverit 10 p)'uS gravO
(Otti'e I4 traitemenit des affections
sptcICialets (it, li /c.iwae, des mtidi.
hroa ii1ucs qtt srctlr's 0ou locales, des al.
tt~ti~iL Jc',ll-U ri'iiuk cellei du SP
aic? eu.xc, tit, !, ica du Nez, i
lai (;)?C,#s O-'i~lles et des Y~etx, Is
1, II 4;tVt 1 fait Ic :utle t : iai etit8 domic.
1"' di'IuN 'ilaetCt dea Layu
plta ,;t?.qe (Ch11oni~lie.
iC >N'-H-. LIrIoNS FT InAITHMENTS
1),' 7 41) 1 1u tn 14t et de e d 4
1 h 'ap fS mi1'(I

M.tison F. BRUNES.
195 GRAND'KUE 195
Dirig6e par

LL HODELIE
, Alicien mOembre 4 slaSociesi PkiL..
thropique des maitre failleurs de Pw*.
Vien; de ?cevoir un grand choixd'd
k toteNH diagonale, casimfi dapaca, chavio.
to. cijeiei'te pour deuil, etc, RecommAn.
doe pdAriic-aiArein.3nt A sa clientaIe uS
bel e colet:i'"i !ja -upes do casimir,
da gilet:- do !autaisie et do piqui tr
toutoi beaut&i
SpFciahit6 de Costumes do nO.
Cos.-- (,oupets Fran~aise, Anglaiss d
IAmericaine. de It dernikro perfecWL
',A maisou confectionne aussi des 00&
turns militairos, habits brodl
Idojrnaq-v,. tuuique4. habits O t
rds. e a.it do e tons grades*







Chronique des Tribunaux
TRIBUNAL DE PAIX
SECTION NORD
Parmi les causes qui r6clament le plus
retention de la justice de Paix let qui de-
,ott rtne absence complete de toute con-
*icon de ce que l'on doit A l'honneur et
Sdevoir, se trouvent les cas d'abus d-
fiance don't sont fortement charges les
,!es N'allez pas croire qu'il 's'agit de
&s important oi I'on a td impuissant
rtsisterI une violent et brutale tenta-
oo. Non! Ce n'est pas un gousset d'or
t l'on vous aurait confie et que sciem-
st vous auriez dttourne ; ce n'est point
a bijou prcieux, un diamant de valeur ;
kea de lourd soustrait a une fortune mo-
hilire.
Non ces cas d'abus de confiance que
ios signalons :ci et qui ont un caractre
d'ta ordre tout par.iculier, devraient&chip-
PIk itoute esp:ce de iiridic'ion pour ne
tmber que sous cclle d-: I conscience :
ibitre des faibl tscs qu'engendrent la faim
t la mis&e. Cc sont des petits larciil,
prtiqus dans :o--t march ndis- app-lee
biscoi:s ou i:' ::c C' ct la faimn et la
misre quiachivent i,. leur ieuvre dtcev n-I
te, dmoralisatr c ; c- sont Is e- r e intr'i
vides d'un ;:re hnmain It i diri ~- int s
pi vers le :nm. v I't11'.: mcI t s ch -
s d'autrui.
L'implacabi'. 'un Magistrat s'apaise
bien souvent, i:n 'rc: 'iui, Jcvant cl cr,~
poignants du c'-'-:: dmiandant a Atre ali-
ment.
Assurement, u:.c society' a Ie droit de s
kfendre centre Ics 4crmcs pernicieux du
vicecherchant A ,';ntiltrer dans son sein;
mis elle n'a pas moins pour devoir d'as-j
mr l'cexisttnce dc ses membres par I'as-
ma n nuKli ,t l'o*rianricti n triav il


Sa defense entame, non achev&c, qui
C )ltinuera, peut-etre aujourd'hui, n u., di-
'i jus qu'A quel point elle est coupil!l:. Si
S'c'llement elle a voulu compenser av.c son
to ;rnisseur par I'ahandon, dit-elle, d'une va-
eIur de P. 31 qu'cle a en dUp6t entr, les
inins de celui ci, provenant, a-t-elle ajou-
t. (d Si co' Crll is,;o: l Je vente.
'Touttfois, l'intigralit6 de la cr6ance n'a
pis dtt accep:Lc par Ih d6bitrice.
Le L-fen.e.:r du plaignant, de son c6te,
avant de:nanJd Ila comparution personntlle
des parties.
Le Tribunal a agre tette supplique
en fixant la continuation de I'affaire a ce
jour.
N6cro!ogie
Vendredi dcrnitr, It du courant, nous
avons eu A ddp'orer li mort de Monsieur
SYLVI:RT JAMES don't Ics fundrailles eurent
lieu lc,,demain A Sainte-Anne. Nde
Sain;i-L.rcic, iil tait venu A Port-au-Prin-
ce tn IX8' avec la mission de mieux fli-
ie connai:: ichez nous 1'(Euvre Expiatoi-
re tf ute- l. n 1884 par Monseigneur Bu-
guct, .A Orne ( France).
MI. !ni. ur Sv'vcrt James fut le premier
Z 'itcur de l'O(ivre A Port-au-Prince, et
il mi'riti dians Ia suite le titre de directeur-
S.dral I'd lu'--re en Haiti, en recom-
jp ; ,I., i t.'r.and dtvouement aux ames
dJ iu'.:s (.. t'ur igatoire.
C.J.
Ce 18 Septembre 1908


Nouveiles Etrangeres


Dernires


Ddpeches


MU ,C r M bllki u c l l 0 9.5 I U1 l l} tIIa u h.LL I 11|N W YRl IlL avInln
d, en outre, qu'elle puisse maintenir NEW-YORK IG.- La convention r pu-
m droit intangible A la punition. C'est blicaine d. New-York a dtsignb M. Hu-
k philosophi- dc 'a raison, la loi de la gucs come candidate pour gouverneur.
oacience humaine. Est-ce A dire que LISBOSNE I6. Le roi Manuel a 6td ac-
oun'excluions pas de notre vue humani- came par la fouled durant une revue mi-
tare les petites portcuses de biscuits qui l1 aire..
iponillent, sans cne, leurs tournisseuses ? AI/-L<-CALt..LE r6.- Cinq miners
Non, lajustic. l. it connaiire du cis de' : p'i ct t I lautres ont ctdc grnvement
aCtpetite fern n ui est venue echouer lcs',e par I'explosion d'une chaudiere
mwdii la barr diI Tribu!,Al de Paix, ac- qui s'-,t produite aujourd'hui A la mine
Msed'avoir e .A un nalheureux bou- I.1aura slitle pr's Heerlen I la frontiere
hngerdes bisc :i,i don't le montant s'dle- hollandai:e.
fteti P. 45 L., ,,us les sentiments de CHucAG.) 16 Oi anno.iice que M.
Pls'tffacerair n: dicvavit un fait brut l, Taft, candidate rdpub'icain la presidency
Ctanft tout Icc ractCre minifes'e d'un partira aujourd'hui en tournde de prop'-
tI abus de contfince. 1. sozie-e aurait gande poli'iqie. II visitera luseurs villes
roit de frappcr i.i ,cune femme si elle import intes d, s Eats de l'Ouest. Ce voya-
(it reconnue coupa'be. La sentence au- ge dur'ra 10 Iours.
Yasusdoutela puissllce de mouvoir en GEN '" r6 Un nouveau part a td
less faculty snstives, rstese inertes ddtinitivcment organism aujourd'hui sous
s l'nveloppe de son esprit inculte; le nom Je Jeunes iptiens i. Son but
Piid service lui se rin, par c faith, rendu; est prtsue le nine ue celui qui a ob-
alt apprenant A tre resp-.ctucuse de sa tenu tant de succ's en Turquie.
lit et de 1 d it due A s prson- N -YORK I6. M. Hert Fernald, a
ri et de lu candidate pour le poste de gou-
ilit bT i te t t verneur de I'Etat du Maine par le part
i pourquoi cette 1lean sur la morale rdpublicain.
uitare fit e A la barre d'un Tribunal Les chefs du pari d6mocrate se mon-
eec faon fltrissante ? trnt satisfaits de la petite majority obte-
8.fmme que nous ivons vue 1'au- nue dans ces elections, laquelle majority
w toute ieune, ingenue, a peine n'a et que de 8.000 voix seulement.
e vingt-cinq ans, in,'ressante par PARIS 16.- Les Journaux do matio font
*Ontyomie et l'ensemble d'un beau des bloges au sujet de la note franco-es-
e oadelet, nest pas nde mauvaise, elle pagnole.
hpa ne e rtainement avec les ger- Its font ressortir li moderation et le
Sbpsche. desintdresscment qui sautent aux yeux de
I jleunesse etait dirigec selon les tous.
S.llconventions que s'est donnees la La no:e frtnco-epign)'e pour la re-
r Instinct du mal n'aurait pas eu, connaissance de Moulai Hafid come sul-
oRw-, 3ccas sur sa nature abandonnee A ton du Maroc a ete envoy& aujourd'hui
Uil arbitre. Nous ne I'avons pis fa aux puissances signataires de la conven-
e, comme c'etait notre devoir,-L'E- tion d'Alg6siras.
,L, pas connue I si, du moins, elle LONDRES 16.- Les ambassadeurs d'Es-
-tl'Csence de l'Ecole primaire, pagne et de France ont rendu visit aa
S alltr le rgisseur qui deva;t I'o-' ministry des Relations Extmrieures et li
y allr ? onut remis Ia note franco-espagnole.


[ WASHINGTON 16. Le dCpartement d'E-
ta' a requ cette apres-midi la note tranco-
Les hauts fonctionnairts du Dipartement
d Etat n'ont pas faith une declaration sur
ce te note.
PARIS 6.- Li no e envoyd- aux puis-
sances se rap; or:e A la ndcessit de pro:&-
ger les inter&ts de touts les piAisances et
de les garantir avant de reconnri re Moulai
IHalid co nine sultan Ce-te rort- demand
en outre la rtctiticatioi de l'.te d'Alg&si-
ras et la reconn iissarc des droits de la
France et de l'Europe pour empccher la
contrebande d'armes.
LA HAYE 16. Les Etats g6nraux ont
inaugure leurs sessions aujourd'hui, le dis-
cours du tr6ne a iti lu par le premier mi-
nistre M. Heemskerk.
Dans ce discours il est faith une lg6ere
allusion au' conflict avec le V6nezuela.

A vis Commercial
Le public et le commerce sont avi-
ses que Monsieur OTTo Tisciun est char-
gd de notre procuration.
Cap-Haitien le ler Septembre 1908
TISCHER & C*

JULIENFLORU S
Ancien live de la 26* Compagnie
d ouvriers d'Arlillerie ( Lorient )
Se tient a la disposition du public
pour tous travaux de FORGE, et d'A-
JUSTAGE, de RI:PAlATION de contre-
forts etc. etc. A de bonnes conditions.
Rue de la Revolution N 19
Vis d-vis de la Chambre des DipuUt
| |1 I I


Poudre Dentifrice
ANTISEPTIQUE
Dlr
A. BONHOMME, PHnRMlACIEN.
Prix & 1'Exposi'ion communale du
1e' Mai 1907 de Port-au-Prince.
Dep6t: Pharmacie St-Antoine
A venue John Br wnu ( Lalue ).
PORT AU-PRINCE ( HAITI)
Piix de la bolte G 1.50


Sacs vides!..


Baniuci ationle 'Haflt

(onformenent aux instructions du
Secrdtaire d'Etat des Finances, la Ban-
q(pI, Naiionale d'Haiti a I'honneur
Vt'informer les porteurs de Bons de
Coupon et de Bons fractionnaires de
la Ilette intdrieure convertie et conso-
liddt, qu'ils peuvent se presenter A
ses guichets pour toucher une sixii-
me r6partition (6-* 't de dix pour cent
( 10 */o ) sur le montant du Coupon
No 1G centre reeu et sur presentation
-des Bons.
Port au-Prince, 10 Septembre 1908.

Propri(ets a vendre

Une propriety sise Grand'Rue, en-
tie les propridtis : MM. Amilcar Da-
yard et Bareau Maitre, facade ouest.
Deux autres a Anse-a-Veau, une a
Carrefour Georges et I'autre a barriere
Georges en face de M. Nelson Arnoux.
S'adresser a M. SIMi:UN E'G. DUBOIs.
Pres de la Gare. AvenueDessalies.A 9
Port-au- Prince

Avis
La souss:gnee, declare aux rotairos
et arpenteurs de la jurisdiction de
Port-au-Prince, qu'elle s'oppose for-
mellement a touted operations d'ar-
pentage et de vente, des terres de
I'habitation a Colard de la 3e sec-
tion rurale de la Gascogne ( commu-
ne et arrondissement de Mirebalais )
jusqu'A ce que la justice en ordonne
le partage, come biens provenant
de la succession de feue Nicole Cola-
re, dame Veuve J. B.. CHAUVET, don't
elle est une des hdritirres
Mme L. A. VIEU
nIe BRUNrrrT HENRY CADET.
--- ~ ----
Le public est avis6 que j'autorise
Mr F. F. Stines a agir comme mon
agent A Port-au-Prince,
Le COMMODORE W. E. MEYER
de Bermuda


Sacs vides!..


EntrepBt Gen ral des Grandes fabriques
DE CALCUTTA (INDE) DUNKERQUE (FRANCE) ET IUNDEE ( A.NGLrmRRE )


SACS spciaux pour


Cafes tri6s
Cafes ordinaires


Cacaos
Les Types Courants constamment en Stock par ballet de 400 sacs,
depuis 2 ) centimes or jusqu'A 30 centimes or pour grandeurs r6gu-
liires 65x110 centimbtres et 70x110 centimetres.
Poids del 3]4 livres jusqu'A 3 livres.
Sacs sur modules et sur types des acbeteurs.
Prix A forfait pour livraisons mensuelles francs port de d6barquement et, si
on le desire, Droits pays.

50.000 Sacs de 1'Inde

Viennent d'arriver par Balles de 300 Sacs.
F rix excepticnnellement avantageux

S'adresser a JULES LAVILLE
AGENT ET DIPOSITAIRE GIENiRAL
93, RUB DU MAGOASIN DE L'ETAT


I


I






dire de e ai's ; I~,r~i ,- I.Ttit~f

et des p1 aiU.. lttaht' '-l
Ievaweiat ii I 'I -
Meu 'I I'i-t t o eli
Juuia 1d4!;lI; I I' a
Suitt! p' i l Il- IIt II *; '


VeztUtI ILl'' I" -r:


L. Po ; \llisar d lc
6Cornhla vou' all w

Ilu~do-Chinei.


Iii, ''I'
'I '' `' it.
illJ f l t '


La Qluesliol r Jour

x


II A, I 1 1 1~
1-11 cI 'iIII
pous!e : rre i

ti l, 11 -- 11 1 11 11
a P)US pi I p41, (.i1 A It ii d



p1aeit I


ttr~i I. '' 'ii :~~\1 ~ ~ I / I I~ f\~ ~
.1t 1 till


Itc t I tIt



4 re )la tvc(I lo I 1 .Io 1.' r, tilt I p



z! a stm~1 !el. I.- .),1v !.. 1,:,) 111) ,
1 10',1101 -. t al 1I t it'1 i' ItI lIt Ii tiL-
at a tit- 9 iI il,\lli a I Iuia a Wtt i-


rao~ Ii I lI I I C.10 tilt -' V -
Ita1 La I ~I v-t I ,! II -II, ,lt .the- I I I









no'iib ii.i 01
11re I I I I- It I,. I i IIi. I* fI 2 -.I v





dtrItilt I I Ia e Iii jtIo I "' I.*tt
a ur I I, I -1 111t I Zme0 ,I ItI (l a, ia





quelIpui iat IeI vuIat l.o I tiit2 I :t tI, it
U VI :i e (~I crIuI l Ia I 1 11 q I .W I ,Ii'a- a





cuse I i it0".1I o iCI cIW
l'01ite ( .tI
quelques jo~ur aaallastes... de rut uti~sser et
do del tigner... tiotre haute c~ultur~e in-'
t~eilectue~le...) Tandisque chleZ LOUs, des
journaki' es se teinatadeat A tluoi
nombi sert-ii. d'avoi Iies joetes? -
( passage tIhji ~ ait~ 1e ct~iec~~ wgt's Sy Iviii)
il faut lucia t crat' oioras jet hO :I- ai I1 a Ir
M 'i JI -, tirr Iiitir15,!~lc~l~el







dae cellt iccusaste. t yS t
elle n' 'Lnt.i viii t o toie il t c
I asIser po ur rI'. t t II I x. e ;, et I eii p 10]tIU,'-
inent, de ia 6'..et-r rioi S'iieurs teU I-
tiiiisnie c.oiuru.h fIt u'In un ctill e1 :
don't les seuk. mejub~ra's, eia p)o~iessioli
doe a 0oi dii f)rogrcs seraieit qua1irifi
pour en r~caiser le sel11, en d iagel
de d trmeB, en fo.niulel' lec rtgles.


( )!',p .1 tc o .1 I1 AI i a-'t () to tI)(l




i'.jih~i se 11 10W a'.e- uI.!' tf-l.S to~
to ii s; j de. 1,11 ui-; II I .;i tat


YiJC~~d tt H 'tir e I 'Ue Ic"-If)..) Ila 11



l i' I. -t 'i j t I t!!i te'. Io

hwle I'. ci ale, q si t is ItiGa (f c tlon Iui at-
I!,. I 'li. I iti!' 11;11" at at it: a-'111011



I i a ;i at I t' I lC I k ), fit tIo
vo n, u. i t it, ilt' apt Ilni
~~~~~~~~~o I.'e (41.a .Ibiir ieI2tU1

I~~~ fi o i ~I I, n;0 Ferl it', iit I e

fit! It. 1

,1 tIttite, i raitla on :(!ncii e' ntreilig i ce. :
j...r.I~tit, t~flti1 cii etl t. tiii 10:j~

co;111; oita, t out Ihe l'm o I )e(wsefitrce


jii~hatit I.' r~mi' il l~'ai'e K2,Ic10!-1,



II t 1 i:'t c 11itir t c i I I I a
a Ie e r ie a iftt'It',jtlcrotA6, e iTaoflpra- I-

ii t t soiao ha);IligI~et iuiCe

P1 pn ~ 4.111"11110l't4r Voti' il t- lj'nha pr O(.)I I
i tt wl i .-iate t tn t I t u gavnt Itie

Ill, 0I I I el A 0I vstighe trux lon()iet, et
t vI' I ji 11 &i*- It' lu otdota t'C!t all' l
0 1101 t ): 11 '- Iie tes 'h-.a Js 0, a l:4tes
L71 k'111 1, '1 auh it' .' ris e trai)ra. M iir.

Gl1ft ittit;Vt'iat 1 (IoC Var'el ,tjH!I5 ctiara .1c
I~ ,* rI,1-1# !,-n I ~ I laerac -c sur Ic-q eties a
c.tii' IAI WI e rst- r'~n aa




o 11omulusImin e u
Le caarqa 1e-ou;ag h:ioriq. ue de
li~te .vii lrn'llI ibbreiIt, uele ZmtwtOn
I-ubll i tde -nIljlllt en leuallcton t a pie-
~ujord'ui A i'Ismprsimerie ( L'AiOlle


..1 alilt. a Iaet- denmbreus s ilam-
ora esn t s e.r ;1ti fS (is l




Rouls sReomuluenso breu
au pridenuquP. 3. a lltoiue


RNJ TEGViNEVM tN'TS
ME'EO3ROLOGIQ OES

Q > b tr 47atoiIr e
DU
; MINAIRE COLLEGE S -MARTIAL


JLIra S B


Te, mrn fr)?'a ture aiaI) u in


761, 2"'1/
21. I
34 7
d. nu n 27. 4


Cil nuagex toute l.a journey ; covert
-nmrc h. it S h. do ,.or ; clair 1 9 Ii.
H alo co!aire dins la matintc'.
Orja au sud A 2 h. dc I'aprab-midi ;
Mitb:c'ux bclaits au nord de 6 h. A 8 h.
Ju soir.
I e b.aro:! trv a sibi unc li.g re baisse.
Cxc!,. Suivinrt ::ic d3c, cc I, -ac du
We\Vcu lr Bureau de W\Va.shi*o, uLn cv-
"lone est en formation .u sud de PPo:io-
Rico. S marnche It son inttn.sitI ne sont
pas encore ddtcrminie&s.
R. BALTENWECK
Boite a.ix litt -ei
Binel', 6 SLpptAmbre 1908
0M1',ii.ur L r LMl M A MAGLOIKE,L
Directeur du Matit
Port-au-Prince
Moniucur IL Directeur,
Jc po 'uruic, avcc intinimncnt d'attention,
!e i~,it detni le que M. Fernand Hiber
tair, d.is vote lourna', de la desce:te, A
Miragoo.ne, de Boyer BaUelaii, des luttes
ichai rcee qui, p:-ndant onze mnois, ensen-
gian'ierent Ic sol de l'infortunde petite vil-
le, tt du sort tiagique que requrent, hi
las tous ces braves qui eurent le malheur
de se laisscr aller A un trop regrettable cn-
t.tement.
Cette lecture m'interesse d'au'ant plus
q-c je co;npte par:ni les miens, un survi-
vint dtc crux A qui durant le sige, -- le
-*cvoir ct I'honneur militaires fire:nt tou-
,ours I'obligp ition d rdpoI:dre A l'hiois-
-Ie, par I thdroime. II rn'st bien doulou-
reux de rcvivre, pir la pensbe, tous ces
;ours sombres, ou I'on vit tomber tant de
:tes, ou le sang hli-iticn coula si inutilc-
ment. Tout ii felicitant M. Fernand Hib-
bert d'avoir entrepris 1a publication de
cet intctcssai:t tfuilltton, ou, pour sir,
I'historietn ddee de iinii nat Jdaignera pas
de puisir ses renstiginerents' qu'il me per-
mette de lui dire que Petit B'inc Tozin
jn it a fait inourir, par unc n:it noire, un
tribart au cou, eut depend .t une mort
plus glori!use, qu'il est inexa:: que, poi.r
soitirer de l'argent du Chef Jde I'ArmTe
du Gouvernement,ce 3 hougan qui avait,
en ce temps- 1A, une cclca'riric reconnue,
imagin;lt de prendre, pndanit !.1 nuit, la
forme d'aln cochon, comb.n.ai. i,,n qui, au
dire de M. Hibbert, devait le fire arriver,
ans trop s'exposer, jusqu'A Boyer Bazelais
qu'l s' tait charger de poignarder.
La verite est que, pour avoir plus de m6-
rite que les autres, aux yeux du Gendral
Anselme Prophcte qui savait, dans de lar-
ges measures, ricompenser ceox qui, dans
I'accomplissement de leurs devoirs, ou-
blient toujours le danger auquel ils s'ex-
posent, Petit Blanc Tozin, A la tete de
quelques hommes bien r6solus, A qui 6tait
confine la garden du poste le plus voisin de
la ville a siegee -aimait souvent aller pro-
voquer l eanemi par ses mordantes raille-
ries, insulter au malheur de ceux que la
fatality avait conduits 11 pour conaettre la
plus dure des angoisses qui puisent 6trein-
re le coeur human, et expier bien cruel-
lement la fute d'avoir concu des projects
ttop lourds pour leurs fronts.
C'est en continuant ce jeu qui devait
avoir des suites bien funestes pour lui,


I I


qu'un dimanche, A 4 bheres de P'atr&
Petit Blanc Tozin, et un jeune hoam-d
Port-Salut, nommC Boisrond tomla~k
raiders morts, ateint chacun d'unc hi
ennem ic.
Leurs restes furent inkumis an Fors.
o6 ils doivent se trouver toujours.
Dans l'intirtt de la v rite histoim
veuillez fire un bon accueil i ce petit
seignement que j'ai puis6 A bone
et croyez-noi, M. le Directeur, bietai
AD. CARlNiAt
Un Progr6a
II nous revient que notre mars et 1
rnz s'exportent bien maintenant pourllk-
ger Les Cayes, Chef-lieu do .
inent du Sud, pays producteur I
pourrait tirer aussi profit de cette e-pia
tion ; et notre mnis aussi, si l'on cal.dr
le prix d'un biril de mais egren auxnBr i
Units, avcc le taux actuel du change.
Nous conseillons done A nos agnculawi
de ne pas nggliger la culture de ces imnp
:antes c&crales qui sont tout profit pour
producteur.
( L'abcil )
Depart
Voici la liste des pissagers parties U
par le ss President A destination de:
Sto 'Domingo : Igracio Maria Gonalez,
Mile Dona Pacha Gonzilez,Marcel Przem.
San Juan de 'Porto '.ico : Joseph Shiw.
Cave : Jules Phipps, G6enral Molemd
I'ran;ois.
Jacmel : Luc Chancy.
Tt-16gramme fun6bre
Une dIpciche re,;ae hier apres-midi omO
announce la mort de Madame EXCiAmi
NEPTUNE, 'pouse de notre agent i Aqu
survenue Jeudi A 3 heures du main.
Nos sinceres condolkances i h t li
Neptune.
Naissance
Monsieur Moliere Bordes, le yP
que payeur A la Chambre des depatd, re
a fait le plaisir de nous announcer la Is
sance de son premier-ne.
Nos meilleurs compliments 1 Istailk
cant A 1I'enfanr.
L'industrie du P4trole
dans la F6publ que aMexicai
L'apparition du pitrole brat ser B
march mexicain avec un rabais de
pour cent dans le prix de cette marc1e
dise et aussi la nouvelle de I'ixp0diti
de 20o.oo barils d'huile raffinee que
mason Pearson a faite en Anglete.
marquent une &e de progrds dans 'iOad'
trie p6troli.re du pays,
Derni&rtmcnt, le Gauvernement a
corded des concessions donnant le dr
d'explorer les puits de petrole qoi tlh i
dans les cantons m&ridionaux de IS'Ent
La Vera Cruz et Jans les districts a'"
nants des Etats de Tamaulipas et dC
Luis Potosi. Les capiraux i1 placn
cette entreprise s'el6veront aru moi~l
some de P.50ooooo. On a ccord
concession au reprisentant de 19
gnie des PNtroles de Huasteca. a8
compagnie s'engale I verser nm
dans Ics caisses du GouveraneaCt
et dans cells de I'Etat f
les 7 et 3 pour cent des recete S
de exploitation, pourvu que le
atteigne le chiffre de 1.470o,ooo
jour. Cette derniere organisatioO,
sous le nom de a Conmpagae doS
petroliferes du Mexique e, CpPi
Etats de la Vlra Cruz et de
devra placer au moins P.-oo,oo
ans dans cette entrepfise.

H~tel Bellevul. -
iI Le mieux aitau, Le pi
fortable.- ChamPd
Cuisine renomm 6e.-- aer