<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00431
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: September 17, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00431

Full Text

peuxibme Ann6e, No 440.


PORT-AU-PRINCE ( HAITI )


4


Jeudi, 17 Septembre 1908.


-


J


QUOTIDIEN

Abonnements: :
SAbonne ents D : LE NUMARO 15 CENTIMES
PORT-AU-PRINCE U. G. CleNxo t 1Magloire, _
TRois Mors. 5.00
DtPARTEMENTS UN Mois. 2.20 Les abonnements parter t du "r et do 15 de chaqau
NR..TROIS MOIs 6.00 KtIDAC' ION-ADMINISTRATION mois et sent payables d'avance
TRANGER........ TRois Mois. 8.00 45, RUE ROUX, 45. Le manuacrita ins6r6 ou non no "rontpas readue


Pour tout ce qui corce&rele 'ALdminixtration du Journral. s,- -7- J.,:- r ~':Lur ISIDOCRE, 4S, R'2C M.L)UI 083)G-Fw'-


Comment la Framacc


affrancit 'llHumaniti6

I


a Par suit,*, ,la jii-oiee e-t p1 is cWlie


I q II : c jide, e CI-I (ac -
f (ocll (' 1 111t l ,tst jII rb


Ils'agit poi -I S I I do jeter un (eAtoI r itttrntede LuIPe t m jircasI s I'' s'r I l l, U' ( 41441 l ii e S
i'oiIsur coc qI ep' '- 1 1" 5t1 1' iE!e I 0It euI- Ii'f, i es s I 'gl Ii10)s uIJJi 1404 IeP exasjvos,: l 1 i, P -lot
kimscolonies fi I- I : te s, itI n dt, nrous l l e- t: ,,dis it -'
mdrd compte si la rencontre des toi t giav(-s, entre atitres j air &s'ne i i d! -d rd ) e iniiistilttif Ml(Jc
fummFais avecL's races inf t~ e ri e s 1871 et de 1AI1. Aussi... on ila relnollic' sL1 1vs vneAlI i!noi astlts.'U
Wori~e Alp 'nser, avec Ic 1)octeur en Principe A ce provtJ.]. .. NM i-(-; e 1-t ;~ i laS Uli IAIg.'limf(ilt' Pat- Vd p1 IS.
Auguste, qiu la Fiance aide rtsel- no 'cut Pas dire u(It'on I:his'se ['s it- lcxvI-ie:r', d C0011) de S'0Iifii
*A~tau relevoinent et A 1'affran- ,(%iius tranqui'illes P09SssC-LI'l-,(10letifi-~ '"rl:ri-r~ cr! tL ~b~,ln
pde IA m troip'.ie. La iut tropole talit
Hiinmeent it6 auiaminellt cham-EIPs 011 de leurs terres de pat-, It WiI6e aux 'conomies (-lituis qliie-
~w pi d.~s d&~i lat i'fl de I)!incipe; &) -oui-. ( ) reinplace lia violetiw pt h I I I s aois& s, delomsi miue li ltte
dk proclain ihOri de formulas abs- ius,, voilA lout.(a loiI)g, p a[ ii (
hJIn QIarId est qluestion 1 eCi' JmS. )(1I)
ra pou" clit taitit do U t-noiginages ii t de(fI ootk' t)I')flisittt'Ml, irE i t'01 a t ltf 11r) Ii-tIIh* d(it i
M a rnhmri (111, In'est impossible ini-Sion esia ecst oveY dani- I;# l :Iitt. ti ,'ii. ,'rt.IdI I c r[it:" Soims
de IdS Utill'Ar tIOu; kI tl.]e for'Ce in'est et ete clloi i t I-s tletri's OiloI6-s centre- Mill d 0/ CI 1 I i'4iV. i"- toult
hme born--.. Aus.i ,l h 1, p i a -- Ski lt C, t-.0 -C,. n
W de~pase: le plus Iq SSuI'tC COq t& f -I'ti, C.cmit
Mojuiroq s is jy.t; Wfno eciuse viFI I .IIOIS tcwlj)1.'IIldw aUX \t rr4A r1r~iid;~s~ ii-.ti EIh
tent intdress ir'w, p' leininderai a ( 'G iuvoemn e it i tbesoini Ilz lein- ter-'-
hteur la penni1.'ioii deo lfur cidei re et c que'lc is no vc-lent pas h3.-4 lfill dgii 0 liJ I?- r,1 li te d.(-tiX fol de
Wilusivernrit la parole. i1ov.,immit tin certain Pt xiis r, 0I

VIDYWI d'abord les Franqais en Al- aurixut A plaider ; JIt'iils poutracn te ,,l,,rf %l 1.11().(,I I (I i I r"
In.hi cn perid e le u" lrocc~ i l l; n oal ca,. /1", (111et j t I1I 11 .St i ti'ii ,I fnieitwn
*On pratitjue vis-A-vis des Iindi6g;- iVi ~SIaI~l!. ~~mu'IIOI oHIA ~ 'Jill Oli i
lune kpoliti0lue de ti acasserie, de\ >(c11ji st1)it (). r. ii., S .J-posi!,
IStprersiot, c-t I I'osque 41ne do U iG W'ent pas tout encore. U' iaio C C gent t', kites 114)11 ej-te i'-' I.-b
:IOVOratioiM. Ti z'Iauu a suivi en fneiit d !seirus c~dP e Cois s ,,Pttt.
*ri ur pItit ij 'ii arab pltobe. a Pr't;iO-i cttSoUiiS A uf fonit & l spu S-
I M. Paiiliat, discours :tu Siinat.)f ldhtCS(J I d lrou tent lo-, .io ravi mx'1:t )i i I a~':1 s td tIt
'mnnil~j' S.ardo populations* rv. ibot*slu~ a; I 1i'- it. :io.' u.I ttr l'
W2e irs tr Y, s, i a Its, ouInb a1eu O.t hi ku oiWIe elt l'esp 'ir de so faji, eil'Jid 'iiI>,i e jires. 11IE'
atcessivjylat aLllith~s a Ia Ira- p iyci', i s vIridt vii pi'mx le i Iiti'e fe.ta: Vsd iflujpros Fli Upi sule fii ~ur
1i Souventit ioz1 le-i ? La pre[i111- (l' -" uisii'ior, ci so tsouvc t r jI! marcI(s, au tnonit nt dle i'alpl or.
3res3,.): uft quo hmur dispariiior- daiiii (10111). un.nt 5s)olit's. 1(lRe- d-.; d denies, que les as UjIhtis aient
it tres desiraj1e. Ot. onii ,.- d6- guut, ancieli coniseiliet' d'Etat. )ie I'argent ot non, p-u ifporte ; si
pas aiisi, da jour au lande- a'L3dtcrot de 18M3 a trairsportci aux bitn qu: soiuvwnt 1i faut p'en-fre la re-
4. trois A qulatre millions diui- juges de paix fra tvai It coflais-an- dfl, C1! o 1 pOpI "a alis'faire le per-
qui tiennert A l[ vie II fallut co des coritestations.... L'id.~e-doe ti epteui'.
Siccommuodar pour vivre c5te j re juger le., contestationl; journalit'res Du rest, il v a 1Ades -ustiriers qUi
SOc etia. deos Arab -s pa r.r d.-s liicrnci'ls n droit gnettent l'tceiision, d"ptrirnent IJss
tiii e ne fut pas sans lour fire de la Fa',ult6 dt Pairis e~t ViA sir)"i- tours et s'elritPhissenlt par In gcdne des'
gurils iftaiet gon i~ints. D'abord, liire en elle-milm1. E le devionit absoir- indjyc'". ( L Poinsauud ).
hmrprit beaucoul) d& terres sow', de si V'on pense que es HiWs Iicenciss Ull i'c.' de IA 10i de 187,3 app-
-rdtexte-: par conflheation. par ne savent pas l i rnot dE fla nyw? in- quIl, aox hietk collect ifs articlee 815'
0p1 ou 'oins frwcf, afin de les 1,ig.ia. ( I l'oiinsard. du cod ( ainist oonc:ii N'til West
*U colons frauitcais. Une loi a Depuis I&M, cc sont, dans cha'juw wrii de resi-r *an, I'i ,division. a Or,
s' 18r51, notamment inter- jusjtici de oPA, 1'iiiterprde,- ot IJos (lit kecrivain qpe j.i vim- I tde Cit er,
Wor fciliter les expropriation interpr8fes so-it tous ri il choi-- cette disposi'i'iwi, (i4jA dang-re use ett
et on no s'tst pi~s fait faute sis,- et to rhaouch, qu'onpeut askirdi
employer pour accapiror lei ler A un garcon de bureau, qui ren- 1)oteur N. AgSut e i cause de sl prosptittC
tiates de la zone littorale, dent r6ellement Ia justice. Jet quc FAlg rie ne regoit plus de subventiou de
I t- f II s Deni QL la metropol.


;biisive dan.s un pays oi'i la prospt-
i iift Corlnlrilu'. n'existe pas, est ab-
o'lllle lt alisocial ch'l-z Ullt ptpLU-
I;tlion tA formation coIillnti ait-di'.
piist(lis'elle aiuto ltse uti i sellte O i-
Ie'( d':vovv'* de la tfaiille on i 'li e
det la t!i ibi roinprie un Crilloulpe doit
uIlmIte I'organiisatioln retpote sur ce irt-
gimi e d propii6t6.
Or, 1 des homilies d'affaire-., dit M.
i't.uliiat. souis !e couverI t dO' cet aiti-
(let, out cormmis de vtritables spolia-
lions... On a achet. la part de deux
ou Irois indignes, et on a souvent cet-
to part pour 5)0, CG oun 0 francs. Urit
tois inuni du titre, on introduit
ilne domandd en licitation. nit beau
jouir, ce- indidg iies, city's collective-
illent, r(t;oivent du paper tilbr' ;
ils 'y comprennenit rin, laissent
pa-s les d'lais, et la propri6it est
iadlJ pour a(tielques containes de
i lc<'... Le tnombre est considerable
iJ itdlipi.4': ,s 'ui oa/t !l ddpouillds aila-
i, l1s forinent utie classes de vaga-
l ids.... 11 et airiv46 souvent que
de.s centaies de fiamille. onl t t ex-
p(ulises J'u seul ('Ecoup de la terre
niti ell's viva lient de per'e en fils depai',
de.s si''l."s, et t'ela gu'ice t des traque-
inadtis ide I)'cedure don't elles ne pou-
v\aljipnt ILlus so delier, puisqu'elles nie
coiniai--&.'lnt nii notre lIngue ni notre
I"gislation, don't oni a eu nantinoins
la c ru iitat ilconsciente de les fair
i l'tlvei'.. 1. Pauliat ).
IKii 18S7, uie nouvelle loi est ve-
ilit- aggravelr cette situation en auto-
risant, noi seulemeit tout coproprid-
tairie, mais encore tout crdancier de
' s' a des copropri6taires a demander
le parlage ou la licitation I
RI.sumons brievement la situation
'des Algeriens : its sont administres
Spar des fonctionnaires qui ne con-
' nissent pas tin mot de leur langue
'et ils ne connaissent pas, eux non
'plus, un 'mot do la langue francaise ;
dans tous les actes de la vie quoti-
'dienne, il faut done avoir recours a
'des interpitrtes, nouvelle classes de
'fonc tionnaires mal choisis A dessein ;
Ils sont soumis A une legislatiou
compliquee qu'ils ignorent et qui ne
convient pas A leur gtat social et ce
'sont des licencies en droit de la Fa-
cult6 de Paris, ignoranfi de leur lan*
gue, qui leur rendent la justice ;
L'autorit6 peut les r4quisitionner i


I ~,.,, ----~----- ~-


_ _


'1~31 C- r I I-,






Avis Important


n ~4.4 ()1(- tuiitco

*f'I~~ti'~ It~., ~ ',ilir"S I t'i tt-
rj It' i titi i t Ir 1 I rI~lt;j II IIi 141(1! ('liii ItI



HIELSTEAD & Company
JEWSLYG (.l''Y. N. Y.


DESI'SE


Fd i, r'I t ie iaSSUre.l




TSi


i~~~~~I H :i I


A. de


Matt is & Co


P J 4 [ % I 1I t r 4 I
ol' AI'If-; t)'u t it'. ii tc/


La i iip F'ouets fet C Charlols


-i NI I. )I, a oVt tt'l l 1iti Ail' tt,

''I do i'll te F V,,, ((U4' '.4 r1/''titri,',
!,it c1,111".11i 1



A9te! ~ e l
B144o L t3 r1 3



k I %T I) I A'I u.m 1)F[ ( I:4i, K-r
Prix oxceptiorinui


Docteur C. Qaveall
MEDECIN, CHIRURGIEM
A C C 0 U C H E U RCIEr
ACCOUCHEUR
I )ijli 'I'1 .11 I 'I I ii 4 \(.1 II: 1 I1 i i (. \.

411 t), 4 4
CABINE[ D'ELE CTROTHtRa PiE
I-2,S. F1 W C v ( ".M F11F. 1-2,.

I. es maIades s d uenf a ajoui'd 'hii I U'-
iI' p iuvt'rit t'tli' 12 'is par I'E l'eb'ro
tt4'!''! e itt ill i-IC n tu lia pi jtll.t t



4h I4 I, t 1.111 ,1 t (I ,,-;I n ; hi .mt sm\4 *. /

hAU o 1111 ,II/ I- .h ll ilte M/6
(.1,1 A ;1L1,; tnt- opl~ra-
,()l ch i il I,'I:, -it M b i" ~ t" 011t 10-
-rave,,..
CM fit

"11.1"; du sw;
!l li
lit A &I I. I/m


?, ' I ,7. ? Di 1,4 : K U it 2 i
-.I- '- .1 I .

Maisinl IltlUNES.
1955 GRAND'KUE 195
Dirig6e par

L. HODELIN
A ,cieni *emnbr' ~e la Societd Phtlani-
thrjpiq,.te des maltres taiileurs de Paris
Vient Ie re,'evcir un grand choix d'6-
to!les diiagu!aie, ca.inir alpaca, chevio-
re, cheviote pour d"uil, etc, Hocomman-
de pirticultier'nmet i sa clientele une
telle collecti)tn do coupes de casimir,
do gidts e de faut.isie et de piqu6 de
toute beauty.
Specialit6 de Costumes de no-
ces.- Coupes Franiiaise, Anglaise et
Americunde e la derriere perfection.
La mason confectionne aussi des Cos-
tumes ruilitaires, habits brod6s
dolmaus. tuniques, habits car-
r6. e- etc. de to t grades.
u- .. .tl.


Chapeaux !
Chapeaux !
Chapeaux! i!
PAILLE DE PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ

JOSF S.N MILIAN
Le coitfour artiste, I111 v'ieit av ,l' It
concurs d'ui ch p L, cI 'elir i.ii' n abloe,
M. JAIMs TESTAR, *'tlstatllwr 11ie
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon de Coiffure du Louvre
Pour tous les golits et pour touts
is boars.


A L'tLEGANCE


COHDONNERIE.

42, RiR e -s I ro I F ts.
(:11AUsSURES FN DiJ(,1T.1,UfiR l.A VENTIT
Prornpilttu'I-1 Vt tom 'diix cUimman-
des tauit wi qI1tu c I ovi11Ckt'.
Ct a I -- d..I)'Ittnet III ef l et t Ia -
vail toujoui t tmil o qui'il y a do plus
IouiVeaLuX.
Fou nies iamnt'-ticame e! I t Al4dlepou,
Mlessieu ; t d14,tns tet s c ommodes.
P1ouri les erifartsl ie plti-, l'ake.
Travail solide execut6 avec
des peau~x de prerui1re marque.
Assuirance de grand rabais.
PAtes, Cirages et Liquides

Av'is lmportetnt
U! J- oft 5S-tOLI 0Olire,-.'t VICO-nall
es tc famixlIlt! 11c e1 ait-Ct' 441 po~LI
Sdat'4sscl'all loI '.x tdu Mo tin


POUR

NOS INDUSTRIES

LA FABRIQUE
James Leffel & Co
oI)tnt les Usites competent parmila
plus iin portatites tes Etats-ULnis et qi
jouit I 'une reputation mondiale, a d'
I(e Ile coln tituer une Agence en note
pIys pour tous les articles de sa pn
cialit : MNIACHINES A VAPEUR, C0I,
IdInES, LocoMOTIVES, POMPES TUPJM
DE TOUTriS LES DIMENTIONS sBOt vendl
par elle a des conditions exception.
mentl a'antageuses et garanties &pr
mier cjoix.
(es articles sont livr6s sur le wha
dIe New-York solidement embalUia
vue d'une longue traversee.
On peut en voir des specimens irt.
sine Saint Michel ( ARCA.HAIE ) omU.
chines et chaudibres fonctionnent t.
puis pi l;ieurs annies A la satisfactil
idu propriEtaire, M' Michel Sylvain
seul Agent pour llaiti de la Fabriqu
James Leffel & Co
P' i~e d'adresser toutes demanded
lde renseignements et toutescommu-l
ldes au dit Agent.
43, Rue des Fronts Forts,
IPOuT AU-PRINCE

Le Dr Arthur Holly
A l'avantage d'annoncer au public
,lu'll se tient a la Clinique aint
Jacques a dansla rue des Miracle,
N-' 28 30, en face de l'Imprimerides
tionale.
to Ses hecares privdes sont : de 8
11 Iteures du martin, les Lundwi,1MW
diet ciendre4i.
2- Trous les aprbs-midi de 2 i .
3 Les jours de Cliniques g4adfiw
sont les matins de Mardi, Jeudi i
Sainedi 8 A 11 heures.


TANNERIE CONTINENTAL
Dr
Port-au-Prince
-
CAPACITE 500 PEAUX PAR JOUR
PREPARATION DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24) COULE1IS,
Vente des chaussures : Chvreau-glace, Verni t 00O
leurs, pour Hormes, Danes et Enfants.
( BOUTONNA, ELASTIQU ET LAC )


Cordonnerie Nouvelle En gros et en dt:il pour toute la R6publiqu


G. B, PET IA


S143,G RAND'RUE, 143
Au derniter cril PORT-AU-PRINCE
iRCAUSSURES EN TOUS GENRES
FABRICATION DE CHAUSSURES
RN DAP6'T, POUR LA VENTZ
D. FERRARI N GROSS rU DiTAIL. i
A l'honneur d'annoncer A ses nom- Ex6cution prompts des
breux clients de la Capitale et de la cornrondes, tant ici qu'en
province u'ilvient dese transfer de Province.
a Rue des Fronts-Forts, avec son mkme Formes a homes ; 616gantes et ra-
stock de chaussures, d la Grand'Rue tionnelles.
au N 153 avec l'inscription ci-dessus. Chaussures de dames( Dernire mo-
l.es clients seront toujours servis d de Paris ) et le lus commode
dans les m4mes conditions ; c'est-a- chaussures pour enfants confection-
dire avec les 5 o/o d'escompte sur la n6es avec des Peaux de toutes nuances
vente en gros ; sans oublier les m6- d'une selection et dnree irrdprocha-
mes soins et la m6me exactitude. bles, A des prix avantageux.
La Maison so charge toujours de fai- Cirages, pAtes et liquids
re prendre les mesures i domicile. Pour kcawurese do touts Waneus.


H o" BELLEVUE
Place du Champs-de-Mars
PORT-AU-PRINCW (HAITI)
Mme Hermance ALFRED, directrice
T616phone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DINERS-LUNCHS.
Installation modern et confortabl. ruesur la jwn. --T*"'pl
douce el rdgulire. Leo Tramways desservent I'Hdtel-Bellowu towu"1-
PROPRIETI SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES JARDINS
Salle de rdception. -Piano.-G+raMop"h
Sonneries Electriques
Tabl dus fours, A dsid' d A9t hrs,
Table d'H6te "' t Io., 7 g r *,r
As 7 d 8 hewre AI ,n~r


Illt rllllll I I


isco


I







fst, et ds que le jugement ,lui fut signi- s'61iveront A la some de 3.239,200; cellei
Y, ilt'opposa, par acte, A son execution, d4s imp6ts intrrieurs P. 388.80 ; cells
besant pour le fire aniantir sur larticl- des posters a P.44,ooo ; celles des tfct ,res
decodee de rocddure civil, soutenantque consulaires A P. 14,500; celles du timbre 1
scittionde ombeleur 6tait nulle, vuqu tl P.bo,ooo; cells provenant de certain do-
'vjtait mentioned 'que la demeure de marines de l'Etat P.237,8oo.
rhBisier seulemenr, quand la loi exige Ces recetteion! ,tt r6partiesde la mani&-
'il y soi mentionn6e le domicile. re suivante entire les diff6rents Ministires.
Mobeleur se laissa condamner, i son On a donnc P,t,8o8,7o8 au Minist&re des
m, par difaut, refuse de s'opposer au Finances (HaciendaJ et du Commerce.
irment pris contre lui, faisant une nou- Sur cette so n ne, P 3o,ooo seront consa-
lek citation purementt et implement. crCs au dinombrement de la population.
iBe&et, Barthe cite A nouveau se r6senta Qiant au Manist:re des Travaux Publics
th lbrr ou M' Gardkre, le defendant, (Fomento) on lui a donnc 76,800 pour
m rforte eloquence, pr6seot une fin de aire face aux dipenses necessities par la
m recevoir tendant A dire qu'il y a construction de cheminsjde fer, P.75,ooo
diose joge, que le tribunal ne pouvait pour entreprendre des travaux fd'irrigation
is connaitre.de I'affaire, que Mombeleur dans la province de Monte Cristi On a de
mnt poor devoir de s'opposer A I'exicution plus autorise la construction de routes, la
ie juoement de dfaut-- que ne I'ayant construction de phares et. les reparations
! hit temps il est for-clos. qui pourront C:re n6cessaires ainsi que
M' Dorcinville, pour le sieur Mombe- dau res travaux d'amilioration.
eu lui fit remarquer qu'il ne tenait pas 1 Chambre de Commerce
ll en opposition, se distant que le tri- L'Asseinble ginirale de la Chambre de
bmal ne manquerait pas d'accueillir l'acte Commerce est convoquee pour le mardi,le
d'opposition de M' Gardere- c'est--dire 6 Octobre prochain, A cinq heures trcs prC-
ianolerait la premiere citation, de Mom- cises del'aprks-midi au localde cette Soci-
belur; qu'il n'v a pas chose jughe en t,, No 5. rue des Fronts-Forts, ancienne
l'occurrence, que tc tribunal a pour devoir mason Rg nemond Rgnier, 1 l'etfet de
desutuer sur sa nouvelle citation que Me s'occuper des points suivants :
Gardre confondait en I'esp&ce li forme Ordrdr s s sur:
davec le fond; qu' n outre, en droit, tout Lecture d rapport annual de la
cequin'est pas dfetndu formellernent est i Lecture du rapport annuel de la
cq qui'estpas dctente fonellei enfait Chambre de Commerce A son Assemblde
pffmii, qu a'jQciii texte ne lui faisait
obligationn d'aller en opposition avant de g6nirale ( art. 12 des status )
fia Lecture du Rapport du 'rsojier ;
reater. ( a r )
M' Gardire- le mois dernier quand ( art. 2 ))
aon avons .ti appeles par votre citatio, 30 Revision des status ( art. os
nous nous sommes empress6s de venir 4 Comblement du cadre des members
ih barre ou votre absence s' rait signale.dea Chambre de Commerce
VYou tes done fort mal-venu pour de- S5 Raglement de toutes autres questions
nder sa tribunal notre irrdcevabilit. rentrant dans les attributions de l'Assem-
bldre gtnrale.
Quot i riassigner sur un jugeemnt ren- Po a r Septembre 8.
.,c'st chose impossible. Jai un trop rt--rince, 4 eemre 1
pWd respect de la justice et des homes L Prlsident de la Chambre de Commerce,
s 0oot ici pour n'avoir pas confiance D. DiLINOIS
Ishd6cision qui sera prise. Eoole des Sciences Appliquees
I tribunal ordonne le dUpot des pieces. Le registre d'inscription est ouvert au
Arrivage et D6part siege de I'Ecole, tous les jours de i1I* a
Ce martin est entrC le s/s 'Praesident midi, pour le concourse d'admission ( Ses-
at les passage rs suivants venant de : sion d'Octobre) qui aura lieu le 6 Octo-
Kigston: P. Maximilien, P. Lauture, bre prochain et jours suivants.
CTainy, Mile E. M. Wilson, P. Bouche- Port-au-Prince, le 15 -Septembre t908.
Ma, Mile Noemie Volld. LA DIRECTION
er a laissi le s,,s Constania avec lest .rthur Bonnefil
Pmlagers suivants i destination de :
Gonaives: J Shamtub, Perceval Au- ARTISTE PIANISTE
ai, Mne Th. Woel. Organiste, Chef d'orchesire, Compositeur
Cp Haitien: Mile Furcia Herraux. Renouvellement de stock pour r6para-
L'Ordre des avocat tion des pianos.
C L Ord dixs au locaTravail garanti- Prix consciencieux
_matin 1 dix hcures au local du
Trbunal civil de Port-au-Prince, le Con- Rue Tremasse (St-Joseph
ntie 'ordre a procMd6 m I' Election _de Avis Commercial
1_0 BAtonnier et des membres de son Le public et le commerce e sowat avi-


woteil. sds que Monsieur OTTO IISCHEn est char-
Ont dtc Clus : g de notre procuration.
ikrre Hudicourt Bitonnier Cap-Haitien le ler Septembre 1908.
i Lamy, Secr6taire TISCHER & C*
tth Bellegarde membre
Cit Latortue a
IA Lia taud a
sQu6 Bouchereau UhUalonls EaigUUre
S Lechaud
W. Michel
. Delatour Dernibres D6paches
Sde ,Brochure --
dC paraitre A l'Imprierie C Ma- BuriC M. L'abassadur de Fance M.
.,ne iotressante et important bro- Cambon et Ic charge d Affaires d'Espagne
I ititol& : Le Glndrad 'l X.,d e.kxl o'nt remiss des notes diplomatique$ ijenti-
-1twre ques au SccrCaire des Affaires EtrangCres
t relatives A la reconnaissance de Moulai Ha-
get dominicain pour fid come Sultan du Maroc. Le con:enu
1'ann6e 1908-1909 des notes a 6 6 t l6graphie au chancelier
it Conks National Dominicain a 6ta-'Von Bulow qui se trouve A Norderney.
ft buodgct des tecetttes et dipenses Dans le minister des Affaires Etrangtres
*atode 1908-9 A la some de P. 3, on garde one rEserve absolute.
Pour chacone des deux parties.' BauXxLL.- Les passage qui arrivent
La

Sacs videsl..


I sordres se sont products au Congo franais.
L s indigenes revoltes ont 'outenu plu
sicurs combats dans les uels ils ont cu
beccoup de morts
SAMSEKASTIs'. O.I nnonce oticielle-
ment que le roi Alphonse et la reine Vic-
toria visiteront dans peu de tmtps Ics
vi'les deManich, Dresd et Bid pest ; Icur
absence seraapproximitivement d'un mois.
NEW-YORK. Le nom dli SecrCt lire
d'E'at, M. Root est mentionnc t.ivorab'e-
ment, come candidt q'ui se' mettra en
face de la candidature de M. Hughls, Gou-
verneur actuel de New-York, dans la con
vention rCpublicaine.
La premiere session de la convention
aura lieu demain.
M. Root a prononc6 un disconrs impor-
tant dans la convention republicaine de
New-York. Dclarant que, les ambricains
ne veulent pas s'emparer de Cuba et de
Santo-Domingo, mais seulement, les aider
A maintenir leur personnalit6 et 6viter
qu'ils tombent sous la domination dune
autre puissance.
La note franco-espagnole a tic publiee
demandant des garanties solidJs au nou-
veau sultan avant de le reconnaitre.

JULIEN FLORUS
Ancien dlave de la 26c Compagnie
d ouvriers d'Artillerie ( Lorient )
Se tient A la disposition du public
pour tous travaux de FORnO, et d'A-
JUSTAGE, de R9PARATI"N de cotlre-
forts etc. etc. A de bones conditions.
Rue de la R1volution N 19
Vis d-vis de la Chambre des Dtputfs

Poudre Dentifrice
ANTISEPTIQUE
DE
A. BONHOMME, PHnR.MACIEN.
Piix A 1'Exposition communale du
1*' Mai 1907 de Port-au-Prince.
Ddp6t: Pharmacie St-Antoine
Avenue John Br uw ( Lalue ).
PORT-AU-PRINCE ( HAIrT )
Prix de la bole G. 1.50


Sacs videsl..


EntrepBt General des Grandes fabriques
DE CALCUTTA (INDE) DUNKERQUE: ( FI t.\N:) i I)DUNDEE ( ANGLMTERRE


SACS


sp6ciaux


pour


Caf6s tri6s
Caf6s ordinalres


Cacaos
Les Types Courants constamment en Stock par balles de 400 sacs,
depuis 2 centimes or j usqu'A 30 centimes or pour grandeur rdgu-
libres 65x110 centimetres et 70x110 centimetres.
Poids do 1 3]4 livrea jusqu'A 3 livres.
Saoa sur modules et sur types des acbeteurs.
Prix A forfait pour livraisons mensuelles francs port de d6barquement et, si
on le desire, Droits pays.

50.000 Sacs de 1'Inde


Viennen


it d'arriver par Balles de 3(
Prix excepticnnellement avantageux


o) Sacs.


S'adresser A JULES LAVILLE
AGENT ET DIPOSITAIRE GCNIERAL
93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT


N


BaMW u ationale d1'aiti

Conformiment aux instructions du
Secrttaire d'Etat des Finances, la Ban-
qie Nalionale d'Haiti a l'honnour
,I intorner les porteurs de Bons de
Coupon et do Bons fractionnaires do
la l)ette interieure convertie et conso-
liht,, qu'ils peuvent se presenter A
ses guicliets pour toucher une sizib-
me repartition ( 6- de dix pour cent
( 10 ,, ) sur le montant du Coupon
No 1G centre requ et sur presentation
des Bons.
Port-au-Prince, 10 Septembre 1908.

Proprietes A vendre

Une propriety sise Grand'tue, en-
tie les propri&tes : MM. Amilcar Da-
vard et Bareau Mattre, facade ouest.
i)eux attres A Anse-A-Veau, une A
Carrefour Geoiges et I'autre A barriore
(;eorges en face de M. Nelson Arnoux.
S'adresser a hi. SI.Mi:oN EUG. DuBOis.
Pis de la (;are. Avet ue Dessalines h4 9
Port-au- Prince

Avis Important

Par jugement Id l'iiibunal Civil de
Port-au-Prince en date du 4 Juillot
1908, le notable Joseph lenri Hogarth
a Mt6 comini s uour les operations de
par'age de la s ccassion de feu le Gal
.1I ani-laptiste Alfred Hadere. Comme
il v a minieurs en cause ii imported
que routes les furmalitds legales soient
remplies. En cons6quenceles person-
ties qui ont achet6 des terres au quar-
tier de Sr Antoine, A Bourdon, A La-
lue, l Posle-M:irchland et h Thor ou
qui ont liypoti cqu6 sur I'une ou 'au-
tie e cc.; prop1,rietes, sont prices de
biien voutloir comimuliiquer dans le
dt'lai de- Iuitaine au dit notaire Hogartil
leurs its ris de ,propridte ou de crdan-
Ce.
Pou t-au-Princ', 17., Septeinbre 1908
C. BENtIlT,- avocat.






touted heure piour d&s c.; v es fitatuites,
les jiercejittliirls les forcent ~ AIa ven-
to j vil i 1, i de leur rPI colte et se font
accomtiialgiel' 't ct't effet d'lion mies
d'afai re, *#-t d ds'i erS V
On corilI.ctioniil' expi ..~; p()III,' 's in-
dige-es tiin Code off Ile- aWctes I's plus
si m1'le s '- o it tran- ft iil's cii itditsl
Iis solit .t1PU1iII-'A UiII" o, magilrdcit u
turcrmetit twl(lrt' quhie in Iigres
quue 15-tcrt imres kls juges
liIs Stoiit h.t. "I II ss l~l
torres pat- des ttra~ ltwii irIs de Ii 0 6
dluro auxtjuels 1S smrut abSolutnuerit
Atrangiers.
Si CO u'k3s-;t1p1i I I lV"c 1,tO1ti) n
eo coupa re i e, c'est qu I que chose
de tr?-s approchanut.
,%I. 1j. 1. -roy -Bt aal l, c-u ii'a vraiill lnt
) t-i tot apt e tto it c-( Ipief nOus, va-
tiotievoltu det o u I- r iAt *'itI di



I)1 IFi j It lr c (: l ;(U it, la

La! Quesl ion u- Je our


I111(' UIlLiMISf


Allu-, ~ik~t~t, lus1,)ll twill, V011'.ur
Ix
II exi-It.' itle 1l,,- I,a Is Ii vetote- U
illfW 1 t II'l'. Ic It)ilo xmt 11 i! file,
LUlt pi ~tt rli II du l tite~ilti ; jt tIl., tuuj

t'111'X litu Ia ';le- tite sav-ulr
,imimvitit e' witit ;tl % ( tleveloppe et
PI o t ~~' Ijl.l- soul it1---;meulleurs




.tUI(11'I; V .t,
cet1E progressioni.
I1,t 1)i Ii "'-I' Ii it s n pi pncm cl tiet -
ip'tt c-t A\ it t 0et I le I oteui Ne-
It) 114t1" Aitr uisle tious cjirie, avec title
pa ,cit'tmice .tim-ablen. uricii biletc mare,
lie cotups Tii tuf~it 1tpiiet iut ties
Co. iicetie t, uiiMtI, .. I iet letx si z-
viltarat't. ottt rtit~i'.1-i. Lo principal effet
Ie c te, iend satis
IW litt'ucpt' k'ipacet IA questIon et tie li
\b I a ll k t a I k t le l.ut; e s 1teOt[IlI tV -
zlt ible.
-i dt, Ie Sii-a.'i a lis L a Voicon u
ei Icitg tpt ci hae j'soe., c'est pour
e oup ti p lt alt te %santer d'a .uir
aits Ihit -,Lu t 1it, pu sq UJ I S nous pet'-
doi huh tenip ;t-& tie v' liyaeetxt stki-
les dkcussieui 11qui tie priniv raienit nen
iltihtl u4 110 IU phi, ou lilulls la ude
hubuilet tIe tel ou tei des jtuteurs en
prt~e~stice. El a pal tue reviontira it lie
otroit au u ictet'i Nenims ~A uguste, ii
It')'L a a lill lou te I'dtes'- Us.
Mais je u1"au aucuii guCit pour ces
passes de la gianle 6 moquence, dans
tesouelles 1ly i plu s ie brici, plus d'e-
I46ance de fornie, que de fond solide
ot consistant.
Au surplus, je sais que nos braves
latints se cabrent parce que nous atta-
quons lieurs prkjug,6s mi~mes. Or les
pr~jugds, vo~ez-vous, 1't~tra human 'u'y
neitonce pas uia gaieW to de 1ur, et sans
6piouver coinme unot torsion doulou-
reuse. 11 y a dui dochiremeiit, de t'ur-
rachement m~me dans ces renoncia-
tionis-l& etc c'est ti-otp exiger d'un horn-


petit lot des incurable, et ce serait fo-
lie di vouloir rmoldiier leur menta-
litd.
Ils ei .onlt encore A. croire, et ils
claironnent ;i tous les vents que c'esl
I'elite scule qui compete dans une so-
cietl, et que consciqueniment, nous
n'avon- nulle chantice d'etre connus et
appr6ci';s, si ce I'e.-t par nos 'poetes,
n s littjrateurs, nos p6niseurs. Abstrac-
tion faite de ces facteurs IA, la valeur
dlu people haitien e,,t touted negative et
profonldment nulle. C'est du moins ce
qui resort ( e leurs ddelarnations.
Or, comrme les potes, les litt6ra-
teurs, les penseurs, c'est eux, done...
vous saisissez bien la consequence ?
Cette renversaite conception base
sur la prtemiinence absolute de l'dlite
intellectuelle d'uii cOte, et la non-va-
leur des atti'e. forces social es dte l'au-
tie, est p6eemptoirement aftirinde par
le Docteur Aiguste l.ans sa a Question
du Jour s, ce iie j'essaie ,de fire
ressor ir.
.Mais pour mor'rer combien uos
gra, ds latins font corps et leur pensde
est ulne, je ne resiste pas au plaisir del
cilt' quiclq<,ues Ipas-ages d'unri lettre
dlont in'bonoia M1 tGeorges Sylvaine en
Mai 'leinier, pa-sages qu'il a tectuel-
lement irepio tuits dans son recent dis--
couMs pi ononce a Ila derniire reunion
semestriielle ti e I'Alliance fraintaise.
Ecoutez M* Georges Sylvain.
c II plilt en ce moment A t(iiel-
* ques lIatiens, danis le tr's louables
t intentions saris doute, dte rabaisser


et de dtl ,ainer ce que
tient les generations
nous a lgiie de meilleur
te culture ittellectuellI.
rcz l'ironie des fails A
nos recentes agitations
une clameur universelle


1'etlort pa-
successives
:notre hau-
Mais admi-
la suite de
politiques,
s'est levee


centre le peule hailien, de tous
les points lu monde civilise. Person-
ie d'entri' nous n'a 6td telpargnw. L.a
mnme r6r ubation s'est etendue a nos
temmes et a nos enfants. Et a propose
,le nous, I., race noire tout entire a
ete, une fois de plus, accusee de
ba bar it in.d'lt'bile et d'incurable
inferiority. Or, voici que le la France
et des pays le langue franqaise, un
autre son de cloche nons active. Des
voix autouise.e.- un Paul Bourget,
un Augustin Filon. un Jwan Gilkin,
oroclament a 1'envi que dans cette
It titi tant decribe on trouve ce qui,
par tout le nonde, est consider conm-
me uwn sigi~e die iaute civilization,
des liomines solideinent instruits,
dies intelligence supdrieures, com-
uandlant I'admiration et le respect.
Et qu'et-ce qui:leur en fournit I'at-
testation eclatante ? L'mUeuvie d'un
poutte laitien, exalted par eux a I'6gal
des meilleurs, jug4 digne de prendre
rang parmi ceux don't I'Europe s'ho-
nore. Grace aux vers d'Etzer Vilaire,
un retirement en notre faveur se pro-
duit dans les esprits. Noscommergants,
nos industries, nos homes d'affai-
res, ont chance ddsormais de voir
soulever le couvercle de plomb sous
lequel s'6tait abimd le credit haitien.
c \ous qui collectionnez des faits
sociaux. que dites-vous de celui-la !
Tanlis tes se demandent : A quoi nous
sert-il d'avoir des poites '? de 1'6-
tran er on rApond :- a C'est par vo-
tre elite intellectuelle, par vos poetes,
vos littdrateurs, vos savants, vos hom-
mes de pensee que vous restez appa-
rentl6 la civilisation. *
FLEURY FAQUltRE


il s'ouvent voir ce qui se fait l-bas, t
measure de nous reposer d2ns une comply
9A lU U l nUUUU te satisfaction av.nt de dire au docteur:
Vous avez droit d'y attached gloie.
ment vote nor, come vou r ica ei
Ceax qui ne sont plus, qui se reposent mentotre nom, comnle vous Iavesbi
A la profondeur immense de la terre ou se sp r h
rtcilent de grands mystires que ne connat- Notrae procaain article sint coMrieur
tront jamais les vivants ; qui furent des contract, u rgablements itru
puissants : possesseur d'csclaves, homme vent rgr I'tablissement et am l.
pridestini entire les mains de qui devaient ions d ad mission pour les fAmilles qui
&choir les renes du pouvoir, s ils ont la rnt as er des parents que leso
faculty de revoir les choses de ce monde, frappes et qu'elles auraient voulu intlr.
ils serone peut-etre heureux de voir s'Cle-
ver sur des domaines qui furent leurs, unl l
edifice humanitaire destine aux pauvres
etres auxquels les deceptions, les tares an-
cestrales et les dCboires de routes sorts --
de la vie ont enleve la raison. R ENSEIGNEMENT8
C'est sur les vastes domaines de Vol- MirTIOROLOGIQng
land, colon franais, denomm6s plus tard --
Thor,'des la prise de possession par Ale- e at i
xandre Pktion, partag6s et vendus, scion rva ir
les besoins pressants d'argent du marquis DU
de Cregny, 6poux de Claire Faubert,que se SEMINAIRE COLLEGE S-MAITIUAL
construct en ce moment i'asile d'ali6ns -
que Port-au-Prince devra A l'dnergie, A la MERCREDI I SEPTEMBRE
ttnacit6 du senateur Baussan. B.romtre A midi,
Personne n'oubliera cette seance du S6- minimum ll.
nat ou sa voix s 'leva persuasive route Tempdrature maximum 34
d'humanite en faveur de ceux qu'aucune I
assistance nest jamais allee rccueillir sur moyane di;couvern
les voies publiquts ot its trainent leur fo- Ciel nu.geux le mali" ; converl'apu
is pq midi. Orage A 4 h. du sor, et pluie jusq
lie, leurs miseres, leurs gestes ddraisonnis. e.Or h. t pluie jh.l
Combien de malheureux eussent ett a er s 8 h. '
raches a un mal atfligeant, si, i peine at- Le b rome est stationniire.
teints legirement de deviation crbrale, n peu dgitaion sismique d
ils recevaient les secours de la science ourn e.
medical et I'appui moral et materiel des R BALTENWECK
grands pouvoirs de I'Etat. Chronique des Tribanaux
N'est-ce pas A cela qu'ont pens6 le sC- TRIBUNAL DE PAIX
nateur Baussan et le Gouvernement qui SECTION NORD
s'est donn6 la tache glorieuse de conduire SE N
A bonne tin cette ceuvre humanitaire con- Barthe-Momnbeleur
fie aux soins du doc'eur I. E Jeanty. Alfred Gardere que tout Port-au-Pri
L'6difice se construit justerient a l'en- connait, comme un jovial, portatili
droit oi s'elevaient les usines d'Alexan- jours sur les 16vres le sourire de la ca-
dre PItion, au bas des ruines du palais raderie et qui n'est pas moins, pouraC
renvcrs6 par le tremblement de terre de une ,nature colkrique au momentdes
1843. On y utilise les vieux murs qui, gaited laquelle, il faut le reconnath
soigneusement sond6s, accusent une soli- n'est pas toujours de tongue durCe, one b
dit6 rbelle, nous dit l'archiiecteeMaignan les crises apaisees, nous est presentfiM
qui nous recoit avec le docteur. sur un cliche avec une figure forme on
Les constructions couvrent une superti- fortement empreinte des tares Ide la pi
cie de 3 1 mitres carrCs te verole. Sa bouche un peu plec ests-
Leur facade aux fenetres, aux encadre- monte d'une moustache longue, rt0o,
ments de briques jaunes est visiblement peu fournei. Un nez de femme quef'
riante aux regards dans la verdure des fou- drent des veux clairs refletant IintellilF
gres qui 1'entourent. ce, 1'energie. Sec et nerveux, il a tounio
Deux grands batiments dont I'un pou- dans sa demarche vive, acc htree, I'air d
vant contenir A droite et A g uche qualre- chevalier antique partant pour lacroisau
t'ingt quatre lits pour les malad:s et Fautre croisade inoffensive.- Car c'est un coB
devant servir 1 1a direction, occupent le incapable de mal. Au palais dela ruedel
fond principal de I'difice en dehors de Revolution ou il tient entire de jn
l'infirmerie et des sales d'isolcment. doigts la plume de secretaire-redacter,
Le service des eaux, pour les sales verve joviale, sa mine ironique, do0W
d'hydrothdrapie, est assure par l'ancienne parfois de la gaitl A des seances trop
canalisation, un long aqueduct auquel it des.
faudra d'enornes reparations. C'est encore le meme hommeN q_ r
L'infirmerie :pour hommes et femmes rencontre aux Tribunaux de Paizx, d
sera s6parce par trois chambres d'isole- grave function de fonda de pouvoir.
ment. me disait l'autre: c'est un vieux
Une vingtaine de 'chambres priv6es res- haute &cole qui va ferrailler contre
teront i la disposition des personnel privi- Dorsinville que l'cole de droit
lgi6es qui ne seront pas au compete de encore jetC au milieu de ce mrbua
I'assistance. trop encombrC. ..
Deux pavilions situ6s a l'entrie, for M* H. Dorsinville est unoje Si
mant le. deux motifs 'principaux de l'ddi- lier en droit, A face milles low0"
fice, seront affects : Iun A Fa pharmacies, de barbes noire naissante. Sa s~t '
I'autre au cabinet de consultation. Le haut, verte d'une chevelure laineuse, a-
d'an tote iute
reserve au logement du pharmacien de donne expression d'une or'te i"
service. Ses yeux nors, le coninrmcnt.
Le docteur Jeanty est tout A sa beso- plante d'avenir qui PoU Se.
gne,il nous donne tous les details necessai- Lamartine Mombelear, don
res, nous dit ses experances futures et ses mandataire, cita Emide Barhe
projects d'agrandissement pour domain. pour s'entendre condamner I t
Vers d6cembre on aura finiat, dit-il, si les d'une chain de montre qu il_ a
fonds ne nous manquent pas. Ses raves et qu'il anrait retrouove Ctde
sont beaux I de celui-ci. Barthe refusant fij J
Mais il nous fauda attendre, caller bien dite chain, se laissa condainr-l
i1


II --~-~-