<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00430
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: September 16, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00430

Full Text

Deuxi6me Ann6e, No 439.


PORT-AU-PRINCE ( HAITI )


Meroredi, 16 Septembre 1908:


L


4


w =


J


QUOTIDIEN

Abonnements: Dumcrs: LE NUMRO 5CENIES
Ux Moa. .G. 200 bLE NUMBER 15CNfMS
PORT-AU-PRINCE TUs Mois. G. 2 50 Cl et geAM agloire, 1
Tlors Mois. a 500
DEPARTEMENTS UN Mois.. 2.20 Les abonnements partent du x* et du x$ de chaque
TRoxs Mois 6.00 REDACTION-ADMINISTRATION mois et sont payables d'avance
ITRANGER........ Tlol Mors. 8.00 45, RUE ROUX, 45. Ls manuscript insAr6s ou non ne serit pas rendus

Pour tout oe qui ooncerne 1'Adzninistration du Journal, s'adresser A Monsieur Arthur ISIDORE, 45, kne >.-ul o0 L:ce-. .
I_ I IIi I_ __~ I~ _I I .. ..


Comment la France afranciil 1'Humanite


Je ne voudrais pas quo I'on so milt
prone sur tl sens et la port6e 1d
mOO precteenit article ni que I'oii me
otupionne des tendances francopll)-
bei. Au vrai,- et c'est ce quo j'ai
usye d'ktablir dans une serie d'arti-
-s que je n'ai pas encore le loisir
fachever (1), la question du rele-
rment social p-ur la race noire se
ampliqae do :ette circonstance mal-
klereuse qu'e'l ne peut computer sur
is concourse d'aucune fraction de la
rce blanche et que son sort, autant
dans le pas-' que dans le present,
I' toujours voue A I'exploitation
Vis-a-vis de *elle-ci.
Oui, en face e de I umanitt blanche,
latine ou ang;o-saxonne, que cette hlu-
manit6 ait ett repr6sentde par des
Espagnols, des Franiais ou dei An-
glais, la racz noire n'a jamais Mt6
qu'une race de rapport. Je suis done
admis A trouver strange que des Hlai-
tlias fasssnt Li des fait- lhistoriques
al point d'insinuer que les Francais
l'Ont.rien a so reprocher de ce chef et
qu'ils soit nioins que les autres peu-
ples blancs 1 infects du prejugd de
race. ,
fest cette fausse affirmation que
I entendu rWfuter lundi et je crois
lavoir suraboudamment faith, on ce
qni concerae le pass.
Mais il paratt, A lire le Docteur N.
Lust quo e ls Francais du temps
4 otrecolonisation sont bien morts;
18le rFvolutions successive qui de-
0 ont ensanglante le sol francais
atn e la vertu de crder une race
SVelle don't la mission actuelle est
Parcourir le monde, a affranchis-
SPartout I'Humanite. II devient
ec curieux et allechant de veriflir
WS proposition du Docteur a la lu-
ike des faits contemporains et nous
lbts Voir si vraiment les Francais
1 change vis-A-vis de la race noire
particulier, et des autres races in-
6ures, en general.
Ye y moins de vingt ans,- les
Sne peuvent pas 6tre plus ac-
I) Ds.s e MATI HAITI r T L'i .'LUnNC
%;QWT5N


luels,- que la France, impatiente de
se cr'er un empire colonial en Afri-
qiue, s'est livrte an grand ce ivre de la
ft:on silivante,( d'aprs le recit imag6
lque nous on a fait l'ecrivain francais
llouire.
a Au commencement d'avril 1890.
Stgoa est price, Ahmadu baItu, et le
colony Archinard entre lu I- janvier
a Nioro, capital des Etats de ce der-
nier. Son royaume est divis4 ; uu&-
paitie est donuie a un indigene, I'au-
tre A un ancien employ des posters
au S-negal. On joue au Warwick et
1'o,1 fail et ufait les roie.
I Ap\ s h.lmadou, on s'altaque a Sa-
mnory, et I'orl entame contre Ini une
guerre d'extermination Apres la con-
quete de la rive gauche, on veut la
conquete de la rive droite du Niger.
Bissandongou, capital de Samory,
elt incendide en 1891.
a En vain, A Paris, les sous-scre-
taires d'Etat proteitent ; en vain une
commission est-elle nommne en vue
de no conserver au Soudan que les
poses avances, de reduire l'effectif
de la colonne de ravitaillement, de
placer au point de vue politique, le
commandant superieur sous les or-
dres du gouverneur. M. Etienne, dans
sos instructions, a beau recomman-
connu a la suite de Samory. M. Ja-
mais a beau affirmed qu'il n'y aura
desormais plus de guerre au Soudan ;
la-bas, dans les hautes valleys du SB-
negal et du Niger, les instructions,
les injonctions meme du d6partement
des colonies sont peu ecoutdes.
a L'dlan est donr4 d'ailleurs, et la
guerre continue de plus belle. Les ope-
rations ne sont pas m me .interrom-
pues en 1892. S tmory e:t pourchusse
et oblige de quitter sea Etats. Mais ii
se ddrobe, toujours insaisissable. II
ne quite une cont' e que pour aller
s'implanter dans une altre. Rejet6
des hautes vallees du Niger sur la
frontibre de Sierra-Leone, puis de
Sierra-Leone dans le nord de la R6-
publique de Libdria, 11 se taille uo


empire dans I'hinterland de la c6te
d'lvoire.
a C'est alors que, trouvant que les
difficulties avec lesquelles nous nous
ddbattons ne sont pas assez conside-
rables, le lieutenant de vaisseau Bloi-
teux et, apres lui, te colon A1 Bonnier
vont occuper, sans en avoir rIeu I'or-
dre, Tombouctou, elargissant ainsi
d'une maniere d6mesur6e le Lethtre
des operations et le territoire d'occu-
pation dans la vall6e du haut Niger.
a Tombcuctou lui-mnme, qui de-
vrait 6tre, aux yeux des plus exigeants
le terme de ces dtonnantes asmtures,
n'est qu'une tape et qu'un jalon dans
une march touj-urs en avant. De
cette ville et de Segou on rayonne sur
la rive droite du Niger : on occupe
Bandiagara, le Yatengi), puis le Mossi,
le Gouroundi, le Liptako; on p6nitre
au Gourma, et le commandant Deste-
nave s'installe & Sai sur le Niger
moyen, atteignant ainsi le point ex-
trme fix6 a nos possessions sur la
rive gauche du fleuve.
K On ne s'arrete pas 1a, d'ailleurs.
On descend 1.3 Niger, et, en aval de
Sai, on s'etab'it A lo, A Gomba, ;ux
rapides de B>ussa meme ; on va plu-s
loin encore, et l'on conquiert 1 B)r-
gou. Entre temps, on auait bris' la puis-
sance des I)ahomeens et fait leur roi
prisonnier.
a Les souverains indigenes sont par-
tout chassis ; nous dderdnons le naba du
Mossi, nous traquons Ahmnaou, qui
s'est rdfugi6 dans le Liptako, nous in-
tervenons d main armde dans les
royaumes du Gourma, du Gourounsi
et de Boussa ; nous faisons fir dans
la brousse le roi du Borgou.
c Au commencement de 1898, nous
nous tournons centre Babemba, le suc-
cesseur de Ti6ba, nous incendinzi sa
capital, et, lui twd, nous annexons
ses Etats. A part Samory, ce roi vaga-
bond, don't les Etats se ddplacent
sans cesse, il n exists plus en face de
nous us potentat NkGRE qui ose lever
la tdle. rout a cede a nos armes.
Tout se tait. Nous sommes complete-
ment les maltres dans la vallee du
moyen Niger. a
Je ne sais pas comment Bellegarde
a pu 6crire que le domain colonial
de la France comprend un territoire
de 9 millions de kilombtres carr6s,
alors que ces soeuk oonqultes afri


caines lui out vain, -elo)r fltwire. n ,11
immense domitaine ,e 7 IA milli,,rns
de kilomrtres (car-ts.
Quoiqu'll en soiLt certe ta(:0oi dte 'e
cr'er des colonies, iq Iv '('- .iv.tiIi t an-
c;ais qualities # d'/toa, ,i at 'S actIL ntur-*,'.. ,.
peut avoir pour la l'raInce (inelIlpie
resultat pratique, re qu ie ;As ais
peuvent lui souhaitcr ; 111s purtsell-
ter ces tueries, ces massacres, cos
exterminations comnino autant il'actes
S*ffranchissant l'Huinanit6 ,, voitl ce
qui est fait pour surpjrendre.
Mais, a tout prtendre, les lii~ires no
paraissent pas, pour certain eIsprits.
fire parties de 'lii'manitW. Aussi bien,
ecoutez I'oraison funib)ro dont Ro;iire
accompagie sn recit :
a La conquiete, (Iu rest. lit-i',
avait Wt6 chererenet acliettY, et le
plus g lnl6reux dtu satl0 / tie F ,(lic'e 'iv it
could dans ces pl ines loint ,nti
Trop faibles et trop dissrmnii.et'-, nos
colonnes furent trop sotvent im. isa-
crdtes. Le prtemnir (Ilc i inar tiiira ,la s(-
rie funhbre tft le capitine nM'-iiarl,
mort dans les environs dte( Ko rg elt
combattant centre les h)riades de Sa-
mory; A quelque teisll I d IA, av;aiPit
lieu le mnaisacre dn lieutiiaeniint Autbe
A Tomboilcton et l'lhiltat, iibe d-I la
colonne Bonunir ;t ( i d tii ; pins.
c'est le massacre e doI ti., .t c-l 'ii
de Liptako ; IP capitaini' B1raulot & "-t
assassin par les lieulei' its il SI -
mory ; a Ilo mneurt I'adlt udanit lde l;r-
ns ; et la mission (Cazernajo est A
peu pres tout entire an iantie au nord
du Bornou et du Sokoto.
c Mais, conclut I'6crivain en se
conso!ant, si douloureuses (lue fus-
sent ces pertes, lo rdsultat cherchli
n'en dtait pas moins acquis, et I'his-
loire, come on le sail, n'enregistre que
les resultats.
C'est 6gal, une voix blanche s'est
1eevee pour deplorer la mort de tant
de vies blanches disparues dans ctete
oeuvre a d'affranchi4sement P. Mais
quelle voix noire s'Wldvera jamais
pour maudire tant d'atrocits inuttiles
en un siecle de pacilique' colonisation
et pour exhaler ne serait-ce (u'un
soupir au souvenir de tant de milliers
d'Africains traques chez eux comme
des fauves et tues par les mimes ar-
mes blanches qui traquaient les leurq
it y a un si6cle, dans les defiles mon-
tagneux de Saint-Domingue ?...


1111111






Avis Important
1Afin de prot6ger notre nomn ait-
si que nos articles centre tolte
concurrence dilovable, nos avi-
sons le (ommrercc en grin',r.il qIle
dsormais les ferblairis dI mant t'-
gie de lotre eI ,ibric;olioI poflt'roil
en caract;res itlld16biles le l)l)ii
net et exact de la mantlrgue qil'ils
contiennent.
HELSTEAD & Company
JERSEY CITY. N. Y.
@-,- --.. --. d-
Francisco DESUSE
Fabricant de chaissures


La Nfarnufat u-te a touijouirs en d(Iict
un graiid stc(c(k, 1)0.11. It verite eli
gros et en detail, de chiatssures en
tous genres pour
IIOSME-S, FETIMES, ENFANTS
Lss commnia qs (1- s coinrimer Cints
de 1'intrritir iotir.;on' C tire 'cxxcut6es
dans uine serlnaine 't Ipei 1)r-.-z.t
2:3, Rule d'-s FIronts-Fotrk-, 23
PORT-AU P1?HNCK AT


A. de
A. de


Mattdis


& Co


Maison foirle on 188.

Dernliers articles re us


Docleur C. Gavcau
MEDE IN, CHIRURGIEN
ACCOUCHEUR


1 Iui i! ul. .- 1 V .ilblic ^nf ri'l,
j I': ,1 o ur.' soil
CABINET D'ELECTROTHR&PIE
128, RUE DU CENTRE, 128.
( Maison de feu Dr Duchatellier )


Les malades savent aujourd'hui qu'-
ils peuveiit tre gueris par l'Electro
tdrapie scientifiquement applique
dans la plupart des maut dont souf-
fre I'humniiite. Its ont un intdret spe-
cial A se voir guirir sans une opera-
tion chirutricale ddlabrante don't les
suites sont souvent les plus graves.
Outre le traitement des affections
spdciales de la feit : n, tIr.s maladi-s
,hronl'iqw.FS ,tntra!es ou locals, des af-
fections ydltni'o-utriatires, celles du sy.s-
tfiln n'r 'eu.rx, ,dle I' ecau, du Ne', de
la ;,Gor:*e, d/'.s Orcille., et de.s Yeur, le
I) (;:tv..: i fait le r atitemcnt A domici-
le dui Cincer (li Seit et de la Lym-
phan iit' Ch roniq uc.
(:I)NSULTATIONS ET TRAITEMENTS
nD 7 d It hIrs dl m.tin el de e2 d 4
hr., de l'aps midii

S #Mais Fi B'Ih 1 .9ES.
195 6RA.ND'KUk 195


-- D.rigde par
Parfamerie Houbigant; Ro- HODEI T
yal Houbigant ; Fouigre iRoyal ; Par- H
fum Id4al; Swon, Poudre ; etc. etc.
Coffrets de parfumerie trbs 6lgants. A -:r m mbraer la So,-ete Philan-
Parfum renomm6 As.us ; Lotion, Tri- thropiqu- s mares tfaillears de Paris
coflis. n
Lampes, Fouets et Chamois Vie,. Je reco~oir un grand cboix d'6.
pour hIuggy et buss. tottf- diagooiie, ca~:-air .JpIpca, bherio.
p ui. ci.o iote tc, ..c, lecowman-
Arjen'eri^ de luxa, iblbe,'Io l*, ,c,'viote poau ec, H-coo ma-
Moustiquaites, lBro.st4 s. Pipes, Fumens- '-t P c'.l:A-ri'e:. s.-A clieritle une
cigarettes, Cravates, Maroquinerie de iell` c t.n *:ouipes- due casimir,
routes qualities. de gi' t- de e!Ln't .i 't "e p;qu6 de
La Maison a toujours un grand as toatt .utt.
sortiment de Bijouterie, d'Arjenterie.i Spcalit6 de Costumes do no-
de Diamant, A la disposition du public cSo.- Coupe4 FraniaiFe, Anglaise et
on g6nOral et A la port de toutes A miie e 'a darnibio perfection.
les bourses. I', j-4li ro con'.ctionne aussi des Cos-
Lum .,-s nilitaires habits brod6s
Atel'ers d' Eorlogerie et de do.r.'. b tiniq[us, hAbits car-
Bijouterie : Gra ures, (:ofection r6. .. < .- to-l, !,7der.


sur command.
Achat de vicil or el vied a'leat,-
diamant et pierres precieu es a dets pri..
moderds.
ACHAT D'ECAILLES DE CARET
Prix exceptionnel

Au dernier cri!
FABRICATION DE CHAUSSURES
D. FERRARI
A rhonneur d'annoncer B ses nom-
brux clients de la Capitale et de la
pro since q'ilvient dese transferer de
IIR d FueZ onts-Forts, avec son m6me
stock de chaussures, 4 la Grand'Rue
au N 153 avec l'inscription ci-dessus.
Lea clients seront toujours servis
dans les memes conditions ; c'est-k-
dire avec les 5 o/o d'escompte sur la
vented en gros ; sans oublier les me-
men soins et la m6me exactitude.
La Maison so charge toujours de fai-
re priedre lee mesres a domicile.


(Ar4oi nerie Nouvelle


G. L. PETOIA
143, GRAND'RUE, 143
PORT-AU-PRINCE
CHAUSSURKS 9N TOUS GoNR S
31 D*P6T, POUR LA VUNTE
EN eROS Br D* AL.1
Ex6oution prom pt doe
commzandeo, tant eif qu'en
Province.
Formes & hommes ; 61egantes et ra-
tionnelles.
Chaussures de dames ( Dernihre mo-
sl de Paris ) et le plus commode :
chaussures pour enfants confection-
nees avec des Peaux de routes nuances
d'une selection et duree is r6pvocha.
bles, A des prix avantageux.
Oirages, pAtes et liquids
Pew ehMsuMe s de iofeto um- .


Cbapeanx 6
Chapeaux I I
Caapeau I !
PAILLE DE POITo-2rO
A(.rOU(^:X 01Hr:7

JOSI S N '1I lAN
L, coiTffur artis'e, :; ,' -i: -t :-vec le
con.-our,' dun ,ih ip' e!i r reo-.nAt''iable,
M. JAIMw TESTAR, d'insta!itr :ne
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon de Coif ,re du Lourv4
Poor toua s ie .)s s nt pour touted
I atbo-:r s.


A LtLtGANCE
CORDONNERIE.
3M. S PE;
42, Rue des Fronts-Forts.
CHAUSSURES EN DPP6T,POUR LA VENTB
Promptitude et soin aux comman-
ues tant ici qu'en province.
Cihaussures tie Dame forme et tra-
vail toujours tout ce qu'il y a de plus
nouveaux.
Formes ambricaine et fr'rnCaise pour
Messieurs ; 6l1gantes et commodes.
Pour les enfants le plus l'aise.
Travail solide execut6 avec
des peaux de premi6romarque.
Assurance de grand rabais.
PAtes, Cirages et Liquides

Avis Important
U, professeur offre ses sei vices aux
peres defamille, ne serait-ce que pour
les vacanccs.
S'adresser au bureaux du Malin.


-rl 1 ill"


TANNERIE CONTINENTILE
DR
Port-au-Prince
CAt ACITI 500 PEAUX PAR JOUR
PREPARATION DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24)COULIUS
Vente des Chaussures : Chvreau-glac6, Verni t ld
leurs, pour Hommes, Dames et Enfants.
( BoutroNNA, ELASTIQUE wr L ) la
En gros et en d l&il pour toute la R6pub


HJE--T- BELLEVUEd.
Plaw du Champs-de-M s
PORT-A.U-PRINCZ( (HAITI)
Mme Hermanee ALFRED, directrlCi
T616phone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILLS
DINRS&--LUNCHS.
Installation %oders# st confortaeC. TVWaIr & a.u-r. -
doce et rgulibre. Les Tramw.ays desservmt I'HM~l-Beal
PROPRIETI SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DIEU RUX '
PROM]INADES JARDINS
SUa de r4ep ion.-Piass.--&rwIsephow.
Ronva-ries fleotriques
Table d'6te Js 7r 8owr si. "0 wr


NOS INDUSTRIU

LA FABRIQUZ
James Leffel & .,
Dont leg Usines complent
plus importantes des Etala-U
jouit (l'une reputation mondiatS
d(1 de constituer une Agneo
pays pour tous leo articles do1s
cialit : MACHINES A V
DIIRES, LOCOMOTIVES, POMP.
DE TOUTES L ES DIMnTIOws
par ele a des conditions
ment avantageus t stg
wier coix. .
Ces articles sont livr6s sur b
de New-York solidement
vue d'une longue traverse.
On peut en voir des spcimd ra i
sine Saint Mich.l ( ARCAnAI ) 4
chines et chaudibres fonctioouM.
puis plu3ieurs anndes a la satl
du propri6taire, M' Michel
seul Agent pour Halti de la
James Leffel & Co
Priere d'adresser toutes d--u
de renseignements et touted COM-
des au dit Agent.
4., Rue des Fronts Forts,
PoRT-AU-PRWaU

Le Dr Arthur H
A l'avantage d'annoncer "
qu'll se tient A la a Clinique
Jacques dansla rue deo
No* 28/30, en face de 'Im
tionale.
1o Ses heures privdes oat:
11 heures du matin, les LImd,
di et vendredi.
2o Tous les apres-midi doe t
3 Les jours de Cliniques
sont les matins de Mardi,
Sarnedi,8 a 11 heures.







goent 0 yourd-s par semaine, ce qui publique ne se ferait pas dehors sinon dans
uivaut I P. 1.42 or au course actuel du .i Carthdrale et que le nonce du pipe
u aemionnerait la benediction papale du 'b l-
Lce chroe' !c tcintuiies composes :on ltous ceux qui ne pourraient ren-.rer
viencnt dS t.u'-Unis Les nombreust, dans I'6glise.
ite atarc'riLs e sI rvent d ie cocedu Un tdlegrammc du pipe exprimn.nt sa
a i.r t: u iv<, qui pos~cde dit- satisfaction pour 1 in luguration u cougrcs
O es n i" urt s qallits requiscs pour cE se ftlicitant po ir. l liberty de culte qni
C:, u+, ) n put S' procurer cettc existe en An!geterre a &tC lu et approuv6
<0ore ct n i" :i' fttiiianl, ce qui inet avec grand nthousiasme.
dins Ila nf,~itL i nprrtc-r des Itats-Unis WAS.HINGlco 14. M. Orville Wright
de 'ec.rcc .c co ti:ue auilourd'hui ses experiences au
A;usc !i -' t.t 1onmbre dlont on peut tor, iyer bittant un nouveau record. II
disposer, le prix Jcs ,uirs verts est presiue eit rest dans l'air pendant r heure 14 mi-
lekmme qu' ux i1:.it.-Unis. Les peauex de nutes A une hauteur de 250 pieJs,
chtvr,, de vc i It de mnaton sont en SAINT-PPTERSBOULRG 14.- Le ciolera a
abundance et i b1 prix. pris dans cette ville, les memes propor-
0Nouvau C.ibinet Dorainiciin lions que I'dpidmniie de 189r. Hier 1o9
Nouv.au D m 1hc nouveaux cas sont rentres A l'h6pital. II y
V o ici I ts n .. .- :i ,. .u (-.. a e u 2 d
De: du P-Kc IM cm :ne on la 23 d "*
ecu raBi IN i4.-- Le Commandant Gross, i
pubhi u iau P board i'-, -n diricg able, a vold pendant 13
M in *:r > dI I .1 1 i c, ,,
nr ,, I I i ,itr' heurLs i,:. d tiivt ba'tant ainsi A peu de
AL :' -. \ l t < ;L. ditt: l cc rs Ic cordd etabli par le corn
des C ., tc /. pcii.
BAli.' N-a 1, I M Frank V. Bennet char-
C N: ; ; ." I tel ,, Arlington de W\ ashing-
Mr ". ( i- tot cit qui I M,,issa;l dte bonne reputation
Mastr c Iu.. i .., s 'eI suec:J"', A de Acl Gotham ,. Peu de
IS I temples aips. son ami intimn, M. George
que- M (; in rivain s, e: suicide i
", ... n (.'.t ", ;.in H ouse.t

C m E *i. R goillllegl ]l
des +rn 'i Revuecnmmerirale
desC,0mm n a cu: i,.H .: m
Chambrt .ie C.111, IR,,',c r


Commrcrzc c,:
6 Iobrte n-C..
6ses de ,,,p '. prc -- -:. '
00 5, rue
fiion R nerr.
iocuper dc~s p.!.


e )' I t liA c-

l,,, iFrts, anciilIln2
AL ~ 111Lr, A li rc:-tde
t> '"


P Lecture d. :' t a:nnucl de la
Chambre dc (:r, .c .,n Aseni bl'er


onal'i ( a: :
2' Lecture u I

3Re ion a
4 Com~'cn:.

ran -:

Prt LP:;


I pot Jl l 'I

'-ts (artI. 20

oI -1. e
A:I ', cl cten-


o t om mti.s c i
1). D1.1-NO S


louvenes Etrangeres

Dlernires D6p6ches

ONE 14. ( ic \io'ente tempte
dc hansur e: Suie. line ving-
d'embarca'ion dc cliee ont fait nau-
250 hommcs ont pdri.
UAN (Por o Ri:o ) 14. La cham-
repr6sentants a adopt l'achat des
bl~glise. Le papic a envoy un t6-
me acceptant lIs conditions de ven-

'Jus'Y-- Oin si.ii A la poste une
tit.fernale d: Itc au gouvcrneur

'Vrites avaicntl o;,tidcnce de ce
ms enaces avaicnt &6 f.iites au
'"ur 1 cause d la persecution ac-
tles joueurs dAns les vil!es d'eau
1 4 L'archev:Q ue de West-
ndantc an congress cucaristique
at iY dtc mind dul premier
ilnvit dicid6 que la procession


D E LA


Maison Haag Frnres
DU HAVE
iS ,4o' 4: i,3S
C4FE.- Lie march speculatifreste dans
les tnIlits conditions. Les grosses recettes
s'opposent toute amnlloration, et cc
n' s: que par moments, quand la baisse A
t:t excessive, que les prix reactionnent, ou
quand on parole de quelque measure nou-
vclle iue le gouvernement de Sao Paulo
se.i.a sur le point de prendre, pour sauve-
.ir C- l.a p iIncip.ale production de l'etat.
Nous aomn cu aiiil, pendant cette der-
nicrc quinuaiin, une repri-ee de 5o A 75
centimes, lorsqu,. ion a apprise que le gou-
verne'iinit ava i'intiention de contractor
un emprunit de i5 millions de fr., afin de
console der l'opcration de la valorisation.
On pi'c e gilernent au gouvernement
I intention de li;niter les quantitis de ca-
fe A exporter de Sant.s, pendant les pro-
chaints annees, et aussi celle d'elever les
droits bur la taxes de sortic.
Ma.lheurcusement, ,cs mouvemeots ne
sont pas de durte, et chaque fois que le
decouvert se rachtc, la hausse la mieux
comniencee disparait, coinme par enchan-
tement, dtvant l'indolence complete de la
speculation et de la eonsoinmation.
Nous cotoi s aujourd liui:
Septembre fr. 40, Decembre fr. 38 75,
Mars fr. 38. 50, Mai 38 50.
Disponible : La consommation est aus-
si indolente que la speculation. Seuls, cet-
te fois encore. les brdleurs de Paris ont
faith quelques achats tres considerable.
Nous pouvons ajouter aujourd hui que
c'est la probability d'une entente douanic-
re entire Haiti et l'Allemagne qui a pous-
s6 les Parisiens et que les achats en cafe
IIaiii, qui out encore eu lieu pour lcur
comptc, sont bien de 1o a 12.0 o sacs,
portant ainsi A environ 20,000 sacs le to-
tal des transactions en tries, de fr. 52 a
56. Ce sont 11 les besoins de leur consom-
mation jusqu'au printemps prochain.
On n'a tait que tres peu de ventes en
cafes de quality plus fine, et consequem-
ment A des prior plus l6ev6s. En dehors des


I

I


d
a




s'
pi
Ct


chats signals plus haut, les transactions treints. Le fait est que les acheteurs ici
ou:r et6 limites ~ des lots de 25i A o sacs. demandent l'inpossible. Ils veulent acheter
Les cafes Haiti, auire que les tries, A un prix inferieur aux frais.
:int pas pr6sente beaucoup d'intCrt, les CAcAO.- On le cote sans changement,
buSileurs n'en voulant pas. Le caif tri-'e ,nas la tendance en semble un peu meil-
est trs diffcilecment vendable. n a ben ileue. On compete absolument sur les pro-
traits i tr. 27 et nous croyons qu'on trou- mitl ns d6bouches de cet article en Allema-
vcrait encore acheteur ce prim. mais fI. ge C'est cela qui donne de l'espoir aux
u0/32 etant le revient de la plus grande dd:cniteurs et du soutien aux prix.
parties dcs lots en vente, il ,ne faut p.1s C:IR. FTendance ferme. Importa-
pcnser pour le moment A ces ,litfres. U0, 1. 12, liiti secs et salks ses ; 200
On nc parle que tres rarcmcri de cat ^
On ne parle que ztrs raremcnt de cat6 G( ma,,vcs secs ct salks sees ; 166 Cayes secs.
l la i con'r is e lannr e1
Ii:i contract N" 2. D,:puis que l'anne -DDbouches o30 Haiti sees et sales secs,
derniere, on a cru aider le march en tai- Gonaves sees et sal
sant passer, come aliment cc contract, sees A fr. 75.- Stock : 166 Cayes secs,
des cafes d'une quality d6fectueuse, les 29 Haiti sees et sal6s sees, 69 Sanches
transactions sont revenues nulles; faute se2es
d'acheteurs. En outre, l'ensemble de la si- S.-- Caie.- Fr.
M)a-.i -- \l\ine.- i i .
tuation de I'article parole contre les atfaires RF. Soutenue.- Fr. t69.
en contracts, notamment le manque de re- (, G:AlN ,L.O'iON.- Fr. 14, 17,
nnrt N.mi ( nnntnne. n '.' or'.'
o t i.U JJ~UA ~jhy~ ~ AL LJ


yprt. i-ous nl
jours, et nous
que les affairs
tisfaisantes que
dans le march
bilitc pour les
i cette proven
celui-ci prouve


pouvons qu y revenir tou-
ne repCterons jamais trop
en Haiti ne dcviendront sa-
lorsque ic report renaitr.i
de terme. Outre la possi-
arbitragistes de s'intersser
nce, quand il y a report,
la confiance que l'on a


dans l'article, puisqu'a!ors les prix d'une
merchandise sont d'autant plus elev1 s que
le term de sa reception est plus eloign6
Le deport a just la signiticaiion con-
traire,
Les cot s pour les Haiti n'ont pas chan-
g6 depuis la derniere fois. On a trait6
avec des fractions de moins, co:nme fina'e-
mcnt avec r14 et parfois I 2 de mieux
pour routes les provenances.
CoroN.- L'article est toujours trcs pe u
nteressant. De temps a autre parvient un
petit ordrc, et i' en rdsulte une vente dans
les conditions pas trop mauvaises, mais
gintralement rien n'est vendable. Les va-
curs se content entire fr. 58 et 62, elles
)rofitent de cc que les marches de New-
rork et Liverpool sont en etat chronique
te a corner sur les mois rapprochds et
bsorbent le coton a:nmricain A peu press
ivrable. La filature rtcherche quelquefois
a sorte haiticnne en replacement.
Les nouvelles de la rdco!te amCricamne
ont toujours brillantes
CAMPtCHE. Cet article est taible. On
rCtend que la vente des extraits diminue
ncore et que les besoins de la fabrication
ont conscquemment de plus en plus res-


JULIEN FLORUS
ris a-uils de lI Chambre des Ddputle
So tie ;i IA Ltdisposit ion du public
pm 11 tous travaux de FOR6E. et d'A-
JU-T.%(,lE. (C I(1-I0 AIATIu N de collre-
f~i tet eetc. -A (e hhimiiu, conditIoii1.
htue de la HWvolutiun N -1

Avis Importaiit


St-atiz-linceen dale du 4 Juillet
1!v),s, It notaire .Isoph H lenr'i Hogai'th
a Mt65 comlis pIour e)11 I. es )jt'rattim11iS de
Ip.'o de I S icca s -sloh de feu to Gal
.1"'laii- 8hpI jseAle.Ifred Ihidtee. Commne
1 N. 11ID~fie) i ue'i e cauie ii implrut
itm, toutes les irmma~it(s 16gales soient
renmpiies. Eu con..s qfluoce Ics person-
ties- qui (irlt achet% des terres au (luar-
tihi' (le r r .\dItomie, A 8I1'mirdun A. A La-
uII,,, A l I' rciIatIdI et A 1161 ou
(jIl ()ft It v ,pothlit l. o Stir 'u ie ou I'au-
If (. (l e ((-; II ujiit -. nt prfies (1e

Ce.e


c, 13Septemnbre IIMVW
I N( )1 I, cavocat.


Sacs videsl..


Entrepot General des Grandes fabriques
DE CALCLTTTA (INDE) DI)NKERQIIE ( i;D.D.:) r I UNI EE( ( ANGi."rsIk


SACS sp6ciaux pour


Caf6s tri6s
Cafes ordinaires


Cacaos
Les Types Courants constamment en Stock par ballet de 400 sacs,
depuis 2 ) centinmes or jusqu'a 30 centimes or pour grandeur regu-
liires 65x110 centimetres et 70x110 ceintlim ites.
Poids de 1 3]4 livres jusqu'd 3 livres.
Sacs sur modules et sur types des acbeteurs.
Prix A forfait pour livraisons mernsuelles francs port de d6barquement et, ei
on le desire, Droits pays.


50.000 Sacs de 1'Inde

Viennent d'arriver par Balles de 300 Sacs.
Prix excepticnnellement avantageux

S'adresser a JULES LAVILLE
AGENT ET DUPOSITAIRE GINtRAL
93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT


Sacs vides!..









M%4k i 't quoi b-i pater l;eris le d6- de r' Iyziiwe, selon 'liieuretise expres- vis-a-vire des pays anglo-saxon. Plus
s-nit ? Apladt-- doi (I*- phi4 o-i ptA lus~, vil i 1Ile lonsisetir Inllill, r'st bien noucieux de Ia reputation de la France
troti P0.ttII i; i jo vati t I s rouit fi l dailitsd Hait i 41;11i rwaviert au Iu'auc in Franliis authentique, ceux
dtls n o i' C stnir tII(jo rtot'. s~att' iin- ro :ui e, la it-il. NI .1i jursuiions. I 'Ha.iti ne toltreuit pas ces vdritCs qui
tquidt (I., tv I 4.#. ;,)ni t i'egieh -N1. G. Well ( i,, fes-.4etir ti'listoi- cependant tie sont choquantes pour au-
l IA ci ,11"i 1 11I-- it d "I ci re~a u Ly~e GArnoa) cc p4 i'oCor'I cune4 oreilles frarifaises. II n'impIorte I
lti -t 1 dfltill. 17-t-11 tI(j aveo %11. (I-lel ; ( --ir la por-Ie morale rOuS les articulerons autant qu'il en
!Iti '1111f.a" tS'l )I ra/-irchte 1) 1 lletl (r Ile 'I Ineigtiemeti de tliistoil-e ) iliseali besoin pour ia campagne saine et
( Ilt'-Ilelo, 41 1.,.*-, t:'I hi Ill -St- a vetit S'UIleient *'ju ter Une renar- ,ddisintereeii, qii- notus menons, lbien
esri? ilIe do' I a Vr ariN.c"si ('11i dute qui a sorti i c-iontanice. (rest que, fovuinCUi- d'ailleur-s tie ces vdrit~s
le Di N. u peut;ie peuveuit pas tre illjurieuse4 pour la
'ihistmi q ue, !grniwe nation fran n corning !tiu 0 on es-
b it, "'I '' du A ii tut placer an ore nior ran!g le goipl saie de le faire accraije, jo ne silis d Ins
iit'r b(.11'1 I0,.1 -4; Ii (14)lu Ita el stic daAims .us de'owc lluel inltjrt.
e faie 4iyner b's I, t r rs praiqtues, FLEURY FQUIkIxE
e't ielitIII-iti 1 d-xt tir' a le ;.cburc, le cornZnerc ', en )(arli'u
I~joavre (1ailrariiissitileiit. aihr, pour Iesqwu's trop sout'w'nt nos
('es! co'qiie nts altloit csv i el'ves owat eu certain di'dainz, ['tijitol
ahFe, (111110t1, hOt ltiant ties exeinaltles
akpilt- comrnme ccliii tdes I'loreiitins!
I A01it Hollamdait' ;( attention, ccNIt,!--
La Qeslio a. Jor ; asENSEIGNEMENTS
L3111J* ti .;ir I oteu)s toL W i1- f riw, Iet1 q

(IC dailtur ola IitU Hle i'a lp:ss
011 Conti -it it,\z I tX, i i-a*~ rist ~eee~ptpeats ,DU
GMARDI 15 SF.eEMBRE
fleilor fil- ()Ullit1,2 noyn d rombalcltre' SENINA IRE; COLLEGE S.-MARTIAL
II !II~~ i :I;~! I:I~..i':': 1cc 1,i,-h e ase lefidalit'll ddli,~ ~ e relever:
I~es111 -1! ttilii!" 11- 1A 40 Isi It zeei itMARDI 1 S EP' T EMBRE
VO-11t -11t1', 11.1 t I: Ct.t I 4v il nio n Itle (lelA i nemnhes (1' Barornm tre a midi 761, 2-1:-
doilnintl I'll I vol.Wk L i I ti i;t- triatini a: -,,ili-e ssoitii avec ni. 0m 23
PI -I I) ill li'IteVidt_'111'' 4'tiit'tell Votre fi.- Temp~rature mairnmur 34.
Et ~ I- !. ill 4 *.uix 1, *Iu i.m I. '.1l e10 til est siteito .1 'ct;itjot Priori- Imojeblnn e diurn 28. 5
hit, I .iI Off, 11 11211 .10'tetausse.Elio wtsqpprenil iue Clel clair le Irnatin. nuageux I'aprt~s-inidi.
1:1 1' .01 11 t1e H to Vtcultive,, dot to ii-le).zos- Orage au sud A 2 h did soir ; au N E
lilt loI IIi~e. t IIeI )est- Us '/14!de~iandewt /e 11liii' tive, p our se A7
IIItAIt I I A 'I'i~t e' l l I .w I It1- /'0 en masse ve'rs r e :,,ci,es ou i1 Le barornetre continue sa hausse.
~~.Z4Ii' ~ ~ p 411 )I II~''t-ii11, f l I &tenafaut point. Elle, ,at.hiblssetit que RBLEWC
~1;.1'1' 111~1 -- l! lueK BALTENWECK
veil, lotounr 04 oilIII t' IS T, It. I'awi vlO ture et Iccominlelrce -Aont iletais-
vei cr les neII'li N ) hl 01lo. 1 11111- 0 ,Is' 41itios e IC mott jisto : m rists, Et Ch-onique des Trib mnaux
S illi, ,:It 1 Io! 1.\l r W et i chez qti I amouI--Iropre TRIBUNAL DE PAIX
.lt i-t ero. i.. 0jIo ltori'exctut pas le clilte 4j4r ii *v tiiL, plo- NORD
'11 IitIa,a- poseta l~a IFranice ict se ml) leler sur le
tt peuple ollandaisquo dans voilli su- Riboul-Zin~us
lJuOKze1`0 de I liliiatinil, eu'.il1u1A u O!Ic't, perhe, vousL appelez un a rat de rn:;ire- Les audiences des Triblnaux de Paix
i tt les 1. ) t! i )octlcar, j, Ii4al dr- A vxqueiles nous c:)nsacrons que qtnes h.-u-
1 -,' it-t, .aIj 1)Oil iierenn piat a l'uor tc ', Vilt IllI res de notre Ib-ur q'iotidien nous don-
ties in itthat At' PlittC et de v-,I Ioties a tout, rnt' me -.Ikitvanj nent, A ne p as en outer, une idde r6lie,
elloIa o ch it a~- I os mit- ti6I atitle. 4 0(-s hortw e, slit s 1 1ie vraie, dui egr de notre mentallit6. Ces
l (:1-;.1 1 4 01 k SJI e I a I td 0 ulatetIl)tI d ~oiist~ator tile "ous( dire scenes typiques, ces dramcs du rirt qui se
Ct t'l 11611t:, it eiliit teat- Ve)'IS les tt'-lai-s-7trop leste- jouent tous les *ours la-bxz, nous Iaiiscnt
ttt In ietiet', av.'c t)410Car pUis- parfois des d~ceptiuns ou des co!&res, en
It's tatles ritginIaeII4"-lie stitpointlOIIt I Ails- pi' %- V)it- vez ha pie'teti ion 4 tl'c1represence de tant d'audacc-, ou I'on sent
u iOeu ul.11ii itle'(pwpe[Zonflte pour elltot- un certain abaissement des caract~res et oia
.\j e-'~ I inia. ftan b ('ti igistI ait e vos cot~~ tempo- Ia conscience se noie dans un dlot de men-
tal ti, rant, initie vousI t aas d' songes et d'extrame iniquit6.
It(:Lal j it ttii0i 'I' 10 II~f!-.It' ait I lOt1 1111rikt'l e luti1 43'Ile Ihollatide fier est revenue A la barre du Tribunal d
doi 1iiiiijitt' ell htitl', *)I'( OctI .edIt Ptt dI' h5 h eaiui litir dle loire lu rat oii elle a cu dtjj Ihontieur d'une longue
j-Jil a I t. \i i teIL', j)Ui ce" te i tat pti V'a- 'audience l'affaire des sieurs Pc~tion Riboul
(11i*ltfle e.-A, II Fa V it.-IkC w t S-1 ft ittj t. ~ lt ttI~~ he tranflst'tino~r a If rce e it. It- et Th~g~ne Cin~us.
(i.' t- 1i'twiAt lolll uca'iVti to I I't 11e)ts conist;arits et peirstverantQ, Elle rest encore non video: pace que c
v'etil bici heI iii':iect Ot-t eiiil no 1 etie[ftte te pays ilio tojis vo. a 016 -'4la viriti n'est pis encore rite ci que les
coitnalt pits. Vpti tu ulltarope )' Vit olo'ig i de res- 'juges ne se croienr pas assez 6dlires. II
N lt tU i ur t11011;k%, profe -sto or aIII- jwte'CI 01 t It e sti file[-. Pour till gi a t1 es- aut bien que l'on sache, A A .1 tinl, si Ri-
philasotjih iau Hochtt-'( Vet;.t e i) ,1itvous arrive' siotivet X'mvoir de boul avait r~ellement vendu ou louC le v
-4 h1ilta. use [a~ tiI t ilh'it'iit (11Ii tjCes ftiblibessei (jui onett~tiit "rairrent ; 'clieval I Cin~us. lueaecprv ne
a llitiia ', 11:11s at i V011.-; C;Itivt'z I a Ihitai ;tiill IegI6 Me Prt'elus qui lutte avec persiPrraneui
41 t'estiittde-, lI'S 'Ali~ttsI.'L- liilt 's!Cii "-I ai i L inpour oluicotijlue serait pour se faire une place dans ce pr~toire ou
(i o 'ltI ,' n eitt Ie ctt'a iro s p'arole. Ia plis l'on se livre A l'itude de l'lIoquence et A h
4 iletiIt qui tii caai\Wit L.! tail L(I II Ibelt Icoel lutte du je;iplte Itullau Lhis te I la fabrication des longues ptriodes sonores, n
a tiasse va bioni, I t- ie'tc %- Anit ti'ouve pas gr1A' e lv,lint vou- et s'6poumonera pour fire entendre au Tri-
a si Tlie v'nit-,i) tou1s Iaspeoste- (voals 1' vous lui faites utie honte dc ce qui bunal que son client, M. Thiagtne Cinius, 1
avez biCIe Il i Tous, l)3cteur Neniours est Son honneur. 9 n'a jamais lou6 de cheval de Riboul; mais I
Auguste, et ce Tous a ttouv6 accis N1 ais s : 'encontre ae vos affirma- qu'il I'avait achet6, et que s'Il I'avAit re- I
dans vote sublime esprit ? )- -L bus lions, I'Universitd ftangaise tious alit mis i celui-ci, c'est qu il aurait constati, g
a les posies qui ne demandeiit pas d'ini lovalement le grand mal direct que souf- .apras affaire faite, que V'animal avait certai- s
a tialitte sont recherchaSA- ; les aulre hIe la France, par suite d'une 6Iucation nes infirmit6s. Qu'en le retournant A son ;
t sonl dtfsert's ; notre easeiqiem mt eni I',lilitahlte qui sititeif iriconisid~rem eint proprirttire, nous avions I'espoir que no.
a I(ve i la socitt' des hormmes qui aa u'"cssentiel au super IN. Cette ducatioia tre argent nous seat remis. s
a ?ienit pu lui ir)elre (des ser'UiCes. (1) 1Io lrin6 tout ce tlu'elle pouyAit, savoil: 4on,ripondit,ison tour, Me William. I
Ir, qam e4-e qIie .ias ces IIos-es I'Uu cttt', 1'emombreine:1 Ile" car- Vous n.avezpas Ichet I2 cheval de M. 2
qiui ?U' dtmaNdent p'"s d'in iii live, ci t'ieres iib~rales, ales fonactiotis aalminis- Riboul ; vous l'aviez lout dc lui pour s
qui font reehrhc~hjs *? Je voutlirais t~.atives et tie Ia burealuc~ratie; de l'au- plusieurs semaines, moycnnanc une va- v
bienl savoir ce q~u'enl perase le I)octiuI ti~e, le dlIaissement para~llel de I'ai 'leur de P. Zz sur laquelle vous aviez don-
Augauste~i qui, .''I 'est p15L un F'ra"Cat ~culture et du commerce. C'est a nsin un avaloir de p. 28. Vous restez donc d
1. Extrait de l'~ducution Moruic dans 1*'C 'jUt;'eonOrmiiz~emeat, il faut bien qu'on devoir A mon client, une balance de p. I
alvrsrite ; ComZercnccs r~urnes en 'olumo e "roeige B I'entendre dire, 11r France 24 que vousr auriez db liui payer lorsque j
par M. Alfred CroIset. ,se trlouve en itat d'infdrioritg notoire vous aye: peaE & mlo rmnooyet is bite.


-'


C'est ce que vous n'avez pas fait!
SC'est ce pavement que nous venom
demander ici. D'ailleurs ou est 'i
du qui et achet6 un cheval sur
parole, sans piece aucune Que
client nous exhibe ses pieces'!a
-Magistrat, ripliqua M* Frind6as,
maintenons que Mr Pition Riboul'
avait vendu le cheval, que nous ne
pas lou. de lui. Mais en presence d-s
1gat ions contraires qui se prodaisjl
nous vous demandons d'ordonner hIa
parutiion personnelle des patties. a
Le tribunal avait fait droit i r
plaque.
0*
La comparution personnelle di.
cut lieu hier et n'a pas donna le
esp&r6.
La lumiere n'a pas pu ttre faite d
fagon consciencieuse. On ne veot pI
la verite, on se dement riciproq
Malgre les longs discourse, les mouvem
do colre et d'indignation manifesis
part et d'autre, 'onibre du mystne *'
veloppe toujours le tribunal qui od-ami
cette fois une enque:e avec audition d.l
temoins.
L'industrie de la cordonlri
en Haiti
( 'Du 'Bulletin International)
Dans son rapport sur les chaussumrs
l'industrie des cuirs de Haiti, M. Johal i
Terres, consul des Etats-Unis, dit querioi'
portation de chaussures 6trangeres a pe
qu'entierement cesse dans les huit deir l
res anndes. Anterieurement i cmtt ,
riode, presque routes les chausunir
bonne quality pour hommes, femasCIA
fans venaient de France et qoelq-i .
pccs de quality infdrieure pour
venaient des Eats-Unis.
Depuis la periode en question, Is
donniers, italiens et cubains dtablis
le pays ont presqu'entieremen tarrtt6 1t
portation dechaussures trangtres. lhfis
nissent des chaussures de toutes pl
et peuvent fire un article plus 6 tu -
plus solide et meil!eur marchC que cd i
que l'on pourrait importer de France.
dts Etats-Unis.
A la Tannerie Continen aleet Fa"iq
de Chaussures, l'un des pltus grands41
blissements de ce genre dans Ie paYs b
propriItaire dirige la coupe et la fot~u
les ouvriers sont tous haitiens, ciapia
d'apprendre de petits metiers et en pel
temps ils peuvent fire un bon travail.
Le prix d'une paire de chanssura
premiere quality est de 14 gourdes( P."
or ), quant A celles de quality iitfuI6re
elles se vendent de to A 12 gourdes,
pour enfants sont de 6 gourdes.
II y a des m. isons pouvant fire on
vail plus soigne en chaussures pour
mres et pour femmes et ainsi rdalih
prix plus eleves, dquivalant A P. 3 or.
La maison don't nous avons perl
hut a pass, un march avec le
nement Haitien afin de fournir t r
3oo padres de chaussures par 3i
prix de ces derniires cst de i
Elles sont faites en cuir tres ordil"M,
cur gris pile ; a lacets ; les seiild l
garnies de c'ous de cuivre ; le
sont pays i gourde la paire poar
;on.
Toutes les machines pour fire lW
sures et la garniture viennent da
Jnis, ce qui dddommage grand
lernier pays de la petite quanta d
rures et de cuirs qu'il fournisait
rant. o :lH
L tannerie occupe aoo o2n0is
lu pays, le proprittaire seal est
-es ouvriers qui arrann et ce ptf l ep
ieaux, ceux qui travaillent aes
eutres choMse ntcessitd par ctte


"7