<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00429
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: September 15, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00429

Full Text





Deuxi6me Annde, No 438.


PORT-AU-PRNCE ( HAfTI)


f


2


Mardi, 15 Septembre 1908.


I .


i .


QUOTIDIEN

Abonnements: DICTEUR :
LE NUMPRO 15 CENTIMES
UN MOIS. G. 2 00 L-5CENTIMES
PORT-AU-PRINCE U MoS G2 Clet agloi ,
TROts Mois. 0 5 00x --
DnPARTEMLNTS UN Mois. 2.20 Les abonnements partertt du Ir et do IS de chaque
STaoIS Mois 6.00 LADACTION-ADMINISTRATION mois ct sont payables d'avance
8TRANG ERl........ TaoIS Mos. 8.00 4 45, vRU ROUX, 45. Le manuscritr imas1r ou on o sweront pas rendu

Pour tour c-e qui conoerino 'Administration du Journal, s'adreaser A Monsieur Arthur ISIDORE, 45, Rue Roaux ou onne-oFi.


Mon chir IDirc'eur,
Dins votre ar i; A\propos des profes-
sions lihbrales, ci a'nt de M. Paul de
Rousiers une ob clr:ition anecdoctique re-
ltve l'existenc A. Chicago d'une certai-
ne facilt de MWJecine qui ferait des
Docteurs Mdc,'i-' .:1 s x im Iis du premier
home et dc i p:cminire femme venue,
et vous adresant uI l)oc-ciir N. Augus'e
vous en coicluez: ( Voill Dacteur, pour-
uoi la Scicn:.e i nJic.le des Docteurs
M'lecins am iii:.s offrc t nt d'infriorit
an reJaIela -S;.ne m-d.ha'e franchise. *
D.s p-rso, : f, ntiints en votre sa-
:en Sien: Soci', s: sat adressees a
a de r',. .un nenrt pour asseoir
ejr opi:Ton ; vi'Cl" d- votre con-
;.3ion C;-lessu,. J2 n'. i .a:ic in prtention
nt !ut .;onaaisince de ScIence Sociale ;
Pur)ut ce qu: s'v rat:ache je veux bien
'e rappar:cr .\ vos ou au Docteur N.
ugste. Mais pojr e lqui a trait A la
rence mdicii. I'e time que, pour
ire m mnme d'ei o'ire:c et de met-
.e en parillie la sicnc,:e mindicale dec
eur. ncd:eci:n, Jc tel pLys au regard
t le des Docteurs ncdccis de tel au-
Pepy, faut-il en soine q.ue l'on pui;-
gIPpuyer cette opinion dc t its sp&iaux,
gaoetrux t sdrieux en I'esp'ce et non sur
oeasimple observation an ecdoctique, faut-
IlSrtnout que l'on ait fait d:s Jtudes sp&
Pas-en ia mati&re ct sur !es lieux m6mes.
Pltronnellement e esuis gradu d'une
14 de MMd-ciel de, Etats-Unis d'A-
qoe, ite suis dipl16m Docteur en M6-
,i'e.d1e Universit: d'Harward et poor
-ient A y fire quatre ann6es d'6todes
Vdenuaires, et ai tait en outre une an-
lard st'gruduate, total cinq annaes.
S.est le plus ancien college d'Ame-
t, test fond en 636 et les profes-
s de cette Universite sont classes par-
itllC Somrmits Scientifiques des peuples
tri etent les plus avanc6s. Je fu ensuite
Ji'-.tmnmatricul6 a titre d'dtudiant li-
tiq' a suivi pendant deux ans les course
1tqses de Hoitaux et les course thbori-
d le a Faculti de Mddecine de Paris
ti le. ut patronage' de certaines som-
a~dicales de la Babylone moderne.


Et Icomme mrdecin curicux, avide de s'ins-
truire, je fu; A Londre;, la grande citr,
parcourir les Hopitaux pendant trois mois
'pr6s. Vous conviendrez que la demarche de
ces personnel aupres de mot ,est toute na-
turelle.
J'estime que votre conclusion ci-dessus
6noncee en rdponse au Docteur N. Au-
gr.s-e propose de la Science medical arn-
ricaine est d6nude de fondement ; c. tte
conclusion est ap:e A indaire en erreur
vos nombrcux lecteurs et A jeter dans leur
esprit un dicrJddit inmmerit sur les Doc-
:euri mddetcins americains.
Dans un pays oft I'esprit de progr s est
si ddvelopp., ce pays qui occupe actuelle-
ment un ring si bleve pirmi les Nations
civilisies, da reste, ce que et ce don't le
pouquoi vous savez si bien comme so-
ciologue, et ou l'enseignement est libre,
I'emulation cst forc6ment intensive. II y
a en Amnrique les Universitd; deHarwrd,,
de Corneli, de Yale, de Princeton, de
Columbia, de John Hopkius et bien 'd'au-
tr.s, il ya en Aig'eterr:, Oxford, CKm-
bridge, London, Dutban, Victoria, King,
Ow.;ns, etc, ot l'e:aseignement n'otfre pai
d'inferioritd au regard de 1'enscign m -nt
dans les Universitas de Paris, de Ro.ne,
de Vienne, de Ber;ia, de Prague, de IItn-
delberg ni d'Hiiti, taines Universitis du Canada, tous, pAys
des plus avancds. Les gradaus de ces diff6-
rentes Universit6s, des meilleures d'Ame-
m6rique et d'Europe, se valeat ; si les uns
offrent une infriorite apparent au regard
des autres, cela provient d'aptitude indivi-
duelle A d6velopper le baggage classique
tir6 de I'enieigiement Universitaire, et
parfois du milieu o4 its peuvent se trou-
ver.
Les reprCsentant de telle faculty de Chi-
cago ou de tele autre du meme genre,
qui aurout fiapp I'esprit gioi- de Mon-
sieur de Roaiers, sjvt classes dans cc
pays-11 minme pour cc qu'ils valent Ceux-
11 ne sont a aucun point de vue le type des
Docteurs mddecins d'Amerique on de la
Scence md:-cale ambricaine, pas plus
qu'un Anglais rachitique, d6bile, chd:if,
ne saurait reprCsenter la race Anglo-


Saxonne don't I'aspect mAle, c Vir est cessitait pas, comme le croit le Dr
proverbial. Gaveau, w quo I'on ait fait des ,tudes
S'il n'6tait chez moi ia crainte de pa- spciales L9, fiit a 6t si-bieri ob-
raitre dogmatiser a vos yeux, A ce propos serve que I'6crivain exprime., sa
j'infererais sans contest de la Science m-& suite, que I'exemple. de la dotores-
dicale amnricaine moderne qu'elle s'impo- se de Chicago a n'est pas une excep-
se par l'enseignement mininemmnent prati- tion.
que, par la hardiesee chirurgicale a bon D'ailleurs le Dr Gaveau ne nie pas
escient des chirurgiens et par I advance prise le fait rapport et exprime seulement
dinsces derniers temps sur ses congn&res l'opinion quo a les reprIsentents de
d'Europe dans l'Hygiene scrupuleuse et t'lle Faculte de Chicago... sont clas-
dans la Therapiutique avanc6e dite a Phy- ses... pour ce qu'ils valent. Nous
sicotherapie. v n'avons pasentendu dire nous-memes
Savtz-vous, mon cher Directeur, que qu'il n'existAtpas aux Etats-Unis d'au-
pour exercer la Midecine 16galement en tres Facullds meilleures que cello de
Amnrique, par exemplt dans les ) Etats de Chicago, et nous rendons volontiers
New-York, de Massachusetts et autres, hommage au merite du Dlr Gaveau et
que!que soit son grade uaiversitaire, un d'autres diplomas haitiens des Facul-
examen de l'Etat est exigible au postu- t6s am6ricaines.
lant pour 1'obtcntion de la licence'? Vous
pcnscz bien qu'une chose si sdrieuse doit Tout ce que nous avons voulu,
fire l'objct d'une attention sdrieuse dans c 'tait 6tablir aux yeux dii Dr N. Au-
ce pays-l\. Et il doit vous paraitre ton-guste que si la science des docteurs-
nant que la Facultd de Medecine de Pa- mndecins amdricains ne paratt pas,
ris delivre dux sorts de tiplonm: I'un, di- come il le dit, en rapport avec leur
p1lile de I'Etat, confare le droit d'exercer grand nombre, c'est que les exigen-
sur le territoire franais, l'autre, dipl6mne ces universitaires Pont moims gran-
pour raison, ne conf~ire aucun des droites et des que pour les .tudes m dicales
privileges attaches au premier et en aucun franaisea, .. au mois dans les Fa-
cas il ne peut-tre d&clar son equivalent. cults come cell de Chic igo.
Ern France, il est done fait avec plus de C'tst ainsi que, en parl itt du lpeu
refinement, come toute ch)se finmqais-, !de priparatioa uiiversitaire qlue su-
ce qui est fait peut-&ere grosso modo par issenit !a gdn6ralitA des jetines gens
Ics Yankees qui ne dorent pas la pilule. am6ricains que leurs parents ont hate
En resume, la science Mddicale d'A~- i l la -cer dans les affairs, nous n'a-
'ique et d Angleterre n'otlre pas d'inferio- vons pas entendu nier ni l'existence,
ri-e au regard de celle d'aucun autre pays, ni a valour des fameuses Universites
p~rce que la merveil!cuse ville de Chicago amnricaines. Nous entendons dire que
posed:riit uni facul ou l'on fait des cos Universites n'ont pas, commne en
docteurs mtdecins en six mois. Me rap- France, pour but de former les jeu-
pelant que vous vous c'ts recrie a boa nes gens et de leur donner des di-
droit centre la pl6thore d- la profession pl6mes pour leur permettre d'entrcr
mJJicale, il faut admettre que les Yankees dans la vie des affairs. Elles ne sont
de Chicago sont gens pratiques, ils font pas, en effect, frequent6es par des ea-
en six mois ce qu'on prend ailleurs des an- plants, maia par dos jeunes gens qui
n6es pour faire des meurts de faim : tous entrent a 18 ou mAme a vingt-et-un
chemins m4nent a Rome, ils en prennent ans et qui, aux prissy d6ja avec les
le plus court. Voill toute la valeur de I'ob- luttes de I'existence, patient le plus
servation anecdoctque de Mr .P. de Ron- souvent de leur poche les frais uni-
siers. versitaires.
Avec un cordial shake-hand, mon cher Dans tous les cas, ce qui domine
Directeur. ;Iiix Etats-I'nis et co ,ni ditinuiau A


Jc deincure Votre
D C. GAVEALU.


En elT't, c'est tout c (que M. Paul
de Rousiers a voulu dtinontrer. Le
fait qu'dl a rapport est de simple ob-
servation et, par consdquent, ne n6-


ce point de vue ce pays de la France,
c'est le peu de preparation theorique
prialable a la pratique des profes-
sions. C'est du moins ce que nous
apprennent nos lectures et les rap-
ports des observateurs lea plus cons-
ciencieux.


A propo des proiessions libhrales

Lettre au" MATIN "


L I I













) (Cav dle.- A la tet o, qu'on n&- tWes rr.ltur iro M.iis it fera des dettes,
il ,.o t, oip. S la rc.tinu ili d ns rin- -- les tesultits de I'h,,ritage s'ex-
(1114 il.els ,, is d.'ici, lkb urtnr cottte- clamer a ,)a. l : o l, et Monsieur on
S1 U t -:(lIt0) Iir, zancs tp:,r aan. M N is tout pa're en sera iatluil a se trouver fort
..-- .,',a1niil,brer c f iI v aiira de It place houreux de Io savoir en prison Si
TVIT ,Iio tloit I.- mniou i., quanil tout le Monsieur le Doc!eur Nemours Augus-
.l 1,,,i e trav.aillera te, ,iui a beaucoup- voyage, beau
bMais .ansc cas it -i xp >i x ...... .- ......... coup I,, el lui est ldo i d'uni science
pin ce qun jus' s ... . d'obsrv.aion ptetl commune, ni'a ja-
plqure si mla1, sir.ml I i', -t1 1n I- l (1 oolatesse.- Et M. doe Char- mais rencontrd ite IDurieu, sur son che-
prtre de la .41 %, ,n .. a t-i1J e, nt m111infl, rela ne dainote-t it p.s qu'il et
ernot pas t ac..ous:e I c ntrt N Due i. 11 y a longternps :afr-cta d'une incurable < c ci' volon-
Demoua bnsiA Ietous : i ie-poil tt o ter, iue s avo ontttl pa:iler do tatre ? Car je n'ai pas le droit de dire
mavec d'minas de no po Ills r, lui t'il est un e rit super.i-al et sans
Ime ad n certain members 'Jni- Mashilde. II q it.le Paris peu- d lscernement ; bien plius,j'affirme qu'il
lversit ranains. A p ru-. Iant quiiz" Jl'ou" n'est pas utn esprit superficiel et qu'il
Rtens. -- J'ai (t pi do Ie D)aieu -- li est-ce qui te I'a ne lui manque pis de discernement.
de garner de 'ar e t dit Done, je maintiens mon diagnosli : it
De gainer yole. 'ee bne M;thilil.l,. C(e-t M. de C.vole. est alteint de cecite volontaire ijcura-
iddee.. *Ini Vit n ti at io ip Te i li 1 .a conte s-,. Et ofi e:-t- il all6 ? hle, et avec lui tous ceux die la secte
de... N all l..,el. .r pe ut ps are FLIURY F' QUI "E

I o, i e -- ,tAlati' 1. N. C yo'o'e I'ivait -- .... ---- .. ----
gent. e coming un tu' .1d' gciis tie Ir soil plaisir.
veulent pas I'employr it en l N. -yol 1 ivait
une foule Ie rmalemten !us.
Hen -.- Et co mIlovent, 1(.10 I c(..t il? 'lri all )3-- 1 ien .ailc t oa t ui
De Cavolle."- Ves L a out o-1 t, 6' 0n avis l meilleus t A, I esmi u As
aussi bien que moi : c'e-t tl' ti ail a-silt its e fcitilisition ohenus jis-
Rend.- C'e.t un coi)p Ie pa.e, 111, *' 0lur : ce qua est, par example, t- NSIE 3 N EM NT N .
en passant... l lt-'lt onlique, dIe la mrarne o0 u Sr a ,,OLO-IQUES
De i:Iyolle.- COn:: t o I Ix. I -I --.
Tenez, prelnons Ie tils e I)m .u pIl! ll) ll u i s ?
exempi. A quoi seit-il, e illat l* t litllde. .lIe lis que le sol le; 3 .) -t Iratoi ie
il ne fait rie s... il fai f i INLt ; l ;a se dlivise en ter.-t s siliceuses,! DU
nest ce pa. lIF ue jo:ie .j 11t't-0 Iili, ',e cii tc. rs contleniant des SEw : AI RE COLLEGE S -MARTIAL
Savez vous on il tet m ininlt. le ? t' e' idgrad le uant itt et et i lel'lr'
J1ni.- Non. c ,i.s lr., ot'aro.ant ta 'i .il deti Luni 14 SEPTEMBRE'
-- De (Cayolle.- Vis i'iv\ ct lon 1 c au et llue lois tn.le l la a- Barom-tre A midi 9, EPTEBRE
pas vu votre once ? sie ;ulors... Bao tremidim 9,
Ren .- 11 a aniiz jouis aque -D)u ieu.-- Qu'est cc quei I lacon ma minimum 22
',,,e Temperature maximum 33. 4
je n'ai mis les pieds chcz lui. ne 2
-Do Cayolle.- Elicideuc, znoni~ui -- Mahii to.- .Ic vo i expliqiie la m.%yerne dimn 27.7
son fi.s est a Ca ic. copino sition ,tu sol. et jc ,ous expli jue- Ciel tr, ituageux etmaim, couvert
Rene. Le pie doit tre frtrieux. rail, apr, les diffArents procetls de l'aprts-midi.
e Cavolle II estc au frtilis.,tion. Quelques gouttes de pluie vers midi 45;
contraire. compey ie n an, 1) ieu.- Merci qi'est-ce que onnerre au sud A h. et demie.
et it a raison ; nis n st-ce pas l ,plo- ,'est que cele plaisantelie ? Le barointre est en hausse.
rable qu'uu hommie tle ving -ldeux ans, Mithildle. Papa, je ne plaisante R BALTENWECK
de bone famille, qui aurait pi uili- pas. Au Plas Ntional
ser son intelligence, si peil qu'il en Dutietu.- E' oft as-tu etuli.' a iai ... ,N
ailt, dute da la vie ceite fwan- ,fertilis .-tio d l Solonre H;I" martin A to heures, accompigne de
, et que le pare en suit i.luit a .ni atil I s un gros livr'e M. Client Ma .!- re, correpoJaint
la prison Lessultt ag le. w-Yrk Herald, Mr. A. F. Jaurett, en-
Ah quandnos auros a co-orip- 1). e(.. ,- Qe tu. as to1.u. V? vov6 special du mme journal a &6i requ
i.oa ,iivi e...,'hZ, ,, iOus. par S. Ex. le lPrOsident de la Republique.
-Ioerii.-.Qu'est-ce que c'est que ut ilet. .I'ai des lives ,ur 'a- L'entrevue -laquelle assistant M. Louis
cela ii, ,ilt r, mi ?... Borno, Secr6taire d'E'at des Relations
D. Cayolle. C'est ui.e vonscip- NI thille Oui, papa, try's bien Exttrieures a donned lieu a des changes
tion don't j'ai eu l'ide, et qui est la ch- 'lis, I. s voIire bihIothiqu.. de vue tre important sur certain fats
so du monde la plus simple. Etle ser- l,1icu. Tiens et tu les avancs ar l grand ournal amicainm.
virait de pendlant a la conscriplion mi- lus ? I Janrett transmit au Gineral Alexis
litaire, et ourrai mne It rem,Icer. ( A. DIa.s fi..- La Question les compliments et les souhaits personnel
car it ebt probable que,ans toin temp .t'.1 t ) de Mr. Gordon-Bennett qui a gard le s
d0 ttiIi meilleur souvenir de l'accueil affectueux
doin6 ItoussIistpcupls1.nl ui i- I i1 1Et ,'oi no in'obj.ect p is que lesdont i tt l'objet I'ann&e dernire de la
les inltets, les arts, le conine, I'.- ,i calibr' e Di e sonit des p'Ir- part du Presi4ent l ui-mme
dustrie, et qlue la gue.e ldispil.iti 0u l oiti,A1 s iiivention, cri de touted an cPris e l.- e.tt r l t
m onde. AloiF, la ot l .- l .1nt. .- : b ilpa l iln,,gi,,ation du dram ttir- :k A ch m pagne M Ja rett rte ou ll les d
r I plus aux Id oimes q le !, I, L -.t st.d. ,. e iiiItj lio n s I l i faitlir- sentiments d'estime et de loyaut6 duo
ri pus aux toli.mes q te I a ri li I I' ? lcr q'; u aimas fits Caipe pl -_
l.-a. ,. He sc'a. tt pu :.r.in Hrald envers le Gouvernement, puis il
leurs capacity intellectuelles. unt tyc^ ..*11 |la;i fenez pour certain .,- ,nv-r le Duer; men, 11 L
leurs .apr it.s inte--ecnez Ol. artal*n ,porta In toast au Prtsident et 4 M ame
un itomme aura vingi ;n,, l'ta 1it a : cou.loye. les milliers d'exem- Nord Alexis. Le G rPal Notrd Ie remrr-
viendra le trouver lui lira : Mo pi:ies .dans la society don't it observe cioret butex la prosnt da H er
eur, uele carrier avez-vous eCl- les def.,uts et les vices. Les oeuvres de l sant puissant souverain quest .
brasde que faitea-vous pout les au- Ithaitre, dailleurs, out un caractre nnt vera q st M
tree bommes 2- Rien, Monsieur. instructif surtout parce qu'elles sont la Belle t courto^se rcption dont M.
Ah I voulez vous travailler ? Non, repiasentation, la fixation des iddesd'u- aHure t i
monsieur, je no veirx rien faire.- Trs- te 6poque, des mceurs d'un people ; Jaurett guard la meilre impression.
bien ; ous avez done une fortune 7- et pour une piAce donnee, lea chances AgrandisseTnant
Oui, monietur. Et bien, monsieur, lie darer dependent autant sans doute 11 est dans nos intentions d'arandir one
vous 6tes libre de ne as travailler ; oe la vLrit6 des caractbres, quo de la nouvele fois le format du Mats, ari de o
mai alors, i faut prend re un rempla- vaeur de celui qui les a traces. r;pondre aux exigences de notre publici'e.
Cant. Vous ali z done nous !oiieci utt I|),ito ( re et Duaitioe tils sont .des Bien qu'avant angmenoi le tariff des re-
par an pour que ties gens qai ntont ,ioduiits .iects ale reltc education la- c'atues, nouu sommes pirfois dans la peni-
epas deortuio avlitnt l voite pla-c t., lhantee en ut m:. 1r p- 1 nos do"- b" obligion soit de refuser les avis qui
ce, et nous allows vou-s deliver utit t-ai i tiilions. I.e lils ,i,. fimille,- nous parviennent, soit d'en ajourner I'm
core de paresse avec laquelle ouplu.s exactement le tits a pa,pa,-en mi- section. Cela est une anomalie que nous
pourrez ciculer lilrcment. *ieu\ latins, est en general un triste voulons Iviter.
-Ren6.-C'est tlas-ingnieux; mais persolnage, trop nobl3 pour se salir Nous ne pouvons nous empacher de re-
A quoi occupera-ton tous ces rempla- les doigts, trop fier ;pour s'abaisser a mercier nos abonncs des grades preuves e
9anta 7 .toate une categorie de besognes r6pu- de confiance et d'interet qu'ils nous don-


nent chique jour, reconnaissant ainsi L
etfr:; ,t les sacrifices que nous fa
pour at river A Icur offrir un journald'ijnf
nations digne d'une Capitale. C't aii
que nous avons cre6 dans toute I
blique un service de reportage doat ls
attendons les plus heureux effects.
Ordre dss Avocata
Conformnment A I'article 6 des R .
ments, le BAtonnier convoque Mewigs
les Avocats de ce birreau le mercrdi
du courant A 1o heures du martin au oc
du Tribunal civil, pour procider ',,l4P
tion du. BAtotlni-r, du Secrtaire a '-
Conecil.
Port-au-Prince, le 12 Septembre 1901
Le Secrtraire du Consil,
RODOLPHE BARAU
Gonsel special militaire
Comme nous I'avioas annonce, le Co.
seil special militiire a en:endu hier l'dai-
re du nomme Leopold St -Fleuran, cap
t.ine au Ire Regi.nntr de line privem
d'exac'ions sur les habitants de Vases. Is
ete condamn6 a trois mois d'emprisonne*
ment.
I.a defense avait &te presented par Me.
IIubert Alexis.
Eooli des Sci-nces Appliqudes
Le rcgistre d'inscription est ouvert a
si;Le de l'Ecole, tous les jours de ii" i
Mnidi, pour le concours d'admission (Se
-.on d'Octobre ) qui iura lieu le 6 Oct.
brc prochain et jours suivants.
Port-au Prince, le i Septembre i9o8,
LA DIREctON
Lettre ouverte
A M. "Michel Chalvir6
Pcrnettcz, monsieur, A un de voSmc
patriots de vous feliciter du geste msal
me que vous a inspire votre sincere amU
d-, la France. Vous tes d'une grand
d'.ime rare !
Car, en vous rappelant la noble conodi
It dc Napoleon III A e1'gard d'Ab-del-46
der qu'il rendit A la ihberte et combia d9
tfvcurs, vous avez eu la g6enrosit: d'os
b'lcr Napolton 1r internant Toussaint Loa
futuree au fort de Joux et I'y laiss
inourir en ciptivit6 !
Ensuite, devant le geste que fit Roch
beau A Vertieres, vous avez eu la mag**
nimita d'oublier qu'il fit jeter b lan wk
general noir Maurepas et tant d'autresi
qu'apirs avoir fait venir des doguis
Cuba pour arriver A d6truire plus vitCe
esclaves rvooltes, il s'offrit un jout M
spectacle A la Neron. .
a Un poteau s'eleva au milico dA
cirque. Sur les gradins de l'amphit.,
vinrent s'asseoir KclCHAMBEAU, les om
de son etat-majo', des colons et kes
femmes. A quel spectacle alllit-on assist?
Des dogues, prealablement affames, s'W*
cerent dans I'arene ; et I'on remanurqo*
tache au poteau un Ieune NOIR... La t
maux parurent hesiter. Pour les eutvliA
un general frarCais dbgaina et do't
de sable iventra le jeune noir. Puir
sit on des chiens et plongead i
dans les en-raiU!es palpitantes de is,
me.
a L'affreuse pature commenC, ase
plaudissements des spectateurs et aor
de la musique militaire, un homne --
chird vivant !* .a,,
Qu'importe ? Vous avez flfi _i
t volai qu'Abd-del-Kader l R0a
Toussaint-Louverture et qnue le Rochae
beau de Vertieres fait oublier le Rodt
beau des noyades et des dogues .
Vous 6tes on grand Haltien, M f-- -
tt vive la France 7. .
Ux vrsT l*I













Cyclone
GOwDTULR.- Le cyclore qui pas:a
Z les lies a en grande artie detruit cet
Sille et a cause la mort de centaines
kepcrsonnes ; le vent avait une violence
k'cntaines de mille par heure. Une goe-
It haiienne qui essaya de se rifugier
SHawkanest chavira ; to ;t 1'dquipage a
.' Une autrc gocle:te ( Danleon
Sirat au quai cassi se; amarres et fut
stain par le cyclone.
Avis Commercial
'L public et le commerce sont avi-
squellonsieur OTroTIsCHER estchar-
0i de notre procuration.
.Cap-Haltien le ler Septembre 1908
TISCilER & C-
Arthur Bonnefil
ARTISTEr PI.NISTE
Organiste, C/ f :"'or,-bestre, Compositeur
Renouvellemnent Jd sock pour rupara
tio des pianos.
Travail garan:i-- Prix conscitncicux
81 Rue Tircnmisse ( St-Joseph )
Obambre de Commerce
Les cultivateur tt les Industriels du
hys. haitiens et n traniers, sont prids d'ex-
$dier i la Chalmbre de Commerce de
Por-au-Prince, Ja., I, plus brtf Jdcai pos
Able, les obcr. :;ons ct les rinst, igc-
ments qu'ils j.lI oni: I ,CLssaircz', c,,nccr-
nnt leur industtic ct Icur culture, parti-
calierement leur non, leur domicile, la
moyenne de leur production p.r trintesre
o0 semestre.
LaChambre de Commerce esp&re qu'ils
Iusmontreront pas inditffrents A cette
kmande i laquelle se rattachent leurs
opres intrets.
l htsident le .z Chbambre de Commerce.
D. D LINOIS.


lvelles Elrangeres
Iw\\^~~ Frnpp

Ulblb Jldi lU


Derni6r es


D~plches


WASHINGON. Mr Oville Wright a
Whbli i Fnrt Mcvcr avec son aeroplane
atntre record rc-t.int en I'air 70 minu-
124 seconds.
DILUTH. Les tfots continuent a brAd-
hdans les comes de Lake et Cook.
On announce que la ville de Heaver
et Grand Marani sont en flames et
des centaines de propridtis ont 6t&
sites; plus de 2.000 personnes sont
abri.
L ..-- Le feu a d6truit I'immen-
blqae de ciment de la co:npagnie co-
situ6e dans les environs de cette
L penes sont dvaludes A 3 millions
hs.- La Compagnie 6tait en train de
Me grande command de ciment
c zali de Panama.
a-- De routes paits de 1'Australic
4. moode pour visitor l'escadre
.L'Amiral Sperry visits le gou-
econrt d'une garden dhonneur
l es marines du cioiseur ang'ais
L'Amiral a re;u partout
-Des t6legrammes requs de
r a'nncnbt que lel caid Mtongi
Ifidles d Abd El Aziz a occupy la
SMarrakech et qu'il a appelu l'ex-
Pour qu'il se procIamne de nouveau
t ISSre le gouvcrncment de cette
menace 4bI El Az'z que s'il ne
ps I son appel il est dicid6 de
n autre sultan pour se mettre
S Moulavi Hafid.
.Le gouvernement allemand a


d&clard qu'une rigoureuse quarantiine sera'
6 ablie centre toutes les provenance. St
'i\'tersbourg, Cronstadt et di la mer N ,.
SAINT PITERSBOURG.- Le bulletin ( ti-
c t1 announce 58 nouveaux cas de chl,'ra
don't 18 mortels. D.ins les h6pitaux i y a
maintenant en tra .ment 157 cas.
" ....I-,-


Tarif d'Abonnement
DU MARTIN. *


1 mois

I mois


PORT-AU PRINCE:
G. 2 3 mois G. 5
DEPARTEMENTS :
G. 2.20 3 mois G. 6
ETRANGER
3 mois G. 8


Avis Important

P.au jiigemi-nt ,in T iibuna! Civil de
Port-au-Prince en date du i Juillet
1908, le notaire Joseph Henri Hogarth
a Wt1 commis pour les operations de
par'age de !a s ccassion de feu le Gal
J -an-Baptisle Alfred Badere. Comment
l yv a nmin.-trs n cause il imports
quc toiteSc. ls forialllits I eav es soient
r(Inmp' is. E consequence I.s person-
vi, s (q,,i ont achlet6 des terres au quar-
tier de S Antoine, a Bourdon, a La-
lue, a IPoste-M.rchand et A Thor ou
(lui ont lIy)pothlqun sur I'une ou l'au-
ti de ce. propridths, south prices de
bien vouioit communique dans le
delaide huitaine au dit notaire Hogaith
leurs titres de propiiete ou do crean-
ce.
Port-aLPrirce, 15 Septembre 1908
C. BENOIT,- avo:at.

MASON

N. Cordasco
La seul Maison qui peut r6pondre
a tous les caloices du bon gofit.
La Mai-on la plus assortie, oh I'on
trouvera des cha assures de toutes es-
pkces et A tou; prix.
La Maison qui emploie les meilleu-
res fournitures.
La Maison qui vend A meilleur
mat ch6.
On trouve dans ses souliers:
Elegance, Solidite et Propret6-
Cette Maison est une des plus re.
commandables.
On trouve aussi Cirages pour tou-
tes les chausssures noits et couleurs
a des prix encourageants.

Mr G. LION
7. Rue Pigaud Bois Verna
lnforme le public de l1 ville et des
environs de Port-au-Prince u'il ach'-le
des a present au compt;nt les feuilles
de pitres, o eilles d';ne s et galathla.

Mr C. L. Verret
Ta~lleur-Ma :c-hand
Donne avis a sa bieuvoillarite clien-
tele quoe sa mason No 7. Rue Trav-r-
siere est toujours bien pourvue d une
vari6te d'6toffes de la haute nou-
veaute parisienne.
QUALI rF SUPiRICUR. (:OUPE t LGANTE
TRAVAIL SOIGNE. EXkCUTION PROMPTED.
Prix tris rdduits 1


Sacs vides!..


MEMBRE
1881 Exposition d'Halti
( Mention Honorable )"
1881 Exposition d'Haiti
Medaille de Ire classes
1883 Exposition d'Amsterdam
Medaille d'or
1885 Exposition d'Anvers
M6daille d'or
1886 Liverpoo
Mddaille d'Argent
1887 HAvra
Mldaille d'Argeint
It89 Paris ( Exp. Universelle.)
hMdaille d'Argent
1891 Kingston ( Jamaique )
Diplome d'honneur
1891 M16daille d'Or
Paris Hors Concours
j Membre du Jury
1893 Chic- go
Medaille d'Argent
1895 Bordeaux
Medail!e d'Argent
1896 Rouen
Mddaille d'Or
Hors Concours, Membre du Jury


Sacs videsl..


Entrli'pp61 G enral des Grandes fabriques
DE CALCI(J'I'. (Ix.-:) I)1'NKERQUE (Fi.\rCE) ET DUNDEE ( ANGOL rRR )


c A f"vC


C3 HA r n.V


",Ill WT


nafiQ trifA


LLAC. S ::. a l. lAA o -ur -
Caf6s ordinal"es
Cacaos
Les Types Courants constatmment en Stock par balls de 400 sre,
depuis 2 icentimes or'j squ'A 30 centimes or pour grandeur rgu-
lieres 65x 110 centim6tres et 70x110 centimetres.
Poids de 1 3]i lives jusqu'd 3 livres.
Sacs sur modules et sur types des acbeteurs.
Prix a forfait pour livraisons mensuelles francs port de d6barquement et, si
on le desire, Droits pays.

50.000 Sacs de 1'Inde

Viennent d'arriver par Balles de 300 Sacs.
r rix excepticnnellemeat avantageul

S'adresser a JULES LAVILLE
AGENT ET DEPOSITAIRE GENERAL
93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT


GRAND PRIX


HORS CONCOURS


DU JURY
1897 Elbeuf
M6daille d'Or, Hors Concours
Membre du Jury-Grand Prix
1898 Paris
MAdaille d'Or, Membre duJury
1898-99 Paris
Dipl6me Hors Concours
1899 Philadelphie
Mention Honorable
1901 Buffalo
M6daille d'Or
1902 Paris
Dipl6me de Grand*Prix
1904 St-Louis
M6daillle d'Or
1907 Spa
Mddaille d'Or
1907 Paris
M6daille d'Or
1907 Londres
Medaille d'Or
1907 Jamestown
M6daille d'Or


Madame Vsouv B %RBANCOURT, seule d4positaire de la marque BRwm
Barbancourt et seulo propri6taire des formules qui out fait obtenir au Rhus
Barbancourt les M6dailles d'Or de toutes les Expositions a pris la suite des
affaires de feu son mari. et se tient A la meme halle sise Rue des C04ars
No 7, A la disposition do sa nombreuse clientele don't les commander se-
ront exdcut6es avc le mCme soin que par le passe.


L'Usine de P6rigay
(Caye-)
Informe sa nonbreuseclientele qu'elle
a repris la fabrication de son sucre si
justement recherche.
On en trouvera toujours & Port-au-
Prince, chez M. Roberts Dutton & Co.
89, Rue Courbe, Place de la Paix.


me" Vve I. B. DEHOUX
19, PLACE DU PANTHIOX, 19.
Annonce au public qu'on trouvera
A louer, a son domicile, Chaises
ne lives, verrev, fanaux et oa-
barets pour marriage, enterrement,
etc, etc.


Rlum Barbancourt


I .I I II I II -












DOlItlr C. Gaveau


4Afin de protgcrr notre norn aill- ~P%- '.-
s' que nos articles contre toniic MEDAIN, CHIRURGIEN
concurrence d'Iovable?, 11011aviACCOU C HEU8
sons le Coummnerce en gcr.0ni'ril (Ile, l)ipI4d'.ih" 1 lli I\ tt."il de 11:1rti'lI arv d (E'. 17A.)
d.&sormais ic's feuhlariwc ('de Irairit;'-.G

en caract#'u'es indlebilesIIS dls 11 1-1: soli
net et exact de lia mantegrule (ji'uls CABINET D'ELECTROTHERkPIE
coitienncent. N8, HUE i)U Ch~NTRE, 128.
HELSTEAD & Company ( Maisoni de ffeu Dr Dtuchatellier)
JERSEY (ATY. N. Y. .Pn mrine Ravent aiintird'huiii an'-


-A-
Francisco DESUSE
Fabricant de clhaIssures
La Manufacture a totijo'lrs en d4'pi6t
un grand stock, po01 t vente onC
gross et en detail, de cliaussures en
tous genres pour
[IOM.MES, FEMMIES, ENFANTS
Las Commadils 1o s colnimllpi:,anis
de I'int5rieur pour;onC t r 'ex,}cutSes
dans une sernaine 5 pen pr I)'.
2:, Ruei d s Fronts Foirls, 2:}
PO T-AU l v[N' (l HAITI )l'


Mattdis & Co


Maison foodoe cii 188S,.

lerniers articles repis

Parfurmerie Houbigant; Ro-
yal Houbigant; Foiugre Royal ; Par-
fum Idaal; Savon, Poudre ; etc. etc.
Coffret- de parfumerie trbs 6Itlgants.
Parfum renomm6 Astus; Lotion, Tri-
coflis.
Lampes, Fouets et Chamois
pour buggy et buss.
&rjen'eri. de lux3, Bib1')1;o,
Moustiquaiies, 11:'osss. lPipes, Fumes-
cigarettes, Cravates, Maroquinerie de
toutes qualities.
La Maison a toujourts un grand as-
sortiment de Bijouterie, d'Arjenierie.
de Diamant, A la disposition du pub!i
en general et a Ii por't6e de toutes
les bourses.
Atel'ers d' Eorlogerie et de;
Bijouterie : Gracires, infectionn
sur command.
Achat de vieil or cl vied aqje!nt,-
diamant et pierres precieu es a des pri.
modertes.
ACIIAT D'I:CAIILES DE CARET
Prix exceptionnel

Au dernier cril
FABRICATION DE CHAUSSURES
D. FERRARI
A l'honneur d'annoncer A ses nom-
breux clients de la Capitale et de la
province qu'ilvient dese transfdrer de
a Rue des Fronts-Forts, avec son miue
stock de chaussures, d la Grand'Rue
au No 153 avec l'inscription ci-dessus.
Les clients seront toujours servis
dans les memes conditions ; c'est-a-
dire avec les 5 o/o d'escompte sur la
vente en gros ; sans oublier les m6-
mes soins et la meme exactitude.
La Maison se charge toujours de fai-
re prendre les mesurea A domicile.


.je.zs, .I l.,5-L l j Uj- a ISL A& &
ils peuvent tre gueris par I'Electro
tWrapie scienitifiquement applique
dans la plupart des maur dont souf-
fre I'hum'initd. Is out un intdret spd-
cial A se voir gu6rir sans une opdra-
tion chiruiiicale ddlabrante don't les
suites sont souvent les plus graves.
Outre le traitement des affections
spCciales de la fe,:n', adrs maladi-s
chroniqutes y,'atdra!es ou localBs, des af-
' factions (ydti'o-uri,'aires, cellei du sys-
ftem n.'r eux, de lit IcPau, du Ne', de
la (Gor:, ,'s Ocille. et des Yeur, le
)r (;av.,,;i' fait It '.aitement A domici-
le dui cancer ldu Sein et de la Lymn-
phai..it,' Chronique.
CONSULTATIONSNS ET TRAITEMENTS
De 7 d 10 hrs dtu ma.ti et de 2? d 4
hr., tie l'aps midi


"M_ n B S -7 ES--

195 6RAND'HRUE 195
Drig6e par

L. HODELN
Ai ,e abr '.9 la SSonietV Philan-
thr.piq~ is mal'r:es tailicars e Paris
Vie:k; e recOvoir un grand cboix d'6-
totf's diagoi:de, casiair ;:peica, chevio-
;!, cl it-lote pout i tI, etc, Recowman-
~-- pa:*l: .". lue.,.. A clientele une
ibelh- c.ib..t. n d co:Giupes de casimir,
ido geit- de fat ij*i e st de p;qu6 de
SpBialit6 de Costumes de no-
ses.- Cc.upei FrainaiFe, Anglaise at
.m mrii, i ,ioe 'a daorii6co perfection.
l.A n:; i n- con' ctionne aunsi des Cos-
'u c' .s mi rallitaires habits brod6s
diom-aa.- tuniq'ues, h,-bits car-
rds. o -o *, to\?7 gadr.

CirdoI nerie Nouvelle


B_. PET1 A
14 3, VGRAND'RUE, 143
PORT-AU-PRINCE
CHAUSSURKS EN TOUS GINR8E
aN DiPOT, POUR LA VRNTE
EN GROS UT D*TAIL.i
Execution prompted des
commands, taut ici qu'en
Province.
Formes a hommes ; 6legantes et ra-
tionnelles.
Chaussures de dames ( Dernihre mo-
ie de Paris ) et le plus commode :
chaussures pour enfants confection-
ndes avec des Peaux de toutes nuances
d'une selection et durte irrdprocha-
bles, A des prix avantageux.
Cirages, pates et liquides
Pour chasaurer totU nsunces.


Avis Important


Cbapeaux !
ChapeoauxI I
Chapeauxl!
PAILLE D5 PORTO-2!rO
A(C)UH'4 \;ZH7

JOSIf SO 1 '4III.IA
Li coiff-mir artis'e, :4i vi-;-it ;ivec le
con..our. d'urn .h -p1l1ier re.nArql'able,
M. JAIMw TESTAR, d'alsta! er :ne
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon de Coiff re du Louvr.
Pour tous ies g,),,s t pour toutes
lr bo-:r i. .


A L'tLtGANCE
CORDONNERIE.
0:. g3,EMX="3 E
42. Rue des Fronts-Forts.
CHAUSSURES EN D*P6T,POUR LA VENTE
Promptitude et soin aux comman-
des tant ici qu'en province.
Ciaussures de Dame forme et tra-
vail toujours tout ce qu'il y a de plus
nouveaux.
Formes ambricaine et fr'nQaise pour
Messieurs ; e61gantes et commodes.
Pour les enfants le plusA I'aise.
Travail solide execut6 avec
des peaux de premi6romarque.
Assurance de grand rabais.
PAtes, Cirages et Liquides
4
Avis Importaint
Ur professeur ofTre ses set vices aux
peres defamille, ne serait-ce que pour
les vacancies.
S'adresser au bureaux du Matin.


TANNERIE CONTINENTAL
Dr
Port-au-Prince

CAFACITI 500 PI:AIJX PAR JOUR
PREPARATION DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24) COULEURS.
Vente des chaussures : cavreau-glace, Verni et cou-
leurs, pour Hommnes, Dames et Enfants.
( BouTOmNA, ELASTIQUE ET IAc )
En gros et en detail pour toute la R6publiqu.


ti


ET
.' TA U, A NT


BELLEVUE


Plaw du Chcav"tps d.-Mars
PORT-&U-PIRINCE (HAITI)
Minel Hermance A LFRED, directrice
T&6p~hone. 220
APPARTEMENTS POUR FAMIIAR
DINERRS-L-UNCHS.
lnstialeintion moderne i con foriablit. Vase ur l maW. Tn'.pktiw
douce ei r4'sliere. Let Tram ways des-escruent L'Hdtel-Bel Ju LOMtUiB i m
PiAMP1f,- 'T.% :YPAf;IEUsi, ,'.OUVRANT SUR DEUX RULES
PItEOMJNADES JARDINS
SaUlle %, r6'eion. cpi4?4o.--C4"wph~
vor,2,erios ectriqusis
Table d'IUfle h' U jurs, 7'04 r tif ho7'
Js 7 4 8 h-mrso d u %air


POUR

NOS INDUSTRIES

LA FABRIQUE
James Leffel &Co
Dl les Usines competent parmi le
p1lus i porltantes (les Etats-Unis et qui
jonlit ,ile o c'onstitucr une Agence en notre
pays pour tous les articles de sa sp.
cialitd : 'MACHINES A VAPEUR, CHU.
I'K:nRES, LOCOMOTIVES, POMPES TURBUm
DE TOUTES LES DIMENTIONS SOnt vendad
par elle a des conditions exceptionnlb.
nent atantageuses et garantinu dep.
rrier c"oix.
(:es articles sent livr6s sur le wharf
Ie New-York solidement emball6s en
vue dl'une longue traverse.
On peut en voir des specimens A ru-
sine Saint Michil ( ARCAIIAIE ) o ml-
chines et chaudieres fonctionnent de-
puis plu;ieurs anndes i la satisfaction
ilu propridtaire, M' Michel Sylvain
seul Agent pour laiti de la Fabrique
James Leffel & Co
P i'-re d'adre.ser toutes demanded
,le renseignoiments et toutes comman-
,les au dit Agent.
4.'?, Rue des IrortR Forts,
PORT-AU-PRINCE

Le Dr Arthur Holly
.A advantagee d'annoncer au public
,lu'l se tient a la Clinique Saint
Ja- ques dansla rue des Miracles,
N s 2s8 3), en face de l'ImprimerieNa-
tionale.
1P Ses henres privies sont: de 8 t
11 heures du martin, les Lundi,Merer-
di et vendreIi.
'2" Tous l.s apr -midi de 2 a 4.
.13 Les jours de Cliniques g6ndraleI
ount les matins de Mardi, Jeudi et
s;rnedi,8 A Ih lures.


A. de


-- .-w