<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00424
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: September 9, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00424

Full Text






Deuxibme Ann6e, No 433.


PORT-AU-PRINCE ( HAiTI )


Mercredi, 9 Septembre 1908.


I a


. -


QUOTIDIEN


Abonnements :


pt;ir-AU- IRItNI EN 'FNtotsM
TRo1S MOIS
trRARTUN K ... Yr-Tao M,,.

9TRAN(.!E:i-k Tit oiRos Mols.


G. 200
, 5.00
<, i.20
( 6.00
8.00


DICTEURa:

4OS~Iemexr .t N~ag-1ire,


lDA(A'TION-ADMINISTRAjTION
4S, RUE ROII, 45.


bE NUM1PR(C 15 CNNTIIES

Les abonnements prtedt du l'e et du Is
mois cit sout payables d'avance


dc chaqas


Lee nmanuscrits iti6r6a ou nor mn aeront pas rendus


Pour tou .. J t. dr
~~~~~~ in.~ AI -- 4.- Liu m


Arthiur I8iCC'P F-, re Kcux *j nve-i~c~'.


(triels, de com(neroants et de colons!a 'Is tu [-
i(4oinbien pou I'on s'Mtonnerait que les -t2 Iait
A quaiit Is et atiributs des
I soienttout autres et cornbiei peii I'on'e I nstri-trc
,serait tent6 di forcer les c hises jO~r IIititl ()
II devitfntti- difticiI ave h.: I;-- --i rrain special dtclo- -'er' cerix-ci d'ap:inag.-s ui ne le nt S )*iCOtipdt
sede faie. coivaiti aids I ilt' J'.i coi ii :n ~-', je les vois soutelilr i pasle itisultat nahrtir'de ILtur foil t l Iiiijtt
~. ~ II i '~dii d.V. ~I ~"~ .ijornatoa ICNoll ( G)rnlbien enifin P on reI(IItioc- II ( id set-1
relatives l c I ralt v' ij dan s cliacunie do.scot- liii t a
tried, de I'agric.-ittie e (I i con:iiII Ik,[,C-; h!Id 41 f. halli o. ke C' Uri ohsjtacIe s4- I '
frat~as, e ~in er .I p~risu ~iUi~lKa u i'fuine social u s quences sociales agricoI., indus,- (W)a, ''61
fran~als, de e,.)W;iinofv, de ponser clcl.it titel x Jl I i-,40lniei sociales quo nou trielllle, commpreiale,- que. nous d& fit'iric-tmc
ai France soit la I'Ius grande d19 t) I 1)1,t'c) I,1 'tueh, 0imrc1), qe ou-4.iiiic1-
Irralc oi l W, L gageof d i,1- ,~~c~r~.;lrs do la formation colto-latine, dal la litt(I
tes les nations. Cotf olid! Ics lla'itieils seraie~;t itIs
Qu'il 'agiss.o 1'iid -i ic, d';igt icul-seuls au- n iIn -14- Arencontrer ,dansd- re frdW:-ais-. autunt do chv ,el(-i
ou de Scrniniero nous I'avons lent' bmj t, c'est-A-dirle dans 'iizpirites par I1 parti-PriS
ea qui demoture vrai, c'est quo 1 V tle or'ii.tio Un obsiachli l IeUr d6- rout cxci tant expliqu6,, ious al- tit ;MnCOIL
i~sult d de ia 'r-lo i t'2ti E~hi [i~ran:ii -e .i o pp;lt- I c t e t le ri [~elf r~cf io 'cl-: i's essjiA ie de voi r cla r dans toiut I ft 4ell : it
Wt1e tolijou~s fta.Ij I pe mu ach Tk tlet teu dt IC Etl fichuisine d.-,s C icSt!s N. Angui v ,,)tl! d
bo gOct et de fini en quol scul rcsi- fr triit:j; 011 If itt e-t-i tel (l:i la t, CCteC",eur ai vliseDr ie de Ia
d sa supi loite ; et cela ('5t 1L, z- qui est t')If ta Ut'r'eP t oust ad'' et cui,-uro iiitle cltuel Ic et sur le cara"-- '
iuitat Incow i ~t *d .-. la P )t'lou cd111 t( ( lIO : CI -id '~ e /C ,i- Ia ia t deSatie Ho,
'Pkedidt!qul i i .Jans V'. t;iS Une "gvu(I- zia : LU It d' Ih q uand Aii S'a-git t c.oat ses procamsi at 1.,,les dn t'oai f d if tie.
ri 4 ,31,Ls 4 proclamwi~t les th-ouit, do: :Welt dol
lorte d n:l.'ctulle au de e a* -ktit A I1` It- Wit it i t-tVIt I' ltoiomme. d tous le hor in .-:, d'I
1' d e s .p n p, ,,- ) L i ~ P t ~ i ~ t t. ~ [ d I o i m ,d e to u a s l te,;s y ~ i ~
A' Wltft Ii!15 H quo, plphs to 1 de ii' IICS WiLts d'I ti pVOUs, de inoi, datl s 1 to(i s t 'i'Ies.ifran- M
Giia F r fle '.i *4 clis tout o-l'H u i a it iv e ...f n '
dlaLb4 : &nmen i 41! i UCLI1(it 1tu ir'e i tio l ', d .Jx e ort I'tant Cr ci' r -ifi e i 0 ) F'it d ')e 14 nit c tIi \ i 1
de Frawse s'etl i dta, d lea doinaine. La ugi-In eI ie dil putae t conserve Et d'abord Ia CutIlure intel letut-I. p
d(ii)iSkS -o"CU'ati Vt 11`1 01ptolat tOUtS Ceis 1rits et c'cst CIe sonI 1 nom 'el
qu'li erevllique ci a:ce!1 uu Clia- Ie je In'II, .;relet se d :o U 'et de Ict octour ci oit ? Pour' .itre soliziiis:U iL InVI .1
'vie jour- plus jal'o t~si-neurjt. dlLic tj.!C: ~i Ili rauc [I diiica'se I ;I tIt
P..1 flRAi00 d 0coln dire t( ,I Li racelid ww n I p-i 1 tn r-giinie irntellcctluel de, plus
F" ni-,Iti.-e (to aolon ses uioli, fous dcta 'emied l- i ten ises, tes Fr titniais sorit- i Is 1is ii:t Iso C phs
V i, rien iev par- I'exoniple doot II)SId' .tUK tl eSii loligl'.')IJs )Y-;que les A glaispillexe .
~lilgIv, q (II t le Frace ds p3UplcS stir ia suitace teirest'e Y a-,,a ilen France plus deVIa 'WrIc:'iS it tiI)t I'
tine natoi, tilog e cil d l
bti'iantlo. aptitiu os pour la coloni--u to 1: mat ion a 1iia guo a cC I ti Ia achant lire et 6~u'i e quie d'Aiingai c;ia .
*~iPdiOqu'e, em eolt.t, el";4 ptitutde's rt, au;i -;! S'CPPo~? t UI1W folinatlo &autre q ti matiua afnriea i ti I+A nou s15 c drac I s t'lit s d'u i'O j'ai-ei II.) C '*i*it
ea tincipal .-il ii t West pS ULie consi- LesJO 6niciiti dunt ; nais ;i. Ie u -
(:'&zt I';l'illcuI- pat' ceti~ mli~n f f~- t~ra it(i (I daigner (luauid ii s. gil us l pttivons trouver l i et a
mali01 ,lue flolls a-voi;is cx pI iqii t ics j ) i i' no!"-'ifL.e iiiter.iorit, so'i d (11elt4Us indications cjui jourrotli'
100dancc~ s pciasLi de l'i nis I tiei ti oLl d', ril '. I diolls c ut. ul*0cs S Fefle;i(
r)ns en ,iner stir le goi't ccmparY-Iiu'lIe
agriculture et du coo nloe:'c frai laais. d OiiLIov Iri iitt CA 0! 01 C, lie in(,
A~~~~s~~~ir Iino efisajmt a-pii de la lecture chiez les Ancylais et les I nilgitm*If
Ch"Idd to d,- coftes!8 par aucune FranCais. Cost d'abord Ie caraclir/ vleterre
lne' r42.i-OCl- ji? C v erqr lu Contradiction it fatit bien jdm-Atre'des journaux. M. Paste
0 to1- les points d1 vue ct sails if prad-axe que la formation En France, les journaux les pius/tI)'rie"4
le 6jcteur N.Augiy tc Itii-iflB tie a celli~lt'j lie i eat avoir crd cliez le E nourus sont les, journaux politiques pu ioic rd
keritQu9 si ns hleuit ac i'.loiin ; I nations ( tiroptc' nes (Ijli ell Ont 6 L Enadmotlant qu'ils aient idnorrn&; des.rorcs
vu1fiaence dari Ia iittltatut'e u j t t IisPoSitions sembla- nent de lecteursl, le faith est-il de la a- statistiqlit
C'e-3t w par'ce que I l'ividenc ebi i etgaltes A celles des nations de ture j louver en faveur dgoit d lanioi
est tFop accabl.tnte. l'ELuiope ,inar~qies, au coitraire, de' Fi'anC ais pour Ia locure? Jo ne cious vt it iaj
dis, la~~~~I forrnat~io~i awflo-saxojine. Fa.i orIalcue- oIeeo. .tiIi
L 1s discussions que tious agitois ipas qu'un e'sprit sdrieux puisse le naux sp'(l
Wo9ur tl ce i.nportantes questions Si I'oi Itopi vait so mttlro d'accord pr6tcnd'e, car c'est moins le godt es- seuls prc:
ia'es 0 gagfle'raen b.muco it) en stir ce Imin11, combien peaiit-ttro de- senhiel de la lecture qu'una Ratisfac- tello accu
*4 et el discij lillt si tout ic i'iiJ i IP 'iroites losi limits hu sentitnoiziale d'uii ore pai't I.I
iComlar.' d (-tt. tlu Itco:it.,,idti), (:-?nb-i pen!- liti' qui pouss-3 a li-ceLinarlicle I)o-
rtwtio ii),'3lg1 (1, de. 1sc`0p1 iq :i rajent plus fitcil.-inti-it litique, ainsi daillc urs qu'uui rorn i Priere
r. es Peuples, (111 I., lS obser)voits, Ie, q'i:it I-) attIibutdorigie. Sans caller ch rcher ds ex m ples tion de
O'kiuiS vrainient tonn~d'avoiriooi- coinuiunle (et cette orligine est Ia for- bien loin, ja connais dans notre pro td dana
?' produire uri telle i roposi- motion de la race ) qui f--mt des An- pre milieu des peisonnes qui W'abrou- Pfiin qu,
MI yeux de mes contradicteurs, glai'a un people d'agriculteurs, d'indus-' vent continuellement de romans et dW6


iCdJpaiesde t a it tre


et qui
cliaque


t I' cI de !('-tuir,-s <,'i iti-uses
ctiv s II tst l.C fait qu'en
III tr 4 t 1i I n est Ce-
aliit'tein nt 'chliuue tois que,
it la cr.t''l;tion Ie juur'nanzx po-
nC'el)bc et viaiiueiits.
i'l't'elimenit s Fran,::iis, at-
I, ini lisent gut`re eni deiulrs
ilatluitre p( tl.tjue ct passion-
noin.s q(u'il ne s'agisse de
is et d Ip)ul)licatitns sp6cia-
lt ;1a CO Mit) ullli dt? i'eteurs
nin 111 es j-oinnauiix, ils tl1 -
t ltcn ta ;voitable tnut A I't~gard
I -s F';(n.;a4s (ii la lecture
U I1 tt l 'e fait. lit llenii de
, q 'il v a aujuii rd'liui tr -
01ii- ( ui lisont *. S rait-il po--
', f'r V i, France 1111 i )joulial
Sut -irrt~ doet Standard don't
II. Saint Itomain idans les
ii vallts
par,.)oatis, dit-il. vii faisant
f1 des : ti f iC. 'OhItelilis de- dt iel ce jo!,i'moltI. lit longi
iir I' ig'ic 'l l ir, ; il s'oull 'e
l.-,criptilon d,'.taillt-e de 1'6-
S*rltks, dos tenldoinents dk-
ai, ;av .c i '-llifv i stir la va-
iatrlvi' dol'> ditTfO rentes va-
IiiIss, tfi frlt s. etc. Vietl-
iitfe 111U i;(tl~e SS 1 !es 1I10-
'i-ilijittI' la contagion de la
It uiirlt)ie ,j il stvit actielle-
i-, Ies IIlulnds d'Ecosse ;
;iluts suri I'initerdiction de la
e en Alleinagne et en An-
; in relev6 des travaux de
ur ; in compte-rendu des
ces tenteesea la station agri-
a I'Ohio, pour la nourriture
s ; enliri des ronseignements
es sit la rncolte du ble et lea
its de taiac en, Amerique. *
joute : a i En Firance, les jour-
cianx d'agriculture oseraient
.snter a leurs lecteurs une
-nmlation de faits. i

a d'aviser l'administra-
la moindre irrCgulari-
lo service du MATINP
'it y *oit de suite rem6-


No= A rrXL1VpWAYIM~LdarI J -IL Mm-


__ _Y __ ~_ __


I i I i am l


l


T


v i IL














La Question ull JoIIP

II



contre le Iitini,0aeils 'a 'lit pro-ii
qeiie des argumviaeea p iiit : t 4 'ls -w'li-
ces fi'itnt3'1ses. c .Ie vii I-ii ci -
t~t!.r~ 0 '? ) c tit i Iono101) r ff

litas. Paul0Rll.aieu I a Sc,IaI"I"0
ciale... Xavier Ntgrinier. .rn aii M111
* 1 oi I It nIi 1 io t ea n ii Ie 'u
fa cUf auteur ahaglai iII 'A (lit vic-
t m~jrieuse!Iaet le 1).D Neo mu r.. Au'gase.

Ct de 'i'I co'it,..oi '1t' 1 If,% 'lf1m t I* ai-

V'A UeP'1," ehrin j'esi me pu'i'lel e iiffi-
v., IflnpO_-;ilh" 1i~r'f-letlo les raaatui'
.N I -its et It,)I It c -.4, 6 ith 1. 1rl.'ct it,
(de 1'e't'OIi ii :a Ido-, tittetar's :a4.tts. fors



Et imtre~t Opiiiiotiellt-lo m,'-n- re p ro~cuvp-t_
elloi t' m w' foi-.; (It' pll]"1.4 1'ovaut6 eie
.s intenationsI':altor.I, hi iriceitH ile

No Ili aon cmp I, il#
Aw,')-S~xmmo de opili~m; pli-
r
So I i ('ii lettc i'ot en Ani iqjp.
nos a-lversawlr;s timis mriii-iit ,ccii-6
(1'avoir faith enteiidIre ]a scule cloht- fi
jin)tre ch(Aipollo. Pour ivoi r 'ouli fdvi-
ter ce reproche, v.ilS1 fIt fl-w ius fncou-
ronis eelui, peu A1a verite\,
de i tn'i i tier a iore t'i Xiic liipe-i
a dlagogue, il'aucun I itttlxateur, dlaucun
a hormme T'Ett a:wgZlo saxon. P

ti'oiiipe, 8.1t010ill1 [)0 Itillo fois, car

sa eeaelIto iI,:IIa I! 'e(I IIcette atougo-
rijal l.. thon ex I- ote par inmi lie
M. WV. T. St radl, bttJ~atea r anglqais., di
recteurdle .The IBewivew of lRewiewso de
Io Idies : -- a aiacc, t faiagiae et io
et los
groupos dt* petitts Eltattel7 otue Ia
a St.i'i lto a IT')Ihi1I lol ,I ISiiisse,
u qui oilit tilac Ia:ult Culture ijatellev-

cC -cupelit It I aruinlet.t i(uls I'tic elI'.
doi laci~i Li:111altmui. Nous a'yt-mtpliv,
c (ijv't)cs tti ,ox milii'.z c(Iarrt jd ..4d(le
4 co~llyel"slda'a.)ocomiffs, p111.4 'c 11.
a verTsil's itwm s .; s E'ials que fous I s
atutreS peupl-~s. N1. :4 i1#1Wpri fw),, s p))las
de livrqS, plus (It! J0111. iauL, e, owls
pos.4fdons plis i bibliollit que
que Lx (1)
ILe )Ir Nemotirs ia'a'ait gaiu I,-t se
sol iielia 1 (tI ce p j)i g ipdeM. St rad olui
infligid.ai t u ii forietil (c rnl t- 1 i A cc q 'iI
dit avec Ilobtiouse, de Li f. faillite de
l'tedtaation anglaise. Sos peuine tI'a-
voir A ditruire une bollne parties des
belles pages dotit ii nous a gr'atitits, it
6tait utile qu'il l Ogligczk- cette citatiovi
qui infirinait sa th' se. Pi octdt corn
mode, et comblicm avaniageux.
Cette opinion tie Strawt est corroborfe
par le t ibleau syuaopthiuiiae salivant
quueje trotuve danai lAImajiadi Ia-
tlaeitt1, tIpi t l le 1908. ( ojor In
docurmenitationr puis~e en F 'rjo i~lrance )
l~a consorninattion don paper don-
ne Ia inesaire du dt~vel~oppment dl'uiie

(I) Toutes les parties soullgn~es P'ont 6t6
par wof.


at,,ion. Elle so traluit ainsi qu'il suit consciences, s'il ne sortir. '.ivcu qui
..' .....i... .,iien, < salnt les A:mes i'lqu't(ts.


j)oti1,i'sj ivvr'I play- ci ie s wi tU l& qL-,- 1


I (; li' .,',A~),)UOquintalux
AtiltWI 1, 3240(0X)00
Flurc :OO,800 () 0
Aiiy1 terre 5,200,000 s
A' eiiiv'iti,500,0U() a
Etits Uvak 6,611,000 a
Et I'almanaiaacl jotite, fort juilieieuie-
ment : a ir la diflu-ion ties joutiiaux
et dlcS Iivires, le Papier e.t deveau tin
a e t olus 1Imisj'i~ aiiirooyeias d'eiist i-
t giexreciat et de imi eicgrermenl. Des
a lorfts eiititrv'cs sont lransforn~e s peeu
a l'iu en Jourwvux et en Livi eq.
1'objectif bJldaiit de Messieurs les
1atiia,, c'e.t (;le montrer cowbieia Ies
asseit-iowli dE Lmoni:1 D ),,oliris et des
auti e Ci &-I itil (4 (1SC 13 ScieC cIt a j Ciale
sur ki supiioit0 anglo sixone,- est
eironiine et tausse- : c'cst nniuito (l't-
ub lijI, 4I c osC II 'limiic IL)t nJ,'i faisorns
preuve ~Tutic O ton[1 Lratt 0 i tv've a o-
loir ropager c, s cI'aeIirs ct c.?s ftauss-
tss daiis Uia1 iy;y( 1ui se LIrouve Si bien
d'ailkmIi r1' IeI IiFute culture I atine. Et
Ic D' NSmeouts Atiusee, quii a sur beau-
co LI~ (t'c ii v 'a i1 IIi ci as cet avantagw,
':elte uSp riotvitJ d? savoir la Iaiague all-
glaiko, il. voqlue I tmnoignage tie pla-
sietir.s uleurs amtlais,(i ii resort
d'uie [0iie;onI vr, eva lene et indiscu-
tal)e selon Iui, que 1'6&Iucation aiagai-
se est Ih plias piloy.ab'e qaii soit.






RENSEIGNEMEt 4 "S
m C:,r V o R Q% L 0 G Ar 4 U Z- c,

C301:P003r. t cip 1-o
DU
SERINAIRE COLLEGE S -MARTiAL

tARDI 8 SEPTEMBRE


Baronichre A wiidi


!62, 3'-/"


minimum
Temp, raturea'naximum
'm )ynre diurne
Ciel nuageux toute la journey ;
au nord A j h du soir.
Quclques movements sismiques
la matinee.
Le barometre est en baisse.


23. 3
33. 8
28. I
orage

dans


R. BALTENWECK
Chronique des Tr bunaux
TRIBUNAL DE PAIX
SECTION NORD
Madame H. R.
L'enqute faire sur l'affaire de Madame
H. R n'a pu donner le rdsultat que l'on
espi ait avoir. Augustin Petit- home
maintient d'une faqon absolue, peut-etre
avt'c ailudac'' que c'cst bien A Madame FAN-
CIIETTE qu'il aurait vendu le bceuf vol ;
qu'il n'est pas l'auteur principal du vol,
qu'il n'a 6t6 qu'un agent, qu'un courtier
marron dans cette affaire.
11 dit, redir, certified, avec force, que
Raymond Thdlisma et Amilcar Oscar qui
veulent avoir un r6le de victims inno-
centes sont rdellement les vrais voleurs ;
que ce sont eux qui lui ont confide le bceuf
pour &re vendu Madame II R. est dd-
solee, enerv6e, elle se defend avec toute
la force d'une femme indignre que tenaille
I'acuite d'une accusation fl6trissante, ses
traits se ddformenr, une tension violent
des nerfs l'agite outre measure. On ne sait,
dans cete lutte que se livrent bien des


sera


l),rso:, :. n aUOc ; kUs s h.tzus.-t, Itus
se dLifinidenr Le mvlystc- p.rsistl I
L'atllirc prvId diitrc carc:erc, ftutc
'Xavcux -- Nialamc Fra 1:ranciltt eo rer-
vov.c i':cc( (wr(IC i Se teir au comIfpte
de I Justize. Au.ti:'rin Pctit-hom11.11(,, Kn.v-
molid''ht!istna et Anlc.i.) O;c~ir son: inis
en li-u s r: enirc les quive mnurs de c--tte
rnakis de Li roc ic C nir.C'e-, le Plc-
qut-r, c'cst II Chanlbr, : w'ltl cci onl qui
vont savo:r lI avi it6
M' Val-n so reserve, qn.idih ci h .se scra
entendue, !e droit de dtinandrddC dommal-
gcs-in!dr s pour s2 client.


Lad:-dm The61Loc M' Pau'L
II a fait des progrc' aii-je cntendu Icer
A mes oreil!cs : 1i s'agissait d'un luissier
qui faisait un grand discurs darns Ie;:cl
passait toute son .me, et, qui dinc.rnd .;
une valeur de Cent gourdes de domma1,e-
intdiers, A propo; d'un petit s-a', ( /-
quitte ).
Paul, un monsieur A couleur jaune
pale, quc 1'on serait te-te dc croire .ttri.'t
de mauvaise fievre, d6pose, di'- I, a-n sc.au
sur le parapet du Pont rouge qu'un pit-
sant lui aurait enlevC. II s'adlrsse aux hom-
tres di poste di quarter leur demandant
s'il n'aurait pas vu passer quelqu'un avec
une boquitte'.
Je n'ai vu passer qu'une tfcmm:, lui rd-
pondit un sold ; je n'aii pa. reinar t ut si
ellc avait quelque chose en main. En tout
cac, je vais la p.ursuivre piur vous, aj.u-
ta le militaire.
La femme poursuivie ne fut autre qu'une
Madame Thelor entire les ma.ins e qui
on ne trouva pis le seau enlevd. Cellc-ci
indignte assgna Paul par devant le Tribu-
nal, lui demandant Cent gourdes de dom-
mages interests pour atteinte port A sa
reputation et a son honneur.
Paul se defend, A la barre, avec adrsie,
avec memne une certain sincdri'd, son
language ne'st pas choisi ; ilA 1'ar d ctre
un Anglais oa MNirtiinquai, chou' a'sez
longremps sur cctte terre hospit.il;&er
d'Haiti.
Ce n'est pas moi, dit-il qui ai accuibe
Madamne d'-voir enlevw mon seau, je n'ai
fait que demander .'ix mir;taires da pstre,
s'ils n'avaicnt pas vu plscr quelqu'un avec
une boquitte en main si' un sol lit 1'a p-ur-
suivie et 1'a arrtd6e, ce n't-,t pas sur maon
accusation; je n'ai pts eu d- p irticipation
dans l'arrestation de cctte f, n'lme. Mlgrd
I'dloquence fougueuse de mna:,e Prdncb.),
Ie Tribunal a ddboutd Mada',n: Thdlor, A
la grande joic de Paul qui ne ti :it pis avec
ses : merci juge, merci juge...
Conseil special mi t.lire
Le conseil n'a pa; pu s'atuer i.er sur le
cas du capitaine Leopold St F-;i-ran, pr6-
venu d'exactionssur les hibi ans des Vases.
L'avocat de la defense, M* Lio Alexis ne
s'est pas pr4sente et I'atfaire a et! renvoyee
A Lundi 14 Septembre.
Mariage
Nous envoyons nos meillcures fdlicita-
tions aux families P. E. Laraque tt S. Ro-
court, A 1'occision du marriage de leur fille
et fils : Mademoisel'e ELINA LARAQUE et
M' EMILE ROCOURT qui re i rent A la date du
8 courant la blad.liction Nuptiale A l'Eglise
Wesleyenne de jdrd:nie.
Meilleurs souhaits
Service hydrauliqau~
Les abonns de Service hydraulique sont
intormds que 1'eau de la Source de Plaisan-
ce sera arretee demain de 6 heures du ma-
tin A 6 heures du soir pour cause de rdpara-
tions urgentes.
Port-au-Prince, le 9 Septembre 1908
LA DiRECTION


I


_ I I I


Arrivage et D6part
Ce martin est cmtr 1l'auincxe francaU.S
z'ador avec !cs pa sagrs suivants:
'Point, a-Pitr : Victor Leon.
St 'Dmiaigue : Evan Chenet, Isaac Tom.
saint, Jo,tph Andre.
Jacmcl : J. M. S rdy.
Le Cayes : B. Gornall, Mme Isabellb
Jacques, Lissagc S-t, Elmira Ulysse, p
rida 'oussaint.
J:r/mie : Mme Bavinatel Audnt, He.
mance Jn Charles et enfant. Mme Aurivh.
s- Fdiix, Mme Th Prin. Vve Chrisop
Gal Mon;resor ct sa femme, MichelM0o
sileln, Mr et Mine Nicolas Moossale
Rusa C'har!ts, Soeur LUonie, P. Bai,*
Elie SI.em, gal A M. Merceron, MaG
S\lv'tr.. acqties Bigo, gil Mouns;gt,
gal Nazaire, Dupre Svlvain.
I.e stelner GComr/al est part hier oir
avec Its 'assa.g:rs suivants pour
Gonai'ves : tHnry, Eth. Dupuy, Eticem
Prtssoir, PIricds Salomon, Vve Anhur
S trlin tt s.rvante, Clelia IFoareau, Q.a'Or
ze stars de S. J. J. C., Clavie Chry,
B. C;ttan, lHoJgson C St Louis, Lvsii
Templier, Albert S.in's, Herman Ah.
rendt Vve I Poitevicn, Mile C. Rabeso,
Larny Duval, Henry.
'Pet t.Godve : Horelle J&rone.
i Magistrat C mmunal
de Port-au-Prince
I:ivit tons les syriens gen6ralement
jqulcocnques detneurant en cette ville et
incme ceux qui sont naturalists haitiew
A sc prsentcr A l'I1,,.l Communal manit
de Icurs derniers passeports, acte de natu
alisation ct autres pieces authentiques,
pouvant servir a prouver leur idenitt, i
partir de mercredi 9 Septembre couranti
dix heures du martin.
Un delai de huit jours leur est accord&
cet effet, passe lequel il sera pris count .
contre:'enants telles mes'ires de police q&
de droit.
Les syriens qui se sont deji rendas I
Commune sont invites A faire le I dp6t a
Secrtaiint de l'Adminis'ration CommuonM
le des pies commiuniquCes le 7 de
rnois,
Port-au-Prince, 8 Septembre 1908.
.. vis Commercial
L, public et I' cinn:n s.: sont avi-
s4s ]ii'u MoisiCeu;' Orro TI-cuER estchar-
g6 ilo notre procuration.
C;ap-laitien le ler S.ptembre 198.
TISCHER & Co
La Sorci6r o de Pontcharra
Le tribunal correctional de Gren:-b
vient de j.ger une curieuse affaire de sw-
cellerie.
L'un des jeunes enfants des dpoux PI2
hle. demcurant A la Rochette, se trout S
saisi d une cruise d'ppiieprie chiqn S
qu'll pdnCtrait dans la chambre de dI
rents, la chambre fut, par tous les vo'S
dcclar&e ensorcel6e.
Pour conjurer le s)rt. on eut reco0.
aux ban. oti.zrs d'urn d-ine Pompc, 1
remplit Pontcharra les functions dt
ge-fammne. Ce le-ci en faisant paye
nereusement sei multiples interveen1
se livra un certain nombre d'op6fti0
plus bizarre les unes q ie les satrc* t
fit d'abord uriner les trois eiann d
dpoux Planche dans un vase de I;
puis elle lear coup ie> cheveao, qti
jeta dins Ie vase, et fit bouillir le o
dans la chambre ensorcele, stir S
tres lent.
L'enfant continuant lto.ijors1 t
ver des crises 6pileptiques, M P'&,s
lui coupa les ongles des pieds, OP .I
meme avec ses freres et proctMd n "s
c6ration semblable A la pr~cdditWl











La ohambre demeurait toujours ensor-
it.g pompee fit alors acheter par M
pl" che un nouton noir, qui fut tue. Le s
trailles, places dans une marmite, fu-
~at enfsuies dal i la cave, la peau fat Cta-
elunr le pare!iet de la chambre, pendant
q1'c6tr on faipait broiler ensemble les
0ds, !ts orouilcs et Ics pieds du mouton
e ir ,alfice n'.it pas disparu encore,
isune qatricmL operation, plus large-
sait rnu q rCe que les pr6cdentes, au-
pit cetifmennt re:ust, si le parquet n'&-
It tintervenu.
.. _-

leveii[eS Etranseres


Derniebres D6p6ches
1 -
ROME -7. -I-. Pape a rcu auiouid hl'i
So pLr'r1n t'ta ,- venus a Rome pour
ni prsetrtcr .i r- t!:itt i )n; A l'occasion
dcl'anniversaire dJ son ordination.
PARIS -. 1-: c ,rtL)sponjlant du cMatin
iTurin dit quc I. coi, ne de Turi'i, leCfre-
re du .luhc d A iuzz.s a rt'cmc nent re.-
do visit i la rtic:- dou.iricrc, Marguerite
et 1'a instammnui pt ri de- consentir au
marriage de s>,n :::c* aivcc Mile Katherine
lkins, la fiilc ido S.natcur de la Caroline
diNorJ. Ce or cspondant dit que la reine
a persist dans on rcf-is imais que le na-
tise tera qu.ni meinne.
CoLouMB Bicov 7 -- Des depc&hes du
colonel Allix, lI conmnandant de la co-
ibnederenfor:s e;:voyee au secours du
pte de Bouden.b sir la frontiere maro-
.ie annoncent une victoire ecrasante sur
hptra Marocaine qui comptait 20.00oo
,Mttants et la prise de son camp Par-
Sarmatin de bonne heure de Boudenib
caller attaquer le camp ennemi 6tabli
Diarf, la colony: foite de 5.ooo hom-
esducolonel Allix rencontra A mi-che-
ain les mrnroc. is qui avec un courage
indomptable 1', ,t ataqu6 simultandment
de front et de 'L e en cherchant A la cou-
pede Bouden: ,. En pr.. nce de cette at-
tque I'atiil.ri tran-.u;isea a ouvert un feu
terrible qui a t;'p:ch les assailants d'a-
order la co'oi.'. .Ma'gr lcs tcrribles ra-
1ges op&res d v' Iiur,3 rIng-, Its inaro-
tains sont rcvc:i... plusi-turs lois a la char-
eiasqu'A ce que c ntin dcourages par
l1nsuccis de lIurS aasius ils se sont reti-
isen laissant dcrrr.re cux des monceaux
k cadavrcs. Proti int de cet advantage, le
a1lontl Allix a poursuivi l'ennemi l'dpee
iins ls r.ins tt a capture son camp.
Les marocaius se sont enfuis dans toutes
s directions ch jeiemelnt poursuivis par
h acvalerie fran,;.iice.
Les frannais ont eu 22 blesses don't 3
P.ement, parmi ces derniers se trouve le
kutenant Schwartz du 3'"" tirailleurs al-
tricns les pertes dc: marocains se comp-
bt par centaines. Le combat a dur6 dix
PAls 7. Les quelques modifications
Igrtes par le gouvernernent cspagnol
prment de retarder de quelques jours
rtToi de la note franco-espagnole aux
Pilces.
T CEit 7.- Pendant son voyage A Fez
docteur Vasel, le consul d'Allemagne A
Ss'est arret6 Ksarel 'Kasir ou il a
fisite a Moulai El Abbas le frere de
Ih'ai Hafid. Au course de la conversa-
SIt consul a insist sur les grands ser-
aqu l'Allemagne a rendus au nouveau
l.endmant sa lutte contre Abd El Aziz.
"i t pt66s son depart Moulai El Ab-
t '1CY 0a son entourage ce que le
IP"' VaMel lui avait dit.


PARIS 8. Rente 97.
HAVRE. Cafe Haiti Cap: 44.
PARIS. Au conseil des minist. s cc
matin A Rambouillet, sous la pres ,.'ic.
dc M. Fallires tous les ministres y .s s-
taient sauf M. M. Maujean et DujarJin
Beaumetz. Mon-.iL ur Clemenceau .cutrc-
t:nt ses coliegues des diverse conversations
qu'il eut au course de son voyage. M. Pi-
chon, rendit compare de l'entrevue ql'il
tut hi, r av.c le Marquis Del Mui .au
course de laquelle le reprdsentant du gou-
verrLmcnInt espagnol fit connaitre Ia I -
ponse du cabinet de Madril aux proposi-
tions faites par la France pour les giran-
ties A demander A Moulai Hafid.
L'entente cst complete entire les deux
gouvernements
Le ministry des colonies fit sigier le
movement suitant dins le personnel des
gouvtrneuts et secrtaires generaux. M.
Fran is rappel eu aciivitd es' nommr
gouveneur en OCeanie en rcmplaccncrt
e M. Julie-, ms en disponibi ie6 sur sa
dmai dc ; M. Imrugue, admini.tr.'teur en
chLf de premiAre classes est noinmm Gou-
vtrreur au Dahomey cu replacement de
M. Marshal ; M. Rognon, secrdtaire gdne-
ra! eit no:nmn gouverncur au Congo en
re:nplacement de M. Tell, admis A la re-
tr.Ni'- ; M Martineau cst ecvc~ A la deu-
ximlec c'a.,, de son grade,
La colonne du colonel Allix attaqua la
ha ka marocaine qu'elle mit en pleine dd-
roLte et qu'clle continue de poursuivre.
Nous avons cu un tud et 23 blesses don't
trois grievement.
WAmHINGcro. le differend qui exis-
tait entire le gouvernement amnricain ct
celui de Honduras au suiet de la revocation
par celui-ci des exequatur accords aux
consul et vice-consul am6ricains a Ceiba a
&tr r6gli dans le sens demand par le gou-
vernement americain. L'exdquatur a 6t6 de
nouveau accord A ces consuls.
SAN JUAN ( Port-Rico ).- Le part d-
mocratique a choisi M. Jacinto Texidor
pour le poste de commissaire de Por:o Ri-
co A Washington.
DENVER ( Co'orado.- Cinq pcrsonnes
out peri et de noinbreuses autres out et t
blessees au course d'un icendie qui a d&-
iruit l'h6t.l r Belmont ,.


Cie ple Transalantiqui


Le paquebot a Salvador a partira
ce soir, a cin t hteure., po r Jtrit&tiic,
Santiago de (ubi, Cayes, Jacmel, Sto
Dominigo, Mayaguiz, Ponice., St Tho-
mas, Guadeloupe et Martinique.
Port-au-P ince, leo Septembre 1908.
L'AGENT
F. M. ALI IERI
.-,---- -- ---~------r---"
L'Us ne de P6rigoy
(Cayes)
Informe sa nombre, seclientele qu'elle
a repris la fabrication do son sucre si
justement rechcrchli.
On en Irouvera to'ijoqnr< i Port-au-
Prince, cliez M. RIob rts l)utton C
89, Rue Cou-be, Pla e ,le la Paic.


Panamas !..
Elegants, solide, arrives par le
c Montrial a.
Chez M"* LEONIDE SOLAGES.
99, Rue de Fronts-For'ts.


Sme V'o I. B. DEnoTUX
1)9, PLACE DU P \,rNtuO ", 19.
A nnont e au puli qu'on troulvera
5' !oqn, ;' sn, (,lrtnicitp. .;h:h .es
i.e ive-. v'i o. f .an ati' t cI-
barets ,po,' Il'iO i':: e ;:t rremunlt,
(t'-. etc.
nnptp-ir P

l icteu C. Gaveau
MEDEcCN, CHIRURGIEN
ACCOUCHEUR
Dipl6m6 de l'l'nivcrsit6 de Harvard (E. U. A.)
A I lioineur d infoirmr ses clie;,ls,
leo ral:td s et ln public en g-neral,
qu'il a Ioue$? t soi
CABINET D'ELECTROTHERAPIE
1s, PL'E D)U CENTRE, 128.
( fairso ?'e i* /. D D, A D ,ht 'llier )
Les ina!,ad s n,'a'nt aujmurd'hui qu'-
ils peuventt 't eLtir s par I Ele tro
tdra i-'., sciolntiliueituent appliqu6e
dans lIt plupai t des Inau dont souf-
fre I'huimnitO. I1s ont un intiret sp6-
cial A s.o voir giurir sans une op6ra-
tion chirurgicale dblabrante don't les
suilies sont souventt les plus graves.
Outr' le titaiternent de- affections
specicalr,' de la feisne, d..s maladies
chroniufeics g aitral's ou localt(s, des af-
fcrtionrs !idaito-urinatire.s, ,o!le ; ,it iiy./-
tfm ,erve.c, lie la l'eau duV Ne:, de
la Gor ic, des Ocei'leq et de.% Yeux, le
Dr (av.-au faith le traitement A domici-
le du Cancer du Sein et de la Lym-
phanyilte Chronique.
CONSULTATIONS S ET TRAITSMENTS
De 7 d 10 hrs du m 'tin et de 2 d 4
hrs de l'aprds midi
f -


Le
Mr F.
agent


public est avisq que j'autorise
F. Stines A agir comme mon
A Port-au-Prince,
Le CoMMODOE \WV. E. MEYER
de Bermuda


Sacs vides!..

Entrepolt Gelneral d
DE CALCUTTA (INT)E) DUNKERQUE


SACS


speciaux


Mr G. LION
7. Rue Rigaud Bois Verna
Informe le public de la ville et des
1 liionsde Port-au-Prince qu'il achete
!si a present au comptant les feuilles
*Io iitres, o.eilles d'anes et galatha.


Compagnie P. C. S.
AVIS

Le public est pr6ve
nu qu'A partir de cette
date, le train de 7 heu-
res desservant la line
de Bizoton recommen-
cera A ourir r6guli6-
rement, tousles autres
trains ayant d6jA re-
pris leur horaire.
Port-au-Prince, 8 Septembre 1908.
LA DIRECTION
i --- ---- -- -_ -_- .. ..
MAISON

N. Cordasco
La seult Maison qui peut r6pondre
A tous les caprices du bon goit.
La Maison la plus as-ortie, o l'on
trouvera des chanssures de toutes es-
peces et A tous prix.
La Maison qui emploie les meilleu-
res fournitures.
La Maison qui vend a meilleur
march.
On trouve dans ses souliers:
Elegance, Solidit6 et Propret6-
Cette Maison est une des plus re.
commandables.
On trouve aussi Cirages pour tou-
tes les chausssures noirs et couleurs
a des prix encourageants.


Sacs vides!..

es Grandes labriques
(FIAnCEC ) ET DUNDEE ( ANGLETritrE )


pour


Cafds
Cafes


Cacaos


tri6s
ordinaires


I, s Typs Courats constamrnent en Stock par balles de 400
,iepuis 2 ) c-antimcns or j usqu'a 30 c entimes or pour grandeur
lies 053x110 centimetres et 70x110 centimetres.


sacs,
r6gu-


Poids de 1 3]j livres jusqu'a 3 livres.
f acs sur modules et sur types des acbeteurs.
Prix A forfait pour livraisons mensuellos francs port de d6barquement et, si
on le d.-ire, Droits pays.

50.000 Sacs de l'Inde


Doivent arriver incessamment
300 sacs.


par Balle de


F rix excepticnnellement avantageux

S'adresser A JULES LAVILLE
AGENT ET DIPOSITAIRE GENERAL
93, RUE DU MAGASIN DE L'ETApI


--~- ~~- ---~-~i


,I r







______ *1.~


Avis JnImport~dnt M r C.1L. A
Taill eur-MLav
Aliti de prot'ger uotre r onn ] till- Dow.-I, avi A' hI
Si qiie tIcS articles conItre touted. teCle (1,!,! sa ii.-:ij i
COIcU rruie bcu d.'!Ib owi Icr lioli avi-
Sois le, Gjgiiiaerce'VO (p~ie,'~Lt
(ICMOL'E1jtais h's Gfj-bim"nS tlCie~ll :


VTerret
ir-hand
[IiveIlhi:ite clion-
i. t I 'rav r


en caracte'gcs ()if
10t et exaci de h L1r*ll11.Sult' IS r r
Cola tici lelnet.
HELSTEAD d Company Photographie
JERSEY CITY. N. Y. Artistique

rancisco DESUSEDILESSY
120, Rue du Centre, -120.
Fabricant. de chaussures (I *i l Irlhvniouz I Ivard et 'IIc.-
tel ( ;onuinal ).
La Manufacture a totijour eC d&'j&6t (TIHAVAUX DE TOUTES SORTES SVR
Un grand sto(:k, po.ir I vente cei SOLIG E- I1LATINo. )
gros et en dstaiI, de cliatssure cii n Gartes tr': iai-tisiiifpfe.-, 8iiavllemeflt
fous genres pour re~ucs.
[10.I%1E-, FEtNINES, ENFANTS AGRANDIsSEMENT-S, PRODUCTIONS.
Las Conirnandes (des (0oi1lfiiaIl I-tTs AT EITIF I) M I.UXE
tie I'ili ieur pour;ont tL7 -trc Yx cutes Prix Modcrrs
iauis utin semajuje i' tpeu Ip! es. NOUVEAU-1 9
'23, Rue d 's Frotnts Foits 3 Cartes MWirjrn ep ctr &uz. P. 7
Pouu r-AU- PHINCEIE ( wri O)~~ ~- '.- PI)hI .*1e r

A. de Mlattdis & Co ;Itds -1 e
Nlai -ori fouidWe (.11 IS8$4.--- _


Deriiers arlicles re.-so

Parfu merie Houbig3nt; It o
vl oubigmi t ; Fwjgigre Iboval ; P1ar-
inirn 1,16air; Savocll, Ilotilre ;_ eC% e tvt. LA O E I
(Coffretk tie parfuiinewrie ts tlstl.aiis. 4 m.:mb'e .e ja Sc'4e~/ Phiia2:-
Pa)afum renommn_ Astus-throdpa
.eofli.q.
LArnvp'. Fc'uets et ':harn-o.s.
I'o''ll huegpv et A_~1~
Arjaente '-i --le 1 Ix-,I tc2, CIL At 1)iIail-
cigarettes, Cravates, Maroquinerib de I de :.- 4. p .1 -4!Mi
tcoutils qua~litP.Ij s-i. de de-.U ~
L~a NI ti-.oi a tt) uJOa',11.4 111 g, [' I I(I as- ,t17j
Sorlininnt &e3 Bijouterii', l'Ar ,4eleric. S d;. 6 ')~ fo-
de IDiavit.A la dispo~itior dii uiblic! cas...L k .i$_oglaise et
eux gtull g aw 1al el IAph ite( I thl- (i t' tolitt I Ij.r : ;'itj
It'slbos rset4. I1Z 'j, JS--,. La. :j t a. -- -. *ie Cos-


Atel'e-s d' o -lojecie eot de
Bijouteria : ('~, urt.e, ( f section
sur COitl;llll idte.
Achat tde vitil or i ,iedl .tr.ett,-
diaman ett pierres pr,.ciru es a ( ,l.< ''
in oddrds.
ACIHAT I'ECAILLES DE (:AItIET
Prix exceptionnel

Au derier cril!
FABRICATION DE CHAUSSURES
D. FERRARI
A l'honoeur d'annoncer a ses nom-
breou.elients de la Capitale et de la
province qu'ilvient de so transfer de
a Rue des Fronts-Forts, avec son m6iue
stock de chaussures, d la Grand'Rue
au N 153 avec l'inscription ci-dessu-
ILos cliints sero'it todjours servis
dans les m6nes conditions ; c'est-4-
dire Avec laes 5 o/o d'escompte sur I L
v.nte on gros ; sans oublier les me-
mes soiun et la m6me exactitude.
La Maison so charge toujours de fai-
re preadre les measures i domicile.


:u u- '1'Jitaure. :..b;, brodes
d a A rod 4
doi. ._ "*.' "ti er. -.1.., ,-,l .'i -; ^.* -




G. 8,. pETOI
143. GHiAND R 'UE, 143
PORT-AU-PRIN(CE
CiArl".UL'.,r.S EN TOUS GLNRLS~
EN DkP6T, PUUR~ LA VENTS
EN GROS ET DETAIL.:
ExAcution pronpte des
cormrandes, tant ici qu'en
Province.
Formes a homes ; 616antes et ra-
tionnelles.
Chaus-ulires leo damine.( Derniremno-
,led de Poris ) et le plis commode :
chaussures pour enfants cor;f,:ction-
nOes avec des Peautx de toW.es nuances
d'une sAlection et durne irrAproch a-
bles, A des prix avantage-xi.
Cirages, pAtes et liquides
Pour chauwaurs de toues nuances.


TANNERIE CONTAIN
DI
Port-an-Prince


'ALE


SCAPACIT9 500 PEAUX PAR JOUR
i PREPARATION DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24)COULEOM,
Vente des chaussures : Chvreau-glac8, Verni et co


1.urs, pnic


Hommnes, Damxes et Enfants.
( BouToNNA, ELASTIQUK T LACi )


En gros et en detail pour touted la R6publiq



II "rA BELLEVUE
Place du Champs-do-Mars
PO RT-AU-PRINCE (HAITI)

Mil Hermance ALFRED, directrice
T616phone, 220
A PPARTEMENTS POUR FAMILLE
D NERS--LUNCHS.
:.talla.lti..n -nciern et ronfortable. -- FP.sur la mer. -Tempdrat4V
o'0 ct ri-u: ire. --- iL Tramways de.-servent HI'tel-BellJue touwtsla 7 Muft
Ri .:''"r :, TS SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMlNADES JARDINS
sa~ ; J. rd ptio. n.-Piano.--Gramophcon.
Sonnerios leotriques
s U s f ours, de midi d hkures,
i 7 A 8 hcres da ser


GRAND PRIX


HORS CONCOURS


Rhlm Barbancourt

MEMBRE DU JURY


1881 Exposition d'Haiti
( Meliioi Iloinorable )
1881 ExposiTion d'Haiti
Medaille d!e I, i'asse
188,3 Exposition d'Amsterdarn
MtUdaille d'or
ISS3 Exposition d'Anivers
M6daille d'or
,S8(i Liverpoo
Mlcdaille d'.Areijt
1887 Havra
Mdidaille d'Argenit


1897 Etbeuf
Mddaille d'Or, Hors Concour
Membre du Jury-Grand Prix
1898 Paris
Medaille d'Or, Membre du Jury
1898-99 Paris
Dipl6me Hors Concour
1899 Philadelphie
Mention Honorable
1901 Buffalo
Mddaille d'Or
4Wb') Tawiu


I 9 Paris ( iEp. Univ,, selle. ) Dipl6me de Grand2Prix
Mldaille d'Argernt
1891 Kingston ( Jamaique) 1904 St-Louis
Iiplome d'honneur M6daillle d'Or
1891 MAdaille d'Or 1907 Spa
Paris Hors Concours Mddaille d'Or
( Membre du Jury 1907 Paris
1893 Chicago M6daille d'Or
Mddaille d'Argent 1907 Londres
1895 Bordeaux M.daille d'Or
d18daille d'Argent 1907 Jamestown
1896 Rouen
Mldaille d'Or M6daille d'Or
Hors Concouts, Membre du Jury
Madame VEUVE BkRBANCOURT, seule d6positaire de la marque
arbancourt et seule proprietaire des formules qui ont fait obtenir a
Barbancoart les Mddailles d'Or de toutes les Expositions a pris Is---
affaires de feu son mari, et se tient A la mmem halle sie Re *U d
No 7, & la disposition de sa nombreuse clientele don't lea cowm-3
ront exdcutdes avec le meme soin que par le passe.
Iaapriluerie C. Maglolre, 45, Rue Roxs on BoonP-Fd, 45'


]